magazine Un arrêt d exploitation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "magazine Un arrêt d exploitation"

Transcription

1 TOPICS magazine La revue destinée aux assureurs Faits, marchés, positions Numéro 1/2014 Un arrêt d exploitation coûteux Les catastrophes naturelles peuvent avoir des répercussions sur la production à l échelle mondiale. Cependant les chaînes d approvisionnement sont de plus en plus solides. PAGE 26 RC Produits Les prothèses examinées à la loupe Marchés L Italie retourne sur la voie de la croissance Assurance Automobile Assainir le portefeuille pour améliorer la rentabilité

2

3 AVANT-PROPOS Chères lectrices, chers lecteurs, La Terre tremble au Japon et, en Europe, les chaînes de production sont à l arrêt. Cela peut induire de lourdes charges financières : de nombreuses entreprises de l industrie automobile et électrotechnique ont en fait l expérience en Depuis, beaucoup d entre elles ont identifié les failles dans leur chaîne d approvisionnement et élaboré des plans d urgence. Dans la souscription, l appréciation de la gestion des risques chez l assuré est l élément crucial permettant d évaluer exactement le risque résiduel contenu dans une couverture Carence des fournisseurs. Vous trouverez plus d informations à ce sujet page 26 et suivantes. L Italie fait partie des pays européens qui ont particulièrement souffert de la crise financière globale. Lentement la reprise s annonce, et on s attend à enregistrer enfin, pour 2014, une tendance positive du produit intérieur brut. Si l économie redémarre, les entreprises et les particuliers vont devoir aussi commencer à combler les lacunes dans leurs garanties. Mais dans d autres domaines également, il est grand temps d agir : ainsi, le sol italien étant régulièrement secoué par des séismes, un bon nombre de joyaux architecturaux sont en péril. Comme les caisses du Trésor publique sont vides et ne peuvent donc fournir les moyens nécessaires pour la remise en état, il faut trouver de nouvelles solutions. Un partenariat public-privé, auquel travaille déjà Munich Re en collaboration avec la fédération italienne des assureurs, pourrait constituer une solution. Lisez à ce sujet notre article sur le marché italien, page 12 et suivantes. Munich, janvier 2014 Torsten Jeworrek : Membre du Directoire de Munich Re et Président du Comité de réassurance NOT IF, BUT HOW Munich Re Topics Magazine 1/2014 1

4 Sites de production sous les eaux Cette usine, située dans la province de Ayyuthaya, a aussi été submergée par les flots lors des inondations survenues en Thaïlande en À la suite de cette catastrophe naturelle, un grand nombre de chaînes de production ont été à l arrêt dans le monde entier. Depuis, entrepreneurs et assureurs ont pris de nombreuses mesures visant à limiter les risques de carence des fournisseurs Munich Re Topics Magazine 1/2014

5 Sommaire Dans l assurance Automobile, le type de voiture joue un rôle important pour la tarification. Mais la rentabilité du portefeuille dépend du profil des conducteurs et leur façon de conduire. 6 L ambiance s améliore. La croissance de l économie italienne va vraisemblablement reprendre en Les entreprises et les particuliers devraient alors combler les lacunes dans leurs garanties. 12 ASSURANCE AUTOMOBILE Le risque lié aux conducteurs en point de mire 6 Les critères de tarification sont décisifs pour une souscription rentable. Montre-moi ta voiture et je te dirai qui tu es 10 Stefan Schulz nous parle des tendances actuelles sur le marché de l assurance Automobile. Italie Une lueur d espoir 12 L Italie retourne sur la voie de la croissance. Et les besoins de rattrapage en matière de prévoyance individuelle privée sont importants. Il est urgent de trouver une solution 16 pour les risques de séismes Massimo Reina (Guy Carpenter) interviewé à propos du marché de l assurance en Italie Petites et moyennes entreprises 20 Performantes mais sous-assurées Les trésors du patrimoine artistique situés 22 en zone sismique Patrimoine historique en danger CARENCE DES FOURNISSEURS Une meilleure vue d ensemble à tous les niveaux 26 Entrepreneurs, assureurs et réassureurs ont beaucoup appris. RC PRODUITS Les prothèses examinées à la loupe 30 L objectif : améliorer la qualité de vie. Le risque : des sinistres sériels se chiffrant à plusieurs milliards. ASSURANCE VIE Demande acceptée 38 Une coopération internationale facilite l assurabilité des maladies rares. PLACEMENTS FINANCIERS À la recherche des rendements perdus 42 Comment trouver le juste équilibre entre rendement et risque? Avant-propos 1 Actualités 4 Recension 37 Chronique 46 Mentions légales Munich Re Topics Magazine 1/2014 3

6 ACTUALITÉS DE L ENTREPRISE social media Rejoignez-nous en ligne! NATHAN RISK SUITE Nouvelles zones d inondation globales SÉMINAIRES CLIENTS Knowledge in dialogue Cela fait déjà bien longtemps que nos lecteurs peuvent, sur notre site Internet, commenter les articles publiés dans Topics Online. Ils ont également la possibilité de contacter Munich Re sur les diverses plateformes des médias sociaux : nous sommes actifs sur Twitter, Facebook, Google+, YouTube, LinkedIn et Xing. Suivez-nous et suivez avec nous les thèmes concernant l assurance : dans des articles intéressants, des vidéos captivantes ou de manière très actuelle via les «live tweets» des évènements d entreprise ou de la branche. >> twitter.com/munichre >> facebook.com/munichre >> youtube.com/user/munichrevideo >> linkedin.com/company/munich-re >> xing.com/companies/munichre >> plus.google.com/ Nous développons constamment le NATHAN Risk Suite afin de le rendre encore plus attrayant pour vous. Un rapport d analyse des valeurs assurées est ainsi disponible depuis la fin de l année Les zones inondables seront prochainement et à ce jour de manière exclusive sur le marché mises à disposition tout d abord pour les États-Unis, le Canada, l Amérique centrale et les Caraïbes. Elles se basent sur un modèle numérique de terrain doté d une résolution de 30 mètres. Jusqu à présent, la norme de référence concernait une précision de 90 mètres pour toutes les choses découlant des observations globales des risques naturels. Nous mettons à disposition des zones inondables modélisées hydrauliquement avec une période de récurrence de 100 ans ou de 500 ans. La haute résolution sera peu à peu également disponible pour d autres régions. En 2014, Munich Re propose de nouveau un éventail très intéressant de séminaires et ateliers adaptés aux besoins de sa clientèle internationale. Celle-ci a le choix parmi 50 séminaires et ateliers portant sur des thèmes d assurance et de réassurance des secteurs Vie et non-vie, mais aussi sur l «Enterprise Risk Management» des sociétés d assurance. Les séminaires ont lieu à Munich et sur différents autres sites de notre organisation internationale. Avec le programme du séminaire, nous souhaitons offrir à nos clients un forum pour le transfert de connaissances et le réseautage. >> Si vous souhaitez participer à l un de nos séminaires, veuillez s il vous plaît contacter votre manager Clients. Brèves Ces derniers temps, l Europe a connu de nombreux scandales alimentaires. Et tandis que la nourriture y est jetée négligemment, des gens meurent de faim dans de nombreuses parties du monde. Mais selon les experts, le problème de la faim dans le monde n est pas une question de quantité, mais un problème de distribution. Dans les forums de dialogue 2014 de la Fondation Munich Re, «Famine en abondance?», des personnalités de renom dans le monde de la science, de la politique et des affaires, se penchent sur cette question au cours de 5 soirées. Plus d informations sur : En automne, le magazine spécialisé Reactions a récompensé Munich Re en tant que meilleur réassureur dans la catégorie «International (Non-US) Casualty/Liability» et a également couronné du titre du meilleur ILS-Deal (Insurance Linked Securities) 2013 le contrat d emprunts pour catastrophes de Munich Re pour les tremblements de terre en Turquie. Il existe enfin un nouvel ouvrage de référence en langue allemande sur le sujet du droit de la réassurance. Le livre est le seul à se pencher sur ce sujet complexe et comprend des articles sur toutes les questions juridiques de la réassurance. Bien entendu, il aborde également des questions internationales. L ouvrage a été publié en novembre 2013 par C. H. Beck à Munich sous la direction de Dieter W. Lüer et d Andreas Schwepcke (ISBN ). Eberhard Witthoff et Tobias Büttner de Munich Re ont contribué à la rédaction. >> Lisez sur ce point, l entretien avec Eberhard Witthoff dans Topics Online : en/homepage/default.aspx 4 Munich Re Topics Magazine 1/2014

7 ACTUALITÉS DE L ENTREPRISE Le Groupe de Recherche Géorisques a 40 ans La connaissance approfondie des risques naturels constitue la base de nombreuses décisions de souscription C est en 1974 que Munich Re a créé le domaine «Risques naturels». Le prédécesseur de Peter Höppe, Gerhard Berz, était à l époque le premier expert en sciences de la Terre à travailler pour une assurance. Topics : Monsieur Höppe, y avait-il à cette époque une raison particulière pour le lancement de la nouvelle unité «Risques naturels», plus tard le Groupe de Recherche Géorisques? Peter Höppe : Il n y avait pas de raison très concrète, mais la direction s étonnait déjà au début des années 1970 de l accumulation frappante de catastrophes naturelles inhabituelles et souhaitait mieux comprendre ces phénomènes. C est en 1974 que le météorologue Gerhard Berz a ainsi été engagé ; il a été suivi quatre ans plus tard par le géophysicien Anselm Smolka. Qu est-ce qui a changé depuis? Au lieu des 2 employés de l époque, il y a maintenant environ 35 personnes qui, au sein de la société, se penchent sur les risques naturels, à savoir des météorologues, géophysiciens, géologues et hydrologues. Les géoinformaticiens ont déjà gagné en importance, car avec les outils qu ils développent, comme Nathan par exemple, nos souscripteurs et clients sont en mesure de pouvoir analyser leur portefeuille en fonction des risques naturels. Cela signifie-t-il que la principale mission est restée la même? Oui. Notre objectif est de pouvoir évaluer au mieux les risques d évènements naturels de chaque région et d analyser les vulnérabilités. Ces informations sont ensuite combinées aux données d exposition dans les modèles de risque qui permettent aux souscripteurs de pouvoir évaluer les attentes de sinistres. La modélisation des risques naturels a donc un impact significatif sur notre activité. Les priorités ont-elles pour autant changé? La nouveauté est que les risques changent de plus en plus fortement du point de vue de la météorologie. Sur ce point, nous souhaitons reconnaître et comprendre le plus tôt possible les tendances, à savoir si des cycles naturels et le changement climatique en sont à l origine. À cette fin, nous faisons de la recherche intensive tout en travaillant en étroite collaboration avec des scientifiques externes et les institutions internationales afin d être toujours en tête. Notre expertise est-elle d autre part demandée à l extérieur? Assurément. Nous sommes par exemple, des experts très demandés au sein du GIEC. Gerhard Berz a contribué aux rapports 3 et 4 et a ainsi obtenu en 2007, avec le GIEC et Al Gore, une part du prix Nobel de la Paix. Le diplôme est accroché dans nos bureaux. Dans le rapport actuel, notre collègue Eber hard Faust est un «Leading Author». Quelles sont à présent les dernières découvertes? Peter Höppe dirige depuis dix ans chez Munich Re le département Geo Risks Research and Corporate Climate Center, qui fêtera son jubilé en Dans la revue «American Meteorological Society», nous avons récemment publié un document novateur concernant les évènements météorologiques de convection aux États-Unis. Nous avons également été pour la première fois en mesure de démontrer l influence d un cycle climatique naturel sur les sinistres résultant de typhon dans notre article «Severe Weather in Eastern Asia» publié en novembre. Cet article permet de conclure que nous devons encore nous attendre à encore plus de sinistres dans les années à venir ; la saison des typhons 2013 en a peut-être été le début avec Haiyan. Munich Re reste donc une sorte d «avertisseur»? Oui, nous voulons créer une sensibilisation face aux risques résultant au changement climatique. Toutefois, nous nous engageons de plus en plus activement pour les solutions visant à la protection climatique et à l adaptation, par exemple avec le projet Desertec de Dii ou la Munich Climate Insurance Initiative (MCII). >> naturgefahren >> Munich Re Topics Magazine 1/2014 5

8

9 ASSURANCE AUTOMOBILE Le risque lié aux conducteurs en point de mire Une gestion de portefeuille adéquate est une condition nécessaire pour pouvoir pratiquer une souscription rentable. Pour cela, il faut trouver les critères de tarification adaptés en s inspirant des autres marchés. José Antonio Sobrino Reineke La rentabilité d un portefeuille automobile dépend considérablement du profil des clients et de leur façon de conduire. L âge du conducteur à risque et le type de véhicule ont longtemps joué un rôle décisif dans l assurance Automobile. Sur les marchés de plus en plus libéralisés, le conducteur fait désormais l objet d une attention accrue. Ainsi, les hommes autrefois classés dans la catégorie des «jeunes conducteurs masculins inexpérimentés» cristallisaient toute l attention, car ce sont eux qui occasionnent en général la plupart des dégâts et des coûts : ils sont 3 à 5 fois plus souvent impliqués dans un accident que des adultes plus expérimentés. En raison de la loi sur l égalité de traitement, ce facteur de risque n est cependant plus admissible. Depuis décembre 2012, il est interdit de différencier les tarifs selon le sexe de l assuré(e). Il convient donc de se concentrer sur d autres aspects. Identifier les polices à haut risque constitue la première étape simple dans la gestion du portefeuille ; il s agit déjà, dans une certaine mesure, d une pratique courante chez la plupart des assureurs. Une autre possibilité consiste à modifier le comportement au volant par le biais d une formation ou d un système de surveillance installé dans le véhicule. Mais ce sont là des mesures généralement disproportionnées par rapport à l effet quelles ont. Quand on demande aux clients de s autoévaluer, on obtient inévitablement une réponse de ce type : «En x années de conduite, je n ai eu aucun accident et je conduis mieux que la moyenne.». Mais le fait est que même les bons conducteurs manquent parfois de vigilance. La question est donc de savoir comment quantifier le comportement au volant de façon générale lorsque ne survient que rarement un accident. En ce qui concerne la gestion de leurs portefeuilles, les assureurs peuvent atteindre bien des résultats en faisant preuve de discipline dans le cadre de la souscription et en se posant les bonnes questions telles que : «Quel est le niveau de risque que nous sommes prêts à assurer?» et «Comment pouvons-nous limiter autant que possible le nombre de conducteurs à risque dans notre portefeuille?» Une solution pourrait consister à demander le nom des personnes conduisant le véhicule et de quelle expérience de la conduite elles disposent. Divers critères de tarification sont envisageables Une étude espagnole a récemment mis en lumière une différence significative au sein du groupe à risque des jeunes conducteurs. D une part, on trouve les personnes qui optent pour une voiture petite mais relativement neuve et, d autre part, celles qui préfèrent acheter une voiture d occasion plus ancienne et dotée d un moteur plus puissant ou bien un véhicule plus insolite de type Roadster. D après cette étude, les jeunes conducteurs du deuxième groupe qui choi- Qui conduit le véhicule? Il s agit d une question essentielle pour la souscription en assurance Automobile. Munich Re Topics Magazine 1/2014 7

10 ASSURANCE AUTOMOBILE Le comportement du consommateur est également révélateur. Des études montrent que les acheteurs à crédit représentent davantage un risque que les clients qui paient comptant. Les clients pour lesquels le plus important est que l assurance soit peu coûteuse semblent aussi représenter un risque supérieur à la moyenne. En revanche, les clients qui font preuve d un plus grand sens des responsabilités et qui possèdent souvent des véhicules très coûteux recherchent un assureur fiable pouvant leur fournir un service de qualité à un prix raisonnable. Les clients et le portefeuille doivent faire l objet d une analyse minutieuse Le type de voiture et sa motorisation sont également considérés lors de l analyse des risques. sissent une plus grosse cylindrée présentent des risques plus élevés. C est la raison pour laquelle, certaines compagnies d assurance appliquent des majorations notamment pour les voitures d occasion (par exemple pour les véhicules de plus de 6 ans achetés d occasion) ou pour les jeunes conducteurs. Plus les tarifs sont complexes, plus il est difficile d assainir le portefeuille. Les assureurs réagissent à ce problème en apportant diverses solutions : certains exploitent les résultats, alors que d autres essaient d en savoir plus sur les caractéristiques particulières du conducteur en effectuant des analyses détaillées. Le nombre d infractions routières entre également en compte. Sur certains marchés, notamment aux États- Unis et en Allemagne, on recourt à un système de points permettant de répertorier le nombre et le type d infractions routières commises par le titulaire du permis de conduire. Ce système s est avéré être un indice très significatif du comportement d une personne sur la route et de la probabilité qu elle soit impliquée à l avenir dans un accident. Il est également important de considérer le temps nécessaire à la réalisation de cette analyse. Lorsqu un assureur ne pose aucune question, il prend le risque de couvrir tous les conducteurs à haut risque que ses concurrents ne veulent plus assurer. D autres assureurs suivent la stratégie simple du non-renouvellement des polices en cas de sinistre. Pourtant, de telles mesures de contrôle prises a posteriori ne peuvent en aucun cas remplacer une souscription méthodique. Les compagnies qui peuvent adapter leurs tarifs et leurs produits à leur profil de clientèle sont mieux placées pour gérer la conclusion des contrats et sont moins menacées par la concurrence des sociétés à bas prix. Cette approche est toutefois délicate et requiert un partenaire expérimenté. Grâce à sa présence mondiale, Munich Re peut compter ici sur des expériences multiples sur divers marchés. Nous pouvons ainsi développer avec vous des stratégies innovantes et personnalisées pour optimiser votre portefeuille. N hésitez pas à nous en parler! Sur d autres marchés, on ne trouve aucune source d information fiable sur les anciennes infractions routières des conducteurs. Dans ce cas, les statistiques de la police concernant certains quartiers peuvent s avérer utiles. La fiabilité financière constitue un autre aspect lié au comportement au volant : les factures sont-elles payées à l échéance? La personne perçoit-elle un revenu régulier? Sait-elle apprécier à sa juste valeur la protection financière d une assurance? Cet aspect peut être évalué dans une certaine mesure par le biais des cotes de solvabilité dont le contrôle est désormais devenu un standard en matière d assurance de risques personnels aux États-Unis et en Europe. NOTRE EXPERT : José Antonio Sobrino Reineke occupe le poste de Senior Consultant au sein de la division Motor Consulting. 8 Munich Re Topics Magazine 1/2014

11 ASSURANCE AUTOMOBILE >> Vous trouverez d autres thèmes sur le marché de l assurance Automobile dans notre publication actuelle intitulée «Préparez-vous à prendre la pole position». N hésitez pas à la demander à votre manager Clients! Vue d ensemble des facteurs de risque Risque lié au conducteur Âge du conducteur Catégorie de bonus Profession Garage, kilométrage Sinistres antérieurs Autres facteurs Risque lié au véhicule Motorisation/cylindrée Âge du véhicule Type de carburant Modèle de voiture Classe de risque du modèle Accessoires (alarme, ABS) Autres facteurs Facteurs régionaux Pays Région Ville Code postal ou similaire Autres facteurs Couverture Somme assurée Franchise Choix du produit Couvertures complémentaires, notamment pour les accessoires, remplacement du matériel ancien par du neuf, couverture de la différence/assurance automobile complémentaire, services d assistance Autres facteurs Assurance liée à l usage Nombre de trajets Types de routes empruntées Durée d utilisation Vitesse relative Autres facteurs Autres Circuit de distribution Bureau régional Utilisation des véhicules Structure de la commission Les critères les plus divers sont pris en compte dans la tarification de l assurance Automobile. Toutefois, sur de nombreux marchés moins développés, les tarifs tiennent surtout compte du risque lié au véhicule, bien que le risque imputable au conducteur soit prépondérant. Source : Munich Re/Unité Motor Consulting Munich Re Topics Magazine 1/2014 9

12 ASSURANCE AUTOMOBILE Montre-moi ta voiture et je te dirai qui tu es Stefan Schulz, directeur de l Unité Motor Consulting, évoque les évolutions actuelles sur le marché de l assurance Automobile et les offres de conseil de Munich Re. Topics : Monsieur Schulz, quelles sont les tendances actuelles du marché de l assurance Automobile? Stefan Schulz : Les différentes compagnies sont depuis longtemps confrontées à une situation difficile. Sur de nombreux marchés développés, le volume des primes se situe actuellement à peu près au même niveau qu il y a 20 ans, bien que le nombre de voitures en circulation ait considérablement augmenté. Sur la centaine d assureurs que compte le marché allemand, seuls quelquesuns gagnent de l argent. Les autres présentent un ratio combiné de plus de 100 %. En Grande-Bretagne, les écarts entre les compagnies rentables et non rentables sont encore plus importants. Les nombreuses fusions de ces dernières années n ont-elles pas amélioré la situation? Depuis des années déjà, les acteurs du marché se font de plus en plus rares. Seuls quelques-uns ont pu profiter pleinement de la vague de fusions. Au fil des années, une compagnie norvégienne, par exemple, avait repris environ 18 concurrents et atteint une part de marché supérieure à 50 %. Mais une dizaine d années plus tard, sa part de marché est descendue sous la barre des 20 %. Et cette tendance va se poursuivre avec l avancée du numérique : selon des estimations réalisées par des instituts indépendants, 50 à 70 % des assureurs Automobile à travers le monde pourraient disparaître dans les 10 à 15 années à venir. En quoi les compagnies rentables sont-elles différentes? Les compagnies d assurance rentables sont très sélectives et gèrent bien mieux leur portefeuille. Elles le surveillent en permanence et adaptent leurs conditions rapidement ; certaines peuvent même modifier quotidiennement leurs tarifs. Pour cela, elles ont surtout besoin d un système informatique performant et flexible. Un trop grande nombre d entreprises n investissent pas dans ce domaine ou travaillent, après une fusion, avec plusieurs systèmes informatiques qui ne peuvent pas communiquer entre eux ou très difficilement. Voilà comment se perdent de nombreuses informations qui permettraient une analyse approfondie des affaires! Constatez-vous aussi ce phénomène dans le cadre de vos prestations de conseil? Oui, la qualité des données est malheureusement souvent insuffisante pour réaliser une analyse détaillée : en l absence de numéros de clients uniques, les données sur le portefeuille ne peuvent souvent pas être rattachées aux données de sinistres correspondantes. Ainsi, lorsqu un client assuré depuis 10 ans déjà auprès d une compagnie achète une voiture neuve, il est à nouveau classé dans la catégorie des nouveaux clients avec un nouveau numéro de La motorisation ou la couleur d une voiture en disent déjà beaucoup sur son propriétaire. 10 Munich Re Topics Magazine 1/2014

13 ASSURANCE AUTOMOBILE Stefan Schulz dirige depuis 2008 l Unité Motor Consulting de Munich Re. police. Les informations du client sont alors perdues et on ne peut plus analyser le déroulement. La qualité de la base de données est ainsi altérée. Comment l Unité Motor Consulting soutient-elle concrètement ses clients? Normalement, la consultation commence par un contrôle rapide de 3 jours chez le client. Sur place, 2 ou 3 personnes discutent avec tous les départements pour se familiariser avec les processus et identifier les points faibles. En outre, nous obtenons toutes les données nécessaires relatives au portefeuille et aux sinistres et nous les analysons ensuite en 6 semaines environ. Puis, nous présentons nos résultats au client et parlons avec lui des solutions possibles. Il peut s agir d une intervention unique ou qui s étale dans le temps puisque nous accompagnons certains clients pendant plusieurs années. Où peut-on mettre l accent pour améliorer la rentabilité? Hormis la qualité des données dont j ai déjà parlé, nous constatons parfois que certains clients n ont aucun profil de client cible ou que leurs tarifs et circuits de distribution ne sont pas adaptés aux clients finaux qu ils aimeraient avoir. Nous faisons ensuite des propositions sur la façon dont l éventail de produits peut être modifié, avec des tarifs adaptés aux groupes cibles et une offre de services adéquate pour chacun. Souvent, dans une perspective d assainissement, on doit affiner sensiblement la sélection des risques, ce qui peut parfois se répercuter sur les nouvelles activités. Peut-on mesurer la réussite d une telle opération de conseil? Oui, chez certains de nos clients, le résultat a pu être amélioré de 25 % en à peine 2 ans, grâce à la prise en compte de nouveaux critères dans la tarification et à l amélioration de la sélection des risques. À propos des critères de tarification, depuis près d un an, les assureurs européens n ont plus le droit d utiliser le sexe de l assuré(e) comme critère. La transition a-t-elle été difficile? Pas en Allemagne car, chez de nombreuses compagnies, le tarif ne prenait plus en compte ce critère depuis longtemps. En Grande-Bretagne, en revanche, ce changement a suscité de vifs débats. Les différences de tarif y étaient bien plus importantes et, de ce fait, les répercussions aussi. À l échelle européenne, de nombreux assureurs ont profité de cette loi pour augmenter les primes de tous les assurés, tandis que dans d autres pays cette loi a continué d attiser la concurrence. Mais au fond, cette particularité homme ou femme ne joue aucun rôle. On peut utiliser de nombreux autres critères. En Allemagne, on en compte actuellement environ 70. Si vous demandez aujourd hui à quelqu un le modèle de voiture qu il conduit, vous pouvez lui dire le genre de personne qu il est. Dans le cadre de la législation antidiscrimination, on discute de l interdiction d utiliser l âge comme critère de tarification. Quelles en seraient les conséquences pour une tarification adaptée aux risques? Les conséquences seraient relativement importantes. Pour avoir une idée de ce à quoi ressemble le tarif d une assurance Automobile en fonction de l âge, imaginez un graphique en forme de baignoire : d un côté se trouvent les très jeunes conducteurs avec des tarifs élevés, ensuite vous avez des taux de sinistres et des tarifs qui restent longtemps à un niveau beaucoup plus bas, et à partir de 70 ans la courbe remonte. L âge est donc un critère déterminant pour une tarification adéquate. Dans la tranche des ans, seuls quelque 25 % des conducteurs causent des dommages d une importance telle que la totalité du segment devient non rentable. Si je parviens à les exclure par filtrage, je peux alors assurer correctement les autres. Munich Re Topics Magazine 1/

14

15 Italie Une lueur d espoir Après une longue récession, il y a de bonnes chances que l Italie retourne en 2014 sur la voie de la croissance. Et la nécessité, vu les finances publiques tendues, de renforcer la prévoyance individuelle privée pour la prévoyance vieillesse et santé ainsi que pour les risques de séisme pourrait conférer de nouvelles impulsions au secteur de l assurance. Paolo Ghirri L Italie fait partie des pays d Europe qui ont été particulièrement touchés par les répercussions de la crise financière mondiale. Alors que la conjoncture a déjà montré des signes de reprise dans des parties de l Union européenne, ce n est qu avec hésitation que le pays s est rétabli, mais il a dérapé en automne 2011 vers une nouvelle récession. Contrairement à la crise de 2008 à 2009, marquée par un commerce mondial en recul, l économie a été cette fois-ci paralysée principalement à cause d une chute des dépenses de consommation privées et publiques et d un manque d investissements. Seules les exportations ont donné des signes de croissance encore modestes. À cela s est ajouté le fait que les marchés financiers ont regardé l évolution des finances publiques d un œil de plus en plus critique. Les conséquences de la perte de confiance se sont manifestées par des intérêts en augmentation rapide pour les emprunts d État italiens. Les taux de rendement ont atteint fin 2011 plus de 7 %, ce qui a fait surgir la crainte d une crise de la dette publique. Milan change de visage : un tout nouveau quartier est né entre la gare Garibaldi et la Piazza della Repubblica. Munich Re Topics Magazine 1/

16 Italie Figure 1 : La croissance réelle du produit intérieur brut (PIB) et des primes d assurance L Italie reprend très lentement le chemin de la croissance et les primes d assurance pourraient de nouveau augmenter. PIB réel (variation en % par an) Primes d assurance Vie, croissance réelle (en % par an) Primes P&C, croissance réelle(en % par an) Source : Munich Re, Economic Research Estimation Figure 2 : PIB par habitant en standard de pouvoir d achat* Seul un gouvernement de transition sous la conduite de Mario Monti, professeur d économie et ancien commissaire de l Union européenne, est parvenu à stabiliser les finances publiques et à regagner la confiance des marchés. Durant son mandat, qui a duré environ un an et demi jusqu en avril 2013, Monti n a pas seulement appliqué un programme d épargne, il a également mis en œuvre des réformes d urgence nécessaires dans le secteur de l administration, des retraites, de la justice et sur le marché de l emploi. En outre, il a intensifié la lutte contre la corruption et la fraude fiscale. Les progrès considérables réalisés dans la consolidation du budget ont produit leurs effets : en mai 2013, l UE a suspendu sa procédure de déficit excessif contre le pays. Selon l estimation de la Commission européenne, l Italie est sur la bonne voie, mais doit s en tenir à la politique fiscale restrictive et faire avancer les réformes. Déjà avant les années de crise, depuis l introduction de l euro, l Italie luttait contre un déficit de croissance structurel. Les coûts de main-d œuvre en constante augmentation sans les progrès de productivité correspondants, qui ne peuvent plus être amortis dans l Union monétaire par des dévaluations, ont affaibli la position concurrentielle sur le plan international. À cela s ajoute une infrastructure en partie insuffisante que le développement freine au sud et au centre de l Italie et donc dans les régions qui disposent du plus grand potentiel de croissance. Les autres obstacles sont une bureaucratie peu favorable aux entreprises, un système juridique pesant et la migration du personnel qualifié à l étranger. Une disparité Nord-Sud inchangée Ce qui est frappant c est l écart entre le nord, économiquement très développé avec un niveau de vie élevé et un faible chômage, et le sud (voir la figure 2). Malgré tous les efforts, cette disparité n a pas pu être réduite, ce que Enrico Letta, Premier ministre actuel, a qualifié depuis fin avril 2013 comme la conséquence de la politique défaillante menée par les dirigeants durant plusieurs décennies. Letta a entrepris une lutte implacable contre la corruption et la criminalité et a placé la croissance ainsi que la création d emplois au premier plan. Toutefois, il ne peut pas inverser la politique d austérité de son prédécesseur en un tour de main et doit donc essayer de parvenir à un équilibre difficile entre croissance et discipline budgétaire. * en pourcentage de la moyenne des 27 pays de l UE On reconnaît bien ici l écart Nord-Sud. < < < < 75 < 50 Source : Eurostat, Annuaire régional (2013) Les conditions, pour relancer la croissance, sont en réalité favorables : L Italie fait partie des grandes nations industrialisées occidentales et occupe dans l UE la quatrième place, derrière l Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, en matière de produit intérieur brut (PIB). Elle est la huitième économie du monde. La structure économique avec un secteur des services et de production bien développé est diversifiée ; un grand nombre de petites et moyennes entreprises remportent, avec des produits de grande qualité, de grands succès à l exportation (voir l article «Performantes mais sous-assurées», page 20). Avec 14 Munich Re Topics Magazine 1/2014

17 Italie Expo 2015 Toujours plus haut à Milan Après celle de 1906, Milan organisera à nouveau une exposition universelle l année prochaine. L Expo 2015, qui porte le slogan «Nourrir la planète, de l énergie pour la vie», veut apporter des réponses aux défis de l alimentation mondiale. Une série de grands projets dans le cadre de cette manifestation à venir sont en train de modifier le visage de la ville. Ces dernières années, la ville a connu des changements rapides entre la gare Garibaldi et la Piazza della Repubblica située au cœur de Milan. Sur des friches industrielles est en train de naître, sur plus de m 2, un nouveau quartier avec des logements et des bureaux, des hôtels ainsi que des centres culturels intégrés dans un espace vert spacieux. La Unicredit Tower, qui avec ses 231 mètres est le plus haut bâtiment d Italie, occupe une place dominante au milieu des nombreuses nouvelles tours. Mais il convient de préciser que si la Tower occupe la toute première place en hauteur, c est grâce à la pointe haute de 84 mètres située sur son toit. En termes d étages utilisables, avec ses 161 mètres, le centre administratif de la région Lombardie, qui se trouve tout à côté, dépasse la Unicredit Tower et fait de l ombre à la tour Pirelli (127 mètres) construite dans les années 50 près de la Stazione Centrale, la gare centrale. Mais il y a encore plus haut : sur le vieux champ de foire à la périphérie ouest du centre-ville, de spectaculaires constructions s élèvent dans le ciel. Au centre du quartier réaménagé se dressent 3 tours d une hauteur comprise entre 150 et 202 mètres qui ont été conçues par les 3 grands architectes Arata Isozaki, Zaha Hadid et Daniel Libeskind. En raison de leur forme particulière, les bâtiments ont été baptisés populairement «le droit», «le tordu» et «le bossu». La transformation de cet espace d environ m 2 a été rendue possible grâce au déménagement du parc des expositions aux portes de la ville. Un musée, un centre culturel et des complexes d appartement font également partie de l ensemble. Milan gagne de la hauteur : L Unicredit Tower est maintenant avec ses 231 mètres le plus haut bâtiment de la ville et de toute l Italie. Un grand terrain de 1,1 million de m 2 carrés, à côté du nouveau parc des expositions de Milan, situé au nordouest dans les municipalités de Rho et de Pero constituera le cœur de l Expo Conçu comme une île encerclée par un canal, le site de l Expo est traversé par un axe principal portant le nom de World Avenue. Tout le long de cette avenue, qui mesure 1,5 kilomètre de long et 35 mètres de large, sont installés les pavillons des pays participants. Transversalement à cet axe principal s étend le Cardo, une rue de 325 mètres de long et 30 mètres de large, où sont présentées l Italie et ses régions. À l intersection des 2 axes, là où l Italie rencontre le monde, se trouve la Piazza Italia, le centre de l Expo Les investissements en infrastructure, les hôtels et un nouveau parc d expositions doivent faire à nouveau de Milan ce que la ville lombarde s est toujours considérée être : la capitale secrète et économique de l Italie. Munich Re Topics Magazine 1/

18 Italie une performance économique d environ 30 %, les exportations représentent un appui essentiel à l économie italienne, l Allemagne étant le partenaire commercial le plus important. En dépit des réformes engagées, l OCDE juge encore le marché de l emploi trop rigide. Le ministère du travail italien lui-même voit dans la perte de productivité, surtout par rapport à l Allemagne, l obstacle principal pour améliorer la compétitivité. Les propositions présentées à plusieurs reprises par la fédération des entrepreneurs Confindustria visant l introduction de conventions collectives de portée régionale, au lieu de la validité nationale obligatoire jusqu ici, se heurtent toutefois à une résistance de la part des syndicats. À moyen terme, le développement démographique est un sujet de préoccupation. Une espérance de vie élevée, un faible taux de natalité et une pyramide des âges de la population défavorable seront un frein à la croissance au cours des prochaines décennies. Il est d autant plus important pour le pays d améliorer la compétitivité et de remettre de l ordre dans le budget. De même, en ce qui concerne les systèmes sociaux, l évolution démographique s avère être un problème. Pour pallier ce problème, l augmentation des pensions de retraite a été limitée et l âge de la retraite a été relevé. En outre, à l avenir, les personnes en activité devront de plus en plus recourir à des outils de protection privés. Il est urgent de trouver une solution pour les risques de séismes Massimo Reina est Président et CEO de Guy Carpenter en Italie. Il a parlé avec Topics des perspectives pour le marché de l assurance en Italie. Massimo Reina, président et PDG de Guy Carpenter à Milan et dirigeant de Guy Carpenter Fac. International à Londres Topics : Du point de vue d un observateur international, comment estimez-vous le potentiel du marché italien? Massimo Reina : L Italie vit actuellement une des phases les plus difficiles de son histoire : L économie se contracte depuis 2 ans, le niveau de vie diminue et le chômage est élevé, surtout chez les plus jeunes. D autre part, les Italiens ont toujours eu la capacité extraordinaire de ne pas se laisser démoraliser. C est pourquoi, personnellement, je continue à considérer l avenir avec optimisme. En matière d assurances, la situation est différente : les entreprises italiennes sont fortes et solides, et le marché recèle encore un potentiel de croissance considérable. Par rapport au produit intérieur brut, les dépenses en matière d assurances sont plus faibles que presque partout ailleurs en Europe. Entre-temps, l activité de l assurance Vie a manifestement repris son cours. Il existe une réelle chance que la tendance de croissance négative change maintenant de direction aussi bien pour l assurance non-vie que pour l assurance Vie. Le marché italien de l assurance se concentre aujourd hui plus que jamais sur un petit nombre de multinationales avec une rétention propre potentiellement plus élevée. Par conséquent, il y a moins d activité de réassurance. Quelles modifications ou quels développements jugez-vous nécessaires sur le marché de la réassurance? La réassurance est un outil de gestion de capital et offre des solutions innovantes et approfondies qui vont bien au-delà de la gestion des risques individuels ou des portefeuilles de risques. Les entreprises italiennes sont des clients exigeants et, à ce titre, elles ont déjà changé 16 Munich Re Topics Magazine 1/2014

19 Italie Figure 3 : Pénétration de l assurance en 2012 (en pourcentage du PIB) Royaume-Uni France Suisse Espagne Allemagne Italie Vie Property et Casualty 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 Nécessité d une plus grande initiative personnelle en matière de prévoyance De même, dans d autres secteurs du système social, les Italiens doivent se préparer à des modifications d une portée considérable. Aldo Minucci, président de l ANIA, la fédération italienne des assureurs, ne laisse planer aucun doute : une initiative personnelle plus forte est nécessaire pour garantir une prévoyancesanté appropriée. Il demande plus de souplesse dans le cadre de l exercice des droits des co-assurés et des incitations fiscales plus fortes. En outre, la protection contre le risque de dépendance devrait être encouragée et intégrée automatiquement dans l offre des fonds de pension. Source : Munich Re, Economic Research d attitude. Les fractions des risques gardées pour propre compte étant plus élevées, il s est produit un recul des dépenses totales, surtout parce que la part de la réassurance proportionnelle a reculé. D autre part, on développe constamment de nouvelles solutions et de nouveaux produits. Cela offre de la même manière aux réassureurs et aux courtiers toute une série de nouvelles possibilités. En ce qui concerne les pleins de conservation dans le cas des traités en excédent de sinistres, je voudrais faire remarquer que certains des plus grands clients européens sont justement en train de repenser leur stratégie. Ils ont pu constater qu une rétention propre plus élevée n est pas toujours efficace en termes de capital. Comment les réassureurs peuvent-ils soutenir le marché italien qui doit affronter des problèmes non seulement du côté de la demande mais également du côté de l offre? Le manque d offre en Italie n est sûrement pas un problème de quantité, car les capacités y sont plus que suffisantes. Cependant, il se peut que cela soit un problème de qualité, dans la mesure où les réassureurs et les courtiers devraient se concentrer de la même manière sur l élaboration de produits nouveaux et innovants à la hauteur des défis d aujourd hui. Beaucoup de choses ont déjà été faites de ce point de vue, mais comme cela est souvent le cas, ce n est pas encore suffisant. L introduction de Solvency II traîne en longueur. Comment les entreprises italiennes sont-elles préparées aux nouvelles lignes directrices? Le défi réel consiste de nos jours à se procurer du capital. Chaque PDG réfléchit à la façon d y parvenir, que Solvency II soit sur le point d entrer en vigueur ou non. La réassurance est de ce fait un outil souple qui peut être utilisé aussi bien pour constituer du capital supplémentaire que pour réduire les besoins en capitaux. Par conséquent, je suis convaincu qu elle continuera à jouer un rôle important. En ce qui concerne l application de Solvency II, je crois que les retards posent des difficultés surtout aux acteurs de plus petite taille. Les plus grandes entreprises s y préparent au moins en partie depuis un certain temps. Elles sont parvenues grosso modo à mettre en place une gouvernance solide y compris une fonction de gestion des risques dans tous les secteurs d activité. Même si la plupart des assureurs italiens ont l intention de définir leur position en matière de capital sous Solvency II selon la formule standard, au moins 4 groupes d assurances ont déjà formulé une demande d autorisation préalable pour des modèles internes. Les séismes les plus récents, qui ont causé beaucoup de dommages, ont mis en lumière une série de problèmes liés à la prévention et à la gestion des risques. Que peut-on faire ici pour améliorer la situation? Le fait qu il y a des risques de séismes en Italie n est en rien nouveau. Les terribles catastrophes des années passées ont toutefois encore montré combien il est urgent de trouver ici une solution pour traiter ce genre d événements. Bien que le secteur de l assurance travaille déjà depuis un temps considérable à différentes options, l Italie reste l un des rares pays industrialisés ne disposant pas d un programme prévu par l État ou d un programme combiné public-privé. Mais les initiatives les plus récentes du gouvernement semblent indiquer une sensibilisation croissante à ce problème. Par conséquent, je suis optimiste quant à une solution prochaine. L ANIA, la fédération italienne des assureurs, a déjà formé un groupe de travail qui se compose de représentants de toutes les grandes entreprises italiennes ainsi que de Munich Re et Guy Carpenter. Munich Re Topics Magazine 1/

20 Italie Toutefois, même dans le secteur des catastrophes naturelles, il faut s attendre à de grandes modifications si le gouvernement ne peut plus jouer suffisamment son rôle «d assureur de dernière instance» parce que les caisses de l État sont vides. D autres solutions doivent combler le vide qui en résulte (lire également à ce sujet l entretien avec Massimo Reina, page 16). Les séismes des années passées en Émilie- Romagne (2012) ou à L Aquila (2009) ont encore confirmé à quel point l Italie est fortement exposée aux risques de catastrophes naturelles. Il ya quelques temps, le secteur de l assurance a déjà signalé qu il était disposé à coopérer à la constitution d un système combiné public-privé pour couvrir de tels risques. Selon Tom Van den Brulle, directeur de l antenne de Munich Re à Milan, une participation plus directe aurait toute une série d avantages : allègement du budget public, responsabilisation des propriétaires d appartements et de maisons, une plus grande transparence et plus de sécurité dans le règlement des sinistres dans le temps. L assurance non-vie : un segment qui manque de tonus La nécessité de faire plus de prévoyance individuelle privée dans les secteurs des catastrophes naturelles et de la protection sociale pourrait conférer un nouvel élan au secteur de l assurance en Italie. Avec des rentrées de cotisations brutes de 108 milliards d en 2012, la branche se place certes dans le peloton de tête européen derrière la Grande-Bretagne, la France et l Allemagne. La grande partie des cotisations se concentre toutefois sur le secteur de l assurance Vie. À l exception de la RC Automobile, le segment de l assurance non-vie est toutefois peu développé lorsque l on opère une comparaison au plan européen (voir aussi figure 4). Après 2 années de rentrées de cotisations en recul, l année 2013 a marqué un changement de tendance. Le total des primes encaissées (assurance Dommages et Vie) pourrait s élever selon les estimations à 114 milliards d. Les augmentations viennent essentiellement de la branche assurance Vie qui se trouve maintenant en hausse après l effondrement de 18 % en 2011 et un nouveau recul en 2012 ( 5,5 %). Au total, le volume des primes encaissées pourrait connaître une hausse de 15 % et dépasser ainsi 80 milliards d. L augmentation repose sur un portefeuille plus grand et plus spécifique de produits de la branche I qui sont vendus aux guichets des banques, ainsi que sur la vente, de nouveau croissante, de polices de la branche III qui devraient profiter de la situation améliorée des marchés boursiers et financiers. Dans le segment des sinistres, l encaissement de primes pourrait en revanche se réduire encore légèrement, ce qui est surtout dû à la conjoncture languissante. Alors que le recul dans les branches autres que l automobile pourrait encore être dans une certaine mesure modéré, les cotisations dans la branche de l assurance Automobile sont de manière particulièrement évidente sous pression, surtout en raison de la diminution persistante des nouvelles demandes d immatriculation. Au total, les primes réalisées en 2013 pourraient s élever à environ 34 milliards d, après 35,4 milliards d en Changement de tendance pour l encaissement de primes Compte tenu de la hausse des primes réalisées, particulièrement dans la branche Vie comme déjà mentionné, la rentabilité des assureurs pourrait aussi augmenter. En 2012 déjà, la tendance négative des 2 années précédentes a été rompue. Au total, les assureurs ont réalisé en 2012 un profit de 5,8 milliards d après déduction d impôts et ont pu ainsi plus que compenser la perte de 4,4 milliards des 2 années précédentes. La branche Dommages, avec un profit de 0,6 milliard d, clopinait toutefois très loin derrière la branche Vie avec un excédent de 5,1 milliards d. Figure 4 : Répartition des primes en assurance non-vie, 2012 L assurance RC Automobile représente presque 50 % du marché de l assurance non-vie et prédomine donc nettement. Il y a donc encore de la marge. RC Automobile : 49,6 % Accidents et Santé : 14,4 % Dommages aux biens : 13,9 % Transport : 9,0 % RC générale : 8,3 % Crédit et caution : 1,3 % Autres branches : 3,4 % Source : ANIA, juillet Munich Re Topics Magazine 1/2014

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC

LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC LES RISQUES JURIDIQUES DES PROPRIÉTAIRES D ENTREPRISES AU QUÉBEC Les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles à la santé économique du Québec. Elles emploient environ 75% de la population

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Protéger les familles. Protéger les personnes.

Protéger les familles. Protéger les personnes. Solutions de placement Protéger les familles. Protéger les personnes. Amorcez dès maintenant votre planification à long terme; n attendez pas à demain Une approche stratégique de placement pour l avenir

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Un programme de placement à votre image

Un programme de placement à votre image Un programme de placement à votre image Plus votre patrimoine fructifie, plus vos attentes devraient être élevées. C est pourquoi il est essentiel de vous assurer le soutien d une institution financière

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Assurance vie universelle

Assurance vie universelle trilogiemd Assurance vie universelle Pour votre style de vie Taillez votre protection d assurance à votre mesure Pour votre style de vie Avec notre expérience de la vie, on peut acquérir la certitude

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Le 19 février 2016 Sommaire L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Calcul des coûts Information aux enseignants

Calcul des coûts Information aux enseignants 05 / Automobile Information aux enseignants 1/6 Ordre de travail A 18 ans, beaucoup d adolescents apprennent à conduire et aimeraient bientôt avoir leur propre voiture. Mais le calcul des coûts ne s arrête

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt

Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N o 6 Réduire le fardeau fiscal familial par le fractionnement du revenu au moyen d un prêt Les stratégies de

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal

Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Soirée d information concernant l augmentation du coefficient fiscal Guide pour la lecture des comptes communaux Claude Jeanrenaud, Institut de recherches économiques, Université de Neuchâtel Espace Perrier

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance

Transformation de l assurance la perspective canadienne. kpmg.ca/assurance Transformation de l assurance la perspective canadienne kpmg.ca/assurance 2 Transformation de l assurance La perspective canadienne Lors de la 23 e Conférence annuelle de KPMG sur l assurance, nous avons

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail