Unité de valeur 4. Patrimoine social

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Unité de valeur 4. Patrimoine social"

Transcription

1 Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN DE CERTIFICATION 2009 Unité de valeur 4 Patrimoine social Durée : 2 heures - Coefficient : 1 Documents à disposition : Néant Siège social : 5, rue Tronchet PARIS Tél Fax

2 1 ère Partie : 30 QCM 1/ Jean ne règle pas une prime périodique sur une temporaire décès. L assureur : A. Réduira la prestation trente jours après la date d envoi de la lettre recommandée. B. Réduira la prestation quarante jours après la date d envoi de la lettre recommandée. C. Résiliera le contrat tente jours après la date d envoi de la lettre recommandée. D. Résiliera le contrat quarante jours après la date d envoi de la lettre recommandée. 2/ La souscription d un contrat d assurance-vie retraite éligible à la loi Madelin permet : A. Une sortie en capital au jour de la retraite. B. Une déductibilité fiscale dans la limite de 10% du revenu professionnel + 15 % du différentiel entre le revenu professionnel et la tranche A. C. Tout rachat, partiel ou total. D. Une sortie en annuité certaine. 3/ Un contrat a été souscrit en Un versement est fait en 2000 alors que le souscripteur/assuré a alors 72 ans. Quel est le traitement fiscal au décès de l assuré? A. Exonération fiscale totale. B. Application de l Art 990 I du CGI sur la totalité de la prestation. C. Application de l art 757 B du CGI sur le versement de D. Application de l art 990 I du CGI sur la prestation engendrée par le versement de l an / Le bénéficiaire d une assurance-vie, par ailleurs héritier du souscripteur : A. Peut renoncer au bénéfice d une assurance-vie sans perdre ses droits à la succession. B. Ne peut renoncer au bénéfice d une assurance-vie que s il renonce également à la succession. C. Ne peut refuser sa succession sans renoncer au bénéficie de l assurance-vie. D. Ne peut refuser le bénéfice d une assurance-vie, si aucun bénéficiaire de second rang n est désigné. 5/ Dans le cas d un Plan Epargne Retraite Populaire (PERP), la sortie peut se faire : A. Sous la forme d'un capital si tel est le choix de l assuré. B. Uniquement en raison d une invalidité 3 ème catégorie de la Sécurité Sociale. C. Uniquement en raison du décès du conjoint. D. En cas de cessation d'activité non salariée à la suite d un jugement de liquidation judiciaire. 2

3 6/ La désignation du bénéficiaire en cas de décès sur un contrat d assurance-vie : A. Exige un avenant au contrat ou un acte sous seing privé. B. Exige un avenant au contrat ou un acte authentique. C. Exige un acte authentique ou un testament. D. N exige aucune forme particulière. 7/ Dans le cadre du démembrement de la clause bénéficiaire, pour un contrat souscrit après 1999 et avant 70 ans, l abattement de prévu à l article 990 I du CGI bénéficie : A. Au nu-propriétaire et à l usufruitier. B. A l usufruitier. C. Au nu-propriétaire lorsque l usufruit rejoint la nue-propriété, si le capital récupéré de l usufruit n a pas été affecté de rachats. D. Au nu-propriétaire dans le cas où l usufruitier est le conjoint. 8/ Le délai dans lequel l assureur doit verser le montant d un rachat est de : A. 10 jours. B. 15 jours. C. Un mois. D. Deux mois. 9/ Un assuré avait ainsi rédigé la clause bénéficiaire de son assurance-vie: «Mes héritiers légaux». A son décès, il laisse un conjoint et deux enfants de deux lits différents. Comment se répartit le capital? A. La moitié pour le conjoint et un quart pour chacun des enfants. B. Le quasi-usufruit ou un quart en pleine propriété pour le conjoint, selon son choix, et le solde à égalité entre les 2 enfants. C. Le quasi-usufruit pour le conjoint et la moitié de la nue-propriété pour chacun des enfants. D. Le quart pour le conjoint et les trois huitièmes pour chacun des enfants. 10/ Pour le contrat Vie Universelle : quelle est la bonne affirmation? A. La valeur de la somme versée en cas de décès peut être dissociée de la valeur de rachat du contrat. B. En cas de décès, l assureur verse obligatoirement le montant le plus élevé entre la valeur de rachat du contrat et le cumul des primes versées. C. Le bénéficiaire en cas de décès peut choisir de recevoir les unités de compte de l investissement réalisé. D. Le capital en cas de décès peut être indexé sur l inflation d un pays du choix de l assuré. 3

4 11/ Quelle est la bonne affirmation pour un gérant majoritaire de société? A. Il cotise comme profession libérale. B. Il cotise au régime de base RSI et au régime complémentaire CIPAV. C. Il peut n avoir cotisé à un régime complémentaire que depuis D. Il est dispensé de cotisations tant qu il n a pas de revenus déclarés. 12/ L abondement du PERCO par l employeur est limité annuellement à : A. 8 % du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS). B. 10 % du PASS. C. 15 % du PASS. D. 16 % du PASS. 13/ Quelle condition limite le rachat des années d études dans le cadre du régime de retraite de base? A. L échec à l examen. B. L âge auquel on a obtenu son diplôme. C. L âge de la demande de rachat. D. Les années consacrées à des études techniques. 14/ Un assuré désigne comme bénéficiaire d une assurance-vie, en cas de décès, son conjoint, à défaut son fils, à défaut les enfants de ce dernier. Au décès de l assuré, le bénéficiaire de 1 er rang peut-il se désister au profit d un tiers qu il choisit? A. Oui, mais la valeur du contrat vient alors augmenter l actif successoral taxable de l assuré initial. B. Oui, si le tiers qu il choisit fait partie des bénéficiaires désignés au contrat. C. Oui, et le bénéficiaire profitera de la fiscalité assurance-vie. D. Non, la législation lui interdit de le faire. 15/ Bouclier fiscal et assurance-vie. Quelle est la bonne affirmation? A. En cas d arbitrage, les plus-values constatées sont à intégrer dans les revenus. B. Les plus-values latentes (multi-support) ou constatées mais capitalisées (fonds en euro) sont à prendre en considération systématiquement dans le montant des revenus. C. Les plus-values sur rachat partiel sont à intégrer dans les revenus de l assuré. D. Une avance faite sur le contrat de capitalisation par l assureur est considérée comme un revenu et doit être intégré comme tel dans le calcul du plafonnement. 4

5 16/ Le capital versé à un conjoint bénéficiaire d un contrat souscrit postérieurement à 1999 par un souscripteur ayant plus de 70 ans : A. Est exonéré de droits de succession (Loi TEPA) mais est imposé sur la plus-value entre la valeur des primes versées par l assuré décédé et la valeur de sortie en cas de rachat du contrat. B. Bénéficie d un abattement de sur les primes et est exonéré sur les plus-values. C. Est taxé sur l ensemble du contrat au taux maximum des droits de succession de l héritage. D. Est exonéré intégralement. 17/ En cas de rachat partiel d un contrat d assurance-vie, les plus-values constatées sont : A. Taxées en fonction de la date du versement faisant l objet du rachat. B. Taxées en fonction de la durée entre la souscription et le rachat. C. Taxées en fonction de la durée pondérée de chaque versement. D. Exonérées de taxation, la compagnie ne remboursant que du capital. 18/ La mise en place d un PERCO: A. Est possible seulement si un PEE préexiste dans l entreprise. B. N est pas possible si un PEE préexiste dans l entreprise. C. N est pas possible si un article 83 existe dans l entreprise. D. Est possible seulement si un article 83 existe dans l entreprise. 19/ Un assuré de 59 ans, souhaite racheter un trimestre de ses études pour améliorer à la fois son taux de pension et la durée d assurance CNAV. Quel en est le coût estimé? A B C D / Quelle est la limite du cumul de la pension de réversion et d une pension de retraite en cas de décès d un des conjoints, tous deux retraités de la fonction publique? A. 52 % du cumul des 2 pensions avant décès. B. 73 % de 50 % du Plafond de la Sécurité Sociale. C. Pas de limite. D. Le plus favorable entre la réponse A et la réponse B. 5

6 21/ Dans le décompte des trimestres d un assuré né en 1960, pour le régime général, la période de service militaire : A. Ne compte pas. B. Ne compte que si l assuré avait déjà travaillé avant son service. C. Compte pour la durée calendaire du service. D. Compte pour la partie dépassant 12 mois. 22/ Les pensions de retraite sont : A. Soumises à CSG et CRDS. B. Soumises à CSG et exonérées de CRDS. C. Exonérées de CSG et de CRDS. D. Exonérées de CSG et soumises à CRDS. 23/ Les prestations versées au titre du PERP sont : A. Imposables dans la catégorie des pensions et rentes à titre gratuit. B. Totalement exonérées. C. Imposables dans la catégorie des rentes viagères à titre onéreux. D. Imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers. 24/ Quelle est la bonne affirmation pour un assuré né en 1949? A. Depuis le 1 er janvier 2009, la surcote est de 0,75 % par trimestre. B. On obtient la surcote dès que l on a 160 trimestres en C. La surcote s applique si l assuré a 60 ans révolus et au-delà de 161 trimestres. D. La surcote se calcule différemment entre le secteur public et le secteur privé. 25/ La déduction des versements pour un PERP se fait à partir d un plafond initialement calculé sur : A. 8 % des revenus professionnels pris dans la limite de 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS). B. 10 % des revenus professionnels pris dans la limite de 8 fois le PASS. C. 6 % de l ensemble des revenus pris dans la limite de 6 fois le PASS. D. 6 % de l ensemble des revenus pris dans la limite de 8 fois le PASS. 26/ Quel est l âge de réversion dans le régime de base des salariés du secteur privé pour une liquidation effectuée en 2009? A. Il n y a plus de condition d âge. B. 51 ans. C. 52 ans. D. 55 ans. 6

7 27/ La rente perçue lors de la sortie d un «contrat - article 83» est imposée : A. Dans la catégorie des rentes viagères à titres onéreux. B. Dans la catégorie des pensions et rentes viagères. C. Au titre des traitements et salaires. D. Selon le régime des revenus de capitaux mobiliers. 28/ Dans le régime différentiel de l article 39 dit «retraite chapeau» : A. Le salarié dispose d un capital converti en rente viagère. B. Le salarié a le choix entre une sortie en capital ou en rente viagère. C. Il est garanti au salarié une retraite égale à un pourcentage de son dernier salaire sous déduction de sa pension des régimes obligatoires. D. Il est versé au salarié un complément de retraite fixé en pourcentage, sans relation avec sa pension des régimes obligatoires. 29/ Quel est le régime de taxation des plus-values sur un contrat de capitalisation? A. Il est identique à celui des rachats sur un contrat d assurance-vie. B. Les produits font l objet d une taxation forfaitaire à 18 % plus prélèvements sociaux. C. Les produits sont assujettis à l impôt sur le revenu au barème progressif. D. Les produits sont totalement exonérés. 30/ Quelle est la fiscalité successorale d un contrat de capitalisation? A. Fiscalité des articles 900 I et 757 B du Code Général des Impôts. B. Exonération totale. C. Fiscalité successorale de droit commun. D. Prélèvement forfaitaire de 20 %. 7

8 2 nde Partie : 10 Questions ouvertes Question n 1 Au décès en France d un assuré français, âgé de 75 ans, on trouve les contrats d assurance-vie suivants : - Un contrat d épargne avec contre-assurance décès souscrit en 1985 avec complété d un versement de en Le capital décès est de (dont provenant du 1 er versement). - Un contrat d épargne souscrit en France en 1993 alors que l assuré était expatrié avec toute sa famille à Singapour (de 1992 à 1998). Versement de à la souscription, devenus au décès de l assuré. - Un contrat d épargne souscrit en 2000, en France, avec un versement de et un versement en 2005 de Capital au décès de l assuré : (dont du 2 ème versement). Il y a deux bénéficiaires égalitaires. Quel est le traitement fiscal? 8

9 Question n 2 Je veux souscrire au bénéfice de mon petit-fils de 4 ans un contrat d'assurance-vie. Est-il possible de désigner comme bénéficiaire un enfant mineur? Mon fils a souvent des difficultés financières. Je ne veux pas que le capital de cette assurance soit géré par lui ou sa femme durant la minorité de mon petit-fils. Comment procéder? Pouvez-vous préciser avec exactitude les limites de l intervention de l administrateur désigné pour la gestion de ce capital? 9

10 Question n 3 Synthétisez les solutions mises en place successivement par les lois du 15 décembre 2005 et du 17 décembre 2007 pour lutter contre le problème des contrats en déshérence? 10

11 Question n 4 Conclusion d un contrat d assurance : quelles sont les obligations auxquelles doit satisfaire le conseiller prescripteur vis-à-vis de son client? 11

12 Question n 5 La clause de démembrement En 2002, à la souscription de son contrat épargne, un souscripteur-assuré a désigné comme bénéficiaire son épouse en tant qu usufruitière et son fils comme nu-propriétaire, à défaut la mère de l assuré. La totalité des primes a été versée avant 70 ans. Le souscripteur-assuré décède ; l assureur verse Compléter le tableau ci-dessous : Particularité de la clause Bénéficiaire(s) de 1 er rang? Bénéficiaire(s) de 2 ème rang? Qui reçoit la prestation au décès de l assuré? Que se passe-t-il au décès du conjoint survivant? Fiscalité applicable? 12

13 Question n 6 Donnez les caractéristiques essentielles d un PERCO. 13

14 Question n 7 Les nouvelles règles de réversion issues de la Loi de financement de la Sécurité Sociale 2009 et les conseils à appliquer : 14

15 Question n 8 Un assuré né en 1950 a eu la carrière suivante : Surveillant de lycée 2 ans à l équivalent actuel de /an. Service militaire 1 an. Salarié du secteur privé 8 ans. Agent de l Etat 2 ans. Chômage 1 an. Fonctionnaire 15 ans. Salarié cadre depuis 2000 jusqu à sa retraite. Nombre de trimestres validés aujourd hui? Quand pourra-t-il partir à la retraite avec le taux plein? Nombre de trimestres cotisés alors au régime de base des salariés du secteur privé? Rappel : le SMIC horaire actuel est de 8,82. 15

16 Question n 9 Compléter la grille suivante correspondant à la situation d un retraité qui vient de décéder. Hypothèses : l assuré était marié, sous le régime de la communauté réduite aux acquêts. Un seul mariage. La communauté possède : o Résidence principale : o Résidence secondaire : o Portefeuille de valeurs mobilières : Le conjoint survivant a 51 ans et gagne actuellement brut /an. Rappel, le Smic horaire actuel est de 8,82. Les pensions de l assuré sont des pensions brutes, annuelles, valeur Pension de retraite CNAV = REVERSION % Age requis LIMITES ARRCO = AGIRC = Art 83 =

17 Question n 10 Deux personnes de 30 ans ont signé un PACS ou vivent en concubinage notoire. Un seul membre du couple travaille, avec un statut de salarié dans le secteur privé. Sur quels points de leur protection sociale devez-vous attirer leur attention (se limiter à la vieillesse et la prévoyance) et quelles sont les solutions que vous seriez amené(e) à leur recommander pour compenser les déficits de protection liés au fait de ne pas être mariés? 17

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Le 23 Mars 2016. Page 41

Le 23 Mars 2016. Page 41 La validité juridique et fiscal de ce mode de transmission a été validée par le Professeur T. REVET (professeur agrégé de Droit privé, Paris I) ainsi que par le Doyen J. AULAGNIER (Président de l Aurep),

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

L Optimisation Retraite

L Optimisation Retraite L Optimisation Retraite «Stratégie et Réforme» Pascal SOULAINE APS tel : 03 26 82 84 84 mail : aps-consultants@wanadoo.fr 1 L APPROCHE GLOBALE Le Bilan et l Analyse de l Existant Les Objectifs et Les Expériences

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 4. Assurances et retraites, gestion du patrimoine social. Durée : 2 heures Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS

VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS La palette des placements actuellement disponibles est extrêmement vaste. Pour les choisir, nous les avons listés en fonction des objectifs d épargne que vous poursuivez.

Plus en détail

LISTE DE VÉRIFICATION - PLANIFICATION DE LA RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE

LISTE DE VÉRIFICATION - PLANIFICATION DE LA RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE PLANIFICATION DE LA RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE LISTE DE VÉRIFICATION - PLANIFICATION DE LA RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Préparé pour : Nom du client Adresse du client Adresse du client

Plus en détail

Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1

Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1 Quelle stratégie fiscale pour la retraite d entreprise au lendemain de la loi Fillon? Formation experts 2007 Page 1 La retraite du régime général 164 trimestres requis pour une retraite au taux plein en

Plus en détail

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Nature du contrat : Pleins Services Obsèques Sépulture est

Plus en détail

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cadre dirigeant, entrepreneur, profession libérale, artisan... Les problématiques diffèrent ; les solutions aussi. Pour chacun, les pistes pour

Plus en détail

FNAROPA - Commission Retraites Formation FNAR 24 Septembre 2013

FNAROPA - Commission Retraites Formation FNAR 24 Septembre 2013 Trois composantes : la Retraite de Base la Retraite Complémentaire la Retraite Supplémentaire Deux Types de Droits : le Droit Personnel le Droit à Réversion La Retraite de Base : la CARSAT (ex CRAM) la

Plus en détail

Quand? Comment? Combien?

Quand? Comment? Combien? Quand? Comment? Combien? Espérance de vie HOMME FEMME En Moyenne 69 66 63 72 69 65 73 70 67 75 76 72 72 68 68 77 73 69 78 74 70 80 76 71 81 77 73 82 78 74 83 79 75 84 81 77 85 85 82 82 78 78 En 2010 :

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués. Transparents Collège des conjoints survivants retraités. Mme Colas 1 er octobre 2015

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués. Transparents Collège des conjoints survivants retraités. Mme Colas 1 er octobre 2015 Transparents 2015 Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués Collège des conjoints survivants retraités Mme Colas 1 er octobre 2015 Votre caisse de retraite Les élus de la CARMF 2 Élus de

Plus en détail

Les élus de la CARMF (au 15/01/2013)

Les élus de la CARMF (au 15/01/2013) Les élus de la CARMF (au 15/01/2013) 2 Collèges Délégués Administrateurs Cotisants 565 19 Retraités 183 2 Conjoints survivants retraités 32 1 Invalidité-décès 18 1 Total 798 23 Présentés par le CNO _ 2

Plus en détail

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS 1 LA RETRAITE Objectif Permettre au bénéficiaire de préserver un niveau de vie pas trop décalé par rapport à la période d' activité Limites des régimes obligatoires

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003 CORRIGE. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003 CORRIGE. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Article 83 : régime de retraite. septembre 2011

Article 83 : régime de retraite. septembre 2011 Article 83 : régime de retraite septembre 2011 PELT : CHIFFRES CLES 2009 et 2010 2009 2010 Versements (M ) 0.30 0.34 % participants 58 % 56 % Constat : Le dispositif n est utilisé que par à peine plus

Plus en détail

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE

DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE DECES DELARATION DE SUCCESSION ET FISCALITE CAS PARTICULIER : COMMUNAUTE LEGALE Au décès d'une personne, ses biens sont répartis selon les règles de la «dévolution légale» (s'il n'a pas fait de testament)

Plus en détail

Préparation de la retraite de vos clients

Préparation de la retraite de vos clients Préparation de la retraite de vos clients Constitution d un capital mobilier I Retraite individuelle A- PERP B- Assurance vie II Retraite financée au travers d une entreprise A- Article 83 B- Article 39

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2016 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

ACCORD INSTITUANT UN PLAN D EPARGNE RETRAITE COLLECTIF (PERCO)

ACCORD INSTITUANT UN PLAN D EPARGNE RETRAITE COLLECTIF (PERCO) ACCORD INSTITUANT UN PLAN D EPARGNE RETRAITE COLLECTIF (PERCO) Conscients de l intérêt pour les membres du personnel de la BRED et de ses filiales qui le souhaitent de se constituer une épargne avec l

Plus en détail

Retraites et assurances

Retraites et assurances Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

RÉGIMES OBLIGATOIRES DE RETRAITE : IMPACT DES DERNIÈRES MESURES

RÉGIMES OBLIGATOIRES DE RETRAITE : IMPACT DES DERNIÈRES MESURES RÉGIMES OBLIGATOIRES DE RETRAITE : IMPACT DES DERNIÈRES MESURES Intervenants Hugo MARINELLI: Conseiller expert en Protection Sociale et Patrimoniale Olivier BOST : Inspecteur Sommaire 1 - Constats 2 -

Plus en détail

Sommaire. 1 re partie - LE RÉGIME DE BASE DU RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Introduction...13

Sommaire. 1 re partie - LE RÉGIME DE BASE DU RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Introduction...13 Sommaire Introduction...13 1 re partie - LE RÉGIME DE BASE DU RÉGIME GÉNÉRAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE...19 Chapitre 1 - Généralités sur l assurance vieillesse...21 Le financement des pensions...21 Le rôle

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco cumul emploi et retraite complémentaire. n o 5. emploi retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco cumul emploi et retraite complémentaire. n o 5. emploi retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco cumul emploi et retraite complémentaire Guide salariés n o 5 mars 2016 Cumul emploi retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

SwissLife e Retraite Sélection

SwissLife e Retraite Sélection e e Retraite Sélection Fiche produit Cible Régime fiscal : Madelin Exploitants non salariés d une entreprise individuelle relevant des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), des Bénéfices Non Commerciaux

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION DE SOLIDARITÉ SPÉCIFIQUE (ASS) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION DE SOLIDARITÉ SPÉCIFIQUE (ASS) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION DE SOLIDARITÉ SPÉCIFIQUE (ASS) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION DE SOLIDARITÉ SPÉCIFIQUE (ASS) Chômeur de longue durée, l allocation de solidarité peut prendre le relais de l allocation

Plus en détail

État des lieux des réformes et audit de la situation du dirigeant. Les leviers d optimisation des régimes obligatoires

État des lieux des réformes et audit de la situation du dirigeant. Les leviers d optimisation des régimes obligatoires LA RETRAITE Qu an d, Co mbien et Co mm ent? LA RETRAITE DU DIRIGEANT État des lieux des réformes et audit de la situation du dirigeant Les leviers d optimisation des régimes obligatoires Les leviers d

Plus en détail

SOMMAIRE. La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83. Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP)

SOMMAIRE. La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83. Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP) SOMMAIRE Approche générale de la capitalisation Différents systèmes disponibles : L Assurance-Vie La Retraite Loi Madelin ou PREFON ou Article 83 Le Plan D Epargne Retraite Populaire (PERP) L Epargne Salariale

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Pour toutes les personnes majeures qui souhaitent valoriser un capital sur différents supports, du plus sécuritaire au très dynamique.

Pour toutes les personnes majeures qui souhaitent valoriser un capital sur différents supports, du plus sécuritaire au très dynamique. FLORIANE DÉCOUVREZ LES AVANTAGES DE FLORIANE Une solution d investissement pour faire évoluer un capital en vue de votre retraite. Une gestion souple et personnalisée du capital de votre contrat Un large

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués Collège des conjoints survivants retraités

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués Collège des conjoints survivants retraités Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués Collège des conjoints survivants retraités M me Vergnon 16 septembre 2016 Votre caisse de retraite Effectifs au 1 er juillet 2016 2 Collèges Affiliés

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

BECOM GROUPE. Comment agir sur sa retraite? Intervenant Sophie JAMIN : Expert-Comptable

BECOM GROUPE. Comment agir sur sa retraite? Intervenant Sophie JAMIN : Expert-Comptable BECOM GROUPE Comment agir sur sa retraite? Intervenant Sophie JAMIN : Expert-Comptable La Retraite chiffrée Quels seront mes revenus à la retraite? Ai-je constitué un capital suffisant? Quelle sera la

Plus en détail

ASSURANCE VIE VERSION ABSOLUE SOLUTION ASSURÉE PAR SPIRICA

ASSURANCE VIE VERSION ABSOLUE SOLUTION ASSURÉE PAR SPIRICA SOLUTION ASSURÉE PAR SPIRICA ASSURANCE VIE VERSION ABSOLUE Parce que la situation de chacun d entre vous est spécifique, votre contrat d assurance vie doit pouvoir s adapter et vous offrir le meilleur

Plus en détail

Mise à jour : novembre 2011

Mise à jour : novembre 2011 EN CAS DE DECES d un fonctionnaire affilié à la CNRACL Agents stagiaires et titulaires effectuant une durée hebdomadaire de service égale ou supérieure à 28/35 èmes Mise à jour : novembre 2011 Centre de

Plus en détail

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel ENSEIGNEMENT AGRICOLE PRIVÉ (16 septembre 2005) (Bulletin officiel n o 2006-35) ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005

Plus en détail

Veille Juridique et Fiscale

Veille Juridique et Fiscale Veill Veille Juridique et Fiscale Juin 2016 Sommaire 1. Peut-on assimiler un régime de la participation aux acquêts à un régime de séparation de biens... 3 2. Un mobil-home peut-il être considéré comme

Plus en détail

La durée de service de cette allocation, qui a un caractère temporaire, est variable selon la date à laquelle elle prend effet.

La durée de service de cette allocation, qui a un caractère temporaire, est variable selon la date à laquelle elle prend effet. Si votre conjoint était retraité, informez, dès son décès les différentes caisses de retraites de base et complémentaire dont il était allocataire. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime de Prévoyance. Salariés non cadres de la production agricole relevant de l Accord National du 10 juin 2008

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime de Prévoyance. Salariés non cadres de la production agricole relevant de l Accord National du 10 juin 2008 Vos contacts Si vous souhaitez obtenir des renseignements complémentaires sur ces garanties, n hésitez pas à prendre contact pour tous renseignements ou questions relatives : aux prestations d incapacité

Plus en détail

Descriptif des prestations sur le bulletin de rente

Descriptif des prestations sur le bulletin de rente Descriptif des prestations sur le bulletin de rente Préretraite Adrien BARRE Marie-Thérèse Menut Paris - La Défense Détail de la rente de préretraite et des précomptes sociaux 1 La rente de préretraite

Plus en détail

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Danemark Danemark : le système de retraite en 212 Il existe un régime public de base. Une prestation de retraite complémentaire sous conditions de ressources est versée aux retraités les plus défavorisés.

Plus en détail

Police afférente au régime de pension collectif

Police afférente au régime de pension collectif Police afférente au régime de pension collectif Numéro de police : PRPP 0005 En vigueur le 3 mars 2014 La London Life, Compagnie d Assurance-Vie (l émetteur) verse les prestations prévues conformément

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE DES CADRES - CARPILIG

RÉGIME DE PRÉVOYANCE DES CADRES - CARPILIG Groupement des Métiers de l Imprimerie --------------------------------------------------------------------------------------------------- JANVIER 2009 NOTE N 14 RÉGIME DE PRÉVOYANCE DES CADRES - CARPILIG

Plus en détail

L assurance-vie Marie Quantier

L assurance-vie Marie Quantier MARIE QUANTIER Inspiration depuis 1907 L assurance-vie Marie Quantier CONTRAT D ASSURANCE-VIE INDIVIDUEL DE TYPE MULTISUPPORT PROPOSITION D ASSURANCE VALANT NOTE D INFORMATION (2/2) CONDITIONS CONTRACTUELLES

Plus en détail

LA RETRAITE DES SALARIÉS

LA RETRAITE DES SALARIÉS RETRAITE ET PROTECTION SOCIALE Christiane MASSOT-CAZAUX LA RETRAITE DES SALARIÉS DU SECTEUR PRIVÉ Régime de base, régimes complémentaires, environnement fiscal 4 e édition Collection L essentiel pour agir

Plus en détail

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Infos flash PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Le plafond de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1 er janvier au 31 décembre 2016 a été fixé par l arrêté du 17 décembre

Plus en détail

Présentation Retraite 19/12/2013

Présentation Retraite 19/12/2013 «Comprendre les mécanismes de la retraite pour mieux accompagner «Comprendre les mécanismes de la retraite pour optimiser votre parcours professionnel» 1 Présentation Retraite 19/12/2013 NOE RH GESTION

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

PERP Plan d Epargne Retraite Populaire

PERP Plan d Epargne Retraite Populaire PERP Plan d Epargne Retraite Populaire Ce mode d épargne n est pas soumis au plafonnement global des niches fiscales! Il permet aux contribuables qui le souhaitent, de réduire leur Impôt sur le Revenu

Plus en détail

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Premier décret pris en application de la loi de réforme de la retraite, ce texte

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Taux de cotisations au 1 er janvier 2016

Taux de cotisations au 1 er janvier 2016 de cotisations au 1 er janvier 2016 Tableaux n 1 : taux de droit commun de sécurité sociale Assurances sociales agricoles d allocation s familiales maladie, vieillesse s (hors cas visés cidessous) : s

Plus en détail

Taux de cotisations au 1 er janvier 2016

Taux de cotisations au 1 er janvier 2016 Taux de cotisations au 1 er janvier 2016 Tableaux n 1 : taux de droit commun de sécurité sociale Assurances sociales agricoles d allocation s familiales maladie, vieillesse Salariés (hors cas visés cidessous)

Plus en détail

Montant des principales prestations soumises à revalorisation

Montant des principales prestations soumises à revalorisation Montant des principales prestations soumises à revalorisation 1 Prestations maladie de prévoyance 1.1 PSA Au 1 er avril de chaque année, en fonction du taux de revalorisation des pensions. Montant : 4752

Plus en détail

ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016

ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016 ELUS LOCAUX RETENUE A LA SOURCE - INDEMNITES DE FONCTION 2016 A COMPTER DU 1 ER JUILLET 2016 Références Article 47 de la Loi n 92-147 du 31/12/92 de finances rectificative pour 1992 (J.O. du 5/01/1993)

Plus en détail

La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise

La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise La protection sociale du créateur ou repreneur d entreprise AOUT 2014 Artisan Commerçant Industriel 1 Au programme Enregistrer votre entreprise Votre protection sociale obligatoire Les prestations Les

Plus en détail

CAPSULE 19. LA RETRAITE

CAPSULE 19. LA RETRAITE PSUL 19. L RTRIT ut: 1. ans un système de retraite par..., les cotisations, versées par les actifs au titre de l assurance vieillesse, sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités.

Plus en détail

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014

Loi de finances pour 2015. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015. Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de finances pour 2015 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 Loi de finances rectificative pour 2014 Les lois de finances de fin 2014 n ont pas mis en place de réformes majeures. La mesure

Plus en détail

RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) *

RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) * Annexes RPO (2.8) RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) * Article 1er - Objet Le présent règlement définit les garanties prévues par l'article 1-26 de la Convention Collective Nationale

Plus en détail

Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine

Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations Clients professionnels et petites entreprises Mémento 2015 ARTISANS Travailleurs non salariés Cotisation IJSS 6,50 % 0,70 % Invalidité Décès 1,30 % Sur l intégralité du revenu professionnel imposable Dans

Plus en détail

Memento Version Janvier Salariés Régime Général

Memento Version Janvier Salariés Régime Général Memento 2008 Version Janvier 2008 Salariés Régime Général CHARGES SOCIALES SUR SALAIRE (Taux au 01/01/2008, en %) TAXES DIVERSES PRÉV. RETRAITES COMPLÉMENTAIRES ASSEDIC SÉCURITÉ SOCIALE / URSSAF Employeur

Plus en détail

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015 Cabinet Pybourdin Brûlé & Associés Société d Expertise Comptable inscrite au Tableau de l Ordre des Experts Comptables de Paris 7, rue Delerue 92120 MONTROUGE - : 01.42.53.59.59 Fax : 01.42.53.87.34 Mail

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Dispositions essentielles

NOTICE D INFORMATION. Dispositions essentielles 2012 NOTICE D INFORMATION Dispositions essentielles Le complément retraite OFI Premium Retraite est souscrit par contrat collectif à adhésion individuelle et facultative. Les droits et obligations de l

Plus en détail

Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes

Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes Direction Générale des Finances Publiques 2041 DRBF 13834*01 Déclaration d imputation d une créance fiscale née du droit à restitution des impositions directes L article 38 de la loi de finances pour 2009

Plus en détail

Centre Européen de Recherche Nucléaire

Centre Européen de Recherche Nucléaire La Retraite du Régime Général Centre Européen de Recherche Nucléaire Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 15.11.2011. 1 La Retraite du Régime Général Martine ALBESSARD malbessard@carsatra.fr

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

Contrats Madelin : la retraite des travailleurs non salariés

Contrats Madelin : la retraite des travailleurs non salariés Contrats Madelin : la retraite des travailleurs non salariés La loi Madelin permet la déduction fiscale, sous certaines conditions, des cotisations versées par le travailleur non salarié pour se constituer

Plus en détail

Réunion délégués FO Crédit Agricole

Réunion délégués FO Crédit Agricole Réunion délégués FO Crédit Agricole 26 septembre 2012 Quelques notions sur la retraite de base Retraite anticipée des salariés handicapés Retraite anticipée pour carrière longue : les nouvelles règles

Plus en détail

«La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h

«La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h «La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h RV CREATION REPRISE D ENTREPRISES DANS LA LOIRE Roanne 18 Novembre 2015 2 30/11/2015 La Protection Sociale du Travailleur Indépendant 3 30/11/2015

Plus en détail

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014 TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014 Dernière mise à jour Avril 2014 ENFANTS DE MOINS DE 20 ANS Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH) Allocation de base : 129.99 /mois Compléments mensuels

Plus en détail

Journée de la protection sociale des non-salariés agricoles

Journée de la protection sociale des non-salariés agricoles Journée de la protection sociale des non-salariés agricoles La retraite des non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire La retraite des non-salariés agricoles Les conditions La retraite forfaitaire (RF)

Plus en détail

Barème des cotisations sur salaires

Barème des cotisations sur salaires SMIC HORAIRE 9.67 MINIMUM GARANTI 3.52 SMIC MENSUEL 1 466.62 Tranches retraite complémentaire TB cadre = 1 à 4 plafonds TC cadre = 4 à 8 plafonds PLAFOND SECURITE SOCIALE MENSUEL 3 218.00 TA = 1 plafond

Plus en détail

Parce que notre futur compte

Parce que notre futur compte Parce que notre futur compte 1 MISSION : ASSURER NOTRE AVENIR ET CELUI DE NOS PROCHES 1 MISSION : ASSURER NOTRE AVENIR ET CELUI DE NOS PROCHES 2 ACTIVITÉS RETRAITE & PRÉVOYANCE NOS VALEURS Confiance Solidarité

Plus en détail

Actualité de la retraite 19/03/2015

Actualité de la retraite 19/03/2015 Actualité de la retraite 19/03/2015 Nos caractéristiques Un groupe de protection sociale «paritaire», à but non lucratif Qui se distingue par : sa vocation professionnelle sa taille humaine son centre

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine

Unité de valeur 1. Droit et fiscalité du patrimoine Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Bien préparer Votre retraite en

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse. Professionnels libéraux. Bien préparer Votre retraite en Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse Professionnels libéraux Bien préparer Votre retraite en 2013 SOMMAIRE quelles sont les conditions de départ à la retraite? p. 3 RÉCAPITULATIF

Plus en détail

Actualité de la retraite. Le 8 juin 2016

Actualité de la retraite. Le 8 juin 2016 Actualité de la retraite Le 8 juin 2016 Thèmes Introduction : présentation du Groupe Audiens 1. Principes généraux de notre système de retraite 2. Les réformes et les modalités de départ en retraite 3.

Plus en détail

«Orange Ambition 2016» Offre réservée au personnel du Groupe Orange

«Orange Ambition 2016» Offre réservée au personnel du Groupe Orange «Orange Ambition 2016» Offre réservée au personnel du Groupe Orange 8 mars 2016 Orange SA met en œuvre une opération d actionnariat salarié intitulée «Orange Ambition 2016», sous la forme d une offre réservée

Plus en détail

Generali Patrimoine. Espace Horizon 8. De nouvelles perspectives pour votre épargne

Generali Patrimoine. Espace Horizon 8. De nouvelles perspectives pour votre épargne Generali Patrimoine Espace Horizon 8 De nouvelles perspectives pour votre épargne Generali, dans le monde (1) ITALIE 23,5 milliards Allemagne 17,2 milliards FRANCE 11 milliards EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE

Plus en détail

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE Modèle n ADP010F-14E DR/DIP/DP de : Subdivision :... Secteur : IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL Du Au IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE Nom et Prénom(s) :. Adresse actuelle du domicile fiscal

Plus en détail

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité de la gestion de patrimoine. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMEN DE CERTIFICATION. Unité de valeur 1. Droit et fiscalité de la gestion de patrimoine. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2015-2016 SEFI-ARNAUD-FRANEL.COM La fiscalité des particuliers 2015-2016 QCM 25 questions-réponses Questions 1 - Le barème de l impôt sur le revenu comprend : 1 3 tranches ; 2 4 tranches

Plus en détail

SOMMAIRE. Inspection du travail des transports. F 211 Bulletin de paye... 2 F 212 Rémunération - Frais de déplacement..

SOMMAIRE. Inspection du travail des transports. F 211 Bulletin de paye... 2 F 212 Rémunération - Frais de déplacement.. Inspection SOMMAIRE F 211 Bulletin de paye... 2 F 212 Rémunération - Frais de déplacement.. 4 ZOOM TRANSPORT Quelles informations pour le conducteur en plus de celles du bulletin de paie? Pour lui permettre

Plus en détail

CHARGES SOCIALES 2010

CHARGES SOCIALES 2010 CHARGES SOCIALES 2010 Plafond sécurité sociale Plafond de sécurité sociale Périodicité 2009 Année 34 620 Trimestre 8 655 Mois 2 885 Quinzaine 1 430 Semaine 666 Jour 159 Heure (1) 1 22 pour une durée de

Plus en détail

La disparité entre les situations des fonctionnaires et des salariés du secteur privé

La disparité entre les situations des fonctionnaires et des salariés du secteur privé ACTIFS D AUJOURD HUI, RETRAITES DE DEMAIN Quelles nouvelles solutions pour l encadrement supérieur de l Etat? La disparité entre les situations des fonctionnaires et des salariés du secteur privé Fabrice

Plus en détail

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Destinataires Tous services Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Date de validité Du 01/01/2012 ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU

Plus en détail

LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS

LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS LA RETRAITE C EST À VIE SYNTEC PHILIPPE SAUVANT CONSULTANTS 36 Ave Charles de Gaulle 92200-NEUILLY SUR SEINE tel 01 47 45 08 13 Courriel : maretraite@sauvant.org - www.sauvant.org 1 QUI SONT LES AFFILIÉ(E)S

Plus en détail

Règlement du régime de maintien de droits arrêté au 31 décembre 1999 du

Règlement du régime de maintien de droits arrêté au 31 décembre 1999 du Règlement du régime de maintien de droits arrêté au 31 décembre 1999 du 18.11.99 TITRE I : PRINCIPES GENERAUX Article 1 : Objet et date de mise en oeuvre Le régime de maintien de droits a pour objet de

Plus en détail

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a)

Imposition des cotisations et des prestations de la prévoyance individuelle liée (pilier 3a) Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Les régimes par répartition et leur condition d équilibre. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009

Les régimes par répartition et leur condition d équilibre. Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 Les régimes par répartition et leur condition d équilibre Formation des nouveaux administrateurs Session 1 : 1 ère journée 16 octobre 2009 Définition d un régime par répartition Le régime de base de la

Plus en détail

Départ à la retraite dans quelles conditions le salarié peut-il quitter l entreprise?

Départ à la retraite dans quelles conditions le salarié peut-il quitter l entreprise? Départ à la retraite dans quelles conditions le salarié peut-il quitter l entreprise? Que ce soit dans le cadre d un départ volontaire à la retraite du salarié ou d une mise à la retraite à l initiative

Plus en détail

LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE LA FONCTION PUBLIQUE (RAFP)

LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE LA FONCTION PUBLIQUE (RAFP) Circulaire C.d.G. - DOC n 301 du 25 novembre 2004 Date d effet : 1 er janvier 2005 La présente circulaire annule et remplace la circulaire C.d.G. DOC n 290 du 25 août 2004 LA RETRAITE ADDITIONNELLE DE

Plus en détail