Implémentation et comparaison de Brdf dans le moteur de rendu photoréaliste Mitsuba

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Implémentation et comparaison de Brdf dans le moteur de rendu photoréaliste Mitsuba"

Transcription

1 Implémentation et comparaison de Brdf dans le moteur de rendu photoréaliste Mitsuba Pierre Moreau Encadré par Nicolas Holzschuch 3 juin août 2013 Équipe Maverick, Inria Rhône-Alpes, Grenoble Résumé Le rendu des matériaux est primordial pour des rendus photoréalistes ; les bidirectional reectance distribution function (Brdf) représentent les propriétés des matériaux. Il existe deux familles de Brdf : les Brdf mesurées qui prennent un certain espace de stockage et les Brdf analytiques qui peuvent échouer à rendre certains matériaux ou les rendre moins précisément que les brdf mesurées. Quelque soit la famille utilisée, le temps de calcul n'est pas négligeable. Toutefois, les Brdf analytiques ont un avantage sur les Brdf mesurées : comme ce sont des formules, on peut prédire leur comportement et ainsi choisir en conséquence les endroits qu'il est préférable d'échantillonner, permettant de grandement accélérer les calculs. J'ai tout d'abord implémenté les modèles de Brdf mesurées ainsi que de la Brdf shifted gamma distribution (Sgd), une Brdf analytique, puise je me suis intéresseré à l'importance sampling pour la Brdf Sgd, enn j'ai proposé une nouvelle fonction d'échantillonnage permettant d'utiliser très peu d'échantillons pour un rendu peu bruité ; cette même fonction peut également s'appliquer aux Brdf mesurées. Mots-clés graphisme rendu photoréaliste Brdf 1

2 Remerciements Je voudrais remercier toute l'équipe Maverick pour son accueil, sa gentillesse et la mise à disposition de matériel assurant d'excellentes conditions de stage, et tout particulièrement Nicolas Holzschuch pour son soutien, son aide et sa grande disponibilité tout au long du stage. 2

3 Table des matières Introduction 4 1 Contexte Image de synthèse - simulation d'éclairage Présentation des notations et de quelques dénitions Présentation du domaine et travaux précédents Présentation du modèle de Cook-Torrance La fonction D La fonction G d'ombrage-masquage Le coecient de Fresnel F Présentation du modèle utilisé : SGD Présentation de Mitsuba Contribution Objectifs Brdf mesurées Brdf Sgd Amélioration de la fonction d'échantillonnage Comparaisons Conclusion 19 3

4 Introduction Le cinéma utilise de plus en plus les ordinateurs, pour les eets spéciaux notamment, mais également pour le décor, l'éclairage ; certains jeux-vidéos essaient de modéliser des univers physiquement, et visuellement, les plus réalistes possibles. D'autres métiers peuvent bénécier de rendu photoréaliste : un designer d'automobiles peut vérier le rendu, dans n'importe quelle condition d'éclairage, de telle peinture sur une voiture, sans avoir besoin de réaliser un prototype ; un designer d'intérieur peut montrer à ses clients, en temps réel, les répercussions d'un changement en incluant les jeux de lumière. Le photoréalisme consiste à représenter de manière réaliste un environnement ; une capture d'écran d'un rendu photoréaliste pourrait être confondue avec une photo. Pour atteindre ce but, le rendu des matériaux est primordial ; avoir la bonne couleur ne sut, il faut également la bonne texture (une porte en bois, qui aurait la couleur du bois, mais la texture du métal, ne paraîtrait pas réaliste). Il est possible de mesurer en laboratoire les propriétés des matériaux, d'en constituer une base de données, puis d'aller piocher dans cette base lors du rendu d'un matériau particulier. Toutefois, les chiers des matériaux sont relativement lourds (environ 30 Mo pour un chier de la base de données Merl-Mit [6] ne contenant qu'un seul matériau, qui plus est isotrope). Une alternative consiste à développer des méthodes analytiques de construction de matériaux qui s'approchent de la réalité, mais elles restent toutefois gourmandes en temps de calcul et échouent à capturer certains matériaux. La bidirectional reectance distribution function (Brdf) shifted gamma distribution (Sgd) est une méthode alternative rapide (45 secondes ; même si ce n'est pas encore du temps réel) et légère (elle consomme un peu plus d'espace de stockage que les autres méthodes analytiques, mais bien moins que les Brdf mesurées), développée au sein de l'équipe Maverick à l'inria Rhône-Alpes. Le but de ce stage est d'intégrer Sgd dans le moteur de rendu open-source Mitsuba, ainsi que d'évaluer ses performances sur la base de matériaux standards. 4

5 Chapitre 1 Contexte 1.1 Image de synthèse - simulation d'éclairage Si, dans un jeu-vidéo ou un lm d'animation, on se contente d'acher le modèle géométrique d'une scène avec les couleurs dénies par le graphiste et sans simuler l'éclairage, même si ce modèle est très détaillé, il ne paraîtra pas pour autant réaliste. Il manquera beaucoup de petits détails liés à l'interaction de la lumière avec les matériaux : les petites taches blanches (appelées taches spéculaires) sur les objets, les reets et les ombres, notamment (cf la gure 1.1(a)). An de remédier à ce problème, des chercheurs ont commencé à simuler l'éclairage en plus du modèle géométrique. L'utilisation de Brdf simples, mais donnant tout de même de bons résultats, comme Blinn- Phong [2] a permis d'obtenir des objets dont la couleur variait suivant les conditions d'éclairage : plus sombre si peu éclairés, plus claire si plus éclairés, avec la possibilité d'obtenir des taches spéculaires (cf la gure 1.1(b)). Un objet qui n'est pas éclairé directement par une source de lumière apparaîtra noir lors du rendu. Or, dans la réalité, les rayons de lumière ne rebondissent pas qu'une fois, mais de multiples fois, leur permettant d'atteindre indirectement des objets et induisant une couleur de base, appelée lumière ambiante, s'appliquant à tous les objets, même ceux qui ne sont pas éclairés directement. Certains modèles l'incluent sous la forme d'une constante, d'autres, et c'est le domaine de la radiosité et de l'illumination globale, utilisent des formules pour la calculer. 1.2 Présentation des notations et de quelques dénitions Tous les vecteurs sont normalisés, et symbolisés par une lettre latine en gras : par exemple, h ou encore i. i symbolise le rayon incident, mais dirigé vers la source de lumière ; ceci permet de simplier les calculs, notamment pour le calcul des diérents angles car on n'a pas besoin d'inverser le vecteur pour le produit vectoriel ; o symbolise le rayon sortant ; h symbolise le vecteur normalisé à mi-chemin entre i et o ; n symbolise la normale de la face ; m symbolise la normale de la microfacette. est utilisé pour représenter un produit membre à membre de vecteurs. La gure 1.2 présente les diérents angles utilisés par la suite. Le vecteur t représente la tangente, et b la bi-tangente. La gure 1.3 présente quant à elle la diérence entre la macro- et la microfacette, ainsi qu'entre les vecteurs n et m. Matériau isotrope les propriétés de ce dernier sont constantes dans tout le matériau (le matériau n'est pas constitué d'impuretés) et aucune direction n'est privilégiée lors de la réexion. 5

6 (a) Pas de simulation d'éclairage (b) Ajout d'une source de lumière avec une Brdf de Blinn-Phong Figure 1.1 Diérence entre une scène sans simulation de lumière, et une scène avec n n o θ o θ i i o h θh θ d i t φ o φ i t φ h φ d b (a) Représentation classique b (b) Représentation de Rusinkiewicz [8] Figure 1.2 Dénition des diérents angles utilisés m n θ h micro-facette macro-facette Figure 1.3 Microfacette macrofacette 6

7 da Figure 1.4 Visualisation de l'irradiance sur une surface da Flux radiant (Φ) nombre de joules émis par seconde par une source lumineuse. Irradiance (E) densité de ux radiant par rapport à une surface, ou dit autrement, le nombre de joules émis par seconde qui atteignent une surface prédénie, A (voir gure 1.4). E = dφ da Réectance (L o ) Lorsqu'un rayon lumineux rencontre une surface, il n'est pas forcément entièrement rééchi : une partie peut être absorbée ou alors se diuser dans le matériau. La fraction rééchie de l'irradiance est appelée réectance ; le coecient appliqué à l'irradiance pour donner la réectance est la Brdf, notée f ou ρ. L o (o) = f(i, o) de(i) dω o (1.2) Ω est obtenu à partir de f(i, o) = dl o(o) de(i) Ω étant l'hémisphère centré sur la norme n de la face considérée du modèle. Bidirectional reectance distribution function (Brdf) fonction qui calcule la réectance d'un matériau en fonction du rayon incident et du rayon sortant, à l'aide de probabilités. Shifted gamma distribution (Sgd) Brdf basée sur le modèle de Cook-Torrance [10]. Partie spéculaire ne prend en compte que la réexion du rayon incident par rapport à la surface. Partie diuse s'occupe de tout ce qui est transmission, scattering, absorption dans le matériau : ce qui donne à un matériau sa couleur. Toutefois pour les Brdf, contrairement à la partie spéculaire, la partie diuse est caractérisée par une valeur mesurée, et non par une formule analytique. Les Bssrdf et Btdf (le t signie transmission), présentées ultérieurement, utilisent au contraire une formule analytique pour la partie diuse ; ce sont des modèles plus complexes, qui demandent plus de ressources à l'exécution. Le ttage consiste à trouver la valeur des diérents paramètres du modèle, an que le modèle approxime au mieux une source ; l'algorithme utilisé est celui de Levenberg-Marquardt [4], [5] pour l'implémentation. L'échantillonnage consiste à lancer plusieurs rayons par pixel, puis de faire une moyenne pondérée pour obtenir le résultat nal pour ce pixel. Comme le modèle est basé sur des probabilités, lancer un unique rayon par pixel aurait des résultats très diérents entre les images d'une même scène, ainsi qu'au sein d'une même scène : deux pixels adjacents, représentant une même surface, pourraient avoir deux valeurs totalement diérentes, ce qui crée du bruit. Lancer plusieurs rayons a pour eet de lisser le résultat. Par la suite, une image obtenue avec 100 échantillons signie que l'on a lancé 100 rayons pour chaque pixel de l'image. (1.1) (1.3) 7

8 (a) Partie diuse uniquement (b) Partie spéculaire uniquement (c) Partie diuse et spéculaire Figure 1.5 On peut remarquer que la partie diuse est constitué d'une couleur unie sur toute la surface du matériau, ce qui est normal sur un matériau opaque comme le gold-paint utilisé ici. La partie spéculaire représentant les réections, on a une couleur qui varie suivant l'intensité et la direction de l'éclairage. 1.3 Présentation du domaine et travaux précédents La notion de Brdf a été introduite par Fred E. Nicodemus en 1965 [7]. Son but était de proposer une généralisation du calcul de la réectance d'une surface opaque, indépendante de la géométrie, alors que les travaux précédents ne s'appliquaient qu'à une même géométrie. La notion de bidirection pour la Brdf n'est pas explicitement citée dans le papier de Nicodemus, mais transparaît par la loi de réciprocité d'helmhotz : si on intervertit le rayon incident et le rayon sortant, la réectance ne change pas. Il existe deux grandes familles de Brdf : les Brdf mesurées et les Brdf analytiques. Les Brdf mesurées consistent en une table contenant les valeurs mesurées sur un modèle réel, sous diérents angles de vue et d'éclairage. Lors de leur utilisation dans un programme, il sut de choisir la table correspondant au matériau voulu, puis d'aller piocher la valeur en se servant des rayons incident et sortant, pour calculer l'indice. Plusieurs papiers se sont penchés sur le problème du stockage de telles Brdf (leur empreinte mémoire étant leur point faible), ainsi que sur les méthodes d'acquisition des données. Ainsi, Matusik et al. [6] ont développé un système d'acquisition plus simple de Brdf mesurées isotropes, système basé sur la représentation de Rusinkiewicz [8]. Il permet de réduire la taille des chiers de stockage (un chier fait environ 30 Mo). Ils ont, de plus, créé la base de données Merl-Mit qui contient les Brdf de plus de 100 matériaux. Les Brdf analytiques sont exprimées sous la forme d'une fonction ayant pour paramètres les rayons incident i et sortant o ; par la suite nous utiliserons ρ pour symboliser la Brdf. Cette famille contient un sousgroupe qui suit la théorie de la microfacette : la théorie considère que la macro-facette du modèle est en réalité constituée d'une multitude de microfacettes, qui ne sont pas présentes dans le modèle géométrique (3D), mais qui participent activement à l'eet visuel de la partie spéculaire du matériau, notamment pour sa rugosité (voir gure 1.6). Pour arriver à un rendu similaire, en se basant uniquement sur le modèle 3D, il faudrait descendre à un niveau de précision du modèle assez extrême (de l'ordre du micromètre, ce qui créerait des modèles avec un nombre de points astronomiques de plusieurs milliers de milliards, et des chiers gigantesques de quelques dizaines de giga-octets), ainsi qu'avoir un modèle d'éclairage très précis, ce qui demanderait beaucoup de ressources. Les cousins des Brdf Il existe d'autres modèles qui prennent en compte des aspects supplémentaires : Bssrdf les ss signient subsurface scattering ; elle modélise en plus le rayon réfracté qui se diuse dans la matière, augmentant le réalisme des objets translucides. Svbrdf les sv sigient spatially varying ; la Brdf dépend en plus de la position du point touché. 8

9 (a) Avec une rugosité de 0 (b) Avec une rugosité de 0.03 (c) Avec une rugosité de 0.1 Figure 1.6 Rendu d'une sphère en chrome, avec diérentes rugosités Beckmann exponential TR/GGX 1 P 22 (x) α exp ( ) x 1 2 α 2 2α exp ( ) x α 2 2 α 2 (α 2 +x) 2 Table 1.1 Diérentes fonctions pour P Présentation du modèle de Cook-Torrance Le modèle de réectance de Cook-Torrance [10] utilise le principe de microfacettes (voir gure 1.3 ainsi que le paragraphe précédant les cousins des Brdf). Cette Brdf a pour formule : ρ(i, o) = ρ d π + ρ s D(θ h )G(i, o)f(i h) (1.4) π cos(θ i ) cos(θ o ) avec h = i+o i+o ; θ h, θ i, θ o sont les angles entre la normale de la face n et, respectivement, h, i et o (cf la gure 1.2). ρ d et ρ s représentent respectivement, la partie diuse et la partie spéculaire de la Brdf ; les diérentes fonctions D, G et F seront présentées dans les sous-sections suivantes. Ce modèle a l'avantage de très bien approcher les matériaux dius et brillants, toutefois, les matériaux spéculaires (comme les métaux) sont moins bien représentés ; cette partie est corrigée dans Sgd (présenté en 1.5) grâce à un choix diérent pour la fonction D La fonction D Appelée fonction de distribution, elle donne la densité de probabilité de la normale de la microfacette. Elle représente la densité de probabilité que m soit dans le cône d'angle θ h, centré sur n. Son expression est la suivante : D(θ) = χ [0,π/2](θ) π cos 4 (θ) P 22( tan 2 (θ) ) θ [ ] 0, π 2 (1.5) P 22 est un des paramètres du modèle ; la table 1.1 contient quelques exemples classiques de P 22. D doit vérier π ( 2 ) 2π 0 0 (D(θ) cos(θ)) sin(θ) dφ dθ = 1, et renvoie une valeur entre 0 et La fonction G d'ombrage-masquage Comme on peut le voir sur la gure 1.7, il est possible qu'un rayon lumineux arrivant sur la surface ne reparte pas (cf gure 1.7(a)), qu'il n'atteigne pas une certaine zone (cf gure 1.7(b)), ou qu'il ait subi de multiples réexions (cf gure 1.7(c)). Cette fonction approxime ce phénomène en renvoyant une valeur entre 0 et 1, qui agit comme coecient sur la partie spéculaire. Les fonctions D et G sont liées par leur dénition, mais aussi par leur formule, G dépendant de P représente ici un produit membre à membre de vecteurs G(i, o) G 1 (θ i ) G 1 (θ o ) 1 (1.6) 9

10 partie ombragée (a) Phénomène d'ombrage partie masquée (b) Phénomène de masquage inter-réexions (c) Phénomène d'inter-réexions Figure 1.7 Explication physique de la fonction G avec χ π [0, 2 G 1 (θ) = ](θ) 1 + Λ(θ) Λ(θ) = P 2 (r) = + 1 tan(θ) + (1.7) P 2 (r) ( r tan(θ) 1 ) dr (1.8) P 22 ( r 2 + q 2) dq (1.9) Le coecient de Fresnel F Ce coecient représente la réection externe, c'est-à-dire quand la lumière passe de l'air entourant l'objet, à la matière composant l'objet ; il est tiré des équations de Fresnel : avec R = R s + R p 2 ( ) 2 n 1 cos(θ i ) n n1 2 (1 sin(θ i ) n 2 R s = ( ) 2 n 1 cos(θ i ) + n n1 2 (1 sin(θ i ) n 2 ( ) 2 n n1 1 (1 sin(θ i ) n 2 cos(θ i ) n 2 R p = ( ) 2 n n1 1 (1 sin(θ i ) + n 2 cos(θ i ) n (1.10) (1.11) (1.12) Il est aussi possible de calculer ce coecient à partir de données mesurées et de la formule de la BRDF ( F(x) = m(i, o) ρ ) d π cos(θ i) cos(θ o ) (1.13) π ρ s D(θ h )G(i, o) ou à partir de l'approximation de Schlick [9] F(x) = F 0 + (1 F 0 ) (1 x) 5 x [0, 1] (1.14) ce qui permet de gagner un certain temps de calcul, vu la complexité des équations (1.11) et (1.12). F(x) renvoie une valeur comprise dans [0, 1]. 10

11 1.5 Présentation du modèle utilisé : SGD Le modèle Sgd [1] se base sur le modèle de Cook-Torrance, présenté dans la section précédente. Il utilise toutefois une fonction de distribution diérente, ainsi qu'une approximation de Schlick (cf partie 1.4.3) à laquelle un terme a été rajouté, pour le coecient de Fresnel. Outre quelques fonctions diérentes par rapport à Cook-Torrance, toutes les fonctions de Sgd renvoient des vecteurs de dimension 3, contenant le canal rouge, puis vert, puis bleu. Fonction de distribution P 22 : La formule de D est identique à (1.5), mais on utilise la fonction suivante pour P 22 (x) = Γ(s, x) = 1 αγ(1 p, α) + x ( exp ( α2 +x α α 2 +x α ) ) p (1.15) t s 1 exp( t) dt (1.16) avec α une valeur propre au matériau ; p une autre valeur propre au matériau ; la fonction Γ est la fonction gamma incomplète. 1 On utilisera par la suite K α,p = αγ(1 p,α) ; cette valeur ne sera pas calculée à l'exécution, mais précalculée et stockée avec α et p (entre autres). Fonction G 1 On utilise pour l'implémentation l'approximation suivante pour : { ( 1 + λ 1 exp ( c(θ θ 0 ) k) ) si θ > θ 0 G 1 (θ) 1 sinon (1.17) avec ( θ 0 = π ( ) log λ c ) 1 k (1.18) λ, c et k sont des valeurs propres à chaque matériau, et sont stockées avec K α,p et les autres. Coecient de Fresnel Un terme a été rajouté à l'approximation de Schlick, an de mieux prendre en compte certains matériaux comme le nickel ou le gold-paint, ce qui donne l'équation suivante : F(x) = F 0 + (1 F 0 ) (1 x) 5 F 1 x x [0, 1] (1.19) 1.6 Présentation de Mitsuba Mitsuba [3] est un logiciel open-source de lancer de rayons, développé par Wenzel Jakob, et essentiellement utilisé par le milieu de la recherche. Il intègre la plupart des diérentes Brdf existantes, ce qui permet de facilement comparer les résultats, ainsi que diérents intégrateurs, entre autres ; les intégrateurs résolvent l'équation du transport de la lumière. Il est basé sur un système de plugins, ce qui permet de rajouter facilement une nouvelle Brdf, un nouvel intégrateur. 11

12 Chapitre 2 Contribution 2.1 Objectifs Le stage avait pour but de comparer le rendu debrdf mesurées de la base de données Merl-Mit et du modèle de Brdf Sgd dans un moteur de lancer de rayons open-source, Mitsuba. Plus précisément, les objectifs étaient les suivants : 1. ajouter le rendu de Brdf mesurées, tirée de la base de données Merl-Mit ; 2. ajouter le rendu du modèle de Brdf Sgd ; 3. comparer la Sgd à la Brdf mesurée ; 4. ajouter une fonction d'importance à Sgd pour accélérer la convergence ; 5. ajouter de la pré-visualisation à la Brdf mesurée, en s'inspirant des équations de Sgd. Toutes les images présentées par la suite on été obtenues sur une machine double-c ur cadencée à 2.4 GHz travaillant en parallèle avec une machine huit-c urs cadencée à 3.6 GHz (les 10 c urs travaillent ensemble sur l'image), avec l'intégrateur direct (sauf mention contraire). 2.2 Brdf mesurées J'ai commencé par ajouter un plugin pour les Brdf mesurées dans Mitsuba, ce qui m'a permis de prendre en main le fonctionnement de son Api. La table 2.1 regroupe quelques matériaux rendus par cette première contribution, avec diérents échantillonnages. Problème rencontré Les images obtenues sont très bruitées, en utilisant 100 échantillons, pour un temps de calcul d'environ 45 secondes. Pour avoir une image peu bruitée, environ échantillons sont nécessaires, pour un temps de calcul d'environ dix heures. Comme il s'agit de données mesurées, on ne peut pas se baser sur la formule pour prédire dans quelles directions il serait plus intéressant d'échantillonner ; par contre, il est possible de le faire avec une Brdf analytique, ce qui est un de ses avantages. Comme Sgd approxime la Brdf mesurée, on peut se servir des fonctions d'importance utilisée par les deuxième et troisième contributions pour les appliquer également à la Brdf mesurée. 2.3 Brdf Sgd Ma deuxième contribution a consisté à ajouter un second plugin pour Sgd, avec, en plus, de l'échantillonnage par importance. GGX (un modèle de microfacettes étendu qui permet de simuler la transmission à travers des surfaces rugueuses) [11] sera utilisé dans un premier temps. J'ai aussi ré-utilisé les fonctions de Sgd pour créer le module de pré-visualisation pour les Brdf mesurées et la Brdf Sgd ; ce module permet de visualiser de manière interactive le contenu de la scène. La table 2.2 regroupe quelques matériaux rendus par cette deuxième contribution, avec diérents échantillonnages, ainsi qu'avec importance sampling et sans ; la dernière ligne donne un aperçu du module de prévisualisation. Le module de prévisualisation a été écris en Glsl, le langage de shading d'opengl. OpenGL est un langage syntaxiquement similaire au C/C++ et permettant de faire du rendu en 2D ou 3D. Il est très utilisé dans les jeux-vidéos notamment. 12

13 Brdf mesurée aventurnine gold-paint chrome nickel 100 échantillons 45 secondes échantillons 10 heures Table 2.1 Rendu de di érents matériaux avec la Brdf mesurée, sans fonction d'importance, avec di érents échantillonnages Un langage de shading permet de créer des e ets visuels complexes ; le programme écrit en langage de shading a la particularité de tourner sur la carte graphique. Di cultés rencontrées Les fonctions de Mitsuba qui appellent les fonctions du module Sgd ne fournissent que deux nombres aléatoires, pour tirer la normale de la microfacette. Toutefois, un troisième nombre aléatoire est requis pour déterminer si l'on évalue la partie di use ou la partie spéculaire. Comme je n'ai pas réussi à avoir accès au sampler de la scène, j'ai dû en créer un autre au sein du module, ce qui a pour e et d'écraser le sampler existant, quand ils sont du même type. L'échantillonnage par importance avec GGX a permis de grandement diminuer le bruit sur les images, pour un nombre d'échantillons raisonnables (100 échantillons). Toutefois, on est toujours obligé d'utiliser beaucoup d'échantillons (environ ) pour avoir une image vraiment nette. 2.4 Amélioration de la fonction d'échantillonnage Pour avoir une convergence plus rapide, j'ai cherché une nouvelle fonction qui approxime le mieux la fonction P22 et dont on peut calculer l'inverse de l'intégrale ; la gure 2.1 représente cette nouvelle fonction, à côté de fonctions classiques a n de pouvoir les comparer. On peut voir que la queue de la courbe est bien mieux approximée par la nouvelle fonction que les autres, par contre ce n'est pas le cas pour la tête. Toutefois, un seul échantillon peut su r pour approcher la tête et avoir un résultat correct, alors que plusieurs seront nécessaires pour la queue ; ainsi, cette nouvelle fonction devrait donner de meilleurs résultats que les fonctions précédentes. L'approximation à laquelle je suis arrivé, est la suivante : 10 exp 10x λα P22 (x) λα (2.1) Cette fonction sera appelée par la suite la fonction exponentielle, par rapport à sa formule. θm est égal à l'inverse de 2π fois l'intégrale de la probabilité avec laquelle on tire la normale m de la microfacette (voir [1]), D(θh ) cos(θh ) si on échantillone la partie spéculaire, π1 cos(θh ) si c'est la partie di use. On obtient : q arctan αλ 10 log (1 µ2 ) pour la partie spéculaire θm (2.2) arcsin µ2 pour la partie di use 13

14 Sgd aventurnine gold-paint chrome nickel sans importance 100 échantillons 45 secondes sans importance échantillons 7 minutes importance avec GGX 100 échantillons 45 secondes rendu en Glsl 5-10 secondes Table 2.2 Rendu de di érents matériaux avec Sgd, sans fonction d'importance puis avec GGX, avec di érents nombres d'échantillons, et pour nir, le module de prévisualisation en Glsl 14

15 (a) Échelle normale (b) Échelle logarithmique Figure 2.1 Achage de la fonction exponentielle, par rapport à diérentes fonctions P 22 utilisant les paramètres du chrome classiques, en La formule pour obtenir les poids vient de [11], et est la suivante : weight(i, o) = ρ(i, o) o n p(o) (2.3) avec p la probabilité de tirer le rayon sortant : p(o) = D(θ h ) cos(θ h ) ω h ω o (2.4) ω h ω o est le jacobien de la transformation de la demi-direction. On arrive à : w di 4(ρ s + ρ d ) π w spéc 4(ρ s + ρ d ) π cos(θ o ) i m π cos(θ h ) D(θ h)f(i h)g(i, o) i m cos(θ i ) π cos 3 (θ h )λα ( 10 exp 10 tan2 (θ h ) λα (2.5) ) (2.6) Chaque poids a été divisé par une probabilité supplémentaire : celle d'échantillonner la partie diuse ou la partie ρ spéculaire. Pour la partie spéculaire, elle est de s ρ d +ρ s, et de pour la partie diuse. ρ d ρ d +ρ s Diculté rencontrée Trouver une fonction qui approxime bien une autre fonction, avec en plus une préférence pour certains intervalles (qui ont visuellement une plus grande importance), n'est pas tâche aisée. Résultats Les images obtenues avec cette fonction d'importance ont, avec 100 échantillons et en 45 secondes, une meilleure qualité que les échantillons sans importance obtenus en 10 heures, ainsi que les échantillons de l'importance avec GGX obtenus en 1 heure. 2.5 Comparaisons Toutes les images de la table 2.3 ont été obtenues avec 100 échantillons en 45 secondes. On peut voir que Sgd obtient quasiment les mêmes images que la Brdf mesurée, à l'exception du chrome qui est un des matériaux les plus diciles à capturer correctement (peut-être qu'un rettage du matériau pourrait améliorer le résultat) ; on peut voir qu'il est bien plus sombre et violet que sur la Brdf mesurée, et ne présente pas de tache. La fonction exponentielle permet d'avoir une image très peu bruitée en seulement 45 secondes, en restant dèle au modèle utilisé (mis à part une exception sur le nickel pour la Brdf mesurée, qui reste inexpliquée à ce jour). 15

16 Sgd aventurnine gold-paint chrome nickel sans importance importance avec GGX importance avec exponentielle Brdf mesurée sans importance importance avec GGX importance avec exponentielle Table 2.3 Récapitulatif des di érents résultats pour 100 échantillons, pour les di érentes Brdf, utilisant di érentes fonctions d'échantillonnage ; temps de rendu 45 secondes 16

17 Pour nir, la gure 2.2 regroupe diérents matériaux rendus avec Sgd et exponentielle, avec 100 échantillons et photonmapping comme intégrateur, en 4 minutes. Le photonmapping est un des meilleurs intégrateurs : il est plus lent à résoudre l'équation de transport de la lumière, mais obtient des résultats bien plus précis ; en eet, il prend en compte l'éclairage indirect en plus de l'éclairage direct. Ce qui a une conséquence directe sur l'image : la partie basse de la sphère était toujours sombre voire noire sur les matériaux spéculaires (chrome ou nickel), les rayons étant bloqués par le plan sur lequel est posée la sphère ; en ajoutant l'éclairage indirect, cette partie devient accessible. 17

18 (a) Aventurine (b) Gold-paint (c) Chrome (d) Nickel Figure 2.2 Rendu de Sgd avec exponentielle, en utilisant du photonmapping comme intégrateur ; temps de rendu 4 minutes 18

19 Conclusion Ce stage avait pour but de comparer deux méthodes de rendu de matériaux prenant en compte la réectance, l'une mesurée (utilisant la base de données Merl-Mit [6]), l'autre analytique (Sgd [1]). Ces méthodes sont d'une grande importance, car elles permettent de donner un rendu réaliste aux matériaux en ajoutant des détails à priori inmes qui permettent à l' il de mieux saisir la texture de ces matériaux. Les applications sont multiples : cinéma, commerce, jeux, etc. et d'autant plus nécessaires que la résolution des écrans s'accroît (4K2K, voire ultérieurement 8K4K). La comparaison se voulait réaliste, aussi l'implémentation des deux méthodes s'est-elle faite au sein d'un moteur de rendu open-source, Mitsuba, largement utilisé dans la communauté scientique. Lors de ce stage, j'ai donc ajouté deux modules à Mitsuba, l'un pour les données de la base de données Merl-Mit et l'autre pour Sgd, accompagnés d'un module de pré-visualisation en Glsl. An d'accélérer le rendu, diérentes fonctions d'importance sampling ont été utilisées dans le but de réduire le nombre d'échantillons nécessaires à produire une image peu (voire pas) bruitée, car les échantillons sont tirés intelligemment. La fonction exponentielle permet d'obtenir une image de qualité comparable en un temps bien inférieur (45 secondes contre 11 heures) par rapport à l'utilisation d'un même modèle, sans fonction d'importance. Il pourrait être intéressant de retter et d'étudier plus en détails quelques matériaux, notamment le chrome, les calculs de l'éclairage ayant tendance à diverger un peu pour ces matériaux lors de l'utilisation de Sgd. De même, essayer de trouver une nouvelle fonction d'importance qui approximerait mieux P 22 que la fonction exponentielle, permettrait peut-être d'arriver à des temps de rendu de l'ordre de la seconde, et de passer progressivement sur du temps réel. 19

20 Bibliographie [1] M. Bagher, Mahdi, Cyril Soler, and Nicolas Holzschuch. Accurate tting of measured reectances using a Shifted Gamma micro-facet distribution. Computer Graphics Forum, 31(4), June , 13, 19 [2] James F. Blinn. Models of light reection for computer synthesized pictures. SIGGRAPH Comput. Graph., 11(2) :192198, July [3] Wenzel Jakob. Mitsuba renderer, [4] Christian Kanzow, Nobuo Yamashita, and Masao Fukushima. Levenbergmarquardt methods with strong local convergence properties for solving nonlinear equations with convex constraints. Journal of Computational and Applied Mathematics, 172(2) :375397, [5] M.I.A. Lourakis. levmar : Levenberg-marquardt nonlinear least squares algorithms in C/C++. [web page] Jul [6] Wojciech Matusik, Hanspeter Pster, Matt Brand, and Leonard McMillan. A data-driven reectance model. ACM Transactions on Graphics, 22(3) :759769, July , 8, 19 [7] Fred E Nicodemus. Directional reectance and emissivity of an opaque surface. Applied Optics, 4(7) : , [8] Szymon M Rusinkiewicz. A new change of variables for ecient brdf representation. In Rendering techniques' 98, pages Springer, , 8 [9] Christophe Schlick. An inexpensive brdf model for physically-based rendering. In Computer graphics forum, volume 13, pages Wiley Online Library, [10] Kenneth E Torrance and Ephraim M Sparrow. Theory for o-specular reection from roughened surfaces. JOSA, 57(9) : , , 9 [11] Bruce Walter, Stephen R Marschner, Hongsong Li, and Kenneth E Torrance. Microfacet models for refraction through rough surfaces. In Proceedings of the 18th Eurographics conference on Rendering Techniques, pages Eurographics Association, , 15 20

Aujourd hui. Synthèse d Images. De la réalité à l ordinateur. De la réalité à l ordinateur. Triangle Mesh: Possibilités: Cours plus tard

Aujourd hui. Synthèse d Images. De la réalité à l ordinateur. De la réalité à l ordinateur. Triangle Mesh: Possibilités: Cours plus tard Aujourd hui Comment créer un modèle sur l ordi? Synthèse d Images Elmar Eisemann Elmar.Eisemann@inrialpes.fr Basé sur les cours de E. Boyer, H. Briceno, N. Holzschuch Qu est-ce l éclairage? Comment simuler

Plus en détail

IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4)

IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4) IFT3355: Infographie Sujet 6: shading 7 (illumination globale 4) Derek Nowrouzezahrai Département d informatique et de recherche opérationelle Université de Montréal Ambient Occlusion expériment numérique

Plus en détail

Synthèse d'images I. Venceslas BIRI IGM Université de Marne La

Synthèse d'images I. Venceslas BIRI IGM Université de Marne La Synthèse d'images I Venceslas BIRI IGM Université de Marne La La synthèse d'images II. Rendu & Affichage 1. Introduction Venceslas BIRI IGM Université de Marne La Introduction Objectif Réaliser une image

Plus en détail

INFORMATIQUE GRAPHIQUE

INFORMATIQUE GRAPHIQUE INFORMATIQUE GRAPHIQUE Christian Jacquemin (Université Paris 11 et LIMSI-CNRS) COURBES PARAMÉTRIQUES : PRINCIPES Les courbes paramétriques vues comme des trajectoires http://perso.limsi.fr/jacquemi/ Courbes

Plus en détail

IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues

IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues d'un APN http://ti oastro.free.fr IRIS - Prétraitement des images du ciel profond issues d'un APN Figure 1 But du prétraitement et du cumul des poses,

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

AutoCAD... Et ensuite?

AutoCAD... Et ensuite? AutoCAD... Et ensuite? Support de cours "Informatique et Architecture" EPFL - Section Architecture - Ba 3+4 Chargé de cours EPFL/ENAC/LIV Assistant EPFL-ENAC-LIV v080408 Chargé de cours EPFL/ENAC/LIV -

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

6.4. Les Ombres Raytracées (Raytraced Shadows) Shading Lamp Shadow and Spot Hemi Spot Sun Sun Scene F10 Shadow Render Ray Ray Shadow Shadow and Spot

6.4. Les Ombres Raytracées (Raytraced Shadows) Shading Lamp Shadow and Spot Hemi Spot Sun Sun Scene F10 Shadow Render Ray Ray Shadow Shadow and Spot 6.4. Les Ombres Raytracées (Raytraced Shadows) Mode : tous les modes Panneau : contexte Shading / sous-contexte Lamp > Shadow and Spot Raccourci : F5. Les ombres raytracées produisent des ombres très précises

Plus en détail

Pipeline. G.Gilet. Informatique Graphique Moteurs 3D temps réels. Pipeline OpenGL. Guillaume Gilet Guillaume.Gilet@unilim.

Pipeline. G.Gilet. Informatique Graphique Moteurs 3D temps réels. Pipeline OpenGL. Guillaume Gilet Guillaume.Gilet@unilim. Informatique Graphique Moteurs 3D temps réels OpenGL Guillaume Gilet Guillaume.Gilet@unilim.fr 2012-2013 Résumé des épisodes précédents Rasterisation Projection des sommets dans le plan image Rasterisation

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Jeu d optique laser de démonstration U17300 et jeu complémentaire Manuel d utilisation 1/05 ALF Sommaire Page Exp. n o Expérience Jeu d appareils 1 Introduction 2 Eléments fournis

Plus en détail

Création de modèles précis de plantes à partir de scan 3D

Création de modèles précis de plantes à partir de scan 3D Création de modèles précis de plantes à partir de scan 3D Aufrere Pierre April 11, 2011 Table des matières 1 Introduction 2 2 État de l'art 3 3 Algorithme implanté 4 3.1 Base de quatre points coplanaires.....................

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova

DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova DA MOTA Anthony - Comparaison de technologies : PhoneGap VS Cordova I. Introduction Dans une période où la plasticité peut aider à réduire les coûts de développement de projets comme des applications mobile,

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11959-3 annexe B Piano Corner, (c) 2005 par Zsolt Stefan : http://deeppixel.uw.hu/gallery.html YafRay, le moteur de rendu photoréaliste Dès sa création, par une équipe

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée

Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée Sauf mention contraire, le contenu de cet ouvrage est publié sous la licence : Creative Commons BY-NC-SA 2.0 La copie de cet ouvrage est autorisée sous réserve du respect des conditions de la licence Texte

Plus en détail

Plan de cours. Approfondir les connaissances de l étudiante ou de l étudiant en infographie;

Plan de cours. Approfondir les connaissances de l étudiante ou de l étudiant en infographie; Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Plan de cours Diplôme de développement du jeu vidéo (2 ième cycle) Cours : INF 776 Synthèse d images et animation 3D Trimestre

Plus en détail

Télécom Nancy Année 2013-2014

Télécom Nancy Année 2013-2014 Télécom Nancy Année 2013-2014 Rapport 1A Ajout du langage C dans la Programmer's Learning Machine GIANNINI Valentin Loria 615, rue du Jardin Botanique 54600, Villers-Lès-Nancy Maître de stage : QUINSON

Plus en détail

Etude comparative de différents motifs utilisés pour le lancé de rayon

Etude comparative de différents motifs utilisés pour le lancé de rayon Etude comparative de différents motifs utilisés pour le lancé de rayon Alexandre Bonhomme Université de Montréal 1 Introduction Au cours des dernières années les processeurs ont vu leurs capacités de calcul

Plus en détail

TP MSO Synthèse d images: Lancé de rayons CPE

TP MSO Synthèse d images: Lancé de rayons CPE TP MSO Synthèse d images: Lancé de rayons CPE durée-4h 2011 FIGURE 1 Étapes de l algorithme de lancé de rayons. De gauche à droite : équation du calcul d intersection; image des intersections; ordonnancement

Plus en détail

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003

LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 2003 LE POINT SUR LES MATHÉMATIQUES DANS LES BTS RENTRÉE 00 ) LES PROGRAMMES a) Le cadre général L arrêté du 8 juin 00 comporte trois annexes, notamment l annexe donnant l intégralité des modules permettant

Plus en détail

FORMATION LES SCANNERS

FORMATION LES SCANNERS FORMATION LES SCANNERS Généralités Les scanners à plat modernes sont constitués d'éléments CCD, une technologie initialement développée pour les techniques satellites et de télévision. Les CCD transforment

Plus en détail

Composition de scènes de Réalité Augmentée

Composition de scènes de Réalité Augmentée Composition de scènes de Réalité Augmentée J-Y. Didier 26/04/11 1 Système de RA Monde réel / Espace de travail Application de Réalité Augmentée Dispositifs de restitution Utilisateur Capteurs Modèles /

Plus en détail

Shadows. gael.guennebaud@inria.fr

Shadows. gael.guennebaud@inria.fr Shadows gael.guennebaud@inria.fr Simulation de l'éclairage Simule la façon dont un objet reflète la lumière Propriétés de la surface Propriétés des sources lumineuses Propriétés de l'environnement Problématique

Plus en détail

Présentation du projet:

Présentation du projet: : Le but du projet est de réaliser le fonctionnement d'un jeu d échec valide. Plus spécifiquement, il consiste à implémenter l'organisation générale du jeu, et le suivi des règles du mouvement des pièces.

Plus en détail

Introduction à la notion Pipeline Graphique (initiation)

Introduction à la notion Pipeline Graphique (initiation) DENNE Introduction à la notion Pipeline Graphique (initiation) Année universitaire 2004-2005 Pascal Mignot Pascal.Mignot@univ-reims.fr DENNE Objectifs préparation au cours: d OpenGL (initiation) de DirectX

Plus en détail

3.1.1 Image numérique et image analogique.

3.1.1 Image numérique et image analogique. PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1 Image numérique et image analogique. Image numérique se dit digital

Plus en détail

TP : Le jeu de Bataille. 1 Le jeu de bataille. 2 Programmation du jeu. Algorithmes et Programmation Impérative 2

TP : Le jeu de Bataille. 1 Le jeu de bataille. 2 Programmation du jeu. Algorithmes et Programmation Impérative 2 Univ. Lille1 - Licence Informatique 2ème année 2012-2013 Algorithmes et Programmation Impérative 2 TP : Le jeu de Bataille Objectifs : Réaliser un programme utilisant les structures de piles et de les.

Plus en détail

Gestion d'un entrepôt

Gestion d'un entrepôt Gestion d'un entrepôt Épreuve pratique d'algorithmique et de programmation Concours commun des écoles normales supérieures Durée de l'épreuve: 3 heures 30 minutes Juin/Juillet 2010 ATTENTION! N oubliez

Plus en détail

Corrections chromatiques de l image

Corrections chromatiques de l image Corrections chromatiques de l image 1. Réglages en amont 2. Utilisation d un histogramme et de la palette infos 3. Réglage du point blanc - point noir 4. Réglage du gamma, correction tonale Pour quadri

Plus en détail

1.8 Exercices. Analyse d'erreurs 43

1.8 Exercices. Analyse d'erreurs 43 1.8 Exercices Analyse d'erreurs 43 1. Tous les chires des nombres suivants sont signicatifs. Donner une borne supérieure de l'erreur absolue et estimer l'erreur relative. a) 0,1234 b) 8,760 c) 3,14156

Plus en détail

Introduction au Dessin Vectoriel

Introduction au Dessin Vectoriel Introduction au Dessin Vectoriel Introduction Lorsque l'on affiche une image sur l'écran d'un ordinateur, ce que l'on voit n'est qu'une succession de points. Il existe pourtant deux manières différentes

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0

Figure 2.1 : fenêtre de travail d'excel v7.0 2.1. Excel 2.1.1. Présentation Les tableurs sont des utilitaires parfois intégrés aux éditeurs de texte (Works, Word, Kspread) ou non (Excel) et qui permettent la gestion de données numériques, le graphisme

Plus en détail

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Lorsqu'une variable est qualitative et l'autre numérique, il est courant que la première identie des sous-populations (sexe, catégories socio-économiques,

Plus en détail

Méthodes d optimisation pour un problème de co-voiturage couplé aux transports en commun

Méthodes d optimisation pour un problème de co-voiturage couplé aux transports en commun Méthodes d optimisation pour un problème de co-voiturage couplé aux transports en commun Aziz Amnay Encadrant : Nadia Brauner Responsable Ensimag : Florence MARANINCHI Grenoble, le 16 mai 2012 Table des

Plus en détail

Application 1- VBA : Test de comportements d'investissements

Application 1- VBA : Test de comportements d'investissements Application 1- VBA : Test de comportements d'investissements Notions mobilisées Chapitres 1 à 5 du cours - Exemple de récupération de cours en ligne 1ère approche des objets (feuilles et classeurs). Corps

Plus en détail

3 Fonctions logarithmiques

3 Fonctions logarithmiques 10 Edition 006-007 / DELM Exercices de base Fonctions logarithmiques Liens hypertextes Cours correspondant de niveau standard: http://www.deleze.name/marcel/sec/cours/logarithmes/log-cours_standard.pdf

Plus en détail

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Voici un exemple du processus d application des algorithmes d apprentissage statistique dans un contexte d affaire, qu on appelle aussi data-mining. 1.

Plus en détail

Rapport de stage. Modélisation géométrique et CAO Calcul géométrique et géométrie différentielle. Stage d'excellence

Rapport de stage. Modélisation géométrique et CAO Calcul géométrique et géométrie différentielle. Stage d'excellence Organisme d'accueil : Laboratoire Jean Kuntzmann 2ème année mathématiques-informatique Stage d'excellence Année 2011/2012 Rapport de stage Modélisation géométrique et CAO Calcul géométrique et géométrie

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012

Théorie et Historique du rendu 3D. Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Théorie et Historique du rendu 3D Faculté d Architecture La Cambre - Horta de l ULB Option AIM du labo AlICe Iris Pissens / 2012 Programme Cours 1 Physique de la lumière // La lumière en architecture

Plus en détail

Contents. Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5

Contents. Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5 Contents Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5 1 Systèmes d'équations non linéaires On considère un intervalle I R (borné ou non)

Plus en détail

Nom IV. Applications industrielles des perspectives

Nom IV. Applications industrielles des perspectives Industriellement, la conception des objets et les diverses procédures nécessaires à leur fabrication imposent régulièrement l'usage de vues en perspective à tous les niveaux des processus d'élaboration.

Plus en détail

TP : Jouons au Poker

TP : Jouons au Poker Univ. Lille1 - Licence Informatique 2ème année 2014-15 Algorithmes et Programmation Impérative 2 TP : Jouons au Poker Objectifs : Programmation modulaire Manipulation de types somme Filtrage de motifs

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Stagiaire : Sejjil Olfa Tuteurs de stage: Luc BIARD et Bernard LACOLLE Laboratoire: Jean Kuntzmann (LJK) Equipe: Modélisation Géométrique & Multirésolution pour

Plus en détail

IN103 - Projet Véhicules Intelligents: Détection des feux de circulation par vision

IN103 - Projet Véhicules Intelligents: Détection des feux de circulation par vision IN103 - Projet Véhicules Intelligents: Détection des feux de circulation par vision Alexander Gepperth alexander.gepperth@ensta.fr 30 août 2012 Dans le cadre de ce projet, nous allons mettre en ouvre une

Plus en détail

Imagerie 3D et mathématiques

Imagerie 3D et mathématiques Imagerie 3D et mathématiques Jacques-Olivier Lachaud Laboratoire de Mathématiques CNRS / Université de Savoie Fête de la Science, 13/10/2013 Galerie Eurêka Image et perception Synthèse d image 3D Imagerie

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Travailler avec Photofiltre

Travailler avec Photofiltre Travailler avec Photofiltre 1 - Isoler / Sélectionner une zone d'une image et définir sa forme Les sélections vectorielles Sélectionnez une forme en cliquant sur le bouton la représentant dans la palette

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

Les types somme. 1 Préparation du TP. 2 Interface du module Carte. Algorithmes et Programmation Impérative 2. 2.1 Les types de donnees

Les types somme. 1 Préparation du TP. 2 Interface du module Carte. Algorithmes et Programmation Impérative 2. 2.1 Les types de donnees Univ. Lille1 - Licence Informatique 2ème année 2014-15 Algorithmes et Programmation Impérative 2 Les types somme 1 Préparation du TP Dans le prochain TP, vous allez réaliser un programme de jeu de poker

Plus en détail

Taux d'évolution, cours de Terminale STG

Taux d'évolution, cours de Terminale STG Taux d'évolution, cours de Terminale STG F.Gaudon 7 novembre 2007 Table des matières Évolutions 2 2 Évolutions successives 3 2. Taux global............................ 3 2.2 Taux moyen............................

Plus en détail

TP : Shell Scripts. 1 Remarque générale. 2 Mise en jambe. 3 Avec des si. Systèmes et scripts

TP : Shell Scripts. 1 Remarque générale. 2 Mise en jambe. 3 Avec des si. Systèmes et scripts E3FI ESIEE Paris Systèmes et scripts B. Perret TP : Shell Scripts 1 Remarque générale Lorsque vous cherchez des informations sur Internet, n'oubliez pas que langage de shell script que nous avons vu correspond

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Introduction. Peintures métallisées. Evaluation visuelle des pigments à effets. Tests physiques Service technique Index

Introduction. Peintures métallisées. Evaluation visuelle des pigments à effets. Tests physiques Service technique Index Introduction Peintures métallisées Aujourd'hui, les effets donnés aux finitions jouent un rôle prépondérant dans de nombreuses applications, car ils rendent un objet nettement différent. Par opposition

Plus en détail

Cahier des charges - 42Capture

Cahier des charges - 42Capture Cahier des charges - 42Capture Etienne Folio - Antoine Leblanc Andrei Pastramagiu - Christophe Vignix (Document recompilé) 23 avril 2006 Bref aperçu du contenu Table des matières 1 Introduction 3 2 Le

Plus en détail

Tutoriel par Legibe www.legibedesign.online.fr

Tutoriel par Legibe www.legibedesign.online.fr Créez une animation de votre logo grâce à Cinema 4D Tutoriel Tutoriel par Legibe www.legibedesign.online.fr 1 ère partie - Préparation à la mise en 3D Ce tutoriel s'adresse notamment aux débutants, mais

Plus en détail

Apprentissage par méthodes à noyaux en reconnaissance d images

Apprentissage par méthodes à noyaux en reconnaissance d images Apprentissage par méthodes à noyaux en reconnaissance d images Alberto Bietti Table des matières Introduction 2 1 Apprentissage par méthodes à noyaux 2 1.1 Position du problème et motivation..........................

Plus en détail

CERTIFICAT DE CRÉATION EN 3D AVANCÉ. Objectifs et plan de formation

CERTIFICAT DE CRÉATION EN 3D AVANCÉ. Objectifs et plan de formation CERTIFICAT DE CRÉATION EN 3D AVANCÉ et plan de formation RESPONSABLE André Blanchard, directeur du Module en multimédia SCOLARITÉ 30 crédits, premier cycle OBJECTIFS Ce programme offre une formation intensive

Plus en détail

Une mosaïque de photos

Une mosaïque de photos Département IMA / 3A (S5) Programmation Structurée 2011/2012 Sujet proposé par J. Dequidt http://laure.gonnord.org/pro/teaching/ Une mosaïque de photos Premier Projet de Développement Logiciel en C Lire

Plus en détail

UTILISATION DE XnView

UTILISATION DE XnView UTILISATION DE XnView 1.1. Installer XnView Nous allons copier sur votre clef USB le logiciel portable aucune installation ne sera nécessaire sur l ordinateur. 1.2. Lancer XnView Un clic sur l icône Xnview.exe

Plus en détail

Annexe D: Les nombres complexes

Annexe D: Les nombres complexes Annexe D: Les nombres complexes L'équation t + 1 = 0 n'a pas de solution dans les nombres réels. Pourtant, vous verrez lors de vos études qu'il est très pratique de pouvoir résoudre des équations de ce

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris 3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1

Plus en détail

Programmation de robots

Programmation de robots Programmation de robots 1 Le robot Le but de ces séances d'initiation est de vous apprendre les bases de la programmation du robot en quelques heures. Pour arriver au plus vite au c ur du sujet, nous avons

Plus en détail

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement

Chapitre 5. Transfert chaleur par rayonnement Chapitre 5 Transfert chaleur par rayonnement 1 Sommaire : 1 - Nature du rayonnement 2 - Caractéristiques ristiques Energétiques 3 - Corps noir 4 - Flux solaire intercepté par la planète Terre 5 - Equilibre

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs

Observer vision et image TP : Couleur. Couleurs I) SYNTHESE ADDITIVE Couleurs I.1 Couleur spectrale et couleur perçue Lumière blanche et couleur spectrale Exp prof : décomposition de la lumière par un prisme (ou un réseau) Couleurs spectrales (exemples)

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB:

Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB: Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB: - dépendance en u, - fonction coût de signe arbitraire, - Application au Shape From Shading. Emmanuel Prados SÉMINAIRE DE CALCUL SCIENTIFIQUE DU CERMICS

Plus en détail

Immersion - Vision 3D dans la RV.

Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours RVS Master II IVA Immersion - Vision 3D dans la RV. Cours de Réalité Virtuelle et Simulation Master II - IVA A. Mebarki - Maître de Conférences Département d'informatique Faculté des Mathématiques

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

La 3D, un outil de communication que les designers maîtrisent!

La 3D, un outil de communication que les designers maîtrisent! Wallonie Design confie une thématique pour la réalisation d un «focus» mensuel à des spécialistes. Chaque article est réalisé par un expert, une agence, un designer ou un enseignant dans le domaine du

Plus en détail

Visualisation des lignes de crêtes apparentes de modèles 3D

Visualisation des lignes de crêtes apparentes de modèles 3D Visualisation des lignes de crêtes apparentes de modèles 3D HAEHNEL Jonathan Université de Strasbourg 17 mai 2013 Haehnel Jonathan Visualisation des lignes de crêtes apparentes de modèles 3D 17 mai 2013

Plus en détail

Rapport OUTILEX. 1 Introduction. Laboratoire d'informatique de Paris 6 B. Piwowarski. September 18, 2006

Rapport OUTILEX. 1 Introduction. Laboratoire d'informatique de Paris 6 B. Piwowarski. September 18, 2006 Rapport OUTILEX Laboratoire d'informatique de Paris 6 B. Piwowarski September 18, 2006 1 Introduction Les systèmes de Recherche d'information (RI), permettent de rechercher dans de grand corpus électronique

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

PLAN DE COURS Automne 2015

PLAN DE COURS Automne 2015 PLAN DE COURS Automne 2015 Infographie (6GEN715) Département des Sciences Appliquées Module d ingénierie Professeur Daniel Audet, ing. Ph.D. Bureau : P4-3010-6 Tél. : (418) 545-5011 poste 5639 Courriel

Plus en détail

Initiation à l'éclairage numérique 3D via Cinema 4D R15

Initiation à l'éclairage numérique 3D via Cinema 4D R15 Initiation à l'éclairage numérique 3D via Cinema 4D R15 par Fabrice Escalier, préparation de la scène 3D Gregory Kerriou - 3D Weave.com Nous allons étudier en détail la mise au point d'un éclairage 3D

Plus en détail

Utilisation des courbes de Bézier en Infographie : Les police True Type et le Morphing.

Utilisation des courbes de Bézier en Infographie : Les police True Type et le Morphing. Utilisation des courbes de Bézier en Infographie : Les police True Type et le Morphing. Historique Les courbes et surfaces de Bézier datent de 1960. Elles sont actuellement utilisées dans de très nombreuses

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Plud d info ici: h2p://en.wikipedia.org/wiki/ List_of_monochrome_and_RGB_pale2es

Plud d info ici: h2p://en.wikipedia.org/wiki/ List_of_monochrome_and_RGB_pale2es 1 2 3 4 Plud d info ici: h2p://en.wikipedia.org/wiki/ List_of_monochrome_and_RGB_pale2es 5 Plud d info ici: h2p://en.wikipedia.org/wiki/ List_of_monochrome_and_RGB_pale2es 6 Plud d info ici: h2p://en.wikipedia.org/wiki/

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

trigonométrie équations mécanique homographie vision pas ordinateur

trigonométrie équations mécanique homographie vision pas ordinateur robotique algorithmes simulation modélisation vecteurs géométrie analytique informatique cinématique inverse produit scalaire Rapport de stage trigonométrie équations mécanique Laboratoire Informatique

Plus en détail

Traitement et synthèse d'image : quelques grandes méthodes

Traitement et synthèse d'image : quelques grandes méthodes STAGE DE PROFESSEURS DE CLASSES PREPARATOIRES Proposé par CPE Lyon 9-10-11 Mai 2012 Traitement et synthèse d'image : quelques grandes méthodes Le traitement d'image et la synthèse d'image sont deux disciplines

Plus en détail

La gravure photo : conseils et astuces

La gravure photo : conseils et astuces La gravure photo : conseils et astuces La gravure photo est considérée comme le summum dans l'univers de la gravure laser. Elle peut cependant devenir très simple si votre logiciel laser vous accompagne

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Métiers de la 3D et du multimédia

Métiers de la 3D et du multimédia K2 Formation Métiers de la 3D et du multimédia 201 CINEMA-4D-Semaine-1 CINEMA 4D - Semaine 1 Cette formation se déroulera sur 2 semaines voir contenu semaine 1 et 2, elle a pour objectif de vous faire

Plus en détail

Bases du traitement des images. Détection de contours. Nicolas Thome. 19 octobre 2009. Plan Modélisation Filtrage Approches continues Post-Traitements

Bases du traitement des images. Détection de contours. Nicolas Thome. 19 octobre 2009. Plan Modélisation Filtrage Approches continues Post-Traitements Détection de contours Nicolas Thome 19 octobre 2009 1 / 61 Introduction Rôle primordial de la détection de contours en vision 1 Réduction d'information Information de toute l'image résumée dans le contours

Plus en détail