MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO"

Transcription

1 MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO INTRODUCTION La bonne gestion du parc des dispositifs médicaux est un élément essentiel à la vie d un établissement de santé, notamment dans le cadre de la continuité de fonctionnement des services de soins. En une décennie, les services de maintenance biomédicale ont pris une part croissante dans l activité de ces établissements. La traçabilité des opérations de la maintenance et de contrôle qualité des dispositifs médicaux fait l objet de l actualité. Cependant, les textes officiels émergent quant à l obligation de maintenance de certains dispositifs pour des fins de sécurité de soins délivrés aux patients. Afin d assurer la traçabilité des opérations effectuées sur le parc des dispositifs médicaux, il faut tenir à jour un registre de sécurité, qualité et maintenance (RSQM), aussi bien que le décret français N du 05 Décembre 2001 l exige. La norme XP S propose le RSQM permettant, pour chaque dispositif médical, d enregistrer toutes les opérations qui sont effectuées sur celui-ci. Ce registre, pouvant être assujetti aux contrôles externes, sa mise à jour est d une nécessité indéniable en vue de se mettre en conformité vis-à-vis de la réglementation. Vu l évolution du parc des équipements des établissements sanitaire (hôpitaux, CS ) au fil des années, le registre de sécurité, qualité et maintenance (RSQM) informatisé s avère plus adéquat pour répondre aux besoins des établissements. I. LE REGISTRE DE SECURITE, QUALITE ET MAINTENANCE I.1. TERMES ET DEFINITIONS a. Maintenance : Ensemble des actions permettant de maintenir ou rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé. b. Maintenance préventive : Maintenance effectuée selon des critères déterminés, dans l intention de réduire la probabilité de défaillance d un bien ou la dégradation d un service rendu. c. Maintenance corrective : Maintenance effectuée après défaillance. d. Sureté de fonctionnement : Ensemble des aptitudes d un bien qui lui permettent de remplir une fonction requise ou sa fonction, au moment voulu, pendant la durée prévue, sans dommage pour lui-même et son environnement. La sureté de fonctionnement se caractérise par généralement par les quatre paramètres suivants : fiabilité, maintenabilité, disponibilité et sécurité. e. Contrôle qualité interne/externe : Ensemble des opérations destinées à évaluer les performances revendiquées par le fabricant au moment de sa mise sur le marché ou, le cas échéant, fixées par l organisme, les textes, les lois et règlements en vigueur. Il est dit, interne s il est réalisé par l exploitant, et externe, s il

2 est réalisé par un organisme indépendant. f. Contrôle de sécurité : Ensemble des opérations destinées à évaluer le maintien de la sécurité auxquelles le dispositif doit répondre. Ces opérations de sécurité sont définies par les textes, les lois et les règlements en vigueur. Le contrôle de sécurité est dit, interne s il est réalisé par l exploitant, et externe s il est réalisé par un organisme indépendant. g. Dispositif médical : Tout instrument, appareil, équipement, matériel ou autre article, utilisé seul ou en association, y compris le logiciel nécessaire à son bon fonctionnement, destiné par le fabricant à être utilisé chez l homme à des fins : - de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement ou d atténuation d une maladie; - de diagnostic, de prévention, de contrôle, de traitement, d atténuation ou de compensation d une blessure ou d un handicap; - d étude, de remplacement ou de modification de l anatomie ou d un processus physiologique ; - de maitrise de la conception et dont l action principale voulue dans ou sur le corps humain n est pas obtenue par des moyens pharmacologiques, immunologiques ou par métabolisme, mais dont la fonction peut être assistée par de tels moyens. h. Fournisseur : Organisme ou personne qui fournit un produit ou un service. i. Fabricant : Personne physique ou morale responsable de la conception, de la fabrication du conditionnement et de l étiquetage d un dispositif en vue de sa mise sur le marché en son propre nom, que ces opérations soient effectuées par cette même personne ou pour son compte par une tierce personne. j. Exploitant : Personne physique ou légale assurant l exploitation d un dispositif à des fins médicales pour son installation, son usage. L exploitant réalise ou fait réaliser les opérations nécessaires de maintenance, de contrôle qualité et de sécurité pour assurer la sureté de fonctionnement du dispositif. Qu il réalise la traçabilité des opérations ou qu il la fasse réaliser, l exploitant est et reste le responsable des résultats et des enregistrements. I.2. TEXTES REGLEMENTAIRES (FRANÇAIS) LIES A L OBLIGATION DE MAINTENANCE L arrêté du 3 Octobre 1995 : relatif aux modalités d utilisation et de contrôle de matériels et dispositifs médicaux assurant les fonctions et actes cités aux articles D et D du Code de la Santé Publique. Son champ d action est axé autour des matériels d anesthésie et de suppléance et des dispositifs de surveillance et d entretien clinique per et post-opératoires. Le décret N du 5 Décembre 2001 : relatif à l obligation de maintenance et de contrôle qualité des dispositifs médicaux. Son champ d action est axé autour des dispositifs médicaux radiogènes et dispositifs médicaux de la classe II b et III. Il recommandera cependant, la traçabilité de ces opérations par le biais d un registre de traçabilité détaillé ultérieurement. L arrêté du 3 Mars 2003 : fixant la liste des dispositifs médicaux soumis à l obligation de maintenance et de contrôle qualité. Il reflète le décret N du 5 Décembre certainement, la pertinence de réfléchir sur la maintenance des dispositifs dont l obligation n est pas abordée dans les textes réglementaires susmentionnés a fait l objet d autres textes officiels et issue de

3 l expérience des services dans le milieu hospitalier et des alertes de la matériovigilance sur certains dispositifs émanant de l AFSSAPS et autres organes publics. Le tableau suivant illustre la liste des principaux dispositifs médicaux soumis à l obligation de maintenance. Décret N du 5/12/01 et arrêté du 3 mars 2003 DOMAINE Radiodiagnostic Radiothérapie Médecine Nucléaire Imagerie Suppléance fonctionnelle Réchauffement patient Chirurgie DISPOSITIFS MEDICAUX Production d images : Radiographie ou Radioscopie (fixe ou mobile, conventionnelle ou numérisée), Scanner, Mammographe, Ostéodensitomètre, Injecteur de produit de contraste Interprétation des images : Négatoscope, Chaîne numérique Délivrance des traitements : Radiothérapie, Curiethérapie Console de dosimétrie opérationnelle Réalisation des actes : Gamma Caméra, PET Scan Finalité Diagnostique : IRM Finalité Thérapeutique : Lithotripteur Rénale : Hémodialyse, Hémofiltration, Dispositif de traitement et boucle de traitement de l eau de dialyse Cardiaque : Circulation extracorporelle, Appareil de contrepulsion, Stimulateur temporaire, Défibrillateur Table de réanimation Néonatale, Rampe chauffante, Incubateur Générateur pour couvertures soufflantes. Couverture électrique Instrumentation électro-chirurgicale : Bistouri, Coelio chirurgie Ophtalmologie : Laser thérapeutique, Phaco émulsificateur Perfusion Pousse-seringue, Pompe à perfusion, PCA Monitorage Moniteurs de suivi patient pour les paramètres vitaux : Cardiaque, Ventilatoire, Système nerveux central Ventilation Artificielle Ventilateur d anesthésie et de réanimation Humidificateur chauffant Autres textes réglementaires DOMAINE DISPOSITIFS MEDICAUX REFERENCE DU TEXTE Désinfection Laveur-désinfecteur d endoscopes Circulaire DH/EM1 n du 15 juillet 1998 Alerte matériovigilance du 19/04/01 Stérilisation Autoclaves Arrêté du 15 mars 2000 modifié (JO n 96 du 22 avril 2000)

4 Poids et mesure Laboratoires (GBEA) Support Patient Divers Systèmes de pesée à visée thérapeutique : Pèse-bébé, Pèsepersonne, Pèse-lit, Système de pesée sur lèvemalade Balances de précision des laboratoires. Instruments de pesée des pharmacies à usage intérieur (PUI) Centrifugeuses, pipettes, automates, biologie délocalisée (gaz du sang ), lecteurs de glycémie Table d opération, Lit médicalisé au domicile du patient, Lève-patient Fluides médicaux : Centrales, accessoires Arrêté du 22 mars 1993 modifié relatif au contrôle des instruments de pesage à fonctionnement non automatique (JO n 74 du 28 mars 1993). Arrêté du 26 novembre 1999 modifié (JO n 287 du 11 décembre 1999) : Guide de Bonne Exécution des Analyses de biologie médicale (GBEA). Circulaires DH/EM1 N du 27 janvier 1998 Circulaire DH/EM1 N du 12 août 1996 Alerte Matériovigilance du 25/07/02 Circulaire DH/EM1 N du 22 juillet 1996 Circulaire DH/EM1 N du 30 janvier 1997 Circulaire DGS/3 A/667 bis du 10 octobre 1985 A part les équipements repris dans les tableaux ci-haut, le RSQM s avère indispensable pour d autres équipements dont la traçabilité suscite un grand intérêt, vu leur criticité, en fonction des fins médicales auxquelles elles sont conçues et de services utilisateurs. I.3. LA CLASSIFICATION DES DISPOSITIFS MÉDICAUX ET LE MARQUAGE CE Cette classification permet d identifier les dispositifs concernés par l arrêté du 3 Mars 2003 et qui sont donc soumis à l obligation de maintenance et de contrôle qualité. Il est à rappeler que c est le fabricant qui attribue la classe à son dispositif avant sa mise sur le marché en fonction du risque associé et en rapport aux finalités médicales auxquelles est envisagé le dispositif. Eventuellement, le fournisseur devrait disposer d un certificat de conformité aux exigences européennes, ce, effectivement, dans le but d identifier avec certitude la classe du dispositif. Il faut toutefois distinguer la classe médicale de la classe électrique du dispositif médical. Si bien qu elles portent des codifications similaires, elles sont distinctes l une par rapport l autre. La norme NFC définit les classes électriques des dispositifs médicaux que l on trouve souvent marquées sur les dispositifs.

5 Classe 0 Matériel ayant reçu une isolation principale mais n ayant pas en toutes ses parties une double isolation ou une isolation renforcée, et ne comportant pas de dispositions permettant de relier les parties métalliques accessibles, s il en existe, à un conducteur de protection Classe I Symbole non obligatoire Matériel ayant au moins une isolation principale en toutes ses parties et comportant l ensemble des dispositions permettant de relier ses parties métalliques accessibles à un conducteur de protection. La sécurité est obtenue par l'isolation et connexion à la terre des parties métalliques de l'appareil pouvant être sous tension en cas de défaut. Mise à la terre obligatoire Classe II Symbole obligatoire Matériel dont les parties accessibles sont séparées des parties actives par une isolation ne comprenant que des éléments à double isolation ou à isolation renforcée, et ne comprenant pas de dispositions permettant de relier les parties métalliques accessibles, s il en existe, à un conducteur de protection. La double isolation et l isolation renforcée doivent respecter les prescriptions des distances dans l air, ligne de fuite et d épaisseur d isolant. Elles doivent être vérifiées par des tests électriques. La sécurité est obtenue par une double isolation. Aucune partie métallique n'est reliée à la terre Classe III Matériel prévu pour être alimenté sous une tension ne dépassant pas les limites de la très basse tension (T.B.T. limitée à 50V) et n ayant aucun circuit, ni interne, ni externe, fonctionnant sous une tension supérieure à ces limites. Il faut distinguer les appareils à alimentation électrique interne et les appareils alimentés par l'intermédiaire d'un transformateur séparé qui pourra être de classe 1 ou de classe II. TYPES CARACTERISTIQUES Tout appareil en contact avec le patient, excepté les appareils à applications Type B cardiaques directes. Les circuits en contact avec le patient peuvent être reliés à la terre. Type BF Tout appareil en contact avec le patient, excepté les appareils à applications cardiaques directes. Les circuits en contact avec le patient sont de type F (flottant). Appareil approprié aux applications cardiaques directes. Les circuits en contact Type CF avec le patient sont de type F. Le courant de fuite toléré est beaucoup plus faible que dans le type BF. Appareils BF et CF protégés contre les effets des défibrillateurs Symbole Type BF Symbole Type CF

6 Cependant, la directive 93/42/CE établit le marquage CE des dispositifs médicaux afin que ces derniers puissent circuler librement dans l Espace Economique Européen (EEE). L apposition du marquage CE est effectuée par des organismes notifiés après la validation technique des dispositifs médicaux. La classification en s appuyant sur les critères suivants : - Le type de dispositifs invasifs ou non-invasifs - La dépendance d une source d énergie - La partie du corps en contact avec le dispositif - La visée thérapeutique ou diagnostique - La durée d utilisation - La possibilité ou non de réutilisation Enfin, en fonction des risques encourus par les patients, les utilisateurs ou les tierces personnes. Classe I : faible degré risque Classe II a : degré moyen de risque Classe II b : potentiel élevé de risque Classe III : potentiel très sérieux de risques (comprend les dispositifs médicaux implantables actifs) Vulnérabilité du corps humain I.4. LA NORME NF S Risque potentiel du DM Elle énonce le modèle et la définition pour l établissement et la gestion du registre de sécurité, qualité et maintenance d un dispositif médical (RSQM). Le registre RSQM, absolument, propre à chaque dispositif médical concerné, se doit enregistrer toutes les opérations de maintenance, de contrôle qualité et des contrôle de sécurité menées sur ce dernier dès sa toute première mise en service jusqu à son retrait du parc, le registre étant toutefois accessible dans la période allant jusqu à cinq ans après la réforme du dispositif. Cette norme définit la forme du registre RSQM par différentes fiches qui peuvent être reproduites sous le format papier ou informatisé (voire même la GMAO), et de ce fait, la GMAO se devra proposer d éditer pour chaque dispositif, le minimum des exigences de la norme.

7 Pour un RSQM informatisé, il faudra tenir compte des éléments clés telles que : l accessibilité plus ou moins facile aux données, la facilité de la mise à jour, une navigation aisée entre les données et enfin la sécurisation des données afin d éviter toutes les altérations pouvant se faire occasionner sur les données du registre de sécurité. Par ailleurs, le RSQM, étant le moyen le plus fiable pour tracer et éventuellement un outil indispensable pour la gestion des dispositifs médicaux, il convient de déterminer la responsabilité de chacun des acteurs du RSQM. Le synoptique suivant reprend toutes les actions nécessaires pour une mise en place d un registre RSQM via la GMAO. Il faut toutefois se fixer l idée que si l on ne dispose pas d un inventaire, il est pratiquement impossible d établir un registre RSQM. II. LA MISE EN PLACE DU REGISTRE RSQM VIA LA GMAO la qualité du RSQM est liée à l exhaustivité à la fiabilité des données d une part, mais aussi et avant tout à la qualité de l organisation de la fonction maintenance. Le RSQM format papier ou informatique doit être composé de trois fiches obligatoires et d une fiche optionnelle. Contenu du RSQM (selon la norme XP S ). FICHE I : DESCRIPTION DU DISPOSITIF MEDICAL

8 Description du Dispositif Médical COMMENTAIRES EXEMPLE Nom Utiliser les codifications type Moniteur de surveillance multiparamétrique N d identification dans Spécifique à chaque établissement, N 9714 l établissement (N d inventaire) d inventaire des services économiques. N unique Type (modèle) Drager (Infinity Gamma) Série Numéro gravé par le fabricant ASBB-0099 Classe CE I, IIa, IIb, III vérifiable sur les IIb déclarations de conformité CE FABRICANT (non, Zone à relier au fichier fournisseur Drager coordonnées ) FOURNISSEUR Zone à relier au fichier fournisseur Médicar Nom Coordonnées EXPLOITANT Cette zone permet de définir qui est le responsable du DM. Par exemple dans le cas des mises à Disposition, des B.O. du l hôpital A Date de réception Responsable de la réception : Statut de la réception : - conforme à la commande - Non conforme à la commande Date de mise en service Responsable(s) prêts ou des locations La phase de la réception peut permettre d étiqueter le DM Date de départ de la garantie ; l utilisateur devient exploitant 17/04/2010 Mme X Statut de la réception : - conforme à la commande 17/04/2010 Mme X M. X de l hôpital A M. Y de la société Medicar Durée de garantie Durée d exploitation LOCALISATION Site Soit définie ou estimée par l exploitant, soit par des textes (générateurs de radiologie, 25 ans). Différent de la durée d amortissement 1 an 10 ans Salle 1

9 Remar ques : Service Référentiels Textes réglementaires (décret, arrêtés) Décret de référence DM rattachés Modules, accessoires Modules Multiparamétrique Coûts Indiquer les prix obtenus à l achat Acquisition Installation Formation Contrats de maintenance Cette information peut faire l objet non Versions logicielles Commentaires d une fiche spécifique De nombreux DM ayant une partie informatique, il est judicieux de suivre cette information Demander au fournisseur au moment des achats (si elle existe) - Tout autre champ considéré comme utile peut être rajouté (Documentation ) - Les informations sur la formation des utilisateurs peuvent être rajoutées au RSQM, sans caractère obligatoire. FICHE 2 : DESCRIPTION DES OPERATIONS Permet de décrire les textes, opérations, références applicables à ce dispositif médical ; On peut avoir plusieurs opérations décrites par dispositif médical, ces fiches peuvent donc être numérotées. Description du Dispositif COMMENTAIRES EXEMPLE Médical Description de l opération Description rapide de l opération Contrôle Qualité Interne Type d opération Contrôle Qualité Interne Contrôle Qualité Externe Maintenance Préventive Maintenance Corrective Calibration Contrôle Sécurité Réforme ou rebut Contrôle Qualité Interne Elément déclencheur Compétences requises de l intervenant Mode opératoire Bon de travaux, planning, compteur horaire, mesure Définition des formations, savoir-faire, habilitation requis pour effectuer l opération. Le mode opératoire est décrit dans cette zone s il est court ou bien fait l objet d une fiche optionnelle (F3). FICHE 3 : RÉALISATION DES OPERATIONS Planning préventif Technicien biomédical Fiche Contrôle de Qualité appareils de monitorage du (SNITEM) + tableau de tolérances Moniteurs Drager FICHE 4: RESULTAT DES OPERATIONS

10 Une fiche par opération ( par exemple à chaque préventif ou curatif) Description des opérations Commentaires Exemple Référence du type d action Se reporter à la fiche F2 pour Contrôle qualité interne renseigner ce champ Intervenant(s) Non du technicien biomédical, M. X technicien Biomédical du sous-traitant, du personnel soignant Résultat : Conforme Non conforme Description des résultats Pas de description Fiche d enregistrement Rapport Champ obligatoire et très important qui permet de valide la conformité Résultat : Conforme Description des résultats Fiche d enregistrement CQ appareil de monitorage Date de début 10/12/2012 Date de fin d opération Fin d opération en cours 11/12/2012 Suites données Décrit Sans suite Sans suite Contrôle qualité Déclaration Matériovigilance Restriction d utilisation Maintenance Contrôle de sécurité Action de formation Dérogation d emploi Réforme Mise hors service A renseigner obligatoirement, au minimum «sans suite» Si non conforme, renvoi obligatoire à une nouvelle opération Cause de l opération Elément déclencheur, description du défaut Les principales actions à entreprendre: - Inventorier tout le parc. - Partant de ce qui existe déjà dans la GMAO, identifier les DM concernés par le RSQM et les distinguer des autres DM. - Adapter la GMAO aux fiches RSQM de manière à rendre l inventaire plus productible. II.2. LA PROCEDURE DE LA MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SECURITE ET LES RISQUES ASSOCIES Cette procédure définira bien les responsabilités de chacun des acteurs, les documents nécessaires ainsi que leurs dépôts (les supports).

11 PROCEDURE N INDICE 0 CENTRE HOSPITALIER X Service Biomédical Mise en place du registre de sécurité RSQM via la GMAO Page 1/2 Date : 08 Juin 2012 CONTENU STRUCTURES CONCERNEES SUPPORTS UTILISES Cette procédure a pour objet de décrire l organisation et les coordinations, les actions, les documents, les enregistrements, pour la création, la mise à jour et la production des registres sécurité, qualité et maintenance des dispositifs médicaux. Services économiques Service informatique Service biomédical Services des soins Le logiciel GMAO AssetPlus du service biomédical DOCUMENTS ASSOCIES FONCTIONS CONCERNEES COMMENTAIRES ASSOCIES La fiche de réception et mise en service Le rapport d intervention Fiche de contrôle qualité Procès verbal (PV) d installation Délégué / Directeur Chef des services économiques Chef de services financiers, système d information et statistiques Responsable du service biomédical L exploitant délègue la responsabilité au technicien biomédical quant à la création, la mise à jour et la production des RSQM. Le technicien biomédical suggère la mise en place du registre de sécurité RSQM via la GMAO au chef des Services Economiques. La réalisation du RSQM sera confiée au technicien biomédical Toutes les données contenues dans le RSQM seront sous la responsabilité du technicien biomédical qui mettra à disposition les éléments afin que les différents acteurs, internes ou externes soient en mesure de tenir à jour les données obligatoires REDACTION VERIFICATION VALIDATION NOM Y Z X FONCTION DATE Stagiaire biomédical 08 Juin 2011 Technicien Biomédical 08 Juin 2011 Ingénieur qualité 08 Juin 2011 VISA

12 Sur le logigramme ci-haut, le service informatique est cité dans le processus, revenir sur sa responsabilité était indispensable: la sécurisation des données du registre RSQM. La GMAO, étant hébergé sur un serveur avec d autres applications en route dans l établissement, une attribution des droits d accès aux données rassure la fiabilité des données du registre. II.3. DOCUMENTS NECESSAIRES POUR LA PROCEDURE Ppour réussir le registre RSQM, il faut effectivement disposer d un inventaire. A cet effet, il importe de partir du début pour réunir tous les documents nécessaires en vue, à la suite, de faciliter la saisie dans l inventaire. Ainsi, au moment des achats des dispositifs médicaux, il serait plus raisonnable de demander au fournisseur de mettre à disposition certains éléments qui pourront faciliter l inventaire, pour gagner du temps car on n aura pas à se renseigner auprès du fournisseur plus tard pour la classe, par exemple, du dispositif médical. Cependant, à travers le CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières), on demandera tous les éléments répertoriés sur le diagramme ci-dessus. Le service biomédical, prenant une part assez importante dans le processus d achat d un dispositif médical, il veillera à exiger le fournisseur tout ce dont il a besoin pour la saisie d un dispositif dans l inventaire et à la longue, la gestion optimale du parc.

13 Par ailleurs, dès la réception, les fiches de réception, de mise en service et le procès-verbal d installation du fournisseur sont remplies et pourraient également servir pour la saisie. Enfin, pour les opérations de maintenance et le contrôle qualité, seules les activités du correctif en interne sont directement enregistrées dans la GMAO et celles réalisées par les prestataires externes qui doivent être sanctionnées par un rapport d intervention sera joint, en fin de compte, à la GMAO aux documents liés au dispositif médical. Les activités de contrôle qualité qu elles soient réalisées en interne ou en externe, les fiches de contrôle qualité feront l objet d un document joint à un dispositif. II.4. CONCLUSION La mise en place du registre RSQM dispose déjà d un point de départ solide dans la GMAO d où toute l activité quotidienne du service biomédical est enregistrée. Ce sera déjà un atout vis-à-vis le critère de l accréditation relatif à la gestion des équipements biomédicaux et le registre RSQM réunit tous les éléments repris au point Il revient à la direction de reconnaitre cette procédure afin de fournir des appuis au service biomédical quant à l exécution et la pérennité de la procédure. Le service biomédical doit prendre conscience de cette nouvelle approche fonctionnelle qui rentre bien dans sa responsabilité et s y mettre méticuleusement. Il faut, tout de même, envisager l accès des services de soins à la GMAO afin d améliorer la communication inter-services et entre les acteurs immédiats du processus. Il faudra particulièrement envisager la formation d un technicien remplaçant du titulaire capable de faire, à la limite, les mises à jour du RSQM BIBLIOGRAPHIE [1] : La norme française NF S : modèle et la définition pour l établissement et la gestion du registre de sécurité, qualité et maintenance d un dispositif médical (RSQM) [2] : Guide pratique de maintenance des dispositifs médicaux [3] : Dispositifs médicaux : Guide juridique et pratique [4] : La norme NFC : Protection contre les chocs électriques

14 [5] : L arrêté du 3 Octobre 1995 [6] : Le décret N du 5 Décembre 2001 : relatif à l obligation de maintenance et de contrôle qualité des dispositifs médicaux. [7] : L arrêté du 3 Mars 2003 : fixant la liste des dispositifs des dispositifs médicaux soumis à l obligation de maintenance et de contrôle qualité. GLOSSAIRE AFSSAPS : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Arrêté : est une décision exécutoire, à portée générale ou individuelle, émanant d un ou plusieurs ministres (arrêté ministériel ou interministériel) ou d autres autorités administratives. Circulaire : une lettre adressée à plusieurs personnes pour transmettre des instructions Décret : est un acte exécutoire, à portée générale ou individuelle, pris par le Président de la République ou le Premier Ministre qui exerce le pouvoir réglementaire (art. 21 de la constitution du 04 Octobre 1958) DM : Dispositif médicaux GMAO : Gestion de la maintenance assistée par l ordinateur RSQM : Registre de sécurité, qualité et maintenance

Maintenance des dispositifs médicaux > obligations et recommandations

Maintenance des dispositifs médicaux > obligations et recommandations GUIDE PRATIQUE Maintenance des dispositifs médicaux > obligations et recommandations > obligations et recommandations La bonne gestion de la maintenance est un élément essentiel à la vie d un établissement

Plus en détail

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Octobre 2011 Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F-93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.fr

Plus en détail

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE

Marquage CE. Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Kit de formation à la matériovigilance : marquage CE Sommaire Sommaire! Théorie " Qu est-ce qu un dispositif médical? " Qu est-ce que le marquage CE d un DM? " Classification des DM " Procédures d évaluation

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS EQUIPEMENT MESURE AUTOMATE MAINTENANCE Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS Nom Fonction Date et Signature Référent Métrologie Maintenance Examens Rédaction Gilles LE MAILLOT de

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail

Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives

Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives Les organismes notifiés et les dispositifs médicaux : du constat aux perspectives Fabien Roy 1 Dans l Union européenne, les dispositifs médicaux sont gouvernés par trois directives qui sont destinées à

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Apprendre un métier et

Apprendre un métier et Technicien en Installation des Equipements Electriques et Electroniques Ref : 0701309 Mon métier : je réalise des installations électriques, je mets en service et assure la maintenance de ces installations.

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

DOSSIER CONSULTATION

DOSSIER CONSULTATION DOSSIER CONSULTATION MAPA DAE BIO 13-0001 La procédure de consultation utilisée est celle de la procédure adaptée, prévue à l article 28 du Code des Marchés Publics. Les dispositions du CCAG relatives

Plus en détail

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08 Syllabus Licence professionnelle Instrumentation Médicale (Maintenance Matériel Biomédical (code APOGEE) ADAPTATION ET MISE A NIVEAU Enseignant Responsable : Daniel FOURQUET 05 65 20 58 00 mon46.cdt@ac-toulouse.fr

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

Journée Nationale des Industriels

Journée Nationale des Industriels Journée Nationale des Industriels Enjeux pour l industrie des Dispositifs médicaux Anne JOSSERAN Directeur Développement des Nouvelles Technologies Jean-Bernard SCHROEDER Directeur TICS & Equipements Présentation

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2 LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS Atelier n 2 UNITES DE SOINS MCJ PRE-DESINFECTION Transport UTILISATION Dossier médical informatisé du patient Logiciel de traçabilité du processus de

Plus en détail

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels

Baccalauréat professionnel. Maintenance des Équipements Industriels Baccalauréat professionnel Maintenance des Équipements Industriels 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel des activités professionnelles...7

Plus en détail

Centre Hospitalier Marc JACQUET 2 Rue Fréteau de Pény 77011 MELUN CEDEX

Centre Hospitalier Marc JACQUET 2 Rue Fréteau de Pény 77011 MELUN CEDEX Centre Hospitalier Marc JACQUET 2 Rue Fréteau de Pény 77011 MELUN CEDEX KICHENASSAMY-APPOU Christelle Master «Sciences des Technologies en Santé» Université de Technologie de Compiègne Année Universitaire

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES

CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Décret exécutif n 07-321 du 10 Chaoual 1428 correspondant au 22 octobre 2007 portant organisation et fonctionnement des établissements hospitaliers privés.... Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières - C.C.A.P

Cahier des Clauses Administratives Particulières - C.C.A.P - 1 - CENTRE INTERNATIONAL D ETUDES PEDAGOGIQUES Cahier des Clauses Administratives Particulières - C.C.A.P relatif à des Prestations de Services Maintenance des ascenseurs et monte-charge de l établissement

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Pascale COUSIN 2 ème Rencontres internationales de la gouvernance des risques en santé 7 juin 2010 Présentation SNITEM

Plus en détail

La législation de la biologie médicale

La législation de la biologie médicale La législation de la biologie médicale PARIS ANTAB 22 octobre 2010 A-M GALLOT et M BALLEREAU La législation laisse une entière liberté d organisation... elle est toutefois construite pour inciter (très)

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE PREMIER MINISTRE Le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE OBJET: Agrément des

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La sécurité liée au matériel biomédical : Les enjeux pour le directeur des soins

La sécurité liée au matériel biomédical : Les enjeux pour le directeur des soins Directeurs des soins Promotion : 2009 Date du Jury : Septembre 2009 La sécurité liée au matériel biomédical : Les enjeux pour le directeur des soins Christine TESSIER Remerciements Je souhaite remercier

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

Le délai de conservation

Le délai de conservation Stéphanie SÉGUI Consultante au Centre de droit JuriSanté (CNEH) MOTS-CLÉS archives hospitalières conservation dossiers de consultations externes dossiers de pédiatrie dossiers de stomatologie dossiers

Plus en détail

Symposium 2ACBI. 04 avril 2013. Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur

Symposium 2ACBI. 04 avril 2013. Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur Symposium 2ACBI 04 avril 2013 Jean-Baptiste PEANT Chef de Projet Certification Auditeur Évaluateur Formateur Laboratoire National de Métrologie et d'essais 1, rue Gaston Boissier -75724 Paris cedex 15

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 25 juin 2015 relatif à l agrément d expert en matière de géothermie de minime importance

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine

Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS) Fiches pédagogiques d aide à la qualification d un projet de télémédecine GT 33 CSIS-CSF : Permettre l émergence d une stratégie industrielle en matière

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA

Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale. Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA Accueil et Formations du personnel recruté en Stérilisation Centrale Présenté par Dany GAUDELET et le Dr. Julien MOLINA PLAN Introduction Réglementation Circuit du personnel Procédure de Formation Accueil

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations

Maîtriser les conditions d application du décret hébergeur dans les coopérations ENJEUX Le cadre légal de l'hébergement des données de santé à caractère personnel est fixé par l article L.1111-8 du code de la santé publique, précisé par le décret 2006-6 du 4 janvier 2006 s agissant

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «Expert en automobile indépendant» (convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «Expert en automobile indépendant» (convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «Expert en automobile indépendant» (convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par M. Jean-Benoît ALBERTINI, Préfet

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Synthèse de la table ronde 2- Giens XXI -octobre 2005 «Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Pierre-Henri.Bertoye, Soizic.Courcier-Duplantier,

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Qualité et gestion des risques

Qualité et gestion des risques formation 2007 Qualité et gestion des risques Qualité et certification HAS Démarche qualité Qualité et certification ISO Qualité en imagerie Qualité au laboratoire Management des risques Risques spécifiques

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DEPARTEMENT COMMUNICATION INFORMATION ET DEBAT PUBLIC UNITE INFORMATION EDITION

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction

Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction Bruno QUIEVY GC5 Chapitre 2 : Le contrôle technique dans la construction - 10 - I. Le contrôle technique Les missions de contrôle technique existent dans différents domaines comme la marine, l aéronautique,

Plus en détail

Mise en œuvre d un système de procédures de maintenance des équipements biomédicaux au CH de Mulhouse Sylvain Patrice KANGNI INTRODUCTION

Mise en œuvre d un système de procédures de maintenance des équipements biomédicaux au CH de Mulhouse Sylvain Patrice KANGNI INTRODUCTION INTRODUCTION La garantie des soins dans un établissement de santé passe nécessairement par les efforts du Service Technique Biomédical chargé de la gestion des dispositifs médicaux. A l inverse de la situation

Plus en détail

- Véritable projet de service -

- Véritable projet de service - Sylvain TROUVAIN Chargé de sécurité Groupe Hospitalier Public du Sud de l Oise Maintenance des équipements de sécurité - Véritable projet de service - Sylvain.trouvain@ch-creil.fr contact@asso-acses.fr

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT 1 - AVANTAGES DE LA GMAO ACCEDER POUR ENSEIGNER 2 - GENERALITES POUR L EXPLOITATION EN BAC PRO ET BTS 3 LA GMAO ET LE NOUVEAU REFERENTIEL BTS 2014 MAINTENANCE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER OBJECTIFS Réaliser le dossier dans chaque domaine de diagnostique immobilier : amiante, plomb, diagnostic de performance énergétique, termites, gaz et installations intérieures électriques, mesurage des

Plus en détail

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Alarme intrusionalarme incendie et contrôle d accès Sommaire 1 OBJET ET ETENDUE... 02 1.1.

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu

Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu Politique WHOIS relative aux noms de domaine.eu 1/7 DEFINITIONS Les termes définis dans les Conditions et/ou les Règles de résolution des conflits.eu employés aux présentes commencent par une lettre majuscule.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale

Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale L esprit de service Paris XII Cahier des charges Prise en charge à domicile de l analgésie loco régionale surveillance et ablation d un cathéter péri nerveux Matériel employé: la pompe PCA ambit TM du

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail