HSH et relations sexuelles monnayées : un portrait des répondants ayant déclaré des partenaires sexuels occasionnels tarifés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HSH et relations sexuelles monnayées : un portrait des répondants ayant déclaré des partenaires sexuels occasionnels tarifés"

Transcription

1

2 HSH et relations sexuelles monnayées : un portrait des répondants ayant déclaré des partenaires sexuels occasionnels tarifés Objet : L enquête en ligne «Net Gay Baromètre» dresse, tous les deux ans, un portait des internautes français fréquentant les sites de rencontre gays et vise à circonscrire la manière dont ces hommes vivent leur sexualité et la prévention avec des partenaires occasionnels ou réguliers. Nous proposons ici d esquisser un portrait contrasté des répondants ayant déclaré avoir reçu de l argent, de la drogue, des biens ou des services en échange de relations sexuelles. Méthode : Les répondants furent recrutés en ligne, entre décembre 2012 et novembre 2013 (n=15 532), à partir de 9 sites de rencontre représentatifs de la diversité des cultures de sexe gay, du réseau social Facebook, ainsi que des réseaux de contenu Google. Furent menées des analyses statistiques de Chi-carre (χ2), de variance (ANOVA) avec un taux de signification de 95 % (p <0,05) ainsi que des régressions logistiques simples et multivariées. Cette analyse permet de dresser un portrait des répondants ayant déclarant avoir tarifé un ou plusieurs partenaires sexuels masculins dans les 12 derniers mois, et permet de mieux comprendre ces formes relationnelles comme d en dégager les enjeux. Résultats Un groupe dont le portrait souligne de nombreuses vulnérabilités Les répondants ayant déclaré avoir reçu de l argent, des biens ou des services en échange de relations sexuelles représentent 5.6 % de notre échantillon (n= 877). La presque totalité de ces hommes 85,6 % déclarent négocier ces relations contre de l argent, 20,1 % contre des cadeaux, 16,9 % contre des services, 7,2 % contre de la drogue et 4,2 % contre de l argent dans le but d acquérir de la drogue. Comparés aux autres répondants, ils sont significativement plus jeunes (M=29.5 vs 38.8 ans), deux fois plus nombreux à avoir moins de 1000 euros de revenu par mois (39,1 % versus 19,6 %), plus souvent issus d une minorité visible (18,7 % vs 7,9 %), alors qu ils déclarent plus souvent un sentiment d appartenance à la communauté gay (42,9 % vs 34.4) en étant plus nombreux à fréquenter régulièrement des espaces identifiés comme «gays» (32,4 % vs 18,2 %), en particulier les établissements et les lieux de sexe (81 % vs 64,9 %). Leur première relation sexuelle a eu lieu plus tôt soit, en moyenne, à l âge de 16 ans versus 19 ans pour les autres répondants, même si leur génération permet d expliquer en partie cet écart. Si 17.5 % se déclarent séropositifs, ils sont surtout plus nombreux à «ne plus être certains d être séronégatifs» (11.5 % vs 5.9 %), ceci pouvant s expliquer par leur grand nombre de partenaires occasionnels. Leur usage du réseau internet est plus intense et sujet à un sentiment de dépendance Fréquentant Internet à des fins de rencontre de manière plus intense, ces hommes ont plus souvent un compte sur les réseaux sociaux (84,8 % vs 77,3 %), utilisent plus souvent des applications géolocalisantes (55 % vs 40,5 %) se sentent plus dépendant des interactions en ligne (51,6 vs 41 %) aux rencontres en ligne (57,6 % vs 45, 7 %), mais aussi à la pornographie (51,3 % vs 39,5 %). 1

3 Grands consommateurs de sexe, leurs partenaires tarifés ne représentent que le tiers de leurs aventures Les répondants du net gay Baromètre ayant au moins un partenaire tarifé dans l année déclarent en moyenne trois fois plus de «plans» (M=97 vs 33) pour une moyenne de 52.4 partenaires différents. Ils sont aussi deux fois plus nombreux à avoir déclaré au moins une partenaire occasionnelle femme dans les 12 derniers mois (22,9 % vs 11,9 %). Leurs partenaires tarifés sont deux fois moins nombreux puisqu ils n en déclarent en moyenne que 26 dans la dernière année. Lorsque nous les interrogeons sur l âge moyen de leurs partenaires occasionnels, celui-ci se situe autour de 32 ans, alors que l âge moyen de leur client est, logiquement, plus élevé se situant autour de 41 ans et demi. Ainsi, leur sexualité semble s organiser de manière intense avec des partenaires de leur âge alors qu ils tarifient leurs partenaires plus âgés. Le registre de leurs pratiques sexuelles est vaste, mais moins intense avec leurs clients Leurs pratiques sexuelles s organisent dans un vaste registre et se distinguent des autres répondants. Avec leurs partenaires occasionnels, ils sont plus nombreux à déclarer la sodomie passive (89 % vs 78 %), le barebacking (69,2 %, vs 44,2 %), le sexe en groupe (74,9 %, vs 52 %), les tournantes comme passif (57,2 % vs 30,9 %), le fist-fucking (38,6 % vs 20,9 %), l urophilie (47,5 % vs 24 %), la scatophilie (11,7 vs 4,1 %) et le BDSM (58,9 % vs 33,7 %). Environ la moitié des répondants ayant déclarée des partenaires tarifés dans les 12 derniers mois précisent que leurs pratiques sont différentes avec leurs clients et ils déclarent avec eux moins souvent de sodomie passive (71,5 %), moins fréquemment de pratiques bareback (37,9 %), moins souvent la pratique du sexe en groupe (40,8 %), moins de «tournantes» de (34,4 %), moins souvent l urophilie (38,4 %) et encore moins souvent la pratique du BDSM (44,6 %). Ainsi, leur vaste registre de pratiques sexuelles se retrouve bien dans leurs activités tarifées, mais semble développé de manière moins intense. Un fort engagement dans la consommation de substances psychoactives Nettement plus engagés dans la consommation de drogues, ils sont 2 à 3 fois plus nombreux à déclarer consommer de grandes quantités d alcool (78,7 % vs 66,6 %), du cannabis (46,4 % vs 24,8 %), le poppers (59,9 % vs 39,7 %), l ecstasy (15,8 % vs 3.9 %), la cocaïne (22,9 % vs 8.0 %), du crack (4,7 % vs 0,6 %), des amphétamines (15,2 % vs 2.9 %), du MDMA (16,2 % vs 5.5 %), du GHB (17.8 % vs 5.7 %), du Crystal Meth (8.2 % vs 2 %), de la kétamine (8,7 % vs 2,4 %), de l héroïne (4 % vs 0,6), du Viagra/Cialis (18 % vs 13,2 %), des produits pharmacologiques (12,1 % vs 4,2 %) et des cathinones (8.3 % v 2 %). Suivant la même logique que précédemment, pour la grande majorité, ce n est pas avec leurs clients que cette consommation a lieu, puis qu ils ne sont que 21,8 % à déclarer que leur consommation se pratique dans le cadre de leurs relations sexuelles tarifées. Il ne semble pas non plus que ce soit leur consommation qui les amène à monnayer leurs relations puisqu ils ne sont que 4,2 % à déclarer avoir tarifé leurs partenaires pour acheter de la drogue et sont seulement 7,2 % à avoir accepté un client en échange de drogue. Des comportements à risque moins fréquents avec les clients qu avec leurs partenaires occasionnels Les répondants, ayant monnayé des relations sexuelles, sont plus nombreux à déclarer au moins une pénétration anale non protégée (PANP) avec des partenaires occasionnels (72,8 % vs 52,4 %) dans les 12 derniers mois, comme à s engager dans des prises de risques régulières (49,2 % vs 33,7 %), voire systématiques (10,4 % vs 5,9 %). Assez logiquement, ils sont nombreux à déclarer des pratiques bareback (62,8 % vs 41,6 %) avec un moindre souci de séroadaptation. Par exemple, ils sont plus nombreux à avoir eu des pratiques bareback avec un partenaire occasionnel au statut sérologique différent du leur (29,2 % vs 20,1 %). Conséquemment, ils ont plus nombreux à avoir déclaré au moins une IST dans l année (30,6 % vs 18,8 %) et à avoir eu recours au TPE (6,8 % vs 2 %). 2

4 Cependant, comme pour les pratiques ou leur consommation de substance, ces hommes semblent s exposer moins souvent avec leurs clients. En effet, ils ne sont que 48.6 % à rapporter au moins une pénétration anale non protégée avec un partenaire tarifé et 39.0 % déclarent des PANP régulières avec des clients (versus, respectivement, 72,8 % et 49,2 % avec leurs partenaires non tarifés). Ils sont cependant 12.1 %, parmi ceux qui ont déclaré une PANP dans un cadre tarifié, à préciser l avoir subie «sans consentement préalable». Les travailleurs du sexe les plus jeunes n ont pas un comportement plus sécuritaire Même si les chiffres montrent des ratios légèrement inférieurs, les travailleurs du sexe âgés de ans sont statistiquement aussi susceptibles que leurs aînés d avoir pratiqué la PANP avec un client, que ce soit au moins une fois (45,6 % vs 51,6 % ; p=0.177) ou régulièrement (35,8 % vs 43,1 % ; p=0.099). Ils ne sont d ailleurs ni plus ni moins préoccupés que leurs aînés par la prévention du VIH (37,6 % vs 41.8 % ; p=0.289) ou les comportements sexuels à risque (43.7 % vs 46,6 % ; p=0.478). En effet ces écarts sont non significatifs dans le modèle statistique. Même en départageant les séropositifs et les séronégatifs, la braguette d âge n a pas d effet statistiquement significatif sur la prise de risque. Les travailleurs du sexe se protégeant avec leurs clients ont des prises de risque régulières «ailleurs» Les HSH monnayant des relations sexuelles et ne rapportant aucune PANP avec leurs clients (donc se protégeant toujours avec eux) sont 32,9 % à rapporter une prise de risque régulière avec leurs partenaires occasionnels non-tarifés. Ils sont cependant beaucoup moins nombreux proportionnellement que les escortes rapportant une prise de risque avec leurs clients ; ceux-ci sont 90,7 % à rapporter une prise de risque régulière avec leurs occasionnels. Ainsi, le tiers des escortes «safe» ne le sont plus dans leur «vie privée» ; et la quasitotalité des escortes «non-safe» ne se protège pas en dehors de leur «travail». Un portrait psychosocial méritant attention, à l intersection de multiples discriminations Le portrait psychosocial de ces hommes mérite une attention particulière. Ils se présentent plus fréquemment en tant que victimes d injures (41,9 % vs 20,4 %) et d agressions (9.5 % vs 3.0 %), ils déclarent plus souvent des idées suicidaires (23,6 % vs 16,1 %), un sentiment de solitude (40,8 % vs 36,0 %), la recherche de sensations fortes (61,9 % vs 42,4 %). 15,8 % d entre eux déclarent cependant avoir régulièrement développé des sentiments envers des partenaires tarifés. Par ailleurs, ce groupe se trouve à l intersection de multiples discriminations. En effet, ils se sentent plus souvent discriminés sur la base de leur orientation sexuelle (38,3 % vs 24,4 %), de leurs origines ethnoculturelles (10,9 % vs 4,2 %), de leur identité de genre (6,5 % vs 1,8 %) ou de leurs manières (19,8 % vs 10 %), de leur séropositivité (8,8 % vs 5,6 %) et, assez logiquement, sur la base de leur activité de «travailleur du sexe» (20,1 % vs 2,4 %) et ce particulièrement dans le milieu gay. Que savons-nous de leurs clients? Parmi ceux qui proposaient une compensation (n=659), l âge moyen était de 45,4 ans et l âge moyen des partenaires tarifés était de 27.3 ans. La recherche d escort s effectuait le plus souvent dans les mêmes espaces que ceux que privilégient les travailleurs du sexe de notre échantillon à savoir : sur des sites de rencontre gays ou mixtes (55,1 %), sur des sites d annonces généralistes (50.8 %) ou sur des sites d escortes spécialisés (31,0 %). Les hommes offrant une compensation déclarent les plus souvent faire affaire avec des hommes qui se présentent les plus souvent comme homosexuels (62,4 %) mais aussi comme bisexuels (21,4 %), voire comme hétérosexuels pour 7,6 % d entre eux. Plus du quart de ces hommes rémunérant certains de leurs partenaires (27,5 %) rapportent avoir régulièrement développé des sentiments envers leurs partenaires tarifés. 3

5 Les clients ne rapportent en moyenne que 5.5 partenaires rémunérés par année, vraisemblablement parce que leur recours à de tels partenaires est relativement rare : 90,7 % (n=598) d entre eux déclarent des relations tarifées seulement «rarement ou parfois». Ainsi, les partenaires rémunérés ne constituent la moitié des partenaires occasionnels que pour moins du tiers d entre eux. Sur le plan des comportements sexuels à risque, 44,5 % des clients ces hommes rapportent au moins une pénétration anale non protégée avec un partenaire tarifé, et le tiers (33,1 %) déclare des PANP régulières. Parmi ceux ayant pris ces risques, ces pénétrations étaient le plus souvent consenties sans condition particulière (68,9 %) ou avec un certain arrangement (28,4 %), mais très rarement «imposées» (3.1 %). Au niveau de leurs pratiques sexuelles, seuls 31 % (n=204) des clients rapportent des pratiques sexuelles différentes (avec les hommes qu ils paient) de celles qu ils ont habituellement avec leurs partenaires occasionnels. Les variables permettant de prédire un plus fort engagement dans l achat de services sexuels (soit de rapporter qu au moins 50 % de leurs partenaires occasionnels étaient des partenaires rémunéré) sont : le fait de ne pas être satisfait de son apparence physique, de chercher à développer des sentiments avec ces partenaires rémunérés et d être plus souvent préoccupé par les comportements sexuels à risque. Ces résultats dressent, eux aussi, un portrait contrasté de ces hommes, très éloignés du cliché véhiculé par les médias. Il va de soi que pénaliser ces hommes ne pourra nullement les aider à retrouver une meilleure estime d eux-mêmes. Conclusion : Travailleurs du sexe ou HSH, très actifs sexuellement, tarifant accessoirement leurs partenaires? Les répondants du net gay Baromètre ayant déclaré des partenaires sexuels tarifés ne sont que 21,8 % à préciser que cette activité représente une part importante de leurs revenus. Il semble donc que ce groupe ne soit pas homogène et que d autres analyses soient nécessaires pour dégager des profils distincts. Ceci est reflété dans le nombre de partenaires tarifés moyen puisque, ceux déclarant un fort revenu associé à ces activités, déclarent en moyenne 52.5 partenaires tarifés par année contre seulement 6 partenaires, en moyenne, chez ceux pour qui cette activité semble moins soutenue et, sans doute, plus circonstancielle. Le portrait de la majorité de ces hommes ne semble donc ne pas rejoindre d image professionnelle affichée par les travailleurs du sexe inscrits comme «escorts» sur des sites spécialisés, le plus important étant, en Europe, Gayroméo. Cet éditeur n ayant pu promotionner notre questionnaire dans sa section Escort, alors que notre équipe avait développé cette section à leur intention première, nous n avons pas eu accès à ces abonnés travaillant comme «escorts» en inscrivant souvent leur activité dans un parcours en migratoire. Les travailleurs du sexe, dont nous parlons ici, proviennent donc de l ensemble des sites de rencontres gay français ou des réseaux sociaux, qui, pour la plupart, ne peuvent que censurer leur activité en application de la loi française sur le proxénétisme. Ils semblent donc plutôt de grands consommateurs sexuels développant un grand registre de pratiques qui, pour la grande majorité, tarifieraient «accessoirement» un certain nombre de leurs partenaires, possiblement trop âge ou pas à trop éloigné de leur goût. Cependant, environ le quart de ces hommes semble bien rejoindre le profil des escorts professionnels. Quoi qu il en soit, les répondants ayant déclaré avoir reçu de l argent, de la drogue, des biens ou des services en échange de relations sexuelles s exposent à des risques clairement identifiés, mais, contradictoirement, nettement moins souvent avec leurs clients. Possiblement rejoints par le biais des sites de rencontres qu ils privilégient pour leurs activités, des études plus poussées sur le plan qualitatif permettraient d orienter les interventions envers ce groupe aux besoins et intérêts spécifiques en matière de santé. Cependant, le renforcement de la position abolitionniste de la France rendra encore plus difficile l accès à ces populations. 4

Unité mixte de recherche Espaces et Sociétés. Organisme partenaires : Université du Québec à Montréal - InVS. [décembre 2009]

Unité mixte de recherche Espaces et Sociétés. Organisme partenaires : Université du Québec à Montréal - InVS. [décembre 2009] Unité mixte de recherche Espaces et Sociétés Organisme partenaires : Université du Québec à Montréal - InVS Le Net Gay Baromètre 2009 Sondage sur les usages d Internet, les modes de vie, la sexualité et

Plus en détail

LA SANTE DES HSH. Forum SFLS. Etienne Fouquay, chargé de mission Nouvelles stratégies de santé 15 et 16 décembre 2016

LA SANTE DES HSH. Forum SFLS. Etienne Fouquay, chargé de mission Nouvelles stratégies de santé 15 et 16 décembre 2016 Forum SFLS Etienne Fouquay, chargé de mission Nouvelles stratégies de santé 15 et 16 décembre 2016 1. Définitions 2. Qui sont les HSH? 3. Vie affective 4. Vie sexuelle 5. VIH-Sida 6. Autres IST 7. Usage

Plus en détail

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour

FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com. pour FG/MCP N 111711 Contacts IFOP : Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Tél : 01 45 84 14 44 Fabienne.gomant@ifop.com pour Baromètre sur la perception des discriminations au travail Synthèse du focus «Egalité

Plus en détail

Résultats du «Net Gay Baromètre 2009»

Résultats du «Net Gay Baromètre 2009» Rencontres en ligne, Sexualité et Comportements à risque chez les internautes gays et bisexuels français Résultats du «Net Gay Baromètre 2009» mise en perspective des résultats au regard des répondants

Plus en détail

Conduites à risque des jeunes franciliens

Conduites à risque des jeunes franciliens Conduites à risque des jeunes franciliens Tableau 38 : Contraception lors du premier rapport sexuel chez les jeunes de 5-25 ans, à l exclusion de ceux ayant eu uniquement des rapports homosexuels (en %)

Plus en détail

ENQUÊTE DEPISTAGE 2014 EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

ENQUÊTE DEPISTAGE 2014 EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ENQUÊTE DEPISTAGE 2014 EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Cyril Rousseau Cellule d intervention en région Occitanie (Cire), Montpellier pour l ensemble du comité de pilotage Congrès XVII e CONGRÈS SFLS 6 et 7 octobre

Plus en détail

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012

Institut de la statistique du Québec Direction des statistiques sociodémographiques et Direction de la méthodologie et de la qualité 27 février 2012 Le Recensement de 2011 et l Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada État actuel des connaissances à l intention des utilisateurs du Québec Institut de la statistique du Québec Direction

Plus en détail

EGaLe-MG. État des lieux des difficultés rencontrées par les homosexuels face à leurs spécificités de santé en médecine générale en France.

EGaLe-MG. État des lieux des difficultés rencontrées par les homosexuels face à leurs spécificités de santé en médecine générale en France. EGaLe-MG. État des lieux des difficultés rencontrées par les homosexuels face à leurs spécificités de santé en médecine générale en France. Réflexions sur le contexte et les données actuelles, l histoire

Plus en détail

LXNM 2010. Luxembourg New Media Survey 2010. Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises

LXNM 2010. Luxembourg New Media Survey 2010. Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises LXNM 2010 Luxembourg New Media Survey 2010 Enquête sur l utilisation des nouveaux médias auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises Carlos Paulos & Katia Duscherer CePT Centre de Prévention

Plus en détail

I. Présentation générale 2. II. Le sondage LCL-CSA : synthèse 4. III. Le sondage : tableaux de résultats 11

I. Présentation générale 2. II. Le sondage LCL-CSA : synthèse 4. III. Le sondage : tableaux de résultats 11 sommaire I. Présentation générale 2 II. Le sondage LCL-CSA : synthèse 4 III. Le sondage : tableaux de résultats 11 Contacts presse : Image Sept Marie ARTZNER 01 53 70 74 31 martzner@image7.fr Bruno LASSALLE

Plus en détail

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 Pratiques sexuelles préventives des HSH au cours du dernier rapport sexuel avec un partenaire masculin Annie Velter, Alice Bouyssou, Leïla Saboni, Caroline Semaille

Plus en détail

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec?

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Gilles Tremblay, PhD, t.s. Université Laval Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Plan de la présentation - Mise en contexte - État de la santé physique

Plus en détail

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011

Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet Salariés - 13 mai 2011 Baromètre 2011 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "Salariés" - 13 mai 2011 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation entre vie

Plus en détail

Résumé. Freiwilligen-Monitor Schweiz 2016. Markus Freitag, Anita Manatschal, Kathrin Ackermann, Maya Ackermann. Commander

Résumé. Freiwilligen-Monitor Schweiz 2016. Markus Freitag, Anita Manatschal, Kathrin Ackermann, Maya Ackermann. Commander Markus Freitag, Anita Manatschal, Kathrin Ackermann, Maya Ackermann Freiwilligen-Monitor Schweiz 2016 FREIWILLIGEN- MONITOR SCHWEIZ 2016 2016, Editions Seismo (www.editions-seismo.ch) ISBN: 978-3-03777-166-2,

Plus en détail

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats Avril 2014 FORUM SANTE ETUDIANTS Enquête 2013-2014 Rapport de résultats Candy Auclair Ingénieur Statisticien SSU Clermont-Ferrand Emeline Born Chargée de prévention SSU Clermont-Ferrand Anne Perreve Médecin

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière

La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière Résultats de l Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) 2010-2011 André

Plus en détail

Epidémiologie des addictions en Martinique : quelles consommations, quel profil des usagers?

Epidémiologie des addictions en Martinique : quelles consommations, quel profil des usagers? Epidémiologie des addictions en Martinique : quelles consommations, quel profil des usagers? Dr Sylvie MERLE Observatoire de la santé de la Martinique Journée territoriale santé 27 janvier 2017 Besoin

Plus en détail

Feuille-info. (Loi sur les auberges et les débits de boissons du 26 mars 2002)

Feuille-info. (Loi sur les auberges et les débits de boissons du 26 mars 2002) Evaluation du degré de respect des clauses d âge pour la remise d alcool aux mineurs dans le canton de Vaud : résultats des achats-tests menés à l été 2011 (Loi sur les auberges et les débits de boissons

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table ronde. sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté. et visite de l association ADAGE

DOSSIER DE PRESSE. Table ronde. sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté. et visite de l association ADAGE DOSSIER DE PRESSE Table ronde sur l insertion professionnelle des femmes en difficulté et visite de l association ADAGE Lundi 07 mars 2016 SOMMAIRE L ASSOCIATION ADAGE 4 ADAGE, une association au service

Plus en détail

Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché

Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché La veille économique et les études de marché ont pour but d avoir accès à des données qui facilitent les décisions commerciales.

Plus en détail

Partenaires issus des milieux communautaires, publics et privés. Goyette et al.,

Partenaires issus des milieux communautaires, publics et privés. Goyette et al., Favoriser l accessibilité aux services en dépendance des hommes qui ont des relations sexuelles avec d autres hommes par le recours à une intervention brève en ligne Mathieu Goyette, professeur, Université

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

Enquête sur la. fréquentant des lieux de drague HSH à Genève et dans ses environs

Enquête sur la. fréquentant des lieux de drague HSH à Genève et dans ses environs Enquête sur la santé des hommes fréquentant des lieux de drague HSH à Genève et dans ses environs PARC LAC Groupe sida Genève Enquête sur la santé des hommes fréquentant des lieux de drague HSH à Genève

Plus en détail

Le bac mis en examen Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde etrtl. Avril 2013

Le bac mis en examen Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde etrtl. Avril 2013 Le bac mis en examen Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde etrtl Avril 2013 Chaque année, c est la même course contre la montre pour des milliers d élèves qui veulent être prêts le jour J, celui

Plus en détail

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00

L Observatoire des Achats Responsables. Novembre 2011. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 L Observatoire des Achats Responsables Vague 3 Novembre 2011 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie et structure de l échantillon page 2 Méthodologie de l

Plus en détail

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats Septembre 2016 FORUM SANTE ETUDIANTS Enquête 2015-2016 Rapport de résultats Candy Guiguet-Auclair Ingénieur Statisticien SSU Clermont-Ferrand Emeline Born Chargée de prévention SSU Clermont-Ferrand Anne

Plus en détail

Sexualité et santé sexuelle des consultants en CDAG-CIDDIST: un retour d'expérience

Sexualité et santé sexuelle des consultants en CDAG-CIDDIST: un retour d'expérience Sexualité et santé sexuelle des consultants en CDAG-CIDDIST: un retour d'expérience Frédéric Merson, psychologue Emilie Dubots, interne en santé publique et médecine sociale Dispensaire Emile Roux CEGIDD63

Plus en détail

Dossier. Figure I Pourcentage de dentistes selon le taux de satisfaction à l exercice de la profession. J.P. Lussier, DDS, PhD et M.

Dossier. Figure I Pourcentage de dentistes selon le taux de satisfaction à l exercice de la profession. J.P. Lussier, DDS, PhD et M. J.P. Lussier, DDS, PhD et M. Benigeri, PhD Les dentistes du Québec portent jugement sur la situation actuelle et sur les difficultés à prévoir dans un proche avenir Résultats du sondage de l ODQ de 2006

Plus en détail

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats

FORUM SANTE ETUDIANTS. Enquête Rapport de résultats Août 2015 FORUM SANTE ETUDIANTS Enquête 2014-2015 Rapport de résultats Candy Auclair Ingénieur Statisticien SSU Clermont-Ferrand Emeline Born Chargée de prévention SSU Clermont-Ferrand Anne Perreve Médecin

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET CONDUITES A RISQUE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET CONDUITES A RISQUE SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET CONDUITES A RISQUE Marc SHELLY Médecin de santé publique, responsable du CDAG de l hôpital l Fernand-Widal (AP-HP) David MOREAU, Ingénieur de Recherche, Association AREMEDIA Pascale

Plus en détail

Étudiants! Comment vous SANTÉ-vous? L Enquête de référence sur la santé des étudiants en France et en BRETAGNE et pays de la loire

Étudiants! Comment vous SANTÉ-vous? L Enquête de référence sur la santé des étudiants en France et en BRETAGNE et pays de la loire meba santé 2011 7 E ÉDITION Étudiants! Comment vous SANTÉ-vous? L Enquête de référence sur la santé des étudiants en France et en BRETAGNE et pays de la loire Facilite la vie étudiante Une enquête révélatrice

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales 1 / Historique de la démarche, contexte et motivations Le but Première

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

Selon l EQSP, plus de la moitié (54 %) de la population des 15 ans et plus de la région se perçoit en excellente ou très bonne santé.

Selon l EQSP, plus de la moitié (54 %) de la population des 15 ans et plus de la région se perçoit en excellente ou très bonne santé. 1 2 Selon l EQSP, plus de la moitié (54 %) de la population des 15 ans et plus de la région se perçoit en excellente ou très bonne santé. 12 % de la population considère sa santé passable ou mauvaise.

Plus en détail

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir Web Japan http://web-japan.org/ L EMPLOI Surmonter les obstacles de l avenir Quartier des affaires du centre ville (Crédit photo : AFLO) Le système d emploi japonais a joué un rôle essentiel dans la forte

Plus en détail

Chapitre 5. Impacts sur les prestataires actifs de l assurance-emploi

Chapitre 5. Impacts sur les prestataires actifs de l assurance-emploi Chapitre 5 Impacts sur les prestataires actifs de 5.1 Ensemble des prestataires actifs de Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 1 160 (35 %) étaient des prestataires actifs

Plus en détail

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment

GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont rendus dans une MJD de leur propre initiative estiment INFOSTAT JUSTICE Mars 11 Numéro 113 Bulletin d information statistique Les Maisons de Justice et du Droit et leurs usagers V. Carrasco, O.Timbart * GLOBALEMENT, près de la moitié des usagers qui se sont

Plus en détail

Le bénévolat aujourd hui

Le bénévolat aujourd hui Le bénévolat aujourd hui Enjeux individuels et collectifs Juin 2015 Cécile BAZIN Marie DUROS - Jacques MALET Recherches & Solidarités Un réseau associatif d experts et d universitaires : Sans but lucratif,

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie

L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie L ÉCONOMIE SOCIALE en Jamésie LA JAMÉSIE La région administrative Nord-du-Québec, créée en 1987, couvre plus de la moitié du territoire québécois, soit près de 840 000 km². La Jamésie, partie sud de la

Plus en détail

Incidences des lois infractions de la circulation (toute la série 700) moins de 5 000 $ 5 000 $ et plus

Incidences des lois infractions de la circulation (toute la série 700) moins de 5 000 $ 5 000 $ et plus Incidences des lois La modification de la législation et les changements apportés en conséquence au classement des infractions créent une discontinuité dans le dossier historique de certaines infractions

Plus en détail

Facteurs de risque de transmission de la syphilis, une étude cas-témoins

Facteurs de risque de transmission de la syphilis, une étude cas-témoins COREVIH, 20/10/2011 Facteurs de risque de transmission de la syphilis, une étude cas-témoins Karen Champenois 1,2, Anthony Cousien 2, Bakhao Ndiaye 3, Yougoudou Soukouna 3, Véronique Baclet 4, Isabelle

Plus en détail

Enquête de satisfaction auprès des praticiens du canton de Genève. Rapport d analyse

Enquête de satisfaction auprès des praticiens du canton de Genève. Rapport d analyse Enquête de satisfaction auprès des praticiens du canton de Genève Rapport d analyse Dr. Philippe Vandeplas, Genève-médecins (GEMED) Matthias Brunner, DataDoxa Janvier 2008 v.8 Table des matières I. Introduction...

Plus en détail

Etude SyphilIST. Charles CAZANAVE. MCU-PH Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin

Etude SyphilIST. Charles CAZANAVE. MCU-PH Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Etude SyphilIST Charles CAZANAVE MCU-PH Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Points essentiels Syphilis - Treponema pallidum (spirochète) - Contamination directe, contagiosité

Plus en détail

Les violences psychologiques au sein des couples

Les violences psychologiques au sein des couples Politique Juin 2005 Les violences psychologiques au sein des couples Ce sondage est réalisé pour Publié dans le lundi 20 juin 2005 LEVEE D EMBARGO LE DIMANCHE 19 JUIN 2005-10 HEURES Contact BVA : Jérôme

Plus en détail

SANTÉ DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE LIÉ À L ÉTAT DE SANTÉ ET AU HANDICAP 3 jours (21 h). CODE SAN1 Travailleurs sociaux, professionnels de santé, cadres en charge de l application du droit du travail, délégués

Plus en détail

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde.

Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. ETUDE PERSONNELLE : Thyroïdectomie et prise de poids Plusieurs millions de Français présentent des dysfonctionnements de leur thyroïde. Cette glande s apparente à notre «Bouclier du bien-être» quotidien

Plus en détail

8. État dépressif, conduite suicidaire et discriminations homophobes Rédigé par Annie Velter

8. État dépressif, conduite suicidaire et discriminations homophobes Rédigé par Annie Velter 8. État dépressif, conduite suicidaire et discriminations homophobes Rédigé par Annie Velter Les points clés 49 % des répondants déclarent avoir eu une dépression au cours de leur vie, pour 16 % d entre

Plus en détail

La santé mentale et les comportements à risque des jeunes adultes en milieu universitaire

La santé mentale et les comportements à risque des jeunes adultes en milieu universitaire La santé mentale et les comportements à risque des jeunes adultes en milieu universitaire FORUM PROVINCIAL À NOTRE SANTÉ EN FRANÇAIS! LE 4 NOVEMBRE 2016 CANAD INNS POLO PARK, WINNIPEG, MANITOBA La santé

Plus en détail

émunération et carrière

émunération et carrière Rémunération des fonctionnaires fédéraux Comparaison avec le secteur privé et le secteur public Édition : mars 2016 Document réalisé par l équipe politique de rémunération et de carrière Table des matières

Plus en détail

Etude Inserm et Ined sur la sexualité des Français publiée(2008) 4% des femmes et 4,1 % des hommes de 18 à 69 ans déclarent avoir déjà eu des

Etude Inserm et Ined sur la sexualité des Français publiée(2008) 4% des femmes et 4,1 % des hommes de 18 à 69 ans déclarent avoir déjà eu des COREVIH NOUVELLE AQUITAINE - 12 décembre 2016 Etude Inserm et Ined sur la sexualité des Français publiée(2008) 4% des femmes et 4,1 % des hommes de 18 à 69 ans déclarent avoir déjà eu des pratiques sexuelles

Plus en détail

Observatoire des migrations internationales ouest-africaines. L Afrique de l ouest, un espace de fortes mobilités

Observatoire des migrations internationales ouest-africaines. L Afrique de l ouest, un espace de fortes mobilités Observatoire des migrations internationales ouest-africaines Perspectives et enjeux Pourtant, L Afrique de l ouest, un espace de fortes mobilités les données disponibles sur les migrations internationales

Plus en détail

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ DANS LES QUARTIERS POPULAIRES

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ DANS LES QUARTIERS POPULAIRES L ENTREPRENEURIAT FÉMININ DANS LES QUARTIERS POPULAIRES ANALYSES AUTOUR DE L OBJECTIF DE 40 % DE FEMMES PARMI LES CRÉATEURS D ENTREPRISE RÉSIDENTS DES QUARTIERS DE LA GÉOGRAPHIE PRIORITAIRE Isabelle VAN

Plus en détail

Jeunes hommes de minorités sexuelles et usage de pornographie

Jeunes hommes de minorités sexuelles et usage de pornographie Jeunes hommes de minorités sexuelles et usage de pornographie Portrait comparatif entre grande région métropolitaine et autres régions au Québec par Mariève Beauchemin Simon Corneau Dominic Beaulieu-Prévost

Plus en détail

ELEMENTS DE BILAN DU PCO POUR LA THEMATIQUE DE LA PREVENTION DES IST/SIDA

ELEMENTS DE BILAN DU PCO POUR LA THEMATIQUE DE LA PREVENTION DES IST/SIDA ELEMENTS DE BILAN DU PCO POUR LA THEMATIQUE DE LA PREVENTION DES IST/SIDA Intervention dans le cadre du Conseil Supérieur de Promotion de la Santé 17 novembre 2006 Vladimir Martens, Observatoire du Sida

Plus en détail

Résultats du «Net Gay Baromètre 2009»

Résultats du «Net Gay Baromètre 2009» Rencontres en ligne, Sexualité et Comportements à risque chez les internautes gays et bisexuels français Résultats du «Net Gay Baromètre 2009» mise en perspective au regard des 18*25 ans et des répondants

Plus en détail

emploi visibilité sur Internet Développer sa pour trouver un EYROLLES emploi & carrière Patrice de BROISSIA Laëtitia FERRER

emploi visibilité sur Internet Développer sa pour trouver un EYROLLES emploi & carrière Patrice de BROISSIA Laëtitia FERRER EYROLLES emploi & carrière Patrice de BROISSIA Laëtitia FERRER Développer sa visibilité sur Internet pour trouver un emploi Bâtir une stratégie de carrière, mener une recherche active 4 profils pour identifier

Plus en détail

SELON LA LANGUE D ENSEIGNEMENT

SELON LA LANGUE D ENSEIGNEMENT SELON LA LANGUE D ENSEIGNEMENT MISE EN CONTEXTE Les données présentées dans ce document sont tirées de l Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS). Cette enquête de grande envergure,

Plus en détail

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir.

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir. Septembre 2006 Volume 6, numéro 4 Prochaine publication Un rapport d analyse de données de l Enquête sur la population active portant sur les ressources humaines en science et technologie paraîtra au cours

Plus en détail

Les rapports de recherche de l ORDCS

Les rapports de recherche de l ORDCS Les rapports de recherche de l ORDCS N 5 Octobre 2014 Victimation et sentiment d insécurité sur le campus universitaire de Saint-Charles Pierre-Olivier WEISS Laurent MUCCHIELLI Emilie RAQUET TABLE DES

Plus en détail

FICHE N 18 : ÉVALUER LES PROCÉDURES DE RECRUTEMENT PAR LA MÉTHODE DU TESTING

FICHE N 18 : ÉVALUER LES PROCÉDURES DE RECRUTEMENT PAR LA MÉTHODE DU TESTING FICHE N 18 : ÉVALUER LES PROCÉDURES DE RECRUTEMENT PAR LA MÉTHODE DU TESTING De quoi s agit-il? Un test de discrimination consiste à proposer, pour un même emploi, deux candidatures ayant le même profil

Plus en détail

Livre blanc. 1Dclic vous éclaire sur les connaissances fondamentales à avoir pour développer votre visibilité sur Internet.

Livre blanc. 1Dclic vous éclaire sur les connaissances fondamentales à avoir pour développer votre visibilité sur Internet. Livre blanc 1Dclic vous éclaire sur les connaissances fondamentales à avoir pour développer votre visibilité sur Internet. Qui sommes-nous? 1Dclic est une entreprise créé en 2006 par Thierry Leprince,

Plus en détail

4 ème Journée du PEPS Aquitaine, Promotion de la santé 2.0

4 ème Journée du PEPS Aquitaine, Promotion de la santé 2.0 Intégration des outils numériques dans les actions en santé communautaire auprès des hommes ayant des relations avec d autres hommes et la communauté afro-caribéenne 4 ème Journée du PEPS Aquitaine, Promotion

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION STatistique et Informatique Décisionnelle Evaluation du Carrefour Départemental des Formations et des Métiers de la Vendée ENQUETE DE SATISFACTION AUBINEAU Charly, BARATANGE Benoît BARONQUEL Kévin et MAROLLEAU

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

L opinion des jeunes quant à leurs besoins de formation. Francine Lavoie et Caroline Thibodeau. École de psychologie, Université Laval

L opinion des jeunes quant à leurs besoins de formation. Francine Lavoie et Caroline Thibodeau. École de psychologie, Université Laval L opinion des jeunes quant à leurs besoins de formation Francine Lavoie et Caroline Thibodeau École de psychologie, Université Laval Subventionné par la Stratégie nationale sur la sécurité communautaire

Plus en détail

Pourquoi les IST sont-elles si fréquentes chez les gays???

Pourquoi les IST sont-elles si fréquentes chez les gays??? Pourquoi les IST sont-elles si fréquentes chez les gays??? Moins de protection? Ou... plus de partenaires? Le Multipartenariat C'est la cause essentielle VHB + Syphilis + condylomes = légionnaire? Ou gay?

Plus en détail

Baromètre santé - tabac

Baromètre santé - tabac Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Type de source : Enquête en population générale Type de substance considéré : Tabac Population concernée : Population générale

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE DANS L ECOLE

UN GYNECOLOGUE DANS L ECOLE 2014 UN GYNECOLOGUE DANS L ECOLE FRANCE Membre Fondateur du FSF CNGOF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues. Outre la pilule,

Plus en détail

Internet & le recrutement

Internet & le recrutement Internet & le recrutement côté candidat côté recruteur Ed. 2013-2014 Enquête sur l utilisation d Internet dans la recherche d emploi ou de candidats RECRUTEUR CANDIDAT Cadre de l enquête L enquête a permis

Plus en détail

éduscol Ressources enseignement moral et civique Dossier documentaire Séance 2 : le cas de l homophobie

éduscol Ressources enseignement moral et civique Dossier documentaire Séance 2 : le cas de l homophobie éduscol Ressources enseignement moral et civique Le constat des discriminations en raison de l homosexualité et les moyens pour lutter contre ces discriminations Séance n 2 : le cas de l homophobie Source

Plus en détail

Les usages sociosexuels d'internet de la population homo et bisexuelle française au risque du VIH.sida

Les usages sociosexuels d'internet de la population homo et bisexuelle française au risque du VIH.sida Léobon Signature numérique de Léobon DN : cn=léobon, c=fr, o=cnrs, ou=recherche, email=alain.leobon@mac.com Motif : Je suis l'auteur de ce document Lieu : Montreal (Canada) - Nantes (France) Date : 2005.07.10

Plus en détail

Portrait statistique de la population d origine ethnique bengali recensée au Québec en 2006

Portrait statistique de la population d origine ethnique bengali recensée au Québec en 2006 Portrait statistique de la population d origine ethnique bengali recensée au Québec en 2006 Ces portraits statistiques ont été réalisés par la Direction de la recherche et de l analyse prospective du ministère

Plus en détail

Pascale Leclerc. Relations sexuelles à risque chez les. drogues par injection : données du Réseau SurvUDI

Pascale Leclerc. Relations sexuelles à risque chez les. drogues par injection : données du Réseau SurvUDI Relations sexuelles à risque chez les hommes et les femmes qui utilisent des drogues par injection : données du Réseau SurvUDI Pascale Leclerc 28 e rencontre nationale des intervenant(e)s en réduction

Plus en détail

TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010

TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010 TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010 Séance préparée par les tuteurs de l UE4 Sauf mention contraire, les tests sont réalisés en bilatéral avec α=5% QCM n 1 : Concernant

Plus en détail

Rencontre en ligne et comportements à risque chez les HARSAH au Québec.

Rencontre en ligne et comportements à risque chez les HARSAH au Québec. Rencontre en ligne et comportements à risque chez les HARSAH au Québec. Écrit par A. Léobon, M.C. Drouin Réalisée par David Guilmette Mise en forme par Justin Sirois-Marcil Référence complète de l'étude

Plus en détail

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ Table des matières COÛT DE LOCATION DES TERRES AGRICOLES EN ESTRIE 2015... 3 MÉTHODOLOGIE...3 STATISTIQUES SUR LES RÉPONDANTS ET LES LOCATIONS...4 COÛTS DE LOCATION FAITS SAILLANTS...5 PRÉSENTATION DES

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

Le travail rémunéré des étudiants à temps plein au Saguenay Lac-Saint-Jean Rapport synthèse de trois études de cas

Le travail rémunéré des étudiants à temps plein au Saguenay Lac-Saint-Jean Rapport synthèse de trois études de cas Le travail rémunéré des étudiants à temps plein au Saguenay Lac-Saint-Jean Rapport synthèse de trois études de cas Réalisé par le Conseil régional de prévention de l abandon scolaire On peut obtenir des

Plus en détail

La charte de la visite médicale signée entre le CEPS et le LEEM, la procédure de certification de conformité à la charte établie par la HAS

La charte de la visite médicale signée entre le CEPS et le LEEM, la procédure de certification de conformité à la charte établie par la HAS Haute autorité de santé Service qualité de l information médicale : la certification de la visite médicale La loi de 2004 créant la Haute Autorité de santé charge cette dernière d établir une procédure

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi.

La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi. La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi. Notre culture véhicule un certain nombre d idées qui prétendent que nous sommes importants si nous sommes autonomes, sportifs, «beaux et lisses»,

Plus en détail

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010 Dares Analyses MARS 2013 N 015 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les salariés effectuant des heures rémunérées en 2010 En 2010, 49 % des salariés

Plus en détail

& conduites à risque chez l adulte

& conduites à risque chez l adulte ABUS SEXUEL DANS L ENFANCE CHEZ LES HSH ET BISEXUELS & conduites à risque chez l adulte Résultats préliminaires (2006) Un facteur de vulnérabilité inédit vis-à-vis de la sexualité à risque et de l abus

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1 AJOUT CATALOGUE SOMMAIRE SANTE ET TRAVAIL Page 3 ÉTUDE DIAGNOSTIC DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE

Plus en détail

Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec Enquête sur la santé et le bien être des jeunes du secondaire de la Mauricie et du Centre du Québec RLS Arthabaska et de l Érable Rapport de l enquête 7 L Enquête sur la santé et le bien être des jeunes

Plus en détail

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Conférence de Presse 29 novembre 2010 Une campagne pour inciter au dépistage L Institut national de prévention et d éducation pour la santé

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LA SITUATION DES FEMMES AU CANADA : SOMMAIRE STATISTIQUE

COUP D ŒIL SUR LA SITUATION DES FEMMES AU CANADA : SOMMAIRE STATISTIQUE COUP D ŒIL SUR LA SITUATION DES FEMMES AU CANADA : SOMMAIRE STATISTIQUE COUP D ŒIL SUR LA SITUATION DES FEMMES AU CANADA : SOMMAIRE STATISTIQUE 1. Papier français/anglais ISBN : 978-1-100-54351-2 SW21-160/2012

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLIITIIQUE SUR LA PRÉVENTIION ET LA GESTIION DES CONFLIITS,, DU HARCÈLEMENT ET DE LA VIIOLENCE EN MIILIIEU DE TRAVAIIL Adoptée par le conseil d administration le 22.06.2004

Plus en détail

Aimer son travail : une stratégie efficace pour équilibrer la vie professionnelle et la vie privée?

Aimer son travail : une stratégie efficace pour équilibrer la vie professionnelle et la vie privée? Aimer son travail : une stratégie efficace pour équilibrer la vie professionnelle et la vie privée? par Judith A. Frederick et Janet E. Fast De nombreux Canadiens sont d avis qu ils manquent tout simplement

Plus en détail

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Conférence de Presse 29 novembre 2010 Une campagne pour inciter au dépistage L Institut national de prévention et d éducation pour la santé

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens

Plus en détail

Science, technologie et innovation en bref

Science, technologie et innovation en bref SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Science, technologie et innovation en bref Novembre 2017 Les achats des internautes québécois Marianne Bernier, économiste Les données

Plus en détail

Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne. Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern.

Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne. Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern. Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Sozialamt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des affaires sociales Rathausgasse 1 311 Berne Tél. +41

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN CONDITIONS HIVERNALES 2012-2013

ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN CONDITIONS HIVERNALES 2012-2013 www.som.ca MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3 e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/081 DÉLIBÉRATION N 14/038 DU 3 JUIN 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU CENTRE

Plus en détail

Guide pratique : Facebook

Guide pratique : Facebook 1 Guide pratique : Facebook Qu est-ce que Facebook? 1 er réseau social actif Publier des informations diverses : photographies, liens, textes... Se faire connaître du grand public (consommateurs finaux)

Plus en détail

Egalité pour les personnes handicapées

Egalité pour les personnes handicapées 20 Situation économique et sociale de la population 1229-1100 Egalité pour les personnes Principaux résultats Neuchâtel, 2011 Egalité pour les personnes Depuis 1999, le principe de l égalité entre personnes

Plus en détail