ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL"

Transcription

1 ÉTATS GÉNÉRAUX DU TRAVAIL SOCIAL ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL AUVERGNE & RHONE ALPES /

2 REMERCIEMENTS L organisation des assises interrégionales Rhône-Alpes / Auvergne est le fruit d un travail partenarial : 12 conseils généraux, 2 conseils régionaux autant d administrations décentralisées de l Etat, des collectivités territoriales, un tissu associatif foisonnant et dynamique, des universitaires et des personnes dites «usagers» engagées dans une démarche collective. Aussi, les DRJSCS Auvergne et Rhône-Alpes remercient chaleureusement de leur implication : - Les personnes «usagers» pour leur engagement - Les membres des groupes de travail pour leurs contributions - Les membres du COPIL interrégional pour leur expertise - Les membres de l équipe projet dont l équipe de l Ansa, pour l apport méthodologique - Pierre Vidal-Naquet pour son témoignage et ses analyses - Claude Costechareyre pour son animation - Les Universités Lyon 2 et Lyon III pour leur accueil Ce document n a pas l ambition de porter à connaissance tous les échanges et les travaux menés durant ces 8 mois de réflexion Il vise plus modestement à rendre compte de manière synthétique des principales analyses et propositions interrégionales concernant le projet de refondation du travail social. L ensemble des contributions est disponible sur le site internet des DRJSCS Rhône-Alpes et Auvergne /

3 SOMMAIRE 1 Les assises interrégionales Auvergne / Rhône-Alpes p Les éléments de diagnostic p Les pratiques inspirantes p Les préconisations p Annexes p. 25 /

4 GLOSSAIRE des sigles AGASEF : Association de Gestion de l Action Sociale des Ensembles Familiaux ATD : Agir Tous pour la Dignité. ATTS : Assises Territoriales du Travail Social CAF : Caisse d Allocations Familiales CCRPA : Conseil Consultatif Régional des Personnes Accueillies CLAS : Commission Locale d Action sociale CRDSU : Centre de Ressources et d échanges pour le Développement Social et Urbain CREAÏ : Centre Régional pour l Enfance et l Adolescence Inadaptée DDCSPP : Direction départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations DSL : Développement Social Local EGTS : Etats Généraux du Travail Social FNARS : Fédération nationale des associations d accueil et de réadaptation sociale IREIS : Institut Régional et Européen des métiers de l Intervention Sociale ITSRA : Institut du Travail Social de la Région Auvergne MAP : Modernisation de l Action Publique MRIE : Mission Régionale d Informations sur l Exclusion PREFAS : Pôle Ressources Formation en Action Sociale RSA : Revenu de Solidarité Active SEL : Système d Echange Local UNAFORIS : Union Nationale des Associations de Formation et de Recherche en Intervention sociale URHAJ : Union Régionale Habitat Jeunes URIOPSS : Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés Sanitaires et Sociaux ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

5 1 LES ASSISES INTERREGIONALES AUVERGNE / RHÔNE-ALPES Le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale : la mise en place des Etats généraux du travail social. La Conférence nationale contre la pauvreté et pour l inclusion sociale a mis en lumière une évolution de la demande de travail social liée aux évolutions des politiques sociales : interrogations de la part des bénéficiaires : Le travailleur social est-il un «guichet» vers lequel se tourner pour solliciter un droit? Un professionnel qu on ne peut s empêcher de soupçonner d être chargé d une forme de contrôle social? Un accompagnant chargé de construire avec la personne un parcours «cousu main»? interrogations de la part des pouvoirs publics : Quelles priorités pour les travailleurs sociaux? Gérer des dispositifs de masse ou accompagner individuellement les personnes vulnérables? Etablir une relation d aide individuelle ou mettre en œuvre un accompagnement collectif pour une population vulnérable? Etre des spécialistes de dispositifs pointus ou des intégrateurs de solutions diversifiées? interrogations des professionnels : Les organisations de travail et les pratiques de management sont-elles toujours adaptées aux nouvelles réalités? Comment pallier aux risques d isolement, source de repli et d usure professionnelle? Quelles responsabilités des travailleurs sociaux dans la mise en œuvre des différentes politiques sociales? Ces constats ont conduit à faire de la refondation du travail social un axe important du plan Pauvreté. C est pourquoi le Gouvernement a décidé de lancer des Etats généraux du travail social, élargis à l ensemble des champs de l intervention sociale pour donner à ses politiques les professionnels qu elles recquièrent. La démarche des Etats généraux du travail social doit permettre de répondre à un triple enjeu : un objectif d amélioration de la qualité de service rendu à l usager, en redéfinissant les missions du travail social pour qu il réponde mieux aux besoins des personnes concernées ; un objectif de valorisation de ces métiers et de leur expertise propre, pour redonner du sens au travail de ces différents professionnels ; en rendant les travailleurs sociaux acteurs des politiques publiques de cohésion sociale ; un objectif de politique de l emploi, en facilitant l embauche dans un secteur qui peine à recruter alors que les besoins sont là. Il s agit donc de construire un véritable projet politique pour le travail social, en lien avec la nouvelle vision des politiques sociales et des besoins des usagers. Pour cela, une triple ambition : Repérer ou susciter des démarches de réflexion autour du travail social, en s appuyant selon les besoins sur des groupes de travail ad hoc composés des divers acteurs du travail social et des politiques sociales à l échelle du territoire ou sur des instances existantes. Faire émerger des consensus sur les évolutions à impulser dans les organisations de travail, dans la coordination des acteurs et dans la formation des travailleurs sociaux pour faire évoluer les pratiques et améliorer les accompagnements mis en œuvre ; Mettre en valeur les pratiques significatives existantes, les capitaliser et en assurer la diffusion, tant dans le cadre de la formation (initiale et continue) que dans les organisations de travail. Pour coordonner l ensemble des travaux, il convient de s appuyer sur la triple légitimité des Conseils Généraux (principaux employeurs et/ou financeurs du travail social dans les territoires), des Conseils Régionaux (compétents en matière de formation des travailleurs sociaux) et de l Etat à qui il revient de garantir la qualité des professionnels chargés de la mise en œuvre des politiques sociales. 5

6 1 LES ASSISES INTERREGIONALES AUVERGNE / RHÔNE-ALPES La territorialisation des EGTS : les assises interrégionales du travail social en Rhône-Alpes / Auvergne. Le territoire «Sud-Est», territoire d expérimentation des ATTS, composé de l Auvergne et de Rhône-Alpes a été chargé de travailler la question : de la place des usagers au titre de la thématique transverse ; de la lutte contre les exclusions au regard de la politique publique et plus particulièrement à travers le prisme de la complémentarité des métiers du travail social et de l intervention sociale. En effet, étant donnée l ampleur des champs couverts, la réflexion a été structurée par thématique afin de rendre plus concrets les travaux menés dans les territoires en lien avec les acteurs de terrain. C est ainsi que la réflexion engagée en Auvergne autour de la question de la place des usagers dans le champ des politiques de lutte contre les exclusions qui a donné lieu à un colloque les 12 et 13 décembre 2013 a enrichi la réflexion des ATTS lancée dès octobre Une gouvernance locale partenariale. Le caractère partenarial de la démarche s est traduit par la constitution : d une équipe interne : les deux DRJSCS et l Ansa en charge des aspects méthodologiques et logistiques ; d une équipe projet interrégionale composée de représentants des Directions Régionales, Conseils Régionaux, Conseils Généraux et Agences Régionales de Santé ; d un comité de pilotage reflétant la diversité des acteurs impliqués dans la réflexion sur les mutations de l intervention sociale (Collectivités locales, Services de l Etat, Rectorats, associations, représentations d usagers, CPAM, CAF ) ; de groupes de travail constitués à cet effet pour traiter les deux thématiques investies par l interrégion Auvergne/Rhône-Alpes. Une démarche de réflexion ascendante Le partis pris méthodologique de l équipe projet, validé par le COPIL, a été de solliciter des têtes de réseaux associatifs œuvrant dans le champ des politiques de lutte contre les exclusions et pour l inclusion sociale et développant des démarches participatives (usagers, professionnels, organisation) afin d alimenter la réflexion par l élaboration d une contribution collective sur les sujets traités en interrégion : la thématique transverse et la politique publique. Ainsi, deux groupes ont traité de la question de la participation des usagers. L un en Rhône-Alpes animé par la FNARS et la MRIE, l autre en Auvergne constitué des représentants des quatre conseils généraux. Partant des constats liés aux évolutions sociétales, réglementaires et juridiques susceptibles de questionner les pratiques d accompagnement social, les questions ont été alors de savoir quelle est aujourd hui la réalité de la participation des usagers? Quelles conséquences pour les postures et pratiques professionnelles? Quelle impulsion et prise en compte par les organisations institutionnelles? Enfin, quels sont les facteurs qui développent notamment le «pouvoir d agir» des usagers? Parallèlement, un groupe interrégional animé par le CRDSU et l UNAFORIS s est penché sur la problématique de la complémentarité des métiers entre travail social et intervention sociale dans le champ des politiques de lutte contre la pauvreté et les exclusions. En effet, la massification des phénomènes de pauvreté et la raréfaction des moyens, la mise en place de politiques d insertion instituant de nouvelles modalités d intervention, les lignes de partage entre travailleurs sociaux et intervenants sociaux, entre métiers dit «historiques» et nouveaux métiers, entre généralistes et experts, entre compétence et qualification posent un certain nombre de question. ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

7 Les assises territoriales du travail social Auvergne / Rhône-Alpes Journée du 8 avril La réflexion engagée dès octobre 2013 autour des Assises a donné lieu à l organisation d une journée de restitution le 8 avril 2014 qui a rassemblé près de 300 personnes issues de tous horizons : Etat, conseils régionaux, conseils généraux, collectivités territoriales, professionnels de l intervention sociale, associations et usagers. La participation à la journée du 8 avril 2014 (ref : annexe 1) La participation Invités Participants AUVERGNE RHONE ALPES TOTAL Ces assises ont rassemblé une diversité d acteurs dont un tiers de professionnels de terrain. Origine institutionnelle des participants Etat 109 Collectivités Territoriales 21 Organismes de Sécurité Sociale 79 Associatifs 32 Usagers, Organisations syndicales, Experts Total Ces assises ont constitué une étape dans la démarche des EGTS. Dès lors, le présent document s inscrit dans une approche contributive. Il vise à porter à connaissance les échanges et les travaux qui ont alimenté pendant plus de 8 mois la réflexion autour des assises. Ce document est issu de l analyse des contributions et propose une lecture en trois parties : diagnostic, présentation des pratiques inspirantes et préconisations. 7

8 ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

9 2 LES ELEMENTS DE DIAGNOSTIC Sur les deux thématiques à traiter par l inter-région, l équipe projet des ATTS a sollicité d une part la MRIE et la FNARS, et d autre part l UNAFORIS et le CRDSU pour coordonner et produire deux contributions présentées à la journée interrégionale. La participation des usagers. Contribution coordonnée par la MRIE et la FNARS La MRIE et la FNARS ont animé une réflexion sur la thématique «quelle place et quelle participation pour les usagers de l intervention sociale» ; Les terminologies utilisées usagers, participation- ne sont pas bien comprises et acceptées par les personnes concernées : si celles-ci se sentent «usagers» de nombreux services (santé, culturels), elles se considèrent davantage comme «obligées» des services sociaux ; la participation est un mot «valise» qui recouvre des réalités très différentes ; sur un autre registre, le terme «d Assises» du travail social leur fait davantage penser à un tribunal ; Les ersatz de «participation» (alibi, bons sentiments, affichage), peuvent avoir des effets lourds de conséquences : démobilisation des personnes, défiance vis-à-vis des institutions, radicalisation, non recours ; La participation des usagers constitue un enjeu pour les usagers mais aussi pour les professionnels de l intervention sociale car participation des usagers et engagement des professionnels sont des postures en miroir ; l une et l autre augmente ou diminue en symétrie ; La participation des usagers interroge la gouvernance politique et institutionnelle de l intervention sociale, et à ce titre elle concerne tous les acteurs : élus, décideurs institutionnels, encadrants de l intervention sociale, professionnels, bénévoles, usagers ; La participation des usagers questionne les professionnels sur leurs pratiques du «faire avec» : - Faut il attendre ou non l expression de la demande (au risque d une aggravation de la situation) ou faut il la suggérer voire la précéder (au risque d assistanat et de rupture d égalité de traitement)? - Etre précaire, être autonome, être acteur, des situations qui se conjuguent de nombreuses manières sans automatisme et préjugé : on peut être précaire et autonome, ne pas être autonome et acteur ; être ni précaire ni autonome ; le dogme de l accompagnement vers l autonomie assignée à l intervention sociale mérite aussi d être re questionné - Si l objectif de l accès au droit doit rester prioritaire, il faut aussi prendre en compte les réalités du non accès au droit (ex : le manque de places dans les structures d hébergement, de logement accessibles, de travail ) ; dans ces contextes, la réussite de l accès au droit ne peut être la seule mesure d efficacité de l intervention sociale. Sur le terrain, selon les usagers eux-mêmes, la participation se pratique mais non sans difficultés : - Expérience d un collectif de femmes des quartiers «qui depuis 20 ans rame pour participer à part entière à la politique de leur pays» ; ces femmes se définissent comme des «faiseuses de participation» ; Le CCRPA (comité consultatif régional des personnes accompagnées) estime que 12 ans après la sortie de la loi du 2 janvier 2002, l heure ne devrait plus être aux questions mais à l action, ; il interpelle tous les acteurs, services de l Etat, élus, responsables (administrateurs et directeurs) d associations, de fédérations et de réseaux, travailleurs sociaux, personnes concernées, pour leur demander s ils sont prêts, chacun de leur place, à bouger les lignes ; 9

10 2 LES ELEMENTS DE DIAGNOSTIC Extrait des contributions du groupe de travail des Conseils Généraux de l Auvergne sur la participation des usagers : «Place des usagers, des personnes rencontrées dans les démarches collectives» «Le travail social, de par la connaissance qu il a du territoire et du réseau de partenaires peut s adresser à l ensemble de la population pour proposer un travail collectif. Le travailleur social favorise la parole de chacun. Il est un repère pour les personnes qu il soutient dans leurs parcours personnels. Il fait le lien entre la personne soutenue et le collectif plus large. Ainsi en confiance, l usager est placé au centre de l action collective : il est participant. En intégrant un collectif, l usager rencontre d autres personnes dont les problématiques sont éloignées de ses préoccupations quotidiennes, notamment financières, et il peut s autoriser à imaginer ensemble un projet porté par le groupe. Parce que l action part du terrain, impulsée par le travailleur social, elle permet aux usagers accompagnés de trouver une place au sein de leurs communes, de vivre pleinement leur citoyenneté, parfois simplement de se réapproprier un espace qu ils considéraient comme excluant. L accompagnant n est pas celui qui possède le savoir, la connaissance, il est celui qui recherche avec le groupe, il soutient le projet. Le pilotage de ce dernier est réalisé par le groupe, le collectif.» CFDT Des usagers qui ne font plus valoir leurs droits face à l illisibilité des démarches et des dispositifs Une injonction paradoxale entre une volonté d émancipation des personnes et des moyens en face qui ne permettent pas sa mise en place CGT Difficulté à faire respecter les droits fondamentaux des usagers (santé, logement, protection, formation..) et l accès à ces droits La parole des usagers insuffisamment prise en compte, qui pose la question des modes de participation proposés (Information?, concertation?, consultation?) Synthèse de la contribution d ATD Quart-Monde : Groupe de Chalon-sur-Saône Problématique de l écoute : «ce n est pas facile de donner son avis quand pendant toute sa vie on a cru que ce qu on pensait n avait pas d importance» Problématique de la temporalité : «Permettre à ces personnes de donner leur avis demande du temps, beaucoup de temps, et parfois les circonstances dans lesquelles se déroulent les projets de participation ne laissent pas ce temps qui est nécessaire» Les pratiques et métiers de l intervention sociales et travail social dans le champ des politiques de luttre contre les exclusions. Contribution coordonnée par l UNAFORIS et le CRDSU L UNAFORIS et le CRDSU ont animé un groupe de travail partenarial sur la thématique des complémentarités entre travail social et intervention sociale dans le champ des politiques de lutte contre la pauvreté et les exclusions. Les pratiques et modes de travail collaboratifs du travail social sont profondément impactés par la massification des phénomènes de pauvreté, la complexification des problèmes (tant individuels que collectifs) et des systèmes organisationnels, la multiplication des dispositifs doublée de l injonction à l autonomie et à la responsabilité individuelle, l envahissement par des exigences procédurales et administratives (au détriment des finalités de l intervention sociale) ; Les pratiques d accompagnement individuel et d action collective restent souvent en tension, malgré l accent mis sur le développement du travail social à dimension collective dans les formations initiales. Les raisons sont multiples : difficultés pour définir le «collectif» et rendre explicitement compte des différents modèles de référence à l œuvre, action collective, groupe, communautaire, DSL, réseau primaire ; volontés institutionnelles insuffisamment présentes pour s engager vers des finalités d émancipation ou de participation des usagers, appréhension des institutions à gérer les situations de conflit, de rapport de force que peut engendrer l action collective ; ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

11 Le partage d informations nominatives à caractère secret est générateur de tensions et d incompréhensions, souvent par méconnaissance des règles auxquelles les autres métiers sont soumis et par déficit de participation et/ou d accord de la personne concernée ; L autonomie et l expertise technique des professionnels du travail social sont insuffisamment reconnues par leurs institutions employeurs. Les pratiques professionnelles voient leurs marges de manœuvre réduites, ce qui a pour effet de limiter la prise de risque des professionnels alors qu elle est inhérente à la dimension relationnelle du travail social ; il est aussi constaté que si la prise de risque existe, elle se fait souvent sans le soutien de la hiérarchie. Avec des interventions de plus en plus normées, la capacité d innovation des professionnels est entachée ; Les évolutions organisationnelles mettent à distance les professionnels du travail social, et cela quelle que soit l organisation (collectivités locales, associations.), Il est en effet constaté un renforcement de l encadrement hiérarchique au détriment de l encadrement technique pour des raisons de contrôle et de suivi financiers. Le décisionnaire s éloigne ainsi des travailleurs sociaux de terrain, qui ne peuvent rendre compte des réalités de terrain et conduit à une perte de sens de l action. De même, la dimension qualitative ainsi que les processus mis à l œuvre ne sont pas suffisamment prises en compte par les logiques évaluatives et procédurales et conduisent là encore à une uniformisation des pratiques sociales. L organisation de la formation initiale et continue des métiers de l intervention sociale ne favorise pas les approches et cultures transversales. Ainsi, les formations initiales et les diplômes des métiers de l intervention sociale, de par leur diversité et spécialisation accrues, augmentent les risques de cloisonnements entre professionnels. L accueil des stagiaires en travail social est lui aussi segmenté: par exemple, il est constaté que les étudiants assistants de service social ou éducateurs spécialisés sont rarement en stage auprès d équipes «politique de la ville». La formation continue inter partenariale n est pas suffisamment développée. Synthèse de la contribution de la FNARS L intervention sociale est souvent trop tardive du fait d un manque de coordinations entre institutions, elle est de plus en plus standardisée du fait de réponses essentiellement formalisées à travers des dispositifs cloisonnés et stratifiés. Les pratiques sociales, de plus en plus inscrites dans des dispositifs ciblés, se caractérisent souvent, pour une même personne, par un découpage et une multiplicité d accompagnements ; ceux-ci sont préconisés par nature et financement du dispositif, et par problématique à prendre en compte (emploi, logement endettement.). L expertise des intervenants sociaux est peu reconnue et peu prise en compte dans l élaboration, la mise en œuvre, l évaluation des politiques publiques, des projets institutionnels. Synthèse de la contribution de la CGT Des niveaux d exigence des employeurs en hausse et remise en cause de la qualité et de l utilité du travail des professionnels. Réorganisation, glissement de tâches et adaptation en continu des salariés. Mise en garde : des métiers à rendre complémentaires mais non concurrents dans les missions. Des dispositifs qui enferment la pratique professionnelle alors que des outils de la démocratie sociale font leur preuve. Synthèse de la contribution de la CFDT Des difficultés à prendre en charge des parcours qui ne sont pas linéaires car les organisations sont elles-mêmes cloisonnées. Eparpillement des moyens, confusion des compétences entre Etat, Collectivités territoriales et cloisonnement des dispositifs. Des professionnels engagés, qualifiés mais manque de partenariat et de réseau «mise en situation d impuissance». Synthèse de la contribution de l URIOPSS Les postures professionnelles traditionnelles sont remises en causes et soulèvent des attentes de plus en plus nombreuses et parfois contradictoires. L inadaptation des organisations de travail et des pratiques de management se traduisent par un isolement des professionnels. 11

12 2 LES ELEMENTS DE DIAGNOSTIC Synthèse de la contribution de la DRJSCS Auvergne caractère stigmatisant d une aide sociale enfermée dans une logique de guichet. Le travailleur social perd le sens de sa mission d accompagnement ; l usager son statut de citoyen. Synthèse de la contribution de la CAF 26 Bouleversement du rôle des travailleurs sociaux des CAF lié à la diversité des problématiques sociales, à l augmentation des situations de précarité et des phénomènes d exclusion, mais également aux importantes évolutions de la cellule familiale. Synthèse de la contribution de l éducation populaire Des métiers de direction de plus en plus complexes. Dans un environnement complexe où tout va très vite, il convient de définir des priorités afin que les directeur(trices) puissent piloter sereinement le projet associatif. Des métiers dont l identité reste à clarifier. Entre animation socio-culturelle et travail social, il est difficile de définir clairement le cœur de métier et le rôle des professionnels de l éducation populaire (amuseurs? créateurs de liens? éducateurs? contrôleurs sociaux? sauveurs? ). Des métiers qui nécessitent une formation sur mesure? Les formations et diplômes accessibles à nos professionnels et futurs professionnels ne répondent que très rarement aux impératifs du métier. Synthèse des contributions issues des journées Chérèque en Rhône-Alpes Territoire régional contrasté entre départements aisés et départements défavorisés ce qui se traduit notamment par une pauvreté concentrée particulièrement en zones urbaines. Des problématiques sociales récurrentes liées aux difficultés d accès à l hébergement, au logement, aux droits, aux soins, d insertion professionnelle et d accès à l emploi. Des problématiques sociales émergentes : celles liées à l hébergement de personnes non éligibles au droit au logement (débouté de la demande d asile, etc..), la présence de squats et de campements illicites, l aggravation des phénomènes de pauvreté en milieu rural et dans les territoires fragiles. ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

13 3 SYNTHESES DES PRATIQUES INSPIRANTES 1 Concernant la participation des usagers. 1-1 : Dans le champ des politiques d inclusion sociale La recherche d une plus grande participation des bénéficiaires du RSA tant dans les instances de travail que décisionnelles, est au cœur des pratiques inspirantes de plusieurs conseils généraux. Ce qui est en jeu : La construction d une parole collective et sa prise en compte dans une finalité de démocratie participative La représentation pérenne des usagers dans les instances de décision Conseil général du Rhône : La participation des bénéficiaires du RSA au groupe ressource RSA Dans le cadre des équipes pluridisciplinaires en charge du plan départemental d insertion a été mis en place un groupe ressource composé outre de professionnels de l action sociale du Conseil Général, des bénéficiaires volontaires du dispositif RSA. Organe consultatif, ce groupe émet des avis et des propositions sur la gestion du dispositif RSA dans son volet insertion. Il poursuit trois objectifs principaux : inscrire les bénéficiaires du RSA dans une démarche participative dans la gestion du dispositif ; permettre, via cette participation, au représentant des bénéficiaires du RSA de s inscrire dans une dynamique de réinsertion sociale par l acquisition de nouvelles compétences, la constitution d un réseau social faire évoluer les pratiques par un éclairage du vécu des bénéficiaires. A ce jour, ce sont 14 Commissions locales d insertion qui ont intégré un représentant des bénéficiaires du RSA, sur 16 existantes dans le département. Conseil général de l Isère : Les forums territoriaux du RSA Mise en place sur l ensemble du département isérois de forums territoriaux qui ont pour objectifs de : Désigner des représentants d allocataires du RSA aux équipes pluridisciplinaires et aux coordinations territoriales pour l insertion ; Permettre aux allocataires de porter une parole collective et construite. A ce jour, tous les territoires d action sociale isérois accueillent un forum territorial. Conseil général de la Loire : Recherche action sur la participation des bénéficiaires du RSA Impulsée par le Conseil Général de la Loire, portée par l Université de St Etienne en partenariat avec la MRIE, l AGASEF et l IREIS, cette expérimentation avait pour objectif : D élaborer un état des lieux de la participation des bénéficiaires du RSA dans les instances de décision du RSA ; De préconiser des axes de développement. Ce dernier point a permis notamment de mettre en place - des «espaces d apprentissage de la participation» ; - des groupes ressources locaux sur la participation ; - de constituer des groupes de travail en associant bénéficiaires du RSA dans l élaboration de support de communication institutionnel. 13

14 3 SYNTHESES DES PRATIQUES INSPIRANTES 1-2 : Dans le champ des politiques de protection de l enfance Le travail en transversalité au sein des institutions, l acceptation d une prise de risque dans la réponse, la construction avec les familles concernées, le changement de posture des professionnels sont les points innovants des pratiques développées. La formation des intervenants et l investissement des cadres sont des clés de réussite. Conseil général de l Isère : Mobiliser le réseau primaire des familles dans le cadre des situations de protection de l enfance. Parce que bien souvent la réponse institutionnelle privilégiée ne correspond pas toujours, ou durablement à la situation de l enfant en situation de protection et ne s inscrit pas forcement dans une dynamique de co-construction, l expérimentation mise en place par le Conseil général vise, côté usager, à l amener à parler de son réseau primaire et d analyser ses potentiels, et côté professionnels à en analyser les limites, coordonner sa mise en œuvre et l évaluer régulièrement. Cette expérimentation a ouvert un espace de collaboration entre services afin d élaborer une culture commune en matière de mobilisation du réseau primaire des usagers et de soutenir des pratiques professionnelles moins standardisées mais plus adaptées à la réalité de la situation. Côté managérial, cette action est garantie et validée par l organisation du travail. 1-3 : Au regard de la citoyenneté La construction d une expression et parole collective des personnes (habitants et usagers des politiques publiques) génère de la citoyenneté et s inscrit dans une visée de transformation sociale. Ces pratiques doivent être soutenues par une volonté institutionnelle et requièrent des changements de posture de tous les actes. Conseil général de l Isère : Le Théâtre Forum Des habitants d un territoire et des usagers d un dispositif ont été invités à la construction de pièces de théâtre afin d exprimer leurs attentes eu égard aux actions sociales menées par le Conseil Général. L objectif étant qu ils pointent ce qui ne va pas, ce qui leur parait injuste et ce qu il faudrait changer dans les dispositifs et les systèmes. Des élus, des professionnels, des partenaires locaux ont également été mobilisés. 2 Concernant la qualité de l intervention sociale. Les pratiques d aller vers sont pertinentes pour prendre en compte les problématiques des personnes vulnérables qui, face aux complexités administratives et institutionnelles et aux risques de discriminations et de stigmatisations, adoptent de plus en plus fréquemment des attitudes de non recours aux droits ; Conseil général de la Drôme : Drôme Solidarité : une plate forme téléphonique pour faciliter l accès aux droits des personnes âgées et en situation de handicap Crée en 2009, la plateforme téléphonique départementale a pour but de renforcer l efficacité et la qualité de l accueil pour le public des personnes âgées puis des personnes en situation de handicap depuis novembre 2011 Cette plateforme vise à Offrir aux personnes un nouveau service de proximité et leur éviter l errance téléphonique Améliorer les pratiques internes, harmoniser les procédures, limiter et organiser la sollicitation aux équipes opérationnelles. A ce jour 30 centres médico-sociaux, les directions PA/PH, les directions Famille enfance, les directions santé ont été mobilisés et un système de partage des données des services départementaux a été mis en place afin de garantir le suivi des situations ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

15 ITSRA : Femmes de tout horizon : Une expérience inventive et dynamisante. Création d un collectif Femmes de tout Horizon, dans un quartier politique de la ville A la suite d une dégradation de l image de quartier, des habitantes ont saisi les élus et les travailleurs sociaux afin de créer une espace de rencontre et d échange pour et avec les habitants. Les pratiques de développement social local et d interventions collectives sont valorisantes pour les usagers et les professionnels ; en changeant le regard et les représentations de l autre. Elles dynamisent, donnent confiance et favorisent la mobilisation des personnes. Elles permettent aussi d élargir le champ du travail social en s adressant plus globalement, par exemple, à des habitants d un territoire plutôt qu exclusivement à des personnes en situation de précarité. Portées et légitimées par les élus, elles initient de nouvelles formes de gouvernance de l intervention sociale. Conseil général de l Allier Priorité des élus locaux du Conseil Général, le vivre ensemble s est traduit en 2008 par la mise en place d une démarche de DSL dans le département de l Allier. Cette démarche vise à impulser une dynamique nouvelle en : fédérant les acteurs locaux favorisant l engagement citoyen en remettant la question du sens aux cœurs des pratiques en passant d une logique de gestion des dispositifs à une logique de faire ensemble en mettant en place une ingénierie dédiée en impliquant les habitants Depuis, des ateliers nationaux du vivre ensemble en lien avec l ODAS et trois comités locaux du vivre ensemble afin de favoriser l échange de pratiques, l émergence d actions fédératrices ont été organisés Un comité départemental du vivre ensemble ayant pour objectif de définir les grandes orientations départementales en matière de DSL a été constitué. DDCSPP de la Haute Loire : Charte de cohésion sociale du pays Lafayette Cette charte vise à permettre la transversalité des politiques territorialisées de l Etat, du Conseil général, des collectivités locales afin de faciliter l accès aux services sociaux des personnes qui en sont les plus éloignées. Elle s est traduite depuis par la mise en place d un dispositif d aide aux déplacements dit COLIBRIE d un réseau d acteurs locaux en charge de l insertion par l aide alimentaire d actions de soutien aux aidants familiaux d un dispositif de soutien aux agriculteurs en difficultés d actions mémorielles pour lutter contre l isolement en milieu rural Conseil général de la Loire : Aide aux aidants personnes âgées : travail social collectif Le Conseil Général de la Loire a confié au CODERPA l organisation d une commission d évaluation de la situation des aidants familiaux des personnes âgées bénéficiaires de l allocation personnalisée d autonomie afin de répondre à plusieurs objectifs : repérer le profil des aidants, préciser leur(s) besoin(s), analyser la pertinence de la réponse apportée, adapter l offre de soutien destinée aux aidants. Cette commission a envoyé plus de 3000 questionnaires aux aidants identifiés du territoire, 1000 ont répondu dont 500 réponses qui identifient la nécessité d un accompagnement par un professionnel à domicile. 15

16 3 SYNTHESES DES PRATIQUES INSPIRANTES Les pratiques de management visant un décloisonnement du travail social et une mise en réseau des acteurs favorisent la prise en compte des enjeux de complexité et de sectorisation des politiques sociales, améliorent la qualité de la réponse et valorisent le travail des intervenants sociaux. Ce management requiert un accompagnement méthodologique des cadres leur donnant les compétences pour garantir un pilotage institutionnel fort de ces actions. Mairie de Saint Fons (Rhône) Mise en place de groupes territoriaux et inter institutionnels sur les quartiers de la politique de la ville. Il s agit de groupe de professionnels qui se réunissent tous les deux mois afin : acquérir une culture commune, échanger des expériences et de l information sur les pratiques de chacun, présenter les temps fors sur les quartiers, créer des partenariats opérationnels et favoriser la construction de projets, alimenter en permanence le diagnostic social Les pratiques visant à soutenir et (ré) affirmer les valeurs et les principes d action du travail social et de l éducation populaire contribuent à redonner du sens à l action des professionnels CAF de la Drôme Convention d objectifs et de gestion : confirmer le rôle clé du travail social dans l accompagnement des familles. Le soutien et la (ré) affirmation des valeurs et des principes d action du travail social contribuent à redonner du sens à l action des professionnels. Réseau associatif de l éducation populaire Elaboration conjointe (professionnels/formateurs) d un référentiel métier intitulé «directeur d une structure d actions collectives» qui vise la transformation sociale, le développement du pouvoir d agir et portant les valeurs de l éducation populaire. 3 Focus sur des pratiques inspirantes présentées lors de la Journée Interrégionale du 8 avril : L accompagnement des personnes vulnérables : entre protection et autonomie? Conseil Général Isère /CREAI : cadre rénové de la protection de l enfance et démarche d évaluation participative Dans le cadre rénové et contraint de la protection de l enfance, la question de la mobilisation, de la participation des familles autour de l évaluation des situations a été posée en associant les professionnels. Problématique : La complexité de l évaluation en protection de l enfance réside d une part dans la juxtaposition paradoxale de la prise en compte de l intérêt de l enfant et des droits des parents et d autre part dans le soutien de l exercice professionnel. Conduite de projet et méthode : Le CG de l Isère a inscrit dans son schéma départemental de l enfance et de la famille un référentiel d évaluation participative en protection de l enfance, en ayant 4 objectifs mieux répondre à ses obligations légales garantir une égalité de traitement sur l ensemble du département mieux sécuriser les décisions prises car elles peuvent être lourdes de conséquence pour les familles Doter les professionnels d un outil de référence et développer une culture commune avec une formation dispensée aux travailleurs sociaux ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

17 Freins rencontrés : certaines réticences /résistances de professionnels (crainte outils de cotation, contrôle social, d un prêt à penser, de surcharge de travail ) Leviers / effets positifs : Près de 700 professionnels formés (3 jours) au référentiel en groupe pluridisciplinaire et inter-territoires Mise en place d une démarche d évaluation plus rigoureuse et plus respectueuse du droit des personnes Evolution des postures (rechercher l expression du point de vue des parents, leurs responsabilités, replacer l enfant au centre de la préoccupation des parents) Construction commune de sens et élaboration d un projet partagé Les limites : la formalisation du projet de l enfant dans le cadre d une élaboration partagée (problèmes du cadre contraint de la mesure judiciaire, des séparations conflictuelles des parents) Perspectives : Construire une intervention sociale à part entière : partager à double voix (professionnels et familles) le diagnostic et les actions L évolution des pratiques professionnelles : diversifier les réponses, explorer la médiation familiale l enjeu de l évaluation : faire évaluer par les familles elle-même les actions de la protection de l enfance Conseil Général du Puy de Dôme : la préservation de l autonomie entre le rôle des professionnels et le libre arbitre des personnes Présentation d une situation réelle d un couple de personnes âgées dépendantes, souhaitant à tout prix rester à domicile, mais pour lesquels les services à domicile ne veulent plus intervenir compte tenu de la dépendance. Une réunion de coordination avec tous les acteurs (14 professionnels) est organisée et la solution EHPAD est préconisée Le travailleurs social doit annoncer la nouvelle au couple qui ne la comprend pas. Une fois entrés à l EHPAD, décès rapide de madame, et état de santé de monsieur qui se détériore et qui souhaite toujours rentrer chez lui. Enseignements tirés de cette situation : La prise en compte de la parole de l usager : l associer aux échanges avec les professionnels La question de la prise de risque face au principe de précaution : comment le travailleur social peut se défaire de la volonté des services de se «couvrir» et déterminer les limites à la prise de risque. Le professionnel ne peut pas prendre le risque seul et l institution doit protéger ses professionnels 3-2 : Les pratiques de développement social territorial, un levier d action pour des changements de postures institutionnelles et professionnelles Conseil général du Cantal / La MANCELLE : mise en place d un Système d Echange Local (SEL) En lien avec la question de la participation et de la place des usagers dans l intervention sociale, le Département du Cantal (directeur et cadre d action sociale) présente la démarche institutionnelle inscrite dans le projet du service social départemental, visant à valoriser les pratiques professionnelles de développement social local et d actions collectives, à partir de la mise en place d un SEL. Ces pratiques construisent des représentations plus positives entre usagers et travailleurs sociaux, ce qui est facteur de participation et de mobilisation accrues pour les usagers. De cette démarche, l institution a identifié les conditions nécessaires d une mise en œuvre réussie : l engagement voire le militantisme des professionnels le renforcement des collaborations et coopérations entre travailleurs sociaux et personnels administratifs l accompagnement des compétences de l encadrement de proximité pour soutenir les projets et les professionnels ; le métier de cadre de proximité a considérablement changé d où la nécessité d accompagner ces évolutions ; la volonté institutionnelle incarnée par la mise en place de moyens en faveur des professionnels : organisation facilitante en termes de temps de travail, formation, le portage politique traduit par une implication forte des élus locaux : soutien, présence auprès des habitants et des travailleurs sociaux, ce qui est encore possible dans des territoires ruraux mais plus difficile en territoires urbains. 17

18 3 SYNTHESES DES PRATIQUES INSPIRANTES Conseil général de la Drôme / La Commission locale d action sociale (CLAS) : une dynamique de développement social local et de travail en réseau Afin de répondre aux enjeux de complexité et de sectorisation des politiques sociales, qui rendent difficiles l accès des citoyens aux services, le département de la Drôme expérimente une Commission locale d action sociale sur un de ses territoires (CLAS). Présidée par le Vice-président en charge des solidarités, elle a pour objet d animer en transversalité les politiques sociales du département. Son rôle : engager une réflexion prospective sur des thèmes transversaux, animer le territoire et mettre en place des actions concrètes. Les objectifs portent tant sur la mise en cohérence des dispositifs, la mutualisation et la mise en synergie des acteurs locaux que sur le développement des réseaux. La méthode employée est celle du développement social local, largement participative, et engageant des élus, des agents du département, des bénévoles, des institutions, des représentants d associations etc Des actions concrètes ont émergé de cette concertation : information et communication entre partenaires, parrainage citoyen, actions culturelles et d intégration sociale. La CLAS a vocation à être généralisée sur toute la Drôme en Cette action expérimentale a été retenue par le Gouvernement comme exemple correspondant à la démarche de modernisation de l action publique (MAP), initiée pour une meilleure gouvernance des politiques de lutte contre les exclusions. Il s agit d une démarche intégrée qui implique : Une mise en réseau des acteurs : un guide des solidarités, l animation d un réseau collaboratif, une instance de gestion des cas complexe. Une coordination stratégique : instances de coordination de développement social Une participation à un chantier national : actions visant à encourager la participation des personnes en situation de précarité, à leur faciliter l accessibilité des services publics ; expérimentation de la garantie jeunes. L objectif à termes est de développer un réseau de CLAS sur les quatre territoires de la Drôme ; la démarche est portée politiquement et soutenue comme stratégie institutionnelle pertinente, en termes d efficacité de l action publique départementale, du «vivre ensemble» pour les habitants, et de légitimité pour les travailleurs sociaux. Conseil général de l Ardèche / Le développement social local, une démarche interne à enjeu managérial Dans le cadre de la réécriture de ses schémas sociaux pour la période , le Département a inscrit le Développement Social Local (DSL) comme la pierre angulaire de la mise en œuvre de ses politiques sociales. Eléments de contexte : tension autour du travail social en département, avec une inflation des demandes, des dispositifs et prestations. dans le même temps, constats d une recherche de sens pour les équipes, d une volonté des élus de ne pas être uniquement des «gestionnaires» de mesures. Il y a donc nécessité de travailler sur les questions de territorialisation de l action sociale et de développement social. En effet, ces notions invitent le Département à inscrire ses missions dans le cadre de la cohésion sociale d un territoire, en lien avec les habitants et les acteurs locaux (associatifs, centres sociaux, bailleurs, établissements et services...). Ces évolutions posent un enjeu managérial: organisation territoriale des services, positionnement des cadres en territoire (interface entre les équipes, les partenaires et les directions du siège) afin d incarner au mieux le Conseil général comme chef de file de l action sociale, c est à dire l inscrire dans une fonction de coordinateur et d animateur de réseaux locaux en lien avec les autres acteurs, ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

19 le nécessaire repositionnement des directions du siège pour développer une culture et une approche métier avec un minimum d harmonisation des pratiques et des postures à travers les territoires (animation d un travail autour de la construction de référentiels commun en capitalisant les bonnes expériences...). La démarche «développement social et territoires» en Ardèche est un processus de travail interne visant à aborder trois enjeux : le premier est la construction d indicateurs de contexte et d activité pour mieux cerner les différents territoires. Le second vise à améliorer et développer les relations entre les directions du siège et les territoires (guide des relations entre les directions, constitution de réunions thématiques entre les directions et lancement de groupes métier entre professionnels travaillant sur les mêmes sujet pour élaborer des propositions d harmonisation des pratiques et/ou de priorisation d action et/ou des choix efficients d organisation). le troisième consiste à rédiger un référentiel métier pour les cadres du secteur social en territoire (démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences permettant d acter un certain nombre d évolution des métiers et donc certaines attentes de l institution en terme de savoir être/faire et de formation). 4 Eléments d analyse : extrait de l intervention de Pierre VIDAL-NAQUET, sociologue. Journée interrégionale du 8 avril 2014 Quelle signification sociale donnée à la vision «genrée» de la participation? Les professions du travail social sont très féminisées ; ce matin, ce sont essentiellement des femmes qui sont venues parler de la participation ; la question du genre ne doit pas être abandonnée sous le prétexte d une citoyenneté «asexuée» ; c est une question mais je n ai pas de réponse La méthode de «la tarte TATIN», selon l expression utilisée par le collectif de femmes ; méthode qui consiste à retourner les questions, qui est une approche intéressante pour appréhender les notions de participation et d autonomie, qui ne peuvent être définies préalablement. Le terme de «faiseuses de participation» que s est attribué le collectif de femmes, indique bien que la définition de la participation n est pas donnée, et qu elle se construit, se fabrique par l action de ceux qui participent. C est la même chose pour «l autonomie», et on peut se référer au paradoxe très productif de Paul RICOEUR «l homme est autonome, par conséquent il doit le devenir». Il n y a pas d essence du travail social, de la participation, de l autonomie, c est devant nous. La notion de «prise de risque» évoquée est importante dans le rôle de l encadrement ; Dans l expérience présentée (le SEL par le CG du Cantal), on tire un fil sans forcément savoir ce qu on en tire ; c est une prise de risque qui va vers l acceptation d un pouvoir partagé ; La notion de vulnérabilité qui vient se substituer ou recouvrir celle de précarité interroge le travail social et pose la question de «jusqu où accompagner?» ; si l on peut penser pouvoir sortir de la précarité voire de l exclusion, on ne peut envisager de sortir (et fort heureusement) de la vulnérabilité. Il a été largement constaté que le terme d usagers n est pas satisfaisant. Il y a une notion qui pourrait faire consensus, déjà souvent utilisée dans le travail social, c est celle de personne. La notion de personne est tridimensionnelle - anthropologique (en tant qu espèce humaine), sociale et relationnelle (qui n existe pas sans relation à l autre), subjective (le sujet) - ; A ce titre, la personne est relativement inaccessible, ce qui implique que les travailleurs sociaux dans leurs relations à la personne, soient soumis à des épreuves de plusieurs ordres : authenticité, qualification, capacités, responsabilité, ethnicité. L enjeu de l interconnaissance (à plusieurs reprises évoqué au cours de la journée) : une condition nécessaire mais pas suffisante. Certes la connaissance interpersonnelle est importante dans le travail social, pour autant l interconnaissance est à relativiser car chaque acteur a des logiques, des cultures professionnelles, des moyens, des techniques différentes. 19

20 3 SYNTHESES DES PRATIQUES INSPIRANTES Le constat d un élargissement considérable du travail social, avec des démarches territoriales et participatives, qui s adresse à tout public et non plus seulement aux personnes en difficultés ; une question majeure qui change l orientation des politiques publiques et celle du travail social ; dans ce contexte, il est important que les travailleurs sociaux puissent décrypter la dimension sociale de tous les services (et non plus seulement les institutions traditionnelles d action sociale) ; le point de vue des travailleurs sociaux doit s élargir. Les compétences qui en découlent pour les intervenants sociaux : capacité à gérer les différences, les conflits car être ensemble est difficile et passe par des non compréhensions, des conflits; capacité à négocier : le montage de projets nécessite de faire des compromis Le besoin de reconnaitre la dimension politico-éthique des travailleurs sociaux : les professionnels doivent se poser des questions globales, qui sont des questions politiques, ce qui peut générer des relations difficiles avec les élus locaux voire des mises en concurrence. ASSISES INTERREGIONALES DU TRAVAIL SOCIAL / AUVERGNE ET RHONE ALPES

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Le partage d informations dans l action sociale et le travail social

Le partage d informations dans l action sociale et le travail social Ministère des affaires sociales et de la santé DIRECTION GÉNÉRALE DE COHÉSION SOCIALE CONSEIL SUPÉRIEUR DU TRAVAIL SOCIAL 7 e mandature Rapport au ministre des affaires sociales et de la santé Le partage

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes.

Annexe III : Le stage professionnel, réalisés au titre de l ISAP ou de l ISIC, doit permettre l identification de ces différents mécanismes. Annexe III : Intervention professionnelle en service sociale : Intervention sociale d'aide à la personne (ISAP) et intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC) - définitions et exemples - Dans le cadre

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet Dossier de présentation 2014-2016 LE PROJET Contexte L'avancée en âge de la population, dû à l'allongement de l'espérance de vie, et l'intégration en milieu ordinaire, nécessitent une évolution des modes

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE

Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Appel à Projets FSE 2015 GIP AGIRE VAL DE MARQUE/OBJET : PLIE Date Limite de Candidature : pour la réponse au PLIE : 11 mai 2015 pour la réponse dans «Ma Démarche FSE» : 1 juin 2015 Votre Correspondant

Plus en détail

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis

Les contributions. services enrichie. Etude logo Proposition 4 bis Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie Etude logo Proposition 4 bis Juillet 2013 Les contributions des CARIF-OREF au CPRDFP : une offre de services enrichie En janvier

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJETS «INNOVATION SOCIALE» Avise juin 2012

CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJETS «INNOVATION SOCIALE» Avise juin 2012 CAHIER DES CHARGES APPEL À PROJETS «INNOVATION SOCIALE» Avise juin 2012 Cet appel à projets est cofinancé par les crédits du Fonds social européen du volet central. 1/9 1/ Diagnostic et contexte Au niveau

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

La démarche en dix points : détail de la méthodologie

La démarche en dix points : détail de la méthodologie La démarche expérimentale «Lien social et solidarités de proximité» d après les expérimentations réalisées dans trois PNR Livret technique La démarche en dix points : détail de la méthodologie Par Vincent

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale

Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Exemples de démarches d évaluation de l utilité sociale Hélène Duclos Trans-Formation 1 er février 2013 - Brest Auto-évaluation de l utilité sociale d une structure Auto-évaluation dans le cadre d un accompagnement

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville

La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville Le Réseau RECI propose, par le biais de cette note, des apports méthodologiques visant la prise en compte de la dimension

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE

Année 2005 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours GUIDE DU REFERENT DE PARCOURS PLIE 1 Uni-est Accompagnement au cahier des charges de la référence de parcours SOMMAIRE LE CADRE

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail