L Irma et la Sopref présentent :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Irma et la Sopref présentent :"

Transcription

1 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle. Outil d exportation et de collaboration bilatérale L Irma et la Sopref présentent : Le guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Jean-Noël Bigotti Jean-Robert Bisaillon territoires développer renforcer importer exporter Réalisé avec le soutien : du service de coopération et d action culturelle du Consulat Général de France à Québec, de la direction France du ministère des Relations internationales du Québec. Nous reconnaissons l aide financière que le gouvernement du Canada a fourni par l entremise de Fonds de la musique du Canada.

2 Irma / Sopref - Février 2006

3 Cet ouvrage s inscrit dans la suite des initiatives qui ont déjà eu lieu pour favoriser la connaissance de nos territoires respectifs, tout en ayant la volonté de pousser plus loin selon certaines spécificités développées dans le contenu de l ouvrage que vous allez lire. Ces initiatives précédentes sont, entre autres, le Cahier Canada du Bureau Export. Il nous a semblé important de mettre en avant les spécificités d un territoire comme le Québec, tellement différent du reste du Canada. Nous sommes partis des envies, désirs et besoins revendiqués par les artistes, les producteurs de disques comme de spectacles, les journalistes, en somme tous les partenaires incontournables à associer lors d un travail à l international et plus particulièrement, bien sûr, entre nos terroirs respectifs. Les postulats de départ de l ouvrage tiennent en un seul adjectif : pratique. Et plutôt que de raisonner en parts de marché ou de conquête, ce sont les notions d échange et de partenariat que nous avons voulu mettre en avant ; sésames de l entrée sur chacun des territoires pour des structures qui ont des artistes en développement (Eh oui! même reconnu en son pays, on est toujours un artiste en développement quelque part ) et qui partagent un océan d écart. Nous tenons encore une fois à remercier tous ces professionnels qui se sont prêtés au jeu des questions sur comment ils ont fait, ce qu ils ont apprécié et ce qu ils ne referont pas Le fil rouge qui traverse ce guide a été la formule de complémentarité des différentes ressources que tout entrepreneur ne manquera pas d aller chercher dans sa préparation de tournée, de lancement de disque ou tout simplement de prospection. Que l on se tourne vers des organismes comme le Bureau Export, Francophonie Diffusion ou l Irma en France, Patrimoine Canada ou la Sopref au Québec. Et pour reprendre la formule d Andrée Ménard de Musicaction, lors de la rencontre Québec aux BIS de Nantes : «le réseau français n est pas un seul réseau, mais de multiples routes». C est exactement identique au Québec, mais sur une étendue plus grande. Aussi, pour aller au-delà et vous aider à mieux vous aiguiller sur les multiples chemins que vous allez croiser, nous mettons en place une formation qui se déroulera au mois de novembre (plus de renseignements sur nos sites respectifs). Jean-Noël Bigotti et Jean-Robert Bisaillon Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle

4 Les pages qui vont suivre sont le fruit de recherches, de rencontres et d entretiens avec les acteurs de la profession suivants : En France : Bertrand Aubonnet - PBox Tour Serge Beyer - Sur la même Longueur d Ondes Patricia Bonnetaud - Ladilafé - Malajube Christian Bordarier - Wagram Nicolas Cuinier - Nouveau Casino Geneviève Girard - Azimuth Productions Loïc Kervarrec Meï Teï Shô Laurent Lacrouts - Ter à terre productions Yannick Legrain Irfan Les Ogres de Barback David Morel - Jarring Effects Danièle Molko - Abacaba Françoise Roger - CLEISS Benoît Rousseau Point Éphémère Mains d Oeuvres Isabelle Sire 2D Tour Sébastien Thomas Foutadawa Productions Till - Guerilla Poubelle Au Québec : André Breault - Subsonik Kulcha Connection Nicolas Bouchard - Fusion III Sandy Boutin - Festival des musiques émergentes d Abitibi-Témiscamingue - Karkwa Louis Carrière et Isabelle Gentes - Preste Marie-Eve Charlebois - Communications Siraba Alain Chartrand - Coup de coeur francophone - Area Martin Desjardins - Polémil Bazar Pierre Gourde et Gourmet Délice - Bonsound David Laferrière - Sopref Local Distribution Laurent Saulnier Francofolies de Montréal Les auteurs souhaitent leur adresser leurs plus chaleureux remerciements. Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

5 Pour leur appui à nos recherches et au financement de cet ouvrage, nous tenons aussi à remercier : Cynthia Bellemare (Sopref), Pierre Blanchet et Nicole Lalonde (Adisq), Pierre Colliot et Aurélie Bruhl (Consulat général de France à Montréal), Jany de Chambrun (OFQJ), Gilles Castagnac, Xavier Bonnot, Yann Perrin, Céline Poirier, Thomas Lemaître (Irma), Catherine Doget (Centre de renseignements statistiques), Michel Lamarre (Programme Routes Commerciales - Patrimoine canadien), Léonie Marin et Yves Lefebvre (Délégation générale du Québec à Paris), Sophie Mathieu, Cécile Hambye et Alexandra Hegarty (Bureau Export de la musique française), Andrée Ménard (Musicaction), Anne-Lyse Haket (Sodec), Philippe Reynaud (Service réglementation des Douanes), Murielle Savoie (Secrétariat à la Culture et au Sport du Nouveau-Brunswick), Louise Vachon (ministère des Relations internationales du Québec), André Dubois (Conseiller commercial à l Ambassade du Canada à Paris), Romuald Requéna (2T3M), Valérie Sérandour (Coup de cœur francophone). Le Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle a été réalisé avec le soutien : du service de coopération et d action culturelle du Consulat général de France à Québec, de la direction France du ministère des Relations internationales du Québec, de la 60 e Commission permanente de coopération franco-québécoise, de la délégation générale du Québec à Paris, d Industrie Canada, du Bureau export de la musique française, de l Office franco-québécois pour la jeunesse, de la fondation Musicaction, du programme Sodexport de la Sodec, du magazine Sur la même Longueur d Ondes, de la Biennale internationale du spectacle de Nantes, de l Adisq. Le lexique France-Québec-Canada anglais est le fruit d une collaboration avec le Secrétariat à la Culture et au Sport du Nouveau-Brunswick qui souhaite remercier les sources suivantes : Factor, Musicaction, Étude de l industrie canadienne de l enregistrement sonore, Phase I - Description de l industrie, Groupe de travail sur l avenir de l industrie canadienne de la musique, ministère du Patrimoine Canada; Réglementation des Félix, Association québécoise de l industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (Adisq), All You Need to Know About the Music Business by Donald S. Passman, Simon & Schuster, All Music Guide - Glossary, Nous reconnaissons l aide financière que le gouvernement du Canada a fourni par l entremise de Fonds de la musique du Canada. Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle

6 Sommaire SOMMAIRE 1. Comprendre nos différences p Une langue commune, et encore? Deux marchés très différents... p Disque ou spectacle? p Les motivations à exporter et le niveau de préparation requis p Les goulets (goulots) d étranglement p Les rapports artistiques avec les publics étrangers p Profil des entreprises engagées dans les nouvelles initiatives d exportation p Taille et nature comparée des marchés p Taille des entreprises p Données pratiques p Disque : pressages et mises en places, réseaux et certifications p Concert : tournée et récurrence, réseaux et acteurs p Communication : médias, réseaux, méthodes p Législations p Licences : mandats et juridiction p Importateurs : mandats et juridiction p Contrats de spectacles et normes professionnelles p Passage aux douanes et carnet ATA p Taxes p Circulation des artistes (immigration, détachement) p Échanges et circulation des biens p Scénarios d expédition p Tarifications douanières p Paiements et assurances de paiement p Les aides publiques à l export p.59 6 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

7 Sommaire SOMMAIRE 5. Stratégies et approches p La règle du Triptyque - Disque, concert, communication p Partenariats à configuration variable p Préparation et échéanciers p Ressources et informations p Prospection et planification p Foires professionnelles, festivals et showcases p Créneaux spécialisés et approches particulières p Budgets p Budget disque : échange, import-export, licences : prix et point mort p Budget concert : cachets, déplacements, merchandising, tour support p Plan média et marketing p Budget communications : presse, radio et télé, affichage, tracts p Autres échanges, propriété intellectuelle et Internet p Édition et sous-édition p Nouvelles tendances liées à la disparition des supports matériels p.99 7 Cas types p Tableau Arrimages p Fenêtres de visibilité et rendez-vous incontournables p FCM Financement de tournées à l export p Bibliographie p Adresses utiles p Lexique France/Québec/Canada Anglais p.126 Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 7

8 Comprendre nos différences 1 Comprendre nos différences Dans une interview donnée au journal Froggydelight, Olivier et Simon du groupe «Les trois accords» parlaient des différences France-Québec en ces terme 1 : Olivier : «Ici on revient un peu au point de départ car il faut convaincre les gens. [ ]» Simon : «C est plus difficile, mais c est plus motivant! Au début c était vraiment ça, arriver avec quelque chose de dérangeant ou choquant. Et il y avait des réactions spéciales! [ ] À la Maroquinerie, on avait l impression que l on était considéré comme un groupe punk alors qu au Québec, on est considéré comme faisant un peu de tout. Là-bas ça slam un peu, mais ici, tout le monde slam pendant tout le spectacle.» En parcourant la toile (le Web) avec son fureteur (navigateur), on tombe sur un match France - Québec 2 où l auteur (un Français émigré) parle de nos différences sous la forme d une liste des inconvénients et des avantages. Pour la personne qui vit là-bas, le premier inconvénient est l éloignement : un océan qui sépare, 6 heures de décalage horaire, un billet d avion à «4000 balles». Viennent ensuite les vacances : 3 semaines de vacances, seulement... Le milieu du travail n y est pas évident puisque «tout se négocie sans négociation», car «c est le Québec mais c est l Amérique quand même». Sans oublier le climat : trop froid l hiver (-40 ) et trop chaud l été (+40 ) et la nourriture. Par contre, avantages! Les impôts sont payés sur sa fiche de paye, les loyers y sont moins chers (750 $ pour 2 grandes pièces + salle de bains + cuisine vs 650 Euros pour un petit studio Paris 12e même pas rénové). Le cadre de vie y est plus agréable (plus de parcs) et les sorties moins chères. Sans escompter le fait que les Québécois travaillent moins, mais commencent plus tôt. Toutefois, comme le dit l ancien président de l Assemblée nationale, «Les deux rameaux du même arbre doivent se reconnaître pour ce qu ils sont et en finir avec les malentendus.» 3 Réjouissez-vous, notre guide arrive à point nommé! 1.1. Une langue commune, et encore? Deux marchés très différents... Par chance, Français et Québécois ont une langue commune, base solide pour établir des collaborations culturelles et développer des partenariats durables. Solide la base? Pas si sûr Geneviève Girard d Azimuth pointe un problème de compréhension lors de diverses tournées organisées par sa structure. Il semblerait que Français comme Québécois, nous nous comprenions sans toutefois nous entendre sur les terme et enjeux qui sont sous-jacents à chaque contrat, chaque lecture de budget, méthode de travail et sommes allouées. En outre, tous les Québécois vous le diront : «Ici, quand on parle de quelque chose, c est que ça va se faire. Alors qu en France, il y a beaucoup de discussions, de promesses, mais pas grand-chose.» 4 Alors, nous ne pouvons que vous conseiller d éclaircir le moindre doute et de clarifier chaque point. Sans tomber dans la schématisation, la logique québécoise de travail est très proche du mode de fonctionnement américain, très entreprenante, débrouillarde et directe. La logique de travail française est quant à elle beaucoup plus prudente, structurée et contrôlée par l État. Ainsi, entendez-vous bien sur les terme marketing ou promotion qui ne recouvrent pas les mêmes champs selon le pays d origine. Ainsi également sur les missions et tâches de chacun lors de la contractualisation des échanges. [1] [2] [3] Philippe Séguin, «Plus français que moi tu meurs! France, Québec, des idées fausses à l espérance partagée», éd. Albin Michel, Paris, [4] Anonyme et multitude 8 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

9 Comprendre nos différences Il n est rien de pire que les présupposés dans tout contrat ayant des réalisations concrètes. Aussi mettez au clair tous les doutes possibles le plus rapidement possible pour éviter les confusions et les mauvaises surprises qui auront toujours des conséquences financières. Ainsi Alain Chartrand évoque la différence notoire entre la France et le Québec où la tradition n est pas par exemple de fournir un repas aux musiciens mais de les défrayer avec un per diem. En outre, le Canada est un territoire où à trop vouloir l embrasser, on risque de mal l étreindre. D où l intérêt de réfléchir en terme de Canada francophone et de Canada anglophone. Notre guide porte sur le Québec et la France, avec leurs spécificités de fonctionnement et leurs régionalismes. Même si comme le rappelle Christian Bordarier : «Il y a un élément à ne pas perdre de vue quand on pense Canada : le Canada francophone ne se limite pas au Québec. Il faut bien prendre en compte le million d autres francophones dans le pays, situés dans des «poches», mais qui ont un poids dans la création artistique francophone. Même si dans bon nombre d endroits, la structuration accuse un certain retard, il n en demeure pas moins que depuis 10 ans, les choses changent et évoluent. On s aperçoit qu il y a désormais des aides pour des infrastructures, pour la réalisation...» A priori, il est évident que ce qui nous attire les uns les autres est bien entendu le fait que nous partagions cette même langue, que nous puissions dialoguer avec une relative facilité. Pensez à consulter régulièrement (ou mieux fréquemment) le module des définitions comparées pour saisir par ailleurs la grande disparité linguistique qui marque nos deux cultures, et réaliser qu un océan ne nous sépare pas impunément. Nous avons bien compris toute l ampleur du phénomène lorsque nous avons évoqué en préparation du chapitre 1.4, la notion de goulot ou goulet d étranglement. Deux mots différents, tous deux acceptés par la langue française, ayant chacun un sens propre, et un même sens figuré que lui donne la profession. Les Français parlent relativement peu anglais et la maîtrise de cette langue ne leur est pas déterminante dans le marché interne, même si cette donne change avec l élargissement à l Europe. Quant aux Québécois, il n est pas rare que ce soit leur seconde langue et qu ils la parlent très souvent aussi bien que la première. Par contre leur passé politique les a souvent éloignés plus que les Français d une appropriation de la culture anglo-saxonne. Cette culture est pourtant un puissant référent du monde de l «Entertainment business». Sachons par exemple, que si France Inter ne boude jamais son plaisir à faire tourner le nouveau Beck ou le dernier Björk, rarement la chaîne francophone de Radio Canada le fera-t-elle, par obligation pour le respect des contenus francophones imposé par le CRTC. Par conséquent, plusieurs grandes stars internationales atypiques ne bénéficient pas au Québec de diffusion radio que ce soit sur les chaînes commerciales ou publiques. Au contraire, plusieurs artistes de la francophonie, dont les albums ne sont pas disponibles ou alors qu en import et à fort prix, sont fréquemment entendus dans les radios communautaires, étudiantes ou nationales (non commerciales). De telles différences environnementales teintent fortement les caractéristiques de nos interrelations, à la fois organiques, mais aussi complètement décalées. Le Québec est davantage demandeur pour les artistes français que la France l est pour les artistes québécois. Les Français connaissent peu les Québécois si l on exclut les grands noms des variétés tels Garou ou Céline Dion. Il existe encore aujourd hui, un fort décalage entre ce qui «marche» de part et d autre de l Atlantique, de ce que nous connaissons de nos scènes respectives ou de nos goûts. Nous expliquons mal les succès français de Linda Lemay et Natasha St-Pier (souvent absente du Québec) ou la froideur réservée au Québec à Zazie et Hallyday. La France a été plus rapide à faire une superstar de Corneille et elle pourrait très bien le refaire avec Dobacaracol. Au Québec, il existe toujours un attachement soutenu et inébranlable pour Aznavour ou Joe Dassin. Essayer de prévoir ces types de comportements relève de l alchimie. Ce même type de décalage s observe sur le plan des pratiques professionnelles. Au Québec, le gérant (ou manager) occupe une position relativement forte. Les métiers de l industrie sont peu normés et la Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 9

10 Comprendre nos différences figure du gérant vient souvent cumuler plusieurs fonctions. Le Québec et le Canada balisent davantage les pratiques professionnelles par des normes contractuelles commerciales et ententes collectives types, alors qu en France on légifère sur les métiers en les balisant par des licences de pratique. Par conséquent et nous le verrons abondamment, nos arrimages professionnels bilatéraux seront souvent asynchrones. Suivent certaines valeurs sociales. La musique, le divertissement, les sorties, n occupent pas la même place dans nos sociétés. Les musiques populaires et la chanson de surcroît. On dit des publics québécois qu ils ont une grande écoute et sont respectueux, parfois trop. Il n est pas rare de voir à l opposé un concert du Printemps de Bourges ou des Transmusicales devenir un véritable exutoire, prétexte à une «cuite collective.» En France, la chanson contemporaine d après-guerre et son caractère subversif de l époque «Rive Gauche» sont une forme d expression déjà croisée avec le jazz et le world dès les années 1930 et Au Québec, son apparition et son métissage seront plus tardifs, remontant plutôt au tout début des années 1960, dans les boîtes à chansons, symboles d éveil identitaire. Nous pourrions finalement mettre en relief, une certaine tournée réunissant Charlebois et Ferré, en 1973, prélude au rock et aux musiques amplifiées de la francophonie. Sachant que nombre de disques québécois significatifs de la fin des années soixante portent l empreinte Barclay. Est-il possible qu en ces temps immémoriaux, nos échanges étaient lisses et sans coutures? Voyons ce qu il en advient. 1.2 Disque ou spectacle? «Une des meilleures raisons de programmer un groupe dans une salle est la sortie d un nouvel album» Nicolas Cuinier Il est important de créer un événement autour du disque. Il semble utopique de vouloir dissocier le disque du spectacle, dans le cadre d un travail sur nos deux territoires. Comment trouver une distribution et un tourneur là-bas? Le cercle vicieux se situe là : il faut un tourneur pour trouver un distributeur et le distributeur ne prendra votre disque qu à la seule condition qu il y ait un tourneur. «Il faut qu il y ait de la scène au Québec dans les six mois où le disque est sorti, sinon ça n est pas la peine.» 5 Primo, un disque distribué sur le territoire d accueil sera un des critères toujours exigés par les festivals, les tourneurs, les organismes professionnels d aide à l export ou à la mobilité (cf. rubrique outils, informations sur l export). Comme le dit Marie-Eve Charlebois : «c est le fait d avoir un distributeur qui va tout déclencher.» L argument principal de promotion en France comme au Québec, c est de savoir s il va y avoir un concert et un disque distribué. Secundo, parce que le disque assure une présence continue sur un territoire extérieur impossible à occuper sur une base permanente, mais que sans le concert, ce dernier disparaîtra des bacs... Tertio, repartir de zéro (ou presque), pour travailler un disque sur un territoire étranger, de l autre côté de l Atlantique, avec de telles distances à l échelle du continent, nécessite que vos artistes aient réellement envie de défendre leurs disques, leurs spectacles devant des publics qui ne seront pas immédiatement conquis, et dans des conditions de travail qui seront souvent totalement différentes et parfois pires que celles dont ils disposent dans leur pays d origine. Leur nouvel album est probablement le seul élément moteur suffisamment puissant. [5] Nicolas Bouchard 10 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

11 Comprendre nos différences 1.3 Les motivations à exporter et le niveau de préparation requis «On ne peut travailler entre la France et le Québec qu en terme d artisanat et d échange» Danièle Molko C est donc à travers le prisme de cet esprit d artisan, de bel ouvrage, que nous souhaitons organiser ce guide pratique. Vous trouverez des informations complémentaires en terme d approche sectorielle et de données économiques, notamment dans les guides du Bureau Export (http://www.french-music.org), à savoir le Cahier export Canada (écrit par Rosanna Granieri et remis à jour par Gaëtan Beauregard) et le Cahier export France (été 2004). Pour préparer votre démarche à l export, nous vous recommandons de regarder la bibliographie en fin d ouvrage qui vous permettra d obtenir encore plus d informations dans le cadre de votre prospection sur le futur territoire. En outre, ce guide étant rédigé par une équipe française et québécoise, nous vous encourageons à jeter, dès le début, un œil sur le lexique franco-québécois-canadien présent à la fin de l ouvrage pour éclaircir certains terme qui vous auraient semblé difficiles à comprendre Car notre langue est commune, mais notre histoire diverge et l évolution de nos deux pays dans ses pratiques professionnelles fait que des terme, ou même des professions, diffèrent. Que vous soyez label, artiste autoproduit, association, vous devrez clairement garder à l esprit que le secteur économique du disque au Québec est constitué d un tissu d indépendants (les majors étant bien plus présentes sur le territoire anglophone) ; aussi vous travaillerez avec ces structures comme vous travaillerez en France avec des indépendants. Qu est-ce qui vous motivera en tant qu entrepreneur à démarcher un autre pays et à vous lancer dans une initiative périlleuse en terme de finances et d énergie? Plusieurs raisons à cela. La première, la plus évidente, est le fait qu économiquement, le Québec ou la France sont des marchés d attraction réciproque, et dans le cadre de la francophonie, des partenariats sont plus facilement réalisables que dans n importe quel autre pays du monde. La seconde, économique aussi, est que l export de vos produits est un moyen mécanique d augmenter vos ventes et vos redevances. Il peut aussi y avoir des volontés artistiques de la part du groupe ou de la maison de disques. Un territoire comme le Canada est attrayant et représente «le rêve de l Amérique» 6 : une bouffée d oxygène et des revenus économiques tangibles La France reste fondamentalement un petit marché : bien que très bien situé sur le plan international en terme de ventes, le Français moyen continue à acheter 2,5 disques par an. Mais le développement des niches musicales reste de bon augure, et ce au niveau international : «Arrêtons d exploiter les quelques méga tubes au sommet des hit-parades pour gagner des millions. Le futur des marchés culturels réside dans les millions de marchés de niches cachés au fin fond du flux numérique.» 7 Et oui! c est là que les petites industries culturelles peuvent se positionner au mieux! L export reste un très bon moyen d exploiter vos enregistrements sonores et une véritable garantie de promotion internationale. Nous ne le répéterons pas assez, le développement d un marché étranger constitue un enjeu beaucoup plus important que le simple fait de trouver quelques billets d avion et une poignée de dates dans le territoire d accueil. On s entend sur le fait que le plus élémentaire déplacement, la toute première visite de prospection requiert déjà un certain investissement au plan de la recherche et du financement. Néanmoins il faudra très vite réaliser qu après un premier voyage de reconnaissance ou une mini tournée test, percer le marché étranger représentera nettement plus d efforts. [6] Danièle Molko [7] Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 11

12 Comprendre nos différences La première faute grave à mettre au crédit de la pensée magique et commise par de nombreux artistes qui chérissent une carrière outre-mer, est de croire que ce qui ne fut pas possible chez eux sera plus facile à gagner ailleurs : une carrière à l étranger s appuie sur des acquis chez soi, sinon il faudra parler d émigration et non d export, avec tout ce que cela comporte. Oubliez l idée que vous serez mieux accueillis ailleurs que chez vous. Oubliez l idée que l on n attend que vous. «Je reçois une douzaine d albums français par mois, souvent d artistes inconnus et je n ai pourtant pas mis les pieds là-bas depuis des lustres.» 8 La seconde faute fréquente est de penser que l investissement à l étranger sera moins important que celui effectué chez soi. À mettre au crédit de cette erreur de jugement, le fait qu une carrière domestique soit déjà passablement bien en selle. En territoire étranger, mieux vaut se dire que l on repart de zéro. Certes une bonne planification et des contacts bien arrimés peuvent accélérer les choses, mais le public est seul juge et il peut parfois être dur. «Exemple typique des enjeux culturels à prendre en compte : au début, il était connu sur la place de Montréal dans les communautés blacks, et s est fait encore plus connaître grâce à un clip vidéo et sa présence sur une compilation... En terme de développement, il était fréquemment en France. Et son succès en France lui a permis de vendre encore plus de disques au Canada. Il a créé son étiquette (label) et est signé en licence chez Wagram.» 9 La volonté de s exporter ne sera pas suffisante comme postulat de départ. Outre vouloir, il faut aussi pouvoir. Pour pouvoir, il faudra deux choses fondamentales : (1) Un répertoire conséquent pour le marché extérieur visé, «Tryo sont venus une fois ou deux à l arrache sans poser de conditions et quand on a vu que ça marchait, on a fait évoluer l affaire dans des salles de plus en plus importantes jusqu à ce que ça devienne une bonne affaire. Il manquait peut-être un Tryo dans le paysage québécois. Peut-être aussi que les Québécois se sont retrouvés chez Tryo.» 10 (2) Une accroche privilégiée avec un premier acteur sectoriel étranger. «Même si le disque est bon, je privilégie la relation humaine, le contact.» 11 «Il y a nécessité d avoir un relais sur place qui puisse rendre compte et donner des conseils, donner l heure juste. Il faut que tu développes toi-même cette relation, cette recherche d atomes crochus avec une personne de confiance.» 12 Pour atteindre ces deux pré requis on comprendra qu il est impossible de forcer un bloc carré dans une ouverture circulaire. Il faut d abord sonder le marché d accueil et être réceptif aux remarques. Certes, avant de conclure que notre projet achoppe sur le plan linguistique ou esthétique, il est permis de solliciter plusieurs avis, mais si ceux-ci convergent, il faudra être assez honnête face à soi-même pour comprendre ce que cela signifie. Sinon, être prêt à dépenser beaucoup d argent pour des résultats probablement mitigés. Quant à la nécessité de trouver une antenne, un appui local, un partenaire empathique, qu importe si vous voulez séduire par la méthode forte ou la couchette. Il vous faudra trouver quelqu un de réellement prêt à assumer beaucoup de bénévolat sur le long terme, qui soit vraiment un alter ego au plan des idées, des passions et des énergies. Cela fait partie des rares choses en ce bas monde qui ne s achètent pas. [8] David Laferrière [9] Christian Bordarier en parlant de Corneille [10] Louis Carrière [11] Nicolas Cuinier [12] Laurent Saulnier 12 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

13 Comprendre nos différences Gérer son temps et ses ressources Développer un marché étranger correspond à faire littéralement une opération de clonage. Deux fois plus de temps à consacrer à la carrière d un artiste et deux fois plus d opérations commerciales à gérer. De plus, le nouveau marché pose des handicaps plus importants vu son caractère distant et moins maîtrisé. Il est clair que tous les artistes et tous les producteurs de disques ne sont pas prêts à engager de tels efforts. Le niveau d aide publique à la capitalisation de projet, les aides à l export et les profits générés dans le marché intérieur seront déterminants. Il vous faudra faire un montage tant financier qu au plan des ressources pour parvenir à atteindre des résultats qui justifieront vos efforts. De nombreuses initiatives se heurtent à un manque de volonté ou de moyens réels pour s ancrer à long terme. Ceci a pour effet de créer un bruit de fond agaçant et des déceptions dans le marché d accueil. Depuis longtemps nous faisons de la musique une nouvelle forme de tourisme franco-québécois et ceci a eu pour conséquence d engendrer une très grande prudence chez les professionnels. Ainsi, une nouvelle question déterminante à se poser sera : l artiste est-il vraiment mûr et prêt à se prêter aux incessants voyages (extrêmement fatigants) et au calendrier chargé que représentera une «seconde» carrière? Les proches devront en assumer une part du prix. Dans la même foulée, s interroger sur la capacité de la structure exportatrice à ajouter à sa charge quotidienne, la pression d un développement étranger, ses coûts de main-d oeuvre accrus, ses factures de téléphone et son mitraillage incessant de s. «Pour les Ogres de Barback et Irfan, le marché québécois est alléchant, mais s ajoute néanmoins à pleins d autres endroits qu on aimerait voir et qui commencent à s intéresser à ce qu on fait, notamment l Asie. Pour les membres du groupe qui ont aussi des enfants et une vie de famille, il est difficile de se commettre à venir au Québec plus de dix jours par année.» 13 Alors que pour Loïc Kervarrec, ce délai se réduit encore plus : «un séjour à l étranger devient périlleux après 7 jours.» Ajoutons un nouveau paramètre. Notre guide propose l idée qu un engagement réciproque est important pour équilibrer et stimuler les efforts de développement des projets d export. S engager chez soi avec un artiste du partenaire étranger permet à la fois de créer un climat d émulation et de compétition lié aux résultats de chacune des parties ; il permet aussi dans le cas de projets de disques en importation, de disposer d une marchandise à exploiter ayant une valeur égale à celle exportée vers l étranger. Cela dit, chaque structure exportatrice sera-t-elle prête à assumer l accueil d un projet du partenaire étranger, engager l effort de développement d un nouvel artiste s ajoutant à la liste de ses propres projets? «Le temps de travail nécessaire pour organiser des tournées avec des groupes étrangers est très important. Le retour d ascenseur semble encore peu conséquent...» 14 Finalement, un dernier pré requis s avère fondamental : celui de satisfaire à la règle du triptyque. Nous développerons celle-ci tout au cours de l ouvrage, mais en voici les grandes lignes. Dès qu il devient plus clair que votre proposition artistique plaît à l étranger et qu un partenaire empathique se précise, il vous faudra très rapidement confirmer l intérêt de professionnels permettant de garantir que les trois axes-clés d un développement seront présents dans votre stratégie. Soit (1) la parution d un disque, (2) la présence physique de l artiste en concert et enfin (3) une communication soutenue. Pour les artistes et labels québécois souhaitant mettre en oeuvre une opération de commercialisation à l étranger, la fondation Musicaction impose d emblée et de façon quasi statutaire, la présence d au moins deux de ces partenaires, soit la distribution du disque et la présence d un tourneur confirmé. De façon générale, le montage des ressources d un projet d export ne peut se permettre le luxe de négliger un seul de ces trois paramètres. [13] Yannick Legrain [14] Alain Chartrand Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 13

14 Comprendre nos différences Votre partenaire empathique pourra dans certains cas assumer une part de ces responsabilités, mais son rôle devrait davantage être celui de catalyseur et de coordonnateur afin de dénicher et arrimer les divers professionnels spécialisés et complémentaires. Nous verrons plus loin que les règles du triptyque pourront être observées par l embauche d une quantité variable de professionnels aux fonctions se chevauchant plus ou moins. Nonobstant ceci, partir (faire démarrer) la machine sans avoir établi cette quadrature du cercle est extrêmement risqué. Pour Sébastien Thomas de Foutadawa Productions, la relation empathique développée avec Sandy Boutin du Festival des musiques émergentes d Abitibi-Témiscamingue (FMEAT) a donné lieu à une présence québécoise du groupe X-Makeena à l automne 2004 au FMEAT. Par contre, l absence de tourneur ou de label s est soldée par une absence de dates additionnelles ou de sortie commerciale de l album au Québec. À l arrivée, nous vous proposons d avoir réunis tous ces pré requis avant de lancer l offensive : (1) répertoire conséquent, (2) un partenaire empathique, (3) la garantie de disponibilité de l artiste, (4) un montage financier et stratégique spécifique à l export, (5) rencontrer les règles du triptyque disquesspectacles-communications. «On s explique l absence d attaché(e) de presse, de tourneur ou d éditeur québécois par le manque de temps disponible à consacrer à une telle recherche et négociation.» 15 Enfin, (6) offrir une réciprocité à vos partenaires étrangers, bien que n étant pas, a priori obligatoire, pourrait renforcer votre stratégie et offrir des garanties de succès additionnelles à long terme. 1.4 Les goulets (goulots) d étranglement À chaque pays ses spécificités. On ne le répétera jamais assez. Et même si l on retrouve des points communs dans ces spécificités, il convient de toujours réfléchir en terme de nouveau territoire et donc de remise à plat des savoirs. En France, les goulets d étranglement sont au nombre de trois et se situent au niveau de la signature, des média et de la distribution. Au Québec, il y a lieu d ajouter une quatrième contrainte, celle que pose l enjeu de la démographie et du territoire : coûts élevés pour marché restreint et physiquement étendu. Il n y a pas une réponse idoine à chacun des freins, mais plutôt un ensemble de solutions à trouver pour pallier à ces manques. D où l intérêt de travailler sur le long terme en anticipant bien à l avance et en vous renseignant auprès des professionnels sur les difficultés rencontrées lors de tournées d artistes, et des facilités selon les territoires. Utilisez autant que faire se peut tous les réseaux. - La signature Le premier niveau de l entonnoir a trouvé une réponse partielle via l autoproduction. Mais alors qu il y a plus d offres et de productions musicales, celles-ci sont plus difficiles à trouver : les ratios de vente entraînant une disparition des références des catalogues des disquaires Préparez bien votre étude de marché en utilisant des outils comme l Observatoire de la musique, l Actualité du disque, la presse spécialisée. Au Québec référez-vous au site de l Adisq et de la Sopref Très vite, vous comprendrez que la signature d un contrat d artiste ou d un contrat de licence, est chose ardue, quel que soit le territoire. - Les média télévisés, la presse, les radios, etc. En France : beaucoup de productions de disques avec peu de possibilités de passages radios, encore moins télévisés, quelques espoirs de chroniques et heureusement de plus en plus d Internet. [15] Loïc Kervarrec 14 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

15 Comprendre nos différences Alors que les média ont un rôle des plus importants dans la mise en avant d artistes et dans leur découverte par le grand public ; de plus en plus de producteurs misent sur le premier média pour chaque groupe : la scène. Pourquoi? Parce que sans investissements financiers en terme d achat publicitaire, il y a peu de chances d arriver à avoir un titre en playlist sur les radios, particulièrement sur les grands réseaux privés, tributaires de ces mannes publicitaires. Au Québec, il en va de même. «Depuis cinq ans, le seul artiste français à avoir réussi à tourner sur les radios commerciales est Minimum Serious, pas même -M-» 16 Comment faire connaître un artiste sans passage radio? Surtout quand certaines radios en France ont pour phrase : Quel est votre budget de pub chez nous? il est admis que la barre des exemplaires de disques vendus ne peut être franchie qu avec des investissements média massifs. Par contre, une tournée avec un artiste connu peut entraîner le déclic vers la reconnaissance du public, et donc des professionnels. - La distribution «Une nouveauté qui n est pas diffusée à la radio et qui ne fait pas l objet d une campagne publicitaire agressive, n a pratiquement aucune chance d être référencée dans la grande distribution qui assure, aujourd hui, 56 % des ventes de disques.» 17 En France : Fort heureusement, et malgré une situation des plus critiques depuis quelques années, il existe des disquaires. On peut espérer que le fonds pour les disquaires abondé par le ministère de la Culture sera utilisé pour revitaliser un métier qui a fait pendant longtemps la part belle à la découverte. On regardera l étude sur les disquaires réalisée par l Observatoire de la musique pour connaître le détail du tissu économique local dans le disque. De même, pour préparer au mieux la distribution des œuvres de vos protégés, on regardera l Officiel de la Musique pour trouver disquaires, grandes surfaces spécialisées (Fnac, Virgin, etc.). Au Québec : La présence de ces nombreuses chaînes de disquaires-libraires spécialisées (Archambault, HMV, Music World, Renaud-Bray) ou de petits indépendants fait toujours contrepoids aux grandes surfaces qui proposent tant des disques que des conserves. Les grandes surfaces sont responsables d une grande part des ventes, mais elles ne sont pas seules. En outre, la présence de plusieurs distributeurs indépendants permet de contourner le goulot d étranglement de la distribution de façon satisfaisante. Canal de revenus incontournable, le numérique est une donnée à laquelle vous serez contraints de vous intéresser de plus en plus. Nombre de média deviennent distributeurs de contenus, en plus d être prescripteurs. Pensez aussi agrégateurs de contenus musicaux 18 comme Wild Palms Music ou Believe.fr. Cette dernière société propose un catalogue d environ titres d artistes autoproduits ou de petits labels. Les deux compagnies effectuent l interface entre grandes plates-formes numériques et petits indépendants ; et développent également de nouveaux produits dérivés, notamment en téléphonie. Voir à ce sujet le chapitre 6. [16] Laurent Saulnier [17] Livre blanc de l Upfi, 2002 [18] «Musique en ligne : la distribution des artistes s organise sans les majors», source : internet/0, , ,00.htm Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 15

16 Comprendre nos différences - Les distances Les facteurs démographiques et géographiques constituent au Québec un goulot d étranglement dans la mesure où il est plus difficile d atteindre une masse publique critique significative permettant d amortir les coûts. En matière de tournée, l étendue du territoire et la petitesse des villes que l on croise est un frein sérieux au développement de projets. Planifier une tournée de dix dates est un relatif tour de force et le faire sans cumuler des distances prohibitives à l odomètre 19 l est encore plus. Les aides disponibles pour surseoir à cette contrainte pour les artistes québécois sont plus difficiles à obtenir lorsqu il s agit d accueillir des artistes étrangers. 1.5 Les rapports artistiques avec les publics étrangers «Le public québécois s approprie d emblée l artiste si celui-ci lui plaît.» Mais : «Les Français sont plus catholiques que le pape en terme d authenticité musicale.» Isabelle Gentes André Breault Que faut-il pour démarcher le Québec? Ou la France? Pour imposer ses artistes sur un territoire d attraction logique entre deux pays de langue commune? Suffit-il seulement d avoir des budgets promos importants sur un nouveau territoire? Faut-il y être omniprésent pour noyauter le réseau local et créer des liens? Bertrand Aubonnet a travaillé le Québec avec des artistes comme No One is Innocent, Prototype Il le dit lui-même : «Il faut être présent pour enfoncer le clou». Il n y a pourtant pas une méthode certaine. Il y a par contre des schémas évidents en terme de fonctionnement, sachant que paradoxalement, il y a un véritable problème de perception et de compréhension entre les deux pays. Du point de vue de l artiste «Avant même de parler de business, il faut que l artiste accepte de mettre les mains dans le cambouis.» Louis Carrière Il convient de savoir que le grief fait à beaucoup d artistes, est de ne pas avoir compris qu un territoire se développe en y venant régulièrement. «Il faut être dès le début très ouvert sur l export, sachant que l artiste ne va pas faire beaucoup d argent, au moins les premières fois où il viendra. Les Français qui ont un bon développement au niveau local, considèrent que cela va être pareil au Québec, alors que ce pays représente dix fois moins de personnes sur un territoire 3,5 fois plus grand, avec des différences de marchés et de manières de procéder.» 20 Ainsi en terme de développement réussi au Québec : «La Rue Kétanou est un bel exemple de développement d un groupe français au Québec : ils n ont pas hésité à venir découvrir le public québécois par le terrain, faire des «sacrifices» (en terme de confort, de conditions exceptionnelles de travail). 21» La phase récurrente à toute démarche à l export vient, à chaque fois, de la nécessaire volonté de l artiste de participer à un projet où il va devoir tout recommencer à zéro, en ne bénéficiant, lorsqu il a eu un succès sur son territoire national, que de la partielle reconnaissance des professionnels du pays d accueil. Concrètement? Devoir conquérir un nouveau public, supporter l angoisse des salles vides et être disponible en permanence pour faire de la promotion, aller sur le terrain, tourner dans des conditions déplorables parfois [19] Appareil qui sert à mesurer un trajet parcouru, notamment par un piéton ou à compter le nombre de tours que fait une roue en un temps donné [20] Louis Carrière [21] Idem 16 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

17 Comprendre nos différences «Partir jouer à l étranger, c est un investissement personnel, financier... on se dit qu en semant quelques petites graines, quand on y retournera, il y aura des retombées. Le succès d un groupe part du boucheà-oreille!» 22 Comme le disent tous les professionnels, conquérir un marché, c est y être présent régulièrement. Ceci va entraîner la nécessaire obligation pour les artistes de venir une à deux fois par an pour présenter des nouveautés, établir une réputation, séduire un public et des média, avoir un clip en rotation sur les télévisions. Bref, effectuer une occupation du terrain, et ce, sur tous les fronts. Ce raisonnement pointe un autre problème : la possible «exportabilité» du projet et les inégalités selon les territoires. Soulignons la très rare initiative prise par l artiste québécois Yann Perreau qui pour mieux appréhender le marché français a eu l initiative de suivre une formation au Studio des Variétés de Paris ou encore celle du tourneur Pierre Gourde de Bonsound, qui a fait de même à l Irma. Il est très rapidement apparu lors des discussions avec des professionnels que la situation en terme d export n est pas la même des deux côtés de l Atlantique. Un groupe français tournera au Québec généralement en bénéficiant d un tour support de sa maison de disques, alors que l inverse pour des groupes québécois en développement n est pas vrai. L histoire montre également que les dispositifs d aides existants pour exporter des groupes français, telle l expertise spécifique du Bureau Export à cet égard, facilitent les initiatives et le développement de marchés. À condition toujours de multiplier ces initiatives, et de favoriser des échanges. Actuellement en France, certains genres musicaux sont surreprésentés : l exemple de la nouvelle chanson française est criant de vérité. Une brèche s est ouverte dans laquelle se sont engouffrés de nombreux artistes. Ce qui implique que notre marché local est très fort en terme d offre musicale sur ce genre précis. Ce qui, mécaniquement, laisse très peu de place pour des projets similaires à importer. Ce qui d ailleurs est valable en France l est d une certaine façon aussi au Québec. «Les musiques métisses se développent de plus en plus au Québec. Et ce, depuis 10 ans. Cependant, l ouverture d esprit, la francophilie, le goût pour la musique, cet ensemble d éléments ne justifient pas pour autant de croire qu un artiste qui a marché en France va forcément marcher au Canada. Le public québécois est ouvert au niveau de l écoute, mais le marché canadien est globalement protectionniste. En outre, il y a un vrai problème dû à la saturation du marché par les aides de l Etat pour produire : trop de micro-productions à l heure actuelle.» 23 Il y a quelques années, la carence des chanteurs «à voix» avait permis à certains artistes québécois de faire leur place au soleil du star-system français. En sens inverse, le rap français au Québec a connu un fort développement avant de connaître un recul dû essentiellement au fait que les Québécois se moquaient éperdument des problèmes des banlieues marseillaises ; préférant les leurs, et donc favorisant leur scène locale. D où une concurrence très forte dans le marché d accueil. Alors, comment imposer certains groupes? Comment Tryo a pu faire des tournées au Québec? Il manquait sans doute un Tryo dans le paysage québécois ; peut-être aussi que les Québécois se sont retrouvés dans un Tryo, ou un Rue Kétanou. Alors que du côté français, les Cowboys Fringants ont profité de l initiative de leur tourneur de l époque qui a eu l idée de mobiliser le réseau de fans en France, et de proposer un co-billing avec Robert Charlebois pour faire davantage de dates parisiennes, et se lancer dans le démarchage de la France. Du point de vue de la maison de disques «C est une vraie démarche de la part des labels et des groupes, car l implication est nécessaire» Laurent Saulnier [22] Martin Desjardins [23] Christian Bordarier Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 17

18 Comprendre nos différences Les questions que se poseront tous labels sont les suivantes : Est-ce que ce territoire est une priorité de développement pour mes artistes? Combien ça va coûter en terme de trésorerie? Combien vais-je vendre de disques? Combien de concerts seront possibles? Qui peut m aider en terme financiers et promotionnels pour développer mon artiste? Qui peut m aider en France et qui peut m aider au Québec? Beaucoup de maisons de disques françaises ont des options signées d avance avec un distributeur québécois. Cette option sur un album dure entre six mois et un an. Et ne veut pas forcément dire qu il y aura sortie de disques. Puisque c est une option. Le constat fait par tous les professionnels est la nécessaire implication d un ou plusieurs acteurs locaux sur un projet international et l obligation vitale de bien cibler les contacts. Quelles sont, dans un premier temps, les possibilités d échanges, et de tournées, et de labels? Ce sont souvent les indépendants qui vont faire ce travail de développement, et créer un engouement, base solide sur laquelle débuter et qui va permettre ensuite de développer des projets à long terme. Bertrand Aubonnet distingue deux étapes : 1 Trouver un distributeur qui va faire exister le disque sur un territoire donné. 2 Ne jamais s emballer sur l export dans le cadre du groupe car de plus en plus se développe l idée de «package» : en travaillant alors sur un budget précis concernant 500 ou disques et en envisageant ensuite une évolution possible selon les résultats donnés. Il y a en effet des seuils en dessous desquels il est inutile de travailler l export Car un groupe a un engagement plus ou moins important sur l export (confort de travail en France, pas vraiment de volonté de conquérir des marchés plus petits ). Nicolas Bouchard de Fusion III au Québec, l exprime différemment : «A cause de la proximité des EUA, de leur marketing qui influence ici, on est obligé de faire un pro ratio des ventes de 10% par rapport à ce qui se vend là-bas. Alors que l on ne raisonne pas comme ça pour la France : c est plus basé sur le produit même, sur ce que l on pense faire en radio, en télé (mais les possibilités en radios ici sont très limitées ).» Ce qui nous conduit au point suivant : Du point de vue du tourneur ou du programmateur «Quand tu discutes avec un tourneur français, il se réfugie derrière le «ah, mais nous il y a les charges, il y a des cachets!» Au Québec, oublie ça : il n y a pas d intermittence! Si tu ne tournes pas, il n y a pas d argent qui rentre.» Louis Carrière Au Québec, les musiciens ont tous des jobs pour vivre. Le support va se faire en terme de marketing et de promo mais pas de Tour support comme en France : ce sont des postes qui existent déjà en interne dans les labels. Tout cela dépend du niveau de développement cependant. Car, comme partout dans le monde : à gros artistes, gros moyens. Mais la disparité des équipements est frappante chez nos cousins d Amérique : pour avoir de bonnes conditions de scènes, ce sont des salles avec des sièges. Sinon pas de son, pas de sièges mais des salles plus adaptées à des concert qui ne manqueront pas d ambiance. On se retrouve donc avec des concerts dans des sous-sols d églises, dans des gymnases ou des patinoires (de 800 à personnes), et peu de salles de 4 à 500 à personnes Conséquence : les petits groupes nord-américains ont une manière en général beaucoup plus DIY de tourner. En France il y a un confort de salles de concert et de tournées qui est incroyable pour ces petits groupes. «Je connais pas mal de groupes qui économisent toute l année pour pouvoir se payer une tournée en Europe parce qu ils n ont aucune aide.» 24 [24] Benoît Rousseau 18 Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

19 Comprendre nos différences Tout tourneur français fait son argent sur le territoire français. Et avec une programmation très en avance en terme de prise de rendez-vous ; alors que les programmateurs québécois n ont parfois même pas la même culture musicale qu en France. Il y a beaucoup d improvisation pour la construction d une tournée rock au Québec. Il y a beaucoup de festivals au Québec, mais ce sont des comités qui sélectionnent : ils écoutent ce qui passe à la radio et sont là pour vendre de la bière. D où le développement de festivals à thème Difficile alors de construire une programmation variée, surtout lorsque le premier critère est la rentabilité. En France, la plupart des salles peuvent se permettre de perdre de l argent car il existe des aides pour la tournée des groupes. D où une manière très française et «confortable» de fonctionner pour les groupes français. Benoît Rousseau, programmateur du Point Ephémère préfère travailler avec les groupes directement car c est beaucoup plus simple selon lui. Mais ces groupes ne vivent pas spécialement de leur musique : «Je fais la programmation deux à trois mois à l avance en moyenne. Il y a des périodes de programmation de tournées de groupes étrangers un peu creuses comme juillet et août (les groupes jouent dans les festivals) et janvier février. En terme de confort, il vaut mieux contacter quatre, cinq mois voire six mois à l avance : un peu de temps pour l écoute et j essaye de voir les gens (si possible) une fois que j ai écouté leur disque. Je fonctionne avec mon réseau qui va me dire : je connais ce groupe qui connaît tel groupe en France, ce qui permet de monter des plateaux pour avoir le public, une cohérence dans la soirée et dépasser la formule de consommation courante de concert (première partie, deuxième partie et au revoir). Ainsi, l accueil des artistes est très important : c est un travail de fond dans l intérêt de tout le monde.» Irma/Sopref Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle 19

20 Profil des entreprises engagées dans les nouvelles initiatives d exportation 2 Profil des entreprises engagées dans les nouvelles initiatives d exportation Le présent chapitre traite des contraintes propres à nos marchés respectifs. Nous verrons ici les données de marché factuelles qui nous guideront ultérieurement dans la définition des stratégies de marché aux chapitres 4 et 5. Nous devons d abord établir un postulat important. Il vaut mieux partir du principe que rien n est pareil dans nos marchés respectifs et ainsi construire toute relation comme l apprentissage d un terrain vierge. Ainsi les notions d écoute, d ouverture, d établir une complicité et une bonne communication seront fondatrices. 2.1 Taille et nature comparée des marchés En France Un préalable nécessaire à la compréhension du marché français du disque se fait par un rapide brossage de tableau du paysage français, où l hyperconcentration est le mot d ordre, ainsi que la préférence pour le répertoire local. Ce dernier phénomène s est largement développé par le biais de la loi sur les quotas de chansons françaises. La concentration porte sur de nombreux domaines : dans la distribution du disque, dans les médias, au niveau des détaillants. Ainsi, quatre majors (bientôt trois?) se partagent au niveau de la production 85 % du marché, et 50 % du volume des ventes se fait dans les grandes surfaces et 5 % chez les disquaires indépendants. Aussi pour tous les labels de petite taille ou les autoproduits, les chances d entrer directement dans les bacs en France ne seront réalistes que grâce à des aides, une connaissance des structures et des arrimages professionnels sur le lieu d export, le développement sur le long terme d une stratégie d exportation. Le marché français en 2003, c est 519 singles, 836 albums, 364 compilations qui sont entrés dans les tops de vente ; cela fait plus de plus de disques proposés par 160 labels et 22 distributeurs sur une production totale de 656 singles (dont 256 francophones), 3314 albums (dont 718 francophones). Les indépendants ont représenté en tout 87 singles, 212 albums, et 79 compilations. Ils ont moins de singles présents dans les tops, mais ont nettement progressé dans les albums, passant de 13,6 % à 18,4 % en un an. Le répertoire local est très présent (53 % pour les formats courts et 55,2 % pour les formats longs). Les duos remportent 15 % des parts de marché, 63 disques de live font 5,7 %, et la télé-réalité a représenté 11 % des singles et 5 % des albums La production musicale française est extrêmement développée, mais aussi très concentrée sur une dizaine d artistes qui représentent environ 90 % des ventes. On gardera bien en tête que, en France, le poids du répertoire local, tous genres confondus, est le plus important d Europe, comme on peut le lire dans le Cahier export France 25 : «Au sein des statistiques de ventes en gros publiées par le Snep, la part des productions francophones s établit à 62.9 %. L analyse détaillée de la répartition des ventes en magasins par genres musicaux, publiée par Ifop-Tite Live, fait apparaître une part de 35.4 % de la variété francophone. [ ] - Variété francophone : 35.4 % - Compilations de production francophone : 16 % - Autres répertoires de production francophone : 11 % [25] Cahier Export France, p Guide pratique France-Québec du disque et du spectacle Irma/Sopref

DU NOUVEAU CHEZ GML!

DU NOUVEAU CHEZ GML! Montréal, le 17 juin 2015 DU NOUVEAU CHEZ GML! Gestion Martine Lévesque est heureuse d accueillir dans son équipe Pedro Barbosa. Il aura pour mandat de développer particulièrement le financement de vos

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN. Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU)

COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN. Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU) COMITÉ PERMANENT DU PATRIMOINE CANADIEN Mémoire du Réseau indépendant des diffuseurs d événements artistiques unis (RIDEAU) 9 mars 2009 Membres du Comité permanent du Patrimoine canadien, Bonjour, Mon

Plus en détail

Le spectacle vivant en Angleterre

Le spectacle vivant en Angleterre Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 24 mai 2004 Le spectacle vivant en Angleterre Intervenants : Marie-Agnès Beau, Bureau Export de Londres Andy Wood, agence Comono Ordre

Plus en détail

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Préparer une mission de prospection Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Le voyage professionnel est considéré aujourd'hui comme l'un des outils les plus efficaces de la prospection export.

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

TOURNEUR MANAGER. Développeur d artistes. Formation professionnelle

TOURNEUR MANAGER. Développeur d artistes. Formation professionnelle TOURNEUR MANAGER Développeur d artistes Formation professionnelle Dossier pédagogique 2014 1 Tourneur - Manager Développeur d artistes Les musiques actuelles reposent sur des économies plurielles, mêlant

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

COMPTE RENDU. Billetterie en ligne : Une solution miracle pour le spectacle vivant? 6 décembre 2011

COMPTE RENDU. Billetterie en ligne : Une solution miracle pour le spectacle vivant? 6 décembre 2011 COMPTE RENDU 6 décembre 2011 Billetterie en ligne : Une solution miracle pour le spectacle vivant? EN PRÉAMBULE Grâce aux évolutions technologiques, il est désormais facile de se procurer un billet de

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer!

Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! Le grand rendez-vous des exportateurs à ne pas manquer! www.forum-export.ca Palais des Congrès de Montréal Montréal (Québec) 12 et 13 novembre 2003 Un forum de mobilisation des exportateurs québécois Paul-Arthur

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment lire ce guide?... 5. Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17

SOMMAIRE. Comment lire ce guide?... 5. Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17 SOMMAIRE Comment lire ce guide?... 5 Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17 1. Les principaux indicateurs économiques et la santé de l économie suisse... 17 Une économie saine et solide basée sur

Plus en détail

Le droit d espérer. Didier Chastagnier

Le droit d espérer. Didier Chastagnier Février 2013 MULHOUSE STRASBOURG COLMAR Notre mission, plus que jamais, grâce à vous: Donner à chaque enfant le droit d être un enfant Le droit d espérer Chers Amis d Action Quartiers C est une joie pour

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Association sportive et communication

Association sportive et communication Association sportive et communication Dirigeants sportifs bénévoles Quelle communication pour mon asso? Janvier 2014 Module : communication Voir et revoir tout ce qui concerne la communication interne

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

La structure du texte explicatif (sec. 3)

La structure du texte explicatif (sec. 3) Phase de questionnement (Pourquoi?) : (environ 40 à 50 mots) prépare le lecteur et elle fournit une vision globale de ce dont il va être question dans le texte. Sujet amené Historique Actuelle L idée générale

Plus en détail

quelle stratégie mettre en place (quand, comment, où)?

quelle stratégie mettre en place (quand, comment, où)? stratégie commerciale : démarcher sa clientèle Cette fiche vous propose des conseils pratiques sur la prospection d une clientèle ainsi que sur la prospection commerciale, et vous guide pour la concrétisation

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

S INFORMER ENTREPRISES

S INFORMER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment S INFORMER sur les métiers et les ENTREPRISES J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi vous informer? Pour être efficace, une recherche d emploi

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Sommaire. o La start-up TripConnexion 1. o Le concept 2. o TripConnexion en bref 4. o Revue de presse 5. o Contacts presse 6

Sommaire. o La start-up TripConnexion 1. o Le concept 2. o TripConnexion en bref 4. o Revue de presse 5. o Contacts presse 6 1 Sommaire o La start-up TripConnexion 1 o Le concept 2 o TripConnexion en bref 4 o Revue de presse 5 o Contacts presse 6 2 Genèse C est au retour d un voyage en Birmanie, où ils ont fait la rencontre

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

nouveaux arrivants entrepreneurs

nouveaux arrivants entrepreneurs F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D E S J E U N E S E N T R E P R E N E U R S Le mentorat des nouveaux arrivants entrepreneurs Guide pour les mentors de la FCJE A c c o m p a g n e m e n t a u p r

Plus en détail

GUIDE DE PRISE EN MAIN

GUIDE DE PRISE EN MAIN 27/04/2011 Firstmag version 7 Ce document va vous expliquer en quelques pages comment maitriser les principales fonctions du logiciel. Ce guide n est pas exhaustif, pour une utilisation avancée du logiciel

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 8. Les voitures électriques Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Frédérique Gella,

Plus en détail

Voyage d étude en Europe Dossier de candidature

Voyage d étude en Europe Dossier de candidature Voyage d étude en Europe Dossier de candidature Voici le «dossier de candidature type» à rendre dûment complété à la date indiquée (aucun retard ne sera toléré, un retard engendre la perte de la bourse).

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

QUELLE STRATÉGIE METTRE EN PLACE (QUAND, COMMENT, OÙ)?

QUELLE STRATÉGIE METTRE EN PLACE (QUAND, COMMENT, OÙ)? STRATÉGIE COMMERCIALE : DÉMARCHER SA CLIENTÈLE Cette fiche vous propose des conseils pratiques sur la prospection d une clientèle ainsi que sur la prospection commerciale, et vous guide pour la concrétisation

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

Joe Dassin : L été indien

Joe Dassin : L été indien Joe Dassin : L été indien Paroles et musique : Vito Pallavicini / Toto Cutugno Stratégique Marketing / Sony Music Thèmes L amour, les souvenirs. Objectifs Objectifs communicatifs : Donner son avis sur

Plus en détail

Projet Détail Formation

Projet Détail Formation Projet Détail Formation Programmation 2015-2016 des ateliers, formations et services-conseils pour les entreprises de détail, de services, de restauration, d alimentation et de tourisme. Partenaires du

Plus en détail

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org Pour ceux qui cherchent Notre Moteur Spécifique : recherche pour vous vous mets en relation confidentielle avec des Propriétaires et des Professionnels, sans vous dévoiler. Sommaire Vous ne faites pas

Plus en détail

Comment générer des revenus en Affiliation

Comment générer des revenus en Affiliation Comment générer des revenus en Affiliation Apprenez comment vous créer un système pour faire de l argent sur Internet Version 6 Programme Affiliation Entreprise Nexika Inc www.marketing-affiliation.com

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 :

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 : Executive Summary Vue d'ensemble de la campagne : Margouillaprod est une société de production de films institutionnels et publicitaires, elle propose des prestations de film pour des évènements tels que

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@tic ecommerce Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce électronique)

Plus en détail

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont UN VRAI STATUT pour l assurance collective Les conseillers en sécurité financière qui veulent continuer à vendre de l assurance collective ont jusqu en juillet 2002 pour se requalifier auprès du Bureau

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail

Le spectacle vivant en Russie

Le spectacle vivant en Russie Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 26 avril 2006 Le spectacle vivant en Russie Intervenants : Bialka Wlodarczyk, Bureau Export Moscou Igor Tonkikh, FeeLee et Club Ikra,

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION Analyse d un devis de production Le devis de production, élaboré à partir des besoins du scénario, est un budget prévisionnel de dépenses comprenant la description

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation

SOMMAIRE. Présentation du projet 2015. Programmation 3 ème édition. Le Mot du Producteur. Informations pratiques. Demande d accréditation SOMMAIRE Présentation du projet 2015 Programmation 3 ème édition Le Mot du Producteur Informations pratiques Demande d accréditation Cher média, L Association Les Brumes, la ville de Sainte-Sigolène, Produc

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Ce rapport fait office d une synthèse des événements en Allemagne, durant mon stage linguistique d une durée de 10 semaines. Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Haus Morgenstern Yvonick Johannel Onangha

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Acquérir de nouveaux clients

Acquérir de nouveaux clients Acquérir de nouveaux clients Guide pratique sur l optimisation web Guide pratique sur l optimisation web... 01 Qu est-ce que l optimisation web?... 01 L importance des moteurs de recherche dans l optimisation

Plus en détail

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant

Les grands centres ressources nationaux du spectacle vivant Fiche Mémo Ressources juridiques dans Ressources le spectacle vivant Vous travaillez dans le spectacle vivant et vous avez besoin d une information juridique? Voici une liste de ressources disponibles

Plus en détail

Comment préparer une demande de financement

Comment préparer une demande de financement Comment préparer une demande de financement SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Présenter votre entreprise Cibler vos points forts Faire les démarches SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Obtenir des sommes d argent

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

NOTICE DE L ANNONCEUR

NOTICE DE L ANNONCEUR NOTICE DE L ANNONCEUR La Marketplace Caradeals.com, c est la solution pour booster votre activité! SOMMAIRE Qu est-ce que Caradeals.com? 1) PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 2 2) LES AVANTAGES... 2 3) PREPARER

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait?

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Dynamise le monde de la Parabole! Dossier de Presse Elle disparait... Réduit la visibilité de

Plus en détail

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet?

>> Comment conquérir de nouveaux clients grâce à Internet? Intégrer le webmarketing dans sa stratégie de développement touristique Pourquoi se lancer dans le webmarketing? Pour répondre à un consommateur qui utilise désormais Internet pour préparer, organiser

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

Programme de formation continue 2012-2013

Programme de formation continue 2012-2013 Programme de formation continue 2012-2013 1. Logiciel d éclairages WISYWIG Présentation Le logiciel Wisywig a été développé spécifiquement par et pour des concepteurs d éclairages. Très performant, il

Plus en détail

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII

Les outils de communication essentiels pour démarrer. Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII Les outils de communication essentiels pour démarrer Animé par : Virginie ROCHAT, Gérante - EBULLISTIK Aurélien PASQUIER, Dirigeant - SCENARII «On ne peut pas ne pas communiquer» Mais Paul WATZLAWICK (Ecole

Plus en détail

Assemblée nationale du Québec. Mémoire

Assemblée nationale du Québec. Mémoire Assemblée nationale du Québec COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ Mémoire PRÉSENTÉ PAR LA GUILDE DES MUSICIENS ET MUSICIENNES DU QUÉBEC octobre 2014 Pour tout renseignement concernant ce mémoire le lecteur

Plus en détail

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ Projet d ordinateurs portables pour le personnel professionnel 29 avril 2014 Bonjour, Lors de sa 238 e assemblée générale, l unité syndicale 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ (Syndicat de

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Association franco-culturelle de Yellowknife

Association franco-culturelle de Yellowknife 002 Procès verbal de la réunion du conseil d administration du 9 juin 2010 à 17 h 30 à la maison Laurent Leroux Présences : Réjean LeFort : Président Élodie Bedouet : Vice-président Paul Fleury : Administrateur

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

CINQ ERREURS COURANTES

CINQ ERREURS COURANTES ÉVALUATION D'UN PORTEFEUILLE COMMENT SE PORTENT VOS ACTIFS? ANDRÉ DUBUC LA PRESSE 13 avril 2014 CINQ ERREURS COURANTES Deux gestionnaires de portefeuille ont relevé cinq erreurs courantes dans le portefeuille

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

La téléassistance en questions

La téléassistance en questions 8 La téléassistance en questions Il y a une coupure de courant, qu est-ce que je fais? Vous ne faites rien. Une batterie de secours de plusieurs heures est incluse dans le transmetteur. Vous pouvez éventuellement

Plus en détail