Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi"

Transcription

1 DOSSIER Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi L ingénierie sociale est le socle de compétences nécessaire à la mise en œuvre des démarches participatives et de concertation sociale, indispensables à la conduite de toute action de coopération au développement. Maîtriser l art de «l ingénierie sociale» dans la solidarité internationale, c est maîtriser les méthodologies et les outils d un projet réellement adapté au contexte institutionnel et aux acteurs, qu ils soient partenaires ou bénéficiaires. I l est indéniable que la fonction de gestionnaire de projet dans la coopération au développement évolue sensiblement ces dernières années. Hormis les possibilités de volontariat (via le programme Junior Assistant de la Coopération Technique Belge ou de France Volontaires, par exemple), les postes expatriés tendent à être moins nombreux et plus exigeants en termes de compétences exigées. Cette évolution du métier de gestionnaire de projet expatrié est directement liée à l histoire de la coopération technique et à ses résultats contrastés. En effet, la coopération technique a longtemps cru, consciemment ou non, que le développement est un processus linéaire, fruit d une relation de cause à effet. Les réponses techniques devaient alors résoudre les problèmes techniques, et les conditions de vie s amélioreraient aussitôt. A l image de la réponse humanitaire à une situation d urgence, dans laquelle des sacs de riz sont distribués pour lutter contre la faim. Toutefois, dès le début des années 1980, la coopération technique a repris certaines méthodes de planifica- Au niveau de l identification du projet, le gestionnaire de projet et son équipe doivent être en mesure d organiser la récolte et le traitement des données socioculturelles, organisationtion stratégique issues du milieu des entreprises, prémices des démarches structurées de réflexion sur le développement. Citons les méthodes Strenghs/ Weaknesses/Opportunities/Threats (SWOT) et Succès/Echecs/Potentialités/ Obstacles (SEPO), bien connues des ingénieurs du monde industriel. Mais avec le temps, ces méthodes ont été appropriées, aménagées et détaillées pour former aujourd hui un agrégat de pratiques spécifiques et complémentaires, socle du métier de la coopération au développement. Aujourd hui, il est courant de faire référence à la Méthode d'analyse Rapide et de Planification Participative (MARP) ou à la méthode Participatory Hygiene and Sanitation Transformation (PHAST)? Ces méthodes et outils ne sont que des exemples parmi d autres pratiques qui visent à impliquer les acteurs dans le processus de développement et qui traduisent la relation entre ces acteurs et les espaces dans lesquels ils formulent et mettent en œuvre leurs projets de développement, de manière concertée. L ensemble de ces pratiques est appelé «ingénierie sociale». Parmi les compétences du métier de la coopération, l ingénierie sociale a désormais une place prépondérante, aux côté de la gestion administrative, financière et opérationnelle de projet, de la connaissance des technologies appropriables par le Sud, de l ingénierie commerciale, de la gestion des ressources humaines, etc. La question est donc la suivante : que manque-t-il donc à nos jeunes ingénieurs diplômés ô combien motivés par la coopération au développement? De l ingénierie sociale dans le cycle de projet de coopération L ingénierie sociale fait appel aux sciences humaines (sociologie du développement, anthropologie, communication), ces sciences délaissées, voir ignorées, par les tenants des sciences exactes et qui s avèrent pourtant indispensable à toutes les étapes du cycle de projet de développement. 1 L E S D O S S I E R S D I S F

2 nelles et économiques de la zone d action ciblée. Ces informations de départ permettent d étudier les réalités, les expériences, les déceptions, les espoirs et les inquiétudes de chacun afin de bien comprendre leurs demandes, tout en disposant des éléments suffisant à une analyse objective de leurs besoins. Il s agit, ainsi, de réaliser un tableau global de la zone d intervention, validé par tous, selon des méthodes du diagnostic participatif et de la recherche-action. Dans un deuxième temps, toujours dans la phase préalable à la mise en œuvre, le chef de projet et son équipe sont confrontés aux choix stratégiques qui orientent la logique d action du futur projet, ainsi qu à l analyse de sa faisabilité et de sa viabilité. Cette étape de formulation fait appel à des outils, comme l arbre à problèmes, et à des méthodes de travail, comme la Planification des Interventions Par Objectif (PIPO) par laquelle les acteurs définissent collectivement les objectifs globaux à long terme, les objectifs spécifiques de l action, les résultats attendus, les activités à mettre en œuvre et les moyens nécessaires. Ou encore la méthode de la Cartographie des Incidences qui permet de mener Cycle de projet une réflexion au niveau des processus et des effets du futur projet. Dans la phase de mise en œuvre de l action, un dispositif de suivi opérationnel est mis en place afin de coordonner et ajuster les activités et mesurer les résultats. Il s agit d une gestion concertée, le plus souvent au sein d un comité de pilotage et de commissions sectorielles. Cette phase du projet est cruciale et c est alors que la maîtrise des méthodes populaires et participatives pour la concertation, la négociation, la communication et la sensibilisation est fondamentale dans les domaines où les changements et les évolutions sont attendus. Dans la phase d évaluation et de capitalisation, une analyse interne ou externe peut être menée avec consultation de l ensemble des acteurs. Ici encore, les techniques utilisées (enquêtes auprès des ménages, récolte de témoignages, etc.) sont spécifiques et font appel à des compétences en sciences sociales. Certaines méthodes, comme la Most Significant Change (MST), permettent même une représentation concrète de la réalité sans qu il soit nécessaire de mettre en place des outils complexes ou sophistiqués. De l ingénierie sociale dans une vision holistique du développement Le développement est plus qu un changement d état dans les domaines de la santé, de l éducation ou du niveau d emploi. Le développement, c est surtout un changement qualitatif dans les relations entre les individus et entre les individus et leur milieu. Chaque changement d état suppose un changement de comportement qui touche à la culture des personnes. Ce qui manque donc à nos jeunes ingénieurs, ce n est pas tant la maîtrise des outils et des méthodes formelles de planification participative ou d évaluation, c est la reconnaissance et le goût des sciences sociales. Engager très tôt les étudiants ingénieurs dans un projet de coopération leur permettra de coupler la formation technique avec le dynamisme social du projet A.P. Unguja. Préparation d une action de sensibilisation - Photo Diane Crittin L E S D O S S I E R S D I S F 2

3 DOSSIER L ingénieur sur le terrain en un coup d œil A la question «quelles sont les qualités requises chez un ingénieur pour faire de la coopération?», les professionnels du métier répondent sans équivoques : la curiosité, la pédagogie, l écoute, la rigueur, l autonomie. Au-delà de ce premier pas, il y a bien entendu d autres compétences requises et la première d entre elles est le management de projet. Petit tour des fonctions de base du gestionnaire de projet de coopération au développement, celles-là même qui font de lui un coach à part entière. Animateur Formateur Le travail de terrain nécessite une interaction constante avec les partenaires et les bénéficiaires impliqués directement ou indirectement dans une ou plusieurs phases du projet. Cette interaction nécessite la mise en place d une dynamique de groupe permanente qui se traduit souvent par l organisation d espaces communs de dialogue. Ces espaces prennent diverses formes : instances de pilotage, assemblées générales de quartier ou de village, comités locaux de développement, focus groups par thèmes (l eau, la santé, l éducation, etc.), par genre (hommes/ femmes, jeunes/anciens), par catégories socioéconomiques ou culturelles, par partenaires (institutions publiques, opérateurs économiques). Les techniques d animation de ces réunions varient en fonction de l auditoire, du message à faire passer et des objectifs poursuivis (collecte d informations, évaluation, etc.). Elles se tiennent au bureau, dans une salle communautaire ou dans un espace public traditionnel. Ainsi, le rôle du gestionnaire de projet est d élaborer et de piloter les méthodes et les outils d animation, avec une capacité de compréhension et d adaptation aux enjeux de ces réunions. Toute action de coopération au développement s accompagne d un volet de renforcement des compétences. Qu il s agisse des domaines organisationnel, administratif, comptable et financier, technique, le gestionnaire de projet est à même de concevoir et de conduire un dispositif de formation, sur base des besoins de professionnalisation objectivement formulés. Au-delà de la formation classique, le gestionnaire de projet s assure de l appropriation par les acteurs locaux des pratiques et des techniques enseignées par l action. Ainsi, l accompagnement post-formation est une composante importante du renforcement des compétences. Formation continue, reconversion et autres pratiques doivent être adaptées à un public adulte qui s appuie sur son vécu pour assimiler de nouvelles choses. Le gestionnaire de projet doit donc faire preuve d une bonne dose de pédagogie, quel que soit le domaine d action. Négociateur Kigali. Elaboration d un plan de formation avec une association de pré-collecte et de recyclage des déchets ménagers - Photo J.A. La formulation d une action, et souvent aussi sa mise en œuvre, nécessitent d obtenir des consensus entre tous les acteurs, malgré les différences socio-économiques et les intérêts divergeant sur les problématiques ou les manières de procéder. Ces confrontations d idées et de points de vue sont organisées, le plus souvent au sein des cadres de concertation instaurés par le projet. Ces réunions de concertation amènent invariablement à des situations dans lesquelles la fonction d arbitrage est stratégique en l absence de consensus global, en situation de crise, voire de conflit. De par son origine externe à l environnement de l action, le gestionnaire de projet est légitime dans cette fonction d arbitre : en se positionnant comme observateur et facilitateur des votes, en se portant témoin des concessions acceptées par certains et garant des engagements reportés, en veillant à satisfaire équitablement toutes les parties, etc. La fonction de négociateur est complexe et requiert du savoir-faire en communication. Qu il soit un négociateur «passionnel» ou «rationnel», le gestionnaire de projet doit être en mesure de discerner les enjeux et d adapter son attitude en conséquence. 3 L E S D O S S I E R S D I S F

4 ZOOM sur L identification, un préliminaire aux actions de développement A vant de mettre en œuvre une action au sein d une population donnée, les gestionnaires de projets s efforcent d avoir une connaissance approfondie des caractéristiques de la population, de son environnement et des problèmes auxquels elle peut être confrontée. Pour ce faire, la phase d identification est essentielle car elle permet de repérer les problèmes perçus par la population, la manière dont ils peuvent être vécus par celle-ci dans la vie quotidienne et les causes et déterminants de ces problèmes. Au-delà de la mise en évidence des problèmes, l identification vise non seulement à une meilleure compréhension des dysfonctionnements au sein de la population, mais aussi une meilleure connaissance des ressources disponibles et du contexte historique, culturel, environnemental, L analyse de cette situation se révèle bien souvent plus complexe qu il n y paraît. Beaucoup de questions émergent au cours de cette phase du projet. Les informations recueillies sontelles pertinentes et significatives? Kigali. Les différents acteurs impliqués dans la collecte des déchets sont réunis lors d une réunion afin que ceux-ci dressent un portrait de leurs besoins pour assurer une collecte efficace - Photo J.A. Quelles sont les «bonnes» sources d informations? Qui est concerné par l identification? Quels acteurs (professionnels, représentants institutionnels, la population, ) faut-il impliquer, quand et comment? Comment traduire ces données en logique d intervention? Dans un projet de développement local, l identification passe par la réalisation de deux étapes : la monographie et le plan de développement (voir p. 8 & 9) La participation Impliquer les populations dans l action La monographie et le plan de développement ne sont pas des objectifs en soi mais des outils stratégiques pour les actions futures. Et lorsque leur élaboration fait appel aux partenaires et aux bénéficiaires, ils sont plus que des simples outils d analyse de données dans la mesure où ils impliquent et mobilisent les acteurs concernés par le projet. Ils permettent d initier une dynamique locale et de favoriser l engagement des acteurs dans le projet. L approche participative nécessite l investissement des acteurs concerné (populations, organisations de la société civile, etc.). Cette implication de la population permet une définition des besoins plus précise et plus réelle, c est-à-dire plus proche de la population.

5 DOSSIER D un outil pour décoder la situation sur le terrain... Travailler sur le terrain nécessite de réaliser un diagnostic externe et descriptif de la réalité. Les premières données relatives à la situation sur le terrain, notamment au niveau économique, politique, environnemental, etc. sont réunies dans un document d état des lieux : la monographie. A vant le lancement d une action sur le terrain, le gestionnaire de projet dispose d un document de référence, appelé monographie, qui contient les informations générales de base sur l environnement. Rédigé avec la collaboration des partenaires locaux et éventuellement du public bénéficiaire, ce document vise à obtenir une connaissance assez approfondie des caractéristiques des habitants et de leur environnement, et un premier aperçu des conditions de vie dans la commune. Ousmane Sally, animateur de terrain au Burkina Faso, définit la monographie comme «le moyen de bien connaître la situation et la force vive d une commune et de mettre en évidence sa réalité.» et précise que pour les habitants, «c est un document d information sur leur propre commune, document d autant plus important qu ils disposent souvent de peu d informations locales». Identifier, cerner, Élaborer et comprendre La conception d une monographie vise quatre objectifs principaux dont le premier est d identifier le réseau économique et associatif. Cette identification permet d établir les possibilités de partenariat et de prestations avec les associations existantes dans la commune et éventuellement certains acteurs économiques (coopératives, associations professionnelles, Groupement d Intérêt Economique). Ensuite, un tel document permet La monographie est le document de référence sur la situation générale d une ville ou d une commune d atteindre une meilleure connaissance des caractéristiques socioéconomiques de la population, de ses conditions de vie et de son environnement. Cet objectif nécessite de déterminer des indicateurs cernant adéquatement les conditions de vie et les catégories socio-économiques des habitants, en reprenant notamment l expérience de projets de microcrédit. Ces indicateurs doivent principalement se baser sur l observation directe car tout questionnement direct relatif à ce domaine n est pas adapté. De plus, il s agit de réaliser des descriptifs par domaines de base (géographie, démographie, santé, hygiène, éducation, assainissement, accès à l eau, sécurité, culture & social, ), sans jugement ni interprétation, via des indicateurs objectivement vérifiables (taux bruts de scolarisation, nombre de centres de santé, etc.). Enfin, la monographie doit insister sur ce qui est propre à la commune et sur le rôle de celle-ci par rapport à l ensemble de la ville (exemple : quartier commercial, quartier agricole, quartier résidentiel). Entrer en contact avec le public Il est également important de souligner qu audelà de ces objectifs généraux de connaissance du milieu, la monographie permet aux animateurs du projet et aux partenaires de descendre sur le terrain, au plus près de la population. Pour M. Sally, «la monographie est nécessaire pour établir un contact avec la population, les autorités locales et les personnes ressources». Cette proximité permet d amorcer un contact durable avec les habitants C. L. Méthodologie d élaboration La répartition des tâches pour l élaboration de la monographie est discutée en comité de pilotage du projet (staff du projet, personnes ressources et représentants des partenaires). La participation à la monographie dépend du niveau d étude et de la fonction du membre. Par exemple, un enseignant sera chargé de recueillir les données relatives à l éducation ; au chef de l état civil sera confiée la collecte de données sur la population. Dans une certaine mesure, la répartition des tâches se fait également par secteur. Les animateurs du projet, quant à eux, vérifient et réalisent les recoupements de données, avant de les intégrer dans le document narratif. 5 L E S D O S S I E R S D I S F

6 ...à une vision concertée du développement Lors de l élaboration de la monographie, les animateurs du projet et les partenaires collectent des informations de base sur le milieu de l action. Par contre, pour la conception du plan de développement local, la parole est aux habitants. Le plan de développement local est l outil qui traduit la politique de développement d une communauté ou d une collectivité (commune). Au cours de son élaboration, le rôle des habitants est de désigner et d identifier une série d éléments les concernant directement : les forces, atouts et potentiels de leur environnement, ainsi que les problèmes, causes et conséquences. Il s agit d un diagnostic participatif. En d autres termes, précise Appollinnaire Rwigema, coordinateur au Rwanda, «c est au cours du diagnostic participatif que les habitants deviennent les acteurs de leur propre développement, en participant activement au diagnostic, et de préciser que c est à eux à formuler leurs problèmes. Les gens doivent être conscients de leurs problèmes.» Cette approche participative offre la possibilité de créer des espaces d échange et de confrontation entre les acteurs. Plus spécifiquement, elle permet à la population d exprimer concrètement sa demande en services de proximité. L analyse des problèmes, des causes et des conséquences constitue le cœur du diagnostic participatif. La pertinence et la cohérence des solutions proposées dépendra de la qualité des données collectées précédemment. Méthodologie de mise en œuvre Des assemblées de quartier sont organisées pour réaliser entre autre la cartographie de la zone et pour récolter l expression des problèmes. Les atouts et potentiels peuvent ensuite être discutés en assemblée de quartier, même s il est préférable de passer par des réunions restreintes par thème ou par genre (les focus groups). Ces atouts et potentialités seront les moteurs du changement, les éléments sur lesquels il sera possible de s appuyer pour développer les actions futures. L expérience montre que les habitants proposent des solutions immédiates, à court terme et relativement simples. Ils n envisagent pas la possibilité de propositions plus poussées techniquement (et ce pour différentes raisons : manque de temps en assemblée, manque de visibilité des solutions plus complexes, ). Les habitants font déjà a priori une sélection des solutions. L animateur du projet doit pouvoir orienter la recherche des solutions. Entre ces différentes assemblées, des réunions entre les comités de quartier sont organisées afin d analyser, d approfondir et synthétiser les informations collectées au niveau du village ou de la commune. Cette démarche, qui précède la conception finale du plan, puis de la mise en œuvre effective du projet, permet non seulement à chaque quartier de s exprimer sur les thèmes qui les concernent davantage mais aussi à l ensemble de la population d avoir une connaissance des besoins de l ensemble de la commune. «Souvent, les gens ne voient que les problèmes de leur secteur, rappelle M. Rwigema. La participation permet aux gens d avoir une vision globale des problèmes de développement de la commune.» Petit récapitulatif Pour ne pas perdre le Sud C. L. Identification et diagnostic du milieu : recueil de données socio-culturelles et économiques de base permettant la traduction de la demande d un partenaire du Nord ou du Sud et analyse des besoins (détermination des niveaux de services attendus) ; Sensibilisation, information et communication : élaboration des messages, organisation de campagnes ; Planification et priorisation des investissements ; études socioéconomiques ; partage des responsabilités ; modes de gestion et d accès au service Formation des publics, transfert de compétences et renforcement organisationnel (appui à des structures locales représentatives ou associatives) : identification des besoins en formation, formation de formateurs, réalisation de plans de formation ; Capitalisation et évaluation des données recueillies lors de la mise en place du projet.

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

La gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines L Institut des Affaires Publiques La gestion des ressources humaines Stage international de perfectionnement pour fonctionnaires des administrations et cadres des entreprises des pays du Sud 4 SESSIONS

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Annexe E Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Pour une gestion orientée vers l'impact Guide pratique de S&E des projets Table des matières

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations progressons ensemble dans votre organisation et vos relations CONSEIL FORMATION MANAGEMENT - RH L entreprise est notre challenge Nous soutenons votre entreprise dans toutes les réalisations visant sa réussite.

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Le cadre national de références. des Actions Educatives Familiales

Le cadre national de références. des Actions Educatives Familiales + Le cadre national de références des Actions Educatives Familiales 1 Sommaire PRÉAMBULE... 3 LES ACTIONS EDUCATIVES FAMILIALES... 5 Pourquoi?... 5 Les réalités de l illettrisme... 5 Les objectifs... 6

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux»

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE EN «Manager de grands projets industriels internationaux» Objectifs professionnels Le gestionnaire de projet

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II

MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II MASTER I : Responsable en Gestion Métiers du Management Commercial Titre RNCP II Sommaire 1.Les Tourelles en quelques mots... 2 2. Le CNAM en quelques mots... 3 3. Objectifs de la formation... 4 4. Poursuites

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Parmi les dispositifs d accompagnement

Parmi les dispositifs d accompagnement L analyse de la demande dans la relation d accompagnement Par Guy Amoureux L analyse de la demande d accompagnement permet la prise en compte des différents intérêts que chacun peut avoir à la résolution

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Manifeste. pour l éducation au développement. www.acodev.be. Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale

Manifeste. pour l éducation au développement. www.acodev.be. Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale Manifeste pour l éducation au développement Pour une autre citoyenneté ouverte aux questions de solidarité internationale Document réalisé par les ONG actives au sein du Groupe sectoriel Éducation au développement

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail