RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES (1919-1997)"

Transcription

1 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) Jean-Claude AUGROS Nicolas LEBOISNE Ayant besoin d argent frais pour se redresser, la Russie vient de faire son retour sur le marché international des capitaux. Elle convoite aujourd hui un siège au Club de Paris où les pays riches négocient avec les pays défaillants, ce qui lui permettrait de réclamer le remboursement des créances sur les pays du Tiers Monde qu elle détient au titre de l Union Soviétique. Mais la France y met son veto. Pour tenter de lever cet interdit, le premier ministre russe a conclu avec le gouvernement français un accord symbolique, de portée financière limitée, visant à indemniser les diverses créances détenues par des citoyens français sur la Russie tsariste et sur l ex-urss. Par cet accord, la Russie propose d indemniser globalement, à hauteur de 4 millions de dollars, non seulement les porteurs d emprunts émis par la Russie tsariste jusqu en 1917, mais aussi les victimes des spoliations résultant des changements de frontières opérés lors du dernier conflit mondial. La répartition de l enveloppe globale devrait donc se faire au bénéfice de trois catégories de bénéficiaires : les porteurs d emprunts tsaristes, dits emprunts russes, la ligue des sinistrés et spoliés de Russie et enfin les sociétés françaises spoliées en L estimation de l ensemble de ces dettes, tout en étant très floue, dépasse largement le montant global du dédommagement. Le rôle de la commission d indemnisation, mise en place par le gouvernement français, devrait consister à faire l inventaire des bénéficiaires de l accord, à estimer le préjudice de chacun, puis, enfin, à présenter un projet d indemnisation. Chargée de gérer équitablement la pénurie, la commission devrait proposer à chaque catégorie de bénéficiaires, l indemnisation d une proportion équivalente du préjudice subi. Afin de toucher leur juste part, il importe donc à chacune de ces parties d évaluer au mieux le montant de leur préjudice. L objet de cet article est de proposer une méthodologie d évaluation du préjudice subi par les seuls porteurs d emprunts russes. Donner la valeur d une obligation dont l émetteur est défaillant depuis près de 8 ans ne relève pas de l évaluation financière classique. Cette étude n a d ailleurs pas l ambition de donner une valeur unique, considérée comme leur «vraie» valeur, à chacun des quelques centaines d emprunts russes qui, depuis 1919, n ont plus rien rapporté à leurs souscripteurs. Il s agit plutôt de déterminer, pour trois d entre eux, une fourchette d évaluation, puis, à partir de ces évaluations, de définir quelques principes susceptibles de guider ceux qui devront proposer l indemnisation des porteurs d emprunts russes. Professeur à l Université Claude Bernard-Lyon 1 et à l Institut de Science Financière et d Assurances (ISFA) Directeur de l UFR de Mathématiques Appliquées, de Gestion et d Economie de l Université Lyon 1. * Chargé d Etudes à la Financière Indosuez Les auteurs remercient Monsieur Jean-Marie LATTÈS, Administrateur du Groupement des Porteurs de Titres Russes (GPTR), pour l aide qu il leur a apportée au cours de cette étude. BULLETIN FRANÇAIS D ACTUARIAT, Vol. 1, N 1, 1997, pp. 1-2

2 2 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE La méthodologie d évaluation des emprunts est d abord décrite dans une première section puis mise en oeuvre dans une deuxième section pour les trois titres suivants dont les caractéristiques sont données en annexe : l emprunt russe 4% or de 1889 ; l emprunt de l Etat russe 5% de 196 ; l emprunt de la Compagnie du chemin de fer d Olonetz 4,5% de Les conclusions de l étude font l objet de la troisième et dernière section -I- PRINCIPES D EVALUATION Le règlement des coupons et le remboursement des obligations s effectua jusqu au 7 novembre Après cette date, les porteurs d emprunts russes ont donc été privés des intérêts et du remboursement de leurs titres. L évaluation des obligations consiste donc à définir les flux de paiements dont ont été privés les souscripteurs de ces emprunts puis à capitaliser ces flux à l aide d indices de prix ou de quelques taux de réinvestissement. 1. DEFINITION DES FLUX D INTERETS ET DE REMBOURSEMENTS NON PERÇUS A) CHOIX DE LA MONNAIE DE PAIEMENT DES COUPONS ET DU REMBOURSEMENT DES TITRES La principale caractéristique des emprunts russes est leur très grande durée de vie, l amortissement de ces emprunts pouvant s étaler sur plus de 8 ans. Pour protéger les souscripteurs de possibles dévaluations de la monnaie russe, l émetteur offrit aux porteurs de ces titres le choix, parmi plusieurs devises, de la monnaie de paiement des coupons et de remboursement des obligations. Ainsi, un porteur d obligations pouvait à son gré choisir le paiement de ses coupons et le remboursement de ses titres en roubles à Saint Petersbourg ou bien, selon les cas, en dollars des Etats-Unis à New-York, en livres sterling 2 à Londres, en francs français à Paris, etc... La garantie offerte aux porteurs de pouvoir encaisser des flux monétaires exprimés dans une monnaie forte devait constituer un soutien du cours de ces titres sur le marché mondial. Deux options ont donc été retenues pour déterminer les flux d intérêt et de remboursement non perçus par les porteurs : la première, correspondant au choix rationnel des porteurs de titres, a consisté à retenir la monnaie de paiement la plus favorable pour le porteur. Comme le montre le graphique suivant, la devise la plus intéressante s est avérée être, le plus souvent, le dollar américain lorsque ce choix était possible. 1 De novembre 1917 à avril 1918, les coupons furent payés par le gouvernement français. D avril à novembre 1918, les coupons furent acceptés en échange de l emprunt de la Libération lancé par l Etat français pour un montant maximum de 5 % de la souscription. 2 Lors de l émission des emprunts russes, les unités monétaires anglaises différaient de celles en vigueur aujourd hui. En particulier, il convient de remarquer que le penny valait 1/12 e de shilling jusqu en 1971, alors qu il vaut aujourd hui 1/1 e de livre. Quant au shilling, unité qui n a plus cours de nos jours, il valait 1/2 e de livre.

3 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) Dollar US Livre sterling Fig. 1 Evolution du cours du dollar et de la livre sterling de 1919 à 1996 (base 1 en 1919) En l absence de possibilité de paiement en dollar, le choix de la livre sterling devait s imposer. Une fois la devise de paiement définie, nous avons traduit tous les flux en francs français. la seconde option, qui ne correspond pas à un choix rationnel de la part des souscripteurs, a cependant été retenue à des fins de comparaison. Elle consiste à choisir le franc français comme monnaie de paiement des coupons et de remboursement des titres. Elle suppose donc le renoncement des porteurs à l option de choix de la devise de paiement qui, comme l histoire l a montré, aurait dû présenter un réel intérêt. B) DETERMINATION DU TABLEAU D AMORTISSEMENT DES EMPRUNTS Les trois emprunts étudiés sont amortissables selon le même principe : une ou deux fois par an, un nombre croissant d obligations est tiré au sort en vue d un remboursement au pair. A chaque date de remboursement, la somme allouée au remboursement des titres est égale à un pourcentage i du montant nominal K de l emprunt, augmenté d un montant égal au produit d un taux j par le montant nominal des obligations déjà amorties. Le taux j est égal au taux nominal de l emprunt divisé par le nombre de tirages annuels. La suite des montants affectés au remboursement d un emprunt est par conséquent la suivante : date de remboursement somme allouée au remboursement 1 K i 2 K i (1+j) 3 K i (1+j)² n K i (1+j) n-1

4 4 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE A la dernière date de remboursement, le montant cumulé des remboursements effectués doit être égal à la valeur nominale de l emprunt, soit : 2 n 1 [ 1 ( 1 ) ( 1 )... ( 1 ) ] K i + + j + + j j = K On en déduit l expression du taux i en fonction du taux j et du nombre de dates de remboursement. Soit j i = n (1) ( 1+ j ) 1 Le nombre d obligations amorties à chaque tirage est donc croissant et les remboursements s accélèrent au fur et à mesure que l échéance de l emprunt se rapproche. 2. CAPITALISATION DES FLUX NON PERÇUS Deux possibilités sont offertes pour capitaliser les flux dont ont été privés les investisseurs : retenir un indice de prix, c est-à-dire un taux d inflation, ou bien choisir un taux de réinvestissement parmi la gamme des placements les plus courants offerts aux investisseurs. A) CAPITALISATION A L AIDE D UN INDICE DE PRIX Ce type de capitalisation est le plus classique pour comparer le pouvoir d achat de sommes perçues à des dates différentes. L Insee propose une très longue série depuis 191 de coefficients de transformation du franc d une année ancienne en francs d une année courante. Cette série est établie à partir de l indice des prix à la consommation, seul indice faisant l objet d une série longue. Jusqu en 1949, le seul indice de prix calculé par l Insee concernait la région parisienne. Depuis lors, l Insee publie également un indice général des prix qui s appuie sur la consommation de l ensemble des ménages indice France entière. La série que nous avons utilisée, fournie par l Insee, est établie à partir de l indice parisien jusqu en 1992 puis, à compter de cette date, à partir de l indice national, l Insee ne souhaitant pas remettre en cause les séries publiées jusqu en 1992 sur les données parisiennes. Rappelons que l utilisation du pouvoir d achat du franc garde sa pertinence lorsqu il s agit de tenir compte de l érosion monétaire liée à la consommation des ménages. En revanche, il n est pas adéquat pour mesurer l érosion monétaire des patrimoines constitués de biens immobiliers et d actifs financiers, ceux-ci n entrant pas dans la composition de l indice général des prix. Dans le cas qui nous préoccupe, où il s agit d apprécier le préjudice subi par les porteurs d emprunts russes, l indice de pouvoir d achat constitue cependant un bon indicateur pour mesurer ce préjudice. Son utilisation apparaît justifiée dans le cadre d une procédure d indemnisation du préjudice subi. En complément du calcul précédent, nous avons également utilisé les coefficients d érosion monétaire publiés par l administration fiscale.

5 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) 5 B) CAPITALISATION A L AIDE D UN TAUX DE REINVESTISSEMENT La démarche est dans ce cas sensiblement différente. Il s agit de définir le montant qui serait aujourd hui disponible pour les porteurs d emprunts russes si ceux-ci avaient régulièrement encaissé les coupons et les sommes affectées au remboursement puis réinvesti aussitôt les sommes perçues. La valeur actuelle d un emprunt ne peut dès lors être unique : elle dépend bien évidemment de la nature du réinvestissement envisagé. Plusieurs choix sont donc offerts : Le taux actuariel de l emprunt Une façon commode d envisager le réinvestissement des sommes qui auraient dû être perçues consiste à envisager un investissement fictif dont le rendement serait strictement identique à celui de l emprunt considéré au moment de son émission. Il est supposé que, dans ce cas, les sommes non perçues depuis 1919 ont été réinvesties au taux actuariel des emprunts observé à l émission. Rappelons qu à l émission, le taux actuariel d un emprunt est le taux d actualisation pour lequel il y a égalité entre le prix d émission et la valeur actualisée, audit taux, des coupons et du remboursement. Les emprunts russes considérés étant émis et remboursés au pair, leur taux actuariel à l émission est identique à leur taux nominal. Le choix du taux actuariel comme taux de réinvestissement apparaît bien sûr peu avantageux pour les porteurs d emprunts russes. Il revient en effet à cristalliser, à partir de 1919, les taux obligataires au niveau de ceux en vigueur au moment de l émission. Or, ces taux étaient faibles par comparaison avec ceux qui ont été en vigueur à des dates ultérieures où les taux nominaux, sous l effet de l inflation, ont été entraînés vers des valeurs bien supérieures. De surcroît, cette méthode conduit à une inégalité de traitement des différents emprunts, puisque ceux-ci ont été émis à des dates différentes et à des taux nominaux différents. Il est vrai que sur la période , l écart de taux entre les trois emprunts considérés ne dépasse pas 1%. Le taux de rendement d un placement obligataire Pour un marché obligataire, un indicateur de performance mesure, entre le début et la fin d une période d observation, le rendement global plus-value du capital et intérêts d un investissement fictif de 1 F répartis sur un échantillon d emprunts préalablement choisis suivant des critères de sélection définis à l avance. Dès l année 1988, un indicateur de performance des emprunts d Etat français a été calculé par le Crédit Lyonnais. A partir de 1989, le Comité national obligataire a mis au point des règles de calcul d indicateurs de performances propres au marché domestique français. La création de ces indicateurs étant récente, leur utilisation est impossible pour une capitalisation de données anciennes. En revanche, l Insee publie depuis 195 un indice des cours des valeurs mobilières françaises à revenu fixe ou indexé cotées à la Bourse de Paris. Cet indice est calculé sur la base de la pondération par les capitalisations boursières de la fin de l année précédente. Une correction est effectuée sur les cours en Bourse pour éliminer les variations brusques des cours dues au détachement des coupons. Les données de l Insee établies depuis 195 sont donc facilement exploitables.

6 6 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE Les données antérieures à 195, fournies également par l Insee, sont plus délicates à utiliser, les modalités de calcul ayant été régulièrement modifiées. Des coefficients de raccord des indices successifs sont proposés par l Insee qui précise cependant que les résultats obtenus dans ces conditions doivent être considérés comme des ordres de grandeur. Afin d évaluer la rentabilité réelle d un investissement obligataire, il est nécessaire de capitaliser les coupons rapportés par les obligations qui composent l indice. Cette méthode revient à transformer l indice Insee en un portefeuille. Son principe est décrit dans GALLAIS-HAMONNO & ARBULU (1995) : «L échantillon qui sert de base à l indice est considéré comme une SICAV et l indice mesure la valeur liquidative d un titre unitaire représentatif du portefeuille-échantillon. Chaque année le revenu produit par ce titre unitaire est réinvesti sous forme de l acquisition de titres, ou de fractions de titres, supplémentaires. Le portefeuille est donc constitué par un nombre croissant de titres détenus, et sa valeur varie en fonction de la valeur liquidative mesurée par l indice.» Pour mesurer le rendement d un placement obligataire, nous nous sommes référés aux deux études suivantes : 1. L étude de GALLAIS-HAMONNO & ARBULU (1995) relative à la période , et 2. celle réalisée, pour l Insee, par LAFOREST & SALLEE (1977) pour la période Dans les deux études, la rentabilité mesurée est une performance avant fiscalité. L étude la plus récente utilise une méthode plus précise pour calculer le revenu du portefeuille obligataire. Elle a donc été privilégiée pour la période commune Fig. 2 Evolution de la rentabilité nominale annuelle de l indice obligations de 1919 à 1996 (base 1 en 1919) Le taux de rendement d un investissement en actions françaises L Insee fournit une série très ancienne d indices des cours des valeurs mobilières françaises à revenu variable. Cet indice s arrête en décembre A partir de cette date, il peut être «chaîné» avec l indice SBF 25.

7 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) 7 La transformation de cet indice en un portefeuille d actions, par intégration des dividendes perçus, avoir fiscal compris, a également été réalisée dans les deux études précitées. Nous utiliserons également leurs résultats pour mesurer la rentabilité d un investissement en actions françaises cotées à la Bourse de Paris Fig. 3 Evolution de la rentabilité nominale annuelle de l indice actions de 1919 à 1996 (base 1 en 1919) Le taux de rendement d un investissement en or Un investissement en or métal n offrant pas de revenu, sa rentabilité est simple à déterminer. Celle-ci a été définie à partir du cours du Lingot de 1918 à 1949 puis du Napoléon à partir de 195. Les données utilisées sont également issues des deux études précédemment citées Fig. 4 Evolution de la rentabilité nominale annuelle de l indice or de 1919 à 1996 (base 1 en 1919)

8 8 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE -II- APPLICATION A L EVALUATION D EMPRUNTS RUSSES 1. DETERMINATION DES FLUX A CAPITALISER Deux types de flux sont définis : Dans le premier cas option 1 il est supposé que les porteurs font le choix de la meilleure devise pour le paiement des coupons et pour le remboursement. En l occurrence, à partir de 1919, ce choix correspond à un paiement en dollars ou parfois en livres sterling. Les flux en dollars ou en livres sterling sont ensuite traduits en francs français au cours en vigueur à leur date d occurrence. La figure ci-dessous représente, à titre d exemple, les flux de remboursement de l emprunt russe 4% or de 1889 pour lequel il existe une option de paiement en dollars ou en livres sterling nov mai nov mai nov mai-1966 Fig. 5 Emprunt russe 4% or de 1889 Flux de remboursement dans la meilleure devise et convertis aussitôt en anciens Francs Français Dans le second cas option 2 il est admis que les porteurs d obligations choisissent le paiement des coupons et le remboursement des obligations en francs français. La figure ci-dessous représente, toujours pour l emprunt 4% or de 1889, les flux de remboursement en anciens francs français.

9 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) nov mai nov mai nov mai-1966 Fig. 6 Emprunt russe 4% or de 1889 Flux de remboursement en anciens Francs Français En tenant compte des différences d échelle entre les figures 5 et 6, nous voyons le très net avantage apporté par l option de paiement en dollars ou en livres sterling. A titre de comparaison et sans effectuer de capitalisation, la somme des flux bruts de la figure 5 (option 1) est presque 6 fois supérieure à la somme des flux de la figure 6 (option 2) 3. Les mêmes constatations peuvent être établies sur les flux de coupons comme le révèlent les figures ci-dessous. 25 Fig Emprunt russe 4% or de 1889 (option 1) coupons dans la meilleure devise et convertis aussitôt en anciens francs 19-nov août mai févr nov août nov août mai févr nov août-1967 Fig. 7-2 Emprunt russe 4% or de 1889 (option 2) coupons semestriels théoriques en anciens francs anciens francs pour l option 1 contre francs pour l option 2.

10 1 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE Pour les emprunts n ayant pas l option de paiement en dollars mais uniquement celle de paiement en livre sterling, l avantage procuré est certes moindre comme on peut s en douter au vu de la figure 1, mais reste néanmoins significatif. Ainsi, pour l emprunt de l Etat russe 5% 196, la somme des flux bruts de remboursement en livres sterling convertis en francs est quelque 2 fois supérieure à la somme des flux bruts de remboursement en francs CAPITALISATION ET RESULTATS Pour les deux options de détermination des flux... option 1 : flux perçus dans la meilleure devise puis convertis en francs option 2 : flux perçus en francs... six valeurs sont proposées pour évaluer une coupure de 5 Francs nominal. Il s agit des valeurs obtenues de la façon suivante : 1. capitalisation avec l indice des prix 2. capitalisation avec le coefficient d érosion monétaire 3. capitalisation avec le taux actuariel initial de l emprunt 4. capitalisation avec le rendement d un placement obligataire 5. capitalisation avec le rendement d un placement en actions françaises 6. capitalisation avec le rendement d un placement en or. Les tableaux suivants résument les valeurs obtenues exprimées en nouveaux francs au 1/1/1997 pour les trois emprunts servant d exemple mode de capitalisation option 1 option 2 Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen indice des prix FRF 11,77 % 2 88 FRF 8,9 % coefficient d érosion monétaire FRF 11,75 % 2 71 FRF 8,88 % taux actuariel (4 %) FRF 9,4 % 19 FRF 4 % rendement obligations FRF 12,7 % 2 15 FRF 8,84 % rendement actions FRF 15,73 % FRF 13,24 % rendement or FRF 11,2 % FRF 8,77 % Tableau 1 Valeurs capitalisées au 1/1/97 d une coupure de 5 francs nominal de l emprunt russe 4% or 1889 et taux de capitalisation annuels moyens anciens francs pour l option 1 contre francs pour l option 2.

11 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) mode de capitalisation option 1 option 2 Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen indice des prix FRF 11,35 % 2 64 FRF 8,95 % coefficient d érosion monétaire FRF 11,32 % FRF 8,94 % taux actuariel (5 %) FRF 8,38 % 228 FRF 5 % rendement obligations FRF 11,99 % FRF 8,76 % rendement actions FRF 15,62 % FRF 13,35 % rendement or FRF 1,99 % FRF 8,84 % Tableau 2 Valeurs capitalisées au 1/1/97 d une coupure de 5 francs nominal de l emprunt de l Etat russe 5% 196 et taux de capitalisation annuels moyens mode de capitalisation option 1 Option 2 Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen Valeur en francs du 1/1/1997 Taux de capitalisation annuel moyen indice des prix FRF 11,56 % 2 12 FRF 8,89 % coefficient d érosion monétaire 1 71 FRF 11,54 % 2 85 FRF 8,88 % taux actuariel (4,5 %) FRF 9,6 % 159 FRF 4,5 % rendement obligations FRF 12,69 % 2 38 FRF 8,84 % rendement actions FRF 16,15 % FRF 13,79 % rendement or FRF 11,46 % FRF 8,99 % Tableau 3 Valeurs capitalisées au 1/1/97 d une coupure de 5 francs nominal de l emprunt de la compagnie de chemin de fer d Olonetz 4,5% 1914 et taux de capitalisation annuels moyens. La figure 8 ci-après établit la correspondance entre chacune de ces évaluations et le taux de capitalisation annuel moyen résultant. Ce taux est celui pour lequel les flux perçus en francs, et capitalisés audit taux, sont équivalents à la valeur proposée pour l évaluation. Il représente le taux de rentabilité annuel moyen pour un investissement si celui-ci était indemnisé aujourd hui au prix indiqué.

12 12 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE Emprunt russe 4% or de1889 : Valeur d'une coupure de 5 anciens FF en nouveaux FF au 1/1/97 Emprunt russe 5% 196 : Valeur d'une coupure de 5 anciens FF en nouveaux FF au 1/1/97 Obligation Olonetz 4,5% 1914 : Valeur d'une coupure de 5 anciens FF en nouveaux FF au 1/1/97 12 Rendement actions option Indice des prix option 2 Erosion monétaire option 2 Taux actuariel option 1 Rendement obligations option 2 Rendement or option 2 Indice des prix option 1 Erosion monétaire option 1 Rendement or option 1 Rendement actions option 2 2 Taux actuariel option 2 Rendement obligations option 1 % 2% 4% 6% 8% 1% 12% 14% 16% 18% Taux de capitalisation annuel moyen Fig. 8 Valeur d une coupure au 1/1/1997 et taux de capitalisation annuel moyen en fonction du mode d évaluation. -III- CONCLUSIONS L analyse comparée des résultats obtenus pour les trois emprunts étudiés autorise un certain nombre de remarques finales. 1. L option de choix de la devise de paiement des coupons et de remboursement représente un facteur de valorisation incontestable. Le tableau ci-après indique, pour chacun des trois emprunts et chacun des six modes de capitalisation, l effet évaluation option 1 multiplicateur induit par le choix de la meilleure devise ( évaluation option 2 ). Mode de capitalisation 4 % % 196 4,5 % indice des prix 5,94 4,45 5,17 2 coefficient d érosion monétaire 5,88 4,42 5,13 3 taux actuariel (4,5 %) 2,85 8,11 14,61 4 rendement obligations 1,94 7,48 1,75 5 rendement actions 4,65 4,7 4,28 6 rendement or 4,5 3,81 4,58 L option de paiement en dollars constitue un atout particulièrement intéressant cas de l emprunt 4 % or Dans cet exemple, l effet multiplicateur se trouve illustré en observant la différence d aire sous les courbes formées par les facteurs de capitalisation des flux d une année donnée en francs du 1/1/1997. On constate ce phénomène sur les figures 9, 1 et 11 ci-dessous pour les modes de capitalisation 1, 4 et 5.

13 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) Mode de Capitalisation : Indice des prix Facteur de conversion de FF dans la meilleure devise (parité d'origine) puis de la meilleure devise en FF (parité de l'année) puis de capitalisation au 1/1/97 (option 1) Facteur de capitalisation en francs du 1/1/97 (option 2) nov févr mai août nov févr mai-1968 Fig Mode de Capitalisation : Rendement obligations Facteur de conversion de FF dans la meilleure devise (parité d'origine) puis de la meilleure devise en FF (parité de l'année) puis de capitalisation au 1/1/97 (option 1) Facteur de capitalisation en francs du 1/1/97 (option 2) nov févr mai août nov févr mai-1968 Fig Mode de Capitalisation : Rendement actions Facteur de conversion de FF dans la meilleure devise (parité d'origine) puis de la meilleure devise en FF (parité de l'année) puis de capitalisation au 1/1/97 (option 1) Facteur de capitalisation en francs du 1/1/97 (option 2) nov févr mai août nov févr mai-1968 Fig. 11 L option de choix de la meilleure devise, prévue dans le contrat d émission, ne peut donc pas être négligée dans le processus d évaluation.

14 14 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE 2. De tous les modes de capitalisation, celui par le rendement des actions est, comme attendu, le plus favorable. Sur une longue période, les valeurs à revenu variable offrent en effet la meilleure rentabilité. Naturellement, les résultats obtenus par ce mode de capitalisation sont très sensibles aux rendements observés au cours de ces dernières années. Il convient toutefois d admettre que cette méthode n est pas totalement adaptée à l évaluation d une émission de nature obligataire. La référence à l or n est sans doute pas non plus le meilleur choix pour évaluer un emprunt obligataire. Les modes de capitalisation les plus adaptés pour l évaluation des emprunts russes nous semblent être plutôt les indices de prix ou les coefficients d érosion monétaires et les taux de rendement obligataires. 3. Lorsque l on considère le paiement des flux en francs option 2, le taux nominal des emprunts établit une hiérarchie constante dans l évaluation des trois emprunts. En effet, la valeur d un titre apparaît d autant plus élevée que son taux nominal est grand. Cependant, les différences induites par un ½ point de taux nominal ne sont pas considérables comme le révèle les diagrammes 12 et 13 ciaprès : % ,5% % 196 Fig. 12 Mode de capitalisation : Indice des prix (option 2) % ,5% % 196 Fig. 13 Mode de capitalisation : Rendement obligataire (option 2) Notons que la hiérarchie induite par les taux nominaux est totalement remise en cause dès lors que l on introduit, dans le processus d évaluation, l option de choix de la meilleure devise de paiement des coupons et de remboursement option 1. Comme le révèle le diagramme 14 ci-dessous, établi avec la capitalisation par les taux obligataires, l emprunt 4% 1889, qui offre l option de paiement en Dollars,

15 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) 15 est davantage valorisé que les deux autres emprunts 5% 196 et 4,5% 1914 qui ne disposent que de l option de paiement en Livres Sterling Fig. 14 Mode de capitalisation : Rendement obligataire (option 1) 4% ,5% % 196 En outre, l emprunt 5% 196 est moins valorisé que le 4,5% Ce phénomène surprenant, a priori, est cependant parfaitement explicable. En effet, les profils de flux ne sont pas identiques pour ces deux emprunts : le 5% 196 aurait dû être totalement remboursé en 1956 tandis que le 4,5% 1914 n aurait dû l être qu en Les évaluations fournies respectivement par l indice des prix Insee et par les coefficients d érosion monétaire référence fiscale sont pratiquement identiques. Ce résultat n est pas surprenant dans la mesure où le Ministère du budget utilise également les indices de prix de l Insee pour établir ses coefficients d érosion monétaire. De petites différences peuvent sans doute résulter des variations entre données parisiennes et données nationales. 5. Il semble donc que les évaluations les plus pertinentes soient celles correspondant à l option de paiement dans la meilleure devise avec, comme mode de capitalisation, l indice des prix et le taux de rendement obligataire. Soit : Mode de capitalisation 4 % % 196 4,5 % 1914 Indice des prix Rendement obligataire Cette «fourchette» d évaluation apparaît assez ouverte. Rappelons néanmoins que les rendements obligataires utilisés pour définir la borne supérieure de l évaluation, sont définis avant toute fiscalité. 6. En ultime remarque, il convient d observer que chaque emprunt constitue un cas particulier du fait de ses caractéristiques propres en matière de durée, date d échéance, taux nominal, tableau d amortissement, choix des devises de paiement Dans ces conditions, il apparaît difficile d établir des «règles du pouce» simples permettant d évaluer grossièrement n importe quel emprunt russe. L utilisation de telles règles risquerait de conduire à des erreurs et à des inégalités importantes.

16 16 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE La meilleure stratégie d évaluation devrait plutôt être la suivante : a) Après recensement de tous les emprunts russes à évaluer, une classification pourrait être établie en distinguant les caractéristiques des titres les plus discriminantes telles que : la meilleure devise de paiement des coupons et de remboursement ; le taux nominal ; la date ultime d échéance ; Quelques dizaines de classes d emprunts pourraient ainsi être définies. b) Un mode d évaluation commun à tous les emprunts serait ensuite choisi et appliqué à un titre de chaque classe. c) Une évaluation approchée des autres titres pourrait, enfin, être fournie par référence à l emprunt type sélectionné dans chaque classe.

17 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) 17 ANNEXES Caractéristiques de l Emprunt russe 4% or de 1889 Emission au pair pour un montant nominal de 125 roubles-or, soit 5 francs ou livres sterling, ou dollars-or. Taux nominal annuel : 4% Les intérêts sont payables trimestriellement les 17 février, 2 mai, 2 août et 19 novembre. Ils ont commencé à courir le 19 novembre 1888 : le premier coupon a donc été versé le 17 février Le dernier paiement de coupon aurait dû avoir lieu le 2 mai 197 pour une durée de vie maximale des obligations de 81,5 ans. Le remboursement a lieu au pair, «dans le courant de» 81 années, par voie de tirages semestriels. Le règlement des obligations s effectue à l échéance du coupon qui suit leur tirage au sort. Dans le courant de ces 81 années, 8, = 162 dates de remboursement semestriel étaient donc prévues, l allocation semestrielle affectée au remboursement des titres sortis au tirage étant égale à,84281 % du capital nominal de l emprunt plus 2 % du montant du capital déjà amorti. Selon la terminologie définie dans la partie -I-, on vérifie à l aide de la formule (1) que j i = + j n = 2, ( ), =, %, 84281% Les figures suivantes représentent le montant «théorique» du capital restant dû et le nombre «théorique» des obligations qui auraient dû être appelées au tirage pendant toute la période d amortissement de l emprunt nov nov-1918 Capital restant dû théorique en anciens francs 2-mai-197

18 18 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE nov nov mai-197 Nombre théorique d obligations appelées au tirage Le dernier remboursement ayant eu lieu le 2 mai 1918, le capital restant dû aujourd hui s élève à francs français soit coupures de 5 francs. Caractéristiques de l Emprunt de l Etat russe 5% de 196, 41 ème série Emission au pair pour un montant nominal de roubles, soit 2 25 francs ou livres sterling. Taux nominal annuel : 5 % Les intérêts sont payables semestriellement les 18 avril et 19 octobre. Ils ont commencé à courir le 18 avril 196 : le premier coupon a donc été versé le 19 octobre 196. Le dernier paiement de coupon aurait dû avoir lieu le 18 avril 1956 pour une durée de vie maximale des obligations de 5 ans. Le remboursement a lieu au pair, durant 39 années, par voie de tirages annuels. Le règlement des obligations s effectue à l échéance du coupon qui suit leur tirage au sort. Durant ces 39 années, = 4 dates de remboursement annuel étaient donc prévues, l allocation annuelle affectée au remboursement des titres sortis au tirage étant égale à, % du capital nominal de l emprunt plus 5 % du montant du capital déjà amorti. Selon la terminologie définie dans la partie -I-, on vérifie à l aide de la formule (1) j que i = + j n = 5, ( ), =, % Les figures suivantes représentent le montant «théorique» du capital restant dû et le nombre «théorique» des obligations qui auraient dû être appelées au tirage pendant toute la période d amortissement de l emprunt.

19 RISQUE SOUVERAIN ET INDEMNISATION : LE CAS DES EMPRUNTS RUSSES ( ) avr avr avr Capital restant dû théorique en anciens francs avr avr-1919 Nombre théorique d obligations appelées au tirage 18-avr-1956 Le dernier remboursement ayant eu lieu le 18 avril 1918, le capital restant dû aujourd hui s élève à francs français soit coupures de 5 francs. Caractéristiques de l Emprunt de la C ie de chemin de fer d Olonetz 4,5 %, série 1914 Emission au pair pour un montant nominal de roubles soit 27 francs ou livres sterling. Taux nominal annuel : 4,5 % Les intérêts sont payables semestriellement les 2 février et 2 août. Ils ont commencé à courir le 2 février 1914 : le premier coupon a donc été versé le 2 août 1914.

20 2 J.-C. AUGROS & N. LEBOISNE Le dernier paiement de coupon aurait dû avoir lieu le 2 février 1998 pour une durée de vie maximale des obligations de 84 ans. Le remboursement a lieu au pair, durant 8 années, par voie de tirages au sort annuels. Le règlement des obligations s effectue à l échéance du coupon qui suit leur tirage au sort. Durant ces 8 années, = 81 dates de remboursement annuel étaient prévues, l allocation annuelle affectée au remboursement des titres sortis au tirage étant égale à,13995 % du montant nominal de l emprunt plus 4,5 % du montant du capital déjà amorti. Selon la terminologie définie dans la partie -I-, on vérifie à l aide de la formule (1) que j i = + j n = 45, ( ), =, % Les figures suivantes représentent le montant «théorique» du capital restant dû et le nombre «théorique» des obligations qui auraient dû être appelées au tirage pendant toute la période d amortissement de l emprunt fév fév fév-1998 Capital restant dû théorique en anciens francs

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1 TYPE D ASSURANCE VIE TwinStar Tomorrow est un produit d assurance-vie (branche 23) d AXA Belgium, auquel sont liés différents

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

LETTRE AUX ACTIONNAIRES DE LA SICAV ETOILE TRIMESTRIEL

LETTRE AUX ACTIONNAIRES DE LA SICAV ETOILE TRIMESTRIEL LETTRE AUX ACTIONNAIRES DE LA SICAV ETOILE TRIMESTRIEL Madame, Monsieur, Vous avez investi dans la SICAV «Etoile Trimestriel» (FR0010541417), et nous tenons à vous remercier de votre confiance. Nous souhaitons

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Chapitre 4 Le marché des obligations

Chapitre 4 Le marché des obligations Chapitre 4 Le marché des obligations I) Caractéristiques des obligations II) Typologie des obligations III) Présentation de la cote et évaluation des obligations Une obligation est un titre de créance

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «UIB Subordonné 2015»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «UIB Subordonné 2015» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION. VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Securex Life Select One 1 Type d assurance-vie Assurance-vie dont le rendement est lié au fonds d investissement de la branche 23 «Securex

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Today 1

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Today 1 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Today 1 TYPE D ASSURANCE VIE TwinStar Today est un produit d assurance-vie (branche 23) d AXA Belgium, auquel sont liés différents fonds

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

9 Le passif à long terme

9 Le passif à long terme 9 Le passif à long terme Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les éléments qui composent le passif à long terme 1 Les emprunts obligataires

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

UNOFI ACTIONS SECURITE

UNOFI ACTIONS SECURITE UNOFI ACTIONS SECURITE Actif de référence d un contrat d assurance sur la vie en unités de compte NOTICE D INFORMATION L Obligation Unofi Actions Sécurité est un actif représentatif d une unité de compte

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

TwinStar Règlement de gestion des fonds d investissement

TwinStar Règlement de gestion des fonds d investissement DESCRIPTION Les fonds d investissement internes de TwinStar (voir annexe 1) sont gérés par AXA Belgium, appelée ci-après la compagnie d assurance, dans l intérêt exclusif des souscripteurs et bénéficiaires

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

LES ECHOS DE LA BOURSE

LES ECHOS DE LA BOURSE LES ECHOS DE LA BOURSE Newsletter N 041(25 au 29/07/2011) Dans ce numéro : Evolution graphique des indices 25 au 29 Juillet 2011 Evolution des indices au cours de la période BILAN DE LA SEMAINE AGENDA

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS

MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS MONCEAU FLEURS EMET UN EMPRUNT OBLIGATAIRE 8% PAR AN A TAUX FIXE - DUREE 5 ANS EMPRUNT OUVERT A TOUS ET Transfert des actions MONCEAU FLEURS sur le compartiment Offre Publique d Alternext La durée d investissement

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI)

DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) DÉFINITION DES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIÉES PAR LES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (SCPI) À compter du 1er juillet 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis au sein de l ASPIM, s engagent à déterminer

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

NOTE D INFORMATION RELATIVE A L EMPRUNT NATIONAL 2014

NOTE D INFORMATION RELATIVE A L EMPRUNT NATIONAL 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES NOTE D INFORMATION RELATIVE A L EMPRUNT NATIONAL 2014 Autorisation Décret n 2014-1323 du 22 avril 2014 Dénomination de l emprunt EMPRUNT NATIONAL

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds obligations canadiennes

Plus en détail

3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie?

3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? Sommaire 1. Qu est-ce qu une SCPI? 1.1 Définition 1.2 Fonctionnement d une SCPI 2. Le marché des SCPI 3. Pourquoi investir dans une SCPI via un contrat d assurance vie? 3.1 Avantages et risques liés à

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 5 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain. Le support Conservateur

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 TYPE D ASSURANCE-VIE Happy life AXA Belgium S.A., ci-après happy life, est une assurance vie de la branche 23 d AXA Belgium qui offre certaines garanties (une rente périodique

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt «Tunisie Leasing 2012-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération 1.3. Attestation

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

Comment emprunter dans de bonnes conditions?

Comment emprunter dans de bonnes conditions? Analyser une offre Comment emprunter dans de bonnes conditions? Référence Internet 2166.046 Saisissez la Référence Internet 2166.046 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette

Plus en détail

Rivoli Avenir Patrimoine

Rivoli Avenir Patrimoine Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine 34/36 rue du Louvre - Paris (75) Durée d investissement

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix

afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis N 2002-11 du 22 octobre 2002 afférent au projet de décret relatif aux obligations indexées sur le niveau général des prix Sommaire I - Rappels

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Trimestro Europe 2015

Trimestro Europe 2015 Trimestro Europe 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

DEXIA ÉTHIQUE SICAV NOTICE D INFORMATION. Forme juridique de l OPCVM. Promoteur. Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire

DEXIA ÉTHIQUE SICAV NOTICE D INFORMATION. Forme juridique de l OPCVM. Promoteur. Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire SICAV DEXIA ÉTHIQUE SICAV CONFORME AUX NORMES EUROPENNES A COMPARTIMENTS NOTICE D INFORMATION Forme juridique de l OPCVM Promoteur Gestionnaires financiers (par délégation) Dépositaire Etablissement désigné

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «ATB SUBORDONNE 2009» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale

UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale PARIS, LE 16 juin 2016 UFF lance UFF ACTIO RENDEMENT 2016 en partenariat avec Société Générale Dans un contexte de taux historiquement faibles et afin de répondre aux attentes des investisseurs à la recherche

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

11 Les résultats et les bénéfices

11 Les résultats et les bénéfices 11 Les résultats et les bénéfices non répartis des sociétés par actions Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Les résultats des sociétés par

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL ACCIMMO PIERRE Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE EN INVESTISSANT INDIRECTEMENT DANS L IMMOBILIER D ENTREPRISE

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK

LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK ASSURANCE VIE CAPITALISATION LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK Demande de modifications La vie de votre contrat DSK Demande de modifications (compléter ce document en lettres capitales) Correspondant Cardif

Plus en détail