PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)"

Transcription

1 LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat est longtemps restée spécialisée dans les cordages de raquettes de tennis, où elle occupait la place de numéro un mondial. Dans un contexte de marché mature, la PME lyonnaise change de stratégie dans les années 1990, en se donnant pour objectif d équiper les joueurs de tennis de la tête aux pieds. L entreprise se diversifie alors en produisant des raquettes, des balles, puis des chaussures, tout en restant centrée sur le marché du tennis. En quelques années, le chiffre d affaires s envole. Ce reportage, d une durée de près de cinq minutes, se propose de faire découvrir de façon très didactique les principaux ingrédients de cette success story : investissement massif dans la recherche et développement, mise en place de partenariats avec le Centre technique du cuir ou encore Michelin, création d équipes-tests pour évaluer les produits, externalisation de la production en Asie, stockage de masse pour assurer l approvisionnement rapide des clients, automatisation de la zone de préparation des commandes. Il s agit là d un documentaire particulièrement intéressant pour illustrer la stratégie des entreprises, en classes de 1 re ou T le. Pour les classes d écogestion, le film pourra montrer en quoi une décision stratégique (ici, une diversification) rend nécessaire des modifications dans l organisation d une entreprise, et comment mesurer les résultats obtenus.

2 DISCIPLINES, CLASSES ET PROGRAMMES En sciences économiques et sociales Sciences économiques et sociales, 1 re ES : Thème 2 : La régulation économique et sociale, chapitre 2.1 : La coordination par le marché, item L entreprise et les marchés. Sciences économiques et sociales, T le ES: Thème Internationalisation des échanges et mondialisation, item Stratégies internationales des entreprises. Sciences économiques et sociales, T le ES : Thème Travail et emploi. Bien que cela paraisse plus difficile, ce reportage peut aussi être utilisé en classe de 2 de, à l occasion de l étude de l entreprise. En éco-gestion Management des organisations, 1 re et T le STG. Économie d entreprise et économie générale, 1 re et 2 e années de STS tertiaire. OBJECTIFS DU FILM Pour les classes de SES Présenter la stratégie de diversification mise en place par l entreprise Babolat. Montrer que cette stratégie a nécessité de nouvelles façons de travailler (effort de recherche et développement, mise en place de partenariats ) qui expliquent son succès. Montrer que l entreprise a recours à la sous-traitance asiatique pour réaliser la production des nouveaux produits. Présenter les contraintes qui en découlent en termes de gestion des stocks. Montrer que l automatisation de la gestion des commandes a permis des gains de productivité. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Caractériser des organisations. Repérer des solutions qui visent à réussir la mise en œuvre d une stratégie de diversification (niveau T le uniquement). 2

3 VOCABULAIRE ET NOTIONS Pour les classes de SES Sous-traitance, productivité, innovation, recherche et développement, externalisation offshore (en T le ), logistique. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Diversification, logistique, recherche, développement, partenariat, avantage concurrentiel, cycle de vie du produit. REMARQUE Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Le management repose sur trois composantes essentielles. Chacune est identifiée par une dominante couleur : «Animer et mobiliser les hommes» : jaune ; «Coordonner les acteurs» : bleu ; «Pas d organisations sans organisation» : rouge. Ce film est en relation avec la composante: «Pas d organisations sans organisation (1)». 3

4 DÉCOUPAGE DU FILM 00min 00s: Présentation de l entreprise. La stratégie de diversification Des images du rayon tennis d un magasin de sport défilent pendant que la voix off présente la stratégie de développement de l entreprise Babolat. En 1994, elle était numéro un mondial des cordages de raquettes et des machines à corder, avant de se diversifier en élargissant sa gamme de produits : raquettes, balles, chaussures Interview du PDG, Éric Babolat, qui explique que, le marché du tennis étant stable depuis les années 1980, la croissance de l entreprise passait nécessairement par une diversification. Interview de Patrick Valade, directeur de l industrie et du développement qui explique que pour élargir la gamme de produit, il a fallu renforcer le pôle recherche et développement en recrutant des ingénieurs, investir dans des outils informatiques, développer des partenariats avec des laboratoires de recherche ou encore Michelin, et enfin créer des équipes de test pour évaluer les produits. 01min 48s: Le recours à la sous-traitance asiatique Voix off. Si la fabrication des cordages est réalisée depuis l origine en France, l entreprise a fait appel à des sous-traitants asiatiques pour la fabrication des balles, des raquettes, des textiles et des chaussures. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de l entreprise. Mais travailler avec des fournisseurs aux Philippines implique de nouvelles organisations. Interview du PDG, qui explique que les délais d approvisionnement sont beaucoup plus longs qu avec des fournisseurs français. 02min 30s: De nouvelles contraintes Voix off. Les délais d approvisionnement deviennent plus longs, alors que l entreprise doit faire face à de nouvelles contraintes: les clients de l entreprise demandent à être livrés de plus en plus fréquemment, de façon à réduire leurs stocks. Voix off. L entreprise a donc dû s adapter en développant sa capacité de stockage, donnant à la logistique une importance accrue dans l entreprise: doublement des effectifs et achat d un nouvel entrepôt. Interview d Olivier Pillat, responsable de la logistique, qui présente la zone de stockage de masse, où sont entreposées les palettes. La voix off présente ensuite la zone de préparation des commandes : un système automatisé avec des codesbarres permet la traçabilité de la commande et d importants gains de productivité. Olivier Pillat précise ensuite que, chaque jour, environ 600 à 700 commandes sont expédiées de l entrepôt. 4

5 04min 00s: Une stratégie gagnante La voix off explique que ces changements d organisation ont permis à l entreprise de doubler son chiffre d affaires en cinq ans. Le PDG conclut le reportage en précisant que l entreprise gagne des parts de marché, et que ses débuts dans l univers de la chaussure sont encourageants. 5

6 SES SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE Ce reportage, plutôt didactique, peut tout à fait être utilisé en amont d un cours sur les stratégies des entreprises. Néanmoins, il nécessite de maîtriser du vocabulaire, et pourra sans doute être utilisé plus judicieusement pour illustrer ou approfondir le cours, notamment en TD en classe de 1 re ou T le. En 1 re, la stratégie de croissance de l entreprise Babolat a choisi une stratégie de croissance interne, basée sur la diversification, ce qui a nécessité des efforts en termes d investissement matériel et immatériel, notamment en matière de recherche et développement. C est l occasion de vérifier si les élèves sont capables de réutiliser les connaissances acquises lors de l étude du chapitre sur la stratégie des entreprises. On pourra commencer par des questions simples: dans quelle branche l entreprise se situe-t-elle? Quelle est sa spécialité d origine? Dans le cadre de sa stratégie de diversification, quels sont les nouveaux produits? Quelle part du chiffre d affaires représentent-ils? On pourra ensuite leur demander si la stratégie de Babolat relève de la croissance intensive et/ou extensive, interne ou externe, en fonction de ce que l on aura étudié en cours. On pourra également les interroger sur le rôle de la recherche et développement dans la stratégie de l entreprise. Pourquoi a-t-elle décidé d investir massivement dans la R & D 1? Qu espère-t-elle en tirer? Les élèves devront être capables de réutiliser le vocabulaire économique approprié (stratégie de différenciation, brevet, rente de monopole ). Il est aussi possible de les interroger sur le partenariat entre Babolat et Michelin: comment appelle-t-on ce type de stratégie? Quels avantages les firmes peuvent-elles en tirer? Enfin, on pourra s interroger sur l absence totale de référence au budget communication de l entreprise, qui représente pourtant 10 % du chiffre d affaires, et qui est sans doute l un des facteurs clés de la croissance 2 Pourquoi seul l effort d investissement est-il mis en avant? Est-ce déjà de la communication? 6

7 Recherche documentaire En classe de 1 re, une recherche au CDI pourra porter sur le marché des raquettes de tennis : quels sont les concurrents de Babolat? Les parts de marché des différents groupes? La structure de marché: concurrence parfaite, oligopole, concurrence monopolistique? Son évolution : y a- t-il tendance à la concentration? Etc. En T le, plusieurs pistes à explorer Sur le thème Internationalisation des échanges et mondialisation On insistera sur la stratégie de recours à la sous-traitance asiatique pour améliorer la compétitivité-prix. Il s agira de montrer que cette stratégie vise à réduire certains coûts, mais qu elle engendre également de nouveaux coûts et de nouvelles contraintes. On présentera également la notion d externalisation offshore 3 que l on distinguera de celle de délocalisation. Ce sera aussi l occasion de s interroger sur les conséquences de ce type de stratégies des firmes sur la division internationale du travail (voir Fiche élève, p. 9). Sur le thème Travail et emploi On analysera les changements dans l organisation du travail dans l entreprise Babolat. On pourra demander aux élèves de montrer que la nouvelle organisation a permis de réaliser des gains de productivité (à travers le recours à l outil informatique et à l automatisation notamment). On pourra également leur demander d expliquer le paradoxe suivant: les clients de Babolat pratiquent le juste-à-temps alors que l entreprise elle-même accroît sa capacité de stockage. On pourra enfin utiliser ce reportage pour illustrer la stratégie d externalisation (ou outsourcing), comme moyen d accroître la flexibilité. On demandera alors aux élèves de faire le lien entre externalisation et flexibilité, ce qui suppose que ces deux concepts aient été étudiés 7 1. L entreprise investit 10 % de son chiffre d affaires dans la R & D. 2. On sait que Babolat équipe de nombreux joueurs comme Andy Roddick, KimClijsters ou Rafael Nadal. Le budget communication représente 10% du chiffre d affaires, soit autant que la R & D. 3. L externalisation (ou outsourcing) offshore n est pas assimilable à la délocalisation, dans la mesure où il n y a pas de transfert de capitaux d autant que dans ce cas précis, il n y a pas eu de fermeture d un site en France.

8 préalablement. Cela peut aussi être l occasion de revenir sur la distinction nécessaire entre deux notions de flexibilité (par ailleurs liées): flexibilité du «système productif» et flexibilité du travail, notions pas toujours clairement distinguées, y compris dans les manuels. On pourra aussi demander aux élèves de prendre un peu de distance par rapport au reportage. De nombreuses questions sous-jacentes à la stratégie d externalisation en Asie ne sont pas évoquées : quel est l impact en termes d emploi en France? Quelles sont les conditions de travail en Asie? Existe-t-il une charte sociale avec les sous-traitants? L externalisation permet plus de flexibilité pour le donneur d ordre, mais n est-ce pas aux dépens du sous-traitant? Autant de questions qui pourront faire l objet d un débat en classe ou d une recherche au CDI. 8

9 FICHE ÉLÈVE T LE Quelle stratégie internationale chez Babolat? 1. Quels sont les biens produits par les sous-traitants en Asie? Quelle part du chiffre d affaires ces produits représentent-ils? 2. Peut-on parler de délocalisation dans ce cas précis? Sinon, comment appeler ce type d organisation? 3. En utilisant le reportage et vos connaissances, recensez les avantages et les inconvénients du recours à la sous-traitance asiatique, du point de vue de l entreprise Babolat. Avantages Inconvénients 9

10 4. Montrez que cette stratégie engendre de nouveaux coûts pour l entreprise. 5. Rappelez la définition de l expression «Division internationale du travail». 6. Quelle nouvelle forme de DIT cet exemple met-il en évidence? 10

11 CORRIGÉ 1. Les balles, les raquettes, le textile et les chaussures sont soustraités en Asie. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de Babolat. 2. Il ne s agit pas ici d une délocalisation dans la mesure où l entreprise Babolat ne déplace pas l un de ses sites de production à l étranger. Elle se contente de faire appel à des sous-traitants étrangers. On parle dans ce cas d externalisation (ou outsourcing) offshore. Néanmoins, lorsque cette stratégie conduit à fermer des sites en France, on peut considérer qu il s agit d une forme de délocalisation Avantages Avantages liés à l externalisation Babolat ne s occupe plus de la gestion de la main-d œuvre. C est tout particulièrement utile en cas de fluctuation de l activité. Le soustraitant pourra plus facilement s adapter, et n aura pas le choix. Cela apporte un surcroît de flexibilité et une diminution des coûts pour Babolat. L entreprise peut par ailleurs faire jouer la concurrence entre les soustraitants pour obtenir des prix plus faibles. Avantages liés à l Asie Réduction des coûts de production, du coût salarial (en Chine ou aux Philippines, le coût de la main-d œuvre est moins élevé). Il s agit donc d améliorer la compétitivité-prix. Inconvénients Allongement des délais de production et d approvisionnement. Problèmes de qualité des produits. Problèmes de fiabilité des soustraitants: non-respect des délais de production, livraisons non conformes aux commandes Risques de transferts de technologie, dans la mesure où Babolat est obligée de confier aux sous-traitants une partie des secrets de fabrication des produits. Il arrive que d anciens soustraitants deviennent des concurrents redoutables, une fois la technologie acquise. 4. Étant donné l allongement des délais d approvisionnement, et l exigence du juste-à-temps de la part des clients de l entreprise Babolat, celle-ci a dû revoir son organisation pour accroître sa 11

12 capacité de stockage : il a fallu acquérir un nouvel entrepôt de m 2 et doubler les effectifs dédiés à cette fonction. Tout cela engendre de nouveaux coûts qui n auraient pas existé sans l externalisation de la production en Asie 5. Il arrive parfois que les coûts supplémentaires l emportent sur les bénéfices de l externalisation, entraînant des phénomènes de réinternalisation (ou backsourcing 6 ). 5. On parle de division internationale du travail, ou DIT, pour désigner la spécialisation internationale des pays, qui les conduit à se répartir les tâches et à échanger leurs productions. 6. Les stratégies de délocalisation, ou externalisation offshore, des firmes occidentales vers les pays à bas salaires, ont transformé la DIT depuis les années Dans cette nouvelle forme de DIT, les PED se spécialisent dans la production industrielle, alors que les PDEM ne conservent que les activités de service qui nécessitent du personnel très qualifié : recherche et développement, communication On pourra évoquer ici l exemple de Nike, qui ne conserve au «centre» que la conception des produits et la publicité, tout le reste étant délocalisé et/ou externalisé. 4. Voir le cas des centres d appels ou de l infogérance notamment. 5. À ce propos, on pourra souligner que l externalisation engendre de nombreux autres coûts supplémentaires, par exemple des coûts de contrôle de la relation offshore: contrôle de la qualité, audit, benchmarking nécessitant du personnel qualifié sur place. 6. En 2005, une enquête du cabinet Deloitte Consulting portant sur 25 grands groupes américains a eu des résultats retentissants : 70 % des répondants considèrent leur expérience d outsourcing comme négative et 44 % n ont constaté aucune économie de coûts 12

13 STG et STS tertiaire SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE En 1 re et T le STG ; 1 re et 2 e années de STS tertiaire Proposition n 1 Caractériser l organisation à l aide de la grille ci-dessous. Proposition n 2 Dénomination Type Critères généraux Finalité et objectifs Environnement Ressources Mode d organisation et fonctionnement Identifier le problème de management en déterminant : 1. l objectif, à quelle variable le rattacher (mobiliser et animer les hommes, coordonner les acteurs, organiser la production) ; 2. les différentes solutions, c est-à-dire les identifier et les commenter. Analyser la pertinence des solutions en s appuyant sur les résultats évoqués dans le film. Rechercher d autres solutions de management, en groupes puis en classe entière. Autres possibilités d exploitation pédagogique L organisation du travail (1 re année de BTS). L innovation et le diagnostic stratégique (2 e année de BTS). La mondialisation (2 e année de BTS). La logistique (1 re année de BTS). Vous trouverez la bibliographie dans l espace «Ressources réservées aux abonnés», dans la rubrique «Ressources complémentaires». Réalisation: Stéphanie Loridon Capa entreprises, ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche, 2005 Durée: 04min 47 s

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Conduite de projets informatiques offshore

Conduite de projets informatiques offshore Conduite de projets informatiques offshore Eric O Neill Avec la contribution de Olivier Salvatori Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11560-1 Avant-propos Depuis que l informatique sert le monde des entreprises,

Plus en détail

INGÉNIEUR QUALITÉ PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR. Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s

INGÉNIEUR QUALITÉ PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR. Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR INGÉNIEUR QUALITÉ Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS CHEF DE CHANTIER Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers CORRIGÉ CORNILLEAU 1. Identifiez, parmi les sources documentaires

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES «Évaluation des pratiques de recours à des opérateurs externes pour la mise en œuvre des politiques actives d emploi»

CAHIER DES CHARGES «Évaluation des pratiques de recours à des opérateurs externes pour la mise en œuvre des politiques actives d emploi» CAHIER DES CHARGES «Évaluation des pratiques de recours à des opérateurs externes pour la mise en œuvre des politiques actives d emploi» Contrairement à d autres politiques sociales, largement décentralisées

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

CONDI SERVICES, prestataire de services logistiques crée sa marque. Dossier de presse (décembre 2014)

CONDI SERVICES, prestataire de services logistiques crée sa marque. Dossier de presse (décembre 2014) CONDI SERVICES, prestataire de services logistiques crée sa marque Dossier de presse (décembre 2014) CONTACT PRESSE : Stéphanie Riquet 06 78 15 53 88 stephanieriquet@icloud.com CONDI SERVICES, PRESTATAIRE

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif

Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif M. Marcel Nardelli, Directeur Financier du Groupe DBApparel Le cash flow Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif Groupe Européen, DBApparel trouve son origine dans les activités textiles

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE Éditions d Organisation, 2002 ISBN : 2-7081-2781-0 3 LE CHECK-UP DE L ENTREPRISE, MOYEN D UNE VIGILANCE EXTRÊME Check-up

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat Chapitre I Politique d entreprise et politique d achat Nous venons de voir que les objectifs de l entreprise étaient de créer du profit tout en respectant les attentes des clients. Lorsque l entreprise

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Retrouvez toutes nos formations sur www.cma-nantes.fr (espace CIFAM) Sommaire

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Branche professionnelle du Négoce de l ameublement

Branche professionnelle du Négoce de l ameublement Branche professionnelle du Négoce de l ameublement Etude portant sur l analyse du secteur du négoce de l ameublement, de ses évolutions prévisionnelles et de leur(s) impact(s) sur les métiers Services

Plus en détail

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine Stratégie Industrielle Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine 2006-2009 1 Contexte de la filière navale civile Marché de la croisière Du produit de luxe au tourisme de masse Une

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE Contexte : l objectif pédagogique de la visite est de mettre en évidence les différentes activités dans l organisation concernée. Chaque élève ou groupe d

Plus en détail

Industry Fact Sheet February 2013. Pourquoi les solutions de convoyage efficaces sont de plus en plus nécessaires

Industry Fact Sheet February 2013. Pourquoi les solutions de convoyage efficaces sont de plus en plus nécessaires Industry Fact Sheet February 2013 Pourquoi les solutions de convoyage efficaces sont de plus en plus nécessaires 963,0 820,5 Le e-commerce a le vent en poupe 572,5 630,5 Le commerce électronique poursuit

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DE GRILLES D ENTRETIEN Axes de réflexions à aborder avec les étudiants : Le parcours de vie Il s agit de faire connaissance

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001

Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001 Exatec est certifiée ISO 9001 et 14001 MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT EXATEC 580 Rue Antoine Péglion 06190 Roquebrune Cap Martin (France) Tel : +33 (0) 4 93 28 18 09 Fax : +33 (0) 4 93 28 34 55 Email : contact@exatec-atm.com

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

DENJEAN LOGISTIQUE Petit déjeuner des transports Réunion de l ORT 10 octobre 2014

DENJEAN LOGISTIQUE Petit déjeuner des transports Réunion de l ORT 10 octobre 2014 DENJEAN LOGISTIQUE Petit déjeuner des transports Réunion de l ORT 10 octobre 2014 1 Présentation du Groupe Denjean La force d un groupe d envergure: le Groupe Denjean croissance diversification pérennité

Plus en détail

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Formation STMG 2012 Introduction Définition d un PGI Place du PGI en STMG Exemple de PGI : Premier contact avec une courte démonstration basée sur EBP Openline

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS

ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS AUTOUR DE LA STRATÉGIE PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES RESSOURCES DOCUMENTAIRES : SITE ACADÉMIQUE DE TOULOUSE SANDRINE QUENNET Avril 2009 Partie 1 FINALISER ET DÉCIDER

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois.

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. Laurent GIRAUD MCF en GRH IAE Toulouse Huai-Yuan HAN Professeur - Neoma Business School 1. LES VRAIS ACTEURS

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Solutions Transport et. Logistique. Conception Réalisation Pilotage Accompagnement

Solutions Transport et. Logistique. Conception Réalisation Pilotage Accompagnement Conception Réalisation Pilotage Accompagnement Des Solutions Transport et Logistique en France, en Europe et à l International Le contrat de filière Transport et Logistique, initié et soutenu par la Région

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service

Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Techniques de gestion et d optimisation de l entrepôt (niveau 1) Formation en centre A qui s adresse cette formation? Magasiniers Chefs d équipe Chefs de service Durée : 3 jours Le calendrier 2010 Tarifs

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires

Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires Commerce international de licences de technologie portant sur des savoir-faire et des secrets d affaires par Hans Verhulst 1, consultant, Centre de promotion des importations provenant des pays en développement

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

Repenser la chaîne de valeur

Repenser la chaîne de valeur Repenser la chaîne de valeur industrielle et des services de l emploi à l entreprise Guy ELIEN Septembre 2008 Un contexte économique peu reluisant Crise financière Envolées stratosphériques des Matières

Plus en détail

Dans tous ces cas de figure, il faut déterminer en premier la vraie raison de l audit.

Dans tous ces cas de figure, il faut déterminer en premier la vraie raison de l audit. Auditez votre service de documentation Les professionnels de l information et de la documentation le savent bien : les situations stables n existent pas (ou peu) quelle que soit l entreprise où l on exerce,

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et pilotage de projets de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel Aménagements paysagers Module : MP3 Organisation d un chantier d aménagement

Plus en détail

Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d

Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d importants changements. Dans le cadre de la gestion du

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

Le Management poursuit sa route en BTS

Le Management poursuit sa route en BTS Le Management poursuit sa route en BTS Par Jean Jacques Benaiem Après s être introduit dans les programmes préparant au DCG et à ceux des classes préparatoires économiques et commerciales (option technologiques),

Plus en détail

Objectifs de la spécialité. Métiers

Objectifs de la spécialité. Métiers Objectifs de la spécialité La logistique est devenue une fonction essentielle dans la réussite d une entreprise. Fonction transversale, elle harmonise l ensemble des opérations internes et externes à l

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

L innovation dans le commerce

L innovation dans le commerce L innovation dans le commerce Xavier Reif* Pour une entreprise commerciale, l innovation est un levier servant à consolider sa position par rapport à ses concurrentes. Elle contribue à conquérir de nouveaux

Plus en détail

R. SANDRETTO Opération cordée de la réussite 2011-

R. SANDRETTO Opération cordée de la réussite 2011- R. SANDRETTO Opération cordée de la réussite 2011- Modèle HOS : basé sur hypothèse d immobilité internationale des facteurs Avec mobilité du capital, les délocalisations doivent contribuer à l égalisation

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France?

Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? Du mardi 27 novembre au vendredi 30 novembre 2012 Comment l industrie du recyclage des papiers cartons participe-t-elle efficacement à l économie sociale de la France? B E R N A R D R O T H É P R É S I

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail