RAPPORT FINAL. Démarche d analyse de cycle de vie simplifiée (ACVS) Au service alimentaire du CSSS de Jonquière. Présenté au CSSS de Jonquière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL. Démarche d analyse de cycle de vie simplifiée (ACVS) Au service alimentaire du CSSS de Jonquière. Présenté au CSSS de Jonquière"

Transcription

1 Démarche d analyse de cycle de vie simplifiée (ACVS) Au service alimentaire du CSSS de Jonquière RAPPORT FINAL Présenté au CSSS de Jonquière M. Lévis Sheehy Directeur des services techniques Mme Claire Potvin Adjointe à la direction des services techniques Préparé par : Danielle Leboeuf Éco conseillère stagiaire Annie Brassard Coordonnatrice de services, Centre québécois de développement durable 21 mai 2010

2 Sommaire exécutif Le Centre de santé et de services sociaux de Jonquière (CSSSJ) exerce un rôle de leader dans sa communauté en tentant continuellement d offrir des services de qualité accrue à ses différentes clientèles. Il vise aussi à être un employeur et un citoyen corporatif d avant garde par ses actions innovatrices et responsables. Déjà engagé dans un processus d amélioration de ses services alimentaires, il lui est apparu important de connaître les impacts environnementaux, sociaux et économiques liés au cycle de vie de ce service afin de pousser encore plus avant sa démarche et de la rendre le plus possible conforme aux principes du développement durable. Cette volonté s harmonise évidemment parfaitement avec son rôle de promotion de la santé et ses valeurs de respect, d équité, de qualité, de responsabilisation et d efficience. Ainsi, la présente analyse de cycle de vie simplifiée (ACVS) devrait guider l organisation dans cette direction. L approche méthodologique pour réaliser cette ACVS est double : un volet semi quantitatif inspiré de la méthode de Graedel et un volet quantitatif couvrant tous deux chacune des étapes du cycle de vie de la chaîne alimentaire que sont la conception, la production, la distribution, la consommation et la fin de vie. Ceci a permis d approfondir à la fois les aspects environnementaux (entrants de matières et d énergie, ainsi que les sortants solides, liquides et gazeux) économiques et sociaux (santé, qualité de vie au travail, acceptabilité sociale). Les principaux impacts identifiés à l issue de cette ACVS sont : 1. Entrants de matières premières et rejets solides : - Les matières utilisées sont très nombreuses, la majorité étant renouvelables mais plusieurs utilisant des ressources non renouvelables pour leur production ou encore sont des ressources menacées (poissons); - Peu de matières sont récupérées, recyclées ou compostées en fin de vie; Les solutions consistent à concevoir les menus pour introduire davantage d aliments de source végétale et/ou respectueux de l environnement, à revoir la production pour réduire les pertes et le système de distribution afin de faciliter le compostage de même qu à introduire le recyclage du plastique, du métal et du verre et à maximiser la durée de vie des équipements. 2. Énergie : - L impact majeur se situe à l approvisionnement pour la production de toutes les denrées et fournitures consommées; - Les gaz à effet de serre sont les plus importants à cette étape avec 92.7% par rapport au cycle de vie complet dont 71% uniquement pour les produits d origine animale; Les solutions consistent à diminuer la consommation de produits d origine animale, à réduire la part de la viande rouge par rapport à celle de la viande blanche, des œufs et du poisson et à maximiser l utilisation des équipements alimentés à la vapeur plutôt qu au propane. 3. Rejets liquides : ces rejets sont peu importants, sauf pour les rejets contenant des produits d entretien non biodégradables; Les solutions consistent à acheter des produits biodégradables et à les utiliser dans les proportions nécessaires.

3 4. Rejets gazeux : les aliments, en particulier ceux d origine animale, ainsi que les gaz de réfrigération génèrent des émissions de gaz à effet de serre en quantité très importante ainsi que des substances toxiques (COV) ou produisant des pluies acides. Les solutions consistent à diminuer la consommation de produits d origine animale et à faire l entretien préventif des équipements de réfrigération et de congélation. 5. Impacts sociaux : - Certains des aliments achetés ont un impact indésirable sur la santé : produits raffinés ou contenant une trop grande partie de sodium, de sucre, de gras saturés ou trans et ne respectent pas le nouveau cadre de référence du Ministère de la santé et des services sociaux 1 ; - Le mode de distribution en centres d hébergement de longue durée ne respecte pas les orientations ministérielles; - Le cycle de menus est en vigueur depuis plusieurs années et nécessite une actualisation; - Diverses problématiques reliées à la qualité de vie au travail ont été identifiées. Les solutions consistent à concevoir des menus qui introduisent davantage d aliments entiers, provenant de source végétale et/ou réduits en additifs, et à revoir la répartition des différentes sources de protéines afin de réduire la part de la viande rouge par rapport à celle de la viande blanche, des œufs et du poisson. La révision du mode de distribution devrait permettre une distribution plat par plat ainsi que la possibilité de choix par les résidents. Le cycle de menus doit être renouvelé. Le comité bipartite de la cuisine devrait être réactivé afin de régler rapidement les problématiques qui surviennent au niveau des ressources humaines. 6. Impacts économiques : Les pertes contribuent à l augmentation des coûts; Les coûts en main d œuvre constituent la plus grande part du coût du repas; Certains aliments proviennent de producteurs étrangers; Aucun aliment acheté n origine de la filière équitable; Les solutions consistent à effectuer des études des restes afin d ajuster les quantités produites, à réduire la quantité de main d œuvre nécessaire en optimisant l étape de la production, à accroître la part d achats locaux et régionaux, notamment en instaurant des menus saisonniers et à introduire certains produits équitables dans l offre alimentaire. La section 4 présente une analyse détaillée des différents impacts et diverses alternatives qui ont été expérimentées dans des établissements de santé d ici et d ailleurs ou proposées par des experts. La section 5 présente des pistes d amélioration pour chacune des étapes du cycle de vie de la chaîne alimentaire qui constitueront le plan d action. Un certain nombre d entre elles peuvent être mises de l avant rapidement. Voici les principales retombées attendues suite à l application des pistes d amélioration : 1 Ministère de la santé et des services sociaux, (2009), Miser sur une saine alimentation : une question de qualité, Cadre de référence à l intention des établissements du réseau de la santé et des services sociaux pour l élaboration de politiques alimentaires adaptées.

4 - Diminuer l empreinte écologique du service alimentaire sur tout son cycle de vie ; - Réduire significativement les émissions de GES et la consommation de ressources naturelles (eau et sol); - Des gains sociaux importants sur la santé, la qualité de vie au travail et l acceptabilité sociale; - L image de l organisation sera améliorée, ce qui est de nature à faciliter le recrutement du personnel; - L innovation sera favorisée à travers la recherche de nouveaux menus et procédés plus respectueux des personnes et de l environnement; - Le personnel a été sensibilisé à certains aspects du développement durable; - Une liste d indicateurs et des outils de suivi permettront au CSSSJ de valider les gains au fil de l intégration des pistes d amélioration. Cette démarche permettra au CSSSJ d intégrer plus de pratiques de développement durable à sa production alimentaire afin d offrir des produits et services toujours plus responsables. De par l ampleur de ses achats et le nombre de repas distribués annuellement, l organisation bénéficie d un puissant effet de levier susceptible de générer des changements de façon élargie en touchant à la fois les producteurs et fournisseurs, les résidents, les employés, les visiteurs et leurs familles ainsi que les autres organisations du réseau local, régional et québécois de la santé. Son engagement dans la voie du développement durable et de l alimentation responsable est donc de nature à produire des retombées positives importantes dont les bénéfices sur la santé humaine, environnementale et économiques sont tout aussi incontestables que souhaitables.

5 Table des matières INTRODUCTION...1 CONTEXTE...1 MANDAT...2 MÉTHODE...2 ORGANISATION DU RAPPORT OBJECTIFS ET CHAMP D ÉTUDE DESCRIPTION DU PRODUIT ANALYSÉ UNITÉ FONCTIONNELLE FRONTIÈRES DU SYSTÈME ÉTUDIÉ Arbre des processus Exclusion d étapes du cycle de vie, de processus, d entrants ou de sortants Exigences relatives à la qualité des données INVENTAIRE : HYPOTHÈSES DE TRAVAIL ET DONNÉES PROVENANCE DES DONNÉES FLUX DE MATIÈRES ET D ÉNERGIE DÉFINITION DES SCÉNARIOS ANALYSÉS DÉFINITION DES SCÉNARIOS ANALYSÉS Hypothèses pour le calcul de GES Hypothèses sur les habitudes de consommation Hypothèses sur le scénario de fin de vie QUANTIFICATION DES PRINCIPAUX ENTRANTS ET SORTANTS Quantification des entrants Inventaire des sortants RÉSULTATS DES INDICATEURS SOCIAUX, ÉCONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX Conception et approvisionnement Production Distribution Consommation Fin de vie IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ÉTUDIÉS VALIDATION DE LA QUALITÉ DES DONNÉES ÉVALUATION SEMI-QUANTITATIVE DES IMPACTS RÉSULTATS D IMPACTS SEMI-QUALITATIFS FAITS SAILLANTS Conception - Approvisionnement Production des repas Emballages Consommation des repas Traitement final des repas ANALYSE DES DONNÉES ET INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS LIMITATIONS DE L ÉTUDE...30

6 4.2 ANALYSE DES DONNÉES- CONCEPTION ET APPROVISIONNEMENT ANALYSE DES DONNÉES PRODUCTION ANALYSE ET INTERPRÉTATION DES DONNÉES DISTRIBUTION ANALYSE ET INTERPRÉTATION CONSOMMATION ANALYSE ET INTERPRÉTATION FIN DE VIE ANALYSE ET INTERPRÉTATION ASPECTS GLOBAUX PISTES D AMÉLIORATION...61 CHANTIER 1 CONCEPTION APPROVISIONNEMENT...62 CHANTIER 2 - PRODUCTION...65 CHANTIER 3 DISTRIBUTION...66 CHANTIER 4 CONSOMMATION...67 CHANTIER 5 FIN DE VIE...69 CHANTIER 6 ASPECTS GLOBAUX...70 CONCLUSION...72 BIBLIOGRAPHIE...74 MÉDIAGRAPHIE...75 ANNEXES...80 ANNEXE 1 QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION SEMI-QUANTITATIVE D IMPACTS...81 ANNEXE 2 PROPOSITIONS POUR RENDRE LE SERVICE ALIMENTAIRE PLUS DURABLE...82 ANNEXE 3 RAPPORT DE VISITES VRAC POINTS D INTÉRÊTS...84 ANNEXE 4 RAPPORT DE VISITES VRAC - TABLEAU DES COÛTS...85 ANNEXE 5 CHOIX DE MODES DE DISTRIBUTION - GRILLE DE DÉCISION ROBERT GIFFARD...86 ANNEXE 6 RAPPORT DES RESPONSABLES DE SERVICES ALIMENTAIRES

7 Introduction Tel qu on peut le constater dans son dernier rapport annuel, le CSSS de Jonquière (CSSSJ) a entrepris une démarche générale d amélioration de la qualité de ses soins et services, orientation également présente aux services alimentaires. Simultanément, le CSSSJ s est aussi engagé dans une démarche de développement durable qui est tout à fait compatible avec la première : améliorer les soins et les services, c est contribuer au développement durable. Le développement durable est plus large et comprend notamment la recherche d une amélioration de la qualité de vie au travail et d une réduction des impacts environnementaux. Ces aspects sont significatifs au CSSSJ puisque l organisation embauche environ 1670 employés et achète une très grande quantité de produits divers, ce qui entraîne des répercussions à la fois économiques et environnementales importantes. A cet égard, le service alimentaire notamment fait face à des enjeux et opportunités importants pour plusieurs raisons : il fournit un service qui joue un rôle déterminant pour la santé et la qualité de vie, et ce, à la fois pour les résidents, les employés, l économie locale et l environnement. C est pourquoi ce service a été ciblé pour initier la démarche interne d intégration du développement durable au fonctionnement quotidien de l organisation et aux modes de gestion et de prises de décision. Ce projet a été rendu possible grâce au soutien de l Agence régionale de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac St Jean (l Agence). Contexte Dans le cadre de la démarche interne d amélioration de la qualité des services alimentaires déjà entreprise, le CSSSJ a saisi l opportunité offerte par l Agence régionale de financer un volet d intervention local de développement durable qui puisse par la suite bénéficier aux autres établissements régionaux et, éventuellement, à l ensemble du réseau par la voie du site internet de l Agence. Le projet choisi porte sur le cycle de vie simplifié de la chaîne alimentaire du CSSSJ. Le CSSSJ participe également à la Table régionale de développement durable afin de partager son expertise et de profiter de celles des autres organisations régionales du réseau de la santé et des services sociaux. L application prévue de la Loi sur le développement durable est également présente en toile de fond de la démarche, tout comme les orientations ministérielles concernant les modes de distribution privilégiés de repas dans les centres d hébergement de longue durée ainsi que le cadre de référence pour une politique alimentaire du Ministère de la santé et des services sociaux. Au niveau plus global, on assiste aussi à l émergence de l alimentation responsable, et ce, tant au niveau individuel qu institutionnel. Divers projets sont déjà en opération dans le secteur de la santé dans plusieurs pays dont les États Unis, la France, la Grande Bretagne et le Danemark et une démarche plus globale d évaluation des impacts environnementaux des aliments a débuté en Europe. Ceci fait suite à la prise de conscience de la vaste empreinte écologique rattachée à l alimentation, à l avancée des connaissances scientifiques sur l impact sur la santé des tendances alimentaires actuelles qui révèlent une surconsommation de gras, de sodium, de sucre, de produits raffinés et de produits animaux de même qu à la conscientisation croissante face aux enjeux éthiques. Cette tendance vers la prise en compte des divers impacts rattachés au secteur de la santé s observe d ailleurs de façon plus large car de nombreux acteurs du système de santé canadien ont publicisé en 2009 un énoncé de position commun prônant le respect de l environnement dans ce secteur au Canada 2. 2 Association des infirmières et infirmiers du Canada et Association médicale canadienne. Énoncé de position commun : 1

8 Mandat Le but de la démarche est d abord d analyser chacune des étapes de la chaîne alimentaire, soit la conception, la production, la distribution, la consommation et la fin de vie afin d évaluer les différents impacts sociaux, environnementaux et économiques qui leur sont rattachés. Ensuite, la deuxième étape a pour objectif de proposer des pistes d amélioration visant à réduire les impacts indésirables et augmenter les aspects positifs en fonction des principales problématiques ou opportunités identifiées à l étape précédente. Par la suite, des projets seront priorisés puis mis en branle afin d actualiser les potentiels d amélioration de manière à inclure le développement durable dans le mode de gestion des services alimentaires tout en contribuant à mobiliser l organisation vers une démarche élargie et intégrée de cette approche dans l établissement. Les principales retombées attendues de ce projet sont les suivantes : - minimiser les impacts environnementaux significatifs par la mise en œuvre de propositions; - améliorer les aspects sociaux reliés à la santé et à la satisfaction des usagers ou résidents ainsi qu à la qualité de vie au travail des employés rattachés aux services alimentaires; - susciter des impacts positifs au niveau économique, soit par la réduction des coûts pour l organisation ou soit par l augmentation des retombées au niveau de l économie régionale ou québécoise ; - fournir des indicateurs de performance environnementale, sociale et économique qui serviront à effectuer un suivi suite à la mise en œuvre de solutions au cours des prochaines années. - sensibiliser les employés des services alimentaires et de l organisation en général au développement durable et à une approche prenant en compte une vision élargie de la gestion des ressources naturelles, matérielles, financières et humaines. Méthode L analyse de cycle de vie (ACV) consiste à dresser un inventaire de tous les intrants (matières premières, énergie, eau, etc.) et sortants (émissions, déchets, produits et sous produits) sur le cycle de vie d un système de produits ou services (conception, production, distribution, consommation, fin de vie) et de mesurer leurs effets négatifs sur l environnement en fonction de catégories d impacts environnementaux (réchauffement de la planète, destruction de l ozone, acidification des cours d eau, etc.). Pour ce faire, il faut d abord définir le projet d étude, ensuite recueillir et classer les données à analyser lors de l évaluation d impact, et enfin, les résultats seront interprétés en fonction du contexte défini initialement 3. Cette démarche s inspire du processus ISO le respect de l environnement dans le secteur des soins de santé. Ottawa Jolliet, O, Saadé, M, Crettaz, P, (2005), Analyse de cycle de vie : Comprendre et réaliser un écobilan, Presses Polytechniques et universitaires romandes et Programme des Nations Unies pour l environnement, (2009), Lignes directrices pour l analyse sociale du cycle de vie des produits, PNUE DTIE Service Consommation et Production Durables. 2

9 Compte tenu de la grande quantité de données à traiter, une ACV dite complète est techniquement et économiquement irréaliste dans le présent cas. Il a donc été convenu dès le départ qu une analyse de cycle de vie simplifiée (ACVS) serait plutôt effectuée. Ainsi, la quantité de données à traiter est réduite afin de minimiser les efforts investis tout en conservant un niveau acceptable de fiabilité. L outil retenu pour réaliser l évaluation environnementale a été adapté par le Centre québécois de développement durable (CQDD) à partir d une méthodologie développée par T.E. Graedal 4i qui repose essentiellement sur une approche semi quantitative; l évaluation se fait à partir d une série de questions posées en regard de cinq critères environnementaux, soit les entrants de matières et d énergie, ainsi que les sortants solides, liquides et gazeux. L approche de cet outil est dite matricielle. L évaluation se fait à l aide d un questionnaire et les résultats sont présentés dans une matrice élaborée en 25 points : cinq étapes du cycle de vie versus 5 critères environnementaux. Chacun des 25 éléments se voit assigner un score de 0 à 4 selon les réponses obtenues aux questions et énoncés du questionnaire. La valeur écologique du produit correspond au score total obtenu. Le maximum pouvant être atteint est 100 points et le minimum 0. L expérience a démontré que les valeurs obtenues de cette matrice ne diffèrent pas plus de 15 % lorsque différents analystes et différents produits ont été analysés avec ou sans méthode dite complète et quantitative. Ces mêmes résultats sont également interprétés graphiquement à l aide d un diagramme en rose des vents. Plus les points sont situés prés du centre du cercle, plus les potentiels d amélioration sont grands. Plus les points sont situés près de l extérieur du cercle, plus la performance écologique du produit est bonne. Une analyse des données d approvisionnement a aussi été effectuée afin d obtenir le maximum d informations sur le type et les quantités des produits achetés, leur provenance, leur type de conservation (frais, congelé, sec), leur format (individuel ou grand format), etc. Au cours de l évaluation d impacts, plusieurs pistes d améliorations potentielles ont été identifiées et des indicateurs sont proposés. Ces pistes d évaluation ont ensuite été pondérées en fonction de divers critères. Organisation du rapport Ce rapport est organisé de la façon suivante : - La section 1, «Objectifs et champs d étude» présente le contexte de l étude, la description du service qui fait l objet d étude et les frontières du système qui sera analysé. - La section 2, «Inventaire : hypothèses de travail et données», présente la nature et la source des données, les méthodes de collecte et les hypothèses de calculs retenues (ex. : GES reliés au transport). - La section 3, «Évaluation semi quantitative des impacts», présente les résultats de l évaluation d impacts réalisée à l aide du questionnaire d évaluation qui se trouve à l annexe 1. Suivent ensuite les faits saillants qui ressortent des résultats obtenus. 4 GRAEDEL, T.E. (1998). Streamlined Life Cycle Assessment. Prentice Hall, Upper Saddle River, 310 pages. (www.prenhall.com) 3

10 - La section 4, «Analyse des données et interprétation des résultats», présente l analyse des données recueillies, les interprétations qu on peut en faire de même que différentes bonnes pratiques externes appliquées dans des situations similaires à celles rencontrées au CSSSJ. - La section 5, «Pistes d amélioration», présente les pistes d amélioration pouvant répondre aux enjeux soulevés par les données recueillies. 1. Objectifs et champ d étude Cette ACVS a pour objectif d identifier des pistes d amélioration qui permettront de : - Réduire les impacts environnementaux de chacune des étapes du cycle de vie; - Améliorer les bénéfices sociaux : santé et satisfaction des usagers et résidents, qualité de vie au travail pour les employés, retombées positives pour le milieu et les organismes communautaires, image corporative du CSSSJ à l extérieur afin de faciliter le recrutement et la rétention du personnel; - Accroître les retombées économiques : réduction des coûts, création d emplois par l augmentation de l achat local et québécois. - Fournir des données et des indicateurs qui donneront un point de départ pour pouvoir comparer annuellement la performance environnementale, sociale et économique; - Contribuer à conscientiser et mobiliser les employés et comités internes face au développement durable; - Jouer un rôle de modèle auprès de ses usagers ou résidents, de ses employés et dans sa communauté comme organisation qui priorise des actions favorisant la santé des individus, de l environnement et de l économie. - Collaborer à la démarche régionale de développement durable en développant une expertise particulière susceptible d être utile pour l ensemble du réseau. - Respecter les normes prévues concernant l offre alimentaire, les modes de distribution aux résidents en centres d hébergement (C. H.) et être proactif face à celles incluses à la Loi sur le développement durable qui devraient s appliquer prochainement au réseau. 1.1 Description du produit analysé Le service alimentaire du CSSSJ produit les repas pour l ensemble des usagers et résidents de l établissement de 424 lits ainsi que pour les employés et les visiteurs qui le désirent. Il y a deux centres principaux de production : la cuisine de l hôpital et la cuisine du C. H. Ste Marie. Il y a également un peu de production locale dans les autres C. H. Les lieux de distribution sont l hôpital, les deux centres de réadaptation et les quatre C. H. La nourriture peut être distribuée aux cafeterias, aux chambres, certains autres locaux, dans les salles de rencontre ou dans les distributrices (il est à noter que certaines distributrices ne sont pas opérées par le service alimentaire mais plutôt par des associations ou regroupements d employés). Elle est livrée dans les C. H. par camion trois fois par jour. La majorité des repas sont distribués sur plateaux dans lesquels on retrouve surtout 4

11 de la vaisselle réutilisable mais également plusieurs items jetables. Le mode de production et de livraison est la chaîne et la liaison froides. Les modes de remise en température sont des bornes ou des tables chaudes dans les cafeterias. 1.2 Unité fonctionnelle L unité fonctionnelle sert à quantifier la fonction du produit analysé en fournissant une référence à laquelle les entrants et les sortants sont liés. Celle ci doit être définie et mesurable. Cette référence est nécessaire pour mettre en relation les données afin qu elles soient comparables sur une base commune. L unité fonctionnelle permet de quantifier les diverses fonctions du produit. Celles ci doivent donc être spécifiées au préalable. Il est ensuite possible de déterminer la quantité de produits pour remplir les fonctions. Un nombre élevé de produits et de consommables peut donc révéler des impacts plus importants que prévu a priori. Cette quantité de produits se nomme le flux de référence. C est à partir de ce flux de référence que sont calculées les quantités d entrants et de sortants nécessaires à chacune des étapes du cycle de vie. Pour la présente ACVS, l unité fonctionnelle retenue est la production alimentaire pour une période d un an. Le tableau suivant présente l unité fonctionnelle et ses paramètres pour la présente étude. TABLEAU 1: DÉFINITION DE L UNITÉ FONCTIONNELLE SERVICE ÉTUDIÉ SERVICE ALIMENTAIRE DU CSSSJ FONCTIONS OU CARACTÉRISTIQUES DE PERFORMANCE UNITÉ FONCTIONNELLE PERFORMANCE DU SERVICE FLUX DE RÉFÉRENCE ALIMENTER LES USAGERS : USAGERS, RÉSIDENTS, VISITEURS, EMPLOYÉS EN RÉPONDANT AUX ASPECTS DE SATIÉTÉ, SÉCURITÉ, SALUBRITÉ ET NUTRITION PROCURER LE PLAISIR DE MANGER : METS SAVOUREUX DONNER L EXEMPLE D UNE BONNE ALIMENTATION FAVORISER LA SOCIALISATION PAR DES LOCAUX, UN SERVICE ET UNE AMBIANCE PROPICES ALIMENTER LES USAGERS PENDANT UN AN PERMETTRE LE MAINTIEN, LE RÉTABLISSEMENT ET L AMÉLIORATION DE LA SANTÉ 602,000 REPAS ANNUELS CONSOMMABLES : ALIMENTS, EMBALLAGES, EAU, ÉNERGIE, NETTOYANTS. 1.3 Frontières du système étudié Les frontières du système doivent être clairement définies dès le départ afin d éviter de ratisser trop large lors de la cueillette des données et par conséquent pendant l évaluation d impact. Il importe donc de se doter de règles pour encadrer l étude. Toutes les étapes du cycle de vie ont été prises en compte dans cette étude. L approche d ACVS de T.E. Graedel couvre en effet le cycle de vie complet des produits, du moins semi quantitativement. Toutefois, puisque cette méthode n a pas recours systématiquement à des banques de données, les étapes de production et de fin de vie n ont pas fait l objet de recherches exhaustives pour obtenir des informations 5

12 quantitatives détaillées, comme la quantité d énergie nécessaire à la production ou le lieu de destination finale des matières recyclées. Pour l étape de la conception, des données d impact provenant d une étude américaine menée en 2008 par Weber et Matthews 5 ont été utilisées, les limitations à l interprétation sont présentées cibas à la section 3.1. Les consommables de conception, de production, de distribution, de consommation et de fin de vie ont été pris en compte à chaque fois que les quantités étaient significatives ou encore qu ils étaient considérés suffisamment nocifs pour l environnement ou la santé humaine. Par exemple, la papeterie et autre matériel de bureau n ont pas été inclus, considérant leurs quantités restreintes par rapport au volume global Arbre des processus Le système étudié correspond au cycle de vie d un repas comprenant les étapes suivantes : - Depuis l étape de conception et d approvisionnement en matières premières nécessaires; - en passant par l étape de production des repas et leur refroidissement; - leur distribution vers les différents lieux de consommation; - et leur utilisation ou consommation par les différentes clientèles d usagers; - jusqu à leur gestion en fin de vie soit par voie d enfouissement, de recyclage, de compostage ou de don. Pour avoir un portrait d ensemble, il convient de schématiser le système de services. Cette représentation graphique s appelle arbre des processus. La figure suivante constitue une version simplifiée de l arbre des processus de la chaîne alimentaire du CSSSJ. 5 Weber, C.L., Matthews, H.S., (2008), Food Miles and the Relative Climate Impacts of Food Choices in the United States, Environmental Science & Technology/ VOL. 42, NO. 10, pp

