Le drilling ovarien. C. Eboué CHR Clémenceau Caen 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le drilling ovarien. C. Eboué CHR Clémenceau Caen 2005"

Transcription

1 Le drilling ovarien C. Eboué CHR Clémenceau Caen 2005

2 PLAN Historique Le syndrome des ovaires polykystiques Indications du drilling ovarien Techniques opératoires Résultats

3 TO DRILL Traduction : percer, forer Drilling ovarien = cratérisation ovarienne

4 HISTORIQUE

5 Historique 1935 Stein et Leventhal Description de la maladie des ovaires polykystiques Observation initiale : retour à des menstruations régulières chez des femmes aménorrhéiques après biopsie bilatérale diagnostique Publication d une série de résections cunéiformes par laparotomie Stein IF, Leventhal ML. Am J Obstet Gynecol 1935; 29 :

6 Publication de Stein et Leventhal Technique : laparotomie et ablation au bistouri froid de la moitié au deux tiers de la corticale ovarienne. Résultats : 7 femmes opérées ont retrouvé des cycles réguliers et les ont conservés durant la période de suivi (11 mois à 4 ans) 3 grossesses chez 2 patientes

7 Les limites de la chirurgie Anesthésie générale Laparotomie Risque d adhérences post opératoires : Stérilité mécanique Algies pelviennes chroniques Apparition et développement des traitements médicaux Diminution de la prise en charge chirurgicale

8 LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES

9 Le syndrome des ovaires polykystiques (OPK) Définition mal standardisée Association Hyperandrogénie clinique et troubles du cycle Anomalies biologiques Critères échographiques Les différents critères ne sont ni nécessaires ni suffisants pour poser le diagnostic

10 Syndrome des OPK Prévalence dans la population générale féminine : 3 à 20% selon la définition 73 à 75 % des infertilités par anovulation 0,6 à 4,3 % des femmes infertiles Étiologie : origine oligogénique?

11 Critères cliniques des OPK Troubles du cycle : anovulation avec infertilité Hyperandrogénie cutanée : Hirsutisme, acné récidivante, alopécie hyperséborrhéique Obésité (40 à 50 % des cas) Acanthosis nigricans (lié à l insulinorésistance)

12 Critères biologiques des OPK Hyperandrogénie modérée Augmentation des androgènes plasmatiques (testostérone non liée et delta4androsténedione) Augmentation du rapport LH/FSH (>2) (en rapport avec une augmentation de la LH)

13 Critères échographiques des OPK Augmentation du volume ovarien Hypertrophie stromale Aspect globuleux Présence de microkystes (40 à 70 % cas) Diamètre de 2 à 5 mm Nombre > 10 Répartition périphérique Au doppler : augmentation des vitesses vasculaires au niveau du stroma des OPK

14 Conduite à tenir devant un syndrome des OPK Prise en charge globale Obésité Troubles métaboliques associés (insulinorésistance, dyslipidémie) Risques cardiovasculaires Diabète de type 2 Néoplasie de l endomètre

15 OPK et stimulation ovarienne Traitement de première intention Si règles hygiéno-diététiques insuffisantes CITRATE DE CLOMIFENE 50mg/j à partir de J2 pour 5 jours (si échec : augmentation de la dose (200mg/j) et de la durée du traitement (10 jours) Ovulation dans 70 à 80% des cas Grossesse dans 40 à 50% des cas Surveillance minime 6 cycles au maximum +/- Place de la METFORMINE discutée (pas d AMM)

16 OPK et stimulation ovarienne Si échec du Citrate de clomifène Traitement de 2e intention Traitement médical : FSH recombinante Protocole : chronic low dose Monitorage lourd et coûteux Risque élevé d hyperstimulation ovarienne (HSO), de grossesses multiples (20%), et de fausses couches (40%) Traitement chirurgical : le «drilling» ovarien

17 INDICATIONS DU DRILLING OVARIEN

18 Indications du drilling Pas d essai randomisé à grande échelle comparant technique chirurgicale et traitement médical Etude de Farquhar [1] 6 essais randomisés entre 1994 et 2001 Séries de 10 à 168 patientes Méta-analyse de Campo [2] [1] The Cochrane Database of Systematic Reviews 2001, Issue 4. Art N : CD [2] Campo S. Obstet Gynecol Surv 1998;53 :

19 Etude de Farquhar drilling ovarien vs gonadotrophine Nombre d études Nombre de participants Odds Ratio IC 95% Taux cumulé de grossesses après 6 à 12 mois de suivi [0.77, 2.09] Taux de fausses couches [0.17, 2.16] Taux de grossesses multiples ,16 [0.03, 0.98]

20 Avantages Inconvénients FSH recombinante Pas les risques per opératoires ni les complications post chirurgicales Monitorage contraignant coût élevé effet limité à 1 cycle risques d HSO et de grossesses multiples Drilling ovarien Cycles mono-ovulants, diminution du taux de FCS, effet durable, coût d une chirurgie ambulatoire Adhérences post opératoires et complications chirurgicales (rares)

21 Indications du drilling En 2 e intention après échec des règles hygiéno-diététiques et du citrate de clomifène +/- metformine. à discuter avec la patiente En cas d antécédents d hyperstimulation ovarienne clinique. En cas d exploration chirurgicale et en particulier tubaire de l infertilité

22 LA TECHNIQUE

23 La technique Initialement : résections ovariennes réalisées par laparotomie Apparition de la coelioscopie et développement de l instrumentation : Biopsies multiples Multi perforations par électrocoagulation mono polaire Vaporisation par laser CO2 Résection ovarienne par laser CO2 ou courant mono polaire Multi perforations à la pointe bipolaire

24 Méta-analyse de Campo patientes Non randomisée Différents types de prise en charge chirurgicale Objectifs : Comparaison de différentes techniques Comparaison des résultats avec ceux obtenus après traitements médicamenteux

25 Etude de Campo Aucune technique n a fait la preuve de sa supériorité

26 Technique Généralement opérateur dépendant et fonction de l instrumentation disponible La plus fréquemment retrouvée dans la littérature : sous coelioscopie, multi perforation ovarienne à la pointe mono polaire (H. Gjonnaess) Gjonnaess H. Fertil Steril 1984 ; 41: 20-25

27 En Pratique par coelioscopie : Exposition des ovaires par traction sur le ligament utero-ovarien après refoulement des anses digestives Préhension de l ovaire 5 à 10 perforations par ovaire semblent suffisantes (2 mm de diamètre, 8 mm de profondeur) Éviter le hile : risque d atrophie ovarienne Irrigation constante : assure le refroidissement de l ovaire

28 Autres techniques Microcoelioscopie sous anesthésie locale Hydrolaparoscopie transvaginale ou fertiloscopie Multi perforation sous écho en cours de FIV (Ferraretti)

29 Microcoeliochirurgie Série de Zullo en 2000 Étude prospective randomisée 62 patientes présentant un syndrome des OPK résistant au citrate de clomiféne Comparaison coelioscopie standard vs microcoeliochirurgie sous AL + sédation Zullo F. Fertil Steril 2000 ; 74 :

30 Résultats de l étude de Zullo Taux d ovulation et de grossesses comparables dans les suites Pas de complication per opératoire Sortie plus rapide après anesthésie locale Probablement moins adhésiogène Limite pour certains : difficulté d exposition, anesthésie locale relative

31 La fertiloscopie Anesthésie générale Aiguille de Veress dans le cul de sac de Douglas Injection de 300 ml de sérum physiologique Introduction d un fertiloscope Geste thérapeutique sous contrôle de la vue grâce à un canal opérateur co-axial Utilisation d une électrode bipolaire

32 Matériel de fertiloscopie Fertiloscope Pointe bipolaire

33 Série de Fernandez et Watrelot sur la fertiloscopie Etude prospective chez 80 patientes résistantes au traitement par clomiphène Suivi de 18 mois :91% des femmes retrouvent un cycle régulier avec ovulation Le taux de grossesse spontanée est de 39,7% Le taux de grossesse après stimulation médicale atteint 60% Le délai de conception après l intervention est de 3,9 mois 18% de FC, pas de GEU, pas de grossesse multiple, pas de complication J Am Assoc Gynecol Laparosc ; 11 : 374-8

34 Complications de la fertiloscopie Description récentes de 2 complications (série de 15 patientes) Saignement ovarien conversion en coelioscopie Electrocoagulation d une anse grêle laparotomie à J1 pour péritonite S.Chiesa-Montadou.Gynecol Obstet Fertil 2003 ; 31 : Des plaies rectales ont été décrites

35 RESULTATS

36 Résultats Quelle que soit la technique chirurgicale utilisée : Reprise dans 80% des cas de cycles ovulatoires Taux de grossesses spontanées de 40 à 55% Taux cumulé de grossesses (associant les grossesses après induction post chirurgicale) de 55 à 65% Conceptions n 12 Année Le journal de l ISFR. Dossier : le syndrome des ovaires polykystiques

37 Facteurs pronostics : étude rétrospective de Amer Meilleur pronostic si : Femme jeune (<35ans) LH élevé en préopératoire (LH>10UI/l) Moins bon pronostic si: Infertilité > 3 ans BMI élevé Amer SA.Hum Reprod 2004 ; 19 :

38 Résultats en fonction de la durée d infertilité (*p<0.001) Durée d infertilité Nombre de patientes Taux d ovulation Taux de grossesse < 3 ans % 72% De 3 à 6 ans 83 76% 33%* > 6 ans 23 52%* 18%*

39 Autres résultats Caractère mono-ovulant des cycles restaurés Diminution: du risque de grossesses multiples d hyperstimulation ovarienne du taux de fausses couches?

40 Autres résultats Étude de Fernandez sur le drilling par voie coelioscopique (71 patientes) Échec du traitement par citrate ou hyperstimulation ovarienne 40 patientes anovulantes et 31 patientes ayant des cycles ovulatoires sans grossesse à 6 mois Taux global de 73% de grossesses et pas de différence entre les groupes an et ovulatoires Fernandez H. Obstet Gynecol Fertil 2003; 31:

41 Autres résultats Si absence de grossesse dans les 6 à 12 mois après drilling ovarien réintroduire les traitements médicaux : citrate de clomifène puis gonadotrophine Car le drilling permet : D augmenter la sensibilité aux gonadotrophines D augmenter le taux d ovulation et de grossesse De diminuer la durée de la stimulation et les doses nécessaires De diminuer le risque d hyperstimulation ovarienne Farhi J. Fertil Steril 1995 ; 64 :

42 Résultats à long terme Efficacité persistante d au moins 9 ans On estime que 3 à 5% des cycles redeviennent anovulatoires chaque année Amer SA.Hum Reprod 2002 ; 11 :

43 conclusion Malgré les inconnues du mécanisme d action Les bons résultats du drilling ovarien permettent d indiquer très tôt ce traitement chez des patientes présentant un syndrome des ovaires polykystiques. La fertiloscopie pourrait être une voie d abord intéressante mais nécessite une plus large évaluation

44 Vues «fertiloscopiques»

Que faire après échec du Clomid: Drilling ou gonadotrophines?

Que faire après échec du Clomid: Drilling ou gonadotrophines? Que faire après échec du Clomid: Drilling ou gonadotrophines? Philippe Merviel, Marie-Thérèse Le Martelot Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction CHU Brest SOPK Maturation in-vitro Amaigrissement

Plus en détail

CC n 2 Mme A. ! 30 ans. ! Spanioménorrhée primaire ! P0G0. ! ATCD med:0. ! ATCD chir:0

CC n 2 Mme A. ! 30 ans. ! Spanioménorrhée primaire ! P0G0. ! ATCD med:0. ! ATCD chir:0 CC n 2 Mme A! 30 ans! Spanioménorrhée primaire! P0G0! ATCD med:0! ATCD chir:0! A eu Diane 35 comme contraception qu elle a arrêté pour dyslipidémie, mise sous cérazette arrêt depuis 3 ans pour désir de

Plus en détail

MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR

MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR CŒLIOSCOPIE OU PAR CULDOSCOPIE [Drilling ovarien] RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE JUIN 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218

Plus en détail

Dr Isabelle CEDRIN-DURNERIN. DURNERIN Service de Médecine de la Reproduction Hôpital JEAN VERDIER Université PARIS XIII

Dr Isabelle CEDRIN-DURNERIN. DURNERIN Service de Médecine de la Reproduction Hôpital JEAN VERDIER Université PARIS XIII Dr Isabelle CEDRIN-DURNERIN DURNERIN Service de Médecine de la Reproduction Hôpital JEAN VERDIER Université PARIS XIII Utilisé >35ans Simple Peu coûteux 4,5 Peu risqué Mode d action? Mauvaises indications

Plus en détail

Ovaires polykystiques : diagnostic et conduite à tenir

Ovaires polykystiques : diagnostic et conduite à tenir Ovaires polykystiques : diagnostic et conduite à tenir Professeur Jean-Marie ANTOINE duction 2ics ite. Université Paris VI et Hôpital Tenon jemantoine@aol.com 2ics droits - Toute duction ite. CONFLITS

Plus en détail

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech

COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur F. Puech EXTRAIT des Mises à jour en gynécologie médicale Volume 2010 Publié le 10 décembre 2010 TRENTE-QUATRIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

UTILISATION DES GONADOTROPHINES HORS FIV ET IIU S. NAJAS

UTILISATION DES GONADOTROPHINES HORS FIV ET IIU S. NAJAS UTILISATION DES GONADOTROPHINES HORS FIV ET IIU S. NAJAS 15e salon de Gynécologie Obstétrique Pratique Paris 10/03/2005 INTRODUCTION Faut-il stimuler l ovulation hors IIU et FIV? Recommandations de l AFSSAPS

Plus en détail

Stimulation mono-folliculaire

Stimulation mono-folliculaire Stimulation mono-folliculaire Recommandations de bonnes pratiques : les médicaments inducteurs de l ovulation AFSSAPS (juin 2003) Catherine Muris - Caen Bases physiopathologiques J1-J8 : Phase folliculaire

Plus en détail

Syndrome des ovaires polykystiques «SOPK» R. COMBES Juin 2006

Syndrome des ovaires polykystiques «SOPK» R. COMBES Juin 2006 Syndrome des ovaires polykystiques «SOPK» R. COMBES Juin 2006 Définition SYNDROME!!! Mal nommé!! Mal défini Mal compris Points Forts FREQUENCE: 6 à 10 % des femmes en age de procréer RISQUES A LONG TERME

Plus en détail

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC Pr Claude Hocké CHU Bordeaux NOSOLOGIE DEFINITION OMS : UN COUPLE EST INFECOND S IL N A PU AVOIR DE CONCEPTION APRES DEUX ANS DE RAPPORTS NON PROTEGES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES

STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES Dr H CREUX Pr C MATHIEU 24 mai 2013 CAS CLINIQUE 2 Mme E, 30 ans et Mr E, 31 ans consulte pour un désir de grossesse et une aménorrhée secondaire

Plus en détail

MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR

MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR MULTIPERFORATION DE L OVAIRE PAR CŒLIOSCOPIE OU PAR CULDOSCOPIE [DRILLING OVARIEN] RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE JUIN 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218

Plus en détail

Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins

Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins Dr François STOLL Hôpitaux universitaires de Strasbourg - FRANCE Introduction Incidence élevée des

Plus en détail

Stimulation Ovarienne hors FIV

Stimulation Ovarienne hors FIV Stimulation Ovarienne hors FIV Florence LESOURD Gynécologie Obstétrique et Médecine de la reproduction CHU Paule de Viguier Toulouse DESC Médecine de la Reproduction Toulouse 2 Avril 2010 Pré requis Toute

Plus en détail

LES TRAITEMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION

LES TRAITEMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION LES TRAITEMENTS INDUCTEURS DE L OVULATION Dr Patricia Thomas I-INDUCTION HORS FIV A-Molécules utilisées 1-LES ANTIOESTROGENES Citrate de clomifène (CC) (CLOMID* PERGOTINE*): cp à 50 mg. TAMOXIFENE (NOLVADEX*,

Plus en détail

Thérapeutique en Stérilité

Thérapeutique en Stérilité Université Paris-Sud Diplôme Universitaire Thérapeutique en Stérilité Mars ou Avril 2007 (dates non encore déterminées) Lieu de l enseignement Hôpital Antoine Béclère Amphithéâtre de la Faculté 157, rue

Plus en détail

STIMULATION PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES. Dr H. CREUX - Pr C. MATHIEU Vendredi 24 mai 2013

STIMULATION PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES. Dr H. CREUX - Pr C. MATHIEU Vendredi 24 mai 2013 STIMULATION PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES Dr H. CREUX - Pr C. MATHIEU Vendredi 24 mai 2013 CAS CLINIQUE Mme B 29 ans et Mr B 28 ans consultent pour désir de grossesse depuis 18 mois Mariés

Plus en détail

Cas cliniques d induction d ovulation hors-fiv. Dr Geoffroy ROBIN Service de Gynécologie Endocrinienne et Médecine de la Reproduction (Pr Dewailly)

Cas cliniques d induction d ovulation hors-fiv. Dr Geoffroy ROBIN Service de Gynécologie Endocrinienne et Médecine de la Reproduction (Pr Dewailly) Cas cliniques d induction d ovulation hors-fiv Dr Geoffroy ROBIN Service de Gynécologie Endocrinienne et Médecine de la Reproduction (Pr Dewailly) Cas clinique n 1 Cas clinique n 1 Infertilité primaire

Plus en détail

MESSAGES IT PROJECT. Le comité d organisation IT Project. Messages du Docteur Savale : L axe hypothalamo-hypophysaire : modes d action possibles

MESSAGES IT PROJECT. Le comité d organisation IT Project. Messages du Docteur Savale : L axe hypothalamo-hypophysaire : modes d action possibles MESSAGES IT PROJECT Cher Confrère, Merci d avoir participé à notre formation IT Project du 1er juin 2007 intitulé : «Traiter et gérer les problèmes féminins ovulatoires : outils et techniques en dehors

Plus en détail

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 AS THOLOZAN, B CHUNG FAT,F LEUNG, N MOTTET, J MALVESTITI,

Plus en détail

Induction de l ovulation hors FIV Les anti-estrogènes

Induction de l ovulation hors FIV Les anti-estrogènes Enseignement National DES Gynécologie Médicale Paris 13 et 14 Juin 2013 Induction de l ovulation hors FIV Les anti-estrogènes Marie-Pierre TEISSIER Limoges Induction de l ovulation Soumise à recommandations

Plus en détail

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC Pr Claude Hocké CHU Bordeaux NOSOLOGIE DEFINITION OMS : Un couple est infécond s il n a pu avoir de conception après deux ans de rapports non protégés RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Dr Catherine Rongieres

Dr Catherine Rongieres Dr Catherine Rongieres Ne pas traiter pour rien par un traitement inadéquat Ne pas perdre de temps Age ou Réserve ovarienne diminuée Pathologie excluant une grossesse spontanée Avoir un discours clair

Plus en détail

Complications Digestives de la Cœlioscopie Mécanismes et Prévention

Complications Digestives de la Cœlioscopie Mécanismes et Prévention Complications Digestives de la Cœlioscopie Mécanismes et Prévention K. Slim CHU Clermont-Ferrand Introduction Elles peuvent survenir à n importe quel moment Les facteurs classiques sont - Les adhérences

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 novembre Follitropine bêta (Hormone folliculo-stimulante recombinante (FSH))

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 novembre Follitropine bêta (Hormone folliculo-stimulante recombinante (FSH)) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 novembre 2001 PUREGON 300 UI/0,36ml, solution injectable PUREGON 600 UI/0,72 ml, solution injectable boîte de 1 cartouche et 7 aiguilles Laboratoires

Plus en détail

La contraception en péri ménopause

La contraception en péri ménopause La contraception en péri ménopause Dr F.Madaci, Dr Boudjellil, Dr Bounegar, Pr M.Derguini Service gynéco obstétrique Hôpital Bachir Mentouri Kouba 9ème congrès SAEREM 4ème congrès FAFEM 7-8 Mai 2011 ALGER

Plus en détail

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC Pr Claude Hocké CHU Bordeaux NOSOLOGIE DEFINITION OMS : UN COUPLE EST INFECOND S IL N A PU AVOIR DE CONCEPTION APRES DEUX ANS DE RAPPORTS NON PROTEGES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

PROTOCOLE MINIMAL DANS LA STIMULATION OVARIENNE

PROTOCOLE MINIMAL DANS LA STIMULATION OVARIENNE Hôpitaux Universitaires de Genève PROTOCOLE MINIMAL DANS LA STIMULATION OVARIENNE Dresse C. Benchaa Magnin Policlinique de stérilité et d endocrinologie gynécologique Introduction L ovulation peut être

Plus en détail

Pr Jean-Marie ANTOINE

Pr Jean-Marie ANTOINE QUEL CHOIX DE STIMULATION DANS L ENDOMETRIOSE? Pr Jean-Marie ANTOINE Service de Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction Hôpital TENON 4 rue de la Chine - 75020 PARIS jemantoine@aol.com ENDOMETRIOSE

Plus en détail

Aménorrhées. J.Lansac

Aménorrhées. J.Lansac Aménorrhées primaires et secondaires J.Lansac Aménorrhées primaires Diagnostic Clinique Interrogatoire Poids de naissance, courbes de croissance Chez la mère : prise de médicaments, Recherche d un trouble

Plus en détail

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel)

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile!!!!!!!! Informations

Plus en détail

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale

MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale MÉNOPAUSE TRAITEMENTS ET SURVEILLANCE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie Médicale Définitions OMS 1996 Ménopause : arrêt définitif des menstruations Aménorrhée persistante 12 mois faisant suite

Plus en détail

Les médicaments inducteurs de l ovulation : les gonadotrophines

Les médicaments inducteurs de l ovulation : les gonadotrophines Recommandations mt médecine de la reproduction 2007 ; 9 (4) : 252-7 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 37.44.207.172 le 03/02/2017. Les médicaments inducteurs de l ovulation

Plus en détail

Infertilité inexpliquée Quelle stratégie de prise en charge?

Infertilité inexpliquée Quelle stratégie de prise en charge? Infertilité inexpliquée Quelle stratégie de prise en charge? Pr. Jean-Marie ANTOINE Service de Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction, Hôpital TENON 4 rue de la Chine - 75020 PARIS Jemantoine@aol.com

Plus en détail

HYPERSTIMULATION OVARIENNE Quelle stimulation?

HYPERSTIMULATION OVARIENNE Quelle stimulation? HYPERSTIMULATION OVARIENNE Quelle stimulation? DOCTEUR SILVIA ALVAREZ PARIS silvia.alvarez@free.fr QUELLE STRATEGIE AVANT DE STIMULER? Quelle stratégie? Les «repérer» Les préparer Les traiter Éviter l

Plus en détail

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE L organisation : Patiente ASA 1 ou 2 Consultation préalable

Plus en détail

SUPPLEMENTATION PAR PROGESTERONE EN PHASE LUTEALE APRES TRANSFERT D EMBRYON CONGELE EN CYCLE SPONTANE DECLENCHE: ETUDE PROSPECTIVE AU C.

SUPPLEMENTATION PAR PROGESTERONE EN PHASE LUTEALE APRES TRANSFERT D EMBRYON CONGELE EN CYCLE SPONTANE DECLENCHE: ETUDE PROSPECTIVE AU C. SUPPLEMENTATION PAR PROGESTERONE EN PHASE LUTEALE APRES TRANSFERT D EMBRYON CONGELE EN CYCLE SPONTANE DECLENCHE: ETUDE PROSPECTIVE AU C.H.U DE STRASBOURG Emilie Schwartz SFMP 2017 20/10/2017 INTRODUCTION

Plus en détail

LA FECONDATION IN VITRO (FIV)

LA FECONDATION IN VITRO (FIV) LA FECONDATION IN VITRO (FIV) Le site du Docteur Jean-Jacques BENSAID Gynécologue-Obstétricien Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-jacques-bensaid Il s agit là encore d une PMA, qui comme les techniques

Plus en détail

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye

Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye Centre Hospitalier de Poissy St Germain en Laye AECG 17 septembre 2014 ! Thème des journées de l AECG L endomètre dans tous ses états.! Qu est ce qui peut intéresser les IBO?! Endomètre Endométriose Endométriose

Plus en détail

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Tps Normal : 40 min Indication : - absence de grossesse après un an de rapports sexuels réguliers (au moins 3 par semaine) non protégés

Plus en détail

Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT

Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT Echec de recueil ovocytaire. Quelle approche? Dr. S. BENBOUHEDJA, A. ZOGHMAR, H. KHENCHOUL, M. BENSAADA, Dr. T. MERIBOUT Introduction Il s agit de l absence d ovocytes dans le liquide de ponction folliculaire

Plus en détail

Exploration des ovaires et hyperandrogénie

Exploration des ovaires et hyperandrogénie Exploration des ovaires et hyperandrogénie D R P. M A S S A R T S E R V I C E D E M É D E C I N E D E L A R E P R O D U C T I O N H Ô P I T A L J E A N V E R D I E R U N I V E R S I T É P A R I S X I I

Plus en détail

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1. Partie 1 10 QCM à choix multiples

FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1. Partie 1 10 QCM à choix multiples FACULTES DE MEDECINE DE TOULOUSE EXAMEN DE LCA UE 12 2 ème Session DFASM1 Partie 1 10 QCM à choix multiples QCM1 : Parmi les propositions suivantes concernant cet article, indiquez la (ou les) réponse(s)

Plus en détail

Congres ffer 2011 marseille Poster n 8

Congres ffer 2011 marseille  Poster n 8 Congres ffer 2011 marseille www.ffer-marseille2011.com Poster n 8 Prevention du syndrome d hyperstimulation ovarienne par injection d un agoniste retard en cours de stimulation pour Fecondation In Vitro

Plus en détail

Bases physiologiques de la stimulation de l ovulation. Philippe MOREIRA

Bases physiologiques de la stimulation de l ovulation. Philippe MOREIRA Bases physiologiques de la stimulation de l ovulation Philippe MOREIRA Plan Nosologie Principe physiologique de la simulation Cycle menstruel Étapes Croissance folliculaire Ovulation Soutien de la phase

Plus en détail

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE Définition de l infertilité L infertilité: absence de

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique. CNGOF 2010 Dr Vanessa LUBIN)

Recommandations pour la pratique clinique. CNGOF 2010 Dr Vanessa LUBIN) Recommandations pour la pratique clinique CNGOF 2010 Dr Vanessa LUBIN) RPC prise en charge du couple infertile 2010 CNGOF 5 étapes Le promoteur(cngof) pose la question et désigne les membres du comité

Plus en détail

Salpingite : rôles de la coelioscopie

Salpingite : rôles de la coelioscopie Salpingite : rôles de la coelioscopie Dr AS AZUAR Nécessité d un outil diagnostique fiable. car Epidémiologie Problème de santé publique -130.000 cas / an - 15.000 cas de stérilités tubaires - Pb liés

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et obstétrique

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et obstétrique COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et obstétrique Tome XXX publié le 29.11.2006 TRENTIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

Anovulation : Quel bilan? Quels tests? Pr Sophie Christin-Maitre Service d Endocrinologie Hôpital Saint-Antoine, Paris

Anovulation : Quel bilan? Quels tests? Pr Sophie Christin-Maitre Service d Endocrinologie Hôpital Saint-Antoine, Paris Anovulation : Quel bilan? Quels tests? Pr Sophie Christin-Maitre Service d Endocrinologie Hôpital Saint-Antoine, Paris Etiologies des anovulations : Origine hypothalamo-hypophysaire Origine ovarienne

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX PRISE EN CHARGE DE F.ARBOUZ Clinque Ahlem F.DJENDER Ain-Taya INTRODUCTION Obstruction complète du pavillons avec disparition des franges et distension liquidienne distale Pathologie fréquente 30 à 40 %

Plus en détail

(A propos d un cas) M. Rchachi; N. Andzouana; H. El Ouahabi; F. Ajdi

(A propos d un cas) M. Rchachi; N. Andzouana; H. El Ouahabi; F. Ajdi Service D Endocrinologie, Diabétologie, Maladies Métaboliques et Nutrition Centre Hospitalier Universitaire Hassan II Fès. Maroc (A propos d un cas) M. Rchachi; N. Andzouana; H. El Ouahabi; F. Ajdi PLAN

Plus en détail

Aménorrhée A.LE TRONG. 26 Août 2006

Aménorrhée A.LE TRONG. 26 Août 2006 Aménorrhée A.LE TRONG 26 Août 2006 Définitions Aménorrhée primaire Absence de règles à l âge normal de la puberté Aménorrhée secondaire Absence de règles > 3 mois chez une femme antérieurement réglée Aménorrhée

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Conduite à tenir devant un couple infertile

Conduite à tenir devant un couple infertile Conduite à tenir devant un couple infertile Introduction On parle de fécondité lorsque l'individu a conçu. Le contraire est l'infécondité, qu'elle soit volontaire ou involontaire. Un individu fertile est

Plus en détail

Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG. Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger

Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG. Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger Les ménometrorragies en péri ménopause Place du SIU au LNG Dr F.MADACI Pr M.DERGUINI Hôpital Kouba SAERM 2010 Alger Péri ménopause Péri ménopause : 2 à 8 ans avant la ménopause et 1 an après les dernières

Plus en détail

FIV en cycle naturel - Un nouveau chemin?

FIV en cycle naturel - Un nouveau chemin? FIV en cycle naturel - Un nouveau chemin? Nitzschke M 1, Weiss B 2, Santi A 2, von Wolff M 2 1) Milagro Kinderwunschzentrum Bodensee AG, Kreuzlingen, Switzerland 2) Department of Gynecological Endocrinology

Plus en détail

Indications reconnues : Anovulation (SOPK) Dysovulation (Phase lutéale courte, endomètre inadéquat )

Indications reconnues : Anovulation (SOPK) Dysovulation (Phase lutéale courte, endomètre inadéquat ) Dr Geoffroy ROBIN Ensemble des procédures médicales permettant: la conception in vitro, le transfert embryonnaire, l insémination artificielle, Réponse à la demande d un couple ainsi que toutes les techniques

Plus en détail

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Etat des lieux Age de la première grossesse le plus souvent retardé Parfois

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 GYMISO 200 microgrammes, comprimé Boîte de 2 Laboratoire HRA Pharma Liste I Date de l AMM : 29 octobre 2003 Caractéristiques

Plus en détail

Stimulation de l ovulation par les gonadotrophines. C Mathieu Université Bordeaux Segalen FMC CNGOF Bordeaux 7 mars 2014

Stimulation de l ovulation par les gonadotrophines. C Mathieu Université Bordeaux Segalen FMC CNGOF Bordeaux 7 mars 2014 Stimulation de l ovulation par les gonadotrophines C Mathieu Université Bordeaux Segalen FMC CNGOF Bordeaux 7 mars 2014 Qui stimuler? Classification OMS des troubles de l ovulation OMS I IIa IIb III origine

Plus en détail

Casclinique: Melle G 21 ans, avec hirsutisme. Barbara Martins, DCEM1, T2 2012

Casclinique: Melle G 21 ans, avec hirsutisme. Barbara Martins, DCEM1, T2 2012 Casclinique: Melle G 21 ans, avec hirsutisme Barbara Martins, DCEM1, T2 2012 Interrogatoire Motif d hospitalisation: Patiente de 21 ans adressée par son dermatologue pour son hirsutisme. ATCD: -Familiaux:

Plus en détail

Endométrectomie : reste-t-il des indications?

Endométrectomie : reste-t-il des indications? Endométrectomie : reste-t-il des indications? N. MÉNAGER, A. AGOSTINI *, P. CROCHET, M. MARCELLI, L. CRAVELLO, M. GAMERRE (Marseille) Résumé L ablation de l endomètre est réalisable par hystéroscopie opératoire

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 PRISE EN CHARGE DE LA GEU Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 Épidémiologie: incidence Augmentation X 4 entre 70 et 90 2 GEU pour 100 naissances Actuellement évolution

Plus en détail

Définition de l hirsutisme:

Définition de l hirsutisme: Définition de l hirsutisme: L hirsutisme est le principal signe révélateur d une hyperandrogénie; il est défini comme un développement excessif de la pilosité dans les regions où elle est normalement absente

Plus en détail

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Conduite à tenir en cas d avortements spontanés Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Avortement spontané O Synonymes : O fausse couche spontanée = FCS O Définition

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE

STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE STRATEGIE THERAPEUTIQUE CONSERVATRICE DE LA GROSSESSE EXTRA UTERINE EN POPULATION GENERALE : DONNEES DU REGISTRE DE GEU D AUVERGNE DE 1992 à 2006 Xavier TRAN GROSSESSE EXTRA-UTERINE Pathologie grave, risque

Plus en détail

Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris

Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris Chirurgie de la cloison recto-vaginale: chirurgie radicale? Marcos Ballester, Marc Bazot, Emile Daraï Hôpital Tenon, Paris Incidence des lésions digestives de l endométriose l Sur 7000 patientes endométriosiques:

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EPU ASGO FIV SENEGAL DAKAR 17-12-2016 Dr Joël ADJAKOU DEFINITION Incapacité d un couple à obtenir une grossesse après environ une année de rapports réguliers non

Plus en détail

Cerclage du col : techniques et indications. Cécile CHAU HOPITAL NORD MARSEILLE JOURNÉE D ACTUALITÉ EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE 09 Avril 2011

Cerclage du col : techniques et indications. Cécile CHAU HOPITAL NORD MARSEILLE JOURNÉE D ACTUALITÉ EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE 09 Avril 2011 Cerclage du col : techniques et indications Cécile CHAU HOPITAL NORD MARSEILLE JOURNÉE D ACTUALITÉ EN GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE 09 Avril 2011 Absence de diminution du taux de prématurité spontanée incompétence

Plus en détail

RPC Prise en charge du couple infécond. Recommandations pour la pratique clinique CNGOF 2010

RPC Prise en charge du couple infécond. Recommandations pour la pratique clinique CNGOF 2010 RPC Prise en charge du couple infécond Recommandations pour la pratique clinique CNGOF 2010 RPC Prise en charge du couple infécond Méthodologie (HAS)! 9 questions! Littérature! Rédaction! Validation! Relecture!

Plus en détail

DossierOvaires polykystiques

DossierOvaires polykystiques Traitement du syndrome des ovaires polykystiques (Sans désir d enfant et avec désir d enfant) Treatment of polycystic ovary syndrome without and with infertility M. Commenges-Ducos* points FORTS Deux traitements

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

CAT DEVANT UNE AMENORRHEE PRIMAIRE P.BERLIER 30/11/2007

CAT DEVANT UNE AMENORRHEE PRIMAIRE P.BERLIER 30/11/2007 CAT DEVANT UNE AMENORRHEE PRIMAIRE P.BERLIER 30/11/2007 DEFINITION Absence de cycles menstruels chez une fille après s 16 ans avec ou sans développement pubertaire, témoignant t D une atteinte de l axe

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

SOPK, entrave à la fertilité, et haut risque cardiovasculaire. Pr Nelly Pitteloud Service d endocrinologie CHUV Lausanne

SOPK, entrave à la fertilité, et haut risque cardiovasculaire. Pr Nelly Pitteloud Service d endocrinologie CHUV Lausanne SOPK, entrave à la fertilité, et haut risque cardiovasculaire Pr Nelly Pitteloud Service d endocrinologie CHUV Lausanne DEFINITION- SOPK 2003 Rotterdam Workshop 2 sur 3: Hyperandrogénisme clinique/biologique

Plus en détail

SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES Actualités

SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES Actualités SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES Actualités Anne Bachelot Endocrinologie et Médecine de la Reproduction IE3M Hôpitaux Universitaires Pitié-Salpêtrière Charles Foix SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES

Plus en détail

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Echographie et infertilité G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Modalités et aspects techniques Sonde endovaginale à haute fréquence (7-10 MHz) nécessité d une sonde abdominale (3.5-6

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques?

Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Occlusion sur carcinose péritonéale des cancers gynécologiques : Désescalade et poursuite des traitements spécifiques? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 3/04/2015 Introduction Fréquence élevée : 1 patiente sur

Plus en détail

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne

PCOS et syndrome métabolique. Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS et syndrome métabolique Nelly Pitteloud EDM CHUV Lausanne PCOS - Définitions 2003 Rotterdam Workshop 2 sur 3: Hyperandrogénisme clinique/biologique Cycles irréguliers ou anovulatoires Morphologie

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005

Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005 Anesthésie pour chirurgie viscérale Dominique CONCINA Octobre 2005 Chirurgie viscérale Chirurgie Digestive Urologique haute Gynécologique Hors urgence et transplantation Coeliochirurgie Risques principaux

Plus en détail

MALFORMATIONS UTERINES ET INFERTILITE : LESQUELLES PRENDRE EN CHARGE? Dr FOURNET S.

MALFORMATIONS UTERINES ET INFERTILITE : LESQUELLES PRENDRE EN CHARGE? Dr FOURNET S. MALFORMATIONS UTERINES ET INFERTILITE : LESQUELLES PRENDRE EN CHARGE? Dr FOURNET S. Classification des malformations utérines selon l'american Fertility Society. A. Classe I : aplasie bilatérale. B. Classe

Plus en détail

Hémorragies génitales. G. Body

Hémorragies génitales. G. Body Hémorragies génitales en dehors de la grossesse G. Body Hémorragies génitales à la puberté Puberté Diagnostic Clinique Interrogatoire Installation des règles : date, régularité, abondance Rapports sexuels,

Plus en détail

LES PATHOLOGIES UTERINES BENIGNES : Quel rôle dans l infertilité? Pr Claude Hocké CHU Bordeaux

LES PATHOLOGIES UTERINES BENIGNES : Quel rôle dans l infertilité? Pr Claude Hocké CHU Bordeaux LES PATHOLOGIES UTERINES BENIGNES : Quel rôle dans l infertilité? Pr Claude Hocké CHU Bordeaux INTRODUCTION «THE WOMB IS THE FIELD OF GENERATION; AND IF THIS FIELD BE CORRUPTED IT IS VAIN TO EXPECT ANY

Plus en détail

Maladie veineuse thrombo-embolique et stimulation ovarienne, , France

Maladie veineuse thrombo-embolique et stimulation ovarienne, , France Maladie veineuse thrombo-embolique et stimulation ovarienne, 2012 2014, France A. Filipovic-Pierucci, V. Olié Congrès Emois 2016 Contexte Programme de surveillance de la MVTE et de l EP chez la femme enceinte

Plus en détail

L INFERTILITE. Bilan au cabinet du généraliste. N.Carlotti PL Broux. DINAN le 25 FEVRIER 2009! Copyright :Dr Nathalie CARLOTTI

L INFERTILITE. Bilan au cabinet du généraliste. N.Carlotti PL Broux. DINAN le 25 FEVRIER 2009! Copyright :Dr Nathalie CARLOTTI L INFERTILITE Bilan au cabinet du généraliste N.Carlotti PL Broux DINAN le 25 FEVRIER 2009! L INFERTILITE Bilan au cabinet du généraliste N.Carlotti Mme A, secrétaire,26 ans consulte car elle désire une

Plus en détail

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE Dr Juliette GUIBERT Gynécologue-obstétricienne CMC Baie de Morlaix CHEM/APSPM, 19 février 2015 Définition 1 à 2 ans d exposition au risque de grossesse En dehors d antécédents

Plus en détail

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne...

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne... Introduction Touche 25-40 % des couples infertiles, selon les pays Souvent la FIV est proposée en première ligne... Quelles sont les indications actuelles? afin d éviter les cœlioscopies inutiles Généralités

Plus en détail

Thyroïde et fertilité Quand la thyroïde s invite dans le désir d enfant

Thyroïde et fertilité Quand la thyroïde s invite dans le désir d enfant Thyroïde et fertilité Quand la thyroïde s invite dans le désir d enfant Emmanuelle Lecornet-Sokol, Paris Club thyroïde Ile de France 28 Juin 2014 Conflits d intérêts: aucun Thyroïde et fertilité Chez l

Plus en détail