Aide-toi, le ciel t aidera

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aide-toi, le ciel t aidera"

Transcription

1 Aide-toi, le ciel t aidera Quelques petites idées sur la politique monétaire Par: Gerald Braunberger Frankfurter Allgemeine Zeitung Paris, le 6 octobre 2014

2 Deux points de vue différents? «The Lord gave us twoeyesto watchboth demand and supply» (Paul Samuelson) Il se peut que en France on regarde surtout la demande en Allemagne on regarde surtout l offre Oui les traditions culturelles influencent aussi la pensée économique Mais on peut traverser le fossé

3 Le poids des banques Une négligence du secteur financier dans beaucoup d analyses de la politique monétaire Mais les banques sont très importantes : En Allemagne les banques n ont pas réduit leur financement des entreprises En France et en Italie les banques ont réduit leur financement des entreprises L économie en Allemagne marche mieux que l économie en France et en Italie. Comme par hasard?

4 La formule magique : Macrofinance «Macrofinance» essaye d intégrer le secteur financier dans les modèles macroéconomiques La recherche contemporaine est déjà très riche. J utilise un outil de la recherche de Markus Brunnermeier et Yuliy Sannikov.

5 Deuxcerclesvicieux

6 La BCE n est pas un cavalier seul Les banques se trouvent au centre de l analyse Il y a un lien étroit entre la stabilité des prix, la stabilité du secteur financier et la stabilité de la dette public Donc il y a un lien étroit entre la politique monétaire (européenne), la régulation du secteur financier (mieuropéenne, mi-nationale) et la politique fiscale (nationale). En principe la politique monétaire reste une arme puissante : elle sert comme un assureur contre des risques macroéconomiques très graves. Mais n oublions pas le risque moral lié à une assurance : la politique monétaire peut se trouver sous contrôle soit de la politique fiscale («fiscal dominance») ou des banques («financial dominance»)

7 Illusions sur la politique monétaire (1) Une déflation sérieuse serait certes un danger très grave. Une déflation sérieuse est très rare. Mais la zone Euro ne se trouve pas en déflation. Et la BCE n attend pas une déflation. Il y a baisse des prix mais pas déflation. La baisse des prix augmente le pouvoir d achat des ménages et augmente la compétitivité des entreprises. Une dévaluation interne n est pas une déflation.

8 Illusions sur la politique monétaire (2) La politique monétaire n est pas très efficace dans un monde sans taux d intérêt («zerolower bound»). Regardons l évolution du bilan de la BCE : les banques ne sont pas illiquides. Rachat des titres («quantitative easing») : ne sert à rien en théorie pure («Neutralité de Wallace») En pratique il y a peut-être des effets transitoires. Mais ils sont incertains et difficiles à calculer.

9 Enfin, le taux de change! Soyons franc : un fossé très important entre la France et l Allemagne A l instant le taux de change est probablement l instrument le plus puissant de la BCE. Tout de même, les effets de la politique monétaire sur le taux de change sont incertains à long terme. On ne connaît pas par avance la réaction d autres banques centrales. L Euro avait dévalué face aux monnaies des pays émergents. Voyez-vous des résultats? Beaucoup de pays ont lié leur monnaie à l Euro en Europe du Nord, en Europe de l Est et en Afrique.

10 Revenons aux banques Il y a trop de banques en Europe. Beaucoup de banques ne sont guère rentables. La qualité des actifs est souvent fragile. Les banques européennes ont une insuffisance de fonds propres. L Europe a besoin d un secteur financier sain. Mais assainir les banques n est pas la tâche de la politique monétaire. Un marché ABS transparent serait bénéficiaire au SME. Il faut chercher des acheteurs dans le secteur privé (assureurs, fonds de pensions )

11 Pour conclure Il ne faut pas surestimer la puissance de la politique monétaire. La stabilité du secteur financier et une politique fiscale crédible sur le niveau national renforcent la crédibilité et la puissance de la politique monétaire. Il faut peut-être repenser notre notion du secteur financier : «More generally, the factthata world full of long-term savings and funding needs continues to be served by a financial system that relies mostly on shorttermfundingremainsa paradox.» (Brunnermeier/Sannikov) Mais cela n est pas pour aujourd hui.

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE

IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE IMPORTANCE CROISSANTE DES ENGAGEMENTS DES BANQUES CENTRALES PAR RAPPORT À LEURS BILANS, LEURS INSTRUMENTS ET À LEUR AUTONOMIE ADMINISTRATIVE CAS DES POLITIQUES MONETAIRES NON CONVENTIONNELLES (Enseignements

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe

Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Finance Carbone, crise financière et «growth compact» en Europe Jean-Charles HOURCADE Baptiste PERISSIN-FABERT CIRED (CNRS EHESS ENPC AgroParisTech- CIRAD) La transition énergétique en France CNRS Paris

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

INVESTMENT NEWSLETTER

INVESTMENT NEWSLETTER Chère cliente, Cher client, L objectif de notre bulletin d information est de communiquer sur deux points qui nous sont essentiels : 1. Environnement macro-économique 2. Notre stratégie d investissement

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

«Les alternatives politiques pour les élections européennes»

«Les alternatives politiques pour les élections européennes» Participez à l'année européenne des citoyens Pour réfléchir ensemble aux perspectives de l'union Européenne, aux alternatives possibles lors des prochaines élections de Mai 2014. Quelle place pour le/la

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Transactions Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Confidentiel Introduction Sabine Durand Hayes, Associé Transactions

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs

Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs Modélisation des Taux Faibles ou Négatifs DEAUVILLE LE 25 SEPTEMBRE 2015 1. Des taux négatifs! Où ça? 2. Problèmes, problèmes 3. GSS : la fin du modèle log- normal 4. Suite : le modèle log- normal revient

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

dibilité de la Banque Centrale Européenne : fondements & perspectives

dibilité de la Banque Centrale Européenne : fondements & perspectives La crédibilit dibilité de la Banque Centrale Européenne : fondements & perspectives Jean-Christophe HAUGUEL Ecole de Management de Normandie Laboratoire MétisM jc.hauguel@ecole-management management- normandie.fr

Plus en détail

Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe

Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe Une proposition pour financer l investissement bas carbone en Europe Baptiste Perrissin Fabert (CGDD) Michel Aglietta (CEPII) Etienne Espagne (France Stratégie) Mai 2015 Séminaire CIRED - ONG Crédit photo

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro?

Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro? Quelles perspectives pour les pays fragilisés de la zone euro? Professeur Roland GILLET 3 Mars 2015 roland.gillet@univ-paris1.fr UDA Louvain la Neuve 1/ «Business plans», financement et solidarité responsable

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Filière Licence d études fondamentales «Sciences Economiques et Gestion»

Filière Licence d études fondamentales «Sciences Economiques et Gestion» Filière Licence d études fondamentales «Sciences Economiques et Gestion» Politiquement, de par sa vocation, institution à accès ouvert et délibérément généraliste, la formation en «Sciences Economiques

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis AG Protect+ Best Performance 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Quelle est, à l heure actuelle, la meilleure stratégie pour bien investir? Miser sur

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Chapitre 2. 2.1 Principes de base

Chapitre 2. 2.1 Principes de base Chapitre 2 LA STRATÉGIE DU GROUPE ALTRAD 2.1 Principes de base Au cours du séminaire Altrad 2013, Henri Giscard d Estaing, pdg du Club Méditerranée, décrivait la stratégie comme une vision claire, une

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Pour aller plus loin Guide de réponse au client

Pour aller plus loin Guide de réponse au client Assurance vie Pour aller plus loin Guide de réponse au client AXA Life Europe Limited Membre du Groupe AXA. Siège social : Wolfe Tone House, Wolfe Tone Street, Dublin 1, Irlande. Immatriculée sous le n

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

Licence : Licence Fondamentale en Gestion Etape : Semestre : 1. Première Année Licence Fondamentale en Gestion ( Tronc commun )

Licence : Licence Fondamentale en Gestion Etape : Semestre : 1. Première Année Licence Fondamentale en Gestion ( Tronc commun ) Semestre : Première Année Licence Fondamentale en Gestion ( Tronc commun ) ( semaines) Fondamentale Obligatoire.00 Fondamentale Principes de Gestion : Environnement et fonctionnement de l'entreprise.00.00

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP La Commission européenne (CE) a publié en mars 2013 un livre vert sur le financement à long terme

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

LA CRISE GRECQUE Expression du pouvoir de la

LA CRISE GRECQUE Expression du pouvoir de la LA CRISE GRECQUE Expression du pouvoir de la finance Ou/et inachèvement de la construction européenne enne? Robert BOYER CEPREMAP (Paris), GREDEG (Sophia-Antipolis) Séminaire à l Université de Montréal

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise

Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Mercredi 14 mars 2012 Adapter la gestion de son patrimoine en temps de crise Synthèse conférence du 29 Février La crise est autant financière qu économique.

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse Fiche d information 1 : intérêts négatifs et contrôle des flux de capitaux L essentiel en bref : Plus de trois quarts du volume de francs

Plus en détail

Les prévisions du FMI

Les prévisions du FMI Les prévisions du FMI Exercices 1 De quoi parle-t-on dans ce journal? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Dans ce journal, on parle de la croissance de l économie : mondiale. européenne.

Plus en détail

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Introduction du débat organisé par l IEFP 5 décembre 2007 1 Plan de la présentation 1. Volume de l épargne et croissance en union monétaire. 2. Structure

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois

Il faut un objectif de cours, avec des intérêts négatifs, afin de protéger les emplois S I X M OI S APRES L AB A N D ON D U CO U R S P L A N CH E R, UN BI L AN DE L USS Berne, le 14 juillet 2015 Daniel Lampart, premier secrétaire de l USS et économiste en chef Il faut un objectif de cours,

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME

CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Fonds commun de placement CM-CIC ASSOCIATIONS COURT TERME Exercice du 01/07/2013 au 30/06/2014 Commentaires de gestion Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels 1 L'objectif de gestion

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire?

Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? Comment une banque centrale gère la liquidité bancaire? La banque centrale surveille la liquidité bancaire, puisque le système bancaire dans sa globalité peut manquer de liquidité. En fin de journée, les

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international

Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international SPEECH/98/201 Yves-Thibault de SILGUY Membre de la Commission chargé des affaires économiques, monétaires et financières Les conséquences de l'uem sur le système monétaire international Conférence sur

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Politiques monétaires : trop de disparités pour être efficaces

Politiques monétaires : trop de disparités pour être efficaces GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 07 mai 2013 CONJONCTURE Politiques monétaires : trop de disparités pour être efficaces Les politiques de reflation menées par les grandes banques centrales

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Recyclage des ferrailles Dans la tourmente sidérurgique

Recyclage des ferrailles Dans la tourmente sidérurgique Du mardi 27 novembre au vendredi 30 novembre 2012 Recyclage des ferrailles Dans la tourmente sidérurgique J E A N P I E R R E G A U D I N P R É S I D E N T D E F E D E R E C M É T A L Jeudi 29 novembre

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Inflation américaine % Chômage américain %

Inflation américaine % Chômage américain % FLASH MARCHÉS Rédigé le 17 juin 2013 Violent décrochage de la dette émergente : l opportunité d accroître ses positions? Le point avec Brigitte Le Bris, directeur taux internationaux et devises, Clothilde

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail