PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)"

Transcription

1 LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat est longtemps restée spécialisée dans les cordages de raquettes de tennis, où elle occupait la place de numéro un mondial. Dans un contexte de marché mature, la PME lyonnaise change de stratégie dans les années 1990, en se donnant pour objectif d équiper les joueurs de tennis de la tête aux pieds. L entreprise se diversifie alors en produisant des raquettes, des balles, puis des chaussures, tout en restant centrée sur le marché du tennis. En quelques années, le chiffre d affaires s envole. Ce reportage, d une durée de près de cinq minutes, se propose de faire découvrir de façon très didactique les principaux ingrédients de cette success story : investissement massif dans la recherche et développement, mise en place de partenariats avec le Centre technique du cuir ou encore Michelin, création d équipes-tests pour évaluer les produits, externalisation de la production en Asie, stockage de masse pour assurer l approvisionnement rapide des clients, automatisation de la zone de préparation des commandes. Il s agit là d un documentaire particulièrement intéressant pour illustrer la stratégie des entreprises, en classes de 1 re ou T le. Pour les classes d écogestion, le film pourra montrer en quoi une décision stratégique (ici, une diversification) rend nécessaire des modifications dans l organisation d une entreprise, et comment mesurer les résultats obtenus.

2 DISCIPLINES, CLASSES ET PROGRAMMES En sciences économiques et sociales Sciences économiques et sociales, 1 re ES : Thème 2 : La régulation économique et sociale, chapitre 2.1 : La coordination par le marché, item L entreprise et les marchés. Sciences économiques et sociales, T le ES: Thème Internationalisation des échanges et mondialisation, item Stratégies internationales des entreprises. Sciences économiques et sociales, T le ES : Thème Travail et emploi. Bien que cela paraisse plus difficile, ce reportage peut aussi être utilisé en classe de 2 de, à l occasion de l étude de l entreprise. En éco-gestion Management des organisations, 1 re et T le STG. Économie d entreprise et économie générale, 1 re et 2 e années de STS tertiaire. OBJECTIFS DU FILM Pour les classes de SES Présenter la stratégie de diversification mise en place par l entreprise Babolat. Montrer que cette stratégie a nécessité de nouvelles façons de travailler (effort de recherche et développement, mise en place de partenariats ) qui expliquent son succès. Montrer que l entreprise a recours à la sous-traitance asiatique pour réaliser la production des nouveaux produits. Présenter les contraintes qui en découlent en termes de gestion des stocks. Montrer que l automatisation de la gestion des commandes a permis des gains de productivité. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Caractériser des organisations. Repérer des solutions qui visent à réussir la mise en œuvre d une stratégie de diversification (niveau T le uniquement). 2

3 VOCABULAIRE ET NOTIONS Pour les classes de SES Sous-traitance, productivité, innovation, recherche et développement, externalisation offshore (en T le ), logistique. Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Diversification, logistique, recherche, développement, partenariat, avantage concurrentiel, cycle de vie du produit. REMARQUE Pour les classes de 1 re et T le STG; les 1 re et 2 e années de STS tertiaire Le management repose sur trois composantes essentielles. Chacune est identifiée par une dominante couleur : «Animer et mobiliser les hommes» : jaune ; «Coordonner les acteurs» : bleu ; «Pas d organisations sans organisation» : rouge. Ce film est en relation avec la composante: «Pas d organisations sans organisation (1)». 3

4 DÉCOUPAGE DU FILM 00min 00s: Présentation de l entreprise. La stratégie de diversification Des images du rayon tennis d un magasin de sport défilent pendant que la voix off présente la stratégie de développement de l entreprise Babolat. En 1994, elle était numéro un mondial des cordages de raquettes et des machines à corder, avant de se diversifier en élargissant sa gamme de produits : raquettes, balles, chaussures Interview du PDG, Éric Babolat, qui explique que, le marché du tennis étant stable depuis les années 1980, la croissance de l entreprise passait nécessairement par une diversification. Interview de Patrick Valade, directeur de l industrie et du développement qui explique que pour élargir la gamme de produit, il a fallu renforcer le pôle recherche et développement en recrutant des ingénieurs, investir dans des outils informatiques, développer des partenariats avec des laboratoires de recherche ou encore Michelin, et enfin créer des équipes de test pour évaluer les produits. 01min 48s: Le recours à la sous-traitance asiatique Voix off. Si la fabrication des cordages est réalisée depuis l origine en France, l entreprise a fait appel à des sous-traitants asiatiques pour la fabrication des balles, des raquettes, des textiles et des chaussures. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de l entreprise. Mais travailler avec des fournisseurs aux Philippines implique de nouvelles organisations. Interview du PDG, qui explique que les délais d approvisionnement sont beaucoup plus longs qu avec des fournisseurs français. 02min 30s: De nouvelles contraintes Voix off. Les délais d approvisionnement deviennent plus longs, alors que l entreprise doit faire face à de nouvelles contraintes: les clients de l entreprise demandent à être livrés de plus en plus fréquemment, de façon à réduire leurs stocks. Voix off. L entreprise a donc dû s adapter en développant sa capacité de stockage, donnant à la logistique une importance accrue dans l entreprise: doublement des effectifs et achat d un nouvel entrepôt. Interview d Olivier Pillat, responsable de la logistique, qui présente la zone de stockage de masse, où sont entreposées les palettes. La voix off présente ensuite la zone de préparation des commandes : un système automatisé avec des codesbarres permet la traçabilité de la commande et d importants gains de productivité. Olivier Pillat précise ensuite que, chaque jour, environ 600 à 700 commandes sont expédiées de l entrepôt. 4

5 04min 00s: Une stratégie gagnante La voix off explique que ces changements d organisation ont permis à l entreprise de doubler son chiffre d affaires en cinq ans. Le PDG conclut le reportage en précisant que l entreprise gagne des parts de marché, et que ses débuts dans l univers de la chaussure sont encourageants. 5

6 SES SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE Ce reportage, plutôt didactique, peut tout à fait être utilisé en amont d un cours sur les stratégies des entreprises. Néanmoins, il nécessite de maîtriser du vocabulaire, et pourra sans doute être utilisé plus judicieusement pour illustrer ou approfondir le cours, notamment en TD en classe de 1 re ou T le. En 1 re, la stratégie de croissance de l entreprise Babolat a choisi une stratégie de croissance interne, basée sur la diversification, ce qui a nécessité des efforts en termes d investissement matériel et immatériel, notamment en matière de recherche et développement. C est l occasion de vérifier si les élèves sont capables de réutiliser les connaissances acquises lors de l étude du chapitre sur la stratégie des entreprises. On pourra commencer par des questions simples: dans quelle branche l entreprise se situe-t-elle? Quelle est sa spécialité d origine? Dans le cadre de sa stratégie de diversification, quels sont les nouveaux produits? Quelle part du chiffre d affaires représentent-ils? On pourra ensuite leur demander si la stratégie de Babolat relève de la croissance intensive et/ou extensive, interne ou externe, en fonction de ce que l on aura étudié en cours. On pourra également les interroger sur le rôle de la recherche et développement dans la stratégie de l entreprise. Pourquoi a-t-elle décidé d investir massivement dans la R & D 1? Qu espère-t-elle en tirer? Les élèves devront être capables de réutiliser le vocabulaire économique approprié (stratégie de différenciation, brevet, rente de monopole ). Il est aussi possible de les interroger sur le partenariat entre Babolat et Michelin: comment appelle-t-on ce type de stratégie? Quels avantages les firmes peuvent-elles en tirer? Enfin, on pourra s interroger sur l absence totale de référence au budget communication de l entreprise, qui représente pourtant 10 % du chiffre d affaires, et qui est sans doute l un des facteurs clés de la croissance 2 Pourquoi seul l effort d investissement est-il mis en avant? Est-ce déjà de la communication? 6

7 Recherche documentaire En classe de 1 re, une recherche au CDI pourra porter sur le marché des raquettes de tennis : quels sont les concurrents de Babolat? Les parts de marché des différents groupes? La structure de marché: concurrence parfaite, oligopole, concurrence monopolistique? Son évolution : y a- t-il tendance à la concentration? Etc. En T le, plusieurs pistes à explorer Sur le thème Internationalisation des échanges et mondialisation On insistera sur la stratégie de recours à la sous-traitance asiatique pour améliorer la compétitivité-prix. Il s agira de montrer que cette stratégie vise à réduire certains coûts, mais qu elle engendre également de nouveaux coûts et de nouvelles contraintes. On présentera également la notion d externalisation offshore 3 que l on distinguera de celle de délocalisation. Ce sera aussi l occasion de s interroger sur les conséquences de ce type de stratégies des firmes sur la division internationale du travail (voir Fiche élève, p. 9). Sur le thème Travail et emploi On analysera les changements dans l organisation du travail dans l entreprise Babolat. On pourra demander aux élèves de montrer que la nouvelle organisation a permis de réaliser des gains de productivité (à travers le recours à l outil informatique et à l automatisation notamment). On pourra également leur demander d expliquer le paradoxe suivant: les clients de Babolat pratiquent le juste-à-temps alors que l entreprise elle-même accroît sa capacité de stockage. On pourra enfin utiliser ce reportage pour illustrer la stratégie d externalisation (ou outsourcing), comme moyen d accroître la flexibilité. On demandera alors aux élèves de faire le lien entre externalisation et flexibilité, ce qui suppose que ces deux concepts aient été étudiés 7 1. L entreprise investit 10 % de son chiffre d affaires dans la R & D. 2. On sait que Babolat équipe de nombreux joueurs comme Andy Roddick, KimClijsters ou Rafael Nadal. Le budget communication représente 10% du chiffre d affaires, soit autant que la R & D. 3. L externalisation (ou outsourcing) offshore n est pas assimilable à la délocalisation, dans la mesure où il n y a pas de transfert de capitaux d autant que dans ce cas précis, il n y a pas eu de fermeture d un site en France.

8 préalablement. Cela peut aussi être l occasion de revenir sur la distinction nécessaire entre deux notions de flexibilité (par ailleurs liées): flexibilité du «système productif» et flexibilité du travail, notions pas toujours clairement distinguées, y compris dans les manuels. On pourra aussi demander aux élèves de prendre un peu de distance par rapport au reportage. De nombreuses questions sous-jacentes à la stratégie d externalisation en Asie ne sont pas évoquées : quel est l impact en termes d emploi en France? Quelles sont les conditions de travail en Asie? Existe-t-il une charte sociale avec les sous-traitants? L externalisation permet plus de flexibilité pour le donneur d ordre, mais n est-ce pas aux dépens du sous-traitant? Autant de questions qui pourront faire l objet d un débat en classe ou d une recherche au CDI. 8

9 FICHE ÉLÈVE T LE Quelle stratégie internationale chez Babolat? 1. Quels sont les biens produits par les sous-traitants en Asie? Quelle part du chiffre d affaires ces produits représentent-ils? 2. Peut-on parler de délocalisation dans ce cas précis? Sinon, comment appeler ce type d organisation? 3. En utilisant le reportage et vos connaissances, recensez les avantages et les inconvénients du recours à la sous-traitance asiatique, du point de vue de l entreprise Babolat. Avantages Inconvénients 9

10 4. Montrez que cette stratégie engendre de nouveaux coûts pour l entreprise. 5. Rappelez la définition de l expression «Division internationale du travail». 6. Quelle nouvelle forme de DIT cet exemple met-il en évidence? 10

11 CORRIGÉ 1. Les balles, les raquettes, le textile et les chaussures sont soustraités en Asie. Ces produits représentent environ 70 % du chiffre d affaires de Babolat. 2. Il ne s agit pas ici d une délocalisation dans la mesure où l entreprise Babolat ne déplace pas l un de ses sites de production à l étranger. Elle se contente de faire appel à des sous-traitants étrangers. On parle dans ce cas d externalisation (ou outsourcing) offshore. Néanmoins, lorsque cette stratégie conduit à fermer des sites en France, on peut considérer qu il s agit d une forme de délocalisation Avantages Avantages liés à l externalisation Babolat ne s occupe plus de la gestion de la main-d œuvre. C est tout particulièrement utile en cas de fluctuation de l activité. Le soustraitant pourra plus facilement s adapter, et n aura pas le choix. Cela apporte un surcroît de flexibilité et une diminution des coûts pour Babolat. L entreprise peut par ailleurs faire jouer la concurrence entre les soustraitants pour obtenir des prix plus faibles. Avantages liés à l Asie Réduction des coûts de production, du coût salarial (en Chine ou aux Philippines, le coût de la main-d œuvre est moins élevé). Il s agit donc d améliorer la compétitivité-prix. Inconvénients Allongement des délais de production et d approvisionnement. Problèmes de qualité des produits. Problèmes de fiabilité des soustraitants: non-respect des délais de production, livraisons non conformes aux commandes Risques de transferts de technologie, dans la mesure où Babolat est obligée de confier aux sous-traitants une partie des secrets de fabrication des produits. Il arrive que d anciens soustraitants deviennent des concurrents redoutables, une fois la technologie acquise. 4. Étant donné l allongement des délais d approvisionnement, et l exigence du juste-à-temps de la part des clients de l entreprise Babolat, celle-ci a dû revoir son organisation pour accroître sa 11

12 capacité de stockage : il a fallu acquérir un nouvel entrepôt de m 2 et doubler les effectifs dédiés à cette fonction. Tout cela engendre de nouveaux coûts qui n auraient pas existé sans l externalisation de la production en Asie 5. Il arrive parfois que les coûts supplémentaires l emportent sur les bénéfices de l externalisation, entraînant des phénomènes de réinternalisation (ou backsourcing 6 ). 5. On parle de division internationale du travail, ou DIT, pour désigner la spécialisation internationale des pays, qui les conduit à se répartir les tâches et à échanger leurs productions. 6. Les stratégies de délocalisation, ou externalisation offshore, des firmes occidentales vers les pays à bas salaires, ont transformé la DIT depuis les années Dans cette nouvelle forme de DIT, les PED se spécialisent dans la production industrielle, alors que les PDEM ne conservent que les activités de service qui nécessitent du personnel très qualifié : recherche et développement, communication On pourra évoquer ici l exemple de Nike, qui ne conserve au «centre» que la conception des produits et la publicité, tout le reste étant délocalisé et/ou externalisé. 4. Voir le cas des centres d appels ou de l infogérance notamment. 5. À ce propos, on pourra souligner que l externalisation engendre de nombreux autres coûts supplémentaires, par exemple des coûts de contrôle de la relation offshore: contrôle de la qualité, audit, benchmarking nécessitant du personnel qualifié sur place. 6. En 2005, une enquête du cabinet Deloitte Consulting portant sur 25 grands groupes américains a eu des résultats retentissants : 70 % des répondants considèrent leur expérience d outsourcing comme négative et 44 % n ont constaté aucune économie de coûts 12

13 STG et STS tertiaire SUGGESTIONS D EXPLOITATION PÉDAGOGIQUE En 1 re et T le STG ; 1 re et 2 e années de STS tertiaire Proposition n 1 Caractériser l organisation à l aide de la grille ci-dessous. Proposition n 2 Dénomination Type Critères généraux Finalité et objectifs Environnement Ressources Mode d organisation et fonctionnement Identifier le problème de management en déterminant : 1. l objectif, à quelle variable le rattacher (mobiliser et animer les hommes, coordonner les acteurs, organiser la production) ; 2. les différentes solutions, c est-à-dire les identifier et les commenter. Analyser la pertinence des solutions en s appuyant sur les résultats évoqués dans le film. Rechercher d autres solutions de management, en groupes puis en classe entière. Autres possibilités d exploitation pédagogique L organisation du travail (1 re année de BTS). L innovation et le diagnostic stratégique (2 e année de BTS). La mondialisation (2 e année de BTS). La logistique (1 re année de BTS). Vous trouverez la bibliographie dans l espace «Ressources réservées aux abonnés», dans la rubrique «Ressources complémentaires». Réalisation: Stéphanie Loridon Capa entreprises, ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et de la Recherche, 2005 Durée: 04min 47 s

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

INGÉNIEUR QUALITÉ PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR. Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s

INGÉNIEUR QUALITÉ PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR. Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s PORTRAITS : ÊTRE INGÉNIEUR INGÉNIEUR QUALITÉ Réalisation : Laurent Delhourme Production exécutive : Capa Entreprises Onisep, 2001 Durée : 02 min 11 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s

CHEF DE CHANTIER LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS. Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS CHEF DE CHANTIER Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 17 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Stratégie & organisation d entreprise. Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel

Stratégie & organisation d entreprise. Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel Stratégie & organisation d entreprise Séance 6 : Stratégies génériques & avantage concurrentiel Planification Diagnostic stratégique Orientations stratégiques La création de stratégies de l entreprise

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois.

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. Laurent GIRAUD MCF en GRH IAE Toulouse Huai-Yuan HAN Professeur - Neoma Business School 1. LES VRAIS ACTEURS

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Conduite de projets informatiques offshore

Conduite de projets informatiques offshore Conduite de projets informatiques offshore Eric O Neill Avec la contribution de Olivier Salvatori Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11560-1 Avant-propos Depuis que l informatique sert le monde des entreprises,

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DE GRILLES D ENTRETIEN Axes de réflexions à aborder avec les étudiants : Le parcours de vie Il s agit de faire connaissance

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

Eléments de Gestion Industrielle

Eléments de Gestion Industrielle Eléments de Gestion Industrielle L objet de ce document est de rappeler quelques définitions élémentaires de gestion industrielle à l intention de lecteurs n ayant pas reçu une formation technique. Sommaire

Plus en détail

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION

ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN 2012 ACHAT PUBLIC PROMOUVOIR, CONSTRUIRE, PILOTER ET OPTIMISER UN PLAN D ACTION ACN ACHAT PUBLIC MODULE A RENFORCER LA STRATÉGIE ACHAT DE SON ÉTABLISSEMENT : ATOUTS ET CLÉS DE SUCCÈS MODULE A RENFORCER

Plus en détail

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise

Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise Les fonctions et leur évolution 2. Le diagnostic par les fonctions jscilien@u-paris10.fr Ce diagnostic interne consiste à passer en revue les fonctions principales d une entreprise L analyse se fonde sur

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS

ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS ANALYSE DES THÈMES DÉVELOPPÉS AUTOUR DE LA STRATÉGIE PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES RESSOURCES DOCUMENTAIRES : SITE ACADÉMIQUE DE TOULOUSE SANDRINE QUENNET Avril 2009 Partie 1 FINALISER ET DÉCIDER

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre?

Introduction. Pourquoi ce livre? Introduction Pourquoi ce livre? La gestion de projet est un processus à la fois courant et complexe de nos organisations. Courant car la culture du travail en «mode projet» fait partie du vocabulaire et

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national

Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Les investissements en centres de distribution à l extérieur du Canada ne sont pas aussi courants que sur le territoire national Le secteur de la fabrication de matériel ferroviaire roulant rationalise

Plus en détail

Ce que disent les Instructions officielles.

Ce que disent les Instructions officielles. Ce que disent les Instructions officielles. Extraits du programme de 3 e de technologie Dans la logique de la technologie, les différentes activités sont mises en relation avec les réalités industrielles

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Le positionnement du processus

FICHE TECHNIQUE. Le positionnement du processus FICHE TECHNIQUE Le positionnement du Le positionnement du proposé par Edwards et Peppard dans le texte Opérationnaliser stratégie au moyen du est une technique d analyse visant catégoriser les d une organisation

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

La mise en œuvre de la chaîne logistique

La mise en œuvre de la chaîne logistique H P I T R E 1 La mise en œuvre de la chaîne logistique n Que peut apporter la logistique à l entreprise? Depuis 1980, les entreprises ont considérablement rénové et optimisé leurs outils industriels, des

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL BSTP Charte déontologique pour les relations de sous-traitance, de fourniture et de partenariat industriels ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Charte déontologique pour les

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants

Le cadre itératif de la recherche collaborative est une approche concertée qui fait grandement appel aux intervenants Contexte À mesure que la concurrence s intensifie à l échelle mondiale, l innovation en matière de logistique* pour les manufacturiers canadiens s étend du niveau de à la chaîne d approvisionnement. Pour

Plus en détail

CONDUCTEUR DE TRAVAUX

CONDUCTEUR DE TRAVAUX LES CLIPS MÉTIERS : TRAVAUX PUBLICS CONDUCTEUR DE TRAVAUX Réalisation : Jean-Michel Gerber Production : Capa Entreprises Onisep, 2002 Durée : 02 min 15 s L enseignement de découverte professionnelle fournit

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Table des matières. Page

Table des matières. Page Enquête salariale Table des matières Contexte et objectifs.... 2 Méthodologie. 3 Sommaire exécutif...... 4 Résultats détaillés... 10 Rémunération globale selon la fonction occupée 11 Rémunération globale

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS

Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Session 8 : Assurance Qualité des produits absents du Programme de Préqualification de l OMS Question aux participants Comment s assurer de la qualité et de l intégrité d un produit qui n a pas été préqualifié

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices.

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Exercice 1 : la différence entre missions et projet. 1. A partir des extraits du référentiel (doc 1) et des exemples de projet (doc 2), compléter le tableau

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE

ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE ANALYSE DE L'ACTIVITÉ GÉNÉRALE DE L ENTREPRISE Contexte : l objectif pédagogique de la visite est de mettre en évidence les différentes activités dans l organisation concernée. Chaque élève ou groupe d

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Thème : Les achats et les approvisionnements

Thème : Les achats et les approvisionnements BTS Management des Unités Commerciales Epreuve E5 : Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Session : 2011 Sujet n 3 Thème : Les achats et les approvisionnements Question 1 : Rappeler les différentes

Plus en détail

CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial

CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial TABLE DES MATIÈRES Préface.......................................................... IV CHAPITRE 1 Marketing international, une dimension incontournable du management pour s imposer au plan mondial 1.

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Certification des compétences

Certification des compétences TRAVAIL TEMPORAIRE Certification des compétences par Denis Lullier et Marc-Olivier Jouan En 1999, le FAF-TT a conduit un projet de validation des compétences professionnelles qui s inscrit dans l expérimentation

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée: El Hrairia Prof: Mme Manaâ. K Matière : économie Devoir de contrôle n 1 Durée : 2 heures Classe: 4 ème E&G 2 Année scolaire: 2010/2011 Partie I : (10 points) Question n 1 : (4 points) Comment un

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1020005 DSCG SESSION 2010 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D'INFORMATION Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre

Plus en détail

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail