Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus"

Transcription

1 Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire Fourgeaud - 8 juin 2011

2 Introduction Présentation précédente a détaillé évolutions passées des barèmes de retraite Question qui en dérive : quelle incidence sur comportement de liquidation? A fait l objet de beaucoup d efforts depuis les années 1990 : Modèles de simulation ex ante : Destinie, Ariane, Prisme, Venus, plus récemment Promess de type microsimulation, ou essayant de travailler à niveau relativement fin, pour rendre compte de la complexité des critères On commence également à bénéficier de travaux d évaluation ex post, tant pour les réformes 93 (Bozio), que 2003 (Baraton, Beffy, Fougère; Benallah) Objectif de cette présentation : Quelques éléments de réflexion additionels sur ce thème Basés sur la contribution de Destinie aux dernières projections de population active de l Insee

3 Plan Que s agit-il de quantifier, quelles sont les incertitudes a priori? Les possibilités offertes par le nouveau modèle Destinie Les résultats : Quels taux d activité à long terme après 55 ans? Quelles contributions relatives des différentes réformes? Conclusion : les voies d amélioration

4 Que s agit-il de quantifier? Quelles incertitudes a priori?

5 Rappels sur le contenu des réformes Avant 1993 : «taux plein» atteint si 37,5 années de cotisation ou âge=65 ans. Forte pénalité si départ avant ce taux plein («décote») Pas de bonus si départ au delà Réforme 1993 (secteur privé) : Baisse de la retraite offerte au taux plein Durcissement de la condition nécessaire pour le TP avant 65 ans 40 ans pour la génération 1943 Pas de modification du profil du barème de part et d autre du taux plein Réforme 2003: Alignement secteur public sur règle des 40 ans (de 2003 à 2008) Puis nouveau durcissement parallèle de la règle : 41 ans en 2012, 41,5 en 2020 Avant le taux plein : convergence des décotes Réduction dans le privé Accroissement dans le public Après le taux plein, introduction de la surcote Mesures carrières longues Réforme 2010 Action sur la fenêtre de liquidation : [60,65] portée à [62,67] d ici 2018

6 Illustration graphique dans le cas du secteur privé Taux de remplacement Age de liquidation Age min Age max

7 Incertitudes : le cas de la réforme 1993 Hypothèse plausible : maintien sur le point anguleux du barème, i.e. hypothèse taux plein C était l optique du modèle Destinie «0» Confortée par le fait que TP, à l époque, restait l âge de fin normale du contrat de travail Dans ce cas, incertitude concerne surtout la distribution des durées atteintes aux différents âges qui n est pas marginale Mais on aurait déjà pu imaginer que baisse des droits conduise à prolongation pour ceux que le nouveau TR ne satisfaisait pas

8 Incertitudes : le cas de la réforme 2003 Esprit de la réforme : thème de la liberté de choix, réduction de l incitation à partir au taux plein Dans ce cadre, difficile de continuer à utiliser un modèle postulant départ à ce TP Avait conduit à mobilisation du modèle d arbitrage de Stock et Wise: Destinie «1», Ariane, Venus On reviendra plus loin sur ses propriétés mais, a priori, dans un tel modèle : Impact pur de la flexibilisation du barème est incertain A fortiori l impact du relèvement ultérieur de la surcote Role crucial du calibrage, mais rendu très délicat par absence de variabilité des comportements avant réforme

9 Incertitudes sur le cas de la réforme 2003 : illustration graphique TR B 3 B 4 A B 2 B 0 B 1 Age

10 Incertitudes : le cas de la réforme 2010 Effets en principe plus mécaniques mais : Contribution du relèvement de l âge min à 62 ans dépend des messages des projections avant réforme Plus faible si on prédit impact élevé des réformes antérieures Incertitude sur effets de la remontée à 67 ans de l âge d annulation de la décote Importance accrue de la question des effets sur l âge de sortie d emploi réforme affecte plus fortement individus plus exposés à risque de chômage de fin de carrière Renvoie à la problématique de l effet horizon

11 Les possibilités offertes par Destinie 2

12 Le modèle Destinie 2 : quelles possibilités? 6 options pour les comportements : Taux plein (au sens strict du terme) Stock et Wise (SW) «Utilité instantanée» Cas limite de Stock et Wise pour «cible de taux de remplacement» Départ à l âge maximisant le cumul des droits Départ dès que report cesse d accroitre cumul des droits Age totalement exogène Pour les options mobilisant des paramètres de préférence, possibilité de totalement contrôler leurs distributions On s est focalisé ici sur les options 1 à 3 Avec détour analytique sur les propriétés théoriques de SW, pour aider à mieux le calibrer,

13 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (1) Version simplifiée : temps continu, âge au décès fixe La fonction d utilité estimée à l âge a pour un départ en R est: 1 w R (u a) p(r) (u a) U(a, R) e du e du 1 a 1 R Il y a départ à l âge a si du(a,r)/dr en R=a est négatif soit d 1 U(a, R) w p(a) dr R a Ce qu on peut réécrire sous forme d une condition liant la pente du barème et le taux de remplacement T r (a) atteint à l âge a p'(a) p(a) ( 1 ) a 1 e (u a) 1 du 1 p'(a) p(a) 1 (u p(a) e 1 1 T (a) r a a) du 0

14 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (2) Illustration : surcote ou pente critique en fonction de T r pour a=60, =80, k=2, =0,5 et diverses valeurs de Montre que Pas de départ si T r <1/k (sauf si p était inférieur à 0, ce qu on exclut) Au delà, départ si surcote insuffisante La surcote critique est fonction croissante de Si = (i.e. utilité instantanée), départ systématique dès que T=1/k est atteint)

15 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (3) Plus en détail, effet de la pente du barème apparait totalement ambigu: Peut induire report pour individus ayant atteint T=1/k Mais permet aussi d atteindre plus vite ce T=1/k Pour =, seul ce deuxième effet joue : à T r initial donné, une surcote plus élevée est un facteur de départ plus rapide plutôt que plus tardif Ce mécanisme jouera un rôle dans les simulations qui suivront

16 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (4) Par ailleurs, modèle souvent décrit comme modèle d offre ignorant les contraintes sur la demande de travail, ce qui est inexact Destinie simule des sorties d emploi avant l âge normal de liquidation (en général involontaires) Pour ces individus, modèle SW va prévoir un arbitrage différent de celui des actifs occupés Si prestation de chômage, départ dès que retraite plus élevée que cette prestation Si pas de prestation, départ dès que possible Ces propriétés joueront également un rôle dans les résultats qui suivront

17 Stratégie de calibrage Au vu de ce qui précède fixer k en fonction de ce qu on pense être le T r minimal acceptable, puis jeu sur pour ajuster sensibilité à la surcote, sans s interdire valeur très élevées, avec pour cas limite = correspondant à l option utilité instantanée. On tire par ailleurs parti de ce que Destinie ne se contente pas de projeter comportements futurs mais reconstitue aussi comportements passés du stock de retraités Il le fait pour assurer continuité au démarrage de la projection Permet en théorie calibrage microéconomique fin : confrontation prédictions micro avec âges de liquidation dans l enquête patrimoine qui sert de base au modèle A ce stade, calage seulement macro : on a ajusté les paramètres et leurs dispersions pour rendre compte des séries de taux d activité passés

18 La prise en compte de l effet horizon Idée que décalage des barèmes modifie comportements sur le marché du travail en amont de l âge minimum de liquidation, tant du côté employeurs qu employés. Deux versions possibles : Canal micro : optimisation individuelle en fonction de l horizon personnel de liquidation Canal macro : effet de norme sociale Possible de programmer les deux types de canaux dans Destinie. On a retenu le second : Techniquement plus facile Justifie de ne l avoir fait que pour la réforme de 2010 : relèvement de l âge seuil de 60 à 62 ans envoie signal collectif plus fort que la modification de la condition de durée Mais présenté seulement en tant que variante Décalage progressif de 2 ans de toutes les transitions entre 55 et 60 ans que Destinie simule par défaut.

19 Résultats

20 Hypothèses (1) Calibrages des options «Cible de taux de remplacement» et «Stock et Wise» Préférence pour l inactivité Valeur à 60 ans 1 er centile Médiane Taux de croissance selon l âge Dépréciation du futur 1 er centile Médiane Élasticité Aversion de substitution pour le risque intertemporelle Cible de taux de remplacement - Hommes 1 1,2 1 % - Femmes 1 1,5 1 % Stock et Wise - Hommes 1 1,5 1 % 2,5 % 20 % 0,5 - Femmes 1 1,8 1 % 2,5 % 20 % 0,5

21 Hypothèses (2) Hypothèses sur les barèmes Scénario Caractéristiques 1992 Principaux paramètres bloqués à leurs valeurs de 1992 pour les régimes de base. Indexations conformes aux évolutions historiques pour les salaires portés aux comptes, les pensions déjà liquidées et les paramètres des régimes complémentaires. Au-delà de 2009, tous ces paramètres sont systématiquement indexés sur les prix Scénario «1992» + prise en compte de la réforme de Scénario «1993» + prise en compte de la réforme de Scénario «2003» + prise en compte de la réforme de 2010 et des autres évolutions intervenues de 2003 à hz Scénario «2010» + décalage de deux ans des calendriers de sortie du marché du travail après 55 ans pour motif autre que la retraite, étalé sur les générations 1951 à 1966

22 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Dans le scénario «taux de remplacement cible», le calibrage a été optimisé pour passer au plus près des valeurs récentes du taux d activité des ans. Même sans aucune réforme, le taux d activité augmente significativement, notamment pour les hommes. La réforme de 2003 a un impact faible sur les taux d activité. Après réforme 2010, on aboutit à un taux d activité de 50% pour les hommes et 45% pour les femmes à l horizon

23 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse départ à taux plein hz Obs hz Obs L ajustement est beaucoup moins bon. En particulier, à-coups massif lors du passage de la retraite à 60 ans. Sans réforme, le taux d activité augmente ensuite mais faiblement. Les réformes de 1993 et 2003 impactent fortement les taux d activité : + 30 points à l horizon La réforme de 2010 à une incidence forte à court et moyen terme, mais très modérée à long terme pour les hommes

24 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse Stock et Wise hz Obs hz Obs Résultats intermédiaires entre les 2 hypothèses précédentes. Les dynamiques sans réforme et avec réforme de 1993 sont comparables aux évolutions obtenues avec le scénario de taux de remplacement cible. La réforme de 2003 a un impact plus positif sur le taux d activité : contribution de la surcote

25 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Les évolutions des taux d activité sont quasi identiques quel que soit le scénario choisi. Alors que le scénario 2010-hz n a qu un effet très faible sur les taux d activité des ans, il impacte de manière plus significative les ans : + 5 à 10 points à l horizon 2050, soit actifs supplémentaires

26 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Avant 2009, par hypothèse, départ après 65 ans ne concerne que les indépendants. A long terme, on observe un retour aux comportements observés dans les années 1970., mais ce résultat est particulièrement fragile

27 Ages de liquidation (à gauche) et de sortie d emploi (à droite), par génération Hypothèse «taux de remplacement cible» hz hz On retrouve la même hiérarchie des effets des réformes à l exception de l impact de la réforme de 2003 qui est plus marqué que pour les taux d activité. L effet horizon est quasi-nul sur les âges de liquidation. En revanche son impact sur les âges de sortie d emploi est significatif : l effet horizon rajoute presque 1 an de plus en activité occupée.

28 Conclusion

29 Principaux enseignements Résultats relativement stables pour ce qui concerne la projection globale : Retour pour les hommes aux conditions de liquidation des années 1970, avant la retraite à 60 ans (avec une espérance de vie bien supérieure). Pour les femmes taux plus élevés que dans les années 1970 mais en raison de la croissance générale de l activité féminine Mais contributions relatives des réformes reste plus incertain Rôle limité voire contre-intuitif du passage à la NA stricto sensu : son objectif est autre, ménager marge de choix autour d un âge de référence donné, Il est normal qu elle puisse s exercer dans un sens ou dans l autre Ce qui joue est le décalage du barème vers la droite ou le bas Mais, pour les options SW et cible de TR, avec une intensité dépendant de paramètres non directement observés Et de la qualité de la projection de l ensemble des carrières et des droits.

30 Pistes Calibrage plus soigneux au niveau micro pour les options existantes Possible également d enrichir l option taux plein pour lui donner une forme moins rigide qu actuellement, comme le font la CNAV et la Drees dans leurs modèles Prisme et Promess

La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement

La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement La microsimulation : un outil pour la réflexion prospective sur le vieillissement Didier BLANCHET Rencontres de la Chaire «Risques et Chances de la Transition Démographique» Palais Brongniart, 22 avril

Plus en détail

Il y a maintenant plus de vingt ans que le thème des retraites occupe une place importante

Il y a maintenant plus de vingt ans que le thème des retraites occupe une place importante Les retraites : solidarité, contributivité et comportements de liquidation Il y a maintenant plus de vingt ans que le thème des retraites occupe une place importante dans le débat social et la revue Économie

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Durée passée en carrière et durée de vie en retraite : quel partage des gains d espérance de vie?

Durée passée en carrière et durée de vie en retraite : quel partage des gains d espérance de vie? CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2014 à 9 h30 «Espérance de vie, santé et durée de retraite» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Durée passée en carrière

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite

Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 11 juin 2002 «Age et travail» Fiche n 5 Paramètres de calcul de la pension et choix du moment du départ en retraite Dans sa conclusion le premier

Plus en détail

Dossier pour l Autorité de la statistique publique ( séance de 26 novembre 2013)

Dossier pour l Autorité de la statistique publique ( séance de 26 novembre 2013) 26 novembre 2013 Interventions de M. Pierre Mayeur et de M. Vincent Poubelle pour la labellisation par l Autorité de la statistique publique de séries statistiques de la Cnav Dossier pour l Autorité de

Plus en détail

«Microsimuler l avenir des retraites en France : l exemple du modèle Destinie»

«Microsimuler l avenir des retraites en France : l exemple du modèle Destinie» Article «Microsimuler l avenir des retraites en France : l exemple du modèle Destinie» Didier Blanchet Cahiers québécois de démographie, vol. 40, n 2, 2011, p. 209-238. Pour citer cet article, utiliser

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite des salariés des industries électriques et gazières CNIEG CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie

Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Contributivité et redistribution du système de retraite français sur le cycle de vie Séminaire Inégalités 16 Janvier 2015 Yves Dubois Anthony Marino Introduction La réforme de 2014 : Document annuel de

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

LA RETRAITE DU PRATICIEN HOSPITALIER

LA RETRAITE DU PRATICIEN HOSPITALIER LA RETRAITE DU PRATICIEN HOSPITALIER Présent et avenir Constitution de notre retraite Retraite obligatoire du régime général de l assurance vieillesse Plafonné à la moitié du «plafond» Nécessite une durée

Plus en détail

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012 Placements Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada Donald Raymond Le 28 septembre 2012 Programme 1. Mandat de l Office d Investissement du RPC (OIRPC)

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes : les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes : les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2013 à 14h30 «I - La prévisibilité du montant de la retraite pour les assurés II - Avis technique sur la durée d assurance de la génération

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes

Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes Séance plénière 25 septembre 2013 Modalités d application et calendriers de montée en charge des réformes Les conséquences pour les assurés proches de l âge de la retraite Secrétariat général du COR 1

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Simulations, à l aide du modèle PRISME de la CNAV, des effets. du passage du calcul des pensions au régime général. à un système en comptes notionnels

Simulations, à l aide du modèle PRISME de la CNAV, des effets. du passage du calcul des pensions au régime général. à un système en comptes notionnels CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 04 Document

Plus en détail

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ;

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ; Page 1 sur 6 Proposition de résolution visant à lier étroitement politiques de pension et d emploi, et à encourager le relèvement du taux d emploi des 55-64 ans par des mesures incitatives qualitatives.

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Les trimestres acquis pour la retraite au titre des périodes assimilées et de l assurance

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Evolution des âges de départ des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux en catégorie active

Evolution des âges de départ des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux en catégorie active Evolution des âges de départ des fonctionnaires hospitaliers et territoriaux en catégorie active Laurent Soulat # Version provisoire Résumé : Cette étude a pour but d étudier l évolution des âges de départ

Plus en détail

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES Luxembourg, le 21 novembre 2013 SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES 1/17 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires : 3 2. Introduction 4 3. Simulations 5 3.1 Le modèle de microsimulation et les

Plus en détail

2005-2025 Retraités et retraites

2005-2025 Retraités et retraites DOSSIER 2005-2025 Retraités et retraites Les retraités de l Agirc et de l Arrco seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Les mesures prises par les partenaires sociaux depuis 10 ans lisseront les conséquences

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009

LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 LA PROTECTION SOCIALE ET L HISTOIRE DE LA RETRAITE EN FRANCE Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 I La protection sociale en France - Les branches de la protection

Plus en détail

Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France

Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France 16/01/06 1/10 11 ème colloque de l Association de Comptabilité Nationale (ACN) Evaluation des engagements de retraite des fonctionnaires de l Etat en France Jusqu à l intervention de la loi organique relative

Plus en détail

DAEC 2015 : Les mesures

DAEC 2015 : Les mesures DAEC 2015 : Les mesures 1 Synthèse dispositif «DAEC» 2015 Ouvert aux métiers sensibles et à l équilibre Opérationnel dès décembre 2014 pour des départs à compter de janvier 2015 Un congé senior avec dispense

Plus en détail

Les évolutions du simulateur de calcul de pension

Les évolutions du simulateur de calcul de pension Les évolutions du simulateur de calcul de pension Mise à jour : 18/02/2014 1. OBJET DU DOCUMENT Ce document présente les évolutions du simulateur de pensions CNRACL depuis la réforme des retraites 2010.

Plus en détail

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS

CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS CONCLUSION ANNUITÉS, POINTS OU COMPTES NOTIONNELS : QUELQUES ENSEIGNEMENTS Après avoir décrit les principales caractéristiques du système de retraite actuel, examiné les questions préalables à se poser

Plus en détail

Les salariés au régime général retraités de la fonction publique hospitalière ou territoriale : une seconde carrière après la retraite?

Les salariés au régime général retraités de la fonction publique hospitalière ou territoriale : une seconde carrière après la retraite? n o 29 06 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Catherine Bac et Agathe Dardier, Cnav Isabelle Bridenne, CDC En collaboration avec : Les salariés au régime général retraités de la

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

Le minimum contributif : réglementation et évolutions récentes. Sylvie Chaslot-Robinet

Le minimum contributif : réglementation et évolutions récentes. Sylvie Chaslot-Robinet CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Le minimum contributif

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs

Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Les orientations nationales complémentaires : valorisation des passifs Régis WEISSLINGER Séminaire SEPIA 10 juin 2008 Page n 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

«Comprendre le système des retraites en France et ses évolutions»

«Comprendre le système des retraites en France et ses évolutions» «Comprendre le système des retraites en France et ses évolutions» 2ème partie : Les «réformes» BALLADUR, FILLON et BERTRAND (de 1993 à 2008) Les réformes BALLADUR de 1993 Les réformes FILLON de 2003 Les

Plus en détail

Modes de transition de l activité à la retraite et revenus des plus de 55 ans : une analyse de la réforme des retraites de 2003 (Version provisoire)

Modes de transition de l activité à la retraite et revenus des plus de 55 ans : une analyse de la réforme des retraites de 2003 (Version provisoire) Modes de transition de l activité à la retraite et revenus des plus de 55 ans : une analyse de la réforme des retraites de 23 (Version provisoire) Samia BENALLAH La réforme des retraites adoptée en août

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Cours Marché du travail et politiques d emploi

Cours Marché du travail et politiques d emploi Cours Marché du travail et politiques d emploi L offre de travail Pierre Cahuc/Sébastien Roux ENSAE-Cours MTPE Pierre Cahuc/Sébastien Roux (ENSAE) L offre de travail 1 / 48 Introduction Introduction Examen

Plus en détail

Rendez-vous 2008 sur les retraites

Rendez-vous 2008 sur les retraites Rendez-vous 2008 sur les retraites Paris, le 28 avril 2008 Les Français sont très attachés à leur système de retraite par répartition et le Gouvernement entend tout mettre en œuvre pour en assurer la pérennité,

Plus en détail

GESTION DES RISQUES :

GESTION DES RISQUES : GESTION DES RISQUES : LES RÉGIMES DE RETRAITE POURRAIENT-ILS S INSPIRER DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE? 30 mars 2015 «Régimes de retraite : tout n a pas encore été dit.» Tout comme les compagnies d assurance-vie,

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Luxembourg. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Luxembourg Merci de citer

Plus en détail

C est cette dernière mesure qu il est proposé d explorer.

C est cette dernière mesure qu il est proposé d explorer. 2- Réduction du besoin de remplacement dans le 1 er degré I) Définition de la mesure Jusqu alors, l optimisation du remplacement a surtout porté sur l organisation du système de remplacement. Il s agit

Plus en détail

LE MARCHÉ DU TRAVAIL APRÈS 50 ANS : éléments de comparaison franco-américaine

LE MARCHÉ DU TRAVAIL APRÈS 50 ANS : éléments de comparaison franco-américaine LE MARCHÉ DU TRAVAIL APRÈS 50 ANS : éléments de comparaison franco-américaine Le taux d emploi des plus de 50 ans est l un des enjeux majeurs du débat sur la retraite (Conseil d Orientation des Retraites,

Plus en détail

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013

Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions. Séminaire LPP 2013 Présentation des Directives techniques (DTA) de la Chambre suisse des experts en caisses de pensions Séminaire LPP 2013 Cédric Regad 19 et 28 novembre 2013 Chambre suisse des experts en caisses de pensions

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

Poursuite d activité Trois mesures pour jouer les prolongations

Poursuite d activité Trois mesures pour jouer les prolongations Salariés AOÛT 2015 Poursuite d activité Trois mesures pour jouer les prolongations B Retraite progressive B Surcote B Cumul emploi-retraite Poursuite d activité Trois mesures pour jouer les prolongations

Plus en détail

1. Projection de la population de personnes âgées dépendantes au sens de l'apa

1. Projection de la population de personnes âgées dépendantes au sens de l'apa Groupe de travail «Perspectives démographiques et financières de la dépendance» Compte rendu de la réunion du 5 avril 2011 En introduction, le modérateur du groupe signale que si les présentations orales

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton

PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT AUCUNES RECOMMENDATIONS À CE STADE-CI. Université de Moncton PROJET - POUR DISCUSSIONS SEULEMENT Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Étape 3 Évaluation des coûts Préparé par Conrad Ferguson

Plus en détail

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi

REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE. Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE Présentation au Conseil d Orientation de l Emploi I. POURQUOI LE RSA? 1. Evolution et limites des minima sociaux 2. Les nouvelles problématiques de la pauvreté en emploi 3.

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Simulation dynamique du trafic

Simulation dynamique du trafic Simulation dynamique du trafic Présentation au CETE Méditerranée le 15 JUIN 2007 Christine BUISSON LICIT Objectifs de la présentation Vous proposer une boite à outil minimale de questions à se poser pour

Plus en détail

Les dispositifs de retraite supplémentaire

Les dispositifs de retraite supplémentaire a v r i l Retraite : un retraité sur huit perçoit une rente En 13, plus de 1 milliards d euros de cotisations ont été versés au titre de la retraite, soit,3 % des cotisations versées au titre des différents

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 PARIS, le 24/05/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 OBJET : Modifications apportées au régime social des indemnités versées à l'occasion

Plus en détail

Certains ont réussi pourquoi? Étude de cas réel de gestion de risque. Lise Gervais, présidente du comité de retraite

Certains ont réussi pourquoi? Étude de cas réel de gestion de risque. Lise Gervais, présidente du comité de retraite Certains ont réussi pourquoi? Étude de cas réel de gestion de risque Par Lise Gervais, présidente du comité de retraite Avril 2013 1 L origine du Régime 2 1 L origine du Régime (1/2) Un projet collectif

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE

Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE Fiscalité des déchets et financement de l économie circulaire Bilan des discussions et propositions issues du groupe de travail du CFE 30 juin 2014 Cette note présente le bilan des discussions du groupe

Plus en détail

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Réformes des retraites et évolution des âges de départ à la CNRACL : un éclairage sur les fonctionnaires hospitaliers et territoriaux sédentaires

Réformes des retraites et évolution des âges de départ à la CNRACL : un éclairage sur les fonctionnaires hospitaliers et territoriaux sédentaires Janvier 2014 01 Réformes des retraites et évolution des âges de départ à la CNRACL : un éclairage sur les fonctionnaires hospitaliers et territoriaux sédentaires Laurent Soulat, Sébastien Cambier et Eric

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE

Institut des Actuaires 23 Juin 2010. 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE Institut des Actuaires 23 Juin 2010 9 ème Congrès Annuel des Actuaires Séance pleinière Denis Kessler, Président Directeur Général, SCOR SE 1. Un univers des risques en expansion 2. D un monde plus linéaire

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

AAEA Les assurances de personnes le Jeudi 22 octobre

AAEA Les assurances de personnes le Jeudi 22 octobre AAEA Les assurances de personnes le Jeudi 22 octobre 1 Consultant Retraite Comprendre, Anticiper, Décider Mais de nombreuses déclinaisons. Les assurances de personnes => sujet du jour Les compléments de

Plus en détail

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes

La prise en compte pour la retraite des périodes d interruption d emploi involontaire : évolutions législatives et réglementaires récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009 CGAHDF PRESENTATION DE - LA LOI DE FINANCES 2009 16 Février 2009 Yves Granier - Martine Villers 1 IMPOT SUR LE REVENU Limites et seuils : Modifications Relèvement de 2,9 % des tranches Limite d exonération

Plus en détail

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous?

L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? L Après-Comité D Amours : Où en sommes-nous? Contributions volontaires ou obligatoires? Claude Montmarquette CIRANO et Université de Montréal Le 17 octobre 2013 Problématique Il y a un constat de fait

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

vous informer sur votre retraite

vous informer sur votre retraite vous informer sur votre retraite www.reunica.com points de repères Répartition : une retraite solidaire entre générations Notre système de retraite repose sur la répartition : les cotisations prélevées

Plus en détail