Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency"

Transcription

1 Réanimation (2008) 17, Disponible en ligne sur journal homepage: MISE AU POINT Déficit immunitaire commun variable Common variable immunodeficiency C. Fieschi Unité d immunopathologie, département d immunologie, pôle HIC, EA 3963 : développement lymphoïde B, hémopathies lymphoïdes et déficits de l immunité humorale, centre Hayem, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, Paris, France Disponible sur Internet le 3 avril 2008 MOTS CLÉS Deficit immunitaire commun variable ; Adulte ; Hypogammaglobulinémie ; Granulome ; Maladie génétique ; Infections bactériennes KEYWORDS Common variable immunodeficiency; Adult; Hypogammaglobulinemia; Granuloma; Genetics; Bacterial infections Résumé Le déficit immunitaire commun variable, le plus fréquent des déficits immunitaires symptomatiques de l adulte, est défini par une hypogammaglobulinémie primitive (par opposition à secondaire). C est un syndrome hétérogène, associant au plan clinique de façon presque constante des infections bactériennes à répétition, des maladies auto-immunes (d organe ou contre les lignées hématopoïétiques), un syndrome lymphoprolifératif (hyperplasie folliculaire, maladie granulomateuse). La gravité des infections et leur répétition doit faire évoquer le diagnostic, qui sera confirmé par une électrophorèse des protides et un dosage pondéral des Ig. Le traitement repose sur la substitution régulière en Immunoglobulines polyvalentes par voie intraveineuse ou sous-cutanée, qui permet de diminuer la fréquence des infections des voies aériennes, et probablement d éviter leur complication (dilatation des bronches). La physiopathologie de cette maladie est très mal comprise, mais la description récente de défauts génétiques chez de rares malades devrait permettre d en améliorer la compréhension Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Summary Common variable immunodeficiency is the most frequent symptomatic immunedeficiency of adulthood. It is defined by primary (opposite to secondary) hypogammaglobulinemia. It s an heterogeneous disorder, that can include repeated bacterial infections, and/or autoimmune and/or lymphoproliferative diseases. The diagnosis is suspected if infectious diseases are serious and/or unusually frequent, and it has to be confirmed by gammaglobulins and/or IgG, A and M dosage. Treatment is based on immunoglobulin replacement, which allow to drastically diminish the frequency and severity of infectious bacterial diseases. The pathophysiology of this rare disease is poorly understood, but the recent description of molecular defects in rare genetic diseases will maybe help us to understand the mechanisms of hypogammaglobulinemia in these patients Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Adresse /$ see front matter 2008 Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.reaurg

2 394 C. Fieschi Introduction Le déficit immunitaire commun variable (DICV) est le plus fréquent des déficits immunitaires symptomatiques de l adulte. Il est caractérisé par un défaut de production d immunoglobulines dont la définition n est pas univoque. Les patients ont habituellement un dosage d IgG inférieur à 5 g/l, associé ou non à un déficit complet en IgA et à une hypoigm. Il est parfois associé à des défauts de réponse vaccinale. Sa prévalence est estimée à un cas pour habitants. Le diagnostic est habituellement fait dans la deuxième ou troisième décennie de vie. Plusieurs grandes séries publiées montrent une sex-ratio équilibrée ou une très légère prédominance féminine [1 3]. Le phénotype clinique est hétérogène mais dominé par l existence d infections répétées et/ou sévères à pyogènes le plus souvent des voies aériennes ou digestives. Au tableau clinique infectieux, peuvent être associées des maladies auto-immunes, une lymphoprolifération bénigne le plus souvent [1,2]. Enfin, l hypogammaglobulinémie peut être asymptomatique, découverte à l occasion d une électrophorèse des protides «systématique», ou dans le cadre du dépistage d un sujet apparenté à un patient qui a un déficit immunitaire caractérisé. Le phénotype biologique, outre l hypogammaglobulinémie, est hétérogène pour les phénotypes lymphocytaires B et T. Plusieurs études génétiques ont montré des loci d intérêt différents et récemment des mutations de deux gènes impliqués dans l immunité ont été démontrées comme étiologies génétiques des DICV. Cependant, la plupart des cas rapportés reste idiopathique et il semble exister plusieurs maladies cliniques différentes et plusieurs maladies génétiques différentes responsables du DICV. La difficulté devant un tableau d hypogammaglobulinémie chez l adulte est d éliminer un déficit secondaire, ce d autant que le patient est plus âgé. Nous rappellerons les principaux modes d entrée dans la maladie, les défauts génétiques récemment identifiés dans le DICV et évoquerons quelques hypothèses physiopathologiques. Nous parlerons brièvement des déficits immunitaires de l enfant qui s accompagnent d un défaut de production d immunoglobulines, qui, révélé tardivement, peut en imposer pour un DICV. Enfin, nous ferons un point sur les traitements disponibles dans cette maladie. Circonstances diagnostiques Infections Elles émaillent dans 95 % des cas l évolution des DICV. La fréquence inhabituelle d infections bactériennes «banales» des voies aériennes, la gravité des infections, ou les germes en cause doivent faire évoquer un défaut de production d immunoglobulines chez un adulte jeune [3]. Infections bactériennes des voies aériennes Il s agit le plus souvent de pneumonies bactériennes (Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis), parfois particulières par l étendue des lésions, l insuffisance respiratoire associée, une phase septicémique. C est également la répétition des épisodes infectieux chez un sujet qui n a pas de facteurs de risques connus qui doit faire suspecter le diagnostic. Des sinusites à répétitions peuvent également faire découvrir la maladie, la répétition des épisodes étant là aussi suspecte. Plusieurs épisodes de bronchites nécessitant des antibiothérapies itératives doivent également attirer l attention des cliniciens. Le délai entre les premiers symptômes infectieux et le diagnostic de DICV est parfois de plusieurs années, car les épisodes infectieux ont des caractéristiques banales. Parfois, la maladie est découverte à l occasion de la surinfection d un foyer de dilatation des bronches, dont l existence signe la répétition et/ou la gravité des épisodes infectieux passés. Infections des voies digestives Les maladies infectieuses digestives qui menacent les patients atteints de DICV peuvent être inaugurales. Deux types de germes doivent attirer l attention du clinicien : une diarrhée à Giardia intestinalis, un parasite dont on trouve les œufs dans les selles ou le parasite lui-même dans les biopsies digestives (en particulier duodénales) signe le plus souvent, en particulier quand la diarrhée est symptomatique, un déficit complet en IgA, parfois associé à un authentique DICV. Les diarrhées symptomatiques à Campylobacter sont fréquentes chez ces sujets, et récidivent fréquemment, malgré des traitements classiques bien conduits, et une substitution en Immunoglobulines polyvalentes. Les salmonelles non typhiques peuvent également menacer ces patients. Enfin, la pullulation microbienne peut être responsable de signes digestifs avec malabsorption et exsudation, sans qu un germe en particulier soit mis en évidence. Autres infections Des méningites à pneumocoque ou à méningocoque peuvent être inaugurales, de même que des septicémies à pneumocoques avec ou sans atteinte parenchymateuse pulmonaire. Des infections de la peau peuvent révéler la maladie. La répétition de certaines infections virales est rare, mais doit faire suspecter le diagnostic. Par exemple, la récidive d infections à Herpes Virus (zonas, mais aussi récurrences herpétiques buccales ou génitales, varicelle grave), l existence de verrues (ré)apparues à l âge adulte, leur importance et leur relative résistance aux traitement mécaniques habituels est suspecte chez un adulte sans facteur favorisant. Les microorganismes qui suscitent habituellement une réponse immunitaire cellulaire (par opposition à humorale, médiée par les anticorps), Mycobacteria spp., Pneumocystis jirovecii, Cryptococcus neoformans, les cryptosporidies, menacent de façon plus rare les patients atteints de DICV mais peuvent s intégrer dans le tableau clinique infectieux. Syndrome lymphoprolifératif Environ un tiers des patients qui ont un DICV ont un syndrome lymphoprolifératif, hyperplasie folliculaire lymphoïde ou granulomatose. Les deux histologies peuvent se rencontrer dans un même organe chez un même patient, ou dans des organes différents, ou a différents périodes de la maladie. Quand il existe un syndrome lymphoproli-

3 Déficit immunitaire commun variable 395 fératif, une autoimmunité sur les lignées hématologiques est fréquemment rencontrée de façon concomitante. Le syndrome lymphoprolifératif est habituellement bénin. La découverte d une prolifération clonale lymphoïde en particulier B, doit faire rediscuter le diagnostic de DICV si l hypogammaglobulinémie et le syndrome lymphoprolifératif sont diagnostiqués en même temps chez un même sujet, ce d autant que celui-ci est âgé. Hyperplasie folliculaire lymphoïde Il s agit d une hypertrophie ganglionnaire ou splénique, habituellement modérée, mais suffisamment persistante ou importante dans ce contexte pour que les cliniciens aillent jusqu à la preuve histologique. Au plan anatomopathologique justement, il s agit une hypertrophie du compartiment cellulaire B et T, parfois avec une hyperplasie de la zone du manteau ganglionnaire. L architecture globale du ganglion est conservée, mais les centres germinatifs sont nombreux et/ou hyperplasiques. Il peut également s agir d une hyperplasie des zones T interfolliculaires, faite de lymphocytes souvent CD8, non clonaux. La recherche de microorganismes dans ce contexte est négative, même par des techniques sensibles de PCR, une équipe a toutefois décrit récemment l implication du virus HHV8 dans la genèse de l hyperplasie lymphoïde chez des sujets ayant un DICV, mais cette observation n a pas été confirmée par d autres équipes, et la très faible quantité de virus retrouvé en PCR quantitative laisse planer des doutes quant à son implication réelle dans la physiopathologie de l hyperplasie folliculaire [4]. Granulomatose localisée ou maladie granulomateuse sarcoid-like Une histologie granulomateuse peut être rencontrée dans les organes lymphoïdes hypertrophiés des patients ayant un DICV. La fréquence de la granulomatose au cours du DICV serait de 10 à 15 %, selon les séries [5,6]. Les granulomes sont le plus souvent bien formés, parfois seulement ébauchés. La nécrose est rare. La recherche de microorganismes responsables de la réaction granulomateuse s est avérée négative le plus souvent. Les localisations granulomateuses peuvent être multiples (ganglions, rate, foie, peau, tube digestif, parenchyme pulmonaire, moelle osseuse mais aussi cérébrale). Il est fréquent de trouver au sein d un même organe (en particulier un organe lymphoïde) une histologie granulomateuse et une hyperplasie folliculaire. La maladie granulomateuse pourrait en imposer pour une sarcoïdose, car les localisations sont les mêmes, mais l hypogammaglobulinémie doit faire suspecter un DICV, ce d autant qu au cours des sarcoïdoses «classiques» les gammaglobulines sont le plus souvent élevées. Maladies auto-immunes Les maladies auto-immunes émaillent l évolution de 30 % des patients ayant un DICV. Elles peuvent également faire partie des premiers symptômes de la maladie avant que celle-ci ne soit diagnostiquée. Il s agit de maladies auto-immunes d organes (vitiligo, thyroïdite de Hashimoto, maladie de Biermer), ou d auto-immunité sur les lignées hématologiques, anémie hémolytique auto-immune ou purpura thrombopénique immunologique. Atteinte digestive et hépatique. L atteinte digestive est parfois au premier plan, avec les infections que nous avons précédemment mentionné, Campylobacter, Giardia, Salmonella. Il peut également s agir d une pathologie inflammatoire du tube digestif, type «MICI». Par ailleurs, une maladie de Biermer peut être diagnostiquée à l occasion de biopsies digestives systématiques pour des troubles digestifs variés ou dans l exploration d une malabsorption. Les atteintes hépatiques isolées sont rares, et outre l atteinte granulomateuse déjà discutée plus haut, on peut citer la fréquence de l hyperplasie nodulaire régénérative, responsable d un tableau d hypertension portale sans lésion cirrhotique [7]. Enfin, il faut mentionner le fait que les sérologies sont parfois négatives chez ces patients, en raison du profond défaut de production d Ig. Toute cytolyse hépatique inexpliquée doit faire rechercher les hépatites virales (en particulier l HCV) en PCR et non pas en sérologie [8]. Diagnostic différentiel Devant la découverte d une hypogammaglobulinémie chez un adulte, à l occasion d un «bilan systématique» ou dans les circonstances diagnostiques précédemment citées, il faut éliminer les hypogammaglobulinémies secondaires, principalement représentées par les hémopathies lymphoïdes de bas grade et les myélomes non sécrétants. Certains déficits immunitaires humoraux primitifs habituellement diagnostiqués chez l enfant peuvent n être diagnostiqués qu à l âge adulte si les symptômes sont modestes (agammaglobulinémie liée à l X par mutation du gène BTK, codant pour la Bruton Tyrosine Kinase ; lymphoprolifération liée à l X, par mutation du gène SH2D1A codant SAP ; syndrome d hyperigm par mutation du gène TNFSF5, codant CD40L, du gène AICDA, codant AID, du gène UNG, codant l uracil ADN glycosylase). Le syndrome de Good associe de façon constante une hypogammaglobulinémie parfois profonde, une alymphocytose B et un thymome. Il est particulier car les patients sont plus âgés au moment du diagnostic que les patients qui ont un DICV et fréquemment associé à des infections à germes intracellulaires ou des infections virales graves. Certains médicaments peuvent être responsables d hypogammaglobulinémie mais celles-ci sont le plus souvent peu profondes et rarement symptomatiques. Enfin, des pertes excessives, digestives ou urinaires (syndrome néphrotique, entéropathie exsudative) sont parfois responsables d hypogammaglobulinémie, mais dans ces cas-là, celle-ci s accompagne également d une hypoalbuminémie. Aspects génétiques Parmi les apparentés au premier degré, des patients chez lesquels un DICV est diagnostiqué, il y aurait environ 20 % de sujets ayant un déficit complet en IgA [9,10], une hypoigm, un déficit en sous classes d IgG, ou un authentique DICV.

4 396 C. Fieschi Ces constatations ont incité plusieurs équipes à faire des études génétiques (en particulier genome scan) dans ces familles. Plusieurs régions d intérêt ont donc été mises en évidence dans différentes cohortes de patients qui avaient une maladie familiale [11,12]. Certaines régions HLA sont plus fréquemment représentées chez les patients qui ont un DICV [13]. La première étiologie monogénique du DICV a été rapportée en Une large délétion dans le gène codant ICOS, une molécule costimulatrice exprimée à la surface des lymphocytes T activés, empêche son expression. Les patients ont un tableau de DICV, particulier par la quasi-absence de lymphocytes B circulants [14]. Aucune mutation différente n a été rapportée dans ce gène juqu ici et le cluster géographique (Sud de l Allemagne et Nord de l Autriche) [15] dans lequel se trouvent les patients suggère qu un effet fondateur est à l origine de cette mutation. En 2005, deux équipes rapportaient différentes mutations de TNFRSF13B, codant TACI, chez des patients suivis pour un DICV ou un déficit isolé en IgA [16,17]. TACI est un récepteur de la famille du TNF récepteur impliqué dans la survie des lymphocytes B. Il fonctionne sous forme de trimère. Deux types de mutations ont été décrits, certaines abolissent le cadre de lecture, d autres modifient seulement un acide aminé. Elles sont présentes à l état homozygote ou hétérozygote. Ces mutations sont parfois présentes chez des apparentés qui ont des dosages d IgG et d IgA normaux. Ces mutations de TACI rendraient compte, dans une cohorte de DICV «sporadique» de 10 % des cas de DICV [17]. Ces données ont été modérées dans une nouvelle publication de ces deux équipes, et les mutations hétérozygotes de TNFRSF13B ne pourraient être qu un gène de suceptibilité au DICV [18,19]. Enfin, cinq patients ayant un défaut complet d expression de CD19 ont été plus récemment décrits [20,21]. Il s agit de jeunes gens ayant un phénotype clinique compatible avec un DICV, l absence de cellules CD19+ circulantes, alors que l expression de CD20 est normale (leurs lymphocytes B sont présents mais n expriment pas le marqueur classique CD19). Les mutations sont retrouvées à l état homozygote. Il est probable que cette maladie génétique soit rarement responsable de DICV dans les cas sporadiques et en l absence de consanguinité. Physiopathologie La physiopathologie de ce syndrome, quoique très étudiée dans les 50 dernières années, est très imparfaitement élucidée. Au plan clinique, il semble que chez certains patients la séquence «déficit complet en IgA, puis déficit en IgA et sous-classes d IgG, et enfin DICV» soit démontrée, et que la perte des immunoglobulines soit progressive et concomitante d infections plus sévères et plus fréquentes. L existence de 20 % de familles multiplex plaide pour une origine génétique, qui a été démontrée par les publications des dernières années montrant des mutations mendéliennes de gènes impliqués dans la production d Ig chez l homme. Les études du phénotypage lymphocytaire T et B ont permis d élaborer des classifications chez les patients ayant un DICV et ont montré qu il existe une expansion de lymphocytes B naïfs (CD27-) aux dépens des lymphocytes B mémoires, et à l inverse que la population T circulante soit plutôt mémoire, et souvent activée. Il n y a pas de consensus clair actuellement pour savoir si le défaut cellulaire est plutôt T ou B, s il s agit d une anomalie de coopération entre ces deux types cellulaires, ou encore si d autres cellules sont responsables du défaut de production d immunoglobulines. L élucidation successive de différentes anomalies ou variations génétiques chez des sujets ayant un DICV permettra peut être d améliorer la compréhension de la physiopathologie de ce syndrome. Prise en charge thérapeutique Traitement substitutif par immunoglobulines Il doit être systématiquement proposé aux patients qui ont des infections bactériennes à répétition, en particulier des pneumopathies et des bronchites, ce d autant qu il existe déjà une dilatation des bronches. La substitution régulière en immunoglobulines permet de retarder l insuffisance respiratoire et de diminuer de façon importante la consommation d antibiotiques chez ces sujets. Son efficacité sur les infections ORL et digestives est moins constante. Le taux résiduel de gammaglobulines à obtenir est variable d un patient à l autre et essentiellement basé sur la persistance d épisodes infectieux. Ce taux résiduel se situe entre 5 et 8 g/l soit un dosage résiduel d IgG de 6 à 12g/l. La substitution peut être réalisée par voie intraveineuse, en hôpital de jour ou a domicile. La fréquence des perfusions également guidée par l importance des épisodes infectieux est de trois à quatre semaines. La posologie initiale est de 400 à 500 mg/kg par cure. Les patients qui ont une atteinte digestive avec entéropathie exsudative ont des besoins plus grands. La voie sous-cutanée, qui était utilisée à la fin des années 1970 avait été abandonnée pour des problèmes pratiques de volumes de perfusion. L administration des Ig par voie sous-cutanée est de nouveau possible en France depuis Elle présente plusieurs avantages. Par ailleurs, un taux résiduel d Ig beaucoup plus constant qu il ne peut l être quand elles sont administrées par voie intraveineuse, permettant une «couverture» correcte des intervalles sans perfusion. Cela corrèle également avec des besoins moins importants en Ig par mois, les patients recevant en général 25 g mensuels. Les perfusions par voie sous-cutanée ont lieu de façon hebdomadaire pour une durée d environ 1 heure 30 en deux sites de perfusions, à l aide de micropousse-seringues électriques. L administration peut être réalisée à domicile par le patient lui-même ou ses proches, après une éducation dans son centre habituel. La tolérance est bien meilleure au plan général, avec une absence de maux de tête, l absence de choc anaphylactique grâce à la voie d administration. Enfin ce mode d administration permet une économie de journées d hospitalisation. Antibiothérapie Les épisodes infectieux bactériens doivent être traités de façon classique par une antibiothérapie adaptée aux microorganismes en cause ou par une antibiothérapie pro-

5 Déficit immunitaire commun variable 397 babiliste. La place de l antibioprophylaxie n est pas définie, mais doit être discutée si les épisodes infectieux persistent malgré un taux résiduel de gammaglobulines correct. Dans le cas de bronchorrhée chronique, l examen cytobactériologique des crachats peut être utile pour connaître la flore bactérienne de colonisation bronchique. La prise en charge de ces patients s assimile à celle des patients atteints de mucoviscidose. Les cures d antiotiques alternées, très utilisées par les pédiatres, sont parfois efficaces dans les surinfections de DDB, et également intéressantes dans les pullulations microbiennes digestives. Traitement immunosuppresseur Il est parfois nécessaire d administrer des corticoïdes, des immunosuppresseurs, des anticorps monoclonaux (anti- CD20, anti-cd52) à ces patients, pour des pathologies associées (auto-immunité, syndrome lymphoprolifératif menaçant, granulomatose systémique) au DICV. Le choix et la durée d administration de ces médicaments doivent être pesés au cas par cas en raison du risque infectieux secondaire chez ces sujets. Prise en charge multidisciplinaire Le DICV est un syndrome hétérogène qui peut comporter des atteintes de différents organes. Les épisodes inauguraux, infectieux, lymphoprolifératifs ou auto-immuns, peuvent être gérés par des infectiologues, des pneumologues, des ORL, des réanimateurs, des internistes, des hématologues. Le diagnostic doit pouvoir être évoqué par chacun de ces spécialistes concernés. Par ailleurs, quand le diagnostic posé, l apport de chacun de ces spécialistes mais aussi des équipes paramédicales (kinésithérapie respiratoire, infirmière «formatrice», psychologue) est indispensable à la qualité de la prise en charge de ces patients. Conclusion Le DICV, maladie hétérogène dont la première description remonte à 1952, reste une maladie aux définitions floues, à la physiopathologie incomplètement élucidée, reflétant probablement des causes variées. Le recueil de donnéees sur les antécédents personnels et familiaux permet d approcher le diagnostic, qui sera confirmé par une électrophorèse des protides et un dosage pondéral des Ig. Le diagnostic positif doit être fait rapidement, car la prise en charge thérapeutique, en particulier quand l hypogammaglobulinémie est symptomatique au plan infectieux, est urgente, et permet d éviter ou de retarder les complications pulmonaires graves de ces patients. La cohorte Def-I, dont le département d immunologie à Saint-Louis coordonne l organisation, recueille des données cliniques et biologiques chez des adultes qui ont un défaut primitif de production d Ig (majoritairement des sujets atteints de DICV). Chaque patient a un phénotype lymphocytaire B et T complet, dans des laboratoires de référence, et une biothèque est systématiquement réalisée. Cette cohorte, toujours active, a inclus en moins de quatre ans 418 patients dont 80 % ont un DICV [3]. Elle devrait permettre de mieux cerner les caractérisitiques cliniques et immunologiques de ces patients. L élucidation, chez certains de ces patients, de mécanismes moléculaires responsables de défauts de production d Ig permettra probablement dans l avenir de mieux comprendre la genèse de cette maladie et donc d en améliorer la prise en charge, y compris avec des traitements plus modernes basés sur la physiopathologie. Références [1] Hermaszewski RA, Webster AD. Primary hypogammaglobulinaemia: a survey of clinical manifestations and complications. Q J Med 1993;86: [2] Cunningham-Rundles C, Bodian C. Common variable immunodeficiency: clinical and immunological features of 248 patients. Clin Immunol 1999;92: [3] Oksenhendler E, Gérard L, Fieschi C, et al. Infections in 252 patients with Common Variable Immunodeficiency. CID; in press. [4] Wheat WH, Cool CD, Morimoto Y, et al. Possible role of human herpesvirus 8 in the lymphoproliferative disorders in common variable immunodeficiency. J Exp Med 2005;202: [5] Mechanic LJ, Dikman S, Cunningham-Rundles C. Granulomatous disease in common variable immunodeficiency. Ann Intern Med 1997;127: [6] Fasano MB, Sullivan KE, Sarpong SB, et al. Sarcoidosis and common variable immunodeficiency. Report of 8 cases and review of the literature. Medicine (Baltimore) 1996;75: [7] Malamut G, Ziol M, Suarez F, et al. Nodular regenerative hyperplasia: The main liver disease in patients with primary hypogammaglobulinemia and hepatic abnormalities. J Hepatol 2008;48: [8] Schleinitz N, Rousset H, Harle JR, Oksenhendler E. Testing for HCV in common variable immunodeficiency. J Clin Virol 2007;40:338. [9] Cruchaud A, Robert M, Girard JP, Laperrouza C, Rivat L, Ropartz C. Primary antibody deficiency syndrome of adult onset evidence for genetic transmission. Am J Med 1970;48: [10] Rivat L, Ropartz C, Burtin P, Cruchaud A. Genetic control of deficiencies in gamma-g subclasses observed among families with hypogammaglobulinaemia. Nature 1970;225: [11] Volanakis JE, Zhu ZB, Schaffer FM, et al. Major histocompatibility complex class III genes and susceptibility to immunoglobulin A deficiency and common variable immunodeficiency. J Clin Invest 1992;89: [12] Ashman RF, Schaffer FM, Kemp JD, et al. Genetic and immunologic analysis of a family containing five patients with common-variable immune deficiency or selective IgA deficiency. J Clin Immunol 1992;12: [13] Schroeder Jr HW, Zhu ZB, March RE, et al. Susceptibility locus for IgA deficiency and common variable immunodeficiency in the HLA-DR3, -B8, -A1 haplotypes. Mol Med 1998;4: [14] Grimbacher B, Hutloff A, Schlesier M, et al. Homozygous loss of ICOS is associated with adult-onset common variable immunodeficiency. Nat Immunol 2003;4: [15] Salzer U, Maul-Pavicic A, Cunningham-Rundles C, et al. ICOS deficiency in patients with common variable immunodeficiency. Clin Immunol 2004;113: [16] Castigli E, Wilson SA, Garibyan L, et al. TACI is mutant in common variable immunodeficiency and IgA deficiency. Nat Genet 2005;37: [17] Salzer U, Chapel HM, Webster AD, et al. Mutations in TNFRSF13B encoding TACI are associated with common variable immunodeficiency in humans. Nat Genet 2005;37:820 8.

6 398 C. Fieschi [18] Pan-Hammarstrom Q, Salzer U, Du L, et al. Reexamining the role of TACI coding variants in common variable immunodeficiency and selective IgA deficiency. Nat Genet 2007;39: [19] Castigli E, Wilson S, Garibyan L, et al. Reexamining the role of TACI coding variants in common variable immunodeficiency and selective IgA deficiency. Nat Genet 2007;39: [20] van Zelm MC, Reisli I, van der Burg M, et al. An antibodydeficiency syndrome due to mutations in the CD19 gene. N Engl J Med 2006;354: [21] Kanegane H, Agematsu K, Futatani T, et al. Novel mutations in a Japanese patient with CD19 deficiency. Genes Immun 2007;8:

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Cas cliniques de déficits immunitaires. Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique

Cas cliniques de déficits immunitaires. Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique Cas cliniques de déficits immunitaires Docteur Joëlle Deibener-Kaminsky Service de Médecine Interne Allergologie et Immunologie Clinique Madame T., 27 ans adressée pour: Sinusites à répétition: 6 épisodes

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Réaction inflammatoire : aspects cliniques et biologiques. Conduite à tenir

Réaction inflammatoire : aspects cliniques et biologiques. Conduite à tenir Réaction inflammatoire : aspects cliniques et biologiques. Conduite à tenir (Expliquer les principaux mécanismes et les manifestations cliniques et biologiques de la réaction infl ammatoire et les points

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Électrophorèse des protides sérique... 1 1. 1 Définition...1 1. 2 Quand faut-il faire une EPS?... 1 1.

Plus en détail

COULTRY CLUB Paris 8 Avril 2014 Place de la CMF dans le diagnostic des déficits Immunitaires primitifs

COULTRY CLUB Paris 8 Avril 2014 Place de la CMF dans le diagnostic des déficits Immunitaires primitifs COULTRY CLUB Paris 8 Avril 2014 Place de la CMF dans le diagnostic des déficits Immunitaires primitifs Béatrice URING-LAMBERT Déficit immunitaire primitif Définition: anomalie d un ou plusieurs éléments

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale

Item 126 : Immunoglobuline monoclonale Item 126 : Immunoglobuline monoclonale COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Électrophorèse des

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Déficits immunitaires primitifs Primary Immunodeficiency Groupe de pathologies génétiques, caractérisées par une

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Syndrome de Wiskott-Aldrich

Syndrome de Wiskott-Aldrich Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE LIÉE À L X GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMBINÉ SÉVÈRE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE SYNDROME D HYPER-IgM Graphic Project & Printing:

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

CAT devant une hypogammaglobulinémie

CAT devant une hypogammaglobulinémie CAT devant une hypogammaglobulinémie Anne-Sophie Korganow Service d Immunologie Clinique et Médecine Interne Centre national de référence des maladies auto-immunes rares Centre de compétence pour les déficits

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

DES de Pneumologie Ile-De-France Séminaire de Pneumo-Infectiologie Paris 20-21 mai 2011

DES de Pneumologie Ile-De-France Séminaire de Pneumo-Infectiologie Paris 20-21 mai 2011 DES de Pneumologie Ile-De-France Séminaire de Pneumo-Infectiologie Paris 20-21 mai 2011 QUAND RECHERCHER UN DEFICIT IMMUNITAIRE PRIMITIF LORS D INFECTIONS RESPIRATOIRES CHEZ UN ADULTE? Louis-Jean COUDERC

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Quand le poids de l'enfant stagne : pensez au blé!

Quand le poids de l'enfant stagne : pensez au blé! MISES AU POINT Quand le poids de l'enfant stagne : pensez au blé! Publié le 12/08/2009 D. DE BOISSIEU Hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris Devant une cassure de la courbe de poids chez le nourrisson, le

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon La Mucoviscidose Formes révélées à l âge adulte Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon Mucoviscidose Maladie complexe touchant de multiples organes Facteur(s) génétique(s) Facteurs infectieux Facteurs nutritionnels-métaboliques

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique

Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique Alexandre Belot, MD, PhD Service de Néphrologie, Rhumatologie, Dermatologie Pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB Alexis Payette SQN le 9 mai 2014 Conflits d intérêt Aucuns 1 Glomérulopathie à C3 Caractérisée par la présence de dépôts prédominants de C3 en immunofluorescence

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Hématologie et Soins Palliatifs Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Problématiques En Onco-Hématologie Les médecins sont face à des situations souvent très complexes

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

GAMMAPATHIES MONOCLONALES

GAMMAPATHIES MONOCLONALES GAMMAPATHIES MONOCLONALES Karim E. Abou-Nassar, MD, FRCPC Hématologue CSSSG Professeur adjoint, Université d Ottawa Qu est-ce qu une gammopathie monoclonale? Prolifération de plasmocytes clonaux pouvant

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

34 Déficits immunitaires congénitaux

34 Déficits immunitaires congénitaux 34 Déficits immunitaires congénitaux 1 Définition Déficit immunitaire = toute situation du système immunitaire fragilisant l'organisme de façon passagère ou durable et favorisant la survenue d'infections

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. LA VACCINATION ANTI PNEUMOCCOCCIQUE en 2014 Dr. M.SCHETGEN Département de médecine générale Logo du médecin (si nécessaire) ULB Session PÉDIATRIE-Actualisation des vaccinations

Plus en détail

Avis 22 octobre 2014

Avis 22 octobre 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 octobre 2014 BACTRIM ADULTES, comprimé Boîte de 20 (CIP : 34009 300 106 9 3) BACTRIM FORTE, comprimé Boîte de 10 (CIP : 34009 321 970 4 0) BACTRIM NOURRISSON ET ENFANT,

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand Risque infectieux en Transplantation rénale Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand IMMUNITE CELLULAIRE ET HUMORALE Ly T Helper Ly B Ac Ig G ou Ig M Lymphocytes T CD4 Poly Nu Ly CD8 cytotoxique

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 PULMOZYME 2500 U/2,5 ml, solution pour inhalation par nébuliseur B/6 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009 364 674 8 4) B/30 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux

La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux La modulation des voies de costimulation et le risque infectieux Arnaud CONSTANTIN Centre de Rhumatologie, Hôpital Purpan, Toulouse. Faculté de Médecine de Toulouse Rangueil. INSERM U558, Toulouse. MHC

Plus en détail