Education, visions d'un monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education, visions d'un monde"

Transcription

1 Education, visions d'un monde 29th August 2012 La Fondation s inte_resse de pre_s a_ l e_conomie et a_ son fonctionnement sur le long terme. Nous nous attachons a_ analyser et comprendre la transition d une e_conomie line_aire fonde_e sur le sche_ma «extraire-produire-jeter» vers un syste_me circulaire. Quelles conséquences cela implique-t-il pour un système éducatif forgé par (pour?) la révolution industrielle? Je souhaiterais de_velopper ici quelques points essentiels qui ne sont pas sans conse_quence pour l e_ducation. Ainsi, l e_conomie circulaire ne saurait se focaliser uniquement sur les mate_riaux, l e_nergie ou la finance. Elle doit e_galement prendre en compte la manie_re dont la science modifie notre compre_hension du monde et de son fonctionnement. Ces notions sont essentielles en matie_re d e_ducation. Il nous faut inde_niablement partir de la manie_re dont nous concevons ou pensons les choses, et en cela la Fondation reste fortement influence_e par les travaux de George Lakoff et Mark Johnson sur la me_taphore. Pour eux, la science cognitive met en e_vidence le fait que la plupart des pense_es sont inconscientes et que notre pense_e abstraite est me_taphorique. Nous ne voyons tout simplement pas le monde tel qu il est, nous l interpre_tons a_ travers des sche_mas ou «visions du monde». Ces termes sont me_taphoriques : un ensemble d images qui structurent notre perception et notre pense_e. Ainsi voyons-nous le monde comme une machine, a_ la manie_re de Descartes, est-il organise_ selon un ordre divin, un ordre ale_atoire, ou bien comme un syste_me auto-re_gule_? Est-ce que nous percevons la nation comme une famille, et le cas e_che_ant, quelle famille stricte et hie_rarchise_e ou protectrice et nourricie_re? Lakoff affirme que ces sche_mas, profonde_ment ancre_s en nous, ordonnent notre pense_e. J.Blériot En d autres termes, faire e_voluer les mentalite_s implique d introduire un nouveau sche_ma de

2 pense_e et de l utiliser le plus couramment possible. Les conse_quences sont multiples. La re_pe_tition des faits n a ainsi que peu d impact s ils ne s articulent pas au sein d un mode_le permettant leur interpre_tation. Ainsi, en matie_re d e_ducation le contexte est essentiel. La transmission d un savoir en dehors de tout contexte est par conse_quent une vision errone_e : il prendra force_ment corps au sein d un sche_ma ou un autre. Cette approche est appele_e «re_alisme incarne_». Le designer Buckminster Fuller voyait donc juste en disant : On ne change pas les choses en s attaquant a_ la re_alite_ existante. Pour parvenir a_ un changement il faut cre_er un nouveau mode_le qui rend le système existant obsole_te. Si la Fondation s est notamment inspire_e de Fuller et Lakoff, mais peut-e_tre davantage de Frijof Capra et d Edgar Morin, notamment en ce qui concerne la volonte_ d appre_hender la complexite_, c est parce qu il nous semble fondamental de reconnai_tre l aspect impre_visible et le mouvement permanent lie_ aux syste_mes non-line_aires. Bien qu il soit dans notre nature d interpre_ter sans cesse la re_alite_, cela s impose parfois a_ nous

3 naturellement, et au moment ou_ nous passons de «l ordonnancement divin du monde au sie_cle des lumie_res», il semble qu une re_flexion s impose aujourd hui sur les capacite_s de la science a_ nous e_clairer sur les forces en puissances. De «Dieu a dit» au scepticisme, en passant par le de_terminisme Mais n est-ce pas un leurre? Le marketing roi nous a longtemps fait croire que les individus disposaient d un libre arbitre dans leur acte d achat, nous encourageant a_ penser que l opinion personnelle se suffisait a_ elle-me_me, et que toutes grandes ide_es e_taient par conse_quent suspectes. Une e_re de distraction et de de_senchantement, sans doute? Evitant de de_velopper les aspects politiques du propos, je souhaiterais consacrer deux minutes a_ la description d un monde caracte_rise_ par la re_troaction (ou feedback), un monde ou_ les conse_quences d un stimulus ne sont ni force_ment proportionnelles ni pre_visibles a_ l inverse d une machine qui re_agirait toujours de la me_me manie_re au me_me re_glage. S agit-il d un fleuve tourbillonnant et agite_, d un syste_me me_te_o parcourant les mers ou les mathe_matiques d un syste_me non-line_aire, ou bien encore peut-on reprendre l image d une onde maritime? Mais c est e_galement le terreau de la vie : le syste_me line_aire le mieux adapte_ de tous. NASA Ce n est donc pas surprenant que la Fondation aime a_ «s inspirer des syste_mes vivants». Si l on dit que la Fondation s inte_resse a_ la transition d un syste_me de production fonde_ sur le principe de «berceau a_ la tombe» a_ un syste_me reposant sur celui du «berceau au berceau», et souhaite le populariser, ce n est pas entie_rement exact, car une dimension manque cependant. Donner du sens a_ l e_conomie circulaire signifie donner du sens a_ un syste_me non-line_aire en ge_ne_ral et aux syste_mes vivants en particulier. Voici l argument de la vision du monde qui refait surface. Ainsi, peu importe le sujet, des matie_res premie_res a_ l industrie, notre compre_hension revient toujours a_ cette donne_e de base, a_ ce contexte ge_ne_ral, ce cadre interpre_tatif. Ce qui nous ame_ne maintenant a_ l ide_e de l e_conomie circulaire, et vous le savez, le concept doit beaucoup aux the_ories Cradle to Cradle de Braungart et McDonough, mais e_galement a_ Gunter Pauli, Walter Stahel, Janine Benyus et Janis Birkeland. Il existe une importante litte_rature sur le sujet et pas uniquement base_e sur l exemplarite_ d un «de_veloppement positif» un de_veloppement qui irait dans le bon sens et qui ne reposerait

4 pas sur le principe de faire moins de de_ga_ts. J ajouterais cependant d autres noms tels que Bernard Lietaer et Silvio Gesell. La Fondation a identifie_ le me_canisme de la cre_ation de dettes, et le poids que les inte_re_ts de celles-ci font peser sur l e_conomie actuelle. Nous sommes sans doute plus au fait de ces phe_nome_nes depuis 2008 et les multiples crises dans ce domaine. Gardant une perspective a_ long terme, nous tentons d inte_grer les proble_mes mone_taires a_ notre re_flexion ce qui est pluto_t inhabituel pour une e_quipe d enseignants. J.Blériot Nous sommes e_galement conscients du fait que les prix fonctionnent comme des messages, et que par conse_quent ils devraient refle_ter le ve_ritable cou_t (c est-a_-dire inte_grer l impact sur les e_cosyste_mes, entre autres facteurs) pour qu une e_conomie circulaire soit rationnelle. Mais si cela a un sens, il ne faut pas se me_prendre, il n y a pas d obligation a_ se comporter de telle ou telle manie_re ou bien encore d attendre de ceux qui sont implique_s d avoir les re_ponses a_ tous les de_fis complexes qui s imposent a_ nous dans cette e_re de transition. Il ne s agit pas d un club, d une posture morale, d une attitude «pre_te a_ porter». Il est simplement question d un cadre de pense_e sans doute plus approprie_ que celui sur lequel nous nous reposons actuellement. Comment cela peut-il e_tre perc_u? Serait-ce satisfaisant, voire excitant, telle qu une nouvelle voie a_ explorer? Si oui, alors allez-y de bon cœur, parlez-en autour de vous Quelqu un a dit un jour : «Vous vous e_tes de_fait du pe_che_ originel, mais vous avez laisse_ l e_chelle qui me_ne a_ la re_demption». Parfait, aussi longtemps que l on attend pas de vous de savoir a_ quoi ressemble la re_demption. Voici qui nous me_ne a_ l enseignement. La Fondation est par nature tourne_e vers l enseignement. Elle de_sire aider les jeunes ge_ne_rations mais les adultes e_galement a_ concevoir et imaginer leur avenir diffe_remment. Pour y parvenir, nous proposons une re_flexion autour des concepts auxquels nous croyons. Ne_anmoins, n ayant aucune ide_e de l e_volution du syste_me e_conomique la semaine prochaine, et a fortiori encore moins au cours des dix prochaines anne_es,

5 ce qui nous occupe re_ellement, c est d encourager la cre_ativite_ en gardant ce cadre de pense_e en te_te. Nous n arrivons pas avec notre petit lai_us culpabilisateur, encore moins avec une collection de petites astuces destine_es a_ changer votre quotidien. On se pre_occupe pas davantage de savoir quel sorte de syste_me serait pluto_t be_ne_fique ou ne_gatif et en comple_ment, quel sorte d enseignement pourrait e_galement e_tre conside_re_ comme positif et capable de susciter l inte_re_t et d ouvrir le de_bat. Il est tentant de sugge_rer qu il faut faire place ici a_ de nouvelles connaissances, ou pluto_t a_ un certain type de savoir que les e_tudiants n ont pas l habitude de rencontrer, il s agit ici de «contenu». Il est aussi question d apprentissage collaboratif, sachant notre inte_re_t pour les commentaires et le «feedback» des e_le_ves, il s agit ici de «compe_tences». Ne_anmoins il n aura e_chappe_ a_ personne ayant un tant soi peu fre_quente_ l e_cole que le syste_me e_ducatif a e_te_ e_tabli pour servir un monde en train de disparai_tre. C est une chai_ne de production de masse qui trop souvent de_grade la cre_ativite_ anne_e apre_s anne_e au fur et a_ mesure que les e_tudiants s y pre_sentent. C est l aboutissement d une re_flexion mene_e a_ l a_ge du machinisme et qui n est plus vraiment efficace aujourd hui ge_ne_rant une grande quantite_ de de_chets, sous forme d individus sous-qualifie_s ou comple_tement de_sinte_resse_s autant que d individus sur-qualifie_s et frustre_s. Alors que nous avons besoin de cre_ativite_ et d ide_es avant-gardistes couple_es a_ de l engagement et de la passion. Au monde de «de_sengagement et de distraction», l enseignement doit pouvoir re_pondre en aidant les jeunes a_ trouver un sens a_ ce qu ils font. Cela ne_cessite une forte volonte_ politique, sans perte de vue que nous sommes arrive_s a_ la fin d une e_re de pe_trole bon marche_, qui impliquait un accroissement aise_ de la productivite_. Il nous parai_t essentiel de pre_ciser que nous ne pensons pas que le syste_me e_ducatif qui a servi l e_conomie line_aire va pouvoir beaucoup nous aider aujourd hui, ce qui implique ne_cessairement une bonne dose de cre_ativite_ pour satisfaire nos demandes dans les circonstances changeantes actuelles tant au niveau de l industrie, du commerce que de la socie_te_. Quel que soit le mode_le qui e_mergera, il y a peu de chance que les choses se re_e_quilibrent, on ne perdra cependant pas de vue le ro_le joue_ par la spe_cialisation, l analyse, les de_tails, mais le monde line_aire devient

6 aujourd hui une exception. La ge_ne_ralite_, a_ l avenir, c est le syste_me non-line_aire ou encore circulaire. S il fallait de_finir pour le monde de l e_ducation la caracte_ristique essentielle de l e_conomie circulaire, il faudrait rappeler l importance de la compre_hension du contexte et des flux : la pense_e syste_mique.

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Efficience des marchés et finance comportementale

Efficience des marchés et finance comportementale Efficience des marchés et finance comportementale Martin Vlcek, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu 1. Introduction 2. Théorie de l efficience du marché 3. Finance comportementale

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

L organisation du développement: apprentissage et résilience

L organisation du développement: apprentissage et résilience Conférence L organisation du développement: apprentissage et résilience Paul Prévost UN REGARD STRATÉGIQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE: APPRENTISSAGE ET RÉSILIENCE Paul Prévost Ph.D.

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Changement des comportements et Formation

Changement des comportements et Formation Notre système change. Accélérer ce changement vers la durabilité est à la fois une urgence et une opportunité. Changement des comportements et Formation Éducation au développement durable dans les formations

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br I. Le contexte Plan de l intervention II. Le document authentique et le Projet 7 milliards

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique

Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique D UN SYNTAXE MOT OU D UN GROUPE SYNTAXIQUE 1 Problèmes fréquents Absence ou présence erronée d un mot ou d un groupe syntaxique Les erreurs d ordre syntaxique contenues dans cet exercice sont multiples

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH IFC Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH Préparer la transition secondaire-université dans les cours de mathématiques Présentation générale Stéphanie BRIDOUX

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An

25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An 25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An Une nouvelle année apporte de nouvelles possibilités, de nouveaux choix et un nouvel espoir pour l'avenir. C'est pourquoi, chaque Nouvel

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

Cursus des 21 jours du Praticien en PNL 2

Cursus des 21 jours du Praticien en PNL 2 Praticien en PNL les horaires Les horaires sont convenus avec le groupe La référence de base étant cet horaire : 9h/17h30 avec une pause déjeuner sur place. le document pédagogique Les documents remis

Plus en détail

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e

LES PUISSANCES EN 4 E. Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e LES PUISSANCES EN 4 E Parcours d études et de recherche autour des puissances en classe de 4 e PARCOURS SUR LES PUISSANCES : 2 ACTIVITÉS Situation sur les bactéries issue de la SVT Travail en 2 parties

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

HISTOIRE HUMAIN ESPACE

HISTOIRE HUMAIN ESPACE 03 07 04 08 05 10 06 12 15 07 08 16 09 18 10 21 11 22 12 24 13 27 14 28 15 30 16 32 17 34 18 37 19 38 20 40 21 43 HISTOIRE DEPUIS 1972 DESIGN? SUR-MESURE HUMAIN EXPERTS AU PLUS PRÈS ESPACE STOCKER & EXPOSER

Plus en détail

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques

Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Ce document répond aux étudiants ayant envoyé un email pour demander de préciser des points spécifiques Les questions sont résumées en bleu ; les réponses figurent en noir. NB en dernier lieu je réponds

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER NOM DATE DU STAGE METIER PRENOM NOM DE L ENTREPRISE L ENTREPRISE L ENTREPRISE Dates du stage :... Nom de l entreprise :.. Adresse de l entreprise :...... Que fait-on dans cette entreprise?. Combien de

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION :

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : CHRONIQUE 88. L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : Bonne foi contractuelle, Co-investissement, fin de la logique fiscale «d imputabilité», pilotage stratégique,

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Alcool Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Pour réduire sa consommation Alcool Vous envisagez de réduire votre consommation de boissons alcoolisées, mais vous vous posez des questions : vous

Plus en détail

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA

I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA I. ENTRETIEN AVEC PAUL MBA-ABESSOLE,. PRÉSIDENT DU COMITÉ DIRECTEUR DU MORENA Q. : Quelle est la repre-ientatìvìte- du MORENA? R. : On m a dit qu actuellement le MORENA aurait 80 % de sympathisants...

Plus en détail