Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6 Stephen Maxwell Kwame Donkor, Ph.D Executive Secretary & Regional Coordinator IGCC/GCLME Project. 5

7 6

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19 18

20 Fiche projet n Titre du Project Organisme Responsable 001-Cameroun PROMOTION DE LA GESTION ET DE L UTILISATION DURABLE DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ET D AUTRES RESSOURCES AQUATIQUES VIVANTES 1) MINRESI-IRAD BP 219 Kribi Cameroun PMB 77 Limbe Cameroun Coût estimatif Durée Global 2) MINEPIA: Direction de la Pêche et de l Aquaculture, Yaoundé-Cameroun 3) MINEP/DSCPR : BP : 320 Yaoundé 3 ans ou US$ Objectifs spécifiques Justification Actualiser la législation en matière de pêche et d autres ressources marines vivantes Promouvoir des mesures incitatives dans la conservation des pêcheries Sensibiliser toutes les parties prenantes sur la nécessité de conserver et d exploiter rationnellement les ressources Renforcer les capacités humaines et infrastructurelles Surveiller et contrôler les activités de pêche Déterminer les zones de pêche et les périodes de repos biologique Développer les autres activités génératrices de revenus Promouvoir les activités aquacoles On constate actuellement dans la zone côtière camerounaise une exploitation irrationnelle des ressources halieutiques et d autres ressources aquatique vivantes. Ceci est lié surtout au non respect des normes de pêche, utilisation des techniques inappropriées de pêche, augmentation de l effort de pêche, boom démographique, destruction des mangroves, insuffisance de connaissance en matière de gestion des ressources, manque de source de source de revenu alternatif pour les communautés côtières, perte de la biodiversité, importante perte postcapture liée à la mauvaise conservation et transformation des produits de pêches etc. Il ressort de ce constat que la gestion des ressources naturelles n est pas durable, ce qui rejoint l analyse globale de la gestion des ressources naturelles du Dr Kenneth Shermann, Père des LME, pour qui la gestion durable des écosystèmes marins et côtiers doit se faire selon une approche ecosystémique et se traduire en bénéfices tangibles sous la forme de: Restauration des captures dans les pêches Réduction de la pollution 19

21 Amélioration de la santé humaine Réhabilitation de l environnement côtier Activités Révision et renforcement de l application des normes juridiques existantes Mise en place des mesures incitatives pour l implication de toutes les parties prenantes (pêcheurs nationaux et autres) Sensibilisation des parties prenantes sur la valeur et l importance de la conservation des ressources halieutiques et autres ressources aquatiques vivantes Renforcement des capacités (Recherche, équipement, formation et financement) pour la gestion rationnelle des ressources halieutiques et autres Surveillance et contrôle des activités de pêches (exportation anarchique, pêche illicite ) Institution des périodes de repos biologique pour la pêche Développement des autres activités génératrices de revenus (aquaculture côtière et de la mariculture ) 20

22 Fiche projet n Titre du Project Localisation Organisme Responsable Cameroun GESTION INTÉGRÉE DE LA ZONE CÔTIÈRE DE LA PÉNINSULE DE BAKASSI la Péninsule de Bakassi Madame FOSI MBANTENKHU Mary Tel: (237) Partenaires financiers Coût estimatif Durée Objectifs Objectifs spécifiques Global 3 ans MINEP/DSCPR: BP 320 Yaoundé ou US$ Conserver et promouvoir l utilisation durable des ressources existantes de la Péninsule de Bakassi au Cameroun pour l amélioration de la qualité de l environnement et de la vie des populations Mise en place d une unité de gestion et de coordination du projet Renforcement du cadre légal et institutionnel pour donner plus d autorité aux femmes et aux jeunes Promouvoir une coopération, un partenariat et la collaboration entre les départements efficaces et effectifs entre l Etat, le secteur privé et la société civile Développer un programme de l éducation environnementale pour renforcer l éducation environnementale de base et court terme ou informatique de base Renforcer les capacités existantes et augmenter la capacité locale pour mener la gestion et la formation dans la Péninsule de Bakassi Mise en œuvre des mesures du contrôle de la pollution et de la gestion des déchets dans le but de minimiser les rejets en zone côtière Développer un programme à long terme pour la gestion durable de la zone côtière et de ses ressources Plan de gestion des stocks de poissons et protection des zones de pêche Gestion des mangroves à travers la régénération et les aires protégées Réduire la pauvreté de la Péninsule et de la zone côtière à travers des initiatives proactiv es qui génèrent des options du bienêtre durable Préserver, protéger ou promouvoir les ressources culturelles et historiques Développer le réseau existant de données et d information et les systèmes de gestion à travers le renforcement des capacités, 21

23 Justification Activités l amélioration des infrastructures et la gestion institutionnelle Réduire les impacts de la pollution en zone côtière et leur habileté à supporter les bénéfices des utilisateurs humains Parmi ces contraintes de gestion durable des ressources on peut citer: l insuffisance des études scientifiques sur l évaluation des stocks halieutiques et le risque de surexploitation des stocks de poissons la destruction des frayères par des engins traînants (chalut à bœuf), la pêche dans les zones interdites et le non respect de la réglementation en matière de pêche l exploitation irrationnelle et intensive de la mangrove pour le fumage du poisson et la crevette à cause de l utilisation des fumoirs traditionnels source de fumée nocive et de déperdition d énergie la faible implication des communautés locales dans la gestion des ressources naturelles l utilisation rampante des méthodes de pêche destructive, le non respect de la législation en matière de pêche l existence des risques importants de pollution de l environnement marin et côtier liés aux activités d exploration et de production pétrolières qui prolifèrent dans la région le rétrécissement de la terre ferme sous l effet de l érosion marine, l ensablement et le relèvement du niveau marin Il est donc nécessaire de mener des actions de gestion intégrée dans la zone côtière de la Péninsule de Bakassi. Pour assurer la gestion rationnelle et durable des ressources halieutiques et de la mangrove: Identifier et baliser les zones protégées Renforcer le dispositif actuel de collecte des données statistiques Former les acteurs en gestion rationnelle des ressources naturelles locales Constituer et encadrer les comités de surveillance participative Equiper les comités de surveillance de la logistique nécessaire Renforcer le dispositif actuel de contrôle et de surveillance des eaux Négocier une convention sectorielle de coopération en pêche avec le Nigeria Conduire des évaluations des stocks halieutiques tous les 10 ans Conserver et promouvoir l utilisation soutenue des ressources existantes dans la zone de Bakassi Suivi des pollutions provenant des activités d exploration et de production du pétrole Elaborer des nouvelles législations et mettre en place un mécanisme de coordination parmi les différents secteurs impliqués dans l utilisation de la zone côtière Générer les mécanismes pour résoudre les conflits Pourvoir des informations scientifiques techniques et adéquates 22

24 aux décideurs Mettre en place des politiques réalistes et simples pour l éducation et la participation du public Pourvoir une plateforme pour le Cameroun et la réplicabilité dans d autres pays pour tester l efficacité du concept GIZC Placer la zone sur une base solide de Développement durable Réduire la pauvreté et améliorer le bienêtre des populations Fiche projet n Titre du Project Organisme Responsable Cameroun LUTTE CONTRE L EXPLOITATION ANARCHIQUE DES FORETS LITTORALES (MANGROVE ESSENTIELLEMENT) MINEP Direction de la promotion et de la pretection des ressources naturelles Yaoundé, Cameroun. Coût estimatif Objectifs spécifiques Justification MINEP DSCPR B.P. 320 Yaoundé, Cameroun ou Global US $ Sensibiliser les communautés locales sur les dispositions de gestion des forêts de mangrove Etablir les systèmes de gestion communautaire des mangroves Promouvoir le reboisement/régénération des mangroves Vulgariser l utilisation des foyers améliorés dans les zones de mangroves Le terme mangrove se réfère habituellement à un complexe de zones humides influencées par les marées et constituées de forêts marécageuses et autres habitats associés dans la zone intertidale sous les latitudes tropicales et subtropicales (Banque Mondiale, 2004). Au Cameroun comme partout dans le monde, les écosystèmes forestiers de mangrove subissent des dégradations anthropiques de toutes sortes et de diverses amplitudes (FAO, 1994; Ellison and Farnsworth 1996; Valiela et al. 2001). La pression démographique provoque leur destruction et son influence s accentue dans des zones non protégées, surtout au voisinage des agglomérations où les problèmes fonciers et la pauvreté poussent les populations à occuper des espaces libres à faibles coûts. Cette croissance démographique intensifie la pression sur les ressources et les mesures de contrôle deviennent indispensables. L exploitation du bois dans les mangroves est une activité dévastatrice dès lors que les lois du marché supplantent les besoins ordinaires de consommation des populations. L amélioration des revenus étant une quête permanente de l homme, l exploitation libre et gratuite des ressources naturelles conduit toujours à leur dégradation totale et à celle de l écosystème à moyen terme. 23

25 Du fait de la pauvreté, plusieurs consommateurs sont incapables de payer les sources d énergie modernes (Nicole et al. 1994; Saenger et Bellan 1995; Din 2001) et vont se concentrer sur le bois des mangroves, spécialement Rhizophora qui est très prisé du fait de sa grande valeur calorifique. Dans les villes côtières, le commerce du bois rouge provenant des mangroves est apparu comme une activité florissante. Un autre facteur accélérateur fut la modernisation du matériel de coupe par l introduction de tronçonneuses et parfois de grosses pirogues propulsées par des moteurs hors-bords (Din et Blasco 1998). Ainsi des générations de communautés littorales ont toujours perçu la mangrove comme une réserve naturelle de bois de chauffe, de bois d œuvre pour la construction des habitats et des pirogues, une réserve au service de la pharmacopée. La sécurité alimentaire est liée à l existence des mangroves où les populations exploitent les crevettes, les huîtres et autres espèces de mollusques à coquille ; la pêche commerciale et la pêche de subsistance qui constituent l activité importante des communautés littorales au Cameroun dépendent de la vitalité des mangroves. La pêche constitue en effet l activité principale des communautés côtières traditionnelles dans lesquelles elle est perçue d abord comme une activité culturelle avant les besoins économiques. Malgré le rôle primordial que les mangroves et les systèmes connexes jouent dans les pêcheries (Robertson et Duke 1987; Primavera 1998), les autorités qui gèrent les pêches n apportent pas beaucoup de solutions sur leur protection et conservation. Enfin, la mangrove offre une multitude de milieux propices à l'alimentation et au développement des poissons, des crustacés et des mollusques dont elle constitue un lieu de reproduction. Elle constitue la base de la productivité des eaux marines, et l arrière mangrove recèle de bonnes potentialités pour l'aquaculture en eaux saumâtres (Youmbi et al.1991). Elle constitue également un élément de stabilisation de la côte en formant une barrière contre l avancement du front de mer (érosion côtière) et constitue un énorme potentiel en termes de ressources ligneuses, aquatiques et d espèces d animaux marins. L écosystème mangrove offre les services suivants: Modération des effets des tempêtes et des cyclones côtiers Effet de réservoir à nutriments et réduction des quantités excessives de polluants Piégeage des sédiments des ruissellements des hautes terres, réduisant la turbidité de l'eau opportunités en matière d'enseignement, de recherche scientifique, de loisirs et d'écotourisme La détérioration des écosystèmes de mangrove serait donc une véritable catastrophe écologique pour le Cameroun. L absence d utilisation des ressources peut aussi devenir un inconvénient. La 24

26 dynamique naturelle progressive des mangroves peut aboutir à l obstruction des voies d eau, perturbant ainsi la navigation et éloignant les zones de pêche. La préservation des mangroves ne signifie pas forcément une protection intégrale exempte de toute activité anthropique. Il est donc primordial de protéger les mangroves dans le contexte local et en associant de manière participative les populations locales qui utilisent quotidiennement les produits de cet écosystème. Activités Sensibilisation des communautés locales sur les dispositions de gestion communautaire des forêts Mise sur pied des systèmes de gestion communautaire des mangroves et des forêts côtières Promotion des reboisements côtiers Vulgarisation des foyers améliorés dans les zones de forêts communautaires de mangroves créées 25

27 REPUBLIQUE DU CONGO 26

28 Fiche projet n 001 République du Congo Priorité Titre du Project Localisation Organisme Responsable Partenaires nationaux Partenaires extérieurs Partenaires Techniques et Scientifiques Partenaires financiers Coût estimatif Global Aménagement des Ressources des Petits Pélagiques côtiers (Sardinelles) Partagées entre les Quatre Pays du Sud du GCLME (Angola, Congo, DR Congo and Gabon) CONSERVATION ET GESTIO N DE LA RESSOURCE DES PETITS PELAGIQUES COTIERS Pointe-Noire (Congo-Brazzaville) Ministère du Développement Durable, de l Economie Forestière et de l Environnement Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et Travaux Publics, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales. FAO, COREP, PNUE, UICN, NORAD, ACP FISH II FAO, PNUE, UICN, WWF, COREP, GTZ, UNESCO, IRD, GERSEN, UROCB, GRDIB, CNUCED, ACCT, CRDI, CECA, ONG compétente en la matière FEM, PNUD, FEMF, USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, UNICONGO, AOPC (SNPC,ENI- CONGO,TOTAL E&P, MAUREL & PROM), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière ) US$ Durée Objectifs Objectifs spécifiques 6 ans Gestion durable des stocks des petits pélagiques partagés pour éviter la surexploitation et l effondrement possible des ressources et apporter une fondation qui permette à la gestion des pêcheries de continuer à progresser vers un cadre de gestion plus intégré. Améliorer la connaissance sur l état des ressources des petits pélagiques côtiers (Sardinella) partagés dans la sous-région Renforcer la coopération entre les quatre pays sur la gestion des ressources Minimiser tous les impacts négatifs des effets des opérations de pêche sur l environnement marin Améliorer la prise de décision en relation avec la gestion des pêcheries à travers un réseau d information et de communication efficace 27

29 Justification Activités Pendant la dernière décade les quatre pays - Angola, Congo, DR Congo and Gabon - ont rehaussé la coopération entre eux, améliorer leur connaissance et renforcer l échange d expérience concernant les pêcheries de Sardinelles. Les ressources de Sardinelles sont les stocks transfrontaliers et font une contribution socio-économique très significative dans ces pays. Les pays vont perdre d importantes opportunités actuellement et dans le futur, en terme de surexploitation et l effondrement possible des pêcheries, s ils ne s accordent pas pour mettre ensemble les efforts pour la gestion rationnelle des stocks et des pêcheries dans les eaux sous leurs juridictions nationales. Activités de Recherche Halieutique: Revue et synthèse de la littérature disponible sur la ressource partagée de petits pélagiques côtiers (Sardinella) Collecte des données statistiques (artisanale, semi-industrielle et industrielle) Mettre en place un système d échantillonnage biologique sur les sites de débarquement de pêche Etablir une base des données par pays Entreprendre/Participer aux campagnes transfrontalières annuelles (Stratégies d échantillonnage pour les campagnes) Actualisation régulière des méthodes d évaluation des stocks et d effort de pêche en se référant au groupe de travail du Souscomité scientifique de COPACE relative à l information sur la ressource partagée des Sardinelles Activités Aménagement des Pêcheries: Echanger les informations sur tous les bateaux autorisés de pêcher les pélagiques dans les 4 pays Renforcer la coopération entre les pays sur le système MCS (VMS, registre des navires, mission de contrôle en mer, journal de bord, arraisonnement, observateurs à bord, inspection au port, échange d information, etc) Harmoniser les réglementations de pêche en vigueur (prévenir l augmentation excessive de bateaux de pêche dans la sousrégion) Echanger les points de vue et information sur les accords de pêches des pélagiques, conformément aux résultats de l atelier de la CICG/WWF sur les Accords de pêches Coopérer dans la prévention des activités qui réduisent les efforts de gestion durable des stocks partagés (mettre en œuvre des dispositions appropriées d IPOA-INN Utiliser le Comité Régional de Pêche (COREP) comme unité de coordination de Sardinelles auprès du Secrétariat de la CICG Promouvoir l atténuation des impacts de la pêche dans des zones 28

30 sensibles en utilisant l approche écosystémique des pêches Les dispositions institutionnelles: Désigner un Point focal au niveau national (PFN) pour les Sardinelles sous-tutelle du groupe de travail du sous-comité scientifique du CECAF pour le sud Renforcer les liens entre la finance et la pêche ainsi que les institutions environnementales Promouvoir l engagement effectif des parties prenantes dans le domaine marin Renforcer la capacité dans le secteur de pêche (formation des chercheurs et des administratifs de pêche, MCS staff, organisation des ateliers, des séminaires sur les problèmes relevés) Adopter des mesures de gestion au niveau sous-régional basées sur les activités du groupe de travail scientifiques de CECAF pour le sud Etablir la gestion participative pour la mise en place des décisions de COREP sur les ressources de petits pélagiques côtiers (Sardinella) partagées Créer un site web pour la gestion partagée des ressources des petits pélagiques côtiers partagées Fiche projet n Priorité Titre du Project Localisation Organisme Responsable Partenaires nationaux Partenaires extérieurs Partenaires Techniques Scientifiques et 002 Republique du Congo PREVENTION ET GESTION DE LA POLLUTION MARINE Pointe-Noire (Congo-Brazzville) Ministère de l Economie forestière, de l Environnement et du développement Durable Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et de la Marine marchande, Travaux Publics, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales UNESCO/COI/IOCEA, UNICN, IPIECA, PNUE FAO, PNUE, UICN, WWF, GTZ, UNESCO, IRD, SNR, GERSEN, UROCB, GRDIB, ONG compétente en la matière 29

31 Partenaires financiers Coût estimatif Global FEM, PNUD, FEMF, USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondial, FIDA, Coopération Française, AOPC(CHEVRON,SOCO, MOBIL,SNPC,ENI- CONGO,TOTAL E&P,MAUREL&PROM ), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière (UNESCO/COI) US$ Durée Objectifs spécifiques Justification 5 ans Gérer les pressions sur la diversité biologique par la réduction de leurs impacts Renforcer la conservation in-situ de la diversité biologique Favoriser la protection des écosystèmes et des habitats naturels, ainsi que le maintien des populations viables d espèces dans leur milieu naturel Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la convention Mettre en place un plan d intervention d urgence pour contenir les marées noires Contrôler et réduire les sources de pollution d origine pétrolière et des effluents industriels Parmi les pressions humaines sur la diversité biologique marine, la pollution tant urbaine qu industrielle est l une des plus préoccupantes de nos eaux côtières constituant ainsi un danger pour la sécurité des écosystèmes naturels et la santé humaine. En sa qualité de pays pétrolier, le Congo vit chaque année des déversements d hydrocarbures en mer et à terre, lors du transport des huiles vers le terminal pétrolier de Djéno, la raffinerie de Pointe- Noire ou au moment du chargement du brut. La ville de Pointe-Noire se distingue par l importance des industries qui utilisent des produits chimiques dans le traitement des métaux, dans le nettoyage des installations industrielles et dans la lutte contre la corrosion. Les industries pétrolières les utilisent également ; ce sont les inhibiteurs de corrosion, anti-mousses, méthanol, glycol, détergent et solvant. Les industries agro-alimentaires rejettent leurs effluents dans le drainage urbain; l unité d exploitation forestière (FORALAC) déverse ses déchets issus de transformation des bois (copeaux) dans le fleuve Kouilou. La sylviculture dans la zone côtière utilise des quantités importantes qui contaminent les eaux douces dans les zones d activités sylvicoles. Les sites sont pollués ; les lagunes, les lacs et les rivières en sont souvent les réceptacles. Le cadre juridique Congolais ; sa loi fondamentale n 003/91 /du 13 avril 1991 sur la protection de l environnement prend en compte tous ces aspects suivant : la biodiversité, la lutte contre la pollution 30

32 par les hydrocarbures, la protection et la mise en valeur du milieu marin et des zones côtières. D autres textes encore plus spécifiques concernant des domaines particuliers notamment les hydrocarbures, la marine marchande renforcent le cadre juridique de l environnement marin et côtier. Le Plan National d Action Environnementale reste un document de référence, auquel s ajoute le Plan National d Intervention d Urgence spécifique au milieu marin et côtier. Etant entendu que les services administratifs habilités dans la gestion des sinistres ne disposent pas de moyens matériels de lutte antipollution, il revient aux sociétés pétrolières de traiter et recueillir des huiles déversées. Il est difficile de circonscrire la responsabilité du pollueur. Activités Le Plan National d Intervention d Urgence en cas de pollution par les hydrocarbures n est pas encore mis en œuvre pour des raisons évidentes liées aux obstacles dressées par certaines institutions publiques et privées existantes. Ainsi ce projet est un outil de plus dans la gestion des pollutions marines tant sur le plan local que sous régional. Création d un cadre de concertation regroupant les acteurs des activités socioéconomiques-industriels, les communautés locales pour la conservation des Écosystèmes côtier et marin Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures de gestions Recueil et analyse des informations disponibles sur la question Identification et cartographie des zones sensibles Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière 31

33 Fiche projet n Priorité Titre du Project Organisme Responsable 003 Republique du Congo Contrôle et gestion des déchets CREATION D UNE INSTALLATION POUR LA RECEPTION ET LA GESTION DES DECHETS DES NAVIRES Ministère de l Economie Forestière, des Eaux et Forêts et du développement Durable Partenaires Techniques et Scientifiques UNESCOCOI, FAO, PNUE, UICN, EFC, CERVE, GERDIB, WWF, GTZ, UNESCO, IRD, GERSEN, UROCB Partenaires financiers Coût estimatif OMI, FEM, PNUD, FEMF, ONUDI, PNUE,USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, AOPC,(CHEVRON, SOCO, MOBIL,SNPC, ENI- CONGO,TOTAL E&P, MAUREL&PRO M), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière Global US $ Détaillé Estimation du coût (en millers de dollars américains) Activités Total Année Année Année Année Identification et évaluation des principales sources de pollution Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures habilitées Elaborer un plan de gestion Elaboration d un plan d urgence de lutte contre la pollution Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la

34 Durée 4 ans convention Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière Suivi et évaluation Total Objectifs Justificati on Contribuer à l assainissement du littoral congolais et assurer le contrôle et la surveillance des déversements des produits et déchets par les navires. Parmi les pressions humaines sur la diversité biologique marine, la pollution tant urbaine qu industrielle est l une des plus préoccupantes de nos eaux côtières constituant ainsi un danger pour la sécurité des écosystèmes naturels et la santé humaine. En sa qualité de pays pétrolier, le Congo vit chaque année des déversements d hydrocarbures en mer et à terre, lors du transport des huiles vers le terminal pétrolier de Djéno, la raffinerie de Pointe-Noire ou au moment du chargement du brut. La ville de Pointe-Noire se distingue par l importance des industries qui utilisent des produits chimiques dans le traitement des métaux, dans le nettoyage des installations industrielles et dans la lutte contre la corrosion. Les industries pétrolières les utilisent également; ce sont les inhibiteurs de corrosion, anti-mousses, méthanol, glycol, détergent et solvant. Les industries agro-alimentaires rejettent leurs effluents dans le drainage urbain; l unité d exploitation forestière (FORALAC) déverse ses déchets issus de transformation des bois (copeaux) dans le fleuve Kouilou. La sylviculture dans la zone côtière utilise des quantités importantes qui contaminent les eaux douces dans les zones d activités sylvicoles. Les lagunes, les lacs et les rivières en sont souvent les réceptacles. Le cadre juridique Congolais par sa loi fondamentale n 003/91 /du 13 avril 1991 sur la protection de l environnement prend en compte tous ces aspects suivant la biodiversité, la lutte contre la pollution par les hydrocarbures, la protection et la mise en valeur du milieu marin et des zones côtières. D autres textes encore plus spécifiques concernant des domaines particuliers notamment les hydrocarbures, la marine marchande renforcent le cadre juridique de l environnement marin et côtier. Le Plan National d Action Environnementale reste un document de référence, 33

35 auquel s ajoute le Plan National d Intervention d Urgence spécifique au milieu marin et côtier. Etant entendu que les services administratifs habilités dans la gestion des sinistres ne disposent pas de moyens matériels de lutte antipollution, il revient aux sociétés pétrolières de traiter et recueillir des huiles déversées. Il est difficile de circonscrire la responsabilité du pollueur. Activités D où l importance de ce projet de créer une installation pour la réception et la gestion des déchets des navires et autres pollutions associées. Identification et évaluation des principales sources de pollution Renforcement des capacités humaines, matérielles et techniques des structures habilitées Elaborer un plan de gestion Elaboration d un plan d urgence de lutte contre la pollution Développer des outils législatifs appropriés pour soutenir la mise en œuvre de la convention Promotion de toutes les formes d éducation, de sensibilisation et d information sur la pollution marine et côtière Suivi et évaluation Fiche projet n 004 Republique du Congo Priorité Contrôler et Assurer une protection raisonnable et primordiale pour la conservation du milieu marin et côtier. Titre du Project CREATION D UN OBSERVATOIRE DU MILIEU MARIN ET COTIER Organisme Responsable Ministère de l Economie Forestière, des Eaux et Forêts et du développement Durable Partenaires nationaux Ministères des transport et de la Marine Marchande, Ministère de a défense, Ministère des Hydrocarbures, Ministère de l Economie et des Finances, Ministère de l Administration du Territoire et de la Décentralisation, Ministère de l Urbanisme et de l Habitat et travaux publiques, Ministère de l Hydraulique et de l Energie, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Pêche et de l Aquaculture, Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Ministère de l Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises, Ministère du Tourisme et de l Hôtellerie, Ministère du Transport et de la Marine Marchande, Ministère des Hydrocarbures, Ministère de la Défense Nationale, Ministère de la Communication, Ministère de la Santé, ONG compétentes en la matière, Communautés locales Partenaires extérieurs UNESCO/COI, FAO, PNUE, UICN, WWF, GTZ, IRD, GERSEN, UROCB, ONG Partenaires financiers O.M.I, FEM, PNUD, FEMF, ONUDI,PNUE,USAID, BAB, FIDA, CFD, JICA, ACDI, BID, UE, DANIDA, Banque Mondiale, BADEA, FIDA, Coopération Française, AOPC,(CHEVRON, SOCO, MOBIL, SNPC, ENI-CONGO, TOTAL E&P, (MAUREL&PROM ), CORAF, Fondations, ONG compétentes en la matière Coût Global US$ 34

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides Tableau 8 : Plan d action pour la conservation de la biodiversité au Rwanda Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides 1.1. Développement 1.1.1

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE 1 CONTEXTE Face aux effets des changements climatiques qui ont pour corollaires entre autres, l appauvrissement des sols,

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE.

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE. Contexte général La conférence de Rio de Janeiro (1992) a montré que le développement durable passe par la protection de l environnement. Cette approche a conduit l Etat de Côte d Ivoire à l adoption du

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

Résolution XII.10. Label Ville des Zones Humides 1 accréditée par la Convention de Ramsar

Résolution XII.10. Label Ville des Zones Humides 1 accréditée par la Convention de Ramsar 12 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) Punta del Este, Uruguay, 1 er au 9 juin 2015 Résolution XII.10 Label Ville des Zones Humides 1 accréditée

Plus en détail

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Contact presse : Murielle THERMED Directrice du Développement et de la Communication Parc Naturel Régional de la Martinique Tél. : 06

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE

CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE PRÉSENTATION POWER POINT CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE Par : Laura RUSSO Division de l économie et des produits forestiers, Département

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

RENATURA. et la protection de la mangrove en République du Congo. Rapport d activité : Journée mondiales des zones humides - 2011

RENATURA. et la protection de la mangrove en République du Congo. Rapport d activité : Journée mondiales des zones humides - 2011 Rapport d activité : Journée mondiales des zones humides - 2011 RENATURA et la protection de la mangrove en République du Congo Guichel Bisty, Givley Bokaka, Sophie Dupille 1 www.renatura.asso.eu.org /

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» province-sud .province-sud.

DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» province-sud .province-sud. DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» UN PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DURABLE EXEMPLAIRE : Conservation, protection et valorisation de la réserve naturelle du Cap N Dua, commune du Mont-Dore

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX Base de données zones humides de Martinique 1.1 Ensemble 1.2 Localisation Altitude : Coordonnées (UTM) O: 713530,19 Coordonnées (UTM) N: 1613267,1 Remarque sur la localisation : 1.3 Date de la description

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation SECRETARIAT EXECUTIF / EXECUTIVE SECRETARIAT BP 958 RP Dakar, Sénégal 54, Cité Lobatt Fall, Pikine Tel/Fax: (221) 33 854 98 13 adepa-wadaf@contact.org cbakundakwita@yahoo.fr Dossier de présentation COLLOQUE

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT A 1 EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES

PLAN DE CLASSEMENT A 1 EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES PLAN DE CLASSEMENT R OUVRAGES DE REFERENCES R 1 Annuaires R 2 Atlas R 3 Bibliographies - Catalogues R 4 Dictionnaires - Encyclopédies - Usuels R 5 Répertoires - Recueils généraux R 6 Enseignement - Education

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DU PLAN D ACTION EN MATIERE DE CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE ET D UTILISATION DURABLE DE SES RESSOURCES

TABLEAU SYNOPTIQUE DU PLAN D ACTION EN MATIERE DE CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE ET D UTILISATION DURABLE DE SES RESSOURCES ANNEXE 1 TABLEAU SYNOPTQUE DU PLAN D ACTON EN MATERE DE CONSERVATON DE LA DVERSTE BOLOGQUE ET D UTLSATON DURABLE DE SES RESSOURCES DOMANE PRORTES Articles de la convention ACTONS ORGANSME RESPONSABLE PROJETS

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD)

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) Par Gilbert KILOLA LUTSWAMBA Chef de Division Développement Durable Ministère de l Environnement, Conservation

Plus en détail

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO

STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO HOTEL PULLMAN ABIDJAN JUIN 2009 STRATEGIE DE L AUTORITE PORTUAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT DU PORT DE SAN PEDRO Présentation DESIRE DALLO Directeur Général Port Autonome de San Pedr Port Autonome de San Pedr

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS Bilan et perspectives de l Économie Verte en Pr Idrissa M. OUEDRAOGO, Consultant Introduction L objectif global

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT Plan Sectoriel d Intégration de la Biodiversité au Ministère des Transports, des Travaux Publics et de l Equipement

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.17/2006/8 Conseil économique et social Distr. générale 6 février 2006 Français Original : anglais Commission du développement durable Quatorzième session 1 er -12 mai 2006 Point 3 de

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC

Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC République Démocratique du Congo Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC FORUM SUR LA GOUVERNANCE FORESTIERE EN AFRIQUE CENTRALE Yaoundé, 21-22 Novembre 2011 Adrien KAKULA DIASOTUKA

Plus en détail

Loi 2001-01 du 15 janvier 2001 portant Code de l Environnement (Partie législative)

Loi 2001-01 du 15 janvier 2001 portant Code de l Environnement (Partie législative) Loi 2001-01 du 15 janvier 2001 portant Code de l Environnement (Partie législative) Exposé des motifs La mise en place d un cadre juridique rénové pour une bonne gestion de l environnement constitue l

Plus en détail

Gouvernance et gestion pour un tourisme durable dans les zones côtières d Afrique

Gouvernance et gestion pour un tourisme durable dans les zones côtières d Afrique Gouvernance et gestion pour un tourisme durable dans les zones côtières d Afrique Copyright 2013, Organisation mondiale du tourisme (OMT) Gouvernance et gestion pour un tourisme durable dans les zones

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion Ce document est extrait des «Linges directrices pour les catégories de gestion des aires protégées». Pour commander cette publication, veillez contacter : le Service de publications de l UICN 219c Huntingdon

Plus en détail

s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t

s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t s t r a t é g i e d e d é v e l o p p e m e n t d u r a b l e D U S I A A P 1 page 3 Introduction page 4 Participer à un aménagement durable de l agglomération parisienne page 6 Contribuer à l amélioration

Plus en détail

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Gestion durable des forêts et programme d investissement dans l initiative REDD+

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement Prise de position et réflexions sur le 6e programme d'action de l'ue pour l'environnement 1. Importance générale de l'environnement dans les régions frontalières et transfrontalières 2. Nécessité d'un

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 04/03/2014 16:06 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé MASTER : MASTER Master recherche et professionnel Sciences de la

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 APPEL A PROJETS JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 «Les forêts : vitales pour l eau et les zones humides»

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH

FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH Pour faire une demande de crédit (prêt ou leasing) pour

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

Opportunités pour les entreprises françaises

Opportunités pour les entreprises françaises Réalisé avec le soutien exceptionnel de StrateGEst Europe Consulting, Lyon, France www.strategest.fr / (+33) 04 78 08 97 06 La Roumanie Projets et financements dans l environnement Opportunités pour les

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 Par qui? Ce formulaire est à remplir par le porteur du projet, en fonction des informations

Plus en détail

Exemple de gestion concertée et solidaire d un bassin fluvial Partagé (Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal) M. Fawzi OULD BEDREDINE Ing.

Exemple de gestion concertée et solidaire d un bassin fluvial Partagé (Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal) M. Fawzi OULD BEDREDINE Ing. Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS) : Exemple de gestion concertée et solidaire d un bassin fluvial Partagé (Guinée, Mali, Mauritanie, Sénégal) M. Fawzi OULD BEDREDINE Ing. Du

Plus en détail

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME

MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME MISE EN COMPATIBILITE DES DOCUMENTS D URBANISME AVEC LE SDAGE DU BASSIN ARTOIS-PICARDIE 2010 FICHE 1. LES ORIENTATIONS ET DISPOSITIONS DU SDAGE A TRADUIRE DANS LES DOCUMENTS D URBANISME DIRECTIONS DEPARTEMENTALES

Plus en détail

- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A

- Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A - Titre du communiqué : PLANS ET PROJETS D ECOTOURISME EN COTE D IVOIRE - Thème correspondant : A - * Madame ATSIN ETTI Dia 20 BP 1147 ABIDJAN 20 : Im. CCIA, 9ème étage Tél. : 20 21 53 75 / Fax : 20 22

Plus en détail

UICN. Réunion du Comité régional de pilotage des micro financements du CARPE Yaoundé, le 13 août 2007. Rapport. Union mondiale pour la nature

UICN. Réunion du Comité régional de pilotage des micro financements du CARPE Yaoundé, le 13 août 2007. Rapport. Union mondiale pour la nature UICN Union mondiale pour la nature Réunion du Comité régional de pilotage des micro financements du CARPE Yaoundé, le 13 août 2007 Rapport 1 A- Introduction Le Comité régional de pilotage des micro subventions

Plus en détail

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche)

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche) 21/03/2013 UNFCCC, Atelier régional de formation sur l adaptation pour les PMA francophones 18-22 mars 2013, Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ 1 GONDWANA PRINCIPAUX : LE OBJlElCTIFS PARTENAIRE BIODIVERSITÉ DES ENTREPRISES Société indépendante créée en 2005 ; Gondwana est une société

Plus en détail

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Francis MAUGARD, Loïc GOUGUET, David ROSEBERY - ONF La gestion des forêts littorales et des milieux dunaires associés constitue

Plus en détail

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 M le Président directeur général de l Ifremer, M. le Directeur de l INSU, Mesdames et Messieurs les délégués nationaux

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Service Régional de l Environnement Souss

Plus en détail

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER RENFORCER LES CONNAISSANCES ET LES CAPACITÉS DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES DU BASSIN DU NIGER POUR LE BÉNÉFICE DES COMMUNAUTÉS ET LA RÉSILIENCE DES ÉCOSYSTÈMES Inversion des Tendances à la Dégradation

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

PARC NATIONAL DE LA SALONGA

PARC NATIONAL DE LA SALONGA PARC NATIONAL DE LA SALONGA Carte Source : draft de plan de gestion ECOFAC 20102020 In Bekalikali, n 2 30 septembre 2008 Superficie : 3 600 000 ha Catégorie IUCN : II Label international : Site du Patrimoine

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

PROJETS DE BARRAGES ET DE CENTRALES HYDROÉLECTRIQUES

PROJETS DE BARRAGES ET DE CENTRALES HYDROÉLECTRIQUES PROJETS DE BARRAGES ET DE CENTRALES HYDROÉLECTRIQUES INTRODUCTION L ETUDE D IMPACT SUR L ENVIRONNEMENT LISTE DES TABLEAUX LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 Identification des principales composantes de l environnement

Plus en détail

Annexe Document final de la reprise de la Conférence d examen de l Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons

Annexe Document final de la reprise de la Conférence d examen de l Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons Annexe Document final de la reprise de la Conférence d examen de l Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons 1. La reprise de la Conférence d examen a réaffirmé que la Convention des Nations

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES

L EAU ET L HOMME L EAU ET LA TERRE L EAU ET LA MER L EAU ET LES MILIEUX AQUATIQUES 01 Fédération française des associations de protection de la nature et de l environnement, France Nature Environnement est la porte-parole d un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 80

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

La coopération transfrontalière sur l Escaut

La coopération transfrontalière sur l Escaut Commission Internationale pour la protection de l Escaut La coopération transfrontalière sur l Escaut 1 - Caractéristiques et enjeux du bassin de l Escaut Les particularités Les enjeux 5 parties collaborent

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO Objectif 1 : Conservation de la diversité biologique THEMES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ETAT DE

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT D EQUIPEMENT(S) FIGURANT DANS LA BASE DE DONNEES LEME PRÊTS OU LEASING JUSQU'A 3 000 000 DH

DEMANDE DE FINANCEMENT D EQUIPEMENT(S) FIGURANT DANS LA BASE DE DONNEES LEME PRÊTS OU LEASING JUSQU'A 3 000 000 DH DEMANDE DE FINANCEMENT D EQUIPEMENT(S) FIGURANT DANS LA BASE DE DONNEES LEME PRÊTS OU LEASING JUSQU'A 3 000 000 DH Pour faire une demande de crédit (prêt ou leasing) pour le financement de l achat d équipements

Plus en détail

Plan de Gestion Environnementale et Sociale

Plan de Gestion Environnementale et Sociale République du Bénin MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PROJET e-bénin -------------------------------------------------- PROGRAMME D INFRASTRUCTURE

Plus en détail

Organisation d Ensemble de GTZ (Gesellschaft für technische Zusammenarbeit): Région Trinationale du Fleuve Sangha

Organisation d Ensemble de GTZ (Gesellschaft für technische Zusammenarbeit): Région Trinationale du Fleuve Sangha 204 RÉGION DU FLEUVE SANGHA Organisation d Ensemble de GTZ (Gesellschaft für technische Zusammenarbeit): Région Trinationale du Fleuve Sangha Guy Debonnet GTZ RÉSUMÉ La GTZ (Gesellschaft für technische

Plus en détail

PARC NATIONAL DES VIRUNGA. Carte

PARC NATIONAL DES VIRUNGA. Carte PARC NATIONAL DES VIRUNGA Carte Source: draft du plan de gestion 2011-2015 Superficie : 784 368 ha Catégorie IUCN : II Label international : Site du patrimoine mondial et site Ramsar Principales pressions

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès

Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès PRÉSENTATION POWERPOINT Plan de gestion environnementale du pont de Koulikoro et de ses routes d'accès Moulaye FAROTA, Conseiller Technique, Ministère de l Environnement et de l Assainissement, Bamako

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail