A.E.S. en laboratoires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A.E.S. en laboratoires"

Transcription

1 A.E.S. en laboratoires S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, commission laboratoire INRS - GERES Circonstances d exposition au risque d A.E.S. en laboratoires Réalisation des prélèvements - au laboratoire - ou par des personnels de laboratoires en établissement de soins ou à domicile Analyse technique des échantillons biologiques - étapes pré-analytique, analytique, élimination

2 Risque d exposition au sang des personnels de laboratoires d analyses médicales lors des prélèvements veineux Enquête en laboratoires privés (2005) Méthode 1. enquête auprès des fabricants de matériels de prélèvements - recueil des types et quantités de matériels commandées par les laboratoires privés en 2004 pour toute la France 2. enquête auprès de biologistes : Association Bio-Qualité - questionnaire mis en ligne sur le site internet de Bio-Qualité 3. enquête d observation sur place par les médecins du travail - recueil des données par questionnaires :. activité du laboratoire. observation des préleveurs et de leur environnement. observation de toutes les phases du geste de prélèvement. auto-questionnaire sur la perception du risque par les préleveurs

3 Méthode : les matériels Les systèmes sous vide sécurisés et non sécurisés Corps de pompe + tube Aiguilles de prélèvement sous vide Méthode : les matériels Les systèmes non sous vide et non sécurisés - aiguille par gravité - aiguille à plateau - seringue + aiguille - aiguille seule

4 Résultats (1) : enquête auprès des fabricants de matériels pour prélèvements veineux 6 fabricants de matériels ont été sollicités et 5 ont répondu matériels de prélèvements veineux commandés Types de matériels % Sous vide 90.5% non sécurisé sécurisé 83% 7.5% Non sous vide non sécurisé 9.5% Résultats (2) : enquête auprès des adhérents à l association Bio-Qualité 348 laboratoires emploient préleveurs techniciens de laboratoires biologistes IDE - autres : 5 médecins, 1 pharmacien réalisation des prélèvements - 80% au laboratoire - 12% à domicile - 8% en établissements de soins

5 Résultats (2) : enquête auprès des biologistes Bio-Qualité activité des laboratoires - faible activité < prélèvements / an : 34% 4 prélèvements / jour / préleveur - activité moyenne [ ] prélèvements / an : 53% 13 prélèvements / jour / préleveur - activité forte > prélèvements / an : 13% 60 prélèvements / jour / préleveur réalisation des prélèvements - 90% systèmes de prélèvements sous vide, dont 6% sécurisés - 10% systèmes de prélèvements non sous vide - tubes en plastique (52%) et avec bouchon coiffants (83.5%) - collecteurs normalisés : 99% des laboratoires Résultats (2) : enquête auprès des biologistes Bio-Qualité 276 AES en un an AES au sein des laboratoires (68%) - 88 AES en dehors des laboratoires (32%) incidence estimée : 2 AES / prélèvements 11 AES / 100 préleveurs / an principaux mécanismes - en manipulant une aiguille : 61% - en manipulant le collecteur de sécurité : 19% - en manipulant des objets piquants souillés : 7%

6 Résultats (3) : enquête par les médecins du travail 65 médecins du travail volontaires ont observé 91 laboratoires répartis en : - 21 de faible activité - 56 d activité moyenne - 14 de forte activité et représentant : salles de prélèvements préleveurs gestes de prélèvements Résultats (3) : enquête par les médecins du travail enquête auprès des préleveurs : 31 AES notifiés en un an - incidence estimée : 1.3 AES / prélèvements 11 AES / 100 préleveurs / an - 19 techniciens, 10 biologistes, 2 IDE : - 23 piqûres - 5 coupures - 3 contacts sur peau lésée

7 Résultats (3) : enquête par les médecins du travail observation des locaux: 230 salles de prélèvements ont été décrites - aménagement globalement satisfaisant : - espace et ergonomie satisfaisants dans 56% des cas - collecteurs présents dans 90% des cas -mais: % des collecteurs > limite de remplissage ou débordants % absence d affichage CAT en cas d AES - gants disponibles dans seulement 68 % des cas Résultats (3) : enquête par les médecins du travail observation des préleveurs : 858 actes de prélèvements ont été observés - 83 % des préleveurs portaient une blouse ou une tunique % des préleveurs ont mis une paire de gants - collecteur à portée de main dans 88 % des cas - matériels utilisés. 80 % sous vide dont 3 % sécurisé. 20 % non sous vide : aiguille + seringue, aiguille à plateau, aiguille queue de rat - tubes en plastique (67 %), avec bouchon coiffant (89.5 %)

8 Résultats (3) : enquête par les médecins du travail pratiques après le prélèvement - élimination immédiate. du matériel souillé dans un collecteur dans 98.5 % des cas -mais:. transvasement du sang dans des tubes observé dans 15 % des cas. désadaptation de l aiguille dans 86 % des cas, dont 10% à la main. recapuchonnage de l aiguile dans 1% des cas Discussion - Conclusion - Les laboratoires de ville sont majoritairement équipés de systèmes de prélèvement sous vide. Ce constat est le même pour les 3 volets de l enquête - Selon l activité des laboratoires, il n y a pas de différence importante concernant la dotation en matériels - Quand ils sont disponibles, les dispositifs de sécurité sont encore peu utilisés - Les précautions standard sont assez bien connues et respectées sauf le port de gants, malgré leur disponibilité - Les laboratoires observés sont majoritairement équipés en collecteurs et leur utilisation est en général conforme aux bonnes pratiques - L incidence estimée des AES est de 11 pour 100 préleveurs ce qui est plus élevé que l incidence des IDE - Les 5 AES survenus lors des observations auraient pu être évités par le respect des précautions standard

9 Risque d exposition au sang en pratique technique d analyses biologiques Commission laboratoires enquête INRS GERES : 26 laboratoires dans 5 hôpitaux A.E.S. déclarés Nombre d A.E.S. documentés / effectif 37 / / 408 Incidence annuelle moyenne / agent audit manipulations (n=101) objets piquants objets tranchants oui (*) 20 dont 5 avec recapuchonnage d aiguille 13 non observé ou sans objet verrerie (*) dans tous les cas un conteneur spécifique était à disposition

10 Laboratoires : enquête INRS GERES Identification des situations à risque. manipulations manuelles directes tubes souillés, débouchage des tubes, étalements sur lames, coupes de pièces fraîches. effractions cutanées bris de verrerie, pipettes pasteur matériel piquant, tranchant. équipements anciens non ou incomplètement sécurisés centrifugeuses,. insuffisance des mesures collectives et individuelles décontamination des paillasses, port d EPI,lavage des mains, Évaluation des expositions Méthodologie proposée commission laboratoire INRS - GERES S. Touche ( CHU Reims), C. Berlie (CHI Alençon), H. Clermont (CRAMIF Paris), C. David (INRS Paris) M. Domart (AP-HP Paris), C. Fabin (ACMS Paris), C. Pochet (ENCPB Paris), A. Leprince (INRS, Paris) état des lieux général inventaire global des conditions matérielles et organisationnelles d activité approche ciblée par procédures de travail identification des dangers potentiels et des circonstances d exposition à chaque étape de l activité prévention des risques identifiés recommandations de bonnes pratiques mesures spécifiques aux risques objectivés

11 Pratiques de prélèvements au sein du laboratoire Équipement et organisation des postes de prélèvements - espace attribué, lave-main, fauteuil de prélèvement, siège du préleveur - plan de travail, disponibilité de gants, de conteneurs à aiguilles, Pratiques de prélèvements - prélèvements veineux sous vide, tubes utilisés, matériel sécurisé, Après le prélèvement - absence de transvasement, de désadaptation d aiguille - modes d élimination du matériel Procédures et conduites à tenir en cas d accident - rédigées, à disposition +/- affichage Acheminement des échantillons biologiques Conditionnement primaire : tubes, flacons, - résistance des matériaux (verre ou matériaux de substitution) - étanchéité des fermetures Conditionnement secondaire - emballages étanches permettant de visualise l état des tubes - bons d examens isolés des prélèvements Conditionnement tertiaire - conteneur rigide et fermé, aisément décontaminable - matériau capable d absorber la totalité du liquide en cas déversement Réception des échantillons biologiques - espace dédié avec poste lavage des mains, personnel formé à cette tâche - déconditionnement en secteur technique Procédures et conduites à tenir en cas d accident - rédigées, à disposition +/- affichage

12 Traitement des échantillons en phase analytique Types d échantillons manipulés - activité de microbiologie? cultures d agents pathogènes? Procédures et organisation du travail - procédures rédigées pour chaque technique, incluant les mesures de protection - encombrement minimal, protection éventuelle et nettoyage régulier des paillasses Déconditionnement des échantillons de leur emballage de transport - en zone dédiée, par des personnels formés à cette tâche - tubes et flacons habituellement propres et en bon état - conduite à tenir connue et appliquée en cas de bris ou souillure Appareillages et techniques - automatisation totale ou partielle des techniques - nécessité d ouverture des flacons? manuellement? bouchons coiffants à vis? - transvasement? Si oui, par pipette automatique? avec protection? - centrifugeuses sécurisées, régulièrement entretenues Hygiène - postes de lavage des mains, tenues de travail, Risques de contamination par voie cutanéo-muqueuse Types d échantillons biologiques manipulés - sang, sécrétions sexuelles, LBA, autres contenant du sang? - diagnostics +/- culture d agents transmissibles par voie sanguine? Modes d analyse et technologie permettant de limiter les contacts / échantillons - automatisation partielle/totale des techniques: sur tubes primaires? sans ouverture? Mesures pour éviter le bris de tubes en centrifugeuses : équilibrage, Choix du petit matériel prenant en compte les risques de piqûres, coupures, - petit matériel à usage unique, pipettes et tubes en matériau peu ou non cassable, matériel sécurisé, lames à bords rodés, tubes et flacons adaptés aux automates - conteneurs adaptés aux matériels à évacuer, disponibles à portée de main Mesures de protection individuelle - port de gants pour les gestes à risques et en cas de lésion des mains - port de lunettes de sécurité en cas de risques de projection

13 Désinfection et maintenance Modalités d entretien des locaux - procédures écrites incluant les fréquences d entretien, les produits à utiliser Personnels en charge de l entretien - en cas de société prestataire : procédure décrivant les zones d intervention, les modalités d entretien, les mesures de prévention à appliquer, les conduites à tenir en cas d accidents Maintenance des appareillages - registre de maintenance - décontamination des appareils avant toute opération de maintenance ou réparation, et remise d un document en attestant aux intervenants extérieurs Élimination des déchets Tri des déchets - en fonction des risques : biologiques, chimiques, assimilés ménagers, - tri des déchets à risques infectieux (DASRI) dès leur production : piquants/coupants, solides, liquides - conditionnement immédiat en emballages adaptés, conformes à la réglementation - sans dépassement de la limite de remplissage Local spécifique à l entreposage Élimination - en interne ou par prestataire extérieur - avec pré-traitement? par incinération? Fréquence d enlèvement - respectant durée maximale réglementaire d entreposage

14 Évaluation des expositions inventaire des conditions globales de l activité approche ciblée par procédures de travail identification des dangers potentiels et des circonstances d exposition à chaque étape de l activité - transport et réception des échantillons biologiques - centrifugation - décantation - étalements sanguins sur lames - examen cyto-bactériologique des urines - identification et culture de bacilles tuberculeux - coproculture Centrifugation modes opératoires dangers risques identifiés prévention mise en place des tubes dans la centrifugeuse tubes en verre bris AES utiliser des tubes incassables ou résistants vérifier l intégrité des tubes tubes préalablement souillés de produits biologiques contacts cutanés contamination manuportée, AES porter des gants décontaminer l extérieur des tubes préalablement souillés (eau javel 1,2 Cl) ouverture manuelle des tubes avant chargement bris et/ ou projections AES, aérosols privilégier le débouchage par automate si débouchage manuel : tubes à bouchons coiffants, de préférence vissés et de taille adaptée pour les centrifuger re-fermés taille des tubes non adaptée aux nacelles bris AES choix de nacelles de différentes tailles mauvais équilibrage du chargement des nacelles bris AES répartition correcte des charges balance pour équilibrer les nacelles

15 Centrifugation (suite) modes opératoires dangers risques identifiés prévention fermeture du (es) couvercle(s), nacelles sans couvercles projections aérosols, AES nacelles étanches réglage, mise en route et arrêt de la centrifugeuse contraintes mécaniques excessives sur les tubes bris AES augmenter progressivement la vitesse : en cas de réglage non automatique ouverture de la centrifugeuse et sortie des tubes effets de la force centrifugeuse : - si récipients ouverts projections aérosols, AES attendre l arrêt complet de la centrifugeuse pour l ouvrir (blocage de sécurité ++) - si tubes cassables bris AES LAVAGE OU DESINFECTION DES MAINS porter des gants pour le retrait des tubes disposer les tubes sur un portoir adapté entretien du matériel risque présence de débris de verre et de souillures de liquides biologiques coupures, piqûres, contacts cutanés AES, contamination manuportée nettoyage, décontamination - immédiatement si bris tube - périodique systématique - avant toute intervention de réparation ou maintenance Obligation de centrifugeuses sécurisées en laboratoires de microbiologie : Arrêté du 26 novembre 1999 relatif à la bonne exécution des analyses de biologie médicale (GBEA) Étalements sanguins sur lames modes opératoires manuels dangers risques identifiés prévention installation du plan de travail, des tubes à prélever et des lames tubes préalablement souillés contact souillure AES port de gants : à changer chaque fois que souillés et à éliminer en conteneur à DASRI tubes en verre + fragilisés ou fissurés préalablement bris AES protection plan travail par matériau absorbant tubes peu ou non cassables prélèvement d une goutte de sang débouchage puis prélèvement à la pipette OU bris, projections AES contact, projections AES bouchons vissés ou à clips pipette automatique à embout jetable adapté au volume prélevé prélèvement au travers du bouchon matériel piquant AES utilisation de dispositifs à aiguille mousse «distributeur de goutte»

16 Étalements sanguins sur lames (suite) modes opératoires dangers risques identifiés prévention étalement de la goutte de sang déposée étalement sur la lame au moyen d une autre lame contacts cutanés AES + protection plan de travail par matériau absorbant port de gants coupures AES lames à bords rodés évacuation lames non étalées en conteneurs adaptés identification de la lame par gravure sur bord dépoli contacts cutanés AES manipulation avec des gants, après séchage de l étalement -disposition en porte-lames coloration manuelle ou automatique des lames nettoyage et entretien du poste de travail souillure de la paillasse + petits matériels résiduels et bris de verre contacts cutanés, piquants / coupants AES LAVAGE OU DESINFECTION DES MAINS élimination, le cas échéant, du matériau recouvrant la paillasse application de la procédure de nettoyage désinfection : - immédiatement en cas de souillure - systématiquement en fin de manipulation lecture au microscope évaluation des risques maîtrise des risques niveaux de confinement : arrêté du 16 juillet 2007 règles générales de bonnes pratiques mesures spécifiques aux situations d exposition

17 Maîtrise des risques bonnes pratiques et conduites à tenir en cas d accident - organisation fonctionnelle du laboratoire - transport des prélèvements au sein du laboratoire - tenue de travail - gants - masques de protection respiratoire - lunettes et écrans faciaux - travail sous poste de sécurité microbiologique - hygiène des mains - nettoyage entretien des postes de travail - élimination des déchets à risques infectieux - plan de prévention à l usage des intervenants extérieurs - C.A.T. en cas d A.E.S. et en cas de souillure et bris de tube ou de flacon Référentiels laboratoires 1. réglementaires - GBEA : novembre mesures de confinement : arrêté juillet actualisation des précautions standard : circulaire 13 mars documents dédiés - conception des laboratoires : INRS, ED évaluation et prévention des risques infectieux en laboratoires : INRS, ED prévention des risques infectieux en laboratoires : SFHH

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

LES DECHETS. UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1

LES DECHETS. UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1 LES DECHETS UE 2.10 S1 Promotion 2015-2018 24/09/2015 1 REGLEMENTATION Loi du 15 juillet 1975 «définit le DECHET comme étant un résidu de processus de production, de transformation ou d élimination» Décret

Plus en détail

Département Ressources Humaines Bureau de Coordination de la Prévention des Risques Mission veille technologique GUIDE DE TRAVAIL DANS UN LABORATOIRE

Département Ressources Humaines Bureau de Coordination de la Prévention des Risques Mission veille technologique GUIDE DE TRAVAIL DANS UN LABORATOIRE GUIDE DE TRAVAIL DANS UN LABORATOIRE L2 AVANT - PROPOS Un nombre croissant de formations de recherche sont amenées à réaliser fréquemment ou ponctuellement une ou partie de leurs expérimentations dans

Plus en détail

Les DASRI en laboratoire d enseignement

Les DASRI en laboratoire d enseignement Séminaire des nouveaux formateurs 2RB Les DASRI en laboratoire d enseignement A. AFONSO Paris, 29 et 30 juin 2015 Les DASRI ou Déchets d Activité de Soins à Risque Infectieux 1. Définition 2. Gestion des

Plus en détail

Séroconversion VIH en laboratoire cas mondiaux (CDSC ) Séroconversion VIH en laboratoire France

Séroconversion VIH en laboratoire cas mondiaux (CDSC )  Séroconversion VIH en laboratoire France Étude sur le risque d exposition au sang des personnels des laboratoires d analyses médicales lors des prélèvements veineux D. ABITEBOUL 1,8, C. FABIN 1,,5, B. MIGUERES 1, S. TOUCHE 1,,4, F. GOYER 1, J.

Plus en détail

106 lits 37lits. Hôpital Mère et Enfant. Gynéco- obstétrique. Unité de radio. Maternité

106 lits 37lits. Hôpital Mère et Enfant. Gynéco- obstétrique. Unité de radio. Maternité GESTION DES DECHETS HOSPITALIERS F.Timizar*, A.Dellidj**, S.Bouaoud*, M.Hamdi Chérif * *Service d épidémiologie et de médecine préventive, C.H.U de Sétif ** Directeur Général du C.H.U de Sétif Introduction

Plus en détail

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI et assimilés Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux Définition : Tous déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif,

Plus en détail

Pour une gestion durable des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques au CHU de Marrakech

Pour une gestion durable des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques au CHU de Marrakech Pour une gestion durable des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques au CHU de Marrakech Dr. M. S. BELKADI CHU Marrakech Table ronde sur la gestion durable des DMP, Rabat 21 Mai 2013 1 Plan Introduction Aspects

Plus en détail

Dr Patricia VEYRES Année 2013-2014 CHU de NICE

Dr Patricia VEYRES Année 2013-2014 CHU de NICE Dr Patricia VEYRES Année 2013-2014 CHU de NICE Petit QUIZZ 1. Que signifie le sigle DASRI? Déchets d Activités de Santé Réservées aux Infirmières Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux Déchets

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES PRECAUTIONS STANDARD C est un ensemble de recommandations : Hygiène des mains Port de gants Tenue de protection : surblouse ou tablier, masques, lunettes Surfaces

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte Circulaire DHOS/DGS du 26 Août 2009 relative au PROPIN 2009-2013 programme national de prévention des infections nosocomiales Objectif Renforcer

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES. Les identifier pour les éviter

LES RISQUES BIOLOGIQUES. Les identifier pour les éviter LES RISQUES BIOLOGIQUES Les identifier pour les éviter Comment se contamine-t on? Les agents Un microorganisme, le prion, une lignée cellulaire immortalisée, un OGM. C o m m e n t La contamination se fait

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES Pascale MARTIN-TANIS Infirmière de santé au travail OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES Code du travail: Obligations de l employeur Art L4121 Assurer

Plus en détail

Gestion des déchets de soins en pratique.

Gestion des déchets de soins en pratique. Gestion des déchets de soins en pratique. Denis Thillard (ARLIN HN) 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Questions Choisir la bonne filière

Plus en détail

Annexes : - liste figurant sur les bons de demande de matériel à disposition des services - fiche de demande de matériel

Annexes : - liste figurant sur les bons de demande de matériel à disposition des services - fiche de demande de matériel Référence : PR/LAB/001-A Page :Page 1 sur 6 Objet : La procédure définit : les modalités de réception des examens biologiques des patients hospitalisés dans les unités d hospitalisation du CH de Colson

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

MANUEL DE SÉCURITÉ BIOLOGIQUE EN LABORATOIRE

MANUEL DE SÉCURITÉ BIOLOGIQUE EN LABORATOIRE Depuis sa première édition publiée il y a plus de vingt ans en 1984, le Manuel de sécurité biologique en laboratoire est toujours le guide pratique auquel les laboratoires de tous niveaux se réfèrent en

Plus en détail

Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray

Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray Etat des lieux des connaissances des précautions standard en EHPAD sur le territoire de Gray 2 e journée régionale «hygiène et prévention des infections en EMS» 12 novembre 2014 Sara Guierdet Infirmière

Plus en détail

Les déchets d activités de soins:

Les déchets d activités de soins: Les déchets d activités de soins: Expérience du CHU F. Bourguiba de Monastir M.S. Haddad Service d Hygiène Hospitalière Introduction L'HOPITAL Projet de développement social, économique Diverses communautés

Plus en détail

GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE. Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.

GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE. Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb. GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.be 0486/09 04 25 Namur, le 26 novembre 2015 1 DECHETS DANGEREUX Type de déchets

Plus en détail

TD Accident d Exposition au Sang

TD Accident d Exposition au Sang IFSI C. Foix, APHP TD Accident d Exposition au Sang UE 2.10 C3 Centre de la Formation et du Dé 1 Accident d Exposition au Sang DEFINITION : «Tout accident survenant en contact avec le sang ou un liquide

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ

RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ RAPPORT D AUDIT SUR LA FILIÈRE ET LE TRI DES DÉCHETS À L HÔPITAL LOCAL DE SOULTZ Date de l audit : jeudi 23 août 2007 Audit et rapport réalisés par : Christelle KOCH Estelle ESCHBACH Service audité : Unité

Plus en détail

Rédaction : Mr René APAT Adjoint des Cadres Mle Alexandra BITIER Technicien Qualité Stagiaire

Rédaction : Mr René APAT Adjoint des Cadres Mle Alexandra BITIER Technicien Qualité Stagiaire Référence : PR/DEC/001-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Définir les modalités de tri, de stockage, de collecte, de transport et de traitement des DASRI. Mots clés : Collecte / DASRI / Elimination / Stockage

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE En imagerie médicale m non interventionnelle, il n existe pas de circuits différenti rentiés s pour le propre et le sale.

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

EOH. juillet-septembre CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian

EOH. juillet-septembre CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian + EOH Équipe Opérationnelle Hygiène AUDIT TRI DES DÉCHETS juillet-septembre 2012 CSSR Alexis Léaud, Saint Jean d Aulps Hôpital Camille Blanc, Evian + Objectifs 2 Évaluer si le personnel soignant et logistique

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Cette fiche nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et à mesure de leurs évolutions S agissant de la contamination de l animal à l homme, le

Plus en détail

Classification OMS. Prélèvement. Fièvre à virus EBOLA. En laboratoire Accidents d exposition au virus EBOLA

Classification OMS. Prélèvement. Fièvre à virus EBOLA. En laboratoire Accidents d exposition au virus EBOLA 24 ème journée du GERES 5 Décembre 2014 Classification OMS Fièvre à virus EBOLA Mesures de prévention lors de la réalisation des analyses biologiques Audrey MERENS HIA Bégin (Saint-Mandé) Les cahiers de

Plus en détail

24 ème journée du GERES 5 Décembre Fièvre à virus EBOLA. Mesures de prévention lors de la réalisation des analyses biologiques

24 ème journée du GERES 5 Décembre Fièvre à virus EBOLA. Mesures de prévention lors de la réalisation des analyses biologiques 24 ème journée du GERES 5 Décembre 2014 Fièvre à virus EBOLA Mesures de prévention lors de la réalisation des analyses biologiques Audrey MERENS HIA Bégin (Saint-Mandé) Classification OMS Les cahiers de

Plus en détail

LBM Canarelli Colonna Fernandez / LBM Faure

LBM Canarelli Colonna Fernandez / LBM Faure 1. Objet et domaine d application Cette procédure décrit les dispositions prises par le laboratoire concernant les modalités de prélèvements ainsi que la préparation du matériel. Cette procédure s applique

Plus en détail

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015 MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DU LINGE EN EMS Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS Vendredi 27 mars 2015 CONTEXTE Vieillissement de la population, Augmentation du

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE

QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE QUELLES PRIORITÉS EN TERMES DE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ POUR LES SOIGNANTS EN AFRIQUE MATÉRIELS DE SÉCURITÉ EN AFRIQUE : ÉTAT DES LIEUX DES POLITIQUES NATIONALES ET EXPÉRIENCES DE TERRAIN DANS LES PED Dr

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Septembre 2015 Les précautions standard

Plus en détail

Étape 1 : Avant de manipuler l échantillon, préparer tout le matériel

Étape 1 : Avant de manipuler l échantillon, préparer tout le matériel RECOMMANDATIONS TRANSITOIRES Comment expédier sans risque des échantillons de sang humain provenant de cas suspects de maladie à virus Ebola à l intérieur d un pays par la route, le rail ou la mer 2014

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES

POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : Tout le personnel de la recherche ÉMISE PAR : Comité des biorisques APPROUVÉE PAR : Marc Bilodeau Président Comité des biorisques Pavel Hamet Directeur de la recherche Date : 29 novembre

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Les précautions standard Septembre 2004

Plus en détail

La prévention du risque biologique dans les référentiels des filières STI-BGB La démarche de prévention

La prévention du risque biologique dans les référentiels des filières STI-BGB La démarche de prévention La prévention du risque biologique dans les référentiels des filières STI-BGB La démarche de prévention L analyse des à priori des risques (approche par les dangers) La chaine de transmission La mise en

Plus en détail

Le tri des déchets dans les établissements de santé

Le tri des déchets dans les établissements de santé Le tri des déchets dans les établissements de santé Définition : Déchets d activité de soins Décret N 97-1048 du 6 novembre 1997 Ce sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi, et de traitement

Plus en détail

Désinfection d un chariot de soins

Désinfection d un chariot de soins Désinfection d un chariot de soins UE 4.1 S.1 SOINS DE CONFORT ET DE BIEN ETRE IFSI DE ST DENIS PROMOTION 2011-2014 1 1 Généralités PLAN Définition Les différents types de chariots Le chariot le plus simple

Plus en détail

Evaluation du risque d Accident d Exposition au Sang (AES) en EHPAD. Fiche Infirmier(e)

Evaluation du risque d Accident d Exposition au Sang (AES) en EHPAD. Fiche Infirmier(e) Evaluation du risque d Accident d Exposition au Sang (AES) en EHPAD Fiche Infirmier(e) Les Accidents d Exposition au Sang par piqûre d aiguille font partie des risques professionnels. Peu de données sont

Plus en détail

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Indications préalables au remplissage du questionnaire Ce questionnaire, auquel vous avez accepté de répondre, s inscrit

Plus en détail

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires Formation Diplôme d Etat d Infirmier(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène Faculté de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Dr Isabelle

Plus en détail

Elimination des déchets issus des activités de soins

Elimination des déchets issus des activités de soins Elimination des déchets issus des activités de soins D après un support EOH G HUMBERT Présentation 2014 Corinne Mignot IDE hygiéniste Définition «Déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Usage du matériel de sécurité : utilité?

Usage du matériel de sécurité : utilité? Usage du matériel de sécurité : utilité? Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Symposium SOHF Lausanne 03.09.2009 Il était une fois Naissance

Plus en détail

Elimination des déchets liés à la préparation et l administration des cytotoxiques

Elimination des déchets liés à la préparation et l administration des cytotoxiques Oncolor - Procédure Pharmacie Réseau Oncolor Elimination des déchets liés à la préparation et l administration des cytotoxiques Version 0-3 Historique des modifications Date Version Description Auteurs

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE

RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE 1 2 RISQUES LIES A L UTILISATION DE L ABORD VASCULAIRE Fistule Artério-Veineuse (FAV) Aiguilles creuses de gros calibre RISQUES LIES AU CIRCUIT EXTRA CORPOREL Projection

Plus en détail

LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013

LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 Accident avec Exposition au Sang (AES) Tout contact percutané (piqûre,

Plus en détail

Définition AES. Les germes en cause. Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire. Virus

Définition AES. Les germes en cause. Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire. Virus Accident d exposition au sang AES au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Définition AES Tout contact accidentel : soit par effraction

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène A)Cadre législatif B)Les généralités C)Les objectifs du tri D)Définition E)Classification des déchets L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 1)Les déchets de

Plus en détail

Les Risques Biologiques

Les Risques Biologiques Une bonne prévention des risques biologiques passe par : L évaluation des risques (classe 1 à 4) Le choix correct du laboratoire confiné (L1 à L4) Le choix d équipement approprié (centrifugeuse, autoclave)

Plus en détail

Unité de traitement écologique des déchets biomédicaux

Unité de traitement écologique des déchets biomédicaux ASSOCIATION BENINOISE ONG GBEDOKPO «Unis pour une même cause» Opérateur africain spécialisé en gestion des déchets biomédicaux Docteur Marianne BRANCO UNE EXPÉRIENCE DE TERRAIN Unité de traitement écologique

Plus en détail

Les Accidents d exposition d au sang CHU de Brest

Les Accidents d exposition d au sang CHU de Brest Les Accidents d exposition d au sang CHU de Brest Étude 2002- Le plan Présentation de l él étude Le risque AES au CHU de BREST Le risque AES par catégorie professionnelle Conclusion Contexte généralg C

Plus en détail

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME

DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME Bonjour et Bienvenue DIRECTION DU TRAVAIL AMT-CGPME 1 Comment prévenir les Risques Chimiques? Service Prévention des Risques Professionnels CPS 2 CONSTAT Employeur????? Comment appréhender le risque chimique

Plus en détail

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination Gestion des déchets Généralités A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg Augmentation des coûts d élimination Véritable problème de santé publique Définitions DECHET : Tout

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

Les déchets d activité de soins

Les déchets d activité de soins Les déchets d activité de soins Compétence 3 UE 2.10 1 B.Allain- cadre de santé formatrice Finalité La gestion des déchets est liée à la gestion des piquants, tranchants et coupants avec le caractère évitable

Plus en détail

STRATEGIE DE PREVENTION DES AES

STRATEGIE DE PREVENTION DES AES matériels sécurité STRATEGIE DE PREVENTION DES AES Micro organismes réglementation Accident matériel activité personnel environnement Référentiel : Décret de Mai 1994 Prévention des risques biologiques

Plus en détail

Parlons des AES. D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche et du CCLIN sud-est. Dr C.OUDIN service d Hygiène hospitalière CHD F.

Parlons des AES. D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche et du CCLIN sud-est. Dr C.OUDIN service d Hygiène hospitalière CHD F. Parlons des AES D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche et du CCLIN sud-est. Dr C.OUDIN service d Hygiène hospitalière CHD F.GUYON- St DENIS- Quelles sont les professions les plus à risque d accident

Plus en détail

Procédure de gestion des déchets biomédicaux

Procédure de gestion des déchets biomédicaux Procédure de gestion des déchets biomédicaux Comité de biosécurité et gestion des matières dangereuses Hiver 2017 1 Table des matières 1. Portée, exigences légales et définitions...1 1.1 Portée... 1 1.2

Plus en détail

GRILLE D AUTO-ÉVALUATION

GRILLE D AUTO-ÉVALUATION GRILLE D AUTO-ÉVALUATION PRATIQUES SÉCURITAIRES LORS DE L ADMINISTRATION DES MÉDICAMENTS DANGEREUX POUR LA PROTECTION DU PERSONNEL ET DE L ENVIRONNEMENT INFIRMIÈRES DU CENTRE DE CHIMIOTHÉRAPIE # NORMES

Plus en détail

MODE OPERATOIRE PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES URINAIRES

MODE OPERATOIRE PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES URINAIRES Page 1 sur 6 I OBJET : Ce document décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements bactériologiques urinaires au sein de l établissement. Il s applique à tous les types de prélèvements

Plus en détail

Commission HAD circuit du médicament PROTOCOLE

Commission HAD circuit du médicament PROTOCOLE Commission HAD circuit du médicament Page 1/6 1. DEFINITION : L élimination des déchets solides dans les soins consiste en : un tri, une collecte, un stockage intermédiaire (container voiture), un transport

Plus en détail

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Sur 100 victimes d accidents mortels, 15 appartiennent à des entreprises effectuant des travaux dans des entreprises utilisatrices

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Démarche de réduction des déchets d activités de soins à risque infectieux

Démarche de réduction des déchets d activités de soins à risque infectieux Démarche de réduction des déchets d activités de soins à risque infectieux AC GUILLE DES BUTTES¹, N CATOIRE², C BOURIGAULT¹, D LEPELLETIER¹ ³ 1 Unité de Gestion du Risque Infectieux, Service de Bactériologie

Plus en détail

Les pratiques à risque au bloc opératoire

Les pratiques à risque au bloc opératoire Les pratiques à risque au bloc opératoire Une enquête d observation d à l hôpital Bichat-Claude Bernard Dr Séverine S Kirschleger,, Dr Dominique Abiteboul Service de santé au travail, Hôpital Bichat-Claude

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

LES DECHETS. Définition: Définitions des déchets hospitaliers

LES DECHETS. Définition: Définitions des déchets hospitaliers LES DECHETS Définition: «Tout résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation, toute substance,matériau, produit ou plus généralement, tout bien meuble abandonné ou que son détenteur

Plus en détail

L incident a lieu dans un service de soins ou pendant le transport des poches de chimiothérapies voir page 2

L incident a lieu dans un service de soins ou pendant le transport des poches de chimiothérapies voir page 2 CONDUITE A TENIR EN CAS DE DISPERSION D UN CYTOTOXIQUE SUR UNE SURFACE Nomenclature : (à compléter par le gestionnaire) Créé le : 23/06/2009 Révisé le : Mots-Clés : Kit de décontamination, cytotoxique,

Plus en détail

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Coiffure Coiffure à domicile Si vous réalisez aussi des soins du visage, du corps, des UV, reportez-vous à la fiche «Institut de beauté». L environnement dans l Artisanat Les déchets Vos déchets peuvent

Plus en détail

Définition : les DASRI, qu est-ce que c est? Sommaire. Mise à jour 30/08/2012

Définition : les DASRI, qu est-ce que c est? Sommaire. Mise à jour 30/08/2012 DASRI : TRIER ET ELIMINER SES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS A RISQUE INFECTIEUX L AFD vous guide sur la collecte des DASRI. Quelques conseils pratiques pour trier, jeter, éliminer et recycler vos déchets

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

Notions de base en santé et sécurité au travail : CHM 1501/1979

Notions de base en santé et sécurité au travail : CHM 1501/1979 Notions de base en santé et sécurité au travail : CHM 1501/1979 Direction prévention et sécurité- Division santé et sécurité Benoit Hammond/Bruno Desmarais Automne 2010 Déroulement de la présentation 1.

Plus en détail

Classification des laboratoires et des procédures de biosécurité spécifiques / Classification of laboratories and specific biosecurity procedures

Classification des laboratoires et des procédures de biosécurité spécifiques / Classification of laboratories and specific biosecurity procedures Atelier / workshop Mise en œuvre des mesures de biosécurité dans les laboratoires / Implementation of biosecurity and biosafety measures in laboratories Classification des laboratoires et des procédures

Plus en détail

Le risque biologique dans les laboratoires d analyses médicales

Le risque biologique dans les laboratoires d analyses médicales Le risque biologique dans les laboratoires d analyses médicales Céline DELATTRE Jennifer MICHEL Laurie GALLORINI Année : 2013-2014 Glossaire Danger : propriété ou capacité intrinsèque d'un équipement,

Plus en détail

PRELEVEMENT DE SANG VEINEUX (DONT HEMOCULTURES)

PRELEVEMENT DE SANG VEINEUX (DONT HEMOCULTURES) INSTRUCTION Page : 1/7 Personnel pouvant effectuer le prélèvement Personnel infirmier diplômé d état : article R 4311.7 décret n 2004-802 du 29 juillet 2004 Techniciens de laboratoire disposant du certificat

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical. Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical. Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne Constats t Fréquence de la prise en charge de patients fragilisés

Plus en détail

Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014

Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE Gestion des déchets d une unité de prise en charge des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola Ines Dakhli, DHMPE Tunis, 10 Septembre2014 1 Introduction Les

Plus en détail

NE JAMAIS TRANSVASER D UN TUBE A L AUTRE!

NE JAMAIS TRANSVASER D UN TUBE A L AUTRE! Auteur : TOITOT Geraldine Validateur : EL HAMRI Mohamed Page 1 sur 5 Vérificateur(s) : Marine HERPSON Approbateur : EL HAMRI Mohamed 1. 1 I. LE PRELEVEMENT SANGUIN L ordre de remplissage des tubes lors

Plus en détail

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques

Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Les accidents d exposition au sang et liquides biologiques Dr Régine CORA Pharmacien hygiéniste Clinique CJAO D après les documents de l EIDLIN Drôme Ardèche,du CCLIN sud-est. Nombreuses diapositive du

Plus en détail

Objectif de la formation. Public. Programme de la formation. Esthétique. 1 / 5 Phoca PDF. Présentation : 1er jour : module théorique

Objectif de la formation. Public. Programme de la formation. Esthétique. 1 / 5 Phoca PDF. Présentation : 1er jour : module théorique Objectif de la formation Répondre aux obligations du décret du 19 février 2008 et à l'arrêté du 12/12/2008 sur la formation des personnes pratiquant le tatouage, le perçage et le maquillage permanent.

Plus en détail

PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES URINAIRES

PRELEVEMENTS BACTERIOLOGIQUES URINAIRES Page 1 sur 9 I OBJET : Ce document décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements bactériologiques urinaires au sein de l établissement. Il s applique à tous les types de prélèvements

Plus en détail

FORMULAIRE D ÉLABORATION DE PROCÉDURE OPÉRATOIRE STANDARD (RISQUE ÉLEVÉ)

FORMULAIRE D ÉLABORATION DE PROCÉDURE OPÉRATOIRE STANDARD (RISQUE ÉLEVÉ) FORMULAIRE D ÉLABORATION DE PROCÉDURE OPÉRATOIRE STANDARD (RISQUE ÉLEVÉ) Il est conseillé de mettre en œuvre une POS en présence d un risque élevé pour les procédés, les expériences ou les manipulations

Plus en détail

Hygiène hospitalière, infections liées aux soins et protection des soignants

Hygiène hospitalière, infections liées aux soins et protection des soignants Notes Hygiène hospitalière, infections liées aux soins et protection des soignants Module 10 Contexte L amélioration de l accès aux soins accroît le nombre de personnes vivant avec le VIH prises en charge

Plus en détail

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 02 jours 05 sessions plénières 06 ateliers 120 participants 17 pays

Plus en détail

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 LE TRI 7 1. Déchets Assimilables aux Ordures Ménagères - DAOM 7 2. Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux - DASRI

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : ÉVALUATION DES PRATIQUES DANS ONZE SERVICES PARISIENS

ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : ÉVALUATION DES PRATIQUES DANS ONZE SERVICES PARISIENS ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : ÉVALUATION DES PRATIQUES DANS ONZE SERVICES PARISIENS Nadège BAFFOY, Nathalie LE DU, Valérie SALOMON, Pascal ASTAGNEAU, Gilles BRÜCKER Centre

Plus en détail