Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement"

Transcription

1 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins de financement (à la création de l entreprise et en situation de croissance) ; - Le choix des modes de financement à moyen et à long terme (emprunts, crédit bail et augmentations de capital). Cf. pochette p.5 : Présentation du processus 6 1 re partie : Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme Chap. 1 : Les différents moyens de règlement et leur comptabilisation Cf. fiche conseil p.7 : Les moyens de règlement I- Les moyens de règlement au comptant A) Les chèques bancaires Le chèque est un écrit par lequel le titulaire d un compte en banque le tireur (le débiteur) donne l ordre à sa banque le tiré de payer une certaine somme au profit d une personne désignée le bénéficiaire (le créancier). 2) Enregistrement comptable (rappel P1) Chèques émis (sorties d argent i.e. diminution de l actif) : enregistrement (à la date d émission) au crédit du compte 512 Banques ou 514 Chèques postaux par le débit du compte de tiers concerné (Fournisseurs, Personnel, Etat ). Chèques reçus (entrées d argent i.e. augmentation de l actif) : en principe, - à la date de réception du chèque (ou à la date de remise en banque) : enregistrement au débit du compte 5112 Chèques à encaisser par le crédit du compte de tiers concerné (Clients ) ; - à la date de réception de l avis de crédit de la banque : enregistrement au débit du compte 512 Banques ou 514 Chèques postaux par le crédit du compte 5112.

2 2 / 10 Remarque : Il est également possible de subdiviser le compte 5112 en deux sous-comptes afin de distinguer les chèques reçus (chèques en caisse) des chèques déposés en banque. Exemple : Le 5/4/N, l entreprise reçoit de l un de ses clients un chèque de (remis à la banque le même jour). Le 7/4/N, réception de l avis de crédit de la banque Chèques à encaisser Clients Règlement client (remise de chèques n ) 07/04/N 512 Banque Chèques à encaisser Avis de crédit n B) Les virements bancaires Un virement est une opération par laquelle le titulaire d un compte en banque (le débiteur) donne l ordre à sa banque de prélever une somme déterminée sur son compte et de la transférer sur le compte d une personne désignée le bénéficiaire (le créancier). (Aucune condition de forme n est exigée pour émettre un ordre de virement, seul un RIB du bénéficiaire est nécessaire). 2) Enregistrement comptable Virements émis : au crédit du compte 512 ou 514 (à la date d émission). Virements reçus : au débit du compte 512 ou 514 (à la date de réception de l avis de crédit). C) Les prélèvements bancaires Un prélèvement est une opération par laquelle une entreprise (le créancier / le fournisseur) demande à sa banque de prélever une somme déterminée sur le compte bancaire d un de ses clients (le débiteur). Sur demande de l entreprise, le client a dû signer au préalable une autorisation de prélèvement et fournir un RIB.

3 3 / 10 2) Enregistrement comptable Idem virement D) Les cartes de paiement (et de crédit) bancaires Les cartes de paiement sont émises par les établissements de crédit et permettent des retraits d espèces et des paiements chez les commerçants adhérents à un réseau de cartes bancaires. Les cartes bancaires sont également des instruments de crédit dans le cas des cartes à débit différé. Les paiements reçus par carte donnent lieu au versement d une commission (les paiements étant généralement garantis à concurrence d un certain montant). 2) Enregistrement comptable Paiement versé à un fournisseur par carte : au crédit du compte 512 (à la date du paiement). Paiement reçu d un client par carte : - à la date du paiement : au débit d une subdivision du compte 511 Valeurs à l encaissement (par exemple, 5115 Cartes de crédit à encaisser) pour le montant net de la commission qui sera prélevée par la banque (la commission étant enregistrée au débit du compte 627 Services bancaires) ; - à la date de réception de l avis de crédit de la banque : au débit du compte 512 Banques (par le crédit du compte 5115). Exemple : Le 5/4/N : Ventes de marchandises au comptant de la journée payées par cartes bancaires : TTC. Le 7/4/N, réception de l avis de crédit de la banque. Commission bancaire : 0,5 % (non soumise à la TVA) Cartes de crédit à encaisser 2 985, Services bancaires 15, Ventes de marchandises 2 500, TVA collectée 500,00 Ventes au comptant par CB 07/04/N 512 Banque 2 985, Cartes de crédit à encaisser 2 985,00 Avis de crédit n

4 4 / 10 E) Les espèces Les espèces regroupent les billets et les pièces ayant cours légal. 2) Enregistrement comptable Espèces décaissées : au crédit du compte 53 Caisse. Espèces encaissées : au débit du compte 53 Caisse. Le solde du compte caisse est toujours débiteur ou nul. Exemple : Le 5/4/N : Ventes de marchandises au comptant de la journée payées en espèces : TTC. Dans le cas d un journal unique : 531 Caisse (siège social) 2 400, Ventes de marchandises 2 000, TVA collectée 400,00 Ventes au comptant en espèces Dans le cas de journaux auxiliaires : - Journal des ventes : 580 Virements internes 2 400, Ventes de marchandises 2 000, TVA collectée 400,00 Ventes au comptant en espèces - Journal de caisse : 531 Caisse (siège social) 2 400, Virements internes 2 400,00 Ventes au comptant en espèces

5 5 / 10 Remarque : Compte 580 Virements internes Le compte 580 est utilisé pour les opérations faisant l objet d un enregistrement dans plusieurs journaux auxiliaires. Exemple : Dépôts d espèces à la banque. - Journal de caisse : 580 Virements internes Caisse Dépôt d espèces - Journal de banque : 512 Banque Virements internes Dépôt d espèces II- Les moyens de règlement à crédit : les effets de commerce On distingue deux catégories d effet de commerce : la lettre de change (ou traite) et le billet à ordre. A) La lettre de change La lettre de change est un écrit (sur support papier) par lequel un créancier le tireur donne l ordre à son débiteur le tiré de payer à une date fixée l échéance une somme déterminée à une personne désignée le bénéficiaire. Dans la pratique, le créancier se désigne lui-même comme bénéficiaire (le tireur et le bénéficiaire sont alors confondus). Le bénéficiaire d une lettre de change peut l utiliser de trois manières (deux en pratique) : - L endossement au profit d un autre bénéficiaire (rarement utilisé aujourd hui) : la traite est transmise à un créancier (fournisseur) du premier bénéficiaire (et ainsi de suite). - La remise à l escompte auprès d une banque avant la date d échéance : la banque «achète» l effet et verse immédiatement le montant de l effet sous déduction d agios bancaires (intérêts et commissions). La banque devient le nouveau bénéficiaire (elle récupèrera les fonds à l échéance auprès de la banque du tiré). - La remise à l encaissement auprès d une banque à la date d échéance : la banque se charge d encaisser l effet auprès de la banque du tiré pour le compte du bénéficiaire. En contrepartie du service rendu, la banque perçoit une commission.

6 6 / 10 Il existe (existait) deux sortes de lettres de change papier : - La lettre de change circulante (LCC) : c est la forme traditionnelle de la lettre de change. Elle n est plus utilisée dans la mesure où les banques refusent désormais (depuis 1994) de pratiquer des opérations sur les LCC. (Elle devait être présentée sous sa forme papier pour être encaissée). - La lettre de change relevé (LCR papier) : c est la forme actuelle de la lettre de change. Elle est créée par le tireur sur un support papier, comme la LCC, mais elle est ensuite saisie sur support informatique lors de la remise à la banque du tireur. Elle évite ainsi le transfert matériel des lettres de change entre les banques. La banque du tiré lui adresse alors un relevé (d où le nom!) des LCR à payer classées par échéance. Cf. document : Les étapes de la circulation d une LCR papier. 2) Enregistrements comptables a) Création des effets de commerce La créance du fournisseur sur son client subsiste mais elle change de support (de la facture à l effet) : - Chez le tireur bénéficiaire : débit du compte 413 Clients Effets à recevoir par le crédit du compte 411 Client ; - Chez le tiré : crédit du compte 403 Fournisseurs Effets à payer par le débit du compte 401 Fournisseurs. Exemple : Le 15/4/N : Le fournisseur Alpha tire sur son client Bêta une LCR papier n 52 à son profit en règlement d une facture du 10/4/N (Montant : TTC, échéance le 31/5/N). Acceptation de la LCR par le client le 16/4/N. Chez le fournisseur Alpha (tireur bénéficiaire) : 16/04/N 413 Clients Effets à recevoir 5 400, Clients 5 400,00 LCR n 52 sur Beta acceptée Chez le client Bêta (tiré) : 16/04/N 401 Fournisseurs 5 400, Fournisseurs Effets à payer 5 400,00 Acceptation LCR n 52 d Alpha

7 7 / 10 b) Remise à l escompte des effets de commerce La remise à l escompte, qui a lieu avant l échéance, est comptabilisée uniquement chez le tireur bénéficiaire : - A la date de la remise à l escompte : au débit du compte 5114 Effets à l escompte (pour la valeur nominale en principe) par le crédit du compte 413 ; - A la date de réception de l avis de crédit de la banque : au débit du compte 512 Banques (pour le montant net) par le crédit du compte L escompte (intérêts) est comptabilisé au débit du compte 661 Charges d intérêts et les commissions au débit du compte 627 Services bancaires. Valeur nette = Valeur nominale Agios (escompte + commission + TVA) Exemple (suite) : Le 20/4/N : Remise à l escompte de la LCR n 52 (échéance : 31/5/N). Le 22/4/N : Réception de l avis de crédit de la banque (Taux d escompte : 12 %, commission : 20 HT). Escompte : 5 400,00 0,12 (41 / 360) = 73,80 (41 = ) Valeur nette : 5 400,00 (73, ) = 5 302,20 20/04/N 5114 Effets à l escompte 5 400, Clients Effets à recevoir 5 400,00 Remise à l escompte LCR n 52 22/04/N 512 Banque 5 302, Charges d intérêts 73, Services bancaires (Frais s/effets) 20, TVA déductible 4, Effets à l escompte 5 400,00 Avis de crédit n (Escompte LCR n 52) c) Le règlement des effets de commerce à l échéance La remise à l encaissement à la date d échéance (s il n y a pas eu de remise à l escompte!) est enregistrée chez le tireur bénéficiaire : - A la date de la remise : au débit du compte 5113 Effets à l encaissement par le crédit du compte 413 ; - A la date de réception de l avis de crédit : au débit du compte 512 Banques (pour le montant net) par le crédit du La commission est enregistrée au débit du compte 627 Services bancaires. Chez le tiré, l enregistrement est le même en cas de remise à l encaissement ou à l escompte : au crédit du 512 par le débit du 403 (à la date d échéance ou à la date de réception de l avis de débit).

8 8 / 10 Exemple (reprise : suite a)) : Le 20/5/N : Remise à l encaissement de la LCR n 52 (échéance 31/5/N). Le 31/5/N : Réception par le tiré (Bêta) de l avis de débit de sa banque. Le 02/6/N : Réception par le tireur (Alpha) de l avis de crédit de sa banque (commissions : 15 HT). Chez le fournisseur Alpha (tireur bénéficiaire) : 20/05/N 5113 Effets à l encaissement 5 400, Clients Effets à recevoir 5 400,00 Remise à l encaissement LCR n 52 02/06/N 512 Banque 5 382, Services bancaires (Frais s/effets) 15, TVA déductible 3, Effets à l encaissement 5 400,00 Avis de crédit n (Encaissement LCR n 52) Chez le client Bêta (tiré) : 31/05/N 403 Fournisseurs Effets à payer 5 400, Banque 5 400,00 Avis de débit n (Paiement LCR n 52) B) Le billet à ordre Le billet à ordre est un écrit par lequel un débiteur le souscripteur s engage envers son créancier le bénéficiaire à payer à une date fixée l échéance une somme déterminée. Le billet à ordre est donc émis par le client et envoyé à son fournisseur. L utilisation par le bénéficiaire d un BO est identique à celle de la LC (endossement, remise à l escompte ou à l encaissement) mais son usage est marginal entre entreprises. 2) Enregistrements comptables Les écritures comptables relatives à un BO sont identiques à celles de la LC!

9 9 / 10 C) La lettre de change relevé magnétique A la différence des LCR papier, les LCR magnétiques sont directement émises par le tireur et transmises à sa banque sur support informatique (un fichier transmis par Internet). Les LCR magnétiques suivent ensuite le même circuit bancaire que les LCR papier. La disparition du support écrit fait que la LCR magnétique ne constitue pas un effet de commerce. En conséquence, l escompte d une LCR magnétique n est pas considéré comme un escompte d une lettre de change mais constitue un simple crédit bancaire (la banque n achète pas l effet et le tireur reste le bénéficiaire). 2) Enregistrements comptables Les créances et les dettes réglées par LCR magnétiques sont maintenues dans les comptes clients (411) et fournisseurs (401) jusqu à leur règlement. Les comptes d effets à recevoir et d effets à payer ne doivent pas être utilisés. Les règlements sont constatés directement dans le compte 512 Banques à la date d échéance, sur réception des avis de crédit ou de débit (comme s il s agissait de règlement par chèque!). L escompte d une LCR magnétique s enregistre comme l obtention d un crédit bancaire : débit du compte 512 Banques pour le montant net des agios par le crédit du compte 519 Concours bancaires courants. (Intérêts : débit 661 ; Commissions : débit 627). Exemple : Le 6/5/N : Le fournisseur Lambda crée une LCR magnétique sur son client Omega. Montant : TTC ; échéance : 30/6/N. Le 12/5/N : Lambda remet à l escompte auprès de sa banque la LCR magnétique. Taux d escompte : 12 % ; Commissions : 10 HT. Le 14/5/N : Lambda reçoit l avis de crédit de sa banque concernant la remise du 12/5. Le 2/7/N : Lambda reçoit l avis de crédit de sa banque pour le règlement du client Omega et l avis de débit pour le remboursement du crédit bancaire accordé lors de l escompte de la LCR magnétique. Escompte : ,12 (49 / 360) = 127,40 (49 = ) Valeur nette : (127, ) = 7 660,60 Chez le fournisseur Lambda (tireur bénéficiaire) : 6/5/N : Pas d écriture lors de la création de la LCR magnétique (la créance est maintenue en 411). 12/5/N : Pas d écriture lors de la remise à l escompte de la LCR magnétique.

10 10 / 10 14/05/N 512 Banque 7 660, Charges d intérêts 127, Services bancaires (Frais s/effets) 10, TVA déductible 2, Concours bancaires courants 7 800,00 Avis de crédit n (Escompte LCR magnétique) 02/07/N 512 Banque 7 800, Clients 7 800,00 Avis de crédit n (Règlement client) 02/07/N 519 Concours bancaires courants 7 800, Banque 7 800,00 Avis de débit n (Remboursement crédit bancaire) Chez le client Omega (tiré) : 6/5/N : Pas d écriture lors de la création de la LCR magnétique (la dette est maintenue en 401). 12/5/N : Le client n est pas concerné par la remise à l escompte! 30/06/N 401 Fournisseurs 7 800, Banque 7 800,00 Avis de débit n (Paiement LCR magnétique) Cf. Cas Gaumont p.9 Cas Dolby p.11 Cas Infotech p.13 Cf. Exemple de synthèse «Factures, avoirs et règlements : Enregistrements comptables»

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

Comptabilité Générale II

Comptabilité Générale II Université IBN ZOHR Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agadir Economie et Gestion Semestre 2 Sections G H I Comptabilité Générale II Mohamed LAABOUBI Année universitaire 2014-2015

Plus en détail

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement..

LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES. Connaissance des documents relatifs aux opérations de règlement.. LES REGLEMENTS DES CREANCES ET DETTES Objectif(s) : o Traitements comptables des opérations relatives aux: paiements de dettes, encaissements de créances. Pré-requis : o Connaissance des documents relatifs

Plus en détail

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels)

P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) P6C01 Les flux de tre sorerie (rappels) I. Les différents modes de paiement Il existe plusieurs moyens de règlement dont le coût et le degré de sécurité diffèrent. A. Les moyens de règlement immédiat 1.

Plus en détail

LA CREATION DES EFFETS DE COMMERCE

LA CREATION DES EFFETS DE COMMERCE LA CREATION DES EFFETS DE COMMERCE La lettre de change est un mode de paiement à crédit dans lequel une personne désignée (le. qui correspond au vendeur) donne l ordre à une autre personne désignée (le..

Plus en détail

NATHAN La photocopie non autorisée est un délit. 2 - EFFETS DE COMMERCE

NATHAN La photocopie non autorisée est un délit. 2 - EFFETS DE COMMERCE 2 - EFFETS DE COMMERCE 2 EFFETS DE COMMERCE Sommaire du cours 2.1 PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE I Fichiers Page n o 33 II Journaux Page n o 33 2.2 LA LETTRE DE CHANGE I Les effets à recevoir Pages n os

Plus en détail

LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE

LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE ENDOSSEMENT CAS DE LA REMISE A L ENCAISSEMENT 1 Envoi de la facture et de la lettre de change TIREUR TIRE 2 Retour de

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE

CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE CH 18 LES EFFETS DE COMMERCE Référentiel La lettre de change : les mentions obligatoires, la circulation et le paiement, l acceptation, la domiciliation, l escompte Objectifs L élève devra être capable

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE

LES EFFETS DE COMMERCE Université Abdelmalek Essaâdi Faculté Polydisciplinaire de Larache Matière : Comptabilité Générale I Pr. EJBARI Abdelbar LES EFFETS DE COMMERCE Les effets de commerce sont des titres négociables qui confèrent

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE "PAPIER"

LES EFFETS DE COMMERCE PAPIER LES EFFETS DE COMMERCE "PAPIER" I. LES EFFETS DE COMMERCE "PAPIER" Il existe deux effets de commerce "papier" : - la lettre de change (ou traite), - le billet à ordre Remarque : les effets "papier" sont

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000 LA TRESORERIE 1. Présentation des composantes de la trésorerie 3.2. La TVA à décaisser 1.1. Qu est ce que la trésorerie 2. Les encaissements : de la prévision des ventes au budget prévisionnel des recettes

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change

LES EFFETS DE COMMERCE. Définition. Le chèque. Le warrant. La lettre de change LES EFFETS DE COMMERCE Définition L effet de commerce est un titre négociable qui constate l existence d une créance au profit du propriétaire (le porteur). Le chèque, le billet à ordre, le warrant et

Plus en détail

PCC - Les encaissements au comptant LES ENCAISSEMENTS

PCC - Les encaissements au comptant LES ENCAISSEMENTS LES ENCAISSEMENTS 1- Les encaissements en espèces a) Les ventes au comptant Pour les ventes de faible valeur encaissées au comptant, les entreprises sont autorisées à comptabiliser en une seule écriture

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

La lettre de change ou traite

La lettre de change ou traite 1 Le règlement Le règlement est l opération par laquelle un acheteur remet au vendeur, sous diverses formes, l équivalent de la marchandise reçue. L acheteur et le vendeur ont pris des accords au préalable

Plus en détail

Financer le risque client

Financer le risque client 7 Financer le risque client Exercice 1 Traiter l affacturage et la LCR magnétique Vous effectuez votre période de stage dans la société Déco Home, située au centre commercial du Val d Europe 77700 Serris.

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

COURS 470 Série 15. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 15. Comptabilité Générale COURS 470 Série 15 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

CHAPITRE 8 : LES JOURNAUX AUXILIAIRES

CHAPITRE 8 : LES JOURNAUX AUXILIAIRES ISPPBTS1 CHAPITRE 8 : LES JOURNAUX AUXILIAIRES I. GENERALITES L enregistrement des opérations en articles de «journal classique» comporte plusieurs inconvénients : La succession des articles ne correspond

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

TD 1 : La constitution de la société anonyme

TD 1 : La constitution de la société anonyme TD 1 : La constitution de la société anonyme Cas n 1 La société anonyme «SORAYA» s est constituée le 1 er janvier N, au capital de 900 000 DH composé de 4 500 actions de 200 DH. Parmi les actionnaires,

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements se font

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA

ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA ENREGISTREMENT COMPTABLE DE LA TVA I- La comptabilisation de la tva collectée C est une facture normale. Pour indiquer la TVA collectée, le fournisseur utilise le compte 44571 TVA collectée. II- TVA déductible

Plus en détail

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE

Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Introduction à la gestion comptable Entreprise LEJEUNE Objectifs : Réaliser un travail de synthèse à la fin du module 711-Introduction à la Gestion Comptable. Mettre en œuvre le principe de double détermination

Plus en détail

Sage 100 Moyens de paiement EBICS

Sage 100 Moyens de paiement EBICS Sage 100 Moyens de paiement EBICS Simple et efficace, en parfaite intégration avec les logiciels Sage 100,le logiciel Sage 100 Moyens de Paiement facilite les transactions avec les banques. Il prend en

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 2.2 - Instruments de paiement et de crédit 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 1 2.2.1 - Différentes dates en trésorerie a. Date d opération b. Date

Plus en détail

4.2. 02. 9 4.2.1. 9 4.2.2. 9 4.2.3. 10 5. EFFET REMIS A L'ESCOMPTE. 11 5.1. 11 5.1.1. 11 5.1.2. 11 5.2. 03. 12 5.2.1. 12 5.2.2. 12 5.2.3. 13 6. 13 6.

