DE l ODYSSEE AU XX SIECLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE l ODYSSEE AU XX SIECLE"

Transcription

1 FICHE 6a : LES SIRENES DE l ODYSSEE AU XX SIECLE Extrait adapté et complété de Mary Sanchiz Structures de l imaginaire odysséen, prolongements comparatifs et perspectives didactiques, 2006 INTRODUCTION (à l usage du professeur) : support théorique : Les théories de l imaginaire peuvent ici rejoindre les préoccupations didactiques. Il faut repartir de ce que Gilbert Durand (1) appelle le «paradoxe de l imaginaire en Occident», entre «un iconoclasme endémique» (Aristote et sa «redécouverte» au Moyen- Age, le Judaïsme, Saint Thomas d Aquin, Galilée, Descartes, l Empirisme, le Positivisme, Sartre ) et les «résistances de l imaginaire» (Platon, Saint François d Assise, l Humanisme, la Contre-Réforme, le Romantisme, le Symbolisme, le Surréalisme ). Par ailleurs, dans le dernier quart du XIXème siècle, la psychanalyse met en évidence les «psychologies des profondeurs» et donne ainsi un statut scientifique à l imaginaire. Si Sigmund Freud reste encore «associationniste» (liens entre les images mentales et le hasard ou la nécessité biologique), d autres chercheurs, Carl-Gustav Jung, Gaston Bachelard, Mircéa Eliade, Gilbert Durand, Edgar Morin et tous les centres de recherches sur l imaginaire qui poursuivent leurs travaux vont peu à peu dévoiler les relations complexes qui structurent les images 1 et permettre ainsi d inclure leur observation dans le champ de l anthropologie historique, sociale et culturelle. Cette nouvelle approche de l image symbolique, considérée comme une élaboration complexe qui prend en compte aussi bien les paramètres personnels que les influences extérieures, doit beaucoup à la systémique (ou science des systèmes) qui s est développée à partir des années soixante-dix en science autonome après un bouillonnement d une trentaine d années dans à peu près toutes les directions et surtout dans deux creusets : l un, d inspiration positiviste, constitué par la Théorie Générale des Systèmes (biologie théorique, économie, bio mathématique, physiologie, cybernétique) et l autre, plus constructiviste, issu des renouvellements de la psychologie (psychologie cognitive, sciences de la cognition, psychologie sociale, pragmatique de la communication, psychothérapie systémique : Gregory Bateson et l équipe de psychiatres de l école de Palo Alto). On doit à Edgar Morin, dès la parution du premier tome de La Méthode en 1977, d avoir entrepris la synthèse épistémologique et méthodologique qui permet de développer «une science des méthodes de modélisation systémique de la complexité». 2 1 Joël Thomas (sous la direction de), Introduction aux méthodologies de l imaginaire, Paris, Ellipses, Jean-Louis Le Moigne, «Science des Systèmes», in Encyclopaedia Universalis, 1990, tome 21, pages

2 Ainsi, l analyse de l image symbolique peut désormais se réclamer d un cadre théorique englobant dans lequel il convient de mettre en évidence trois notions : Celle d «émergence» qui permet de comprendre comment, à partir de deux composants connus, il est possible de faire surgir de nouvelles structures, de nouveaux «organismes» plus riches. Il est possible de dire la même chose dans le fonctionnement des apprentissages : en juxtaposant deux notions, ou deux idées, c est une création nouvelle qui se met en place, plus féconde encore. Celle de «clôture opérationnelle» d une structure vivante, capable d auto-organisation à l intérieur d elle-même, mais aussi de contacts avec l extérieur qui en modifient sans cesse la structure. Là aussi, nous retrouvons des liens avec les théories de l apprentissage. Dans un cerveau qui n est jamais vierge, les nouvelles notions acquises viennent se «connecter» aux savoirs et aux représentations existantes, mais vont, en même temps, modifier toute la structure antérieure pour que cette dernière puisse les intégrer 3. Il n y a donc pas de «connaissance» prédéterminée. Celle du «filtre» de nos représentations : de même qu il n existe pas de connaissance prédéterminée, il n existe pas, non plus, d objet de connaissance ayant des caractères préexistants, puisque seules les représentations que nous construisons sont, elles-mêmes, ces connaissances. C est la même idée que développe Joël Thomas quand il suggère que l image est un «lieutenant» du monde, c est à dire nous «tient lieu» de monde, faute de pouvoir appréhender directement le dit monde 4. De tout cela également, les théories de l apprentissage doivent tenir compte. Ce détour théorique n est pas sans conséquences. En effet, se retrouvent alors sur le même plan deux approches du monde : l une qui peut être intuitive, exprimée par des images regroupées en faisceaux de significations et qui traduisent instantanément une perception spontanée, et une autre, plus analytique, plus réfléchie, plus différée peut-être, mais qui n en est pas moins authentique. L homme antique a sans doute su, plus que nous-mêmes qui sommes imbibés de rationalisme, utiliser les deux. Une autre conséquence de la possibilité d envisager la systémique comme «supercadre» théorique des recherches sur l imaginaire, et plus généralement de l anthropologie, est l idée que, si chaque système est formé de «sous-systèmes», reliés entre eux, mais porteurs des mêmes constantes et des mêmes capacités d auto-organisation et de régulation que le système lui-même, l approche de quelques uns de ces «sous-systèmes» permet de percevoir l ensemble (FranciscoVarela) 5 dans une approche «holiste» («unitas multiplex»). Il est donc possible d appliquer cette hypothèse au mythe, ou à l étude des épopées homériques, en considérant qu un épisode peut, à lui seul, être un microcosme de la structure macroscopique tout en faisant partie de cette structure. 3 Voir en particulier les schémas proposés par Michel Develay, De l apprentissage à l enseignement, Paris, E.S.F. éditeur, 1992, pages 130 et ( Joël Thomas (sous la direction de), Introduction aux méthodologies op. cit. 5 Joël Thomas, l Imaginaire de l homme romain; Dualité et complexité, (à paraître), page73.

3 CHOIX D EXTRAITS Cette idée permet de penser que le choix des extraits à étudier par les élèves n est pas anodin et peut, déjà, donner une vue d ensemble de l œuvre et de ses structures profondes. Nous voici donc à la recherche d extraits qui pourraient être particulièrement riches et intéressants à commenter pour mettre en évidence de grandes lignes de force qui se retrouvent dans l œuvre intégrale. Joël Thomas a déjà tenté cette démarche pour l épisode de Charybde et Scylla dans l Odyssée 6 et dans l Énéide 7. Il a ainsi mis en évidence que les deux monstres symbolisent, dans les deux textes, les deux formes de danger auxquelles est confronté le héros (déchirure, mise en pièces // avalage, noyade) et représentent les deux régimes durandiens de l imaginaire (diurne // nocturne) et les deux structures opposées (héroïque // mystique). Entre ces deux monstres qui résument les autres dangers rencontrés sur la mer, le héros «tisse» son voyage. C est la troisième structure, celle qui relie les deux autres (nocturne synthétique). Sur le plan symbolique, cet épisode apparaît donc comme un «carrefour de sens». Nous proposons, quant à nous, de nous intéresser de la même façon à l épisode des Sirènes. En effet, ce passage, très court, peut être donné dans le texte grec, accompagné de trois ou quatre traductions différentes à comparer (page suivante extraite d un manuel de première). Chant XII, vers : ἀλλ ὅτε τόσσον ἀπῆμεν, ὅσον τε γέγωνε βοήσας, ῥίμϕα διώκοντες, τὰς δ οὐ λάϑεν ὠκύαλος νηῦς ἐγγύϑεν ὀρνυμένη, λιγυρὴν δ ἔντυνον ἀοιδήν δεῦρ ἄγ ἰών, πολύαιν Ὀδυσεῦ, μέγα κῦδος Ἀχαιῶν, νῆα κατάστησον, ἵνα νωϊτέρην ὄπ ἀκούσῃς. οὐ γάρ πώ τις τῇδε παρήλασε νηῒ μελαίνῃ, πρίν γ ἡμέων μελίγηρυν ἀπὸ στομάτων ὄπ ἀκοῦσαι, ἀλλ ὅ γε τερψάμενος νεῖται καὶ πλείονα εἰδώς. ἴδμεν γάρ τοι πάνϑ, ὅσ ἐνὶ Τροίῃ εὐρείῃ Ἀργεῖοι Τρῶές τε ϑεῶν ἰότητι μόγησαν, ἴδμεν δ ὅσσα γένηται ἐπὶ χϑονὶ πουλυβοτείρῃ. ὣς ϕάσαν ἱεῖσαι ὄπα κάλλιμον αὐτὰρ ἐμὸν κῆρ ἤϑελ ἀκουέμεναι, λῦσαί τ ἐκέλευον ἑταίρους ὀϕρύσι νευστάζων οἱ δὲ προπεσόντες ἔρεσσον. αὐτίκα δ ἀνστάντες Περιμήδης Εὐρύλοχός τε πλείοσί μ ἐν δεσμοῖσι δέον μᾶλλόν τε πίεζον. 6 Joël Thomas, «L imaginaire romain» in Ch. M. Ternes (sous la direction de), Ancient Roman Mosaics, Linden, Luxembourg, Joël Thomas, L imaginaire de l homme romain op. cit. page 80.

4 D une langue à l autre Ulysse attaché au mât du navire, V s. av. J.-C. (British Museum, Londres) 1. Akhaiens : Grecs 2. Compagnons d Ulysse «V i e n s, U l y s s e f a m e u x» HOMERE, L Odyssée, éd. La Découverte & Syros Montage des pages du manuel : Avérinos, Labouret, Prat, Français 1, Paris, Bordas, 2001.

5 COMMENTAIRE Les élèves voient vite ce qui différencie les traductions proposées par ce manuel. En répondant à la première question, ils constatent combien celle de Leconte de Lisle est archaïsante au niveau des noms propres (Seirènes, Akhaiens, Odysseus, Troiè), alors que Victor Bérard prend soin de restituer ces noms dans leur traduction la plus connue (Sirènes, Achaïe, Ulysse, Troie) et que Philippe Jaccottet remplace même les Achéens par les Grecs. Mais cette modernisation des noms n est pas la seule caractéristique (question deux) : Leconte de Lisle n hésite pas à bouleverser la syntaxe et à simplifier le texte. Prenons par exemple le vers 187 : Leconte de Lisle : «sans écouter notre douce voix» Victor Berard : «sans ouïr les doux airs qui sortent de nos lèvres» Philippe Jaccottet : «sans écouter de notre bouche de doux chants» On voit bien comment les doux chants («à la douceur du miel» dit littéralement le texte) qui sortent de la bouche des Sirènes ont été raccourcis en une formule plus synthétique et inexacte : «notre douce voix». C est cette liberté prise avec le texte qui a valu à la traduction de Leconte de Lisle (comme à d autres de la même époque) le surnom de «belle infidèle». L infidélité est aussi dans le passage du vers à la prose. Leconte de Lisle ne se préoccupe pas de rythme ; Victor Bérard en tient compte au contraire en écrivant en alexandrins blancs, ce qui donne à son texte un balancement régulier qui se rapproche d une poésie épique, toutes proportions gardées car le vers grec est cadencé dans une alternance savante de syllabes brèves et longues qu on ne peut rendre en français. Mais il présente ces vers en prose, la préoccupation du rythme l obligeant à bouleverser l ordre des mots grecs, à être parfois «à cheval» sur plusieurs vers, à rallonger le texte. Ainsi les vers , qui sont bien au nombre de trois chez Philippe Jaccottet, lequel garde, autant que faire se peut, la succession des vers homériques mais alterne, selon les besoins de sa traduction, des vers libres de 12 ou 14 syllabes, s étirent sur quatre alexandrins blancs chez Victor Bérard : Philippe Jaccottet : «Mais, quand on s en trouva à la porté du cri, (alexandrin) passant en toute hâte, ce navire bondissant (14 syllabes) ne leur échappa point, qui entonnèrent un chant clair.» (14 syllabes). Victor Bérard : «Le navire est enfin à portée de la voix. (1) Nous passons en vitesse. Mais les sirènes voient (2) ce rapide navir(e) qui bondit tout près d elles (3). Soudain leurs fraîches voix entonnent un cantique (4).» Se pose ainsi très rapidement le problème de toute traduction : pour passer d une langue à l autre, le texte initial est toujours transposé, plus ou moins selon le projet du traducteur, les

6 goûts de ses lecteurs, des critères esthétiques ; on se remémorera sans doute le célèbre «traduttore, traditore», pour démontrer que toute traduction est donc, de fait, une réécriture. C est tellement vrai que certains auteurs, familiers de deux langues, «traduisent» eux-mêmes leurs textes. Pour rester dans la littérature grecque, moderne cette fois, nous citerons comme exemple Nikos Kazantzaki qui a inséré sa propre traduction de son texte grec Ascèse, dans son roman écrit en français : Le Jardin des Rochers. Ce dernier exemple ouvre un autre le problème : le passage d un genre à un autre. Ascèse est un essai philosophique inséré bien plus tard dans une œuvre romanesque. Pour l Odyssée d Homère, les traductions en prose, et surtout les adaptations, induisent aussi, insensiblement, un glissement générique. A force de ne lire que les «Récits chez Alkinoos» dans une adaptation de plus en plus loin du texte d origine, le lecteur finit par les considérer comme des aventures romanesques qui ont perdu leur valeur exemplaire. L échelle des valeurs véhiculées par le texte change aussi d une adaptation à l autre : les valeurs épiques qu ont partagées les auditeurs de l aède n ont plus cours, ou du moins se sont transformées en se déclinant différemment. Ainsi, les lecteurs modernes trouvent terriblement cruelle la vengeance d Ulysse envers les prétendants et les servantes infidèles dont le texte homérique, pourtant, souligne maintes fois l impiété, la démesure et la désobéissance aux signes divins, impardonnables pour un grec antique. Les versions modernes et les manuels omettent ou écourtent généralement ces passages. Au delà des genres, les textes fondateurs peuvent glisser vers d autres «arts» : peintures de vase, tableaux, sculptures, cinéma, dessins animés La notion de réécriture s élargit encore pour observer comment d un art à l autre, les différentes techniques permettent (ou ne permettent pas) de traduire les paroles, les pensées, les sentiments, les émotions Il reste maintenant à tenter de répondre à la dernière question proposée aux lycéens sur la signification de l épisode et son «symbolisme». Il semble possible alors de souligner aussi que ces voix féminines sont à mettre en rapport avec les femmes tentatrices qui ont croisé la route d Ulysse (voir fiche n 6c ci-dessous : «Une scène répétée quatre fois dans le texte»). Transposition didactique : L épisode des Sirènes, ici présenté dans un manuel de première, peut aussi être expliqué en classe de sixième (texte au programme). C est bien là toute la difficulté de la transposition didactique : - dès la sixième, un travail simple sur une comparaison de traductions prépare la notion de réécriture ; des exercices qui consistent à raconter des épisodes odysséens ou à en inventer en respectant des contraintes préparent déjà à l écriture d invention. - de la sixième à la terminale, la construction du sens d un texte peut se faire à différents niveaux avec les mêmes objectifs que le professeur saura adapter en fonction de son public : l exploration des différentes couches textuelles n est pas le propre d un seul niveau de classe. Le professeur adapte son discours et sa maïeutique à sa classe, mais, entre la sixième et la première, le texte doit garder, dans le cadre d une transposition didactique intelligente, les mêmes

7 résonances. C est ainsi que la lecture analytique se met progressivement en place. En revanche, une seule voie (et voix) d interprétation est réductrice, même pour un élève de sixième qui est capable de percevoir, avec ses mots et à condition que le professeur lui donne des clés à son niveau, des nuances plus subtiles que le «merveilleux épique» qui n est que l une des couches superficielles du palimpseste homérique (cf. Gérard Genette, Palimpsestes, La Littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982). C est ainsi qu un texte aussi éloigné de nous, comme peut l être l Odyssée d Homère, devient passionnant à étudier avec des élèves, même si le professeur n est pas un spécialiste de littérature grecque. Nos élèves repartiront alors, comme l Ulysse antique, «plus riches en savoir» (Victor Bérard) ou «lourds d un plus lourd trésor de science» (Philippe Jaccottet). C est ainsi que le professeur prépare ses élèves, du début à la fin du cursus scolaire secondaire, dans le cadre de l apprentissage de la lecture comme dans celui de l objet d étude «Les réécritures», au difficile exercice de l écriture d invention du baccalauréat, qui, avec des contraintes précises, n est pas autre chose qu une modulation à partir d un texte de base que nous pouvons aussi, un peu abusivement, qualifier de fondateur. Ce «commentaire» d une comparaison de traductions est extrait et adapté du rapport de l épreuve professionnelle du CAPES externe de lettres modernes 2006, rédigé par Mary Sanchiz et Marie-Françoise Berrendoner.

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre :

Deux exemples de paragraphes, donnés en contre-point l un de l autre : Un exemple d utilisation des TICE en classe : Correction de devoir appuyée sur la projection au TBI de paragraphes écrits par les élèves. Outils informatiques utilisés : - ordinateur et scanner à la maison

Plus en détail

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef)

Unité centrale de la formation des cadres. Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Centres régionaux des métiers d éducation et de formation (Crmef) Programme du concours d accès au cycle de préparation à l Agrégation de français 1 1: Introduction générale Les épreuves du concours d

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT DU FRANçAIS AU COLLÈGE ET AU LYCÉE

L ENSEIGNEMENT DU FRANçAIS AU COLLÈGE ET AU LYCÉE L ENSEIGNEMENT DU FRANçAIS AU COLLÈGE ET AU LYCÉE Les tableaux ci-dessous ont été élaborés en regroupant dans un cadre commun de présentation les éléments constitutifs des programmes des lycées et des

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

PROGRAMME PROJET CPGE

PROGRAMME PROJET CPGE M. Le Monze 2012-2013 PROGRAMME PROJET CPGE NIVEAU PREMIERE Axes : 1. Présentation des CPGE et de leurs débouchés 2. Méthodes de travail au lycée et dans ces classes 3. Les caractéristiques et problématiques

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

L EMPLOI DU TEMPS. Le mot "rituel" évoque la régularité, la réitération, le rythme, il est destiné à favoriser :

L EMPLOI DU TEMPS. Le mot rituel évoque la régularité, la réitération, le rythme, il est destiné à favoriser : L EMPLOI DU TEMPS A. Introduction D'après le petit Larousse, un rituel est un ensemble de comportements codifiés, fondés sur la croyance en l'efficacité constamment accrue de leurs effets, grâce à leur

Plus en détail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail La méthode de travail efficace Pour réussir ses études, il faut avant tout une bonne stratégie d apprentissage en organisant très méthodiquement sa façon d apprendre. Organiser un planning de travail La

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs

à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Une nouvelle collection de livres faciles à lire et à comprendre à destination de lecteurs de 10 ans et + souffrant de troubles cognitifs Les éditions François Baudez ont créé une collection «facile à

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Présentation de la leçon

Présentation de la leçon Branche : Eveil historique Sujet : Histoire de l écriture Situation de la leçon dans le programme : 734 p.143, 750 p.145 Compétences : 734 : Analyser de nombreux documents historiques ou autres et s entraîner

Plus en détail

PROGRAMME DE LATIN. Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général du Conseil Supérieur. Réf. : 97-D-224-fr-2 Orig.

PROGRAMME DE LATIN. Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général du Conseil Supérieur. Réf. : 97-D-224-fr-2 Orig. Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général du Conseil Supérieur Unité pédagogique Réf. : 97-D-224-fr-2 Orig. : FR Version : FR PROGRAMME DE LATIN Approuvé par le Conseil supérieur lors de sa réunion

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE

LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE I.U.T Nice Côte d Azur Dépt. T.C. Cannes Année 2008 2009. STAGE PREVU DU 14 au 28 JANVIER 2009 LE RAPPORT DE STAGE DE PREMIERE ANNEE Le stage de première année, d une durée de deux semaines, est l occasion

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L LE BADEZET Eva Master 1. Information/Communication PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L école de Palo Alto Année universitaire 2009 / 2010 Semestre 1 2 L école de Palo Alto, petite ville de Californie située

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Licence Culture humaniste et scientifique

Licence Culture humaniste et scientifique Licence Culture humaniste et scientifique Objectifs de la formation La licence Culture humaniste et scientifique est une formation à l interdisciplinarité. Son objectif n est pas de juxtaposer des disciplines,

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

E Projet d écriture FLA 20-2. Texte analytique : Mon robot a des puces. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

E Projet d écriture FLA 20-2. Texte analytique : Mon robot a des puces. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE E Projet d écriture Texte analytique : Mon robot a des puces FLA 20-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : D Mon robot favori Lecture E Mon robot a des

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS en LATIN & GREC HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES 1999 Table des matières. Préliminaires. Compétences terminales. Définition

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois «Réaliser un dépliant touristique des Enfers» Angélique Voisin (Lettres Modernes) Jean-Pierre Carrel (Histoire) I Caractéristiques de l'activité Disciplines

Plus en détail

Petit bréviaire des idées reçues en management

Petit bréviaire des idées reçues en management CriM Sous la direction d Anne Pezet et de Samuel Sponem Petit bréviaire des idées reçues en management Logo 3 Remerciements. Nous aimerions remercier ici tout particulièrement Alain Burlaud et Bernard

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» La traduction littéraire : qualité et formation.

FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» La traduction littéraire : qualité et formation. FESTIVAL des LANGUES LILLE 20 mars 2010 Table ronde «La langue de l Europe, c est la traduction» Françoise WUILMART Fondatrice et directrice du Centre européen de traduction littéraire (CETL) et du Collège

Plus en détail

Programme : 300.11 - Sciences humaines & Musique

Programme : 300.11 - Sciences humaines & Musique Programme : 300.11 - Sciences & Musique Cheminement 1 en mathématiques : Cheminement à quatre cours de mathématiques. Ce parcours donne accès aux facultés de commerce, de finance et de gestion. Cheminement

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

ELEMENTS DE LINGUISTIQUE ET DE CULTURE LATINES ELEMENTS DE LINGUISTIQUE ET DE CULTURE GRECQUES 7/5048

ELEMENTS DE LINGUISTIQUE ET DE CULTURE LATINES ELEMENTS DE LINGUISTIQUE ET DE CULTURE GRECQUES 7/5048 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE Administration Générale de l Enseignement et de la Recherche Scientifique Service général des Affaires pédagogiques, de la Recherche

Plus en détail

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer

Nous vous recommandons donc fortement de bien étudier les spécifi cités des épreuves que vous souhaitez passer Nous allons vous présenter une méthode générale pour les épreuves avec dossier. Cette méthode concerne les 5 épreuves suivantes : L épreuve de synthèse de textes de l EDHEC (Concours Admission sur Titre

Plus en détail

Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille»

Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille» Vestiges de JV9 : Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 1 : «L union de Gyptis et de Prôtis, le mythe de la fondation de Marseille» Vers 600 avant J-C, des Grecs d Asie Mineure, actuellement

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique arrêté du 6 décembre 2012 série sciences et technologies du management et de la gestion STMG nom de l'élève prénoms date de naissance nom et

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Code UE Intitulé UE Crédits ECTS UE11 UE12 UE13 Littérature française et littérature comparée, linguistique 9

Code UE Intitulé UE Crédits ECTS UE11 UE12 UE13 Littérature française et littérature comparée, linguistique 9 UE11 UE12 UE13 Littérature française et littérature comparée, linguistique 9 Jeanne Pailler A ALL Lettres modernes Tous L1 1 1 B ALL LLCER Tous L1 1 3 C SHS Histoire Tous L1 1 3 Roman, thèmes, mythes,

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset)

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) Elle porte sur la II éme partie du programme, plus précisément

Plus en détail

Enseigner aux enfants et aux adolescents

Enseigner aux enfants et aux adolescents UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Enseigner aux enfants et aux adolescents Maitriser les approches et développer des contenus adaptés aux jeunes publics

Plus en détail

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching?

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Le coaching peut encore être considéré comme une toute nouvelle profession. Son développement incroyable, depuis maintenant quinze ans, en fait le nouveau

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p.

Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2014, 406 p. Séminaire d Actualité de la Recherche Historique (21 janvier 2015) - F. Mercier Université Rennes 2 Etienne ANHEIM, Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIV e siècle, Publications de la Sorbonne,

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base

Faculté des lettres. Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAIS MODERNE. Discipline de base Faculté des lettres Baccalauréat universitaire ès Lettres (BA) Plan d'études détaillé en FRANÇAI MODERNE Discipline de base Version du 14 août 2013 (entrée en vigueur le 17 septembre 2013) Le programme

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1

chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 L ABSTRACTION chez des élèves avec Trouble du Spectre Autistique 1 Sandrine Marois, enseignante et personne ressource ASH lycée, juillet 2014 Ce qu est l abstraction et ce qu elle n est pas L abstraction

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Programme de philosophie en classe de Terminale L

Programme de philosophie en classe de Terminale L Source : Bulletin officiel n 25 du 19 juin 2003 I - Présentation Programme de philosophie en classe de Terminale L I.1 L enseignement de la philosophie en classes terminales a pour objectif de favoriser

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Créer un blog. Objectifs

Créer un blog. Objectifs Créer un blog Objectifs - Initier à la publication en ligne d un journal multimédia (textes, sons et images) - Développer des comportements plus critiques quant à l usage d Internet - Responsabiliser les

Plus en détail

Techniques physiques

Techniques physiques Techniques physiques Grille 2007-2008 241.DO Technologie de maintenance industrielle Périodes / semaine ATTEINTE DE COMPÉTENCES PREMIÈRE SESSION 0064 ( c ) G 109-103-02 Santé et éducation physique 1 1

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

La collection J apprends les maths Quelques points-clés

La collection J apprends les maths Quelques points-clés La collection J apprends les maths Quelques points-clés Sommaire Distinguer les compétences numériques quotidiennes et les compétences scolaires Conceptualiser, c est pour l essentiel accéder à la conviction

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

La mythologie : Orphée

La mythologie : Orphée Mise en CYCLE 3 CM1-CM2 œuvre AUTOUR D'UN THÈME CYCLE La mythologie : Orphée Littérature, Arts visuels Année scolaire 2012-2013 Période 1, Cycle 3 CM1-CM2. Travail réalisé à l école J. Prévert de Guéret

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail