L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel"

Transcription

1 L expérience du service de Pédopsychiatrie du CHU RAZI en matière d abus sexuel Pr Ag Sami Othman, Dr Soumeyya Halayem, Dr Leila Robbana, Pr Ag Ahlem Belhadj, Pr Asma Bouden Service de pédopsychiatrie, Hôpital Razi

2 INTRODUCTION Les agressions et les abus sexuels commis sur les enfants considérés comme un sujet tabou souvent nié l existence Les campagnes de prévention des abus sexuels chez l enfant une augmentation considérable des signalements au judiciaire une demande accrue d examens médico-légaux et en particulier des expertises psychiatriques

3 Quatre axes (ou temps) de la démarche Reconnaître la maltraitance, en tenant compte notamment des particularités liées à l'âge Accueillir, orienter, accompagner Protéger Traiter Le pédopsychiatre, en Tunisie se trouve confronter non seulement au manque de moyens mais aussi au manque de réformes législatives : des lois fixant une définition plus précise de l abus sexuel sur mineur et les droits de ces mineurs.

4 ETUDE PRATIQUE Étude rétrospective descriptive Pratiquées au service de pédopsychiatrie de l hôpital Razi Période : Janvier 2008 à Décembre expertises d abus sexuels sur enfants et adolescents

5 12 15 garçons et 13 filles soit un sex-ratio de 1,15. Nous pouvons remarquer, à partir de la figure 1, que la courbe s inverse à partir de l âge de 12ans : les filles sont plus victimes d abus sexuel à partir de cet âge que les garçons du même âge Filles Garçons 2 0 <= 4 ans 5-7 ans 8-12 ans ans L âge moyen des mineurs expertisés était de 8,70 ans un âge minimum de 3 ans et 06 mois et un âge maximum de 16 ans

6 - Les parents de 14 enfants et adolescents étaient divorcés soit 52% des cas. - Parmi les 28 familles étudiées, des violences conjugales existaient au sein de 7 familles. Figure2 : répartition du tuteur légal de chaque enfant Les grand parents Le père La mère Les 2 parents

7 Figure 3 : 1 er adulte confident Non précisé Institution scolaire Grand parents Père Mère

8 100% des abuseurs étaient de sexe masculin. 100% des abuseurs étaient une personne familière à l enfant. Figure 4 : lien de parenté avec l abuseur Père Grand père Demi frère Personne ayant une autorité sur l'enfant Cousin Oncle

9 La majorité des abus commis sont intrafamiliaux (dans 26 cas) tandis que seuls 2 sont extrafamiliaux. Littérature: l abus sexuel est intrafamilial dans 75 à 78 % des cas et dans 25% des cas est extrafamilial Le délai séparant l expertise et le début des faits est de 18,64 mois la loi du silence???? Il est primordial de savoir que plus on s éloigne du temps zéro, plus les dires de l enfant vont perdre en fiabilité La nature de l abus était différente d un enfant à un autre.

10 L abus sexuel a été subi de façon répété (>1) par 26 mineurs soit dans 93% des cas. Tableau 2 : Les différents types d abus subis Type d abus Nombre de victimes Attouchement 12 Pénétration anale 10 Pénétration vaginale 3 Exhibitionnisme 2 Attouchement et fellation 1 Au cours de l abus sexuel, 10 mineurs ont été victimes de VIOLENCE : -3 mineurs ont été victimes d une violence morale -5 d une violence physique -2 d une violence morale et physique.

11 Figure 5 : Le type de la violence subie au cours de l abus selon la moyenne d âge de la victime 3 Violence Physique 3 Violence Morale 2 2 Violence Physique et Morale ans 5-7 ans 8-12 ans ans

12 Tableau 3 : la symptomatologie relevée chez les mineurs Difficultés scolaires 13 Humeur dépressive ou équivalent 13 Trouble du sommeil 14 Trouble alimentaire 5 Trouble somatique 1 Concernant l expression de la souffrance: il faut savoir qu il n existe pas de modèle linéaire de cause à effet qui reprendrait tous les symptômes Trouble du comportement 10 Trouble des conduites sociales 1 Trouble sphinctérien 4 Trouble des conduites sexuelles 3 Trouble anxieux 4 La majorité des enfants ne peuvent pas exprimer leur souffrance par la parole Aucune 2

13 AGE PRESCOLAIRE AGE SCOLAIRE Troubles du sommeil Troubles alimentaires Altération du niveau d activité Manifestations agressives excessives Hyperactivité Irritabilité Troubles affectifs (inhibition, retrait, arrêt brutal des activités, pleurs) Comportement phobique Plaintes somatiques Troubles du sommeil et de l alimentation Troubles du comportement (fugue, mensonges, vols, opposition, hétéroagressivité) Troubles affectifs (dépression, anxiété, labilité de l humeur) Phobies soudaines avec demandes de réassurance. Crainte de se déshabiller. Réticence et méfiance face aux personnes et au moment de se rendre à un endroit particulier. Préoccupations sexuelles obsédantes, comportement séducteur, masturbation compulsive, intérêt inadapté pour les parties génitales des personnes et des animaux.

14 Figure 6: Conséquences psychiques 7 3 Etat de stress post traumatique 2 Depression Anxiété 3 Sociale 13 Aucun 2 Le psychiatre expert a préconisé un suivi de l enfant dans toutes les expertises

15 La demande de l expertise a été faite par - Le juge dans 19 expertises - Le délégué de la protection de l enfance dans 9 cas Il s agissait d une première procédure dans 23 expertises. Tableau 4 : les différentes demandes formulées par le juge Réaliser un examen psychiatrique Préciser la crédibilité des dires de l enfant en rapport avec son 28 expertises 12 expertises état mental Préciser l identité de l abuseur Décrire l acte sexuel subi Préciser l état psychologique et mental de l enfant et les 3 expertises 2 expertises 15 expertises répercussions Préciser la nécessité d un suivi ultérieur La nécessité d un placement 4 expertises 1 expertise

16 La prise en charge Dépend de plusieurs facteurs La nature de l abus L identité de l abuseur L âge de l enfant La qualité du support familial La nature du trouble psychiatrique secondaire L existence ou non de réparation Psychothérapie Médicamenteuse Réinsertion scolaire et sociale

17 DISCUSSION

18 Les différents intervenants éducatifs, sociaux, médicaux, judiciaires Ne peuvent traiter seul un tel problème Coordination, tout en gardant chacun leur spécificité Préparer et de faciliter une prise en charge secondaire Garantir les chances d'aider l'enfant atteint dans son processus développemental.

19 DIFFICULTÉS D ORDRE CLINIQUE

20 Caractéristiques de la procédure Délai entre les faits et l examen psychiatrique Souvent long, préjudiciable du fait du phénomène d oubli, de la modification du discours possible au cours des répétitions des allégations comme de l influence du discours de l enfant par des phénomènes extérieurs. L entretien initial est primordial!

21 Effet de la répétition des témoignages En effet, l enfant doit répéter ses propos en moyenne entre 16 et 26 fois selon les études auprès de différents intervenants. Sentiments contradictoires à l égard de personnes auxquelles il est affectivement lié. «Certains en arrivent à penser que les adultes se liguent pour ne pas les croire au fur et à mesure qu ils posent leurs questions et les répètent; à tel point que certains finissent par se rétracter ou s enfermer dans le mutisme»

22 La clinique Age : Plus le sujet est jeune, plus les composants affectifs interviennent et modifient l actualisation d un événement du passé. un garçon âgé de 3 ans et demi vivant avec sa mère, ayant subi un abus sexuel 9 mois avant la date de l expertise, présentait un retard du langage verbal par rapport à son âge avec une mauvaise intégration temporo-spatiale. Il n arrivait pas à élaborer des phrases et présentait une pauvreté de son champ lexical.

23 l opposition de l enfant: justifiée par l absence de structure en Tunisie qui préparerait psychologiquement l enfant à l expertise médicolégale. Facteurs cognitifs influençant le récit de l enfant La mémoire des enfants s améliorait progressivement à partir de l âge de 3 ans et jusqu à 12 ans. La mémoire des faits centraux est moindre que les détails qui lui sont associés chez l enfant. Les enfants font plus d erreurs d omission

24 Les troubles du comportement peuvent être de tout type n'ont aucune spécificité lorsqu'ils sont analysés individuellement. Enfin dans les familles où la séparation des parents ainsi que la garde est conflictuelle, les enfants présentent souvent des symptômes non spécifiques. D'authentiques agressions sexuelles ne s'accompagnent pas toujours de signes cliniques contributifs.

25 L entretien: Plusieurs techniques aucune n est fiable à 100%, ni ne permet de déterminer avec certitude la présence ou non d un véritable abus sexuel. Nécessité d une évaluation passant par plusieurs temps L expertise collective se révèle bien supérieure à plusieurs niveaux: elle permet d offrir des perspectives diverses tout en amoindrissant le risque lié aux biais personnels de chaque expert.

26 Le rappel des faits, et à un moindre degré la reconnaissance des visages ou de personnages étaient influencés par des questions inductrices de mauvaises réponses La suggestion indirecte pouvaient altérer les capacités de rappel et de reconnaissance chez les enfants. Ceci explique qu avant l âge de 3 ans, le récit des enfants aux allégations d abus sexuel est souvent mis en doute

27 Ainsi, au Québec, environ 50 % des allégations seraient douteuses dans des situations de conflit entre parents. Ce pourcentage évolue entre 30 et 72 % selon les études qui sont cependant disparates sur le plan méthodologique

28 DIFFICULTÉS D ORDRE JURIDIQUE

29 Actuellement, dans notre pays, aucun texte de loi ne définit les questions qui peuvent être posées à l expert et l obligation de ce dernier de répondre à toutes les questions posés. 2 grands types de questions: Celles visant à apprécier la nature et l importance du traumatisme subi et l état de santé psychique du sujet victime les questions de la crédibilité de l enfant

30 Par ailleurs, l expert dans aucune expertise, ni le médecin traitant n a eu accès aux données du dossier judiciaire. Nous avons noté que l expert a eu recours à un examen complémentaire (un test psychologique) dans 3 expertises et ce après approbation du juge qui l a mandaté. Enfin, vue la complexité de la procédure judicaire, nous n avons eu aucun retour d information sur l issue de ces affaires.

31 DIFFICULTÉS D ORDRE ÉTHIQUE

32 Notre travail, parmi les 16 mineurs qui ont été abusés par leur père, 4 vivaient encore, au moment de l expertise, avec leur abuseur. L expert devait proclamer dans ses conclusions des mesures de protection pour ces enfants c'est-à-dire l éloignement de ces derniers de leur père même si le juge ne l avait demandé que dans une seule expertise.

33 IMPLICATIONS

34 BON PRONOSTIC PRONOSTIC PÉJORATIF Famille unie au moment de l abus Abus unique Enfant ayant une certaine maturité et connaissance sexuelle Abus extra familial Milieu ayant une capacité d écoute, permettant la révélation Révélation : secret médiatique absolu Problèmes familiaux précédant l abus Abus répétés sur une longue période Abus accompagnés de menace ou de violences Abus intra - familial, surtout abus commis par le père naturel Milieu isolé, peu riche en relations, ne permettant pas la révélation Mesures générales manquant de discrétion. Révélation non prise en charge ou non crue

35 BON PRONOSTIC PRONOSTIC PÉJORATIF Prise en charge rapide Existence d une équipe spécialisée et d un lieu adapté Ecoute. examens et prise en charge regroupés dés la révélation. en un temps très court Soutien du milieu familial Maintien dans le cadre de vie, en l absence de l agresseur désigné dans un premier temps Multitude des intervenants. Non coordination de la prise en charge Etalements dans le temps des décisions Multiplication des examens physiques Enfant déconsidéré et non aidé dans sa famille, Retrait du cadre de vie. Retour de l abuseur désigné au domicile de l enfant au moment de la révélation Comparution comme plaignant ou témoin à charge devant la cour

36 CONCLUSION Les maltraitances sexuelles incitent les professionnels de santé à un décloisonnement de leurs pratiques puisque s'impose un travail de partenariat et en réseau avec les DPE, l'école, les services socio-éducatifs, les associations mais aussi la justice et la police.

37 Ces maltraitances imposent aux soignants l'impérieuse nécessité d une prise en charge adéquate, d une intervention précoce pour assurer une protection des droits de l enfant surtout son droit au respect dans son intégrité physique et psychique

38

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme

La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Santé mentale des jeunes adultes: nous pouvons faire mieux! 6e Colloque interétablissements en psychiatrie et santé mentale La violence à l adolescence ou l agir comme symptôme Olivia QUETIER Psychologue

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte

Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Risque et conduite suicidaire chez l enfant, l adolescent et l adulte Dr Charles-Alban Vieillard Psychiatre CHU de DIJON 6 mai 2016 D après le Référentiel de Psychiatrie Introduction Définitions Les conduites

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

Maltraitance des personnes âgées

Maltraitance des personnes âgées Maltraitance des personnes âgées Rôle du secteur de la santé dans la prévention et la riposte La maltraitance des personnes âgées est un problème caché. Une personne âgée sur 10 dans le monde a été confrontée

Plus en détail

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? Épidémiologie : Incidence annuelle du suicide : 10-30 / 100 000 (> 10 000 en France) 2% de la mortalité générale

Plus en détail

Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre

Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre Facteurs de risque et Prévention des violences interpersonnelles et autoinfligées Expérience des Family Guidance Centers Dr. Madeleine Badaro Taha Pédiatre, Pédopsychiatre Family guidance Centers 1997-2011

Plus en détail

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec?

Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Gilles Tremblay, PhD, t.s. Université Laval Qu en est-il de la santé des hommes au Québec? Plan de la présentation - Mise en contexte - État de la santé physique

Plus en détail

Variations du bien-être mental et le droit de la famille

Variations du bien-être mental et le droit de la famille Variations du bien-être mental et le droit de la famille 1 Avec le soutien financier de Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement la position officielle du gouvernement de l Ontario.0 Campagne

Plus en détail

L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal

L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal FORMATION INTENSIVE EN CRIMINOLOGIE L École de Psychologues Praticiens s associe à l Université de Montréal Pour professionnels et étudiants (possédant une licence ou l équivalent) en intervention criminologique

Plus en détail

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE

À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE À L ÉCOLE, ON PREND SOIN DE MA SANTÉ MENTALE RÉFÉRENTIEL EN SANTÉ MENTALE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DE LA MONTÉRÉGIE Présentation faite au Congrès du CQJDC Québec 24 avril 2014 Anne-Marie

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLIITIIQUE SUR LA PRÉVENTIION ET LA GESTIION DES CONFLIITS,, DU HARCÈLEMENT ET DE LA VIIOLENCE EN MIILIIEU DE TRAVAIIL Adoptée par le conseil d administration le 22.06.2004

Plus en détail

Espaces de rencontre. Guide des bonnes pratiques

Espaces de rencontre. Guide des bonnes pratiques Espaces de rencontre Guide des bonnes pratiques 2014 Espaces de rencontre Guide des bonnes pratiques 2014 1. PRÉAMBULE 3 2. LES ESPACES DE RENCONTRE 4 3. LES INDICATIONS 4 4. FONCTIONS DE L ESPACE DE RENCONTRE

Plus en détail

B. GILLAIN, G. LE BOUEDEC

B. GILLAIN, G. LE BOUEDEC Chapitre9 La violence conjugale B. GILLAIN, G. LE BOUEDEC 1. Introduction Le mot «violence» est un terme ambigu car il renvoie à la fois au concept de force, à son usage, mais aussi à la vie, les deux

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Situations délicates

URGENCES PSYCHIATRIQUES. Situations délicates URGENCES PSYCHIATRIQUES Situations délicates Dr J.E. Lundy 20 nov. 2012 Principes organisationnels SAU = présence psychiatrique permanente Sectorisation Psy = fluidification de l aval Sectorisation psy

Plus en détail

Comprendre et prévenir le mauvais traitement des personnes ayant un handicap

Comprendre et prévenir le mauvais traitement des personnes ayant un handicap Comprendre et prévenir le mauvais traitement des personnes ayant un handicap Projet du Réseau contre l abus envers les personnes ayant un handicap Présenté par: Kwan et Murphy Réseau contre l abus envers

Plus en détail

Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles

Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles Présentation Catherine LEMAGE, Psychologue, Service d assistance policière aux victimes (SAPV), Zone de Police locale Bruxelles-Capitale Ixelles Eviter la victimisation secondaire Encourager davantage

Plus en détail

PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT. PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015

PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT. PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015 PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015 INTRODUCTION Troubles anxieux sentiments intenses et persistants

Plus en détail

Les équipes SOS Enfants

Les équipes SOS Enfants Les équipes SOS Enfants Office de la Naissance et de l Enfance (ONE) Communauté française de Belgique www.one.be Historique L article 19 de la Convention Internationale des Droits de l Enfant stipule

Plus en détail

Inceste Fraternel Etude et recueil de données de l Unité de Victimologie de l Enfant et de l Adolescent CHU Félix Guyon

Inceste Fraternel Etude et recueil de données de l Unité de Victimologie de l Enfant et de l Adolescent CHU Félix Guyon Inceste Fraternel Etude et recueil de données de l Unité de Victimologie de l Enfant et de l Adolescent CHU Félix Guyon Natacha ANDY Psychologue Clinicienne. Dr Vicky VANBORRE Psychiatre DEFINITIONS VICTIME

Plus en détail

Abus sexuels et troubles pelvi périnéaux. L.Wiart

Abus sexuels et troubles pelvi périnéaux. L.Wiart Abus sexuels et troubles pelvi périnéaux L.Wiart Cas clinique 1 Mme D 54 ans : IUE et syndrome d hyperactivité vésicale, constipation, et dyspareunie associées à un sd anxio dépressif avec sentiment de

Plus en détail

- l'exclusion temporaire ou définitive de l'établissement - un comportement de mineur traduisant un état de danger physique ou moral.

- l'exclusion temporaire ou définitive de l'établissement - un comportement de mineur traduisant un état de danger physique ou moral. MODALITES PRATIQUES DES SIGNALEMENTS L'objectif essentiel est d'accentuer le recul de la violence et de la délinquance dans et aux abords des établissements scolaires. Il est articulé autour de deux grands

Plus en détail

Annexe 5 : CLASSIFICATION DES SITUATIONS CLINIQUES

Annexe 5 : CLASSIFICATION DES SITUATIONS CLINIQUES Annexe 5 : CLASSIFICATION DES SITUATIONS CLINIQUES Situations cliniques des enfants et adolescents (0 à 19 ans inclus) Cette liste concerne l ensemble des enfants et adolescents de 0 à 19 ans. Il revient

Plus en détail

Le mutisme sélectif. A. Comprendre

Le mutisme sélectif. A. Comprendre Le mutisme sélectif A. Comprendre 1 Définition Le mutisme sélectif (MS) se définit par les critères diagnostiques suivants : A. Incapacité régulière à parler dans certaines situations alors que l enfant

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales

PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales PROGRAMME DETAILLE DE LA FORMATION AU DIPLOME D ETAT D ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL Conforme au référentiel du Ministère des Affaires Sociales Spécialité accompagnement de la vie à domicile Domaines

Plus en détail

Auprès des professionnels :

Auprès des professionnels : CHARTE PARTENARIALE Historique : En 2004, un diagnostic de territoire réalisé sur la Communauté de Communes d Erdre et Gesvres avait mis en évidence la présence de nombreux services à destination des personnes

Plus en détail

FORMATIONS 2016 FORMATION DE PSYCHOPRATICIEN PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE

FORMATIONS 2016 FORMATION DE PSYCHOPRATICIEN PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE FORMATIONS 2016 Centre de Formation et de Perfectionnement aux Pratiques Éducatives, Sanitaires, Sociales et Psychothérapeutiques FORMATION DE PSYCHOPRATICIEN PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES

Plus en détail

Violences conjugales. Formation externe 2006 ZP Orneau-Mehaigne Service d Assistance aux Victimes Austenne Séverine

Violences conjugales. Formation externe 2006 ZP Orneau-Mehaigne Service d Assistance aux Victimes Austenne Séverine Violences conjugales Formation externe 2006 ZP Orneau-Mehaigne Service d Assistance aux Victimes Austenne Séverine Table des matières Définition Différence entre violence et conflit conjugal Différentes

Plus en détail

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière SIDIIEF - Genève 22 MAI 2012 Dominique GILLET Caterina REGIS Pascale THIBAUT Jean-Michel

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Déclaration d activité enregistrée sous le N 93.13.14086.13 auprès du Préfet de la Région Provence Alpes Côte d Azur A ce titre, les interventions peuvent faire l objet d un financement.

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES La dépression de l adolescent comment repérer et prendre en charge? QUESTIONS / RÉPONSES SOMMAIRE En quoi la dépression de l adolescent est-elle spécifique par rapport aux autres tranches d'âge?... 2 Quelle

Plus en détail

Commission spécialisée départementale d action de lutte contre les violences faites aux femmes

Commission spécialisée départementale d action de lutte contre les violences faites aux femmes Commission spécialisée départementale d action de lutte contre les violences faites aux femmes Séance plénière Jeudi 25 novembre 2010 Salle Busson de la préfecture Introduction par Emmanuel BERTHIER, Préfet

Plus en détail

stop Engageons-nous dans la lutte contre LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES FAITES AUX FEMMES SOMMAIRE

stop Engageons-nous dans la lutte contre LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES FAITES AUX FEMMES SOMMAIRE Année 2016 - n 01 Janvier 2016 SOMMAIRE Exigeons des soins pour les femmes victimes de violence P 2 Stop aux violences sexistes (tract) P 3-4 Violences contre les femmes au travail comme dans la vie! STOP!

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon 2016 Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 Définition juridique du viol Le viol : tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature

Plus en détail

L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE L ÉTAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE Dr N PRIETO Psychiatre Cellule d Urgence Médico-Psychologique SAMU de Lyon Hôpital Edouard Herriot La temporalité Tr. immédiats Tr. post-immédiats ESA PTSD Evt 24 h 1

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi.

La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi. La maltraitance des personnes âgées au regard de la loi. Notre culture véhicule un certain nombre d idées qui prétendent que nous sommes importants si nous sommes autonomes, sportifs, «beaux et lisses»,

Plus en détail

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail?

Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? Peut-on faire un diagnostic d EDM lié au travail? F. GUILLON & A. EL KHATIB 27 novembre 2014 Maladies susceptibles d être imputées au travail Maladies* Dépression Trouble anxieux généralisé (TAG) Etat

Plus en détail

Table des matières. 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10

Table des matières. 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10 Table des matières Introduction 7 1. Dommage et préjudice 7 2. Dommage corporel 7 3. Du dommage corporel au dommage psychique 8 4. Conclusion 10 L expertise psychiatrique du dommage psychique 13 L évaluation

Plus en détail

LE MALADE ANXIEUX. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE ANXIEUX. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE ANXIEUX Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Définition Pierre Janet : peur sans objet Sentiment d attente, crainte d un danger mal

Plus en détail

Le cadre de référence britannique et l attachement

Le cadre de référence britannique et l attachement Le cadre de référence britannique et l attachement Plan de la présentation Quelques réflexions préliminaires Analyse de la vignette Une question pour la discussion Le cadre de référence britannique 1.Quelques

Plus en détail

Convention relative aux droits de l enfant

Convention relative aux droits de l enfant Nations Unies CRC/C/PER/Q/4-5 Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 14 juillet 2015 Français Original : espagnol Anglais, espagnol et français seulement Comité des droits de l enfant

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute Le schéma décionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute 1 Psychiatre? Oui Non sans formation complémentaire Expérience de + de 5 ans? (avec ou sans formation) Oui Non soumise

Plus en détail

Table des matières. 6. Responsabilité de l'expert Les principes de la responsabilité Les sanctions possibles Sanctions pénales

Table des matières. 6. Responsabilité de l'expert Les principes de la responsabilité Les sanctions possibles Sanctions pénales Table des matières Première partie Les règles générales à connaître 1. Définition, contexte général Éléments de définition Typologie des expertises Les expertises amiables L'expertise judiciaire 2. Statut

Plus en détail

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Déclaration d intérêts 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Hôpital général Trois secteurs de psychiatrie adulte 250 000 habitants Consultations spécialisées

Plus en détail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail

Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Charge de travail Risques psychosociaux en entreprise - RPS Reconnaissance Sens du travail Qualité Autonomie Sécurité de l emploi Communication Informations Relations humaines Stress - Mal-être - Souffrance

Plus en détail

LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE

LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE Dr Vincent Belloncle Psychiatrie de l enfant et de l adolescent Maison de l Adolescent CHU de Rouen L ADOLESCENCE Période de transition entre enfance

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

La mort et le deuil chez l enfant. Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue

La mort et le deuil chez l enfant. Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue La mort et le deuil chez l enfant Anne Perrot, PédopsychiatreP Chloé Bonnaud,, Psychologue I. Les aspects sociologiques et culturels de la mort. II. Le deuil 1. Définition 2. Le processus de deuil 3. Le

Plus en détail

Rapport annuel de l Aide à la jeunesse Juin 2013

Rapport annuel de l Aide à la jeunesse Juin 2013 Rapport annuel de l Aide à la jeunesse Juin 2013 Pourquoi un numéro «zéro» du rapport de l Aide à la jeunesse? Ce premier rapport porte le numéro zéro parce qu à l origine, il ne devait servir que comme

Plus en détail

Des cantous d hier aux unités de vie Alzheimer de demain

Des cantous d hier aux unités de vie Alzheimer de demain DR Florence LEBERT Centre de la Mémoire, CHU de Lille et centre médical des Monts-de-Flandre à Bailleul Michel PLETS Directeur des maisons de retraite de Halluin et Roncq ISABELLE KNAFF Adjointe au délégué

Plus en détail

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE :

GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : GERONTOLOGIE GERIATRIE 1 - GERONTOLOGIE : 1 Quitter la vie sans déchoir 2 Médecine générale et personnes âgées 3 Particularités sémiologiques du sujet âgé 4 Le traitement des douleurs chez les vieillards

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Ainsi s exprimait Henri CAPITANT, dans la préface du «Vocabulaire Juridique» de 1936, première édition de ce dictionnaire juridique.

Ainsi s exprimait Henri CAPITANT, dans la préface du «Vocabulaire Juridique» de 1936, première édition de ce dictionnaire juridique. VIE PRIVEE A L'HÔPITAL? «Cadre réglementaire, genèse de la vie privée» Intervention de Valériane DUJARDIN - 8ème soirée de L Espace de Réflexion Ethique en santé mentale de la F2RSM Jeudi 20 juin 2012

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol Les addictions comportementales Pr Thierry Bougerol Addiction et psychiatrie pourquoi la psychiatrie? comment la psychiatrie appréhende-t-elle les comportements? psychiatrie et psychologie les soins psychiatriques

Plus en détail

Centre Hospitalier de Grasse C.S.S.T. «La Caravelle» Victimes de violences et Toxicomanies

Centre Hospitalier de Grasse C.S.S.T. «La Caravelle» Victimes de violences et Toxicomanies Centre Hospitalier de Grasse C.S.S.T. «La Caravelle» Victimes de violences et Toxicomanies Herszkowicz Édouard, Capponi Joëlle, Onzatti Albert. Résultats de l enquête réalisée du 26/08/02 au 20/05/03 Enquête

Plus en détail

La lutte contre le harcèlement à l'école une priorité du ministère de l éducation nationale. Dr MC Boivin rectorat Dijon 25 janvier 2012

La lutte contre le harcèlement à l'école une priorité du ministère de l éducation nationale. Dr MC Boivin rectorat Dijon 25 janvier 2012 La lutte contre le harcèlement à l'école une priorité du ministère de l éducation nationale Dr MC Boivin rectorat Dijon 25 janvier 2012 Introduction Le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

Présentation du CRAVS OI. Les missions des CRIAVS. La construction du dispositif de prévention de la récidive

Présentation du CRAVS OI. Les missions des CRIAVS. La construction du dispositif de prévention de la récidive Dr Eric GAMELIN Psychiatre, praticien hospitalier Médecin responsable du CRAVS OI (EPSMR) Présentation du CRAVS OI Centre de Ressource pour les intervenant auprès des Auteurs de Violences Sexuelles. CRAVS

Plus en détail

Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille

Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille 11/03/2016 Master Psychologie spécialité Clinique psychopatologique, clinique de la famille http://www.univ-fcomte.fr UFR Sciences du langage, de l'homme et de la société http://slhs.univ-fcomte.fr/ Lieu

Plus en détail

Violences conjugales

Violences conjugales Violences conjugales Violence faite aux femmes (définition de l OMS) = tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles,

Plus en détail

Index thématique des numéros de PRISME

Index thématique des numéros de PRISME Recherche dans les articles de la revue PRISME sur le web Pour rechercher un auteur ou un mot-clé dans tous les sommaires de la revue PRISME, utiliser: - le bouton «Recherche avancée» sur la page d accueil

Plus en détail

Services du CSSS de Jonquière - CLSC

Services du CSSS de Jonquière - CLSC Services du CSSS de Jonquière - CLSC PROGRAMMES Enfance Familles Jeunes 0-5 ans (incluant les services de santé mentale pour les jeunes) Futurs parents en attente d une naissance. - Grossesse dans un contexte

Plus en détail

JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES Présentation du protocole relatif au traitement des mains courantes et des renseignements judiciaires en matière de violences conjugales

Plus en détail

La protection de l enfance

La protection de l enfance Rencontre Éducation Nationale La protection de l enfance BUDGET PREVISIONNEL 2006 19, 20, 21 DECEMBRE 05 La Loi du 05 mars 2007 réformant la protection de l enfance Les enjeux de cette loi et l application

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

Unité Médico-Judiciaire PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCE SEXUELLE

Unité Médico-Judiciaire PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCE SEXUELLE Unité Médico-Judiciaire PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCE SEXUELLE JEAN-VERDIER Groupement hospitalier universitaire Nord Avenue du 14 Juillet, 93143 BONDY Julie Durieux Novembre 2012 Sommaire Présentation

Plus en détail

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA

L expert dans les cas de fraude. Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA L expert dans les cas de fraude Dr Etienne COLOMB, psychiatrie et psychothérapie FMH, Pully Psychiatre conseil, SUVA Plan de l exposé Introduction Présentation d un cas Chronologie des faits Questions

Plus en détail

L AP-HP à votre service. Les consultations d aide aux victimes de psychotraumatisme et de maltraitance

L AP-HP à votre service. Les consultations d aide aux victimes de psychotraumatisme et de maltraitance L AP-HP à votre service Les consultations d aide aux victimes de psychotraumatisme et de maltraitance 2005 Les syndromes psychotraumatiques Au cours de leur vie, 5 à 10 % des personnes présentent un état

Plus en détail

Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale

Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale Formations de l Hêtre Carrefour des pratiques sur les agressions sexuelles et la violence conjugale Fatigue de la compassion ou Facture de la compassion Conférence préparée et animée par Catherine Séguin,

Plus en détail

Ampleur du phénomène :

Ampleur du phénomène : : Etant donné le caractère tabou que revêt cette problématique, il est difficile d établir des statistiques fiables concernant le nombre de personnes âgées victimes de maltraitance. En effet, les plaintes

Plus en détail

PROCEDURES POUR LA PROTECTION DE L ENFANCE

PROCEDURES POUR LA PROTECTION DE L ENFANCE PROCEDURES POUR LA PROTECTION DE L ENFANCE D'une manière générale, et en vertu des articles 434-1 et suivants du Code Pénal, la loi impose à chacun de ne pas se taire et d agir lorsqu il a connaissance

Plus en détail

Vieillissement de la population

Vieillissement de la population Comprendre pour prévenir la maltraitance des aînés fragilisés Serge DE NADAI Le 7 juin 2011 Vieillissement de la population Sur les 61 millions d habitants, la France compte 16.2% de personnes âgées. On

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Antisocialités et violences au travail, contextes et formes...13

TABLE DES MATIÈRES. Antisocialités et violences au travail, contextes et formes...13 Préambule............................................................................ 7 Introduction.......................................................................... 9 Chapitre I Antisocialités

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Incidences des lois infractions de la circulation (toute la série 700) moins de 5 000 $ 5 000 $ et plus

Incidences des lois infractions de la circulation (toute la série 700) moins de 5 000 $ 5 000 $ et plus Incidences des lois La modification de la législation et les changements apportés en conséquence au classement des infractions créent une discontinuité dans le dossier historique de certaines infractions

Plus en détail

http://www.efpp-e-learning.com/formation-psychologie-clinique-et-psychopathologie-pxl-16_41.html La Psychologie clinique et psychopathologique de l'adulte FORMATION PSYCHOLOGIE CLINIQUE ET PSYCHOPATHOLOGIQUE

Plus en détail

Le sentiment d insécurité au féminin

Le sentiment d insécurité au féminin Le sentiment d insécurité au féminin Une lecture transversale de l étude de la Fondation Roi Baudouin René Begon, chargé de projet au CVFE La Fondation Roi Baudouin a consacré en 2006 un rapport à la description

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie

Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Les interactions parents bébé Clinique et psychopathologie Cours intensif de psychiatrie Toulouse, 27 février 2014 Dr Ludivine Franchitto, SUPEA franchitto.l@chu-toulouse.fr Les interactions parents bébé

Plus en détail

Le harcèlement psychologique

Le harcèlement psychologique Le harcèlement psychologique État de la jurisprudence Céline Giguère, Syndicat canadien de la fonction publique L organisation du travail Changements importants Pressions à la productivité Pressions à

Plus en détail

Agression sexuelle. Le Code pénal donne une définition large de. (Code pénal article 222-22).

Agression sexuelle. Le Code pénal donne une définition large de. (Code pénal article 222-22). Agressions sexuelles de l enfant et de l adolescente Aspects médicaux en pratique libérale Aspects juridiques et médico-légaux 5900 enfants / année en France 7 viols sur 10 intra-familiaux Aspect médiatique

Plus en détail

Violence sexuelle et genre: aspects psychosociaux. Dr Aida Sylla Psychiatre, psychothérapeute

Violence sexuelle et genre: aspects psychosociaux. Dr Aida Sylla Psychiatre, psychothérapeute Violence sexuelle et genre: aspects psychosociaux Dr Aida Sylla Psychiatre, psychothérapeute ASSM, Dakar 15-17 décembre 2011 Définitions Violence: négation de l autre, de sa volonté Contexte Dimension

Plus en détail

Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN

Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN Pôle de Psychiatrie de Rouen Rive Droite CH du Rouvray et CHU C. Nicolle Psychologie médicale et VIH Particularités du fonctionnement psychique lors des

Plus en détail

Psychopathologie de l'inceste

Psychopathologie de l'inceste Psychopathologie de l'inceste Dr B. Thomazeau DSAVS- CH Thuir «L'inceste» 19/11/2014 Montpellier CRIAVS LR 1 L'inceste Comprendre le phénomène incestueux, Comprendre les liens intra familiaux, Comprendre

Plus en détail

Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées. existent. et marquent profondément. Soyons vigilants

Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées. existent. et marquent profondément. Soyons vigilants Les agressions sexuelles contre les personnes handicapées existent et marquent profondément Soyons vigilants Qu est-ce qu une agression sexuelle? Que vous soyez une victime, un proche d une victime ou

Plus en détail

Les violences faites aux femmes En médecine générale Gilles LAZIMI

Les violences faites aux femmes En médecine générale Gilles LAZIMI Les violences faites aux femmes En médecine générale Gilles LAZIMI Médecin généraliste du Centre municipal de santé de Romainville Membre du haut conseil à l Egalite entre les femmes et les hommes Membre

Plus en détail

Les Risques Psychosociaux

Les Risques Psychosociaux Les Risques Psychosociaux Petit-déjeuner d échanges du 14 juin Bonjour et bienvenue! Justine Hilaire 1 SOMMAIRE 1. Contexte 2. Définition 3. Les troubles psychosociaux 4. Les facteurs de risque 2 «Les

Plus en détail

Le Réseau de Psychiatrie Périnatale

Le Réseau de Psychiatrie Périnatale Juillet 2014 Le Réseau de Psychiatrie Périnatale Equipe du Réseau de Psychiatrie Périnatale Pôle Universitaire de Psychiatrie Adulte Centre Hospitalier Charles Perrens 121 Rue de la Béchade 33 076 Bordeaux

Plus en détail

Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant

Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant Diplôme Universitaire Développement, psychopathologie et soins de l enfant 2014-2015 Présentation générale de la formation : Ce diplôme vise à promouvoir un enseignement de la psychiatrie de l enfant et

Plus en détail

Comment prendre en compte l expression et les attentes des usagers dans la certification des établissements de santé? Les réponses de la V2010.

Comment prendre en compte l expression et les attentes des usagers dans la certification des établissements de santé? Les réponses de la V2010. Comment prendre en compte l expression et les attentes des usagers dans la certification des établissements de santé? Les réponses de la V2010. Ensemble, améliorons la qualité en santé Véronique GHADI

Plus en détail

«Journée internationale pour l élimination. de la violence à l égard des femmes»

«Journée internationale pour l élimination. de la violence à l égard des femmes» Préfet de la Haute-Corse «Journée internationale pour l élimination de la violence à l égard des femmes» 25 novembre 2013 à 09h30 Salle Polyvalente de LUPINO Dossier de presse 1 LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES

Plus en détail

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A FICHE METIER PSYCHOLOGUE FONCTION MISSION Le(La) psychologue contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets éducatifs et d orientation en articulation avec les autres professionnels de l équipe.

Plus en détail

LES COÛTS DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES TOUT-PETITS QUÉBÉCOIS

LES COÛTS DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES TOUT-PETITS QUÉBÉCOIS LES COÛTS DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES TOUT-PETITS QUÉBÉCOIS 2 Violence et maltraitance Les tout-petits québécois et la maltraitance Que nous apprennent les données recueillies auprès des services de

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE Facultés de Médecine de Poitiers, Tours et Angers En relation avec l Institut de Sciences Criminelles de la Faculté de Droit de Poitiers

Plus en détail

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero

Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Quelques programmes modèles à Genève Professeur François Ferrero Equipe mobile en psychiatrie adulte Programme pour les troubles psychiques débutants (JADE) Formation des médecins de premier recours Equipe

Plus en détail