4.2. 02. 9 4.2.1. 9 4.2.2. 9 4.2.3. 10 5. EFFET REMIS A L'ESCOMPTE. 11 5.1. 11 5.1.1. 11 5.1.2. 11 5.2. 03. 12 5.2.1. 12 5.2.2. 12 5.2.3. 13 6. 13 6. TRAITEMENTS COMPTABLES DES DIFFICULTES DE RECOUVREMENT DES EFFETS DE COMMERCE Objectif(s) : o Compléments sur les règlements. Pré-requis : o Les règlements. Modalités : o o o o Principes de comptabilisation,

Plus en détail

CHAPITRE 6 LA LETTRE DE CHANGE

CHAPITRE 6 LA LETTRE DE CHANGE CHAPITRE 6 LA LETTRE DE CHANGE La lettre de change est un moyen de paiement à crédit, La lettre de change est rédigée par le fournisseur (tireur) et acceptée par le client (tiré), La lettre de change est

Plus en détail

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée L État Chapitre 06 Introduction Le chapitre traite de la notion de, point 5 du programme : - Calcul - Comptabilisation Dans ce chapitre, on s efforcera de montrer qu il s agit d une taxe en définitive

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

Principes et Techniques Comptables 1 er degré

Principes et Techniques Comptables 1 er degré Principes et Techniques Comptables 1 er degré Thème 1601... 4 Séquence thématique 1...4 Séquence thématique 1 > Exercice 1... 4 Séquence thématique 1 > Exercice 1 > Consigne 1... 4 Séquence thématique

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

Envoi de la lettre de change. Tiers bénéficiaire

Envoi de la lettre de change. Tiers bénéficiaire Chapitre 6. Les effets de commerce Les effets de commerce sont des titres constatant une créance assortie d'un délai de règlement (échéance). Les effets de commerce constituent ainsi des moyens de crédit.

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) Ce

Plus en détail

LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT

LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT LES MODES DE REGLEMENTS DECAISSEMENT 1- Les décaissements : Les virements Créez une facture d achat avec une échéance et un mode de règlement de type «Virement». Allez dans «Achats Décaissements Echéances

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION Objectif(s) : o o o o Escompte des effets de commerce, Cessions de créances, Affacturage, Subventions d'exploitation. Pré-requis : o Fonctionnement des comptes financiers.

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 8 : La Gestion des Moyens de Paiement I)- Principe Généraux : 1)- Utilité des

Plus en détail

DOSSIER I : OPERATION COURANTES

DOSSIER I : OPERATION COURANTES INSTITUT MATAMFEN Examen Blanc 3 e session Mai 2006 Classe : PREMIERE Série : G2 Année scolaire : 2005/2006 Epreuve : T.Q.G Coef : 4 Durée : 4 h 15min Vous êtes stagiaire dans un cabinet comptable à yaoundé.

Plus en détail

CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES

CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES Le comptable le l entreprise SWANN vous transmet en annexe l extrait du compte Crédit Agricole (tenu par l entreprise) ainsi que le

Plus en détail

1.1. COMPTABILISATION D UN ACHAT D IMMOBILISATION.

1.1. COMPTABILISATION D UN ACHAT D IMMOBILISATION. TQG RÉCAPITULATION (FIN DE 1ÈRE ANNÉE) (VALABLE EN PARTIE POUR LES AUTRES PROFILS E ET B) Ce document ne remplace pas votre manuel. Il s'agit simplement d'un résumé non exhaustif des différentes opérations

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires ENTREPRENEURS ET PROFESSIONNELS LIBÉRAUX Votre Chargé d Affaires se tient à votre disposition pour vous apporter toute information complémentaire. Ou connectez-vous sur www.bnpparibas.net/entrepros BNP

Plus en détail

SCIENCES ECONOMIQUES ET GESTION COMPTABILITE GÉNÉRALE 1 SERIE : 3

SCIENCES ECONOMIQUES ET GESTION COMPTABILITE GÉNÉRALE 1 SERIE : 3 UNIVERSITE IBN ZOHR FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES AGADIR ANNEE UNIVERSITAIRE : 08/2009. ENSEIGNANT: A. EL OUIDANI SCIENCES ECONOMIQUES ET GESTION COMPTABILITE GÉNÉRALE 1 SERIE

Plus en détail

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2

THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 Unité 2 Thème 2 Unité 2 COURS Thème 2 THÈME 2... 2 Comprendre et gérer la vente de biens ou de services - Approfondissement 2 SÉQUENCE 1... 3 Les opérations de vente complexes et leur comptabilisation...

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance Enoncé Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance En date du 1 er juillet N, la société BIGFLASH reprend l activité de distribution de produits de luxe

Plus en détail

Activation de la gestion des effets - Paramétrage... 2 Préférences Dossier... 2 Fiche Client... 3

Activation de la gestion des effets - Paramétrage... 2 Préférences Dossier... 2 Fiche Client... 3 Activation de la gestion des effets - Paramétrage... 2 Préférences Dossier... 2 Fiche Client... 3 Gestion des effets... 4 Portefeuille des effets clients... 4 Effets négatifs... 5 Fiche Effet : Consulter,

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE Objectif(s) : o Encaissements prévisionnels, o Décaissements prévisionnels, o Trésorerie prévisionnelle. Pré requis : o Connaissances

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

GESTION D UNE SECTION REGIONALE : DEMARCHE DE QUALITE

GESTION D UNE SECTION REGIONALE : DEMARCHE DE QUALITE GESTION D UNE SECTION REGIONALE : DEMARCHE DE QUALITE DEPENSES Toute dépense doit correspondre au règlement d une facture ou d une demande de remboursement de frais. Elle génère une ligne dans le document

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Ce sont des réductions de prix fondées sur l opération de vente. On distingue :

Ce sont des réductions de prix fondées sur l opération de vente. On distingue : CHAPITRE 2 LES CLIENTS ET LES FOURNISSEURS I. PRESENTATION GENERALE DES FACTURES I.1. Définitions La facture de doit est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

CALCUL ET INTERPRETATION DES SOLDES

CALCUL ET INTERPRETATION DES SOLDES CALCUL ET INTERPRETATION DES SOLDES LE CALCUL DES SOLDES DES COMPTES EN T Le SOLDE d un compte correspond à la différence entre les sommes enregistrées au débit et au crédit de ce compte. Exemple : On

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement 1. Les besoins de financement 2. Le cycle d'exploitation II Les moyens de financement A. Le financement des investissements A1. Les capitaux

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

L escompte et la trésorerie de banque de dépôtsd. Élaborée e par: RIM AYAYDA MARIEM EL BEZ AHLEM FESSATOUI AMEL BEN JEMAA

L escompte et la trésorerie de banque de dépôtsd. Élaborée e par: RIM AYAYDA MARIEM EL BEZ AHLEM FESSATOUI AMEL BEN JEMAA : Thème L escompte et la trésorerie de banque de dépôtsd Élaborée e par: RIM AYAYDA MARIEM EL BEZ AHLEM FESSATOUI AMEL BEN JEMAA 1 Problématique Quels sont les modes de fonctionement de l escompte et ses

Plus en détail

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND Partie III Le PCG (FR GAAP) 1 Plan comptable et Système d enregistrement des transactions. 2 LE PLAN COMPTABLE 3 PCG Téléchargeable sur : www.lacompta.org/doc/plancomptable-francais.pdf PCG sur Iphone

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

LE CONTENU: Semestre : 01 Module : Comptabilité Générale I Type : EXERCICES

LE CONTENU: Semestre : 01 Module : Comptabilité Générale I Type : EXERCICES Semestre : 01 Module : Comptabilité Générale I Type : EXERCICES Auteur : Saad Bassam LE CONTENU: Plus de 72 Exercices Sur : Les flux Le fonctionnement des comptes Le journal (avec la facturation) La comptabilité

Plus en détail

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre :

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : - De détecter les erreurs éventuellement commises au niveau

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

P6C10 Le financement externe de l entreprise

P6C10 Le financement externe de l entreprise P6C10 Le financement externe de l entreprise I. Les emprunts indivis Emprunts indivis : souscrit par une seule personne juridique. Emprunt obligataire : souscrit par plusieurs personnes juridiques (hors

Plus en détail

CHAPITRE 6. Les comptes courants

CHAPITRE 6. Les comptes courants CHAPITRE 6 Les comptes courants Le compte courant est un compte ouvert dans une banque dont toues les sommes du débit et du crédit sont productives d intérêt Terminologie Compte courant débiteur on parle

Plus en détail

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014

Tarifs & Conditions de Banque. Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Tarifs & Conditions de Banque Applicables aux particuliers À compter de Novembre 2014 Frais de gestion et tenue de compte Ouverture de compte chèque Délivrance de chéquier Ouverture de compte épargne

Plus en détail

L enregistrement et le stockage de l information

L enregistrement et le stockage de l information Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 L enregistrement et le stockage de l information Exercices (chapitre 2) Exercice 1 : la partie double Vous disposez des informations

Plus en détail

Opérations financières à intérêts simples

Opérations financières à intérêts simples 9 Opérations financières à intérêts simples cχ Activité 1 Placement à la banque Intérêts simples Baptiste a en sa possession 15 000. En prévision de l acquisition d une voiture, il place cette somme pendant

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS 1 L'ENTREPRISE BACCALAURÉAT EN 3 ANS Éléments généraux de l entreprise Le commerçant,

Plus en détail

Moyens de financements. Laurent Dorey

Moyens de financements. Laurent Dorey Moyens de financements Laurent Dorey Mardi 27 Janvier 2015 Moyens de financements Programme : Le crédit de caisse Le crédit d escompte L escompte «fournisseur» Le crédit d acceptation Le crédit documentaire

Plus en détail

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif

UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DCG session 2008 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 - OPÉRATIONS ÉCONOMIQUES COURANTES A. OPÉRATIONS DIVERSES. A l aide de l annexe 1, comptabiliser au journal de la SARL PROGOLF

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Principales conditions tarifaires

Principales conditions tarifaires PROFESSIONNELS Principales conditions tarifaires Applicables au 1 er mai 2015 www.bnpparibas.net/entrepros BNP Paribas vous informe des principales évolutions tarifaires des produits et services pour l

Plus en détail

SAVEZ-VOUS COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE? VOICI QUELQUES RECOMMANDATIONS!

SAVEZ-VOUS COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE? VOICI QUELQUES RECOMMANDATIONS! VOUS ETES INFIRMIER(E) ADHERENT(E) A L AGAPI VOUS AVEZ SOUSCRIT AU SERVICE POSTE-AGAPE En tant qu infirmier(e) libéral(e), vous êtes dans l obligation de tenir une comptabilité, La comptabilité n est pas

Plus en détail

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - OPÉRATIONS ÉCONOMIQUES COURANTES A. OPÉRATIONS DIVERSES A l aide de l annexe 1, comptabiliser au journal de la SARL PROGOLF

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

Etats de Rapprochement Principe, But et Méthodologie

Etats de Rapprochement Principe, But et Méthodologie Etats de Rapprochement Principe, But et Méthodologie SOMMAIRE Introduction Principe et But des états de rapprochement Méthodologie Exemple pratique Synthèse proposée par Mr Brahim RHELLAB Mr Saad MSSELLEK

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Les moyens de financement du commerce international :

Les moyens de financement du commerce international : Les moyens de financement du commerce international : CREDIT DE PRE FINANCEMENT : C est un crédit contracter par l exportateur au prés de sa banque pendant la période de fabrication parce que les acomptes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO Ce document présente les principaux tarifs standards de nos produits et services applicables en l absence d un accord particulier

Plus en détail

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante :

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante : PRÉSENTATION DU TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS 01 PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS

Plus en détail

www.banquedelareunion.fr

www.banquedelareunion.fr Les Centres d affaires dédiés aux entreprises, CoLLeCtivités et associations Centre d affaires nord/est Tél. 0262 40 01 31 / 0262 40 01 33 Fax : 0262 40 01 60 Centre d affaires ouest Tél. 0262 55 68 13

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail