Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6 Stephen Maxwell Kwame Donkor, Ph.D Executive Secretary & Regional Coordinator IGCC/GCLME Project. 5

7 6

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19 18

20 Fiche projet n Titre du Project Organisme Responsable 001-Cameroun PROMOTION DE LA GESTION ET DE L UTILISATION DURABLE DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ET D AUTRES RESSOURCES AQUATIQUES VIVANTES 1) MINRESI-IRAD BP 219 Kribi Cameroun PMB 77 Limbe Cameroun Coût estimatif Durée Global 2) MINEPIA: Direction de la Pêche et de l Aquaculture, Yaoundé-Cameroun 3) MINEP/DSCPR : BP : 320 Yaoundé 3 ans ou US$ Objectifs spécifiques Justification Actualiser la législation en matière de pêche et d autres ressources marines vivantes Promouvoir des mesures incitatives dans la conservation des pêcheries Sensibiliser toutes les parties prenantes sur la nécessité de conserver et d exploiter rationnellement les ressources Renforcer les capacités humaines et infrastructurelles Surveiller et contrôler les activités de pêche Déterminer les zones de pêche et les périodes de repos biologique Développer les autres activités génératrices de revenus Promouvoir les activités aquacoles On constate actuellement dans la zone côtière camerounaise une exploitation irrationnelle des ressources halieutiques et d autres ressources aquatique vivantes. Ceci est lié surtout au non respect des normes de pêche, utilisation des techniques inappropriées de pêche, augmentation de l effort de pêche, boom démographique, destruction des mangroves, insuffisance de connaissance en matière de gestion des ressources, manque de source de source de revenu alternatif pour les communautés côtières, perte de la biodiversité, importante perte postcapture liée à la mauvaise conservation et transformation des produits de pêches etc. Il ressort de ce constat que la gestion des ressources naturelles n est pas durable, ce qui rejoint l analyse globale de la gestion des ressources naturelles du Dr Kenneth Shermann, Père des LME, pour qui la gestion durable des écosystèmes marins et côtiers doit se faire selon une approche ecosystémique et se traduire en bénéfices tangibles sous la forme de: Restauration des captures dans les pêches Réduction de la pollution 19

21 Amélioration de la santé humaine Réhabilitation de l environnement côtier Activités Révision et renforcement de l application des normes juridiques existantes Mise en place des mesures incitatives pour l implication de toutes les parties prenantes (pêcheurs nationaux et autres) Sensibilisation des parties prenantes sur la valeur et l importance de la conservation des ressources halieutiques et autres ressources aquatiques vivantes Renforcement des capacités (Recherche, équipement, formation et financement) pour la gestion rationnelle des ressources halieutiques et autres Surveillance et contrôle des activités de pêches (exportation anarchique, pêche illicite ) Institution des périodes de repos biologique pour la pêche Développement des autres activités génératrices de revenus (aquaculture côtière et de la mariculture ) 20

22 Fiche projet n Titre du Project Localisation Organisme Responsable Cameroun GESTION INTÉGRÉE DE LA ZONE CÔTIÈRE DE LA PÉNINSULE DE BAKASSI la Péninsule de Bakassi Madame FOSI MBANTENKHU Mary Tel: (237) Partenaires financiers Coût estimatif Durée Objectifs Objectifs spécifiques Global 3 ans MINEP/DSCPR: BP 320 Yaoundé ou US$ Conserver et promouvoir l utilisation durable des ressources existantes de la Péninsule de Bakassi au Cameroun pour l amélioration de la qualité de l environnement et de la vie des populations Mise en place d une unité de gestion et de coordination du projet Renforcement du cadre légal et institutionnel pour donner plus d autorité aux femmes et aux jeunes Promouvoir une coopération, un partenariat et la collaboration entre les départements efficaces et effectifs entre l Etat, le secteur privé et la société civile Développer un programme de l éducation environnementale pour renforcer l éducation environnementale de base et court terme ou informatique de base Renforcer les capacités existantes et augmenter la capacité locale pour mener la gestion et la formation dans la Péninsule de Bakassi Mise en œuvre des mesures du contrôle de la pollution et de la gestion des déchets dans le but de minimiser les rejets en zone côtière Développer un programme à long terme pour la gestion durable de la zone côtière et de ses ressources Plan de gestion des stocks de poissons et protection des zones de pêche Gestion des mangroves à travers la régénération et les aires protégées Réduire la pauvreté de la Péninsule et de la zone côtière à travers des initiatives proactiv es qui génèrent des options du bienêtre durable Préserver, protéger ou promouvoir les ressources culturelles et historiques Développer le réseau existant de données et d information et les systèmes de gestion à travers le renforcement des capacités, 21

23 Justification Activités l amélioration des infrastructures et la gestion institutionnelle Réduire les impacts de la pollution en zone côtière et leur habileté à supporter les bénéfices des utilisateurs humains Parmi ces contraintes de gestion durable des ressources on peut citer: l insuffisance des études scientifiques sur l évaluation des stocks halieutiques et le risque de surexploitation des stocks de poissons la destruction des frayères par des engins traînants (chalut à bœuf), la pêche dans les zones interdites et le non respect de la réglementation en matière de pêche l exploitation irrationnelle et intensive de la mangrove pour le fumage du poisson et la crevette à cause de l utilisation des fumoirs traditionnels source de fumée nocive et de déperdition d énergie la faible implication des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles l utilisation rampante des méthodes de pêche destructive, le non respect de la législation en matière de pêche l existence des risques importants de pollution de l environnement marin et côtier liés aux activités d exploration et de production pétrolières qui prolifèrent dans la région le rétrécissement de la terre ferme sous l effet de l érosion marine, l ensablement et le relèvement du niveau marin Il est donc nécessaire de mener des actions de gestion intégrée dans la zone côtière de la Péninsule de Bakassi. Pour assurer la gestion rationnelle et durable des ressources halieutiques et de la mangrove: Identifier et baliser les zones protégées Renforcer le dispositif actuel de collecte des données statistiques Former les acteurs en gestion rationnelle des ressources naturelles locales Constituer et encadrer les comités de surveillance participative Equiper les comités de surveillance de la logistique nécessaire Renforcer le dispositif actuel de contrôle et de surveillance des eaux Négocier une convention sectorielle de coopération en pêche avec le Nigeria Conduire des évaluations des stocks halieutiques tous les 10 ans Conserver et promouvoir l utilisation soutenue des ressources existantes dans la zone de Bakassi Suivi des pollutions provenant des activités d exploration et de production du pétrole Elaborer des nouvelles législations et mettre en place un mécanisme de coordination parmi les différents secteurs impliqués dans l utilisation de la zone côtière Générer les mécanismes pour résoudre les conflits Pourvoir des informations scientifiques techniques et adéquates 22

24 aux décideurs Mettre en place des politiques réalistes et simples pour l éducation et la participation du public Pourvoir une plateforme pour le Cameroun et la réplicabilité dans d autres pays pour tester l efficacité du concept GIZC Placer la zone sur une base solide de Développement durable Réduire la pauvreté et améliorer le bienêtre des populations Fiche projet n Titre du Project Organisme Responsable Cameroun LUTTE CONTRE L EXPLOITATION ANARCHIQUE DES FORETS LITTORALES (MANGROVE ESSENTIELLEMENT) MINEP Direction de la promotion et de la pretection des ressources naturelles Yaoundé, Cameroun. Coût estimatif Objectifs spécifiques Justification MINEP DSCPR B.P. 320 Yaoundé, Cameroun ou Global US $ Sensibiliser les communautés locales sur les dispositions de gestion des forêts de mangrove Etablir les systèmes de gestion communautaire des mangroves Promouvoir le reboisement/régénération des mangroves Vulgariser l utilisation des foyers améliorés dans les zones de mangroves Le terme mangrove se réfère habituellement à un complexe de zones humides influencées par les marées et constituées de forêts marécageuses et autres habitats associés dans la zone intertidale sous les latitudes tropicales et subtropicales (Banque Mondiale, 2004). Au Cameroun comme partout dans le monde, les écosystèmes forestiers de mangrove subissent des dégradations anthropiques de toutes sortes et de diverses amplitudes (FAO, 1994; Ellison and Farnsworth 1996; Valiela et al. 2001). La pression démographique provoque leur destruction et son influence s accentue dans des zones non protégées, surtout au voisinage des agglomérations où les problèmes fonciers et la pauvreté poussent les populations à occuper des espaces libres à faibles coûts. Cette croissance démographique intensifie la pression sur les ressources et les mesures de contrôle deviennent indispensables. L exploitation du bois dans les mangroves est une activité dévastatrice dès lors que les lois du marché supplantent les besoins ordinaires de consommation des populations. L amélioration des revenus étant une quête permanente de l homme, l exploitation libre et gratuite des ressources naturelles conduit toujours à leur dégradation totale et à celle de l écosystème à moyen terme. 23

25 Du fait de la pauvreté, plusieurs consommateurs sont incapables de payer les sources d énergie modernes (Nicole et al. 1994; Saenger et Bellan 1995; Din 2001) et vont se concentrer sur le bois des mangroves, spécialement Rhizophora qui est très prisé du fait de sa grande valeur calorifique. Dans les villes côtières, le commerce du bois rouge provenant des mangroves est apparu comme une activité florissante. Un autre facteur accélérateur fut la modernisation du matériel de coupe par l introduction de tronçonneuses et parfois de grosses pirogues propulsées par des moteurs hors-bords (Din et Blasco 1998). Ainsi des générations de communautés littorales ont toujours perçu la mangrove comme une réserve naturelle de bois de chauffe, de bois d œuvre pour la construction des habitats et des pirogues, une réserve au service de la pharmacopée. La sécurité alimentaire est liée à l existence des mangroves où les populations exploitent les crevettes, les huîtres et autres espèces de mollusques à coquille ; la pêche commerciale et la pêche de subsistance qui constituent l activité importante des communautés littorales au Cameroun dépendent de la vitalité des mangroves. La pêche constitue en effet l activité principale des communautés côtières traditionnelles dans lesquelles elle est perçue d abord comme une activité culturelle avant les besoins économiques. Malgré le rôle primordial que les mangroves et les systèmes connexes jouent dans les pêcheries (Robertson et Duke 1987; Primavera 1998), les autorités qui gèrent les pêches n apportent pas beaucoup de solutions sur leur protection et conservation. Enfin, la mangrove offre une multitude de milieux propices à l'alimentation et au développement des poissons, des crustacés et des mollusques dont elle constitue un lieu de reproduction. Elle constitue la base de la productivité des eaux marines, et l arrière mangrove recèle de bonnes potentialités pour l'aquaculture en eaux saumâtres (Youmbi et al.1991). Elle constitue également un élément de stabilisation de la côte en formant une barrière contre l avancement du front de mer (érosion côtière) et constitue un énorme potentiel en termes de ressources ligneuses, aquatiques et d espèces d animaux marins. L écosystème mangrove offre les services suivants: Modération des effets des tempêtes et des cyclones côtiers Effet de réservoir à nutriments et réduction des quantités excessives de polluants Piégeage des sédiments des ruissellements des hautes terres, réduisant la turbidité de l'eau opportunités en matière d'enseignement, de recherche scientifique, de loisirs et d'écotourisme La détérioration des écosystèmes de mangrove serait donc une véritable catastrophe écologique pour le Cameroun. L absence d utilisation des ressources peut aussi devenir un inconvénient. La 24

26 dynamique naturelle progressive des mangroves peut aboutir à l obstruction des voies d eau, perturbant ainsi la navigation et éloignant les zones de pêche. La préservation des mangroves ne signifie pas forcément une protection intégrale exempte de toute activité anthropique. Il est donc primordial de protéger les mangroves dans le contexte local et en associant de manière participative les populations locales qui utilisent quotidiennement les produits de cet écosystème. Activités Sensibilisation des communautés locales sur les dispositions de gestion communautaire des forêts Mise sur pied des systèmes de gestion communautaire des mangroves et des forêts côtières Promotion des reboisements côtiers Vulgarisation des foyers améliorés dans les zones de forêts communautaires de mangroves créées 25

27 REPUBLIQUE DU CONGO 26

28 Fiche projet n 001 République du Congo Priorité Titre du Project Localisation Organisme Responsable Partenaires nationaux Partenaires extérieurs Partenaires Techniques et Scientifiques Partenaires financiers Coût estimatif Global Aménagement des Ressources des Petits Pélagiques côtiers (Sardinelles) Partagées entre les Quatre Pays du Sud du GCLME (Angola, Congo, DR Congo and Gabon) CONSERVATION ET GESTIO N DE LA RESSOURCE DES PETITS PELAGIQUES COTIERS Pointe-Noire (Congo-Brazzaville) Ministère du Développement Durable, de l Economie Forestière et de l Environnement Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et Travaux Publics, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales. FAO, COREP, PNUE, UICN, NORAD, ACP FISH II FAO, PNUE, UICN, WWF, COREP, GTZ, UNESCO, IRD, GERSEN, UROCB, GRDIB, CNUCED, ACCT, CRDI, CECA, ONG compétente en la matière FEM, PNUD, FEMF, USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, UNICONGO, AOPC (SNPC,ENI- CONGO,TOTAL E&P, MAUREL & PROM), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière ) US$ Durée Objectifs Objectifs spécifiques 6 ans Gestion durable des stocks des petits pélagiques partagés pour éviter la surexploitation et l effondrement possible des ressources et apporter une fondation qui permette à la gestion des pêcheries de continuer à progresser vers un cadre de gestion plus intégré. Améliorer la connaissance sur l état des ressources des petits pélagiques côtiers (Sardinella) partagés dans la sous-région Renforcer la coopération entre les quatre pays sur la gestion des ressources Minimiser tous les impacts négatifs des effets des opérations de pêche sur l environnement marin Améliorer la prise de décision en relation avec la gestion des pêcheries à travers un réseau d information et de communication efficace 27

29 Justification Activités Pendant la dernière décade les quatre pays - Angola, Congo, DR Congo and Gabon - ont rehaussé la coopération entre eux, améliorer leur connaissance et renforcer l échange d expérience concernant les pêcheries de Sardinelles. Les ressources de Sardinelles sont les stocks transfrontaliers et font une contribution socio-économique très significative dans ces pays. Les pays vont perdre d importantes opportunités actuellement et dans le futur, en terme de surexploitation et l effondrement possible des pêcheries, s ils ne s accordent pas pour mettre ensemble les efforts pour la gestion rationnelle des stocks et des pêcheries dans les eaux sous leurs juridictions nationales. Activités de Recherche Halieutique: Revue et synthèse de la littérature disponible sur la ressource partagée de petits pélagiques côtiers (Sardinella) Collecte des données statistiques (artisanale, semi-industrielle et industrielle) Mettre en place un système d échantillonnage biologique sur les sites de débarquement de pêche Etablir une base des données par pays Entreprendre/Participer aux campagnes transfrontalières annuelles (Stratégies d échantillonnage pour les campagnes) Actualisation régulière des méthodes d évaluation des stocks et d effort de pêche en se référant au groupe de travail du Souscomité scientifique de COPACE relative à l information sur la ressource partagée des Sardinelles Activités Aménagement des Pêcheries: Echanger les informations sur tous les bateaux autorisés de pêcher les pélagiques dans les 4 pays Renforcer la coopération entre les pays sur le système MCS (VMS, registre des navires, mission de contrôle en mer, journal de bord, arraisonnement, observateurs à bord, inspection au port, échange d information, etc) Harmoniser les réglementations de pêche en vigueur (prévenir l augmentation excessive de bateaux de pêche dans la sousrégion) Echanger les points de vue et information sur les accords de pêches des pélagiques, conformément aux résultats de l atelier de la CICG/WWF sur les Accords de pêches Coopérer dans la prévention des activités qui réduisent les efforts de gestion durable des stocks partagés (mettre en œuvre des dispositions appropriées d IPOA-INN Utiliser le Comité Régional de Pêche (COREP) comme unité de coordination de Sardinelles auprès du Secrétariat de la CICG Promouvoir l atténuation des impacts de la pêche dans des zones 28

30 sensibles en utilisant l approche écosystémique des pêches Les dispositions institutionnelles: Désigner un Point focal au niveau national (PFN) pour les Sardinelles sous-tutelle du groupe de travail du sous-comité scientifique du CECAF pour le sud Renforcer les liens entre la finance et la pêche ainsi que les institutions environnementales Promouvoir l engagement effectif des parties prenantes dans le domaine marin Renforcer la capacité dans le secteur de pêche (formation des chercheurs et des administratifs de pêche, MCS staff, organisation des ateliers, des séminaires sur les problèmes relevés) Adopter des mesures de gestion au niveau sous-régional basées sur les activités du groupe de travail scientifiques de CECAF pour le sud Etablir la gestion participative pour la mise en place des décisions de COREP sur les ressources de petits pélagiques côtiers (Sardinella) partagées Créer un site web pour la gestion partagée des ressources des petits pélagiques côtiers partagées Fiche projet n Priorité Titre du Project Localisation Organisme Responsable Partenaires nationaux Partenaires extérieurs Partenaires Techniques Scientifiques et 002 Republique du Congo PREVENTION ET GESTION DE LA POLLUTION MARINE Pointe-Noire (Congo-Brazzville) Ministère de l Economie forestière, de l Environnement et du développement Durable Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et de la Marine marchande, Travaux Publics, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales UNESCO/COI/IOCEA, UNICN, IPIECA, PNUE FAO, PNUE, UICN, WWF, GTZ, UNESCO, IRD, SNR, GERSEN, UROCB, GRDIB, ONG compétente en la matière 29

31 Partenaires financiers Coût estimatif Global FEM, PNUD, FEMF, USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondial, FIDA, Coopération Française, AOPC(CHEVRON,SOCO, MOBIL,SNPC,ENI- CONGO,TOTAL E&P,MAUREL&PROM ), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière (UNESCO/COI) US$ Durée Objectifs spécifiques Justification 5 ans Gérer les pressions sur la diversité biologique par la réduction de leurs impacts Renforcer la conservation in-situ de la diversité biologique Favoriser la protection des écosystèmes et des habitats naturels, ainsi que le maintien des populations viables d espèces dans leur milieu naturel Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la convention Mettre en place un plan d intervention d urgence pour contenir les marées noires Contrôler et réduire les sources de pollution d origine pétrolière et des effluents industriels Parmi les pressions humaines sur la diversité biologique marine, la pollution tant urbaine qu industrielle est l une des plus préoccupantes de nos eaux côtières constituant ainsi un danger pour la sécurité des écosystèmes naturels et la santé humaine. En sa qualité de pays pétrolier, le Congo vit chaque année des déversements d hydrocarbures en mer et à terre, lors du transport des huiles vers le terminal pétrolier de Djéno, la raffinerie de Pointe- Noire ou au moment du chargement du brut. La ville de Pointe-Noire se distingue par l importance des industries qui utilisent des produits chimiques dans le traitement des métaux, dans le nettoyage des installations industrielles et dans la lutte contre la corrosion. Les industries pétrolières les utilisent également ; ce sont les inhibiteurs de corrosion, anti-mousses, méthanol, glycol, détergent et solvant. Les industries agro-alimentaires rejettent leurs effluents dans le drainage urbain; l unité d exploitation forestière (FORALAC) déverse ses déchets issus de transformation des bois (copeaux) dans le fleuve Kouilou. La sylviculture dans la zone côtière utilise des quantités importantes qui contaminent les eaux douces dans les zones d activités sylvicoles. Les sites sont pollués ; les lagunes, les lacs et les rivières en sont souvent les réceptacles. Le cadre juridique Congolais ; sa loi fondamentale n 003/91 /du 13 avril 1991 sur la protection de l environnement prend en compte tous ces aspects suivant : la biodiversité, la lutte contre la pollution 30

32 par les hydrocarbures, la protection et la mise en valeur du milieu marin et des zones côtières. D autres textes encore plus spécifiques concernant des domaines particuliers notamment les hydrocarbures, la marine marchande renforcent le cadre juridique de l environnement marin et côtier. Le Plan National d Action Environnementale reste un document de référence, auquel s ajoute le Plan National d Intervention d Urgence spécifique au milieu marin et côtier. Etant entendu que les services administratifs habilités dans la gestion des sinistres ne disposent pas de moyens matériels de lutte antipollution, il revient aux sociétés pétrolières de traiter et recueillir des huiles déversées. Il est difficile de circonscrire la responsabilité du pollueur. Activités Le Plan National d Intervention d Urgence en cas de pollution par les hydrocarbures n est pas encore mis en œuvre pour des raisons évidentes liées aux obstacles dressées par certaines institutions publiques et privées existantes. Ainsi ce projet est un outil de plus dans la gestion des pollutions marines tant sur le plan local que sous régional. Création d un cadre de concertation regroupant les acteurs des activités socioéconomiques-industriels, les communautés locales pour la conservation des Écosystèmes côtier et marin Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures de gestions Recueil et analyse des informations disponibles sur la question Identification et cartographie des zones sensibles Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière 31

33 Fiche projet n Priorité Titre du Project Organisme Responsable 003 Republique du Congo Contrôle et gestion des déchets CREATION D UNE INSTALLATION POUR LA RECEPTION ET LA GESTION DES DECHETS DES NAVIRES Ministère de l Economie Forestière, des Eaux et Forêts et du développement Durable Partenaires Techniques et Scientifiques UNESCOCOI, FAO, PNUE, UICN, EFC, CERVE, GERDIB, WWF, GTZ, UNESCO, IRD, GERSEN, UROCB Partenaires financiers Coût estimatif OMI, FEM, PNUD, FEMF, ONUDI, PNUE,USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, AOPC,(CHEVRON, SOCO, MOBIL,SNPC, ENI- CONGO,TOTAL E&P, MAUREL&PRO M), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière Global US $ Détaillé Estimation du coût (en millers de dollars américains) Activités Total Année Année Année Année Identification et évaluation des principales sources de pollution Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures habilitées Elaborer un plan de gestion Elaboration d un plan d urgence de lutte contre la pollution Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la

34 Durée 4 ans convention Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière Suivi et évaluation Total Objectifs Justificati on Contribuer à l assainissement du littoral congolais et assurer le contrôle et la surveillance des déversements des produits et déchets par les navires. Parmi les pressions humaines sur la diversité biologique marine, la pollution tant urbaine qu industrielle est l une des plus préoccupantes de nos eaux côtières constituant ainsi un danger pour la sécurité des écosystèmes naturels et la santé humaine. En sa qualité de pays pétrolier, le Congo vit chaque année des déversements d hydrocarbures en mer et à terre, lors du transport des huiles vers le terminal pétrolier de Djéno, la raffinerie de Pointe-Noire ou au moment du chargement du brut. La ville de Pointe-Noire se distingue par l importance des industries qui utilisent des produits chimiques dans le traitement des métaux, dans le nettoyage des installations industrielles et dans la lutte contre la corrosion. Les industries pétrolières les utilisent également; ce sont les inhibiteurs de corrosion, anti-mousses, méthanol, glycol, détergent et solvant. Les industries agro-alimentaires rejettent leurs effluents dans le drainage urbain; l unité d exploitation forestière (FORALAC) déverse ses déchets issus de transformation des bois (copeaux) dans le fleuve Kouilou. La sylviculture dans la zone côtière utilise des quantités importantes qui contaminent les eaux douces dans les zones d activités sylvicoles. Les lagunes, les lacs et les rivières en sont souvent les réceptacles. Le cadre juridique Congolais par sa loi fondamentale n 003/91 /du 13 avril 1991 sur la protection de l environnement prend en compte tous ces aspects suivant la biodiversité, la lutte contre la pollution par les hydrocarbures, la protection et la mise en valeur du milieu marin et des zones côtières. D autres textes encore plus spécifiques concernant des domaines particuliers notamment les hydrocarbures, la marine marchande renforcent le cadre juridique de l environnement marin et côtier. Le Plan National d Action Environnementale reste un document de référence, 33

35 auquel s ajoute le Plan National d Intervention d Urgence spécifique au milieu marin et côtier. Etant entendu que les services administratifs habilités dans la gestion des sinistres ne disposent pas de moyens matériels de lutte antipollution, il revient aux sociétés pétrolières de traiter et recueillir des huiles déversées. Il est difficile de circonscrire la responsabilité du pollueur. Activités D où l importance de ce projet de créer une installation pour la réception et la gestion des déchets des navires et autres pollutions associées. Identification et évaluation des principales sources de pollution Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures habilitées Elaborer un plan de gestion Elaboration d un plan d urgence de lutte contre la pollution Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la convention Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière Suivi et évaluation Fiche projet n 004 Republique du Congo Priorité Contrôler et Assurer une protection raisonnable et primordiale pour la conservation du milieu marin et côtier. Titre du Project CREATION D UN OBSERVATOIRE DU MILIEU MARIN ET COTIER Organisme Responsable Ministère de l Economie Forestière, des Eaux et Forêts et du développement Durable Partenaires nationaux Ministères des transport et de la Marine Marchande, Ministère de a défense, Ministère des Hydrocarbures, Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat et travaux publiques, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et de la Marine Marchande, Ministère des Hydrocarbures, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales Partenaires extérieurs UNESCO/COI, FAO, PNUE, UICN, WWF, GTZ, IRD, GERSEN, UROCB, ONG Partenaires financiers O.M.I, FEM, PNUD, FEMF, ONUDI,PNUE,USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, AOPC,(CHEVRON, SOCO, MOBIL, SNPC, ENI-CONGO, TOTAL E&P, (MAUREL&PROM ), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière Coût Global US$ 34

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT Plan Sectoriel d Intégration de la Biodiversité au Ministère des Transports, des Travaux Publics et de l Equipement

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC

Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC) et la mise en œuvre du Plan De Convergence, COMIFAC 6ème Réunion du PFBC Yaoundé: 11 au 12 Novembre 2009 1 Présentation par Bamba Diop BAD But et Objectif Stratégique

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Application à l'exploitation des équipements de production d'électricité Par : Daniel Thériault, B.Urb., M.Sc.A Conférence internationale

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR

COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR COMMENT CONCILIER LES EXTREMES Développement, Mise en oeuvre, et Intégration plus large des stratégies sur les Aires protégées MADAGASCAR RANDRIAMAHALEO Sahoby Ministère de l Environnement et des Forêts

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N o 10

FICHE TECHNIQUE N o 10 Comité Zone d Intervention Prioritaire Date d'ouverture du dossier : 01/04/2003 FICHE TECHNIQUE N o 10 Thématique : Projet : Localisation : Protection et restauration écologique des milieux naturels Aménagement

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Regroupement des Écoles de Pêche Francophones Bulletin bimestriel de liaison

Regroupement des Écoles de Pêche Francophones Bulletin bimestriel de liaison Regroupement des Écoles de Pêche Francophones Bulletin bimestriel de liaison Vol. 1 No 4 WEB http://fpt-francophonie.org/repf/ Sommaire Message du Directeur scientifique du Programme international sur

Plus en détail

Construction d un centre de formation professionnelle

Construction d un centre de formation professionnelle Projet d appui au développement de la communauté locale Construction d un centre de formation professionnelle Ile Sainte Marie, Madagascar (2015 2017) Contexte Situé dans l'océan Indien, Madagascar est

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Développement durable des ports. Vanessa LOGERAIS Présidente PARANGONE Communication-Environnement

Développement durable des ports. Vanessa LOGERAIS Présidente PARANGONE Communication-Environnement Développement durable des ports Vanessa LOGERAIS Présidente PARANGONE Communication-Environnement Rappel du cadre réglementaire Directive cadre européenne sur l eau Restauration d ici 2015 de la bonne

Plus en détail

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UNE BARRIERE BRISE-LAMES VIVANTE DE 60 MILLIONS DE DOLLARS POUR PROTEGER LE LITTORAL ET L HABITAT DE STATEN ISLAND

LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UNE BARRIERE BRISE-LAMES VIVANTE DE 60 MILLIONS DE DOLLARS POUR PROTEGER LE LITTORAL ET L HABITAT DE STATEN ISLAND Pour publication immédiate : 30/04/2015 État de New York Executive Chamber Andrew M. Cuomo Gouverneur GOUVERNEUR ANDREW M. CUOMO LE GOUVERNEUR CUOMO ANNONCE UNE BARRIERE BRISE-LAMES VIVANTE DE 60 MILLIONS

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ******

SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Université de Dschang Département de Genie Rural SEMINAIRE DE FORMATION DES FORMATEURS EN GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU ****** Dschang, du 24 au 26 Juillet 2006 ******* Document d orientation

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé et de la Logistique (AGL) Codification du poste: AGL PNS

TERMES DE REFERENCE. Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé et de la Logistique (AGL) Codification du poste: AGL PNS TERMES DE REFERENCE De l Assistant de Gestion chargé de la Logistique pour le Parc National de la Salonga (AGL PNS) et Responsable du Bureau RAPAC/Kinshasa Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Eau et environnement. Programme de coopération technique

Eau et environnement. Programme de coopération technique Programme de coopération technique Eau et environnement Le programme de coopération technique de l AIEA aide les États Membres à concrétiser leurs priorités de développement tout en surveillant et en protégeant

Plus en détail

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Prix 2013 «Infrastructures pour la Mobilité et Biodiversité» LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Aménagement et renaturation d un site naturel remarquable Psammodrome d Edwards Une dégradation

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN PAYS DE LA LOIRE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN PAYS DE LA LOIRE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN PAYS DE LA LOIRE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN)

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) PROTECTION DE LA NAVIGATION PROTECTION DE LA NAVIGATION APERÇU MODÈLE LOGIQUE MISSION : Assurer la protection et la sécurité de la navigation en eaux canadiennes. OBJECTIFS : Faciliter l utilisation sûre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS

ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS ROYAUME DU MAROC AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU LOUKKOS Plan de Communication Opérationnel de l Agence du Bassin Hydraulique du Loukkos 1 PLAN 1. Analyse de l environnement 2. l environnement externe

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest

Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Projet de pêche durable des petits pélagiques en Afrique Nord Ouest Séminaire sur les mécanismes de gestion concertée Dakar, 15 17 avril 2009 Pays Bas H. El Ayoubi, CSRP/Wageningen Données de base Zone

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2010 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes AUTOMNE Chapitre 1 Les déversements de pétrole provenant de navires Bureau du vérificateur général du

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole»

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité - Justice MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» En partenariat avec le MINISTÈRE DU PÉTROLE,

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO ANNEE UNIVERSITAIRE 2005-2006 FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO Informations générales, conditions d admission, frais de participation et dossier de candidature.

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME)

DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME) DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME) Pour faire une demande de crédit (prêt) pour financer votre projet d investissement,

Plus en détail

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Le changement climatique a et aura des effets considérables sur

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL ET NATIONAL DE PROTECTION DES MANGROVES PAR CHARLINE GAUDIN ETUDE JURIDIQUE EN LIGNE #53 La série des (FAO Legal Papers Online) est constituée d'articles et de rapports concernant

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE

STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE STRATEGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITE BILAN GENERAL 2004-2010 et RECOMMANDATIONS POUR UNE NOUVELLE STRATEGIE I. CONTEXTE La Stratégie Nationale pour la Biodiversité a été adoptée en 2004 par le gouvernement

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016

Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016 Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016 VERSION FINALE Centre de Coopération pour la Méditerranée de l UICN Septembre 2012 2 Sommaire Liste d acronymes... 3 Avant-propos... 4 Introduction... 5

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

3 Cartographie participative du terroir de chasse

3 Cartographie participative du terroir de chasse 3 Cartographie participative du terroir de chasse 3.1 Principe général de la méthode La cartographie participative est un moyen d associer la population d un village (ou un groupe au sein de cette population)

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail