B- LES ÉTAPES DE L INNOVATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B- LES ÉTAPES DE L INNOVATION"

Transcription

1 B- LES ÉTAPES DE L INNOVATION 4 D A B C l idée de l idée au projet du projet à la réalisation de la réalisation au marché

2 La conduite du projet d innovation 1 - L idée Les idées innovantes ont d autant plus de chance de germer dans une entreprise qu un terrain favorable leur est ménagé. Il consiste à : Développer et entretenir une culture de l innovation Cette culture se développe : - en plaçant l innovation au cœur de la stratégie de développement de l entreprise - en recherchant l adhésion du plus grand nombre à ce projet d entreprise - en favorisant l accès à l information - en développant le sens de l observation et de la créativité. Organiser l émergence, la collecte et le foisonnement d idées nouvelles dans l entreprise Différentes approches sont pratiquées à cet effet : - Boites à idées Challenges autour de nouvelles bonnes idées - Séances d analyse des produits de la concurrence - Réunions de créativité - Rapports d «étonnement» établis en retour de missions. «Chaque collaborateur qui va visiter un salon informe l ensemble des personnes éventuellement intéressées par ce salon et collecte toutes leurs demandes de renseignements, de documentations... Il se comporte donc comme un visiteur à «plusieurs casquettes» et rapporte des infos utiles à chacun d entre nous en évitant les déplacements multiples... A son retour, il rédige un rapport d étonnement qui est quelquefois source de bonnes idées et qui stimule l esprit d observation du visiteur. Il s est en effet rendu sur un salon avec des «yeux» différents. Attention le «taux de rendement» de ce type d actions est faible mais n oublions pas qu il suffit d une seule bonne idée ou parfois même d une simple suggestion pour engendrer tout un processus créatif et déboucher sur un produit innovant. Nous ne sommes pas à l abri du succès». Jean Jacques BOUILLARD - PDG - BOUILLARD Frères (71) Etre à l écoute permanente de son environnement L environnement de l entreprise recèle des mines de nouvelles idées qu il s agit de savoir capter par : - Une veille économique organisée (brevets - publications - colloques - salons - revues techniques spécialisées - Internet ) - L écoute permanente de ses clients, en favorisant des échanges avec eux

3 - Les suggestions des fournisseurs, partenaires, distributeurs, prescripteurs - La surveillance méthodique des concurrents - La recherche d opportunités technologiques industrielles - Le suivi de l évolution des réglementations et normes du métier. Pour une entreprise, la veille technologique et économique est stratégique. Dans un climat de guerre économique, s en priver, ce serait comme si une armée en guerre se privait de ses services de renseignements. Elle serait au moins borgne, sinon aveugle. André BEX - Directeur Général - FIMM (89) Sélectionner les idées collectées En se posant, pour chacune d elles les questions suivantes : 1 Quel est son caractère novateur? Qu apporte- t-elle de nouveau par rapport à l existant? Selon quel degré d avantage différentiel? 2 Quel est le degré de liberté de son exploitation? Existe-t-il des brevets dans ce domaine? Quel est le risque de recouvrement? Quelle est la réglementation en vigueur? Quelles sont les normes? 3 Comment correspond-elle à la satisfaction d un besoin ou à l attente du marché, dans des conditions a priori acceptables? La finalité d une démarche d innovation est de déboucher rapidement sur de nouvelles ventes dans des conditions lucratives. 4 - L entreprise dispose-t-elle des moyens intellectuels, matériels et financiers pour conduire ce programme d innovation seule ou en partenariat? Doit-elle recourrir au partenariat afin de ne pas déstabiliser les équilibres fondamentaux de l entreprise? Ces 4 critères de sélection permettent d établir des priorités et de ne retenir que celle(s) que l on décidera de transformer en projet(s).

4 La conduite du projet d innovation A B D C 2 - De l idée au projet Pour transformer une idée en projet, il y a lieu de procéder aux démarches suivantes : Vérifier la liberté d exploitation Recherche de brevets existants Une recherche approfondie, qu il est conseillé de confier à des spécialistes, permet d identifier, parmi l ensemble des brevets déposés, ceux en vigueur susceptibles d annuler ou limiter le développement du projet ou conduire à sa modification. «Dans un contexte de concurrence accrue, la veille technologique des brevets assurée par Arist Bourgogne constitue un élément important qui nous renseigne sur l avancée de la technique dans notre secteur d activité et stimule notre propre démarche d innovation» Thierry FOURNIER - Directeur Général - LOOK Cycle International (58) Inventaire des réglementation et normes Particulièrement dans certains secteurs sensibles, il faut vérifier la portée des réglementations et normes existantes. De nouvelles directives européennes imposent depuis juillet 2006, la suppression du plomb dans les principaux alliages. Notre entreprise n a pas attendu cette date pour s adapter et s est depuis plus de 2 ans engagée dans un important programme de recherche sur les crèmes de brasage dépourvues de plomb. Avec cette stratégie anticipatrice, nous disposons d une longueur d avance et nous sommes aujourd hui en phase d industrialisation de ces nouveaux produits. Nicolas WINKLER - Directeur Commercial - RADIEL FONDAM (21) Etablir un plan d action L établissement d un plan d action permet de se poser «les bonnes questions» et de formaliser un programme qui servira de référence tout au long du développement du projet. Ce plan d action s articule autour des points suivants : Objet de l innovation Définition de sa nature, de ses caractères de nouveauté, de ses limites, de ses applications Cadre administratif et juridique Positionnement du projet au regard de brevets existants, des contraintes réglementaires et normatives Le marché - Evaluation des attentes et besoins de la clientèle visée, en la segmentant

5 - Estimation quantitative et qualitative du marché - Situation des concurrents, de leurs forces et de leurs faiblesses - Positionnement différentiateur de l innovation sur le marché ( performance / prix ) Moyens à mettre en œuvre - Utilisation d Infrastructures et d équipements existants - Nouveaux investissements - Mobilisation de compétences internes et externes - Technologies à acquérir (concession de licence ), partenariats à mettre en oeuvre Déroulement du projet, de l étude au lancement - Description de chaque étape d étude, de développement et de lancement - Quantification pour chaque phase des moyens mis en œuvre et des délais Coûts prévisionnels du projet Ils intègrent les charges directes et indirectes engagées et sont composés : - Des coûts internes de recherche et de développement du projet, - Des coûts externes lorsqu il est fait appel à des prestations et fournitures extérieures - Des dépenses relatives au lancement industriel et commercial Coût de revient prévisionnel du produit Il prend en compte les coûts directs et indirects de production envisagés ainsi que l amortissement de l étude et du développement. Commercialisation Toutes les composantes de l approche marché sont à définir : - Le positionnement du produit par rapport à la concurrence et aux attentes de la clientèle - La détermination du prix - Les moyens de promotion, de communication et de publicité à mettre en place (formation de la force de vente ) - La qualification du (des) réseau (x) de distribution. Prévisions de ventes Elles s établissent à court et moyen terme, si possible par segments de marché Financement du projet Il définit les ressources financières nouvelles à mettre en place, compte-tenu des coûts prévisionnels du projet : Autofinancement - Emprunts - Augmentation de Capital - Aides financières «Pour OSEO, l innovation au sens large constitue une priorité forte. Avec le rapprochement des métiers du soutien à l innovation et du financement, l accompagnement de la PME s inscrit maintenant dans le temps ; pour mieux répondre aux attentes des entreprises innovantes, de nouveaux produits ont notamment été mis en place : prêt participatif d amorçage, contrat de développement innovation, fonds de garantie innovation,» Régis BOIRON - Directeur régional - OSEO Bourgogne

6 La conduite du projet d innovation Identifier les facteurs de risques et de réussite Tout projet innovant comporte des prises de risques à différents niveaux : l appréciation des ressources à mobiliser les évolutions relatives au marché les variables liées à l environnement (conjoncture, modalités et délais d accès au marché, réactions de la concurrence, résistance au changement ). L exercice consistant à analyser ces facteurs est fondamental. Il permet de mieux anticiper leurs évolutions. Désigner un chef de projet Il assurera le suivi du projet dans tout son déroulement, se référant au plan d action prévu. Il rendra des comptes régulièrement sur son évolution et proposera des correctifs dans les cas d enregistrement d écarts. «La validation technique constitue souvent un préalable indispensable à la poursuite du projet. Cette incertitude levée, nous associons systématiquement au chef de projet R & D, un parrain commercial qui se met dans la peau du client le plus exigeant. Cette démarche ambitionne de déterminer très tôt les éventuels points bloquants pour mettre en place les actions correctives et être en phase avec le marché» Jean-Philippe FASQUEL - Responsable Scientifique - EUROGERM (21) Dans les TPE, c est souvent le chef d entreprise qui assure cette opération de pilotage du programme d innovation. Définir des tableaux de bord Ces tableaux de bord permettront de suivre l état d avancement du projet et de prendre en compte les éventuelles modifications apportées. Les indicateurs retenus concernent des critères liés au projet : planning, suivi des temps passés, des achats consommés et des différents coûts. Ils peuvent intégrer des critères externes à l entreprise : évolution du marché, comportement des concurrents, désengagement d un partenaire, évolution de l environnement réglementaire Engager une démarche de protection de l innovation Quelle stratégie adopter? Veiller à ne rien divulguer jusqu au lancement Toute divulgation détruit la nouveauté et ne permet plus un dépôt de protection. Il est donc essentiel de conserver le secret dans la phase projet et d obtenir des engagements de confidentialité de la part de toutes personnes internes ou externes participant à l élaboration du projet. Protéger son innovation pour se doter d une véritable arme stratégique C est la solution universelle. La protection industrielle permet de se garantir contre une exploitation abusive de son innovation et de se réserver une forme de monopole dans ses applications. Elle permet de récolter les fruits de ses efforts d innovation, en prenant un avantage sur le marché.

7 Elle permet aussi de se doter de moyens de négocier l exploitation de l innovation avec des partenaires, notamment en concédant des licences d exploitation. En l absence de protection, choisir de maintenir le secret Ce choix peut se justifier lorsque l innovation peut demeurer secrète, lorsque la durée est brève, ou le marché très restreint. Il faut alors se constituer des preuves de la date de création, par exemple par une enveloppe Soleau. Quel mode de protection? Le dépôt de brevet C est le moyen adapté s il s agit d une innovation technologique. Il permet d interdire aux tiers la fabrication et la commercialisation de l invention, sur les territoires protégés, pendant une durée limitée (20 années maximum). Il implique la divulgation de l invention. Le dépôt de dessin ou modèle Il correspond à la protection des formes industrielles nouvelles quelle que soit leur esthétique. Le dépôt de marque Il concerne toutes les activités de produits ou de services et permet de fixer sans ambiguïté leur origine tout en assurant leur pérennité et la cohérence des gammes. Le dépôt de logiciels Il s effectue auprès d auprès d organismes reconnus ou de conseils en propriété industrielle et permet de protéger des logiciels informatiques spécifiques ; nombre de logiciels à vocation techniques sont aujourd hui brevetés. Droit d auteur (copyright) Il permet la protection d une création artistique. La conservation de preuves en date certaine de création Elle reste une règle générale, pour toutes situations futures litigieuses. Quand déposer un brevet? Lorsque les premiers éléments techniques ou commerciaux ont été validés, afin de ne pas engager de dépenses inopportunes. Avant toute divulgation ou diffusion de quelque sorte que ce soit, qui annulerait l effet de nouveauté. Comment procéder à une demande de dépôt de brevet? L organisme officiel chargé, en France, de la réception et de l instruction des demandes est l INPI (Institut National de la Propriété industrielle). Avant le dépôt d une demande et en raison du caractère juridique et spécifique conféré au brevet, il est recommandé, de s entourer du conseil et de l appui de spécialistes en propriété industrielle. «Nous avons développé, sous forme de kit adaptable à tous types de véhicules, un système original de radar de recul sécurisant les personnes dans l environnement arrière des véhicules industriels. Le brevet, constitue à nos yeux un véritable outil de protection de nos travaux de recherches. Cette appropriation nous permettra de nous prémunir efficacement contre d éventuelles contrefaçons et de faire valoir nos droits. Le brevet nous est également apparu comme une excellente base pour d éventuels partenariats ou de futurs programmes de développement». Patrick PETIT - Gérant - DERISYS (71)

8 La conduite du projet d innovation 3 - Du projet à la réalisation Etude technique et développement du projet Le programme ainsi que les modalités de réalisation du projet ayant été définis, le processus peut être engagé. Le chef de projet met en place toutes les ressources internes prévues (équipe projet, études, achats consommés, équipements de l entreprise ) et externes (laboratoire, centre technique, bureau d études). Il s emploie à suivre le plan d action prévu et son échéancier. Les dérives éventuelles doivent être identifiées et leur cause examinée. Recours à des partenaires externes L entreprise a tout intérêt à s entourer de compétences de spécialistes extérieurs maîtrisant la technologie complémentaire et les savoir-faire associés, dans les domaines où elle ne dispose pas en interne de ces compétences, ou sur des sujets qui ne relèvent pas de son corps de métier. «Notre entreprise dispose d équipements performants et de personnel très qualifié pour des analyses chimiques ou biologiques appliquées à l industrie. Des partenariats avec des laboratoires de l Université de Bourgogne et des centres techniques nous permettent par ailleurs de conduire des programmes d études plus complexes et de satisfaire nos clients les plus exigeants.» Cyril HUG - PDG - Laboratoires FILAB (21) Lorsqu il est fait recours à des prestations externes, ce partenariat nécessite un minimum de formalisations : S il s agit de l acquisition de droits liés à une technologie brevetée, elle doit se traduire par la signature préalable d un contrat de concession de licence éventuellement assortie ou complétée d une assistance technique faisant l objet d un contrat de concession de savoir-faire. Pour être opposable aux tiers, ces contrats doivent obligatoirement avoir fait l objet d un dépôt auprès de l INPI. S il s agit d une recherche en partenariat, dont les résultats pourront faire l objet d une protection industrielle, il est recommandé de préciser dès le départ, quelles seront les modalités de la propriété des résultats (qui est désigné comme inventeur? qui procède au dépôt de la demande? qui sera (seront) le (s) propriétaire (s) du brevet? Au delà des aspects techniques, une surveillance continue de l environnement de l entreprise (situation du marché, comportement des concurrents, contexte réglementaire ) doit toujours faire l objet d un suivi afin de les prendre en compte.

9 4 De la réalisation au marché La phase d accès au marché peut être réalisée : en mobilisant les propres ressources de l entreprise et/ou en confiant tout ou partie de ces opérations à des partenaires extérieurs. Pré-lancement Pré lancement industriel La faisabilité technique du projet étant acquise, une phase de pré-lancement peut s avérer utile avant d engager directement le lancement industriel et commercial de l innovation. Elle permet d opérer si nécessaire des modifications sur le produit et de lui apporter les dernières améliorations. Elle permet également, à travers la réalisation d une pré-série, de valider l opération de lancement industriel, de tester les moyens de production (infrastructures et équipements), les approvisionnements, le savoir-faire du personnel dédié, la soustraitance et le partenariat. Test commercial La fabrication de pré-séries permet par ailleurs d effectuer des pré-tests de commercialisation et d analyser la réaction de la clientèle face au nouveau produit. Lancement industriel et commercial La phase de lancement industriel et commercial qui consiste à passer «du gramme au kilo ou à la tonne» ne se traduit pas par une multiplication par ou des conditions de production à partir d une pré-série. Cela est d autant plus vrai dans le domaine des biotechnologies si l on est confronté à un process de production qui doit changer d échelle (production de micro-organismes, de métabolites ). «L Université de Bourgogne a découvert, au niveau laboratoire, des micro-organismes permettant de lutter efficacement contre certaines maladies de la vigne. A la demande de l entreprise qui souhaitait exploiter ce résultat de recherche dans le cadre d une concession de licence de brevet, le CRITT 2ABI associé à l INRA, a été sollicité pour développer un programme de pré-industrialisation visant à optimiser, à l échelle de l entreprise, les process de production, de conservation/formulation, de présentation de ces vecteurs de lutte par voie biologique. Ceci a demandé de repenser totalement l ensemble du procédé de production de façon à le rendre exploitable au niveau industriel et permettre au produit d être applicable au champ.». Alain DURAND - Directeur - Plate-forme de pré-développement en Biotechnologie - INRA (21)

10 La conduite du projet d innovation Le lancement industriel La première mise en œuvre de la production industrielle doit être à la fois souple et adaptable. Elle doit ménager la possibilité d opérer des modifications et réglages avant la montée en cadence. Une fois le mode de production validé, les démarches relatives à la gestion de production se mettent en place (ordonnancement - maîtrise des flux - gestion des approvisionnements et des opération de sous-traitance - utilisation du parc-machines - conditions de stockage ). Le lancement commercial La phase de lancement commercial revêt un caractère souvent déterminant dans le succès d un nouveau produit sur son marché. Elle peut être assurée en interne ou s opérer par le recours à des revendeurs, distributeurs Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour optimiser la mise en valeur de l innovation proposée : communication promotionnelle mobilisation de la force de vente argumentaire démonstrations / tests. «Nous nous situons à la pointe de la technologie pour le développement et la fabrication industrielle de machines et de consommables pour la production d effets spéciaux. Nous avons une clientèle exigeante de professionnels dans les domaines du spectacle, de la télévision, du théâtre... et cela dans plus de 45 pays. Pour assurer le succès de nos produits et de nos innovations, nous avons dû entourer chaque lancement de gamme d un marketing adapté et précis afin de mettre en avant les qualités et avantages de nos fabrications. Il faut démontrer au client la pertinence de notre concept et lui donner envie d y participer. Il devient alors un partenaire. Jean-Yves PIZZINI - Directeur Général - UNIVERSAL EFFECTS (71) Fructification et déclinaison de l innovation Si le développement d un produit, procédé ou service nouveau confère à l entreprise un avantage significatif par rapport à ses concurrents, celle-ci doit faire «fructifier» au mieux les efforts engagés en R & D et en termes financiers. Elle doit s employer à explorer toutes les pistes lui permettant de tirer le meilleur parti de son avantage concurrentiel. Optimisation par extension du marché La première logique d optimisation conduit à rechercher une extension de son marché sur le plan géographique et sur le plan sectoriel, en recensant toutes les applications pour lesquelles le produit, procédé ou service peut se justifier.

11 «Notre jeune entreprise s est bâtie sur l exploitation de concepts innovants dans le domaine de la chimie fine et de la pharmacie. Elle nous a permis d approcher, dès notre création, des marchés internationaux et de doubler notre chiffre d affaires tous les ans. Aujourd hui, nous réfléchissons à la déclinaison de nos produits mais également à de nouveaux développements que cette croissance d activité nous permettra de financer». Patrice BINAY - PDG - NAR-EX (21) L ouverture à l international constitue généralement un axe majeur de développement, avec, le cas échéant, des adaptations spécifiques aux marchés locaux. Optimisation par concession de licence Si le produit et/ou le process associé a fait l objet d une démarche de propriété industrielle, il peut être envisagé des concessions de licences à des partenaires, dans certaines zones géographiques, pour certains secteurs du marché. Optimisation par l amélioration de l innovation elle-même Le produit de l innovation doit lui-même faire l objet d une constante recherche d amélioration : - dans ses performances et ses caractéristiques. Ces améliorations peuvent faire l objet de compléments de protection de propriété industrielle - dans son processus de fabrication, pour lequel il sera recherché des gains de productivité - dans ses adaptations pour s adresser à des marchés connexes non encore exploités.

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle!

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Partageons des bonnes pratiques 1 l L innovation, la créativité, le savoir-faire sont les moteurs et la richesse de toute entité économique

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité?

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? Existe-t-il une relation entre la fragilité économique des TPE et PME françaises et le peu de temps qu elles consacrent à la construction

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

A- LES ENJEUX 1 - Qu est-ce qu innover? Selon la définition retenue par l Union Européenne extraite du manuel d Oslo :

A- LES ENJEUX 1 - Qu est-ce qu innover? Selon la définition retenue par l Union Européenne extraite du manuel d Oslo : A- LES ENJEUX 1 - Qu est-ce qu innover? Selon la définition retenue par l Union Européenne extraite du manuel d Oslo : «Une innovation est la mise en œuvre d un produit (bien ou service) ou d un procédé

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE PRÉSENTATION DU PROJET LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE Banque Populaire des Alpes / SNMSF / SOCAMMES CATÉGORIE «PROJET» Le porteur de projet Nom : Prénom : Âge : Date de

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

UN BREVET, MODE D'EMPLOI

UN BREVET, MODE D'EMPLOI 1. Qu est ce qu un brevet? UN BREVET, MODE D'EMPLOI C est un titre de protection garantit par l Etat qui confère à son titulaire une exclusivité sur les produits de l invention, que ce soit sa fabrication,

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle la Propriété Industrielle & l entreprise La propriété intellectuelle recouvre la propriété industrielle, la propriété littéraire et artistique (le droit d auteur et les droits voisins) ainsi que la protection

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Catalogue Formations 2014/2015

Catalogue Formations 2014/2015 Catalogue Formations 2014/2015 Un nouveau format pour des applications de plus en plus pratiques Le nouveau format des formations a été élaboré à partir des souhaits exprimés par les membres lors des réunions

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF

GUIDE DE CONTRAT DE RECHERCHE COLLABORATIF République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Monastir الجمهورية التونسية وزارة التعليم العالي والبحث العلمي جامعة المنستير GUIDE DE CONTRAT

Plus en détail

La propriété intellectuelle et le contrat, outils de protection du potentiel scientifique et technique

La propriété intellectuelle et le contrat, outils de protection du potentiel scientifique et technique Le potentiel scientifique et technique dans les établissements d enseignement supérieur et de recherche : mesures de protection et mise à disposition du plus grand nombre, un défi difficile à relever?

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

La protection par le brevet

La protection par le brevet GUIDE DU BREVET La protection par le brevet SATT Conectus Alsace Parc d Innovation - 650 Bd Gonthier d Andernach - 67400 Ilkirch Tel. : (+ 33) 3 68 41 12 60 - www.satt.conectus.fr Préface GUIDE DU BREVET

Plus en détail

L Entretien professionnel

L Entretien professionnel L Entretien professionnel Sommaire 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle 2. Comment

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Introduction Le référentiel de certification du BTS Communication est élaboré à partir des choix suivants : une imbrication étroite entre le référentiel des activités professionnelles

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1

«La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 «La propriété intellectuelle face aux défis de l open innovation» 1 Alain BENSOUSSAN, Laurence TELLIER-LONIEWSKI, Claudine SALOMON. www.alain-bensoussan.com Née du développement des réseaux sociaux et

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

ô é é é é é à è é ô é é

ô é é é é é à è é ô é é é ô é é é é é à è é é Ensemble de ressources mutualisées (équipements, personnels hautement qualifiés, services associés) en accès ouvert, notamment aux PME, contribuant à l accélération du processus de

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448

GROUPE SYNERGIE PME INC. 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 GROUPE SYNERGIE PME INC. Société spécialisée en développement des affaires AUGMENTATION DES VENTES 800, boul. René-Lévesque O., #161, Stn B, Montréal, QC, H3B 3J5 Tél. : 514.805.8448 AUGMENTATION DES VENTES

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

Le partenariat technologique

Le partenariat technologique Fiche conseil Le partenariat technologique Préambule A l heure ou l innovation fait partie ou doit faire partie intégrante de la stratégie de développement de nos entreprises, toute entreprise grande ou

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE République française MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «responsable technico-commercial en vins et

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

du Commercial Profil d activités

du Commercial Profil d activités Activités des salariés permanents des agences d intérim Profil d activités du Commercial Activités type Développer et suivre le chiffre d affaire et la rentabilité du portefeuille confié par des actions

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges

C11.2 Identifier les solutions à mettre en œuvre C11.3 Préparer le cahier des charges Classe de situation (3) Clas.1.1. Conduite d'un projet de F1 Mise en œuvre et suivi de projets de (3 classes de situations / 10 situations / 12 compétences) Situations (4+2+4) Compétences (6+2+4) Compétences

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TECHNICO-COMMERCIAL RÉFÉRENTIEL 2006-1 - SOMMAIRE Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur technico-commercial ANNEXE

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014

QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 QUEL CONTRAT POUR DEVELOPPER VOTRE RESEAU? 23 mars 2014 Stratégie juridique Vous avez pris la résolution de créer un réseau pour développer votre enseigne Le choix du ou des contrats de distribution est

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES Améliorer les coûts de revient de votre outil industriel CODE P2 Chef d entreprise Responsable administratif et financier Personnel chargé de calcul de revient Comprendre les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Generali Performance Globale PME

Generali Performance Globale PME Entreprises Generali Performance Globale PME Une démarche innovante pour sécuriser votre entreprise Programme Processus Qualité Progrès Document non contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Le management environnemental

Le management environnemental Le management environnemental L application de la norme Iso14001 USTV Cambrai, année 2008-09 Management environnemental Iso 14001 n 1 Le management environnemental La norme Iso 14001 Ce qu elle est / n

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

L innovation, un levier de développement de l entreprise

L innovation, un levier de développement de l entreprise LES ATELIERS THÉMATIQUES Jeudi 5 novembre 2015 L innovation, un levier de développement de l entreprise organisé par 1 LES ATELIERS THÉMATIQUES Pascal BONNET organisé par 2 L innovation Pourquoi innover

Plus en détail

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports 1 PRéambule 2 PRoblématique Les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports ont

Plus en détail

Cellule «inter-pôles» : Améliorer le financement privé des PME des Pôles de compétitivité. Présentation au PRIT 2008 Paris, 17 novembre 2008

Cellule «inter-pôles» : Améliorer le financement privé des PME des Pôles de compétitivité. Présentation au PRIT 2008 Paris, 17 novembre 2008 Cellule «inter-pôles» : Améliorer le financement privé des PME des Pôles de compétitivité Présentation au PRIT 2008 Paris, 17 novembre 2008 1. Présentation générale Objectifs Mode de fonctionnement Mission

Plus en détail

MODULE 1ER NIVEAU : LES BREVETS D INVENTION. Révision M.Durand-Barthez URFIST Paris 2014 INPI - DBS - Auteur P.1

MODULE 1ER NIVEAU : LES BREVETS D INVENTION. Révision M.Durand-Barthez URFIST Paris 2014 INPI - DBS - Auteur P.1 MODULE 1ER NIVEAU : LES BREVETS D INVENTION Révision M.Durand-Barthez URFIST Paris 2014 INPI - DBS - Auteur P.1 MODULE 1ER NIVEAU : BREVETS D INVENTION INTRODUCTION LES BREVETS D INVENTION EN FRANCE Brevetabilité

Plus en détail

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC)

Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) Feuille de route pour la création d un centre d appui à la technologie et à l innovation (TISC) I. Rappel 1. Pourquoi a. permettre aux utilisateurs de tirer effectivement profit de l accessibilité accrue

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

Gestion du cycle de vie du projet

Gestion du cycle de vie du projet Gestion du cycle de vie du projet Prospection, services et suivi Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Cycle de vie du projet d investissement P.Henry, ANIMA, 2011 inmed-anima 2011 2 Plan

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS?

DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS? DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS? Maître Bertrand ERMENEUX Barreau de Rennes Maître Anne Laure le BLOUC H Barreau d Angers Maître Isabelle GALAND-PADRAO Barreau de Nantes 1 DIRIGEANTS

Plus en détail

AUTODIAGNOSTIC. en ligne sur www.experts-comptables.fr

AUTODIAGNOSTIC. en ligne sur www.experts-comptables.fr AUTODIAGNOSTIC INTELLIGENCE économique en ligne sur www.experts-comptables.fr VEILLE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivez-vous régulièrement : L environnement économique du secteur d activité de votre entreprise?

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

L importance des brevets pour les PME

L importance des brevets pour les PME L importance des brevets pour les PME Philippe Cadre Responsable de la coopération Afrique, et Océan Indien Sommaire es PME a stratégie brevet Pourquoi une politique de protection? Les grands principes

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française

Céramique. Apprentissage. CFA Céramique Bourgogne. CFA Céramique Limousin. Institut Céramique Française Apprentissage CFA Bourgogne CFA Limousin Institut Française Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

Annexe 4 Page 1 of 7

Annexe 4 Page 1 of 7 BDS standards pour les créateurs d entreprises et les PME existantes: produits, impact Groupe A : CREATEURS D ENTREPRISE Produits/BDS(3) 1. Germe/TRIE 1 comprendre la relation entre l idée d entreprise,

Plus en détail

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing

manufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING anufacturing anufacturing Yourcegid Manufacturing Y2 MANUFACTURING manufacturing i-club Un club utilisateur de plus de 100 adhérents qui participent activement à la vie de nos produits plus de 2000 Clients industriels

Plus en détail

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I- OBJECTIFS, PRINCIPES ET CONTENU...

Plus en détail

Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets

Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets Avec les conseillers d entreprise du Groupe Chambre d Agriculture Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets Actions économiques et financières. Pour analyser objectivement votre situation. Pour

Plus en détail

DOSSIER CONFIDENTIEL DE CANDIDATURE GRAND PRIX CHARLES-HENRI BESNARD

DOSSIER CONFIDENTIEL DE CANDIDATURE GRAND PRIX CHARLES-HENRI BESNARD DOSSIER CONFIDENTIEL DE CANDIDATURE GRAND PRIX CHARLES-HENRI BESNARD Édition 2014 RÉCAPITULATIF DES CONDITIONS D ATTRIBUTION ET DES ÉLÉMENTS À FOURNIR EN LIGNE PRÉAMBULE Le Mécénat Besnard de Quelen est

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques UBIFRANCE et les Missions Economiques constituent ensemble le réseau public d appui au développement international des entreprises françaises,

Plus en détail

LES QUESTIONS CLES DU MONTAGE DE PROJET

LES QUESTIONS CLES DU MONTAGE DE PROJET LES QUESTIONS CLES DU MONTAGE DE PROJET * * * Version du 09 mai 2005 Page 1 sur 23 Version du 09 mai 2005 Page 2 sur 23 Les Questions clés du montage de projet Depuis plusieurs années, les projets scientifiques

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Les droits de propriété industrielle

Les droits de propriété industrielle Les droits de propriété industrielle Nathalie Wuylens Directrice des affaires juridiques SATT idfinnov nws@idfinnov.com 2015 - idfinnov Rappel : Propriété intellectuelle Propriété industrielle Droit des

Plus en détail

Cas JET ALU MAROC. Présentation de l entreprise

Cas JET ALU MAROC. Présentation de l entreprise NS L utilisation de la calculatrice est autorisée ; Aucun document n est autorisé ; 0. point de la note sur vingt sera consacré à la présentation soignée de la copie : Eviter les ratures et surcharges,

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté

Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Les Journées Régionales de la Création d Entreprise 7 et 8 octobre 2004 - Rennes - Le Liberté Animé par : Business Plan : Votre premier pas vers la réussite Sylvain COQUET - Technopole Rennes Atalante

Plus en détail