Education, visions d'un monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education, visions d'un monde"

Transcription

1 Education, visions d'un monde 29th August 2012 La Fondation s inte_resse de pre_s a_ l e_conomie et a_ son fonctionnement sur le long terme. Nous nous attachons a_ analyser et comprendre la transition d une e_conomie line_aire fonde_e sur le sche_ma «extraire-produire-jeter» vers un syste_me circulaire. Quelles conséquences cela implique-t-il pour un système éducatif forgé par (pour?) la révolution industrielle? Je souhaiterais de_velopper ici quelques points essentiels qui ne sont pas sans conse_quence pour l e_ducation. Ainsi, l e_conomie circulaire ne saurait se focaliser uniquement sur les mate_riaux, l e_nergie ou la finance. Elle doit e_galement prendre en compte la manie_re dont la science modifie notre compre_hension du monde et de son fonctionnement. Ces notions sont essentielles en matie_re d e_ducation. Il nous faut inde_niablement partir de la manie_re dont nous concevons ou pensons les choses, et en cela la Fondation reste fortement influence_e par les travaux de George Lakoff et Mark Johnson sur la me_taphore. Pour eux, la science cognitive met en e_vidence le fait que la plupart des pense_es sont inconscientes et que notre pense_e abstraite est me_taphorique. Nous ne voyons tout simplement pas le monde tel qu il est, nous l interpre_tons a_ travers des sche_mas ou «visions du monde». Ces termes sont me_taphoriques : un ensemble d images qui structurent notre perception et notre pense_e. Ainsi voyons-nous le monde comme une machine, a_ la manie_re de Descartes, est-il organise_ selon un ordre divin, un ordre ale_atoire, ou bien comme un syste_me auto-re_gule_? Est-ce que nous percevons la nation comme une famille, et le cas e_che_ant, quelle famille stricte et hie_rarchise_e ou protectrice et nourricie_re? Lakoff affirme que ces sche_mas, profonde_ment ancre_s en nous, ordonnent notre pense_e. J.Blériot En d autres termes, faire e_voluer les mentalite_s implique d introduire un nouveau sche_ma de

2 pense_e et de l utiliser le plus couramment possible. Les conse_quences sont multiples. La re_pe_tition des faits n a ainsi que peu d impact s ils ne s articulent pas au sein d un mode_le permettant leur interpre_tation. Ainsi, en matie_re d e_ducation le contexte est essentiel. La transmission d un savoir en dehors de tout contexte est par conse_quent une vision errone_e : il prendra force_ment corps au sein d un sche_ma ou un autre. Cette approche est appele_e «re_alisme incarne_». Le designer Buckminster Fuller voyait donc juste en disant : On ne change pas les choses en s attaquant a_ la re_alite_ existante. Pour parvenir a_ un changement il faut cre_er un nouveau mode_le qui rend le système existant obsole_te. Si la Fondation s est notamment inspire_e de Fuller et Lakoff, mais peut-e_tre davantage de Frijof Capra et d Edgar Morin, notamment en ce qui concerne la volonte_ d appre_hender la complexite_, c est parce qu il nous semble fondamental de reconnai_tre l aspect impre_visible et le mouvement permanent lie_ aux syste_mes non-line_aires. Bien qu il soit dans notre nature d interpre_ter sans cesse la re_alite_, cela s impose parfois a_ nous

3 naturellement, et au moment ou_ nous passons de «l ordonnancement divin du monde au sie_cle des lumie_res», il semble qu une re_flexion s impose aujourd hui sur les capacite_s de la science a_ nous e_clairer sur les forces en puissances. De «Dieu a dit» au scepticisme, en passant par le de_terminisme Mais n est-ce pas un leurre? Le marketing roi nous a longtemps fait croire que les individus disposaient d un libre arbitre dans leur acte d achat, nous encourageant a_ penser que l opinion personnelle se suffisait a_ elle-me_me, et que toutes grandes ide_es e_taient par conse_quent suspectes. Une e_re de distraction et de de_senchantement, sans doute? Evitant de de_velopper les aspects politiques du propos, je souhaiterais consacrer deux minutes a_ la description d un monde caracte_rise_ par la re_troaction (ou feedback), un monde ou_ les conse_quences d un stimulus ne sont ni force_ment proportionnelles ni pre_visibles a_ l inverse d une machine qui re_agirait toujours de la me_me manie_re au me_me re_glage. S agit-il d un fleuve tourbillonnant et agite_, d un syste_me me_te_o parcourant les mers ou les mathe_matiques d un syste_me non-line_aire, ou bien encore peut-on reprendre l image d une onde maritime? Mais c est e_galement le terreau de la vie : le syste_me line_aire le mieux adapte_ de tous. NASA Ce n est donc pas surprenant que la Fondation aime a_ «s inspirer des syste_mes vivants». Si l on dit que la Fondation s inte_resse a_ la transition d un syste_me de production fonde_ sur le principe de «berceau a_ la tombe» a_ un syste_me reposant sur celui du «berceau au berceau», et souhaite le populariser, ce n est pas entie_rement exact, car une dimension manque cependant. Donner du sens a_ l e_conomie circulaire signifie donner du sens a_ un syste_me non-line_aire en ge_ne_ral et aux syste_mes vivants en particulier. Voici l argument de la vision du monde qui refait surface. Ainsi, peu importe le sujet, des matie_res premie_res a_ l industrie, notre compre_hension revient toujours a_ cette donne_e de base, a_ ce contexte ge_ne_ral, ce cadre interpre_tatif. Ce qui nous ame_ne maintenant a_ l ide_e de l e_conomie circulaire, et vous le savez, le concept doit beaucoup aux the_ories Cradle to Cradle de Braungart et McDonough, mais e_galement a_ Gunter Pauli, Walter Stahel, Janine Benyus et Janis Birkeland. Il existe une importante litte_rature sur le sujet et pas uniquement base_e sur l exemplarite_ d un «de_veloppement positif» un de_veloppement qui irait dans le bon sens et qui ne reposerait

4 pas sur le principe de faire moins de de_ga_ts. J ajouterais cependant d autres noms tels que Bernard Lietaer et Silvio Gesell. La Fondation a identifie_ le me_canisme de la cre_ation de dettes, et le poids que les inte_re_ts de celles-ci font peser sur l e_conomie actuelle. Nous sommes sans doute plus au fait de ces phe_nome_nes depuis 2008 et les multiples crises dans ce domaine. Gardant une perspective a_ long terme, nous tentons d inte_grer les proble_mes mone_taires a_ notre re_flexion ce qui est pluto_t inhabituel pour une e_quipe d enseignants. J.Blériot Nous sommes e_galement conscients du fait que les prix fonctionnent comme des messages, et que par conse_quent ils devraient refle_ter le ve_ritable cou_t (c est-a_-dire inte_grer l impact sur les e_cosyste_mes, entre autres facteurs) pour qu une e_conomie circulaire soit rationnelle. Mais si cela a un sens, il ne faut pas se me_prendre, il n y a pas d obligation a_ se comporter de telle ou telle manie_re ou bien encore d attendre de ceux qui sont implique_s d avoir les re_ponses a_ tous les de_fis complexes qui s imposent a_ nous dans cette e_re de transition. Il ne s agit pas d un club, d une posture morale, d une attitude «pre_te a_ porter». Il est simplement question d un cadre de pense_e sans doute plus approprie_ que celui sur lequel nous nous reposons actuellement. Comment cela peut-il e_tre perc_u? Serait-ce satisfaisant, voire excitant, telle qu une nouvelle voie a_ explorer? Si oui, alors allez-y de bon cœur, parlez-en autour de vous Quelqu un a dit un jour : «Vous vous e_tes de_fait du pe_che_ originel, mais vous avez laisse_ l e_chelle qui me_ne a_ la re_demption». Parfait, aussi longtemps que l on attend pas de vous de savoir a_ quoi ressemble la re_demption. Voici qui nous me_ne a_ l enseignement. La Fondation est par nature tourne_e vers l enseignement. Elle de_sire aider les jeunes ge_ne_rations mais les adultes e_galement a_ concevoir et imaginer leur avenir diffe_remment. Pour y parvenir, nous proposons une re_flexion autour des concepts auxquels nous croyons. Ne_anmoins, n ayant aucune ide_e de l e_volution du syste_me e_conomique la semaine prochaine, et a fortiori encore moins au cours des dix prochaines anne_es,

5 ce qui nous occupe re_ellement, c est d encourager la cre_ativite_ en gardant ce cadre de pense_e en te_te. Nous n arrivons pas avec notre petit lai_us culpabilisateur, encore moins avec une collection de petites astuces destine_es a_ changer votre quotidien. On se pre_occupe pas davantage de savoir quel sorte de syste_me serait pluto_t be_ne_fique ou ne_gatif et en comple_ment, quel sorte d enseignement pourrait e_galement e_tre conside_re_ comme positif et capable de susciter l inte_re_t et d ouvrir le de_bat. Il est tentant de sugge_rer qu il faut faire place ici a_ de nouvelles connaissances, ou pluto_t a_ un certain type de savoir que les e_tudiants n ont pas l habitude de rencontrer, il s agit ici de «contenu». Il est aussi question d apprentissage collaboratif, sachant notre inte_re_t pour les commentaires et le «feedback» des e_le_ves, il s agit ici de «compe_tences». Ne_anmoins il n aura e_chappe_ a_ personne ayant un tant soi peu fre_quente_ l e_cole que le syste_me e_ducatif a e_te_ e_tabli pour servir un monde en train de disparai_tre. C est une chai_ne de production de masse qui trop souvent de_grade la cre_ativite_ anne_e apre_s anne_e au fur et a_ mesure que les e_tudiants s y pre_sentent. C est l aboutissement d une re_flexion mene_e a_ l a_ge du machinisme et qui n est plus vraiment efficace aujourd hui ge_ne_rant une grande quantite_ de de_chets, sous forme d individus sous-qualifie_s ou comple_tement de_sinte_resse_s autant que d individus sur-qualifie_s et frustre_s. Alors que nous avons besoin de cre_ativite_ et d ide_es avant-gardistes couple_es a_ de l engagement et de la passion. Au monde de «de_sengagement et de distraction», l enseignement doit pouvoir re_pondre en aidant les jeunes a_ trouver un sens a_ ce qu ils font. Cela ne_cessite une forte volonte_ politique, sans perte de vue que nous sommes arrive_s a_ la fin d une e_re de pe_trole bon marche_, qui impliquait un accroissement aise_ de la productivite_. Il nous parai_t essentiel de pre_ciser que nous ne pensons pas que le syste_me e_ducatif qui a servi l e_conomie line_aire va pouvoir beaucoup nous aider aujourd hui, ce qui implique ne_cessairement une bonne dose de cre_ativite_ pour satisfaire nos demandes dans les circonstances changeantes actuelles tant au niveau de l industrie, du commerce que de la socie_te_. Quel que soit le mode_le qui e_mergera, il y a peu de chance que les choses se re_e_quilibrent, on ne perdra cependant pas de vue le ro_le joue_ par la spe_cialisation, l analyse, les de_tails, mais le monde line_aire devient

6 aujourd hui une exception. La ge_ne_ralite_, a_ l avenir, c est le syste_me non-line_aire ou encore circulaire. S il fallait de_finir pour le monde de l e_ducation la caracte_ristique essentielle de l e_conomie circulaire, il faudrait rappeler l importance de la compre_hension du contexte et des flux : la pense_e syste_mique.

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions nta VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012 Document de conclusions «Si l économie verte comme concept signifie le progrès avec responsabilité, le développement avec honnêteté

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

PETIT GUIDE DE SURVIE

PETIT GUIDE DE SURVIE PETIT GUIDE DE SURVIE PRÉPARATION POUR LA CARAVANE La Caravane démystifiée! Vous trouverez dans ce petit guide une multitude d information qui vous permettra de mieux comprendre l étape importante qu est

Plus en détail

Le développement du langage oral chez l enfant

Le développement du langage oral chez l enfant Le développement du langage oral chez l enfant Par Alessandra Biner, Anne Dauvin, Isabelle Pulfer, Logopédistes Cette conférence a été donnée dans le cadre de soirées de parents du secteur de la petite

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

L organisation du développement: apprentissage et résilience

L organisation du développement: apprentissage et résilience Conférence L organisation du développement: apprentissage et résilience Paul Prévost UN REGARD STRATÉGIQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE: APPRENTISSAGE ET RÉSILIENCE Paul Prévost Ph.D.

Plus en détail

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite?

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Avec la participation de : Julie Martina Équipe de rédaction : Christophe Desagher

Plus en détail

Efficience des marchés et finance comportementale

Efficience des marchés et finance comportementale Efficience des marchés et finance comportementale Martin Vlcek, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu 1. Introduction 2. Théorie de l efficience du marché 3. Finance comportementale

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1

Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1 Les résistances au changement: une opportunité pour repenser la place des habitudes dans les déplacements quotidiens? par Thomas Buhler1 Quand, pour la dernière fois, avez-vous effectué une action totalement

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Techniques pour prendre des notes vite et bien

Techniques pour prendre des notes vite et bien Patricia RICHARD-POSTAL Techniques pour prendre des notes vite et bien Éditions d Organisation, 2006 ISBN : 2-7081-3428-0 Avant Propos Test : comment prenez-vous vos notes? Le test suivant vous permet

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants.

Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants. Tables Rondes LES INCONTOURNABLES TABLES RONDES INDUSTRIELLES Elles abordent les sujets d actualité et les questions clés et donnent lieu à un débat ouvert et enrichissant entre participants. Agro-Alimentaire

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching

La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching La rétroaction : un facteur de succès Eileen Chadnick, PCC, ACPC, ABC Big Cheese Coaching Bienvenue! POURQUOI ABORDER LA QUESTION DE LA RÉTROACTION? Aperçu 1. Importance de la rétroaction 2. Rétroaction

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE TES :

I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE TES : LA CLASSE DE TERMINALE ECONOMIQUE ET SOCIALE (ES) AU LYCEE FRANÇAIS DE TANANARIVE. ENSEIGNEMENTS DE SPECIALITE ET OPTIONS FACULTATIVES PROPOSÉS I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Une situation problème à intérêts multiples, Geneviève Lessard, Université du Québec en Outaouais (UQO).

Une situation problème à intérêts multiples, Geneviève Lessard, Université du Québec en Outaouais (UQO). Une situation problème à intérêts multiples La situation originale, issue de la revue Math-Ecole (1993, p. 20), provient d un concours mathématiques alors que la même situation, adaptée de Bélisle, J.-G.

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP 2006 1 Décomposition du temps Gestion de son temps Priorité dans l organisation Application Méthode NERAC 2 Décomposition du temps Notre temps se décompose par notre rythme

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

Programme «PME et Développement Durable 77» Les éléments clefs de la démarche TNS MAI 2011

Programme «PME et Développement Durable 77» Les éléments clefs de la démarche TNS MAI 2011 Programme «PME et Développement Durable 77» Les éléments clefs de la démarche TNS MAI 2011 Dans le cadre du programme «PME et Développement Durable 77» porté par Seine et Marne Développement, votre entreprise

Plus en détail

ANALYSE DU BESOIN. L ANALYSE FONCTIONNELLE par Jean-Marie VIRELY & all (ENS Cachan) Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin».

ANALYSE DU BESOIN. L ANALYSE FONCTIONNELLE par Jean-Marie VIRELY & all (ENS Cachan) Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin». -- Cette présentation décrit l outil «Analyse du Besoin». AA-GC-CL-JMV Page mis à jour le oct 00 L'objectif L'Analyse du Besoin est une méthode qui permet de caractériser le besoin exprimé -- L objet est

Plus en détail

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon Réalisé par le commandant Franck-Emmanuel Dubois, ingénieur pédagogique de l Ecole d Application de la Sécurité Civile

Plus en détail

COACHING DECO LA DECORATION INTERIEURE A VOTRE PORTEE

COACHING DECO LA DECORATION INTERIEURE A VOTRE PORTEE COACHING DECO LA DECORATION INTERIEURE A VOTRE PORTEE OBJECTIF :ETUDIER L ANTHROPOLOGIE DE L ESPACE ET APPRENDRE LA DECORATION INTERIEURE. SAVOIR DECODER SES DESIRS, APPREHENDER CEUX DES AUTRES ET PROPOSER

Plus en détail

Le plaisir de la simplicité!

Le plaisir de la simplicité! Les Français et la consommation responsable Le plaisir de la simplicité! Mars En collaboration avec Aegis Media Solutions Et avec le soutien de I ADEME Edito par Elizabeth Pastore-Reiss, Présidente d Ethicity

Plus en détail

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire

Statistiques bivariées : corrélation et régression linéaire : corrélation et régression linéaire Activité d'introduction Ce chapitre de statistique est présenté avec l'objectif de promouvoir la réflexion des étudiants et leur faire remarquer que ces notions statistiques

Plus en détail

Titre : Chambre au bord de la mer de E.HOPPER

Titre : Chambre au bord de la mer de E.HOPPER Titre : Chambre au bord de la mer de E.HOPPER Classe de cycle 3. Octobre 2013 PREALABLE Posture de l enseignant : accueillir toutes les propositions des enfants Ne pas présenter le titre et le nom de l

Plus en détail

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique»

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» (1) Les deux premiers paragraphes sont largement inspirés par la page internet de B. Planque wwwusers.imaginet. fr/~bplanque/ II.2.1 Introduction (1) Docteur ès-lettres,

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus.

Les jeux accessibles par Internet sont réservés aux joueurs ayant 18 ans et plus. oublié? LES JEUX DE LA FIGURENT PARMI LES MOINS RISQUES EN TERMES D ASSUETUDE AU CELA N EMPECHE PAS LA DE SE SENTIR EXTREMEMENT CONCERNEE PAR LES PROBLEMES DE DEPENDANCE AU SI LA MISSION PREMIERE DE LA

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

LES MADELEINES FONT UN CARTON! Fiche professeur

LES MADELEINES FONT UN CARTON! Fiche professeur Fiche professeur NIVEAUX Classes de 5 ème à la 3 ème. MODALITES DE GESTION POSSIBLES Groupe de 2 ou 3 élèves. Mode «fil rouge» : alternance de recherche en classe, à la maison, exposés intermédiaires (en

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition Table des matières 1. Avant propos 2. Nouvelles règles pour l enduro 3. Obligation d assurer un véhicule à moteur 4. Assurance

Plus en détail

RÉALISATION D'UN SYSTÈME D'AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES

RÉALISATION D'UN SYSTÈME D'AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES 95 RÉALISATION D UN SYSTÈME D AIDE INFORMATIQUE POUR DES ÉTUDIANTS NON SPÉCIALISTES Louis-Marie BOSSARD, Jean-Luc RINAUDO L objet de cet article est de rendre compte de notre expérience dans l aide à l

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation

Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Chapitre 3 : l apprentissage et la mémorisation Le consommateur affine sa connaissance du monde au fur et à mesure des stimuli reçus : c est un processus continu Les théories behavioristes Elles s appuient

Plus en détail

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue

Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Alcool Pour réduire sa consommation Ouvrons le dialogue Pour réduire sa consommation Alcool Vous envisagez de réduire votre consommation de boissons alcoolisées, mais vous vous posez des questions : vous

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

COMMENT FAIRE PREUVE D AUTORITE EN TANT QUE

COMMENT FAIRE PREUVE D AUTORITE EN TANT QUE COMMENT FAIRE PREUVE D AUTORITE EN TANT QUE TUTEUR ETUDIANT? Antoine Dautriche, David Morelière, Jean-Marc Rodrigues Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Résumé L autorité est une qualité

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE CHANDRASEKHARA RAO

OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE CHANDRASEKHARA RAO ITLOS_F1-1-92 9/8/05 3:34 PM Page 116 64 [Traduction] OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE CHANDRASEKHARA RAO 1. J ai voté pour l arrêt mais certains aspects procéduraux de l espèce m incitent à joindre

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Créer de la valeur avec l Open Data

Créer de la valeur avec l Open Data Créer de la valeur avec l Open Data Des enjeux économiques majeurs Entre 106 et 141 par personne et par an Entre 387 et 640 par personne et par an (~les intérêts de la dette en France) Leviers pour créer

Plus en détail

web Ergonomie Pour des sites web efficaces Préface d Élie Sloïm Avec la contribution de Sandrine Burriel

web Ergonomie Pour des sites web efficaces Préface d Élie Sloïm Avec la contribution de Sandrine Burriel A m é l i e B o u c h e r Ergonomie web Pour des sites web efficaces Préface d Élie Sloïm Avec la contribution de Sandrine Burriel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12158-2 12 règles pour optimiser

Plus en détail