PRESENTATION DU MICRO-CREDIT EN RDP LAO ETUDE DE CAS D IFDP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRESENTATION DU MICRO-CREDIT EN RDP LAO ETUDE DE CAS D IFDP"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS XII-VAL DE MARNE FACULTE D'ADMINISTRATION ET D ECHANGES INTERNATIONAUX ANNEE UNIVERSITAIRE PRESENTATION DU MICRO-CREDIT EN RDP LAO ETUDE DE CAS D IFDP Mémoire pour le Master 1 Gestion de l Humanitaire et Développement des ONG Anolay VONGSOUTHI EXTRAIT Tuteur: Pierre-Henri CHALVIDAN Maître de stage: Christophe JACQMIN

2 2

3 TABLE DES MATIERES Remerciements...Erreur! Signet non défini. Abréviations... 6 Table des tableaux et des figures... 7 Carte de la République Démocratique Populaire Lao...Erreur! Signet non défini. INTRODUCTION...Erreur! Signet non défini. CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU PAYS...Erreur! Signet non défini. 1.1 Géographie... Erreur! Signet non défini. 1.2 Histoire... Erreur! Signet non défini. 1.3 Politique... Erreur! Signet non défini. 1.4 Population... Erreur! Signet non défini. 1.5 Economie... Erreur! Signet non défini Agriculture... Erreur! Signet non défini Industrie et service... Erreur! Signet non défini. 1.6 Aide humanitaire... Erreur! Signet non défini Les ONG et leurs actions au Laos... Erreur! Signet non défini Le Comité de Coopération avec le Laos... Erreur! Signet non défini Origine et mission...erreur! Signet non défini Structure et fonctionnement...erreur! Signet non défini Perspective d avenir...erreur! Signet non défini Les projets en cours de réalisation...erreur! Signet non défini. CHAPITRE 2 :L APPARITION DE LA MICROFINANCE SELON LA THEORIE CONTRACTUALISTE...Erreur! Signet non défini. 3

4 2.1 Fondement théorique de la microfinance... Erreur! Signet non défini Les limites de la théorie néoclassique... Erreur! Signet non défini La théorie de l agence... Erreur! Signet non défini. 2.2 Le rationnement du crédit ou la raison de l exclusion bancaire... Erreur! Signet non défini. 2.3 La mise en place de solutions alternatives... Erreur! Signet non défini Le secteur informel... Erreur! Signet non défini L intervention gouvernementale... Erreur! Signet non défini L émergence d un secteur financier semi-formel... Erreur! Signet non défini Les coopératives... Erreur! Signet non défini Les organisations non gouvernementales... Erreur! Signet non défini. 2.4 Deux courants de pensée en opposition... Erreur! Signet non défini L approche welfariste... Erreur! Signet non défini L approche institutionnaliste... Erreur! Signet non défini Le schisme de la microfinance... Erreur! Signet non défini. 2.5 Problèmes et enjeux... Erreur! Signet non défini La microfinance est-il un outil efficace de lutte contre la pauvreté?erreur! Signet non défini Le micro-crédit doit-il se privatiser et se commercialiser?... Erreur! Signet non défini. 2.6 Etat de la microfinance dans le monde... Erreur! Signet non défini Situation mondiale... Erreur! Signet non défini Situation régionale... Erreur! Signet non défini. CHAPITRE 3 : LE MICRO-CREDIT EN RDP LAO Le cadre réglementaire La fourniture des services de crédits Le secteur formel Le secteur semi formel Les initiatives en microfinance Les fonds rotatifs Le secteur informel Les bailleurs de fonds

5 CHAPITRE 4 : ETUDE DE CAS IFDP Présentation de la zone d activité : le district de Phongsaly Le Système Financier du District de Phongsaly Des résultats encourageants Des problèmes de remboursement La création de l Institution Financière pour le Développement de Phongsaly Statut juridique Structure Fonctionnement Analyse de la structure IFDP Situation financière Analyse du personnel L expansion des activités vers le district de Boun Neua Un changement de statut à envisager Conclusion Annexe Bibliographie...Erreur! Signet non défini. 5

6 ABREVIATIONS AFD BAD BCEL BM BPA BoL CCL FMI GoL IFDP IMF LDB MCBR MFC MPDF NERI PDDP SOCB UFL Agence Française de Développement Banque Asiatique pour le Développement Banque pour le Commerce Extérieur Lao Banque Mondiale Banque pour la Promotion Agricole Bank of Lao Banque Centrale du Laos Comité de Coopération avec le Laos Fonds Monétaire International Gouvernement de la RDP Lao Government of Lao PDR Institution Financière de Développement de Phongsaly Institution de Microfinance Lao Development Bank Microfinance Capacity Building Research Recherche pour la construction de compétence en microfinance Micro-Finance Centre Mekong Private Sector Development Facility Fonds de développement du secteur privé du Mékong National Economic Research Institute Institut National dans la recherche économique Projet de Développement du District de Phongsaly State Owned Central Bank Banques sous contrôle des autorités Union des Femmes Lao 6

7 TABLE DES TABLEAUX ET FIGURES Tableau 1 : Quelques chiffres sur le Laos...Erreur! Signet non défini. Tableau 2 : ONG et projets par secteur d'activité...erreur! Signet non défini. Tableau 3 : Subventions obtenues auprès des bailleurs de fonds français ( )...Erreur! Signet non défini. Tableau 4 : Taux d intérêts annuels pratiqués dans le secteur formel en Tableau 5 : Portefeuille des SOCBs...14 Tableau 6 : Répartition des domaines d activité des banques (en %)...15 Tableau 7 : Quelques indicateurs socio-économiques du district de Phongsaly...23 Tableau 8 : Résultats du SFDP ( )...24 Tableau 9 : Evolution des indicateurs d activités du SFDP...25 Tableau 10 : Evolution de l efficacité administrative...37 Tableau 11 : Destination du prêt accordé par IFDP...39 Tableau 12 : Description du portefeuille pour chaque agent de crédit...42 Tableau 13 : Indicateur de l efficacité du personnel de terrain...43 Figure 1 : Organigramme interne du CCL...Erreur! Signet non défini. Figure 2 : Répartition régionale de l accès au micro-crédit...erreur! Signet non défini. Figure 4 : Rapport entre les revenus et les dépenses (en KN)...34 Figure 5 : Evolution mensuelle du nombre d emprunteurs...35 Figure 6 : Evolution de l encours de crédit (en KN)...35 Figure 7 : Prévision des résultats financiers sur la zone de Phongsaly et Boun Neua (KN)...44 Taux de change : 1US$ = 9500 KN 1 EURO = KN 7

8 CHAPITRE 3 : LE MICRO-CREDIT EN RDP LAO Dans cette partie, nous présenterons les acteurs et les caractéristiques du marché du crédit afin de montrer les difficultés et les obstacles auxquels sont confrontés les diverses parties prenantes quant à l expansion de la microfinance au Laos. 3.1 Le cadre réglementaire Le cadre réglementaire lié à la microfinance n est pas encore finalisé du fait d une part, d un secteur qui n existe seulement que depuis une dizaine d années sur le territoire laotien et d autre part de la volonté récente des décideurs politiques d utiliser cet instrument dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Même si le cadre réglementaire n est pas encore défini, il existe actuellement trois types de législations concernant les activités de micro-crédit au Laos. : La réglementation No 2 datée du 19 novembre 1994 concerne les coopératives de crédit ; La réglementation sur les coopératives «pilote» d épargne et de crédit ; La réglementation No 10 datée du 22 juin 2005 concerne les IMF. La réglementation sur les coopératives de crédit est ancienne et nécessite des réajustements. Par ailleurs, la création d une loi sur les coopératives «pilote» de crédit et d épargne a fait naître une confusion avec les coopératives de crédit. Il aurait été (peut être) plus judicieux de les regrouper sous une seule loi. La réglementation No 10 sur les IMF différencie celles ayant la possibilité de capter l épargne publique de celles n ayant la possibilité d octroyer seulement des crédits. Mais le capital minimum requis pour les deux institutions est de US$. 8

9 Ces dernières années, de nombreux efforts ont été fournis dans la mise en place d un cadre réglementaire et d une législation adaptée aux caractéristiques de la RDP Lao à travers le «Microfinance Capacity Building and Research Program» (MCBR) ou le programme pour la recherche et la construction des compétences en microfinance. Ce programme regroupe plusieurs institutions nationales : La première structure est née d une collaboration entre le NERI qui est le centre de recherche et de statistique nationale et le CPI (Committee for Planning and Investment). Son rôle est d identifier les méthodes appropriées au développement du secteur et de conseiller les diverses parties prenantes dans l établissement du cadre réglementaire. La deuxième structure impliquée est le «Rural and Micro Finance Committee» (RMFC), un comité interministériel piloté par la BoL et mis en place par le GoL en Ce comité a pour but de préparer une politique nationale et des plans d actions dans le but de développer un environnement capable d accompagner l expansion de la microfinance. Ce comité détient seulement un rôle consultatif et ne possède pas de pouvoir de décision. La création du comité a permis de voir émerger le «Rural and Microfinance Sector» (RMF), à savoir la première politique de grande envergure concernant la microfinance. Approuvé par la Banque Asiatique pour le Développement (BAD), la Banque Mondaile, et NERI-Concern Worlwide, l objectif de cette politique est de développer le secteur de manière «significative, diverse et pérenne». La politique RMF est axée autour de trois actions : Mettre en place une vision commune entre la politique du RMFC et celle du GoL ; Renforcer les initiatives et les IMF dans le but d assurer leur viabilité et leur contribution dans la réduction de la pauvreté (actuellement la majorité des initiatives ne sont pas viables financièrement) ; Développer un environnement politique susceptible d accompagner le développement des IMF d origine diverses (actuellement, la majorité des initiatives sont d origine publique). 9

10 Conscient qu il existe une demande largement insatisfaite, le MCBR a mis en place des études annuelles sur la situation de la microfinance au Laos. L objectif est de développer des données et informations utilisables et accessibles à toutes les structures impliquées dans ce secteur. Malgré ces initiatives et ces bonnes intentions, la situation actuelle montre qu il reste encore des efforts à fournir pour qu un réel consensus voit le jour. En effet, alors que le gouvernement s implique énormément dans la diffusion des bonnes pratiques pour une microfinance viable financièrement, celuici accordent toujours, de même que les agences internationales, des prêts à des taux d intérêts subventionnés à travers les fonds rotatifs et villageois ce qui empêche le développement de structures micro-financières ayant un objectif d autonomie. De plus, le refus du premier ministre en décembre 2005, d autoriser les investisseurs étrangers à prendre une participation au capital des IMFs vient accentuer la confusion sur la réelle volonté du gouvernement de promouvoir le secteur. 3.2 La fourniture des services de crédits Le secteur formel Jusqu en 1988, la RDP Lao disposait d un système mono-bancaire où la Banque d Etat était la seule banque jouant le rôle à la fois de la Banque centrale et des banques commerciales, fournissant principalement les services suivants : supervision autour de la circulation de la monnaie, réception de l épargne et fourniture des crédits à court terme. Dans la continuité des NME en 1986, la RDP Lao, à l instar de son homologue vietnamien, créa en 1988 un système bancaire à deux niveaux afin de répondre à la libéralisation de son marché, en séparant les fonctions de régulation et les fonctions commerciales. Aujourd hui, le secteur bancaire laotien est actuellement en cours de restructuration et se décompose selon le schéma suivant : Bank of Lao (BoL) ou la Banque centrale du Laos est l organe de supervision et de régulation concernant toutes les activités bancaires ; 10

11 Trois banques étatiques ou SOCBs (State Owned Central Bank) : La Banque pour le Commerce Extérieur Lao (BCEL), Lao Development Bank (LDB), et la Banque pour la Promotion Agricole (BPA); Quatre banques privées ou JVCBs (Joint Venture Central Bank) : Vientiane Commercial Bank (VCB), Joint Development Bank (JDB), Phongsavanh Bank (PB) et Lao-Viet Bank (LVB). Celles-ci sont le fruit de plusieurs fusions-acquisitions. Six branches étrangères ou FCBs (Foreign Commercial Bank) : Bangkok Bank, Bank of Aduthaya, Krung Thai Bank, Siam Commercial Bank, Thai Military Bank (Thaïlande) et Public Bank (Malaisie). Les actifs totaux bancaires s élevaient fin 2003 à 507 millions US$ dont une majorité est contrôlé par les SOCBs (64 %). Malgré la présence de ces institutions formelles, le taux de pénétration bancaire s avère l un des plus faibles au monde avec seulement 0,8 filières pour habitants, chiffre comparable à l Ouganda, Ethiopie ou Madagascar. Autre chiffre, seulement 7 % des ménages ruraux bénéficient d un accès au crédit. Cette situation s explique par le fait que les structures commerciales ne s intéressent ou n investissent guère dans l agriculture alors que ce secteur emploie 80 % de la population active. Les banques préfèrent alors placer leurs actifs dans d autres domaines d activités (voir tableau 6). La raison principalement donnée est que le retour sur investissement est faible comme en témoigne la prolifération des prêts non performants («non performant leasing») et que les risques liés au crédit dans ce secteur sont élevés. En effet, un audit mené en 2003 auprès de la LDB et la BCEL a révélé que les prêts non performants représentaient respectivement 85 % et 76 % de leurs portefeuilles. Banque pour la promotion agricole Crée en 1993 comme une banque publique de développement spécialisée dans l agriculture, la BPA a vocation de prendre à son compte la distribution de crédit dans le monde rural. Elle se concentre souvent sur des sous-secteurs et prête à des taux subventionnés (moins de 1 % par mois). Le secteur agricole laotien ne reçoit aucune subvention directe et il n y a pas de prix garantis. La BPA est donc le principal canal de subvention de l agriculture par le financement de la BoL, des fonds publics et de 11

12 l aide internationale. Son encours de crédit est supérieur a son encours de dépôts. Même si la structure ne fournit pas de chiffres, on estime qu environ prêts sont actuellement accordés (entre 30 % et 40 % sont jugés non performants) pour épargnants. Les emprunteurs sont en général réunis en groupe de caution solidaire afin de sécuriser le prêt en l absence de garanties matérielles solides. Malgré cette mesure, on dénonce toujours l insuffisance des capacités de gestion dans la sélection des emprunteurs et des groupes de caution solidaire qui conçoivent toujours le prêt comme un don du fait d une pression au remboursement faible. On évalue également son actif total a 40 millions US$ dont 30 millions destinés au crédit. Supervisée par la BoL et fortement contrôlée par le GoL, la BPA est en cours de restructuration et de recapitalisation. La Banque pour le Commerce Extérieur Lao La BCEL est la plus banque la plus importante en RDP Lao. Crée en 1975, la structure a transformé ses services pour les orienter exclusivement vers le secteur commercial en Fin 2003, ses actifs représentaient 160 millions US$ pour 201 millions en dépôts et 99 millions US$ en crédit dont 85 % de NPL. La BCEL est le plus grand fournisseur de fonds concernant les activités commerciales au Laos. Lao Development Bank Cette structure est le résultat d une fusion entre deux SOCBs (Lao May Bank et Lanexang Bank) réalisées en Disposant d un personnel de 860 personnes, son volume d activité est inférieur à la BCEL. En 2004, la banque disposait d un actif total de 94 millions US$. 22 millions étaient destinés à des prêts dont 76 % était non performants. Les JVCBs et les FCBs possèdent une structure et des parts de marché assez faible en raison de la domination des SOCBs. Réseau Les SOCBs sont les plus présentes sur le territoire de la RDP Lao : La BPA détient le plus grand réseau par la présence de structures locales dans chacune des 17 capitales provinciales et d environ 55 bureaux repartis sur les 141 districts. La LDB détient à peu près le même réseau que la BPA mais celui-ci a tendance ces dernières années à se restreindre du fait de la fermeture de quelques guichets au niveau district (au nombre actuellement de 29). La BCEL ne considère pas la population rurale comme ses 12

13 clients de base. C est pourquoi elle dispose seulement de six filières situées dans les villes à forte densité comme Champassak, Khammouane, Luang Namtha, Luang Prabang, Oudomxay, et Savannakhet. Quant aux JCVBs et FCBs, elles ont un réseau de distribution très limité avec seulement quelques branches à Savannakhet et Champassak. D une manière générale, la population urbaine bénéficie d un meilleur accès aux services financiers car toutes les banques disposent d au moins une branche dans chacune des capitales provinciales. Taux d intérêt et caractéristiques des crédits accordés Le tableau 4 nous montre les taux d intérêts pratiqués en fonction de chaque secteur pour chacune des banques. Les JVCBs et les FCBs fixent en général leur taux en se basant sur ceux pratiqués au niveau international en le faisant fluctuer en fonction de la solvabilité de l emprunteur, du risque d inflation du kip et des coûts administratifs. On peut noter que le taux d intérêt est en moyenne de l ordre de 25 %. Les SOCBs fixent en général des taux légèrement en dessous de ceux pratiqués par les JVCBs et les FCBs. Les banques Etatiques font varier leur taux en fonction du secteur dans lequel le crédit est demandé plutôt que sur les risques liés à l emprunt ce qui par conséquent ne reflète pas les risques de transaction liés au prix. Ceci peut entraîner par la suite de nombreux NPLs. Les crédits accordés par les SOCBs sont généralement à court terme, étant donné le niveau actuellement faible de la monnaie locale (le kip) par rapport au dollar (ce qui amène parfois des énormes liasses de billets) et d un risque plus élevé à long terme. En accord avec les directives gouvernementales, la BPA continue de pratiquer ses taux d intérêts subventionnés à destination du secteur primaire même si on assiste à un changement dans la mesure où les taux commencent à être fixés en fonction du marché. 13

14 Tableau 1 : Taux d intérêts annuels pratiqués dans le secteur formel en 2006 Banque Secteur Court Terme Moyen et Long terme BCEL Agriculture Industrie Services LDB BPA Agriculture Industrie Services Agriculture Industrie 30 - Services 30 - JVCB FCB Source:BAD, 2006 Comme le montre le tableau 5, le nombre d emprunteurs est inversement proportionnel à la taille des portefeuilles de crédits. Ainsi, la BCEL dispose du plus grand portefeuille de prêts (78 millions US$) et en même temps du plus faible nombre d emprunteurs avec des montants accordés largement supérieurs à ceux accordés par la LDB ou la BPA. Cette dernière, concentrant le plus grand nombre d emprunteurs, se voit dans l obligation d accorder des sommes en fonction de leurs fonds disponibles. Tableau 2 : Portefeuille des SOCBs BCEL LDB BPA Nombre d'emprunteurs Montant total des prêts en cours (million US$) Montant moyen emprunté (US$) Source : BAD, 2006 Sur un autre plan, les trois SOCB (BCEL, LDB et BPA) sont les principaux acteurs sur les domaines d activités du tableau 6 qui montre la part d investissement pour chacune des banques. D un coté, la BPA est le principal fournisseur de crédit dans le domaine agricole en totalisant 66% des prêts accordés. De l autre, la BCEL est le principal acteur dans l industrie (53 %), le commerce (41 %) et 14

15 l artisanat (62 %). De son coté, la LDB ne joue pas les premiers rôles mais dispose d un portefeuille plus diversifié avec une préférence pour l artisanat (23 %). Les JVCB et les FCB développent essentiellement leurs activités dans un souci d échanges industriels et commerciaux (respectivement 45 % et 34 %) avec les pays voisins, notamment la Thaïlande. Tableau 3 : Répartition des domaines d activité des banques (en %) Agriculture Industrie Commerce Artisanat SOCB dont BCEL LDB BPA JVCB FCB Source : BAD, 2006 En résumé, on peut dire que le secteur bancaire formel ne dessert en général que les zones à forte densité de densité de population et délaisse les zones rurales. Ceci peut s expliquer par le fait que ces zones sont jugées non rentables, plus risquées et surtout ne répondant pas aux besoins d une population en majorité agricole. La faible présence des banques étatiques dans les zones à faible densité accentue un peu plus cette situation et retarde les objectifs fixés par le GoL. Par ailleurs, la restructuration de la BPA, seul banque à accorder des micro-crédits en zone rurale, empêche actuellement l accès à une grande partie de la population exclue du système bancaire. Dès lors, de nombreuses structures ou institutions ont entrepris de prendre le relais de la BPA en s implantant dans plusieurs régions reculées du Laos Le secteur semi formel Remarque : Pour des raisons pratiques, nous ne présenterons que les structures les plus importantes et les plus connues (pour plus de renseignements, se référer à l annexe 2 et 3). 15

16 Les initiatives en microfinance Coopérative de Crédit de Soutien aux Petites Unités de Production (CCSP) Ce réseau, qui a été crée en 1996 sur l initiative d un groupe d entrepreneurs laotiens, est la seule coopérative enregistrée sous l autorité de la Banque centrale. Composée de 13 coopératives réparties dans 9 provinces1, le réseau fournit des services micro-financiers dans le domaine de l agriculture, l artisanat ou les services. Le réseau des CCSP a été appuyé à l origine par deux organismes internationaux : Alterfin (Belgique) et la SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement de l Investissement). Ceux-ci sont cofondateur du Fonds Coopératif (FC), une institution de refinancement et d assistance technique des CCSP crée en janvier 2002 avec la participation des coopératives et de quelques petites entreprises lao. Le FC est enregistrée comme une société à responsabilité limitée En 2005, les 13 CCSPs et les quatre entreprises laotiennes détenaient 52 % du capital. Les 48 % restants sont détenus par SIDI, Alterfin, Rabobank et DGRV pour un capital total de US$ membres sont recensés et prêts sont en cours dans 167 villages. Les 13 CCSPs emploient 31 personnes à plein temps. Le taux d intérêt pratiqué était de 41 % par an soit 3,4 % par mois. Rural Development Cooperative (RDC) Formée par un ancien cadre de la BPA, les activités de la RDC ont commencé en août 2001 avec le soutien du «Vientiane Municipal Development Fund» après la faillite de deux coopératives de crédit dans la zone de Vientiane. Avec un capital de US$, RDC développe ses services d épargne et de crédit pour environ membres répartis dans 46 villages. La RDC offre deux types de prêts pour une durée maximum de 6 mois : Les membres se portant en groupe de caution solidaire peuvent se voir attribuer des prêts jusqu à 2 millions de kip. Les prêts individuels sont accordés de 2 à 10 millions de kip. Le taux d intérêt est le même dans les deux cas soit 5 % par mois. Concernant l épargne, le taux d intérêt annuel est de 9 % pour les dépôts accessibles ou «retirable» à tout moment ; Dans le cas d une épargne non accessible, le taux d intérêt varie en 1 Luangprabang, Vientiane et la Municipalité de Vientiane, Xiengkhouang, Saravane, Attapeu, Sékong, Champassak et Savannakhet 16

17 fonction de la durée : 11 % pour 3 mois, 13 % pour 6 mois et 15 % pour 12 mois. La RDC est sous la surveillance de son conseil d administration qui est composé de cinq personnes, dispose de 8 employés et rémunère le chef de village à hauteur de 2 % du prêt (une personne doit avoir l accord du chef de son village avant de devenir membre). Savings & Credit Unions (SCUs) Elles sont le fruit d un programme nommé «Credit Union Pilot Project» dont l objectif est d élargir les services financiers vers les plus pauvres, et d institutionnaliser le mode de fonctionnement des SCUs. Trois coopératives d épargne et de crédits ont été crée en 2004 à Vientiane, Luangprabang et Savannakhet sous l impulsion de la BAD. Rassemblant au total membres2, les trois SCUs dispose en moyenne d un encours de crédit entre et US$ avec un taux d arriéré d environ 30 %. Ekphatthana Microfinance Institution (EMI) Crée par 11 investisseurs locaux, EMI est la première institution de microfinance disposant d une licence sous la nouvelle réglementation du 22 juin D une durée maximum d un an pour un taux d intérêt de 4 %, les prêts sont de type individuel (montant maximum de 150 US$) et collectifs (montant entre 150 US$ et 500 US$). EMI accorde également des prêts pour les PME (entre 500 US$ et US$) ainsi que pour les autres institutions financières semi-formelles en manque de capital. Les produits d épargne viennent compléter les offres de crédits, ceux-ci se concentrant actuellement autour des zones urbaines de Savannakhet et Paksé. Le projet Microfinance Ce projet lancé en 1997 pour une durée de 5 ans était l une des premières initiatives au Laos. Financé à l époque par le gouvernement lao, le PNUD et le Fonds d Equipement des Nations Unies (FENU), le projet a consisté dans la création de 3 structures, dont deux destinées à la population rurale (Oudomxay 2 Rural & Micro-Finance in the Lao PDR and possible areas for German Technical Assistance Support,

18 au nord-ouest et Sayabouri à l ouest) et l une plutôt à la population urbaine (Vientiane), ceci étant complétées par la création de centre de formation et d assistance (Microfinance Training Centre). Les organisations internationales se sont retirées en 2002 du fait d une divergence de point de vue avec les autorités nationales, notamment concernant l application du taux d intérêt. Aujourd hui, le projet continue sous la supervision du Ministère des Finances. Les trois structures de micro-crédit gèrent au total membres en appliquant un taux de 4 % par mois Les fonds rotatifs Plus de 35 ONG (Care international, German Agro Action, Oxfam Belgique ) et quelques agences bilatérales et multilatérales de développement (Union Européenne, GTZ, Lao Luxembourg Development ) ont crée de nombreux projets micro-crédit par l installation de fonds rotatifs qui prennent la forme de prêts en nature ou de prêts en espèces. Les prêts en nature consistent dans le prêt d animaux pendant une durée limitée pour les aider à améliorer leur production. Ces prêts sont généralement remboursés en liquide une fois que les villageois auront réussi à dégager une marge de bénéfice suffisante. Ces prêts en nature prennent souvent la forme de banque animale ou banque de riz. A l inverse, les prêts en espèces consistent à octroyer des crédits à des taux d intérêts très faibles pour une population se situant en dessous du seuil de pauvreté. D une manière générale, ces fonds rotatifs dont la viabilité et la pérennité n est pas l objectif principal, se situent surtout dans les zones rurales isolées afin de répondre à une demande qui n est actuellement pas satisfaite par les banques étatiques, les coopératives ou les IMF. On dénombre environ fonds rotatifs répartis sur le territoire laotien. L UFL est souvent sollicitée comme intermédiaire par les organisations internationales pour mener à bien ces fonds rotatifs du fait de leur implantation et de leur influence au niveau du district, de la province et du gouvernement dont elle est l un des partenaires. 18

19 3.2.3 Le secteur informel Selon une étude réalisée par la BAD, 61% des prêts sont réalisés par les ménages les plus riches à destination de leurs familles et amis. Les 34 % restants sont le fait des tontines ou des usuriers. Les tontines Plus connue sous le nom de Lin Houay ou Lin Ngeun, ces formes de prêts commencent à se répandre dans les zones urbaines, souvent près des marchés. Les membres participant à ces fonds sont en général au nombre de 30. La rotation est journalière (1 US$), hebdomadaire (200 US$) ou mensuelle (400 US$). Les fonds sont attribués à chaque tour. Le premier tour est obligatoirement réservé à l organisateur. Au-delà du premier tour, le participant qui propose l'enchère la plus élevée remporte le second tour et ainsi de suite. Le montant de la levée est la même pour tous, alors que celui des mises diffère selon l'ordre de la levée. Ainsi, plus tôt est la levée et plus long sont les remboursements. Le montant obtenu s élève en moyenne à 941 US$. Les usuriers En raison des prêts accordés à des taux d intérêts élevés, les usuriers sont peu nombreux et ne bénéficient pas d une grande cote de popularité envers les emprunteurs. Les prêts sont en général de courte durée (environ cinq mois) et soumis à un contrat et garantie entre les deux parties. Les taux d intérêts maximums pratiqués sont en général de 30 % par mois. Cependant on constate que ces taux se situent en moyenne autour de 12 %. Les ménages Ceux-ci sont en général des ménages plus aisés que la moyenne. Ces personnes accordent des prêts essentiellement à des membres de leurs familles ou à des amis proches. Ces prêts peuvent s étaler sur une durée de deux ans mais on constate que ceux-ci tournent autour de quatre mois. Les taux d intérêts appliqués sont d environ 4 % par mois soit trois fois moins que les taux appliqués par les usuriers. 19

20 3.3 Les bailleurs de fonds La BAD est le principal bailleur de fonds concernant la microfinance au Laos. La banque assure le principal rôle concernant la restructuration des SOCBs et la promotion du micro-crédit depuis Cependant, ces programmes sont actuellement en suspens depuis mi-2004 du fait du refus du GOL concernant les réformes à adopter pour l attribution des fonds (voir annexe 4, 5 et 6). L Union Européenne s investit principalement dans la formation et le développement des compétences bancaires pour la BoL et les SoCBs. L agence internationale a dépensé plus de 3,5 millions euros pour des résultats assez mitigés. MPDF, un programme regroupant de nombreuses agences internationales et géré par une filiale de la Banque Mondiale, dispose d expériences antérieures par des formations en microfinance au Vietnam et au Cambodge soit des pays culturellement et économiquement proches. L organisation a notamment fourni son appui technique au réseau des CCSP. MPDF apporte actuellement son soutien au développement de la microfinance au Laos à travers la mise à disposition de ses ressources financières destinées à la structure d appui technique MFC. L AFD a fourni ses efforts pour le développement de la microfinance notamment au travers du PDDP (par l intermédiaire du SFDP) et par le projet de développement rural des quatre districts de Sayabouri (au sud du Laos). Ces deux projets furent réalisés par le CCL. L AFD se distingue par deux approches qui pourraient jouer un rôle important dans l émergence des IMFs. En effet, le plus grand bailleur de fonds français garantit d une part le programme ARI (Assurance pour le Risque des Investissements) qui facilite l accès des IMF aux prêts des banques étatiques (à hauteur de 50 % du crédit). D autre part, l AFD finance la structure PROPARCO qui investit dans les entreprises privées incluant les IMF comme il le fait avec AMRET, la plus grande IMF du Cambodge. L ONG Concern Worlwide est un acteur incontournable dans le domaine du micro-crédit au Laos En effet, elle joue un rôle d assistance et de conseil technique à travers le projet «MF Capacity Building & Research Programme» en collaboration avec le NERI. Le projet s est terminé en juin 2007 mais une extension du partenariat a été prévue. Depuis 2003, ses principales activités sont : Réaliser une étude annuelle sur la microfinance. 20

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises

Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Dossier de presse Partenariat renforcé entre l Europe et Creasol en région PACA : 1 M en faveur des micro-entreprises Institut de Microfinance Créa-Sol 26 rue Montgrand - 13006 Marseille 04 91 57 72 15

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011

RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 Programme des Nations Unies pour le Développement RAPPORT ANNUEL DE PROJET - FSMFQD ANNEE 2011 1 Résultats par rapport aux objectifs Award ID Titre du projet Effet UNDAF Effet du CPAP Partenaire de mise

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM Dakar 11 &12 mai 2014 Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien Olivier Hassler Housing Finance Consultant ohhfinance@gmail.com 1 Aperçu du crédit

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

REglement d organisation de

REglement d organisation de REglement d organisation de Burkhalter Holding AG Par souci de simplicité, le texte suivant utilise uniquement la forme masculine pour les désignations comprenant des formes féminines et masculines. I.

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES 2011 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241

Demande de financement. Tel : 40771390 BP 241 Demande de financement Tel : 40771390 BP 241 1 Institution de Microfinance Association Base Fandima 1. Présentation de l Association Base Fandima 2. Les besoins de l Association Base Fandima 3. L Association

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail