Pour l'obtention du Doctorat en Médecine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour l'obtention du Doctorat en Médecine"

Transcription

1 UNIVERSITE MOHAMMED V- SOUISSI FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT- ANNEE: 200 THESE N : Délivrance dirigée a propos de 463 cas étude prospective randomisée THESE Présentée et soutenue publiquement le :.. PAR Mme. Dounia EL HARTI Née le 17 Février 1982 à Khémisset Pour l'obtention du Doctorat en Médecine MOTS CLES Délivrance Hémorragie - Ocytocique. JURY Mr. D. FERHATI Professeur de Gynécologie Obstétrique Mr. R. BERRADA Professeur de Gynécologie Obstétrique Mme. A. KHARBACH Professeur de Gynécologie Obstétrique Mr. B. RHRAB Professeur de Gynécologie Obstétrique PRESIDENT RAPPORTEUR JUGES

2 2

3 Je dédie Cette thèse 3

4 A Ma très chère mère : Chennai Touria Aucune dédicace très chère mère ne pourrait exprimer la profondeur des sentiments que j éprouve pour vous, vos sacrifices innombrables et votre dévouement firent pour moi un encouragement. Vous avez guetté mes pas, et m avez couvé de tendresse, tes prières et ta bénédiction m ont été d un grand secours pour mener à bien mes études. Puisse Dieu le tout puissant te préserve du mal, te combler de santé, de bonheur, et te procurer une longue vie afin que je te comble à mon tour. 4

5 A Mon très cher père El Harti Nacer Tu as été et tu seras toujours un exemple pour moi par tes qualités humaines, ta persévérance et perfectionnisme. Aucune dédicace ne saurait exprimer mes respects, ma reconnaissance et mon profond amour. Puisse Dieu vous préserver et vous procurer santé et bonheur. 5

6 A Mon très cher mari Nabil Qsir Aucune dédicace ne saurait traduire la profondeur des sentiments d affection; d estime, et de respect envers un mari exemplaire et merveilleux. Je vous dédie ce travail en témoignage de mon profond amour. A Mon très cher fils Ahmed Rayane Je t aime beaucoup et je te souhaite tout le bonheur du monde Accepte ce travail comme modeste présent. 6

7 A mon frère Soufiane et ma sœur Houda Je vous dédie ce travail en témoignage de mon profond amour et mon attachement. Je vous souhaite d avantage de succès, santé et bonheur. 7

8 A toute ma chère famille :Elharti,Chennai,Qsir Qui m a prodigué amour et réconfort, je cite : -Mes grandes mères à qui je souhaite le bonheur et la santé. -Mon oncle Ahmed et sa charmante famille : vous avez été un modèle pour moi. -Mes oncles et mes tantes. -Mes cousins et mes cousines. -Ma belle mère, mon beau père Que ce travail soit le témoin de toute mon affection et de mon attachement. 8

9 A la mémoire de -Mon grand père Chennai Lahcen -Mes oncles Chennai Hammadi et Abdelekader. -mes tentes Chennai Fatima et Lakbach Fatima J aurais aime que vous assistiez a ce grand jour, mais le destin a décidé autrement. Vos images sont gravées dans ma mémoire Je vous dédie ce travail en témoignage de mon grand amour. A mes Amis : Hassan, Hasna, Sanaae, Hatim, Mounia 9

10 Remerciem ents 10

11 A nôtre maître et Président de thèse Mr le professeur D. FARHATTI Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous avons été très sensibles à la gentillesse et la cordialité de votre accueil. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de présider notre jury de thèse. Veuillez trouver ici, l assurance de notre profond respect, notre reconnaissance et notre gratitude. 11

12 A nôtre maître, et rapporteur de thèse Mr le professeur R. BERRADA Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous tenons à vous remercier vivement pour nous avoir assister le long de notre travail en nous réservant votre temps précieux pour l élaboration des différentes étapes de cette thèse. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Veuillez trouver, ici, l expression de notre reconnaissance et notre respect. 12

13 A nôtre maître, et juge de thèse Mme le professeur A. KHARBACH Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous vous remercions du grand honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Qu il nous soit permis de vous exprimer notre gratitude et notre profond respect. Veuillez nous permettre de vous formuler l assurance de notre haute considération et de notre sincère reconnaissance. 13

14 A nôtre maître, et juge de thèse Mr le professeur B. RHRAB Professeur de gynécologie obstétrique CHU Ibn-Sina Nous avons été très sensibles à la gentillesse et la cordialité de votre accueil. Nous sommes fiers de l honneur que vous nous faites en acceptant de siéger parmi les membres notre jury de thèse. Nous saisissons cette occasion pour vous exprimer notre haute estime, considération et gratitude. 14

15 TABLE DES MATIÈRES INTODUCTION MATERIEL D ETUDE METHODE D ETUDE L Intervention : Les variables d intérêt :... 9 Recueil de données : Des données générales : Des données spécifiques permettant de comparer les deux groupes étudiés RESULTATS ET ANALYSES I. Caractéristiques générales des parturientes Répartition selon l âge des parturientes : Répartition en fonction du nombre de grossesses Répartition en fonction de la parité : Répartition en fonction de la taille : Répartition en fonction du poids : Répartition en fonction du terme : Hauteur utérine (HU) : Etat de la poche des eaux à l admission (HU) Durée du travail (de 3cm à dilatation complète):... 36

16 10. Perfusion d ocytocique au cours du travail : Poids de naissance: APGAR à la 1ère minute: II. Caractéristiques distinctives de la délivrance dirigée Injection de l ocytocique: Moment de l injection de l ocytocique: Saignement de la délivrance (24h) : a. Saignement en fonction de la voie d administration de l ocytocine 42 b. Saignement en fonction du moment de l administration de l ocytocine Délai d expulsion du placenta : L état du délivre : Discussion Rappel physiologie de la délivrance : Utilisation de l ocytocine dans la prévention des hémorragies de délivrance : Utilisation Du SYNTOCINON dans la prévention des hémorragies de délivrance en fonction du moment et du mode d administration : Rôle du SYNTOCINON dans le raccourcissement du délai de la délivrance :

17 Place des autres produits utérotoniques dans la prévention des hémorragies de délivrance : Le coût de la délivrance dirigée (aspect économique) : L appréciation de l acceptabilité et de la faisabilité de la délivrance dirigée : C o n c l u s i o n Résumé BIBLIOGRAPHIE

18 Introduction 18

19 Chaque année, femmes meurent de complications liées à la grossesse; 99% dans les pays sous développés et moins de 1% dans les pays industrialisés. Les hémorragies obstétricales dominées par l hémorragie de la délivrance représentent la première cause de cette mortalité : 24,8% (OMS). Au Maroc, comme dans le reste du monde, l hémorragie de la délivrance ; définie comme un saignement anormal par son abondance (supérieure à 500 ml) provenant du tractus génital de la femme et survenant dans les 24 premières heures après l accouchement, constitue la première cause de mortalité maternelle et la deuxième cause de morbidité maternelle grave. Elle est responsable de 20% des motifs d admission des patientes en réanimation. 80% des décès liés à ce type d hémorragie peuvent être évités par la prévention. L une des modalités de la prévention de l hémorragie de la délivrance est direction active de la troisième phase du travail. Appelée couramment délivrance dirigée ou direction pharmacologique de la délivrance, elle consiste en une administration d ocytocique après dégagement de l épaule antérieure du fœtus afin d induire une contraction utérine et de provoquer le décollement prématuré du placenta. La délivrance dirigée réduit le temps de délivrance et le saignement de la troisième phase de 40%. Afin d appuyer cette hypothèse, les auteurs ont procédé à étude prospective randomisée à propos de 463 cas. L objectif de ce travail vise à étudier dans quelle mesure la délivrance dirigée est efficace, faisable, acceptable et économiquement accessible. 19

20 Matériel d étude 20

21 L étude porte sur une série prospective de 463 femmes ayant accouché par voie basse à la Maternité Universitaire Souissi du CHU Ibn Sina de Rabat sur une période de 4 mois du 1 er janvier au 30 avril Notre série est composée de deux échantillons. Le premier comprend 226 parturientes chez qui on fait une délivrance dirigée. Le second comprend 237 parturientes qui n ont rien reçu et qui constituent le groupe témoin. Sont exclues de cette étude : les hémorragies du troisième trimestre et du travail : placenta praevia, hématome rétroplacentaire, les parturientes qui ont eu un accouchement dystocique avec recours à une extraction instrumentale compliquée de déchirures des voies génitales basses, les femmes qui ont bénéficié d une césarienne, les hémorragies secondaires aux lésions des voies génitales basses la rupture utérine. 21

22 Méthode d étude 22

23 L Intervention : L intervention consiste en une administration d ocytocique avant l expulsion du délivre, au moment ou juste après la sortie de l épaule antérieure du fœtus. L injection d ocytocique a été effectuée de trois façons : 1. soit une injection de 5UI d ocytocine en IM, 2. soit une injection de 5UI d ocytocine en IVD, 3. soit une accélération d une perfusion d ocytocine déjà mise en place au cours du travail. Les variables d intérêt : Pour les deux groupes, il a été étudié : La durée de la délivrance : le délai qui sépare le moment du clampage du cordon et la sortie du placenta. L importance du saignement au cours de la troisième phase du travail. Pour ce paramètre, on s est basé sur une évaluation clinique qui reflète la quantité du sang perdu (voir tableau ci-dessous). 23

24 Degrés de sévérité de l hémorragie : classification clinique Sévérité Signes cliniques Pertes sanguines 0 Pas de signes cliniques Inf 10% (< 60 ml) I Hypotension orthostatique 15% ( ml) II Tachycardie Hyperventilation, pâleur 20% ( ml) III Tachycardie sup à 110, Agitation, oligurie, 30% (1800 ml) IV TA < 80 mmhg Tachycardie > 120, troubles de conscience. 35% (2000 ml) V Hypotension profonde Pause respiratoire, coma arrêt circulaire > 35% (> 2000 ml) 24

25 Recueil des données : Pour le recueil de données, une fiche d exploitation a été dressée (voir l annexe) contenant 1. Des données générales : Age des parturientes Gestes, parité Antécédents parité Phase d expulsion Taille Poids Hauteur utérine Terme Présentation Etat du bassin maternel L état de la poche des eaux Durée du travail : de 3cm à l expulsion fœtale Poids du nouveau-né APGAR à la première minute 2. Des données spécifiques permettant de comparer les deux groupes étudiés : 25

26 Moment de l injection de l ocytocine Voie d administration : IM, IVD ou accélération d une perfusion en cours Délai d expulsion du placenta après clampage du cordon Etat du délivre : complet, incomplet L importance du saignement au cours de la 3ème phase du travail (les 24 premières heures après l expulsion fœtale) reflété par l état clinique de la parturiente. Incidents et complications constatées au cours de cette période : rétention placentaire, hémorragie de grande abondance, révision utérine, délivrance artificielle. 26

27 Fiche d exploitation pour le recueil des données. N dossier : Date d entrée : Age Nb grossesse Nb acch Nb avt : Nb ev : Taille : Poid : DDR : Terme : Atcd obsté : Ut cicatriciel : Pathologie maternelle associée HU : Présentation : Pde/ Bassin : Scanopelvimetrie : Durée du travail (de 3 cm à l expulsion) : Perf synto : non : oui : indication : Injection synto(dd) Perf accélère 5 ui en ivd 5 ui enj im Moment de l injection synto : sortie de l ep ant/ après clamp cordon/ bcp plus tard sortie tot du fœtus/ Délai d expulsion du placenta / a injection du synto : Etat du délivre : complet / incomplet / délivr arti / révis utér Hémorragie de la délivrance : 0/1/2/3/4/5 Poids du nne : sexe : apgare : 1mn 5 mn : 27

28 Le remplissage des fiches d exploitation a été effectué par la même personne pour les deux groupes : le groupe de la délivrance dirigée et le groupe témoin. Les données ont été analysées sur un tableau Excel à l aide de tableaux croisés dynamiques pour comparer les deux lots de parturientes. Dans un premier temps nous avons étudié les caractéristiques générales de notre série : répartition en fonction de l âge, du nombre de grossesses, parité,... Dans un deuxième temps nous avons étudié les caractéristiques spécifiques attendues de la délivrance dirigée : délai de la délivrance, importance du saignement. 28

29 Résultats et analyses 29

30 Notre travail porte sur un échantillon de 463 parturientes qui ont accouché par voie basse. Il s agit d une étude prospective randomisée : 226 cas avec délivrance dirigée et 237 délivrances naturelles (groupe témoin). Tableau n 1 : répartition des parturientes en fonction du mode de délivrance Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Nombre de cas pourcentage 49% 51% 100% I. Caractéristiques générales des parturientes 1. Répartition selon l âge des parturientes : Tableau n 2 : répartition en fonction de l âge Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne d âge (ans) 28,46 ± 6,78 28,16 ± 6,25 28,30 ± 6,51 Intervalle d âge (ans) L âge de nos parturientes varie entre 16 et 49 ans, avec un âge moyen de 28,30 ± 6,51ans. 30

31 Dans le groupe de la délivrance dirigée l âge moyen est de 28,46 ± 6,78 ans avec des extrêmes de 16 et 49ans. Dans le groupe de la délivrance naturelle l âge moyen est de 28,16 ± 6,25ans avec des extrêmes de 16 et 44ans. 2. Répartition en fonction du nombre de grossesses Tableau n 3 : répartition en fonction des gestes Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne des gestes 2,40 ± 1,58 2,36 ± 1,64 2,38 ± 1,61 Intervalle des gestes Le nombre de grossesses varie entre 1 et 11 gestes avec une moyenne de 2,38 ± 1,61 grossesses. Dans le groupe de la délivrance dirigée le nombre moyen de grossesses est de 2,40 ± 1,58ans avec des extrêmes de 1 à 8 gestes. Dans le groupe de la délivrance naturelle le nombre moyen de grossesses est de 2,36 ± 1,64 avec des extrêmes de 1 à 11gestes. 3. Répartition en fonction de la parité : Dans notre série, la primipare représente 28%, la paucipare (parité = 2 ou 3) représente 50% alors que la multipare ne représente que 22%. Cette répartition est presque identique dans les deux groupes (DD et groupe témoin). 31

32 Figure n 1 : répartition en fonction des gestes La parité varie entre 1 et 10, avec une moyenne de 2,56 ± 1,62 Tableau n 4 : répartition en fonction de la parité Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de parité 2,60 ± 1,37 2,51 ± 1,82 2,56 ± 1,62 intervalle

33 4. Répartition en fonction de la taille : Tableau n 5 : répartition en fonction des Tailles Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de taille (m) 1,61 ± 0,05 1,60 ± 0,05 1,60 ± 0,05 Intervalle (m) 1,44-1,72 1,45-1,78 1,44-1,78 La taille de nos parturientes varie entre 1,44m et 1,78m. Dans le groupe de Délivrance dirigée la taille varie entre 1,44-1,72m avec une moyenne de 1,61 ± 0,05m. Celle du groupe de la Délivrance naturelle varie entre 1,45-1,78m avec une moyenne de 1,60 ± 0,05m. 5. Répartition en fonction du poids : Tableau n 6 : répartition en fonction du poids Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de poids (kg) 72,18 ± 10,07 73,60 ± 9,91 72,92 ± 10,00 Intervalle

34 Le poids de nôtres parturientes varie entre 42 et 120 kg. Dans le groupe délivrance dirigée le poids varie entre kg avec une moyenne de 72,18 +/- 10,07. Dans le groupe délivrance naturelle le poids varie entre avec une moyenne de 73,60+/- 10, Répartition en fonction du terme : Tableau n 7 : répartition en fonction du terme Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne du terme (sem d amé) 39,17 ± 1,31 39,27 ± 1,40 39,22 ± 1,36 Intervalle Le terme de nos parturientes varie entre semaines d aménorrhée avec une moyenne de 39,22 ± 1,36. Le terme varie entre semaines d aménorrhée dans le groupe délivrance dirigée avec une moyenne de 39,17 ± 1,31. Dans le groupe délivrance naturelle le terme varie entre avec une moyenne de 39,27 ± 1,40. 34

35 7. Hauteur utérine (HU) : Tableau n 8: répartition en fonction de la hauteur utérine Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de HU (cm) 30,76 ± 1,89 30,71 ± 1,70 30,73 ± 1,79 Intervalle (cm) Toutes nos parturientes étaient à terme ou au moins à plus de 36 semaines d aménorrhée. La hauteur utérine variait entre 27 et 38 cm avec une moyenne de 30,73 ± 1,79 cm. Dans le groupe de la Délivrance dirigée, la HU moyenne était de 30,76 ± 1,89cm [27-38]. Celle de la Délivrance naturelle était de 30,71 ± 1,70 [27 38]. 8. Etat de la poche des eaux à l admission (HU) : Tableau n 9: répartition en fonction de la PDE PDE à l admission Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Intacte 157 (70%) 176 (73%) 333 (72%) Rompue 66 (30%) 64 (27%) 130 (28%) Total 223 (100%) 240 (100%) 463 (100%) 72% des parturientes avaient à l admission une poche des eaux intacte. Dans le groupe des délivrances dirigées 70% des parturientes avaient poche des eaux intacte et 73% dans le groupe témoin. 35

36 9. Durée du travail (de 3cm à dilatation complète) : Tableau n 10 : répartition en fonction de la durée du travail Durée de travail Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne de durée de travail (min) 198,65 ± 107,97 218,82 ± 125,10 209,11 ± 117,47 Intervalle La moyenne de durée de travail dans le groupe délivrance dirigée est de 198,65 ± 107,97 [60-705]. La moyenne de durée de travail dans le groupe délivrance naturelle est de 218,82 ± 125,10 [40-720]. La durée de travail varie entre 40 et 720 minutes. 10. Perfusion d ocytocique au cours du travail : Tableau n 11 : perfusion d ocytocique au cours du travail Perfusion d ocytocique Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Sans perfusion 159 (70%) 188 (79%) 347 (75%) Avec perfusion 67 (30%) 49 (21%) 116 (25%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463(100%) On a eu recours à la perfusion ocytocique pour renforcer les contractions utérines dans 116 cas (25%). Dans le groupe de délivrance dirigée 67 parturientes ont nécessité une perfusion ocytocique contre 21% dans le groupe délivrance naturelle. 36

37 11. Poids de naissance: Tableau n 12 : poids de naissance des poids de naissance Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne (g) 3350 ± ± ± 435 Intervalle (g) Dans notre étude le poids de naissance varie entre mg. Dans le groupe délivrance dirigée le poids de naissance varie entre mg avec une moyenne de /- 489 mg. Dans le groupe délivrance naturelle le poids de naissance varie entre mg avec une moyenne de 3348+/- 378mg. 12. APGAR à la 1 ère minute: Tableau n 13 : APGAR à la 1ère minute APGAR à la 1ère min Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total APGAR (96%) 225 (95%) 443 (96%) APGAR < 7 8 (4%) 12 (5%) 20 (4%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) Dans notre étude 96% des nouveau né ont eu un ABGAR 7 (96% groupe délivrance dirigée, 95% groupe délivrance naturelle).alors que 4% seulement ont eu un ABGAR <7 (4% groupe délivrance dirigée, 5% groupe délivrance naturelle) 37

38 II. Caractéristiques distinctives de la délivrance dirigée 1. Injection de l ocytocique: Tableau n 14 : voie d administration de l ocytocine Mode d injection Délivrance dirigée pourcentage Accélération perfusion 57 (25%) Injection intramusculaire 94 (42%) Injection IVD 75 (33%) Total 226 (100%) Pour le groupe délivrance dirigée l injection de l ocytocique a été administrée de trois façons. Le choix du mode d administration a été fait au hasard. L injection intramusculaire de 5UI de Syntocinon* a été réalisée chez 94 parturientes (42%) des cas, la voie intraveineuse a été faite dans 58% des cas, intraveineuse directe dans 75 cas (33%) et accélération en flash de la perfusion de Syntocinon* (5IU/500cc G5) dans 57 cas (25%). 38

39 2. Moment de l injection de l ocytocique: Tableau n 15 : moment de l administration de l ocytocine Moment de l injection de synto Délivrance dirigée pourcentage Sortie de l épaule antérieure 66 (29%) Sortie totale du fœtus 142 (63%) Tardivement 18 (8%) Total 226 (100%) L administration du Syntocinon* pour la délivrance dirigée a été effectuée au moment de la sortie de l épaule antérieur du foetus dans 29% des cas, au moment de la sortie totale du fœtus dans 63% des cas et tardivement dans 8% des cas seulement. Figure n -2- : voie d administration de l ocytocine 39

40 3. Saignement de la délivrance (24h) : Tableau n 16 : quantité de sang de la délivrance Hémorragie de la délivrance (Stadification clinique) Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total général 0 (< 600 ml) 183 (81%) 148 (62%) 331 (71%) I ( ml) 29 (13%) 62 (26%) 91 (20%) II ( ml) 12 (5%) 21 (9%) 33 (7%) III (1800 ml) 2 (1%) 2 (1%) 4 (1%) IV (2000 ml) 2 (1%) 2 (0,8%) V (> 2000 ml) 2 (1%) 2 (0,8%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) ² = ; P < 0,0001 Dans notre série, la quantité de sang perdue au cours de la 3 ème phase du travail (délivrance) a pu être quantifiée grâce à la stadification clinique. On a considéré comme hémorragie légère : stade 0, modérée : stade I et sévère : stade II, III, IV et V : L hémorragie a été dans : 71% des hémorragies légères (81% dans le groupe délivrance dirigée,62% dans le groupe délivrance naturelle), 20% des hémorragies modérées (13% dans le groupe délivrance dirigée, 26% dans le groupe délivrance naturelles). 40

41 Les hémorragies sévères ont représenté 19% (6% dans le groupe délivrance dirigée et 11% dans le groupe délivrance naturelle). Tableau n 17 : sévérité de l hémorragie Hémorragie de la délivrance (degrés de sévérité) Délivrance dirigée Délivrance naturelle Série Légère 183 (81%) 148 (62%) 331 (71%) Modérée 29 (13%) 62 (26%) 91 (20%) Très Grave 14 (6%) 27 (11%) 4 (19%) Total général 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) ² = ; P < 0,0001 Figure n 3 : sévérité de l hémorragie 41

42 a. Saignement en fonction du moment d administration de l ocytocine: ² = ; P<0,0001 Figure n 4 : importance de l hémorragie / mode de délivrance La direction pharmacologique de la délivrance réduit le risque hémorragique. Cette baisse du risque est d autant plus importante que le moment de l injection de l ocytocique est précoce. Les formes hémorragiques graves passent de 28% quand la délivrance dirigée est faite tardivement, à 6% après sortie totale du fœtus et à 0% quand l injection est faite au moment de la sortie de l épaule antérieure. 42

43 b. Saignement en fonction de la voie de l administration de l ocytocine: ² = ; P<0,0001 Figure n -5- : importance de l hémorragie / mode d injection de l ocytocine Concernant la voie d administration de l ocytocique, le risque hémorragique passe de 9% avec la voie intraveineuse à seulement 2% avec la voie intra musculaire. 43

44 4. Délai d expulsion du placenta : Tableau n 18 : délai d expulsion du placenta Délai en min Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Moyenne (min) 7,91 ± 4,34 15,59 ± 7,43 11,84 ± 7,22 Intervalle (min) Le délai de délivrance dans notre étude varie entre 1-55 minute. Dans le groupe délivrance dirigée le délai de délivrance varie entre 1-33minutes avec une moyenne de 7,91+/-4,34 minutes. Dans le groupe délivrance naturelle, le délai de délivrance varie entre 2-55 minutes avec une moyenne de 15,59+/-7,43 minutes. Figure n -6- : délai de la délivrance 44

45 Pour le groupe délivrance dirigée 30% des parturientes ont été délivrées au bout de 5 à 9 minutes, 20% ont été délivrées dans un délai de 10 à14 minutes et 0% ont été délivrées à 30 minutes. Pour le groupe témoin (délivrance naturelle),20% ont été délivrées dans un délai de 10 à14 minutes tandis que 40% ont été délivrées au bout de 15-30minutes et 10% ont été délivrées au-delà de 30 minutes. La délivrance dirigée diminue le délai de délivrance. ² = ; P<0,00001 Figure n -7- : délai de la délivrance en fonction du moment de l injection 45

46 La délivrance dirigée diminue le délai de délivrance.cette dimunition est influencé par le moment d injection d ocytocique,en effet ce délai passe de 10% (délivrance dirigée pratiquée tardivement(plus de 20 minutes) à 0% quand elle est pratiquée à la sortie de l épaule antérieur. ² = 4.886; P>0,05 (NS) Figure n -8- : délai de la délivrance en fonction du mode de l injection La délivrance dirigée raccourci le délai de la délivrance, ce dernier est influencée par la voie d injection d ocytocique. L accélération d une voie déjà installée semble être la plus efficace avec 74% des cas délivrée en moins de 10 minutes (62% intramusculaire, 60 % seulement encas d injection intraveineuse). 46

47 5. L état du délivre : Tableau n 19: état du délivre Etat du délivre Délivrance dirigée Délivrance naturelle Total Complet 208 (92%) 228 (96%) 436 (94%) incomplet 18 (8%) 9 (4%) 27 (6%) Total 226 (100%) 237 (100%) 463 (100%) OR = 2,19 (IC 95% [ ]). ² = 3.66 P > 0,05 (NS) Dans notre étude, 94% des patientes ont eu un délivre complet (92% dans le groupe délivrance dirigée,96% dans le groupe délivrance naturelle) tandis que 6% ont eu un délivre incomplet (8% dans le groupe délivrance dirigée, 6% dans le groupe délivrance naturelle). D après ce tableau, la délivrance dirigée semble multiplier par deux le risque d enchatonnement du placenta. En fait, ce risque dépend : Essentiellement du délai de l administration de l ocytocique : 0% si l injection est faite au moment de la sortie de l épaule antérieure contre 33% si elle est faite tardivement. ( ² = ; P<0,0001) En partie de la voie d administration : 5% voie intramusculaire, 8% voie IVD et 12% pour la perfusion en flash. ( ² = ; P > 0,05 (NS) 47

48 ² = ; P<0,0001 Figure n -9- : état du délivre L état du délivre depend du moment d injection d ocytocique, plus ce dernier est retardé plus le delivre est incomplet. 48

49 ² = ; P>0,05 (NS) Figure n -10- : état du délivre L etat du délivre n est pas influencé par la voie d injection d ocytocique 49

50 Discussion 50

51 Si la mort maternelle est devenue rare dans les pays industrialisés (7 à 15 /10000 naissance vivant) [1] elle reste une préoccupation majeure dans les pays en voie de développement (500 à 1000 /10000 naissance vivante) et 20,34 % des morts maternelles sont liés aux anomalies de délivrance. La troisième phase de travail (la phase de la délivrance) est une période particulièrement sensible : une surveillance active et dynamique, débutée dés le début du travail, doit être maintenue afin d anticiper la survenue de complications. L hémorragie de la délivrance est l une des principales étiologies des décès maternelles dans les pays en voie de développement. Elle se place, selon les pays, au 1 er ou 2 ème rang des causes de décès maternel [2] [3]. L évolution, parfois foudroyante, de ces hémorragies de la délivrance invite les équipes à agir le plus rapidement possible dans une course de vitesse ou tout retard est difficile à compenser. Les équipes doivent reprendre l avantage par la prévention qui requière des gestes simples, mais adéquats, tel que la délivrance dirigée à l OCYTOCINE. Il ne s agit certes pas d une technique originale, mais l étude qui suit prétend confirmer que cette délivrance dirigée, simple et onéreuse, peut assurer un accouchement sécurisé aux patientes des pays en voie de développement, si elle est fait systématiquement : en effet, elle réduit le délai de délivrance et la quantité des pertes sanguines du post-partum. Elle contribue ainsi efficacement à baisser la prévalence de l hémorragie de délivrance. 51

52 Rappel physiologique : la délivrance La phase de décollement placentaire est sous la dépendance de la rétraction utérine qui le prépare et des contractions utérines qui le provoquent [4]. La rétraction utérine est un phénomène passif, qui résulte de la diminution du volume utérin lors de l expulsion fœtal et aboutit à l augmentation de l épaisseur des parois utérines, sauf au niveau de l insertion placentaire qui reste mince. Il en résulte un enchatonnement physiologique du placenta (rétention du placenta après expulsion du fœtus), qui est indispensable à son décollement. Les contractions utérines s accentuent progressivement en intensité. Le placenta enchatonné physiologiquement dont le pourtour est cerné par un anneau musculaire plus épais, subit des pressions concentriques qui favorisent son décollement et la création d un hématome rétro-placentaire par clivage entre la caduque utérine et la couche profonde de la muqueuse utérine. Sous l influence des contractions utérines et de son poids, auquel s ajoute celui de l hématome rétro placentaire, le placenta migre vers le segment inférieur qui se déplisse, refoulent le corps utérin vers le haut. La phase de rétraction utérine qui fait suite, intéresse cette fois la plaie placentaire dont elle assure l hémostase : les vaisseaux sont enserrés et obturés par la contraction des fibres musculaires ; la thrombose survenant dans ces vaisseaux est facilitée par les facteurs de coagulation qui sont augmentés en fin de grossesse. Par ailleurs cette rétraction utérine restitue dans la circulation sanguine environ 500ml de sang contenu dans l utérus, réalisant une véritable autotransfusion qui permet de compenser les pertes hémorragiques de l accouchement et de la délivrance. Au total, pour q une délivrance normale puisse se faire, elle doit réunir quatre conditions : une dynamique utérine correcte, la vacuité utérine totale, un placenta normalement inséré et non adhérent, une coagulation sanguine normale. Si un seul de ces critères est absent, une hémorragie peut apparaître. 52

53 La modification physiologique de la grossesse prépare la femme enceinte à l hémorragie qui accompagne l accouchement normal. Ces modifications concernent le volume circulant qui augmente progressivement au cours de la grossesse pour atteindre plus de 40% en fin de grossesse. Cette augmentation porte plus sur le volume plasmatique que sur la masse des globules rouges et permet de tolérer une hémorragie de l ordre de 1000ml[5]. A ces modifications de volémie se surajoute une augmentation de la plupart des facteurs de coagulation réalisant une véritable hypercoagulabilité équilibrée, avec une diminution des capacités de fibrinolyse. Ceci permet de répondre rapidement à l hémorragie de l accouchement, mais explique aussi la fréquence des coagulopathies de consommation lorsqu un facteur extérieur, le plus souvent placentaire, pénètre dans la circulation maternelle. Utilisation de l ocytocine dans la prévention des hémorragies de délivrance : Avant d entamer la discussion il convient de préciser certain éléments de ce travail, pour une interprétation correcte des résultats : notre étude a porté sur 463 parturientes ayant accouché par les voies naturelles, 226 patientes ont eu une délivrance dirigée, tandis que les 237 autres ont été délivrées naturellement (groupe témoin). D après les résultats de notre étude, les caractères communs (âge, terme antécédents, parité, état des membranes ) ne montrent aucune différence significative entre les deux groupes d étude. Il s agit donc d une série homogène. Seule l administration de l ocytocine qui fait la différence entre les deux groupes (délivrance dirigé / délivrance naturelle). 53

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Déclenchement artificiel du travail à partir de 37 semaines d aménorrhée

Déclenchement artificiel du travail à partir de 37 semaines d aménorrhée RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Déclenchement artificiel du travail à partir de 37 semaines d aménorrhée ARGUMENTAIRE L argumentaire scientifique de cette évaluation est téléchargeable sur Les recommandations

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

L ACCOUCHEMENT INOPINÉ PLAN

L ACCOUCHEMENT INOPINÉ PLAN L ACCOUCHEMENT INOPINÉ PLAN A. PRINCIPES DE BASE EN OBSTETRIQUE Cf. schéma «Différentes étapes de la grossesse» 1. DYNAMIQUE DU TRAVAIL, JUSQU'À L ACCOUCHEMENT a. LE MOTEUR UTÉRIN b. DILATATION DU COL

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Hémorragies du post-partum après accouchement par voie basse : pistes de réflexions

Hémorragies du post-partum après accouchement par voie basse : pistes de réflexions Hémorragies du post-partum après accouchement par voie basse : pistes de réflexions Vous n y pensez pas : et l hémorragie de la délivrance? C est la phrase clé qui ferme tout débat à l alternative à la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES

PLAN 1. INTRODUCTION 2. MATERIEL ET METHODES 3. RESULTATS 4. DISCUSSION 5. CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE TABLE DES MATIERES ABBREVIATION ACOG: American College of Obstetricians and Gynecologists ARCF: Anomalies du rythme cardiaque fœtal ATCD: Antécédent AVB: Accouchement voie basse CG: Culot globulaire CHU: Centre Hospitalier

Plus en détail

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. *

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * 55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * *Swiss Medical Weekly 2001:131:659-662. Des bas de compression peuvent venir en aide COUREZ-VOUS UN RISQUE?

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM Prise en charge au CH de Pau Dr Sophie Rouleaud Service de médecine physique et de réadaptation Samedi 4 octobre 1 2 DEFINITION Définition 2003 Glavind K. et Bjork

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI

QUELQUES ASPECTS STATISTIQUES DE LA FISTULE VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI VESICO-VAGINALE EN REPUBLIQUE DU MALI A PROPOS DE 134 CAS K. OUATTARA*, M.L. TRAORE*, C. CISSE* RESUME En matière de F. V. seul l aspect chirurgical est habituellement étudié. Les études épidémiologiques

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES

PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES PATCH, ANNEAU, IMPLANT LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS HORMONALES Rémy SCHMIED Mai 2005 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 INTRODUCTION Offres plus ou moins récentes 3 produits disponibles : Patch contraceptif

Plus en détail

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES

COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES COMPÉTENCES CANADIENNES POUR LES SAGES-FEMMES Veillez prendre note qu afin d alléger le texte le féminin est utilisé pour désigner les deux sexes et que les termes sage-femme et sages-femmes désignent

Plus en détail

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6

Des soins après avortement : Amis des Jeunes. Cartes à conseils 1-6 Des soins après avortement : Amis des Jeunes Cartes à conseils 1-6 SAA: Avant l intervention Accueillir cordialement la cliente et la mettre à l aise Garantir la confidentialité et l intimité Prendre les

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

Que sont les. inhibiteurs?

Que sont les. inhibiteurs? Que sont les inhibiteurs? TABLE DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2010 La FMH encourage la redistribution de ses publications à des

Plus en détail

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES

SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES SUTURE D EPISIOTOMIE ET PRISE EN CHARGE DE LA CICATRICE; RECOMMANDATIONS AUX PATIENTES M. BERLAND Université Claude Bernard Lyon 1 Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux 1 METHODES

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Hématome rétro-placentaire ( HRP )

Hématome rétro-placentaire ( HRP ) Hématome rétro-placentaire ( HRP ) L hématome rétroplacentaire (HRP) ou abruptio placentae correspond au décollement prématuré d un placenta normalement inséré (DPPNI). La lésion anatomique est formée

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix?

Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Soulagement de la douleur pendant le travail et l accouchement : Quels sont mes choix? Pendant que vous vous préparez à la naissance de votre bébé, ce livret répondra à plusieurs questions que vous vous

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire?

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Remise en question de nos pratiques obstétricales Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Ellen Rosenberg 2 M me Pilon, 23 ans, en est à sa deuxième grossesse. La

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

AUTOUR DE LA MISE BAS

AUTOUR DE LA MISE BAS AUTOUR DE LA MISE BAS Un vêlage ou un agnelage est une des périodes les plus importantes dans la conduite d un élevage. De sa réussite dépendra l entrée d argent quelques mois plus tard. Il est donc impératif

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Cinquième rapport annuel du Comité d examen des décès en matière de soins maternels et périnatals pour le coroner en chef de l Ontario

Cinquième rapport annuel du Comité d examen des décès en matière de soins maternels et périnatals pour le coroner en chef de l Ontario Cinquième rapport annuel du Comité d examen des décès en matière de soins maternels et périnatals pour le coroner en chef de l Ontario Septembre 2009 Table des matières Introduction 1 Buts et objectifs

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique

ETuDEs. Le coût hospitalier des accouchements en Belgique ETuDEs Le coût hospitalier des accouchements en Belgique Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 commu@mloz.be RÉDACTION Chantal Neirynck COORDINATION Pascale

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord CSSS La Pommeraie, Hôpital Brome Missisquoi Perkins certifié de l Initiative Ami des bébés 1999 Hôpital recertifié 2004 CLSC certifié 2005 CSSS certifié mai 2010 Site pilote de l IMBCI en Amérique du Nord

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

FOURTH SESSION : "MRP & CRP"

FOURTH SESSION : MRP & CRP FOURTH SESSION : "MRP & CRP" Objectifs : Etre capable d analyser un plan directeur de fabrication (MPS). Pour cela il faut pouvoir : - exploser le plan en termes des différents composants, - Comprendre

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Séjour en suites de couches

Séjour en suites de couches Séjour en suites de couches Une histoire de plus en plus courte Alain MARTIN-LAVAL Vérane DURANT Cécile LAURENT Pôle Parents Enfants Hôpital Saint Joseph Marseille gen paca 21 mai 2011 1 Définitions Haute

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail