Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency"

Transcription

1 Réanimation (2008) 17, Disponible en ligne sur journal homepage: MISE AU POINT Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency C. Fieschi Unité d immunopathologie, département d immunologie, pôle HIC, EA 3963 : développement lymphoïde B, hémopathies lymphoïdes et déficits de l immunité humorale, centre Hayem, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, Paris, France Disponible sur Internet le 3 avril 2008 MOTS CLÉS Deficit immunitaire commun variable ; Adulte ; Hypogammaglobulinémie ; Granulome ; Maladie génétique ; Infections bactériennes KEYWORDS Common variable immunodeficiency; Adult; Hypogammaglobulinemia; Granuloma; Genetics; Bacterial infections Résumé Le déficit immunitaire commun variable, le plus fréquent des déficits immunitaires symptomatiques de l adulte, est défini par une hypogammaglobulinémie primitive (par opposition à secondaire). C est un syndrome hétérogène, associant au plan clinique de façon presque constante des infections bactériennes à répétition, des maladies auto-immunes (d organe ou contre les lignées hématopoïétiques), un syndrome lymphoprolifératif (hyperplasie folliculaire, maladie granulomateuse). La gravité des infections et leur répétition doit faire évoquer le diagnostic, qui sera confirmé par une électrophorèse des protides et un dosage pondéral des Ig. Le traitement repose sur la substitution régulière en Immunoglobulines polyvalentes par voie intraveineuse ou sous-cutanée, qui permet de diminuer la fréquence des infections des voies aériennes, et probablement d éviter leur complication (dilatation des bronches). La physiopathologie de cette maladie est très mal comprise, mais la description récente de défauts génétiques chez de rares malades devrait permettre d en améliorer la compréhension Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Summary Common variable immunodeficiency is the most frequent symptomatic immunedeficiency of adulthood. It is defined by primary (opposite to secondary) hypogammaglobulinemia. It s an heterogeneous disorder, that can include repeated bacterial infections, and/or autoimmune and/or lymphoproliferative diseases. The diagnosis is suspected if infectious diseases are serious and/or unusually frequent, and it has to be confirmed by gammaglobulins and/or IgG, A and M dosage. Treatment is based on immunoglobulin replacement, which allow to drastically diminish the frequency and severity of infectious bacterial diseases. The pathophysiology of this rare disease is poorly understood, but the recent description of molecular defects in rare genetic diseases will maybe help us to understand the mechanisms of hypogammaglobulinemia in these patients Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Adresse /$ see front matter 2008 Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.reaurg

2 394 C. Fieschi Introduction Le déficit immunitaire commun variable (DICV) est le plus fréquent des déficits immunitaires symptomatiques de l adulte. Il est caractérisé par un défaut de production d immunoglobulines dont la définition n est pas univoque. Les patients ont habituellement un dosage d IgG inférieur à 5 g/l, associé ou non à un déficit complet en IgA et à une hypoigm. Il est parfois associé à des défauts de réponse vaccinale. Sa prévalence est estimée à un cas pour habitants. Le diagnostic est habituellement fait dans la deuxième ou troisième décennie de vie. Plusieurs grandes séries publiées montrent une sex-ratio équilibrée ou une très légère prédominance féminine [1 3]. Le phénotype clinique est hétérogène mais dominé par l existence d infections répétées et/ou sévères à pyogènes le plus souvent des voies aériennes ou digestives. Au tableau clinique infectieux, peuvent être associées des maladies auto-immunes, une lymphoprolifération bénigne le plus souvent [1,2]. Enfin, l hypogammaglobulinémie peut être asymptomatique, découverte à l occasion d une électrophorèse des protides «systématique», ou dans le cadre du dépistage d un sujet apparenté à un patient qui a un déficit immunitaire caractérisé. Le phénotype biologique, outre l hypogammaglobulinémie, est hétérogène pour les phénotypes lymphocytaires B et T. Plusieurs études génétiques ont montré des loci d intérêt différents et récemment des mutations de deux gènes impliqués dans l immunité ont été démontrées comme étiologies génétiques des DICV. Cependant, la plupart des cas rapportés reste idiopathique et il semble exister plusieurs maladies cliniques différentes et plusieurs maladies génétiques différentes responsables du DICV. La difficulté devant un tableau d hypogammaglobulinémie chez l adulte est d éliminer un déficit secondaire, ce d autant que le patient est plus âgé. Nous rappellerons les principaux modes d entrée dans la maladie, les défauts génétiques récemment identifiés dans le DICV et évoquerons quelques hypothèses physiopathologiques. Nous parlerons brièvement des déficits immunitaires de l enfant qui s accompagnent d un défaut de production d immunoglobulines, qui, révélé tardivement, peut en imposer pour un DICV. Enfin, nous ferons un point sur les traitements disponibles dans cette maladie. Circonstances diagnostiques Infections Elles émaillent dans 95 % des cas l évolution des DICV. La fréquence inhabituelle d infections bactériennes «banales» des voies aériennes, la gravité des infections, ou les germes en cause doivent faire évoquer un défaut de production d immunoglobulines chez un adulte jeune [3]. Infections bactériennes des voies aériennes Il s agit le plus souvent de pneumonies bactériennes (Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis), parfois particulières par l étendue des lésions, l insuffisance respiratoire associée, une phase septicémique. C est également la répétition des épisodes infectieux chez un sujet qui n a pas de facteurs de risques connus qui doit faire suspecter le diagnostic. Des sinusites à répétitions peuvent également faire découvrir la maladie, la répétition des épisodes étant là aussi suspecte. Plusieurs épisodes de bronchites nécessitant des antibiothérapies itératives doivent également attirer l attention des cliniciens. Le délai entre les premiers symptômes infectieux et le diagnostic de DICV est parfois de plusieurs années, car les épisodes infectieux ont des caractéristiques banales. Parfois, la maladie est découverte à l occasion de la surinfection d un foyer de dilatation des bronches, dont l existence signe la répétition et/ou la gravité des épisodes infectieux passés. Infections des voies digestives Les maladies infectieuses digestives qui menacent les patients atteints de DICV peuvent être inaugurales. Deux types de germes doivent attirer l attention du clinicien : une diarrhée à Giardia intestinalis, un parasite dont on trouve les œufs dans les selles ou le parasite lui-même dans les biopsies digestives (en particulier duodénales) signe le plus souvent, en particulier quand la diarrhée est symptomatique, un déficit complet en IgA, parfois associé à un authentique DICV. Les diarrhées symptomatiques à Campylobacter sont fréquentes chez ces sujets, et récidivent fréquemment, malgré des traitements classiques bien conduits, et une substitution en Immunoglobulines polyvalentes. Les salmonelles non typhiques peuvent également menacer ces patients. Enfin, la pullulation microbienne peut être responsable de signes digestifs avec malabsorption et exsudation, sans qu un germe en particulier soit mis en évidence. Autres infections Des méningites à pneumocoque ou à méningocoque peuvent être inaugurales, de même que des septicémies à pneumocoques avec ou sans atteinte parenchymateuse pulmonaire. Des infections de la peau peuvent révéler la maladie. La répétition de certaines infections virales est rare, mais doit faire suspecter le diagnostic. Par exemple, la récidive d infections à Herpes Virus (zonas, mais aussi récurrences herpétiques buccales ou génitales, varicelle grave), l existence de verrues (ré)apparues à l âge adulte, leur importance et leur relative résistance aux traitement mécaniques habituels est suspecte chez un adulte sans facteur favorisant. Les microorganismes qui suscitent habituellement une réponse immunitaire cellulaire (par opposition à humorale, médiée par les anticorps), Mycobacteria spp., Pneumocystis jirovecii, Cryptococcus neoformans, les cryptosporidies, menacent de façon plus rare les patients atteints de DICV mais peuvent s intégrer dans le tableau clinique infectieux. Syndrome lymphoprolifératif Environ un tiers des patients qui ont un DICV ont un syndrome lymphoprolifératif, hyperplasie folliculaire lymphoïde ou granulomatose. Les deux histologies peuvent se rencontrer dans un même organe chez un même patient, ou dans des organes différents, ou a différents périodes de la maladie. Quand il existe un syndrome lymphoproli-

3 Déficit immunitaire commun variable 395 fératif, une autoimmunité sur les lignées hématologiques est fréquemment rencontrée de façon concomitante. Le syndrome lymphoprolifératif est habituellement bénin. La découverte d une prolifération clonale lymphoïde en particulier B, doit faire rediscuter le diagnostic de DICV si l hypogammaglobulinémie et le syndrome lymphoprolifératif sont diagnostiqués en même temps chez un même sujet, ce d autant que celui-ci est âgé. Hyperplasie folliculaire lymphoïde Il s agit d une hypertrophie ganglionnaire ou splénique, habituellement modérée, mais suffisamment persistante ou importante dans ce contexte pour que les cliniciens aillent jusqu à la preuve histologique. Au plan anatomopathologique justement, il s agit une hypertrophie du compartiment cellulaire B et T, parfois avec une hyperplasie de la zone du manteau ganglionnaire. L architecture globale du ganglion est conservée, mais les centres germinatifs sont nombreux et/ou hyperplasiques. Il peut également s agir d une hyperplasie des zones T interfolliculaires, faite de lymphocytes souvent CD8, non clonaux. La recherche de microorganismes dans ce contexte est négative, même par des techniques sensibles de PCR, une équipe a toutefois décrit récemment l implication du virus HHV8 dans la genèse de l hyperplasie lymphoïde chez des sujets ayant un DICV, mais cette observation n a pas été confirmée par d autres équipes, et la très faible quantité de virus retrouvé en PCR quantitative laisse planer des doutes quant à son implication réelle dans la physiopathologie de l hyperplasie folliculaire [4]. Granulomatose localisée ou maladie granulomateuse sarcoid-like Une histologie granulomateuse peut être rencontrée dans les organes lymphoïdes hypertrophiés des patients ayant un DICV. La fréquence de la granulomatose au cours du DICV serait de 10 à 15 %, selon les séries [5,6]. Les granulomes sont le plus souvent bien formés, parfois seulement ébauchés. La nécrose est rare. La recherche de microorganismes responsables de la réaction granulomateuse s est avérée négative le plus souvent. Les localisations granulomateuses peuvent être multiples (ganglions, rate, foie, peau, tube digestif, parenchyme pulmonaire, moelle osseuse mais aussi cérébrale). Il est fréquent de trouver au sein d un même organe (en particulier un organe lymphoïde) une histologie granulomateuse et une hyperplasie folliculaire. La maladie granulomateuse pourrait en imposer pour une sarcoïdose, car les localisations sont les mêmes, mais l hypogammaglobulinémie doit faire suspecter un DICV, ce d autant qu au cours des sarcoïdoses «classiques» les gammaglobulines sont le plus souvent élevées. Maladies auto-immunes Les maladies auto-immunes émaillent l évolution de 30 % des patients ayant un DICV. Elles peuvent également faire partie des premiers symptômes de la maladie avant que celle-ci ne soit diagnostiquée. Il s agit de maladies auto-immunes d organes (vitiligo, thyroïdite de Hashimoto, maladie de Biermer), ou d auto-immunité sur les lignées hématologiques, anémie hémolytique auto-immune ou purpura thrombopénique immunologique. Atteinte digestive et hépatique. L atteinte digestive est parfois au premier plan, avec les infections que nous avons précédemment mentionné, Campylobacter, Giardia, Salmonella. Il peut également s agir d une pathologie inflammatoire du tube digestif, type «MICI». Par ailleurs, une maladie de Biermer peut être diagnostiquée à l occasion de biopsies digestives systématiques pour des troubles digestifs variés ou dans l exploration d une malabsorption. Les atteintes hépatiques isolées sont rares, et outre l atteinte granulomateuse déjà discutée plus haut, on peut citer la fréquence de l hyperplasie nodulaire régénérative, responsable d un tableau d hypertension portale sans lésion cirrhotique [7]. Enfin, il faut mentionner le fait que les sérologies sont parfois négatives chez ces patients, en raison du profond défaut de production d Ig. Toute cytolyse hépatique inexpliquée doit faire rechercher les hépatites virales (en particulier l HCV) en PCR et non pas en sérologie [8]. Diagnostic différentiel Devant la découverte d une hypogammaglobulinémie chez un adulte, à l occasion d un «bilan systématique» ou dans les circonstances diagnostiques précédemment citées, il faut éliminer les hypogammaglobulinémies secondaires, principalement représentées par les hémopathies lymphoïdes de bas grade et les myélomes non sécrétants. Certains déficits immunitaires humoraux primitifs habituellement diagnostiqués chez l enfant peuvent n être diagnostiqués qu à l âge adulte si les symptômes sont modestes (agammaglobulinémie liée à l X par mutation du gène BTK, codant pour la Bruton Tyrosine Kinase ; lymphoprolifération liée à l X, par mutation du gène SH2D1A codant SAP ; syndrome d hyperigm par mutation du gène TNFSF5, codant CD40L, du gène AICDA, codant AID, du gène UNG, codant l uracil ADN glycosylase). Le syndrome de Good associe de façon constante une hypogammaglobulinémie parfois profonde, une alymphocytose B et un thymome. Il est particulier car les patients sont plus âgés au moment du diagnostic que les patients qui ont un DICV et fréquemment associé à des infections à germes intracellulaires ou des infections virales graves. Certains médicaments peuvent être responsables d hypogammaglobulinémie mais celles-ci sont le plus souvent peu profondes et rarement symptomatiques. Enfin, des pertes excessives, digestives ou urinaires (syndrome néphrotique, entéropathie exsudative) sont parfois responsables d hypogammaglobulinémie, mais dans ces cas-là, celle-ci s accompagne également d une hypoalbuminémie. Aspects génétiques Parmi les apparentés au premier degré, des patients chez lesquels un DICV est diagnostiqué, il y aurait environ 20 % de sujets ayant un déficit complet en IgA [9,10], une hypoigm, un déficit en sous classes d IgG, ou un authentique DICV.

4 396 C. Fieschi Ces constatations ont incité plusieurs équipes à faire des études génétiques (en particulier genome scan) dans ces familles. Plusieurs régions d intérêt ont donc été mises en évidence dans différentes cohortes de patients qui avaient une maladie familiale [11,12]. Certaines régions HLA sont plus fréquemment représentées chez les patients qui ont un DICV [13]. La première étiologie monogénique du DICV a été rapportée en Une large délétion dans le gène codant ICOS, une molécule costimulatrice exprimée à la surface des lymphocytes T activés, empêche son expression. Les patients ont un tableau de DICV, particulier par la quasi-absence de lymphocytes B circulants [14]. Aucune mutation différente n a été rapportée dans ce gène juqu ici et le cluster géographique (Sud de l Allemagne et Nord de l Autriche) [15] dans lequel se trouvent les patients suggère qu un effet fondateur est à l origine de cette mutation. En 2005, deux équipes rapportaient différentes mutations de TNFRSF13B, codant TACI, chez des patients suivis pour un DICV ou un déficit isolé en IgA [16,17]. TACI est un récepteur de la famille du TNF récepteur impliqué dans la survie des lymphocytes B. Il fonctionne sous forme de trimère. Deux types de mutations ont été décrits, certaines abolissent le cadre de lecture, d autres modifient seulement un acide aminé. Elles sont présentes à l état homozygote ou hétérozygote. Ces mutations sont parfois présentes chez des apparentés qui ont des dosages d IgG et d IgA normaux. Ces mutations de TACI rendraient compte, dans une cohorte de DICV «sporadique» de 10 % des cas de DICV [17]. Ces données ont été modérées dans une nouvelle publication de ces deux équipes, et les mutations hétérozygotes de TNFRSF13B ne pourraient être qu un gène de suceptibilité au DICV [18,19]. Enfin, cinq patients ayant un défaut complet d expression de CD19 ont été plus récemment décrits [20,21]. Il s agit de jeunes gens ayant un phénotype clinique compatible avec un DICV, l absence de cellules CD19+ circulantes, alors que l expression de CD20 est normale (leurs lymphocytes B sont présents mais n expriment pas le marqueur classique CD19). Les mutations sont retrouvées à l état homozygote. Il est probable que cette maladie génétique soit rarement responsable de DICV dans les cas sporadiques et en l absence de consanguinité. Physiopathologie La physiopathologie de ce syndrome, quoique très étudiée dans les 50 dernières années, est très imparfaitement élucidée. Au plan clinique, il semble que chez certains patients la séquence «déficit complet en IgA, puis déficit en IgA et sous-classes d IgG, et enfin DICV» soit démontrée, et que la perte des immunoglobulines soit progressive et concomitante d infections plus sévères et plus fréquentes. L existence de 20 % de familles multiplex plaide pour une origine génétique, qui a été démontrée par les publications des dernières années montrant des mutations mendéliennes de gènes impliqués dans la production d Ig chez l homme. Les études du phénotypage lymphocytaire T et B ont permis d élaborer des classifications chez les patients ayant un DICV et ont montré qu il existe une expansion de lymphocytes B naïfs (CD27-) aux dépens des lymphocytes B mémoires, et à l inverse que la population T circulante soit plutôt mémoire, et souvent activée. Il n y a pas de consensus clair actuellement pour savoir si le défaut cellulaire est plutôt T ou B, s il s agit d une anomalie de coopération entre ces deux types cellulaires, ou encore si d autres cellules sont responsables du défaut de production d immunoglobulines. L élucidation successive de différentes anomalies ou variations génétiques chez des sujets ayant un DICV permettra peut être d améliorer la compréhension de la physiopathologie de ce syndrome. Prise en charge thérapeutique Traitement substitutif par immunoglobulines Il doit être systématiquement proposé aux patients qui ont des infections bactériennes à répétition, en particulier des pneumopathies et des bronchites, ce d autant qu il existe déjà une dilatation des bronches. La substitution régulière en immunoglobulines permet de retarder l insuffisance respiratoire et de diminuer de façon importante la consommation d antibiotiques chez ces sujets. Son efficacité sur les infections ORL et digestives est moins constante. Le taux résiduel de gammaglobulines à obtenir est variable d un patient à l autre et essentiellement basé sur la persistance d épisodes infectieux. Ce taux résiduel se situe entre 5 et 8 g/l soit un dosage résiduel d IgG de 6 à 12g/l. La substitution peut être réalisée par voie intraveineuse, en hôpital de jour ou a domicile. La fréquence des perfusions également guidée par l importance des épisodes infectieux est de trois à quatre semaines. La posologie initiale est de 400 à 500 mg/kg par cure. Les patients qui ont une atteinte digestive avec entéropathie exsudative ont des besoins plus grands. La voie sous-cutanée, qui était utilisée à la fin des années 1970 avait été abandonnée pour des problèmes pratiques de volumes de perfusion. L administration des Ig par voie sous-cutanée est de nouveau possible en France depuis Elle présente plusieurs avantages. Par ailleurs, un taux résiduel d Ig beaucoup plus constant qu il ne peut l être quand elles sont administrées par voie intraveineuse, permettant une «couverture» correcte des intervalles sans perfusion. Cela corrèle également avec des besoins moins importants en Ig par mois, les patients recevant en général 25 g mensuels. Les perfusions par voie sous-cutanée ont lieu de façon hebdomadaire pour une durée d environ 1 heure 30 en deux sites de perfusions, à l aide de micropousse-seringues électriques. L administration peut être réalisée à domicile par le patient lui-même ou ses proches, après une éducation dans son centre habituel. La tolérance est bien meilleure au plan général, avec une absence de maux de tête, l absence de choc anaphylactique grâce à la voie d administration. Enfin ce mode d administration permet une économie de journées d hospitalisation. Antibiothérapie Les épisodes infectieux bactériens doivent être traités de façon classique par une antibiothérapie adaptée aux microorganismes en cause ou par une antibiothérapie pro-

5 Déficit immunitaire commun variable 397 babiliste. La place de l antibioprophylaxie n est pas définie, mais doit être discutée si les épisodes infectieux persistent malgré un taux résiduel de gammaglobulines correct. Dans le cas de bronchorrhée chronique, l examen cytobactériologique des crachats peut être utile pour connaître la flore bactérienne de colonisation bronchique. La prise en charge de ces patients s assimile à celle des patients atteints de mucoviscidose. Les cures d antiotiques alternées, très utilisées par les pédiatres, sont parfois efficaces dans les surinfections de DDB, et également intéressantes dans les pullulations microbiennes digestives. Traitement immunosuppresseur Il est parfois nécessaire d administrer des corticoïdes, des immunosuppresseurs, des anticorps monoclonaux (anti- CD20, anti-cd52) à ces patients, pour des pathologies associées (auto-immunité, syndrome lymphoprolifératif menaçant, granulomatose systémique) au DICV. Le choix et la durée d administration de ces médicaments doivent être pesés au cas par cas en raison du risque infectieux secondaire chez ces sujets. Prise en charge multidisciplinaire Le DICV est un syndrome hétérogène qui peut comporter des atteintes de différents organes. Les épisodes inauguraux, infectieux, lymphoprolifératifs ou auto-immuns, peuvent être gérés par des infectiologues, des pneumologues, des ORL, des réanimateurs, des internistes, des hématologues. Le diagnostic doit pouvoir être évoqué par chacun de ces spécialistes concernés. Par ailleurs, quand le diagnostic posé, l apport de chacun de ces spécialistes mais aussi des équipes paramédicales (kinésithérapie respiratoire, infirmière «formatrice», psychologue) est indispensable à la qualité de la prise en charge de ces patients. Conclusion Le DICV, maladie hétérogène dont la première description remonte à 1952, reste une maladie aux définitions floues, à la physiopathologie incomplètement élucidée, reflétant probablement des causes variées. Le recueil de donnéees sur les antécédents personnels et familiaux permet d approcher le diagnostic, qui sera confirmé par une électrophorèse des protides et un dosage pondéral des Ig. Le diagnostic positif doit être fait rapidement, car la prise en charge thérapeutique, en particulier quand l hypogammaglobulinémie est symptomatique au plan infectieux, est urgente, et permet d éviter ou de retarder les complications pulmonaires graves de ces patients. La cohorte Def-I, dont le département d immunologie à Saint-Louis coordonne l organisation, recueille des données cliniques et biologiques chez des adultes qui ont un défaut primitif de production d Ig (majoritairement des sujets atteints de DICV). Chaque patient a un phénotype lymphocytaire B et T complet, dans des laboratoires de référence, et une biothèque est systématiquement réalisée. Cette cohorte, toujours active, a inclus en moins de quatre ans 418 patients dont 80 % ont un DICV [3]. Elle devrait permettre de mieux cerner les caractérisitiques cliniques et immunologiques de ces patients. L élucidation, chez certains de ces patients, de mécanismes moléculaires responsables de défauts de production d Ig permettra probablement dans l avenir de mieux comprendre la genèse de cette maladie et donc d en améliorer la prise en charge, y compris avec des traitements plus modernes basés sur la physiopathologie. Références [1] Hermaszewski RA, Webster AD. Primary hypogammaglobulinaemia: a survey of clinical manifestations and complications. Q J Med 1993;86: [2] Cunningham-Rundles C, Bodian C. Common variable immunodeficiency: clinical and immunological features of 248 patients. Clin Immunol 1999;92: [3] Oksenhendler E, Gérard L, Fieschi C, et al. Infections in 252 patients with Common Variable Immunodeficiency. CID; in press. [4] Wheat WH, Cool CD, Morimoto Y, et al. Possible role of human herpesvirus 8 in the lymphoproliferative disorders in common variable immunodeficiency. J Exp Med 2005;202: [5] Mechanic LJ, Dikman S, Cunningham-Rundles C. Granulomatous disease in common variable immunodeficiency. Ann Intern Med 1997;127: [6] Fasano MB, Sullivan KE, Sarpong SB, et al. Sarcoidosis and common variable immunodeficiency. Report of 8 cases and review of the literature. Medicine (Baltimore) 1996;75: [7] Malamut G, Ziol M, Suarez F, et al. Nodular regenerative hyperplasia: The main liver disease in patients with primary hypogammaglobulinemia and hepatic abnormalities. J Hepatol 2008;48: [8] Schleinitz N, Rousset H, Harle JR, Oksenhendler E. Testing for HCV in common variable immunodeficiency. J Clin Virol 2007;40:338. [9] Cruchaud A, Robert M, Girard JP, Laperrouza C, Rivat L, Ropartz C. Primary antibody deficiency syndrome of adult onset evidence for genetic transmission. Am J Med 1970;48: [10] Rivat L, Ropartz C, Burtin P, Cruchaud A. Genetic control of deficiencies in gamma-g subclasses observed among families with hypogammaglobulinaemia. Nature 1970;225: [11] Volanakis JE, Zhu ZB, Schaffer FM, et al. Major histocompatibility complex class III genes and susceptibility to immunoglobulin A deficiency and common variable immunodeficiency. J Clin Invest 1992;89: [12] Ashman RF, Schaffer FM, Kemp JD, et al. Genetic and immunologic analysis of a family containing five patients with common-variable immune deficiency or selective IgA deficiency. J Clin Immunol 1992;12: [13] Schroeder Jr HW, Zhu ZB, March RE, et al. Susceptibility locus for IgA deficiency and common variable immunodeficiency in the HLA-DR3, -B8, -A1 haplotypes. Mol Med 1998;4: [14] Grimbacher B, Hutloff A, Schlesier M, et al. Homozygous loss of ICOS is associated with adult-onset common variable immunodeficiency. Nat Immunol 2003;4: [15] Salzer U, Maul-Pavicic A, Cunningham-Rundles C, et al. ICOS deficiency in patients with common variable immunodeficiency. Clin Immunol 2004;113: [16] Castigli E, Wilson SA, Garibyan L, et al. TACI is mutant in common variable immunodeficiency and IgA deficiency. Nat Genet 2005;37: [17] Salzer U, Chapel HM, Webster AD, et al. Mutations in TNFRSF13B encoding TACI are associated with common variable immunodeficiency in humans. Nat Genet 2005;37:820 8.

6 398 C. Fieschi [18] Pan-Hammarstrom Q, Salzer U, Du L, et al. Reexamining the role of TACI coding variants in common variable immunodeficiency and selective IgA deficiency. Nat Genet 2007;39: [19] Castigli E, Wilson S, Garibyan L, et al. Reexamining the role of TACI coding variants in common variable immunodeficiency and selective IgA deficiency. Nat Genet 2007;39: [20] van Zelm MC, Reisli I, van der Burg M, et al. An antibodydeficiency syndrome due to mutations in the CD19 gene. N Engl J Med 2006;354: [21] Kanegane H, Agematsu K, Futatani T, et al. Novel mutations in a Japanese patient with CD19 deficiency. Genes Immun 2007;8:

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Lupus systémique monogénique

Lupus systémique monogénique Lupus systémique monogénique B.Bader-Meunier LES systémique pédiatrique Rare:15-20% LES Sexe ratio: 1/5 à 1/8 Plus sévère que chez l adulte :atteintes rénales, neurologiques LES systémique pédiatrique

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie

sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie Evaluation du risque lié au natalizumab dans la sclérose en plaque Amandine MATHIAS Formation continue IAL 14.11.2013 Service d immunologie et allergie Service de neurologie La SEP: une maladie complexe

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué

Le test de dépistage qui a été pratiqué élever CommenT UN enfant ayant une mucoviscidose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité a révélé que votre bébé pouvait être atteint de mucoviscidose. Le test de la sueur vient de confirmer

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares

STAPHYLOVASC. Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital Cochin, Paris Université Paris V Descartes Centre de Référence des Maladies Rares Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Université Claude Bernard Lyon 1 Centre National de Référence des Staphylocoques

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail