Troubles du sommeil, de l enfant et de l adulte (43) Marc Rey Juillet 2005 (mise à jour 2008/2009)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Troubles du sommeil, de l enfant et de l adulte (43) Marc Rey Juillet 2005 (mise à jour 2008/2009)"

Transcription

1 Troubles du sommeil, de l enfant et de l adulte (43) Marc Rey Juillet 2005 (mise à jour 2008/2009) 1. Introduction Le sommeil est un comportement qui occupe 1/3 de notre temps et qui s inscrit dans un rythme, le rythme veille sommeil. Ce rythme est mis en place au cours de l enfance par l intermédiaire de la relation parents-enfant et doit être préservé au cours du vieillissement. Nos connaissances sur ce comportement et ses altérations sont récentes et en constante évolution. En effet la vie moderne est assez agressive contre ce comportement (augmentation du travail posté, des loisirs ) et rend en partie compte de la très nette augmentation de la plainte sommeil dans les consultations de médecine générale, de pédiatrie et de gérontologie. Pour répondre à ces souffrances, la médecine du sommeil s est développée au point de devenir outre-atlantique une discipline académique. Cette spécialité, grâce aux enregistrements réalisés en centre de sommeil, a pu démembrer les différentes troubles du sommeil qui sont développés dans ce cours après une mise en place de l organisation du sommeil humain. 2. L organisation du sommeil humain au cours de la vie 2.1. De l analyse du sommeil à l hypnogramme (évolution du sommeil au cours de la nuit) La connaissance du sommeil humain passe par la mise au point d une technique de mesure pour analyser ce qui se passe quand l homme dort sans avoir à le réveiller. Cette technique de mesure repose sur l enregistrement de l activité électrique cérébrale (EEG : électroencéphalogramme) auquel il conviendra d associer d autres enregistrements : l électromyogramme (EMG) et l électro-occulogramme (EOG). Les principales dates dans la mise en place de cette technique de mesure et d analyse du sommeil humain sont : 1929 Découverte de l EEG par Berger 1935 Premier enregistrement de sommeil Découverte de l hétérogénéité temporelle du sommeil Première classification du sommeil (Loomis) : elle ne repose que sur l EEG 1953 Découverte de la phase des Mouvements Oculaires Rapides (Aserinsky et Kleitman) 1957 Deuxième classification du sommeil (Dement et Kleitman) : elle repose sur l EEG et l EOG 1959 Découverte de l hypotonie au cours du Sommeil Paradoxal (Jouvet) 1968 Classification de Rechtschaffen et Kales du sommeil humain en 5 stades (4 stades de sommeil lent ou NREM Sleep et un stade de sommeil paradoxal ou REM Sleep). Cette classification repose sur une standardisation des techniques d enregistrement (EEG, EOG, EMG) et d analyse du sommeil humain. L analyse du sommeil est une analyse par époque. Une époque est un segment temporel de 10 à 30 secondes dont la durée sera choisie et constante pour l analyse d une nuit. A chaque époque, selon l aspect EEG, EOG et EMG dominant sur cette époque, un stade de sommeil sera affecté (Fig. 1). 1

2 Fig. 1 : Les différents stades de sommeil Ils sont définis par des activités EEG de fréquence de plus en plus lente au cours des différents stades de sommeil lent, associées à un certain niveau du tonus postural (niveau nul au cours du Sommeil Paradoxal) et à des mouvements oculaires rapides (MOR) en sommeil paradoxal, lent (MOL) lors de l endormissement, variable à la veille. L hypnogramme sera la représentation graphique de l évolution des différents stades au cours de la nuit (Fig. 2). Fig 2 : Hypnogramme d une nuit de sommeil normal d un adulte jeune. On observe que le sommeil est organisé en cycle dont la composition varie au cours de la nuit : les premiers cycles sont plus riches en sommeil lent profond (stade 3 et 4), les derniers plus riche en sommeil paradoxal, ce qui rend compte de l adage «le sommeil avant minuit est plus réparateur». A partir de cet hypnogramme, un certain nombre de quantité seront calculées : la période de sommeil total (PST) qui est le temps compris entre l endormissement et le réveil du matin, le temps de sommeil total TST = PST la durée de la veille intra-sommeil, la durée des différents stades de sommeil. Cependant cette mesure du sommeil humain est très réductrice et ne rend qu imparfaitement compte de la variabilité du sommeil au cours de la vie et lors de phénomènes pathologiques. Elle a été établie pour l adulte sain et donc connaît des limites intrinsèques lors de son application au sommeil des âges extrêmes de la vie ou dans des situations pathologiques. Ces limites et la multiplication des enregistrements de sommeil sur support numérique au sein de centre de sommeil conduisent à chercher à mettre au point une autre classification qui prenne en compte notre meilleure connaissance du sommeil et de ses troubles. 2

3 2.2. L évolution du sommeil au cours de la vie Le prématuré et le nourrisson L EEG du prématuré est très particulier et change rapidement permettant de donner un âge conceptionnel à l enfant. Les stades du sommeil de l adulte n existent pas et une autre classification a été proposée par Anders (1971). On distingue : le sommeil agité associant d abondants mouvements globaux entrecoupés de période d atonie et un EEG sub-continu de fréquence lente thêta. Ce sommeil deviendra le sommeil paradoxal ; il occupe 60% du temps de sommeil total chez le nouveau-né à terme, le sommeil calme caractérisé par une immobilité et un EEG discontinu, puis alternant : ce sommeil, qui deviendra le sommeil lent, occupe 35% du temps de sommeil total chez le nouveau-né à terme, le sommeil transitionnel, la veille calme ou plus souvent agitée. Pendant les premiers mois de vie, le sommeil dure 16 à 20 heures par jour, réparties de façon uniforme sur le nycthémère par cycle de 45 à 60 minutes, l endormissement se faisant le plus souvent en sommeil agité (Fig. 3) Fig. 3 : Répartition des plages de sommeil et de veille au cours du nycthémère selon l age de 3 jours à 10 ans (d après Le guide du sommeil de M.F. Vecchierini) L enfant Les différentes activités EEG caractéristiques des différents stades de sommeil de l adulte se mettent en place (les fuseaux du stade 2 de sommeil apparaissent à 8 semaines, les complexes K et les pointes vertex à 3 ans, les ondes lentes postérieures présentes lors de la veille calme disparaissent progressivement, ). La classification de Rechtschaffen et Kales peut être utilisée sans trop de difficulté à partir de 6 ans. 3

4 Sous l impulsion à la fois de facteurs endogènes et des relations avec le monde extérieur, en particulier les parents, la répartition des différents stades de sommeil au cours du nycthémère évolue progressivement vers la répartition adulte avec : allongement de la veille en période diurne, disparition de la sieste du matin vers 18 mois, disparition de la sieste d après-midi avant la puberté, sieste qui réapparaîtra chez l adulte concentration du sommeil lors de la période nocturne et réduction de la durée du sommeil qui passe de 16 heures (1 mois) à 10 heures à l âge de 15 ans, endormissement en sommeil lent le soir, diminution de la fréquence et de la durée des éveils nocturnes de fin de cycle, éveils qui sont physiologiques jusqu à un an mais qui sont un motif de consultation fréquent, allongement de la durée des cycles de 45 à 90 minutes, mais lors de la disparition des siestes, le premier cycle de sommeil peut être particulièrement long (140 à 180 minutes) et constitué exclusivement de sommeil lent : c est au cours de ce premier cycle que surviennent certaines parasomnies comme le somnambulisme et les terreurs nocturnes, synchronisation du rythme veille sommeil avec les différents rythmes circadiens (rythmes de la température, rythmes hormonaux, ). Cette mise en place nécessite, particulièrement dans les sociétés «développées», une participation «volontariste» et ferme des parents (le début de soirée, 19 heures-20 heures, doit être une période de calme préparant au sommeil,.). A l adolescence, ces rythmes seront remis en cause pour laisser place à d autres rythmes hormonaux et sociaux, mais si le «tempo» a été bien assimilé dans la petite enfance, les troubles du sommeil seront moins fréquents à l âge adulte après la remise en cause pubertaire L adulte Avec une vie régulière Les stades de sommeil sont définis selon les critères de Rechtschaffen et Kales. Il n existe pas de consensus sur les valeurs normales qui sont sujettes à d importantes variations interindividuelles selon la typologie du sujet : typologie selon la durée: sujets «court dormeur» (4h < TST < 6h30, représentant 10% des adultes); sujets «long dormeur» (TST > 9 heures, représentant 15% des adultes). typologie selon l heure du coucher : sujets du matin ou «couche tôt» (avant 22 heures), sujets du soir ou «couche tard» (après minuit). Le besoin de dormir dépend de l heure de la journée et de la durée de la veille précédant le sommeil. Le sommeil lent profond permettrait la restauration physique et la consolidation mnésique, le sommeil paradoxal permettrait la restauration neurologique et psychique Avec un travail posté Le travail de nuit comme le travail à horaires variables induit au cours de la période travaillée une réduction du sommeil de 1 à 4 heures selon le type d activité. Cette réduction peut s associer à une modification de la composition du sommeil (moins de sommeil lent, plus de sommeil paradoxal) et s associe souvent à un somnolence plus marquée en période d activité. Au cours des périodes non travaillées, les sujets récupèrent leur dette de sommeil. Ces modifications sont plus ou moins facilement supportées par les travailleurs postés, mais il n existe pas de facteur prédictif du «syndrome de maladaptation» chez les travailleurs postés. 4

5 Cas particulier : la grossesse On note une somnolence diurne au cours du premier trimestre de la grossesse, probablement en rapport avec la sécrétion de progestérone, suivie au cours des 6 derniers mois par des difficultés d endormissement et une fragmentation du sommeil. L effet hypnotique de la progestérone semble avoir disparu, et les troubles du sommeil semblent liés aux modifications morphologiques dues au déroulement normal de la grossesse. Les enregistrements polygraphiques confirment ces plaintes montrant en fin de grossesse une fragmentation du sommeil et une réduction du sommeil lent profond. Dans la période puerpérale précoce, hormis en cas de pathologie du post-partum, le sommeil va se normaliser en 2 à 3 mois, à condition que le bébé «fasse ses nuits». Pendant cette période, les éveils intra-sommeil sont nombreux, volontiers conditionnés par les bruits du bébé Le sujet âgé Indépendamment de la polypathologie somatopsychiatrique qui va perturber le sommeil du sujet âgé, il existe une modification du sommeil avec l âge qu il faut prendre en compte dans l analyse de la plainte sommeil de ces sujets. Avec le vieillissement, on observe : une modification de l organisation du sommeil au cours du nycthémère avec : o une réapparition du sommeil polyphasique : les seniors ont une propension plus marquée aux assoupissements diurnes et aux éveils nocturnes prolongés, o un décalage du sommeil nocturne : l heure du coucher est plus précoce de même que l heure du réveil (vers 5 ou 6 heures du matin), o une réduction de la latence de la première phase paradoxale et une diminution du gradient vespéro-matinal des phases paradoxales dont la durée a tendance à s égaliser entre la première et la dernière phase paradoxale. une modification quantitative des différents stades de sommeil : le sommeil lent profond est réduit, le stade 1 de sommeil augmenté, la durée du sommeil paradoxal est conservée mais ce dernier est plus fragmenté. Ces modifications concourent à une réduction du sommeil nocturne. Ainsi chez les séniors, on observe plus de sujets du matin et court dormeur. 3. La classification internationale des troubles du sommeil (ICSD2 : 2005) Le développement de la médecine basée sur des preuves (Evidence Based Medecine) repose sur l existence de définitions de consensus pour les diverses pathologies et dans ce cadre les troubles du sommeil ne font pas exception. Une première classification internationale des troubles du sommeil est parue en 1990, et elle a été légèrement modifiée en 1997 (ISCD1). Cette classification a été nettement restructurée dans sa nouvelle édition publiée en 2005 (ICSD2) augmentant notablement la compatibilité avec les classifications internationales des maladies (ICD-9 et ICD-10). Il existe actuellement 8 catégories de troubles du sommeil et 2 annexes (Table 1). Il existe 6 grandes classes de troubles du sommeil, une classe correspondant à des variantes de la normale et une classe pour les troubles liés à l environnement et les troubles en attente de définition consensuelle. Les insomnies constituent la première classe de troubles du sommeil et cette classe contient 11 items. Elles se caractérisent par une plainte de sommeil insuffisant en quantité ou qualité. 5

6 Les troubles respiratoires en relation avec le sommeil sont regroupés au sein de la 2 classe, et les troubles du sommeil en relation avec des troubles moteurs définissent la 6 classe. La plainte peut être très variable. La 3 classe ne contient que les hypersomnies d origine centrale. La plainte porte sur la vigilance diurne jugée de mauvaise qualité. Les troubles du rythme circadien qu ils soient liés au sujet (retard de phase) ou à son mode de vie (travail posté) sont regroupés au sein de la 4 classe. La plainte peut être très variable. Les parasomnies constituent la 5 classe. La plainte porte sur une perturbation du sommeil nocturne par un événement (accès de somnambulisme par exemple) dont la fréquence de survenue peut être très variable. Tableau 1 : Classification Internationale des Troubles du Sommeil (ICSD seconde édition, 2005) INSOMNIE Insomnie aigue de stress ou d ajustement Insomnie psychophysiologique Mauvaise perception du sommeil Insomnie idiopathique Insomnie en relation avec un trouble mental Mauvaise hygiène de sommeil Insomnie comportementale de l enfant Insomnie due à une drogue ou à une substance Insomnie en relation avec un trouble médical Insomnie non spécifiée TOUBLES DU SOMMEIL EN RELATION AVEC LA RESPIRATION Syndromes d apnées centrales du sommeil Syndrome d apnée centrale essentiel Syndrome d apnée centrale de type Cheyne-Stokes Syndrome d apnée centrale en relation avec une respiration périodique de l altitude Syndrome d apnée centrale en relation avec un problème médical autre qu un Cheyne Stokes Syndrome d apnée centrale dû à une drogue ou à une substance Syndrome d apnée centrale essentiel de l enfant Syndromes d apnées obstructives du sommeil Syndrome d apnée obstructive du sommeil de l adulte Syndrome d apnée obstructive du sommeil de l enfant (pédiatrie) Syndromes d hypoventilation / hypoxie du sommeil Hypoventilation alvéolaire du sommeil non obstructive, idiopathique Syndrome d hypoventilation alvéolaire central congénital Syndromes d hypoventilation / hypoxie du sommeil en relation avec une pathologie Syndromes d hypoventilation / hypoxie du sommeil causée par une pathologie pulmonaire ou vasculaire Syndromes d hypoventilation / hypoxie du sommeil causée par une obstruction respiratoire basse Syndromes d hypoventilation / hypoxie du sommeil causée par une pathologie neuromusculaire ou thoracique Autres troubles respiratoires en relation avec le sommeil HYPERSOMINIES D ORIGINE CENTRALE NON RELIEE A UN TROUBLE DU RYTHME CIRCADIEN, RESPIRATOIRE OU UNE AUTRE CAUSE DE TROUBLE DU SOMMEIL NOCTURNE Narcolepsie avec cataplexie Narcolepsie sans cataplexie Narcolepsie en relation avec un trouble médical Hypersomnie récurrente Syndrome de Kleine-Levin Hypersomnie en relation avec les règles Hypersomnie idiopathique avec un sommeil de longue durée Hypersomnie idiopathique sans un sommeil de longue durée Syndrome d insuffisance de sommeil comportemental 6

7 Hypersomnie en relation avec un trouble médical Hypersomnie par une substance ou une drogue Hypersomnie non organique Hypersomnie non spécifique TROUBLES DU RYTHME CIRCADIEN DU SOMMEIL Syndrome de retard de phase Syndrome d avance de phase Rythme veille-sommeil irrégulier Libre-cours Franchissement de fuseaux horaires (jet lag) Travail posté En relation avec un trouble médical Autre non spécifié Par drogue ou substance PARASOMNIE De l éveil (sommeil lent) Eveils confusionnels Somnambulisme Terreurs nocturnes Parasomnies habituellement associées au sommeil paradoxal Trouble du comportement du sommeil paradoxal Paralysie du sommeil isolée récurrente Cauchemar Autres parasomnies Etats dissociés du sommeil Enurésie nocturne MOUVEMENTS EN RELATION AVEC LE SOMMEIL Syndrome des jambes sans repos Syndrome des mouvements périodiques du sommeil Crampes musculaires en relation avec le sommeil Bruxisme du sommeil Mouvements rythmiques du sommeil Non spécifiés En relation avec une drogue ou une substance En relation avec une pathologie SYMPTOMES ISOLES, APPAREMMENT NORMAUX OU NON EXPLIQUES Long dormeur Court dormeur Ronflement Somniloquie Clonies d endormissement Myclonies bénignes de l enfant AUTRES TROUBLES DU SOMMEIL Troubles du sommeil physiologique (organique) Autre trouble du sommeil non dû à une substance ou un état physiologique Trouble du sommeil environnemental APPENDICE A : TROUBLE DU SOMMEIL ASSOCIE A DES PAHTOLOGIES CLASSES AILLEURS Insomnie fatale familiale Fibromyalgie Epilepsie du sommeil Céphalées du sommeil Reflux gastro-oesophagien du sommeil Ischémie coronarienne du sommeil Transpiration, laryngospasme, choc en relation avec le sommeil 7

8 APPENDICE B : autres troubles comportementaux et psychiques fréquemment rencontrés dans le diagnostic différentiel des troubles du sommeil Troubles de l humeur Troubles anxieux Troubles somatiques Schizophrénie et autres psychoses Troubles de la personnalité diagnostiquée d abord dans l enfance ou l adolescence 4. La démarche diagnostique dans un bilan sommeil La démarche diagnostique dans les troubles du sommeil comporte d abord, comme toute démarche diagnostique, une consultation qui devra préciser : la nature du trouble et son histoire la typologie pré morbide du sujet ce qui permettra d estimer la durée et les horaires du sujet à une époque de sa vie où il ne se plaignait pas de son sommeil. Cette démarche permettra d insérer les objectifs thérapeutiques dans une perspective réaliste les habitudes de vie du sujet en période de travail et de congés : le travail posté génère des troubles du sommeil, la consommation de stimulant et d hypnotique doit être évaluée les antécédents médicaux chirurgicaux : un période d alitements prolongée peut avoir désorganisé le rythme veille sommeil, les antécédents psychiatriques doivent être analysés soigneusement de même que les diverses thérapeutiques psychotropes consommées par le patient. l examen clinique précisera l état neurologique (évaluation des fonctions cognitives, recherche d'un syndrome extrapyramidal, d une polynévrite ) et l état somatique général (recherche d insuffisance respiratoires cardiaques...), l utilisation d échelles comme les échelles de somnolence (Echelle d Epworth) d anxiété (Echelle d Hamilton) pourra permettre une meilleur évaluation du trouble et du sujet. Au terme de la consultation en fonction des hypothèses diagnostiques on pourra proposer : une prise en charge thérapeutique immédiate une analyse du sommeil sur la durée (1 à 2 mois) réalisée soit au moyen d un agenda de sommeil sur lequel, chaque jour, le patient consigne les horaires de coucher de lever et la qualité du sommeil nocturne, soit au moyen d une actimétrie qui permet d objectiver les durées des périodes de repos et d activité. un enregistrement de polysomnographique. Cet enregistrement peut être : o nocturne ou diurne, pour évaluer la somnolence diurne (test itératif d endormissement ou test de maintien d éveil), o réalisé en centre de sommeil ou en ambulatoire (Fig. 4), o avec un nombre variable de capteurs : enregistrement uniquement du sommeil (EEG, EOG, EMG), enregistrement des paramètres respiratoires (flux nasobuccal, mouvement thoracoabdominaux, Saturation du sang en oxygène, pression oesophagienne..), enregistrement des paramètres cardiaques (ECG), enregistrement des paramètres musculaires (EMG des muscles jambiers antérieurs dans la recherche des mouvements périodiques nocturnes), enregistrement vidéo des manifestations cliniques (parasomnies, crises d épilepsie). Ces nombreuses possibilités rendent compte de la nécessité d avoir des hypothèses diagnostiques sérieuses pour organiser ce type d exploration. 8

9 Fig. 4 : Enregistrement EEG ambulatoire ou en centre de Sommeil 5. Description de certaines pathologies du sommeil 5.1. L insomnie psychophysiologique Elle est la plus fréquente des insomnies intrinsèques chroniques, c est à dire durant plus de 3 semaines. Son individualisation des pathologies psychiatriques et sa définition ont suscité bien des controverses. Actuellement le consensus est nettement en faveur d une définition subjective : le sommeil est perçu par le patient comme difficile à obtenir, insuffisant, insatisfaisant et non récupérateur. La plainte sommeil apparaît nettement au premier plan même si l anxiété et la dépression semblent plus fréquentes que dans les populations de sujets bons dormeurs. Elle est qualifiée d insomnie primaire dans le DSM III-R, terme qui regroupe les 3 formes d insomnie de la classification des troubles du sommeil (cf. supra) Caractéristiques cliniques Le début de l insomnie est lié à un événement chargé d une composante affective ou stressante, et les perturbations du sommeil induites par cet événement vont progressivement devenir autonomes, conduisant le sujet d une insomnie occasionnelle à l insomnie chronique. Il existe une plainte nocturne : difficulté d endormissement, nombreux éveils, impression de sommeil léger non récupérateur, chargé de pensées parasites. Cette insomnie peut parfois s améliorer lorsque le sujet passe une nuit hors de son cadre habituel, car il existe dans ce type d insomnie un véritable conditionnement négatif à dormir dans son lit. Dès le coucher le sujet cherche «activement» le sommeil, et redoute la journée du lendemain qui sera perturbée par la «mauvaise nuit». Cette attitude conduit à un «hyper éveil» peu favorable au sommeil. Ainsi lors d une nuit dans un cadre inhabituel, le sujet sera moins préoccupé par ses difficultés de sommeil et se réveillera le matin surpris d avoir passé une «bonne nuit». Il existe une plainte diurne avec l association d un mauvais fonctionnement cognitif (difficultés de concentration, troubles mnésiques ) et affectif (irritabilité, morosité, repli sur soi ). Parfois, le sujet se dit somnolent mais il ne parvient pas à faire la sieste. On peut noter également des troubles somatiques du registre psychosomatique (colite, dorso-lombalgies, asthénie ) Prise en charge diagnostique Elle repose essentiellement sur la consultation qui devra : Affirmer la réalité de l insomnie c est à dire que le sujet dort moins longtemps qu avant d être insomniaque, et dort également mal en période de congés. En effet certains sujets «court dormeurs» ne se plaignent d insomnie que lorsque leur niveau 9

10 d activité baisse comme par exemple lors du «passage à la retraite». Chez ces sujet cependant le sommeil est de bonne qualité, et tant qu ils ne consomment pas d hypnotique la répercussion diurne de ce court sommeil est nulle. Certains sujets «couche tard», ou présentant un retard de phase n arrivent pas à s endormir, mais une fois le sommeil installé il est tout à fait satisfaisant. Les contraintes professionnelles conduisent à un déficit en sommeil qui disparaît lors des périodes de congés. Eliminer une pathologie psychiatrique avérée, anxieuse ou dépressive, Différencier cette insomnie des 2 autres insomnies intrinsèques que sont l insomnie idiopathique et la mauvaise perception du sommeil. La première se caractérise par un début très précoce dans l enfance et souvent par une histoire familiale de mauvais dormeur, sa prise en charge thérapeutique est particulièrement difficile. La deuxième se caractérise volontiers par une faible répercussion diurne de l insomnie contrastant avec la sévérité de la réduction du sommeil rapportée par le patient (grande fréquence des nuits blanches) et avec la durée passée au lit (le patient ne dort pas mais reste au lit pendant plus de 8 heures). Eliminer d autres pathologies neurologiques (les parkinsoniens et les sujets déments dorment mal.), somatiques (les douleurs rhumatismales peuvent induire une insomnie) et d autres pathologies du sommeil comme le syndrome des mouvements périodiques nocturnes et le syndrome d apnée du sommeil. Pour ces pathologies, l interrogatoire du partenaire de lit est souvent très informatif. Au terme de la consultation, on pourra s aider : d un agenda de sommeil qui permet d obtenir une évaluation subjective des horaires de sommeil, des délais d endormissement, des éveils dans la nuit, et de suivre sur de longues périodes l évolution de l insomnie en fonction des différentes thérapeutiques utilisées. Cet agenda permet également de «négocier» avec le patient la tolérance d un certain nombre de mauvaises nuits. d une actimétrie permettant une évaluation objective et sur plusieurs jours des périodes d activité (le sujet bouge) et de repos (le sujet ne bouge pas) d enregistrements de sommeil. Les explorations du sommeil dans l insomnie psychophysiologique sont surtout utiles au diagnostic différentiel (recherche d un syndrome des mouvements périodiques nocturnes ou d un syndrome d apnée du sommeil). Elle permettent également une quantification du sommeil et une comparaison entre le sommeil perçu par le patient et le sommeil mesuré. Ces explorations peuvent être réalisées en ambulatoire, ce qui permet d évaluer le sommeil du patient dans ses conditions de vie habituelle, ou en centre de sommeil ce qui permet d utiliser plus de capteurs comme des capteurs de paramètres respiratoires ou l enregistrement des muscles jambiers antérieurs. Ces enregistrements ont confirmé l augmentation du délai d endormissement et de la durée de la veille intra-sommeil, la fragmentation du sommeil, la diminution du sommeil lent profond, la surcharge des ondes lentes du sommeil lent profond par des activités plus rapides (alpha delta sleep). Mais parfois les enregistrements montrent un sommeil sub-normal La prise en charge thérapeutique Elle est, ne se conçoit, qu une fois le diagnostic posé!!! Elle doit s insérer dans un projet thérapeutique dont le patient est l acteur. Il faut qu il prenne conscience de son rythme veille sommeil avant la survenue de l insomnie et qu il soit informé de l évolution naturelle du sommeil au cours de la vie pour connaître les limites de la prise en charge thérapeutique : «à 65 ans on ne peut pas retrouver le sommeil de son enfance!!». 10

11 Cette prise en charge passe par des «thérapies comportementales» associées ou non à un traitement pharmacologique. Les «thérapies comportementales» reposent sur l organisation d un rythme veille sommeil conforme à celui du patient, mais parfois un compromis doit être trouvé entre les exigences socio-économiques et les biorythmes du patient au prix de quelques «mauvaises nuits». Le but de ces thérapies est d augmenter le contraste jour / nuit. Il faut améliorer la qualité de la veille diurne avec un lever à heure fixe quelque soit la durée du sommeil nocturne, une exposition dès le lever à une lumière intense, une absence de sommeil diurne hormis une éventuelle sieste qui restera limité à 30 minutes et sera placée en début d après midi. Il faut organiser le début de soirée pour diminuer la stimulation des systèmes d éveil en évitant les stimulants (café, coca-cola, theophyline..), une pratique sportive ou intellectuelle intense juste avant le coucher, et en développant des techniques de relaxation dont le but recherché sera la détente et non le sommeil. Il faut dédramatiser le fait de ne pas dormir. Un soutien psychothérapeutique et des informations sur la physiologie du sommeil peuvent être utiles. Le traitement pharmacologique sera prescrit en expliquant au patient que cette thérapeutique sera nécessairement transitoire. Il peut comprendre : des hypnotiques avec en premier lieu le zolpidem (Stilnox) en cas de difficulté d endormissement ou le zopiclone (Imovane) en cas de sommeil fragmenté et écourté. En cas d efficacité insuffisante les benzodiazepines type lormétazépam (Noctamide) ou des benzodiazépines plus anxiolytiques peuvent être utilisées. Leur prescription doit être limité à 1 mois, car au delà de ce délai l efficacité diminue. Il est souvent préférable de les utiliser en prises discontinues pour éviter un rebond d insomnie à l arrêt de l hypnotique. Si le patient est déjà traité par des hypnotiques, il conviendra d envisager un sevrage avec l utilisation des autres psychotropes. des antidépresseurs sédatifs tricycliques type amitryptilline (Laroxyl), mianserine (Athymil) ou inhibiteur de la recapture de la sérotonine type paroxetine (Deroxat) qui seront utilisés en cas de réveil précoce et d éléments dépressifs à l interrogatoire. des neuroleptiques anxiolytiques et sédatifs type levopromazine (Nozinan), thioridazine (Melleril) peuvent être utilisé en cas d insomnie anxieuse avec «cauchemars» en particulier chez le sujet âgé à condition qu il n existe pas de syndrome extra-pyramidal. des antihistaminique type hydroxysine (Atarax). Ces thérapeutiques doivent cependant éviter, avant tout, d altérer la vigilance diurne dont la bonne qualité est une condition nécessaire à un bon sommeil nocturne : tout patient alité de façon prolongée a fait l expérience de ces jours qui s étirent dans un hypo éveil cotonneux et de ces nuits qui se désagrégent et se fragmentent dans l angoisse La Narcolepsie Décrite par Gelineau en 1880, l identification de la maladie a été progressive jusqu à la découverte dans les années d un marqueur génétique de cette maladie, ce qui rend compte de l importance du délai entre le premier signe clinique et le diagnostic estimé en 1993 à 14 ans en moyenne par l équipe du Pr. Billiard. La prévalence de la maladie est mal connue mais semble se situer entre 50 et 65 patients pour habitants ce qui est de l ordre de la prévalence de la sclérose en plaque. Il est clair que la multiplication des centres de sommeil d une part et l existence d un traitement efficace mis sur le marché français en 1994 a permis un meilleur dépistage de cette maladie avec une réduction des délais diagnostiques. Le diagnostic positif repose sur la clinique, mais il sera étayé, en particulier dans les cas pauci symptomatiques, par les enregistrements polysomnographiques. 11

12 Caractéristiques Cliniques Cinq signes cliniques caractérisent la Narcolepsie, mais ces 5 signes ne sont pas toujours présents chez un patient donné Les accès de narcolepsie il s agit d accès de sommeil irrépressible quotidien, gênant les activités du sujet. Après un accès il existe une restauration d une vigilance normale pendant une à plusieurs heures. Cet aspect rafraîchissant des siestes a une grande valeur diagnostic et permet à certains patients d organiser leurs activités pour ne plus être parasité par une somnolence diurne excessive Les accès de cataplexie il s agit d une brusque diminution du tonus musculaire sous l influence d une émotion agréable ou désagréable affectant certains muscles comme les muscles de la nuque avec chute de la tête en avant, les muscles de la mâchoire avec ouverture buccale (rester bouche bée), les muscles des cuisse avec chute brutale (avoir les jambes coupées). La durée et la fréquence des attaques de cataplexie sont très variables d un sujet à l autre et au cours de la maladie Les hallucinations hypnagogiques (à l endormissement) ou hypnopompiques (au réveil). Ces hallucinations visuelles, auditives ou somesthésiques sont volontiers effrayantes (sensation d une personne étrangère dans la chambre ) La paralysie du sommeil est l incapacité à mobiliser les membres, la tête ou à respirer avec une amplitude normale lors d un éveil nocturne La fragmentation du sommeil nocturne. Malgré leur tendance à s endormir très facilement les narcoleptiques ont un mauvais sommeil nocturne avec des éveils fréquents et de nombreuses parasomnies (somniloquie, troubles du comportement en sommeil paradoxal..) Caractéristiques paracliniques Les enregistrements de sommeil Ils ont 2 objectifs : affirmer l hypersomnie par le test itératif d endormissement qui consiste à enregistrer pendant la journée tous les 2 heures le sujet dans des conditions propices au sommeil et à mesurer le délai d endormissement. Un patient narcoleptique a un délai moyen d endormissement inférieur à 5 minutes et présente au moins 2 endormissements en sommeil paradoxal. éliminer d autres pathologies du sommeil (SAS, Syndrome des mouvements périodiques nocturnes) par l enregistrement du sommeil nocturne. 12

13 Le groupage HLA Il n est pas indispensable au diagnostic et n a d intérêt que lors de protocole de recherche du fait de la fréquente association entre la narcolepsie et le groupe HLA DR2-DQ Aspects physiopathologiques L existence de modèle canin de la narcolepsie a nettement facilité l étude physiopathologique de la narcolepsie qui est sous la dépendance d une altération d une part, des neurones à hypocrétine situés au niveau de l hypothalamus, d autre part de la transmission aminergique Prise en charge thérapeutique Elle a pour but de lutter contre les 2 principales manifestations cliniques de la narcolepsie cataplexie : la somnolence diurne excessive sera traitée par du modafinil (3 comprimés par jour en moyenne) associé à des siestes courtes aménagées selon l activité du sujet, les attaques de cataplexie sont sensibles au modafinil (Modiodal), aux antidepresseurs en particulier tricycliques (Anafranil, Pertofran) et à l oxybate (Xyrem). Ces thérapeutiques seront adaptées d une part à la sévérité des symptômes, d autre part au niveau d activité du sujet. Ainsi les prises de modafinil peuvent être interrompues lors des week-end. Les modalités de prescription sont particulières pour : le modiodal prescrit sur ordonnance d exception par un neurologue ou un spécialise du sommeil le Xyrem prescrit initialement par un spécialiste du sommeil puis par le médecin généraliste sur ordonnance sécurisée selon la règle des 28 jours comme tout stupéfiant Aspect médico-légal Par l arrêté du 7 mai 1997 puis du 21 décembre 2005, la narcolepsie a été ajoutée aux incapacités physiques incompatibles avec l obtention ou le maintien du permis de conduire. Le médecin généraliste a donc obligation d informer son patient sur les risques liés à la somnolence au volant et qu il doit soumettre son cas à la commission médicale du permis de conduire Le syndrome d apnée obstructive du sommeil Décrit initialement par Dickens dans les aventures de monsieur Pickwick ( ), le syndrome de Pickwick, tel qu il va être dénommé par Burwel et collaborateur en 1956, est l affection dont souffre, dans le roman, le cocher Joe. Elle associe obésité, cyanose, polyglobulie, hypoventilation alvéolaire, insuffisance cardiaque et somnolence diurne. La présence d apnées pendant le sommeil dans ce syndrome va être rapporté en 1965 par Tassinari Duron et Gastaut, et progressivement sous l impulsion de Guilleminault, le terme de syndrome de Pickwick est abandonné au profit de syndrome d apnées obstructives du sommeil (SAOS) car un SAOS peut s observer indépendamment de l obésité et de l insuffisance cardio-respiratoire. La prévalence considérable de cette affection en particulier chez l homme pléthorique de la cinquantaine (probablement autour de 10%) associée, depuis 1981, à un traitement efficace par la pression positive continue à contribuer de façon substantielle au développement des centres de sommeil. Le diagnostic évoqué sur la séméiologie clinique nécessite une confirmation par un examen polysomnographique, ou, dans le cas de forte suspicion clinique, par un polygraphie ventilatoire nocturne. 13

14 Caractéristiques Cliniques Elles associent : un terrain : l homme de la cinquantaine deux signes quasi constants : un ronflement sonore, et une somnolence diurne parfois majeure des signes accessoires : o des céphalées matinales o une nycturie prise souvent à tort pour un problème prostatique o une surcharge pondérale o un ralentissement psychomoteur avec des troubles mnésiques et de l attention o une hypertension artérielle. Mais, hormis le ronflement, le tableau clinique peut être beaucoup plus pauvre et les femmes peuvent également être concernées après la ménopause ou si elles présentent une surcharge pondérale de type androïde Caractéristiques Polysomnographiques La polysomnographie permet : de faire le diagnostic : le SAOS se définit sur une nuit de plus de 5 heures par un index d apnée-hyponée (IAH) supérieur à 15 évènements respiratoires par heure de sommeil. Cette valeur a cependant été discutée et d autres limites plus basses (IAH = 10) ou plus élevées (IAH =20) ont été proposées. Une apnée se définit par une interruption du flux aérien naso-buccal pendant plus de 10 secondes, et une hypopnée se définit par une réduction du flux aérien de plus de 50% associée à une désaturation de 4% au moins. d évaluer la sévérité du SAOS qui se définit non seulement par l IAH, mais aussi par le nombre, la durée et l intensité des désaturations du sang en oxyhémoglobine, et par la fragmentation et la désorganisation du sommeil que provoque les apnées et les efforts respiratoires. d évaluer l efficacité de la thérapeutique en mettant en évidence une normalisation de l IAH et du sommeil après un traitement chirurgical ou orthodontique, ou en permettant de déterminer le niveau optimal de pression à délivrer par l appareil à pression positive continue pour faire disparaître apnées et hypopnées Aspects physiopathologiques Les apnées obstructives sont liées aux collapsus des voies aériennes supérieures lors de l inspiration. Ce collapsus est lié d une part à la taille des voies aériennes supérieures, d autre part au tonus musculaire au niveau des muscles dilatateurs du pharynx lors de l inspiration. Ce collapsus provoque un arrêt respiratoire puis une chute du taux d oxyhémoglobine, puis un allègement du sommeil permettant la reprise ventilatoire. Ces variations respiratoires s associent à une séquence brady-tachycardie qui est probablement en cause dans les modifications tensionnelles souvent observées chez ces patients. Ces modifications des voies aériennes au cours du sommeil rendent compte à la fois du ronflement et de la fragmentation du sommeil nocturne. 14

15 Prise en charge thérapeutique. L objectif du traitement est d assurer une meilleure perméabilité des voies aériennes supérieures. Le traitement de référence est la pression positive continue (PPC cf. Fig. 5) : une pression positive continue est appliquée par le nez au patient durant toute la nuit ce qui permet le maintien des voies aériennes supérieures ouvertes. Fig. 5 : Masque de PPC réalisant une véritable attelle pneumatique des voies aériennes supérieures Si le patient présente une surcharge pondérale, une perte substantielle de poids permet de nettement diminuer le nombre d apnées. Cette perte de poids est facilitée par le traitement par PPC car la contrainte de ce traitement et la diminution de la somnolence diurne facilitent l adhésion à un régime hypocalorique. En fonction de l IAH et de la morphologie des voies aériennes supérieures, différents traitements orthodontiques basés sur des orthèses d avancement mandibulaire ont été proposés. Le remboursement de ces dispositifs par l assurance maladie n est pas encore obtenu. Des traitements chirurgicaux ont également été proposés depuis l uvulo-palatopharyngo-plastie jusqu à des interventions complexes d avancée mandibulaire, mais leur efficacité à moyen et long terme n est prouvée que lors de conditions anatomiques ORL ou stomatologiques particulières. Chez l enfant le SAOS est beaucoup plus rare, mais il faut savoir y penser devant un enfant ronfleur somnolent et fatigué sans attendre la baisse des performances scolaires. Il est habituellement lié à une hypertrophie amygdalienne et le SAOS disparaît après l ablation des amygdales Aspect médico-légal Par l arrêté du 7 mai 1997 puis du 21 décembre 2005, le SAS a été ajouté aux incapacités physiques incompatibles avec l obtention ou le maintien du permis de conduire. 15

16 Le médecin généraliste a donc obligation d informer son patient sur les risques liés à la somnolence au volant et qu il doit soumettre son cas à la commission médicale du permis de conduire Le somnambulisme et les terreurs nocturnes Ces parasomnies sont très fréquentes chez l enfant : le somnambulisme peut s observer de façon occasionnelle chez 15 à 45% des enfants selon les études. Le diagnostic repose habituellement sur trois données cliniques : l âge du sujet, le moment de survenue au cours de la nuit et la description clinique de la parasomnie. La fréquence et la bénignité de ces manifestations conduisent le plus souvent à rassurer le patient et sa famille, cependant il existe des formes plus atypiques survenant chez l adulte ou plus invalidantes du fait de la fréquence des épisodes ou de leur dangerosité nécessitant une prise en charge médicale plus importante Caractéristiques Cliniques La terreur nocturne survient habituellement chez des enfants de 3 à 6 ans une à trois heures après le début du sommeil. Il s agit d un épisode bruyant : l enfant est assis dans son lit hurlant les yeux ouverts et fixes; il peut tenir des propos incohérents et avoir une gesticulation intense. Des phénomènes neuro-végétatifs importants peuvent s associer : hypersudation, mydriase, erythrose ou pâleur, tachypnée, tachycardie, pilo-érection. Lorsqu on essaie de toucher l enfant, il peut s agiter et présenter une déambulation violente dite réflexe d échappement. Si le comportement semble traduire une angoisse importante, le sujet n a qu une conscience très vague de l épisode et se rendort aussitôt. L amnésie de l épisode est donc habituelle. L épisode dure quelques minutes mais il peut se répéter dans la nuit. Ces épisodes sont favorisés par un stress, une fièvre ou une privation de sommeil. Les antécédents familiaux sont très fréquents (96% des cas). Le somnambulisme survient habituellement chez des enfants de 7 à 12 ans une à trois heures après le début du sommeil. L enfant sort de son lit, déambule les yeux ouverts avec un regard vide. Il reste docile et on peut le ramener à son lit sans qu il se réveille. L épisode dure quelques minutes et habituellement reste unique au cours de la nuit. Le somnambulisme terreur associe les éléments séméiologiques de ces 2 parasomnies. Ces parasomnies disparaissent le plus souvent à la puberté. Leur persistance à l âge adulte ou leur apparition à la puberté doit conduire, si les épisodes sont fréquents, à un enregistrement vidéo-polysomnographique pour les différencier d une épilepsie partielle Caractéristiques Polygraphiques Ces 2 parasomines surviennent à la fin d un épisode de sommeil lent profond et s associent souvent à une activité lente rythmique diffuse à prédominance antérieure sur l EEG, qui est rapidement remplacée par des activités d éveil ou masquée par des artéfacts de mouvement. Indépendamment des épisodes, le sommeil lent profond est souvent fragmenté par des allègement brutaux, mais il n existe pas d éléments irritatifs Prise en charge thérapeutique Elle sera non médicamenteuse dans la plupart des cas. Il convient de rassurer la famille, d éviter les facteurs déclenchants comme le stress, la privation de sommeil ou les réveils nocturnes de l enfant. Dans les cas graves par la fréquence des accès, leur longue durée ou l âge de survenue on pourra s aider de benzodiazepine type Urbanyl en discontinu. 16

17 5.5. Le syndrome d impatience des membres inférieurs ou syndrome des jambes sans repos. Ce syndrome dénommé Anxietas Tibiarum par Wittmaack (1861) puis restless legs par Ekbom (1960) et syndrome des Jambes sans repos ou paresthésie agitante nocturne ou Impatiences par Bonduelle et Jolivet (1947, 1952, 1953) est un syndrome clinique dont Lugaresi (1965) a mis en évidence la fréquente association avec de mouvements périodiques nocturnes lors des enregistrements polysomnographiques. Cependant, si près de 80% des patients souffrant d impatience des membres inférieurs présentent des mouvements périodiques des membres inférieurs pendant la nuit, seuls 30% des patients présentant des mouvements périodiques ont des impatiences. Ainsi la présence de mouvements périodiques n est ni nécessaire ni suffisante pour faire le diagnostic de syndrome d impatiences Caractéristiques Cliniques Le sujet se plaint de sensations désagréables au niveau des jambes avec une irrépressible envie de bouger. Ces sensations surviennent au repos surtout le soir et sont calmées par le mouvement. Ces sensations retardent l endormissement le soir au coucher et parfois lors d éveil nocturne. Elles peuvent donc provoquer une somnolence diurne Prise en charge diagnostique Elle repose sur la clinique et un bilan biologique (Sidéremie, Ferritine, Ionogramme, Créatinémie, Glycémie) qui permettront le plus souvent de distinguer : Les formes primitives qui sont les plus fréquentes et souvent familiales. Les formes secondaires qui sont liées : o à une carence martiale (anémie ferriprive, grossesse..) o à une insuffisance rénale chronique o à une prise médicamenteuse (neuroleptique, antidépresseur, xanthines : théophyline, café, thé) o à une neuropathie parfois infraclinique. Cette pathologie doit être distinguée des autres causes de douleurs des membres inférieurs avec en premier lieu l insuffisance veineuse. Cette dernière peut avoir le même horaire de survenue, mais elle est calmée par le repos, les jambes surélevées et non le mouvement!! Un enregistrement polysomnographique, s il est réalisé, met en évidence dans 80% des cas des mouvements périodiques des membres inférieurs Prise en charge thérapeutique. Elle repose sur : une recharge en fer (Ferrograd, Tardyferon) des agonistes dopaminergiques (Ropirinol, Pramipexole Adatrel Sifrol) à posologie progressive des antalgiques. 17

18 6. Conclusion La médecine du sommeil a connu ces dernières années un développement considérable du fait de la multiplication des centres de sommeil et de la mise au point de nouveaux moyens thérapeutiques. Ce développement impose donc à tout médecin de connaître l organisation du sommeil humain et les principales causes de son altération. Cela permettra une meilleure prise en charge des troubles du sommeil dont une partie non négligeable cependant est induite par l organisation de notre vie dans la société. 18

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010

Sommeil et sport Dr. Arnaud PRIGENT (Pneumologue à St LAURENT) sport et sommeil 01/06/2010 Sommeil et sport Structure du sommeil Au cours du sommeil, on repère 2 principaux types de sommeil : Le sommeil lent. Le sommeil paradoxal. Processus de régulation 3 processus: - circadienne (processus

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil

Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Place et conditions de réalisation de la polysomnographie et de la polygraphie respiratoire dans les troubles du sommeil Mai 2012 Service évaluation des

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT»

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» IRBMS http://www.irbms.com Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» Auteur(s) : J.-D. Guieu Catégorie : Sport Santé

Plus en détail

Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18

Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18 Séminaire 1 «Sommeil Normal» Coordination J Adrien / MF Vecchierini Lieu : Faculté de Bichat Amphithéâtre A1, Niveau 1, 16 Rue Henry Huchard Paris 18 Lundi 18 Octobre 2010 (Responsable MF Vecchierini )

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

SOMMEIL ET TRAVAIL 6

SOMMEIL ET TRAVAIL 6 6 SOMMEIL ET TRAVAIL AVANT-PROPOS En médecine du travail, 20 à 40% des salariés se plaignent de leur sommeil avec pour principale conséquence la somnolence et son corolaire la baisse de vigilance. Les

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale

Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale Recommandations Décembre 2006 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

paris descartes le sommeil le 16 mars!

paris descartes le sommeil le 16 mars! de l université paris descartes LE SOMMEIL Qu est-ce que le sommeil? Sommeil et culture Les 10 règles du sommeil Bien dormir pour bien réussir La sieste au travail La journée du sommeil : le 16 mars! ÉDITO

Plus en détail

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal!

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Gina Sanders Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Tous concernés! De quoi s agit-il? encontrer ponctuellement des dif cultés pour s endormir, se réveiller en pleine nuit ou se retrouver debout

Plus en détail

Marseille 21 > 23. Novembre

Marseille 21 > 23. Novembre Marseille P a R C C H A N O T 21 > 23 Novembre 2013 PROGRAMME PROVISOIRE APPEL À COMMUNICATION INSCRIPTION Conférences plénières Le sommeil des animaux I. Tobler Syndrome d apnée : potentiel des biomarqueurs

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT

SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT 1 SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale ------------

Plus en détail

Formation Professionnelle Continue

Formation Professionnelle Continue Formation Professionnelle Continue 58bis Allée des Grands Champs - 33470 GUJAN MESTRAS Tél : +33 (0)5.56.22.28.23 - Fax : +33 (0)5.56.66.70.04 Mail : contact@macsformation.com Site Internet : www.macsformation.com

Plus en détail

LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE

LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE LE SOMMEIL : QUAND MORPHÉE SE FAIT ATTENDRE Le sommeil est très important pour la croissance et le bon développement de l enfant. Toutefois, il arrive que certains bébés aient plus de mal à dormir que

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE SYNDROME D APNÉES - HYPOPNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL EXPLORATIONS ET TRAITEMENT Cette formation peut vous permettre de valider votre obligation annuelle de DPC SYNDROME

Plus en détail

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N M A T I N PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin 9, Av du Parc 33120 ARCACHON 15 et 16 Novembre 2013 24 et 25 Janvier

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Coup d oeil sur Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Le sommeil «Un bon dormeur se démarque d un mauvais dormeur par la facilité avec laquelle il se rendort.» Que savons-nous? n Le sommeil du bébé

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

dmt Sommeil et rythme de travail Tours, 29 janvier 2010 En résumé notes de congrès

dmt Sommeil et rythme de travail Tours, 29 janvier 2010 En résumé notes de congrès dmt TD notes de congrès 168 Sommeil et rythme de travail Tours, 29 janvier 2010 L Institut national de médecine agricole (INMA), situé à Tours, a organisé un colloque sur le thème «Sommeil et rythme de

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne!

Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! C est le Vendée Globe des Ateliers d Arcachon! Les Ateliers d Arcachon font escale aux Sables d Olonne! Soyez prêt pour un départ le 13 novembre 2014! PROGRAMME 2014-2015 ATELIER 1 ATELIER 2 ATELIER 3

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Travail d Application Tutoré année 2010 Quatrième

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble

Troubles de la vigilance au travail. Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Troubles de la vigilance au travail Tests d aide à la décision d aptitude et structures de dépistage du syndrome d apnées du sommeil à Grenoble Sandrine Launois-Rollinat Patrick Lévy, Jean-Louis Pépin,

Plus en détail

Les troubles de l endormissement de l enfant de 6 à 36 mois en médecine générale

Les troubles de l endormissement de l enfant de 6 à 36 mois en médecine générale SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ******************* ANNEE 2013 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale ----------

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

Syndrome d'apnées du Sommeil

Syndrome d'apnées du Sommeil Collaboration Labo : ASTRAZENECA Page 1 sur 7 Article de synthèse réalisé le 28 Avril 2001_Patrick Lévy, Jean Louis Pépin, Bruno Lepaulle Secteur Sommeil et Respiration. CHU Grenoble 38043 France Syndrome

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

SOMMEIL ET SCOLARITÉ 7

SOMMEIL ET SCOLARITÉ 7 7 SOMMEIL ET SCOLARITÉ AVANT-PROPOS Chacun sait qu un sommeil de qualité et en Il est donc primordial d informer enfants, quantité suffisante est indispensable pour parents, enseignants et plus largement

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL. Ministère de la Santé et des Solidarités

RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL. Ministère de la Santé et des Solidarités RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL Ministère de la Santé et des Solidarités DECEMBRE 2006 Rapport à Monsieur Xavier BERTRAND Ministère de la Santé et des Solidarités Sur la question du Sommeil en France «assortie

Plus en détail

The Dream by Henri Matisse Approche cognitive du sommeil et du rêve : Thérapie cognitivo-comportementale dans Les insomnies chroniques primaires

The Dream by Henri Matisse Approche cognitive du sommeil et du rêve : Thérapie cognitivo-comportementale dans Les insomnies chroniques primaires The Dream by Henri Matisse Approche cognitive du sommeil et du rêve : Thérapie cognitivo-comportementale dans Les insomnies chroniques primaires Université Victor Segalen Bordeaux 2 Laboratoire de physiologie

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL. Ministère de la Santé et des Solidarités

RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL. Ministère de la Santé et des Solidarités RAPPORT SUR LE THEME DU SOMMEIL Ministère de la Santé et des Solidarités DECEMBRE 2006 Rapport à Monsieur Xavier BERTRAND Ministère de la Santé et des Solidarités Sur la question du Sommeil en France «assortie

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Josée Savard, Ph.D. Professeure titulaire École de psychologie, Université Laval Centre de recherche du CHU de Québec et Centre de recherche sur

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Guide SPLF à l usage des patients et de leur entourage. Tout ce que vous voulez savoir sur le syndrome d apnées du sommeil

Guide SPLF à l usage des patients et de leur entourage. Tout ce que vous voulez savoir sur le syndrome d apnées du sommeil Guide SPLF à l usage des patients et de leur entourage Tout ce que vous voulez savoir sur le syndrome d apnées du sommeil Tout ce que vous voulez savoir sur le syndrome d apnées du sommeil Préface L annonce

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour.

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour. ORIGINES Saviez-vous que les astronautes séjournant à bord de la Station Spatiale Internationale voient le soleil se lever et se coucher toutes les 90 minutes? Oui. 16 fois par jour de quoi avoir du mal

Plus en détail

1. Mandat des autorités. 2. Principes pour la certification de "Centre de Médecine du Sommeil"

1. Mandat des autorités. 2. Principes pour la certification de Centre de Médecine du Sommeil Directives pour la certification de "Centres de Médecine du Sommeil" et pour l obtention du certificat pour l enregistrement de polygraphies respiratoires 1. Mandat des autorités Selon l'"ordonnance sur

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Session Diagnostic. organisme gestionnaire du développement professionnel continu. www.cardiosleep.fr

Session Diagnostic. organisme gestionnaire du développement professionnel continu. www.cardiosleep.fr Session Diagnostic organisme gestionnaire du développement professionnel continu www.cardiosleep.fr UN CONSTAT 1 patient sur 3 est atteint de Troubles Respiratoires du Sommeil (TRS) en cardiologie. Les

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité

Traumatisme crânien léger (TCL) et scolarité Document destiné aux enseignants, aux médecins et aux infirmières scolaires H.Touré pour l'équipe du CSI (Centre de Suivi et d Insertion pour enfant et adolescent après atteinte cérébrale acquise), M.Chevignard,

Plus en détail

Editorial. NB : Vous pouvez recevoir la lettre en format A4 par messagerie. Faites votre demande par courriel.

Editorial. NB : Vous pouvez recevoir la lettre en format A4 par messagerie. Faites votre demande par courriel. Editorial Lettre n 15 - Janvier 2010 - Page 1 Lettre n 15 L association "Sommeil et Santé" a fêté ses 10 bougies (11 exactement). Un grand merci aux présidents successifs et à leurs bureaux qui ont réussi

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

Origines de la méthode Pilates :

Origines de la méthode Pilates : Origines de la méthode Pilates : La méthode Pilates existe depuis les années 20. Elle porte le nom de son inventeur, Joseph Hubertus Pilates (1880-1967), né à Dusseldorf, émigré aux États Unis au début

Plus en détail