RAPPORT D ETUDE SUR L ACCESSIBILITE DE L INTERNET/INTRANET AUX PERSONNES HANDICAPEES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ETUDE SUR L ACCESSIBILITE DE L INTERNET/INTRANET AUX PERSONNES HANDICAPEES"

Transcription

1 1 RAPPORT D ETUDE SUR L ACCESSIBILITE DE L INTERNET/INTRANET AUX PERSONNES HANDICAPEES Décembre 2003 Rédacteur : Julien PERBEN

2 2 SOMMAIRE Introduction Première partie : Les usages de l internet 1.1 Le matériel et son utilisation - le choix du matériel - le financement - la formation - le suivi et la maintenance 1.2 Exemples spécifiques - la téléphonie mobile - les espaces publics numériques 1.3 Le contenu - l'information - besoin de simplification - amélioration du service - accessibilité et ergonomie 1.4 Conseil et formation - accompagner les particuliers - orienter les professionnels Deuxième partie : Pour une meilleure prise en compte de l'accessibilité des sites 2.1 Les dispositions juridiques à l'étranger - aux Etats-Unis - en Europe : les exemples anglais, belge et italien l'euro Accessibility

3 3 2.2 Les possibilités en France - état des lieux - les solutions proposées : le référentiel le centre ressources, conseil et formation la validation Troisième partie : Communiquer pour un meilleur résultat 3.1 Les objectifs 3.2 Cibles et contenus 3.3 Les moyens : - diffuser - accompagner Conclusion : Résumé des propositions Annexes : I. Liste des contacts II Sites utiles

4 4 Introduction Les nouvelles technologies, qui font maintenant partie de notre quotidien, constituent indéniablement des aides dans la vie de tous les jours de chacun d entre nous. Ces techniques nous permettent de faire beaucoup de choses, automatiser une tâche, commander une action à distance, s informer ou communiquer avec le monde entier. Le réseau international, appelé internet, qui est le fruit de l extension de systèmes de communication universitaires ou militaires au niveau planétaire, est rentré dans un grand nombre de foyers des pays industrialisés pour que tous puissent bénéficier des avantages que l on peut en attendre. Il est donc normal, même si cela a un coût pour l utilisateur, que chacun bénéficie des apports de cette technologie. Cependant, on y retrouve, comme sur la plupart des supports matériels connus, des «défauts» de conception qui sont autant d obstacles pour certains utilisateurs. Lorsqu une personne est atteinte d un handicap, son quotidien s en trouve changé et l utilisation de certains appareils devient difficile. C est malheureusement le cas aussi pour internet, comme pour un réseau d entreprise (intranet), et ceci pour deux raisons : l internet est fait pour tout le monde, mais ne respecte pas toujours les situations de chacun, certaines déficiences peuvent nécessiter des aides techniques particulières, qui ne sont pas toujours compatibles avec la présentation du contenu à utiliser. Ces techniques constituent pourtant, dans certains cas, l unique moyen d accéder à la communication et aux sources d informations qui paraissent naturelles à chacun mais qui sont un luxe pour ceux qui n y ont pas accès autrement. On pense parfois que l ordinateur est un accessoire secondaire, surtout pour Internet, que l on peut très bien s en passer et en rester au papier et au stylo, mais c est sans se mettre à la place de ceux qui ne peuvent plus lire ou écrire sans un ordinateur. Il est donc nécessaire de faire en sorte que tout un chacun puisse bénéficier des techniques d information d une manière équivalente, à la fois en rendant le contenu accessible et en permettant aux personnes qui en ont besoin d être aidées, aussi bien matériellement, financièrement, qu humainement. Il s agit également de le faire savoir.

5 5 Première partie : Les usages de l Internet L accès à un réseau d informations représente un facteur d intégration pour chaque individu, quel qu il soit, un moteur dans une activité sociale, culturelle ou professionnelle. Ce facteur est décuplé dans le cas d une personne handicapée, puisque cela représente parfois pour elle l unique moyen d avoir accès à cette information. Le sujet est complexe car chaque handicap est un cas particulier. Toutefois la question peut être modélisée si l on considère qu un système d information «accessible» est composé de deux couches. La couche dite «d application» est composée de tout code informatique véhiculant une information (site internet, intranet, etc.). La couche dite «d interface» est l interface homme machine, matérielle ou logicielle qui, associée à l ordinateur personnel, permet à l utilisateur de pallier sa déficience (plage braille pour les non-voyants, loupe logicielle pour les malvoyants, avatar 3D pour les non entendants, etc.). On a donc les deux éléments schématiques de tout système d information, le matériel et le contenu, l un devant être étudié par rapport à l autre pour une bonne adéquation. Ce modèle peut s adapter à chaque profil d utilisateur et notamment à ceux souffrant d un handicap d ordre sensoriel ou moteur. 1.1 Le matériel et son utilisation Le choix du matériel A chaque situation correspond un matériel précis et, dans le cadre d une activité professionnelle, il revient à l employeur d organiser l adaptation du poste. La première étape consiste bel et bien à étudier quels sont les besoins pour que l utilisateur puisse correctement accéder au réseau. Le mieux est donc de recevoir les conseils d une personne compétente qui va pouvoir donner son avis et optimiser le choix du matériel. En effet, une personne n ayant pas les outils adéquats risque de se trouver dans une situation inconfortable pour accéder au réseau internet ou intranet. Face à cette situation, on rencontre souvent des modèles de configurations faites pour chaque handicap, un équipement type qui peut présenter bien des inconvénients.

6 6 Il arrive qu une commande de ce genre aboutisse à une inadéquation entre les besoins et le matériel utilisé, que la commande fasse apparaître des frais inutiles pour du matériel acheté sans besoin, et qu au final la personne soit dans l impossibilité d effectuer certaines actions souhaitées. Certains individus accédant à un emploi public par le biais des emplois réservés se sont retrouvés dans cette situation parce qu aucune personne compétente n avait été consultée à leur sujet. Lorsqu on interroge des personnes handicapées dans l administration pour savoir comment s est fait le choix de leur matériel, on rencontre, en général, deux situations différentes : - soit le service possède une fiche type de matériel, en fonction du handicap, et le matériel sera imposé à l utilisateur sans discussion ni étude de ses besoins par rapport à son poste de travail, - soit c est la personne handicapée qui fait elle-même une recherche pour savoir quel matériel est le mieux approprié à ses besoins par rapport à l activité qui lui est demandée. Dans ce dernier cas, la personne pourra éventuellement avoir la chance de connaître un organisme pouvant la conseiller, voire venir sur place pour étudier ses besoins. A défaut, la recherche se fera auprès de collègues ayant le même handicap, ou auprès d autres personnes à handicap similaire. Même si certains préfèrent cette manière de faire, il paraît anormal que ce soit à la personne elle-même d étudier comment aménager son poste de travail, car cette dernière ne sera pas toujours à même de connaître les solutions les plus appropriées, ou n aura pas, lors d un premier emploi par exemple, la capacité de faire la recherche seule. Le financement Pour une activité privée, l employeur a le moyen de recourir à un ergonome professionnel dans le cadre d un dossier de demande de subvention auprès de l AGEFIPH, mais il en va tout autrement pour une administration. Comme il n existe pas de structure d aide similaire à l AGEFIPH pour le secteur public, c est au responsable du service concerné de s organiser et de prendre le coût du matériel sur son budget de fonctionnement. Dans le cas d un hôpital qui choisit d embaucher un kinésithérapeute aveugle, il devra aussi financer lui-même le matériel nécessaire pour que cette personne puisse travailler en utilisant le réseau de l hôpital. Il convient de noter que, en ce qui concerne le secteur hospitalier, les réseaux informatiques sont très différents les uns des autres, ce qui ne facilite pas le choix du matériel, sans parler des problèmes liés à l adaptation et la mobilité de l employé handicapé.

7 7 L emploi d une personne handicapée devient alors un coût financier supplémentaire pour l employeur. Il serait souhaitable que l administration se dote également d une structure de financement, collective ou indépendante, de manière à ce que le financement de ces aides techniques, dont le but n est qu une compensation du handicap, ne soit plus un frein ou un problème pour l emploi des personnes handicapées. Un meilleur accès à Internet ou à un autre réseau passe forcément par un meilleur système de financement, quasiment absent dans l administration, et souffrant encore de gros défauts en ce qui concerne l AGEFIPH (obligations de moyens mais pas de résultats, irrégularités de traitement suivant le dossier et le lieu géographique, organisme inconnu de bon nombre d entreprises ). Le prix des aides techniques est aussi à prendre en compte. On constate qu il est en général beaucoup plus élevé en France que dans leur pays d origine, une très grande partie du matériel utilisé dans notre pays étant importé. Il serait peut-être utile, tout en favorisant la recherche en France, en fédérant les initiatives valables pour de meilleurs produits, de discuter, avec les constructeurs des produits phares, des prix pratiqués dans notre pays. Deux solutions peuvent être envisagées, si l on souhaite vraiment voir baisser le prix du matériel qui représente parfois le double de celui pratiqué dans son pays d origine : 1/ proposer des mesures d incitation aux constructeurs pour qu ils créent une filiale en France. A partir d un certain volume de vente, qui peut être étudié et chiffré, un constructeur basé à l étranger peut avoir intérêt à passer à une phase de développement supérieure. La vente de produits à l étranger se fait d abord par la constitution d un circuit de distribution, qui intègre le cas échéant le processus de traduction du produit et de sa documentation, mais lorsque le volume des ventes devient correct dans un certain pays, le constructeur a tout intérêt à créer sa propre filiale dans ce pays et gérer lui-même toute la chaîne. Il peut alors fixer les prix librement et retirer tous les bénéfices de ses ventes. Il arrive régulièrement qu un Etat négocie avec un constructeur l installation dans son pays d une usine, un atelier ou un service, puisque cela a l avantage d être créateur d emplois et de renforcer la concurrence. Il pourrait très bien en être de même avec les fabricants des aides techniques les plus répandues, à condition que le marché soit étudié et que l on puisse présenter un certain nombre d arguments économiques à l entreprise concernée. 2/ une distribution centralisée et optimisée. La deuxième idée qui va dans le sens d une baisse des prix est la vente par internet. Il est évident que rien ne peut remplacer le contact physique avec un matériel, comme moyen de l essayer ou de juger par soi-même. Cependant, l éclatement des points de vente de matériels adaptés, du fait notamment d une spécialisation par handicap, ne facilite pas une vue d ensemble et une bonne mise en concurrence.

8 8 Il existe, aux Etats-Unis, un site internet qui regroupe un ensemble représentatif du matériel dont peut avoir besoin une personne en situation de handicap. Ce site s appelle Enablemart (www.enablemart.com). Tout américain peut ainsi trouver et acheter le produit qu il cherche, à un prix raisonnable et quel que soit l endroit où il habite. Ce site rassemblant les différentes solutions proposées ne fait pas de favoritisme particulier, à la différence de nombreux magasins spécialisés en France, où l on ne trouve souvent qu un seul type de matériel, du fait des accords passés par le revendeur avec un nombre restreint de fabricants. Si un tel mode de distribution est moins développé en France qu aux Etats-Unis, cette formule aurait pour avantage de proposer un catalogue technique représentatif, avec la possibilité d acheter un produit sans avoir à se déplacer. Ce pourrait donc être le moyen pour une entreprise de vendre en direct des produits étrangers, dont tous les éléments seraient disponibles en français, et pour lesquels les clients disposeraient enfin de prix raisonnables. Même si le prix des aides techniques n est qu un sujet secondaire parmi tous ceux traités dans cette étude, il restera toujours un facteur d accès ou non à la technologie. Toutes les personnes handicapées sont concernées, qu elles travaillent ou non. La formation Une grande lacune restreignant l accès de l utilisateur est le défaut de formation. Le choix et l achat du matériel sont des choses importantes, mais son utilisation ne s improvise pas, d autant plus qu elle concerne des personnes sujettes à un problème moteur, sensoriel ou cognitif. La vente du matériel par une société spécialisée s accompagne souvent d une formation, mais celle-ci est parfois trop rapide ou d un niveau insuffisant. Le personnel dépêché sur place par l entreprise n est pas toujours en mesure de former correctement l utilisateur au niveau des outils. On ne peut demander à un technicien ou à un commercial de faire de la formation professionnelle s il n y est pas formé lui-même. C est pourtant l une des rares solutions dont dispose l employé handicapé pour apprendre à utiliser un nouveau matériel, s il ne l a pas appris lors d études dans un centre de formation professionnelle ou eu la chance de trouver une association capable de lui donner des cours. Il n existe actuellement que trois solutions : suivre des études auprès d un centre de formation professionnelle, mais les centres spécialisés sont peu nombreux et les études sont longues ; se faire financer une formation auprès d un revendeur spécialisé, solution d autant plus onéreuse que les cours sont trop souvent dispensés en collectif et en général trop rapidement ; participer à des cours au sein d une association, ce qui coûte peu cher, mais le niveau des bénévoles peut être très variable.

9 9 On en revient toujours à un problème d inadéquation entre les besoins et les services disponibles, solutions de formation trop rares, niveau des formateurs aléatoires et statuts souvent inexistants. De même qu il est assez facile pour une personne valide d apprendre à utiliser internet, cela l est beaucoup moins pour une personne qui ne voit pas l écran ou a du mal à cliquer avec la souris. Une personne qui doit utiliser un réseau, et éventuellement des applications sur celui-ci, mettra sûrement un certain temps pour s habituer si elle n a pas de difficultés particulières, mais si cette utilisation est moins naturelle du fait de problèmes d accessibilité, la durée pour une pratique correcte sera beaucoup plus longue, surtout si la personne doit trouver seule comment pallier les problèmes rencontrés. Le suivi et la maintenance En imaginant que l utilisateur ait été correctement équipé et formé, ce qui est loin d être toujours le cas comme décrit plus haut, il ne faut pas croire non plus qu il n a plus besoin d aide. Le réseau peu évoluer, les techniques aussi, il aura donc besoin de quelqu un pour l aider à se familiariser avec les nouveautés. Il se peut aussi que son ordinateur subisse quelques problèmes techniques, et s il s agit de la partie spécifique à son handicap, ce n est pas le technicien du service qui pourra le dépanner. Tout ordinateur a besoin, un jour ou un autre, d un peu de maintenance, d une révision ou d une mise à jour. Qui s en charge? Il faut en général attendre un certain nombre d années pour que la personne, devenue trop limitée par un matériel qui ne répond plus à ses besoins, fasse une nouvelle demande d équipement, et on en revient au début du cycle. L utilisateur doit être en mesure de pouvoir se faire aider au cours de son utilisation et le technicien informatique en charge de son poste de travail doit être un minimum formé à la maintenance des outils spécialisés installés sur celui-ci. 1.2 Exemples spécifiques. Le développement des réseaux et des systèmes de communications est grandissant, au point que nous avons maintenant une multitude de supports et de moyens de les utiliser. Cela suppose qu ils se présentent sous une forme suffisamment étudiée pour pouvoir être utilisés par tous, que ce soit au niveau de l appareil ou du contenu. Deux exemples sont particulièrement significatifs, la téléphonie mobile et les espaces publics numériques (EPN).

10 10 La téléphonie mobile Actuellement, le développement du téléphone portable est tel que la plupart des français en possèdent un (plus de 40 millions d abonnés en France). Les terminaux utilisés ne sont plus seulement un moyen de téléphoner de n importe où, mais aussi un outil permettant d envoyer et de recevoir des messages écrits, voire des photos ou de la vidéo, et même d accéder à internet. Mais, même si le développement de cette technique permet maintenant à chacun d en profiter, on peut dire que l on a rattrapé le retard que l on avait il y a quelques années par rapport à certains pays. Cependant, ces appareils ne permettent pas à tous d en profiter de la même manière. Des terminaux deviennent trop petits : touches parfois peu pratiques pour certains tellement elles sont réduites, écran miniature lui aussi, car proportionnel au reste de l appareil. Même s ils ont gagné la couleur, les écrans peuvent poser des problèmes aux personnes ayant des troubles visuels, une personne myope cherchera ses lunettes pour utiliser ce petit téléphone, un malvoyant aura sûrement du mal à suivre le contenu des menus, et un aveugle devra se contenter de l objectif premier de cet appareil, c est-à-dire téléphoner, les menus et autres fonctionnalités lui étant inaccessibles. Il semble que chaque équipementier téléphonique ayant une gamme riche de produits différents, devrait pouvoir proposer des appareils répondant mieux aux besoins de tous les consommateurs. Il est tout à fait possible, que ce soit techniquement ou ergonomiquement, de concevoir des produits correspondant à certains critères spécifiques, appareils moins petits pour ceux qui ont des problèmes de mobilité des membres supérieurs (de l arthrose des mains à leur paralysie ou inexistante), ou un téléphone doté d un support vocal, permettant à ceux qui ont une difficulté visuelle de pouvoir utiliser l appareil dans son ensemble. Dans ce cas, il est possible d associer aux textes statiques (contenu des menus) des enregistrements audio, ce qui permettrait d utiliser les fonctions sans trop voir l écran, mais le mieux sera toujours d équiper le téléphone d une véritable synthèse vocale, à condition que la puissance et la mémoire de l appareil le permettent. Les opérateurs téléphoniques pourraient, eux aussi, proposer des services complémentaires allant vers une plus grande facilité d usage d un téléphone mobile. Les idées proposées ne manquent pas : consultation des derniers numéros entrant non signalés par la messagerie par un service téléphonique, consultation des SMS reçus par téléphone, envoi des documentations et factures par mails pour ceux qui en feraient la demande Il semble que les consultations sur ce sujet avancent (cf. rapport Balin A.R.T), mais il reste à en attendre des résultats concrets en matière de produits et de services, pour que tout le monde puisse accéder à l information de cette manière s il le souhaite, recherche en ligne ou envoi/réception de message (SMS ou mails).

11 11 Des produits commencent à apparaître, les nouveaux téléphones devenant de plus en plus multimédias voient leurs écrans reprendre une taille plus grande et les solutions vocales pointent le bout de leur nez, mais la combinaison des techniques, pour un meilleur usage de tous les utilisateurs, n est pas encore visible. Les espaces publiques numériques (EPN) Pour une meilleure disponibilité de ces techniques à tous, se sont créés des espaces où chacun peut avoir accès à un ordinateur connecté à internet. Mais pour que tout un chacun puisse s en servir, se pose le problème de l adaptation aux personnes handicapées, qui, selon le handicap, ont besoin d une aide logiciel ou matériel. Il est effectivement nécessaire que ces espaces publics puissent proposer un ordinateur utilisable par n importe qui, quelque soit sa difficulté, et que quelqu un soit en mesure de lui apprendre comment s en servir. Il faut pour cela prévoir un certain pourcentage de postes pouvant répondre aux besoins de personnes ayant tel ou tel handicap. Dans le cas d une personne déficiente visuelle, handicap probablement le plus difficile après le handicap mental pour l accès aux systèmes d informations, un logiciel de lecture vocale doit être disponible, avec un casque audio pour ne pas gêner l entourage, et éventuellement une plage braille. Le cas de la plage braille est assez délicat, puisque l on peut rencontrer plusieurs cas de figures : - une personne possédant déjà sa plage braille, mais n ayant pas de connection internet à titre personnel, voudra probablement utiliser sa propre plage, si cela est possible. Les plages, suivant les constructeurs, ne se présentent pas toujours exactement de la même manière, et les utilisateurs courants de ce type d outils ont leurs habitudes. -une personne n ayant aucun équipement et utilisant les EPN comme seul moyen d accès à la technique, mais pratiquant couramment le braille, devra donc posséder une plage braille sur place. On peut donc imaginer un ordinateur sur lequel on aura : - installé une plage braille qui se situe dans la moyenne de ce qui existe, et d un emploi facile, qui servira de base pour les personnes n ayant pas d équipement ; - ajouté les pilotes de la plupart des plages braille existants, qui permettont à la personne qui le souhaite de connecter sa propre plage. Ces pilotes n ayant pas d incidence sur le système, on peut très bien en installer un certain nombre. On peut aussi prévoir que certaines personnes auront besoin de modifier l affichage de l écran, soit du fait d un handicap ayant une incidence sur la vision, soit pour un meilleur confort de lecture pour une personne ayant ses habitudes.

12 12 Il serait très pratique, pour cela, de pouvoir proposer aux personnes intéressées de créer leur propre profil, qui pourrait être stocké sur une carte (à puce par exemple) que l on insérerait dans un lecteur approprié connecté à l ordinateur. Cela permettrait de ne pas avoir à modifier à chaque fois les paramètres de l ordinateur, opération un peu fastidieuse quand on a à le faire régulièrement, et on pourrait les avoir rapidement sur l ordinateur que l on utilise. On peut penser qu une fois l utilisation terminée, et la carte retirée, l affichage reviendrait automatiquement à un affichage standard, en prévision de l utilisation du poste par une personne n ayant pas de besoin particulier en matière d affichage. On peut imaginer que cette fonctionnalité ferait partie des options de la future carte Césame Vitale, prévue pour 2005, qui semble être la seule carte à puce nationale pouvant être utilisée à cet effet. Il serait intéressant également, dans le cas d une utilisation d un logiciel adapté, que celui-ci puisse être installé temporairement sur le poste client à partir d un serveur. Il n est pas évident que les aides techniques qui se présentent sous la forme d application puissent être adaptées de cette manière, mais il existe un exemple intéressant à l hôpital Trousseau : un grand groupe informatique a réalisé pour les enfants malades de cet hôpital une application leur permettant de communiquer avec d autres enfants de l hôpital ou des proches de l extérieur par l intermédiaire d internet. Quelque soit l ordinateur portable utilisé, l enfant récupère son profil utilisateur et ses données personnelles sur le serveur avec ses coordonnées (nom et mot de passe), et toutes ses informations personnelles sont téléchargées sur le poste client, quelque soit le portable que l enfant utilise, soit parce qu il ne se trouve pas dans la même pièce, soit parce qu il l a fait tomber de son lit et qu il faut le remplacer. Si les logiciels adaptés pour personnes handicapées pouvaient fonctionner de cette manière, cela permettrait à ceux n ayant besoin que de logiciels de pouvoir utiliser n importe quel poste, et pas uniquement ceux réservés aux personnes handicapées. Cependant, quel que soit le matériel utilisé, il faudra toujours une personne pour expliquer au visiteur comment utiliser le matériel et naviguer sur internet. La formation du personnel nécessaire pourrait se faire en collaboration avec un organisme professionnel (cf. ci-dessous Conseil et formation). 1.3 Le contenu L information Toute personne handicapée, cherchant à avoir son autonomie, sait qu il est souvent difficile d obtenir une information complète rapidement. Concernant le handicap, l information est parcellaire, et il faut beaucoup d appels téléphoniques ou de déplacements pour trouver ce que l on cherche. L internet évite d avoir à trop se déplacer, un grand nombre des renseignements nécessaires sont disponibles sur la toile, ce qui peut constituer un seul lieu de recherche. Suivant le handicap, les avantages sont divers, solution alternative pour une mobilité réduite ou impossibilité d utiliser les supports papier.

13 13 Il est donc recommandé d utiliser au maximum cette solution dans le cadre d un réseau interne de travail, parce qu elle évite de passer de service en service à la recherche des renseignements dont on a besoin, et limite l afflux de notes d information et autres documentations internes qui encombrent les bureaux et ne peuvent être utilisées par certains. Besoin de simplification Cette centralisation de l information, tant demandée par la plupart des utilisateurs des réseaux informatiques, commence à se faire. Elle peut, néanmoins, engendrer un autre inconvénient, celui d avoir un contenu trop dense, difficile à utiliser pour une recherche précise d information. C est le cas, par exemple, d importants sites de l administration, qui regroupent un grand nombre de textes et d actualités, mais dont les agencements ne sont pas toujours optimum pour une recherche facile. Il est vrai que plus le site est grand, moins la «règle des trois cliques» sera facile à respecter. Une meilleure organisation du contenu permettrait d avoir un peu moins à recourir au module de recherche, quand il existe. L ergonomie des sites, surtout les plus fournis, est souvent à revoir, tant sur un plan d accessibilité que d utilisation par tous. La présentation d un site dans son contenu se doit d être intuitive, présenter au visiteur les informations à même de l intéresser, et non pas ce que l on voudrait lui faire lire. Il n est pas toujours nécessaire de remettre tous les mêmes liens en début de page, ce qui encombre le contenu et nuit à la facilité d utilisation. Amélioration du service Un autre avantage d internet, ou de tout autre réseau, est de pouvoir également agir à distance. L information disponible peut permettre de faire une demande à propos d un service particulier, à condition que l opérabilité soit suffisante, ce qui n est pas toujours le cas. Un texte d information, que l on aura trouvé sur internet, peut donner envie de réagir, encore faut-il pouvoir lire ce texte en direct. Si le texte se présente sous la forme d un fichier pdf, il faudra un logiciel spécifique présent sur son ordinateur pour le lire et être en mesure de s en servir. Ce format, très utile dans le cas d un texte qui ne doit pas pouvoir être modifié, n est pas toujours indispensable. Un texte en format htm ou rtf serait plus facile à lire, il ne nécessite aucune application supplémentaire et peut être utilisé par le lecteur comme il le souhaite. L opérabilité est aussi insuffisante dans le cas d un formulaire à télécharger. En format pdf, ce formulaire est destiné à être imprimé avant d être renseigné, opération difficile dans le cas d une personne ne pouvant utiliser directement un support papier (déficience visuelle, motricité réduite des membres supérieurs, etc.).

14 14 Deux solutions peuvent être proposées, dont les avantages seraient partagés par tous les utilisateurs : édition et impression en ligne Le formulaire pourrait être rempli directement sur la page web, puis imprimable en fin d édition, ce qui aurait pour effet d avoir un formulaire fidèle à l original et correctement rempli. remplir le formulaire à distance Le formulaire serait rempli et envoyé directement par internet à son destinataire, avec attribution d un numéro de dossier pour toute correspondance ultérieure. Il en résulterait un gain de temps et une simplification administrative, si le traitement du formulaire reçu restait numérique. Ce genre de télé procédure mériterait d être développée, à condition que la transmission soit sûre et garantie, l avantage étant évident à la fois pour l utilisateur et pour l administration. Accessibilité et ergonomie L accessibilité reste un élément majeur pour l utilisation de tout réseau, puisque son contenu ne pourra être consulté si sa présentation pose problème. Les recommandations internationales en la matière, éditées par le Web Accessibility Initiative (WAI), ne sont que trop peu prises en compte en France, à la fois par les entreprises privées et par l administration, dont les sites qui devraient montrer l exemple ne sont encore pas tous accessibles. Les critères d accessibilité ont été beaucoup améliorés ces dernières années, les WAICAG sont en train d être revus pour une meilleure compréhension. Il est temps maintenant d envisager une accessibilité des sites à tous les handicaps, en cherchant une moyenne correcte pour que la plupart des sites puissent atteindre cet objectif. Reste une exception pour le handicap mental, malheureusement peu présent explicitement dans toutes les recommandations internationales, puisque le manque de capacités cognitives empêche un grand nombre de déficients intellectuels de concevoir ce qu est un réseau, un moteur de recherche, ou tout autre élément virtuel disponible. Le respect de ces critères d accessibilité permettrait une meilleure lisibilité des pages à tous, handicapés ou non, puisque ce travail a pour résultat de rendre plus harmonieuse la présentation du contenu de la page. Ces critères sont des règles simples, parfois même de bon sens, dont la mise en œuvre n implique en général que peu d efforts supplémentaires, à condition qu ils soient pris en compte en amont (il vaut mieux créer un site déjà accessible que d avoir à le corriger). Le but n est pas d ajouter des éléments à la page, ce qui aurait pour résultat de l alourdir, mais bien de présenter ces éléments de manière à ce qu ils soient accessibles à tous. Les pages du site seraient rendues plus légères et plus agréables à la lecture. Les critères existent, il reste à les appliquer.

15 Conseil et formation Accompagner les particuliers : Comme il a été vu plus haut, le conseil et la formation sont des sujets qui font défaut à un grand nombre d utilisateurs handicapés. Lorsque l on demande à un employé handicapé du service public comment s est faite son adaptation de poste de travail, on se rend compte que c est la personne handicapée ellemême qui a effectué des recherches pour proposer ensuite l achat du matériel dont elle a besoin. Il n est pas normal, dans ce cas, qu une personne indépendante ne soit pas en mesure de faire l étude des besoins par rapport au poste de travail et à l activité attendue de la personne handicapée. Face à ce problème, on rencontre par ailleurs une grande disparité géographique. Selon son lieu d habitation, la personne handicapée aura ou non le moyen de trouver un conseiller, que ce soit par le biais d une association ou d une société de vente de matériel. Il n est pas normal, là aussi, que la personne soit obligée de se déplacer dans une grande ville pour se renseigner et essayer du matériel. La meilleure solution serait qu il existe une structure, décentralisée au niveau départemental, qui puisse servir à la fois de conseiller et de formateur. On peut imaginer un organisme national, dont un organe central ferait de la veille technologique et s occuperait de former les différents acteurs. De manière à pouvoir proposer le même service à tous, ces derniers seraient équivalents en connaissances car issus d une même formation. Une proximité raisonnable serait ensuite respectée par le cadre départemental. Le fait, pour les acteurs de terrain, de s occuper uniquement des aides techniques, au service de l ensemble des handicaps, serait un gage d efficacité et de disponibilité. S occuper à la fois du conseil pour l achat du matériel et de la formation à ce même matériel, aurait pour avantage d optimiser le résultat escompté. Un formateur sera plus apte à conseiller sur l achat d un matériel en fonction de son utilisation, surtout s il est ensuite amené à assurer la formation de l utilisateur. Un tel exemple existe aux Etats-Unis, où l association pour l accès à la technologie (ATACCESS), organisme d état indépendant, accomplis ce travail de conseil et de formation auprès des personnes handicapées. Comme le souligne le Professeur Lecomte dans son rapport sur les aides techniques publié en mars 2003, un certain nombre d études ont déjà été réalisées sur ce sujet, avec un grand nombre de préconisations (comme par exemple l important rapport du sénateur Paul Blanc), mais les problèmes subsistent et la plupart des solutions proposées n ont jamais été mises en œuvre.

16 16 Orienter les professionnels : Dans le cas de l utilisation des systèmes d information par une personne handicapée dans son activité professionnelle, il y a parfois besoin d assistance technique (cf. Le suivi et la maintenance, page 9), et personne n est capable d assister un technicien chargé de la maintenance d un poste de travail pour la partie concernant le matériel adapté au handicap. En cas de besoin, ce technicien ne pourra se tourner vers un service d assistance classique, et n aura de solutions qu auprès du revendeur du matériel concerné, peu enclin à faire de l assistance téléphonique puisque ce n est pas son travail. On peut penser que, dès qu il existera une structure de conseil et formation décentralisée, n importe quel professionnel pourra la contacter, en référence à une précédente prestation, consécutive à l achat du matériel ou la formation qui s en est suivie. On peut très bien imaginer cet organisme au sein de la future agence nationale du handicap et des «maisons du handicap» (ou de l autonomie, selon l appellation qui sera retenue) qui en serait la résultante au niveau départemental, à condition qu il ne s agisse pas d une structure de plus et que l organisme de conseil/formation soit indépendant des autres activités. Sinon, on en reviendrait au problème déjà existant au sein des associations qui proposent un grand nombre d activités pour un même handicap, sans toujours avoir les spécialistes nécessaires à un travail approfondi.

17 17 Deuxième partie Pour une meilleure prise en compte de l accessibilité des sites Si la France s intéresse au sujet de l accessibilité, c est parce que les besoins de rendre accessibles les systèmes d information apparaissent de plus en plus évidents, mais aussi parce que, au regard de ce qui se fait déjà dans d autres pays, il ne serait pas normal que nous soyons parmi les derniers à ne pas avoir pris en compte ce problème. Quelques textes ont déjà posé les bases de cette problématique, mais, pendant ce temps, d autres pays ont légiférés et mis en application un certain nombre de mesures concrètes. L approche doit se faire à la fois au niveau national et international et, le réseau ne connaissant pas de frontières, son accessibilité doit être partagé par tous. 2.1 Les dispositions juridiques à l étranger Aux Etats-Unis : Les dispositions américaines ont souvent servi d exemples, puisqu elles sont apparues rapidement et ont engagé un processus peu connu dans notre pays. En 1998, se basant sur la loi anti-discrimination Rehabilitation Act de 1973, les autorités américaines ont renforcé une nouvelle disposition concernant l accessibilité des sites internet dans leur pays pour intégrer les besoins en matière de technologie. Il y est stipulé que toute personne a droit à l accès aux sites internet, quelque soit son handicap. Ce texte (section 508) donne droit à procès, dans le cas où un utilisateur estime que ce droit d accès est bafoué. La loi a permis la création d'une agence fédérale (Access Board) chargée de créer les normes exécutoires qui définissent ce qui permet que les produits technologiques et les services Web soient accessibles aux personnes avec des incapacités. Les agences fédérales doivent employer ces normes dans tous leurs produits technologiques et services Web. L'existence de ces normes facilite la mise en accessibilité de tous les produits technologiques et services Web utilisés par les agences. Les sites d Etat sont donc conçus pour être accessibles, tout appel d offre intégrant dans le cahier des charges les dispositions relatives à ce droit d accès, et les utilisateurs peuvent faire pression sur les sites récalcitrants par voie de justice. Mais la section 508 ne permet pas des dommages financiers. Ceux qui gagnent leurs procès obtiendront l'application des ordres de la cour exigeant que les agences soient conformes à la section 508 et seront remboursés des honoraires du mandataire. Les individus (personnes physiques) peuvent également engager une action civile contre une agence fédérale.

18 Il semble, néanmoins, que ces dispositions légales aient été instituées un peu trop rapidement, puisqu il n y a pas de rapport direct avec la WAI, seule entité capable de servir de référence avec ses recommandations internationales, les critères WAICAG étant postérieurs. Il manquerait également une méthodologie d évaluation, élément important pour une harmonisation de l accessibilité des sites à tous. Ce modèle anglo-saxon paraît difficilement applicable en France, les citoyens étant beaucoup moins procéduriers. La mentalité penche plutôt vers l incitation par l exemple ou l intérêt d une personne morale par rapport à une autre. La possibilité de pouvoir recourir à la justice peut se justifier, mais il est préférable de se focaliser sur la manière d avoir des sites accessibles, par le biais de critères fiables et uniformément reconnus, et les moyens de les appliquer et de les vérifier. 18 En Europe : - Les exemples anglais, belge et italien En 1995, le Royaume Uni s'est doté d une loi appelée le disability discrimination act (DDA) qui considère comme illégale toute discrimination contre les personnes handicapées dans la diffusion de biens et de services du fait de leur handicap. Les prestataires de biens et de services doivent faire des "ajustements raisonnables" afin de s'assurer que ces biens et services ne sont pas une discrimination envers ces personnes. Comme les sites Web peuvent être considérés comme des services, la loi DDA s'applique également. La question qui n'est pas résolue est ce que représente un "ajustement raisonnable" expliquant ce que quelqu'un pourrait faire pour rendre son site accessible. Pour le déterminer, une commission a été créée: la disability rights commission. Elle est financée par le gouvernement britannique mais est complètement indépendante de celui-ci. Cette organisation n'a pas d'équivalent en France. Son rôle est de mener des enquêtes sur le handicap et tout ce qui concerne le DDA. Cette organisation a été créée en 1999 et n'a pas encore eu l occasion d exercer son pouvoir jusqu'à présent. Cette commission se place au même niveau que deux autres qui existent au Royaume-Uni, la commission pour l'égalité entre les sexes et la commission pour l'égalité entre les peuples. Les résultats des enquêtes menées par ces commissions sont prises très au sérieux par le gouvernement. Une enquête a été menée en mars 2003, pour savoir ce que seraient les "ajustements raisonnables" pour que les concepteurs de sites Web rendent leurs sites accessibles, quelles sont les barrières à l accessibilité du Web, et ce qui doit être fait pour améliorer la situation. La commission, qui a commandé cette étude, n en a encore pas rendu publique les conclusions, mais il est probable que le gouvernement britannique s en inspire par la suite. En Belgique, la loi du 25 février 2003 dite «loi antidiscrimination», qui modifie la loi du 15 février 1993 créant un Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, interdit la discrimination directe ou indirecte qui porterait sur "la fourniture de biens ou de services à la disposition du public".

19 19 La discrimination directe est considérée comme une "distinction de traitement qui manque de justification objective et raisonnable et est directement fondée sur [...] un handicap». Il est spécifiquement ajouté que l'absence d'aménagements raisonnables pour la personne handicapée constitue une discrimination au sens de la présente loi. Est considéré comme aménagement raisonnable, l'aménagement qui ne représente pas une charge disproportionnée, ou dont la charge est compensée de façon suffisante par des mesures existantes. Par ailleurs, le 20 février 2003, le gouvernement wallon a approuvé une note d'orientation en matière d'intégration des personnes à mobilité réduite. Les mesures relatives à l'accessibilité des sites Web sont inscrites et approuvées dans cette note. En Italie, une loi a été votée le 16 octobre Elle affirme la nécessité que les services informatiques de l Etat soient accessibles, définit l accessibilité et recommande que les appels d offres intègrent cette problématique à part égale avec les autres critères de choix. Il y est stipulé également que l administration doit mettre à disposition de ses employés handicapés les aides techniques nécessaires, même dans le cas de télétravail, et que les éditeurs fournissant des livres aux bibliothèques scolaires doivent désormais prévoir la fourniture de copies sur support numérique accessibles aux élèves, aux étudiants handicapés et aux enseignants assurant le soutien, dans les limites des disponibilités de budget. Le Ministère pour l'innovation et les technologies effectue le suivi de la loi, veille à son respect par les administrations publiques et encourage toutes les actions en faveur de l accessibilité. La loi prévoit la mise en place de formations organisées par l'école supérieure de l administration publique, ainsi que l introduction des problématiques de l'accessibilité et des aides techniques dans l enseignement des technologies et la formation professionnelle. La non observation des dispositions de la loi entraîne une responsabilité pénale et civile. Il est prévu que, dans les 120 jours suivant l entrée en vigueur de la loi, le Ministre pour l'innovation et les technologies, après avoir consulté les associations de personnes handicapées les plus représentatives, établit par décret les recommandations techniques concernant l'accessibilité, les méthodologies pour vérifier de l'accessibilité des sites internet, ainsi que des outils techniques d'évaluation utilisables à cette fin. Il semble que cette loi italienne soit actuellement la plus aboutie, reste à en connaître le décret d application, élément aussi important que la loi elle-même pour un bon résultat. - L Euro Accessibility Né en avril 2003, à l initiative de l association Braillenet, ce consortium rassemble les structures les plus actives de ce secteur en Europe, le RNIB d Angleterre, la ONCE d Espagne, Bartimeus aux Pays-bas, Braillenet pour la France, ainsi que le WAI et un certain nombre d acteurs industriels. Le but de ce consortium est de fédérer les actions, mettre en commun les expériences, le savoir-faire et les méthodes employées par les différents spécialistes dans leur pays respectifs.

20 20 De cette mise en commun des expériences sortira bientôt une méthodologie commune, que chacun des spécialistes nationaux n aura plus qu à utiliser dans son propre pays. Au lieu que chacun crée ses propres critères de son côté, les mêmes idées seront adoptées par tous en faveur d une accessibilité identique et optimisée. 2.2 Les possibilités en France Etat des lieux : Les critères d accessibilité sont, depuis longtemps, issus des recommandations internationales du WAI, d abord très techniques avec les WCAG 1.0 en 1998, mais devenant plus concrètes maintenant avec l apparition de la version 2. Ces critères sont reconnus dans le monde entier et les acteurs qui se préoccupent de ce problème d accessibilité des sites internet les utilisent comme base de travail. Mais on se rend compte qu en France comme dans d autres pays européens, cette problématique est assez peu prise en compte, le nombre de sites correctement accessibles est faible, et ceux rendus inutilisables par des contenus dont la technique est incompatible avec l utilisation de certaines aides supplémentaires sont nombreux. L information, puis la sensibilisation qui a été faite ces dernières années montrent leurs limites. La motivation des différents acteurs du Web n est pas suffisante et l état des sites ne progresse pas assez. Il est donc nécessaire de prendre de nouvelles mesures, plus contraignantes, puisque les dispositions actuelles n ont pas abouti à un résultat satisfaisant. Une résolution du Conseil européen, en date du 15 juillet 2003 (2003/C 175/01) et relative à la promotion de l emploi et de l'intégration sociale des personnes handicapées, invite les Etats membres à poursuivre leurs efforts pour faciliter l accès des personnes handicapées à l éducation et à la formation tout au long de la vie, et dans ce contexte, à accorder une attention particulière à une utilisation sans entrave des nouvelles technologies de l information et de la communication et d internet, afin d améliorer la qualité de l apprentissage, de la formation professionnelle et de l accès à l emploi. Les Etats membres sont invités, en outre, à supprimer les obstacles qui entravent la participation des personnes handicapées à la vie sociale, et notamment à la vie active, et à empêcher la création de nouveaux obstacles grâce à la promotion du principe «conçu pour tous». (Texte disponible à l'adresse : Pour respecter cette directive et donner l exemple, l administration française souhaite que les sites publics soient accessibles rapidement.

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Accessibilité du Web. Pierre GUILLOU. Responsable Département Accessibilité Numérique, 2005 Association BrailleNet. pierre.guillou@snv.jussieu.

Accessibilité du Web. Pierre GUILLOU. Responsable Département Accessibilité Numérique, 2005 Association BrailleNet. pierre.guillou@snv.jussieu. Pierre GUILLOU Responsable Département Accessibilité Numérique, Association BrailleNet pierre.guillou@snv.jussieu.fr ROUMICS (7 avril 2005) Page 1 / 18 Sommaire 1. Accessibilité du Web? 2. Lois (France,

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

CVrifi@ble. Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences.

CVrifi@ble. Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences. CVrifi@ble Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences. CVrifi@ble Des solutions de recrutement en ligne efficaces, éthiques, adaptables. Feature DDC lutte pour l'égalité des chances à l'embauche

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ACCUEILLIR UNE PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP

ACCUEILLIR UNE PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP ACCUEILLIR UNE PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP COMMENT ACCUEILLIR UNE PERSONNE HANDICAPÉE AU SEIN DE SON SERVICE OU DE SON ÉTABLISSEMENT? Organiser une première prise de contact Une première rencontre

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION 298 (2015-2016) N 1 298 (2015-2016) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à renforcer l information et l accessibilité des personnes en situation de

Plus en détail

Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto

Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto Plan et politique d'accessibilité du Centre francophone de Toronto Ce plan d'accessibilité pour 2014-2018 énonce les politiques et les mesures que le CFT entend mettre en place pour offrir de meilleures

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés

Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Rendre les livres accessibles aux personnes ayant des difficultés de lecture des textes imprimés Hosted by WIPO 2014 Accessible Books Consortium Bringing books to persons with print disabilities Imaginez

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité numérique Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité est la facilité d accès à un lieu, un service ou un produit. Disposer d une bonne accessibilité

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par ? S O M M A I R E E X É C U T I F par avril 2005 LES PAIEMENTS PAR DÉBIT PRÉAUTORISÉS Le nombre de paiements par débit préautorisé (DPA) effectués dans les comptes des consommateurs a connu depuis plusieurs

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Politique d accessibilité du RREO

Politique d accessibilité du RREO Politique d accessibilité du RREO Date d entrée en vigueur : Le 1 er janvier 2014 Révision : 16 décembre 2014 Date de la prochaine révision : Le 1 er janvier 2017 Responsables : Vice-présidente principale,

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Aider les élèves à besoins éducatifs particuliers à réussir leurs études secondaires et secondaires techniques :

Aider les élèves à besoins éducatifs particuliers à réussir leurs études secondaires et secondaires techniques : LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale et de la Formation professionnelle Dossier de presse Aider les élèves à besoins éducatifs particuliers à réussir leurs études

Plus en détail

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques

Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Comment obtenir des réponses à vos questions? Écoles catholiques Objectifs Permettre aux participants d apprendre : Comment obtenir des réponses le plus rapidement possible. Qui prend les décisions. Quelles

Plus en détail

COMMENT ENVOYER UN EMAILING?

COMMENT ENVOYER UN EMAILING? L e-mailing est l équivalent électronique du marketing direct, consistant à prospecter et/ou fidéliser ses clients, via l émission groupée et automatique de courriels (emails). L e-mailing montre un peu

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9

LAPHO Plan d accessibilité pluriannuel Normes d accessibilité intégrées Date de révision et n o : 11252014.000 Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 Hunter Douglas Canada LP Politique des ressources Date : 25 novembre 2014 Page 1 de 9 1 POLITIQUE 1.01 Hunter Douglas Canada LP («l entreprise») établira, mettra en œuvre et maintiendra un plan d accessibilité

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

CHARTE WIFI ET INTERNET

CHARTE WIFI ET INTERNET PAVILLON BLANC MÈDIATHÉQUE CENTRE D ART DE COLOMIERS CHARTE WIFI ET INTERNET MISSION : Le Pavillon Blanc Médiathèque Centre d Art de Colomiers a pour mission de permettre à tous ses visiteurs d accéder

Plus en détail

Proposition d un service de conférence téléphonique

Proposition d un service de conférence téléphonique Proposition d un service de conférence téléphonique Société OSIMATIC Contact : Benoît GUIRAUDOU Tél : 01 30 61 27 28 Email : guiraudou@osimatic.com Web : www.myconf.com I - Présentation de OSIMATIC Créée

Plus en détail

Installation de Windows XP www.ofppt.info

Installation de Windows XP www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail XP DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC XP Sommaire 1 Introduction... 2 2 Vérification de la

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web!

A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web! A l aide de votre e-mail vous pouvez visiter un site web! par Ueli Scheuermeier, LBL Êtes vous parmi ces agents de terrain qui ont la possibilité de se servir de l e-mail? Mais vous arrivez pas à naviguer

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Plan d'accessibilité (LPHO) 2014-2015 Table des matières Introduction 4 Première section : Rapport sur les mesures prises par le ministère en 2014 6 Services

Plus en détail

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE

BYOD : LES TERMINAUX PERSONNELS AU SERVICE DE L ENTREPRISE Il est commun, pour un salarié, d utiliser son véhicule personnel pour ses déplacements professionnels. Et s il en était ainsi pour le matériel informatique? De nombreuses entreprises ont adopté ce concept

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

LudoTIC Ergonomie cognitive et accessibilité du Web. Accessibilité : enjeux, cadre légal, retour sur investissement et méthodologie

LudoTIC Ergonomie cognitive et accessibilité du Web. Accessibilité : enjeux, cadre légal, retour sur investissement et méthodologie LudoTIC Ergonomie cognitive et accessibilité du Web Accessibilité : enjeux, cadre légal, retour sur investissement et méthodologie 29 Novembre 2007 Qui sommes nous Sommaire Définition d accessibilité Ergonomie

Plus en détail

Politique d accessibilité pour les services à la clientèle

Politique d accessibilité pour les services à la clientèle Politique d accessibilité pour les services à la clientèle La Politique d accessibilité pour les services à la clientèle (la Politique) établit les normes d accessibilité adoptées par la Compagnie pour

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store

Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store Le Programme de licences multipostes pour entreprises de l App Store L App Store offre des milliers applications d affaires conçues pour améliorer la productivité de votre entreprise. Grâce au Programme

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu 1/7 DEFINITIONS Les termes définis dans les Conditions et/ou les Règles de résolution des conflits.eu employés aux présentes commencent par une lettre majuscule.

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Centre pour la formation à l Informatique dans le Secondaire UTILISER NETMEETING DANS LES CCM. Département Education et Technologie.

Centre pour la formation à l Informatique dans le Secondaire UTILISER NETMEETING DANS LES CCM. Département Education et Technologie. Département Education et Technologie UTILISER NETMEETING DANS LES CCM Monique Colinet 5.82 AVRIL 2003 Centre pour la formation à l Informatique dans le Secondaire Une première utilisation de Netmeeting

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005

Information Presse. Paris, le 19 octobre 2005 Information Presse Paris, le 19 octobre 2005 Tokheim se concentre sur la gestion des interventions afin d optimiser son Service Après-Vente au niveau européen : pour atteindre son objectif, il choisit

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES POLITIQUE DE GESTION

PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES POLITIQUE DE GESTION Le 27/08/2014 Gestion du parc informatique de l école Jean Moulin Page 1 sur 5 PARC ET RESSOURCES INFORMATIQUES DE L ÉCOLE PRIMAIRE JEAN-MOULIN : POLITIQUE DE GESTION Synthèse : Pour garder des outils

Plus en détail

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques

Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Présentation du Réseau de Revendeurs & Intégrateurs Informatiques Dossier de présentation Page 1 sur 6 La Franchise INFOLYS Vous souhaitez exploiter un magasin de vente de matériel informatique, nous vous

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE Ministère de la Communauté française Administration générale de l enseignement et de la

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada

Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Message de Patrick Lundy, président et chef de la direction, Zurich Canada Parler au téléphone, accéder à une salle de réunion, lire l écran de son ordinateur la plupart d entre nous tiennent ces activités

Plus en détail

Sites web propriétaires

Sites web propriétaires Ce document est disponible à : C:\Users\pc_samba\Documents\Doc sites prop.docx Sommaire 1 Introduction... 3 2 Création du mini-site... 4 2.1 Autorisation de création... 4 2.2 Création de votre site Web...

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

BOUYGUES TELECOM ENTREPRISES - CLOUD

BOUYGUES TELECOM ENTREPRISES - CLOUD BOUYGUES TELECOM ENTREPRISES - CLOUD PARTIE CLIENT Version 1.4. 21/06/2013 Partie client Page 1 Sommaire 1 FONCTIONS CLES DU PORTAIL 3 1.1 Pré-requis d utilisation des services Cloud 3 1.2 Principes de

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES SDTICE/SDITE Version : 1.0 - Date création : 09/01/09 1. Périmètre des S2i2e Les S2i2e ont pour objectif principal

Plus en détail

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario. Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019

Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario. Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019 Agence de promotion et de recrutement de ProfessionsSantéOntario Plan pluriannuel d accessibilité 2014-2019 Le 21 août 2014 Table des matières Message de Roz Smith, directrice générale 2 Première section

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Dell Premier. Guide d achat et de commande. Connexion à votre page Premier. Gestion de votre profil

Dell Premier. Guide d achat et de commande. Connexion à votre page Premier. Gestion de votre profil Guide d achat et de commande Dell Premier Dell Premier est votre site Web d achat et d assistance sécurisé et personnalisé vous donnant accès à un processus d achat simple, efficace et économique. Consultez

Plus en détail