Enquête suisse sur la structure des salaires 2006

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête suisse sur la structure des salaires 2006"

Transcription

1 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 13. novembre 2007, 11:00 3 Vie active et rémunération du travail Neuchâtel, novembre 2007 Enquête suisse sur la structure des salaires 2006 Premiers résultats Renseignements: Antoinette Rouvinez Mauron, OFS, Section Salaires et conditions de travail, tél.: N de commande: Espace de l Europe CH-2010 Neuchâtel

2

3 Table des matières 1 Premiers résultats Résultats par branche économique Personnes salariées suisses ou étrangères 6 TA3 Salaire mensuel brut selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, Les femmes et les hommes Les domaines d activité Les bas salaires Les bonis Les grandes régions 11 2 Aspects méthodologiques Présentation de l enquête Définitions Méthode 14 Tableaux annexés TA1 Salaire mensuel brut selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur privé, TA1_b Salaire mensuel brut selon les branches économiques, la position professionnelle et le sexe Secteur privé, TA2 Salaire mensuel brut selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Confédération, TA7 Salaire mensuel brut selon les domaines d activité, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, TA12 Salaire mensuel brut, Suisses/Suissesses et étrangers/étrangères, selon le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, TA13 Salaire mensuel brut selon les grandes régions, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, TA14 Pourcentage des composantes salariales par rapport à la masse salariale selon les branches économiques Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, TA15 Salaire mensuel brut selon les branches économiques et les années de service, Suisses/Suissesses et étrangers/étrangères Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, TB1 Répartition des salariés en pour-cent (salaire mensuel net) pour les temps pleins et partiels selon les classes de salaires et le sexe Secteurs privé et public (Confédération) ensemble,

4

5 1 Premiers résultats Résultats par branche économique Selon les résultats de l enquête sur la structure des salaires (ESS) réalisée en octobre 2006, les salariés en Suisse travaillant dans l économie privée et à la Confédération ont gagné 5674 francs bruts par mois (médiane; tableau TA3). Cette valeur s est accrue de 126 francs par rapport à a) Les salaires dans l économie privée (tableau TA1, graphique G1) La médiane dans le secteur privé s est élevée en 2006 à 5623 francs, ce qui représente une hausse de 123 francs par rapport à Dans le groupe de tête des branches où la médiane est supérieure à 7000 francs, on retrouve les mêmes branches qu en 2004, mais le classement a légèrement changé: la branche «intermédiation financière» occupe désormais la première place (8572 francs), ce qui avait déjà été le cas en Viennent ensuite les «services auxiliaires des activités financières et des assurances» (8414 francs), l «industrie du tabac» (7999 francs) et «recherche et développement» (7695 francs). A l autre bout de l échelle, on trouve deux branches où la médiane est inférieure à 4000 francs, à savoir les «services personnels» (3636 francs) et «hôtellerie et restauration» (3902 francs). La différence entre les branches atteint ainsi près de 5000 francs. Dans la moitié des branches environ, les salaires ont progressé par rapport à La hausse a été supérieure à 200 francs dans les branches suivantes: «intermédiation financière» (1032 francs), «services auxiliaires des activités financières et des assurances» (453 francs), «industrie habillement et fourrures» (400 francs), «production et distribution électricité, gaz et eau» (252 francs), Niveau de salaire et répartition des postes selon les branches économiques secteurs privé et public (confédération), 2006 G 1 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% Autres Santé (5676 Fr.) Informatique, R & D, serv. aux entr. (6628 Fr.) Act. financières, assurances (8169 Fr.) Transport, communication (5495 Fr.) Hôtellerie et rest. (3902 Fr.) Commerce, réparation (4908 Fr.) Construction (5519 Fr.) Industries manufacturières (5846 Fr.) Autres Enseignement (6678 Fr.) Administration (7787 Fr.) R & D (8081 Fr.) Postes et télécommunications (5578 Fr.) Transports (7271 Fr.) 0% Privé Confédération Office fédéral de la statistique (OFS) 5

6 «fabrication de produits minéraux non métalliques» (218 francs) et «industrie textile» (202 francs). Les salaires ont diminué dans deux branches, à savoir «transports aériens» (-345 francs) et «assainissement, voirie» (-137 francs). b) Les salaires dans le secteur public (administration fédérale et entreprises de la Confédération tableau TA2, graphique G1) Dans l ensemble, les salaires de la Confédération ont augmenté de 319 francs entre 2004 et 2006, pour atteindre 6697 francs en moyenne. Les postes requérant des qualifications élevées sont 1.73 fois mieux rémunérés que ceux comportant des activités simples et répétitives. Cette valeur est stable depuis quelques années et ne s écarte que peu de celle observée dans l économie privée (1.68). L écart salarial entre femmes et hommes se situe actuellement à 12,9%. Cet écart s explique en partie par des différences de structure des postes de travail. Considéré selon les branches, il est quasiment inexistant dans les «postes et télécommunications» (1,8%) et atteint 9,7% dans la branche «administration publique, défense nationale, sécurité sociale». 1.2 Personnes salariées suisses ou étrangères L Accord sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l Union européenne entré en vigueur en 2002 garantit aux ressortissants suisses et à ceux des pays de l UE et de l AELE le même accès au marché du travail suisse. Il est donc intéressant aujourd hui d observer la dynamique des salaires de la main-d oeuvre étrangère selon les catégories d autorisation suivantes: L (autorisation de courte durée), B (autorisation de séjour) et G (autorisation frontalière; graphique G2). Toutes branches économiques confondues, les salaires ont augmenté entre 2004 et 2006 pour les trois catégories: la progression a été la plus faible pour la catégorie G (132 francs); elle a atteint 233 francs pour la catégorie B et 413 francs pour la catégorie L. La hausse est plus importante si nous limitons notre analyse aux personnes qui, au moment du relevé des salaires, occupaient leur poste de travail depuis moins d une année (moins d une année de service): elle atteint 248 francs pour les titulaires d une autorisation frontalière, 336 francs pour les personnes ayant un permis B et 444 francs pour les personnes au bénéfice d une autorisation de courte durée. Salaire mensuel brut (P10, Q1, Médiane, Q3, P90), selon les années de service et la nationalité/catégorie de séjour Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, 2006 G 2 Francs P90 Q3 Médiane Q1 P10 Q3 (Total Suisse) = 7419 Fr. Médiane (Total Suisse) = 5674 Fr. Q1 (Total Suisse) = 4518 Fr Total Moins d un an Suisses/Suissesses Total Moins Total Moins Total Moins Total d un an d un an d un an Permis de Permis de séjour (B) Permis courte durée (L) d établissement (C) Moins d un an Frontaliers/ Frontalières (G) Office fédéral de la statistique (OFS) 6

7 En ce qui concerne la structure de ces postes de travail analysés par branche économique et par âge, la situation est plus ou moins comparable à celle de Il est à noter que pour les catégories L et B, les branches «hôtellerie et restauration» et «construction» restent prioritaires, mais d autres branches gagnent du terrain, notamment les «services informatiques, services fournis aux entreprises». De plus, on constate que chez les personnes récemment engagées, tant le niveau d exigences du poste de travail que le niveau de formation sont plus élevés qu en Les augmentations de salaire évoquées cidessus doivent donc aussi être appréciées dans ce contexte et il faut préciser à cet égard que la situation diffère selon les branches (tableau TA15). 1.3 Les femmes et les hommes Dans l ensemble de l économie, les femmes, dont le niveau de salaire s élevait en 2006 à 4926 francs, ont gagné en moyenne 18,9% de moins que les hommes (6076 francs; tableau TA3). Par rapport aux années précédentes, la différence générale de salaire des hommes et des femmes continue de se réduire (2002: 20,7% et 2004: 19,7%). Selon une étude réalisée par le Bureau BASS et l Université de Berne sur la base des ESS de 1998 à 2002 sur mandat de l Office fédéral de la statistique et du Bureau fédéral de l égalité entre femmes et hommes, 60% des différences résultent de facteurs objectifs tels que l âge, la formation, l ancienneté ou le secteur d activité. Le reste, soit 40%, doit être considéré comme une discrimination salariale 1. Si l on considère les personnes occupant un poste de cadre, on constate que la différence salariale croît parallèlement à la position professionnelle. Les femmes travaillant dans le secteur privé et faisant partie des cadres moyens et supérieurs gagnent 23% de moins par mois que leurs homologues masculins (7395 francs contre 9607 francs). Chez les responsables de l exécution de travaux, la différence salariale atteint 12,8% (graphique G3 et tableau TA1_b). D une manière générale, cette différence s accroît avec le degré de formation, mais la configuration n est pas la même selon le niveau hiérarchique des cadres. Parmi les cadres moyens et supérieurs du secteur privé, les diplômées universitaires gagnent 24,3% de moins que leurs collègues masculins ayant un diplôme de même degré, alors que l écart salarial entre les sexes est de 19% chez les personnes au bénéfice d un certificat de fin d apprentissage. La différence est la plus faible chez les détenteurs d un diplôme professionnel supérieur (15,5%) et la plus importante chez les titulaires d un brevet d enseignement (28,7%). La configuration est semblable pour les salariés sans fonction de cadre, mais les disparités salariales sont plus faibles: l écart atteint 14,1% chez les diplômés universitaires et 12,1% chez les personnes ayant achevé un apprentissage. La situation est autre pour les responsables de l exécution de travaux. La différence salariale est la plus forte entre femmes et hommes sans formation professionnelle complète (20,2%). Elle atteint 13,7% chez les personnes ayant terminé un apprentissage professionnel et 11,8% chez les détenteurs d un diplôme universitaire. salaire mensuel brut (valeur centrale) selon la position professionnelle et le sexe secteur privé, 2006 G total Femmes Hommes Cadres supérieur et moyen Cadre inférieur Responsable de l exécution des travaux Sans fonction de cadre Francs Office fédéral de la statistique (OFS) 1 L analyse des résultats des ESS 2004 et 2006 paraîtra en

8 1.4 Les domaines d activité Dans l ensemble, les prestations de service sont mieux rémunérées que les activités proches de la production: le salaire mensuel brut se situe à 5928 francs dans les premières et à 5355 francs dans les secondes, soit un écart de près de 600 francs. La médiane relativement élevée dans les services, qui emploient environ trois quarts des personnes salariées, cache cependant des disparités salariales importantes. Ainsi, le niveau des salaires est inférieur à 4000 francs dans les deux activités de service les moins bien rémunérées «soins corporels, nettoyage des vêtements» (3605 francs) et «activités de l hôtellerierestauration, économie domestique» (3993 francs). Le salaire médian est au moins deux fois plus élevé dans les quatre activités de service les mieux rémunérées, soit «recherche et développement» (8177 francs), «expertises, conseils, vente» (8207 francs), «analyse, programmation, operating» (8358 francs) et «définition des buts et de la stratégie de l entreprise» ( francs; graphique G4 et tableau TA7). Les salaires des activités proches de la production, qui comptent un quart des personnes salariées, sont en comparaison bien plus homogènes. En effet, les médianes se situent entre 4925 francs pour les activités de «restauration, arts manuels» et 5826 francs pour le domaine «mise en service, réglage et maintenance des machines», soit une différence d environ 20%. salaire mensuel brut (valeur centrale) selon le domaine d activité secteurs privé et public (confédération) ensemble, 2006 G 4 Soins corporels, nettoyage des vêtements Activités de l hôtellerie-restauration, économie domestique Nettoyage et hygiène publique Vente de biens de consommation, vente au détail Restauration, arts manuels Services Activités de production Fabrication et transformation de produits Transp. de personnes et de marchandises, communications total: activités proches de la production Activités de la construction total Activités médicales, sociales et dans le domaine des soins Mise en service, réglage et maintenance de machines Secrétariat, travaux de chancellerie Services de sécurité, de surveillance total: services Autres activités commerciales et administratives Culture, information, sport, loisirs et divertissements Logistique, tâches d état-major Planifier, construire, réaliser, dessiner Activités pédagogiques Comptabilité, gestion du personnel Achat et vente de produits de base et d équipement Recherche et développement Expertises, conseils, vente Analyse, programmation, «operating» Définition des buts et de la stratégie de l entreprise Francs Office fédéral de la statistique (OFS)

9 La ventilation selon le domaine d activité et la taille des entreprises montre qu une nette majorité des personnes salariées du secteur de production (60%) travaillent dans des petites et moyennes entreprises (moins de 100 personnes). Dans le secteur des services, les rapports sont inversés: 51,3% des personnes travaillent dans des entreprises d assez grande taille (100 et plus) et 33% dans de grandes entreprises de plus de 500 personnes. Etant donné qu il existe un lien manifeste entre la taille de l entreprise et le niveau des salaires, la différence entre les deux secteurs au niveau de leur structure par taille d entreprise peut donc expliquer une partie des écarts constatés entre les salaires. Une autre explication peut résider dans le fait que dans les grandes entreprises de services, davantage de personnes salariées sont au bénéfice de formations et de qualifications plus élevées que dans celles de production. 1.5 Les bas salaires En 2006, on dénombre en Suisse près de postes de travail à bas salaire rémunérés à moins de 3783 francs bruts par mois 2 pour 40 heures hebdomadaires. Le nombre total de personnes salariées concernées par ces postes est estimé à dont une nette majorité de femmes ( ou 68,6%). Le taux de postes à bas salaire dans la totalité des postes offerts par les entreprises est de 10,2% (graphique G5, b). Ce même pourcentage calculé séparément pour les femmes salariées et pour les hommes salariés montre une situation nettement favorable à ces derniers avec 5,6% chez les hommes contre 18,5% chez les femmes. Près de deux postes de travail à bas salaire sur trois concernent les domaines d activités telles que l «hôtellerie-restauration, économie domestique» avec postes, la «vente de biens de consommation, vente au détail» avec postes et la «fabrication et transformation de produits» avec postes. Dans ces trois domaines d activités on retrouve respectivement le 25,5%, le 18,8% et le 18,6% des postes à bas salaire de l économie (graphique G5, a). Postes à bas salaire selon le domaine d activité secteurs privé et public (confédération) ensemble, 2006 G 5 (a) Répartition des postes à bas salaire, en % total (b) Taux de bas salaires, en % activités proches de la production Fabrication et transformation de produits Activités de la construction Mise en service, réglage et maintenance de machines Restauration, arts manuels services Définition des buts et de la stratégie de l entreprise Comptabilité, gestion du personnel Secrétariat, travaux de chancellerie Autres activités commerciales et administratives Logistique, tâches d état-major Expertises, conseils, vente Achat et vente de produits de base et d équipement Vente de biens de consommation, vente au détail Recherche et développement Analyse, programmation, «operating» Planifier, construire, réaliser, dessiner Transp. de personnes et de marchandises, communications Services de sécurité, de surveillance Activités médicales, sociales et dans le domaine des soins Soins corporels, nettoyage des vêtements Nettoyage et hygiène publique Activités pédagogiques Activités de l hôtellerie-restauration, économie domestique Culture, information, sport, loisirs et divertissements 30% 20% 10% 0% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Hommes Femmes Office fédéral de la statistique (OFS) 2 Ce montant correspond aux deux tiers du salaire brut médian standardisé.

10 Rapportés au nombre total de postes au sein du même domaine d activité, on obtient des taux de bas salaires supérieurs aux 10,2% de moyenne nationale, à savoir 39,6% dans l «hôtellerie-restauration, économie domestique», 22% dans la «vente de biens de consommation, vente au détail» et 15% dans la «fabrication et transformation de produits». (graphique G5, b). Les taux de postes à bas salaire les plus élevés s observent dans le domaine d activité des «soins corporels, nettoyage des vêtements» avec un taux de 57,8% ainsi que dans le «nettoyage et hygiène publique» avec un taux de 40,2%. 1.6 Les bonis Parmi les composantes salariales relevées dans l enquête sur la structure des salaires figurent les paiements spéciaux ou bonis (tableau TA14). Exprimée par rapport à la masse salariale 3, la part des bonis s est élevée en moyenne à 4,8% en 2006, en augmentation par rapport à 2004 (3,7%) et 2002 (3,4%). Le secteur tertiaire attribue environ deux fois plus de bonis (5,7% de la masse salariale) que le secondaire (3%). C est également dans le tertiaire que figurent les deux branches économiques qui enregistrent les pourcentages de bonis les plus élevés, soit l «intermédiation financière» (23,4%) et les «services auxiliaires des activités financières et des assurances» (20,2%; graphique G6). Parmi les autres branches qui attribuent des bonis supérieurs à la moyenne suisse, nous trouvons les «assurances» et l «industrie du tabac» (environ 10%) et les cinq branches suivantes: «industrie chimique», «fabrication d équipement électrique», «commerce de gros», «services informatiques, services aux entreprises» et «recherche et développement» (entre 5% et 10%). Un quart environ des personnes salariées touchent des bonis en Suisse. Dans la majorité des branches économiques, plus les bénéficiaires sont nombreux, plus les bonis sont élevés. Si nous reprenons quelques exemples cités précédemment, 70% environ du personnel touchent des bonis dans l «intermédiation financière» et les «assuran- Bonis selon la branche économique Secteurs privé et public (Confédération) ensemble, 2006 G 6 25% Part des bonis par rapport à la masse salariale Part de salariés avec bonis 80% 70% Part des bonis Part de salariés avec bonis 20% 60% 15% 50% 40% 10% 30% 5% 20% 10% 0% Total Banques Serv. aux. act. fin. et d assurances Assurances Industrie du tabac Industrie textile Commerce de détail, réparation Services personnels Hôtellerie et restauration Adm. publ., défense nat., séc. sociale 0% Office fédéral de la statistique (OFS) 3 Total des salaires bruts non standardisés : salaire brut du mois d octobre, y compris les cotisations sociales à la charge de la personne salariée, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions, mais sans les heures supplémentaires, les primes de pénibilité (pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit), le 13e salaire et les paiements spéciaux annuels. 10

11 ces» contre 6% seulement du personnel de l «hôtellerie et restauration» ou 14% des personnes salariées dans les «services personnels». Par ailleurs, 16% des personnes qui touchent des bonis font partie des cadres supérieurs et moyens et 22% des cadres inférieurs, alors que 62% n ont aucune fonction de cadre. 1.7 Les grandes régions les plus exigeantes et les plus complexes sont supérieurs de 13,8% à la médiane suisse dans la grande région de Zurich et inférieurs de 19,3% à la médiane suisse au Tessin. Au niveau d exigences le plus bas, les salaires s écartent peu de la moyenne suisse dans la plupart des grandes régions, sauf au Tessin, où ils se situent 10,9% au-dessous de la médiane suisse (-16% pour les femmes, -9% pour les hommes). Le niveau des salaires varie d une région à l autre en fonction, d une part, de la structure économique régionale et, d autre part, de caractères tels que la formation, l âge ou la nationalité des personnes salariées. En 2006, les grandes régions de Zurich et de la Suisse du Nord- Ouest arrivent à un salaire médian supérieur de respectivement 8,5% et 4% au salaire médian suisse; la Région lémanique est très proche de cette moyenne (+0,4%) et les quatre grandes régions restantes se situent en dessous (Espace Mittelland: - 2,2%; Suisse centrale: -2,4%; Suisse orientale: -6,6%; Tessin: -13,7%; tableau TA13). La grande région de Zurich occupe le haut du classement avec un salaire médian de 6154 francs, tandis que celle du Tessin ferme la marche avec 4899 francs. La différence entre les deux atteint 1255 francs (2004: 1161 francs). Le classement des régions n a pas changé depuis 2004, mais l écart entre les valeurs extrêmes s est accentué. Comme mentionné ci-dessus et à titre d exemple, la structure de la formation présente des différences régionales importantes et explique en partie la structure des salaires. Ainsi on trouve au Tessin une part considérable de salariés dont la formation achevée la plus élevée est une formation acquise en entreprise (16,8%) ou qui sont sans formation professionnelle complète (15,8%). Le Tessin (17,9%) et la Suisse orientale (16,4%) comptent des parts nettement inférieures à la moyenne nationale (22,1%) de salariés au bénéfice d une formation du degré tertiaire. Dans la Région lémanique et la grande région de Zurich en revanche, un quart des salariés ont achevé une formation au degré tertiaire, alors que les parts correspondantes sont proches de la moyenne suisse dans la Suisse du Nord-Ouest (21,8%), en Suisse centrale (21,5%) et dans l Espace Mittelland (20,3%). La proportion des salariés ayant suivi un apprentissage complet est la plus importante en Suisse orientale, avec près de 58,7%, et la plus faible au Tessin, avec 38,1% environ. Plus les qualifications requises pour un poste de travail sont élevées, plus les différences salariales entre les régions sont accentuées (voir cartes à la page suivante). Ainsi les salaires versés pour l accomplissement de tâches 11

12 Différence (en %) des salaires régionaux par rapport au salaire brut suisse selon le niveau des qualifications requises pour le poste de travail, en 2006: hommes Différence en % Valeur centrale < > % Secteurs privé et public (Confédération) ensemble T Niveau de qualification Suisse du Nord-Ouest (AG, BL, BS) Zurich (ZH) C 1 Niveau des qualifications requises pour le poste de travail T Total (tous les niveaux) Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles Travaux indépendants et très qualifiés Connaissances professionnelles spécialisées Activités simples et répétitives Espace Mittelland (BE, FR, JU, NE, SO) Suisse centrale (LU, NW, OW, SZ, UR, ZG) Suisse orientale (AI, AR, GL, GR, SG, SH, TG) par grandes régions Région lémanique (GE, VD, VS) Source: Enquête suisse sur la structure des salaires 2006, OFS Tessin (TI) Suisse: Salaire mensuel brut standardisé (valeur centrale) des hommes T: CHF 1: CHF 2: CHF 3: CHF 4: CHF OFS, ThemaKart, Neuchâtel 2007 Différence (en %) des salaires régionaux par rapport au salaire brut suisse selon le niveau des qualifications requises pour le poste de travail, en 2006: femmes Différence en % Valeur centrale < > % Secteurs privé et public (Confédération) ensemble T Niveau de qualification Suisse du Nord-Ouest (AG, BL, BS) Zurich (ZH) C 2 Niveau des qualifications requises pour le poste de travail T Total (tous les niveaux) Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles Travaux indépendants et très qualifiés Connaissances professionnelles spécialisées Activités simples et répétitives Espace Mittelland (BE, FR, JU, NE, SO) Suisse centrale (LU, NW, OW, SZ, UR, ZG) Suisse orientale (AI, AR, GL, GR, SG, SH, TG) par grandes régions Région lémanique (GE, VD, VS) Source: Enquête suisse sur la structure des salaires 2006, OFS Tessin (TI) Suisse: Salaire mensuel brut standardisé (valeur centrale) des femmes T: CHF 1: CHF 2: CHF 3: CHF 4: CHF OFS, ThemaKart, Neuchâtel

13 2 Aspects méthodologiques 2.1 Présentation de l enquête L enquête suisse sur la structure des salaires (ESS) est réalisée tous les deux ans au mois d octobre depuis 1994 sur la base d un questionnaire écrit envoyé aux entreprises. Elle permet de décrire régulièrement, à partir de données représentatives, la structure des salaires dans l ensemble des branches économiques en Suisse (à l exception de l agriculture). Elle s intéresse non seulement à la branche économique et à la taille de l entreprise, mais aussi aux caractéristiques individuelles des personnes salariées et des postes de travail, telles que la formation, la position professionnelle, les années de service, le niveau des qualifications requises pour le poste et le type d activité exercée dans l entreprise. Jusqu en 1998, l enquête sur la structure des salaires était effectuée au niveau national; elle ne fournissait donc pas de résultats au niveau cantonal. A l occasion de l enquête 2000, deux cantons (Genève et le Tessin) ont demandé, pour la première fois, que l échantillon de l ESS soit augmenté pour leur canton. Grâce à l élargissement de l enquête aux grandes régions en 2002, nous disposons de données régionales détaillées. En 2006, cinq cantons (GE, VD, FR, NE, BE) et la ville de Zurich ont par ailleurs demandé une augmentation de leurs échantillons respectifs. Quelque entreprises privées et publiques resp. administrations avec environ 1,5 millions de salaires ont ainsi été saisis et exploités. 2.2 Définitions Salaire mensuel brut, standardisé Les montants relevés sont convertis en salaires mensuels standardisés, c est-à-dire qu ils sont recalculés sur la base d un équivalent plein temps de 4 semaines 1/3 à 40 heures de travail. Les composantes du salaire brut: le salaire brut du mois d octobre (y c. les cotisations sociales à la charge de la personne salariée pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, un douzième du 13 e salaire et un douzième des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Salaire mensuel net, non standardisé Les salaires nets indiquent les montants effectivement versés par mois sans conversion en équivalents plein temps. Les composantes du salaire net: le salaire brut du mois d octobre (y c. les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, un douzième du 13 e salaire et un douzième des paiements spéciaux annuels, la rétribution des heures supplémentaires déduction faite des cotisations sociales obligatoires et de celles allant au-delà du taux minimum. Bas salaires Un emploi est considéré, par convention, «à bas salaire» lorsque la rémunération recalculée sur la base d un équivalent plein temps de 40 heures par semaine est inférieure aux deux tiers du salaire brut médian standardisé, c est-à-dire à moins de 3783 francs brut par mois pour l année L ampleur du phénomène des bas salaires est mesurée ici soit du point de vue des entreprises en terme de nombre de postes à bas salaire (exprimé en équivalent plein temps de 40 heures hebdomadaires), soit du point de vue de la population en terme de nombre de personnes salariées qui occupent un emploi à bas salaire. À noter encore que parmi les personnes salariées concernées par des emplois à bas salaire, on ne retrouve pas ici celles qui auraient un bas salaire uniquement du fait de travailler à temps partiel. L attribution des personnes salariées à la catégorie de bas salaires se détermine en effet uniquement sur la base du niveau du salaire recalculé pour une durée du travail standardisée à 40 heures par semaine. Médiane, valeur centrale La valeur centrale ou médiane est la valeur qui divise l ensemble considéré, ventilé dans l ordre croissant des salaires, en deux groupes de taille égale: pour une moitié des postes de travail (50%), le salaire standardisé se situe audessus de la valeur centrale, alors que pour l autre moitié, le salaire s inscrit au-dessous. Alors que la moyenne arithmétique se prête plus particulièrement aux calculs de masse salariale, la valeur centrale représente un estimateur qui est indépendant des valeurs extrêmes. D autres quantiles sont également calculés selon la même logique: Les quartiles (Q1, Q2, Q3), les déciles (D1, D2, D9) et les percentiles (P1, P10, P90, P99), divisent l ensemble considéré en quatre resp. dix ou cent groupes de taille égale. 13

14 2.3 Méthode a) Les domaines et unités d enquête L enquête sur la structure des salaires porte sur les personnes salariées des entreprises de toutes les classes de taille et de toutes les branches. Depuis le début (1994), les données sur les salaires de l administration et des entreprises fédérales sont également relevées. Depuis 1998, l enquête fournit en plus des données sur les salaires dans le secteur public cantonal. En 2006, une enquête pilote a été menée sur les salaires communaux. L enquête ne prend pas en compte les personnes en apprentissage, les stagiaires, les personnes salariées travaillant à domicile, les personnes rémunérées uniquement à la commission, celles dont les activités professionnelles se déroulent en majeure partie à l étranger et les personnes qui touchent un salaire réduit par rapport à leur degré d activité (p. ex. SUVA, AI etc.). Les salaires du personnel temporaire sont livrés par les entreprises de placement. Dans le secteur public (Confédération et cantons), l enquête est exhaustive au niveau des entreprises et administrations interrogées. c) Taux de réponse Le taux de réponse net, c est-à-dire la part des entreprises qui ont répondu parmi les entreprises dont l adresse était correcte, a passé de 85% en 2002 à 88% en Grâce entre autres à une amélioration de la qualité du Registre des entreprises et des établissements (REE), qui fournit la base du tirage des échantillons, le taux de réponse brut (part des entreprises qui ont répondu sur le total des entreprises contactées) a pu être amélioré de 58% en 1996 à 79% en b) Echantillon Dans le secteur privé, l enquête sur la structure des salaires repose sur un échantillonnage aléatoire à deux niveaux: l entreprise et la fiche de salaire. Les entreprises sont stratifiées en fonction de trois critères: la taille (3 classes), l appartenance à la branche économique (41 divisions de la NOGA) et l appartenance à une entité géographique (7 grandes régions, 5 cantons et une ville). Au total, la stratification de l ESS comprend près de 1400 cellules (strates), pour chacune desquelles un échantillon d entreprises est constitué par tirage au sort. Ce tirage se fonde sur le Registre des entreprises et des établissements (REE). Le nombre de salaires à communiquer dépend de la taille de l entreprise. Avec moins de 20 personnes employées, l entreprise fournit tous les salaires. Entre 20 à 49 personnes employées, elle en tire un sur deux alors qu au-delà de 49 personnes, un sur trois suffit. Une telle méthode d enquête permet de réduire le travail des entreprises devant fournir des données, mais elle complique l exploitation des données. Les données relevées ne peuvent plus être exploitées directement, elles doivent être pondérées selon un système relativement complexe. 4 Monique Graf: Enquête sur la structure des salaires Plan d échantillonnage, pondération et méthode d estimation pour le secteur privé, Rapport de méthodes, Office fédéral de la statistique,

15 Salaire mensuel brut (valeur centrale) selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur privé Suisse 2006 TA1 Branches économiques Niveau de qualification Total Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes TOTAL Horticulture SECTEUR 2 PRODUCTION Industries extractives Industries manufacturières Industries alimentaires et boissons Industrie du tabac Industrie textile Industrie habillement et fourrures Industrie du cuir et de la chaussure Trav. du bois, fabrication d articles en bois Industrie du papier et du carton Edition, impression, reproduction ,24 Cokéfaction, industrie chimique Fabr. d art. caoutchouc, plastiques Fabr. de prod. minéraux non métalliques ,28 Métallurgie, travail des métaux ,34,35 Fabr. de machines et moyens de transport Fabr. d équipements électr.; méc. de précision Fabr. d instruments de précision, horlogerie ,37 Autres industries manufacturières ,41 Production et distr. électricité, gaz et eau Construction SECTEUR 3 SERVICES Commerce; réparation Commerce, réparation véhicules automobiles Commerce de gros, interm. du commerce Commerce de détail, rép. d art. domestiques Hôtellerie et restauration Transports et communications Transports terrestres Transports par eau * Transports aériens [9 744] [11 718] * 63 Services auxiliaires des transports; agences de voyage Postes et télécommunications Activ. financières; assurances Intermédiation financière Assurances Services aux. act. financières et d assurances Informatique; R-D; services fournis aux entreprises ,71 Activités immobilières; location de machines et équip ,74 Serv. informatiques; services fournis aux entreprises Recherche et développement Enseignement Santé et activités sociales Autres services collectifs et personnels Assainissement, voirie Activ. associatives Activ. récréatives, culturelles, sportives Services personnels Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Niveau des qualifications requises 1 = Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles 3 = Connaissances professionnelles spécialisées pour le poste de travail: 2 = Travail indépendant et très qualifié 4 = Activités simples et répétitives Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations, en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 15

16 Salaire mensuel brut (valeur centrale) selon les branches économiques, la position professionnelle et le sexe Secteur privé Suisse 2006 TA1_b Branches économiques Position professionnelle Total Sans fonction de cadre Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes TOTAL Horticulture SECTEUR 2 PRODUCTION Industries extractives * * * Industries manufacturières Industries alimentaires et boissons Industrie du tabac Industrie textile Industrie habillement et fourrures * Industrie du cuir et de la chaussure * * * * * * Trav. du bois, fabrication d articles en bois Industrie du papier et du carton Edition, impression, reproduction ,24 Cokéfaction, industrie chimique Fabr. d art. caoutchouc, plastiques Fabr. de prod. minéraux non métalliques ,28 Métallurgie, travail des métaux ,34,35 Fabr. de machines et moyens de transport Fabr. d équipements électr.; méc. de précision Fabr. d instruments de précision, horlogerie ,37 Autres industries manufacturières ,41 Production et distr. électricité, gaz et eau Construction SECTEUR 3 SERVICES Commerce; réparation Commerce, réparation véhicules automobiles Commerce de gros, interm. du commerce Commerce de détail, rép. d art. domestiques Hôtellerie et restauration Transports et communications Transports terrestres Transports par eau * * * * Transports aériens Services auxiliaires des transports; agences de voyage Postes et télécommunications Activ. financières; assurances Intermédiation financière Assurances Services aux. act. financières et d assurances Informatique; R-D; services fournis aux entreprises ,71 Activités immobilières; location de machines et équip ,74 Serv. informatiques; services fournis aux entreprises Recherche et développement Enseignement Santé et activités sociales Autres services collectifs et personnels Assainissement, voirie * * * Activ. associatives Activ. récréatives, culturelles, sportives Services personnels Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Position professionnelle: 1+2 = Cadre supérieur et moyen 4 = Responsable de l exécution de travaux 3 = Cadre inférieur Sans fonction de cadre Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 16

17 Salaire mensuel brut (valeur centrale) selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur public (Confédération) Suisse 2006 TA2 Branches économiques Niveau de qualification Total Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes TOTAL , 64 Transports et communications Transports Postes et télécommunications , 73 75, Reste de l administration fédérale , 85, Assurances * * * * * * * * 73 Recherche et développement * 74 Services fournis aux entreprises * * * 75 Administration publique, défense, sécurité sociale Enseignement Santé et activités sociales * * * * * * * 92 Activ. récréatives, culturelles, sportives * Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Niveau des qualifications requises 1 = Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles 3 = Connaissances professionnelles spécialisées pour le poste de travail: 2 = Travail indépendant et très qualifié 4 = Activités simples et répétitives Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 17

18 Salaire mensuel brut (valeur centrale) selon les branches économiques, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur privé et secteur public (Confédération) ensemble Suisse 2006 TA3 Branches économiques Niveau de qualification Total Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes TOTAL Horticulture SECTEUR 2 PRODUCTION Industries extractives Industries manufacturières Industries alimentaires et boissons Industrie du tabac Industrie textile Industrie habillement et fourrures Industrie du cuir et de la chaussure Trav. du bois, fabrication d articles en bois Industrie du papier et du carton Edition, impression, reproduction ,24 Cokéfaction, industrie chimique Fabr. d art. caoutchouc, plastiques Fabr. de prod. minéraux non métalliques ,28 Métallurgie, travail des métaux ,34,35 Fabr. de machines et moyens de transport Fabr. d équipements électr.; méc. de précision Fabr. d instruments de précision, horlogerie ,37 Autres industries manufacturières ,41 Production et distr. électricité, gaz et eau Construction SECTEUR 3 SERVICES Commerce; réparation Commerce, réparation véhicules automobiles Commerce de gros, interm. du commerce Commerce de détail, rép. d art. domestiques Hôtellerie et restauration Transports et communications Transports terrestres Transports par eau * Transports aériens [9 744] [11 718] * 63 Services auxiliaires des transports; agences de voyage Postes et télécommunications Activ. financières; assurances Intermédiation financière Assurances Services aux. act. financières et d assurances Informatique; R-D; services fournis aux entreprises ,71 Activités immobilières; location de machines et équip ,74 Serv. informatiques; services fournis aux entreprises Recherche et développement Administration publique; défense nationale; séc. soc Enseignement Santé et activités sociales Autres services collectifs et personnels Assainissement, voirie Activ. associatives Activ. récréatives, culturelles, sportives Services personnels Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Niveau des qualifications requises 1 = Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles 3 = Connaissances professionnelles spécialiséest pour le poste de travail: 2 = Travail indépendant et très qualifié 4 = Activités simples et répétitives Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 18

19 Salaire mensuel brut (valeur centrale) selon le domaine d activité, le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur privé et secteur public (Conféderation) ensemble Suisse 2006 TA7 Domaine d activité Niveau de qualification Total Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes TOTAL Activités proches de la production Fabrication et transformation de produits Activités de la construction Mise en service, réglage et maintenance de machines Restauration, arts manuels Services Définition des buts et de la stratégie de l entreprise Comptabilité, gestion du personnel Secrétariat, travaux de chancellerie Autres activités commerciales et administratives Logistique, tâches d état-major Expertises, conseils, vente Achat et vente de produits de base et d équipement Vente de biens de consommation, vente au détail Recherche et développement Analyse, programmation, operating Planifier, construire, réaliser, dessiner Transp. de personnes et de marchandises, communications Services de sécurité, de surveillance Activités médicales, sociales et dans le domaine des soins Soins corporels, nettoyage des vêtements Nettoyage et hygiène publique Activités pédagogiques Activités de l hôtellerie-restauration, économie domestique Culture, information, sport, loisirs et divertissements Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Niveau des qualifications requises 1 = Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles 3 = Connaissances professionnelles spécialiséest pour le poste de travail: 2 = Travail indépendant et très qualifié 4 = Activités simples et répétitives Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Intervalle interquartile (les 50% des données pour la moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe dans l intervalle interquartile indiqué; dans un quart des cas, il s inscrit salariales les plus proches de la médiane): au-dessous de la limite de cet intervalle et dans l autre quart, au-dessus. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 19

20 Salaire mensuel brut (valeur centrale et intervalle interquartile), Suisses/Suissesses et étrangers/étrangères, selon le niveau des qualifications requises pour le poste de travail et le sexe Secteur privé et secteur public (Confédération) ensemble Suisse 2006 TA12 Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Niveau de qualification Total 1+2 Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile TOTAL Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Permis de courte durée (Cat. L) Permis de séjour (Cat. B) Permis d établissement (Cat. C) Frontaliers/Frontalières (Cat. G) Autres TA12 Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Niveau de qualification 1 2 Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile TOTAL Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Permis de courte durée (Cat. L) Permis de séjour (Cat. B) Permis d établissement (Cat. C) Frontaliers/Frontalières (Cat. G) Autres TA12 Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Niveau de qualification 3 4 Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile Médiane Int. interquartile TOTAL Suisses/Suissesses Etrangers/étrangères Permis de courte durée (Cat. L) Permis de séjour (Cat. B) Permis d établissement (Cat. C) Frontaliers/Frontalières (Cat. G) Autres Salaire mensuel standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail. Niveau des qualifications requises 1 = Travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles 3 = Connaissances professionnelles spécialiséest pour le poste de travail: 2 = Travail indépendant et très qualifié 4 = Activités simples et répétitives Valeur centrale (médiane): pour une moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe au-dessus de la valeur centrale (médiane) présentée ici, alors que pour l autre moitié, il s inscrit au-dessous de cette valeur. Intervalle interquartile (les 50% des données pour la moitié des postes de travail, le salaire standardisé se situe dans l intervalle interquartile indiqué; dans un quart des cas, il s inscrit salariales les plus proches de la médiane): au-dessous de la limite de cet intervalle et dans l autre quart, au-dessus. Composantes du salaire: le salaire brut du mois d octobre (y compris les cotisations sociales à la charge du salarié pour les assurances sociales, les prestations en nature, les versements réguliers de primes, de participations au chiffre d affaires et de commissions), ainsi que les allocations pour le travail en équipe et le travail le dimanche ou de nuit, 1/12 du 13 e salaire et 1/12 des paiements spéciaux annuels. N en font pas partie les allocations familiales et les allocations pour enfants. Explication des signes: «-» pas de données disponibles; «*» pas assez de données; «[ ]» valeur incertaine sur le plan statistique 20

Impôts, transferts et revenus en Suisse

Impôts, transferts et revenus en Suisse Actualisation et élargissement de l étude Couverture du minimum vital dans le fédéralisme en Suisse Impôts, transferts et revenus en Suisse Caroline Knupfer, CSIAS, Berne Oliver Bieri, Interface Politikstudien,

Plus en détail

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après treize années (état au 1 er février 2016)

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après treize années (état au 1 er février 2016) Département fédéral de l'intérieur Office fédéral des assurances sociales (OFAS) Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après treize années (état au 1 er février 2016) Les aides

Plus en détail

Statistique fiscale Diagrammes et cartes

Statistique fiscale Diagrammes et cartes Statistique fiscale 2013 - Diagrammes et cartes Explications Les cartes et diagrammes suivants illustrent des données de la période fiscale 2013 et complètent la statistique de l'impôt fédéral direct 2013,

Plus en détail

Communiqué de presse. 6 Industrie et services N '478 nouvelles entreprises en Nouvelles entreprises 2014

Communiqué de presse. 6 Industrie et services N '478 nouvelles entreprises en Nouvelles entreprises 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 10.10.2016, 9:15 6 Industrie et services N 0351-1610-00 2014 42'478 nouvelles entreprises en 2014

Plus en détail

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007

Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Calcul des coûts complets de la formation professionnelle cantonale en 2007 Novembre 2008 Sommaire Récapitulatif des coûts (page 3) Coûts nets des cantons (page 4) Différences des coûts nets par rapport

Plus en détail

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après douze années (état au 1 er février 2015)

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après douze années (état au 1 er février 2015) Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après douze années (état au 1 er février 2015) Depuis l entrée en vigueur de la loi fédérale il y a 12 ans, 2 676 demandes ont été approuvées.

Plus en détail

Faillites et créations d entreprises arrêtées au mois d août 2012

Faillites et créations d entreprises arrêtées au mois d août 2012 Étude sur les faillites et les créations d entreprises 26. 9. 2012 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/lapresse Faillites et créations

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur l ordre de priorité dans le domaine des aides financières à l accueil extra-familial pour enfants

Ordonnance du DFI sur l ordre de priorité dans le domaine des aides financières à l accueil extra-familial pour enfants Ordonnance du DFI sur l ordre de priorité dans le domaine des aides financières à l accueil extra-familial pour enfants du 22 décembre 2016 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu l art. 4, al.

Plus en détail

Institutions de formation

Institutions de formation 15 Education et science 1557-1600 Institutions de formation Edition 2016 Neuchâtel 2016 Editeur: Renseignements: Rédaction: Contenu: Série: Domaine: Langue du texte original: Mise en page: Graphiques:

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Faillites et créations d entreprises de janvier à novembre 08 La vague des faillites atteint la Suisse : les dépôts de bilan ne cessent de se multiplier depuis septembre Faillites d entreprises : de septembre

Plus en détail

Statistique de l aide sociale

Statistique de l aide sociale Statistique de l aide sociale 2005-2014 Résultats du canton de Fribourg 12 novembre 2015 Sommaire 1. Evolution d indicateurs choisis 2005-2014 2. Réformes CSIAS 3. Conclusion et échanges 2 1. Evolution

Plus en détail

La création de nouvelles entreprises a reculé de 6,9% en 2015

La création de nouvelles entreprises a reculé de 6,9% en 2015 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 05.10.2017, 9:15 6 Industrie et services N 2017-0463-F La création de nouvelles entreprises a reculé

Plus en détail

Edition 2014 STATISTIQUE ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX

Edition 2014 STATISTIQUE ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX Edition 2014 STATISTIQUE ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX STATISTIQUE ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX SOMMAIRE Personnes âgées 6 Population résidante permanente, par canton 6 Population résidante permanente,

Plus en détail

Genres et montants des allocations familiales. Etat au 1 er janvier Régimes cantonaux d'allocations familiales

Genres et montants des allocations familiales. Etat au 1 er janvier Régimes cantonaux d'allocations familiales Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Famille, générations et société Genres et montants des allocations familiales Etat au 1 er janvier 2007 Régimes cantonaux

Plus en détail

Education et science Edition Institutions de formation. Neuchâtel 2015

Education et science Edition Institutions de formation. Neuchâtel 2015 15 Education et science 1557-1500 Edition 2015 Institutions de formation Neuchâtel 2015 Complément Statistique des institutions de formation: d information: schulstat@bfs.admin.ch. Graphisme/ Layout: Traduction:

Plus en détail

Augmentation de l'allocation de naissance dans le canton suivant: Neuchâtel

Augmentation de l'allocation de naissance dans le canton suivant: Neuchâtel Centrale pour les questions familiales Genres et montants des allocations familiales Etat au 1 er janvier 2005 Régimes cantonaux d'allocations familiales Augmentation des allocations pour enfant, respectivement

Plus en détail

L USM et ses branches en chiffres

L USM et ses branches en chiffres 4 / 16 L USM et ses branches en chiffres CONSTRUCTION MÉTALLIQUE TECHNIQUE AGRICOLE MARÉCHAUX-FERRANTS Les chiffres suivants représentent d une part la situation actuelle de notre association et de ses

Plus en détail

Taux d aide sociale au même niveau qu il y a dix ans

Taux d aide sociale au même niveau qu il y a dix ans Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 04.04.2016, 11:00 13 Protection sociale N 0351-1603-30 Les 10 ans de la statistique suisse de l

Plus en détail

BIO SUISSE 2010/11 CHIFFRES ET DONNEES A VUE D ENSEMBLE DU NOMBRE D ENTREPRISES ET DES SURFACES

BIO SUISSE 2010/11 CHIFFRES ET DONNEES A VUE D ENSEMBLE DU NOMBRE D ENTREPRISES ET DES SURFACES BIO SUISSE 2010/11 CHIFFRES ET DONNEES A VUE D ENSEMBLE DU NOMBRE D ENTREPRISES ET DES SURFACES 1 Bio Suisse Conférence de presse annuelle 30 mars 2011 10,9% des entreprises agricoles suisses sont des

Plus en détail

INFORMATIONS STATISTIQUES

INFORMATIONS STATISTIQUES 03 VIE ACTIVE, EMPLOI ET RÉMUNÉRATION DU TRAVAIL En 2010, le salaire mensuel brut médian versé par les entreprises privées dans le canton de Genève est de 6 775 francs pour 40 heures de travail par semaine.

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise

Faillites et créations d entreprise Chiffres par 31 mars 2010 28. 4. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse La vague de faillites continue à déferler en cette

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction

L indice suisse des prix de la construction L indice suisse des prix de la construction Indices de l évolution des prix dans le secteur de la construction Publié tous les 6 mois depuis avril 1999 Neuchâtel, 2005 L indice en 8 réponses 1. Qu est-ce

Plus en détail

Tarif des primes. valable à partir du 1 er janvier 2014 MINICA MINICA-OPTIMA HOPITAL MAXICA CASH CASH-IV RISK

Tarif des primes. valable à partir du 1 er janvier 2014 MINICA MINICA-OPTIMA HOPITAL MAXICA CASH CASH-IV RISK Tarif des primes Tous les prix s entendent en primes mensuelles et en francs suisses MINICA MINICA-OPTIMA HOPITAL MAXICA CASH CASH-IV RISK GALENOS Militärstrasse 36, case postale, CH-8021 Zurich Téléphone

Plus en détail

Les étrangers dans les cantons suisses

Les étrangers dans les cantons suisses Office cantonal de la statistique OCSTAT - GENÈVE Les étrangers dans les cantons suisses Le but de cette note est de montrer, à l'aide des dernières statistiques exhaustives disponibles à l'échelon du

Plus en détail

Les données fiscales révèlent la faible progression des revenus moyens

Les données fiscales révèlent la faible progression des revenus moyens Les données fiscales révèlent la faible progression des revenus moyens La classe moyenne reste une constituante essentielle de la société suisse. Les données fiscales montrent qu elle tend, néanmoins,

Plus en détail

Enquête suisse sur le niveau et la structure des salaires Le salaire médian s est élevé à 6189 francs en 2014

Enquête suisse sur le niveau et la structure des salaires Le salaire médian s est élevé à 6189 francs en 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 30.11.2015, 11:00 3 Travail et rémunération N 0351-1511-80 Enquête suisse sur le niveau et la structure

Plus en détail

infn coordination intervention suisse drog Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)

infn coordination intervention suisse drog Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31) infn coordination intervention suisse drog Eigerplatz 5 CH-3 Bern 14 T +41(31)-376 4 1 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction

Plus en détail

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010 Dares Analyses MARS 2013 N 015 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les salariés effectuant des heures rémunérées en 2010 En 2010, 49 % des salariés

Plus en détail

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après six années

Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après six années Aides financières à l accueil extra-familial pour enfants : bilan après six années Les aides financières à l accueil extra-familial pour enfants répondent toujours à un grand besoin : l année dernière,

Plus en détail

Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2013

Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2013 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Documentation de base Date: 4 décembre 2012 Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2013 L'indice en bref L'indice de

Plus en détail

Publications des départements et des offices de la Confédération

Publications des départements et des offices de la Confédération Publications des départements et des offices de la Confédération Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 9 février 2014 (Arrêté fédéral portant règlement du financement

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction

L indice suisse des prix de la construction 05 Prix 677-1600 L indice suisse des prix de la construction Indices de l évolution des prix dans le secteur de la construction Publié semestriellement depuis avril 1999 Neuchâtel 2016 L indice en 9 réponses

Plus en détail

Conférence de presse du 26 septembre 2017

Conférence de presse du 26 septembre 2017 Conférence de presse du 26 septembre 2017 Évolution des coûts de la santé dans l assurance obligatoire des soins (AOS) Projekt: MK Evolution des coûts 2017 Datum: 26.09.2017 Folie 1 Table des matières

Plus en détail

Monitoring des institutions de thérapie résidentielle des addictions : nombre de places à disposition et taux d occupation en Suisse en 2015

Monitoring des institutions de thérapie résidentielle des addictions : nombre de places à disposition et taux d occupation en Suisse en 2015 Monitoring des institutions de thérapie résidentielle des addictions : nombre de places à disposition et taux d occupation en Suisse en 2015 Berne, novembre 2016 Eigerplatz 5 CH-3000 Berne 14 T +41(31)-376

Plus en détail

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans

Population totale de 15 à 64 ans. Population active de 15 à 64 ans Dares Analyses mars 2014 N 023 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des descendants d immigrés en 2012 En 2012, 3,9 millions de personnes

Plus en détail

CSIAS 11 mars 2015 Aide sociale de longue durée

CSIAS 11 mars 2015 Aide sociale de longue durée CSIAS 11 mars 2015 Aide sociale de longue durée Aide sociale de longue durée - Préambule Groupes de personnes à risque (étude OFS 2011 et statistiques genevoises ) Les familles monoparentales (environ

Plus en détail

Bas salaires et working poor en Suisse

Bas salaires et working poor en Suisse Bas salaires et working poor en Suisse Ampleur des phénomènes et groupes à risque d après l Enquête sur la structure des salaires 2006 et l Enquête suisse sur la population active 2006 Neuchâtel, 2008

Plus en détail

Les salaires effectifs et minimaux augmentent respectivement de 0,8% et 0,7%

Les salaires effectifs et minimaux augmentent respectivement de 0,8% et 0,7% Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Version corrigée (20.02.2016): graphiques remplacés Communiqué de presse Embargo : 12.11.2015, 9:15 3 Travail et rémunération

Plus en détail

PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher. Lausanne, le 8 avril 2015

PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher. Lausanne, le 8 avril 2015 PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher Lausanne, le 8 avril 2015 PIB vaudois Mise en perspective Marc Martin, Statistique Vaud (StatVD) Principaux chiffres Jean-Pascal Baechler, Observatoire

Plus en détail

Le financement de l'énergie solaire - photovoltaïque (PV) et thermique -

Le financement de l'énergie solaire - photovoltaïque (PV) et thermique - Le financement de l'énergie solaire - photovoltaïque (PV) et thermique - Martial Bujard Agence Swissolar romande Association suisse des professionnels de l énergie solaire Nos domaines d activités: le

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012

Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012 Arrêté du Conseil fédéral constatant le résultat de la votation populaire du 11 mars 2012 (Initiative populaire «Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires»; arrêté fédéral

Plus en détail

Statistiques agricoles et commerciales

Statistiques agricoles et commerciales Statistiques agricoles et commerciales Contact: Sabine Lubow, Responsable Relations publiques Peter Merian-Strasse 34 4052 Basel Tél. 061 204 66 25 sabine.lubow@bio-suisse.ch Bio Suisse est la principale

Plus en détail

La publicité des registres d impôt

La publicité des registres d impôt A Indications générales Registres d impôt Février 2014 La publicité des registres d impôt (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 A Indications générales

Plus en détail

Campagne de contrôle OIP 2014: "boutiques/offres en ligne" Résultats

Campagne de contrôle OIP 2014: boutiques/offres en ligne Résultats Campagne de contrôle OIP 2014: "boutiques/offres en ligne" Résultats Campagne OIP 2014: Branches contrôlées articles de sport mode, habillement articles ménagers appareils électroniques meubles, éléments

Plus en détail

Motivation, calendrier et moyens d aide alloués pour les travaux d introduction

Motivation, calendrier et moyens d aide alloués pour les travaux d introduction Motivation, calendrier et moyens d aide alloués pour les travaux d introduction 27 octobre 2015 Christoph Käser Sommaire 1. Motivation 2. Calendrier 3. Moyens d aide 2 1 Le système cadastral suisse Le

Plus en détail

Rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Statistiques des inscriptions. Etat: 01 Juillet Auteur: Hans-Heiri Frei / Nicola Ruch

Rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Statistiques des inscriptions. Etat: 01 Juillet Auteur: Hans-Heiri Frei / Nicola Ruch Page 1 / 8 Rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Statistiques des inscriptions Etat: 01 Juillet 2015 Auteur: Hans-Heiri Frei / Nicola Ruch Page 2 / 8 Table des matières 1 Remarques préliminaires

Plus en détail

Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI

Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI 5.02 Etat au 1 er janvier 2010 Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI Comment effectuer un calcul approximatif 1 Les prestations complémentaires à l AVS et à l AI sont accordées

Plus en détail

Statistique des allocations familiales 2012

Statistique des allocations familiales 2012 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Statistique des allocations familiales 2012 1) Introduction 1 2) Système des AF 2 3) Structure des caisses LAFam 5 4)

Plus en détail

Indice 2014 de l exploitation du potentiel fiscal

Indice 2014 de l exploitation du potentiel fiscal Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Documentation de base Date: 5 décembre 2013 Indice 2014 de l exploitation du potentiel fiscal L indice de l exploitation du

Plus en détail

Salaires. agricole extrafamiliale. de la main-d oeuvre. Enquête par sondage. Union Suisse des Paysans, 2005

Salaires. agricole extrafamiliale. de la main-d oeuvre. Enquête par sondage. Union Suisse des Paysans, 2005 Salaires, 2005 de la main-d oeuvre agricole extrafamiliale Enquête par sondage 2004 Division statistiqe Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale, 2004, 2005 Table des matières 1. Enquête...............................................

Plus en détail

Communiqué de presse. 10 Tourisme N F. Les nuitées ont augmenté de 4,4% au 1 er semestre 2017

Communiqué de presse. 10 Tourisme N F. Les nuitées ont augmenté de 4,4% au 1 er semestre 2017 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.08.2017, 9:15 10 Tourisme N 2017-0152-F Hébergement touristique au premier semestre 2017 Les

Plus en détail

Le carrefour d'affaires au cœur de l'europe

Le carrefour d'affaires au cœur de l'europe More for less. St.GallenBodenseeArea, Suisse Le carrefour d'affaires au cœur de l'europe 22. mars 2016 1 La St.GallenBodenseeArea Un des plus grands espaces économiques de la Suisse (bassin d'env. 1.9

Plus en détail

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide:

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide: Convention sur les contributions des cantons aux hôpitaux relative au financement de la formation médicale postgrade et sur la compensation intercantonale des charges (Convention sur le financement de

Plus en détail

5.02 Prestations complémentaires Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI

5.02 Prestations complémentaires Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI 5.02 Prestations complémentaires Votre droit aux prestations complémentaires à l AVS et à l AI Etat au 1 er janvier 2016 En bref Les prestations complémentaires (PC) à l AVS et à l AI sont accordées lorsque

Plus en détail

contrat-type Union Suisse des chorales Schweizerische Chorvereinigung

contrat-type Union Suisse des chorales Schweizerische Chorvereinigung contrat-type Union Suisse des chorales Schweizerische Chorvereinigung Contrat d'engagement pour chefs de chœur Entre (Chœur) Et (chef de chœur) 1. Madame / Monsieur assure la direction musicale de /du

Plus en détail

Etat des lieux de la mise en œuvre de la validation dans les cantons et régions linguistiques

Etat des lieux de la mise en œuvre de la validation dans les cantons et régions linguistiques Etat des lieux de la mise en œuvre de la validation dans les cantons et régions linguistiques Christian Bonvin Directeur Adjoint Office d Orientation scolaire et professionnelle Valais romand Plan! Des

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Quatre personnes sur dix développent un cancer

Quatre personnes sur dix développent un cancer Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.02.2011, 9:15 14 Santé N 0351-1101-20 Le cancer en Suisse de 1983 à Quatre personnes sur dix

Plus en détail

Structures de jour Mise en œuvre : des réponses diverses

Structures de jour Mise en œuvre : des réponses diverses Structures de jour : des réponses diverses Informations de l enquête IDES auprès des cantons Année scolaire 2014 2015 Dominique Chételat / Chef de l Unité de coordination Scolarité obligatoire Conférence

Plus en détail

6.08 Etat au 1 er janvier 2012

6.08 Etat au 1 er janvier 2012 6.08 Etat au 1 er janvier 2012 Allocations familiales Introduction 1 But des allocations familiales Les allocations familiales sont une contribution versée aux parents pour les aider à assumer l entretien

Plus en détail

Protection des animaux procédures pénales 2011 communiquées par les cantons à l OVF

Protection des animaux procédures pénales 2011 communiquées par les cantons à l OVF Département fédéral de l économie DFE Office vétérinaire fédéral OVF Service juridique 21.06.2012 (2) Protection des animaux procédures pénales 2011 communiquées par les cantons à l OVF L OVF publie une

Plus en détail

Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2012

Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2012 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Documentation de base Date: 1er décembre 2011 Indice de l'exploitation du potentiel fiscal 2012 Conception et valeur informative

Plus en détail

Communiqué de presse. 3 Travail et rémunération N F. Hausse du nombre de frontaliers. Statistique des frontaliers au 4 e trimestre 2016

Communiqué de presse. 3 Travail et rémunération N F. Hausse du nombre de frontaliers. Statistique des frontaliers au 4 e trimestre 2016 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 23.02.2017, 9:15 3 Travail et rémunération N 2017-0235-F Statistique des frontaliers au 4 e trimestre

Plus en détail

La croissance du parc des véhicules se poursuit: engouement pour le diesel et la traction intégrale

La croissance du parc des véhicules se poursuit: engouement pour le diesel et la traction intégrale Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 04.02.2014, 9:15 11 Mobilité et transports N 0351-1400-70 Véhicules routiers en 2013 La croissance

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Tableaux des ressources et des emplois 2013 Contenu de la publication Les tableaux des ressources et des emplois annuels sont élaborés selon les dé initions

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Tableaux des ressources et des emplois 2010 Contenu de la publication Les tableaux des ressources et des emplois annuels sont élaborés selon les définitions

Plus en détail

STATISTIQUES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

STATISTIQUES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Bundesamt für Sozialversicherung Office fédéral des assurances sociales Ufficio federale delle assicurazioni sociali Uffizi federal da las assicuranzas socialas Statistique de l aide et des soins à domicile

Plus en détail

Chiffres-clés des institutions médico-sociales 2011, valeurs médianes par canton Type d'établissements: Institutions pour handicapés

Chiffres-clés des institutions médico-sociales 2011, valeurs médianes par canton Type d'établissements: Institutions pour handicapés Type d'établissements: Institutions pour handicapés ZH BE LU UR SZ OW NW GL ZG FR SO BS BL SH AR AI SG GR AG TG TI VD VS NE GE JU CH Nombre d'établissements 94 119 12 2 3 1 1 4 4 25 22 19 29 3 6 1 23 16

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

Version corrigée, tableau T3.a, page 17: modifications en italique (mars 2011)

Version corrigée, tableau T3.a, page 17: modifications en italique (mars 2011) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Version corrigée, tableau T3.a, page 17: modifications en italique (mars 2011) Actualités OFS 20 Situation économique et sociale

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la convention collective de travail pour la branche privée de la sécurité Modification du 2 avril 2013 Le Conseil fédéral suisse arrête: I Le

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

La construction suisse

La construction suisse La construction suisse Faits et chiffres 26 Faits et chiffres 26 Edition 27 SBV Sommaire Aperçu Le secteur principal de la construction en 26 2 Activité de construction Chiffres d affaires dans l ensemble

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux Institut des comptes nationaux Comptes régionaux 2013 Contenu de la publication Cette publication présente les données concernant les agrégats par branche d activité et les comptes des revenus des ménages

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2010

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2010 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2010 Juillet 2014 Le diplôme national de Licence professionnelle a été créé par arrêté en novembre 1999.

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Protection des animaux procédures pénales 2014 communiquées par les cantons à l OSAV

Protection des animaux procédures pénales 2014 communiquées par les cantons à l OSAV Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV Division Droit Protection des animaux procédures pénales 2014 communiquées par les cantons

Plus en détail

Résultats choisis et perspectives

Résultats choisis et perspectives Conférence commune TR EP - CSFP, 18 septembre 2014 Evaluation de l'aptitude aux études HES des porteurs d une maturité professionnelle Résultats choisis et perspectives Dr Dora Fitzli, Dr Max Grütter,

Plus en détail

Nouvelle réglementation du financement des soins par canton. état en janvier 2011

Nouvelle réglementation du financement des soins par canton. état en janvier 2011 Nouvelle réglementation du financement des soins par canton état en janvier 2011 santésuisse No A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 Votre association a-t-elle conclu un contrat avec santésuisse? Si oui, quelle

Plus en détail

Le salaire net moyen en 2012 a été de DA, il était de l ordre de DA dans le secteur public et d environ DA dans le secteur privé.

Le salaire net moyen en 2012 a été de DA, il était de l ordre de DA dans le secteur public et d environ DA dans le secteur privé. N 643 Résultats de l enquête annuelle sur les s auprès des entreprises - Mai 2012 - L enquête annuelle sur les s auprès des entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés

Plus en détail

Le travail autonome est en pleine

Le travail autonome est en pleine L entrepreneuriat au féminin Gary L. Cohen Le travail autonome est en pleine expansion au Canada. On lui attribue d ailleurs plus du quart de la progression générale des emplois observée entre 1976 et

Plus en détail

Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes. ql insertion professionnelle. mars 2008 - n 2 Enquête Insertion

Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes. ql insertion professionnelle. mars 2008 - n 2 Enquête Insertion Mission Observatoire Régional Emploi Formation Rhône-Alpes q ql insertion professionnelle des scolaires en Rhône-Alpes sortis de formation professionnelle en 2005 mars 2008 - n 2 Enquête Insertion s Sommaire

Plus en détail

Jacques Chavaz jch-consult SICHH FORUM «FOOD TECH» 27 JANVIER 2015

Jacques Chavaz jch-consult SICHH FORUM «FOOD TECH» 27 JANVIER 2015 Jacques Chavaz jch-consult SICHH FORUM «FOOD TECH» 27 JANVIER 2015 PÔLE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE SWISS PLASTICS CLUSTER CLUSTER IT VALLEY CLUSTER ÉNERGIE & BÂTIMENT 90 60 90 CLUSTER FOOD & NUTRITION

Plus en détail

Le montant de votre salaire dépend de différents facteurs

Le montant de votre salaire dépend de différents facteurs Le montant de votre salaire dépend de différents facteurs ➊ OFFRE ET DEMANDE Sur le marché du travail, la loi de l offre et la demande joue aussi un rôle. Plus une main-d œuvre est prisée, plus elle peut

Plus en détail

6.08 Etat au 1 er janvier 2013

6.08 Etat au 1 er janvier 2013 6.08 Etat au 1 er janvier 2013 Allocations familiales Introduction 1 But des allocations familiales Les allocations familiales sont une contribution versée aux parents pour les aider à assumer l entretien

Plus en détail

Comptes économiques de la sylviculture (CES) Une statistique de synthèse

Comptes économiques de la sylviculture (CES) Une statistique de synthèse Comptes économiques de la sylviculture (CES) Une statistique de synthèse Franz Murbach, Office fédéral de la statistique Cycles de conférences publiques: Ressource bois - Printemps 2015 UNINE 05.03.2015

Plus en détail

Observatoire du marché du travail. Indicateurs pour la commission tripartite du canton de Bâle-Ville. Peter Laube

Observatoire du marché du travail. Indicateurs pour la commission tripartite du canton de Bâle-Ville. Peter Laube Application technique des mesures d accompagnement à l ALCP OGMT - 23 mai 2007 Observatoire du marché du travail Indicateurs pour la commission tripartite du canton de Bâle-Ville Peter Laube Statistisches

Plus en détail

Test de fitness pour le recrutement (TFR)

Test de fitness pour le recrutement (TFR) Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral du sport OFSPO Haute école fédérale de sport de Macolin HEFSM Dr. Thomas Wyss, Dr. Urs Mäder,col EMG

Plus en détail

Finances du système éducatif

Finances du système éducatif 15 Education et science 1501-1600 Finances du système éducatif Edition 2016 Neuchâtel 2016 Introduction La présente brochure donne une vue d ensemble des finances du système éducatif. Elle se base sur

Plus en détail

Ordonnance concernant les contingents de camions de 40 tonnes et de véhicules circulant à vide ou chargés de produits légers

Ordonnance concernant les contingents de camions de 40 tonnes et de véhicules circulant à vide ou chargés de produits légers Ordonnance concernant les contingents de camions de 40 tonnes et de véhicules circulant à vide ou chargés de produits légers (Ordonnance sur les contingents relatifs aux courses de camions) du 1 er novembre

Plus en détail

Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé

Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé Conjoncture 1 er trimestre 2015 n 7 L emploi en au 1 er trimestre 2015 Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé augmentent de 0,1% (+ 360 postes) par rapport au trimestre précédent.

Plus en détail

Facturation électronique au sein de l'administration fédérale

Facturation électronique au sein de l'administration fédérale Facturation électronique au sein de l'administration fédérale Simon Zbinden Contenu L administration fédérale Obligation de recourir à la facturation électronique La facturation électronique dans les cantons

Plus en détail

Stocks d'investissements directs canadiens à l'étranger (SCIAN) Source : Statistique Canada, CANSIM 376-0052 Millions de dollars

Stocks d'investissements directs canadiens à l'étranger (SCIAN) Source : Statistique Canada, CANSIM 376-0052 Millions de dollars Tous les pays 2010 2011 2012 2013 2014 Total, toutes les industries 637 285 675 020 704 335 761 550 828 812 Agriculture, foresterie, pêche et chasse [11] 6 024 4 092 3 827 4 264 4 422 Extraction minière

Plus en détail

Test d'aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2012

Test d'aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2012 UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ ZENTRUM FÜR TESTENTWICKLUNG UND DIAGNOSTIK AM DEPARTEMENT FÜR PSYCHOLOGIE CENTRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE TESTS ET LE DIAGNOSTIC AU DEPARTEMENT

Plus en détail

La difficile conquête du mandat de députée

La difficile conquête du mandat de députée Les femmes et les élections, 999 2003 La difficile conquête du mandat de députée Eidg. Büro für die Gleichstellung von Frau und Mann Bureau fédéral de l égalité entre femmes et hommes Ufficio federale

Plus en détail

Conférence de presse Réforme de l imposition des entreprises III Stratégie du Gouvernement

Conférence de presse Réforme de l imposition des entreprises III Stratégie du Gouvernement Conférence de presse Réforme de l imposition des entreprises III Stratégie du Gouvernement Monsieur le Ministre Charles Juillard, Ministre des finances Monsieur François Froidevaux, Chef du Service des

Plus en détail

Statistique suisse de la superficie

Statistique suisse de la superficie 02 Espace et environnement 898-1500 Statistique suisse de la superficie Relevé de l utilisation et de la couverture du sol Edition 2015/16 Neuchâtel 2015 Monitorage du développement territorial Le paysage

Plus en détail

L imposition des personnes morales dans le canton de Genève

L imposition des personnes morales dans le canton de Genève RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE DÉPARTEMENT DES FINANCES Fév. 2006 Données statistiques L imposition des personnes morales dans le canton de Genève Résultats choisis de 2000 et 2001 Office cantonal de la

Plus en détail

Sondage auprès des APPRENTIS de première année dans les TIC en ICT-Formation professionnelle Suisse Berne,

Sondage auprès des APPRENTIS de première année dans les TIC en ICT-Formation professionnelle Suisse Berne, Sondage auprès des APPRENTIS de première année dans les TIC en 2015 ICT-Formation professionnelle Suisse Berne, 25.02.2016 Informations générales Univers de base Tous les apprentis* en informatique et

Plus en détail