13 Figure 1 : Arbre des processus simplifié pour le cycle de vie de la chaîne alimentaire au CSSSJ Conception (nut, td et cuisiniers) Rencontre initiale de l usager (tech diét) Menus réguliers Conception Livraison (fournisseurs) Calcul des commandes alimentaires et non alimentaires (td+ chef cuisine) Commande aux fournisseurs (td+ cc) Réception des commandes Disposition emballages Entreposage sec Entreposage réfrigéré Entreposage surgelé Préparation des mets (cuisiniers) Disposition emballages Production Refroidisseur liquide ou mécanique (cui) Cuisson (cuisiniers) (entretien, hyg et salub) Nettoyage Emballage Conservation (cuisiniers) Réfrigération équipements + vaisselle : aide Montage des plateaux (aide alim) Entreposage avant expédition Distribution Livraison Hop+2CR : aide alim C. H. : camionneur Rethermalisation (aide alim) Bornes ou tables chaudes 7

14 Livraison à usager (préposé aux bénéficiaires) Consommation Cafeterias, chambres, «cuisinettes», salles de réunions Consommation par usager Seul ou avec aide partielle ou totale (pab) Cueillette du plateau (pab) Retour à la cuisine Aide alim ou camionneur Tri des matières renouvelables et déchets (aide alim) Fin de vie Lavage vaisselle Disposition finale matières résiduelles : Compacteur déchets ou carton Rangement vaisselle Cueillette fournisseurs déchets Cueillette fournisseur recyclage Site enfouissement Traitement mat recyclables 8

15 1.3.2 Exclusion d étapes du cycle de vie, de processus, d entrants ou de sortants Selon la norme ISO , des catégories d opérations, des processus élémentaires, des entrants ou des sortants peuvent être exclus du système étudié à condition que cela soit décrit explicitement. Les règles d exclusion généralement admises suivent le principe de ne pas s attarder à des aspects dont les impacts n ont qu une importance minime (moins de 1%) comparativement à la somme globale des impacts. Dans ce cadre, du côté des entrants, les bâtiments, les équipements de production, la vaisselle durable et autres infrastructures reliés aux activités des services alimentaires ont été exclus de l étude, car les impacts liés à leur cycle de vie sont amortis sur l ensemble de leur durée d utilisation. L expérience montrant que ces impacts environnementaux sont négligeables devant ceux liés à leur fonctionnement, cette hypothèse est justifiée dans le cadre du présent projet. L énergie électrique a également été exclue puisque ces données n étaient pas facilement disponibles et que leur impact environnemental est limité dans le présent cas. La qualité de l eau a été retenue de même que la quantité mais seulement pour l étape de conception pour laquelle des données génériques étaient disponibles pour la consommation d eau pour plusieurs groupes d aliments. Du côté des produits alimentaires, ont été exclus ceux dont les quantités et/ou les impacts socio environnementaux étaient restreints. Même chose pour les produits jetables. Du côté des sortants, la quantité d eau, la chaleur, la qualité de l air et les produits chimiques rejetés dans le sol, l eau ou l air (sauf pour les GES) ont été exclus parce que les données n étaient pas disponibles, qu elles nécessitent des mesures répétées sur une longue période de temps pour être représentatives puisqu elles sont variables ou encore parce qu elles ont un impact restreint Exigences relatives à la qualité des données Cette étude vise à identifier les potentiels d amélioration pour optimiser les impacts environnementaux, sociaux et économiques du service alimentaire. En s inspirant de la norme ISO , les exigences relatives à la qualité des données couvrent notamment les critères suivants : - Facteur temporel : les données utilisées doivent être représentatives de la situation actuelle au niveau des approvisionnements, des procédés de production, des scénarios de distribution, de consommation et de fin de vie réels, sinon plausibles. Une justification est toujours amenée lorsque nécessaire. - Géographie : l étude est représentative d une production, distribution, consommation et fin de vie locales puisque toutes ces étapes s y déroulent sauf possiblement pour la disposition des matières recyclées. Les données pour l approvisionnement sont traitées selon les informations obtenues des fournisseurs qui se trouvent au niveau régional. Le calcul des impacts environnementaux est cependant fait à partir de données américaines disponibles ce qui, tel que mentionné ci haut, entraîne une incertitude significative sur la valeur des données d impact obtenues. - Technologie : les données doivent refléter la technologie en place ou correspondre à la moyenne actuelle dans ce type d industrie. 6 Organisation internationale de normalisation, Normes ISO, consulté en mai

16 2. Inventaire : hypothèses de travail et données 2.1 Provenance des données Les données spécifiques à l objet d étude ont été recueillies principalement auprès des fournisseurs du CSSSJ. Certaines proviennent également de l interne : services des approvisionnements, des ressources humaines et direction des services techniques. Elles proviennent des relevés de vente obtenus des fournisseurs et d achats du CSSSJ ainsi que de rencontres avec les employés concernés. Les données génériques proviennent du Rapport d'inventaire national : sources et puits de gaz à effet de serre au Canada de 1990 à et de l étude de Weber et Matthews 8 pour les GES, de l organisme Waterfootprint 9 pour l eau et de World Wildlife Fund Suisse 10 pour le sol. Les données de satisfaction des usagers proviennent d un sondage effectué en 2008 dans les C. H. Pour la qualité de l eau, les données proviennent du rapport produit en mars 2009 par la firme Maxxam Analytique consulté en mai Weber, C.L., Matthews, H.S., (2008), Food Miles and the Relative Climate Impacts of Food Choices in the United States, Environmental Science & Technology/ VOL. 42, NO. 10, pp Waterfootprint Network, Product Gallery, consulté en mai Viande.info, Impacts de la viande sur les humains, les animaux et l environnement, consulté en mai Maxxam Analytique, (2009), Certificat d analyses, 18/03/

17 2.2 Flux de matières et d énergie La figure suivante illustre les principaux flux de matières et d énergies pour chaque étape du cycle de vie de la chaîne alimentaire. Figure 2: Entrants et sortants de la chaîne alimentaire du CSSSJ Matières premières Matériel de bureau Ordinateur Logiciels Fax Chariots de livraison Étagères Vêtements de travail Locaux d entreposage (sec, réfrigéré, surgelé) Énergie Carburant (fournisseurs) Électricité réseau public Conception Rejets solides Carton Pellicule plastique Palettes bois Rejets liquides Rejets gazeux GES Gaz réfrigérants Matières premières Aliments en vrac Chaudrons, contenants, ustensiles Équipements électriques Tables de travail Vêtements de travail Locaux d entreposage réfrigéré Pellicules d emballage Énergie Électricité réseau public Vapeur réseau local Propane Gaz naturel Autres Eau du réseau public Production Rejets solides Contenants de métal Contenants de plastique Contenants en verre Emballages plastique Emballages carton Rejets liquides Eau du refroidisseur Eau de cuisson ou des conserves Huiles de friture Rejets gazeux Gaz réfrigérants COV (chaudière biomasse) 11

18 Matières premières Aliments préparés en vrac Aliments préemballés formats individuels Plateaux Vaisselle réutilisable Vaisselle non réutilisable Pellicules d emballage, sacs papier Serviette de table Outils de portionnement Vêtements de travail Courroie Étagères Échelles ou bornes Bacs isolés Chariots ou dessertes Feuille de menu du bénéficiaire Pièce d entreposage des bornes Housses de protection Camion Distributrices Énergie Électricité réseau public Carburant Distribution Rejets solides Aliments : surplus de production Pneus et pièces du camion Emballages des aliments en formats individuels Rejets liquides Huiles usées Rejets gazeux GES Gaz réfrigérants Matières premières Tablier ou jaquette d hôpital pour préposés aux bénéficiaires Énergie Électricité réseau public Consommation Rejets solides Restants solides du repas Rejets liquides Restants liquides du repas Matières premières Camion Laverie Bacs à vaisselle Savon vaisselle Autres nettoyants : surface de travail, équipements, détachants Courroie Vêtements de travail Poubelles sur roues Sacs de poubelles en plastique Compacteur à déchets Compacteur à carton Bacs à déchets et recyclage Énergie Carburant Électricité réseau public Autres Eau réseau public Fin de vie Rejets solides Emballages individuels Vaisselle non réutilisable Serviettes de table Compost (projet CRAT) Rejets liquides Eau usée Produits chimiques Huiles usées Rejets gazeux GES : camion livraison, fournisseurs matières résiduelles, enfouissement 12

19 2.3 Définition des scénarios analysés Une fois les entrants et sortants répertoriés, il convient de définir les hypothèses de travail qui serviront de base pour calculer les quantités en cause sur l ensemble du cycle de vie du service alimentaire Hypothèses pour le calcul de GES Pour les émissions de l étape de la conception, elles ont été calculées à partir des données d empreinte carbonique globales obtenues par l étude américaine de Weber et Matthews publiée en Ces chercheurs ont procédé selon une approche de cycle de vie en incluant toutes les étapes de production de différentes catégories de produits alimentaires. Ces données sont plus élevées que celles européennes publiées par l ADEME dans son Bilan Carbone 13 qui sont des données de base, n incluant pas les différents facteurs de majoration : entreposage (production hors saison), mode de conservation (réfrigération, congélation, séchage, cannage), provenance éloignée, transformation. Pour l étape de distribution, la distance a été évaluée et le mode de transport identifié pour le trajet effectué trois fois par jour pour livrer la nourriture, et ce, à partir de l hôpital jusqu aux trois C. H. Le camion est un modèle Ford F550 Super Duty litres V8. Il parcourt 28,500 km par an. Les calculs d émissions de GES ont été faits en fonction de la distance parcourue, de la consommation du véhicule (0.413 litre par km calculée selon la consommation moyenne d une période de 89 jours) et le facteur d émission par litre de diesel consommé (2.663 kg de CO 2 éq. /litre). Les émissions de transport pour l étape de fin de vie ont été calculées en fonction de la distance entre le CSSSJ et les différents sites d enfouissement ou de traitement des matières résiduelles et le nombre de trajets annuels. Enfin, pour le transport des employés, les hypothèses retenues sont un kilométrage quotidien de 15 km effectué en voiture berline, ce qui représente une consommation moyenne, entre la consommation d une voiture sous compacte et celles des camionnettes, fourgonnettes et VUS. Ces hypothèses sont probablement conservatrices mais peuvent donner une approximation de l impact des déplacements du personnel. Pour ce qui est du propane utilisé à la cuisine pour les plaques de cuisson, la consommation annuelle est multipliée par le facteur d émission du propane (1.5 kg de CO 2 éq. /litre). En ce qui a trait aux émissions provenant des sites d enfouissement, le calcul du poids envoyé à l enfouissement a été réalisé à partir d une mesure des matières sortant de la cuisine effectuée durant une période d une semaine, soit du 3 mai au 9 mai Le résultat a été reporté sur une période annuelle. Par conséquent, la valeur obtenue est approximative puisque le volume de matières résiduelles varie typiquement selon les périodes de l année. Le tonnage obtenu a été multiplié par le facteur d émission des matières résiduelles en site d enfouissement (0.79 kg de CO 2 éq. /tonne X30%, considérant que le site d enfouissement de Saguenay récupère 12 Weber, C.L., Matthews, H.S., (2008), Food Miles and the Relative Climate Impacts of Food Choices in the United States, Environmental Science & Technology/ VOL. 42, NO. 10, pp Jadaud, D, (2009), Carbone Cantine, 3 2.pdf, consulté en mai

20 ses biogaz et que seules les fuites sont alors comptabilisées). En ce qui a trait au transport des matières résiduelles, les émissions sont estimées à.02t CO2éq/tonne matières résiduelles Hypothèses sur les habitudes de consommation Pour l eau consommée quotidiennement par les usagers, il est difficile d en évaluer les quantités mais nous supposons qu elle est en quantité suffisante. En ce qui concerne sa qualité, l hypothèse posée est que la qualité de l eau à la cuisine est la même que celle du réseau interne qui est testée annuellement à quelques endroits dans l établissement qui varient d une année à l autre. Quant à la satisfaction des usagers, un sondage réalisé en 2008 est considéré comme représentatif pour l ensemble des résidents des C. H. et leurs proches. En ce qui concerne la satisfaction des autres usagers, il n a pas été possible d obtenir de données comptabilisées récentes (un sondage remontant à 2004 a été retracé mais non retenu, considérant le doute significatif sur sa valeur actuelle). Les autres informations disponibles sont des commentaires des différents usagers de la cafeteria ou du service de traiteur portant sur des aspects à améliorer du point de vue quantité, qualité et/ou locaux. La représentativité de ces commentaires est difficile à établir Hypothèses sur le scénario de fin de vie Le scénario actuel de fin de vie est le lavage pour la vaisselle réutilisable, l enfouissement pour la vaisselle non réutilisable ainsi que les matières putrescibles et le plastique, le verre, le métal et autres matériaux composites. Le papier et le carton provenant des étapes de conception et de production sont recyclés. 2.4 Quantification des principaux entrants et sortants Une fois les limites de l étude et les scénarios définis, il faut quantifier les flux de matières, de ressources et d énergie pour définir ce sur quoi l évaluation d impact sera faite Quantification des entrants Les données relatives à l approvisionnement de matières premières alimentaires et non alimentaires couvrent la période du 1 er avril 2008 au 31 mars Les principaux produits sont présentés dans les tableaux suivants. En ce qui concerne les entrants en ressources humaines, les données pour les heures travaillées et les coûts sont celles provenant du budget Les entrants de matières premières reliés à la conception sont les mêmes que ceux de la production. Ce sont majoritairement les produits alimentaires sauf pour les équipements (gants et filets). Les produits jetables sont majoritairement utilisés pour les étapes de distribution, consommation et fin de vie. Les entrants de matières 14 Dessureault, P L, (2009), Projet Compostable, Chaire d intervention et de recherche en éco conseil, consulté en mai

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3

Menus Basses Calories à 1800kcal JOUR 1 JOUR 2 JOUR 3 Menus Basses Calories à 1800kcal 1 verre de jus de pamplemousse 1 yaourt à 0% de matière grasse 2 tranches de pain aux noix (40g) 100 g de poulet 1 branche de céleri emincé 1 petite tomate 50 g de mais

Plus en détail

POLITIQUE D ADOPTION DE SAINES HABITUDES DE VIE

POLITIQUE D ADOPTION DE SAINES HABITUDES DE VIE POLITIQUE D ADOPTION DE SAINES HABITUDES DE VIE (DG-P-07) ADOPTION : CC-0806-1594 MISE EN VIGUEUR : 1 er juillet 2008 AMENDEMENT : CC Commission scolaire de la Riveraine Politique Recueil de gestion 1-PRÉAMBULE

Plus en détail

SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS

SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS Ligne directrice sur les exemples de repas SERVICES D ALIMENTATION DES CADETS DÉJEUNER Catégorie Norme d aliments disponibles au repas Définition/Précision Choix santé Fruits Jus Plat principal Salade

Plus en détail

Manger en toute sécurité

Manger en toute sécurité Comptoir Alimentaire Drummond 1655, rue Corriveau Drummondville (Québec) J2C 1Y9 Manger en toute sécurité 819 478-4243 (aide alimentaire) 819 478-9070 (administration) 819 478-5044 (télécopieur) Dates

Plus en détail

Les critères du référentiel restaurant durable

Les critères du référentiel restaurant durable Les critères du référentiel restaurant durable 1. Les critères du référentiel restaurant durable - restaurant Le référentiel comprend deux types de critères : des critères essentiels auxquels le restaurant

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

Guide Maintien. de Collagène. Pour conserver votre ligne! Avec suppléments

Guide Maintien. de Collagène. Pour conserver votre ligne! Avec suppléments Guide Maintien Avec suppléments de Collagène Pour conserver votre ligne! Le maintien Pour ne pas reprendre le poids perdu, le plus important c est le maintien! Vous avez atteint votre objectif de perte

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura

Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura Projet de domaine Center Parcs Poligny / Jura 19-06-2015 Approche Bilan Carbone Réf Date Auteur V1 04/06/15 ELAN V2 15/06/15 ELAN V3 19/06/15 ELAN ELAN 1, avenue Eugène Freyssinet 78061 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES - RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique alimentaire COTE : DAEC 2008-01 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration EN VIGUEUR en août 2008 RESPONSABLE DE L'APPLICATION : La Direction

Plus en détail

MENU MINCEUR. Sandwich italien. Fusillis aux courgettes. Lundi. ± 1600 calorie Une suggestion de Stéphanie Verreault, entraîneure. Déjeuner.

MENU MINCEUR. Sandwich italien. Fusillis aux courgettes. Lundi. ± 1600 calorie Une suggestion de Stéphanie Verreault, entraîneure. Déjeuner. Lundi *1 bagel mince multigrain, 1 once de fromage allégé, ½ tasse d ananas, thé ou café Sandwich italien 10 amandes et 1 pomme Sandwich italien 1 pain ciabatta blé entier 2 tranches de proscuitto Laitue

Plus en détail

Plan de repas flexible VERT (Accéléré)

Plan de repas flexible VERT (Accéléré) Plan de repas flexible VERT (Accéléré) Plan de repas flexible VERT (Accéléré) Le plan de repas inclut ce qui suit : Boissons protéinées ModBod Biscuits protéinés ModBod Thermogenics ModBod Ce plan de repas

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Les repas Salle avec tableau 1 heure Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Objectifs de l atelier : Sensibiliser

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire EAU Seule boisson indispensable PRODUITS SUCRES Limiter le sucre : desserts sucrés, boissons sucrées (Sodas, sirop ) Des aliments pour une journée (1 part = 1 fois par jour) MATIERES

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

Construire un projet BIO en Restauration Collective

Construire un projet BIO en Restauration Collective Atelier : Construire un projet BIO en Restauration Collective 1 Introduire des produits biologiques en restauration collective : comment faire? Une démarche en 7 étapes : 1. Un projet global 2. Se renseigner

Plus en détail

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Nutrition santé cardiaque Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Les sujets du jour Les directives pour une saine alimentation; Bien manger avec le Guide alimentaire canadien;

Plus en détail

Compter les matières grasses

Compter les matières grasses MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Compter les matières grasses Aperçu de la trousse Dans les trousses précédentes, vous avez appris les «aliments à

Plus en détail

Du 1 er au 31 mars 2009. Guide pour le restaurateur

Du 1 er au 31 mars 2009. Guide pour le restaurateur Du 1 er au 31 mars 2009 Guide pour le restaurateur DES IDÉES EN GRANDE QUANTITÉ! Intégrer les fruits et les légumes à un repas semble difficile, mais c est en réalité beaucoup plus facile que vous ne le

Plus en détail

«Fais du bien à ton corps pour que ton âme veuille y rester!» Proverbe de l Inde

«Fais du bien à ton corps pour que ton âme veuille y rester!» Proverbe de l Inde «Fais du bien à ton corps pour que ton âme veuille y rester!» Proverbe de l Inde Je vous propose une bonne veille cure éprouvée et revisitée. Très simple à suivre,cette cure nettoie en outre les reins,

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Table des matières. 2 Introduction. 3 Les actions du Palais. 4 Première étape : Les objectifs. 5 Une démarche conjuguée : avant l événement

Table des matières. 2 Introduction. 3 Les actions du Palais. 4 Première étape : Les objectifs. 5 Une démarche conjuguée : avant l événement Table des matières 2 Introduction 3 Les actions du Palais 4 Première étape : Les objectifs 5 Une démarche conjuguée : avant l événement Le Palais des congrès de Montréal Le rôle de l organisateur 8 Une

Plus en détail

pour l écoconsommation

pour l écoconsommation pour l écoconsommation Les enjeux Depuis 40 ans, l évolution des modes de consommation a favorisé la multiplication des emballages. Aujourd hui, un Français produit 125 kg de déchets d emballages par an.

Plus en détail

Renseignements pour les services traiteurs en garderie et CPE

Renseignements pour les services traiteurs en garderie et CPE Nous vous remercions de votre intérêt envers nos services traiteurs pour votre garderie. N hésitez pas à communiquer avec nous si ce document ne répond pas à toutes vos questions, il nous fera un plaisir

Plus en détail

Éviter le gaspillage en cuisinant les restes!

Éviter le gaspillage en cuisinant les restes! Éviter le gaspillage en cuisinant les restes! Trop de bonne nourriture se retrouve malheureusement dans les poubelles. Au Québec, chaque foyer gaspille en moyenne 95 à 115kg de nourriture par année. Ça

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE POLITIQUE ALIMENTAIRE Entrée en vigueur : 30 août 2006 Mise à jour : 20 février 2006 1. BUTS DE LA POLITIQUE Les buts de la politique sont : 1.1. De préciser les orientations

Plus en détail

Colloque FIL IDF CANADA / STELA

Colloque FIL IDF CANADA / STELA Colloque FIL IDF CANADA / STELA 13-16 mai 2013 Session 2: Développement durable de l industrie laitière Initiatives de développement durable Point de vue d un transformateur Présenté par : Martin Scuccimarri,

Plus en détail

RÉDUIRE LA FACTURE SANS

RÉDUIRE LA FACTURE SANS RÉDUIRE LA FACTURE SANS DIMINUER LA QUALITÉ NUTRITIONNELLE DE SES MENUS, C'EST POSSIBLE! VERSION COURTE MariAnne Lefebvre M.sc.Dt.p. Nutritionniste/diététiste Valser en trois temps avec la nutrition! Dans

Plus en détail

Sandwiches la combinaison astucieuse

Sandwiches la combinaison astucieuse Sandwiches la combinaison astucieuse Les sandwiches sont très variés et appréciés. Afin que le sandwich devienne un repas sain et léger, et constitue un repas complet, voici une recette de base et quelques

Plus en détail

2. BUTS DE LA POLITIQUE. Les buts de la politique sont :

2. BUTS DE LA POLITIQUE. Les buts de la politique sont : Politiques générales du CCL Entrée en vigueur : septembre 2008 Sujet : Politique ALIMENTAIRE Modification : 1. PRÉSENTATION Dans le cadre de sa planification stratégique, le collège Charles-Lemoyne, en

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Réalisez votre mariage au Village Québécois d Antan

Réalisez votre mariage au Village Québécois d Antan Réalisez votre mariage au Village Québécois d Antan Situé sur un site exceptionnel, pourvu d un décor champêtre des années 1810-1930, le Village Québécois d Antan vous permet de réaliser votre mariage

Plus en détail

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner!

Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre des petits chefs : un outil unique pour faire découvrir aux tout-petits le plaisir de cuisiner! Le grand livre

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de technologie supérieure Colloque AGPI 2013 1 er octobre 2013 1 ère partie : La génération de matières résiduelles en milieu hospitalier Présenté par Sylvain Gigliesi 2 e partie : Implantation d

Plus en détail

Menu type. Bianca L. Leclerc Technicienne en diététique

Menu type. Bianca L. Leclerc Technicienne en diététique Menu type Bianca L. Leclerc Technicienne en diététique GAC* Collatio n Souper Collatio n Diner Déjeuner Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi 60g de céréales 1 T. de lait 0 Raisins Chili

Plus en détail

Les rôtisseries Scores 2013-12-19 - Version 17

Les rôtisseries Scores 2013-12-19 - Version 17 Noi Allergènes Le tableau représente les allergènes contenus dans les plats (identifiés avec un X). Veuillez noter que tous les plats peuvent contenir des produits laitiers, des œufs, des arachides, des

Plus en détail

Menus... page 2 Cocktail dinatoire ou de bienvenue... page 10 Capacité des salles... page 11 Locations diverses... page 12

Menus... page 2 Cocktail dinatoire ou de bienvenue... page 10 Capacité des salles... page 11 Locations diverses... page 12 Situé sur un site exceptionnel, pourvu d un décor champêtre des années 1810-1930, le Village Québécois d Antan vous permet de réaliser votre mariage de façon originale. Faites-vous conduire jusqu aux marches

Plus en détail

Si votre organisation débute en développement durable et hésite à s engager à long terme, demandez un engagement pour un événement uniquement.

Si votre organisation débute en développement durable et hésite à s engager à long terme, demandez un engagement pour un événement uniquement. Pour atteindre les objectifs fixés en gestion responsable d événements, il est fortement recommandé d obtenir une formalisation d un engagement des dirigeants de l organisation. Obtenez une formalisation

Plus en détail

DESSERTS/DÉJEUNERS CUITS ALIMENTS CONGELÉS CUITS DESSERTS CUITS AU FOUR CONGELÉS BOULANGERIE ET PÂTISSERIE DESSERTS/DÉJEUNERS CUITS

DESSERTS/DÉJEUNERS CUITS ALIMENTS CONGELÉS CUITS DESSERTS CUITS AU FOUR CONGELÉS BOULANGERIE ET PÂTISSERIE DESSERTS/DÉJEUNERS CUITS Groupe principal Sous-groupe Catégorie COMPOTES DE POMMES NOUILLES ASIATIQUES PRODUITS POUR BÉBÉS ALIMENTS POUR BÉBÉS FRUITS DE MER VIANDES TRANSFORMÉES BACON, POIDS ALÉATOIRE FRUITS DE MER VIANDES TRANSFORMÉES

Plus en détail

Calculateur Bon Pour Le Climat : Guide d utilisation & FAQ

Calculateur Bon Pour Le Climat : Guide d utilisation & FAQ Calculateur Bon Pour Le Climat : Guide d utilisation & FAQ I. FAQ 2 II. UTILISATION ETAPE 1 : INFORMATIONS SUR LA RECETTE ETAPE 2 : AJOUT DE LIGNES ETAPE 3 : REMPLISSAGE D UNE LIGNE ETAPE 4 : CALCUL DE

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES LA GESTION RESPONSABLE D ÉVÉNEMENTS Le Bureau de normalisation du Québec a rendu publique, en juin 2010, une norme en gestion responsable d événements. La norme vient du besoin

Plus en détail

Mieux connaitre votre enfant

Mieux connaitre votre enfant Mieux connaitre votre enfant Ce questionnaire me permettra de mieux connaitre votre enfant et ainsi de favoriser son intégration au service de garde. Il m aidera également à m assurer de répondre adéquatement

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. Marché n 2015/003

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. Marché n 2015/003 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Marché n 2015/003 Marché public pour une prestation d achat de denrées, et de confection de repas sur site, pour les enfants scolarisés dans les écoles

Plus en détail

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action

Compostage au bureau. Targeted communication toolkit. Internal action Compostage au bureau Principe : composter et réduire les déchets organiques au bureau Cette action encourage le compostage et la réduction des déchets organiques. Le compostage est le principal outil de

Plus en détail

Manger sainement sans dépasser son budget. Conseils pour faire des achats adroits à l épicerie

Manger sainement sans dépasser son budget. Conseils pour faire des achats adroits à l épicerie Manger sainement sans dépasser son budget Conseils pour faire des achats adroits à l épicerie te et c Re à n l i ur ie r té L approche scientifique de l épicerie Il n est pas nécessaire de dépenser gros

Plus en détail

Bulletin d information sur la certification des résidences privées pour personnes âgées LAVAL LAURENTIDES LANAUDIÈRE «SPÉCIAL NUTRITION».

Bulletin d information sur la certification des résidences privées pour personnes âgées LAVAL LAURENTIDES LANAUDIÈRE «SPÉCIAL NUTRITION». VOLUME II, NO 3 DÉCEMBRE 2009 INFO-CERTIFICATION Bulletin d information sur la certification des résidences privées pour personnes âgées LAVAL LAURENTIDES LANAUDIÈRE Il nous fait plaisir de vous expédier

Plus en détail

Aliments et Boissons Sous-catégorie Produit. Boissons. Boissons gazeuses Boissons. Café Boissons. Cordiaux/Courges Boissons

Aliments et Boissons Sous-catégorie Produit. Boissons. Boissons gazeuses Boissons. Café Boissons. Cordiaux/Courges Boissons Aliments et Sous-catégorie Produit gazeuses Café Cordiaux/Courges énergisantes Chocolat chaud Jus maltées Lait/ à base de lait Eau minérale/eau de source Café de spécialité Thé de spécialité Thé Tisanes

Plus en détail

Crépy-en-Valois 20% de produits bio

Crépy-en-Valois 20% de produits bio Crépy-en-Valois 20% de produits bio Hervé Rousseau, responsable de la cuisine centrale Présentation de la cuisine centrale Gestion directe 900 convives (maternelle, élémentaire et adultes) + les centres

Plus en détail

PLÂTS ET INGRÉDIENTS

PLÂTS ET INGRÉDIENTS PLÂTS ET INGRÉDIENTS Assiette chinoise Riz, Poulet, Légumes, Rouleau Impérial, Ail, sauce soya Bâtonnets de poisson Poissons panés, pomme de terre, basilic, paprika, légumes Bœuf aux légumes Bœuf En Cube,

Plus en détail

Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire

Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire Programme de bonne nutrition des élèves Lignes directrices sur la nutrition Aide-mémoire Des légumes ou des fruits, ou les deux sont offerts à chaque repas ou collation. Choisissez des aliments cultivés

Plus en détail

POLITIQUE ALIMENTAIRE CPE BEAUCE-SARTIGAN

POLITIQUE ALIMENTAIRE CPE BEAUCE-SARTIGAN POLITIQUE ALIMENTAIRE DU CPE BEAUCE-SARTIGAN L alimentation est un besoin essentiel et un élément important du développement de l enfant. Par le biais de cette politique alimentaire, le personnel du CPE

Plus en détail

Lire les étiquettes d information nutritionnelle

Lire les étiquettes d information nutritionnelle Lire les étiquettes d information nutritionnelle Au Canada, on trouve des étiquettes d information nutritionnelle sur les emballages d aliments. Ces étiquettes aident les consommateurs à comparer les produits

Plus en détail

PORTRAIT DES BESOINS EN ALIMENTS FRAIS DES TROIS BANQUES ALIMENTAIRES DU CENTRE-DU-QUÉBEC

PORTRAIT DES BESOINS EN ALIMENTS FRAIS DES TROIS BANQUES ALIMENTAIRES DU CENTRE-DU-QUÉBEC PORTRAIT DES BESOINS EN ALIMENTS FRAIS DES TROIS BANQUES ALIMENTAIRES DU CENTRE-DU-QUÉBEC COMPTOIR ALIMENTAIRE DRUMMOND INC. Informations recueillies : Selon la directrice de l organisme, la viande est

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

POLITIQUE ALIMENTAIRE POUR UNE SAINE ALIMENTATION

POLITIQUE ALIMENTAIRE POUR UNE SAINE ALIMENTATION POLITIQUE ALIMENTAIRE POUR UNE SAINE ALIMENTATION 1. PRÉSENTATION L'article 257 de la Loi sur l'instruction publique prévoit que les services de restauration relèvent de la commission scolaire. En conséquence,

Plus en détail

NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES

NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE 1 ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES 01 / 04 / 2016 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE OBJECTIFS ET CALENDRIER NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE2 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE

Plus en détail

Menus d hiver. pour journées thématiques

Menus d hiver. pour journées thématiques la Plaisirs de table Hiver entre ciel, terre et mer Entrée Crème fréneuse Mets principal #1 Coquille Terra (tofu) Patates douces au four Salade aux trois fèves Ou #2 Coquille Del mare (poisson et fruits

Plus en détail

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Les mythes alimentaires Le pain fait engraisser. Le lait est bon seulement pour les enfants. Le jeûne permet de purifier l organisme. Toutes ces affirmations,

Plus en détail

+ CUISINE MAROCAINE: ENTREES

+ CUISINE MAROCAINE: ENTREES LA CUISINE DU RIAD Notre cuisinière vous proposera un large choix de menus marocain selon vos goûts et vos habitudes, elle se fera un plaisir de vous emmener faire les courses dans le souks berbères et

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION POUR RÉDUIRE L ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve)

CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON. 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) CONSEILS DIETETIQUES POUR PREPARER UN MARATHON 1- Pendant la phase de préparation au marathon (les quelques mois qui précèdent l épreuve) 1.1 Adopter une alimentation équilibrée : Veiller aux quantités,

Plus en détail

Coup d oeil sur l alimentation de la personne diabétique

Coup d oeil sur l alimentation de la personne diabétique 1 Coup d oeil sur l alimentation de la personne diabétique En présence du diabète, votre corps utilise mal l énergie qui circule sous forme de glucose (sucre) dans le sang. C est pourquoi votre glycémie

Plus en détail

Vie spirituelle & Engagement communautaire ecoles.csmb.qc.ca/sasec real.tremblay@csmb.qc.ca 514 855-4500 #8765

Vie spirituelle & Engagement communautaire ecoles.csmb.qc.ca/sasec real.tremblay@csmb.qc.ca 514 855-4500 #8765 Défi Lunchs zéro déchet Chers jeunes, chers parents, Le groupe Mond Ami a remarqué que les boîtes à lunch sont remplies d emballages individuels qui deviennent alors des emballages inutiles. Nous vous

Plus en détail

LES CONTENANTS DE BOISSONS

LES CONTENANTS DE BOISSONS LES CONTENANTS DE BOISSONS La vente de boissons Plus de 4,7 milliards de contenants de boissons ont été vendus au Québec en 2005 1. Les boissons mises en marché au Québec se présentent sous des formats

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Recettes et produits de saison Quelques infos pour commencer Aujourd hui, l activité humaine émet de plus en plus de gaz à effet de serre, ce qui est à l origine du réchauffement de notre planète. Seulement

Plus en détail

Guide pratique pour un repas sain et économique

Guide pratique pour un repas sain et économique Guide pratique pour un repas sain et économique Avant de vous rendre à l épicerie Élaborez le menu de la semaine en fonction des rabais offerts et des aliments qui vous restent. Vous économiserez ainsi

Plus en détail

INFORMATION ET SENSIBILISATION

INFORMATION ET SENSIBILISATION LISTE DE MESURES DE RÉDUCTION, DE RÉEMPLOI, DE RÉCUPÉRATION ET DE VALORISATION CONTRIBUANT À LA MISE EN PLACE D UN SYSTÈME DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES INFORMATION ET SENSIBILISATION Activités d

Plus en détail

Entreposage des aliments congelés

Entreposage des aliments congelés Viande (Boeuf, porc, veau, agneau) (0 F/-18 C ou en Volaille (Poulet, dinde) Poissons, mollusques et crustacés (0 F/-18 C ou en Steaks - frais Côtelettes - fraîches 6 1 4 Volaille entière fraîche Morceaux

Plus en détail

1 ere BSI HUY : Rappel : qu est ce qu une alimentation saine? EQUILIBRE VARIETE MODERATION

1 ere BSI HUY : Rappel : qu est ce qu une alimentation saine? EQUILIBRE VARIETE MODERATION 1 ere BSI HUY : Rappel : qu est ce qu une alimentation saine? EQUILIBRE VARIETE MODERATION EQUILIBRE énergétique ( apports/dépenses) nutriments et micro-nutriments entre plaisir et besoins «de tout, un

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

Le compostage, si naturel SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Le compostage, si naturel SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Le compostage, si naturel SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Plan de présentation 1. Qu est-ce que le compostage? 2. Pourquoi composter? 3. Comment participer à la collecte de compostage? 4. Concrètement, qu est-ce

Plus en détail

POLITIQUE POUR DE SAINES HABITUDES DE VIE

POLITIQUE POUR DE SAINES HABITUDES DE VIE POLITIQUE Service des ressources éducatives aux jeunes SRE-POL-07 POLITIQUE POUR DE SAINES HABITUDES DE VIE 1. But...2 2. Préambule...2 3. Fondements...2 4. Objectif général...3 5. Objectifs spécifiques...3

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

Rapport de caractérisation des matières résiduelles

Rapport de caractérisation des matières résiduelles 1 CSSS Cléophas-Claveau CLSC du Fjord (La Baie) des matières résiduelles Chargée de projets : Carine Blenny 397, rue Racine Est, C.P. 816, Chicoutimi (Qc) G7H 5E8 Téléphone: 418.545.9245 Télécopieur: 418.545.6767

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

Plan d action développement durable 2014-2016

Plan d action développement durable 2014-2016 Plan d action développement durable 2014-2016 Orientations 1. Informer, sensibiliser, éduquer, innover (information/éducatio n et formation / recherche et innovation). ORIENTATION PRIORITAIRE 1. Mieux

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES et Bordereau de simulation

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES et Bordereau de simulation LOT 1 - PRODUITS EN CONSERVE n Article DESIGNATION PRODUIT ORIGINE Cond. 1 Cornichon Boite 5/1 UNITE 1 2 Macédoine de Fruits Boite 5/1 UNITE 4 3 Compote de Fruits Boite 5/1 UNITE 3 4 Compote de fruits

Plus en détail

VITACUISINE cuiseur vapeur 3 en 1

VITACUISINE cuiseur vapeur 3 en 1 VITACUISINE cuiseur vapeur 3 en 1 www.groupeseb.com 1 2 A 3 B 4 5 6 8 9 7 10 13 14 15 16 11 12 Notice Vita cuisine fig. 1 10/03/06 17:11 Page 3 fig. 2 fig. 3 fig. 4 fig. 5 fig. 6 fig. 7 fig. 8 fig. 9 fig.

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Une boîte à lunch équilibrée!

Une boîte à lunch équilibrée! Une boîte à lunch équilibrée! Chloé Forbes, Interne en nutrition Johanne Thériault, Diététiste en santé publique Programme Apprenants en santé à l école Réseau de santé Vitalité Au menu ce soir Pourquoi

Plus en détail

ÊTRE DISTRIBUÉE ET UTILISÉE QU À

ÊTRE DISTRIBUÉE ET UTILISÉE QU À ATTENTION! CETTE PRÉSENTATION NE POURRA ÊTRE DISTRIBUÉE ET UTILISÉE QU À L INTERNE DES ORGANISATIONS AYANT SUIVI LA FORMATION. LA CONSULTATION DE CET OUTIL N ÉQUIVAUT EN RIEN À UNE FORMATION EN BONNE ET

Plus en détail

Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels

Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels Politique alimentaire pour les Jeux du Québec Révision des critères nutritionnels Présenté par Catherine Drouin-Audet et Véronique Racicot, étudiantes en diététique à l Université McGill, supervisées par

Plus en détail

Planifier des déjeuners et des soupers santé

Planifier des déjeuners et des soupers santé MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Planifier des déjeuners et des soupers santé Aperçu de la trousse Le déjeuner et le souper sont les repas que les

Plus en détail

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne Atelier Achat Responsable 9 décembre 2014 Initiative Bio Bretagne Qu est ce qu Initiative Bio Bretagne? Initiative Bio Bretagne est une plate-forme, un réseau d'entreprises et d'acteurs bretons souhaitant

Plus en détail

ACHETEZ UN PLAT PRINCIPAL ET AJOUTEZ : 2 items. ajoutez 1,90$ au prix du plat principal

ACHETEZ UN PLAT PRINCIPAL ET AJOUTEZ : 2 items. ajoutez 1,90$ au prix du plat principal DU NOUVEAU À L ÉCOLE DE VOTRE ENFANT! Menu 2015-2016 www.zonorange.ca ACHETEZ UN PLAT PRINCIPAL ET AJOUTEZ : 1 item ajoutez 1,05$ 2 items ajoutez 1,90$ 3 items ajoutez 2,70$ Choisissez armi les items suivants

Plus en détail

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien

SPORT ET DIETETIQUE. PROTEINES : 1g = 4kcal 15% de l apport énergétique quotidien Docteur PAULE MORARD IBM ECULLY SPORT ET DIETETIQUE BESOINS GLUCIDES : 1g= 4kcal 55% de l apport energétique quotidien Glucides à indice glycémique élevé ( IG) : Pain, purée, riz blanc, corn flakes Glucides

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE POUR L ELABORATION ET LA LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CHARGES

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE POUR L ELABORATION ET LA LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE CAHIER DES CHARGES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE POUR L ELABORATION ET LA LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE OBJET : CAHIER DES CHARGES Le présent marché a pour objet la fourniture de repas livrés en liaison froide pour les

Plus en détail

Conseils alimentaires destinés aux patients insuffisants rénaux chroniques dialysés LE POTASSIUM

Conseils alimentaires destinés aux patients insuffisants rénaux chroniques dialysés LE POTASSIUM Conseils alimentaires destinés aux patients insuffisants rénaux chroniques dialysés LE POTASSIUM Le potassium se retrouve principalement dans les fruits, les légumes, les pommes de terre et les céréales

Plus en détail

Cette politique a été adoptée par le Conseil d administration lors d une réunion tenue le 8 juin 2010 (CA 10-05.10).

Cette politique a été adoptée par le Conseil d administration lors d une réunion tenue le 8 juin 2010 (CA 10-05.10). CAHIER DE GESTION POLITIQUE ALIMENTAIRE DU COTE 70-04-01.01 OBJET La présente politique vise à définir et à faire connaître les objectifs, la portée, les fondements, les principes et le rôle des différents

Plus en détail

Une alimentation saine pour les tout-petits

Une alimentation saine pour les tout-petits Vous, votre enfant, et les aliments Une alimentation saine pour les tout-petits âgés de 2 à 5 ans Guide pour les parents et les personnes qui prennent soin des enfants Table des matières Pour une alimentation

Plus en détail

12, 80 $ 11, 50 $ 12, 95 $ 13, 95 $ 14, 95 $ 12, 50 $ + SALADE CHOIX DU CHEF + BOUTEILLE D EAU ** + UN MACARON + CHOIX DE SALADE + DESSERT + SALADE

12, 80 $ 11, 50 $ 12, 95 $ 13, 95 $ 14, 95 $ 12, 50 $ + SALADE CHOIX DU CHEF + BOUTEILLE D EAU ** + UN MACARON + CHOIX DE SALADE + DESSERT + SALADE BOÎTES À LUNCH POUR VOS DÎNERS D AFFAIRES BOÎTES À LUNCH Commandez avant 16 h la veille. Prix par boîte, minimum 6 repas. Serviettes et ustensiles jetables inclus. Taxes et livraison en sus. CHOIX DE SANDWICHS

Plus en détail

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète;

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète; Fiche pédagogique La chasse aux ordures Dans le cadre des activités proposées, l élève en apprendra davantage sur le recyclage et sur le compostage, testera ses connaissances et fera une expérience sur

Plus en détail

Nouvelles recettes Mai - Juin 2016

Nouvelles recettes Mai - Juin 2016 Nouvelles recettes Mai - Juin 2016 Les «pas pareilles» Cake à la courgette Fraîcheur framboise au basilic Fraîch attitude : Timbale printanière Salade de melon à la framboise Flan aux saveurs méridionales

Plus en détail