Modèle d aide à la négociation de ressources critiques en projet risqués

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèle d aide à la négociation de ressources critiques en projet risqués"

Transcription

1 Modèle d aide à la négociation de ressources critiques en projet risqués FRANÇOIS MARMIER 1, DIDIER GOURC 1, VINCENT ROBIN 2, SEVERINE SPERANDIO 2 1 UNIVERSITE DE TOULOUSE MINES ALBI - CENTRE GÉNIE INDUSTRIEL Albi Cedex 09, France 2 LABORATOIRE IMS, CNRS UMR UNIVERSITE BORDEAUX Talence Cedex, France Résumé - Le marché est de plus en plus exigeant pour les entreprises. Leur capacité à décrocher des contrats et à porter des projets novateurs repose bien souvent sur certaines ressources particulières dont elles disposent. Cependant, plusieurs projets de même nature, faisant appel aux mêmes acteurs ou équipements, peuvent se dérouler en parallèle dans l organisation. Si les besoins sont simultanés, les ressources étant généralement en quantité limitée, un arbitrage devient nécessaire pour prioriser les projets. Les responsables projet doivent donc connaitre avec le plus de fiabilité possible le positionnement dans le temps de ces besoins en ressources. Cependant, peu de référentiels permettent d intégrer ces aspects en gestion de projets risqués. Nous proposons un outil d aide à la prise de décision destiné au chef de projet permettant de choisir la meilleure façon de contrôler le niveau des risques du projet et la faisabilité de la planification. Il sera ainsi en mesure d'évaluer et de comparer les différentes stratégies de traitement des risques au regard de la faisabilité du planning et disposera des informations nécessaires pour négocier la disponibilité de ressources auprès des responsables métiers. Enfin, l étude d un projet d installation d une station météo permet d illustrer cette problématique et de valider l approche proposée. Abstract - The companies are faced with a more and more demanding market. Their ability to win contracts and bring in innovative projects is often based on some specific resources. However, several similar projects calling on the same actors or equipments, can be run in parallel within the organization. Resources are usually limited in quantity. If the needs are simultaneous, arbitration becomes necessary to prioritize projects. Therefore, the project managers must reliably know the resource requirements over the project timeline. However, few guides, books or studies on project management deal with these aspects in risky projects. We have implemented a decision support system for the project manager. A decision tree makes it possible to generate the various feasible solutions. It is completed by a model for scenario evalution. The manager is then able to evaluate, compare and choose the best way to control the level of project risk and feasibility of the planning. He will also have the information needed to negotiate the availability of resources with the various resource managers. Finally, this study discusses the case of a building project for a weather-forecasting station. It illustrates the complexity of the decision making problem and validates our approach. Mots clés - Disponibilité des ressources, gestion des risques, organisation, planification de projet, système d'aide à la décision. Keywords - Decision support system, Organisation, project planning, resource availability, risk management. 1 INTRODUCTION Dans le contexte économique actuel, les entreprises doivent améliorer leur efficacité pour maintenir leur rentabilité. Les risques doivent ainsi être maîtrisés. Cependant, quels que soient la taille de l organisation ou le sujet concerné, les projets sont confrontés à de nombreux risques. Plus le projet est innovant, ou plus le domaine technologique méconnu, plus la durée du projet et de ses activités est incertaine et la prise de risque est élevée. Ainsi, les planifications initiales de projets peuvent se voir très éloignées du réalisé a posteriori. C est pourtant sur la base de ces planifications prévisionnelles que de nombreuses décisions sont prises. Les créneaux temporels qui en découlent sont ainsi utilisés par les responsables projet pour affecter les tâches à des ressources et réserver des moyens techniques. Cependant, plusieurs projets de même nature, faisant appel aux même compétences ou équipements, peuvent se dérouler en parallèle dans l organisation. Les ressources étant généralement en quantité limitée, des négociations deviennent bien souvent nécessaires. Il est alors impératif de connaître avec le plus de fiabilité possible le positionnement des besoins dans le temps. De plus en plus d organisations utilisent des outils et des approches méthodologiques pour la gestion de leurs projets. Ils aident le chef de projet à tenir les délais, ne pas dépasser les coûts et atteindre un niveau de qualité élevé des livrables. Dans ce contexte, une attention particulière est accordée aux méthodes de gestion de projet par les décideurs et les universitaires. Les organisations professionnelles ainsi que les organismes de normalisation proposent des guides et des livres sur la gestion de projets, les bonnes pratiques, etc. [Iso10006, 1997], [Ipma, 1999], [PMI, 2009]. Ces documents de références présentent les processus nécessaires à la gestion des projets et contiennent les éléments de base utilisés par les chefs de projet [Turner, 2000]. Cependant, peu de référentiels permettent d intégrer les répercussions des risques et de leurs traitements sur la planification de projet. Les besoins en ressources, peuvent ainsi être décalés dans le temps, modifiés,

2 voir supprimés. Le chef de projet ne dispose donc pas de cette visibilité lorsqu il réserve les ressources. La disponibilité des ressources peut ainsi être désynchronisée du besoin réel. Cet article s intéresse tout particulièrement aux approches qui prennent en compte les risques en gestion de projet. Ces approches visent à anticiper les évènements potentiels et à mesurer leurs conséquences possibles sur le déroulement d'un projet ou sur l atteinte d'objectifs. Elles permettent au gestionnaire de choisir les stratégies de traitement des risques appropriées pour le projet tout en ayant connaissance de leurs répercussions. Ainsi, à travers les travaux que nous présentons, nous aidons le responsable de projet à percevoir la faisabilité de la planification en tenant compte de la disponibilité limitée des ressources critiques. Dans la première section, nous présentons une revue de la littérature sur les méthodes de gestion des risques, montrant la diversité des approches existantes dédiées à des domaines spécifiques ou génériques. Puis, après avoir présenté la modélisation que nous avons retenue, nous décrivons notre méthodologie, qui traite de la complexité du choix des stratégies de traitement possibles face à des risques potentiels et à la limitation de la disponibilité des ressources. Enfin, une étude de cas est détaillée et nous présentons les résultats obtenus ainsi que les conclusions de ce travail de recherche. 2 GESTION DES RISQUES DANS LES PROJETS MENES AU SEIN D ORGANISATIONS 2.1 Gestion des risques projet et processus de décision Dans la littérature, les méthodes de gestion des risques se réfèrent à un processus standard présentant des étapes bien connues : identification, évaluation, quantification, traitement et suivi des risques [Bsi, 2000], [Iso31000, 2009], [Pmbok, 2009]. Tixier et al. proposent une classification de 62 approches existantes [Tixier, 2002]. Les méthodes sont triées suivant le fait qu elles soient déterministes et/ou probabilistes, mais aussi qualitatives ou quantitatives. Gourc et al. proposent une grille de lecture différente, classifiant les approches de gestion des risques suivant qu elles soient symptomatiques ou analytiques [Gourc, 2006]. Le premier groupe d'approches, aussi appelées risque-incertitude, est associé à des approches où la gestion des risques du projet se transforme en gestion des incertitudes [Ward, 2003]. Le second groupe d approches considère le risque comme événement pouvant influer sur la réalisation des objectifs du projet [Carter, 1996]. Deux thèmes sont bien connus pour leur référence à l'innovation et par l'omniprésence du risque : (1) la gestion de projets de développement de nouveaux produits (NPD) à un niveau opérationnel. Elle consiste à choisir une orientation exclusive comme stratégie de développement. Elle tient compte d un niveau de tolérance global du risque. (2) la gestion du portefeuille de NPD à un niveau tactique. Une première définition de la gestion du portefeuille est donnée par [Cooper, 1999] : une dynamique de prise de décision qui permet à la liste des projets d être toujours à jour. Dans ce processus, de nouveaux projets sont évalués, sélectionnés et triés. Les projets antérieurs peuvent être accélérés, arrêtés ou mis en veille et les affectations de ressources peuvent être changées afin de construire un portefeuille équilibré en projets novateurs, suivant une balance risque/rentabilité. 2.2 Gestion des ressources dans les projets et dans les organisations Deux axes de recherches principaux peuvent être observés dans la littérature portant sur la gestion des ressources durant un projet : la disponibilité et la performance. Bien souvent, les activités qui doivent être planifiées sont sujettes à des liens de précédence et à l affectation de ressources particulières, cela dans le but de minimiser certains critères, par exemple la durée totale. C est le cas notamment des problèmes de type RCPSP [Hartmann, 2010]. "L organisation basée sur les compétences" devient même un nouveau modèle de gestion et d'organisation des ressources humaines pour les entreprises [Lawler, 1992]. Ce mode de gestion a un effet sur la faisabilité et les performances des différentes tâches et donc du projet. L'évolution des projets et des ressources des projets est influencée par l'entreprise, le réseau d'entreprises et leurs interdépendances [Robin et al., 2007]. Une décision dans l un des projets, mené dans le cadre du réseau, peut influer les autres projets du réseau et ainsi modifier leur évolution. Par conséquent, les facteurs de performance des projets ne sont pas les même que ceux de l organisation. Des indicateurs locaux concernant les projets et globaux décrivant l'entreprise dans son ensemble permettent alors d'aider les décideurs. Ils peuvent ainsi connaître l état des organisations interne et externe en terme de disponibilité des ressources et donc de capacité de l entreprise [Hicks et al., 2002] ainsi que son évolution possible [Chen et Huang, 2008]. En conclusion, il n'existe pas à notre connaissance d'outils aidant le gestionnaire de projet à évaluer l influence du risque et de sa gestion sur l organisation des activités et donc des ressources nécessitées par le projet. La disponibilité des ressources concédées par l organisation au projet peut ainsi être désynchronisée du positionnement du besoin réel dans le temps. 3 MODELE La survenue du risque mais aussi la modification du planning par les stratégies de traitement des risques ont des répercussions sur le planning. Elles peuvent ainsi modifier les plages de temps aux cours desquelles se déroulent certaines tâches. Ainsi pour pouvoir permettre au projet de se réaliser, le chef de projet doit s assurer qu il dispose des ressources nécessaires lorsque le projet les requiert. Il doit donc avoir une vision robuste de ce besoin au regard des risques potentiels afin de pouvoir effectuer des demandes auprès des responsables métiers. De même, si des arbitrages entre projets sont nécessaires, il aura besoin de ces éléments pour argumenter son besoin. 3.1 Hypothèses Certaines ressources peuvent plus facilement être remplacées que d autres (par des ressources internes ou externes à l organisation). Ainsi, toutes les ressources ne sont pas considérées comme critiques. Le modèle que nous proposons est basé sur deux hypothèses principales : L'intégration des risques à la gestion de projet a des effets sur les critères de durée du projet et de coûts. Les effets pris en compte (modification ou suppression d'une tâche existante ou insertion de nouvelles tâches) influent sur la durée du projet et son coût. En cas de modification ou d'évolution des données, l'approche doit être relancée sur la base des nouvelles informations. C est notamment le cas au fur et à mesure de l évolution du projet où l approche peut être lancée avant chaque phase (jalons) quand l information se précise. A tout moment, les objectifs du modèle sont : 1) d'analyser les scénarios possibles et d'évaluer le niveau de

3 risque global, c'est à dire la chance que le projet satisfasse les engagements, 2) de sélectionner les meilleures stratégies de traitement pour anticiper et apporter une réponse sur un risque apparait, 3) de réserver les ressources au bon moment. 3.2 Définitions et données Un projet P est décrit par ses tâches Tt (t = 1...T), T étant le nombre de tâches. Le processus de planification donne une planification initiale Pi qui n'intègre pas les risques. Un ensemble de ressources critiques (ERC) est requis pour traiter certaines tâches. Un projet est également décrit par son ensemble ER de risques identifiés Ri (i = 0...n), n étant le nombre de risques. Chaque Ri est caractérisé par l'intermédiaire du processus de gestion des risques. Un risque Ri est également caractérisé par sa période d'occurrence, à savoir les tâches au cours desquelles le risque peut se produire. Sa probabilité proba(ri) est la probabilité que l'événement lié à Ri se produise. Ses impacts sur les coûts sont notés CI(Ri) et sur la durée projet DI(Ri). Les impacts peuvent affecter par effet domino une tâche différente de celle caractérisant la période d'occurrence. Ces probabilités et impacts sont également appelés probabilité initiale et impact initial. Un scénario de risque ScRS correspond à la combinaison de risques qui se produisent au cours d'un projet P. Un projet présentant n risques conduit à 2n risques scénarios. ScRS (s=1,...,2n) est une réalisation possible présentant k risques (0 k n). Le nombre total de scénarios de risque, présentant k risques est égale à n!/k(n-k)!. Sa probabilité est notée proba(scrs) (la probabilité que les événements liés à ce scénario de risque se produisent et que les autres risques ne se produisent pas).!!"#$%(!"#! ) =!!!!"#$%!!!" (!!!"#! ) 1!"#$%!!!" (!!!"#! ) Chaque risque peut être traité de différentes manières : préventive, corrective ou la combinaison des deux. Plusieurs stratégies de traitement StTij (j = 1...m) peuvent être identifiées pour un risque Ri, m étant le nombre de stratégies identifiées. Une stratégie de traitement StTij regroupe un ensemble d'actions de traitement Aijα (α = 1...a) permettant d éviter ou de réduire le risque, a étant le nombre d'actions de traitement identifiées. Une action de traitement peut être matérialisée par une tâche à réaliser pouvant générer trois types de modifications : 1) ajout d'une nouvelle tâche à réaliser, 2) suppression d'une tâche et des risques potentiels associés, 3) modification d'une tâche existante. Une stratégie de traitement est une stratégie préventive si elle contient au moins une action de traitement préventif. Dans le cas contraire, il s'agit d'une stratégie corrective. Si la stratégie consiste à ne réaliser aucune action du tout, elle est notée comme étant un ensemble vide Ø. Cela signifie alors que la tâche impactée est exécutée en mode dégradé (impact initial). Enfin, plusieurs stratégies de traitement étant possibles pour chaque risque Ri, des stratégies peuvent être communes à plusieurs risques. L'ensemble des StTij identifiées pour un risque Ri est noté StRi. Ainsi StRi = (Ø, StTi1,.., StTij.., StTim) et Card(StRi)= m +1. Un scénario de traitement ScTd (d = 1...D) correspond à une combinaison des stratégies de traitement choisies pour faire face aux différents risques du projet. L'ensemble de scénarios de traitement est donné par :!!"# =!!!!!"#!. Pour chaque projet P, EScT peut contenir un ensemble de scénarios de traitement préventif EScTprev et/ou de scénarios de traitement correctifs EScTcorrec. proba(ri StTij) est la probabilité que l'événement associé à Ri se produise, sachant que StTij (stratégie préventive) a été réalisée. Cette probabilité, ainsi que les impacts CI(Ri StTij) et DI(Ri StTij), sont alors qualifiés de «probabilité réduite» et d «impacts réduits». Un scénario de projet ScPp (p = 1... P) est définie comme étant une réalisation possible du projet comprenant un scénario de risque et un scénario de traitement (ScPp = <Pi, ScRs, ScTd>). Sa durée est notée D(ScPp). L'ensemble des scénarios de projet (ES) est obtenu en combinant l'ensemble des scénarios de risques et l'ensemble des scénarios de traitements. proba(scpp) est la probabilité de réalisation d un ScPp. Il tient compte de (1) la probabilité que des risques se réalisent (Ri ScRs), (2) la probabilité que plusieurs risques ne se produisent pas (Ri ScRs), (3) la probabilité des risques survenant à (Ri ScRs), sachant qu'une stratégie de traitement est mise en œuvre (StTij ScTd) (4) la probabilité que Ri ne se produise pas (Ri ScRs), sachant qu'une stratégie préventive a été déployée et que la probabilité initiale a été modifiée (StTij ScTd).!"#$%!! (1)!!!!"#!,!"#!"!!"#! 1!"#$%!! 2!"#$%!"#! =!"#$%!!!"#!" (3)!,! 1!"#$%!!!"#!" (4) Le coût d'un scénario de projet est noté C(ScPp). Il comprend le coût des tâches C(Tt) qui constituent la planification initiale du projet, le ScRp et ScTp choisis ainsi que le coût global GCinitial(Ri) des risques survenant qui ne sont pas traités par les stratégies de traitement. Celui-ci comprend une partie fixe du coût total (matériaux, des outils, des pièces, etc.) et un coût indirect dépendant de la durée de l'action, de chaque impact délais et des acteurs. Il intègre aussi l'impact coût global réduit GCréduit(Ri) qui est obtenu en tenant compte des différentes stratégies StTij appliquées pour traiter Ri et des impacts réduits du coût du projet et sa durée. Enfin il est aussi constitué du coût des stratégies de traitement StTij qui est déterminé par le coût de des actions. Ce coût est composé d'un coût direct (matériaux, outils, etc.) et d'un coût indirect qui dépend de la durée d'action de la stratégie et des acteurs impliqués.!!!!"#!!"!"!#!$%!! (1)!!"!"#$%&!!!"#!,! 2!!"#! =!(!! ) +!!!!,!!"#!"!"#!!!"#!" (3) 3.3 Objectifs Au cours de l avant-projet, un chef de projet doit être capable d estimer les chances de succès des projets. Il doit alors tenir compte des risques lorsqu il détermine les objectifs de coût et de délai. Il est alors amené à choisir des stratégies de traitement du risque en se basant sur leur potentiel à permettre de respecter les termes du contrat. L objectif de ce travail de recherche est de donner au chef de projet une méthode lui permettant de comparer les différentes stratégies de traitement du risque. Les risques et les stratégies ayant une influence sur le positionnement dans le temps des tâches, le chef de projet doit alors avoir une indication de la

4 faisabilité des plannings ainsi obtenus au regard de la disponibilité des ressources. 4 APPROCHE DE RESOLUTION 4.1 Approche proactive proposée Dans un contexte industriel, la gestion des risques liés à un projet est source de nombreuses questions et réflexions car quelle que soit la décision qu un acteur va prendre elle aura forcément son lot de risques associées et des répercussions sur la suite du projet. Notre approche a pour objectif d aider les acteurs du projet et en particulier les chefs de projet dans leur prise de décision tant lors de la phase de conception du projet quand lors de la phase de pilotage de celui-ci. Le corps de l'approche (figure 1) est composé de deux phases : 1) la génération de tous les scénarios possibles de projets et leur évaluation, 2) la sélection des meilleurs scénarios de projet en fonction leur capacité à tenir les engagements contractuels et de leur faisabilité. Dans la phase de préparation du projet, le mode de gestion des risques doit être choisi. Notre approche utilise les données classiques concernant les différentes tâches planifiées, les risques, les actions de traitement associées. Ces données sont sensées être recueillies sur la base de connaissances d'experts concernés par le projet. Par conséquent, notre méthode comporte des données d'entrée fournies par le processus de planification (équipe de management) et par le processus de gestion des risques. Lorsque le projet est lancé, notre approche peut aussi être utilisée dès lors qu un évènement apparait et que le chef de projet a besoin d évaluer les impacts de la décision qu il doit prendre. Figure 1. Approche proposée 4.2 Génération des scénarios projets possibles (phase 1) Pour évaluer les différents scénarios de projet possibles, l'équipe de direction doit tout d abord générer un planning initial «nominal», c'est-à-dire sans intégrer les notions de risque et de traitement du risque. A partir de cette planification initiale, les experts vont s attacher à définir différents scénarios risques et de traitement qui permettent de construire l'ensemble des scénarios de projet. Les durées et les coûts seront calculés pour chaque scénario de projet à l aide de l outil ProRisk [Nguyen et al., 2010]. Cet outil calculs la probabilité, le coût et la durée de chaque scénario de projet, tout en tenant compte des modifications éventuelles induites par la réalisation des stratégies de traitement. Le procédé de calcul de probabilité pour chaque scénario de projet diffère selon que les scénarios de projet contiennent une stratégie de traitement préventive ou non. Grâce à ProRisk et une comparaison entre les périodes de disponibilité des ressources (concédées par l organisation, critique ou non) et les périodes de besoin en ressources (formulées par les tâches du projet), le chef de projet et les experts sont en capacité de choisir le scénario potentiellement le plus favorable pour l achèvement du projet et savoir quels scénarios ne seront pas réalisables. Le planning initial est ainsi adapté en fonction du scénario étudié (durées de tâches modifiées, tâches ajoutées ou supprimées), la durée du scénario du projet est calculée en utilisant la méthode PERT. 4.3 Sélection des meilleures stratégies de traitement Sur la base due l ensemble des scénarios ainsi obtenus, il est possible d adopter une démarche inverse à celle réalisées dans des approches plus classiques (choix du préventif puis du correctif). Les décisions peuvent en effet être prises au regard des risques identifiés et des stratégies de traitement associées : la décision D1 peut être prise en connaissant pour chaque ScR s quelle serait la décision D2 la plus pertinente (figure 2). Figure 2. Arbre de décisions Dans cet arbre de décisions (figure 2), l'équipe de gestion de projet passe par des décisions représentées par les nœuds de décision D1 et D2 pour atteindre ses objectifs. La première décision D1 vise à sélectionner la stratégie préventive de traitement des risques. D1 est effectuée pendant la phase de préparation du projet et ses répercussions sont insérées dans la planification initiale du projet. La décision D2 consiste à choisir les actions correctives qui seront effectuées face à la

5 survenue d un ensemble d'événements indésirables (un scénario de risque). Ces événements sont représentés par les nœuds d'événement E (aussi appelé nœud de chance) sur l'arbre de décision. Les stratégies correctives sont sélectionnées afin d'éviter des scénarios qui ne seraient pas possibles dans la réalité, tels que les scénarios où le projet serait arrêté en attente d'une action corrective ou les scénarios présentant une situation de NoGo. La résolution de cet arbre se fait donc dans le sens inverse de sa construction : D2 pour chaque E, puis D1 sachant l ensemble des D2. D2 est obtenue par minimisation de la criticité (dont le détail des calculs est obtenu ci-dessous) D1 consiste donc à éviter les pires cas possibles (scénarios de projet) tels que définis par le critère de Savage souvent utilisé dans la théorie de la décision [Petar, 1999]. Minimiser la criticité maximale (aussi appelé regret) consiste à mesurer le regret que le décideur pourrait avoir s'il avait préféré une action plutôt qu'une autre. Une mesure de la criticité de chaque scénario de projet permet d'évaluer les scénarios de projet, tout en sachant les sélections réalisées au préalable en D2. Le calcul de criticité est obtenu comme suit : Chaque projet P présente un ensemble de ScP p et chacun d'eux peut être caractérisé par une criticité Cr(ScP p ). Cette mesure est basée sur la probabilité d'occurrence proba(scp p ) de ScP p, et sur une métrique de sa durée et de son coût respectivement α p et β p :! =!"(!"#!)!"# (!"(!"#! )) et!! =!"(!"#!)!"# (!"(!"#! )) et!,!! [0,1]. (p =1 P) Où CI(ScP p ) et DI(ScP p ) sont respectivement la distance entre [coûts - durée] et la distance [budget - seuils définis dans l'accord contractuel du projet]. max(ci(scp p )) et max(di (ScP p )) représentent la distance du scénario projet le plus coûteux et le plus long possible. L'impact global, pondéré et normalisé, Impact(ScP p ) est alors obtenu par la formule suivante:!"#$%&(!"#!) =!! +!!! Où q et q' (respectant q + q' = 1) sont deux coefficients choisis par le chef de projet en fonction de l'importance du critère durée relativement au coût. Alors p, Cr(ScP p ) = proba(scp p ) impact(scp p ) D1 consiste à choisir la stratégie préventive qui est la plus appropriée. La stratégie préventive qui réduit au minimum la criticité maximale est choisie en fonction des sélections réalisées en D2. Pour chaque ScTprev S, la criticité maximale CR max (ScP p / ScTprev S ) est obtenue par le ScP p associée à la donnée ScTprev S qui présente la Cr(ScP p ) maximum. Ainsi, p, choisir ScTprev S tel que min CR max (ScP p / ScTprev S ) L'équipe de gestion de projet veut maximiser les chances de respecter les engagements. Cette méthodologie est un outil flexible. Les résultats sont disponibles avant le lancement du projet. En cas de modification du projet ou de nouvelles informations disponibles, l approche peut être à nouveau déroulée. Elle peut aussi être relancée à chaque jalon pendant la durée du projet, pour chaque sous-projet ou lorsqu un évènement apparait ou que le contexte évolue. 5 CAS D ETUDE Pour illustrer et valider nos propositions, nous proposons comme exemple un extrait d'une étude de cas relative à la construction d une station météo. Ce projet concerne des métiers aussi différents que le terrassement, la maçonnerie, la métallurgie (montage d un pylône/antenne métallique), l électronique, la météorologie, etc.). Différents acteurs de ces différents secteurs participent au projet. De nombreuses données relatives au projet ont été recueillies auprès des participants au projet et en particulier le chef de projet. À la fin de notre étude de cas, les résultats ont été discutés avec le chef de projet et les scénarios proposés suite au déroulement de notre approche ont été comparées au regard de leur efficacité. 5.1 Présentation Le projet comprend 10 phases, pour un total de 42 tâches (T 1 à T 42 ). La planification initiale donne une durée de 180 UT (Unité de Temps). Dans le cadre de notre exemple, nous considèrerons deux risques qui peuvent survenir lors du déroulement de la tâche de forage et de la tâche relative au montage de l antenne métallique (tableau 1). Différentes stratégies de traitement de ces risques et les actions associées sont étudiées (tableaux 2 et 3). Deux ressources critiques sont aussi considérées (tableau 4). Elles participent à la réalisation de certaines tâches et sont ni remplaçables ni échangeables. Le risque R 1 décrit dans le tableau 1 correspond à l usure prématurée de la tête de la carotteuse utilisée pour faire des forages. Si elle n est pas remplacée, l activité se voit fortement ralentie. Le risque R 2 correspond à un accident corporel sur le chantier lors du montage de la structure métallique de l antenne. Son impact initial est une augmentation de la charge des autres équipiers et donc un allongement de la tâche. Probabilité Période d occurence R 1 30% Carotter la zone R 2 20% Monter la structure Tableau 1. Risques Impact délai initial Stratégie de traitement (en UT) 15 StT 11 Mettre en place un plan d entretien de la carotteuse après le début du projet StT 12 Réparer la carotteuse StT 13 Louer une autre carotteuse StT 14 Mettre en place un plan d entretien et louer si occurrence 5 StT 21 Remplacer l équipier par un membre de l entreprise StT 22 Recruter un intérimaire

6 Tableau 2. Stratégies de traitement Type stratégie Action/tâche Probabilité Tâche impactée réduite StT 11 Maintenance Préventive A 111 Effectuer une maintenance régulière 20 % Carotter la zone StT 12 Maintenance Corrective A 121 Faire réparer la carotteuse Carotter la zone StT 13 Maintenance Corrective A 131 Affecter une autre carotteuse Carotter la zone StT 14 Maintenance Préventive A 141 Effectuer une maintenance régulière 20 % Carotter la zone A 142 Affecter une autre carotteuse StT 21 Maintenance Corrective A 211 Revoir les plannings et affecter un équipier Monter la structure StT 22 Maintenance Corrective A 221 Lancer une procédure de recrutement d un intérimaire Monter la structure Tableau 3. Actions de traitement Prédécesseurs Successeurs Durée (en UT) Coût fixe (en UM) A 111 Délimiter la zone Préparer le carottage 1 4 A 121 Carotter la zone Etudier les carottes 1 4 A 131 Carotter la zone Etudier les carottes 0,2 24 A 141 Délimiter la zone Préparer le carottage 1 4 A 142 Carotter la zone Etudier les carottes 0,2 24 A 211 Monter la structure métallique Equiper la structure 0,2 4 A 221 Monter la structure métallique Equiper la structure 1 8 Tableau 4. Ressources critiques Tâches requérant la ressource Début de période de disponibilité Durée de disponibilité (en UT) Camion Toupie Couler les fondations et le radier t 0 25 Rouleur compresseur Rouler l'accès t Présentation des résultats Le tableau 5 présente les différents scénarios de projet possibles dans le cadre de cette étude. Il est possible à partir ce tableau de mesurer la pertinence de la mise en œuvre de chaque stratégie corrective pour chaque scénario de risque au regard de la criticité. Une criticité égale à zéro signifie que le projet respecte les engagements contractuels. Tableau 5. Scénarios de projet possibles N ScP Probabilité (Risque,Strategie) Durée (en UT) Coût (en UM) Criticité 1 0,64 (.,ST11) , , , ,24 (R1,.) , ,24 (R1,StT12) , ,24 (R1,StT13) , ,16 (R1,ST11) , ,16 (R1,StT14) , ,16 (.,ST11) (R2,.) , ,16 (.,ST11) (R2,StT21) , ,16 (.,ST11) (R2,StT22) , ,14 (R2,.) , ,14 (R2,StT21) , ,14 (R2,StT22) , ,06 (R1,.) (R2,.) , ,06 (R1,.) (R2,StT21) , ,06 (R1,.) (R2,StT22) , ,06 (R1,StT12) (R2,.) , ,06 (R1,StT12) (R2,StT21) , ,06 (R1,StT12) (R2,StT22) , ,06 (R1,StT13) (R2,.) , ,06 (R1,StT13) (R2,StT21) , ,06 (R1,StT13) (R2,StT22) , ,04 (R1,ST11) (R2,.) , ,04 (R1,ST11) (R2,StT21) , ,04 (R1,ST11) (R2,StT22) , ,04 (R1,StT14) (R2,.) , ,04 (R1,StT14) (R2,StT21) , ,04 (R1,StT14) (R2,StT22) ,020

7 Le tableau 6 présente la dispersion des résultats possibles en fonction de la décision de mise en œuvre ou non de la stratégie préventive StT11. Il est possible d observer que le la mise en œuvre de StT11 permet de minimiser la criticité maximale atteinte dans le pire des cas. Elle permet aussi d obtenir une surcharge maximum (qui caractérise le besoin en ressource non satisfait) la plus réduite possible. Globalement, sur l ensemble des scénarios, le cumul des besoins en ressources non satisfaits est minimisé avec cette même stratégie de traitement. StT Préventive (Nb de ScP presentant StT11) Tableau 6. Scénarios de projet possibles Nb de ScP respectant le contrat Proba Cumulée des ScP respectant le contrat Criticité mini Criticité maxi Surcharge Maxi Ø ,24 0,0 0, StT ,68 0,0 0, Surcharge Totale 5.3 Analyse des décisions qui peuvent être prises. L'objectif de ce travail de recherche est de donner au décideur un outil méthodologique pour comparer les répercussions des risques et de leur traitement sur le projet, mais aussi d avoir un éclairage quant à la faisabilité au regard de la disponibilité des ressources critiques. L approche proposée permet de statuer quant à la pertinence ou non de traitement correctif de risque, ceci quel que soit le contexte de traitement préventif mis en œuvre. Sachant quels traitements correctifs seront décidés dans l ensemble des cas de figures possibles, il est alors possible de décider quel serait la meilleure stratégie de traitement préventive possible. Pour chaque scénario, des indications quant à la faisabilité sont données. Dans une première approche il est possible de savoir si le planning est faisable avec les disponibilités concédées par l organisation. Si cela ne convient pas, le chef de projet peut préciser les dates de besoin en ressources critiques. Une négociation peut ainsi être engagée avec le responsable métier si l ensemble de ses ressources est déjà préempté pour d autres projets sur les périodes de besoin. Si le responsable métier propose différentes ressources avec des plages de disponibilité différentes, le CP peut ainsi choisir celles qui permettent d assurer au mieux le déroulement des tâches dont elles auraient la charge en cas d occurrence des risques envisagés. L exemple est volontairement simple pour les besoins de la démonstration, mais le comportement de l approche proposée est extrapolable sur des problèmes plus larges et plus représentatifs des situations réelles de projet. Les risques ne portent pas directement sur les ressources critiques. Ce sont les répercussions de ces risques qui peuvent modifier les plages de besoin des ressources critiques étudiées. Les risques portant sur les ressources sont ainsi, dans le cadre de cette approche, reportés sur les tâches. 6 CONCLUSION Le choix de la meilleure stratégie de traitement des risques d'un projet est souvent délicat. Lorsque le projet doit livrer un produit présentant des innovations technologiques, des ressources particulières peuvent être requises. Celles-ci, de part leurs spécificités, sont souvent en quantité limitée dans les organisations. Il s agit alors de s assurer qu elles seront disponibles au bon moment et qu elles seront utilisées lorsqu elles seront disponibles. Nous proposons une approche permettant de modéliser et d évaluer l'impact des risques sur la durée et le coût du projet. Cette approche utilise les principes des processus synchronisés de planification de projet et de gestion des risques. Elle se base sur les concepts de scénario de risque, de scénario de traitement et de scénario de projet pour caractériser et évaluer les effets des risques sur le projet. Cette méthode évalue le niveau de risque global et sélectionne les meilleurs scénarios de traitement et en analyse la faisabilité. Une estimation du niveau de risque global du projet donne une vision des scénarios possibles : des plus improbables aux plus probables, des plus désastreux aux plus optimistes! Nous illustrons les principes de notre approche à travers une étude de cas et un outil logiciel a été développé (plate-forme Java). Il est souvent difficile de comparer des critères antagonistes tels que le respect de l'engagement contractuel et la surcharge des ressources. La première perspective de ce travail serait de faciliter l'intégration de la surcharge des ressources dans les deux autres critères (coût et durée). Etant donné que des acteurs particuliers peuvent être requis pour des tâches spécifiques, la seconde perspective de ce travail de recherche est d'examiner l'influence des compétences des acteurs du projet dans le modèle. 7 REFERENCES Benaben F., Gourc D., Villarreal Lizarraga C. L., Ravalison B., Pingaud H. (2004) RIR - recensement et identification des risques : Une démarche d identification des risques en conduite de projet. Paris. BSI. BS (2000): Project management - guide to the management of business related project related. Carter B., Hancock T., Morin J., Robin N. (1996) Introducing RISKMAN: the European project risk management methodology. The Stationery Office. Chen C-J. and Huang J-W. (2008) Strategic human resource practices and innovation performance The mediating role of knowledge management capacity, doi: /j.jbusres Cooper R. G., Edgett S. J., Kleinschmidt E. J. (1999) New product portfolio management: Practices and performance. Journal of Product Innovation Management, 16(4), pp , Dalkey N., Helmer O. (1963) An experimental application of the DELPHI method to the use of experts. Management Science, 9(3), pp Gourc D. (2006) Vers un modèle général du risque pour le pilotage et la conduite des activités de biens et de services. Habilitation à diriger des recherches, Institut National Polytechnique de Toulouse, Toulouse, France, Hartmann S., Briskorn D. (2010) A survey of variants and extensions of the resource-constrained project scheduling problem. European Journal of Operational Research, 207(1), pp. 1 14,. Hicks B.J., Culley S.J., Allen R.D. and Mullineux G. (2002) A framework for the requirements of capturing, storing and reusing information and knowledge in engineering design. International Journal of Information Management, Vol.22, pp IPMA. (1999) Competence baseline.

8 ISO (1997) Quality Management. Guidelines to Quality in Project Management. International organization for standardization edition. ISO31000 (2009) International Standards for Business, Risk management - Principles and guidelines. Lawler E., Ledford G. (1992) A skill-based approach to human resource management. European Management Journal, 10(4): Nguyen T.H., Marmier F., Gourc D (2010) A decision-making tool to maximize chances of meeting project commitments. International Journal of Production Economics, In Press. Petar J. (1999) Application of sensitivity analysis in investment project evaluation under uncertainty and risk. International Journal of Project Management, 17(4), pp PMBoK (2009) A Guide to the Project Management Body of Knowledge:. Project Management Institute, 4th edition edition. Robin V., Sperandio S., Girard P., (2007) Towards an integrated management of engineering design system and enterprise, In International Conference on Engineering Design, ICED 07, Paris, France. Tixier J., Dusserre G., Salvi O., Gaston D. (2002) Review of 62 risk analysis methodologies of industrial plants. Journal of Loss Prevention in the Process Industries, 15(4), pp Turner J. R. (2000) The global body of knowledge, and its coverage by the referees and members of the international editorial board of this journal. International Journal of Project Management, 18(1), pp Ward S., C. Chapman (2003). Transforming project risk management into project uncertainty management. International Journal of Project Management, 21(2), pp

Macroscope et l'analyse d'affaires. Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope

Macroscope et l'analyse d'affaires. Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope Macroscope et l'analyse d'affaires Dave Couture Architecte principal Solutions Macroscope Avis Avis d intention Ce document a pour but de partager des éléments de vision et d intentions de Fujitsu quant

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris. Education René Demeestere Emeritus Professor, Department Accounting and Management Control DEA ès Sciences de Gestion. DES en Sciences Economiques. Ingénieur diplômé de l'ecole Polytechnique de Paris.

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS)

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS) 2ème Colloque National de la Performance Industrielle LA MAINTENANCE A DISTANCE & E-MAINTENANCE Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring Saintis Laurent Laboratoire

Plus en détail

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet

Projet. Présentation du projet. Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers. Coordinateur du Projet Projet Performance in Relationships Adapted to extended Innovation with Suppliers Praxis (nf, d'origine grec), signifiant action, désigne l'ensemble des activités humaines susceptibles de transformer le

Plus en détail

Gérer efficacement les risques d'un projet

Gérer efficacement les risques d'un projet Gérer efficacement les risques d'un projet 3 PDU De la théorie à la pratique Carl.Gilbert@SolutionsGPcmg.com Page 1 «PMI», le logo PMI, «PMP», le logo PMP, «PMBOK», «PgMP» sont des marques déposées du

Plus en détail

L INTEGRATION DES PROCESSUS DE LOGISTIQUE COMMERCIALE

L INTEGRATION DES PROCESSUS DE LOGISTIQUE COMMERCIALE Vérane Humez 1/6 L INTEGRATION DES PROCESSUS DE LOGISTIQUE COMMERCIALE AU SERVICE DE LA SATISFACTION CLIENT Vérane HUMEZ* 1 Directeur(s) de thèse: Lionel DUPONT* et Matthieu LAURAS* Laboratoire d'accueil:

Plus en détail

EUROPEAN COMMISSION Job Description Form. Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until

EUROPEAN COMMISSION Job Description Form. Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until EUROPEAN COMMISSION Job Description Form Job description version5 (Active) Job no.164686 in DEVCO.B.4 Valid from 26/07/2012 until Job Holder Name Graça Maria MOREIRA DE SOUSA Job Profile Position CONTRACT

Plus en détail

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing.

ADHEFILM : tronçonnage. ADHEFILM : cutting off. ADHECAL : fabrication. ADHECAL : manufacturing. LA MAÎTRISE D UN MÉTIER Depuis plus de 20 ans, ADHETEC construit sa réputation sur la qualité de ses films adhésifs. Par la maîtrise de notre métier, nous apportons à vos applications la force d une offre

Plus en détail

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences.

Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Démarche Consulting..2. Réalisations..9. Réseau de Compétences. Sigma Consulting est un cabinet conseil spécialisé en management des organisations. Sa mission est d'aider les entreprises à développer la qualité de service dont ont besoin leurs clients internes ou externes.

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise ManageEngine IT360 Présentation du produit ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise Améliorer la prestation de service à l'aide d'une approche intégrée de gestion des performances

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

ITIL : Premiers Contacts

ITIL : Premiers Contacts IT Infrastructure Library ITIL : Premiers Contacts ou Comment Optimiser la Fourniture des Services Informatiques Vincent DOUHAIRIE Directeur Associé vincent.douhairie douhairie@synopse. @synopse.fr ITIL

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE E L A B O R A T I O N D U N P R O C E S S DE P I L O T A G E ET DE S U I V I Société d accueil : ELAN, MANAGEMENT DE PROJETS PFE présenté par : FOURREY Maxime Tuteur industriel : M. Julien DUBREUIL, Responsable

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets

Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Pilotez, ajustez et optimisez votre portefeuille de projets Intervenants 2 octobre 2014 Marianne Delétang Consultante Sénior Atos Grégory Sabathé Responsable Marketing NQI La solution web collaborative

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Stratégie de rémunération

Stratégie de rémunération CONSULTING Offre Conseil RH Stratégie de rémunération La stratégie de rémunération est un facteur de stabilité et de performance de l'entreprise. GFI Consulting vous accompagne en mettant en cohérence

Plus en détail

FORMAT FORMA ION SUR LA ION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT

FORMAT FORMA ION SUR LA ION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT FORMATION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT Présentation rapide Jamal Achiq Consultant - Formateur sur le management de projet, MS Project, et EPM Certifications: Management de projet : «PRINCE2, Praticien»

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

Think performance and engineering

Think performance and engineering Think performance and engineering Un processus maîtrisé Notre organisation et nos méthodes de réalisation des projets sont basées sur : Un cycle en V des projets, de la spécification au commissioning et

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan Document : Plan Qualité Spécifique du Projet Project Specific Quality Plan Référence Reference : QP-3130-Rev 01 Date Date : 12022008 Nombre de Pages Number of Pages : 6 Projet Project : JR 100 Rédacteur

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

Proposition de méthode d implémentation d ITIL

Proposition de méthode d implémentation d ITIL Proposition de méthode d implémentation d ITIL Said Sebaaoui (*) - Mohamed Lamrini (*) - Laila El Abbadi (**) (*) : Laboratoire Informatique et Modélisation (LIM), Faculté des Sciences Dhar el Mahraz,

Plus en détail

Gérez vos coûts de projet intelligemment

Gérez vos coûts de projet intelligemment Gérez vos coûts de projet intelligemment À propos de De nos jours, les projets en immobilisation sont de plus en plus gros, de plus en plus complexes. Sans une analyse exhaustive de la valeur acquise,

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

IPMA 1. Le référentiel 2. Les processus de certification. Claude Marguerat, IPMA-B www.formationcoaching.ch Congrès des 23 et 24 avril 2014

IPMA 1. Le référentiel 2. Les processus de certification. Claude Marguerat, IPMA-B www.formationcoaching.ch Congrès des 23 et 24 avril 2014 IPMA 1. Le référentiel 2. Les processus de certification Claude Marguerat, IPMA-B www.formationcoaching.ch Congrès des 23 et 24 avril 2014 (c) C. Marguerat avril 2014 2 1.Se certifier, quel intérêt? 2.IPMA

Plus en détail

Logiciels pour l'industrie pharmaceutique

Logiciels pour l'industrie pharmaceutique CIS Valley Logiciels pour l'industrie pharmaceutique La gamme Pharma Valley The PHARMA Valley range L'industrie pharmaceutique est confrontée à un enjeu stratégique majeur : les exigences toujours plus

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel 3 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers Méthode et logiciel Projet EPI-CREM Le projet EPI-CREM 1 vise à améliorer l efficacité énergétique et

Plus en détail

Sommaire. Liste des figures

Sommaire. Liste des figures Sommaire Liste des figures Résumé Nos sociétés modernes sont devenues des "sociétés à projets", et tout projet à besoin de méthodes : voir, juger, agir, analyser, planifier, et contrôler. Ce que nous appelons

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET

VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION SUPERIEUR DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT TITRE DU PROJET PROGRAMME D APPUI A LA QUALITE AMELIORATION DE LA QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR TITRE DU PROJET VERS L EXCELLENCE DANS LA FORMATION ETABLISSEMENT GESTIONNAIRE DU PROJET ISET DE NABEUL JUILLET 2009

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

Optimisation et Processus métier

Optimisation et Processus métier Optimisation et Processus métier découvrez avec ILOG la solution d'optimisation leader du marché Didier Vidal vidaldid@fr.ibm.com Petit problème d optimisation 1 2000 1 Coûts de transport: 10 Euros par

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud 2ème FORUM PROJECT MANAGEMENT PMI Sud Martine Savalle, PMP, IBM Savalle@fr.ibm.com PMI_SUD@hotmail.com MMS 1999/11 1 LA GESTION DES RISQUES MMS 1999/11 2 BIENVENUE Alain CHAVE Directeur de l ESINSA MMS

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

La définition des micro, petites et moyennes entreprises

La définition des micro, petites et moyennes entreprises La définition des micro, petites et moyennes entreprises Salle de Presse de la Commission 8 mai 2003 Présentation de Pierre Vigier Direction générale des entreprises 08/05/2003 1 19 330 millions d entreprises

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

PROFILS METIERS (Semestre 9)

PROFILS METIERS (Semestre 9) ENSEIGNEMENTS ACADEMIQUES DU DEPARTEMENT Management et Entrepreneuriat (2014-2015) PROFILS METIERS (Semestre 9) Ancré au cœur des connaissances transversales en sciences de gestion issues des deux premières

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4

Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stratégie DataCenters Société Générale Enjeux, objectifs et rôle d un partenaire comme Data4 Stéphane MARCHINI Responsable Global des services DataCenters Espace Grande Arche Paris La Défense SG figures

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

Gestion de projet. Définition. Caractérisation

Gestion de projet. Définition. Caractérisation Gestion de projet Définition «un projet est un processus unique qui consiste en un ensemble d'activités coordonnées et maîtrisées, comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

Catalogue de Formations

Catalogue de Formations Catalogue de Formations QUALITY & INNOVATION Tel : +33 (0) 1 39 56 11 34 Gsm : +33 (0) 6 48 29 84 54 Fax : +33 (0) 1 60 14 61 82 www.q2i-edu.fr 1 Ce catalogue a pour objectif de vous renseigner sur le

Plus en détail

AGILE et le PMO. Conférence présentée à Agile Montréal 12 septembre 2013. Stéphane Lecuyer & Frédérick H. Stoltz

AGILE et le PMO. Conférence présentée à Agile Montréal 12 septembre 2013. Stéphane Lecuyer & Frédérick H. Stoltz AGILE et le PMO Conférence présentée à Agile Montréal 12 septembre 2013 Stéphane Lecuyer & Frédérick H. Stoltz 1 Qui sommes-nous? Frédérick H. Stoltz, PMP, ITIL Parallèlement à son engagement en tant que

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

Become. Business Provider for Matheo Software

Become. Business Provider for Matheo Software Become Business Provider for Matheo Software Who we are? Matheo Software was created in 2003 by business intelligence and information processing professionals from higher education and research. Matheo

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques «Re-analysis is a powerful tool in the review of important studies, and should be supported with data made available by

Plus en détail

Stratégies de requalification

Stratégies de requalification Stratégies de requalification Pourquoi requalifier?! Attentes réglementaires HPFBI :! «Revalidation du procédé (process revalidation) : Nécessaire lorsque l'on change l'un ou l'autre des paramètres critiques

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

luxury training & coaching Le Luxe, ce n est pas le contraire de la pauvreté mais celui de la vulgarité. - Coco Chanel -

luxury training & coaching Le Luxe, ce n est pas le contraire de la pauvreté mais celui de la vulgarité. - Coco Chanel - Le Luxe, ce n est pas le contraire de la pauvreté mais celui de la vulgarité. - Coco Chanel - luxury training & coaching Expert en qualité de service... Nos Objectifs Our Objectives Développer la qualité

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

Gestion réussie d un portefeuille de projets

Gestion réussie d un portefeuille de projets Gestion réussie d un portefeuille de projets Daniel Carrel CEO K I M O r g a n i s a t i o n Royal Savoy, Lausanne 24 novembre 2006 22-oct.-06-1 Agenda Introduction Du projet au portefeuille de projets

Plus en détail

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web

Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Une méthode d apprentissage pour la composition de services web Soufiene Lajmi * Chirine Ghedira ** Khaled Ghedira * * Laboratoire SOIE (ENSI) University of Manouba, Manouba 2010, Tunisia Soufiene.lajmi@ensi.rnu.tn,

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

Génie Logiciel et Gestion de Projets

Génie Logiciel et Gestion de Projets Génie Logiciel et Gestion de Projets INFO-F-407 Ragnhild Van Der Straeten 2008-2009 ULB 1 Génie Logiciel et Gestion de Projets Organisation 2 Ragnhild Van Der Straeten VUB, 4K209 Campus Etterbeek rvdstrae@vub.ac.be

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Présentation Pour Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Email: galais@barloworldscs.com Tel : + 33 1 73 03 04 10 / + 33 6 08 01 52

Plus en détail

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft

Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Comment IBM Connections peut enrichir l'expérience des utilisateurs de technologies Microsoft Transformer MS Sharepoint avec IBM Connections pour construire une véritable solution collaborative Le Social

Plus en détail

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet

La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 Product Configurator (summary) La solution idéale de personnalisation interactive sur internet FACTORY121 cité comme référence en «Mass Customization» au MIT et sur «mass-customization.de» Specifications

Plus en détail

Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser

Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser Données individuelles : bien les protéger pour mieux les diffuser Maxime Bergeat 1 1 Insee - Département des méthodes statistiques 18 boulevard Adolphe Pinard, timbre L120, 75675 Paris cedex 14 maxime.bergeat@insee.fr

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Connaissance de l Entreprise

Connaissance de l Entreprise Connaissance de l Entreprise Produire Université Lyon I -2011-2012 -Master Physique M2 ERGE3 et DIMN - Master GEP : M1 GPA - M2P DEI - M2P E3I - M2P GE- M2P GP - M2P GPA - M2P GSA - Licence Pro Auto Info

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail