Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus"

Transcription

1 Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire Fourgeaud - 8 juin 2011

2 Introduction Présentation précédente a détaillé évolutions passées des barèmes de retraite Question qui en dérive : quelle incidence sur comportement de liquidation? A fait l objet de beaucoup d efforts depuis les années 1990 : Modèles de simulation ex ante : Destinie, Ariane, Prisme, Venus, plus récemment Promess de type microsimulation, ou essayant de travailler à niveau relativement fin, pour rendre compte de la complexité des critères On commence également à bénéficier de travaux d évaluation ex post, tant pour les réformes 93 (Bozio), que 2003 (Baraton, Beffy, Fougère; Benallah) Objectif de cette présentation : Quelques éléments de réflexion additionels sur ce thème Basés sur la contribution de Destinie aux dernières projections de population active de l Insee

3 Plan Que s agit-il de quantifier, quelles sont les incertitudes a priori? Les possibilités offertes par le nouveau modèle Destinie Les résultats : Quels taux d activité à long terme après 55 ans? Quelles contributions relatives des différentes réformes? Conclusion : les voies d amélioration

4 Que s agit-il de quantifier? Quelles incertitudes a priori?

5 Rappels sur le contenu des réformes Avant 1993 : «taux plein» atteint si 37,5 années de cotisation ou âge=65 ans. Forte pénalité si départ avant ce taux plein («décote») Pas de bonus si départ au delà Réforme 1993 (secteur privé) : Baisse de la retraite offerte au taux plein Durcissement de la condition nécessaire pour le TP avant 65 ans 40 ans pour la génération 1943 Pas de modification du profil du barème de part et d autre du taux plein Réforme 2003: Alignement secteur public sur règle des 40 ans (de 2003 à 2008) Puis nouveau durcissement parallèle de la règle : 41 ans en 2012, 41,5 en 2020 Avant le taux plein : convergence des décotes Réduction dans le privé Accroissement dans le public Après le taux plein, introduction de la surcote Mesures carrières longues Réforme 2010 Action sur la fenêtre de liquidation : [60,65] portée à [62,67] d ici 2018

6 Illustration graphique dans le cas du secteur privé Taux de remplacement Age de liquidation Age min Age max

7 Incertitudes : le cas de la réforme 1993 Hypothèse plausible : maintien sur le point anguleux du barème, i.e. hypothèse taux plein C était l optique du modèle Destinie «0» Confortée par le fait que TP, à l époque, restait l âge de fin normale du contrat de travail Dans ce cas, incertitude concerne surtout la distribution des durées atteintes aux différents âges qui n est pas marginale Mais on aurait déjà pu imaginer que baisse des droits conduise à prolongation pour ceux que le nouveau TR ne satisfaisait pas

8 Incertitudes : le cas de la réforme 2003 Esprit de la réforme : thème de la liberté de choix, réduction de l incitation à partir au taux plein Dans ce cadre, difficile de continuer à utiliser un modèle postulant départ à ce TP Avait conduit à mobilisation du modèle d arbitrage de Stock et Wise: Destinie «1», Ariane, Venus On reviendra plus loin sur ses propriétés mais, a priori, dans un tel modèle : Impact pur de la flexibilisation du barème est incertain A fortiori l impact du relèvement ultérieur de la surcote Role crucial du calibrage, mais rendu très délicat par absence de variabilité des comportements avant réforme

9 Incertitudes sur le cas de la réforme 2003 : illustration graphique TR B 3 B 4 A B 2 B 0 B 1 Age

10 Incertitudes : le cas de la réforme 2010 Effets en principe plus mécaniques mais : Contribution du relèvement de l âge min à 62 ans dépend des messages des projections avant réforme Plus faible si on prédit impact élevé des réformes antérieures Incertitude sur effets de la remontée à 67 ans de l âge d annulation de la décote Importance accrue de la question des effets sur l âge de sortie d emploi réforme affecte plus fortement individus plus exposés à risque de chômage de fin de carrière Renvoie à la problématique de l effet horizon

11 Les possibilités offertes par Destinie 2

12 Le modèle Destinie 2 : quelles possibilités? 6 options pour les comportements : Taux plein (au sens strict du terme) Stock et Wise (SW) «Utilité instantanée» Cas limite de Stock et Wise pour «cible de taux de remplacement» Départ à l âge maximisant le cumul des droits Départ dès que report cesse d accroitre cumul des droits Age totalement exogène Pour les options mobilisant des paramètres de préférence, possibilité de totalement contrôler leurs distributions On s est focalisé ici sur les options 1 à 3 Avec détour analytique sur les propriétés théoriques de SW, pour aider à mieux le calibrer,

13 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (1) Version simplifiée : temps continu, âge au décès fixe La fonction d utilité estimée à l âge a pour un départ en R est: 1 w R (u a) p(r) (u a) U(a, R) e du e du 1 a 1 R Il y a départ à l âge a si du(a,r)/dr en R=a est négatif soit d 1 U(a, R) w p(a) dr R a Ce qu on peut réécrire sous forme d une condition liant la pente du barème et le taux de remplacement T r (a) atteint à l âge a p'(a) p(a) ( 1 ) a 1 e (u a) 1 du 1 p'(a) p(a) 1 (u p(a) e 1 1 T (a) r a a) du 0

14 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (2) Illustration : surcote ou pente critique en fonction de T r pour a=60, =80, k=2, =0,5 et diverses valeurs de Montre que Pas de départ si T r <1/k (sauf si p était inférieur à 0, ce qu on exclut) Au delà, départ si surcote insuffisante La surcote critique est fonction croissante de Si = (i.e. utilité instantanée), départ systématique dès que T=1/k est atteint)

15 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (3) Plus en détail, effet de la pente du barème apparait totalement ambigu: Peut induire report pour individus ayant atteint T=1/k Mais permet aussi d atteindre plus vite ce T=1/k Pour =, seul ce deuxième effet joue : à T r initial donné, une surcote plus élevée est un facteur de départ plus rapide plutôt que plus tardif Ce mécanisme jouera un rôle dans les simulations qui suivront

16 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement? (4) Par ailleurs, modèle souvent décrit comme modèle d offre ignorant les contraintes sur la demande de travail, ce qui est inexact Destinie simule des sorties d emploi avant l âge normal de liquidation (en général involontaires) Pour ces individus, modèle SW va prévoir un arbitrage différent de celui des actifs occupés Si prestation de chômage, départ dès que retraite plus élevée que cette prestation Si pas de prestation, départ dès que possible Ces propriétés joueront également un rôle dans les résultats qui suivront

17 Stratégie de calibrage Au vu de ce qui précède fixer k en fonction de ce qu on pense être le T r minimal acceptable, puis jeu sur pour ajuster sensibilité à la surcote, sans s interdire valeur très élevées, avec pour cas limite = correspondant à l option utilité instantanée. On tire par ailleurs parti de ce que Destinie ne se contente pas de projeter comportements futurs mais reconstitue aussi comportements passés du stock de retraités Il le fait pour assurer continuité au démarrage de la projection Permet en théorie calibrage microéconomique fin : confrontation prédictions micro avec âges de liquidation dans l enquête patrimoine qui sert de base au modèle A ce stade, calage seulement macro : on a ajusté les paramètres et leurs dispersions pour rendre compte des séries de taux d activité passés

18 La prise en compte de l effet horizon Idée que décalage des barèmes modifie comportements sur le marché du travail en amont de l âge minimum de liquidation, tant du côté employeurs qu employés. Deux versions possibles : Canal micro : optimisation individuelle en fonction de l horizon personnel de liquidation Canal macro : effet de norme sociale Possible de programmer les deux types de canaux dans Destinie. On a retenu le second : Techniquement plus facile Justifie de ne l avoir fait que pour la réforme de 2010 : relèvement de l âge seuil de 60 à 62 ans envoie signal collectif plus fort que la modification de la condition de durée Mais présenté seulement en tant que variante Décalage progressif de 2 ans de toutes les transitions entre 55 et 60 ans que Destinie simule par défaut.

19 Résultats

20 Hypothèses (1) Calibrages des options «Cible de taux de remplacement» et «Stock et Wise» Préférence pour l inactivité Valeur à 60 ans 1 er centile Médiane Taux de croissance selon l âge Dépréciation du futur 1 er centile Médiane Élasticité Aversion de substitution pour le risque intertemporelle Cible de taux de remplacement - Hommes 1 1,2 1 % - Femmes 1 1,5 1 % Stock et Wise - Hommes 1 1,5 1 % 2,5 % 20 % 0,5 - Femmes 1 1,8 1 % 2,5 % 20 % 0,5

21 Hypothèses (2) Hypothèses sur les barèmes Scénario Caractéristiques 1992 Principaux paramètres bloqués à leurs valeurs de 1992 pour les régimes de base. Indexations conformes aux évolutions historiques pour les salaires portés aux comptes, les pensions déjà liquidées et les paramètres des régimes complémentaires. Au-delà de 2009, tous ces paramètres sont systématiquement indexés sur les prix Scénario «1992» + prise en compte de la réforme de Scénario «1993» + prise en compte de la réforme de Scénario «2003» + prise en compte de la réforme de 2010 et des autres évolutions intervenues de 2003 à hz Scénario «2010» + décalage de deux ans des calendriers de sortie du marché du travail après 55 ans pour motif autre que la retraite, étalé sur les générations 1951 à 1966

22 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Dans le scénario «taux de remplacement cible», le calibrage a été optimisé pour passer au plus près des valeurs récentes du taux d activité des ans. Même sans aucune réforme, le taux d activité augmente significativement, notamment pour les hommes. La réforme de 2003 a un impact faible sur les taux d activité. Après réforme 2010, on aboutit à un taux d activité de 50% pour les hommes et 45% pour les femmes à l horizon

23 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse départ à taux plein hz Obs hz Obs L ajustement est beaucoup moins bon. En particulier, à-coups massif lors du passage de la retraite à 60 ans. Sans réforme, le taux d activité augmente ensuite mais faiblement. Les réformes de 1993 et 2003 impactent fortement les taux d activité : + 30 points à l horizon La réforme de 2010 à une incidence forte à court et moyen terme, mais très modérée à long terme pour les hommes

24 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse Stock et Wise hz Obs hz Obs Résultats intermédiaires entre les 2 hypothèses précédentes. Les dynamiques sans réforme et avec réforme de 1993 sont comparables aux évolutions obtenues avec le scénario de taux de remplacement cible. La réforme de 2003 a un impact plus positif sur le taux d activité : contribution de la surcote

25 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Les évolutions des taux d activité sont quasi identiques quel que soit le scénario choisi. Alors que le scénario 2010-hz n a qu un effet très faible sur les taux d activité des ans, il impacte de manière plus significative les ans : + 5 à 10 points à l horizon 2050, soit actifs supplémentaires

26 Taux d activité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse «taux de remplacement cible» hz Obs hz Obs Avant 2009, par hypothèse, départ après 65 ans ne concerne que les indépendants. A long terme, on observe un retour aux comportements observés dans les années 1970., mais ce résultat est particulièrement fragile

27 Ages de liquidation (à gauche) et de sortie d emploi (à droite), par génération Hypothèse «taux de remplacement cible» hz hz On retrouve la même hiérarchie des effets des réformes à l exception de l impact de la réforme de 2003 qui est plus marqué que pour les taux d activité. L effet horizon est quasi-nul sur les âges de liquidation. En revanche son impact sur les âges de sortie d emploi est significatif : l effet horizon rajoute presque 1 an de plus en activité occupée.

28 Conclusion

29 Principaux enseignements Résultats relativement stables pour ce qui concerne la projection globale : Retour pour les hommes aux conditions de liquidation des années 1970, avant la retraite à 60 ans (avec une espérance de vie bien supérieure). Pour les femmes taux plus élevés que dans les années 1970 mais en raison de la croissance générale de l activité féminine Mais contributions relatives des réformes reste plus incertain Rôle limité voire contre-intuitif du passage à la NA stricto sensu : son objectif est autre, ménager marge de choix autour d un âge de référence donné, Il est normal qu elle puisse s exercer dans un sens ou dans l autre Ce qui joue est le décalage du barème vers la droite ou le bas Mais, pour les options SW et cible de TR, avec une intensité dépendant de paramètres non directement observés Et de la qualité de la projection de l ensemble des carrières et des droits.

30 Pistes Calibrage plus soigneux au niveau micro pour les options existantes Possible également d enrichir l option taux plein pour lui donner une forme moins rigide qu actuellement, comme le font la CNAV et la Drees dans leurs modèles Prisme et Promess

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Durée passée en carrière et durée de vie en retraite : quel partage des gains d espérance de vie?

Durée passée en carrière et durée de vie en retraite : quel partage des gains d espérance de vie? RETRAITES Durée passée en carrière et durée de vie en retraite : quel partage des gains d espérance de vie? Patrick Aubert * et Simon Rabaté ** Cet article étudie l évolution du rapport entre la durée

Plus en détail

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Le projet de loi article par article

Le projet de loi article par article Le projet de loi article par article L article 1er prévoit la mise en place d un Comité de pilotage des organismes de retraite. Sa mission est de s assurer de la pérennité financière des régimes, de l

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Pensions: idées pour une réforme réussie

Pensions: idées pour une réforme réussie Pensions: idées pour une réforme réussie Jean Hindriks Les constats Un système sous haute tension Notre système de pension subit une triple pression : démographique, sociale et budgétaire. Entre 1967 et

Plus en détail

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie

Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie Actualité liée au traitement des dossiers Retraite de la Carsat Nord-Picardie 1 Point presse 28 janvier 2015 Contact : Carsat Nord-Picardie Emel CAGLAR Chargée de relations presse emel.caglar@carsat-nordpicardie.fr

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Vieillissement de la population marocaine : Effets sur la situation financière du système de retraite et sur l évolution macroéconomique

Vieillissement de la population marocaine : Effets sur la situation financière du système de retraite et sur l évolution macroéconomique Vieillissement de la population marocaine : Effets sur la situation financière du système de retraite et sur l évolution macroéconomique Décembre 2012 SOMMAIRE Introduction.. 4 I. Diagnostic de la situation

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Fiche n 5 Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle

Plus en détail

Les motivations de départ à la retraite Premiers résultats de l enquête auprès des nouveaux retraités du régime général

Les motivations de départ à la retraite Premiers résultats de l enquête auprès des nouveaux retraités du régime général dss DIRECTION de la sécurité sociale études résultats et N 5 janvier 2011 Premiers résultats de l enquête auprès des nouveaux retraités du régime général Les nouveaux retraités de la CNAV qui ont pris

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION

SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION SIX ARGUMENTS CONTRE L ALLONGEMENT DE LA DUREE DE COTISATION La durée de cotisation requise pour avoir une retraite à taux plein est passée de 37,5 ans pour les générations nées avant 1934 à 41,5 ans pour

Plus en détail

Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions

Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions Régimes de retraites : notions essentielles et principales évolutions Annie JOLIVET IRES et CREAPT-CEE Séminaire OMNES Roissy, 6-7 juillet 2010 1. Principales caractéristiques Répartition et principe de

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans Réforme des retraites «2010» Les principales règles de «droit commun» qui changent pour les fonctionnaires Ce dossier n a pas pour ambition de reprendre l intégralité des différentes réformes passées,

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak

L évolution du système de retraite. Le cas du salarié non cadre dans le secteur privé. Henri Sterdyniak Simulation de l évolution du taux de remplacement net des salaires pour 4 cas-type, nés en 1960, selon les réformes du système de retraite, à l horizon 2020 Henri Sterdyniak L évolution du système de retraite

Plus en détail

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org SALARIES DU PRIVE Aujourd hui Réforme Fillon Commentaires DUREE DE COTISATION 40 années de cotisations

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Votre retraite française, comment l optimiser. UFE Tokyo 21 octobre 2015

Votre retraite française, comment l optimiser. UFE Tokyo 21 octobre 2015 Votre retraite française, comment l optimiser UFE Tokyo 21 octobre 2015 Sommaire Introduction Les principales règles Les carrières internationales Négociations à l Arrco et à l Agirc Les principales questions

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au régime général :

Actif au RSI et retraité au régime général : version corrigée le 01/03/20 11 Actif au RSI et retraité au régime général : une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) La plupart des travailleurs indépendants ont eu

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE

LES CHIFFRES DE LA RETRAITE 15 avril 2010 LES CHIFFRES DE LA RETRAITE Les thèmes : 1. Le poids des retraites 2. La situation financière de court terme 3. La situation financière à long terme : les principaux résultats des projections

Plus en détail

Le minimum garanti dans les trois fonctions publiques : réglementation et profil des bénéficiaires SRE CNRACL DGAFP DB

Le minimum garanti dans les trois fonctions publiques : réglementation et profil des bénéficiaires SRE CNRACL DGAFP DB CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Le minimum garanti

Plus en détail

Une évaluation de l effet de la réforme de 2003 sur les départs en retraite Le cas des enseignants du second degré public

Une évaluation de l effet de la réforme de 2003 sur les départs en retraite Le cas des enseignants du second degré public RETRAITES Une évaluation de l effet de la réforme de 2003 sur les départs en retraite Le cas des enseignants du second degré public Manuella Baraton*, Magali Beffy** et Denis Fougère*** Dans le contexte

Plus en détail

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2 No 1 Février 2009 Prises de position du secteur de l assurance Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion rises de Association Suisse d Assurances (ASA) C. F. Meyer-Strasse 14, Case Postale, CH-8022

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Caisse de Pension Avenir de la caisse: Proposition du GT Fin Plan de la présentation Contexte Objectif Processus Démarches réalisées Solutions proposées Conclusion 2 1 Contexte Nouvelles exigences fédérales

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans Rechercher et retrouver un emploi après 55 Stéphanie Govillot, Marie Rey* En France, le taux d activité des plus de 55 est particulièrement faible, surtout pour les hommes. Pour ces derniers, il a fortement

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

RÉFORMES DES RETRAITES : QUELLES EVOLUTIONS? QUEL ACCOMPAGNEMENT CLIENT? Réunion cabinet. Atelier AG du 10.07.2014

RÉFORMES DES RETRAITES : QUELLES EVOLUTIONS? QUEL ACCOMPAGNEMENT CLIENT? Réunion cabinet. Atelier AG du 10.07.2014 RÉFORMES DES RETRAITES : QUELLES EVOLUTIONS? QUEL ACCOMPAGNEMENT CLIENT? Réunion cabinet Atelier AG du 10.07.2014 Direction opérations commerciales- FG- 18.04.2014 PRESENTATION GROUPE Direction opérations

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Notre système légal de pensions est confronté

Notre système légal de pensions est confronté [PENSIONS] Pensions: QUELLES SOLUTIONS? Le système légal de nos pensions pose assurément problème... Est-il encore viable à long terme? Quel constat tire-t-on actuellement? Quelles sont les solutions envisageables?

Plus en détail

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL uestions Retraite & Solidarité Les études Direction des retraites et de la solidarité janvier 2014-06 Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL I. Bridenne et Y. Mariama

Plus en détail

Le système de retraite français offre aux assurés

Le système de retraite français offre aux assurés Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la Santé et des Solidarités La réforme des retraites d août 2003 offre aux cotisants du régime général davantage de choix dans

Plus en détail

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E 14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme La réforme après les décisions de la CSSS-E 1 Résumé des décisions de la CSSS-E La CSSS-E soutient le concept du Conseil fédéral relatif à une réforme globale

Plus en détail

Revendications de congrès CFDT

Revendications de congrès CFDT PARIS - UPSM Jeudi 17 Octobre 2013 Revendications de congrès CFDT «Refondation de la répartition» congrès de Lille, «Réforme globale des retraites» congrès de Nantes, ou «Harmonisation et consolidation

Plus en détail

Un exercice de TVA sociale

Un exercice de TVA sociale Un exercice de TVA sociale Stéphane Gauthier, Université de Caen et CREST http://www.crest.fr/pageperso/gauthier/tvasociale.pdf Thème général Quels sont les effets sur l emploi de modifications des assiettes

Plus en détail

Retraites. Quelle réforme voulons-nous?

Retraites. Quelle réforme voulons-nous? Retraites Quelle réforme voulons-nous? Les retraites, comment ça marche? Deux principes: Obligation: tout le monde cotise pour bénéficier d une retraite de base Répartition: les cotisations des actifs

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

CAMPAGNE RETRAITE 2004

CAMPAGNE RETRAITE 2004 CAMPAGNE RETRAITE 2004 «La CGT toujours avec vous» sur le dossier revendicatif de la Retraite Nouveau logo pour marquer une nouvelle étape de notre campagne Retraite commencée il y a 3 ans Toujours avec

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

Version provisoire : ne pas citer

Version provisoire : ne pas citer La réforme des retraites de 1993 en France : quel impact sur l équivalent patrimonial des droits à la retraite? Christophe Daniel *, Anne Lavigne **, Stéphane Mottet ***, Jesus Herell Nze Obame *, Bruno

Plus en détail

Propositions et revendications

Propositions et revendications Propositions et revendications Débattons Parlons d équité ou de justice sociale 2 Parlons d équité L âge d entrée dans la vie active recule Allongement des études ou de la formation Les débuts de la vie

Plus en détail

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet.

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet. Le PERP Le Plan d épargne retraite populaire (Perp) a pour objectif de permettre la mise en place d une épargne de long terme, par capitalisation en vue de la retraite. Ce dispositif, ouvert à tous, est

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Allongement de la vie professionnelle : Les enjeux et les conditions d un changement de cap

Allongement de la vie professionnelle : Les enjeux et les conditions d un changement de cap Allongement de la vie professionnelle : Les enjeux et les conditions d un changement de cap A.M. GUILLEMARD Université Paris Descartes Sorbonne Academia Europaea 1 Allonger la vie professionnelle : Un

Plus en détail

La retraite des personnels de l enseignement privé

La retraite des personnels de l enseignement privé Version juin 2012 1 La retraite des personnels de l enseignement privé Le SPELC, premier syndicat de l enseignement privé en région Centre 2 Avant de commencer La réforme des retraites, tant redoutée,

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT

Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT N 12 du 5 mars 2008 Destinataires :. Bureau national. Fédérations. URI. UD. Secrétaires confédéraux Retraites- rendez-vous de 2008 Les positions de la CFDT Comme l avait décidé le congrès de Grenoble,

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

Finlande. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Finlande. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Finlande Finlande : le système de retraite en 212 Il existe une pension d État de base (pension nationale et garantie) qui est soumise à conditions de ressources et une série de régimes obligatoires liés

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

Chapitre XIV Décotes et surcotes dans les pensions de retraite

Chapitre XIV Décotes et surcotes dans les pensions de retraite 351 Chapitre XIV Décotes et surcotes dans les pensions de retraite DECOTES ET SURCOTES DANS LES PENSIONS DE RETRAITE 353 PRESENTATION Décotes et surcotes sont des dispositifs ayant pour effet respectivement

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

> L équité ET LES RéFORMES DES RETRAITES

> L équité ET LES RéFORMES DES RETRAITES > L équité ET LES RéFORMES DES RETRAITES Partager les gains d espérance de vie entre travail et retraite : l effet des réformes Simon Rabaté Doctorant à l école d économie de Paris Diplômé de l école Normale

Plus en détail

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière

Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH. Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Essentiels de la retraite 19 juin 2014 ATELIER RH Les incidences de la réforme 2013 des retraites sur la gestion des fins de carrière Zoom sur la retraite progressive Françoise KLEINBAUER France Retraite

Plus en détail

RETRAITES : ETAT DES LIEUX

RETRAITES : ETAT DES LIEUX RETRAITES : ETAT DES LIEUX IMPACT DES REFORMES LIBERALES LES ALTERNATIVES POUR DES RETRAITES SOLIDAIRES 1 Les retraites par répartition Principe : Une partie de la richesse produite par les travailleurs

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Table des matières Préambule........................................................ 7 Présentation......................................................

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Économie Politique I Plan du cours

Économie Politique I Plan du cours Économie Politique I Plan du cours Intro I Faits stylisés et comptabilité de la croissance II Le modèle de croissance néo classique III La croissance comme processus auto-entretenu IV Les trajectoires

Plus en détail

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise!

Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! Maximiser la Valeur Ajoutée de l Entreprise! en conjuguant Modélisation, Optimisation et Simulation par Paul-Louis Brodier -1- La Valeur ajoutée de l Entreprise dépend de La Valeur Ajoutée Directe des

Plus en détail

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long.

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Sébastien Roux INSEE-CREST COE, 13 mai 2008 Roux (CREST) Trajectoires salariales COE, 13 mai 2008 1 / 36 Introduction

Plus en détail

MODALITÉ DE MISE EN ŒUVRE SELON L'ÉQUIPEMENT

MODALITÉ DE MISE EN ŒUVRE SELON L'ÉQUIPEMENT MODALITÉ DE MISE EN ŒUVRE SELON L'ÉQUIPEMENT INFORMATIQUE DISPONIBLE Pour utiliser le logiciel «Le train des lapins» en classe, il suffit d'avoir un poste informatique. Il n'est pas nécessaire que celui-ci

Plus en détail

Les déterminants des réussites professionnelles

Les déterminants des réussites professionnelles 9 es Journées d études Céreq Lasmas-IdL, Rennes, 15 et 16 mai 2002 «Formation tout au long de la vie et carrières en Europe» Les déterminants des réussites professionnelles Christine Gonzalez-Demichel,

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE

RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Conférence OEE 26 Novembre 2014 RÔLE DES PENSIONS PRIVÉES DANS LA PRÉPARATION POUR LA RETRAITE Résultats de l étude de l OCDE Contexte et Motivation Questions que se posent les pouvoirs publics: La population

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20

Belgique. Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 211 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-211-fr Belgique Merci de citer ce

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Direction de la Sécurité Sociale. Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Direction de la Sécurité Sociale. Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 30 septembre 2009 à 9 h 30 «Le pilotage du système de retraite en France : objectifs, leviers d action et méthodes» Document N 4 Document de travail,

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective

Présentation de la législation sur la réversion. Caisse Nationale d Assurance Vieillesse Direction Statistiques et prospective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 09 juillet 2008-9 h 30 «Evolution des droits familiaux et conjugaux ; niveau de vie au moment du veuvage» Document N 14 Document de travail, n engage

Plus en détail

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait

Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ENFANTS - ADOLESCENTS (1 À 14 ANS) MODES DE GARDE ET SCOLARISATION DES MOINS DE 6 ANS Contexte Un fort accroissement des besoins en modes d accueil de la petite enfance se fait ressentir en France depuis

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Et de ses conséquences en 2011

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Et de ses conséquences en 2011 Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Et de ses conséquences en 2011 APLRL, 28 Février 2012 Objectifs : Vous aider à mieux cerner les effets de cette réforme Vous présenter les

Plus en détail

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Les notions de base Année d ouverture du droit à pension ou année de référence: c est l année à partir de laquelle le fonctionnaire remplit toutes les conditions (âge et durée de service) pour bénéficier

Plus en détail

1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation?

1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation? Participation employeur protection sociale : quelle approche pour la collectivité? Version du 8 février 2012 INTRODUCTION 1. Pourquoi participer? 2. Comment participer? 3. Comment réussir sa participation?

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Redevances minières : trouver l équilibre

Redevances minières : trouver l équilibre Redevances minières : trouver l équilibre Nochane Rousseau Associé Leader, secteur minier, Québec 38 e congrès de l Association des économistes du Québec Le 23 mai 2013 Ordre du jour Introduction La fiscalité

Plus en détail