ÉTUDE COMPAREE DES SYSTEMES FRANÇAIS ET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE COMPAREE DES SYSTEMES FRANÇAIS ET"

Transcription

1 Faculté des sciences de l administration ÉTUDE COMPAREE DES SYSTEMES FRANÇAIS ET CANADIEN DES RETRAITES JULIE JEANNIN ESSAI DE MAITRISE EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES FINANCE Présenté à M. Gilles Bernier, Directeur M. Patrick Savaria, Lecteur Mai 2004 «Les propos tenus dans ce document n engagent que leur auteur.»

2 ii REMERCIEMENTS J aimerais remercier Gilles Bernier, professeur au département finance et assurance de l Université Laval à Québec, qui m a suggéré l idée de cette recherche et m a guidée dans ma réflexion. M. Bernier m a de plus offert de participer aux travaux du groupement «Question Retraite» et m a donné accès à des informations d un grand intérêt dans le cadre de cet essai. Qu il soit remercié pour sa précieuse collaboration. Mes remerciements vont à Patrick Savaria, professeur de finance à l Université Laval qui a accepté d être le lecteur de cet essai. Je remercie également Pierre Plamondon, Directeur de l évaluation et de la révision à la Régie des Rentes du Québec et membre de l Organisation Internationale du Travail, pour les informations qu il a eu la gentillesse de me fournir. Que soient également remerciés les membres du groupement «Question Retraite» avec qui j ai eu la chance de travailler: Hélène Lapointe de la DRHC, Daniel Doucet d Épargne et Placement Québec, Yann Latulippe de la Régie des Rentes du Québec et une fois de plus Gilles Bernier, titulaire de la Chaire en Assurance L Industrielle-Alliance. Que soit remerciée Nathalie Madore, chef du service «statistiques et sondages» à la Régie des Rentes du Québec qui m a donné accès aux résultats de l enquête mentionnée dans cet essai. J aimerais aussi remercier la Chaire en Assurance L Industrielle-Alliance pour l intérêt qu elle a porté à mon essai et la bourse qu elle a bien voulu m accorder. Un grand merci enfin à mes parents pour leur soutien inconditionnel tout au long de ma scolarité.

3 iii TABLE DES MATIERES Avant propos...1 Introduction...2 I. CADRE THEORIQUE...5 Introduction...5 Modèles bismarckien et beveridgien...5 Les trois piliers Répartition et Capitalisation Le débat répartition-capitalisation : revue de littérature...9 i. Capacité à faire face au choc démographique...9 ii. Les rendements La transition : revue de littérature...12 II. PRESENTATION DES SYSTEMES FRANÇAIS ET CANADIENS...16 A. LA FRANCE...16 Introduction Description des régimes obligatoires...16 i. Les régimes de base...17 ii. Les régimes complémentaires obligatoires Contraintes socio-démographiques...20 i. Le vieillissement de la population...20 ii. Faible activité des actifs les plus âgés...22 iii. Chômage...23 iv. Conséquences...24 v. La question du financement L épargne individuelle en France...28 i. Les risques...28 ii. Les régimes complémentaires non obligatoires d entreprise...28 iii. Les instruments relevant du 3 ème pilier...30 iv. Brève synthèse du système français des retraites La réforme de i. Propos préliminaire sur les réformes...33 ii. Les avancées de la réforme d août Conclusion...44 B. ANALYSE DU CAS DU CANADA Description du système canadien...46 i. Le programme fédéral de la sécurité de la retraite...46 ii. Le Régime des Pensions du Canada et le Régime des Rentes du Québec...47 iii. Les régimes privés La réforme de i. Les points maintenus...52 ii. Les nouveautés...52

4 iv III. LES ENSEIGNEMENTS DU CANADA POUR LA FRANCE Analyse critique du système canadien...56 i. Un système solide et pérenne...56 ii. Des difficultés spécifiques Propositions pour la France...60 i. Différences fondamentales...60 ii. Atteindre l équilibre des régimes...60 iii. Incitation au départ tardif...61 iv. Pleine capitalisation du régime de base...61 v. Les fonds de pension...62 vi. La responsabilisation individuelle...63 IV. L IMPORTANCE DE L EDUCATION FINANCIERE : ENJEU MAJEUR POUR L AVENIR DES SYSTEMES DE RETRAITE...64 A. PARTIE THEORIQUE De l importance de l éducation financière...65 i. Les raisons conjoncturelles...65 ii. Les raisons comportementales Etudes antérieures sur l impact des programmes d éducation Problèmes soulevés par l éducation financière...68 i. Qui doit la fournir?...68 ii. Comment?...69 B. PARTIE EMPIRIQUE Présentation de l enquête...70 i. Le groupement «Question Retraite»...70 ii. Objectifs et méthodologie Analyse des résultats...72 i. Réceptivité par rapport aux messages déjà véhiculés...72 ii. Identification des besoins...75 Conclusion...86 CONCLUSION GENERALE...88 Bibliographie...92 Liste des figures et des schémas...97 Annexes...98

5 1 AVANT PROPOS Le thème de cet essai m a été suggéré par Gilles Bernier, professeur à l Université Laval à Québec, Canada, qui s intéresse de près à la question de la sécurité financière à la retraite. La sensibilisation à l importance de la planification en vue de la retraite est en effet un sujet de préoccupation majeur pour la Régie des Rentes du Québec avec laquelle M. Bernier collabore pour de nombreuses études. Il m a donc proposé de travailler sur ce thème et j ai adopté pour cette recherche un plan qui m a permis de le traiter de manière pertinente pour moi. Le sujet m a paru intéressant pour plusieurs raisons. Déjà, la problématique des retraites est un sujet de l actualité financière particulièrement brûlant en France, comme l ont montré les évènements du printemps et de l été 2003, auquel tous les pays occidentaux sont confrontés de près ou de loin. C est un enjeu de taille pour tous ces pays qu il est important de maîtriser. Ensuite, la thématique me permettait de tirer parti de mon expérience québécoise et de proposer un plan comparant les deux pays que je connais le mieux : la France, mon pays natal, et le Canada, mon pays d élection où j aurai passé deux années à la fin de mon MBA. Enfin, le sujet traité est à même d intéresser les institutions financières et les gestionnaires de fonds, employeurs potentiels, et peut constituer un passeport pour mon entrée dans le monde du travail.

6 2 INTRODUCTION Les récentes réformes en Allemagne et en Suède, les recommandations des sommets européens de Barcelone et Stockholm et plus anciennement le Livre Blanc et le rapport Charpin mènent tous à la même conclusion : il était urgent en France de régler la question des retraites. Le sujet est délicat et a longtemps fait peur à la fois aux citoyens et aux gouvernements successifs. L actualité du printemps et de l été 2003, avant que la canicule ne fasse la une de tous les journaux télévisés, a montré à quel point la question est sensible pour nombre de Français. Pour autant le sujet n est pas une spécificité française. Tous les pays occidentaux ont, dans des proportions variables mais de manière significative, été confrontés à une réforme de leur régime de retraite, pour répondre à des contraintes économiques et démographiques de plus en plus pressantes. L OCDE documente largement le sujet. Les instances européennes en font un sujet prioritaire. L étude du système canadien, qui a opéré, en 1998, une transition d un modèle «pay as you go» à un modèle davantage capitalisé et qui possède des véhicules collectifs et individuels axés sur la pleine capitalisation est intéressante pour plusieurs raisons. Déjà, la réforme est relativement précoce et nous pouvons, cinq ans après, tirer des conclusions qui ne sont pas hâtives. Ensuite, le Canada a une attitude généralement plus libérale que la France, plus pragmatique aussi, qu il est intéressant d étudier. Mais c est un pays qui, à bien des égards, se situe à mi-chemin entre les États-Unis et l Europe et qui a choisi un modèle qui ressemble, du moins partiellement, à la voie qu a choisie la France avec ses réformes actuelles. Il me paraît donc particulièrement intéressant de comparer les réformes entre elles, à l aune des contraintes respectives des deux pays. Dans quelle mesure le système canadien peut-il être adapté à la France? Pourquoi et comment? Dans le processus de responsabilisation des individus par rapport à la retraite, tel qu il s est déroulé au Canada et tel qu il pourrait se dérouler en France, l éducation financière joue un rôle primordial. Nous avons donc choisi de nous appuyer sur une enquête québécoise commanditée par le groupement «Question Retraite», pour déterminer les orientations que devraient prendre

7 3 des programmes d éducation financière. Cette enquête portant sur les comportements et les attitudes des Québécois en matière de planification de la retraite permet de tirer des conclusions intéressantes pour les acteurs qui désirent améliorer la planification individuelle de la retraite, aussi bien en contexte canadien que français. Pour comprendre les enjeux liés à la problématique des réformes des régimes de retraite, nous commencerons par poser le cadre théorique en présentant les deux modèles qui servent de base à tous les régimes : la répartition et la capitalisation. Puis, nous positionnerons chaque modèle par rapport à l autre selon les critères que nous jugerons pertinents. Pour identifier les déterminants de l efficacité de chaque régime, nous nous appuierons sur des auteurs ayant travaillé sur le sujet. Nous nous placerons d un point de vue purement économique et financier, sans considération d ordre politique. Cette partie théorique se clôturera par une présentation des motivations qui justifient ou non une transition. Pour cela, nous établirons une revue de littérature fondée sur des textes français, américains et canadiens. Dans une deuxième partie, nous aborderons les spécificités françaises en commençant par la description des différents régimes. Afin de bien comprendre les problèmes auxquels la France fait face, nous consacrerons toute une section aux contraintes socio-démographiques ainsi qu à la question du financement des régimes. Puis, nous développerons le thème des réformes avec les options qui s offrent quand un pays décide de modifier son système de retraite. Nous proposerons ensuite une analyse détaillée de la réforme Fillon d août Nous procéderons sensiblement de la même manière pour le Canada : description des régimes puis présentation et analyse de la réforme de 1998 qui consiste en une capitalisation accrue du régime de base et en une incitation forte à l épargne individuelle et à l épargne d entreprise, plus connue sous le nom de «fonds de pension». En mettant en lumière, avec cinq ans de recul, les forces et les faiblesses de la réforme canadienne et en lui comparant la récente réforme française, nous serons en mesure de faire des recommandations pour le régime français : idées à emprunter, pièges à éviter, efforts particuliers à fournir.

8 4 Notre dernière partie, s appuyant sur des données empiriques, nous permettra de compléter ces recommandations. Elle présentera tout d abord l importance de l éducation financière pour la pérennité des systèmes de retraite puis donnera une vision synthétique des travaux réalisés à ce jour sur le sujet. Puis, nous aborderons la partie empirique proprement dite avec présentation de l enquête et analyse des résultats pertinents pour les fins de cet essai. Pour finir, nous étendrons nos conclusions au cas français.

9 5 I. CADRE THEORIQUE INTRODUCTION Modèles bismarckien et beveridgien Les systèmes de protection sociale modernes trouvent leur sources d inspiration dans les systèmes bismarckien et beveridgien. Le premier a été développé par le chancelier allemand Bismarck qui instaure les assurances sociales obligatoires destinées à couvrir les ouvriers en 1871 et l assurance-vieillesse-invalidité en Les retraites sont financées à cotisations égales par les employeurs et les salariés et les fonds sont gérés par capitalisation. Le modèle, étendu à la plupart des pays européens au début du XX e siècle, connaît de graves difficultés au lendemain de la première guerre mondiale, quand l inflation galopante vient quasiment anéantir le patrimoine accumulé. Les gouvernements choisissent alors de se tourner vers la répartition. Les cotisations viennent alors directement alimenter les pensions des retraités. Aujourd hui, les systèmes d inspiration bismarckienne ou systèmes assurantiels se caractérisent par leur financement (cotisation sur les salaires), leur fort taux de remplacement et la gestion paritaire par les entreprises et les salariés. On les retrouve dans des pays comme la France, la Belgique, l Allemagne, l Autriche, le Luxembourg, l Espagne, le Portugal, l Italie et la Grèce. Le système beveridgien doit son nom à M. Beveridge, chargé par le gouvernement britannique d un rapport sur l indigence et la pauvreté. Le rapport, remis en 1942, préconise la mise en place d un niveau de pension minimal et universel. Le système peut ensuite être complété de manière volontaire par les affiliés en ayant recours à des prestataires privés. Le système beveridgien est financé par l impôt. Il est fortement redistributif mais les taux de remplacement sont généralement très faibles. C est un système de pensions forfaitaires en vigueur au Royaume-Uni, en Irlande, en Suède, au Danemark, en Finlande et aux Pays-Bas.

10 6 Cette distinction, fondée sur des données historiques, explique les différences majeures que l on peut observer actuellement entre les systèmes de retraites des pays. Mais il existe différents niveaux dans les systèmes de retraites et chacun possède ses spécificités. Les trois piliers Le premier niveau est généralement appelé «régime de base» et relève de la sécurité sociale. À de rares exceptions près (Chili, Japon), ce régime est géré par répartition. Il peut être financé par les cotisations sociales ou une composition de cotisations sociales et d impôt. Le choix du financement est principalement dicté par le modèle dont s inspire le pays, bismarckien ou beveridgien. Le second niveau est constitué des régimes complémentaires. Ils sont à la discrétion de l employeur et les employés peuvent y participer sur une base volontaire. Il existe donc des niveaux de couverture différents d une entreprise à l autre, d un pays à l autre. La France est l un des seuls pays dont le système de régime complémentaire est géré par répartition. Elle présente aussi la particularité d obliger les employeurs à un minimum de couverture par le biais des régimes complémentaires obligatoires. Le dernier niveau est à la discrétion de l individu qui peut utiliser le moyen de son choix pour se constituer son épargne-retraite. Il aura souvent recours à des institutions financières (banques, assurances,...). Les rentes viagères, l assurance-vie et les fonds de pension font partie de ce troisième niveau. La question du choix entre répartition et capitalisation est donc susceptible d être débattue uniquement pour les niveaux 1 et 2, le 3 e étant sans ambiguïté capitalisé. Une revue de littérature sur les enjeux d une transition «répartition vers capitalisation» nous servira donc à mieux comprendre le débat autour des réformes actuelles, au Canada et en France. Après avoir présenté le fonctionnement de chaque système et identifié les déterminants de leur efficacité, nous mettrons en avant les différentes thèses relatives à la pertinence de l un et l autre modèle.

11 7 1. REPARTITION ET CAPITALISATION Un système par répartition trouve son fondement dans la justice sociale et l équité intergénérationnelle. On peut modéliser très simplement l équilibre des régimes par répartition, ainsi que le fait Legros (2001). En partant du principe que les pensions sont versées aux retraités à partir des cotisations prélevées sur les salaires des actifs, définissons τ : taux de cotisation s : le salaire moyen des actifs p : le niveau moyen des pensions N t : le nombre d actifs au temps t Ainsi, en se plaçant en t, N t compte le nombre d actifs et N t-1 compte le nombre de retraités (ceux qui étaient actifs en t-1) La relation d équilibre s établit comme suit : τ x s x N t = p x N t-1 (*) ou encore τ = (p/s) x (N t-1 / N t ) Le ratio p/s est le ratio de remplacement macroéconomique et mesure la générosité du système. Ce ratio, tiré d un modèle simplifié, diffère de celui présenté généralement dans les études et qui lui mesure le montant des pensions par rapport au salaire de référence. Le calcul du salaire de référence varie selon les pays. Il prend en compte les derniers salaires ou les salaires des meilleures années sur une période plus ou moins étendue. Le ratio N t-1 / N t est le ratio de remplacement des générations. Presque tous les systèmes de répartition font aujourd hui face à un déséquilibre, les cotisations n étant plus suffisantes pour payer les retraites. Ainsi l on a :

12 8 τ x s x N t p x N t-1 τ (p/s) x (N t-1 / N t ) Pour revenir à l équilibre, trois options se présentent à nous : Augmenter τ, le taux de cotisation Diminuer le ratio (p/s), ce qui revient à diminuer la générosité du système Diminuer le ratio (N t-1 / N t ), le moyen le plus évident pour y arriver étant de repousser l âge de la retraite. Ce modèle nous permet également de calculer le taux de rendement d un système par répartition. Nous verrons que ce taux est déterminant quand on juge de l efficacité d un système sur l autre. Posons : c : le taux de croissance de la population active N t-1 x (1+c) = N t g : le taux de croissance des salaires s t-1 x (1+g) = s t Posons que le taux de cotisation τ est fixe. De la relation (*) on tire : p t = τ x s t x N t / N t-1 où p t est le niveau de pension actuel Ou encore p t = τ x s t-1 x (1+g) x (1+c), en négligeant le terme croisé g x c, p t τ x s t-1 x (1+g +c) On voit donc que les pensions prélevées en t-1, soit τ x s t-1, ont cru au rythme de (c+g). Ce taux de (c+g) est donc le taux de rendement du système par répartition. Le système par capitalisation se retrouve dans la très grande majorité des régimes complémentaires, France exceptée, et dans de très rares régimes de base comme le Chili. Il répond à une logique individuelle : ce ne sont pas les prélèvements des cotisants actuels qui

13 9 alimentent les pensions mais le capital accumulé grâce aux caisses autonomes, aux contrats d assurance-groupe ou aux provisions inscrites au bilan des entreprises. 2. LE DEBAT REPARTITION-CAPITALISATION : REVUE DE LITTERATURE La littérature portant sur les avantages relatifs de la répartition et de la capitalisation est abondante. Si les auteurs s opposent souvent sur les réalités économiques découlant de l un ou de l autre modèle, ils semblent cependant s accorder sur les critères d évaluation. Ils s interrogent tous, en effet, sur la capacité des modèles à faire face aux chocs démographiques et sur les rendements comparés. i. Capacité à faire face au choc démographique La principale raison qui pousse tant de chercheurs à se pencher sur la question des systèmes de retraites est évidente : tous les pays occidentalisés font face au même problème de vieillissement de la population. L augmentation de l espérance de vie, le déficit des naissances et l arrivée à l âge de la retraite de la génération des baby-boomers sont les trois facteurs majeurs de ce vieillissement. Ainsi la question de la supériorité d un modèle sur l autre est évaluée à l aune de sa capacité à encaisser ce choc, tout en assurant une équité entre les générations. Le courant principal de pensée veut que la capitalisation soit préférable parce qu elle est assez peu sensible aux chocs démographiques. Marques (2000) pense que la capitalisation est mieux immunisée contre les conséquences du vieillissement et qu un vieillissement doublé d une stagnation économique affecterait plus fortement la répartition. En effet, la répartition est tributaire d une seule économie alors que la capitalisation peut bénéficier des effets de la diversification. De même, Persson (2000) est d avis que le problème du vieillissement ne se pose que pour le système public. Le système privé, parce qu il repose sur des mesures actuarielles, peut s ajuster à la démographie (en augmentant les frais ou en diminuant les pensions). Pour Blanchet (1998), les arguments relatifs au choc démographique ne sont pas totalement satisfaisants. Car dans le cas d un choc sur le taux de croissance démographique, qui constitue le premier type de choc, la capitalisation échappe aux effets uniquement si les actifs sont investis à

14 10 l étranger, dans des pays qui ne subissent pas de choc démographique ce sont donc des placements risqués. Dans le cadre d une économie fermée, les fluctuations de la population ont des effets sur le ratio capital/travail dont les conséquences sur le rendement de la capitalisation sont selon lui les mêmes que sur le rendement de la répartition. En cas d allongement de la durée de vie (second type de choc), les effets sont sensiblement les mêmes pour les deux modèles car ils impliquent un effort dans la préparation de la retraite ou une baisse des prestations. Il en conclut que les deux modèles peuvent cohabiter sans être par ailleurs équivalents. Pour certains, les deux modèles sont sur un pied d égalité concernant leur résistance au choc démographique. Pour Euzéby (1999), le système quel qu il soit, constitue un transfert des revenus des actifs vers les retraités, d où équivalence. Pour Dupont et Sterdinyak (2000) également, l allongement de la durée de vie à la retraite augmente les dépenses quel que soit le mode de financement. Concialdi (1997), lui, minimise l effet du vieillissement. Pour lui, l avenir des retraites par répartition n est pas hypothéqué par l évolution démographique. Le vieillissement permettra de réaliser des économies sur la jeunesse (éducation, allocations familiales, ) qui seront réaffectées à l assurance vieillesse. Cet argument est discuté par Marques (2000) qui réfute l idée des vases communicants. Les dépenses par enfant étant inversement proportionnelles au nombre de descendants, moins de jeunes ne signifie pas plus de ressources pour les aînés. Par exemple, la baisse de la natalité n a pas entraîné de coupes dans les budgets de l éducation nationale (au contraire). La réaffectation est une solution à court terme dont l effet à long terme serait de fragiliser la répartition en déprimant la natalité. À contre-courant de l opinion générale, Euzéby (1999), Dupont et Sterdyniak (2000) affirment que la capitalisation est contre-productive en cas de choc démographique. En effet, pour consommer leur épargne, les arrivants à la retraite (c est encore plus vrai avec la génération du baby-boom) se mettent à vendre leurs actifs financiers. Cette vente massive des titres à une population active peu nombreuse entraînerait la chute des cours et donc une baisse des revenus à la retraite.

15 11 ii. Les rendements Le second critère majeur pour juger de l efficacité d un système est sa capacité à assurer une retraite correcte aux populations âgées. On pourrait s interroger sur la pertinence d un critère purement financier pour estimer la qualité de la retraite (vit-on mieux avec une plus grosse retraite?) mais c est le référentiel le plus couramment utilisé et le plus facile à quantifier. Cette partie portera donc sur les thèses développées dans la littérature sur les taux de rendement des deux modèles. Comme on l a exposé au début de cet essai, r, le taux de rendement des actifs financiers, peut servir de proxy au taux de rendement du système par capitalisation. D un autre côté, le rendement du système par répartition peut être mesuré par c+g où c représente la croissance de la population et g la croissance des salaires. D autres mesures peuvent bien sûr être utilisées, comme le taux de croissance du PIB en remplacement de c+g par exemple, mais ce modèle a le mérite de fixer un cadre de référence simple. Ainsi pour Samuelson (1958) le choix de l un ou l autre système serait neutre si le taux de croissance de la population (proxy pour le rendement de la répartition) était égal au taux d intérêt (proxy pour le rendement de la capitalisation). Ce n est évidemment pas le cas aujourd hui, tout le monde s accorde à le dire. En revanche, les avis divergent sur la pérennité d une telle situation. D un côté, Blanchet (1998) s interroge sur le caractère purement exogène du rendement en capital par rapport à la croissance. Selon lui, il ne peut l être que dans le cadre d une économie totalement ouverte où les actifs seraient investis sur des marchés décorrélés. Or beaucoup de pays font aujourd hui face aux mêmes contraintes et ainsi les rendements boursiers reflètent au moins partiellement le taux de croissance. Il souligne également le risque des placements en actions et conclut que la supériorité de r sur le taux de croissance n est pas un argument suffisant pour justifier la capitalisation. Les partisans de la répartition mettent en avant l éclatement de la bulle spéculative et la chute des cours boursiers pour condamner la capitalisation. Pour Marques (2000), en revanche, les rendements boursiers sont réguliers sur une longue période, même s ils connaissent des à-coups. Davanne et Pujol (1997) estiment qu un actif qui

16 12 capitaliserait seulement entre 30 et 50% de ses cotisations vieillesse aurait un pouvoir d achat identique au pensionné de l assurance vieillesse. D autres auteurs soutiennent que les taux de croissance et les taux de rendement tendent à converger et que, par conséquent, les systèmes sont équivalents. Il existe enfin des auteurs pour qui le rendement n est pas un facteur discriminant pour juger de l efficacité d un système. Pour Shiller (1999) par exemple, le fait que le rendement de la répartition est inférieur n indique pas que le système est moins bon d un point de vue théorique, mais qu on paie le prix pour le cadeau fait à la première génération de bénéficiaires. 3. LA TRANSITION : REVUE DE LITTERATURE Après avoir exposé les avantages et les problèmes sous-tendus pour chaque modèle, se pose naturellement la question d une éventuelle transition d un système par répartition à un système capitalisé. Nous aborderons la question sous son angle théorique : faut-il ou non changer de système? Pour quelles raisons et sous quelles conditions? Une transition est-elle optimale? Équitable? Nous tenterons de faire le point sur les thèses développées récemment. Les modalités de transition et les exemples réels ne seront pas traités dans cette partie. Il est intéressant de faire dans un premier temps un tour d horizon de ce que les auteurs appellent des pièges ou des fausses idées. Il existe en effet une série d arguments qui sont évoqués pour justifier une transition et qui ne sont pas, toujours d après ces auteurs, des raisons valables. Un éclaircissement à ce sujet mettra mieux en valeur les vraies raisons de changement. Ainsi pour Feldstein (1997), mettre en avant les limites de la répartition ne suffit pas à motiver la transition. Le système de répartition ne va pas faire faillite sous prétexte que les fonds seront vides. Sa continuité dépend de la politique gouvernementale, plus que de son efficacité économique. Ce qui vient modérer l argument des rendements cité précédemment. Il est généralement admis que l introduction d un pilier par capitalisation augmenterait l épargne et cet argument apporte de l eau au moulin des partisans de la réforme dans tous les pays où le

17 13 débat est ouvert. Legros (2002) réfute cette thèse et avance trois arguments. Déjà, la promesse d une retraite par capitalisation n entraîne pas nécessairement des flux d épargne car les taux d épargne les plus bas ne sont pas ceux où la répartition est la plus forte. Ensuite, dans les pays où la répartition est développée et où il existe peu de produits de retraite par capitalisation, l impact du cycle de vie est fort. Les ménages anticipent une détérioration du taux de remplacement et augmentent leur épargne. Enfin, dit Legros, si les systèmes de capitalisation promettent des rendements élevés, l épargne diminuera. Ainsi, une réforme ne doit pas être entreprise dans le but d augmenter l épargne. Pour Persson (2000), le fait que la capitalisation ait un meilleur rendement n indique pas nécessairement qu il faille changer de système. En effet, la répartition, prise comme une classe d actif, peut servir à la diversification et améliorer la frontière efficiente du portefeuille de placement. Tout dépend des corrélations. Le même Persson, constatant la supériorité de la capitalisation dans sa capacité de surmonter les chocs démographiques, propose d introduire des règles actuarielles dans la répartition de manière à contrer les effets du vieillissement. La répartition peut selon lui être adaptée. Ceci étant, de nombreux arguments peuvent être avancés pour justifier une réforme. L idée la plus couramment répandue est que la croissance ou le redéploiement de l épargne est synonyme de plus d investissements, donc plus de croissance. À ceci s ajoute le fait que des pays dont les perspectives sont différentes ont intérêt à échanger du capital. Cet argument s appuie sur la théorie de la diversification du portefeuille. Cependant, la question de la transition se heurte à un problème majeur : le coût de cette transition. Quand les systèmes par répartition ont été mis en place, la première génération de retraités a bénéficié d une pension sans avoir cotisé, ce qui constitue en fait un cadeau du système (free lunch) dont le coût est reporté indéfiniment. En effet, le gouvernement ayant été forcé d emprunter pour octroyer ce cadeau, le coût de la dette continue d être à sa charge (donc à la charge des contribuables) tant que le système fonctionne. Le passage à un système capitalisé

18 14 nécessite de régler ce problème de dette. De manière assez intuitive, le coût de la transition va être payé par une génération «sacrifiée» qui devra à la fois cotiser pour les pensions des retraités actuels et épargner pour sa propre retraite. Ce qui conduit à un autre débat, celui de l équité de la transition : une réforme ne se justifie que si elle améliore le lot de toutes les générations, sans en sacrifier aucune. Que nous disent les auteurs à ce sujet? Feldstein (1995) examine les conditions sous lesquelles une transition, dont le coût est financé par un emprunt gouvernemental, peut produire du bien-être économique, sans minimiser les pensions des retraités actuels ni hypothéquer l avenir des actifs actuels. Trois conditions doivent selon lui être remplies : (1) le produit marginal du capital doit être supérieur à la croissance économique, (2) l intensité capitalistique doit être sous le niveau optimal, c est-à-dire que le produit marginal du capital doit être supérieur au taux d actualisation de la consommation et (3) le taux de croissance doit être positif. Empiriquement, ces trois conditions seraient remplies. Pour Breyer (2001) au contraire, une transition ne peut simplement pas améliorer à la fois l utilité des générations présentes et des générations futures. Elle n est pas optimale au sens de Pareto. Plusieurs pensent que seule la répartition offre une répartition des risques équitables entre les générations. Ainsi pour Demange et Laroque (2001), un système par répartition basé sur des contributions volontaires peut être optimal pour le partage des risques entre générations en contexte d incertitude démographique. Pour Hassler et Lindbeck (1997), seul un système par répartition avec des cotisations fixes peut fournir un partage intergénérationnel des risques optimal. La fiscalité entre en ligne de compte dans ce débat. Ainsi pour Belan, Michel et Pestieau (1996), dans un modèle à croissance endogène, où le savoir technologique est incorporé au capital action et exerce une externalité positive sur les agents productifs, la transition peut se faire en une génération en augmentant le bien-être des deux générations : actifs et retraités. Comme toutes les réformes qui corrigent les distorsions d allocation, c est une réforme de nature fiscale. Mais cela peut être un moyen de rendre le système fiscal plus efficient et les économies ainsi générées peuvent servir à rembourser le cadeau fait à la première génération.

19 15 Damjanovic (2002) étudie les conditions pour une transition optimale au sens de Pareto. Ses conclusions sont les suivantes : l hétérogénéité intergénérationnelle n est pas un obstacle à la transition. Pour remplacer le système d assurance offert par la répartition, elle propose, elle aussi, une réforme de nature fiscale : un impôt redistributif et des transferts à l intérieur d une génération. Persson (2000) examine aussi le coût de la transition sous l angle de la fiscalité. Partant du constat que le prix du cadeau initial doit être payé d une manière ou d une autre, l on peut (1) ne pas réformer : dans ce cas, le cadeau prend la forme d épargne forcée à un rendement inférieur, car le gouvernement fait supporter aux contribuables le coût du remboursement, ce qui constitue en bout de ligne une forme d impôt sur les salaires. (2) Si l on réforme, le gouvernement en assumera le prix soit en faisant peser le coût sur la prochaine génération (double contribution) soit en émettant de la dette qu il financera par l impôt. Si l on exclut la double contribution par souci d équité intergénérationnelle, on doit choisir entre un impôt sur les salaires et un impôt sur les revenus (y compris les revenus du capital). Le second étant préférable d un point de vue fiscal, le fait de ne pas réformer est plus optimal.

20 16 II. PRESENTATION DES SYSTEMES FRANÇAIS ET CANADIENS A. LA FRANCE INTRODUCTION Après avoir présenté le cadre théorique pour une éventuelle réforme des retraites en exposant les fondements et les déterminants des deux modèles répartition et capitalisation et en expliquant les modalités de transition d un modèle à l autre par le biais d une revue de littérature, nous nous proposons d analyser plus en détail le cas français. Notre objectif ultime étant de répondre aux questions suivantes : quelles réformes? pourquoi? comment?, nous commencerons par exposer dans cette partie le système français et ses spécificités. En particulier, nous montrerons pourquoi la réforme votée en août 2003 y était plus urgente et pourtant plus tardive qu ailleurs. Puis nous expliquerons la réforme Fillon en mettant en avant les continuités et les changements. Enfin, nous ferons le point sur l épargne-retraite individuelle en France, qui constitue l enjeu majeur des prochaines années. 1. DESCRIPTION DES REGIMES OBLIGATOIRES La France a fait en 1945 le choix de la répartition par souci d égalité intergénérationnelle. C est donc sur ce principe que fonctionnent non seulement les régimes de base mais aussi les régimes complémentaires obligatoires, ce qui est une particularité française. Par ailleurs, le système des retraites est régi par une série de lois qu il convient de bien identifier : La loi rend obligatoire des retraites complémentaires pour les employés du secteur privé. La loi (article 17) définit le traitement fiscal pour l article 83 du Code Général des Impôts. La loi réglemente les institutions de retraite complémentaire et leurs opérations.

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal

La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal La retraite de nos enfants Colloque Question-Retraite Centre Mont-Royal, Montréal Georges Langis Actuaire en chef Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 2 Une projection*! Niveau de remplacement

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa retraite MA RET RAITE Sommaire Le système de retraite en France, deux grands principes...2 Pour les régimes du privé, du salariat agricole, de l

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite?

Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite? Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite? Ce que les faits nous révèlent Le 20 novembre 2014 CONFIDENTIEL ET EXCLUSIF Il est formellement interdit d utiliser ce matériel sans l autorisation expresse

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

La protection sociale en Europe

La protection sociale en Europe La protection sociale en Europe Le principe de la protection sociale, mutualisée au niveau professionnel ou national est né en Europe à la fin du 19ème siècle en réaction à l apparition d une misère ouvrière

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Institut de la Protection Sociale

Institut de la Protection Sociale IPS 2012 Proposition 8 Institut de la Protection Sociale Proposition Auteur : BC Création : 31/12/2009 Modif. : 22/11/2012 Responsable rédaction Bruno CHRETIEN Contributeur Patrick ROY Sujet traité Repenser

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Les retraites en France

Les retraites en France Les retraites en France Les principales dispositions légales relatives à l âge de la retraite sont liées aux seuils de 60 ans et 65 ans et une retraite à taux plein est obtenue lorsque le nombre de trimestres

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement.

Régime à cotisation déterminée. On sait ce qu on met dedans; ce qu on retirera à la retraite dépend du rendement. Le Régime volontaire d épargne retraite (RVER) face au défi de la sécurité du revenu à la retraite des personnes salariées des groupes communautaires et de femmes et des entreprises d économie sociale

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE CFA Institute est à l avant-garde du comportement éthique dans les marchés d investissement et une source de connaissances respectée au sein de la communauté financière

Plus en détail

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France?

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Chapitre 2 Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Tous les systèmes de retraites appliqués actuellement dans le monde sont fondés sur quelques grands principes. Le système

Plus en détail

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être!

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Cela fait bien longtemps que les pensions et les allocations

Plus en détail

LA PETITE HISTOIRE D UN RÉGIME DE RETRAITE DE SÉCURITÉ SOCIALE: ESPOIR, RISQUES ET RENDEMENT

LA PETITE HISTOIRE D UN RÉGIME DE RETRAITE DE SÉCURITÉ SOCIALE: ESPOIR, RISQUES ET RENDEMENT LA PETITE HISTOIRE D UN RÉGIME DE RETRAITE DE SÉCURITÉ SOCIALE: ESPOIR, RISQUES ET RENDEMENT GRANDE CONFÉRENCE CIRPÉE, UNIVERSITÉ LAVAL 3 SEPTEMBRE 2014 GEORGES LANGIS, ACTUAIRE Il serait absurde pour

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Paris, le 31 août 2010 SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Avant la réforme FILLON (votée fin 2003), un retraité de la fonction publique (ISPV,

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Rentes immédiates RBC. Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite

Rentes immédiates RBC. Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite Rentes immédiates RBC Comment transformer votre épargne en une source de revenu pour votre retraite 2 Rentes immédiates RBC Après avoir passé des années à épargner et à investir pour l avenir, vous serez

Plus en détail

France : enjeux, options et contraintes de la réforme du système de retraite.

France : enjeux, options et contraintes de la réforme du système de retraite. ISSN 1293-2868 n o 2002 56 Janvier 2003 / Février 2003 France : enjeux, options et contraintes de la réforme du système de retraite. par Laurent Vernière Questions Retraite en direct sur votre e-mail Si

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

La dure réalité! SE PRÉPARER FINANCIÈREMENT À LA RETRAITE Un article qui valait 1,00 $ en 1972, coûte maintenant 3,78 $ En tenant compte d un taux d inflation moyen, le prix présentement payé pour un article

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ LAVAL SOMMAIRE DES DISPOSITIONS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 ADMISSIBILITÉ ET ADHÉSION AU RÉGIME... 4 COTISATIONS... 5 PARTICIPATION VOLONTAIRE...

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Retraites. Ce qu il reste à préserver

Retraites. Ce qu il reste à préserver Le COR préconise un autre système de retraite Ce qu il reste à préserver Depuis la loi de 2003 portant réforme des retraites, certains s entendent à considérer que tout est perdu et qu il ne servirait

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Introduction. 0.1 Aperçu du cours 0.1.1 Contenu du cours 0.1.2 Évaluation 0.1.3 Bibliographie

Introduction. 0.1 Aperçu du cours 0.1.1 Contenu du cours 0.1.2 Évaluation 0.1.3 Bibliographie Introduction 0.1 Aperçu du cours 0.1.1 Contenu du cours 0.1.2 Évaluation 0.1.3 Bibliographie 0.2 Qu est-ce qu un régime de retraite? 0.2.1 Principe de base Ligne de vie Principe : travail = rémunération

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique

La sécurité sociale en Belgique La sécurité sociale en Belgique Séminaire d économie publique deuxième master en sciences politiques et économiques 4 décembre 2014 Jean-Marc Laasman Directeur - Service d études Solidaris Mutualité Socialiste.

Plus en détail

16 Solut!ons pour planifier vos finances

16 Solut!ons pour planifier vos finances Quelles options s offrent à vous en cette saison des REER? 16 Solut!ons pour planifier vos finances Coup d œil sur les fonds communs et les fonds distincts Vous savez sûrement que vous devriez cotiser

Plus en détail

Fiche n 4 - La Protection sociale

Fiche n 4 - La Protection sociale Janvier 2004 Fiche n 4 - La Protection sociale 1 Définition de la Protection sociale La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective qui permettent aux individus ou aux ménages

Plus en détail

Position de la FCCQ sur l enjeu de l avenir des régimes de retraite

Position de la FCCQ sur l enjeu de l avenir des régimes de retraite Position de la FCCQ sur l enjeu de l avenir des régimes de retraite Septembre 2012 1 Table des matières Présentation de la FCCQ 3 Introduction 3 Mise en contexte 4 Les Québécois n épargnent pas suffisamment

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES

PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES PROTÉGEONS LES RÉGIMES DE RETRAITE À PRESTATIONS DÉTERMINÉES Par : Pierre-Guy Sylvestre Service de la recherche Syndicat canadien de la fonction publique 2 Protégeons les régimes de retraite à prestations

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances LA RETRAITE Enjeux financiers et fiscaux Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances 5 quai Voltaire, Paris 6 ème 29 septembre 2014 2/30 Sommaire I. LA RETRAITE EN FRANCE

Plus en détail

DOSSIER RETRAITE Avril 2014. Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous?

DOSSIER RETRAITE Avril 2014. Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous? DOSSIER RETRAITE Avril 2014 Retraite, mais de quelle retraite parlons-nous? ?? Tout a commencé là! De Louis XIV à François H 1681 et 1707 : création des régimes de retraite de la marine 1698 : création

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail