PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)"

Transcription

1 LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat est longtemps restée spécialisée dans les cordages de raquettes de tennis, où elle occupait la place de numéro un mondial. Dans un contexte de marché mature, la PME lyonnaise change de stratégie dans les années 1990, en se donnant pour objectif d équiper les joueurs de tennis de la tête aux pieds. L entreprise se diversifie alors en produisant des raquettes, des balles, puis des chaussures, tout en restant centrée sur le marché du tennis. En quelques années, le chiffre d affaires s envole. Ce reportage, d une durée de près de cinq minutes, se propose de faire découvrir de façon très didactique les principaux ingrédients de cette success story : investissement massif dans la recherche et développement, mise en place de partenariats avec le Centre technique du cuir ou encore Michelin, création d équipes-tests pour évaluer les produits, externalisation de la production en Asie, stockage de masse pour assurer l approvisionnement rapide des clients, automatisation de la zone de préparation des commandes. Il s agit là d un documentaire particulièrement intéressant pour illustrer la stratégie des entreprises, en classes de 1 re ou T le. Pour les classes d écogestion, le film pourra montrer en quoi une décision stratégique (ici, une diversification) rend nécessaire des modifications dans l organisation d une entreprise, et comment mesurer les résultats obtenus.

2 DISCIPLINES, CLASSES ET PROGRAMMES En sciences économiques et sociales Sciences économiques et sociales, 1 re ES : Thème 2 : La régulation économique et sociale, chapitre 2.1 : La coordination par le marché, item L entreprise et les marchés. Sciences économiques et sociales, T le ES: Thème Internationalisation des échanges et mondialisation, item Stratégies internationales des entreprises. Sciences économiques et sociales, T le ES : Thème Travail et emploi. Bien que cela paraisse plus difficile, ce reportage peut aussi être utilisé en classe de 2 de, à l occasion de l étude de l entreprise. En éco-gestion Management des organisations, 1 re et T le STG. Économie d entreprise et économie générale, 1 re et 2 e années de STS tertiaire. OBJECTIFS DU FILM Pour les classes de SES Présenter la stratégie de diversification mise en place par l entreprise Babolat. Montrer que cette stratégie a nécessité de nouvelles façons de travailler (effort de recherche et développement, mise en place de partenariats ) qui expliquent son succès. Montrer que l entreprise a recours à la sous-traitance asiatique pour réaliser la production des nouveaux produits. Présenter les contraintes qui en découlent en termes de gestion des stocks. Montrer que l automatisation de la gestion des commandes a permis des gains de productivité. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Caractériser des organisations. Repérer des solutions qui visent à réussir la mise en œuvre d une stratégie de diversification (niveau T le uniquement). 2

3 VOCABULAIRE ET NOTIONS Pour les classes de SES Sous-traitance, productivité, innovation, recherche et développement, externalisation offshore (en T le ), logistique. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Diversification, logistique, recherche, développement, partenariat, avantage concurrentiel, cycle de vie du produit. REMARQUE Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Le management repose sur trois composantes essentielles. Chacune est identifiée par une dominante couleur : «Animer et mobiliser les hommes» : jaune ; «Coordonner les acteurs» : bleu ; «Pas d organisations sans organisation» : rouge. Ce film est en relation avec la composante: «Pas d organisations sans organisation (1)». 3

4 DÉCOUPAGE DU FILM 00min 00s: Présentation de l entreprise. La stratégie de diversification Des images du rayon tennis d un magasin de sport défilent pendant que la voix off présente la stratégie de développement de l entreprise Babolat. En 1994, elle était numéro un mondial des cordages de raquettes et des machines à corder, avant de se diversifier en élargissant sa gamme de produits : raquettes, balles, chaussures Interview du PDG, Éric Babolat, qui explique que, le marché du tennis étant stable depuis les années 1980, la croissance de l entreprise passait nécessairement par une diversification. Interview de Patrick Valade, directeur de l industrie et du développement qui explique que pour élargir la gamme de produit, il a fallu renforcer le pôle recherche et développement en recrutant des ingénieurs, investir dans des outils informatiques, développer des partenariats avec des laboratoires de recherche ou encore Michelin, et enfin créer des équipes de test pour évaluer les produits. 01min 48s: Le recours à la sous-traitance asiatique Voix off. Si la fabrication des cordages est réalisée depuis l origine en France, l entreprise a fait appel à des sous-traitants asiatiques pour la fabrication des balles, des raquettes, des textiles et des chaussures. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de l entreprise. Mais travailler avec des fournisseurs aux Philippines implique de nouvelles organisations. Interview du PDG, qui explique que les délais d approvisionnement sont beaucoup plus longs qu avec des fournisseurs français. 02min 30s: De nouvelles contraintes Voix off. Les délais d approvisionnement deviennent plus longs, alors que l entreprise doit faire face à de nouvelles contraintes: les clients de l entreprise demandent à être livrés de plus en plus fréquemment, de façon à réduire leurs stocks. Voix off. L entreprise a donc dû s adapter en développant sa capacité de stockage, donnant à la logistique une importance accrue dans l entreprise: doublement des effectifs et achat d un nouvel entrepôt. Interview d Olivier Pillat, responsable de la logistique, qui présente la zone de stockage de masse, où sont entreposées les palettes. La voix off présente ensuite la zone de préparation des commandes : un système automatisé avec des codesbarres permet la traçabilité de la commande et d importants gains de productivité. Olivier Pillat précise ensuite que, chaque jour, environ 600 à 700 commandes sont expédiées de l entrepôt. 4

5 04min 00s: Une stratégie gagnante La voix off explique que ces changements d organisation ont permis à l entreprise de doubler son chiffre d affaires en cinq ans. Le PDG conclut le reportage en précisant que l entreprise gagne des parts de marché, et que ses débuts dans l univers de la chaussure sont encourageants. 5

6 SES SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE Ce reportage, plutôt didactique, peut tout à fait être utilisé en amont d un cours sur les stratégies des entreprises. Néanmoins, il nécessite de maîtriser du vocabulaire, et pourra sans doute être utilisé plus judicieusement pour illustrer ou approfondir le cours, notamment en TD en classe de 1 re ou T le. En 1 re, la stratégie de croissance de l entreprise Babolat a choisi une stratégie de croissance interne, basée sur la diversification, ce qui a nécessité des efforts en termes d investissement matériel et immatériel, notamment en matière de recherche et développement. C est l occasion de vérifier si les élèves sont capables de réutiliser les connaissances acquises lors de l étude du chapitre sur la stratégie des entreprises. On pourra commencer par des questions simples: dans quelle branche l entreprise se situe-t-elle? Quelle est sa spécialité d origine? Dans le cadre de sa stratégie de diversification, quels sont les nouveaux produits? Quelle part du chiffre d affaires représentent-ils? On pourra ensuite leur demander si la stratégie de Babolat relève de la croissance intensive et/ou extensive, interne ou externe, en fonction de ce que l on aura étudié en cours. On pourra également les interroger sur le rôle de la recherche et développement dans la stratégie de l entreprise. Pourquoi a-t-elle décidé d investir massivement dans la R & D 1? Qu espère-t-elle en tirer? Les élèves devront être capables de réutiliser le vocabulaire économique approprié (stratégie de différenciation, brevet, rente de monopole ). Il est aussi possible de les interroger sur le partenariat entre Babolat et Michelin: comment appelle-t-on ce type de stratégie? Quels avantages les firmes peuvent-elles en tirer? Enfin, on pourra s interroger sur l absence totale de référence au budget communication de l entreprise, qui représente pourtant 10 % du chiffre d affaires, et qui est sans doute l un des facteurs clés de la croissance 2 Pourquoi seul l effort d investissement est-il mis en avant? Est-ce déjà de la communication? 6

7 Recherche documentaire En classe de 1 re, une recherche au CDI pourra porter sur le marché des raquettes de tennis : quels sont les concurrents de Babolat? Les parts de marché des différents groupes? La structure de marché: concurrence parfaite, oligopole, concurrence monopolistique? Son évolution : y a- t-il tendance à la concentration? Etc. En T le, plusieurs pistes à explorer Sur le thème Internationalisation des échanges et mondialisation On insistera sur la stratégie de recours à la sous-traitance asiatique pour améliorer la compétitivité-prix. Il s agira de montrer que cette stratégie vise à réduire certains coûts, mais qu elle engendre également de nouveaux coûts et de nouvelles contraintes. On présentera également la notion d externalisation offshore 3 que l on distinguera de celle de délocalisation. Ce sera aussi l occasion de s interroger sur les conséquences de ce type de stratégies des firmes sur la division internationale du travail (voir Fiche élève, p. 9). Sur le thème Travail et emploi On analysera les changements dans l organisation du travail dans l entreprise Babolat. On pourra demander aux élèves de montrer que la nouvelle organisation a permis de réaliser des gains de productivité (à travers le recours à l outil informatique et à l automatisation notamment). On pourra également leur demander d expliquer le paradoxe suivant: les clients de Babolat pratiquent le juste-à-temps alors que l entreprise elle-même accroît sa capacité de stockage. On pourra enfin utiliser ce reportage pour illustrer la stratégie d externalisation (ou outsourcing), comme moyen d accroître la flexibilité. On demandera alors aux élèves de faire le lien entre externalisation et flexibilité, ce qui suppose que ces deux concepts aient été étudiés 7 1. L entreprise investit 10 % de son chiffre d affaires dans la R & D. 2. On sait que Babolat équipe de nombreux joueurs comme Andy Roddick, KimClijsters ou Rafael Nadal. Le budget communication représente 10% du chiffre d affaires, soit autant que la R & D. 3. L externalisation (ou outsourcing) offshore n est pas assimilable à la délocalisation, dans la mesure où il n y a pas de transfert de capitaux d autant que dans ce cas précis, il n y a pas eu de fermeture d un site en France.

8 préalablement. Cela peut aussi être l occasion de revenir sur la distinction nécessaire entre deux notions de flexibilité (par ailleurs liées): flexibilité du «système productif» et flexibilité du travail, notions pas toujours clairement distinguées, y compris dans les manuels. On pourra aussi demander aux élèves de prendre un peu de distance par rapport au reportage. De nombreuses questions sous-jacentes à la stratégie d externalisation en Asie ne sont pas évoquées : quel est l impact en termes d emploi en France? Quelles sont les conditions de travail en Asie? Existe-t-il une charte sociale avec les sous-traitants? L externalisation permet plus de flexibilité pour le donneur d ordre, mais n est-ce pas aux dépens du sous-traitant? Autant de questions qui pourront faire l objet d un débat en classe ou d une recherche au CDI. 8

9 FICHE ÉLÈVE T LE Quelle stratégie internationale chez Babolat? 1. Quels sont les biens produits par les sous-traitants en Asie? Quelle part du chiffre d affaires ces produits représentent-ils? 2. Peut-on parler de délocalisation dans ce cas précis? Sinon, comment appeler ce type d organisation? 3. En utilisant le reportage et vos connaissances, recensez les avantages et les inconvénients du recours à la sous-traitance asiatique, du point de vue de l entreprise Babolat. Avantages Inconvénients 9

10 4. Montrez que cette stratégie engendre de nouveaux coûts pour l entreprise. 5. Rappelez la définition de l expression «Division internationale du travail». 6. Quelle nouvelle forme de DIT cet exemple met-il en évidence? 10

11 CORRIGÉ 1. Les balles, les raquettes, le textile et les chaussures sont soustraités en Asie. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de Babolat. 2. Il ne s agit pas ici d une délocalisation dans la mesure où l entreprise Babolat ne déplace pas l un de ses sites de production à l étranger. Elle se contente de faire appel à des sous-traitants étrangers. On parle dans ce cas d externalisation (ou outsourcing) offshore. Néanmoins, lorsque cette stratégie conduit à fermer des sites en France, on peut considérer qu il s agit d une forme de délocalisation Avantages Avantages liés à l externalisation Babolat ne s occupe plus de la gestion de la main-d œuvre. C est tout particulièrement utile en cas de fluctuation de l activité. Le soustraitant pourra plus facilement s adapter, et n aura pas le choix. Cela apporte un surcroît de flexibilité et une diminution des coûts pour Babolat. L entreprise peut par ailleurs faire jouer la concurrence entre les soustraitants pour obtenir des prix plus faibles. Avantages liés à l Asie Réduction des coûts de production, du coût salarial (en Chine ou aux Philippines, le coût de la main-d œuvre est moins élevé). Il s agit donc d améliorer la compétitivité-prix. Inconvénients Allongement des délais de production et d approvisionnement. Problèmes de qualité des produits. Problèmes de fiabilité des soustraitants: non-respect des délais de production, livraisons non conformes aux commandes Risques de transferts de technologie, dans la mesure où Babolat est obligée de confier aux sous-traitants une partie des secrets de fabrication des produits. Il arrive que d anciens soustraitants deviennent des concurrents redoutables, une fois la technologie acquise. 4. Étant donné l allongement des délais d approvisionnement, et l exigence du juste-à-temps de la part des clients de l entreprise Babolat, celle-ci a dû revoir son organisation pour accroître sa 11

12 capacité de stockage : il a fallu acquérir un nouvel entrepôt de m 2 et doubler les effectifs dédiés à cette fonction. Tout cela engendre de nouveaux coûts qui n auraient pas existé sans l externalisation de la production en Asie 5. Il arrive parfois que les coûts supplémentaires l emportent sur les bénéfices de l externalisation, entraînant des phénomènes de réinternalisation (ou backsourcing 6 ). 5. On parle de division internationale du travail, ou DIT, pour désigner la spécialisation internationale des pays, qui les conduit à se répartir les tâches et à échanger leurs productions. 6. Les stratégies de délocalisation, ou externalisation offshore, des firmes occidentales vers les pays à bas salaires, ont transformé la DIT depuis les années Dans cette nouvelle forme de DIT, les PED se spécialisent dans la production industrielle, alors que les PDEM ne conservent que les activités de service qui nécessitent du personnel très qualifié : recherche et développement, communication On pourra évoquer ici l exemple de Nike, qui ne conserve au «centre» que la conception des produits et la publicité, tout le reste étant délocalisé et/ou externalisé. 4. Voir le cas des centres d appels ou de l infogérance notamment. 5. À ce propos, on pourra souligner que l externalisation engendre de nombreux autres coûts supplémentaires, par exemple des coûts de contrôle de la relation offshore: contrôle de la qualité, audit, benchmarking nécessitant du personnel qualifié sur place. 6. En 2005, une enquête du cabinet Deloitte Consulting portant sur 25 grands groupes américains a eu des résultats retentissants : 70 % des répondants considèrent leur expérience d outsourcing comme négative et 44 % n ont constaté aucune économie de coûts 12

13 STG et STS tertiaire SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE En 1 re et T le STG ; 1 re et 2 e années de STS tertiaire Proposition n 1 Caractériser l organisation à l aide de la grille ci-dessous. Proposition n 2 Dénomination Type Critères généraux Finalité et objectifs Environnement Ressources Mode d organisation et fonctionnement Identifier le problème de management en déterminant : 1. l objectif, à quelle variable le rattacher (mobiliser et animer les hommes, coordonner les acteurs, organiser la production) ; 2. les différentes solutions, c est-à-dire les identifier et les commenter. Analyser la pertinence des solutions en s appuyant sur les résultats évoqués dans le film. Rechercher d autres solutions de management, en groupes puis en classe entière. Autres possibilités d exploitation pédagogique L organisation du travail (1 re année de BTS). L innovation et le diagnostic stratégique (2 e année de BTS). La mondialisation (2 e année de BTS). La logistique (1 re année de BTS). Vous trouverez la bibliographie dans l espace «Ressources réservées aux abonnés», dans la rubrique «Ressources complémentaires». Réalisation: Stéphanie Loridon Capa entreprises, ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche, 2005 Durée: 04min 47 s

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

I) Le diagnostic externe

I) Le diagnostic externe Le diagnostic stratégique est la première étape de la démarche stratégique et consiste à analyser le diagnostic externe et interne de l entreprise. L analyse FFOM (SWOT) résume les conclusions de ces deux

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

Le management des entreprises en STS. Formation du 2 avril 2008

Le management des entreprises en STS. Formation du 2 avril 2008 Le management des entreprises en STS Formation du 2 avril 2008 1 Programme de la matinée Accueil/Présentation Présentation générale Pourquoi le nouveau référentiel? Le contenu de la nouvelle épreuve. Précisions

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Formation STMG 2012 Introduction Définition d un PGI Place du PGI en STMG Exemple de PGI : Premier contact avec une courte démonstration basée sur EBP Openline

Plus en détail

Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif

Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif M. Marcel Nardelli, Directeur Financier du Groupe DBApparel Le cash flow Management, plus qu une tendance pour DBApparel, un impératif Groupe Européen, DBApparel trouve son origine dans les activités textiles

Plus en détail

Thème : Les achats et les approvisionnements

Thème : Les achats et les approvisionnements BTS Management des Unités Commerciales Epreuve E5 : Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Session : 2011 Sujet n 3 Thème : Les achats et les approvisionnements Question 1 : Rappeler les différentes

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit)

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) Apportant un complément indispensable aux enseignements d'économie, de management des organisations et de sciences de gestion, l enseignement

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

TRADUCTEUR, ENTREPRENEUR, FORMATEUR, MÊME COMBAT ( PERDU D AVANCE)!

TRADUCTEUR, ENTREPRENEUR, FORMATEUR, MÊME COMBAT ( PERDU D AVANCE)! TRADUCTEUR, ENTREPRENEUR, FORMATEUR, MÊME COMBAT ( PERDU D AVANCE)! Daniel Gouadec, Lisbonne 2010 Faire de la prospective Atomisation du travail Dématérialisation Dévalorisation (d où tentatives de valorisation

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L usage des newsletters dans les entreprises BtoB Introduction : Notre étude : Le terme «Newsletter» s est banalisé. Beaucoup d entreprises

Plus en détail

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3.

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. 1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. Vente et marketing... 7 3.3.1. Gestion de la relation Client

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Rénovation de la filière tertiaire administratif Bac pro COMPTABILITE Bac pro SECRETARIAT Bac pro GESTION-ADMINISTRATION De la comptabilité vers la gestion

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises LES PME manufacturières sont-elles prêtes pour l ERP? Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche sur les PME Université

Plus en détail

BOURGOGNE. Nouveauté 2012-2013

BOURGOGNE. Nouveauté 2012-2013 webclasseur orientation La lettre kiosque du Webclasseur orientation BOURGOGNE et du Kiosque N 1 - Octobre 2012 Édito Édito À l ardoise : Le Webclasseur orientation fait sa rentrée! Nouveauté 2012-2013

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

PROJET DE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CADRE DIRIGEANT D ENTREPRISE AGRICOLE FRUITS ET LEGUMES

PROJET DE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CADRE DIRIGEANT D ENTREPRISE AGRICOLE FRUITS ET LEGUMES 29 septembre 2006 PROJET DE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CADRE DIRIGEANT D ENTREPRISE AGRICOLE FRUITS ET LEGUMES DOCUMENT DE TRAVAIL REMARQUES PREALABLES SUR LES MODALITES D ELABORATION DU

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE 2014

TAXE D APPRENTISSAGE 2014 TAXE D APPRENTISSAGE 2014 3 ÉCOLES POUR ACCOMPAGNER Investissez dans les cursus de nos trois écoles et apportez ainsi votre d un vivier de 2 700 étudiants à fort potentiel." En alliant formation opérationnelle,

Plus en détail

PostDoc Tout sur la logistique. Support destiné aux enseignants

PostDoc Tout sur la logistique. Support destiné aux enseignants PostDoc Tout sur la logistique Support destiné aux enseignants Introduction Un nouveau support didactique sur le rôle de la logistique Au cours des dernières années, les questions relatives aux services

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD

Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Juillet 2009 Les compétences des permanents face à la nouvelle activité que constitue le recrutement en CDI et en CDD Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Collection dirigée par Xavier Chiron

Collection dirigée par Xavier Chiron EXTRAIT Collection dirigée par Xavier Chiron Coordination : Marc Geronimi Bruno Bonnefous Professeur agrégé d économie et gestion Marc Geronimi Professeur agrégé d économie et gestion Élise Grosjean Professeur

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Dossier candidat Candidat Nom :... Prénom :... Demande du CQP : Parcours avec actions de formation pour tous les salariés (chimie et hors chimie) dont

Plus en détail

LES RESSOURCES DU RÉSEAU CERTA. Sciences de gestion

LES RESSOURCES DU RÉSEAU CERTA. Sciences de gestion LES RESSOURCES DU RÉSEAU CERTA Sciences de gestion PRESENTATION DU RÉSEAU CERTA PRESENTATION DU RÉSEAU CERTA Ticket de caisse Easy Voyage Jeu sérieux Spécibike PGI En quoi les technologies transforment-elles

Plus en détail

Les enquêtes de l Observatoire Cegos. Les stratégies d externalisation des entreprises françaises

Les enquêtes de l Observatoire Cegos. Les stratégies d externalisation des entreprises françaises Les enquêtes de l Observatoire Cegos Les stratégies d externalisation des entreprises françaises Janvier 2011 Panel de l étude 2 L Observatoire Cegos a réalisé cette enquête en Septembre-Octobre 2010,

Plus en détail

Métiers de la communication scientifique

Métiers de la communication scientifique Session 5 Métiers de la communication scientifique EDSM Décembre 2009 Plan 1 - Métiers de la valorisation scientifique 2 - Métiers de la vulgarisation scientifique 3 - Structures d accueil 4 - Sites web

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

CREER ET DEVELOPPER SON ACTIVITE EN PORTAGE SALARIAL L ENTREPRISE AUTREMENT!

CREER ET DEVELOPPER SON ACTIVITE EN PORTAGE SALARIAL L ENTREPRISE AUTREMENT! CREER ET DEVELOPPER SON ACTIVITE EN PORTAGE SALARIAL L ENTREPRISE AUTREMENT! SOMMAIRE Définition du portage salarial Une activité bordée par la loi Qui est concerné par le portage salarial Les atouts pour

Plus en détail

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE BIENVENUE DANS UN RÉGIME DE RETRAITE À NUL AUTRE PAREIL LE REER COLLECTIF FÉRIQUE EN BREF En vertu d une entente avec Gestion FÉRIQUE, votre employeur

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX

LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX LA GESTION STRATEGIQUE DES ACHATS INTERNATIONAUX 1 LA GESTION STRATEGIQUES DES ACHATS INTERNATIONAUX Sommaire 1 - STRATEGIE DE L ACHAT A L INTERNATIONAL Enjeux Raisons Freins Préparer l entreprise aux

Plus en détail

Il permet d introduire une première réflexion sur le monde de l entreprise, et en particulier de la PME.

Il permet d introduire une première réflexion sur le monde de l entreprise, et en particulier de la PME. Réfléchir sur les qualités d un chef d entreprise permet au jeune d entrer en douceur dans le monde du travail et de désacraliser le métier de patron. Objectifs : Permettre au jeune de : Prendre connaissance

Plus en détail

Collection dirigée par Xavier Chiron

Collection dirigée par Xavier Chiron EXTRAIT Collection dirigée par Xavier Chiron Coordination : Françoise Rouaix Xavier Chiron Inspecteur d académie-inspecteur pédagogique régional d économie et gestion Stéphane Derocles Professeur agrégé

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Rémunération stratégique pour réussir sa conquête des talents

Rémunération stratégique pour réussir sa conquête des talents 1 Rémunération stratégique pour réussir sa conquête des talents 2 Rémunération stratégique Plan de la présentation 1- Rémunération stratégique : Notions de base Établir et maintenir une structure salariale

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION

Table des matières INTRODUCTION LE REGIME DE LA SOUS-TRAITANCE INDUSTRIELLE EN ALLEMAGNE Table des matières A. POSSIBILITES D ORGANISATION...2 1. Contrat - cadre...2 2. Evaluation du fournisseur...3 3. Convention sur l assurance - qualité...3

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

ère année et 2 ème année

ère année et 2 ème année Cahier de texte BTS design de mode textile et environnement 1 ère année et 2 ème année Ce document est distribué à chaque étudiant en première année afin de comprendre les enjeux du cours et d en percevoir

Plus en détail

Economie Gestion SAC DE PLAGE. Les programmes. Enseignement professionnel tertiaire. Par Stéphane GOZE, Chantal BOITEL, Alain TEFAINE

Economie Gestion SAC DE PLAGE. Les programmes. Enseignement professionnel tertiaire. Par Stéphane GOZE, Chantal BOITEL, Alain TEFAINE Economie Gestion Par Stéphane GOZE, Chantal BOITEL, Alain TEFAINE SAC DE PLAGE Une année scolaire se termine qu il faut déjà penser et anticiper la suivante. De nouvelles matières à préparer, des cours

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

A. Qui est City Sport? B. Une offre complète et variée

A. Qui est City Sport? B. Une offre complète et variée PARTIE 1 : ANALYSE COMMERCIALE A. Qui est City Sport? Mon projet de développement a été réalisé dans une grande surface spécialisée en vente d articles et Accessoires de sport. Le réseau de distributeur

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC

AVIS A MANIFESTATION D INTERET N S 53/DMP/2012 POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET DE COMMUNICATION POUR LE PEJEDEC REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SOLIDARITE PROJET EMPLOI JEUNE ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES (PEJEDEC) Financement

Plus en détail

L outsourcing de la fonction comptable

L outsourcing de la fonction comptable OCA, Société d Expertise-Comptable 63 avenue de Villiers 75017 PARIS Tel: 01.40.54.98.80 / Fax : 01.47.63.92.75 oca@oca-audit.com www.oca-audit.com L outsourcing de la fonction comptable Sommaire 1. L

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Mai 2014 LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Déjà très incitatif et performant, le crédit d impôt recherche (CIR) vient d être à nouveau renforcé par la France. Depuis le 1 er janvier 2013, les dépenses d innovation

Plus en détail

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité?

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? Introduction Laurent Tarazona, Directeur Commercial Profession Comptable ADP Micromégas ADP Micromégas ADP 60 ans d expertise paie et RH Un métier

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Informatique, traitement de données et activités de grille

Informatique, traitement de données et activités de grille Colloque de prospective ingénieurs et techniciens de l IN2P3 Informatique, traitement de données et activités de grille Solveig ALBRAND LPSC, Christian ARNAULT LAL, Jean-Michel BARBET SUBATECH, Bernard

Plus en détail

LA RFID ET VOUS. Grand sondage Stef-TFE / BVA sur les projets réels des entreprises agroalimentaires en matière de RFID SONDAGE.

LA RFID ET VOUS. Grand sondage Stef-TFE / BVA sur les projets réels des entreprises agroalimentaires en matière de RFID SONDAGE. SONDAGE LA RFID ET VOUS Grand sondage Stef-TFE / BVA sur les projets réels des entreprises agroalimentaires en matière de RFID octobre 2005 > Depuis quelques temps, certains acteurs de la grande distribution

Plus en détail