Chapitre 4 Communiquer à l interne suffit-il à mobiliser?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 4 Communiquer à l interne suffit-il à mobiliser?"

Transcription

1 RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 1 MOBILISATION / MOTIVATION Chapitre 4 Communiquer à l interne suffit-il à mobiliser? La communication interne, sous certaines conditions, constitue un élément déterminant pour mobiliser les individus : il s agit, pour l organisation, de faire en sorte que ses membres mettent à sa disposition leurs compétences au service de l action collective, qu ils adhèrent à ses objectifs et à ses valeurs, qu ils s imprègnent de sa culture. Mais il ne suffit pas de communiquer pour être entendu : des problèmes d interprétation ou des résistances peuvent surgir dans la communication interne. Le travail en équipe est un choix organisationnel plébiscité par les organisations car il est de nature à mobiliser les individus au travail. On appelle «équipe» un groupe restreint de personnes disposant de compétences complémentaires et qui interagissent afin d atteindre des objectifs communs grâce à l accomplissement d un travail collectif. Le travail en équipe suppose une participation active des individus qui la composent. Pour cela, il est indispensable que son animation suscite la mobilisation des individus. On appelle «animation» l utilisation de techniques de conduite d une équipe qui favorisent la participation des membres. L animation est assurée par le manager. Quelles techniques celui-ci peut-il utiliser pour mobiliser les membres de son équipe? I. La communication interne 1. Définition La communication interne consiste, pour l organisation, à établir ou maintenir une relation avec ses membres. Est considéré comme communication interne tout échange organisé et finalisé (c est-à-dire comportant un objectif) entre les différents membres de l organisation. Exemple. Paul annonce aux membres de son équipe l arrivée d un nouveau collaborateur. 2. Les objectifs de la communication interne La communication interne ne se limite pas à la simple transmission d informations : elle doit permettre de partager du sens, elle est donc un moyen d échanger et de mettre en commun afin de rendre l individu pleinement acteur. Ainsi, la communication interne revêt trois objectifs fondamentaux. a) Créer du lien Un des objectifs de la communication interne est de créer ou d entretenir du lien entre les membres de l organisation afin de faire émerger un sentiment d appartenance, un engagement vis-à-vis de l organisation. Cela passe par la sensibilisation à la culture de l organisation. Parfois, il arrive que ce lien soit amorcé bien avant le recrutement de l individu. En effet, de plus en plus d organisations s attachent à construire une «marque employeur» qui a pour objectif de promouvoir l image de l organisation. Exemple. L entreprise L Oréal a su créer une marque forte qui attire les jeunes diplômés. La perception que le salarié a de son employeur influe directement sur sa contribution au rayonnement de l organisation auprès des partenaires externes. 1

2 Exemple. Élise est fière de son entreprise et ne tarit pas d éloges à son égard. Elle la recommande souvent à son entourage. b) Donner du sens La communication interne vise aussi à délivrer des informations aux membres de l organisation. Elle communique notamment sur les choix des dirigeants, qu ils concernent la stratégie ou l'organisation du travail. La diffusion d informations sur la vie de l organisation, ou sur son positionnement dans son environnement, permet de donner du sens aux missions accomplies au sein de l organisation. Exemple. Tribio, une entreprise spécialisée dans la fabrication de flacons pour le secteur de la cosmétique, a décidé de communiquer aux opérateurs intervenant sur les chaînes de production le nom des clients auxquels sont destinés les flacons. L entreprise a pu observer un regain d intérêt pour le travail a enregistré une meilleure productivité. La communication interne permet de limiter la propagation de rumeurs. Exemple. Une semaine après le déclenchement de l affaire Kerviel, la Société Générale a organisé un chat entre le PDG et les salariés, pour répondre à leurs interrogations. c) Favoriser la coopération La communication interne a pour objectif de favoriser le dialogue et l échange entre les membres de l organisation. Celle-ci doit donc veiller à mettre en place les moyens facilitant la coopération et l échange de connaissances entre les membres de l organisation grâce à la diffusion des informations nécessaires. Exemple. Le wiki mis en place par le service de communication de l entreprise Gratian a permis à plusieurs personnes de rédiger une nouvelle charte d utilisation du matériel de sécurité de manière collaborative. 3. Les caractéristiques de la communication interne a) Une cible interne La communication interne a pour cible les partenaires internes de l organisation. Cette cible correspond généralement à l ensemble du personnel. Mais il est possible de distinguer au sein du personnel plusieurs groupes cibles : cadres, employés, ouvriers, intérimaires, personnel expatrié Exemple. Le service de communication interne d une grande entreprise multinationale a coutume de décliner ses supports en fonction des différentes catégories de salariés : personnel administratif, techniciens b) Un ancrage dans la communication globale La communication interne s'intègre dans la communication globale : elle ne peut donc pas être initiée de manière isolée car elle s imbrique avec d autres types de communication (externe, institutionnelle, commerciale ). L organisation tend de plus en plus à considérer ses membres comme des citoyens et des consommateurs à part entière, mêlant parfois des éléments de communication externe à la communication interne, dans le cadre d une démarche de communication globale qui vise à impliquer particulièrement les collaborateurs. Exemple. Une organisation qui développe une politique de RSE décline son message de préservation des ressources de la planète en externe auprès de ses clients, mais aussi en interne auprès de ses salariés. c) Une finalité stratégique La communication interne découle toujours des choix stratégiques de l'organisation C est aussi à elle qu incombe la tâche de mobiliser les individus pour que l organisation puisse atteindre ses objectifs. Elle constitue un relais essentiel pour entretenir et améliorer la performance de l organisation. Exemple. Peu de temps après la fusion entre GDF et Suez, le groupe a mis en place un «forum des valeurs» : les salariés ont disposé de 24 heures pour énoncer ce qu ils pensaient être les valeurs de la nouvelle entreprise. Ce forum des valeurs a été un outil efficace pour faire adhérer plus facilement les salariés au changement d ordre stratégique, contribuant ainsi sa réussite. 2

3 II. Les critères d une communication interne visant à mobiliser les individus Comme toute action de communication, la communication interne doit être soigneusement pensée et préparée si elle veut prétendre mobiliser efficacement les individus. 1. Une communication soigneusement réfléchie Pour être réussie, une opération de communication interne doit être réfléchie. L initiateur de la communication doit se poser plusieurs questions-clés : Quel message? Quel est le thème de la communication? Exemple. Promouvoir une démarche «zéro papier» dans l entreprise. À qui? Quelle est la cible? Exemple. Le personnel administratif ou l ensemble du personnel. Quand le transmettre? À quel rythme? Exemple. Le message de sensibilisation pour les économies de papier est diffusé une fois par mois. Comment mesurer l impact du message? La communication a-t-elle atteint son objectif? Exemple. La diminution de la consommation de papier peut être mesurée. 2. Une communication multidirectionnelle a) Une communication descendante Même si on a coutume de dire que la communication interne est «la voix» de l organisation, elle ne doit pas être uniquement descendante (du haut de la hiérarchie vers les subordonnés). Exemple. Une note de service. b) Une communication ascendante Il est important que les échanges soient aussi de nature ascendante, c est-à-dire qu ils émanent du bas de la hiérarchie vers le sommet. En effet, pour mobiliser le personnel, il est indispensable que la communication interne favorise la remontée d informations. Exemple. Une boîte à suggestions. c) Une communication transversale La communication interne doit permettre les échanges transversaux entre collègues. Cependant, ils se font le plus souvent de manière informelle. Exemple. Pendant la pause déjeuner, Alix et Jules discutent sur la façon de traiter les notes de frais du personnel commercial. L utilisation conjointe de ces trois circuits de communication est le gage d une circulation efficace de l information entre les différents publics internes de l organisation. 3. Des supports variés et adaptés à la cible Divers supports sont utilisables dans le cadre de la communication interne : note, affiche, plaquette, site intranet, journal interne, forum, visioconférence, réunion... Il est indispensable de les adapter au groupe cible. Exemple. Une grande entreprise publie des bulletins spécialisés qui s adressent tantôt aux agents de production, tantôt aux commerciaux Ainsi, les informations sont adressées au public concerné. 3

4 Le choix du support dépend de la cible, du degré d interactivité et de personnalisation souhaitée, ou encore du type de support auquel le personnel a accès. Exemple. L entreprise Picardie Bâtiment a convoqué tous les salariés à une réunion sur la situation de l entreprise : le personnel administratif a été convoqué par mail ; les ouvriers ont reçu un SMS. 4. Une communication intégrant les TIC Les technologies de l information et de la communication facilitent grandement la communication interne et favorisent son efficacité. a) L accessibilité et l interactivité L information circule plus vite et plus facilement grâce aux TIC, par le biais d outils synchrones qui permettent une communication en temps réel (chat, visioconférence ), et asynchrones, c est-à-dire en temps différé (messagerie électronique, forum ). Les échanges sont aussi plus interactifs. Exemple. Un réseau social d entreprise (plate-forme électronique utilisant des fonctions similaires à celles des réseaux sociaux et permettant d échanger entre membres autorisés et identifiés) donne la possibilité au salarié de publier en temps réel sur son «mur» l évolution du prix de telle matière première. Ses collègues peuvent ainsi réagir en direct à cette information. b) L attractivité Le recours aux TIC permet aux organisations de valoriser leur marque employeur tout en développant la proximité avec les partenaires internes. Pour informer les salariés sur de nouveaux choix stratégiques, les former, les organisations utilisent de plus en plus fréquemment les serious games («jeux sérieux»). Exemple. Total a développé un serious game destiné à expliquer aux collaborateurs les raisons de la décision de développer de nouvelles énergies. c) L efficacité Les TIC favorisent le travail en équipe ; il n est d ailleurs pas rare que les salariés d une même organisation travaillent simultanément ensemble sur un même document (document partagé, ce qui facilite le travail coopératif. Exemple. La société d assurance Malakoff Médéric a généralisé l utilisation de la plate-forme Google, ce qui permet de travailler à plusieurs sur un document unique en évitant d avoir à gérer des versions multiples du document. III. Les freins à la communication interne Une communication interne soigneusement réfléchie n atteint pas toujours les objectifs qui lui sont assignés. Des résistances peuvent apparaître : les salariés peuvent contester les contenus de la communication interne ou se sentir noyés dans un flot d informations trop important. 1. Les pièges de la communication informelle Des échanges spontanés ont lieu quotidiennement au sein des organisations. Ils découlent de la tendance naturelle de l individu à créer du lien social. Ils s inscrivent totalement dans la communication interne et ont pour avantage de maintenir les relations et de faire circuler rapidement des informations. Cette communication est primordiale : si les TIC sont de nature à enrichir considérablement la communication interne, l organisation ne doit pas faire l impasse sur les interactions en face à face qui permettent de faciliter les échanges. 4

5 Exemple. Pepsico a instauré une «journée sans » qui vise à faire en sorte que les salariés communiquent entre eux directement. Cependant, ces échanges informels portent aussi sur la vie de l organisation et peuvent parfois faire échouer l objectif que poursuivait l organisation à travers une action de communication interne. Ils peuvent ainsi colporter des rumeurs ou des critiques qui vont se propager au sein de l organisation. De ce fait, une opération de communication interne peut échouer ou même aboutir à un résultat inverse à celui qui était attendu. Exemple. Dans l entreprise Gavap, la rumeur s est répandue qu une partie de l entreprise pourrait être délocalisée. Bien que la dernière newsletter de l entreprise dément formellement la rumeur, plusieurs salariés inquiets pensent qu il faut songer à chercher un autre emploi. 2. La surcharge informationnelle La simplicité d utilisation des TIC (intranet, courrier électronique, newsletters ) conduit l organisation à généraliser leur usage afin de répercuter un maximum d informations à ses collaborateurs. Il arrive alors que certains salariés se retrouvent confrontés à un flux continu d informations qu ils ne sont pas toujours en mesure de traiter, ce qui est facteur de stress, et nuit à la communication. Exemple. Ces trois derniers jours, Sébastien a reçu 310 mails professionnels. Après un tri minutieux, il s est rendu compte que 75 % d entre eux ne le concernaient pas directement. Il y a passé du temps et pense qu il laisse parfois passer des informations importantes noyées dans la masse. IV. Comment animer les équipes pour mobiliser les individus? 1. Les rôles du manager dans l'animation de son équipe Animer une équipe suppose d assumer un certain nombre de rôles qui vont aider l équipe à accomplir son travail. A. Un rôle lié à la communication Le manager est un relais entre la direction de l organisation et l équipe dont il a la charge. L équipe attend de lui qu il se comporte en leader en guidant son action. Cela implique des échanges multiples et récurrents (communication de groupe mais aussi interpersonnelle). Exemple. Chaque fin d année, un manager reçoit ses collaborateurs en entretien individuel ; au quotidien, il discute souvent avec chacun d eux. B. Un rôle d'information de l'équipe L information est un élément central dans le travail d équipe et c est au manager que revient la tâche de la diffuser, pour faire en sorte que ses collaborateurs disposent de l information nécessaire à l accomplissement de leurs tâches. Exemple. Un DRH fait diffuser une veille juridique et sociale à tous les membres du département des ressources humaines. C est lui qui assure la liaison entre les membres et la coordination d ensemble. Exemple. Le DRH fait en sorte que tous les membres de son équipe soient informés du nouveau projet de procédure de recrutement sur lequel tous doivent se prononcer. Le manager est aussi le porte-parole de son équipe auprès de l'échelon hiérarchique supérieur. Exemple. Barbara, responsable d un laboratoire, transmet à sa direction les motifs d insatisfaction de son équipe au sujet de l insonorisation des locaux. 5

6 C. Un rôle de décision Le manager a un rôle d organisateur et de répartiteur des ressources. Il négocie pour obtenir les moyens dont son équipe a besoin et il les distribue. À ce titre, il est amené à décider de l organisation du travail en définissant les rôles de chacun. Exemple. Marie, responsable clientèle export, décide qu Isabelle s occupera de la gestion des clients britanniques, car elle a suivi une formation en anglais. Suite aux décisions prises par le manager, des tensions peuvent apparaître au sein de l équipe. Parfois, certaines personnes ne s entendent pas, d autres peuvent avoir des comportements nuisibles au reste du groupe car elles ont des enjeux (de carrière par exemple) différents. Le manager doit alors assumer un rôle de régulateur pour gérer les tensions et prendre les décisions qui s imposent. Exemple. Lorsqu un membre de l équipe a tendance à monopoliser la parole pour imposer son point de vue, le manager doit le rappeler à l ordre : «Merci, Jean, de nous avoir fait part de votre opinion ; je propose que Pierre et Jamila nous exposent leur avis respectif sur le sujet...» 2. Les techniques d animation de l équipe Pour animer une équipe et faire en sorte que les individus adhèrent aux objectifs de l organisation, deux techniques peuvent être utilisées, de manière combinée, par le manager. A. Animer par la gestion d équipe Cette technique est centrée sur les tâches dévolues à l équipe. Le manager doit alors satisfaire trois objectifs. a) Permettre la production de l équipe Le manager fixe des objectifs à son équipe. Ces objectifs découlent des axes stratégiques déterminés par la direction et vont permettre aux individus d orienter leur comportement de travail. Ces objectifs globaux fixés à l équipe sont ensuite déclinés au niveau individuel. Le manager doit veiller à ce que ces objectifs soient : spécifiques (personnalisés), mesurables (par des indicateurs chiffrés si possible), ambitieux (un objectif trop facile à atteindre n est pas mobilisateur), réalistes (c est-à-dire réalisables, car un objectif trop ambitieux est démobilisateur), situés dans le temps (comportant une échéance). Exemple. Aline, étudiante en informatique, est chargée par le responsable de l association dont elle est bénévole de concevoir un site Internet d ici deux mois. b) Faciliter le travail de l équipe Le manager doit mettre en place des règles de fonctionnement pour l équipe. Ces règles doivent être claires afin de permettre à chacun de connaître les modalités du travail collectif et d évaluer les marges de manœuvre dont il dispose. Ces règles concernent les individus : Exemple. Son supérieur confie à Sarah la mission de communiquer avec les partenaires extérieurs. Mais aussi l'équipe dans sa globalité : Exemple. Tous les membres de l équipe doivent assister à la réunion hebdomadaire du lundi. c) Faire coopérer l équipe Faire collaborer des individus suppose qu ils communiquent les uns avec les autres. Il est donc nécessaire d instaurer des communications régulières et suivies entre tous les acteurs de l équipe. Le manager doit veiller à faciliter les interactions au sein de l'équipe en fournissant des moments privilégiés pour communiquer. Exemple. La réunion est un moment privilégié de communication au sein d une équipe de travail ; néanmoins, le manager ne doit pas négliger les moments de communication informelle. 6

7 Des outils de communication adaptés doivent être fournis : les technologies de l information et de la communication permettent de combiner des outils de coopération en présentiel et à distance. Exemple. L accès à un espace de travail collaboratif permet aux membres d une équipe dispersés sur l ensemble du territoire de communiquer. Le manager doit également faire en sorte que les membres de l'équipe apprennent et se souviennent de leur propre expérience, notamment des problèmes rencontrés, pour diffuser ces connaissances afin de favoriser l émergence d une intelligence collective. Exemple. Dans l atelier d une entreprise du secteur de l électronique, un cahier d atelier est rempli par les opérateurs lorsqu ils ont à régler un dysfonctionnement sur la chaîne de montage. Ce cahier est fréquemment consulté par les autres opérateurs qui rencontrent à leur tour un problème. B. Animer par la motivation La motivation désigne les forces qui poussent un individu à se conduire de façon à atteindre un objectif. Susciter la motivation est donc une question centrale pour le responsable. Comme les membres de l équipe ont des personnalités différentes, ils ne sont pas tous sensibles aux mêmes facteurs de motivation. Il appartient au manager de trouver ceux qui seront moteurs pour chacun des collaborateurs. a) Le besoin de sens Chacun cherche à donner une signification au travail qu il accomplit, à lui trouver une utilité. Exemple. Amélie, éducatrice, aime son métier, qui lui donne le sentiment d être utile. Malheureusement, elle ne comprend pas bien les orientations données par le nouveau directeur et craint de se sentir démotivée. Le manager doit tenir compte de ce besoin individuel pour donner du sens aux actions accomplies par l équipe et faire comprendre la cohérence de ces actions avec les missions de l organisation. Le travail en équipe suppose une réflexion à plusieurs et favorise donc la prise de décision collective. Cette réflexion collective contribue à donner du sens. Exemple. Xavier, récemment nommé à la tête d une équipe de commerciaux, réalise que ces derniers n utilisent pas le logiciel de gestion client, qui est pourtant un outil de travail essentiel. En discutant avec un commercial, il apprend que ce logiciel a été mis en place sans aucune explication sur son utilité, si bien que les commerciaux n en voient pas l utilité. Xavier a donc organisé une réunion pour travailler avec son équipe sur les modalités d utilisation du logiciel ; chacun a pu exprimer son avis. Finalement, un nouveau logiciel plus conforme aux besoins de l équipe a été mis en place. b) Le besoin d accomplissement personnel et de réussite L individu au travail s accomplit en surmontant les difficultés qui se présentent à lui, en dépassant les obstacles, pour parvenir à des résultats qui lui apportent une satisfaction. Exemple. Laurène, comptable, est heureuse d avoir pu combler le déficit de l ONG dans laquelle elle travaille. Pour répondre à ce besoin, le manager doit proposer des missions que ses collaborateurs pourront aborder comme des défis à relever et fournir des objectifs réalistes mais stimulants qui donnent aux salariés un sentiment de réussite. Exemple. Flavio confie à Charlie la réalisation de la charte qualité du service. Charlie sait que c est un travail de longue haleine mais il est heureux de relever le défi. c) Le besoin de considération Tout individu au travail a besoin de voir sa valeur reconnue, de sentir qu il suscite l estime chez ses responsables hiérarchiques et auprès de ses collègues. Exemple. Laurence a décroché deux gros contrats dont elle est très fière ; son manager l a félicitée devant toute l équipe. Le manager doit savoir témoigner des signes de reconnaissance justifiés en mettant en valeur les résultats positifs. Cela permet de mobiliser efficacement et durablement l individu. Il est également souhaitable de valoriser l engagement d un membre vis-à-vis de l équipe. Les comportements coopératifs doivent, en particulier, être récompensés. Cette reconnaissance peut prendre appui sur un système de récompense du travail individuel ou de l équipe, établi au niveau de l organisation. Exemple. Antonio, responsable commercial, a obtenu de la direction que Laurence exceptionnelle pour les deux gros contrats qu elle a décrochés. perçoive une prime 7

8 d) Le besoin d autonomie et de créativité L individu apprécie de pouvoir faire preuve d initiative et de créativité dans son travail. Exemple. Fatima, malgré son jeune âge, est convaincue qu elle est capable de prendre en charge la gestion des abonnés, travail qui demandera davantage d autonomie que son poste actuel. Le manager doit être capable de laisser des marges de manœuvre à son équipe et à chacun des individus qui la composent. La délégation de tâches et l autonomie que cela implique constituent un puissant levier de motivation. Exemple. Julie est assistante de production. Sa précédente responsable la cantonnait à des tâches simples et ennuyeuses. Avec le nouveau responsable de production, les choses ont évolué : selon lui, chacun doit être responsable de son travail. Il indique seulement à Julie les grandes lignes du travail, et celle-ci trouve une grande motivation dans cette autonomie. Elle a même proposé un nouveau processus de passation de commandes, qui a été approuvé par sa hiérarchie. e) Le besoin d appartenance Les individus apprécient d appartenir à un groupe, de partager des rites, une culture avec d autres, de se sentir membres d une équipe. Exemple. L équipe du département Communication est très soudée : chacun partage une approche décontractée du travail tout en restant productif et créatif. Le manager doit chercher à favoriser l esprit d équipe en veillant à développer sa cohésion. Pour cela, il suscitera des moments de partage parfois informels, créera une dynamique, favorisera l émergence d une identité d équipe, un esprit de groupe, un climat relationnel. Exemple. Laura est à la tête de l équipe de techniciens d un opérateur téléphonique, dont les valeurs d entreprise sont fortes et très présentes au quotidien. Mais ce qui soude l équipe de Laura est plutôt l esprit de groupe. Laura cherche à maintenir cette harmonie et a toujours un mot pour chacun. Dans cette équipe, personne n est isolé. Repérer les facteurs qui sont motivants pour un individu suppose une bonne connaissance de la personnalité des membres de l équipe et une écoute active. Malheureusement, ces compétences ne sont pas innées. Beaucoup de managers ont des difficultés à faire face aux fonctions complexes mêlant organisation, communication, gestion de conflits et arbitrages délicats. Des formations peuvent les aider à progresser dans l acquisition de ces compétences. Exemple. L entreprise Delta a réaménagé ses espaces ouverts en créant de petits box très performants permettant de préserver la confidentialité des entretiens. C. Les limites de l animation d équipes Des limites humaines : les compétences en communication des managers sont limitées, ils manquent parfois de formation à la communication, à l accompagnement et à l animation des équipes, et à l organisation du travail ; Par ailleurs, la mobilisation suppose l adhésion collective à une action. Or, l intérêt collectif va parfois à l encontre des intérêts individuels et les freins sont nombreux (peur de perdre du temps ou du pouvoir, peur de l inconnu, peur de modifier ses habitudes de travail, crainte de conflits, de partage inégalitaire des tâches, de dilution de responsabilité ). Des limites organisationnelles : les marges de manœuvre permises pour l action du manager sont limitées. Il existe une «rationalité du manager» qui n est pas toujours en phase avec les aspects financiers et la convivialité. Le contexte économique rend difficile la réponse du manager aux exigences des salariés (en termes de salaire et de reconnaissance professionnelles). 8

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Manager le changement

Manager le changement Une vraie démarche structurée pour réussir le changement Le changement? Une opportunité mais aussi un risque. Dans un contexte de plus en plus fluctuant, la capacité à bien gérer les transitions est devenue

Plus en détail

FORMATIONS MANAGÉRIALES des préventeurs

FORMATIONS MANAGÉRIALES des préventeurs FORMATIONS MANAGÉRIALES des préventeurs Clef de voûte de la sécurité en entreprise, le Préventeur, qu il soit Responsable sécurité, Assistant de prévention, Conseiller de prévention..., doit régulièrement

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028.

www.caringbe.com Retrouvez nos programmes et dates de formation sur CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Habilitation FODEFCA 120028. Habilitation FODEFCA 120028. CATALOGUE INTERENTREPRISE 2015 Adresse : Q. Jéricho, Rue Label Bénin Téléphone 1 : +229 97 56 93 34 Téléphone 2 : +229 95 49 00 72 Email : info@caringbe.com Retrouvez nos programmes

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Responsable de la formation continue

Responsable de la formation continue Responsable de la formation continue J1E26 Formation continue orientation et insertion professionnelle - IR Le responsable de la formation continue propose, définit, met en oeuvre et évalue la politique

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF?

AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? AGENTS ET TIC : JOUER PERSO OU COLLECTIF? Organisateur EDENRED Animateur Anne GRILLON, Directrice, Mercure local L introduction des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans les organisations

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

ecrutement es bénévoles

ecrutement es bénévoles ecrutement es bénévoles Objectifs de l atelier Échanger sur les principaux constats de l étude en lien principalement avec les difficultés reliées au recrutement et la rétention des bénévoles. Réagir aux

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

Les expressions de la communication en entreprise

Les expressions de la communication en entreprise Les expressions de la communication en entreprise COMS 3003Y(5) Communication Strategies and Applications for Businesses 17 mars 2008 Des outils structurants H Il existe plusieurs outils à privilégier

Plus en détail

La motivation et la stimulation du personnel Objectif : Repérer ce qui motive et ce qui stimule le personnel.

La motivation et la stimulation du personnel Objectif : Repérer ce qui motive et ce qui stimule le personnel. CHAPITRE La motivation et la stimulation du personnel Objectif : Repérer ce qui motive et ce qui stimule le personnel Mise en situation Vous réalisez votre période de formation chez AUCHAN, hypermarché

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! RÉSULTATS 2015 GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE Des Enjeux et des Hommes

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RELATION CLIENTELE RELATION CLIENTELE Rendre performant son accueil téléphonique, dynamiser l accueil en face à face et gérer les situations difficiles Traiter les réclamations clients Optimiser vos contacts téléphoniques

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

Le suivi de qualité : un puissant outil de management

Le suivi de qualité : un puissant outil de management Le suivi de qualité : un puissant outil de management Le pré requis de la qualité? Carole Wininger, Directrice des opérations pour le réseau Cinq Mondes la qualité par l élévation des compétences La qualité

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Temps partagé. La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise

Temps partagé. La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise Temps partagé La nouvelle solution emploi des PME et PMI performantes. Mutualisons les compétences Dynamisez votre entreprise Le Geyvo vous donne les moyens d intégrer la compétence que vous cherchez.

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points

CORRIGÉ GEDOC SA. Proposition de barème sur 70 points CORRIGÉ GEDOC SA Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 Organisation des réunions 1.1 Mettre en évidence les inconvénients de l organisation actuelle des réunions.

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

BTS AM - LYCEE ST EXUPERY - MANTES LA JOLIE. Séverine PLAISANT

BTS AM - LYCEE ST EXUPERY - MANTES LA JOLIE. Séverine PLAISANT 1 Une épreuve en 2 temps Situation A Coefficient 1,5 Professeur F1 Professeur de français + = Épreuve E4 Coefficient 3 Situation B Coefficient 1,5 Professeur F1 Professeur de LVE Un des oraux obligatoirement

Plus en détail