Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9"

Transcription

1 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU

2 TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens principaux...4 Genre de ménage...5 Mobilité des ménages...5 Type de construction et âge du soutien principal...6 Type et période de construction...6 Besoins de réparations des logements...7 Groupe d âge et hypothèque...8 Genre de ménage et hypothèque...8 Coûts et abordabilité...9 Population, ménages et logements en location...10 Logements en location...10 Âge des soutiens principaux...10 Genre de ménage...11 Mobilité des ménages...11 Type de construction et âge du soutien principal...12 Type et période de construction...13 Besoins de réparations des logements...14 Coûts et abordabilité...15 Aperçu du sondage...16 Avis au lecteur : À moins d avis contraire, toutes les données présentées proviennent des recensements de Statistique Canada et portent sur les logements privés occupés. En raison des arrondissements effectués par Statistique Canada, certains totaux ne sont pas nécessairement égaux à la somme des parties.

3 Profil de l habitation 3 Présentation L habitation est une composante incontournable de la qualité de vie et du bien-être des citoyens et une préoccupation importante dans l ensemble des activités municipales. À ce titre, la connaissance des caractéristiques du parc de logement ainsi que celles des personnes qui y résident est un atout réel pour la compréhension des conditions de logement des ménages sur le territoire gatinois. D ailleurs, dans le but de permettre une offre équilibrée et diversifiée en habitation aux Gatinois, les plans d action annuels de la politique d habitation prévoient la production et la diffusion de profils sociodémographiques. C est dans ce cadre que ce portrait de l habitation a été développé. Il constitue le volume 3 du Portrait de Gatineau, série de volumes visant à fournir une description factuelle de divers aspects de la ville dans le but de mieux la faire connaître par une multitude d acteurs. Les premières étapes de réalisation de ce portrait ont été entreprises dans le cadre d une démarche régionale coordonnée par la Conférence régionale des élus de l Outaouais (CRÉO). Des profils exhaustifs de la région de l Outaouais, de la ville de Gatineau et des quatre municipalités régionales de comté (MRC) ont alors été produits 1. La première partie de ce portrait de l habitation présente des données clés sur l ensemble des villages urbains et des milieux de vie champêtre qui composent la ville de Gatineau. Principales sources de données quantitatives, les recensements de Statistique Canada de 1991 à 2006 ont essentiellement été exploités. Quelques données tirées du plus récent recensement de 2011 sont présentées, mais une publication prochaine, en accord avec les dates diffusions de l institution, fera un portrait à jour de l habitation à Gatineau. Seize documents individuels présentant distinctement les caractéristiques des ménages propriétaires et locataires ainsi que celles du parc immobilier sont également publiés pour chacun des villages urbains. Ils mettent également en évidence les faits saillants d un sondage téléphonique réalisé dans le cadre de la démarche régionale afin de souligner certains défis locaux. 1 Ces profils sont le résultat d une collaboration entre la CRÉO, les quatre MRC, la Société d habitation du Québec et la Ville de Gatineau. Pour les consulter :

4 POPULATION, MÉNAGES ET LOGEMENTS EN PROPRIÉTÉ Logements en propriété En 2006, 25 % des logements du village étaient occupés par un propriétaire comparativement à 23 % en 2001, pour une augmentation de 13 % du nombre de propriétaires. Le est le village urbain qui compte la plus faible part de ménages propriétaires. Pour la ville, cette part est respectivement de 64 et 59 % pour une hausse de 18 %. Âge des soutiens principaux À une proportion inférieure à celle de la ville (52 %), quelque 39 % des résidences du village sont occupées par un propriétaire âgé de 35 à 54 ans. L âge médian des principaux soutiens est de 54,5 ans comparativement à 48,9 ans pour la ville. Le principal soutien fait référence à la première personne dans le ménage qui effectue le paiement de l hypothèque, des taxes ou de l électricité, etc. Logements occupés par le propriétaire,, 2001 et 2006 Principaux soutiens propriétaires selon le groupe d âge,, % 11 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans % 18 % 35 à 44 ans 45 à 54 ans % 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus

5 Profil de l habitation 5 Genre de ménage Mobilité des ménages À une proportion inférieure à celle de la ville (8), quelque 59 % des ménages propriétaires de ce village urbain sont des ménages familiaux. Environ le quart d entre eux sont des couples sans enfants tandis que près de 4 sont des ménages d une seule personne comparativement à 18 % pour la ville. À une proportion similaire à celle de la ville (64 %), quelque 67 % des soutiens principaux propriétaires du village n ont pas changé d adresse entre 2001 et Ceux qui ont déménagé l ont fait essentiellement en provenance d autres villages de la ville. Le genre de ménage fait référence à la catégorie à laquelle appartiennent une personne vivant seule ou un groupe de personnes occupant un même logement. On distingue deux catégories : les ménages familiaux et les ménages non familiaux. La mobilité fait référence au lieu où résidait le soutien principal du ménage cinq années avant le recensement. Ménages propriétaires selon le genre,, 2006 Mobilité des soutiens principaux propriétaires entre 2001 et 2006, Ménages propriétaires Ménages familiaux Comptant un couple sans enfants Comptant un couple avec enfants Comptant une famille monoparentale Autres ménages familiaux Ménages non familiaux Comptant une seule personne Comptant deux personnes ou plus N Gatineau % N % 8 27 % 38 % 1 4 % 2 18 % 2 % % 27 % 1 4 % 41 % 38 % 3 % 8 % 6 % 2 % 67 % Ménages n ayant pas déménagé Ménages ayant déménagé à l intérieur de la ville Ménages en provenance d ailleurs au Québec Ménages en provenance d une autre province Ménages en provenance d un autre pays

6 6 Profil de l habitation Type de construction et âge du soutien principal Environ le tiers des logements du village dans lesquels le propriétaire réside sont des maisons individuelles non attenantes comparativement à 61 % pour la ville. Le quart des propriétaires du village résident dans des immeubles de cinq étages ou plus; cette part est seulement de 2 % pour la ville. En fonction du type de construction, la représentation des groupes d âge du soutien principal peut varier considérablement. Type et période de construction À une proportion supérieure à celle de la ville (48 %), environ les trois quarts des logements du village dans lesquels le propriétaire réside ont été construits avant La majorité de ces constructions étaient des maisons individuelles. Depuis lors, les types de construction ont varié selon les périodes. Les immeubles de plus de cinq étages ont compté pour près de huit constructions sur dix au cours des années 1980; au cours des années 1990, les duplex ont compté pour environ la moitié des constructions et cette part est occupée entre 2001 et 2006 par les immeubles de moins de cinq étages. Logements en propriété selon le type de construction et le groupe d âge du soutien principal,, 2006 Logements en propriété selon le type de construction et la période de construction,, 2006 Tous les logements () 11 % 18 % 21 % % Tous les logements () 32 % 5 % 21 % 24 % Maison individuelle non attenante (32 %) Maison jumelée (5 %) Maison en rangée (2 %) Appartement, duplex (21 %) Appartement, immeuble de moins de cinq étages () Appartement, immeuble de cinq étages ou plus (24 %) Moins de 25 ans 8 % 21 % 19 % % 1 12 % 12 % 18 % 24 % 67 % 16 % 22 % 14 % 18 % 12 % 15 % 13 % 18 % 25 % 16 % 13 % à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 33 % 19 % 12 % 24 % 11 % 8 % 9 % 27 % 19 % 15 % 2 45 à 54 ans Avant 1981 (74 %) De 1981 à 1990 () De 1991 à 2000 (5 %) De 2001 à 2006 (4 %) Maison individuelle non attenante Appartement, duplex 12 % 24 % 13 % 4112 %% 6 % 79 % Maison jumelée 5 Appartement, immeuble de moins de cinq étages 25 % 15 % 13 % 47 % 18 % 38 % Maison en rangée Appartement, immeuble de cinq étages ou plus

7 Population, ménages et logements en propriété 7 Besoins de réparations des logements Par opposition à l entretien régulier ou aux réparations mineures, les réparations majeures sont nécessaires lorsque la plomberie ou l installation électrique est défectueuse ou lorsque des travaux doivent être effectués sur la charpente des murs, des planchers ou des plafonds. Logements possédés nécessitant des réparations majeures selon le type de logement,, 2006 Logements possédés Logements possédés nécessitant des réparations majeures Réparations majeures selon le type de construction Maison individuelle non attenante Maison jumelée Maison en rangée Appartement, duplex Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus Autres N Gatineau % N % 6 % 62 % 9 % 6 % 11 % 9 % 2 % 1 % % 6 % 25 % 14 % 33 % En 2006, 180 logements, soit 1 des logements possédés nécessitaient des réparations majeures, une part supérieure à celle de la ville (6 %). La majorité des logements ayant besoin de réparations majeures sont les immeubles de cinq étages ou plus, les duplex et les maisons individuelles.

8 8 Profil de l habitation Groupe d âge et hypothèque Dans une proportion inférieure à celle de la ville (68 %), 6 des propriétaires assument une hypothèque. La charge d une hypothèque peut varier considérablement en fonction du groupe d âge. Les personnes des plus jeunes groupes d âge sont plus nombreuses parmi les propriétaires payant une hypothèque. Parmi ceux n en ayant plus, quelque 36 % ont 75 ans et plus. Genre de ménage et hypothèque Quel que soit le statut de présence d une hypothèque, les ménages familiaux sont les plus représentés bien que ceux d une personne occupent une part prépondérante. Ils comptent pour environ 38 et 48 % des ménages selon la présence d une hypothèque comparativement à 16 et 24 % pour la ville. Ménages propriétaires selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque,, 2006 Genre de ménage selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque,, 2006 Tous les ménages () 11 % 18 % 21 % 2 12 % Tous les ménages () 44 % 1 38 % 8 % Avec une hypothèque (6) 25 % 25 % 19 % 8 % Avec une hypothèque (6) 43 % 9 % 38 % 1 Sans hypothèque (4) 8 % 14 % 2 18 % 36 % Sans hypothèque (4) 47 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 45 à 54 ans Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une seule personne Ménages comptant une famille monoparentale Autres ménages

9 Population, ménages et logements en propriété 9 Coûts et abordabilité Les propriétaires du village dépensaient en moyenne 941 $ par mois en 2006, soit 2 % de moins que ceux de l ensemble de la ville. Cependant, à une proportion supérieure à celle de la ville (12 %), 24 % d entre eux consacraient au moins 3 de leur revenu aux dépenses de propriété. Cette part est plus importante au sein Ménages propriétaires consacrant au moins 3 de leur revenu aux coûts d habitation selon le genre et la présence d une hypothèque,, 2006 des ménages ayant une charge hypothécaire. Ces derniers sont surtout composés de personnes seules. Des différences liées à la part de revenu consacrée aux dépenses de propriété sont également observables selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque. L abordabilité mesure la part du revenu que consacre un ménage aux frais de logement. Un logement est abordable si le ménage qui l occupe y consacre moins de 3 de son revenu avant impôt. Cependant, tous les ménages consacrant plus de 3 de leur revenu au logement n éprouvent pas nécessairement des problèmes d abordabilité. C est notamment le cas des ménages ayant un revenu élevé. Ménages propriétaires consacrant au moins 3 de leur revenu aux coûts d habitation selon le groupe d âge du soutien principal et la présence d une hypothèque,, 2006 Tous les ménages (24 %) 25 % 16 % 53 % 6 % Tous les ménages (24 %) 9 % 24 % 13 % 2 16 % 16 % Avec une hypothèque (33 %) 27 % 49 % 7 % Avec une hypothèque (33 %) 11 % 27 % 16 % 21 % 16 % 6 % Sans hypothèque (11 %) 18 % 12 % 71 % Sans hypothèque (11 %) 12 % 12 % 18 % 59 % Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une seule personne Ménages comptant une famille monoparentale Autres ménages Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 45 à 54 ans

10 POPULATION, MÉNAGES ET LOGEMENTS EN LOCATION Logements en location En 2006, 75 % des logements du village étaient occupés par un locataire comparativement à 77 % en 2001, pour une variation nulle du nombre des locataires. Le est le village urbain qui compte la plus importante part de ménages locataires. Pour la ville, cette part est respectivement de 36 et de 41 % pour une baisse de 4 %. Âge des soutiens principaux À l instar de la ville, 6 des locataires sont âgés de 25 à 54 ans et 16 % ont 65 ans et plus. L âge médian des principaux soutiens du village en location est de 42,3 ans comparativement à 43,9 ans pour la ville. Le principal soutien fait référence à la première personne dans le ménage qui effectue le paiement du loyer, de l électricité et des autres charges. Nombre de ménages occupés par un locataire,, 2001 et 2006 Principaux soutiens locataires selon le groupe d âge,, % 8 % 12 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans % 24 % 35 à 44 ans 45 à 54 ans à 64 ans 65 à 74 ans 19 % 75 ans et plus

11 Profil de l habitation 11 Genre de ménage Mobilité des ménages Quelque 39 % des ménages en location du village sont des ménages familiaux, comparativement à 48 % à Gatineau. Les ménages locataires d une seule personne représentent 53 % de tous les ménages locataires comparativement à 46 % à Gatineau. Un ménage locataire sur dix du village est composé d une famille monoparentale. Quelque 42 % des soutiens principaux en location dans le village n ont pas changé d adresse entre 2001 et 2006, une part supérieure à celle de la ville (38 %). La grande majorité d entre eux a donc changé d adresse, la plupart au sein même de la ville. Le genre de ménage fait référence à la catégorie à laquelle appartiennent une personne vivant seule ou un groupe de personnes occupant un même logement. On distingue deux catégories : les ménages familiaux et les ménages non familiaux. La mobilité fait référence au lieu où résidait le soutien principal du ménage cinq années avant le recensement. Ménages locataires selon le genre,, 2006 Mobilité des soutiens principaux locataires entre 2001 et 2006, Ménages locataires Ménages familiaux Comptant un couple sans enfants Comptant un couple avec enfants Comptant une famille monoparentale Autres ménages familiaux Ménages non familiaux Comptant une seule personne Comptant deux personnes ou plus N Gatineau % N % 48 % 13 % 15 % 3 % 52 % 46 % 6 % % 11 % 1 2 % 61 % 53 % 8 % 5 % 9 % 11 % 32 % 42 % Ménages n ayant pas déménagé Ménages ayant déménagé à l intérieur de la ville Ménages en provenance d ailleurs au Québec Ménages en provenance d une autre province Ménages en provenance d un autre pays

12 12 Profil de l habitation Type de construction et âge du soutien principal Environ la moitié des logements en location du village sont situés dans des immeubles de moins de cinq étages comparativement à 6 pour Gatineau. À une proportion supérieure à celle de la ville (14 %), quelque 26 % des logements sont situés dans des immeubles de cinq étages ou plus. En fonction du type de construction, la représentation des groupes d âge du soutien principal peut varier considérablement. Logements en location selon le type de construction et le groupe d âge du soutien principal,, 2006 Tous les logements () Maison individuelle non attenante (2 %) Maison jumelée (2 %) Maison en rangée (9 %) Appartement, duplex (13 %) Appartement, immeuble de moins de cinq étages (48 %) Appartement, immeuble de cinq étages ou plus (26 %) 12 % 24 % 19 % 12 % 8 % 8 % 25 % 13 % % 13 % 21 % 21 % 38 % 21 % 11 % 11 % 37 % 18 % 14 % 5 % 25 % 24 % 2 5 % 5 % 13 % 29 % 19 % 18 % 11 % 7 % 9 % 11 % 12 % 14 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus

13 Population, ménages et logements en location 13 Type et période de construction La majorité des logements en location du village (76 %) ont été construits avant 1981 comparativement à 62 % pour Gatineau. Les appartements en location dans les immeubles de moins de cinq étages et de plus de cinq étages constituent les deux principaux types de construction, quelle que soit la période considérée; ils comptent d ailleurs pour plus de 7 des constructions. Logements en location selon le type de construction et la période de construction,, 2006 Tous les logements () 9 % 13 % % 26 % Maison individuelle non attenante Maison jumelée Avant 1981 (76 %) 8 % 13 % % 21 % Maison en rangée De 1981 à 1990 (13 %) De 1991 à 2000 (6 %) De 2001 à 2006 (5 %) 18 % 5 % 36 % 4 23 % 35 % 35 % 6 % 44 % Appartement, duplex Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus

14 14 Profil de l habitation Besoins de réparations des logements Par opposition à l entretien régulier ou aux réparations mineures, les réparations majeures sont nécessaires lorsque la plomberie ou l installation électrique est défectueuse ou lorsque des travaux doivent être effectués sur la charpente des murs, des planchers ou des plafonds. Logements en location nécessitant des réparations majeures selon le type de logement,, 2006 Logements en location Logements loués nécessitant des réparations majeures Réparations majeures selon le type de construction Maison individuelle non attenante Maison jumelée Maison en rangée Appartement, duplex Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus Autres N Gatineau % N % 9 % 7 % 3 % 9 % 1 62 % 9 % % 6 % 44 % 5 En 2006, 265 logements en location nécessitaient des réparations majeures, soit 5 % des logements du village, une part inférieure à celle de la ville (9 %). La quasi-totalité des logements ayant besoin de réparations majeures se situent dans des immeubles de plus ou de moins de cinq étages.

15 Population, ménages et logements en location 15 Coûts et abordabilité Les locataires du village dépensaient en moyenne 620 $ par mois en 2006, soit 8 % de moins que l ensemble des locataires de la ville. Toutefois, ménages locataires, soit 37 % d entre eux, dépensaient au moins 3 de leur revenu aux coûts de logement, une part similaire à celle de la ville (36 %). Par ailleurs, environ la moitié de ces ménages (965) consacrent eux 5 ou plus de leur revenu à ces coûts. Quelque 63 % des ménages locataires consacrant plus de 3 de leur revenu aux coûts de logement sont des ménages d une seule personne. Pour la ville, cette part est de 59 %. Les autres types de ménages sont des familles monoparentales ou des couples. À une proportion similaire à celle de la ville (16 %), 15 % des ménages locataires consacrant au moins 3 de leur revenu au loyer ont un soutien âgé de 35 à 44 ans. Quelque 19 % de ces principaux soutiens sont âgés de 65 ans et plus, comparativement à 22 % à Gatineau. L abordabilité mesure la part du revenu que consacre un ménage aux frais de logement. Un logement est abordable si le ménage qui l occupe y consacre moins de 3 de son revenu avant impôt. Cependant, tous les ménages consacrant plus de 3 de leur revenu au logement n éprouvent pas nécessairement des problèmes d abordabilité. C est notamment le cas des ménages ayant un revenu élevé. Ménages locataires consacrant plus de 3 de leur revenu au loyer selon le genre,, 2006 Ménages locataires consacrant plus de 3 de leur revenu au loyer selon le groupe d âge du soutien principal,, % 8 % 18 % 1 Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une famille monoparentale Ménages comptant une seule personne Autres ménages 9 % 1 13 % 15 % 15 % 18 % 2 Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus

16 APERCU Ç DU SONDAGE Dans le cadre de la démarche régionale de production d un portrait de l habitation, un sondage a été réalisé en avril 2011 auprès d environ ménages de la région. De ce nombre, quelque 800 ménages gatinois ont été rejoints. En plus de fournir quelques caractéristiques démographiques et socioéconomiques des répondants, cet aperçu présente les caractéristiques des répondants ainsi que les changements futurs, liés à l habitation, anticipés par ces derniers. Caractéristiques démographiques et socioéconomiques 50 ménages ont été rejoints dans le village urbain. Une population de 52,4 ans en moyenne. 48 % des répondants travaillent à temps plein et 3 sont à la retraite. Plus de la moitié des répondants ont une formation initiale égale ou supérieure au collégial (56 %). Essentiellement des personnes seules (4) des couples sans enfants (28 %) et avec enfants (26 %) et des familles monoparentales (2 %). La majorité des répondants vivent dans des appartements d immeubles de moins de cinq étages (28 %) ou de plus de cinq étages (26 %). 68 % de ces logements ont plus de 21 ans. 79 % des logements sont en bon et très bon état. 6 % des logements nécessitent d importantes rénovations intérieures autant de grosses rénovations extérieures. 54 % sont des locataires et plus de la moitié (56 %) d entre eux consacrent plus de 3 de leur revenu au loyer. Besoins futurs 16 % pensent accorder une plus petite part de leurs revenus pour le logement à l avenir alors que 28 % pensent y accorder une plus grande part. 76 % des répondants n envisagent pas de modification de leurs besoins quant à la taille de leur logement. 4 % d entre eux disent avoir besoin d un logement plus petit avec le départ d enfants et 18 % un logement plus grand avec l arrivée d enfants. 18 % disent avoir besoin d un aménagement particulier tel que l accessibilité. 14 % disent que des travaux majeurs devront être réalisés dans leur logement et pour 62 % des travaux d entretien courant.

17 Produit par le Service de l urbanisme et du développement durable, Ville de Gatineau, septembre ISBN Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2013

18 Pour en savoir plus Consulter le site Web de la Ville de Gatineau à Consulter : Téléphone :

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Protection individuelle

Protection individuelle Protection individuelle Franchise annuelle Ce plan n'est plus offert 200 $ 900 $ depuis le 1er mars 2015 1 006 $ / / 18-24 87,88 $ 71,71 $ - 39,35 $ 37,08 $ 63,91 $ 25-29 91,38 $ 74,47 $ - 41,04 $ 38,86

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST ) LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST RAPPORT FINAL OCTOBRE 2014 302-P-0003306-900-UM-0001-0A

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés

RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS. Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés RAPPORT SUR LE SONDAGE DES INTERVENANTS Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés Rapport sur le sondage des intervenants janvier 2015 Table des matières 1. Points saillants 3

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN Procès-verbal de la 2 e séance d ajournement de la 1587 e session du conseil municipal de Saint-Roch-de-l Achigan, tenue

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE www.ekos.com POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE [Ottawa 22 mai 2013] Selon un nouveau sondage commandé par la Coalition canadienne de la santé (CCS) et la Fédération

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement

Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Avoir accès à la justice ou s exposer à l endettement Comprendre qu il s agit d un choix difficile pour les Canadiens Aider les courtiers d assurance et les sociétés d assurance à mieux comprendre les

Plus en détail

environics research group

environics research group environics research group Sommaire Sondage en ligne sur les perceptions du public concernant le développement de carrière et le milieu de travail Janvier 2011 Préparé pour : Parrainé en partie par : 33,

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

coopératives d habitation

coopératives d habitation Répertoire des coopératives d habitation dans le quartier Rosemont à Montréal 2 Les coopératives d habitation Qui vit dans une coopérative Qu est-ce qu une coopérative C est une personne morale regroupant

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

Dossier Le ménage. Le bonheur chez soi et le partage des tâches font bon ménage!

Dossier Le ménage. Le bonheur chez soi et le partage des tâches font bon ménage! Observatoire de la vie à la maison DOSSIER DE PRESSE MARS 2014 EVY RAES. Image du reportage photos ILIV 2013 - Se sentir à la maison en images Dossier Le ménage Le bonheur chez soi et le partage des tâches

Plus en détail

Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015

Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015 Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015 Historique du projet Création du comité des bâtiments en juillet

Plus en détail

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées

L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA. de la vie aux idées L ACCÈS AU CRÉDIT ET LES ATTITUDES DES QUÉBÉCOIS QUANT À L ENDETTEMENT UN SONDAGE RÉALISÉ POUR JECOMPRENDS.CA de la vie aux idées L accès au crédit et les attitudes des Québécois quant à l endettement

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale avec la collaboration de Marie-Ève Simoneau Agente de planification, de programmation et de recherche Direction

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets Mon épargne mon patrimoine Une épargne, des projets Une épargne, des projets, toutes les solutions sont au Crédit Mutuel Que vous souhaitiez vous constituer une épargne disponible, un capital pour préparer

Plus en détail

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif Sommaire exécutif 1. Introduction Fondée en 2005, l Association des marchés publics du Québec a pour objectif de faire la promotion des marchés publics du Québec comme moyen alternatif de mise en marché

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE

LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE AIDES DE l Anah (agence nationale de l habitat) Le logement doit être achevé depuis plus de 15 ans Les subventions sont accordées sous conditions

Plus en détail

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur Le 7400 St Laurent Décembre 2010 PRÉSENTATION DE LA FOHM La Fédération des OSBL d habitation de Montréal (FOHM) est une

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

10h-13h Tour de table / Accompagnement de projet Intervenants: Alaa Homsi (Club international des Jeunes à Paris)

10h-13h Tour de table / Accompagnement de projet Intervenants: Alaa Homsi (Club international des Jeunes à Paris) Samedi : 10h-13h Tour de table / Accompagnement de projet Intervenants: Alaa Homsi (Club international des Jeunes à Paris) La séance a commencé par un tour de table afin de présenter chaque association

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0

6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0 6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0 Les renseignements qui sont au dossier sont issus de documents appartenant au propriétaire vendeur. Le propriétaire vendeur atteste la conformité des données

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Sondage exclusif Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding» mené par l Institut

Plus en détail

Services bancaires postaux : tendances et perspectives Cartographie des bureaux de poste, des banques et des prêteurs sur salaire de la région du

Services bancaires postaux : tendances et perspectives Cartographie des bureaux de poste, des banques et des prêteurs sur salaire de la région du Services bancaires postaux : tendances et perspectives Cartographie des bureaux de poste, des banques et des prêteurs sur salaire de la région du Grand Toronto et de Hamilton et de Terre-Neuve-et-Labrador

Plus en détail

L expression. de la diversité. municipale au Québec. www.umq.qc.ca

L expression. de la diversité. municipale au Québec. www.umq.qc.ca L expression de la diversité municipale au Québec 1 2 3 4 5 6 7 8 3 4 1 2 3 4 5 8 9 1 2 3 4 5 1 2 3 0 0 2 1 2 1 2 1 6 1 9 2 8 3 7 4 6 5 www.umq.qc.ca Depuis sa fondation en 1919, l Union des municipalités

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi?

Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi? Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi? Parce qu investir en Outre-Mer ne s improvise pas La convergence de 2 acteurs reconnus

Plus en détail

Une expédition de la Fing et OuiShare

Une expédition de la Fing et OuiShare Une expédition de la Fing et OuiShare L ENquête «Je partage! et vous?» L enquête Je partage! Et vous? a été lancée par la Fing et OuiShare dans le cadre de ShaREvolution, afin de comprendre les motivations,

Plus en détail

Plan directeur des parcs Version finale

Plan directeur des parcs Version finale Plan directeur des parcs Version finale Piuze et associés consultants Juin 2012 ÉQUIPE DE TRAVAIL VILLE DE SHERBROOKE Chargé de projet Martial Larose, Chef, Division des parcs et des espaces verts Comité

Plus en détail

Demande d adhésion/instruction. Rente-épargne non enregistrée. (À être utilisé uniquement pour les entreprises)

Demande d adhésion/instruction. Rente-épargne non enregistrée. (À être utilisé uniquement pour les entreprises) Demande d adhésion/instruction Rente-épargne non enregistrée (À être utilisé uniquement pour les entreprises) 1. renseignements de base Demande d adhésion/instruction Rente-épargne non enregistrée (À être

Plus en détail

Orientations de la Communauté métropolitaine de Montréal en matière de. logement social et abordable

Orientations de la Communauté métropolitaine de Montréal en matière de. logement social et abordable Orientations de la Communauté métropolitaine de Montréal en matière de logement social et abordable Dépôt légal : mars 2006 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 2-923013-52-2

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN Procès-verbal de la 1 ère séance d ajournement de la 1562 e session du conseil municipal de Saint-Roch-de-l Achigan, tenue

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère. Comité de pilotage du 02/10/2014

Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère. Comité de pilotage du 02/10/2014 Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère Comité de pilotage du 02/10/2014 423 logements doivent être améliorés durant les 4 années de l OPAH d Arlysère (objectif

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

Résidences du Pays d Auge

Résidences du Pays d Auge Etouvie fait peau neuve AMIENS > PARC D ETOUVIE Résidences du Pays d Auge 1, 3 et 5 place du Pays d Auge / 2 avenue du Périgord Contexte Étouvie : loger les salariés amiénois Etouvie a pris naissance au

Plus en détail

Des assurances pour la vie. Post Optima Selection 2. Spécial placements en assurance. Investir, c est aussi pour pouvoir se faire plaisir

Des assurances pour la vie. Post Optima Selection 2. Spécial placements en assurance. Investir, c est aussi pour pouvoir se faire plaisir Les primeurs et les infos de Banque de La Poste n 12 - Octobre 2010 Spécial placements en assurance Des assurances pour la vie Post Optima Selection 2 Investir, c est aussi pour pouvoir se faire plaisir

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

La conciliation travail-famille dans le milieu municipal CRÉ du Bas-Saint- Laurent

La conciliation travail-famille dans le milieu municipal CRÉ du Bas-Saint- Laurent La conciliation travail-famille dans le milieu municipal CRÉ du Bas-Saint- Laurent Rapport final Juin 2011 Arlette Lauzier Consultante en gestion Table des matières 1. Introduction... 4 1.1 Le mandat...

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE RAVALEMENTS DE FACADE BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE 21/23 Rue JEAN JAURES MARCHEAPROCEDUREADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Représentant de la personne publique contractante : Monsieur

Plus en détail

Édition 2014-2015 ADHERENT VOUS AUSSI, REJOIGNEZ CEUX QUI ONT LA PASSION DE CONSTRUIRE! FEDERATION DU BTP PUY-DE-DOME FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT

Édition 2014-2015 ADHERENT VOUS AUSSI, REJOIGNEZ CEUX QUI ONT LA PASSION DE CONSTRUIRE! FEDERATION DU BTP PUY-DE-DOME FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Édition 2014-2015 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT ADHERENT FEDERATION DU BTP PUY-DE-DOME VOUS AUSSI, REJOIGNEZ CEUX QUI ONT LA PASSION DE CONSTRUIRE! NOTRE FAMILLE : LE BTP DOLLMEDIA BTP créée en 2010

Plus en détail

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Annexe 2: questionnaire pour la procédure de consultation Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Questionnaire pour la procédure

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

18 SEPTEMBRE 2014. E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête!

18 SEPTEMBRE 2014. E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête! 18 SEPTEMBRE 2014 E-réputation : une image positive pour une stratégie de conquête! Réputation : de quoi parle-t-on? «Ce que les gens disent ou pensent de moi» car ils l ont vu dans le journal, à

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS

LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS LE BAROMÈTRE DES FEMMES MANAGERS Introduction Objectifs de l étude Les Essenti Elles, le réseau des femmes managers de BPCE S.A., a souhaité lancer un nouveau Baromètre concernant les Femmes Managers en

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Deux des mesures fiscales annoncées le 2 décembre 2014 1. Bonification de 800 000 $ à 1 million de dollars de l exonération des gains en capital sur les

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

Les Français et les projets de la Commission européenne sur les paiements par carte bancaire

Les Français et les projets de la Commission européenne sur les paiements par carte bancaire Les Français et les projets de la Commission européenne sur les paiements par carte bancaire Institut CSA pour Visa Novembre 04 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 980 personnes

Plus en détail

C EST VIRAL. KIT MÉDIA

C EST VIRAL. KIT MÉDIA C EST VIRAL. KIT MÉDIA NOTRE IDENTITÉ, c est viral. Aperçu Avec un portfolio diversifié comprenant plus de 15 sites et plusieurs projets en développement, le réseau fan-o-web représente le réseau de divertissement

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD RÈGLEMENT NUMÉRO 187-2011 POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 2006-113 ET 182-2010 ET LEURS AMENDEMENTS CONCERNANT LA POLITIQUE DE LOCATION DE

Plus en détail

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels)

Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieux culturels) Cahier de charge application cartographie (base de données des acteurs et des lieu culturels) Page 1 sur 19 TABLE DES MATIERES Cahier de charge application cartographie... 1 (base de données des acteurs

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail