BANQUES EUROPÉENNES. FINANCES ET INDUSTRIE AU MOYEN-ORIENT (I)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1870-1914 BANQUES EUROPÉENNES. FINANCES ET INDUSTRIE AU MOYEN-ORIENT (I)"

Transcription

1 BANQUES EUROPÉENNES. FINANCES ET INDUSTRIE AU MOYEN-ORIENT (I) JACQUES THOBIE Les règles du genre impliquant des choix drastiques, nous ne pourrons ici qu insister sur quelques points qui me paraissent les plus saillants et les plus originaux dans l action des banques étrangères dans l aire moyen-orientale. La démarche de base de cette présentation repose sur une constatation: l intervention des banques européennes dans l Empire ottoman, en Egypte en Perse, met nécessairement et intimement en cause deux processus, l un de technique financière et économique, l autre d ordre politique. La naissance et le développement de l action proprement financière des établissements de crédit anglais, français, belges, suisse, néerlandais, puis autrichiens, allemands, italiens, russes, se situent à des périodes où se mettent en place, en Europe même, des établissements bancaires qui tentent de s adapter aux besoins nouveaux du développement du capitalisme industriel. Ces activités s effectueront, en Méditerranée orientale sous des formes diverses: intervention des banques métropolitaines sans installation permanente dans la région, création d agences sur place, fondation d établissements de crédit dont les dénominations locales ne doivent pas égarer et qui sont contrôlés par des capitaux européens. La nature des opérations, sur la base de la recherche du profit et de sa sécurité, ira en se diversifiant: établissement et contrôle de la stabilité monétaire, opérations de change, crédit commercial, avances diverses, direction et participation aux syndicats des emprunts d Etat, engagement industriel. Toutefois et en même temps, les difficultés économiques et financières de ces pays peu développés, les vertus de leur position stratégique sont telles, que ces opérations bancaires en viennent à sous-tendre des stratégies politicoéconomiques plus ou moins élaborées, voient s affirmer, en dépit de quelques tentatives de coopération économico-financières internationales, le renforcement des groupes nationaux, mettent en cause, à travers les ententes et les conflits interimpérialistes l histoire des relations internationales, et dessinent, en définitive, le partage de la région en zones d influence ou d occupation pure et simple. Ce complexe processus, que l on voit fonctionner avec efficacité lors des règlements des dettes ottomans et égyptiennes à la fin des années 1870, Par commodité, nous faisons comme si l Egypte n était pas dans l Empire ottoman.

2 Jacques Thobie atteindra, secoué par de redoutables contradictions, un haut degré de sophistication à la veille de la Grand Guerre. BANQUES EUROPÉENES ET BANQUEROUTES OTTOMANES ET EGYPTYENNES ( ) Les banqueroutes ottomans de , et égyptiennes de 1875, constituent, pour comprendre les activités, au Moyen-Orient, des anciens et nouveaux banquiers européens, un excellent laboratoire. La rencontre organisée de l accumulation du capital, d abord en Angleterre, en France, dans l Europe du nord-ouest, et des besoins chroniques des souverains aux abois, conduisent les emprunteurs à un état de cessation de paiement qui va permettre aux créanciers, tout en assainissant la situation financière, d accentuer leur contrôle sur les finances locales, et aux gouvernements anglais et français d approfondir la dépendance ottomane et égyptienne. Un processus analogue, quelques nuances mises à part, se produit en Perse. Les banquiers de Londres et de Paris sont très largement responsables de l engouement des épargnants anglais et français pour les valeurs à turban. En se qui concerne l Empire ottoman, 17 emprunts d Etat ou assimilés sont lancés entre 1854 et 1877 (23 ans) et produisent 3,21 milliards de F. effectifs (nominal 5,3 milliards). Ils sont placés essentiellement sur les marchés de Londres (30 %) et de Paris (40 %) 1. Il était nécessaire, pour faire face à ce processus de prêts à jet continu, leur assurer un minimum de sécurité et en tirer le meilleur profit, de mettre en place une infrastructure bancaire. Soulignons d abord la naissance, en 1863, de la Banque Impériale Ottomane (B.I.O.), par adjunction au groupe anglais de l Ottoman Bank fondée en 1856 (T. Bruce, Pascal du Pré Grenfell, L. M. Rate, W. R. Drake, John Stewart) d un groupe français qui apporte 50 % du capital de la nouvelle banque; ce groupe réunit d éminents membres de la haute banque (Hottinger, Fould, Pillet-Will, Mallet, Seillère) et des représentants des nouveaux établissements de crédit, le Comptoir d Escompte de Paris (H. Biesta) et le Crédit Mobilier (Isaac et Emile Pereire). Cette dualité dans le capital se retrouve dans le fonctionnement: la banque est dirigée par les comités de Londres et de Paris, un émanation de ces 1 Au moment de l enregistrement des titres, durant les opérations de conversion, après la banqueroute, on obtient les résultats suivants, en pourcentage: France..40 Turquie.7,93 Pays-Bas..7,59 Italie..2,62 Angleterre 29 Belgique 7,20 Allemagne...4,70 Autriche-Hongrie...0,96 Source: Archives de la Dette, P.V. 1301, année

3 Banques européennes. Finances et industrie au Moyen - Orient (I) deux comités constituant l administration courante à Constantinople 2. Caractéristique essentielle, la B.I.O. est à la fois banque privée franco-anglaise et banque d Etat à Constantinople. Les autorités ottomanes comptent sur ce groupe bancaire solide pour pourvoir aux besoins momentanés du Trésor, réparer le désordre monétaire, servir de trait d union entre elles-mêmes et les capitaux étrangers. La Banque obtient le privilège de l émission du papier monnaie et est chargée, à Constantinople, de toutes les opérations de trésorerie du gouvernement, contre l obligation de faire certaines avances à l Etat. Sans en obtenir le monopole, la B.I.O. jouit, pour tout ce qui concerne le service des emprunts à l étranger, d une situation privilégiée. Cet organisme vient à son heure: il rasure les futurs créanciers en garantissant la sécurité du placement; il est bien placé pour retirer de cette situation le maximum de profits. Ainsi que devait le déclarer le président T. Bruce, la position de la banque est sans exemple dans l histoire des compagnies indépendantes ou des institutions financières du monde. 3 Cette banque ne reste pas longtemps seule. Pour profiter de la manne, plusieurs établissements de crédit naissent alors de la rencontre entre capitaux d origine européenne et capitaux d origine locale, les banquiers dits de Galata. Citons, côté franco-anglais, la Société Générale de l Empire Ottoman (1864), le Crédit Général Ottoman (1869), création de la Société Générale de Paris, la banque de Constantinople, la Société Ottomane de Change et de Valeurs (1872); en 1875, le Crédit Lyonnais ouvre, dans la capitale ottomane, une agence destine à une bel avenir. Le repli de marché de Paris après la guerre de fait de Vienne, pendant un cours moment, un centre de spéculation sur les valeurs ottomanes, entraînant la création de la Banque Austro-Ottomane et de la Banque Austro-Turque (1871) dont l existence sera éphémère. A travers les syndicats d achat et de placement, les banques se contentent le plus souvent de se faire les intermédiaires entre l épargnant et l emprunteur: il s agit essentiellement de faire de l argent avec de l argent, de tirer de l opération, commissions et intérêts. Les conditions sont particulièrement avantageuses 4, les commissions encaissées se situant entre 10 et 12 % des sommes effectivement drainées. Les 2,64 milliards de F. (produit de la prise ferme) réellement acquis au gouvernement ottoman ont été engloutis dans 2 Pour plus de détails sur la B.I.O., voir J. Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l Empire ottoman, notamment pp. 81 et suiv. 3 Assemblée Générale extraordinaire du Archives de la B.I.O. à Istambul, comptesrendus des A.G. 4 Emis généralement à 6 % et très en dessous du pair, ces emprunts ont un rendement reel oscillant entre 8,5 et 11 % à l émission, mais la choute souvent importante de ces titres en Bourse permet parfois d atteindre un intérêt réel supérieur à 20 %. Ces chiffres illustrent, du reste, la fragilité du crédit ottoman. 179

4 Jacques Thobie des dépenses essentiellement improductives: remise en ordre militaire après la guerre de Crimée, retrait du papier-monnaie, conversion de la dette extérieure, réduction partielle de la dette flottante, paiement des dépenses imposées par l insurrection de Crête; les derniers emprunts ont uniquement servi à boucher les trous du budget et à assurer le service de la dette. 5. Une telle gestion financière ne pouvait conduire qu à la banqueroute. Essentiellement, de même nature, le schéma égyptien présente quelques caractéristiques particulières. Le mirage oriental fonctionne bien en Egypte, tant à Paris, où existe une solide tradition, qu à Londres. Les années 1860 inaugurent une période nouvelle avec les emprunts khédiviens et le creusement du canal de Suez. Emprunts et avances se succèdent et s accumulent: entre 1862 et 1873 (11 ans), huit emprunts d Etat drainent, dans les conditions comparables à celles de l Ottoman, 1,3 milliards de F (nominal 1,71), à quoi il faut ajouter 500 à 600 millions de dette flottante. C est d abord la haute banque qui entre en scène, française avec E. Dervieu, négociant devenu l intime de Khédive 6, anglaise avec la maison Frühling et Goschen, cosmopolite avec les Oppenheim de Cologne, de Paris, d Alexandrie; banques d affaires et de dépôt viennent ensuite à la rescousse, la B.I.O. qui installe, en 1867, sa première agence à Alexandrie, la Société Générale, le Comptoir d Escompte de Paris 7 et des Pays-Bas (Paribas), le Crédit Lyonnais, qui ouvre en 1875, une agence à Alexandrie 8, et enfin le Crédit Foncier. Puis, naissent, sur place, à côte de la Bank of Egypt (1856), aux capitaux anglais, l Anglo-Egyptian Bank (1864), la Banque Austro-Egyptienne (1869) et la Banque Franco-Egyptienne (1870). En dépit de son sigle, l Anglo-Egyptian Bank est dirigée par un groupe français 5 Si l on excepté l emprunt à primes de 1870, consacré aux travaux de chemins de fer en Turquie d Europe (9 % du total), aucune parcelle de ces emprunts ne fut investie dans l économie ottomane. 6 Voir D.S. Landes, Bankers and Pashas. International Finance in Egypt in the 1860 S, Harvard, W. Miller, Qui doit liquider, en 1873, l agence qu il avait ouverte à Alexandrie en J. Bouvier, le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882, EPHE, Paris, 1961, T.2, pp

5 Banques européennes. Finances et industrie au Moyen - Orient (I) animé par J.B.Pastré, gros négociant marseillais, fondateur de la Société Marseillaise de Crédit. Lorsqu à partir de 1873, le Khédive ne vit plus que d avances, l Anglo-Egyptian les achète avec empressement pour les revendre, par l intermédiaire du Crédit Foncier dirigé par A. de Soubeyran. En privant le Khédive de toute possibilité de lancer un emprunt de consolidation, la banqueroute égyptienne inéluctable. La recherché d une solution transactionnelle aux banqueroutes ottomane et égyptienne suppose un règlement international qui s élabore à deux niveaux intimement imbriqués. Les banques jouent un rôle capital dans un premier temps, qui part de la sauvegarde des intérêts immédiats des créanciers menaces: c est la grande bataille, tant pour l Ottoman que pour l Égyptien, entre les tenants du flottant et les tenants du consolidé ; les établissements français sont beaucoup plus impliqués dans les avances, les dettes flottantes, que dans le consolidé qui intéresse plutôt, sinon les banquiers, du moins les porteurs anglais. D où la présentation de projets fort différents qui, après l intervention active des diplomaties respectives, tendent vers un indispensable compromise. Le deuxième niveau met plus encore en connivence gouvernements et financiers: il s agit de faire en sorte que les Etats débiteurs ne puissent plus échapper à leurs obligations, en agissant directement dans ces pays pour s assurer le produit des gages, grâce à un contrôle plus ou moins sophistiqué de leur fiscalité et de leur budget. C est la condition nécessaire à la reprise de nouveaux emprunts, et l aggravation d un processus qui porte gravement atteinte à la souveraineté de ces pays. Si le rachat par Disraëli, grâce aux bons offices de Lionel de Rothschild, des actions Suez d Ismaïl, ne provoque pas de remous sensibles à Paris 9, d importantes divergences se font jour entre les projets français et anglais de règlement de la dette égyptienne. La solution préconisée par le Comptoir d Escompte, actionné par le duc Decazes et de Soubeyran, provoque de telles protestations anglaises 10 que des conversations s engagent et aboutissent au compromis du 18 Novembre 1876, mettant en place un condominion francoanglais: fractionnement et diminution de la dette, confirmation de la Caisse de la 9 Ni le gouvernement français, ni le Crédit Foncier ne s y sont opposes: Decazes ne voulait pas déplaire à Londres, seul compagnon un peu amical dans l isolement où il se trouvait, et le Crédit Foncier, qui se préparait à utiliser les actions de Suez du Khédive en garantie d une operation financière, s opposait au projet Dervieu-Société Générale de rachat de ces mêmes actions. Le Crédit Lyonnais et de Lesseps se déclarent satisfaits de la sécurité apportée par le rachat britannique. Et J. Bouvier écrit avec raison: A Paris comme à Londres, les gouvernements et les banquiers avaient amorcé une collaboration décisive. Les intérêts financiers devenaient d un coup l élément principal de la grande politique. Les intérêts financiers et la question d Egypte , dans Revue Historique, 1960, pp La dette est trop élevée et le flottant trop avantagé. 181

6 Jacques Thobie dette publique contrôlée par 4 commissaires (anglais, français italien et autrichien), création d une Co,mission de la Dette publique (2 Anglais, 2 Français, 2 Egyptiens) 11, nomination de deux contrôleurs généraux, un Français et un Anglais, chargés de droits étendus dans l administration financière. Gouvernements et groupes bancaires anglais et français montrer enfin un accord fondamental pour la destitution d Ismaïl, remplacé par son fils Tewfik, en 1879, et pour la promulgation de la loi de liquidation du 31 Décembre 1880, qui prétend assurer une solution durable de la dette égyptienne en allégeant la charge du Trésor. Accablé par les désastres financiers et militaires, Abdul Hamid prend, dans le traité de Berlin, un engagement qui se concrétise dans le décret de Mouharrem du 20 Décembre La B.I.O. joue un rôle de premier plan dans la mise en place de l Administration de la Dette publique ottomane qui gèrera désormais l ancienne dette turque, réduite pratiquement aux sommes réellement mises à la disposition du Trésor ottoman. Pour assurer le service de cette dette, le gouvernement doit concéder certains revenus, notamment ceux du monopole du tabac, du sel, du timbre, de la soie. Le Conseil de la Dette comprend 7 délégués (1 Anglais, 1 Français, 1 Allemand, 1 Italien, 1 Austro-Hongrois, 1 Ottoman et un représentant de la B.I.O.) et la présidence annuelle est alternative franco-anglaise. Voici donc mises en place, au Caire et à Constantinople -comme naguère à Tunis- des organismes cosmopolites dotés d importants pouvoirs. Le crédit de la Turquie et de l Egypte sort, à terme, renforcé de ces opérations, qui devraient faciliter l obtention d emprunts nouveaux à des conditions plus raisonnables que dans la précédente période. Cependant, ce renforcement va de pair avec la main-mise de l étranger sur la gestion d une partie importante de leurs ressources. L Administration de la Dette, épaulée par la B.I.O., contrôle directement 25 à 30 % des ressources de l Empire; les finances égyptiennes et ottomanes sont désormais sous surveillance. De plus, les nouvelles institutions jouent un rôle politique non inscrit dans les textes mais découlant de leur existence même: à cet égard, groupes bancaires et gouvernements anglais et français sont les vrais meneurs de jeu à Constantinople et à Caire. Cette Administration et autre Caisse sont typiques de la façon dont l exportation de capitaux secrète des institutions qui constituent un atout nouveau pour le renforcement de l intervention étrangère. Mais les destinées de l Empire et de l Egypte seront quelque peu différentes. Si, pour des raisons qu il ne peut être question d évoquer ici, les ambitions impérialistes concurrentes se neutralisent à Constantinople, 11 Cette Commission est chargée d administrer le chemin de fer et le port d Alexandrie dont les revenues sont affectés à la dette privilégiée. 182

7 Banques européennes. Finances et industrie au Moyen - Orient (I) ménageant ainsi à l Empire un maintien en survie, c est à l occupation par les armées britanniques et à l écrasement du mouvement national qu on aboutit en Egypte. Reste à répondre à la question de savoir pourquoi, en 1882, la France refuse d intervenir aux côtés des Anglais. Ici encore, intérêts financiers et pouvoir politique marchent la main dans la main. Le gouvernement français, occupé du côté de Tunis, et soucieux des réactions berlinoises, n a pas de projet impérialiste en Egypte, mais seulement des intérêts: Je dis à ceux qui m interrogent: nous n avons d autres intérêts en Egypte que celui d être payé exactement, écrit le consul de Michels à Decazes, dès avril Conjointement, dans la période , le Crédit Foncier a pu liquider favorablement une large part de ces engagements égyptiens, tout en assurant l avenir pour le reste de sa créance; et lorsqu aura éclaté, à Paris, en Janvier 1882, la crise boursiére, les divers groupes français seront entièrement paralysés 12. Au demeurant, les milieux d affaires parisiens considèrent l installation des Anglais comme un élément d ordre, confirmé par la remontée en Bourse des valeurs égyptiennes, et notamment du Suez. BANQUES EUROPÉENES ET STABILITE MONETAIRE AU MOYEN-ORIENT Il est intéressant, sur deux exemples, d évoquer les attitudes adoptées par des banques à capitaux européens, jouant le rôle de banque d Etat, pour mettre une certaine cohérence dans la circulation monétaire, régulariser le cours des changes et assurer ainsi une sécurité aux activités des banques étrangères. 12 J. Bouvier, art. cite, p

8 Jacques Thobie Dans l Empire Ottoman, les difficultés liées à une circulation monétaire passablement compliquée, la baisse du métal-argent, les frappes frauduleuses, l abandon à l étranger de l étalon-argent, aboutissent à donner à l or une prime d environ 8 % en A l instigation de la B.I.O., un décret de 1880 précise que l unité monétaire est la L.T.-or, et crée, de fait, trois cours différents pour le méjidié-argent 13. Ainsi se met en place un système bivalent, une double circulation, or et argent, sur la base de l étalon-or (circuit capitaliste ouvert sur l extérieur), l argent variant, tel une marchandise (échanges internes traditionnels), en fonction de l offre et de la demande. L on constate que, malgré une frappe soutenue de nouvelles pièces d or, la masse monétaire stagne (thésaurisation), alors que la banque use avec une grande prudence de son privilège d émission du papier monnaie. Ce malthusianisme-renforcé encore par les effets cuisants de la crise spéculative de s explique par le fait que la banque n a nul besoin d une augmentation de la circulation monétaire or, ou sur la base d or, dans la mesure où elle contrôle également le marché des monnaies d argent, et en détermine le cours. Ce système dualiste se maintiendra pendant trente ans pour deux raisons. D abord, ce système est source de profits pour tous ceux qui, à l intérieur de l Empire, sont partie prenante dans le mouvement monétaire capitaliste fondé sur le Goldstandard, au détriment de ceux qui s adonnent aux échanges locaux ou régionaux sur la base de la monnaie d argent; d autres part, ce système favorise, tant à l intérieur qu à l étranger, les intérêts de l import-export, dans la mesure où il assure une prime à la. et la L.T. 14 Ainsi, après 1880, la B.I.O. a établi et maintenu une parité fixe entre la et la L.T., offrant ainsi au commerce et aux mouvements de capitaux stabilité et sécurité. La banque évite de soudaines variations de taux de change entre la L.T. et la en manipulant le taux de change interne entre la L.T. et le Medjidié d argent 15. Par ce double système, mi-fixe, mi-flexible, la B.I.O. évite la dévaluation extérieure en s appuyant sur une dévaluation interne. Cette stratégie permet, en définitive, d éviter les inconvénients majeurs qu aurait entraînés l adoption d un système entièrement 13 Pour le commerce de détail, le méjidié à 20 faisant la livre turque à 108 piastres; dans les rapports avec l administration de l Etat et le fisc, le méjidié à 19, soit la livre à 102,6 piastres; le marché libre du méjidié dont le cours varie autour de 108 piastres la livre. La frappe des monnaies d argent est interrompue en Continuent de circuler dans certaines provinces, des Louis de 20 F., des Thalers autrichiens, des Krans persans 14 Alors que la pair de la par rapport à la L.T. est de 110 piastres-or, la vaut 120 piastresargent alors que la L.T. en vaut 108, soit une prime de 0,9 %. 15 Salgur Sançal, Note on the dualisation of the ottoman monetary space from 1880 to 1913, 13 p. dactyl., 1981, p

9 Banques européennes. Finances et industrie au Moyen - Orient (I) fixe ou entièrement flottant 16 ; elle lui fournit également l occasion de substanciels profits. Le système mis en place en Egypte, sous l égide de la Grande-Bretagne, est à la fois plus simple et plus radical. La Commission de 1884, sur une base monométallique-or, choisit la Livre Egyptienne comme unité monétaire; on decide, en attendant la frappe de Livres égyptiennes, de maintenir la circulation de trois monnaies étrangères, la, le Napoléon et la L.T., en conservant, entre ces monnaies, le rapport défini par Mohamed Ali 17, qui donne une prime à la L.E. puis à. Si bien qu en s abstenant pratiquement de frapper des L.E., la continuait à jouer de fait le rôle prépondérant dans la circulation monétaire égyptienne, et un surprofit était acquis pour toutes les transactions libellées en livres sterling. Lorsqu avec la participation de financiers français et locaux, le groupe londonien de sir E. Cassel decide de créer, en 1898, une banque nationale d émission, la National Bank of Egypt, il compte bien répéter, en Egypte, ce qu est en train de si bien réussir la B.I.O. à Constantinople. Or, l hostilité de la B.I.O., qui estime que ses billets ont cours légal dans tout l Empire, l opposition du Crédit Lyonnais, banquier de la Caisse qui y voit un moyen détourné d emprunter pour le gouvernement 18, l inquiétude des banques anglaises concurrentes, paralysent l initiative de sir Ernest: il est décidé que le billet égyptien, accepté par les caisses publiques, n aura pas de valeur légale. Aussi, jusqu à la Grande Guerre, l émission de billets fut-elle faible 19, laissant le terrain libre à la. En réalité, cette banque d Etat accepte un système qui prive de fait l Egypte de toute monnaie nationale, sinon à titre de monnaie de compte ou de potentialités. Ce qui fait dire, à juste titre, à un économiste, qui cette institution soi-disant banque d Etat, paraît être beaucoup plus un banque coloniale anglaise qu une véritable banque nationale égyptienne 20. A la lumière de l action de la B.I.O., il n est surprenant de constater en Perse que, dans une système où la monnaie nationale reste fondée sur l argent, 16 Un système de change entièrement flottant aurait entraînés un grand facteur de risqué pour le commerce extérieur, une spéculation défavorable à la balance des paiements, la nécessité d un soudain redéploiement des ressources entre le secteur domestique et le secteur d exportation qui aurait mené à de vives tensions sociales; un système de change entièrement fixe, classique Gold Standard, aurait conduit l Empire ottoman endetté à baisser ses prix et à réduire ses revenues, ce qui eut été fatal à l homme malade. 17 Lors de sa réforme de Voir Samir Saul, La France et l Egypte à l aube du XX e siècle, les difficultés d une jonction, communication aux Rencontres internationales sur l Egypte, Marseille, les 17, 18 et 19 Janvier 1983, p Environ 2 millions de L.E. en Emile Antonini, Le crédit et la banque en Egypte, these du droit, G. Vaney-Burnier, Lausanne, 1927, p

10 Jacques Thobie l attitude de l Impérial Bank of Persia tend à une stratégie analogue: celle-ci, constituée en 1889 avec des capitaux anglais, obtenait alors le droit d émettre, même sans l assentiement du gouvernement, pour 40 millions de Krans (20 millions de F.) de billets. Ceux-ci, restent encore rares en 1914 en dehors de Téhéran. 186

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement VILLAGE DE CASSELMAN Politique de placement Politique F3 (10/05/2005) OBJECTIF Pour s assurer que les surplus de liquidité et le portefeuille de placement sont gérés de façon prudente. DÉFINITIONS Actifs

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (Loi sur les banques, LB) Modification du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 20 novembre

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE Karl Heinz Braun, chercheur-associé à Etopia et député Ecolo au Parlement de la Communauté germanophone Décembre 2011 www.etopia.be 222222 Page 2 sur 6 La plupart

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Fortunes urbaines et stratégies sociales

Fortunes urbaines et stratégies sociales Pascale Ghazaleh Fortunes urbaines et stratégies sociales Généalogies patrimoniales au Caire, 1780-1830 INSTITUT FRANÇAIS D ARCHÉOLOGIE ORIENTALE RAPH 32/1 2010 Table des matières reconnaissance de dettes...vii

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000 CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER EXTRAIT DE LA NOTE D INFORMATION EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE MONTANT GLOBAL DE L EMISSION : 1 MILLIARD DE DIRHAMS Tranche A Cotée Tranche B Non cotée Tranche

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK I TAUX D INTERET TAUX DEBITEURS CATEGORIES DE CREDITS CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK FINANCEMENT A COURT TERME ESCOMPTE D EFFET DE TRANSACTION INFERIEUR OU EGAL A 90 JOURS TAUX EN % L AN arrêté le 08/06/2004

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier L assurance crédit et le financement des exportations 2 Section 1. Les modalités de paiement des exportations : le crédit documentaire Section 2. Les crédits à court terme et le financement des exportations

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL. Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Fonds Robert Dufourg Banque de France et Assurances Générales de France 2012 041 INTRODUCTION Activités Assurances Présentation de l entrée Ce fonds est entré aux

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE NUMÉRO UNIQUE D IDENTIFICATION DES PERSONNES PHYSIQUES n LC 181 Décembre 2007 - 3 - LE NUMÉRO UNIQUE D IDENTIFICATION DES PERSONNES PHYSIQUES

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Formes d investissement: points forts et points faibles

Formes d investissement: points forts et points faibles Formes d investissement: points forts et points faibles Ce document est un extrait de la brochure Formes d investissement : points forts et points faibles et comprend les descriptions de produits de différents

Plus en détail

641.10. Loi fédérale sur les droits de timbre (LT) Introduction I. Objet de la loi. du 27 juin 1973 (Etat le 28 décembre 2012)

641.10. Loi fédérale sur les droits de timbre (LT) Introduction I. Objet de la loi. du 27 juin 1973 (Etat le 28 décembre 2012) Loi fédérale sur les droits de timbre (LT) 641.10 du 27 juin 1973 (Etat le 28 décembre 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 41 bis, al. 1, let. a, et al. 2 et 3, de la constitution

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Royaume-Uni Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail