Pour l'obtention du Doctorat en Médecine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour l'obtention du Doctorat en Médecine"

Transcription

1 UNIVERSITE MOHAMMED V- SOUISSI FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT- ANNEE: 200 THESE N : Délivrance dirigée a propos de 463 cas étude prospective randomisée THESE Présentée et soutenue publiquement le :.. PAR Mme. Dounia EL HARTI Née le 17 Février 1982 à Khémisset Pour l'obtention du Doctorat en Médecine MOTS CLES Délivrance Hémorragie - Ocytocique. JURY Mr. D. FERHATI Professeur de Gynécologie Obstétrique Mr. R. BERRADA Professeur de Gynécologie Obstétrique Mme. A. KHARBACH Professeur de Gynécologie Obstétrique Mr. B. RHRAB Professeur de Gynécologie Obstétrique PRESIDENT RAPPORTEUR JUGES

2 2

3 Je dédie Cette thèse 3

4 A Ma très chère mère : Chennai Touria Aucune dédicace très chère mère ne pourrait exprimer la profondeur des sentiments que j éprouve pour vous, vos sacrifices innombrables et votre dévouement firent pour moi un encouragement. Vous avez guetté mes pas, et m avez couvé de tendresse, tes prières et ta bénédiction m ont été d un grand secours pour mener à bien mes études. Puisse Dieu le tout puissant te préserve du mal, te combler de santé, de bonheur, et te procurer une longue vie afin que je te comble à mon tour. 4

5 A Mon très cher père El Harti Nacer Tu as été et tu seras toujours un exemple pour moi par tes qualités humaines, ta persévérance et perfectionnisme. Aucune dédicace ne saurait exprimer mes respects, ma reconnaissance et mon profond amour. Puisse Dieu vous préserver et vous procurer santé et bonheur. 5

6 A Mon très cher mari Nabil Qsir Aucune dédicace ne saurait traduire la profondeur des sentiments d affection; d estime, et de respect envers un mari exemplaire et merveilleux. Je vous dédie ce travail en témoignage de mon profond amour. A Mon très cher fils Ahmed Rayane Je t aime beaucoup et je te souhaite tout le bonheur du monde Accepte ce travail comme modeste présent. 6

7 A mon frère Soufiane et ma sœur Houda Je vous dédie ce travail en témoignage de mon profond amour et mon attachement. Je vous souhaite d avantage de succès, santé et bonheur. 7

8 A toute ma chère famille :Elharti,Chennai,Qsir Qui m a prodigué amour et réconfort, je cite : -Mes grandes mères à qui je souhaite le bonheur et la santé. -Mon oncle Ahmed et sa charmante famille : vous avez été un modèle pour moi. -Mes oncles et mes tantes. -Mes cousins et mes cousines. -Ma belle mère, mon beau père Que ce travail soit le témoin de toute mon affection et de mon attachement. 8

9 A la mémoire de -Mon grand père Chennai Lahcen -Mes oncles Chennai Hammadi et Abdelekader. -mes tentes Chennai Fatima et Lakbach Fatima J aurais aime que vous assistiez a ce grand jour, mais le destin a décidé autrement. Vos images sont gravées dans ma mémoire Je vous dédie ce travail en témoignage de mon grand amour. A mes Amis : Hassan, Hasna, Sanaae, Hatim, Mounia 9

10 Remerciem ents 10

11 A nôtre maître et Président de thèse Mr le professeur D. FARHATTI Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous avons été très sensibles à la gentillesse et la cordialité de votre accueil. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de présider notre jury de thèse. Veuillez trouver ici, l assurance de notre profond respect, notre reconnaissance et notre gratitude. 11

12 A nôtre maître, et rapporteur de thèse Mr le professeur R. BERRADA Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous tenons à vous remercier vivement pour nous avoir assister le long de notre travail en nous réservant votre temps précieux pour l élaboration des différentes étapes de cette thèse. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Veuillez trouver, ici, l expression de notre reconnaissance et notre respect. 12

13 A nôtre maître, et juge de thèse Mme le professeur A. KHARBACH Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous vous remercions du grand honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Qu il nous soit permis de vous exprimer notre gratitude et notre profond respect. Veuillez nous permettre de vous formuler l assurance de notre haute considération et de notre sincère reconnaissance. 13

14 A nôtre maître, et juge de thèse Mr le professeur B. RHRAB Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous avons été très sensibles à la gentillesse et la cordialité de votre accueil. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Nous saisissons cette occasion pour vous exprimer notre haute estime, considération et gratitude. 14

15 TABLE DES MATIÈRES INTODUCTION MATERIEL D ETUDE METHODE D ETUDE L Intervention : Les variables d intérêt :... 9 Recueil de données : Des données générales : Des données spécifiques permettant de comparer les deux groupes étudiés RESULTATS ET ANALYSES I. Caractéristiques générales des parturientes Répartition selon l âge des parturientes : Répartition en fonction du nombre de grossesses Répartition en fonction de la parité : Répartition en fonction de la taille : Répartition en fonction du poids : Répartition en fonction du terme : Hauteur utérine (HU) : Etat de la poche des eaux à l admission (HU) Durée du travail (de 3cm à dilatation complète):... 36

16 10. Perfusion d ocytocique au cours du travail : Poids de naissance: APGAR à la 1ère minute: II. Caractéristiques distinctives de la délivrance dirigée Injection de l ocytocique: Moment de l injection de l ocytocique: Saignement de la délivrance (24h) : a. Saignement en fonction de la voie d administration de l ocytocine 42 b. Saignement en fonction du moment de l administration de l ocytocine Délai d expulsion du placenta : L état du délivre : Discussion Rappel physiologie de la délivrance : Utilisation de l ocytocine dans la prévention des hémorragies de délivrance : Utilisation Du SYNTOCINON dans la prévention des hémorragies de délivrance en fonction du moment et du mode d administration : Rôle du SYNTOCINON dans le raccourcissement du délai de la délivrance :

17 Place des autres produits utérotoniques dans la prévention des hémorragies de délivrance : Le coût de la délivrance dirigée (aspect économique) : L appréciation de l acceptabilité et de la faisabilité de la délivrance dirigée : C o n c l u s i o n Résumé BIBLIOGRAPHIE

18 Introduction 18

19 Chaque année, femmes meurent de complications liées à la grossesse; 99% dans les pays sous développés et moins de 1% dans les pays industrialisés. Les hémorragies obstétricales dominées par l hémorragie de la délivrance représentent la première cause de cette mortalité : 24,8% (OMS). Au Maroc, comme dans le reste du monde, l hémorragie de la délivrance ; définie comme un saignement anormal par son abondance (supérieure à 500 ml) provenant du tractus génital de la femme et survenant dans les 24 premières heures après l accouchement, constitue la première cause de mortalité maternelle et la deuxième cause de morbidité maternelle grave. Elle est responsable de 20% des motifs d admission des patientes en réanimation. 80% des décès liés à ce type d hémorragie peuvent être évités par la prévention. L une des modalités de la prévention de l hémorragie de la délivrance est direction active de la troisième phase du travail. Appelée couramment délivrance dirigée ou direction pharmacologique de la délivrance, elle consiste en une administration d ocytocique après dégagement de l épaule antérieure du fœtus afin d induire une contraction utérine et de provoquer le décollement prématuré du placenta. La délivrance dirigée réduit le temps de délivrance et le saignement de la troisième phase de 40%. Afin d appuyer cette hypothèse, les auteurs ont procédé à étude prospective randomisée à propos de 463 cas. L objectif de ce travail vise à étudier dans quelle mesure la délivrance dirigée est efficace, faisable, acceptable et économiquement accessible. 19

20 Matériel d étude 20

21 L étude porte sur une série prospective de 463 femmes ayant accouché par voie basse à la Maternité Universitaire Souissi du CHU Ibn Sina de Rabat sur une période de 4 mois du 1 er janvier au 30 avril Notre série est composée de deux échantillons. Le premier comprend 226 parturientes chez qui on fait une délivrance dirigée. Le second comprend 237 parturientes qui n ont rien reçu et qui constituent le groupe témoin. Sont exclues de cette étude : les hémorragies du troisième trimestre et du travail : placenta praevia, hématome rétroplacentaire, les parturientes qui ont eu un accouchement dystocique avec recours à une extraction instrumentale compliquée de déchirures des voies génitales basses, les femmes qui ont bénéficié d une césarienne, les hémorragies secondaires aux lésions des voies génitales basses la rupture utérine. 21

22 Méthode d étude 22

23 L Intervention : L intervention consiste en une administration d ocytocique avant l expulsion du délivre, au moment ou juste après la sortie de l épaule antérieure du fœtus. L injection d ocytocique a été effectuée de trois façons : 1. soit une injection de 5UI d ocytocine en IM, 2. soit une injection de 5UI d ocytocine en IVD, 3. soit une accélération d une perfusion d ocytocine déjà mise en place au cours du travail. Les variables d intérêt : Pour les deux groupes, il a été étudié : La durée de la délivrance : le délai qui sépare le moment du clampage du cordon et la sortie du placenta. L importance du saignement au cours de la troisième phase du travail. Pour ce paramètre, on s est basé sur une évaluation clinique qui reflète la quantité du sang perdu (voir tableau ci-dessous). 23

24 Degrés de sévérité de l hémorragie : classification clinique Sévérité Signes cliniques Pertes sanguines 0 Pas de signes cliniques Inf 10% (< 60 ml) I Hypotension orthostatique 15% ( ml) II Tachycardie Hyperventilation, pâleur 20% ( ml) III Tachycardie sup à 110, Agitation, oligurie, 30% (1800 ml) IV TA < 80 mmhg Tachycardie > 120, troubles de conscience. 35% (2000 ml) V Hypotension profonde Pause respiratoire, coma arrêt circulaire > 35% (> 2000 ml) 24

25 Recueil des données : Pour le recueil de données, une fiche d exploitation a été dressée (voir l annexe) contenant 1. Des données générales : Age des parturientes Gestes, parité Antécédents parité Phase d expulsion Taille Poids Hauteur utérine Terme Présentation Etat du bassin maternel L état de la poche des eaux Durée du travail : de 3cm à l expulsion fœtale Poids du nouveau-né APGAR à la première minute 2. Des données spécifiques permettant de comparer les deux groupes étudiés : 25

26 Moment de l injection de l ocytocine Voie d administration : IM, IVD ou accélération d une perfusion en cours Délai d expulsion du placenta après clampage du cordon Etat du délivre : complet, incomplet L importance du saignement au cours de la 3ème phase du travail (les 24 premières heures après l expulsion fœtale) reflété par l état clinique de la parturiente. Incidents et complications constatées au cours de cette période : rétention placentaire, hémorragie de grande abondance, révision utérine, délivrance artificielle. 26

27 Fiche d exploitation pour le recueil des données. N dossier : Date d entrée : Age Nb grossesse Nb acch Nb avt : Nb ev : Taille : Poid : DDR : Terme : Atcd obsté : Ut cicatriciel : Pathologie maternelle associée HU : Présentation : Pde/ Bassin : Scanopelvimetrie : Durée du travail (de 3 cm à l expulsion) : Perf synto : non : oui : indication : Injection synto(dd) Perf accélère 5 ui en ivd 5 ui enj im Moment de l injection synto : sortie de l ep ant/ après clamp cordon/ bcp plus tard sortie tot du fœtus/ Délai d expulsion du placenta / a injection du synto : Etat du délivre : complet / incomplet / délivr arti / révis utér Hémorragie de la délivrance : 0/1/2/3/4/5 Poids du nne : sexe : apgare : 1mn 5 mn : 27

28 Le remplissage des fiches d exploitation a été effectué par la même personne pour les deux groupes : le groupe de la délivrance dirigée et le groupe témoin. Les données ont été analysées sur un tableau Excel à l aide de tableaux croisés dynamiques pour comparer les deux lots de parturientes. Dans un premier temps nous avons étudié les caractéristiques générales de notre série : répartition en fonction de l âge, du nombre de grossesses, parité,... Dans un deuxième temps nous avons étudié les caractéristiques spécifiques attendues de la délivrance dirigée : délai de la délivrance, importance du saignement. 28

29 Résultats et analyses 29

30 Notre travail porte sur un échantillon de 463 parturientes qui ont accouché par voie basse. Il s agit d une étude prospective randomisée : 226 cas avec délivrance dirigée et 237 délivrances naturelles (groupe témoin). Tableau n 1 : répartition des parturientes en fonction du mode de délivrance Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Nombre de cas pourcentage 49% 51% 100% I. Caractéristiques générales des parturientes 1. Répartition selon l âge des parturientes : Tableau n 2 : répartition en fonction de l âge Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne d âge (ans) 28,46 ± 6,78 28,16 ± 6,25 28,30 ± 6,51 Intervalle d âge (ans) L âge de nos parturientes varie entre 16 et 49 ans, avec un âge moyen de 28,30 ± 6,51ans. 30

31 Dans le groupe de la délivrance dirigée l âge moyen est de 28,46 ± 6,78 ans avec des extrêmes de 16 et 49ans. Dans le groupe de la délivrance naturelle l âge moyen est de 28,16 ± 6,25ans avec des extrêmes de 16 et 44ans. 2. Répartition en fonction du nombre de grossesses Tableau n 3 : répartition en fonction des gestes Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne des gestes 2,40 ± 1,58 2,36 ± 1,64 2,38 ± 1,61 Intervalle des gestes Le nombre de grossesses varie entre 1 et 11 gestes avec une moyenne de 2,38 ± 1,61 grossesses. Dans le groupe de la délivrance dirigée le nombre moyen de grossesses est de 2,40 ± 1,58ans avec des extrêmes de 1 à 8 gestes. Dans le groupe de la délivrance naturelle le nombre moyen de grossesses est de 2,36 ± 1,64 avec des extrêmes de 1 à 11gestes. 3. Répartition en fonction de la parité : Dans notre série, la primipare représente 28%, la paucipare (parité = 2 ou 3) représente 50% alors que la multipare ne représente que 22%. Cette répartition est presque identique dans les deux groupes (DD et groupe témoin). 31

32 Figure n 1 : répartition en fonction des gestes La parité varie entre 1 et 10, avec une moyenne de 2,56 ± 1,62 Tableau n 4 : répartition en fonction de la parité Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de parité 2,60 ± 1,37 2,51 ± 1,82 2,56 ± 1,62 intervalle

33 4. Répartition en fonction de la taille : Tableau n 5 : répartition en fonction des Tailles Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de taille (m) 1,61 ± 0,05 1,60 ± 0,05 1,60 ± 0,05 Intervalle (m) 1,44-1,72 1,45-1,78 1,44-1,78 La taille de nos parturientes varie entre 1,44m et 1,78m. Dans le groupe de Délivrance dirigée la taille varie entre 1,44-1,72m avec une moyenne de 1,61 ± 0,05m. Celle du groupe de la Délivrance naturelle varie entre 1,45-1,78m avec une moyenne de 1,60 ± 0,05m. 5. Répartition en fonction du poids : Tableau n 6 : répartition en fonction du poids Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de poids (kg) 72,18 ± 10,07 73,60 ± 9,91 72,92 ± 10,00 Intervalle

34 Le poids de nôtres parturientes varie entre 42 et 120 kg. Dans le groupe délivrance dirigée le poids varie entre kg avec une moyenne de 72,18 +/- 10,07. Dans le groupe délivrance naturelle le poids varie entre avec une moyenne de 73,60+/- 10, Répartition en fonction du terme : Tableau n 7 : répartition en fonction du terme Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne du terme (sem d amé) 39,17 ± 1,31 39,27 ± 1,40 39,22 ± 1,36 Intervalle Le terme de nos parturientes varie entre semaines d aménorrhée avec une moyenne de 39,22 ± 1,36. Le terme varie entre semaines d aménorrhée dans le groupe délivrance dirigée avec une moyenne de 39,17 ± 1,31. Dans le groupe délivrance naturelle le terme varie entre avec une moyenne de 39,27 ± 1,40. 34

35 7. Hauteur utérine (HU) : Tableau n 8: répartition en fonction de la hauteur utérine Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de HU (cm) 30,76 ± 1,89 30,71 ± 1,70 30,73 ± 1,79 Intervalle (cm) Toutes nos parturientes étaient à terme ou au moins à plus de 36 semaines d aménorrhée. La hauteur utérine variait entre 27 et 38 cm avec une moyenne de 30,73 ± 1,79 cm. Dans le groupe de la Délivrance dirigée, la HU moyenne était de 30,76 ± 1,89cm [27-38]. Celle de la Délivrance naturelle était de 30,71 ± 1,70 [27 38]. 8. Etat de la poche des eaux à l admission (HU) : Tableau n 9: répartition en fonction de la PDE PDE à l admission Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Intacte 157 (70%) 176 (73%) 333 (72%) Rompue 66 (30%) 64 (27%) 130 (28%) Total 223 (100%) 240 (100%) 463 (100%) 72% des parturientes avaient à l admission une poche des eaux intacte. Dans le groupe des délivrances dirigées 70% des parturientes avaient poche des eaux intacte et 73% dans le groupe témoin. 35

36 9. Durée du travail (de 3cm à dilatation complète) : Tableau n 10 : répartition en fonction de la durée du travail Durée de travail Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de durée de travail (min) 198,65 ± 107,97 218,82 ± 125,10 209,11 ± 117,47 Intervalle La moyenne de durée de travail dans le groupe délivrance dirigée est de 198,65 ± 107,97 [60-705]. La moyenne de durée de travail dans le groupe délivrance naturelle est de 218,82 ± 125,10 [40-720]. La durée de travail varie entre 40 et 720 minutes. 10. Perfusion d ocytocique au cours du travail : Tableau n 11 : perfusion d ocytocique au cours du travail Perfusion d ocytocique Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Sans perfusion 159 (70%) 188 (79%) 347 (75%) Avec perfusion 67 (30%) 49 (21%) 116 (25%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463(100%) On a eu recours à la perfusion ocytocique pour renforcer les contractions utérines dans 116 cas (25%). Dans le groupe de délivrance dirigée 67 parturientes ont nécessité une perfusion ocytocique contre 21% dans le groupe délivrance naturelle. 36

37 11. Poids de naissance: Tableau n 12 : poids de naissance des poids de naissance Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne (g) 3350 ± ± ± 435 Intervalle (g) Dans notre étude le poids de naissance varie entre mg. Dans le groupe délivrance dirigée le poids de naissance varie entre mg avec une moyenne de /- 489 mg. Dans le groupe délivrance naturelle le poids de naissance varie entre mg avec une moyenne de 3348+/- 378mg. 12. APGAR à la 1 ère minute: Tableau n 13 : APGAR à la 1ère minute APGAR à la 1ère min Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total APGAR (96%) 225 (95%) 443 (96%) APGAR < 7 8 (4%) 12 (5%) 20 (4%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) Dans notre étude 96% des nouveau né ont eu un ABGAR 7 (96% groupe délivrance dirigée, 95% groupe délivrance naturelle).alors que 4% seulement ont eu un ABGAR <7 (4% groupe délivrance dirigée, 5% groupe délivrance naturelle) 37

38 II. Caractéristiques distinctives de la délivrance dirigée 1. Injection de l ocytocique: Tableau n 14 : voie d administration de l ocytocine Mode d injection Délivrance dirigée pourcentage Accélération perfusion 57 (25%) Injection intramusculaire 94 (42%) Injection IVD 75 (33%) Total 226 (100%) Pour le groupe délivrance dirigée l injection de l ocytocique a été administrée de trois façons. Le choix du mode d administration a été fait au hasard. L injection intramusculaire de 5UI de Syntocinon* a été réalisée chez 94 parturientes (42%) des cas, la voie intraveineuse a été faite dans 58% des cas, intraveineuse directe dans 75 cas (33%) et accélération en flash de la perfusion de Syntocinon* (5IU/500cc G5) dans 57 cas (25%). 38

39 2. Moment de l injection de l ocytocique: Tableau n 15 : moment de l administration de l ocytocine Moment de l injection de synto Délivrance dirigée pourcentage Sortie de l épaule antérieure 66 (29%) Sortie totale du fœtus 142 (63%) Tardivement 18 (8%) Total 226 (100%) L administration du Syntocinon* pour la délivrance dirigée a été effectuée au moment de la sortie de l épaule antérieur du foetus dans 29% des cas, au moment de la sortie totale du fœtus dans 63% des cas et tardivement dans 8% des cas seulement. Figure n -2- : voie d administration de l ocytocine 39

40 3. Saignement de la délivrance (24h) : Tableau n 16 : quantité de sang de la délivrance Hémorragie de la délivrance (Stadification clinique) Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total général 0 (< 600 ml) 183 (81%) 148 (62%) 331 (71%) I ( ml) 29 (13%) 62 (26%) 91 (20%) II ( ml) 12 (5%) 21 (9%) 33 (7%) III (1800 ml) 2 (1%) 2 (1%) 4 (1%) IV (2000 ml) 2 (1%) 2 (0,8%) V (> 2000 ml) 2 (1%) 2 (0,8%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) ² = ; P < 0,0001 Dans notre série, la quantité de sang perdue au cours de la 3 ème phase du travail (délivrance) a pu être quantifiée grâce à la stadification clinique. On a considéré comme hémorragie légère : stade 0, modérée : stade I et sévère : stade II, III, IV et V : L hémorragie a été dans : 71% des hémorragies légères (81% dans le groupe délivrance dirigée,62% dans le groupe délivrance naturelle), 20% des hémorragies modérées (13% dans le groupe délivrance dirigée, 26% dans le groupe délivrance naturelles). 40

41 Les hémorragies sévères ont représenté 19% (6% dans le groupe délivrance dirigée et 11% dans le groupe délivrance naturelle). Tableau n 17 : sévérité de l hémorragie Hémorragie de la délivrance (degrés de sévérité) Délivrance dirigée Délivrance naturelle Série Légère 183 (81%) 148 (62%) 331 (71%) Modérée 29 (13%) 62 (26%) 91 (20%) Très Grave 14 (6%) 27 (11%) 4 (19%) Total général 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) ² = ; P < 0,0001 Figure n 3 : sévérité de l hémorragie 41

42 a. Saignement en fonction du moment d administration de l ocytocine: ² = ; P<0,0001 Figure n 4 : importance de l hémorragie / mode de délivrance La direction pharmacologique de la délivrance réduit le risque hémorragique. Cette baisse du risque est d autant plus importante que le moment de l injection de l ocytocique est précoce. Les formes hémorragiques graves passent de 28% quand la délivrance dirigée est faite tardivement, à 6% après sortie totale du fœtus et à 0% quand l injection est faite au moment de la sortie de l épaule antérieure. 42

43 b. Saignement en fonction de la voie de l administration de l ocytocine: ² = ; P<0,0001 Figure n -5- : importance de l hémorragie / mode d injection de l ocytocine Concernant la voie d administration de l ocytocique, le risque hémorragique passe de 9% avec la voie intraveineuse à seulement 2% avec la voie intra musculaire. 43

44 4. Délai d expulsion du placenta : Tableau n 18 : délai d expulsion du placenta Délai en min Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne (min) 7,91 ± 4,34 15,59 ± 7,43 11,84 ± 7,22 Intervalle (min) Le délai de délivrance dans notre étude varie entre 1-55 minute. Dans le groupe délivrance dirigée le délai de délivrance varie entre 1-33minutes avec une moyenne de 7,91+/-4,34 minutes. Dans le groupe délivrance naturelle, le délai de délivrance varie entre 2-55 minutes avec une moyenne de 15,59+/-7,43 minutes. Figure n -6- : délai de la délivrance 44

45 Pour le groupe délivrance dirigée 30% des parturientes ont été délivrées au bout de 5 à 9 minutes, 20% ont été délivrées dans un délai de 10 à14 minutes et 0% ont été délivrées à 30 minutes. Pour le groupe témoin (délivrance naturelle),20% ont été délivrées dans un délai de 10 à14 minutes tandis que 40% ont été délivrées au bout de 15-30minutes et 10% ont été délivrées au-delà de 30 minutes. La délivrance dirigée diminue le délai de délivrance. ² = ; P<0,00001 Figure n -7- : délai de la délivrance en fonction du moment de l injection 45

46 La délivrance dirigée diminue le délai de délivrance.cette dimunition est influencé par le moment d injection d ocytocique,en effet ce délai passe de 10% (délivrance dirigée pratiquée tardivement(plus de 20 minutes) à 0% quand elle est pratiquée à la sortie de l épaule antérieur. ² = 4.886; P>0,05 (NS) Figure n -8- : délai de la délivrance en fonction du mode de l injection La délivrance dirigée raccourci le délai de la délivrance, ce dernier est influencée par la voie d injection d ocytocique. L accélération d une voie déjà installée semble être la plus efficace avec 74% des cas délivrée en moins de 10 minutes (62% intramusculaire, 60 % seulement encas d injection intraveineuse). 46

47 5. L état du délivre : Tableau n 19: état du délivre Etat du délivre Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Complet 208 (92%) 228 (96%) 436 (94%) incomplet 18 (8%) 9 (4%) 27 (6%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) OR = 2,19 (IC 95% [ ]). ² = 3.66 P > 0,05 (NS) Dans notre étude, 94% des patientes ont eu un délivre complet (92% dans le groupe délivrance dirigée,96% dans le groupe délivrance naturelle) tandis que 6% ont eu un délivre incomplet (8% dans le groupe délivrance dirigée, 6% dans le groupe délivrance naturelle). D après ce tableau, la délivrance dirigée semble multiplier par deux le risque d enchatonnement du placenta. En fait, ce risque dépend : Essentiellement du délai de l administration de l ocytocique : 0% si l injection est faite au moment de la sortie de l épaule antérieure contre 33% si elle est faite tardivement. ( ² = ; P<0,0001) En partie de la voie d administration : 5% voie intramusculaire, 8% voie IVD et 12% pour la perfusion en flash. ( ² = ; P > 0,05 (NS) 47

48 ² = ; P<0,0001 Figure n -9- : état du délivre L état du délivre depend du moment d injection d ocytocique, plus ce dernier est retardé plus le delivre est incomplet. 48

49 ² = ; P>0,05 (NS) Figure n -10- : état du délivre L etat du délivre n est pas influencé par la voie d injection d ocytocique 49

50 Discussion 50

51 Si la mort maternelle est devenue rare dans les pays industrialisés (7 à 15 /10000 naissance vivant) [1] elle reste une préoccupation majeure dans les pays en voie de développement (500 à 1000 /10000 naissance vivante) et 20,34 % des morts maternelles sont liés aux anomalies de délivrance. La troisième phase de travail (la phase de la délivrance) est une période particulièrement sensible : une surveillance active et dynamique, débutée dés le début du travail, doit être maintenue afin d anticiper la survenue de complications. L hémorragie de la délivrance est l une des principales étiologies des décès maternelles dans les pays en voie de développement. Elle se place, selon les pays, au 1 er ou 2 ème rang des causes de décès maternel [2] [3]. L évolution, parfois foudroyante, de ces hémorragies de la délivrance invite les équipes à agir le plus rapidement possible dans une course de vitesse ou tout retard est difficile à compenser. Les équipes doivent reprendre l avantage par la prévention qui requière des gestes simples, mais adéquats, tel que la délivrance dirigée à l OCYTOCINE. Il ne s agit certes pas d une technique originale, mais l étude qui suit prétend confirmer que cette délivrance dirigée, simple et onéreuse, peut assurer un accouchement sécurisé aux patientes des pays en voie de développement, si elle est fait systématiquement : en effet, elle réduit le délai de délivrance et la quantité des pertes sanguines du post-partum. Elle contribue ainsi efficacement à baisser la prévalence de l hémorragie de délivrance. 51

52 Rappel physiologique : la délivrance La phase de décollement placentaire est sous la dépendance de la rétraction utérine qui le prépare et des contractions utérines qui le provoquent [4]. La rétraction utérine est un phénomène passif, qui résulte de la diminution du volume utérin lors de l expulsion fœtal et aboutit à l augmentation de l épaisseur des parois utérines, sauf au niveau de l insertion placentaire qui reste mince. Il en résulte un enchatonnement physiologique du placenta (rétention du placenta après expulsion du fœtus), qui est indispensable à son décollement. Les contractions utérines s accentuent progressivement en intensité. Le placenta enchatonné physiologiquement dont le pourtour est cerné par un anneau musculaire plus épais, subit des pressions concentriques qui favorisent son décollement et la création d un hématome rétro-placentaire par clivage entre la caduque utérine et la couche profonde de la muqueuse utérine. Sous l influence des contractions utérines et de son poids, auquel s ajoute celui de l hématome rétro placentaire, le placenta migre vers le segment inférieur qui se déplisse, refoulent le corps utérin vers le haut. La phase de rétraction utérine qui fait suite, intéresse cette fois la plaie placentaire dont elle assure l hémostase : les vaisseaux sont enserrés et obturés par la contraction des fibres musculaires ; la thrombose survenant dans ces vaisseaux est facilitée par les facteurs de coagulation qui sont augmentés en fin de grossesse. Par ailleurs cette rétraction utérine restitue dans la circulation sanguine environ 500ml de sang contenu dans l utérus, réalisant une véritable autotransfusion qui permet de compenser les pertes hémorragiques de l accouchement et de la délivrance. Au total, pour q une délivrance normale puisse se faire, elle doit réunir quatre conditions : une dynamique utérine correcte, la vacuité utérine totale, un placenta normalement inséré et non adhérent, une coagulation sanguine normale. Si un seul de ces critères est absent, une hémorragie peut apparaître. 52

53 La modification physiologique de la grossesse prépare la femme enceinte à l hémorragie qui accompagne l accouchement normal. Ces modifications concernent le volume circulant qui augmente progressivement au cours de la grossesse pour atteindre plus de 40% en fin de grossesse. Cette augmentation porte plus sur le volume plasmatique que sur la masse des globules rouges et permet de tolérer une hémorragie de l ordre de 1000ml[5]. A ces modifications de volémie se surajoute une augmentation de la plupart des facteurs de coagulation réalisant une véritable hypercoagulabilité équilibrée, avec une diminution des capacités de fibrinolyse. Ceci permet de répondre rapidement à l hémorragie de l accouchement, mais explique aussi la fréquence des coagulopathies de consommation lorsqu un facteur extérieur, le plus souvent placentaire, pénètre dans la circulation maternelle. Utilisation de l ocytocine dans la prévention des hémorragies de délivrance : Avant d entamer la discussion il convient de préciser certain éléments de ce travail, pour une interprétation correcte des résultats : notre étude a porté sur 463 parturientes ayant accouché par les voies naturelles, 226 patientes ont eu une délivrance dirigée, tandis que les 237 autres ont été délivrées naturellement (groupe témoin). D après les résultats de notre étude, les caractères communs (âge, terme antécédents, parité, état des membranes ) ne montrent aucune différence significative entre les deux groupes d étude. Il s agit donc d une série homogène. Seule l administration de l ocytocine qui fait la différence entre les deux groupes (délivrance dirigé / délivrance naturelle). 53

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454

Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 Evidence-based labor and delivery management V Berghella, JK Baxter, SP Chauhan. Am J Obstet Gynecol 2008, 199, 5:445-454 (Résumé Dr S Favrin) Le but est de baser la prise en charge des accouchements sur

Plus en détail

Accouchement gémellaire

Accouchement gémellaire Sommaire Introduction Accouchement gémellaire 1 - Physiopathologie des dystocies gémellaires 2 - Conditions générales pour l'accouchement 3 - Déroulement de l'accouchement, partition à quatre temps 4 -

Plus en détail

Annexe 1: Informations sur la GATPA

Annexe 1: Informations sur la GATPA Annexe 1: Informations sur la GATPA Sauver la Vie des Mères: Prévention de l hémorragie post-partum L hémorragie post-partum (HPP) est un saignement excessif de plus de 500 ml après l accouchement. Des

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés

Annexe A : Pré-test. Pré-Test. Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Formation d accoucheurs qualifiés Annexe A : Pré-test Pré-Test Nom et Prénom : 188 Initiative de Prévention de l HPP 2008 Guide du Facilitateur Pré-Test Écrire «Vrai» ou «Faux» pour chaque phrase Ecrire Vrai ou Faux pour chaque phrase

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l'arrêté du

Plus en détail

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES

Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques MODALITES INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Promotion 2005/2008 1ère année 2005/2006 Module Soins Infirmiers en maternité et aux personnes atteintes d affections gynécologiques SITUATION MODULE Maternité

Plus en détail

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales

Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Cahier du Participant Session facultative 3 : Prise en charge initiale des complications obstétricales Résumé de la session Il est très rare qu il y ait des complications dues à la GATPA ; néanmoins, il

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse

Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Prise en charge médicale de l interruption médicale de grossesse Dr Pascale GUFFROY, Dr Laure CONNAN, Dr Béatrice GUYARD-BOILEAU Introduction Avec le progrès du diagnostic anténatal, nous voyons augmenter

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec?

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? D RE C O R I N N E L E C L E R C Q, M D, F R C S C G Y N A Z U R S E P T E M B R E 2010 Objectifs: 1-Connaître l historique des dernières

Plus en détail

Le Misoprostol dans la Prévention de l Hémorragie du Postpartum FIGO DIRECTIVES DE LA FIGO VERSION ANNOTEE

Le Misoprostol dans la Prévention de l Hémorragie du Postpartum FIGO DIRECTIVES DE LA FIGO VERSION ANNOTEE Le Misoprostol dans la Prévention de l Hémorragie du Postpartum FIGO DIRECTIVES DE LA FIGO VERSION ANNOTEE Le Misoprostol dans la Prévention de l Hémorragie du Postpartum DIRECTIVES DE LA FIGO Contexte

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mars 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 19/04/2005 (JO du 03/05/2005) RHOPHYLAC 200 microgrammes/2 ml, solution

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE

RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS & GROUPE DE RECHERCHE EN OBSTÉTRIQUE ET GYNÉCOLOGIE RECHERCHE EN GYNÉCOLOGIE ET OBSTÉTRIQUE SESSION CONJOINTE DES JOURNÉES NATIONALES DU CNGOF

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne

La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne La première consultation de grossesse: Intérêts du Dossier Périnatal Informatisé de Bourgogne Thomas Desplanches Sage-femme (Maïeuticien) Cellule d évaluation du réseau périnatal de Bourgogne C.H.U Dijon.

Plus en détail

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre

Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Diminuer la consommation de tabac pendant la grossesse par des mesures incitatives : un problème difficile à résoudre Dr Blanquet M, Pr Gerbaud L, Mme Leger S, Dr Perthus I, Dr Laurichesse H, Pr Sauvan

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail

SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004

SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004 SUIVI PRENATAL ET INTRAPARTUM PROF. ROBERT J.I. LEKE MAI 2004 SOINS PRENATAUX (1) Soins prénataux constituent une avance significative dans les soins obstétricaux. Soins prénataux sont une pratique universelle.

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Mother Friendly Care. Alice Bocognano Sage femme CH La Ciotat Formateur en périnatalité 2 ème journée IHAB-France, 4 novembre 2014, Paris

Mother Friendly Care. Alice Bocognano Sage femme CH La Ciotat Formateur en périnatalité 2 ème journée IHAB-France, 4 novembre 2014, Paris Mother Friendly Care Alice Bocognano Sage femme CH La Ciotat Formateur en périnatalité 2 ème journée IHAB-France, 4 novembre 2014, Paris Une recommandation récente OMS, 2006 IHAB-France, 2013 «Pendant

Plus en détail

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme

- La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme - La santé de la mère et de l enfant dans la Drôme Données 2012 1 - Données issues des certificats de santé du 8 ème jour 2 -Sommaire p.3 - édito p.4 - Contexte périnatal dans la drôme p.5 - Certificats

Plus en détail

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M.

* Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. * Medical versus surgical methods for first trimester termination of pregnancy, RHL Commentary by Chien P and Thomson M. http://apps.who.int/rhl/fertility/abortion/pccom/en/ Réduit la mortalité maternelle

Plus en détail

Cours Prénataux SavoirMère. Les Essentiels de la Naissance

Cours Prénataux SavoirMère. Les Essentiels de la Naissance Cours Prénataux SavoirMère Les Essentiels de la Naissance Les cours prénataux SavoirMère Les Essentiels de la Naissance, offerts par MotherWit Doula Care, visent à vous préparer à la naissance de votre

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives?

L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? L interruption de grossesse, une décision aux répercussions tardives? 11 e Journée annuelle de présentation des travaux académiques des résidents Le vendredi 30 mai 2014 Par Julie Laverdière Résidente

Plus en détail

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval.

Infirmières oeuvrant au module naissance et/ou au module mère-enfant de l hôpital de la Cité-de-la-santé de Laval. OBJET : PROTOCOLE INFIRMIER Guider l infirmière qui assure le suivi d une parturiente en antepartum ou durant le travail et monitoring électronique fœtal continu (MÉF). INTERVENANT(S) CONCERNÉ(S) : Infirmières

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue

DIABÈTE GESTATIONNEL. 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL 21 mars 2013 Julie Lemaitre, sage-femme Dr Marc Dauphin, endocrinologue DIABÈTE GESTATIONNEL EN CHIFFRES 6% des grossesses Problème de santé public croissant avec une augmentation

Plus en détail

Gestion de stock des utérotoniques

Gestion de stock des utérotoniques Cahier du Participant Gestion de stock des utérotoniques Résumé de la session La disponibilité des médicaments utérotoniques est une composante clé de n importe quelle intervention GATPA. L ocytocine est

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Lors d un accouchement à domicile, que faut- il faire lorsque le nouveau-né pleure?

Lors d un accouchement à domicile, que faut- il faire lorsque le nouveau-né pleure? Choix multiples 6.1 Choix multiples 6.2 Laquelle de ces manifestations isolées n est pratiquement jamais la cause d un état de choc hypovolémique? A. De 80 à 100 B. De 120 à 140 C. De 100 à 120 D. De 60

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE?

PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE? PEUT ON ENCORE DIMINUER LE TAUX D EPISIOTOMIE? Emmanuelle Lesieur Pr Florence Bretelle 1 21 avril 2016 PLAN DE LA PRESENTATION Etats des lieux général Rappels historiques Rappels sur les recommandations

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Place de l'acupuncture en obstétrique

Place de l'acupuncture en obstétrique Place de l'acupuncture en obstétrique Dr Jean-Marc STÉPHAN Directeur de la revue «Acupuncture & Moxibustion» Coordinateur du DIU d Acupuncture Obstétricale de Lille 2 Chargé d Enseignement à la Faculté

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions

Tabac au féminin 24.05.12. N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Tabac au féminin 24.05.12 N.Sauvaget sf tabacologue, Du périnat et addictions Consommation de tabac chez la femme Dans la population féminine française générale (15-85 ans) en 2010: - 27,9% fument - Parmi

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord CSSS La Pommeraie, Hôpital Brome Missisquoi Perkins certifié de l Initiative Ami des bébés 1999 Hôpital recertifié 2004 CLSC certifié 2005 CSSS certifié mai 2010 Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile

PRADO, le programme de retour à domicile PRADO, le programme de retour à domicile Le programme PRADO, priorité de l Assurance Maladie Objectifs globaux du programme PRADO Permettre au patient de retourner au domicile dès que l hospitalisation

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Première partie : Accueillir une femme enceinte

Première partie : Accueillir une femme enceinte ab ledesma tières T a bl e d e s m at i è r e s Première partie : Accueillir une femme enceinte Chapitre 1 : Comment se présente un service de maternité?...3 1. Qu est-ce qu un service de maternité?...

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC

LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC LES 5 PLUS GROSSES IDEES RECUES DES FEMMES ENCEINTES SUR LE TABAC Ou Les femmes enceintes de Belley sont-elles bien informées des conséquences du tabac sur la grossesse? A la maternité de Belley : - on

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Retentissement sur la mère. Retentissement sur l enfant

Retentissement sur la mère. Retentissement sur l enfant Retentissement sur la grossesse HTA et préeclampsie Accouchement prématuré Retentissement sur la mère Retentissement sur le diabète Acidocétose HypoG Accélération complications microvasculaires La grossesse

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge

Le diabète gestationel. Dépistage et prise en charge Le diabète gestationel Dépistage et prise en charge Définition! trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois au cours de la grossesse, quelque

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

La parturiente de plus de 35 ans. E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La parturiente de plus de 35 ans E.Baulon, I.Nisand Pôle de Gynécologie-Obstétrique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Introduction Haut conseil de la population et de la Famille - Avril 2005 «l augmentation

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM

HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2012 Sfar. Tous droits réservés. HÉMORRAGIE DU POST-PARTUM V. Cohadon, G. Rubéo-lisa, C. Fournier, H. Keita* Service d Anesthésie, Hôpital Louis-Mourier,

Plus en détail

Concordance gazométrique au cordon de la classification du RCF selon le CNGOF

Concordance gazométrique au cordon de la classification du RCF selon le CNGOF Concordance gazométrique au cordon de la classification du RCF selon le CNGOF Dubourdeau AL, Tholozan AS, Martin A, Ramanah R, Maillet R, Riethmuller D. Service de Gynécologie-Obstétrique CHU Besançon

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF

PREVENTION DE L ALLO IMMUNISATION ANTI ERYTHROCYTAIRE RHESUS D CHEZ LA FEMME ENCEINTE DE RHESUS NEGATIF version 3 page 1/10 Référence : RSN/PR/REA.O/009/C Date de 1 ère mise en service : 09/05/2004 Suivi des modifications N Date de la Objet de la modification Faite par : version modification 1 13/12/2006

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

votre grossesse? Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer Lilly Diabète

votre grossesse? Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer Lilly Diabète Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer votre grossesse? Avec la collaboration du Docteur Françoise Lorenzini Diabétologue - Services de diabétologie

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

HAD POUR QUELLES PATIENTES?

HAD POUR QUELLES PATIENTES? HAD POUR QUELLES PATIENTES? HAD - APHP POLE MERE/ENFANT OBSTETRIQUE Nicole Berlo-Dupont Sage-femme cadre supérieur La prise en charge en HAD répond à une définition du code de Santé Publique : art R.712-1

Plus en détail