CAHIER DES CHARGES. Atlas - Storage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER DES CHARGES. Atlas - Storage"

Transcription

1 CAHIER DES CHARGES Atlas - Storage Date de la séance d'ouverture des offres : 18 septembre 2009 à 10h Dépôt des offres exclusivement auprès de : Service d'encadrement ICT Cellule Marchés publics Bd Roi Albert II 33, bte 95 Bâtiment C - 5ème étage 1030 BRUXELLES - 1 -

2 Table des matières Table des matières PARTIE A : Dispositions administratives et contractuelles du marché Dérogations aux Conditions générales d'entreprise Identification du marché Pouvoir adjudicateur Contrôle et surveillance de l'exécution du marché Contexte et but du marché Incompatibilités Procédure et nature du marché Procédure de négociation ultérieure Durée du contrat Lots, variantes, options Résiliation Associations momentanées Dispositions régissant le marché Législation Documents propres au marché Documents du pouvoir adjudicateur Les documents du soumissionnaire Autres documents Attribution du marché Séance d'information Présentation de l'offre Présentation et format de l'offre Langue de l'offre et nombre d'exemplaires Mandataires Dépôt et ouverture des offres Généralités Offres envoyées par un canal électronique Offres non soumises par la voie électronique Modification ou retrait d'une offre déjà déposée Ouverture des offres SPF Finances Prix du marché Généralités Fourniture de renseignements Devise Révision des prix Clause du client le plus favorisé Critères de sélection - Régularité des offres - Critères d'attribution - Démonstration Sélection qualitative Critères d'exclusion Critères de sélection relatifs à la capacité économique et financière du soumissionnaire Critères de sélection relatifs à la capacité technique du soumissionnaire Régularité des offres Critères d'attribution Liste des critères d'attribution Pour le lot Pour le lot Le critère 'prix' Score final Démonstration PARTIE B : Dispositions relatives à l'exécution du marché Notification Cautionnement Responsabilité du soumissionnaire Exécution des services Délais et clauses particulières Lieu d'exécution des services et formalités

3 Lieu d'exécution des services et horaires Moyens techniques mis à disposition par le SPF Finances Normes et standards à respecter dans le cadre du présent cahier des charges Évaluation des services exécutés Sous-traitants Personnel de l'adjudicataire Organisation des formations Documentation Tâches des collaborateurs du SPF Finances Planning Suivi de l'exécution du contrat Moyens mobilisés Comité de pilotage Réunion de coup d'envoi (kick-off) Réunion hebdomadaire de l'équipe de projet Réunion mensuelle de suivi Rapportage Contrôle par des tiers Livraison, réception et garantie Livraisons et installation Spécifications techniques Suivi de la bonne exécution des livraisons et des services Contrôle Réceptions provisoires partielles Garantie Réceptions définitives Frais de réception Modalités de réception Facturation et paiement des fournitures/services Engagements particuliers de l adjudicataire Propriété Publicité - Références Livrabilité du système proposé Évolution technologique Transférabilité Moyens de défense à la disposition de l'administration - Litiges PARTIE C : Description du marché Teneur du marché Généralités L environnement existant Exigences techniques pour l ensemble du marché Relations avec l environnement actuel et les normes (ICT) Continuité de l exploitation de l environnement de stockage Capacité de la solution à répondre aux besoins futurs Feuille de route pour les installations prévues Cohérence mutuelle et intégration des composants de la solution Architecture et redondance Technologies de back-up et de point-in-time recovery Valeurs techniques annoncées Gestion de la solution Licences Disponibilité Surveillance Data rooms Câblage et câbles à prévoir Définitions à appliquer Exigences techniques des composants individuels SAN/NAS Online Storage (Lot 1) Exigences matérielles Exigences logicielles Thin provisioning virtual provisioning surallocation Virtualisation Migration des données

4 Cryptage Fonctionnalité NAS Exigences matérielles de la solution NAS Exigences logicielles de la solution NAS Capacité initiale demandée et croissance escomptée Extension future Configuration de référence lot 1 stockage en ligne SAN offline storage : backup VTL/disk library tape robot Situation actuelle Situation visée Exigences matérielles de la solution de back-up Exigences logicielles de la solution de back-up Back-up et point-in-time recovery Tableau récapitulatif de l utilisation du stockage et des stratégies de back-up Capacité de la mémoire disque des VTL et/ou disk library Déduplication et compression Stratégies de back-up Performances Migration des données Configuration de référence lot 1 stockage hors ligne CAS storage (lot 2) Description de l'existant Exigences matérielles Exigences logicielles Intégration à FileNet P Évolution de la capacité Configuration de référence CAS (lot 2) Gestion du projet et méthodologie Aspects relatifs au personnel Personnel affecté à l'exécution du marché (fournisseur et SPF Finances) Assistance technique Pour le lot Prestations de gestion opérationnelle de l environnement Prestations d architecture et d intégration Prestations de planning de capacité et d analyse de l utilisation de la capacité de l environnement de stockage Conseil matériel et logiciel et prestations techniques Prestation d'audit préalables à une évolution ou adaptation de la configuration Prestations pour planning et tests de disaster recovery Pour le lot Prestations en matière d architecture, d intégration, de gestion opérationnelle et de gestion du dossier de configuration Conseil matériel et logiciel et prestations techniques Transfert de connaissance Formation Collaboration et coaching Documentation Maintenance du matériel et des logiciels Introduction Description de la maintenance Maintenance du matériel Maintenance préventive Maintenance corrective Maintenance logicielle Maintenance corrective Mise à jour des logiciels relevant de ce marché Assistance technique ITIL Forme de maintenance Application et durée de la maintenance Engagements de service (SLA - Service level agreement) Niveaux de SLA Périodes de validité des différents SLA

5 3.8.3 Sanctions Niveaux de priorité des SLA Éléments des SLA à aborder Remarques Partie D : Annexes administratives ANNEXE A : Formulaire d'offre ANNEXE B : Modèle de tableau de prix - inventaire ANNEXE C : Modèle de question et réponse ANNEXE D : Modèle de CV pour les personnes affectées au projet ANNEXE E : Modèle de formulaire pour la présentation des références ANNEXE F : Déclaration de confidentialité ANNEXE G : L environnement existant ANNEXE H : Norme Approche projectuelle ANNEXE I : Description des sites informatiques du SPF Finances Limitations relatives à l installation des machines Caractéristiques techniques de la salle informatique North Galaxy Répartition des locaux du complexe Aménagement des salles Charge au sol Hauteur, largeur Accès au bâtiment Ascenseur Alimentation électrique Câbles réseau Climatisation Divers Renseignements à fournir par le soumissionnaire Aménagements possibles Caractéristiques techniques du site informatique DRS Anderlecht Organisation du site Organisation des salles Limites des salles Câblage réseau

6 1. PARTIE A : Dispositions administratives et contractuelles du marché 1.1 Dérogations aux Conditions générales d'entreprise Le cautionnement sera libéré en une fois après la réception définitive, à la demande expresse du fournisseur. 1.2 Identification du marché Pouvoir adjudicateur Pouvoir adjudicateur : Service Public Fédéral Finances Contrôle et surveillance de l'exécution du marché Service dirigeant du pouvoir adjudicateur Fonctionnaire dirigeant SPF Finances Service d'encadrement ICT Bd Roi Albert II 33, bte Bruxelles Louis Collet, directeur du service d'encadrement ICT Fonctionnaire dirigeant responsable du marché Frank Baelus Tél. : 0257/ Fax : 0257/ Courriel : Peter Neirinck Tél. : 0257/ Fax : 0257/ Courriel : Des renseignements complémentaires au sujet de la procédure peuvent être obtenus auprès de Nathalie Orban, tél. 0257/643 12, fax 0257/96801, Le pouvoir adjudicateur est seul compétent pour superviser et contrôler le marché Contexte et but du marché Depuis 2003, on vise la mise en place d'une plate-forme centrale de traitement et de stockage qui permettra de mener à bien les projets Coperfin avec la garantie d'un haut degré de disponibilité et de performances. La plate-forme a été réalisée dans le cadre du projet ATLAS. Elle se compose d une plate-forme centrale de stockage (SAN directors Brocade et systèmes de stockage EMC) et d une plate-forme centrale de traitement (machines Fujitsu Siemens Primepower avec le système d exploitation Solaris). Depuis, la plate-forme ATLAS a pris des proportions importantes, voire critiques, en termes de stockage comme de traitement. Le renouvellement de la plate-forme est un projet très important, aux conséquences majeures. Il touche à l'essence de l'activité ICT du SPF Finances

7 Le but du présent dossier est de garantir la continuité des solutions de stockage en place, de prévoir les extensions nécessaires pour faire face à la croissance des besoins en capacité, et de veiller à l'évolution technologique de cette plate-forme importante. Le marché concerne donc la fourniture et la mise en place d un environnement de stockage rénové. Le marché de la rénovation des traitements est en cours et ne fait pas partie du présent cahier des charges. Le pouvoir adjudicateur souhaite insister sur les points suivants : La capacité et la qualité de la solution souhaitée doivent être à même de répondre à la totalité des besoins de tout le SPF Finances en matière de stockage La solution n est pas statique mais dynamique : cela signifie qu elle doit pouvoir évoluer avec les futurs besoins qui verront le jour au sein du SPF Finances La réplication des données entre les systèmes de stockage des deux centres informatiques du SPF Finances est au cœur de la solution disaster recovery mise sur pied au fil de ces dernières années. Elle exercera donc un impact crucial sur le présent marché Le pouvoir adjudicateur souhaite réutiliser certains composants de l environnement de stockage existant et en remplacer d autres ou passer à des technologies plus avancées. En particulier, le pouvoir adjudicateur souhaite conserver les composants de stockage actuellement utilisés dans les environnements mainframes. Le marché distingue 2 lots : Lot 1 : Stockage en ligne et hors ligne SAN avec éléments de gestion SAN Lot 2 : Archivage avec conformité Incompatibilités Le soumissionnaire est invité à prendre connaissance des dispositions suivantes : Art Doit être exclue, la demande de participation ou l offre en vue d une adjudication publique de travaux, fournitures ou services par toute personne chargée de l examen, des essais, de l étude ou du développement de ces travaux, fournitures ou services, si ces prestations confèrent à la personne en question un avantage de nature à fausser les conditions de la concurrence normale. Pour cette raison, avant d exclure la demande de participation ou l offre de cette personne, le pouvoir adjudicateur l invite par lettre recommandée à produire par écrit les pièces établissant que cette personne ne bénéficie pas d'un tel avantage. Cette formalité ne s'impose pas si ces justifications ont été jointes à la demande de participation ou à l'offre. Dans son offre, le soumissionnaire est invité à inclure les pièces justificatives nécessaires établissant qu'il n'a pas bénéficié d'un avantage de nature à fausser la concurrence normale. Ainsi, toutes les entreprises qui ont participé aux études préliminaires ou à la mise en œuvre des projets Coperfin sont priées de joindre à leur offre les justificatifs nécessaires établissant qu'elles n'ont pas bénéficié d'un avantage de nature à fausser la concurrence normale Procédure et nature du marché La procédure retenue est celle de l'appel d'offres général. Il s agit d un marché d adjudication de fournitures et de services correspondants

8 En application de l'article 18 de la Loi du 24 décembre 1993 concernant les marchés publics et certains marchés d'adjudication de travaux, fournitures et services, le pouvoir adjudicateur peut renoncer à l'attribution du marché ou réitérer la procédure, au besoin d'une autre façon. Par marché soumis à des commandes, il faut entendre que le marché, dès que le prestataire de services est désigné, sera exécuté suite à une commande unique ou à plusieurs commandes successives, étalées dans le temps, pendant toute la durée de validité du marché. Ces quantités figurent au chapitre 3 dans la description des configurations de référence. Elles ne confèrent aucun droit au prestataire de services, ni en termes de quantités effectivement commandées pour les différents postes, ni en termes de rapport entre ces quantités, ni en termes de montant total des commandes. Les soumissionnaires déterminent les prix unitaires à faire figurer dans l'inventaire. Au moment de la notification, le pouvoir adjudicateur avertit le prestataire de services dont l'offre est retenue. L'attribution s'appuie sur les prix unitaires spécifiés par le prestataire de services dans l'inventaire joint à son offre. Le pouvoir adjudicateur décide du nombre et de la nature des fournitures/prestations, en fonction de ses besoins et des prix unitaires acceptés. Ces prestations font l'objet d'une commande unique ou de plusieurs commandes distinctes, le même jour ou à des dates différentes. Chaque commande s'accompagne d'un délai d'exécution bien déterminé et forme un marché séparé, subordonné aux dispositions du cahier des charges spécial. L'attribution du marché ne confère au prestataire de services aucun droit d'exclusivité. Cela signifie que le pouvoir adjudicateur se réserve le droit d'attribuer des missions décrites dans ce cahier des charges (y compris par élément individuel) à des tiers autres que ceux à qui le présent marché a été confié. Le pouvoir adjudicateur peut exercer cette faculté pendant toute la durée de validité du marché, sans que l'adjudicataire du présent marché puisse prétendre à une quelconque forme de dédommagement. Le pouvoir de décision relatif à l'attribution d'un marché à un tiers appartient intégralement au pouvoir adjudicateur. Celui-ci n'est pas tenu de demander à cette fin l'autorisation de l'adjudicataire du présent marché Procédure de négociation ultérieure Conformément à l'article 17, 2, 2, b de la loi d u 24 décembre 1993 relative aux marchés publics, le pouvoir adjudicateur se réserve le droit, pendant une période de trois ans maximum après la conclusion du présent marché, moyennant une procédure de négociation sans publicité, de confier à l'adjudicataire de nouveaux services similaires aux services décrits dans ce cahier des charges Durée du contrat Le contrat (lot 1 et lot 2) couvre une période de cinq ans qui commence à la réunion de coup d envoi. Cette période de cinq ans peut être prolongée deux fois d un an, unilatéralement, par le pouvoir adjudicateur, aux conditions et modalités du contrat de base Lots, variantes, options Les variantes ne sont pas admises dans l offre des soumissionnaires. Le marché se compose de deux lots distincts. Les soumissionnaires peuvent faire offre pour un des lots ou les deux. Aucune option n est demandée. La présentation d options libres n est pas autorisée Résiliation Sauf les éventuelles mesures prises d'office, le pouvoir adjudicateur peut à tout moment résilier de plein droit le marché, moyennant un préavis de 90 jours signifié par lettre recommandée

9 La résiliation du contrat aux conditions ci-dessus ne donne à aucune des parties le droit de prétendre à une quelconque indemnisation Associations momentanées Les associations momentanées sont autorisées à faire offre. Le formulaire d'offre (voir annexe A) est complété et signé par tous les membres de l'association momentanée ou par un ou plusieurs membres qui, en vertu des règles, sont habilités à représenter tous les membres de l'association momentanée (la preuve de ce pouvoir doit être produite). Chaque membre de l association momentanée doit répondre aux critères d exclusion du présent document. L'évaluation de la capacité économique, financière et technique porte sur l'association momentanée dans son ensemble plutôt que sur chaque membre de l'association. Chaque membre de l'association momentanée est tenu pour solidairement responsable de toutes les obligations qui résultent de la présente adjudication

10 1.3 Dispositions régissant le marché Législation Sont d application : Loi du 24 décembre 1993 (M.B. du et errata du M.B. du ) concernant les marchés publics et certains marchés d'adjudication de travaux, fournitures et services. Arrêté Royal du 8 janvier 1996 (M.B. du et errata du M.B. du ) concernant les marchés publics d'adjudication de travaux, fournitures et services ainsi que les concessions de travaux publics. Arrêté royal du 26 septembre 1996 (M.B. du ) relatif aux règles générales d'exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics. Annexe à cet Arrêté Royal du 26 septembre 1996, intitulée Conditions générales d'entreprise. Toutes les modifications de la loi et des arrêtés ci-dessus qui sont en vigueur le jour de l'ouverture des offres Documents propres au marché Documents du pouvoir adjudicateur Le présent cahier des charges. Les avis relatifs au marché et les avis de modification, annoncés ou publiés au Bulletin des Adjudications et au Journal des Publications de l'union Européenne, qui concernent les marchés publics en général, ainsi que les avis de modification relatifs au présent marché, envoyés aux destinataires individuels par lettre recommandée ou télécopie. Ces avis font partie intégrante des conditions contractuelles. Le soumissionnaire est censé en avoir pris connaissance et en avoir tenu compte dans la rédaction de son offre. Les clarifications résultant de la séance d'information (questions posées et réponses données par le SPF Finances). Ces précisions font partie intégrante des conditions contractuelles. Le soumissionnaire est censé en avoir pris connaissance et en avoir tenu compte dans son offre Les documents du soumissionnaire L'offre du soumissionnaire. Les précisions et engagements acceptés par le SPF Finances et qui complètent l'offre (avec la même référence) suite aux demandes de clarification Autres documents Les documents suivants constituent une source d information indispensable pour bien appréhender le marché. Ils doivent être considérés comme faisant partie intégrante de ce cahier des charges : Fondements ICT Normes ouvertes Les documents suivants constituent également une source d information indispensable : Plans ICT Documentation Coperfin. Ces documents sont disponibles sur

11 1.4 Attribution du marché Séance d'information Vu la complexité du marché, le pouvoir adjudicateur a décidé d'organiser une séance d'information unique à l'intention des candidats-soumissionnaires. La séance se tiendra entre le moment de la publication du marché au Bulletin des Adjudications et au Journal des Publications de l'union Européenne et le jour de l'ouverture des offres. Après cette séance d'information, il ne sera plus répondu à aucune question, afin que tous les candidats-soumissionnaires soient traités sur le même pied. Date : le 21 août 2009 à 10h. Lieu : SPF Finances, bd Roi Albert II 33, 1030 Bruxelles, North Galaxy, pavillon C, 5 e étage, Salle Mandarin. Il sera exclusivement tenu compte des questions écrites déposées au plus tard le 17 août 2009 via le document de l annexe C. Les questions devront être déposées exclusivement par courriel, dans un fichier spreadsheet en pièce jointe, à l adresse Toutes les questions doivent obligatoirement mentionner les références au cahier des charges pour faciliter une réponse rapide (p.ex. Partie 1, point 1.1, paragraphe 1, page 1).Veuillez aussi préciser la langue du cahier des charges que vous utilisez (les numéros de page peuvent varier avec la langue). Les entreprises intéressées sont invitées à se faire connaître à l'avance en envoyant un courriel à l'adresse avec le nom et la fonction de la ou des personnes qui assisteront à la séance d'information. Pour des raisons d'organisation, chaque entreprise peut dépêcher au maximum deux personnes. Le SPF Finances se réserve le droit de refuser la participation à la séance d information aux personnes qui ne se seront pas fait connaître 24 heures à l avance. Si les entreprises intéressées constatent des lacunes ou des imprécisions dans le cahier des charges, elles sont invitées à en faire état par écrit avant la séance d'information. De même, si elles constatent que le pouvoir adjudicateur a omis des caractéristiques, fonctions ou composants qui sont indispensables ou qui pourraient influencer favorablement l'efficacité du système, elles sont invitées à le faire savoir avant la séance d'information, suivant les mêmes modalités que pour l'envoi des questions. Le pouvoir adjudicateur attache une grande importance à l'égalité de traitement entre les soumissionnaires. Les spécifications de ses cahiers des charges sont rédigées à la lumière de cette volonté. Si une firme intéressée estime néanmoins que sa candidature est exclue ou que ses chances sont diminuées par certaines spécifications de ce cahier des charges, elle est invitée à le faire savoir par écrit, au plus tard lors de la séance d'information. Le cas échéant, le pouvoir adjudicateur pourra, s'il le juge nécessaire, adapter le cahier des charges pour en tenir compte

12 1.4.2 Présentation de l'offre Présentation et format de l'offre L'offre est rédigée sur le formulaire prévu à cet effet et annexé au présent cahier des charges. Toute offre établie sur d'autres documents sera sous la responsabilité intégrale du soumissionnaire, qui inscrira, datera et signera la mention suivante en tête de son offre: Je soussigné, (nom du signataire), déclare avoir vérifié que toutes les données de cette offre sont entièrement conformes aux mentions prévues par le pouvoir adjudicateur sur le formulaire de soumission et dans l'inventaire, et j'en assume l'entière responsabilité. En soumettant cette offre, j'accepte explicitement toutes les conditions de ce cahier des charges spécial et je renonce à toutes autres dispositions telles que mes propres conditions de vente. De plus, je m'engage à exécuter les prestations répertoriées dans les tableaux de prix joints à cette soumission, conformément aux dispositions de ce cahier des charges et aux tarifs figurant dans les tableaux. Il convient de veiller particulièrement à la clarté et à la précision de présentation des renseignements demandés. L'évaluation de l'offre tiendra compte de la présentation et de la lisibilité. Chaque offre contiendra une réponse complète aux questions de la partie technique. L'offre du soumissionnaire comportera quatre volets : Partie 1 - Volet administratif A. Formulaire d'offre (annexe A de ce cahier des charges) B. Procuration des mandataires C. Informations concernant les sous-traitants Partie 2 - Volet financier Les réponses à la proposition de coûts : détailler et résumer les coûts (tableaux de prix : annexe B de ce cahier des charges) Partie 3 - Volet technique La partie technique suit la structure de ce cahier des charges. Partie 4 - Annexes Annexe 1 : Curriculum Vitae (présentation type: annexe D de ce cahier des charges) Annexe 2 : Références de projets exécutés récemment, dans les secteurs privé et public (modèle de présentation: annexe E de ce cahier des charges) Annexe 3 : Clause de confidentialité (modèle de présentation: annexe F de ce cahier des charges) Toute soumission qui ne respecte pas la structure imposée par le pouvoir adjudicateur sera considérée comme irrégulière. En ce qui concerne la version électronique, le soumissionnaire est invité à limiter au minimum le nombre de fichiers. Les fichiers peuvent par exemple être regroupés en documents plus

13 importants. Il importe également que l ordre des fichiers soit indiqué clairement dans la version électronique, afin que la structure de l'offre apparaisse au premier coup d'œil Langue de l'offre et nombre d'exemplaires L'offre doit être rédigée dans une langue : le français ou le néerlandais. Les documents techniques à joindre à l'offre peuvent être en anglais s'il n'en existe pas de traduction française ou néerlandaise. Si l on opte pour le dépôt de l offre par la voie non électronique (voir aussi 0), l offre doit être soumise en quatre exemplaires (un originale, deux exemplaires sur papier et un exemplaire sous forme électronique sans les prix (CD-ROM contenant par exemple un ou plusieurs fichiers MS Word ou PDF). Dans l exemplaire électronique, les tableaux de prix doivent figurer dans un fichier distinct, différent de l offre technique (cette disposition s applique à la fois au dépôt électronique et non électronique). Chaque offre et ses annexes doivent être signées par le soumissionnaire ou son mandataire. À défaut, l'offre sera considérée comme irrégulière. Toute biffure, correction, addition ou modification de l'offre ou de ses annexes doit être signée par le soumissionnaire ou son mandataire. À défaut, l'offre sera considérée comme irrégulière. Si la version papier et la version électronique présentent des différences, l'original sur papier prime. Le soumissionnaire doit vérifier que la version électronique ne contient pas de virus, afin d'éviter toute contamination de l'infrastructure informatique du pouvoir adjudicateur. Dans son offre, il spécifie quel logiciel il a utilisé pour la détection de virus (avec la version). Il garantit que le support a été scanné et est exempt de virus Mandataires Toute offre déposée par un mandataire doit préciser l'entité juridique au nom de laquelle le mandataire agit. Le mandataire joint à son offre un acte authentique ou sous seing privé de ses pouvoirs ou une copie. Il peut également mentionner le numéro de l'annexe au Moniteur Belge dans laquelle les mandats en question ont été publiés Dépôt et ouverture des offres Généralités Avant leur ouverture, les offres sont déposées via l'application électronique e-tendering (pour plus de détails, voir ci-dessous), par la poste (de préférence en recommandé) ou en mains propres auprès du pouvoir adjudicateur. Avant leur ouverture, les offres sont déposées via l'application électronique e- tendering (pour plus de détails, voir ci-dessous), par la poste (de préférence en recommandé) ou en mains propres auprès du pouvoir adjudicateur. Le soumissionnaire accepte l'entière responsabilité du mode d'expédition et de réception de son offre dans le délai imparti. En déposant son offre, le soumissionnaire renonce automatiquement à ses propres conditions de vente, générales ou particulières, même si elles figurent dans une des annexes à son offre. Les soumissionnaires sont tenus de se conformer expressément à toutes les dispositions administratives et contractuelles de ce cahier des charges. Toute réserve ou tout refus d'une disposition du cahier des charges peut entraîner l'irrégularité de l'offre. Toute biffure, correction, addition ou modification de l'offre ou de ses annexes doit être signée (et non parafée) par le soumissionnaire ou son mandataire. A défaut, l'offre sera considérée comme irrégulière

14 La durée de validité des offres ne peut être inférieure à 240 jours. La durée de validité commence à la date limite fixée pour le dépôt des offres. Durant cette période, aucune révision de prix ne peut être appliquée. Le pouvoir adjudicateur accepte les offres soumises par une association momentanée ou une autre association sans personnalité juridique, à condition que l'offre identifie la seule personne à qui le pouvoir adjudicateur peut s'adresser pour toucher valablement toutes les parties prenantes Offres envoyées par un canal électronique Les offres électroniques peuvent être déposées via le site Internet e-tendering https://eten.publicprocurement.be/, qui garantit le respect des conditions de l'article 81 ter de l'ar du 8 janvier Il est à noter que l'envoi d'une offre par courriel ne satisfait pas à ces conditions. Aussi ce mode de soumission des offres n'est-il pas admis. Indépendamment des variantes éventuellement autorisées, chaque soumissionnaire ne peut déposer qu'une offre par marché. L'offre doit parvenir au pouvoir adjudicateur avant la date limite prévue pour la réception des offres. Le soumissionnaire peut déposer son offre en partie sur papier et en partie sous forme électronique, les deux parties formant une seule et même offre. En soumettant tout ou partie de son offre par la voie électronique, le soumissionnaire accepte que les données générées par le système de réception soient enregistrées (article 81 quinquiès de l'ar du 8 janvier 1996). Au besoin, les attestations sont scannées pour être jointes à l'offre. On trouvera davantage d'informations sur le site Internet : ou au numéro de téléphone du Helpdesk e-procurement : +32 (0) Offres non soumises par la voie électronique Les offres non soumises par un canal électronique sont glissées dans une enveloppe fermée. L'enveloppe porte les mentions suivantes : L'objet du présent cahier des charges : «Atlas Storage» La date et l'heure de l'ouverture des offres Cette enveloppe est à son tour glissée dans une deuxième enveloppe, portant les mentions suivantes : le mot "OFFRE" dans le coin supérieur gauche ; à l'endroit de l'adresse de destination :

15 SPF FINANCES, Service d'encadrement ICT A l'attention de Me Nathalie Orban North Galaxy Bd Roi Albert II 33, bte 95 Bâtiment C - 5ème étage 1030 BRUXELLES Seuls les membres du service cité sont habilités à délivrer une preuve de dépôt d'offre Modification ou retrait d'une offre déjà déposée Si le soumissionnaire souhaite modifier ou retirer une offre déjà envoyée ou soumise, il doit le faire suivant les dispositions de l'article 105 de l'ar du 8 janvier La modification ou le retrait d'une offre déjà déposée peut être faite par la voie électronique, suivant les dispositions de l'article 81 de l'ar du 8 janvier 1996, ou sur papier. La modification ou le retrait d'une offre déjà envoyée ou soumise nécessite une déclaration écrite dûment signée par le soumissionnaire ou son fondé de pouvoir. Sous peine de nullité de l'offre, cette déclaration doit mentionner l'objet et la portée des changements. Le retrait doit être inconditionnel. Le retrait peut aussi être signifié par télégramme, télex ou télécopie, moyennant les conditions suivantes : 1 L'avis de retrait parvient au président de la sé ance d'ouverture des offres avant l'ouverture de la séance ; 2 L'avis de retrait est confirmé par lettre recomm andée, déposée à la poste au plus tard le jour qui précède la séance d'ouverture des offres. Cette condition ne s'applique pas si le soumissionnaire a recours à des moyens électroniques conformes aux dispositions de l'article 81 de l'ar du 8 janvier Remarque : Pour des raisons techniques et organisationnelles, le pouvoir adjudicateur préfère que les offres soient déposées par la voie électronique. Le choix appartient cependant au soumissionnaire et n'influencera en aucune façon l'analyse et l'évaluation de l'offre Ouverture des offres La séance publique d ouverture des offres sur papier et électroniques aura lieu le 18 septembre 2009, à 10 heures, à l adresse suivante : SPF Finances North Galaxy Bd Roi Albert II Bruxelles C5, salle Mandarin Prix du marché Pour les deux lots, il s agit d un marché de forme mixte (éléments à prix fixe et listes de prix) Généralités Le soumissionnaire spécifiera le prix de toutes les parties de son offre. À cet effet, il complétera l'inventaire qui figure à l'annexe B du présent cahier des charges. Les prix seront mentionnés tous frais compris, mais hors TVA. L'offre précisera séparément le tarif et le montant de la TVA, pour chaque partie de l'offre et pour le total

16 L'utilisation du modèle de l'annexe B est obligatoire. Il ne sera pas tenu compte de prix mentionnés ailleurs Fourniture de renseignements À la demande du pouvoir adjudicateur, le prestataire de services devra, avant l'attribution du marché, fournir toutes les indications nécessaires en vue du contrôle des prix. Le pouvoir adjudicateur peut contrôler ou faire contrôler sur place les pièces comptables ainsi que l'exactitude des informations fournies par le soumissionnaire. Au besoin, de la même façon, l'on s'entendra pendant l'exécution quant aux prix Devise Les prix seront mentionnés en euros (EUR) Révision des prix 1. Pour les fournitures, aucune révision de prix n'est autorisée. 2. La révision des prix des services est possible. 3. Les règles de révision sont les suivantes : a. Les prix peuvent être revus une fois par an. b. Chaque année, le prestataire demande la révision du prix par lettre recommandée adressée au Pouvoir Adjudicateur, attn. Service d encadrement B&CG, cellule comptable ICT, bd Roi Albert II 33 bte 785, 1030 Bruxelles. 4. La révision des prix entre en vigueur : c. le jour anniversaire de l'avis d'attribution du marché si le prestataire a introduit sa demande de révision avant cette date. La révision des prix ne concerne que les services effectivement prestés après l'anniversaire de l'attribution du marché. d. le 1er jour du mois qui suit l'envoi de la lettre recommandée si le prestataire a laissé passer un ou plusieurs anniversaires. La révision des prix ne concerne que les services effectivement prestés après la date visée ci-dessus (attention : le prestataire de services doit introduire une nouvelle demande pour la révision des prix des services à prester après l'anniversaire suivant). 5. La révision des prix se calcule suivant la formule : S P = P 0, S0 Où : P= nouveau prix P 0 = ancien prix S 0 = indice salarial AGORIA (seulement pour les prestataires belges; les prestataires étrangers doivent proposer un indice analogue) - moyenne nationale, charges sociales comprises, pour les contrats à partir du 11/07/1981, valable le mois qui précède l'ouverture des offres. S= comme S 0 ci-dessus, mais valable le mois qui précède le jour anniversaire de la notification de l'attribution du marché. Pour les indices, voir : 6. Les prix des services commandés en supplément peuvent être revus. La révision suit les règles ci-dessus. 7. Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de revoir les prix en cas de baisse de l'indice. Dans ce cas, la révision suit les règles ci-dessus, sauf que la lettre recommandée émane du pouvoir adjudicateur. Remarque : La liste de prix doit mentionner les prix pour plusieurs années. Il est clair que les révisions de prix ci-dessus seront appliquées pour les années concernées. En d autres termes, les prix doivent être mentionnés suivant l indice actuel

17 Clause du client le plus favorisé Le soumissionnaire (donc l'adjudicataire après passation du marché) s'engage envers le pouvoir adjudicateur à lui consentir à tout moment les prix du client le plus favorisé en Belgique, pour tous les produits, services et prestations livrés au pouvoir adjudicateur dans le cadre de ce marché Critères de sélection - Régularité des offres - Critères d'attribution - Démonstration Sélection qualitative Critères d'exclusion Simplification administrative Par le simple fait de participer à la procédure d'adjudication d'un marché public, le soumissionnaire déclare qu'il ne se trouve pas dans un des cas d'exclusion visés aux articles 17, 43 et 69 de l'arrêté royal du 8 janvier 1996 relatif aux marchés publics d'adjudication de travaux, fournitures et services ainsi qu'aux concessions de travaux publics. Le pouvoir adjudicateur examine l'exactitude de la déclaration implicite sur l'honneur du soumissionnaire dont l'offre arrive en tête de classement. À cet effet, il demande au soumissionnaire concerné de lui fournir par les moyens les plus rapides, dans le délai qu'il spécifie, les renseignements ou documents qui permettront de vérifier sa situation personnelle avant toute décision de passation du marché. Ces renseignements seront cependant demandés par le pouvoir adjudicateur lui-même aux gestionnaires des données, par la voie électronique, si ce mode d'accès est possible gratuitement. Un soumissionnaire peut être exclu de la participation à un marché si le contrôle révèle que sa déclaration sur l'honneur ne correspond pas à sa situation personnelle à la date limite prévue pour la réception des demandes de participation à la procédure restreinte ou à la procédure de négociation avec publication, ou à la date limite prévue pour la réception des offres dans le cas d'une procédure ouverte. Une régularisation a posteriori est en tout état de cause impossible. L'exclusion est également possible si, durant la procédure, il apparaît que la situation du candidat ou du soumissionnaire ne correspond plus à sa déclaration sur l'honneur. Dans ces deux hypothèses, le pouvoir adjudicateur établit un classement corrigé, tenant compte de l'incidence possible de la suppression de la demande de participation ou de l'offre du candidat ou soumissionnaire exclu en application des dispositions sur les prix anormaux de l'article 110, 4 de l'arrêté royal du 8 janvier Le pouvoir adjudicateur pourra ensuite attribuer le marché au soumissionnaire dont l'offre suit immédiatement au classement celle du soumissionnaire exclu, après lui avoir appliqué également ces dispositions. Premier critère d'exclusion.1. Le soumissionnaire belge qui emploie du personnel assujetti à la loi du 27 juin 1969 révisant l'arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs doit, avant la date limite de réception des offres, joindre ou présenter au pouvoir adjudicateur une attestation certifiant qu'il est en règle en matière de cotisations de sécurité sociale. Cette information peut être obtenue directement par le pouvoir adjudicateur via le guichet électronique. Est en règle pour l'application du présent article, le soumissionnaire qui, suivant compte arrêté au plus tard la veille de la date limite de réception des offres :

18 1 a transmis à l'office National de Sécurité Soci ale toutes les déclarations requises jusqu'à et y compris celles relatives à l'avant-dernier trimestre civil écoulé par rapport à la date limite de réception des offres et 2 n'a pas pour ces déclarations une dette en coti sations supérieure à EUR, à moins qu'il ait obtenu pour cette dette des délais de paiement qu'il respecte strictement. Toutefois, même si la dette en cotisations est supérieure à EUR, le soumissionnaire sera considéré comme étant en règle s'il établit, avant la décision d'attribuer le marché, qu'il possède, au jour auquel l'attestation constate sa situation, à l'égard d'un pouvoir adjudicateur au sens de l'article 4, 1 et 2, 1 à 8 et 10 d e la loi ou d'une entreprise publique au sens de l'article 26 de cette même loi, une ou plusieurs créances certaines, exigibles et libres de tout engagement à l'égard de tiers pour un montant au moins égal, à EUR près, à celui pour lequel il est en retard de paiement de cotisations. 2. Le soumissionnaire étranger doit joindre à son offre ou présenter au pouvoir adjudicateur, avant la date limite de réception des offres : 1 une attestation délivrée par l'autorité compéten te certifiant que suivant compte arrêté au plus tard la veille de la date limite de réception des offres, il est en règle à cette date avec ses obligations relatives au paiement des cotisations de sécurité sociale selon les dispositions légales du pays ou il est établi. Lorsqu'un tel document n'est pas délivré dans le pays concerné, il peut être remplacé par une déclaration sous serment ou par une déclaration solennelle faite par l'intéressé devant une autorité judiciaire ou administrative, un notaire ou un organisme professionnel qualifié de ce pays ; 2 une attestation conformément au 1, s'il emploi e du personnel assujetti à la loi du 27 juin 1969 révisant l'arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs..3. À quelque stade de la procédure que ce soit, le pouvoir adjudicateur peut s'informer, par tous les moyens qu'il juge utiles, de la situation de tout soumissionnaire en matière de paiement des cotisations de sécurité sociale. Deuxième critère d'exclusion Le soumissionnaire ne peut se trouver dans une des situations suivantes : 1 se trouver en état de faillite ou de liquidation, avoir cessé ses activités ou avoir obtenu un concordat judiciaire, ou se trouver dans toute situation analogue résultant d'une procédure de même nature existant dans les législations et réglementations nationales ; 2 avoir déposé une déclaration de faillite, avoir entamé une procédure de liquidation ou de concordat judiciaire ou avoir en cours une procédure de même nature existant dans les législations et réglementations nationales. Cette information peut être obtenue directement par le pouvoir adjudicateur via le guichet électronique. Pour le soumissionnaire étranger, l'attestation doit émaner de l'organisme administratif compétent du pays concerné, ou, à défaut, le soumissionnaire doit produire une déclaration sur l'honneur certifiée par un notaire ou par une autorité judiciaire ou administrative. Troisième critère d'exclusion Le soumissionnaire doit être en ordre concernant ses obligations vis-à-vis des contributions directes et de la TVA

19 Le soumissionnaire belge joint à son offre une attestation 276C2 récente (datant de six mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) de l'administration des Contributions directes, et une attestation récente (datant de six mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) de l'administration de la TVA, dont il ressort qu'il est en ordre concernant ses obligations vis-àvis des administrations précitées. Le soumissionnaire étranger joint à son offre une ou plusieurs attestations récentes (datant de 6 mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) émanant de l'administration / des administrations compétente(s) dans son pays pour la perception des contributions directes et de TVA (ou des taxes qui, dans son pays, remplacent la TVA), mentionnant qu'il est en ordre concernant ses obligations vis-à-vis de l'administration / des administrations précitée(s). Si cette attestation ou ces attestations ne sont pas délivrées dans son pays, il suffit de joindre une déclaration sur l'honneur certifiée par un notaire ou par une autorité judiciaire ou administrative de son pays. Quatrième critère d'exclusion Quel que soit le stade de la procédure, est exclu de l'accès à ce marché, le prestataire de services qui a été condamné, par une décision de justice ayant force de chose jugée, pour les faits suivants dont le pouvoir adjudicateur a connaissance : 1. participation à une organisation criminelle au sens de l'article 324bis du Code Pénal ; 2. corruption au sens du Code Pénal article 246 ; 3. fraude au sens de l'article 1 de la Convention sur la protection des intérêts financiers des Communautés Européennes, ratifiée par la loi du 17 février 2002 ; 4. blanchiment d'argent au sens la loi du 11 janvier 1993, article 3, sur la prévention de l'utilisation du système financier à des fins de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ; Pour les besoins de l'application de ce paragraphe, le pouvoir adjudicateur peut, s'il doute de la situation personnelle d'un prestataire de services, s'adresser aux autorités compétentes en Belgique ou à l'étranger pour obtenir les informations dont il juge avoir besoin Critères de sélection relatifs à la capacité économique et financière du soumissionnaire Le soumissionnaire apporte la preuve de sa capacité économique et financière sous la forme d un état du chiffre d affaires réalisé les trois derniers exercices pour les activités concernées par le présent marché Critères de sélection relatifs à la capacité technique du soumissionnaire Premier critère de capacité technique du soumissionnaire Le soumissionnaire doit prouver qu'il a mené à bien au moins un projet comparable dans les trois dernières années, pour un groupe comptant un nombre d'utilisateurs comparable (les projets réalisés dans l'entreprise du soumissionnaire ou dans la ou les entreprises de sous-traitants sont exclus). Le soumissionnaire qui fait offre pour les deux lots et peut faire référence à un projet couvrant les deux lots peut se servir de cette référence pour le lot 1 comme pour le lot 2. Si le soumissionnaire qui fait offre pour les deux lots ne peut ou ne veut produire une telle référence, il doit présenter des références distinctes pour chaque lot. À cet effet, le soumissionnaire joint la liste des principaux marchés exécutés au cours des trois dernières années, ainsi que des projets comparables qu'il a réalisés dans la même période, et des établissements publics ou privés auxquels ils étaient destinés. S'il s'agit de services à des autorités publiques, la justification est fournie par des certificats émis ou contresignés par l'autorité compétente

20 S'il s'agit de services à des personnes privées, les prestations sont certifiées par celles-ci ou, à défaut, le soumissionnaire peut déclarer lui-même les avoir effectuées. Par référence, le soumissionnaire indiquera aussi la date, le montant total du marché et les coordonnées d'une personne de contact au sein de la société ou de l'organisation. L'utilisation du modèle en annexe E est requise pour la présentation des références. Deuxième critère de capacité technique du soumissionnaire Le soumissionnaire précisera les certificats ISO et autres qu'il détient. Le pouvoir adjudicateur exige que le soumissionnaire soit en possession d'un certificat ISO de type 9000 (9001 ou 9002) ou équivalent. Le pouvoir adjudicateur souhaite que tous les sous-traitants détiennent un certificat ISO du type 9000 (9001 ou 9002) ou équivalent pour les activités qui leur sont confiées. Troisième critère de capacité technique du soumissionnaire Le soumissionnaire mentionnera tout recours à la sous-traitance avec indication de la part du marché qui est sous-traitée ainsi que le nom des sous-traitants Régularité des offres Les offres des soumissionnaires retenus seront contrôlées quant à leur régularité, conformément aux articles 89 et suivants de l'ar du 8 janvier 1996 et aux dispositions de ce cahier des charges. Les offres irrégulières seront exclues. Chaque proposition sera examinée pour déterminer si elle correspond aux besoins exprimés. Si une offre ne répond pas à un des besoins exprimés, elle sera considérée comme irrégulière. La solution proposée dans l'offre du soumissionnaire doit satisfaire aux besoins techniques exposés dans ce cahier des charges. Toute proposition financière ou de prix qui n'est pas complète, présente des contradictions ou des inexactitudes importantes, ou ne respecte pas les règles de présentation des prix formulées dans ce cahier des charges spécial, peut être déclarée irrégulière. Seules les offres jugées régulières seront prises en considération pour la confrontation aux critères d'attribution Critères d'attribution En vue de la sélection de l'offre la plus intéressante du point de vue technique, les offres jugées régulières des soumissionnaires retenus seront comparées à une série de critères d'attribution. Ces critères feront l'objet d'une pondération mutuelle afin de donner un classement final Liste des critères d'attribution Le SPF Finances choisira l offre la plus avantageuse en fonction des données et renseignements fournis par l adjudicataire et des critères décrits ci-dessous. Le marché sera attribué à l offre régulière la plus intéressante, compte tenu des critères ci-dessous. L'offre du soumissionnaire contiendra tous les renseignements utiles à son évaluation à la lumière des critères d'attribution (et des éventuels sous-critères) détaillés ci-dessous. Tous les critères (et éventuels sous-critères) recevront un coefficient de pondération par lequel le score sera multiplié. Les critères ci-dessous sont les seuls qui peuvent intervenir dans le choix parmi les offres

21 Pour le lot 1 Critère Critère d'attribution Pondération d attribution 1 Qualité de l'offre 2,5 % 2 Solution technique et architecture du stockage en ligne 22,5 % 3 Solution technique et architecture du stockage hors ligne 22,5 % 4 Services offerts 12,5 % 5 Prix 40 % Les offres du lot 1 seront évaluées de la façon suivante : Le critère d attribution numéro 1 (qualité de l offre) sera évalué sur la base du respect des prescriptions du cahier des charges, ainsi que de la clarté et de la précision des informations fournies ; Le critère d attribution numéro 2 (solution technique et architecture du stockage en ligne) sera évalué sur la base de la vision architecturale, de la capacité de l architecture à répondre aux besoins futurs, du potentiel de performances des composants, de l évolutivité, du respect des normes ICT du SPF Finances, du degré d intégration, de la facilité d emploi et de la flexibilité de la solution proposée ; Le critère d attribution numéro 3 (solution technique et architecture du stockage hors ligne) sera évalué sur la base de la vision architecturale, de la capacité de l architecture à répondre aux besoins futurs, du potentiel de performances des composants, de l évolutivité, du respect des normes ICT du SPF Finances, du degré d intégration, de la facilité d emploi et de la flexibilité de la solution proposée ; Le critère d attribution numéro 4 (services offerts) sera évalué sur la base de la qualité des services, des garanties offertes, des conditions de maintenance et de SLA, de la qualité des CV, de la qualité et de l exhaustivité des formations proposées, de la crédibilité de l offre, enfin de la viabilité et de la stabilité des services offerts ; Le critère d attribution 5 (prix) sera évalué suivant les dispositions de , sur la base du prix total de la solution de référence demandée, y compris la livraison, l installation, la mise en œuvre, la réception, la maintenance ainsi que l exécution des services de gestion opérationnelle et les prestations particulières. Concrètement, la configuration de référence servira de base pour obtenir le prix total évalué. Les offres suivantes ne sont pas prises en considération pour l'attribution du marché : Les offres qui n'obtiennent pas 60% des points pour la somme des points, à l'exception du critère prix (36/60) ; Les offres qui n obtiennent pas 60% des points pour les critères distincts 2 et 3 (13,5/22,5)

22 Pour le lot 2 Critère Critère d'attribution Pondération d attribution 1 Qualité de l'offre 2,5 % 2 Solution technique et architecture 40 % 3 Possibilités d intégration et cohérence par rapport aux normes 7,5 % architecturales 4 Services offerts 5 % 5 Prix 45 % Les offres du lot 2 seront évaluées de la façon suivante : Le critère d attribution numéro 1 (qualité de l offre) sera évalué sur la base du respect des prescriptions du cahier des charges, ainsi que de la clarté et de la précision des informations fournies ; Le critère d attribution numéro 2 (solution technique et architecture) sera évalué sur la base de la vision architecturale, de la capacité de l architecture à répondre aux besoins futurs, du potentiel de performances des composants, de l évolutivité, du respect des normes ICT du SPF Finances, du degré d intégration, de la facilité d emploi et de la flexibilité de la solution proposée ; Le critère d attribution 3 (possibilités d intégration et cohérence par rapport aux normes) sera évalué suivant le respect des normes ICT du SPF Finances, les possibilités d intégration de la solution proposée avec les systèmes de gestion documentaire existants et la cohérence par rapport aux API actuellement utilisées dans les applications ; Le critère d attribution numéro 4 (services offerts) sera évalué sur la base de la qualité des services, des garanties offertes, des conditions de maintenance et de SLA, de la qualité des CV, de la qualité et de l exhaustivité des formations proposées, de la crédibilité de l offre, enfin de la viabilité et de la stabilité des services offerts ; Le critère d attribution 5 (prix) sera évalué suivant les dispositions de , sur la base du prix total de la solution de référence demandée, y compris la livraison, l installation, la mise en œuvre, la réception, la maintenance ainsi que l exécution des services de gestion opérationnelle et les prestations particulières. Concrètement, la configuration de référence servira de base pour obtenir le prix total évalué. Les offres suivantes ne sont pas prises en considération pour l'attribution du marché : Les offres qui n'obtiennent pas 60% des points pour la somme des points, à l'exception du critère prix (33/55) ; Les offres qui n obtiennent pas 60% des points pour les critères distincts 2 et 3 (24/40 et 4,5/7,5)

23 Le critère 'prix' Le critère 'prix' est pondéré de la façon suivante : P = P max Pr min Pr offre Où : Pr min = le prix de l'offre la moins chère dans les offres jugées régulières Pr offre = prix de l'offre P = points attribués au critère 'Prix' P max = pondération maximale du critère 'Prix' Score final Les cotes octroyées pour les critères d'attribution ci-dessus, y compris le prix, seront additionnées. Le marché sera attribué au soumissionnaire qui obtiendra le meilleur score final Démonstration Il n est pas prévu de démonstration

24 2. PARTIE B : Dispositions relatives à l'exécution du marché 2.1 Notification Conformément à l'article 21 bis de la loi du 24 décembre 1993, le plus rapidement possible après avoir pris sa décision, le pouvoir adjudicateur informe les candidats non retenus et les soumissionnaires dont l'offre est considérée comme irrégulière ou n'a pas été choisie. Lorsque le marché public atteint le montant estimé, comme déterminé par le Roi au début de la procédure en vue de la publication européenne, le pouvoir adjudicateur communique par lettre recommandée: à chaque candidat ou soumissionnaire non retenu, les motifs de sa non-sélection ; à chaque soumissionnaire dont l'offre est considérée comme irrégulière, les motifs du rejet ; à chaque soumissionnaire dont l'offre n'a pas été choisie, la décision motivée d'attribution du marché. La communication est faite immédiatement par télécopie ou par les voies électroniques, puis confirmée le même jour par lettre recommandée. Le pouvoir adjudicateur octroie aux soumissionnaires un délai de quinze jours, à compter du jour qui suit l envoi de la notification par télécopie ou par les voies électroniques. Durant ce délai, les soumissionnaires peuvent interjeter un appel suspensif auprès d un collège juridique, mais exclusivement, selon le cas, dans le cadre d une procédure de référé devant le tribunal ou d une procédure d extrême urgence devant le Conseil d État. Si le pouvoir adjudicateur ne reçoit pas d'avis écrit en ce sens dans le délai imparti, à l'adresse spécifiée, la procédure peut se poursuivre. Certains renseignements ne peuvent être communiqués lorsque leur diffusion entrave l application de la loi, compromet l intérêt public, lèse les intérêts commerciaux légitimes d entreprises publiques ou privées ou empêche une concurrence loyale entre entreprises. 2.2 Cautionnement Le cautionnement est fixé à 5% du montant total de chaque bon de commande, hors TVA. Le montant ainsi obtenu est arrondi à la dizaine d'euros supérieure. En vertu des dispositions légales et réglementaires, le cautionnement peut être constitué en espèces, en fonds d'état ou sous la forme d'un cautionnement collectif. Le cautionnement peut également être constitué par une garantie accordée par un établissement de crédit satisfaisant au prescrit de la loi du 22 mars 1993 relative au statut et au contrôle des établissements de crédit ou par une entreprise d'assurances satisfaisant au prescrit de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances et agréée pour la branche 15 (caution). L'adjudicataire doit, dans les trente jours calendrier suivant la conclusion du contrat, justifier de la constitution du cautionnement par lui-même ou par un tiers, de l'une des façons suivantes : 1 lorsqu'il s'agit de numéraire, par le virement du montant sur le compte Postchèque de la Caisse des Dépôts et Consignations (CCP n , "BE " et BIC "PCHQ BEBB") ou d'un organisme public remplissant une fonction similaire à celle de la Caisse, ci-après dénommé organisme public remplissant une fonction similaire ; 2 lorsqu'il s'agit de fonds publics, par le dépôt de ceux-ci entre les mains du caissier de l'état au siège de la Banque Nationale à Bruxelles ou dans l'une de ses agences en province, pour compte de la Caisse des Dépôts et Consignations, ou d'un organisme public remplissant une fonction similaire ; 3 lorsqu'il s'agit d'un cautionnement collectif, p ar le dépôt par une société exerçant légalement cette activité, d'un acte de caution solidaire auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations ou d'un organisme public remplissant une fonction similaire ; 4 lorsqu'il s'agit d'une garantie, par l'acte d'en gagement de l'établissement de crédit ou de l'entreprise d'assurances

25 Cette justification se donne, selon le cas, par la production au pouvoir adjudicateur : 1 soit du récépissé de dépôt de la Caisse des Dépô ts et Consignations ou d'un organisme public remplissant une fonction similaire ; 2 soit de l'avis de débit remis par l'établissemen t de crédit ou l'entreprise d'assurances ; 3 soit de la preuve de dépôt délivrée par le caiss ier de l'état ou par un organisme public remplissant une fonction similaire ; 4 soit de l'original de l'acte de caution solidair e visé par la Caisse des Dépôts et Consignations ou par un organisme public remplissant une fonction similaire ; 5 soit de l'original de l'acte d'engagement établi par l'établissement de crédit ou l'entreprise d'assurances accordant une garantie. Ces documents, signés par le déposant, indiquent au profit de qui le cautionnement est constitué, son affectation précise par l'indication sommaire de l'objet du marché et de la référence du cahier des charges, ainsi que le nom, le prénom et l'adresse complète de l'adjudicataire et éventuellement du tiers qui a effectué le dépôt pour compte, avec la mention bailleur de fonds ou mandataire, suivant le cas. Si la preuve du cautionnement n'est pas produite dans le délai imparti, une amende sera infligée. L'absence de cautionnement peut entraîner la rupture du contrat. Le délai de trente jours calendrier visé plus haut est suspendu pendant la période de fermeture de l'entreprise de l'adjudicataire pour les vacances annuelles payées et les jours de repos compensatoire prévus par la loi ou rendus obligatoires par une convention collective de travail. La preuve de la constitution du cautionnement doit être envoyée à l'adresse qui sera spécifiée dans l'avis d'attribution du marché. Le cautionnement sera libéré en une fois après la réception définitive, à la demande expresse du fournisseur. 2.3 Responsabilité du soumissionnaire Le prestataire de services assume la pleine responsabilité des fautes et manquements dans les services fournis, en particulier dans les études, les calculs, les plans ou dans toutes les autres pièces produites par lui en exécution du marché. Le prestataire de services reste par ailleurs garant envers le pouvoir adjudicateur de tous les dommages et intérêts que les tiers pourraient réclamer en raison d'un retard dans l'exécution des services ou d'une exécution défaillante des services. 2.4 Exécution des services Délais et clauses particulières Les services doivent être exécutés dans un délai de 5 (cinq) ans à compter de la date du coup d'envoi (kick-off) du projet. Les jours de fermeture de l entreprise à l'occasion des vacances annuelles ne peuvent être invoqués pour prolonger ce délai. Ce délai peut être prolongé de commun accord entre l'adjudicataire et le pouvoir adjudicateur, sur simple décision du Comité de pilotage. Le bon de commande est adressé au prestataire des services, par lettre recommandée ou par fax ou par tout autre moyen dont la date d'envoi peut être établie avec certitude. La correspondance relative au bon de commande (et à l'exécution des services) suit les mêmes règles que l'envoi du bon de commande, chaque fois qu'une des parties souhaite apporter une preuve de son intervention. Si le bon de commande parvient à l'adjudicataire après le délai de deux jours ouvrables, le délai de livraison peut être prolongé au prorata du retard dans la réception du bon de commande, moyennant une demande écrite et justifiée de l'adjudicataire. Si, après examen de la demande écrite du fournisseur, le service à l'origine de la commande estime la requête fondée entièrement ou en partie, il avertit le fournisseur par écrit du nouveau délai qui lui est accordé

26 Si un bon de commande manifestement incorrect ou incomplet empêche l'exécution de la commande, l'adjudicataire en informe immédiatement le pouvoir adjudicateur afin de trouver une solution qui permette de procéder à l'exécution de la commande. Au besoin, le prestataire de services demande une prolongation du délai d'exécution, aux conditions prévues pour les cas de réception tardive du bon de commande. En tout cas, les plaintes relatives au bon de commande ne sont plus recevables si elles ne sont pas introduites dans les 15 jours calendrier (*) à compter du premier jour qui suit le jour où le prestataire de services a reçu le bon de commande. (*) Délai minimum, prévu dans le cahier des charges spécial pour des marchés spécifiques (ex.: compte tenu des délais d'exécution pour les services visés dans le présent cahier des charges spécial, les réclamations ne sont plus recevables) Lieu d'exécution des services et formalités Lieu d'exécution des services et horaires Les services seront principalement prestés à Bruxelles, dans les locaux du SPF Finances. Si, à certains moments, le travail doit être accompli ailleurs, les frais de déplacement ne seront en principe pas remboursés par le SPF Finances. Une partie des services peuvent aussi être prestés dans les locaux de l'adjudicataire, pourvu qu'ils ne puissent l'être ailleurs ou que le SPF Finances en tire un avantage spécifique. Dans l'optique d'une collaboration optimale avec le personnel du SPF Finances, le personnel de l'adjudicataire qui accomplit des prestations dans les locaux du SPF Finances doit, dans la mesure du possible, adopter les mêmes horaires que ses collègues des Finances. Par 'heures ouvrables normales', il faut entendre tous les jours ouvrables, du lundi au vendredi, de 7h30 à 18h00, suivant l'horaire variable en vigueur au SPF Finances. Le 2 novembre, le 15 novembre et le 26 décembre sont considérés par le SPF Finances comme des jours fériés, de même que le premier jour ouvrable de l'année. Il existe également des 'ponts' obligatoires qui sont annoncés chaque année Moyens techniques mis à disposition par le SPF Finances L'adjudicataire met à la disposition de son personnel tout le matériel nécessaire à l'exécution de sa tâche (ordinateurs portables, etc.). Pendant la durée du marché, le SPF Finances met à la disposition du personnel de l'adjudicataire un maximum de deux emplacements de bureau, du type 'shared desk', sans armoires. Le personnel de l'adjudicataire jouit d'un accès limité au réseau du SPF Finances, ainsi que d'une adresse . Le SPF Finances ne dispose pas de places de parking pour ses fournisseurs. Le SPF Finances ne modifiera en aucune façon les postes de travail du personnel de l'adjudicataire en vue de leur bon fonctionnement au sein de l'infrastructure du SPF Finances. L'adjudicataire ne pourra en aucun cas modifier, perturber ou surcharger l'infrastructure du SPF Finances en y ajoutant les postes de travail de son personnel, sauf pour ce qui concerne directement le développement de l'application. L'adjudicataire est intégralement responsable de la protection antivirale de ces postes de travail et de leur gestion. Il fera prioritairement appel aux outils mis à disposition par le SPF Finances. Si d'autres logiciels devaient être utilisés dans le cadre du projet, ils le seront - après accord du Comité de pilotage - sous la responsabilité de l'adjudicataire. Le coût correspondant sera compris dans le prix des services. Le personnel de l'adjudicataire doit respecter les procédures et règlements internes concernant l'utilisation et l'accès aux moyens mis à disposition. Il ne peut demander à compléter ni à modifier l'environnement de travail du pouvoir adjudicateur. Si des défauts dans le support logistique mettent le service en péril, il convient de faire appel aux formules d'arbitrage visées au paragraphe 2,20 - Litiges et conflits, avant de recourir à une action en justice

27 Normes et standards à respecter dans le cadre du présent cahier des charges Les équipes de réalisation mises à disposition par le SPF Finances devront appliquer les méthodes et les normes spécifiées par le SPF Finances ou choisies avec son accord (voir ). Ces normes concernent au minimum : les normes techniques des logiciels ; la méthode de gestion de projet (analyse, plan stratégique, rapport de progrès, contrôle de qualité, etc.) ; la documentation ; les règles de programmation (mise en page, structures de codage, commentaires, conventions de dénomination, normes de développement conformes aux fondements ICT, y compris normes ouvertes, etc.) ; les règles de gestion définies par les services de gestion des environnements d'exploitation ; les procédures d'assurance qualité Évaluation des services exécutés Si, pendant l'exécution des services, des anomalies sont constatées, elles seront immédiatement signalées à l'adjudicataire par fax ou confirmé ensuite par lettre recommandée. L'adjudicataire est tenu d'exécuter à nouveau les services non-conformes. Au moment où les services seront exécutés, une évaluation portera sur leur qualité et leur conformité. Ensuite, un procès-verbal sera rédigé, dont l'original sera remis au prestataire de services. Les services incorrects ou non conformes seront réexécutés. 2.5 Sous-traitants Pour l'exécution pratique du marché, l'adjudicataire peut conclure des contrats de sous-traitance avec des tiers. Le pouvoir adjudicateur souhaite que tous les sous-traitants détiennent un certificat ISO du type 9000 pour toutes les activités qui leur sont confiées. Au préalable, l'adjudicataire soumettra la liste de ses sous-traitants à l'accord du pouvoir adjudicateur. Par la suite, les dérogations ne seront plus admises qu'avec l'accord des deux parties. Le fait que le prestataire de services confie tout ou partie de ses engagements à des tiers ne l'exonère pas de sa responsabilité envers le SPF Finances. Celui-ci ne se reconnaît aucun lien contractuel avec ces tiers. Le contractant ou adjudicataire principal assumera l'entière responsabilité de la fourniture de tous les produits et services prévus par le contrat. Tout recours à des sous-traitants doit être spécifiquement identifié dans l'offre du soumissionnaire, qui précisera aussi la nature du lien contractuel qui l'unit à tous les sous-traitants. Le nom et l'adresse des sous-traitants doivent figurer dans l'offre, avec la liste des éléments du contrat qui sont confiés à chacun d'eux. Le recours à des sous-traitants n'exonère pas le prestataire de services de ses responsabilités quant aux prestations attendues dans le cadre du contrat. Il appartient à l'adjudicataire de répondre à toutes les conditions et spécifications de ce cahier des charges spécial. Si, à un moment donné, des changements interviennent dans la sous-traitance, l'adjudicataire avertira le SPF Finances par écrit avant de procéder aux changements. Les sous-traitants devront par ailleurs satisfaire aux critères d exclusion ci-dessous. Premier critère d'exclusion.1. Le soumissionnaire belge qui emploie du personnel assujetti à la loi du 27 juin 1969 révisant l'arrêtéloi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs doit, avant la date limite de réception des offres, joindre ou présenter au pouvoir adjudicateur une attestation

28 certifiant qu'il est en règle en matière de cotisations de sécurité sociale. Cette information peut être obtenue directement par le pouvoir adjudicateur via le guichet électronique. Est en règle pour l'application du présent article, le soumissionnaire qui, suivant compte arrêté au plus tard la veille de la date limite de réception des offres : 1 a transmis à l'office National de Sécurité Soci ale toutes les déclarations requises jusqu'à et y compris celles relatives à l'avant-dernier trimestre civil écoulé par rapport à la date limite de réception des offres et 2 n'a pas pour ces déclarations une dette en coti sations supérieure à EUR, à moins qu'il ait obtenu pour cette dette des délais de paiement qu'il respecte strictement. Toutefois, même si la dette en cotisations est supérieure à EUR, le soumissionnaire sera considéré comme étant en règle s'il établit, avant la décision d'attribuer le marché, qu'il possède, au jour auquel l'attestation constate sa situation, à l'égard d'un pouvoir adjudicateur au sens de l'article 4, 1 et 2, 1 à 8 et 10 de la loi ou d'une entrep rise publique au sens de l'article 26 de cette même loi, une ou plusieurs créances certaines, exigibles et libres de tout engagement à l'égard de tiers pour un montant au moins égal, à EUR près, à celui pour lequel il est en retard de paiement de cotisations. 2. Le soumissionnaire étranger doit joindre à son offre ou présenter au pouvoir adjudicateur, avant la date limite de réception des offres : 1 une attestation délivrée par l'autorité compéten te certifiant que suivant compte arrêté au plus tard la veille de la date limite de réception des offres, il est en règle à cette date avec ses obligations relatives au paiement des cotisations de sécurité sociale selon les dispositions légales du pays ou il est établi. Lorsqu'un tel document n'est pas délivré dans le pays concerné, il peut être remplacé par une déclaration sous serment ou par une déclaration solennelle faite par l'intéressé devant une autorité judiciaire ou administrative, un notaire ou un organisme professionnel qualifié de ce pays ; 2 une attestation conformément au 1, s'il emploi e du personnel assujetti à la loi du 27 juin 1969 révisant l'arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale des travailleurs..3. À quelque stade de la procédure que ce soit, le pouvoir adjudicateur peut s'informer, par tous les moyens qu'il juge utiles, de la situation de tout soumissionnaire en matière de paiement des cotisations de sécurité sociale. Deuxième critère d'exclusion Le sous-traitant ne peut se trouver dans une des situations suivantes : 1 se trouver en état de faillite ou de liquidation, avoir cessé ses activités ou avoir obtenu un concordat judiciaire, ou se trouver dans toute situation analogue résultant d'une procédure de même nature existant dans les législations et réglementations nationales ; 2 avoir déposé une déclaration de faillite, avoir entamé une procédure de liquidation ou de concordat judiciaire ou avoir en cours une procédure de même nature existant dans les législations et réglementations nationales. Pour les sous-traitants belges, cette information peut être obtenue directement par le pouvoir adjudicateur via le guichet électronique. Pour le soumissionnaire étranger, l'attestation doit émaner de l'organisme administratif compétent du pays concerné, ou, à défaut, le soumissionnaire doit produire une déclaration sur l'honneur certifiée par un notaire ou par une autorité judiciaire ou administrative. Troisième critère d'exclusion

29 Le soumissionnaire doit être en ordre concernant ses obligations vis-à-vis des contributions directes et de la TVA. Le soumissionnaire belge joint à son offre une attestation 276C2 récente (datant de six mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) de l'administration des Contributions directes, et une attestation récente (datant de six mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) de l'administration de la TVA, dont il ressort qu'il est en ordre concernant ses obligations vis-àvis des administrations précitées. Le soumissionnaire étranger joint à son offre une ou plusieurs attestations récentes (datant de 6 mois au maximum, à compter de la date d'ouverture des offres) émanant de l'administration / des administrations compétente(s) dans son pays pour la perception des contributions directes et de TVA (ou des taxes qui, dans son pays, remplacent la TVA), mentionnant qu'il est en ordre concernant ses obligations vis-à-vis de l'administration / des administrations précitée(s). Si cette attestation ou ces attestations ne sont pas délivrées dans son pays, il suffit de joindre une déclaration sur l'honneur certifiée par un notaire ou par une autorité judiciaire ou administrative de son pays

30 Quatrième critère d'exclusion Quel que soit le stade de la procédure, est exclu de l'accès à ce marché, le prestataire de services qui a été condamné, par une décision de justice ayant force de chose jugée, pour les faits suivants dont le pouvoir adjudicateur a connaissance : 5. participation à une organisation criminelle au sens de l'article 324bis du Code Pénal ; 6. corruption au sens du Code Pénal, article 246 ; 7. fraude au sens de l'article 1 de la Convention sur la protection des intérêts financiers des Communautés Européennes, ratifiée par la loi du 17 février 2002 ; 8. blanchiment d'argent au sens la loi du 11 janvier 1993, article 3, sur la prévention de l'utilisation du système financier à des fins de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ; Pour les besoins de l'application de ce paragraphe, le pouvoir adjudicateur peut, s'il doute de la situation personnelle d'un prestataire de services, s'adresser aux autorités compétentes en Belgique ou à l'étranger pour obtenir les informations dont il juge avoir besoin. 2.6 Personnel de l'adjudicataire Pour les besoins de ce marché, le soumissionnaire désignera une personne de contact qui le représentera dans ses relations avec le SPF Finances. Le personnel du soumissionnaire mobilisé pour réaliser ce marché doit : disposer de l'expérience nécessaire dans le domaine de la solution proposée ou de solutions comparables ; être en mesure de comprendre tous les textes, rapports, procès-verbaux, etc. nécessaires, utilisés ou produits par les deux parties dans le cadre du présent marché, aussi bien en français qu'en néerlandais ; avoir une connaissance suffisante du français ou du néerlandais parlé et écrit pour pouvoir communiquer dans une de ces deux langues, si possible dans les deux langues indifféremment ; le responsable du projet doit être en mesure de communiquer aussi bien en français qu'en néerlandais. Le service d'assistance et de support technique doit par ailleurs pouvoir communiquer sans difficulté dans les deux langues. Le personnel de l'adjudicataire doit satisfaire à toutes les dispositions légales en vigueur en Belgique en matière d'immigration et de permis de travail. L'adjudicataire garantira le SPF Finances contre tout dommage généralement quelconque que le SPF Finances pourrait subir du fait du non-respect par l'adjudicataire ou les membres de son personnel des dispositions légales en la matière. L'adjudicataire doit disposer d'un personnel suffisant possédant les connaissances nécessaires et adaptées à l'exécution des tâches. Les personnes concernées doivent également disposer d'une connaissance suffisante des outils utilisés dans le cadre du projet. L'adjudicataire doit être en mesure de répondre à tous les besoins qui résultent immédiatement de l'attribution du marché. L'équipe de projet mise à disposition par chaque adjudicataire doit être suffisante pour assurer une excellente réalisation des missions qui lui sont confiées. Le SPF Finances doit être d'accord avec la composition de l'équipe proposée dans le cadre du projet. Les personnes chargées d'exécuter le projet doivent être les mêmes que celles proposées dans l'offre. Le cas échéant, le personnel mis à disposition pour l'exécution sera d'un niveau équivalent. Le prestataire de services garantit pendant toute la durée du contrat la stabilité des personnes chargées de l'exécution du marché. Dans le courant de l'exécution, le prestataire de services ne

31 pourra apporter aucune modification à la composition de l'équipe de projet sans l'autorisation préalable du SPF Finances. Le SPF Finances pourra réclamer le remplacement immédiat d'une ou plusieurs personnes de l'équipe de projet de l'adjudicataire s'il juge que leurs qualifications ou leurs prestations entravent la bonne exécution du marché. Le changement doit intervenir dans les 15 jours ouvrables suivant la demande du SPF Finances, sans frais. Si cette condition n est pas respectée dans un délai acceptable pour les besoins du projet, une pénalité peut être infligée aux prestataires, à hauteur de 20% du coût mensuel du membre concerné de l équipe de projet. Le soumissionnaire doit joindre à son offre le curriculum vitae des personnes désignées pour l'exécution du contrat. Les renseignements obtenus dans ce cadre seront traités en toute confidentialité par le SPF Finances et ne seront en aucun cas communiqués à des tiers. Le modèle de curriculum vitae à utiliser se trouve à l'annexe D (formulaire de CV pour le personnel affecté au projet) de ce cahier des charges. 2.7 Organisation des formations Le soumissionnaire doit organiser les formations en français et en néerlandais. Exceptionnellement, l'anglais peut être utilisé pour des formations spécifiques, à la condition expresse que le SPF Finances l'autorise préalablement. Les personnes chargées de la formation doivent : - posséder l'expérience nécessaire dans le domaine qu'elles enseignent ; - faire preuve d'une maîtrise PARFAITE de la langue dans laquelle le cours est donné ; - posséder les qualités pédagogiques indispensables pour transmettre la matière de façon structurée et systématique aux participants ; - savoir exploiter efficacement les moyens pédagogiques et s'en servir opportunément ; - tenir compte des remarques du pouvoir adjudicateur en ce qui concerne le contenu et la présentation de la formation. Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit d'exiger par téléphone, télécopie ou suivis d'une confirmation par lettre recommandée, le remplacement immédiat d'un ou plusieurs formateurs qui ne répondraient pas aux qualifications requises, par des formateurs possédant des qualifications équivalentes à celles qui sont mentionnées dans l'offre. En principe, les formations ont lieu dans les locaux de l adjudicataire. Celui-ci doit proposer des locaux situés dans la région bruxelloise. L adjudicataire doit prévoir au bon déroulement des formations. Durant l exécution du marché, le SPF Finances peut prendre seul la décision de faire organiser une formation dans ses locaux. Le soumissionnaire annonce clairement les moyens et impératifs techniques propres aux différentes formations (p.ex. nombre de PC). On fera exception pour la formation des préposés au service desk et des opérateurs du team de monitoring, qui devra toujours être dispensée au North Galaxy, bd Roi Albert II 33, 1030 Bruxelles. Chaque participant recevra des notes de cours, rédigées de préférence dans sa langue. Il ne peut être dérogé à cette règle sans en avoir averti le SPF Finances au préalable et avoir obtenu son autorisation. L'adjudicataire doit mettre des boissons à la disposition des participants. Il organise et fournit le déjeuner pour tous les participants pendant toute la durée de la session de formation. Le soumissionnaire doit fournir tout le matériel didactique dans un format électronique compatible avec les normes de l'e-learning (minimum SCORM 1.2). 2.8 Documentation L'adjudicataire remettra au SPF Finance toute la documentation technique nécessaire à l'utilisation et à la gestion du système, soit en français et en néerlandais, soit en anglais, en fonction de la langue dans laquelle la documentation est disponible. La documentation contiendra plus particulièrement les

32 manuels techniques qui décrivent les caractéristiques et les règles d'utilisation du matériel et des logiciels faisant partie du projet, avec un exposé détaillé du système complet ainsi que des précisions sur les différents sous-systèmes et leurs liaisons. L'offre précisera sur quel type de support la documentation doit être livrée (papier, CD-Rom), de même que les quantités standard et les conditions auxquelles des exemplaires supplémentaires peuvent être commandés. Le soumissionnaire est tenu de communiquer sur simple demande du SPF Finances toutes les caractéristiques de l'utilisation des équipements livrés. 2.9 Tâches des collaborateurs du SPF Finances Les collaborateurs du SPF Finances participent aux projets pour ce qui concerne : la définition du contenu de chaque projet ; le choix des solutions : l'architecture, etc. ; la validation des documents de la réalisation : dossiers de spécifications, de réalisation, d'acceptation, de test, les manuels d'utilisation, de maintenance, etc. ; les contrôles de qualité relatifs, notamment le contrôle de la correspondance entre la documentation et la réalisation, du respect des normes de documentation et de programmation, etc. ; la participation obligatoire aux tests de réception technique et fonctionnelle, qu'il s'agisse de tests de fonctionnement unitaires, de tests d'intégration ou de tests de fonctionnement général ; le support logistique des équipes de réalisation, pour ce qui concerne la mise à disposition des moyens techniques nécessaires à la réalisation, selon ce qui est convenu avec les parties concernées. La réalisation sera suivie de très près, pas à pas, par des collaborateurs du SPF Finances, qui, avec l'aide de l'adjudicataire, seront chargés de définir les normes et standards d'architecture, les règles de mise en œuvre, les procédures de travail, la documentation, la programmation, etc. Ces personnes veilleront également au strict respect des normes afin de garantir que les solutions mises en œuvre puissent ensuite être reprises intégralement et sans problèmes particuliers par le SPF Finances Planning Le soumissionnaire joindra à son offre un calendrier d'exécution tenant compte de la durée maximale du contrat. Ce calendrier revêtira la forme de schémas GANTT Suivi de l'exécution du contrat Moyens mobilisés Le soumissionnaire spécifiera les moyens (personnel, méthodes, matériel et logiciels) qu'il entend mettre en œuvre pour assurer la gestion du projet Comité de pilotage Le comité de pilotage comprend d'une part le responsable de projet de l'adjudicataire, accompagné des personnes concernées en fonction de l'avancement du projet, et d'autre part le ou les responsables de projet du SPF Finances. Le comité de pilotage détient de larges compétences : il veille aux aspects contractuels, administratifs et techniques de l'exécution du marché (livraisons, réceptions, garantie, respect du SLA, avancement, qualité de l'exécution). Le comité de pilotage est compétent pour accepter les changements à l'offre initiale, mais sans dépassement du prix. Le comité de pilotage est également le pivot du rapportage

33 Au besoin, on constituera aussi un comité de pilotage regroupant exclusivement les responsables des adjudicataires des deux lots et de la cellule Accompagnement de projet, suivant les mêmes modalités que ci-dessus. L adjudicataire ou son délégué sont tenus d y participer, ainsi qu aux autres réunions de coordination organisées par le pouvoir adjudicateur pour coordonner au mieux les deux marchés. L adjudicataire est tenu de suivre les directives issues de ces réunions Réunion de coup d'envoi (kick-off) Dans le mois calendrier qui suit l'attribution du marché, l'adjudicataire et le SPF Finances doivent tenir une première réunion du comité de pilotage, appelée réunion de coup d'envoi (ou de kick-off). Au cours de cette première réunion, on présente la composition des équipes, leurs compétences professionnelles, l'agenda des réunions de rapportage et des réunions du comité de pilotage, le planning de la réalisation du marché, on explique les principes du SLA, etc Réunion hebdomadaire de l'équipe de projet Toutes les semaines, les chefs de projet se rencontreront et rédigeront un rapport sur l'état du projet. Le rapport sera distribué aux parties concernées importantes (à déterminer au début de la mise en œuvre) Réunion mensuelle de suivi Le sponsor ou son délégué, les responsables du projet au SPF Finances et l'adjudicataire ainsi que les autres parties prenantes éventuelles se rencontreront dans le cadre d'une réunion mensuelle de suivi pour examiner l'état du projet et préparer le comité de pilotage mensuel Rapportage Périodiquement, à savoir une fois par mois, suivant un calendrier mis au point de commun accord lors de la réunion de coup d'envoi, l'adjudicataire rédigera un rapport complet d'avancement du projet (situation de chaque phase de la réalisation) à l'intention du comité de pilotage. Le rapport évoquera les problèmes éventuels et les solutions proposées. Si le comité de pilotage réunissant les adjudicataires des deux lots et de la cellule Accompagnement de projet est également mis en place, le rapportage incombe à l adjudicataire du lot 1 ; cela s applique aussi aux autres réunions de coordination visées au premier paragraphe du point Contrôle par des tiers En vue de l'évaluation des services exécutés et du suivi du projet, le pouvoir adjudicateur peut faire appel à un tiers. L'adjudicataire est tenu de collaborer avec ce tiers et de lui fournir toute l'information nécessaire au bon accomplissement des opérations de contrôle. Dans ce cadre, le SPF Finances souhaite mettre l'offre de l'adjudicataire à la disposition de collaborateurs internes et externes du SPF Finances chargés de l'évaluation et du contrôle des services. Le soumissionnaire doit indiquer clairement les parties de son offre qui ne peuvent être mises à la disposition de personnes étrangères au SPF Finances chargées de l'évaluation et du contrôle des services Livraison, réception et garantie Livraisons et installation L'adjudicataire doit mettre à la disposition du SPF Finances tous les renseignements et facilités nécessaires pour le contrôle de la préparation et de l'exécution des livraisons

34 Sauf avis contraire du pouvoir adjudicateur, aucune livraison ne peut avoir lieu sans que le service destinataire n'ait été averti par écrit au moins quatre jours ouvrables avant la date d'envoi des biens ou d'installation des logiciels. L'équipement (les logiciels) sera livré et installé par l'adjudicataire suivant un calendrier détaillé, mis au point de commun accord après la notification de l'attribution du marché. Les locaux d'installation seront préparés par le SPF Finances suivant les prescriptions énoncées dans l'offre de l'adjudicataire Spécifications techniques Les services ou fournitures doivent correspondre sous tous rapports avec les plans, documents et thèmes applicables à ce marché. Même à défaut de spécification technique contractuelle, les services doivent être conformes à toutes les exigences et règles de bonne exécution Suivi de la bonne exécution des livraisons et des services Le SPF Finances a le droit d'exercer une surveillance permanente sur les travaux réalisés par l'équipe chargée de l'exécution du marché. L'équipe chargée de l'exécution doit remettre aux représentants du pouvoir adjudicateur tous les renseignements et facilités nécessaires à l'accomplissement des tâches de supervision. Les plans, spécifications, dossiers, etc., établis dans le cadre de ce marché par le personnel des adjudicataires, y compris les normes appliquées, doivent être approuvés avant l'exécution par le SPF Finances. Le SPF Finances dispose d'un délai de 15 jours calendrier pour approuver ces documents ou pour formuler des remarques. En cas de remarques, les documents concernés doivent être adéquatement corrigés avant l'exécution, sans que les corrections n'entraînent la révision du délai d'exécution prévu, sauf si les remarques résultent d'une nouvelle exigence de la part du pouvoir adjudicateur. Tout dépassement du délai d'acceptation d'un document entraîne, à la demande de l'adjudicataire concerné, la prolongation du délai d'exécution. Le fait qu'un retard soit imputable au SPF Finances ne dispense pas l'adjudicataire de veiller à limiter les conséquences du retard. Les soumissionnaires ne peuvent invoquer ce contrôle pour se soustraire à leur responsabilité lorsque les travaux sont refusés en raison de défauts de nature quelconque et qu'il en résulte une prolongation du délai d'exécution Contrôle Dans les 30 jours suivant l'annonce de leur achèvement par l'adjudicataire, le SPF Finances procédera à un contrôle complet des éléments constitutifs de chaque phase de réalisation définie dans le calendrier de la réalisation du projet. Les contrôles porteront sur l'adéquation et le bon fonctionnement des équipements. Le contrôle de l'adéquation a pour but de vérifier que les équipements sont conformes aux spécifications et aux quantités imposées par le SPF Finances. Le contrôle du bon fonctionnement a pour but de vérifier que les installations peuvent fonctionner correctement dans des conditions normales (autrement dit, que les installations sont aptes aux services préalablement définis). Les opérations de contrôle concernent notamment : La bonne exécution des livraisons et des services correspondants ; Le caractère opérationnel de toutes les fonctions et leur bon paramétrage ; La capacité en termes de performances, de sécurité, de robustesse, de charge ; Au besoin, des outils de test sont installés pour pouvoir effectuer ces contrôles ; La fourniture de la documentation. Les contrôles sont considérés comme fructueux lorsque les équipements passent les tests avec succès dans les délais impartis. Les tests et leur calendrier sont définis de commun accord. Si les opérations de contrôle révèlent que les performances et/ou les fonctionnalités ne répondent pas ou répondent seulement partiellement à ce qui est demandé dans ce cahier des charges et/ou annoncé dans l'offre et les éventuels documents complémentaires, l'adjudicataire s'engage à apporter à ses frais les corrections ou modifications nécessaires, ou à remplacer tout ou partie des logiciels

35 par une livraison conforme, dans les 30 jours calendrier suivant la date du procès-verbal constatant l'impossibilité de procéder à la réception provisoire. Passé ce délai, le SPF se réserve le droit d'appliquer les pénalités de retard. Dans cette éventualité, tous les tests de réception doivent être recommencés, après que l'adjudicataire aura apporté les modifications, compléments ou remplacements nécessaires. Si les contrôles ne peuvent être menés à bien avec fruit dans les délais impartis, le SPF Finances peut : appliquer les mesures d'office prévues à l'article 66 du Cahier des charges général annexé à l'a.r. du 26 septembre 1996, qui définit les règles générales d'exécution des marchés publics et des concessions de travaux publics ; ou prendre des dispositions particulières avec l'adjudicataire Réceptions provisoires partielles Lorsque les opérations de contrôle se terminent avec succès, le SPF Finances dresse un procèsverbal de réception des équipements relevant de la phase concernée. Le procès-verbal de réception provisoire sera signé par les deux parties. Si les services qui font l'objet du présent marché se composent de prestations purement intellectuelles (études, analyses, rapports de consultance, etc.), la réception provisoire est considérée comme une réception définitive. La réception provisoire partielle aura lieu à la mise en service de chaque composant (le lot 1 comporte 2 et seulement 2 composants, à savoir la solution de stockage et la solution de back-up ; pour le lot 2, il ne peut y avoir de réception provisoire partielle, mais seulement 1 réception provisoire). Si la réception provisoire partielle d un composant affecte un composant déjà réceptionné, les modifications nécessaires seront apportées par l'adjudicataire, à ses frais, avant que le SPF Finances n'accepte la réception provisoire partielle de ce composant. Chaque réception provisoire partielle marque le début de la période de garantie d un an au moins pour le composant concerné. La période de garantie prévue pour les différents composants de la solution proposée doit être expressément mentionnée dans l offre Garantie Le délai de garantie de chaque composant du marché est fixé à un an au moins, à compter de la réception provisoire partielle. Dans son offre, le soumissionnaire précisera la période de garantie pour chaque logiciel et matériel, ainsi que les conditions d application des garanties. Tous les composants logiciels et matériels livrés doivent être neufs. L adjudicataire les garantira contre tout défaut de fabrication, de fonctionnement et de performance. Si certains éléments sont défectueux ou si les fonctionnalités et/ou les performances et/ou le respect des SLA n atteignent pas ou pas entièrement le niveau exigé dans le cahier des charges spécial ou annoncé dans l'offre du soumissionnaire, celui-ci, pourvu que le défaut ne soit pas dû à une utilisation anormale des logiciels ou du matériel, se chargera à ses propres frais de la réparation, de la correction ou du remplacement du matériel défectueux, dans un délai conforme aux dispositions du SLA. Un logiciel défectueux sera remplacé par un logiciel neuf. Le logiciel de remplacement sera couvert par une période de garantie complète. Les systèmes ou éléments défectueux seront remplacés par des systèmes ou éléments neufs. Le délai de garantie sur les pièces de rechange et éléments de remplacement doit être le même que dans l offre initiale. Tous les services prestés dans le cadre de la garantie sont identiques aux services prestés dans le

36 cadre de la maintenance et du support. Durant la période de garantie, les dispositions du SLA en matière de pénalités s appliquent. Si la solution est indisponible pendant la période de garantie, celle-ci sera prolongée d un délai égal à la durée de l indisponibilité. La garantie couvre : La fourniture de pièces de rechange La réparation ou le remplacement sur place des éléments défectueux La correction des paramètres Le renforcement du système s il ne suffit pas pour atteindre le SLA convenu Les heures/homme prestées Les déplacements du personnel de l adjudicataire Les frais de transport des pièces de rechange nécessaires en cas de retour à l usine. L adjudicataire doit assurer la maintenance du système pendant toute la durée du contrat. Le prix de la maintenance doit être spécifié en annexe (annexe D modèle de tableau de prix). L adjudicataire s engage à assurer toutes les opérations de maintenance d'un équipement matériel ou d'un logiciel pendant une période supplémentaire de deux ans, en régie, aux mêmes conditions que pendant les années couvertes par le marché Réceptions définitives La réception définitive est prononcée à la demande du fournisseur, après la fin de la période de garantie et au moins un an après la réception provisoire du dernier composant, pourvu que le SPF Finances n'ait pas formulé de plaintes concernant le bon fonctionnement pendant cette période. En cas d'objection, la réception définitive est reportée jusqu'au moment où le système a fonctionné correctement pendant une période ininterrompue d'un an. La réception définitive sera consignée dans un procès-verbal signé par l'adjudicataire et le SPF Finances. Le SPF Finances dispose d'un délai de 15 jours à compter de la demande de l'adjudicataire pour rédiger le procès-verbal d'acceptation qui autorise la réception. La réception définitive ne s accompagne d aucun paiement Frais de réception Tous les frais liés aux tests d'acceptation, à la réception provisoire et à la réception définitive sont à la charge de l'adjudicataire Modalités de réception L'exécution des services sera suivie de près par un ou plusieurs représentants du pouvoir adjudicateur. L'identité de ces personnes sera communiquée à l'adjudicataire au début de l'exécution des services Facturation et paiement des fournitures/services L'adjudicataire envoie ses factures (en deux exemplaires) à l'adresse suivante : SPF Finances Service d'encadrement Budget & Contrôle de gestion Comptabilité ICT Bd Roi Albert II 33, bte BRUXELLES

37 Les paiements seront effectués après exécution et acceptation des prestations, pourvu que le pouvoir adjudicateur soit en possession de la ou des factures, accompagnées du procès-verbal de réception provisoire partielle. Le paiement sera effectué dans un délai de 50 jours calendrier à compter de la réception de la facture. Les intérêts de retard seront calculés suivant l'article 15, 4 du Cahier des charges général. La facture doit être établie en euros (EUR), en deux exemplaires. Le SPF Finances accepte et paie exclusivement les factures de l'adjudicataire, à l'exclusion des éventuels sous-traitants. Les éléments 'à prix fixe ne sont facturés qu après la réception provisoire. Les redevances périodiques de maintenance sont facturées par mois. Elles peuvent être facturées anticipativement. Les fournitures sont facturées à terme échu. Les droits de licence sont facturés au début du terme. Les frais des services (services complémentaires/de support) à prester après la réception provisoire peuvent être facturés après leur achèvement. Les formations seront facturées dès qu'elles seront achevées. Les jours/homme supplémentaires seront facturés à la fin de chaque période d un mois calendrier Engagements particuliers de l adjudicataire Tous les résultats et rapports produits par le prestataire de services lors de l'exécution de ce marché, sont la propriété du pouvoir adjudicateur et ne peuvent être publiés ou communiqués à des tiers qu'avec l'autorisation écrite du pouvoir adjudicateur. Le prestataire de services et ses collaborateurs sont liés par un devoir de réserve concernant les informations dont ils prennent connaissance dans l'exécution de ce marché. En aucun cas, ces informations ne peuvent être communiquées à des tiers sans l'autorisation écrite du pouvoir adjudicateur. L'adjudicataire peut cependant citer ce marché en guise de référence. Tous les renseignements dont le personnel de l'adjudicataire sera amené à prendre connaissance dans le cadre de sa mission, tous les documents qui lui sont confiés, tous les entretiens auxquels il participe, sont considérés comme strictement confidentiels. Les informations dont il est question ici : peuvent être enregistrées sur n'importe quel type de support d'information, comme le papier, un film, une bande magnétique, un disque, une disquette, un montage intégré, etc. ; peuvent être communiquées au prestataire de services oralement, par une démonstration et/ou par la transmission d'un support d'information qui contient l'information considérée ou peuvent venir à la connaissance du prestataire de services à l'occasion de l'exécution du présent marché ou d'une mission confiée par le SPF Finances dans le cadre du présent marché ; peuvent, en tout ou en partie, consister par exemple en études, modes d'emploi, plans de conception, plans de fabrication, descriptions techniques, plans de détail, spécifications fonctionnelles, procédures, programmes d'ordinateur, codes exécutables, calculs, etc. Le prestataire de services s'engage à garder secrètes, tant pendant qu'après l'exécution du marché, toutes ces informations confidentielles, de quelque nature que ce soit, qui lui seront communiquées ou dont il aura eu connaissance au cours de sa mission. L'adjudicataire garantit le respect de la confidentialité des données par son personnel et ses soustraitants. Il s'engage à ne pas communiquer de données confidentielles à des tiers, y compris les filiales éventuelles et les autres entreprises avec lesquelles il peut être associé. Aux membres de son

38 personnel et du personnel de ses sous-traitants qui sont directement impliqués dans le marché, il ne communiquera que les données nécessaires à l'exécution de leur tâche dans le cadre du marché. Les obligations énoncées ci-dessus ne sont pas applicables aux informations du SPF Finances : dont l'adjudicataire peut démontrer par un moyen acceptable par le SPF Finances qu'elles étaient déjà en sa possession au moment où elles lui ont été communiquées pour la première fois par le SPF Finances ; qui, au moment où elles ont été connues par le SPF Finances, étaient déjà publiques ; qui, après qu'elles ont été connues par le SPF Finances, ont été rendues publiques autrement que par le fait de du prestataire de services ; ou que l'adjudicataire a obtenues d'un tiers qui disposait de bonne foi de l'information du SPF Finances et qui était autorisé à la communiquer à l'adjudicataire. Le prestataire de services s'engage : à ne pas copier tout ou partie de l information du SPF Finances, si celle-ci se trouve sur un support mis à disposition par le SPF Finances ; à ne pas saisir tout ou partie de l'information du SPF Finances sur un support quelconque, dans le cas contraire, sauf pour l'exécution des missions qui lui sont confiées par le SPF Finances et dans la mesure du nécessaire. Toute l'information mise à la disposition de l'adjudicataire par le SPF Finances et tout support d'information, contenant de l'information du SPF Finances, mis à la disposition de l'adjudicataire par le SPF Finances, reste l'entière propriété du SPF Finances, de même que tout support d'information sur lequel l'adjudicataire aura copié ou enregistré de l'information du SPF Finances est l'entière propriété du SPF Finances. Le SPF Finances a le droit, à tout moment, de demander à l'adjudicataire de lui remettre tout ou partie des supports d'information sur lesquels l'adjudicataire aura stocké de l'information du SPF Finances. L'adjudicataire s'engage à remettre immédiatement les supports réclamés et sans les copier. L'adjudicataire s'engage en outre à remettre au SPF Finances, à l'issue de l'exécution du marché et sans délai, tous les supports d'information qui contiennent de l'information du SPF Finances et qui ont été mis à la disposition de l'adjudicataire pour l'exécution du marché, pour autant que ces supports d'information n'aient pas déjà été remis au SPF Finances. Toute information du SPF Finances reste la propriété du SPF Finances. Par la mise à disposition d'informations du SPF Finances, celui-ci ne concède au prestataire de services, ni explicitement ni implicitement, aucun droit à licence sur les brevets, droits d'auteur ou autres droits intellectuels. L'adjudicataire s'engage à s'abstenir de toute utilisation industrielle de l'information du SPF Finances. Il s'engage à ne pas utiliser l'information du SPF Finances à d'autres fins que l'exécution du présent marché ou d'une mission à lui confiée par le SPF Finances dans le cadre du présent marché. L'adjudicataire est responsable de tout dommage dont le SPF Finances serait victime du fait du nonrespect par lui-même ou par les membres de son personnel d'obligations qui lui incombent en vertu du présent article Propriété Les études, architectures et développements éventuellement produits par les membres du personnel de l'adjudicataire, la documentation correspondante, et en général tout document directement ou indirectement généré par le personnel de l'adjudicataire pendant l'exécution du présent contrat, ainsi que les droits de propriété intellectuelle y afférents, deviennent, à leur naissance, la propriété du SPF Finances

39 Il est interdit au personnel de l'adjudicataire d'emporter des documents appartenant au SPF Finances, sauf si les nécessités de la tâche l'imposent, notamment dans les déplacements entre les différents sites du SPF Finances Publicité - Références Ni l'adjudicataire ni ses sous-traitants ne peuvent publier de communication, communiqué de presse, rapport d'étude informatif ou toute autre forme d'avis public concernant le projet sans l'autorisation écrite et préalable d'un représentant autorisé du SPF Finances Livrabilité du système proposé L'équipement, les logiciels système (hormis les parties spécifiques à développer dans le cadre du projet) et les programmes d'application proposés doivent être officiellement disponibles et livrables commercialement au moment de la soumission de l'offre. Leur maintenance éventuelle doit également être disponible (il ne peut donc s'agir de versions beta, de pré-releases, etc. ) Évolution technologique Si, avant l'expiration du délai de livraison, une évolution technologique donne naissance à des logiciels (programmes, plug-ins) plus avancés en termes de performances ou de fonctionnalités, l'adjudicataire est tenu d'en avertir le pouvoir adjudicateur et de proposer le remplacement, sans que cela entraîne un supplément de coût pour le SPF Finances. Le pouvoir adjudicateur est libre d'accepter ou de refuser la proposition Transférabilité L'adjudicateur remettra à un tiers de confiance ou au SPF Finances toutes les informations nécessaires pour transférer le contrat afin que le SPF puisse effectuer toutes les opérations nécessaires au bon fonctionnement ou à l'évolution de la solution ou pour en confier l'exécution à un tiers si l'adjudicataire ou un de ses sous-traitants reste en défaut (cessation de ses activités ou rupture du contrat). À la fin du contrat, que ce soit par expiration ou rupture, l'adjudicataire prêtera de bonne foi son concours au SPF Finances afin que celui-ci ou un tiers puisse poursuivre sans difficulté les prestations exécutées dans le cadre du contrat. À partir du début de la période de transférabilité, l'adjudicataire s'engage à restituer au SPF Finances tous les éléments nécessaires à la production de l'informatique et tous les documents appartenant au SPF. Les méthodes et procédures instaurées durant les prestations sont la propriété du SPF Finances. Aussi, en cas de rupture ou de non-renouvellement, l'adjudicataire proposera au SPF Finances un plan de transition spécifiant en détail les dispositions et conditions relatives aux tâches à accomplir pour fournir l'information nécessaire à la bonne transition, avec un calendrier de ces tâches. L'adjudicataire s'engage à faire établir ce plan de transition par des personnes faisant partie de l'équipe chargée du contrat, sans supplément de frais pour le SPF Finances. Après 5 ans, tous les équipements et les logiciels appartiennent au SPF Finances. Le SPF Finances a toujours la faculté de demander à l'adjudicataire de reprendre le matériel et les logiciels qui se trouvent au SPF Finances. Toutes les opérations en relation avec la transférabilité incombent à l'adjudicataire. Il s'agit notamment de : la mise à disposition de toutes les procédures nécessaires à la gestion du système livré ;

40 la mise à disposition de documents de synthèse, bilans et autres rapports de réunion constituant le dossier de suivi ; la formation et l'information des représentants du nouveau fournisseur ; le transfert des données. Le soumissionnaire explique au minimum comment il compte aborder les éléments ci-dessus, en ajoutant les informations supplémentaires qu'il juge utiles Moyens de défense à la disposition de l'administration - Litiges Les moyens de défense du SPF Finance sont prévus aux articles 20 et 75 du Cahier général des charges (annexé à l'arrêté royal du 26 septembre 1996). Le marché doit être élaboré, conçu et exécuté conformément au droit belge. Les parties s'engagent à accomplir leurs obligations de bonne foi et à collaborer en vue de la réussite de l'opération. Les litiges relatifs aux obligations résultant des dispositions qui régissent le marché doivent être réglés en concertation. Avant de recourir à d'autres moyens, les parties doivent tenter de régler l'affaire à l'amiable. À cette fin, la partie la plus diligente avertira l'autre partie de la mauvaise exécution du contrat par simple lettre recommandée. Si possible, cette notification s'accompagnera d'une proposition de solution. L'autre partie dispose d'un délai de 15 jours à compter de l'envoi de la lettre recommandée pour en confirmer la réception et accepter la solution proposée. Faute d'accord et avant toute action en justice, les parties tenteront de trouver un compromis par des négociations qui commenceront dès qu'il apparaîtra que l'affaire ne peut être réglée à l'amiable. Les négociations auront lieu à l'adresse visée au point 1.1 de la Partie A, en présence des personnes désignées à cet effet par les deux parties. Sauf conventions différentes, les négociations ne pourront excéder une durée de 30 jours calendrier, à compter de la première lettre recommandée. Un litige relatif à l'exécution de ce marché sera de la compétence exclusive des tribunaux de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles. La langue véhiculaire est le français ou le néerlandais. En aucun cas, le pouvoir adjudicateur ne peut être tenu pour responsable des dommages causés aux personnes ou aux biens en conséquence directe ou indirecte des activités nécessaires à l'exécution du contrat. Le prestataire des services se porte garant envers le pouvoir adjudicateur contre toute demande de dommages et intérêts formulée par des tiers à son encontre dans le cadre du marché

41 3. PARTIE C : Description du marché Remarque : Tous les points ci-dessous concernent les deux lots, sauf mention spécifique précisant que le point en question ne s applique qu à un lot déterminé. 3.1 Teneur du marché Généralités Depuis 2003, on vise la mise en place d'une plate-forme centrale de traitement et de stockage qui permettra de mener à bien les projets Coperfin avec la garantie d'un haut degré de disponibilité et de performances. La plate-forme a été réalisée dans le cadre du projet ATLAS. Elle se compose d une plate-forme centrale de stockage (SAN directors Brocade et systèmes de stockage EMC) et d une plate-forme centrale de traitement (machines Fujitsu Siemens Primepower avec le système d exploitation Solaris). Depuis, la plate-forme ATLAS a pris des proportions importantes, voire critiques, en termes de stockage comme de traitement. Le renouvellement de la plate-forme est un projet très important, aux conséquences majeures. Il touche à l'essence de l'activité ICT du SPF Finances. Le but du présent dossier est de garantir la continuité des solutions de stockage en place, de prévoir les extensions nécessaires pour faire face à la croissance des besoins en capacité, et de veiller à l'évolution technologique de cette plate-forme importante. Le marché concerne donc la fourniture et la mise en place d un environnement de stockage rénové. Le marché de la rénovation des traitements est en cours et ne fait pas partie du présent cahier des charges. Le pouvoir adjudicateur souhaite insister sur les points suivants : La capacité et la qualité de la solution souhaitée doivent être à même de répondre à la totalité des besoins de tout le SPF Finances en matière de stockage La solution n est pas statique mais dynamique : cela signifie qu elle doit pouvoir évoluer avec les futurs besoins qui verront le jour au sein du SPF Finances La réplication des données entre les systèmes de stockage des deux centres informatiques du SPF Finances est au cœur de la solution disaster recovery mise sur pied au fil de ces dernières années. Elle exercera donc un impact crucial sur le présent marché Le pouvoir adjudicateur souhaite réutiliser certains composants de l environnement de stockage existant et en remplacer d autres ou passer à des technologies plus avancées. En particulier, le pouvoir adjudicateur souhaite conserver les composants de stockage actuellement utilisés dans les environnements mainframes. Le marché distingue 2 lots : Lot 1 : Stockage en ligne et hors ligne SAN avec éléments de gestion SAN Lot 2 : Archivage avec conformité L environnement existant Dans l environnement de stockage ATLAS, on distingue les composants suivants : 1. SAN Switching fabrics Switches et directors SAN (Brocade) 2. SAN Online storage Symmetrix high-end, Clariion middle-tier 3. SAN Offline Storage Tape robots, virtualisation des bandes, serveurs de back-up, logiciels de back-up 4. SAN Global Management ECC (EMC Control Center)

42 5. Archivage avec conformité Centera (en combinaison avec logiciel de gestion documentaire Filenet P8) L environnement actuel supporte une infrastructure redondante pour les systèmes critiques du SPF Finances. Cette infrastructure est répartie sur 2 centres informatiques distincts. Elle se compose d une multiplicité de systèmes, dont certains sont virtualisés. Il importe également de savoir que ces systèmes font l objet d un monitoring permanent. Autrement dit, les systèmes de monitoring et l environnement de stockage sont intégrés. Le stockage est exploité par le biais de différentes classes de stockage. L environnement est décrit plus en détail à l annexe G. 3.2 Exigences techniques pour l ensemble du marché Relations avec l environnement actuel et les normes (ICT) L environnement de stockage actuel est issu d une série de projets étalés dans le temps. Il réunit des composants dépassés et des éléments récents. Pour cette raison, on a décidé de conserver certains composants, d en remplacer d autres et d en ajouter de nouveaux. Dans le cadre du marché, les composants suivants ne seront ni rénovés, ni étendus : San switching fabrics (switches et directors) Host Bus Adapters Le composant SAN Online Storage Le SPF Finances souhaite ajouter à ce composant un minimum de deux nouvelles storage arrays. L équipement actuel de ce composant, deux arrays Symmetrix et deux arrays Clariion, sera maintenu dans une première phase (voir la feuille de route 3.2.4). Les nouvelles storage arrays doivent être comparables ou supérieures aux arrays Clariion CX3-80 actuelles en termes de fiabilité, de redondance et de performance. Le composant SAN Offline Storage Ici, le SPF Finances souhaite apporter les changements suivants : La solution actuelle Tape Virtualisation, à base de matériel CentricStor, reste en place pour les mainframes du département. Parallèlement, cependant, le SPF Finances souhaite mettre en service une deuxième solution de back-up, spécifiquement destinée aux systèmes ouverts. Le soumissionnaire doit proposer de nouvelles bandothèques. Le logiciel de back-up, EMC NetWorker, sera conservé. Les serveurs sur lesquels le logiciel de back-up est exécuté seront conservés. Le composant SAN Global Management. Pour les besoins de la vue d ensemble et de la gestion de l infrastructure SAN, on utilise actuellement EMC ControlCenter (ECC). Il est vraisemblable que les systèmes Symmetrix et Clariion existants seront encore gérés à l aide de cette solution. Pour les nouvelles storage arrays, le soumissionnaire précisera clairement si le modèle proposé est intégrable dans ECC, et dans quelle mesure. Il n est pas strictement indispensable de pouvoir gérer les nouvelles storage arrays via ECC ControlCenter. Le soumissionnaire peut proposer une autre solution de gestion, qui permet également de gérer les systèmes EMC. Ces éléments doivent figurer clairement dans l offre

43 Le composant archivage avec conformité Le SPF Finances souhaite ajouter à ce composant deux équipements de stockage supplémentaires. L équipement actuel, deux arrays Centera, restera en place. Ce composant fait partie du lot 2. L architecture globale des solutions L offre du soumissionnaire doit expliquer clairement comment il entend tenir compte des composants à conserver, afin d aboutir à un concept global qui renforce et complète les caractéristiques et la qualité de l environnement existant. Il convient en conséquence de faire attention aux aspects cohérence, compatibilité et intégration du concept total stockage. À cet égard, le SPF Finances attire spécifiquement l attention sur les normes ICT (voir 1.3.2). Le marché doit respecter les exigences de ce document, à l exception des normes propres aux composants livrés. Ce dernier terme doit être interprété au sens strict. La mise en place d un composant ne peut entraîner de changement dans une norme qui n est pas strictement liée à ce composant. Le SPF Finances souligne par ailleurs explicitement l absence d exigences spécifiques par rapport à l environnement mainframe existant. En d autres termes, les composants qui se chargent actuellement du stockage en ligne (Symmetrix) et du stockage hors ligne (CentricStor) pour les mainframes restent en place. Ajoutons que le nouvel environnement à installer doit au besoin pouvoir communiquer avec ces composants. Le soumissionnaire décrira les possibilités offertes sur ce plan. Le SPF Finances invite enfin les soumissionnaires à se conformer au maximum aux normes ouvertes. Remarque importante : La réutilisation des composants des systèmes de stockage existants (Symmetrix, Clariion, CentricStor ou tape robots) est à exclure. En revanche, il est permis de réutiliser les licences EMC Networker, ainsi que au choix du fournisseur les licences EMC Powerpath ou EMC ControlCenter. Les switches et directors SAN doivent obligatoirement être réutilisés dans l architecture proposée Continuité de l exploitation de l environnement de stockage Vu l importance de l environnement de stockage, il n est pas admissible que cette infrastructure subisse un arrêt complet en raison de la mise en œuvre de la solution proposée ou d'une partie de solution. Dans son offre, le soumissionnaire doit expliquer comment il entend réaliser la mise en œuvre, en minimisant les arrêts des différents composants importants pour le SPF Finances. S il est admis que certains composants soient arrêtés, cela ne peut en aucun cas entraîner une interruption (ni totale ni partielle) du service de l'environnement de stockage Capacité de la solution à répondre aux besoins futurs Dans son offre, le soumissionnaire doit montrer qu il tient compte des besoins futurs, autrement dit qu il propose une solution facile à étendre, avec la possibilité d y incorporer à l avenir de nouvelles technologies, sans compromettre les prix convenus tels qu ils figurent dans le tableau de prix. Exemple : Pour l espace de stockage sur disque, on demande une structure de prix dégressive dans le temps. Néanmoins, si le SPF demande l extension de l espace de stockage dans quelques années, cela n interdit pas de proposer à ce moment des médias de stockage de meilleure qualité, mais sans supplément de prix, et sans que cela entraîne de surcoût dans un autre domaine de l environnement de stockage. Une adaptation permanente des volumes restera nécessaire en raison des évolutions suivantes : Un nombre croissant d applications (la plupart des projets Coperfin doivent encore être mis en production effective) Un nombre croissant de serveurs (à cause de l extension et de l adaptation permanentes du parc de serveurs) L importance croissante des documents numérisés dans l exécution des processus du SPF Finances fait que les volumes vont fortement augmenter

44 3.2.4 Feuille de route pour les installations prévues On trouvera ci-dessous une feuille de route indicative pour les installations et les extensions du matériel à mettre en service dans le cadre des lots 1 et 2. Feuille de route lot 1 : Période Jalon 1 Publication du cahier des charges ATLAS2009- STORAGE lot 1 2 (décembre 2009) Attribution du marché 3 (avril-juin 2010) Livraisons et installations du matériel pour le stockage en ligne et hors ligne en (mai 2011) Mise en service de la solution back-up et hors ligne d ATLAS1 (pour les systèmes ouverts) 5 (juin 2011) Extension en ligne et hors ligne en (mai 2012) Mise hors service du stockage en ligne (Symmetrix et Clariion pour systèmes ouverts) d ATLAS1 7 (juin 2012) Extension en ligne et hors ligne en (juin 2013) Extension en ligne et hors ligne en 2013 Feuille de route lot 2 : Période Jalon 1 Publication du cahier des charges ATLAS2009- STORAGE lot 2 2 (décembre 2009) Attribution du marché 3 (avril-juin 2010) Livraisons et installations du matériel pour le stockage CAS en 2010 et intégration à FileNet P8 5 (juin 2011) Extension du stockage CAS pour l archivage en (juin 2012) Extension du stockage CAS pour l archivage en 2012 (y compris la capacité nécessaire pour reprendre les objets stockés sur les systèmes Centera actuels) 8 (juin 2013) Extension du stockage CAS pour l archivage en Cohérence mutuelle et intégration des composants de la solution Parallèlement aux exigences de compatibilité visées sous 3.2, le soumissionnaire décrira aussi la cohérence, la compatibilité et l intégration entre les composants offerts. L offre comprendra les arguments nécessaires pour justifier le fait qu un niveau déterminé de cohérence et d intégration est atteint ou ne l est pas. La compatibilité et la cohérence doivent être établies sans équivoque, par exemple à l aide d un certificat ou d une référence opérationnelle comparable Architecture et redondance En ce qui concerne l architecture, le soumissionnaire est invité à se rapprocher le plus possible de l environnement actuel. Le SPF Finances n acceptera un changement d architecture que s il apporte des avantages manifestes par rapport à l existant, et dans la mesure où tous les coûts (au sens le plus large du terme) qui en résultent sont à la charge du fournisseur. On consacrera l attention nécessaire à l'aspect disaster recovery. Cela signifie que la solution proposée doit être identique sur les deux sites, et que l on tiendra compte de la réplication des

45 données. Il doit par exemple être possible de travailler avec des copies synchronisées des données critiques. Il incombe au soumissionnaire de déterminer le niveau nécessaire de redondance dans les différents équipements, compte tenu de l architecture visée. Le soumissionnaire décrira en détail les mesures prises dans ce cadre, et produira une analyse des conséquences d un dysfonctionnement ou d une panne d un ou plusieurs composants. La solution sera évaluée suivant sa solidité technique. Les éléments suivants constituent une liste non exhaustive des aspects qui seront pris en compte : La disponibilité de certaines données sur les deux sites est d une importance primordiale : en cas de catastrophe sur un site, les données de l autre site doivent être sécurisées. Les éléments centraux doivent présenter un niveau de disponibilité particulièrement élevé : par exemple, le réseau SAN d un site ne peut devenir indisponible sous l effet de la défaillance d un seul élément ; la panne d une ligne entre les deux sites d exploitation ne peut entraîner l isolement des deux sites. Certaines fonctions sont sujettes à des pannes plus fréquentes que d autres (ventilateurs, alimentations, disques...). Ces éléments doivent être redondants. Dans la mesure du possible, des éléments de réserve et d attente seront disponibles ( hot spares ), et le remplacement des éléments défectueux pourra être réalisé sans interruption du service. Via une organisation spécifique de certains systèmes (par exemple clustering, répartition du système en secteurs dynamiques), on pourra raccourcir les périodes d indisponibilité des systèmes en cas de problème, ou limiter les conséquences d un problème à des pertes de performance sans disparition totale du service concerné Technologies de back-up et de point-in-time recovery Pour préciser la portée du présent marché, on fait une distinction entre les technologies suivantes de point-in-time recovery, de back-up et de médias (par type d hôte : mainframes ou systèmes ouverts) : Type d hôte Technologie In scope/out of scope Déjà utilisé au SPF FIN? Mainframe Point-in-time recovery dans le Out of scope Oui stockage primaire Accès direct aux bandes sur des unités dédiées Out of scope Oui Virtual tape access Out of scope Oui Systèmes Réplication locale point in time dans In scope Non ouverts le stockage primaire (***) Direct tape access par hôtes Out of scope Non Direct tape access par Networker backup server(s) ou storage nodes In scope (**) (peut être proposé en tant qu élément de Non (*) Virtual tape access (ou disk library access) par Networker backup server(s) ou storage nodes Network attached backup storage access par Networker backup server(s) ou storage nodes SAN attached storage access par Networker backup server(s) ou storage nodes l infrastructure) In scope (peut être proposé en tant qu élément de l infrastructure) In scope (peut être proposé en tant qu élément de l infrastructure) In scope (peut être proposé en tant qu élément de l infrastructure) Oui Non Oui (seulement VTL) (*) Les Networker backup servers / storage nodes n utilisent que les unités virtuelles de Centricstor VTL (**) Seulement pour la réorganisation des back-ups avec délai de rétention > 1 mois

46 (***) Les miroirs locaux point in time et snapshots servent seulement à mettre les données à la disposition d autres hôtes ; les miroirs locaux des systèmes ouverts ne servent pas à des fins de restauration Valeurs techniques annoncées Toutes les valeurs techniques annoncées dans l offre doivent pouvoir être justifiées. La justification peut revêtir différentes formes : Chiffres officiels disponibles concernant la configuration proposée : la configuration proposée a fait l objet de tests reproductibles, les résultats obtenus ont été vérifiés par un organisme indépendant, et les chiffres officiels ont été publiés. Le soumissionnaire remet au SPF Finances un exemplaire de ces chiffres. Chiffres officieux disponibles concernant la configuration proposée : la configuration proposée a fait l objet de tests reproductibles ; les résultats des tests sont documentés et disponibles. Le soumissionnaire remet cette documentation au SPF Finances. Il n existe pas de chiffres officiels ni officieux, mais on peut estimer les chiffres demandés à partir de chiffres officiels et/ou officieux, suivant un calcul déterminé. Le soumissionnaire fournit la documentation de ce calcul, la documentation des chiffres officiels et/ou officieux, ainsi que les notes de calcul qui autorisent l estimation demandée Gestion de la solution La solution proposée doit pouvoir être gérée par le personnel du SPF Finances, avec l aide du personnel de l adjudicataire (voir aussi à ce sujet 3.5.2). Le SPF Finances souhaite retrouver dans la solution proposée au moins les fonctionnalités dont il dispose actuellement en matière de gestion. Le soumissionnaire expliquera comment les différents éléments pourront être gérés, via une plateforme commune ou non. Il détaillera les fonctionnalités, l intégration des composants en termes de gestion, et le sort à réserver aux éléments de gestion des composants de l environnement actuel conservés, en particulier ECC et HP OpenView. Il expliquera par ailleurs les possibilités de ces fonctions de gestion en termes d extensions futures, non seulement dans le cadre de ce cahier des charges, mais aussi dans le cadre des extensions à réaliser dans d autres contextes (p.ex. espaces de stockage acquis via un autre marché) Licences Le soumissionnaire garantit que toutes les licences dont le SPF Finances a besoin pour l exploitation propre sont comprises. Les factures doivent mentionner explicitement les licences fournies. Le fournisseur ne peut imposer de limitations à l utilisation des licences par le SPF Finances. Le transfert des licences entre systèmes comparables doit être possible. Le prix des licences doit être compris : Par téraoctet pour les fonctionnalités dépendant de la capacité des systèmes, notamment la réplication, la déduplication et le mirroring local Par installation pour le logiciel de gestion et les composants du logiciel client. On fera une distinction entre le prix d achat des licences et le support des licences. Le modèle de licence doit être expliqué en détail pour tous les éléments. Les licences éventuelles dont le fournisseur a besoin (p.ex. mises à la disposition de son personnel dans le cadre du marché pour le remote mirroring ou d'autres usages) doivent être facturées séparément. Voir à ce sujet la configuration de référence aux paragraphes (lot 1), (lot 1) et (lot 2), ainsi que la liste de prix de l'annexe B

47 Disponibilité Le système proposé doit être disponible en permanence. La disponibilité est décrite par rapport au SLA proposé (voir 3.8). Le soumissionnaire étoffe son offre à l aide des statistiques nécessaires (p.ex. MTBF...) pour établir la robustesse de sa proposition Surveillance Dans son offre, le soumissionnaire indique à quels niveaux et pour quels composants il prévoit une surveillance à distance Data rooms On trouvera à l annexe I les limitations physiques des data rooms dont il convient de tenir compte Câblage et câbles à prévoir Tout le câblage nécessaire à la connexion des systèmes au SAN (éventuellement via le précâblage existant), au LAN et au réseau électrique doit être spécifié dans l offre. L offre précisera aussi tous les câbles à prévoir pour l interconnexion des systèmes Définitions à appliquer Téraoctet (To) : (1024) 4 octets/bytes (et non 1000 milliards d octets/bytes) Nombre d octets Octet Kilooctet Mégaoctet Gigaoctet Téraoctet Pétaoctet 2^0 2^10 2^20 2^30 2^40 2^

48 3.3 Exigences techniques des composants individuels SAN/NAS Online Storage (Lot 1) Le fournisseur doit proposer une solution de stockage en ligne composée de matériels, de logiciels et de services pour le stockage des données, et répondant aux principes suivants : Intégrable dans l environnement SAN existant Architecture ouverte Évolutive Usage efficace de la capacité des disques Gestion centralisée de toutes les storage arrays proposées Sécurisation des données par des mécanismes Raid, réplication et/ou hot spare, dans chaque storage array, avec réplication entre les storage arrays du même ou d'un autre centre informatique Garantie de qualité et de performance Solution à long terme, avec feuille de route technique claire et modèle financier prédictible Exigences matérielles Au moins un média de stockage doit être prévu dans chaque centre informatique. Chaque média de stockage contiendra les données actives des systèmes du centre informatique où le support est installé. Ces données actives doivent être entièrement ou partiellement répliquées sur le média de stockage de l autre site. En ce qui concerne les nouvelles storage arrays (minimum une sur le site de production et minimum une autre sur le site de disaster recovery), leurs spécifications seront au moins comparables mais de préférence meilleures que celles des storage arrays 2 tier actuelles (les caractéristiques essentielles figurent ci-dessous). Les storage arrays doivent répondre aux spécifications suivantes : Mécanismes de type RAID pour garantir la disponibilité des données Possibilité de réaliser toutes les interventions et upgrades sur le matériel et les logiciels sans interrompre le service Possibilité d utiliser des disques Fiber Channel, SATA et solid state Connectivité front-end du type Fiber Channel Détection automatique des erreurs et SNMP trap forwarding Fonctionnalité dial-home Outre la description générale, le soumissionnaire est invité à expliquer les éléments suivants de la configuration (le cas échéant, la limite de l équipement tier 2 actuel est précisée entre parenthèses) : L architecture générale des storage arrays proposées (architecture Active/passive controller ou équivalent/mieux) Le nombre maximum de disques par storage array (actuellement : 480) La capacité maximale par storage array Les types de disques et les combinaisons possibles (vitesse de rotation et capacité), ainsi que les éventuelles limitations imposées aux combinaisons de types de disques La connectivité front-end/back-end Le nombre de ports Front-end FC et leur débit (actuellement : 2 x 4 ports 4Gbps) Le Back-End (actuellement : 2 x 4 FC Arbitrated Loops 4 Gbps) Les niveaux RAID (actuellement : 0,1,1/0,3,5,6) La capacité de la mémoire cache des storage arrays (actuellement : 2 x 8 Go) et les 'cache set-ups applicables Le nombre maximum de LUN (actuellement : 2048) par storage array, avec leur taille maximale Le nombre maximum de LUN attribuable à un hôte (actuellement : 128) Le nombre maximum d hôtes par array (actuellement : 256 hôtes avec dual path) Les formes possibles de réplication des données : p.ex. mirrors, snapshots

49 Le débit des storage arrays proposées dans différentes conditions (par exemple : réplication synchrone ou asynchrone du stockage entre les 2 arrays, accès direct (random) aux fichiers, accès séquentiel aux fichiers pour la migration des données ) Les éventuelles limites de la réplication, ainsi que son impact sur la performance dans une storage array et entre storage arrays Le matériel externe nécessaire à la gestion des storage arrays. Remarque : ce matériel externe doit être compris dans l offre du soumissionnaire. Le soumissionnaire répondra par ailleurs aux questions suivantes : Si la réplication des données entre les deux centres informatiques ne passe pas par le SAN existant, quel est le matériel nécessaire pour la réplication des données entre les deux centres? Ce matériel doit être inclus dans l offre. Quelles sont les possibilités d accès à distance pour les besoins du support? Les systèmes présentent-t-il des fonctionnalités dial-home? Quels sont les types d intervention possibles via remote access et dial-home? Quelle est la technologie dial-home proposée? Les systèmes proposés doivent présenter un très haut degré de disponibilité. Toutes les interventions et opérations de maintenance du matériel et du firmware sont-elles possibles sans interrompre la disponibilité? Dans la négative, quelles sont les interventions qui provoquent une interruption de la disponibilité? Que prévoit-on sur le plan des disques 'hot spare' et des autres mécanismes de sécurisation? En ce qui concerne les facteurs ambiants, l offre doit préciser au minimum ce qui suit : Les dimensions et le poids des éléments matériels ; on confirmera également que les éléments matériels sont adaptés aux caractéristiques du centre informatique (voir annexe) ; Les besoins de l équipement en termes d alimentation électrique et de refroidissement (pour la capacité initialement proposée mais aussi pour la capacité maximale des storage arrays) ; Les propriétés des systèmes qui permettent de réduire les besoins en alimentation électrique et en refroidissement ; Le nombre de ports SAN et LAN nécessaires par centre informatique pour pouvoir connecter les systèmes aux réseaux, avec la bande passante requise Exigences logicielles En ce qui concerne les composants logiciels proposés pour la gestion, l offre décrira les points suivants, qui constituent des exigences minimales : L interface générale pour les storage administrators : La fonctionnalité des différents produits de gestion de l environnement de stockage, y compris la gestion de la capacité ; Comment les composants Brocade (Switches et Directors) et EMC (Clariion et Symmetrix) peuvent-ils être gérés avec le logiciel de gestion proposé? L intégration des composants existants est souhaitable, mais ne constitue pas un élément obligatoire du marché. Le soumissionnaire peut proposer un logiciel alternatif pour la gestion des storage arrays. Les possibilités d un logiciel alternatif seront décrites en détail. L intégration avec HP OpenView Operations for Windows (version 8.10) constitue un élément obligatoire du marché ; Les possibilités de rapportage de la topologie SAN ; La mesure dans laquelle le logiciel de gestion permet de gérer l affectation et l'utilisation des disques des ressources virtualisées au niveau hôte, dans le cas spécifique de l utilisation de VMWare ESX infrastructure 3.x et de Veritas Storage foundation. Les possibilités d automatisation du storage provisioning La possibilité de définir les profils utilisateurs et de centraliser leur gestion Les possibilités d intégration de la gestion des utilisateurs avec LDAP et/ou Active Directory La gestion des fonctionnalités de réplication (snapshot, mirroring local ou remote, etc) Les possibilités de rapportage (au niveau des storage arrays, SAN switches et hôtes) La surveillance en ligne de la performance de la capacité au niveau des storage arrays La possibilité d intégrer les faults et traps dans le logiciel de gestion central HP OpenView (Network Node Manager et/ou HP Operations for Windows)

50 La façon dont le logiciel de gestion sera intégré dans le logiciel de gestion central. En ce qui concerne les composants logiciels proposés pour la connectivité hôte et le multipathing, l offre décrira : Comment les médias de stockage peuvent être adressés par deux voies séparées Les protocoles supportés Les composants logiciels sur les hôtes La mesure dans laquelle l utilisation de EMC Powerpath reste possible, ou les alternatives permettant de garantir la connectivité entre les hôtes, les systèmes EMC existants et les nouvelles storage arrays proposées Les systèmes d exploitation pris en charge, soit au minimum : Windows 2003 server (32 et 64 bits), Windows 2008 server (et versions ultérieures) Linux ( les distributions prises en charge doivent être spécifiées dans l'offre) VMWare ESX 3.0 et versions ultérieures Solaris 9 et 10, y compris l utilisation des conteneurs globaux et locaux AIX v 5.2 et 5.3 HP-UX 11 v 2 Il convient de prévoir le support des clusters de systèmes d exploitation et des volume managers suivants : Windows 2003 OS cluster VMWare ESX 3.0 cluster AIX 5.2 et 5.3 HACMP Symentac Veritas Storage Foundation et Volume manager 5.0 HA Sun Volume manager Les licences nécessaires par hôte ou plate-forme de virtualisation ; l offre doit prévoir au minimum les licences pour les systèmes d exploitation suivants : Windows 2003 server (32 et 64 bit) et versions ultérieures (nombre de serveurs = 38) Linux (nombre de serveurs = 10) VMWare ESX 3.0 et versions ultérieures (nombre de serveurs physiques = 32, prévision d extension à 75) Solaris 9 et 10, y compris l utilisation des conteneurs globaux et locaux (nombre de serveurs = 49) AIX v 5.2 et 5.3 (nombre de serveurs = 15) HP-UX 11 v 2 (nombre de serveurs = 1) Détail du nombre d'hôtes connectés au SAN par système d exploitation : voir annexe G. Les éventuelles licences complémentaires requises pour les composants bases de données ou applications. Les licences logicielles pour les composants de gestion centralisée et pour l'exploitation des médias de stockage doivent figurer dans l'offre. Celle-ci expliquera au minimum : Le modèle de licences utilisé Par média de stockage, il convient de prévoir les licences pour les deux centres informatiques. Le soumissionnaire doit décrire l impact de la croissance de la capacité sur les licences. Voir à ce sujet la configuration de référence définie sous Les licences pour la duplication des données à l intérieur des médias de stockage doivent être spécifiées. Le fournisseur doit spécifier les licences proposées pour les snapshots, miroirs locaux, copies point-in-time, etc, avec l impact de la croissance de la capacité sur ces licences. Voir à ce sujet la configuration de référence définie sous Thin provisioning virtual provisioning surallocation En ce qui concerne les nouvelles storage arrays, le SPF Finances demande une possibilité d utiliser plus efficacement l espace disque physique via l allocation dynamique et la surallocation ( overallocation ). Le soumissionnaire décrira au minimum les possibilités de thin/virtual provisioning et surallocation, ainsi que les systèmes d'exploitation dans lesquelles le thin/virtual provisioning sera supporté

51 Virtualisation Par virtualisation du stockage, on entend généralement la virtualisation des données et des control paths entre l hôte et les systèmes de stockage. Cette technologie est aussi appelée virtualisation LUN. Il existe plusieurs technologies et modes de virtualisation, notamment : 1. Host-based virtualisation 2. In-band virtualisation (1 e génération) : le data path passe toujours par le moteur de virtualisation 3. Out-of-band virtualisation (2 e génération) : la création du data path passe par le moteur de virtualisation, mais ensuite, on utilise un data path direct entre l hôte et le système de stockage 4. Storage medium based virtualisation. Ce type de virtualisation doit permettre les migrations de données entre systèmes de stockage hétérogènes et peut simplifier les scénarios de disaster recovery. Parallèlement à la virtualisation LUN, certains systèmes permettent également de crypter les données empruntant le SAN. Le but est de renforcer la sécurité des données. Une offre avec virtualisation est admise dans le cadre du marché. Dans son offre, le soumissionnaire exposera une proposition de virtualisation cohérente avec le reste de la solution offerte. L offre expliquera les arguments en faveur de la virtualisation. Actuellement, la virtualisation LUN n est pas encore utilisée dans l environnement de stockage du SPF Finances, mais le SPF n exclut pas une solution de réplication et de migration de données via la virtualisation du stockage. La virtualisation du stockage peut être proposée dans le cadre d une solution totale avec toutes les garanties de redondance et de qualité demandées pour les médias de stockage. En tout état de cause, le SPF Finances est conscient de la tendance technologique actuelle en faveur de la virtualisation host based. Si une solution de virtualisation du stockage est proposée, il conviendra de supporter non seulement les LUN sur les nouveaux médias de stockage offerts, mais aussi les LUN sur les systèmes Clariion et Symmetrix (seulement les LUN utilisés pour les systèmes ouverts). L offre expliquera au minimum : Les technologies proposées pour la virtualisation du stockage Les limitations relatives aux capacités (nombre maximum de LUN, nombre maximum de ports, débits, etc) Impact détaillé de la virtualisation du stockage sur le SAN existant (nombre de ports nécessaires, extension de la capacité de traitement, etc) Impact détaillé sur les licences pour les hôtes, les composants SAN, la réplication et la migration des données ROI (return on investment) détaillé et chiffré de la solution proposée pour la virtualisation du stockage Migration des données Les systèmes proposées seront utilisés pour : Mettre en place la capacité nécessaire pour les nouveaux hôtes et projets Migrer les données des storage arrays existantes vers les nouveaux médias de stockage Mettre sur pied une infrastructure de stockage à plusieurs niveaux ( tiered ) avec migrations permanentes de données entre les storage arrays. À la phase initiale, la migration des storage arrays existantes vers les nouvelles sera limitée au minimum ; les nouvelles storage arrays serviront surtout aux nouveaux projets. Au fil du temps, cependant, il est vraisemblable qu il faudra migrer régulièrement des données. Nous prévoyons deux sorte de migrations : Migration des applications et données critiques de Symmetrix vers les nouvelles arrays

52 Migration des applications et données moins critiques de Clariion vers les nouvelles arrays. Par ailleurs, les données des systèmes EMC Symmetrix (qui ne concernent pas les mainframes) et EMC Clariion seront migrées sur la nouvelle plate-forme au terme de la durée d utilisation normale de ces systèmes (probablement en 2012). Les migrations de données seront réalisées avec la collaboration des gestionnaires de systèmes du SPF Finances, dans le cadre de l assistance technique visée sous 0. La description portera au minimum sur : La façon dont la solution proposée autorisera les migrations des arrays existantes vers les nouvelles arrays (host based, array to array ) La façon dont un hôte pourra être connecté de façon permanente avec les storage arrays existantes (Clariion, Symmetrix) et nouvelles. Les possibilités demandées ici font partie de la solution totale. À ce titre elles ne peuvent entraîner de suppléments de coûts, quelle que soit leur nature Cryptage Le cryptage n est pas demandé dans la solution existante, mais peut être proposé, pourvu qu il n entraîne pas de supplément de coûts. En tout cas, l offre doit montrer que la solution offerte n interdira pas le cryptage à l avenir Fonctionnalité NAS Afin de répondre aux besoins spécifiques de l environnement de messagerie, le SPF FIN souhaite installer, parallèlement au stockage en ligne SAN évoqué ci-dessus, un environnement de stockage NAS. Cette fonctionnalité NAS peut être proposée via une NAS Gateway faisant appel au stockage des nouvelles storage arrays SAN ou via un NAS avec son propre stockage dédié. Actuellement, l accès aux disques partagés passe toujours par les serveurs Windows connectés au SAN. Les droits des utilisateurs sont définis dans Active Directory. En ce qui concerne la solution d archivage des s, le SPF Finances souhaite remplacer l environnement existant par une solution NAS. En première instance, ce nouveau NAS sera utilisé dans l environnement d archivage des s : Lotus Domino, Windows servers, ESX, Filenet P8, Centera. Cet environnement comporte 6 serveurs Content Engine (CE) (serveurs virtuels Windows) qui doivent accéder à un ou plusieurs systèmes de fichiers partagés, via CIFS. Tous les s sont archivés en continu. Chaque archivé est temporairement enregistré dans le NAS par un serveur CE, avant d être déplacé vers Centera. Cela nécessite un volume dont l importance restera pratiquement constante. Ce volume servira de tampon entre les serveurs CE et Centera. Parallèlement, pour chaque archivé, des données seront enregistrées à des fins de recherche (1 fichier par message). L espace nécessaire à cet effet augmentera annuellement. Le projet se trouvant encore à la phase de mise en œuvre de cet environnement d archivage, il est impossible à ce stade de donner des chiffres précis. Voici les estimations : Taille moyenne de l Ko Nombre d s archivés : s/jour Capacité initiale : 20 To Augmentation annuelle escomptée : 20 To/an Le NAS doit pouvoir faire face à un afflux continu de s par jour en moyenne, émanant de 6 serveurs (=~ moyenne de 28 Mbit/s). Les pointes peuvent aller jusqu au double de ces estimations. Si le soumissionnaire propose une NAS Gateway qui fait appel au SAN pour le stockage, la capacité disque nécessaire au NAS doit être ajoutée à celle du SAN évoqué plus haut

53 Le SPF Finances n'exclut pas d'autres utilisations du NAS à l'avenir Exigences matérielles de la solution NAS Dans chaque centre informatique, il faut prévoir un média NAS qui sera la réplique de l autre. La réplication doit opérer dans les deux sens. La solution NAS doit pouvoir supporter plusieurs types de disques durs : FC et SATA. Les protocoles à prendre en charge sont les suivants : CIFS : oui NFS : oui http(s)/webdav : oui iscsi : non obligatoire FC : souhaitable Les médias NAS doivent répondre aux spécifications suivantes : Mécanismes de type RAID pour garantir la disponibilité des données Possibilité de réaliser toutes les interventions et upgrades sur le matériel et les logiciels sans interrompre le service Support des snapshots (pour le stockage via NAS, le snapshotting doit permettre de prendre des back-ups jusqu'à une fois par heure) Possibilité d utiliser des disques Fiber Channel et SATA Possibilité d utiliser des systèmes de fichiers en clusters avec des serveurs dans les deux centres informatiques Détection automatique des erreurs et SNMP trap forwarding Fonctionnalité dial-home La solution NAS doit disposer d un nombre suffisant d adaptateurs Ethernet (au moins 4 x 10/100/1000 Gb/s) Exigences logicielles de la solution NAS En ce qui concerne la gestion et la surveillance, les exigences sont comparables à celles des storage arrays SAN : auto-call alerting, remote dial-in maintenance... En ce qui concerne les composants logiciels proposés pour la gestion, l offre décrira les points suivants, qui constituent des exigences minimales : L interface générale pour les storage administrators : La possibilité de définir les profils utilisateurs et de centraliser leur gestion. Les possibilités d intégration de la gestion des utilisateurs avec LDAP et/ou Active Directory La gestion des fonctionnalités de réplication (snapshot, mirroring local ou remote, etc). Possibilités de rapportage La surveillance en ligne de la performance de la capacité au niveau des storage arrays La possibilité d intégrer les faults et traps dans le logiciel de gestion centrale HP OpenView (Network Node Manager et/ou HP Operations for Windows) La façon dont le logiciel de gestion sera intégré dans le logiciel de gestion central Les modalités de la protection antivirus Les modalités de la gestion des quotas Capacité initiale demandée et croissance escomptée Dans la configuration initiale, chacune des nouvelles storage arrays doit présenter une capacité disque exploitable de 60 To NET. Quant aux nouveaux NAS storage devices, chacun d eux doit posséder une capacité disque exploitable de 20 To NET. S il est possible de choisir le niveau RAID dans la configuration, on optera de préférence pour le RAID 5. Les disques nécessaires à la réplication entre 2 storage arrays et aux miroirs locaux ne sont pas compris dans la capacité disque exploitable nette

54 L expérience montre que la croissance est difficile à estimer sur un an ; elle l est d autant plus pour une période de cinq ans. Il est donc pratiquement impossible de donner ici une valeur exacte. Ces quatre dernières années ( ), on a observé une croissance des besoins en stockage primaire d environ 50 To par an et par centre informatique pour le stockage SAN, et de 20 To par an pour le stockage LAN (NAS). On s attend à voir ces tendances se maintenir dans les années qui viennent. En guise d indication approximative, nous pouvons escompter une croissance annuelle de 100 To en SAN et 40 To en NAS. Il est vraisemblable, face à cela, que la croissance des besoins en capacité disque physique va probablement reculer légèrement sous l effet des nouvelles technologies (par exemple la surallocation) qui ne sont pas encore en usage ou ne sont pas encore possibles dans nos arrays existantes. Dans le tableau ci-dessous, on trouvera les chiffres pour 2011, 2012 et Ces chiffres sont purement indicatifs Extension future Les besoins en stockage augmentant d année en année, l offre du soumissionnaire doit préciser les limitations que la solution proposée impose à la capacité de stockage à acquérir dans l avenir. Il convient par ailleurs de préciser si la nouvelle capacité pourra ou non être gérée dans le cadre de la solution proposée Configuration de référence lot 1 stockage en ligne Le SPF Finances souhaite pouvoir procéder à une comparaison du coût total de propriété (TCO) sur une période de 4 ans pour les différentes solutions proposées. À cette fin, le soumissionnaire doit spécifier les prix pour la configuration de référence qui doit permettre au SPF Finances de comparer les solutions offertes. Les éléments de la configuration de référence pour le lot 1 figurent aux paragraphes et de ce cahier des charges. La configuration de référence qui servira à comparer les prix du lot 1 (composant stockage en ligne) et le TCO des solutions proposées, doit reposer sur les capacités suivantes : Storage media data center 1 : extension de capacité primaire (*) Extension capacité de stockage primaire NAS (*) au data center 1 Storage media data center 2 : extension de capacité Extension capacité de stockage NAS au data center 2 Année 2010 Année 2011 Année 2012 Année To 50 To 160 To (**) 110 To (***) 20 To 20 To 20 To 20 To 60 To 50 To 160 To (**) 110 To (***) 20 To 20 To 20 To 20 To (*) par 'capacité de stockage primaire', on entend la capacité disque exploitable nette, à l'exclusion de la capacité disque nécessaire pour la protection RAID, le 'ménage' (housekeeping), les hot spares, la réplication à distance ainsi que les snapshots et miroirs locaux (voir paragraphe ). (**) extension de la capacité de stockage de 60 To par an et par centre informatique plus le remplacement de 220 To (= 110 To par centre informatique) d'espace sur les arrays existantes (Symmetrix et Clariion). (***) Vu l'évolution des besoins en stockage, il faudra encore en 2009 un upgrade intermédiaire de la capacité de stockage, à raison de 2 x 60 To (la livraison et l'installation de cette extension ne font pas partie de ce cahier des charges ; le remplacement de l'extension en 2013 en fait partie) ; la colonne 2013 contient donc 50 To pour la croissance normale + 60 To pour la migration des données sur les systèmes existants

55 L estimation de la capacité disque repose également sur les hypothèses suivantes : 40% du stockage primaire SAN doit être répliqué sur une autre disk array du centre informatique distant Pour 10% du stockage primaire SAN, il faut prévoir une fonctionnalité de snapshot ou mirroring local Le timing de l installation des extensions doit être calculé suivant la feuille de route de Tous les éléments du calcul des performances (hautes, moyennes, basses) du composant stockage en ligne figure dans le tableau sous Si la virtualisation de stockage est proposée, la solution de virtualisation doit couvrir tous les LUN sur les systèmes proposés. En 2012, la solution de virtualisation du stockage devra aussi couvrir (après la migration de données) tous les LUN sur les systèmes Clariion actuels (actuellement 375 trois cents soixante-quinze LUN au total pour les deux Clariion) et tous les LUN des systèmes ouverts sur les systèmes Symmetrix actuels (actuellement sept mille deux cents LUN au total pour les deux Symmetrix). Il convient de prévoir les logiciels suivants : Logiciel client (multipathing et management agents) pour 150 hôtes dans le SAN, à l exception des mainframes (voir à ce sujet le tableau de l annexe G, Utilisation actuelle du SAN ) Logiciel de gestion (2 installations serveurs + 10 clients) Logiciel de réplication Logiciels pour miroir locaux et snapshots. Les frais d installation initiaux doivent couvrir le prix de la configuration initiale du matériel et du logiciel, y compris notamment les licences du logiciel de gestion, les licences pour la réplication des données sur les deux centres informatiques, les modules d intégration avec les produits HP OpenView ainsi que les licences des technologies d optimisation des disques. Les extensions annuelles comprennent à la fois l installation des équipements complémentaires et l adaptation des licences logicielles. Il convient de prévoir les licences logicielles pour la réplication complète des données entre les deux centres informatiques. La période de garantie sur le matériel doit être précisée clairement (minimum 1 an). Les frais d entretien seront spécifiés par mois et par téraoctet (To), en fonction de l année calendrier de la maintenance en cours. Tous les frais liés à l exécution du projet, la formation et l assistance à l utilisation opérationnelle du système seront également spécifiés. Les éléments nécessaires au calcul de l assistance pour le lot 1 seront inclus dans la configuration de référence du composant stockage hors ligne (voir ). Remarque importante : L attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que les capacités demandées dans la configuration de référence et les dates citées constituent une indication des commandes réelles et du calendrier de réalisation du projet. Ces éléments, cependant, n engagent en aucune façon le pouvoir adjudicateur, et les commandes effectives pourront différer de la configuration de référence. Les prix unitaires par composants de la solution doivent donc être spécifiés dans le tableau de prix de l annexe B de ce cahier des charges

56 3.3.2 SAN offline storage : backup VTL/disk library tape robot Le fournisseur doit proposer une infrastructure de stockage hors ligne et de back-up composée de matériels, de logiciels et de services pour le stockage des données, et répondant aux principes suivants : Intégrable dans l environnement de back-up existant Architecture ouverte Évolutivité Gestion centralisée de tous les VTL, disk arrays et tape robots Support du logiciel de back-up EMC Networker (celui-ci ne sera pas renouvelé dans le cadre du présent contrat) Garantie de performances à la restauration ; possibilité de prioriser les opérations de back-up et restauration La réalisation des back-ups doit être indépendante de la disponibilité des tape drives et tape robots (surtout en ce qui concerne les back-ups des journaux de transactions des bases de données) Il faut pouvoir conserver les back-ups au moins 1 mois sur disque (VTL ou disk library) (délai à déterminer suivant le tableau des stratégies de back-up) Sécurisation des données par la réplication entre différents médias de stockage hors ligne dans les deux centres informatiques Garantie de qualité et de performance Solution à long terme, avec feuille de route technique claire et modèle financier prédictible Situation actuelle Le schéma détaillé de l infrastructure figure dans les annexes. Voici une représentation schématique de l infrastructure actuelle (sans les systèmes d archivage) :

57 Depuis 2006, le SPF Finances utilise CentricStor en guise de virtual tape library (VTL). Dans une première phase, ce système servait seulement de solutions bandes virtuelles pour l environnement mainframes. En 2007, on a agrandi le cache de CentricStor en vue de l extension de son utilisation aux systèmes Windows et Unix. Comme le montre le schéma ci-dessus, l'environnement de stockage hors ligne repose sur quatre grands composants : Tape robots pour le stockage de back-end sur bandes : les back-ups sur bandes sont conservés au centre informatique distant CentricStor(s) en guise de VTL : les deux systèmes CentricStor sont configurés en mode disaster recovery. Les caches disques sont synchronisés en permanence (via la réplication des disques plutôt que via le transfert par bande) Serveurs de back-up et storage nodes avec logiciel EMC Networker Hôtes : o Mainframes o Hôtes Unix o Hôtes Windows Quand un hôte Windows ou Unix prend un back-up, l opération passe par le logiciel Networker sur le serveur de back-up. Nous faisons une distinction entre les hôtes configurés comme clients Networker et les hôtes configurés comme storage nodes. Un hôte configuré comme storage node enverra les données directement via le SAN (voir schéma cidessus) à CentricStor et les métadonnées au serveur de back-up via le LAN. Si l hôte n est pas configuré comme storage node, les données et les métadonnées sont envoyées au serveur de back-up via le LAN, qui, à son tour, enregistre tout sur le VTL. Pour le back-up des serveurs virtuels sur l infrastructure VMWare ESX, on fait appel à la fonctionnalité de back-up VCB. L architecture de cette solution est décrite à l annexe G. La situation décrite dans le schéma ci-dessus s applique au site de production comme au DRS (disaster recovery site). Pour une description générale et globale de l environnement existant, voyez ANNEXE G : L environnement existant Situation visée Le schéma de l architecture de la situation visée peut être représenté de la façon suivante (sans les systèmes d archivage et les systèmes NAS) :

58 Dans le stockage hors ligne, nous distinguons deux volets : les mainframes : ne font pas partie de ce marché ; les systèmes VTL CentricStor existants resteront en place pour les mainframes ; les systèmes ouverts (Windows, Unix, Linux) : font l objet du présent marché Exigences matérielles de la solution de back-up Dans chaque centre informatique, il faut prévoir un média de back-up qui sera la réplique de l autre. La réplication doit opérer dans les deux sens. Le dédoublement des données ne peut avoir d impact sur la performance et la disponibilité des opérations de back-up et restore. Chaque média de back-up doit répondre aux exigences suivantes : Technologie le plus possible à base de disques : Le SPF Finances souhaite pouvoir conserver les back-ups au moins un mois sur disque (et seulement sur disques!) ; le stockage sur bandes doit être réservé aux délais de rétention supérieurs à 1 mois. Les back-ups des journaux transactionnels des base de données doivent obligatoirement résider sur disques ; ces back-ups ne peuvent dépendre d une technologie à base de bandes. Les interventions sur le matériel et les upgrades logiciels doivent être possibles sans interruption du service. Il convient de prévoir de préférence des technologies d optimisation du stockage sur disque (par exemple déduplication ou compression). La détection des erreurs doit être automatique. Les fonctionnalités call home sont exigées. Le cryptage des données de back-up sur bande est facultatif. En ce qui concerne les médias de back-up, l offre du soumissionnaire décrira au minimum les éléments suivants : Description générale des éléments matériels proposés Y aura-t-il simulation de tape drives? Si oui, lesquels?

59 Nombre maximum de drives virtuels et nombre de drives dans la configuration de référence Nombre maximum de bandes virtuelles et nombre de bandes virtuelles dans la configuration de référence Capacité maximale (utile) (en To) Débit (maximum et dans la configuration de référence) Nombre maximum de ports FC frontaux et capacité par port FC Est-il possible de démonter les bandes physiques? Comment se passe la migration de disque à bande? Possibilité de créer des partitions Connexion(s) possible(s) avec tape robot(s) Toutes les possibilités de migrer les bandes virtuelles sur des bandes physiques ; l offre expliquera comment les serveurs de back-up Networker seront actualisés en cas de migration d un back-up disque sur un back-up bande ; les serveurs de back-up Networker doivent en toutes circonstances avoir accès aux données répliquées (sur disque ou sur bande). Le soumissionnaire expliquera clairement comment il entend réaliser l'évolutivité. Il précisera l'impact de la croissance des volumes sur les technologies utilisées pour optimiser les disques (déduplication, compression). L installation de nouveaux tape robots pour les systèmes non-mainframes fait partie du présent marché. Le SPF Finances souhaite conserver la configuration actuelle dans laquelle les données de back-up des systèmes se trouvant sur le site de production aboutissent dans la bandothèque du site DR et inversement. Les nouveaux robots, qui seront réservés aux systèmes ouverts, doivent au minimum répondre aux spécifications suivantes : Utilisation de la technologie LTO la plus récente : minimum LTO4 Support des drives FC La connexion aux systèmes VTL CentricStor existants n est pas prévue (les robots existants ou les robots de remplacement seront conservés pour les bandes des systèmes mainframes). Vu la flexibilité que cela procure, les robots seront de préférence reliés au SAN. En ce qui concerne les facteurs ambiants, l offre doit préciser au minimum ce qui suit : Les dimensions et le poids des éléments matériels ; on confirmera également que les éléments matériels sont adaptés aux caractéristiques du centre informatique (voir annexe) ; Les besoins de l équipement en termes d alimentation électrique et de refroidissement (pour la capacité initialement proposée mais aussi pour la capacité maximale des storage arrays) ; Les propriétés des systèmes qui permettent de réduire les besoins en alimentation électrique et en refroidissement ; Le nombre de ports SAN et LAN nécessaires par centre informatique pour pouvoir connecter les systèmes aux réseaux, avec la bande passante requise Exigences logicielles de la solution de back-up L offre doit comprendre un logiciel de gestion des médias de back-up proposés. Remarque importante : Le SPF Finances souhaite conserver son investissement dans la solution de back-up EMC Networker. Le renouvellement du logiciel de back-up ne fait pas partie du présent marché. Versions actuelles de Networker : Serveur de back-up EDRSFABU : NetWorker 7.4A00 Power Edition/125 (version OEM FSC) sous le système d exploitation Solaris 9 Serveur de backup ENGLFABU : NetWorker 7.4A00 Power Edition/101 (version OEM FSC) sous le système d exploitation Solaris 9 Les composants logiciels destinés à la gestion des VTL, des disk libraries et des tape robots doivent au minimum répondre aux conditions suivantes :

60 La gestion centrale des médias de back-up doit être possible via une interface globale accessible aux administrateurs du stockage La possibilité de définir les profils utilisateurs et de centraliser leur gestion Possibilités de rapportage (au niveau des disk libraries, VTL, utilisation des drives, robots) La possibilité d intégrer les faults et traps dans le logiciel de gestion central HP OpenView (Network Node Manager et/ou HP Operations for Windows) La façon dont le logiciel de gestion sera intégré dans le logiciel de gestion central. Le soumissionnaire précisera clairement les licences logicielles nécessaires ainsi que le modèle de licence proposé. Il exposera par ailleurs l impact de la solution proposée sur les licences Networker. La liste des licences Networker existantes se trouve à l annexe G Back-up et point-in-time recovery Dans les mécanismes de sécurisation des données, le SPF Finances distingue la protection contre : La perte physique des systèmes La corruption logique des données. a) Perte physique des systèmes Dans le cadre du présent marché, la perte physique des systèmes se définit comme la perte de composants matériels et la perte d éléments critiques de l environnement (infrastructure des centres informatiques et infrastructure de communication). La protection contre la perte physique de composants peut-être confié à des mécanismes de redondance et de fail-over à incorporer dans l infrastructure IT. Par exemple : Utilisation d un Storage Area Network redondant (dual HBA, dual switches, dual controllers) Équilibrage des charges entre les serveurs Utilisation d un logiciel de fail-over (server clustering, VMWare HA ) Réplication des données entre les deux centres informatiques. Pour les systèmes de production, le SPF Finances souhaite faire usage d une infrastructure à haute disponibilité qui permet en principe de réaliser un Recovery Point Objective (RPO) de 0 via la réplication des données, à l aide des fonctionnalités des systèmes de stockage primaire, des fonctionnalités du SAN ou des fonctionnalités de réplication des hôtes. Pour les systèmes non-production ( développement, tests, etc), le SPF Finances souhaite faire appel à une technologie de back-up et de restauration. Pour les systèmes de tests et de développement, le SPF Finances accepte un RPO égal au temps écoulé depuis le dernier back-up défini. b) Erreurs logiques Une erreur logique peut se définir comme une erreur du logiciel, une suppression ou un écrasement intempestifs, une corruption de données, un sabotage, etc. L erreur logique peut aussi être causée par la perte physique de composants, entraînant la corruption de données. La protection contre les erreurs logiques peut intervenir de différentes façons : Via des snapshots ou la réplication entre le stockage primaire et le stockage répliqué Via back-up disk-2-disk et technologie CDP Via une technologie backup-2-disk-2-tape. En cas d erreurs logiques, le Recovery time objective (RTO) doit être exprimé par rapport à un Point- In-Time (PIT) précis. Le SPF Finances souhaite tirer parti de la solution de back-up classique EMC Networker pour réaliser la restauration avec un délai de rétention et une fréquence adaptés au type de données : intervalle = 1 jour pendant 1 ou 2 semaines (selon l implémentation) intervalle = 1 semaine pendant 4 ou 8 semaines (selon l implémentation) intervalle = 1 mois pendant 3 ou 6 mois (selon l implémentation) intervalle = 1 an avec rétention illimitée (selon l implémentation)

61 Dans les systèmes de stockage primaire, la technologie 'snapshot' doit permettre au SPF Finances de réaliser pour certaines données une restauration Point-in-time de 1 ou 2 heures Tableau récapitulatif de l utilisation du stockage et des stratégies de back-up Type (5) Performance Remote mirroring Y/N Local copy Y/N Back-up policy (8) Volume used storage (GB) (1) (4) (6) Haute Host based N (A) 2 x performance VMware ESX Haute Y N (B) (Windows/Linux) (7) performance ( Go) Bases de données Haute Y Y (C) Production performance Journal de transactions BD Haute Y Y (D) 31 (2) production performance Bases de données Performance N Y (E) Acc/int/dev moyenne Bases de données Haute N n/a n/a n/a (9) références/cours performance Datawarehouse et BI Haute Y N (H) performance Services fichiers et Performance Y N (F) impression moyenne Filenet (3) Performance Y N (F) moyenne ( Go) PC Backup Basse Host based N n/a 2 x performance Serveurs d applications Haute Y Y (F) production performance Serveurs d applications Performance N Y (F) acc/int/dev moyenne Serveurs Windows Performance N N (F) moyenne Autres systèmes (AIX, HP- Haute Y N (F) UX) performance Mainframes (10) n/a Y Y n/a Non alloué Toutes les arrays (configurées et exploitables) Notes : (1) Volume : = espace disque total alloué aux hôtes, sans les disques RAID, les disques hot spares et les disques de housekeeping, mais avec les copies locales, les snapshots et les copies remote des données ; l espace disque effectivement utilisé (taux d occupation moyen) peut être estimé à 50 % du volume alloué. (2) Journaux de transactions BD de production : le volume (31 Go) est la quantité copiée un jour quelconque mais représentatif (mardi 26 mai 2009). Les systèmes de fichiers alloués aux journaux de transactions occupent 20 x l espace des volumes copiés. (3) Le taux de modification des données (pour la déduplication) n est pas connu à ce stade. (4) Selon les hôtes et l application concernée, on imposera des exigences plus ou moins sévères à la performance du système de stockage. Le tableau donne une indication de la performance attendue pour les différents types de données. Le soumissionnaire est libre de proposer une configuration de disques adaptée. (5) Les données techniques (journaux d accès, journaux techniques, fichiers temporaires, fichiers système, etc) sont réparties sur un grand nombre d hôtes différents. Le soumissionnaire peut proposer une configuration adaptée

62 (6) Le taux de modification des données (pour la déduplication) n est pas connu à ce stade. (7) Pour les back-ups des machines virtuelles VMWare, on prévoit l utilisation de VMWare ESX VCB (Virtual Center Backup). Au moment de la publication de ce cahier des charges, cette technologie de back-up n est encore que très peu utilisée. Pour le calcul des volumes de stockage en ligne et des volumes de back-up, il faut se baser sur 100 machines virtuelles (disque C: de 50 Go, disque D: de 80 Go et disque E: de 80 Go de volume alloué), dont chacune sera conservée sur 4 générations. Le taux d occupation moyen des disques peut être estimé à 50%. (8) Stratégies de back-up : à l installation des nouveaux médias de back-up, le SPF Finances souhaite rationaliser les stratégies de back-up : (A) 20 serveurs (10 actifs, 10 répliques host-based pour disaster recovery) - chaque jour un back-up complet de 2 serveurs et un back-up incrémentiel des 8 autres ; chaque jour, on prend le back-up complet de 2 autres serveurs - rétention : 1 mois (B) VMWare ESX (Windows/Linux) Situation actuelle - chaque semaine, un back-up complet conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, backups incrémentiels conservés pendant 2 semaines Situation visée (voir aussi note (7) ) - chaque jour (5 jours/semaine), back-up d un système de fichiers VCB, conservé pendant 4 semaines, ou via un client Networker avec la même policy - chaque semaine, un back-up d image VCB, conservé pendant 4 semaines (C) Bases de données de production Situation actuelle : - bases de données DB2 sous Solaris : chaque jour un back-up complet conservé pendant 3 semaines ; chaque semaine un back-up complet conservé pendant 52 semaines ; exceptionnellement, sur demande, un back-up complet conservé à long terme - bases de données Oracle sous AIX : chaque jour un back-up complet conservé pendant 52 semaines - bases de données de la plate-forme Windows : chaque semaine un back-up complet, conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, des back-ups incrémentiels conservés pendant 2 semaines Situation visée : - toutes les bases de données sur toutes les plates-formes : chaque semaine un back-up complet conservé pendant 6 mois ; chaque jour un back-up complet conservé pendant 3 semaines ; exceptionnellement, sur demande, un back-up complet conservé à long terme (D) Journaux de transactions des bases de données (production) Situation actuelle : - bases de données DB2 sous Solaris : chaque jour plusieurs back-ups complets conservés pendant 52 semaines - bases de données Oracle sous AIX : chaque jour un back-up complet conservé pendant 52 semaines - bases de données de la plate-forme Windows : chaque semaine un back-up complet, conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, des back-ups incrémentiels conservés pendant 2 semaines Situation visée : - toutes les bases de données sur toutes les plates-formes : chaque jour plusieurs back-ups conservés pendant 6 mois (E ) Bases de données acceptation, développement, tests Situation actuelle : - bases de données DB2 sous Solaris : chaque jour un back-up complet conservé pendant 3 semaines - bases de données Oracle sous AIX : chaque jour un back-up complet conservé pendant 52 semaines - bases de données de la plate-forme Windows : chaque semaine un back-up complet,

63 conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, des back-ups incrémentiels conservés pendant 2 semaines Situation visée : - toutes les bases de données sur toutes les plates-formes : 3 fois par semaine, un back-up complet conservé pendant 3 semaines (F) Serveurs d applications et disques système sur serveurs Situation actuelle : chaque semaine, back-up complet conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, back-up incrémentiel Situation visée : la même situation peut être maintenue (G) Autres serveurs Situation actuelle : chaque semaine, back-up complet conservé pendant 2 semaines ; chaque jour, (5 jours/semaine) back-up incrémentiel Situation visée : chaque semaine, back-up complet conservé pendant 3 semaines ; chaque jour, (5 jours/semaine) back-up incrémentiel (H) Datawarehouse et business intelligence Situation actuelle : chaque semaine, back-up complet conservé pendant 3 semaines ; chaque jour, back-up incrémentiel Situation visée : la même situation peut être maintenue Bases de données répliques pour référence et formation Situation actuelle : Les bases de données sont créés par réplication (disk based ou host based ou via ETL) et ne sont pas sauvegardées Situation visée : la même situation peut être maintenue (9) Réplique locale (via les possibilités des storage arrays) des données des systèmes ouverts : encore inutilisée au moment de la publication de ce cahier des charges. À l avenir, cependant, le but est de mettre des bases de données de référence (en lecture seule) à la disposition des développeurs et en vue de l'obtention des statistiques. Les possibilités de réplication de l environnement de stockage seront exploitées pour créer ces répliques. (10) Le back-up des données des mainframes ne fait pas partie de ce marché. Ces données ne figurent dans le tableau que par souci d exhaustivité Capacité de la mémoire disque des VTL et/ou disk library Il importe que la capacité disque des systèmes VTL ou disk library soit suffisante, car elle exerce une influence importante sur la fenêtre de back-up et sur le délai de restauration. Pour optimiser la durée des back-ups et des restaurations, le SPF Finances souhaite : minimiser le volume de données copié sur bandes physiques réserver les bandes physiques au back-up des données à rétention longue. Le soumissionnaire doit dimensionner les systèmes de telle façon que les données dont la période de rétention est inférieure à un mois puissent être restaurées à partir du disque dur, donc sans intervention du tape robot. Pour les back-ups dont la rétention ne dépasse pas un mois, il n est pas permis de les stocker en double (sur bande et sur disque) ; ces copies doivent être conservées exclusivement sur disque (voir aussi ). En combinaison avec la compression et la déduplication, cependant, il est possible que des back-ups à conserver plus d un mois soient appelés à résider sur disque dur pendant toute leur période de conservation dans le système. Pour cette raison, le soumissionnaire est invité à formuler une proposition optimale, en relation avec le tableau ci-dessus. La proposition ne prendra pas seulement en compte les aspects techniques, mais aussi les aspects budgétaires

64 Le soumissionnaire expliquera par ailleurs : Les méthodes permettant au système VTL ou disk library de migrer les bandes virtuelles sur bandes physiques via le tape robot ; Les avantages et les inconvénients de ces méthodes ; La méthode recommandée pour le SPF Finances ; Comment l évolution de la technologie des bandes et bandothèques peut être rendue transparente pour les systèmes hôtes. Pour le calcul des capacités, on se basera sur les données actuelles (sur une période de 32 jours). Voici les chiffres les plus pertinents : Englfabu (NoGa) : Quantité maxi. copiée par jour : Quantité moyenne copiée par jour : Edrsfabu (Anderlecht - CR5) : Quantité maxi. copiée par jour : Quantité moyenne copiée par jour : Go ( octets) Go ( octets) Go ( octets) Go ( octets) Comme les valeurs maximales se situent loin au-dessus des valeurs moyennes et que nous voulons donner à la majorité des back-ups une période de rétention maximale de 30 jours, le chiffre de (30 x maxi.) est probablement une estimation raisonnable de la quantité totale : Quantité totale des back-ups 2009 : Englfabu : 150 To (30 x maxi. = 30 x Go) Edrsfabu : 300 To (30 x maxi. = 30 x Go) Total : 450 To Au cours de l'année écoulée, la quantité de back-up a augmenté d'environ 30% (un peu moins pour englfabu). Nous nous attendons au maintien de cette tendance et prenons comme hypothèse une augmentation annuelle de 40%. En semaine, on dispose d une fenêtre de back-up de 15 heures (les back-ups ne sont pas autorisés entre 08h30 et 17h30). Durant les week-ends, la fenêtre de back-up dure 24 heures. Les back-ups des bases de données et des serveurs d applications qui doivent être disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sont effectués en ligne Déduplication et compression Le volume de données à sauvegarder connaît une croissance continue. Pour y faire face, le système VTL ou disk library proposé doit de préférence disposer de fonctionnalités de déduplication ou de compression. Dans son offre, le soumissionnaire exposera au minimum les éléments suivants : Déduplication : o Taux escompté o Risque de perte de données (notamment par hash collision ) o Influence sur les délais de back-up et de restauration o Mécanisme / algorithme utilisé o Type : in-band ou out-of-band o Matériel ou logiciel o Granularité des possibilités de configuration : Y a-t-il un réglage global au niveau VTL? Le réglage peut-il se faire au niveau du client ou d un pool de bandes virtuelles? Compression : o Taux escompté o Influence sur les délais de back-up et de restauration o Mécanisme / algorithme utilisé o Matériel ou logiciel

65 o Granularité des possibilités de configuration : Y a-t-il un réglage global au niveau VTL et/ou disk library? Le réglage peut-il se faire au niveau du client ou d un pool de bandes virtuelles? Pour enrichir son offre, le soumissionnaire est par ailleurs invité à ajouter les autres éléments pertinents en relation avec la déduplication et la compression. Le soumissionnaire doit formuler une garantie de résultat : en cas d augmentation des volumes sauvegardés, il faut toujours pouvoir conserver un mois sur disque. Le soumissionnaire exposera aussi les possibilités de création de stratégies (policies) de back-up (avec/sans déduplication, avec/sans compression) Stratégies de back-up Il faut pouvoir définir des stratégies de back-up selon le type de données ( , DB, VM ). Par stratégie de back-up (back-up policy), il faut entendre notamment : Délai de rétention Disk-to-disk Disk-to-disk-to-tape Avec/sans déduplication Avec/sans compression Dans son offre, le soumissionnaire expliquera comment on peut configurer les différentes stratégies de back-up, en relation avec le tableau ci-dessus Performances Le soumissionnaire précisera les performances du système de back-up proposé. En raison de l importance que le SPF Finances attache à cet aspect, le soumissionnaire fera particulièrement attention aux points prioritaires des deux paragraphes ci-dessous. Les systèmes VTL ou disk libraries peuvent disposer de fonctionnalités et de mécanismes de maintenance/réorganisation des bandes physiques et mémoires sur disque. L influence de ces mécanismes sur les délais de back-up et de restauration doit rester minimale. Un exemple : la migration de données à partir de la mémoire disque sur bande physique. Ce processus doit pouvoir être configuré de façon à n exercer aucun impact négatif, par exemple sur une opération de restauration. Plus généralement, les mécanismes de maintenance interne ne peuvent ralentir les back-ups et restaurations. Dans son offre, le soumissionnaire doit expliquer clairement comment le système VTL (ou disk library) proposé aborde cette problématique. Comme il est dit plus haut, le VTL peut disposer de technologies permettant d'économiser l'espace disque, par exemple la déduplication ou les mécanismes de compression. La déduplication affectant les performances, plus précisément les délais de back-up et de restauration, le soumissionnaire précisera clairement si le VTL supporte la déduplication in-band et/ou out-of-band. Afin de limiter au minimum la fenêtre de back-up, le SPF Finances privilégie avant tout les possibilités et fonctionnalités de déduplication out-of-band Migration des données Le SPF Finances souhaite limiter la quantité de données à migrer activement. Il privilégie donc une migration passive, dans laquelle, à partir d un moment donné, les nouvelles données seront copiées sur les nouveaux systèmes. Cela signifie que les données dont la période de rétention est inférieure à 12 mois ne seront pas migrées. Il s agit ici d un scénario d extinction progressive dont les détails seront mis au point en concertation avec le fournisseur après la mise en route du marché. S il déroge à ces conditions, le fournisseur doit en expliquer clairement les raisons

66 Configuration de référence lot 1 stockage hors ligne La configuration de référence qui servira à comparer les prix du lot 1 (composant stockage hors ligne) et le TCO des solutions proposées, doit reposer sur les capacités suivantes : Stockage primaire à sauvegarder et stockage NAS au centre informatique 1 (*) Stockage primaire à sauvegarder et stockage NAS au centre To 310 To 380 To 450 To 240 To 310 To 380 To 450 To informatique 2 (*) (*) Les capacités du tableau représentent les capacités exploitables nettes, à l'exclusion des hot spares, des redondances RAID, des disques de 'housekeeping', des miroirs locaux et de la réplication à distance. Pour le calcul des quantités à sauvegarder quotidiennement et des quantités totales, nous renvoyons au tableau et aux estimations de performance de Le soumissionnaire est invité à estimer lui-même les économies d espace disque que permettront les technologies d optimisation des disques (compression et déduplication). On part de l hypothèse que 80% de l espace de stockage disponibles sont alloués aux hôtes et que 50% des disques des hôtes sont effectivement utilisés. Les frais d installation initiaux doivent couvrir le prix de la configuration initiale du matériel et du logiciel, y compris notamment les licences du logiciel de gestion, les licences pour la réplication des données sur les deux centres informatiques, les modules d intégration avec les produits HP OpenView ainsi que les licences des technologies d optimisation des disques. Les extensions annuelles comprennent à la fois l installation des équipements complémentaires et l adaptation des licences logicielles. Il convient de prévoir les licences logicielles pour la réplication complète des données entre les VTL ou disk libraries des deux centres informatiques. La période de garantie sur le matériel doit être précisée clairement (minimum 1 an). Les frais de maintenance doivent être cités par mois et par téraoctet. Tous les frais liés à l exécution du projet et à l intégration des nouveaux composants dans l'environnement existant font partie d'une structure de prix globale couvrant toute la durée du projet (à mentionner séparément dans le tableau de prix, à la rubrique 1a). Les prix pour l assistance et le support opérationnel seront spécifiés suivant les unités du tableau de prix. En termes d ordre de grandeur, le SPF avance les éléments et estimations suivants : Prestations de 1 ETP pour la gestion opérationnelle de l environnement : période du 1/4/2010 au 30/6/2014 Prestation pour architecture et intégration : +/- 50 jours (tâches complexes) par an Prestations pour planning et gestion de capacité : +/- 50 jours (tâches complexes) par an Prestations pour conseil matériel et logiciel : +/- 50 jours (tâches complexes) par an, dont 20 jours à prévoir pour le personnel spécialisé du constructeur. Prestations d audit : +/- 20 jours (tâches complexes) par an Prestation pour planning et tests de disaster recovery : +/- 30 jours (tâches complexes) par an Ces prestations concernent tout le lot 1, y compris le composant SAN en ligne et le composant SAN hors ligne. Les formations des gestionnaires de systèmes du team Storage, des gestionnaires des systèmes hôtes et du service desk doivent être prévues dès le début du projet : Formation des gestionnaires de systèmes du team Storage : +/- 2 groupes (1 par rôle linguistique) dans les locaux du soumissionnaire Formation des gestionnaires des hôtes : +/- 2 groupes (1 par rôle linguistique) dans les locaux du SPF Finances Formation des préposés au Service desk : +/- 4 groupes (2 par rôle linguistique) dans les locaux du SPF Finances

67 Remarque importante : L attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que les capacités demandées dans la configuration de référence et les dates citées constituent une indication des commandes réelles et du calendrier de réalisation du projet. Ces éléments, cependant, n engagent en aucune façon le pouvoir adjudicateur, et les commandes effectives pourront différer de la configuration de référence. Les prix unitaires par composant de la solution doivent donc être mentionnés dans le tableau de prix de l annexe B de ce cahier des charges

68 3.3.3 CAS storage (lot 2) La caractéristique des systèmes CAS ( Content Addressable Storage ) est qu ils offrent une solution pour l archivage légal conciliant accès rapide et coût peu élevé. Le soumissionnaire du lot 2 doit proposer une infrastructure d archivage composée de matériels, de logiciels et de services pour le stockage des données, et répondant aux principes suivants : Du type Content Addressable Storage - CAS Intégrable dans l environnement existant Architecture ouverte Évolutivité Respectant les principes de conformité légale ( compliance ) Intégrable dans le système de gestion des documents et des archives FileNet P8 Sans nécessité de sauvegarder les données du système d archivage Avec sécurisation des données par réplication entre les différents médias d archivage des deux centres informatiques Garantie de qualité et de performance Solution à long terme, avec feuille de route technique claire et modèle financier prédictible Description de l'existant Depuis 2006, le SPF Finances investit dans des solutions d archivage conformes aux exigences de l archivage légal. Les principaux types de documents archivés sont les suivants : Les images (converties au format PDF) des déclarations et des documents scannés dans les centres de scanning départementaux du pouvoir adjudicateur Les documents émanant de la high volume printing factory FINPRESS (ces documents sont stockés au format PDF après indexation dans FileNet P8) Les s reçus et envoyés via la solution de messagerie du SPF Finances. Actuellement, 2 clusters EMC Centera (50 To net chacun) sont installés dans les centres informatiques du SPF Finances. Bien qu il reste une importante marge de capacité de stockage, le SPF Finances souhaite anticiper sur la croissance future. L archivage des objets passe toujours par FileNet P8. Les documents sont mis à la disposition des applications métier du SPF Finances via un API conforme à la norme Java JSR170. Le SPF Finances souhaite conserver cette intégration des applications dans FileNet P Exigences matérielles Le média d archivage proposé doit présenter au minimum les caractéristiques suivantes : Capacité initiale unitaire de 12,5 To exploitables Simplicité et modularité des extensions Toutes les caractéristiques inhérentes à une solution d archivage : Redondance complète Garantie d intégrité des données Garantie de rétention des données Stockage efficace : instance unique Les données doivent être entièrement répliquées entre les deux sites L archivage doit passer par FileNet ; il doit être possible de définir les indexations et les délais de rétention des objets via FileNet La solution doit rendre superflue l utilisation des bandes pour l archivage et comporter les mécanismes de sécurisation nécessaires pour rendre impossibles les pertes de données dues à la perte physique d un système, les pertes de données dues à une erreur logique dans la programmation et les pertes de données dues à l erreur humaine d un opérateur ou d un administrateur Les mécanismes de détection des erreurs et la fonctionnalité dial-home doivent être présents

69 Le soumissionnaire décrira dans son offre les éléments suivants : L architecture générale du système et sa conception modulaire L évolutivité du système Les performances en termes de débit LAN Les principes et les caractéristiques techniques qui permettent de se passer d une fonction de back-up dans la solution proposée. La redondance au niveau des systèmes proposés doit éviter toute perte de données due au dysfonctionnement ou à la panne d un ou plusieurs éléments. Les aspects suivants sont particulièrement importants : La disponibilité des données dans les deux centres informatiques est d une importance primordiale ; en cas de catastrophe sur un site, les données doivent être à l abri sur l'autre site Les éléments centraux doivent présenter un niveau de disponibilité particulièrement élevé Les systèmes d un site ne peuvent être rendus indisponibles par la défaillance d un élément ; il faut disposer d éléments de réserve ( hot spares ) en suffisance, et le remplacement doit être possible sans interruption du service Tous les upgrades des microcodes et logiciels doivent être possibles sans interruption du service. En ce qui concerne les facteurs ambiants, l offre doit préciser au minimum ce qui suit : Les dimensions et le poids des éléments matériels ; on confirmera également que les éléments matériels sont adaptés aux caractéristiques du centre informatique (voir annexe) ; Les besoins de l équipement en termes d alimentation électrique et de refroidissement (pour la capacité initialement proposée mais aussi pour la capacité maximale des storage arrays) ; Les propriétés des systèmes qui permettent de réduire les besoins en alimentation électrique et en refroidissement ; Le nombre de ports SAN et LAN nécessaires par centre informatique pour pouvoir connecter les systèmes aux réseaux, avec la bande passante requise Les informations stockées sur les systèmes revêtent une importance légale. Les informations archivées peuvent servir de base officielle à la création de titres de propriété. La solution proposée doit en conséquence prendre en compte les exigences suivantes : La durabilité de l information Le SPF Finances doit conserver certains documents pendant une période très longue (10 à 30 ans). Le soumissionnaire doit préciser les garanties qu il offre à cet égard. Plus particulièrement, il doit expliquer les engagements qu il prend concernant la possibilité de migrer les données sur d autres types de supports d information lorsque l équipement proposé aura atteint la fin de sa durée de vie dans le cadre du présent marché. La sécurité de l information, le respect de la vie privée et la garantie de non-modification Les documents doivent pouvoir être conservés avec la garantie du maintien de leur état original, sans additions ni modifications. Le soumissionnaire peut expliquer comment les systèmes d archivage proposés répondront à cette exigence Exigences logicielles L offre doit comprendre un logiciel de gestion des médias d archivage proposés. Les éléments logiciels destinés à la gestion des systèmes d archivage doivent au minimum remplir les conditions suivantes : La gestion centrale des médias d archivage doit être possible via une interface globale accessible aux administrateurs du stockage La possibilité de définir les profils utilisateurs et de centraliser leur gestion Possibilités de rapportage La possibilité d intégrer les faults et traps dans le logiciel de gestion central HP OpenView (Network Node Manager et/ou HP Operations for Windows) La façon dont le logiciel de gestion sera intégré dans le logiciel de gestion central

70 Le soumissionnaire précisera clairement les licences logicielles nécessaires ainsi que le modèle de licence proposé Intégration à FileNet P8 Au SPF Finances, la gestion des documents et des enregistrements est confiée au logiciel spécialisé IBM FileNet P8. Les indexations et les opérations de recherche portent sur les index et les métadonnées stockés dans FileNet. Actuellement, les documents sont conservés sur les systèmes EMC Centera. Les bases de données FileNet contiennent les métadonnées et les références aux objets stockés sur les systèmes d archivage. Les délais de rétention des documents sont définis et gérés à la fois dans FileNet et sur Centera. Les applications accèdent aux données et documents FileNet via une API standard, écrite en Java (sur la base de la recommandation Java JSR170). L accès aux systèmes EMC Centera existants ne passe pas directement par l'api native de Centera. Les versions du logiciel actuellement en usage sont les suivantes : FileNet P8 Content Management version 3.5 pour le stockage des documents scannés FileNet P8 Content Management version 4.5 pour l archivage des s. Le SPF Finances souhaite conserver la solution actuelle de gestion des documents et enregistrements FileNet ainsi que l API Java correspondante pour l intégration des applications. Le soumissionnaire expliquera : Comment les object stores de FileNet peuvent être créés sur les systèmes d archivage proposés Comment les délais de rétention peuvent être définis sur les systèmes d archivage au départ de l application FileNet Comment il est possible de garantir que les objets ne pourront être supprimés ni modifiés durant la période de rétention définie (ce qui permettra de ne pas prendre de back-ups en guise de protection contre les erreurs logiques ou les manipulations humaines) Quelles sont les possibilités de recherche de documents stockés sur les systèmes d archivage Comment, le cas échéant, les métadonnées des documents pourront être stockées sur les systèmes d archivage et servir aux opérations de recherche Comment l intégration avec l API Java existante pour le traitement des documents peut être supportée dans les applications développées au niveau interne Comment une migration des données peut être réalisée entre les systèmes Centera actuels et les médias d archivage proposés (y compris les applications nécessaires pour les object stores FileNet) Évolution de la capacité La croissance de la capacité peut être estimée de la façon suivante : Capacité actuellement installée : 2 x 50 To d espace d archivage utile Actuellement, il reste une quantité importante d espace d archivage inutilisé, mais cette capacité est réservée pour : o L archivage des s o L archivage des images scannées par les centres de scanning départementaux o L archivage des documents imprimés par la high volume printing factory Extensions futures : o 2010 : Installation de 2 nouveaux médias d archivage, chacun avec une capacité nette exploitable de 12,5 To o o o 2011 : Ajout de 25 To de capacité de stockage nette par centre informatique 2012 : Ajout de 75 To de capacité de stockage nette exploitable par centre informatique et migration des données archivées des systèmes Centera actuels vers les nouveaux médias d archivage proposés 2013 : ajout de 25 To de capacité de stockage nette par centre informatique

71 Configuration de référence CAS (lot 2) La configuration de référence qui servira à fixer les prix du lot 2 repose sur les capacités suivantes : Capacité disponible sur les systèmes Centera existants 2 x 50 To Capacité initiale et 2 x 2 x 2 x 2 x extensions (par an) de la 12,5 To 25 To 75 To (*) 25 To capacité sur les nouveaux médias (*) y compris la capacité d archivage nécessaire pour la migration des données des systèmes Centera existants vers les nouveaux systèmes proposés. Les capacités du tableau représentent les capacités exploitables nettes, à l'exclusion des hot spares, des redondances RAID, des disques de 'housekeeping', des miroirs locaux et de la réplication à distance. Les frais d installations initiaux doivent couvrir le prix de la configuration initiale du matériel et du logiciel, y compris notamment les licences du logiciel de gestion, les licences pour la réplication des données sur les deux centres informatiques, les modules d intégration avec les produits HP OpenView ainsi que les composants éventuellement nécessaires à l intégration du logiciel de gestion documentaire FileNet. Les licences du logiciel de back-up ne doivent pas être prévues si toute corruption de données par perte physique d'un système, erreur logique et/ou erreur humaine est exclue. Les extensions annuelles comprennent à la fois l installation des équipements complémentaires et l adaptation des licences logicielles. Il convient de prévoir les licences logicielles pour la réplication complète des données entre les deux centres informatiques. La période de garantie sur le matériel doit être précisée clairement (minimum 1 an). Les frais d entretien seront spécifiés par mois et par téraoctet (To), en fonction de l année calendrier de la maintenance en cours. Tous les frais liés à l exécution du projet et à l intégration des nouveaux composants dans l'environnement existant font partie d'une structure de prix globale couvrant toute la durée du projet (à mentionner séparément dans le tableau de prix, à la rubrique 2a). Les prix pour l assistance et le support opérationnel seront mentionnés suivant les unités du tableau de prix. En termes d ordre de grandeur, le SPF avance les éléments et estimations suivants : Le coût des prestations en matière d architecture, d intégration, de gestion opérationnelle et de gestion du dossier de configuration : +/- 15 jours par an Le coût du conseil matériel et logiciel et des prestations techniques : +/- 15 jours par an, dont 10 jours à prévoir pour le personnel spécialisé du constructeur Les formations des gestionnaires de systèmes du team Storage et des gestionnaires FileNet doivent être prévues dès le début du projet : Formation des gestionnaires de systèmes du team Storage : +/- 2 groupes (1 par rôle linguistique) dans les locaux du soumissionnaire Formation des gestionnaires FileNet : +/- 2 groupes (1 par rôle linguistique) dans les locaux du SPF Finances Remarque importante : L attention des soumissionnaires est attirée sur le fait que les capacités demandées dans la configuration de référence et les dates citées constituent une indication des commandes réelles et du calendrier de réalisation du projet. Ces éléments, cependant, n engagent en aucune façon le pouvoir adjudicateur, et les commandes effectives pourront différer de la configuration de référence. Les prix unitaires par composants de la solution doivent donc être mentionnés dans le tableau de prix de l annexe B de ce cahier des charges

72 - 72 -

73 3.4 Gestion du projet et méthodologie Le soumissionnaire doit décrire sa structure et ses capacités en termes d'organisation de services professionnels : services offerts, portée géographique, niveaux et qualités du personnel. Le soumissionnaire est invité à soumettre un plan de projet résumant les principales tâches qui doivent permettre de réaliser le projet. En particulier, il exposera les aspects tels que les tests et les mesures de transition entre l ancien et le nouvel environnement. Le plan doit spécifier les tâches, leur durée et le nombre de personnes concernées, pour chaque (partie de) phase. Le plan doit aussi détailler la collaboration attendue de la part du personnel du SPF Finances. Le marché attribué, l'adjudicataire doit soumettre un plan de projet détaillé (fait partie de la phase 1). Il lui appartiendra de veiller à la tenue à jour de ce plan pendant toute la durée du projet. Toute modification au plan de projet doit être approuvée par le SPF Finances. L'offre donnera déjà un aperçu de la teneur du plan de projet ainsi que de la subdivision en activités et en phases. À ce stade, on fixera les dates de début et de fin des (parties de) phases. Le soumissionnaire confirmera qu il assurera la gestion conformément aux standards ICT en vigueur, en particulier les principes de Prince II. Par ailleurs, le soumissionnaire doit se mettre en conformité avec la norme approche projectuelle visée à l annexe H. S il y déroge, cela peut entraîner après examen par le comité d évaluation l exclusion de l offre pour non-conformité technique ou une réduction du score technique. 3.5 Aspects relatifs au personnel Personnel affecté à l'exécution du marché (fournisseur et SPF Finances) A cet égard, le lecteur est renvoyé à la partie B du présent cahier des charges. L attention du soumissionnaire est attirée sur le fait que pour chaque membre du personnel de direction et de formation, il doit joindre un CV nominatif sur le modèle de l annexe D. L offre précisera aussi la fonction et les responsabilités de chaque personne dont le CV est joint. Elle comprendra un aperçu schématique de l équipe mise en place. L équipe Storage actuelle du SPF Finances se compose de 4 employés à plein temps, dont 2 de niveau universitaire (niveau A) et 2 de niveau programmeur. En outre, 2 chefs de projet du SPF Finances accompagneront les implémentations. L attention du soumissionnaire est attiré sur le fait que 1 employé à plein temps de l intégrateur actuel (Belgacom/Telindus) fera partie de l équipe Assistance technique Le SPF Finances a l intention de faire appel à l'adjudicataire pour prêter son concours à l installation et à l exploitation de la nouvelle architecture proposée par le soumissionnaire. Cette assistance revêtira la forme d un support opérationnel et de prestations complémentaires qui répondront aux besoins du SPF Finances en matière d architecture, d intégration, de conseil, d'audit et d'exploitation des systèmes proposés. Le SPF Finances souhaite donc faire appel aux services de l adjudicataire non seulement pour l exécution des tâches opérationnelles quotidiennes, mais aussi pour les tâches techniques de configuration des systèmes, l intégration dans les autres composants de l infrastructure et les évolutions matérielles/logicielles. Les prestations demandées feront l objet d un accord entre l adjudicataire et le SPF Finances. Elles seront exprimées en jours/homme. Les prestations ci-dessous, à l exception des prestations de gestion opérationnelle de

74 l environnement, se situeront à trois niveaux : simple, moyen et complexe, selon le niveau de difficultés rencontré Pour le lot 1 Pour le lot 1, l assistance technique demandée est la suivante : Prestations de 1 ETP pour la gestion opérationnelle de l environnement Prestations d architecture, d intégration et de gestion du dossier de configuration Prestations de planning de capacité et d analyse de l utilisation de la capacité Conseil matériel et logiciel ; assistance technique dans l évolution des composants Prestation d'audit préalables à une évolution ou adaptation de la configuration Prestations pour planning et tests de disaster recovery Prestations de gestion opérationnelle de l environnement Le soumissionnaire doit faire une proposition de jours-homme d assistance complémentaire par an, commençant à la réception provisoire et finissant au terme du contrat. Le nombre de jours consommés par le SPF Finances se situera entre 200 et 500 par an. On songe initialement à 1 ETP par an. Si le contrat est prolongé, on ajoutera entre 200 et 500 jours par année supplémentaire. Selon les besoins, le SPF Finances peut faire appel à l'assistance complémentaire par jour ou par demi-jour. L'assistance sera facturée suivant la consommation. Dans la perspective de ces tâches, le soumissionnaire propose une série de CV avec une matrice de compétences correspondant au travail à accomplir (CV suivant le modèle de l annexe D). Le soumissionnaire s efforcera de concentrer les tâches auprès d un nombre limité de personnes, les opérations spécialisées étant confiées à d autres personnes, également en nombre limité. Il faut donc partir du principe que les tâches à exécuter quotidiennement peuvent être assumées par 1 ou 2 temps pleins, pendant toute la durée de l assistance technique. À l intention spécifique de ces fonctions, le soumissionnaire proposera au maximum 4 CV Prestations d architecture et d intégration Les prestations d architecture ont pour but d aider le SPF Finances à définir l architecture préalablement aux projets et/ou suite à l évolution des projets. Elles consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, avant de couler une proposition d architecture argumentée dans un livrable. Le but des prestations d intégration est d aider le SPF Finances à réaliser l intégration technologique (matérielle ou logicielle) dans le cadre de ses projets. Elles consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, avant de couler une proposition d architecture argumentée dans un livrable. Ce livrable débouche, une fois approuvé, sur l exécution de l intégration. Un deuxième livrable est ensuite produit pour décrire l exécution. Pendant toute la durée du projet, l adjudicataire tiendra un dossier de configuration permanent avec les configurations matérielles et logicielles de l ensemble des systèmes. Une proposition de procédure y compris la forme sera jointe à l offre. Une attention spéciale ira à la synchronisation du dossier de configuration avec la CMDB centrale du SPF Finances (réalisée dans HP OpenView Service Desk). Des modes d emploi détaillés seront livrés. Ces manuels seront rédigés en anglais. Ils couvriront l installation, la configuration et l utilisation du matériel et des logiciels livrés. La préférence ira aux manuels sous forme électronique, dotés de mécanismes de recherche d informations (hyperliens). Le SPF Finances apprécierait aussi que les soumissionnaires s'engagent à fournir automatiquement et sans surcoût les mises à jour de la documentation pendant toute la durée de vie du matériel. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement complexes Tâches complexes

75 10 jours 20 jours 50 jours Prestations de planning de capacité et d analyse de l utilisation de la capacité de l environnement de stockage Les prestations de planning et de gestion de la capacité concernent les extensions de capacité, la répartition des données sur les différents niveaux de stockage, ainsi que la détection des anomalies dans l'allocation, le mapping et le zonage des disques. Il convient également de surveiller les équilibres entre le stockage en ligne et hors ligne. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 10 jours 20 jours 50 jours Conseil matériel et logiciel et prestations techniques Les prestations de conseil matériel et logiciel ont pour but d aider le SPF Finances en lui dispensant des avis à la fois d un point de vue réactif et dans une optique de veille technologique. Ces prestations consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, à présenter ensuite les résultats de cette étude dans un livrable, enfin à fournir l assistance technique nécessaire à l exécution des modifications aux logiciels et/ou au matériel. Remarque importante : Le soumissionnaire doit formuler une proposition qui permette de mobiliser le personnel spécialisé du constructeur du matériel ou du concepteur des logiciels en vue des prestations de conseil matériel et logiciel et des prestations techniques. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 10 jours 20 jours 50 jours Prestation d'audit préalables à une évolution ou adaptation de la configuration Le SPF Finances doit pouvoir commander des prestations axées sur l amélioration des performances de ses systèmes, la détection des causes de ralentissement dans certaines configurations ou le dimensionnement d une nouvelle infrastructure en fonction des audits techniques. Ces prestations exigent des compétences particulières et un appareillage spécialisé. Elles consistent à analyser la situation mise en œuvre, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, à effectuer des analyses dans le cadre d essais sur le site et éventuellement chez le titulaire, enfin à présenter l ensemble des éléments de l étude et de ses conclusions avec des propositions d optimisation. Ces prestations comprennent aussi les opérations nécessaires à l exécution des optimisations, dans le cas où celles-ci ne nécessitent pas l achat de matériels ou de logiciels complémentaires. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 5 jours 10 jours 20 jours Prestations pour planning et tests de disaster recovery

76 Chaque année, le SPF Finances organise plusieurs tests de disaster recovery. En principe, des tests partiels portent au printemps sur les systèmes nouveaux ou modifiés, tandis qu à l automne, c est un exercice global de disaster recovery qui est mis en scène. Les prestations de disaster recovery planning et de disaster recovery testing concernent la rédaction des scénarios de recovery technique, l exécution des tests partiels ou complets sur l infrastructure de stockage, enfin l assistance aux équipes techniques qui gèrent les hôtes reliés aux SAN. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 7 jours 15 jours 30 jours Pour le lot 2 Pour le lot 2, l assistance demandée est la suivante : Prestations en matière d architecture, d intégration, de gestion opérationnelle et de gestion du dossier de configuration Conseil matériel et logiciel ; assistance technique dans l évolution des composants. Le soumissionnaire doit faire une proposition de jours-homme d assistance complémentaire par an, commençant à la réception provisoire et finissant au terme du contrat. Le nombre de jours consommés par le SPF Finances se situera entre 0 et 50 par an. Si le contrat est prolongé, on ajoutera entre 0 et 50 jours par année supplémentaire. Selon les besoins, le SPF Finances peut faire appel à l'assistance complémentaire par jour ou par demi-jour. L'assistance sera facturée suivant la consommation. Le soumissionnaire précisera quelles spécialisations il propose dans ce cadre Prestations en matière d architecture, d intégration, de gestion opérationnelle et de gestion du dossier de configuration Les prestations d architecture ont pour but d aider le SPF Finances à définir l architecture préalablement aux projets et/ou suite à l évolution des projets. Elles consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, avant de couler une proposition d architecture argumentée dans un livrable. Le but des prestations d intégration est d aider le SPF Finances à réaliser l intégration technologique (matérielle ou logicielle) dans le cadre de ses projets. Elles consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, avant de couler une proposition d architecture argumentée dans un livrable. Ce livrable débouche, une fois approuvé, sur l exécution de l intégration. Un deuxième livrable est ensuite produit pour décrire l exécution. Pendant toute la durée du projet, l adjudicataire tiendra un dossier de configuration permanent avec les configurations matérielles et logicielles de l ensemble des systèmes. Une proposition de procédure y compris la forme sera jointe à l offre. Une attention spéciale ira à la synchronisation du dossier de configuration avec la CMDB centrale du SPF Finances (réalisée dans HP OpenView Service Desk). Des modes d emploi détaillés seront livrés. Ces manuels seront rédigés en anglais. Ils couvriront l installation, la configuration et l utilisation du matériel et des logiciels livrés. La préférence ira aux manuels sous forme électronique, dotés de mécanismes de recherche d informations (hyperliens). Le SPF Finances apprécierait aussi que les soumissionnaires s'engagent à fournir automatiquement et sans surcoût les mises à jour de la documentation pendant toute la durée de vie du matériel. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 5 jours 15 jours 25 jours

77 Conseil matériel et logiciel et prestations techniques Les prestations de conseil matériel et logiciel ont pour but d aider le SPF Finances en lui dispensant des avis à la fois d un point de vue réactif et dans une optique de veille technologique. Ces prestations consistent à analyser la situation existante, les hypothèses d évolution ainsi que les options matérielles et logicielles, à présenter ensuite les résultats de cette étude dans un livrable, enfin à fournir l assistance technique nécessaire à l exécution des modifications aux logiciels et/ou au matériel. Remarque importante : Le soumissionnaire doit formuler une proposition qui permette de mobiliser le personnel spécialisé du constructeur du matériel ou du concepteur des logiciels en vue des prestations de conseil matériel et logiciel et des prestations techniques. Ces prestations peuvent être estimées comme suit (tests éventuels compris) : Tâches simples Tâches moyennement Tâches complexes complexes 5 jours 10 jours 25 jours 3.6 Transfert de connaissance Formation Chacune des formations requises doit être proposée en français et en néerlandais. Une formation en langue anglaise est également admise pourvu qu elle s adresse aux gestionnaires de systèmes. La formation sera organisée à 4 niveaux: Gestionnaires de systèmes de l équipe Storage (lots 1 et 2) : le soumissionnaire propose une formation commune aux gestionnaires du système. Cette formation est dispensée à des groupes de 5 personnes maximum. La formation doit donner aux gestionnaires une idée complète de l environnement et les mettre en mesure de gérer tout l environnement de stockage, dans tous ses aspects. Gestionnaires de systèmes des hôtes (lot 1) : le soumissionnaire propose une formation pour les gestionnaires des systèmes hôtes (Windows, Unix) qui utiliseront les nouveaux systèmes de stockage. Cette formation doit leur donner les moyens comprendre les modifications à leur système et à effectuer les indispensables changements dans les configurations et les installations de logiciels clients. Gestionnaires de FileNet P8 (lot 2) : le soumissionnaire propose une formation pour les gestionnaires du logiciel FileNet P8. Cette formation doit leur donner les moyens comprendre les modifications à leur système et à effectuer les indispensables changements dans les configurations et les installations logicielles. Service desk et Operations Center (remarque : le Service desk et l Operations Center opèrent en conformité avec les principes ITIL) : le soumissionnaire propose une brève formation, deux fois en français et deux fois en néerlandais, pour des groupes de 10 personnes maximum. La formation est organisée de telle façon que les membres du Service desk et de l Operations Center acquièrent une connaissance suffisante pour remplir leur fonction, ainsi que le bagage nécessaire pour transférer cette connaissance à leurs collaborateurs ('train the trainer ). Pour ces formations, le soumissionnaire décrit les objectifs, le contenu et la forme. Les formations sont intégralement soumises aux modalités de la partie B. Pour les gestionnaires de systèmes de l équipe Storage, on demande au minimum : Pour les éléments stockage en ligne et tape virtualisation, un cours qui donne aux participants le bagage nécessaire pour pouvoir passer avec succès un examen de certification. Le soumissionnaire précise quels sont ces examens de certification (remarque : l organisation des examens ne fait pas partie du marché)

78 Pour les autres éléments, un cours du même niveau que le précédent, mais sans prise en compte des exigences propres aux examens de certification. La formation des gestionnaires de systèmes doit couvrir les aspects suivants : Pour le lot 1 Principes des systèmes installés : systèmes de disques, réseau SAN et fonctions de back-up Instruments de configuration, gestion, suivi des incidents et suivis des performances Instruments de réplication, snapshot et mirroring Principes de gestion opérationnelle des systèmes de stockage en ligne et hors ligne Instruments de configuration, gestion, suivi des incidents et suivis des performances des back-ups Optimisation des performances des back-ups Principes de gestion opérationnelle des fonctions de back-up Dépannage et diagnostic avancés (y compris SNMP traps et MIB). Pour le lot 2 Principes des systèmes d archivage installés Instruments de configuration, gestion, suivi des incidents et suivis des performances Instruments de réplication, snapshot et mirroring Principes d intégration au logiciel de gestion documentaire FileNet P8 Principes de gestion opérationnelle des systèmes d archivage Collaboration et coaching Le SPF Finances souhaite une étroite collaboration entre son personnel et celui de l adjudicataire, dans la perspective des objectifs du projet. Outre la formation, le contrat prévoit un coaching afin que le personnel du SPF Finances puisse acquérir assez de connaissances et de compétences pour prêter son concours au projet et entretenir le système, y compris les futures mises en œuvre. Le soumissionnaire doit décrire l'approche qu'il entend adopter pour veiller au transfert de connaissances durant tout le projet. Il doit aussi expliquer comment la collaboration entre son personnel et celui du SPF Finances sera planifiée. Dans son offre, le soumissionnaire doit indiquer les compétences que ces personnes doivent posséder pour pouvoir se charger du projet en fin de parcours. Il est évident que ce coaching aura pour cadre les locaux du SPF Finances. Dans leur mission, les collaborateurs de l adjudicataire se serviront des instruments de gestion informatique mis en œuvre par le SPF Finances. Il s agit essentiellement des outils HP OpenView Service desk, des applications Internet correspondantes, et des outils HP OpenView des systèmes de surveillance. Le SPF Finances organisera la formation à ces instruments à l intention des collaborateurs de l adjudicataire Documentation Le SPF Finances recevra une documentation complète de la solution proposée, tant en termes de matériels que de logiciels. La documentation du système peut être fournie sur un CD-Rom. Dans la mesure du possible, la documentation doit aussi être remise sur papier. Les documents à caractère légalement contraignant doivent être disponibles en français et/ou en néerlandais. L anglais est également accepté pour la documentation technico-administrative. Toute la documentation doit être tenue à jour gratuitement durant la période de maintenance. Le soumissionnaire est invité à expliquer sa méthode de tenue à jour de la documentation. Le SPF Finances peut copier les manuels pour les besoins de leur diffusion interne

79 3.7 Maintenance du matériel et des logiciels Introduction Ce chapitre a pour but de garantir la maintenance des produits concernés par ce marché. Il constitue un complément à la garantie qui accompagne tout le matériel et les logiciels. Il s agit autrement dit d une extension des services offerts par les fabricants et/ou fournisseurs. Il doit en résulter pour le SPF Finances une formule de maintenance adaptée à ses besoins spécifiques et qui garantit intégralement la disponibilité du système. Les exigences ci-dessous concernent l exécution de la maintenance. Elles ne s appliquent pas seulement à la période de maintenance mais aussi à la période de garantie Description de la maintenance Maintenance du matériel La maintenance portant sur les équipements matériels censés fonctionner sans interruption (24 heures sur 24) comprend les prestations suivantes : Maintenance préventive Maintenance corrective Maintenance préventive La maintenance préventive couvre : Les réglages et paramétrages périodiques du matériel, le remplacement des éléments usés, endommagés ou défectueux d une machine, le remplacement à temps des éléments douteux et l exécution des modifications indispensables ; Le remplacement préventif, dans le cadre du contrat de maintenance, de tout élément signalé comme défectueux par les instruments de self-test fournis par le fabricant, et dont l'inventaire sera remis à l'adjudicataire. La maintenance préventive sera effectuée pendant les heures convenues, afin d éviter au maximum les perturbations et de garantir le fonctionnement optimal des équipements ; Les mises à jour (sur le matériel couvert) des logiciels système et/ou pilotes utilisés, lorsque ces mises à jour sont exigées par le fabricant ou par le fournisseur et approuvées par le SPF Finances. Sans que cela entraîne aucun supplément de rétribution, l adjudicataire est tenu de réaliser les réparations urgentes, tous frais de déplacement compris. Cela couvre toutes les opérations de diagnostic et de réparation des erreurs ou défauts du matériel, des logiciels systèmes et des liaisons entre les machines. Les modalités et les procédures d intervention de la maintenance préventive seront précisées dans le contrat de maintenance. La maintenance préventive, dont la durée d intervention maximale et la fréquence doivent être spécifiées dans l offre, sera effectuée pendant les heures ouvrables normales du SPF Finances (7h30-18h00), tous les jours, sauf le week-end et les jours fériés, suivant un planning convenu qui, en principe, ne perturbe pas l usage normal des systèmes. Le soumissionnaire doit énoncer dans son offre les conditions de la maintenance préventive en dehors des heures ouvrables normales du SPF Finances (week-ends compris), en précisant le supplément à payer pour les prestations en dehors des heures normales Maintenance corrective

80 La maintenance corrective couvre : Le remplacement curatif, dans le cadre du contrat de maintenance, de tout élément défectueux faisant partie du matériel, et dont un inventaire à jour sera tenu à l'intention de l'adjudicataire ; Les mises à jour des logiciels système, des programmes de configuration et d exploitation et/ou des pilotes, lorsque le remplacement d'un élément défectueux l'exige ; La restauration des données et le retour du système à la situation précédant la survenance du défaut. L adjudicataire communiquera les procédures nécessaires pendant l exécution du contrat ; La remise en service des logiciels, dans le même état de fonctionnement qu avant la panne (configuration et démarrage), suivant une procédure prédéfinie qui sera communiquée par le SPF Finances. Sans que cela entraîne aucun supplément de rétribution, l adjudicataire est tenu de réaliser les réparations urgentes, tous frais de déplacement compris. Cela couvre toutes les opérations de diagnostic et de réparation des erreurs ou défauts du matériel, des logiciels systèmes et des liaisons entre les machines. La maintenance corrective est effectuée aux conditions du tableau ci-dessous : Intervention : 24h/24, 7j/7 Délai d intervention après appel : 2h Délai de réparation maximum après appel : 4h Toute intervention commencée doit se poursuivre sans interruption jusqu à ce que le système soit remis en état de marche. La définition de T0 (l heure de l appel), qui marque le début du délai d intervention, sera convenue dans une procédure à mettre au point par le SPF Finances et l'adjudicataire Maintenance logicielle Dans le cadre de la maintenance corrective des logiciels, l adjudicataire produira une liste des codes d erreur qui permettront une identification correcte de l origine du défaut. La maintenance portant sur les logiciels censés fonctionner sans interruption (24 heures sur 24) comprend les prestations suivantes : Maintenance corrective Mises à jour des logiciels couverts par le contrat Assistance technique Éventuelles autres dispositions Maintenance corrective La maintenance collective comprend la mise à disposition des patches (correctifs) et l assistance technique nécessaire à leur installation. Dans son offre, le soumissionnaire expliquera la solution qu'il propose au SPF Finances en cas de problème logiciel bloquant le fonctionnement du système, plus précisément en termes de diagnostic du problème, d intervention et de délai de réparation (solutions alternatives, fonctionnement en conditions dégradées...) Mise à jour des logiciels relevant de ce marché Il s agit ici de mettre à la disposition du SPF Finances toutes les mises à jour de tous les logiciels utilisés

81 L installation de ces éléments peut être réalisée par le SPF Finances, au besoin avec l assistance technique de l adjudicataire. Dans ce cas, celui-ci mettra au point un programme pour permettre la bonne exécution de ces opérations par le SPF Finances. Néanmoins, l adjudicataire doit prévoir l assistance nécessaire, au cas où le SPF Finances ne se chargerait pas lui-même de la réalisation (ces prestations seront imputées aux jours d assistance) Assistance technique ITIL Il s agit ici de : Accès 24x7 au support téléphonique pour les agents du SPF Finances, dont la liste sera dressée au stade de la réception provisoire ; Assistance ininterrompue jusqu à la résolution du problème ; Accès aux références techniques du ou des fournisseurs sur Internet ; Réunion technique 4 x par an, durant une journée, couvrant au minimum les points suivants : o Performance analysis ; o Disk management review ; o Security review ; o Backup & Recovery procedure review ; o Network management review ; o Software installation review ; o Upgrade review ; o Third party hardware integration review ; o Third party hardware integration review ; o Intervention Quality Level review. Une réunion patch management 4 x par an (1 journée), suivant une procédure à convenir entre les parties. Durant cette réunion, le SPF Finances doit pouvoir imposer un upgrade à l adjudicataire. Si les circonstances le demandent, une réunion similaire peut aussi avoir lieu sur simple demande du SPF Finances. Il va de soi que le SPF Finances peut se charger lui-même des interventions de première ligne : le soumissionnaire ne sera contacté que si l équipe du SPF Finances ne peut apporter de réponse à l utilisateur. Les principes ITIL décrits plus bas seront appliqués dans ce contexte. Le service demandé ci-dessous doit être assuré les jours ouvrables de 7h30 à 18h. Le SPF Finances met un Service desk à la disposition de tous les utilisateurs finaux. Le Service desk assure le traitement de tous les types d'appels. L adjudicataire installera un helpdesk de deuxième ligne pour recueillir les problèmes liés au non-fonctionnement ou au mauvais fonctionnement de l'application dont l'adjudicataire a la responsabilité, pendant toute la durée du projet. Tous les appels que le Service desk ne peut résoudre à distance seront aiguillés vers ce helpdesk. En première instance, le helpdesk sera accessible au team Storage du SPF Finances, qui se charge de toutes les interventions possibles à effectuer sur les logiciels et le matériel à entretenir. Les services proposés par l'adjudicataire seront introduits dans le respect de la méthodologie ITIL, appliquée au sein du SPF Finances. Cela signifie notamment que la gestion des incidents, problèmes, changements, etc doit être conforme aux méthodes en vigueur au sein du SPF Finances. La première ligne se chargera de distinguer les incidents d'infrastructure et les incidents applicatifs. La communication entre la première et la deuxième ligne est décrite par le soumissionnaire. Elle doit permettre à la première ligne de mettre l'utilisateur en contact avec la deuxième ligne si la première soupçonne que l'incident signalé va nécessiter une intervention sur place ou une communication entre deuxième ligne et utilisateur. Dans son offre, le soumissionnaire indique comment il entend appliquer les normes ITIL dans sa tâche et comment il va acquérir les connaissances nécessaires pour s'intégrer dans les processus existants. La transmission des appels entre le Service desk du SPF Finances et le helpdesk de deuxième ligne que l'adjudicataire doit mettre en place passera au moins par les canaux suivants :

82 Téléphone et à la disposition des opérateurs du service desk du SPF Finances. Automatiquement ou semi-automatiquement, en reliant l'outil du SPF Finances (HP OpenView) à l'outil utilisé par le service manager pour la gestion et le suivi des appels. Le soumissionnaire expliquera dans son offre les canaux qu'il supporte. Il précisera en particulier : Les moyens dont le SPF Finances disposera pour contrôler à tout moment l'état des appels ouverts. Les moyens dont le SPF Finances disposera pour contrôler le respect du SLA. La façon dont il propose éventuellement de synchroniser les deux outils (SPF Finances et soumissionnaire). Les rapports qu'il mettra à la disposition du SPF Finances pour le suivi de la qualité du service. La méthode éventuelle pour résoudre à distance certains problèmes de fonctionnement. Le soumissionnaire doit aussi prévoir un feed-back entre son dispositif de support et l équipe Storage du SPF Finances en ce qui concerne les incidents et problèmes ayant fait l objet d une escalade. Le soumissionnaire expliquera le service en tenant compte de tous les points évoqués ici. Il fournira aussi les autres services qu'il juge nécessaires. Tout changement au système entraîne la livraison d'un ensemble de code source et de documentation à inclure dans le système de gestion des versions du SPF Finances. Les changements ne sont effectués qu'après l'accord du SPF Finances. L'adjudicataire transmettra toutes les informations nécessaires à la CMDB (Configuration management database), en suivant les procédures imposées par le SPF Finances. Ces procédures seront communiquées après attribution du marché. Elles pourront changer pendant la durée du contrat. Le SPF Finances attire l'attention des soumissionnaires sur la grande importance attachée à la surveillance de l'intégrité de la CMDB. Dans leur offre, les soumissionnaires préciseront clairement les mesures qu'ils proposent à cet effet Forme de maintenance Le soumissionnaire décrira en détail l'organisation chargée de la maintenance et de l'assistance dans son entreprise, ainsi que les procédures instaurées pour garantir le respect des délais imposés par le SPF Finances. Il doit obligatoirement spécifier le nombre de personnes disponibles pour assurer les services Application et durée de la maintenance Tous les logiciels sont sous garantie à partir de la réception provisoire. Durant cette période, le matériel et les logiciels sont entretenus gratuitement par l adjudicataire. La maintenance commence au moment où la réception définitive est prononcée et prend fin avec le contrat ; elle porte sur tous les équipements matériels et les logiciels concernés par le présent marché. Le soumissionnaire garantit la fourniture de pièces de rechange pendant toute la durée du contrat. 3.8 Engagements de service (SLA - Service level agreement) À partir de la date où la réception provisoire est prononcée jusqu'à l'expiration de la période de maintenance, l'adjudicataire s'engage à maintenir les niveaux de service convenus dans les SLA pour les systèmes. Le SPF Finances ne transigera pas sur les exigences en matière de service

83 3.8.1 Niveaux de SLA Le SPF Finances souhaite définir quatre niveaux de SLA, adaptés aux différentes phases : a) SLA portant sur la mise en production des éléments b) SLA portant sur la période de garantie et la période de maintenance c) SLA portant sur la disponibilité et les performances du système d) SLA portant sur les services assurés par le personnel mis à disposition. Le SPF Finances demande au soumissionnaire de proposer un SLA portant sur la disponibilité et les performances et un SLA portant sur la maintenance. Ces SLA décriront en détail les quotas de disponibilité, de performance et de maintenance à respecter sous peine de sanction. SLA de mise en production Durant la mise en production des différents éléments, le SPF Finances validera les SLA (livrables et composants) par rapport aux objectifs définis et consolidés dans les phases d'analyse au début du projet. L'adjudicataire doit proposer une méthode de validation qui garantit la cohérence par rapport aux objectifs fixés, en termes de fonctionnalités disponibles, de performances à fournir, de données à traiter, etc, sans oublier les résultats à atteindre lors des phases de déploiement. Remarque importante : En ce qui concerne la mise en production et la qualité de la production, le SPF Finances demande un engagement de résultat aux conditions énoncées dans le présent cahier des charges. Des mesures correctives seront proposées pour les cas de différence entre les objectifs et les résultats, avec application du SLA que le soumissionnaire doit proposer pour ce genre de situation. Les sanctions doivent être complémentaires aux pénalités prévues pour les phases de réalisation des modules. Il importe par ailleurs que le SLA spécifie le traitement à réserver aux délais : le SPF Finances attache une grande importance aux mesures à prendre en cas de dépassement des délais de mise en production des différents modules. SLA de garantie et de maintenance À partir de la mise en production et jusqu'à la fin du marché, le soumissionnaire veille au respect du niveau de service défini dans les SLA. Ce SLA porte notamment sur : La fiabilité, ou le temps moyen entre pannes ; La disponibilité du personnel du soumissionnaire ; Les performances (notamment les temps de réponse - dans 90 des cas - pour une consultation, une mise à jour, avec description précise de l'environnement de mesure des performances) ; La sécurité et l intégrité des données ; La maintenance et l'assistance ; le délai d intervention maximum en cas de panne, garantie de disponibilité de l application (dans le respect de ce qui a déjà été demandé au paragraphe précédent en termes de maintenance) ; Le délai maximum de réparation et/ou de résolution du ou des problèmes (dans le respect de ce qui a déjà été demandé au paragraphe précédent en termes de maintenance). Le soumissionnaire est libre de compléter cette liste à sa guise. SLA de services

84 Dans son offre, le soumissionnaire est invité à exposer les mesures qu'il prendra pour garantir la qualité et le niveau de service, ainsi que la qualité du développement, du suivi et de l'accompagnement du projet, du suivi et du respect des plannings, des livrables, etc. SLA de disponibilité et de performances des systèmes Ce SLA porte notamment sur : L engagement de livraison d une solution totale et de qualité opérationnelle de la solution proposée La garantie que l'indisponibilité totale du système ne dépassera pas les critères suivants : o 99,999 % de disponibilité pour les systèmes critiques (storage arrays, VTL ou disk library, système d archivage) ; o 99,99 % de disponibilité pour les autres systèmes (managements console, tape library). o Maximum 0,25 jour/an pour les interventions programmées Périodes de validité des différents SLA Mise en production : à partir du premier élément jusqu à la fin de la mise en production du dernier élément. Garantie et maintenance : à partir du début de la première période de garantie jusqu à la fin du marché. Disponibilité et performances : à partir du début de la première période de garantie jusqu à la fin du marché. Services : pendant toute la durée du marché Sanctions Le non-respect d'un élément de SLA est sanctionné d'une pénalité. Il n'entre pas dans les intentions du SPF de réduire ses coûts par le biais des pénalités, mais seulement d'inciter l'adjudicataire à respecter tous ses engagements afin que les utilisateurs ne soient pas lésés. Les pénalités de non-respect d'un élément de SLA doivent être proposées par le soumissionnaire, en pourcentage du prix de l'exécution des différents éléments. Ce montant de base du calcul reste d'application pendant toute la période de garantie. En ce qui concerne le SLA services : le soumissionnaire est libre de proposer ou non des pénalités Niveaux de priorité des SLA Remarque : Ces niveaux de priorité ne s appliquent qu aux SLA mise en production et disponibilité et performances. Le SPF Finances a identifié cinq niveaux de priorité : Priorité 1 (incident considéré comme facteur de blocage) : une partie du système ne fonctionne pas et occasionne une stagnation importante de l'ensemble. L'incident doit être traité immédiatement. Priorité 2 (incident considéré comme gênant) : l'incident provoque un ralentissement chez les utilisateurs et doit être traité après résolution d'un incident de la catégorie 1. Priorité 3 (incident considéré comme gênant) : l'incident n'a pas d'effet significatif sur la production et les utilisateurs, mais ne répond pas aux fonctionnalités convenues ; l'incident doit être traité après la résolution des incidents de la catégorie 2 ; Priorité 4 (incident considéré comme cosmétique : incidents supposés qui ne font pas partie des catégories 1 à 3, mais qui concernent une demande de modification d'une fonctionnalité existante

85 Priorité 5 (incident considéré comme non gênant) : l'incident est sans conséquences sur la production. Pour les priorités 1 et 2, l'adjudicataire doit apporter un début de solution dans les 2 heures. L'utilisateur doit pouvoir recommencer à travailler sur le système dans un délai qui ne dépasse pas ces 4 heures. Un rythme de travail entièrement normal doit être retrouvé dans les 24 heures au maximum. Pour les incidents de priorité 3, un début de solution doit être apporté dans les 72 heures. Pour les incidents de priorité 4, l'adjudicataire doit apporter un début de solution dans les 5 jours ouvrables. Mais le soumissionnaire peut aussi proposer un SLA pour les aspects qu'il juge pertinents. Dans son offre, le soumissionnaire déterminera le niveau de service à atteindre pour chacun des points ci-dessus, ainsi que les outils et périodes de mesure Éléments des SLA à aborder Remarque : à affiner pendant l'exécution du projet. Pour chacun des SLA : Objectifs du SLA Champ d'application Date de début et conditions de modification Rôles et responsabilités o SPF Finances o Adjudicataire Services offerts Procédure de traitement des réclamations o Du SPF Finances, adressées à l'adjudicataire o De l'adjudicataire, adressées au SPF Finances Rapportage Concertation Informations de contact Normes et pénalités du SLA (y compris mesures, définition des normes) En outre, pour 'garantie et maintenance' et 'disponibilité et performances', le SLA couvrira : Processus et procédures o Gestion des incidents o Gestion des problèmes o Gestion des changements o Gestion des configurations Remarques Les SLA sont obligatoirement mesurés par périodes de 3 mois (dans la limite des possibilités). Le SPF Finances peut, s'il le souhaite, faire contrôler et exécuter les mesures du SLA, à ses frais, par un bureau d'étude indépendant

86 4. Partie D : Annexes administratives 4.1 ANNEXE A : Formulaire d'offre i. Aspects administratifs 1. Objet de la soumission Cahier des charges :. Objet du marché : 2. Identification du soumissionnaire Entreprises Nom de la société ou dénomination : Forme juridique : Nationalité : Siège social : Rue : N : Boîte : Localité : Code postal : Pays : N de téléphone : N de fax : N de TVA : Numéro et lieu d'inscription au Registre du commerce : Contact(s) et n de téléphone : au nom de qui Monsieur/Madame (*) (nom) (fonction) domicilié à l'adresse : (rue) (code postal et localité) (pays) agissant en qualité de soumissionnaire ou de fondé de pouvoir, soussigné, s'engage à exécuter le contrat conformément aux dispositions et conditions du cahier des charges "Atlas - Storage". CAHIER DES CHARGES ATLAS - STORAGE POUR LE SPF FINANCES Si la présente offre est acceptée, le cautionnement sera constitué suivant les conditions et délais visés dans ce cahier des charges

87 L'organisme de paiement du pouvoir adjudicateur acquittera les sommes dues par virement ou versement sur le compte numéro : (IBAN et BIC) La langue choisie pour l'interprétation du contrat est le français/néerlandais (*). Toute la correspondance relative à l'attribution et à l'exécution du marché doit être expédiée à l'adresse suivante : Contact : Téléphone : Fax : Courriel : Adresse postale : Par la présente, j'accepte/je refuse (biffer la mention inutile) l'utilisation des moyens de communication électroniques (courriel) pour la correspondance avec le pouvoir adjudicateur dans le cadre de ce marché. ii. Durée de validité de la soumission Cette offre est valable jusqu'au :. (minimum 240 jours) Sous peine de nullité absolue, le soumissionnaire doit écrire à la main la déclaration suivante, attestant que l'offre a été rédigée conformément au formulaire-modèle du cahier des charges spécial : Je soussigné, (nom du signataire), déclare avoir vérifié que toutes les données de cette offre sont entièrement conformes aux mentions prévues par le pouvoir adjudicateur sur le formulaire de soumission et dans l'inventaire, et j'en assume l'entière responsabilité. En soumettant cette offre, j'accepte explicitement toutes les conditions de ce cahier des charges spécial et je renonce à toutes autres dispositions telles que mes propres conditions de vente. De plus, je m'engage à exécuter les prestations répertoriées dans les tableaux de prix joints à cette soumission, conformément aux dispositions de ce cahier des charges et aux tarifs figurant dans les tableaux. Fait à le Le soumissionnaire ou son fondé de pouvoir : (nom) (fonction) (signature) L absence de signature valable entraîne la nullité de l offre

88 4.2 ANNEXE B : Modèle de tableau de prix - inventaire Sous peine de nullité définitive de l'offre, la présentation des prix doit être conforme à la disposition des tableaux ci-dessous. Les tableaux de prix doivent être signés par le soumissionnaire ou son fondé de pouvoir. Il ne sera pas tenu compte de prix mentionnés ailleurs. En cas de divergence entre cet inventaire et un inventaire détaillé du soumissionnaire, il sera exclusivement tenu compte des prix du présent inventaire, annexé au cahier des charges. LOT 1 : 1.a LOT 1 : ÉLEMENTS DESTINES A LA CONFIGURATION INITIALE LOT1 éléments à prix fixe pour la totalité de la solution initiale Prix total (hors TVA) Prix total (TVAC) Storage arrays (pour la totalité de la configuration initiale) Capacité initiale (suivant déf. 3,3,1,8) NAS devices (pour la totalité de la configuration initiale) Capacité initiale (suivant déf. 3,3,1,8) NAS devices (pour la totalité de la configuration initiale) Capacité initiale (suivant les exigences de 3,3,1,8) Tape robots (pour la totalité de la configuration initiale) Solution Storage virtualisation (le cas échéant) Licences pour le logiciel de gestion du stockage (1) 150 licences pour host agents et "multipathing" (2) Autres licences éventuelles (3) Gestion de projet et intégrations (1) Voir aussi (2) modèle de licence par client ; un prix total est demandé pour 150 (cent cinquante) clients. (3) Il s agit ici de toutes les autres licences nécessaires dont le prix NE PEUT PAS être exprimé par téraoctet. Ce poste représente aussi un coût non récurrent qui, indépendamment de l évolution de l environnement de stockage, garantit que les licences nécessaires (licences de site) seront disponibles pour couvrir tous les besoins pendant toute la durée du marché. Les prix sont spécifiés dans une annexe séparée à la liste de prix. 1.b LOT 1 : PRIX UNITAIRES LOT 1 : Extension du stockage (prix par To suivant la définition de ) (1) Quantité achetée Année de l achat Prix par To hors TVA Prix par To TVAC Achats de stockage SAN Achats de stockage NAS En 2011 En et ensuite En 2011 En et ensuite (1) Il s agit ici d un prix tout compris pour l extension : il ne peut y avoir aucun supplément p.ex. pour les storage boxes, etc

89 LOT 1 : Extension de l environnement de back-up (prix par To de stockage suivant la définition de ) (1) Quantité achetée Année de l achat Prix par To hors TVA Achats de stockage en ligne (en To) En 2011 En 2012 Prix par To TVAC 2013 et ensuite (1) Par To, il faut entendre ici un To d'espace de stockage à sauvegarder (back-up). Il ne s agit donc pas d un To de stockage actif. Ici aussi, le prix s entend tout compris. LOT 1 : Extension de la solution de stockage virtuel (prix par To de stockage suivant la définition de ) (1) Prix par To hors TVA Prix par To TVAC (1) Le cas échéant, contrairement aux autres extensions, on ne demande pas ici un prix par année calendrier, mais un prix uniforme. LOT 1 : Maintenance du stockage SAN (prix par To et par mois suivant la définition de ) (1) (2) Année de maintenance Prix par To et par mois hors TVA Prix par To et par mois TVAC En 2011 En 2012 En 2013 En et ensuite (1) Le prix proposé pour une année donnée s applique à la totalité de la capacité installée à ce moment. Il s agit d un prix par mois. La capacité en question ne concerne que la capacité qui n est pas sous garantie. (2) Les prix sont valables pour l année calendrier en cours (1 jan déc.) LOT 1 : Maintenance du stockage NAS (prix par To et par mois suivant la définition de ) (1) (2) Année de maintenance Prix par To et par mois hors TVA Prix par To et par mois TVAC En 2011 En 2012 En 2013 En et ensuite (1) Le prix proposé pour une année donnée s applique à la totalité de la capacité installée à ce moment. Il s agit d un prix par mois. La capacité en question ne concerne que la capacité qui n est pas sous garantie. (2) Les prix sont valables pour l année calendrier en cours (1 jan déc.) LOT 1 : Maintenance du l environnement de back-up (prix par To et par mois suivant la définition de ) (1) (2) Année de maintenance Prix par To et par mois hors TVA Prix par To et par mois TVAC

90 En 2011 En 2012 En 2013 En et ensuite (1) Le prix proposé pour une année donnée s applique à la totalité de la capacité installée à ce moment. Il s agit d un prix par mois. La capacité en question ne concerne que la capacité qui n est pas sous garantie. (2) Les prix sont valables pour l année calendrier en cours (1 jan déc.) LOT 1 : Autre maintenance (1) Prix par To et par mois hors TVA Prix par To et par mois TVAC Maintenance des tape robots Maintenance de la solution de stockage virtuel (le cas échéant) (1) Ici, contrairement au stockage et aux back-ups sur disques, on demande un prix uniforme (par mois) sur toute la durée du marché. LOT 1 : Autres Formation gestionnaire de système (prix par session) "host" (1) Formation gestionnaire de système (prix par session) "storage" (1) Formation Service desk (prix par session) (1) Maintenance solution de stockage virtuel (le cas échéant) Maintenance licences logiciel de gestion du stockage (2) Extension licences pour host agents et multipathing (par host) Maintenance licences host agents et "multipathing" (2) Maintenance autres licences éventuelles (2) (5) Jours-homme - assistance (3) Prix par unité hors TVA Prix par unité TVAC Prix pour 100 cassettes pour tape robot (4) (1) En d'autres termes, une session correspond au prix à payer pour la formation d'un groupe. Il ne s'agit donc en aucun cas d'un prix par personne ou par unité de temps. (2) Il s agit ici d un prix par mois et par licence. (3) Prix par jour-homme de 8 heures-homme. Par rapport au scénario, on part de l hypothèse que la consommation s'élèvera à 1800 jours-homme sur toute la durée du contrat. (4) Prix global pour un lot de 100 ; 1 unité = 100 cassettes (5) Cette ligne concerne la maintenance des éventuelles autres licences visées sous "lot 1 : Éléments destinés à la configuration initiale". Le prix s entend par mois, mais pour la totalité des licences livrées, et doit figurer dans l annexe

91 LOT 2 : 2.a LOT 2 : ÉLEMENTS DESTINES A LA CONFIGURATION INITIALE LOT 2 éléments à prix fixe pour la totalité de la solution initiale Prix total (hors TVA) Prix total (TVAC) CAS Capacité initiale (suivant déf ) Licences éventuelles (1) Gestion de projet et intégrations (1) Il s agit ici de toutes les autres licences nécessaires dont le prix NE PEUT PAS être exprimé par téraoctet. Ce poste représente aussi un coût non récurrent qui, indépendamment de l évolution de l environnement de stockage, garantit que les licences nécessaires (licences de site) seront disponibles pour couvrir tous les besoins pendant toute la durée du marché. Les prix sont spécifiés dans une annexe séparée à la liste de prix. 2.b LOT 2 : PRIX UNITAIRES LOT 2 : Extension du CAS (prix par TO suivant la définition de ) (1) Prix par To hors TVA Année de Quantité achetée l achat Achats En 2011 Prix par To TVAC En et ensuite (1) Il s agit ici d un prix tout compris pour l extension : il ne peut y avoir aucun supplément p.ex. pour les storage boxes, etc. LOT 2 : Maintenance CAS (prix par To et par mois suivant la définition de ) (1) (2) Année de maintenance Prix par To et par mois hors TVA Prix par To et par mois TVAC En 2011 En 2012 En 2013 En et ensuite (1) Le prix proposé pour une année donnée s applique à la totalité de la capacité installée à ce moment. Il s agit d un prix par mois. La capacité en question ne concerne que la capacité qui n est pas sous garantie. (2) Les prix sont valables pour l année calendrier en cours (1 jan déc.) LOT 2 : Autres Prix par unité hors TVA Prix par unité TVAC Formation gestionnaire de système "storage" (prix par session) (1) Formation gestionnaire "FileNet" (prix par session) (1) Formation Service desk (prix par session) (1)

92 Maintenance licences éventuelles (2) Jours-homme - assistance (3) (1) En d'autres termes, une session correspond au prix à payer pour la formation d'un groupe. Il ne s'agit donc en aucun cas d'un prix par personne ou par unité de temps. (2) Cette ligne concerne la maintenance des éventuelles autres licences visées sous "lot 2 : Éléments destinés à la configuration initiale". Le prix s entend par mois, mais pour la totalité des licences livrées, et doit figurer dans l annexe. (3) Prix par jour-homme de 8 heures-homme. Localité : Nom : Date : Signature : L absence de signature valable entraîne la nullité de l offre

93 4.3 ANNEXE C : Modèle de question et réponse Remarque : Si la question ne se rapporte pas à un paragraphe spécifique, inscrivez-la dans la première colonne 'général'. Paragraphe N de page Langue Vragen Questions

94 4.4 ANNEXE D : Modèle de CV pour les personnes affectées au projet NB : L'utilisation de ce modèle est obligatoire. Le lot auquel correspond la référence est indiqué clairement. En complétant les CV, le soumissionnaire doit veiller à écrire le nom des personnes en toutes lettres. De même, il précisera clairement les diplômes et les établissements d'enseignement où ils ont été obtenus. Le pouvoir adjudicateur s'engage à traiter ces données avec une extrême discrétion et à ne les utiliser que pour les besoins de l'évaluation de l'offre. Le pouvoir adjudicateur se réserve le droit de considérer comme insuffisants les CV qui ne respecteront pas les règles ci-dessus et de ne pas les prendre en compte dans l'évaluation de l'offre. Si les diplômes mentionnés ne correspondent pas à la réalité, le pouvoir adjudicateur se réserve le droit d'exclure l'offre. Nom : Fonction dans le projet : Description de la pertinence du profil pour le marché : (Le soumissionnaire explique de la façon la plus détaillée possible pourquoi le profil en question est utile dans le projet. S'il ne peut l'établir à suffisance, le profil sera moins pris en compte ou ne sera pas pris en compte dans l'évaluation de l'offre). Formations : Humanités ou équivalent : Diplôme obtenu le Enseignement supérieur non universitaire : Titre : Diplôme obtenu le Enseignement supérieur universitaire : Titre : Diplôme obtenu le Autres : Expérience professionnelle : Chez le soumissionnaire : Fonction actuelle : Depuis le : Fonction antérieure : Du au.. Participation aux projets suivants visés à l'annexe 3 : Participation à d'autres projets importants (nom, client et fonction assumée) Dans trois autres entreprises au maximum : - Fonction : - Du au.. Compétences techniques : - Matériel : - Logiciels : o Systèmes d'exploitation : o Bases de données : o Langages de programmation : o Applications bureautiques :

95 o Autres (préciser) : Autres compétences : - En management : - En consultance : - Connaissance des langues : o Français : compréhension - actif - passif o Néerlandais : compréhension - actif - passif o Anglais : compréhension - actif - passif

96 4.5 ANNEXE E : Modèle de formulaire pour la présentation des références NB : L'utilisation de ce formulaire est obligatoire, sous peine de nullité. Biffer la mention inutile. Ce formulaire s applique au Lot 1 / Lot 2 / Lot 1 et 2 1. Nom du projet 2. Nom de l'entreprise 3. Secteur d'activité 4. Nom d'une personne de contact 5. Coordonnées 6. Champ d'application du 7. Objectifs poursuivis développement ou du projet 8. Date de début (phase 9. Date de fin par phase) Budget (EUR) A - Matériel B - Logiciels C. Services 11. Résumé et brève description du rôle et de la part des éventuels soustraitants A. Nom de la ou des entreprises B. Part dans le marché C. Connaissances spécialisées 12. Complexité Nombre d'utilisateurs, nombre de systèmes IT sans les PC (nombre de mainframes, minis et serveurs) 13. Liste et brève description des systèmes sources 14. Liste et brève description des systèmes affectés à la réalisation du projet 15. Gestion de projet Outil/méthode A - Matériel B - Logiciels C. Environnement de développement A - Matériel B - Logiciels C. Environnement de développement 16. Liste des profils affectés; nombre (TOTAL) de personnes et jours/homme pour l'ensemble du projet Profil 1 Profil 2 Profil 3 Profil 4 Profil

97 4.6 ANNEXE F : Déclaration de confidentialité Je soussigné (nom, prénom, fonction),... travaillant pour la société (nom et adresse) garantit la confidentialité des données reçues et traitées dans le cadre du marché Storage pour le compte du SPF Finances. Je m'engage : - à utiliser ces données et les résultats de leur traitement seulement dans la mesure où elles sont strictement nécessaires à la réalisation de l'objet du contrat ; - à ne pas les diffuser ni les copier ; - à ne pas les copier après le Nom et fonction : Signature et date :

98 4.7 ANNEXE G : L environnement existant 1. Utilisation actuelle Utilisation de l environnement de stockage Au , 149 grands systèmes informatiques du SPF Finances sont intégrés dans le réseau de stockage central. On songe notamment à: 3 mainframes BULL GCOS8, utilisés par les applications des Douane & accises, Secrétariat général, AFER et Encaissement (y compris 1 système de test Helios) 2 mainframes IBM VM/VSE, utilisés par les applications du Cadastre et de la Trésorerie 2 mainframes FSC BS2000 utilisés par les applications de la TVA et de l'enregistrement et domaines 41 systèmes Solaris, notamment utilisés pour les serveurs d'applications et les serveurs de bases de données de la plate-forme CCFF, pour le système central de gestion documentaire (Filenet), ainsi que pour l'environnement data warehouse. 45 systèmes Windows 2003 Server, notamment utilisés pour la sauvegarde centralisée des PC, de l'environnement de surveillance ESM et des serveurs de fichiers 32 serveurs lames ('blade') pour l'installation de l'infrastructure virtuelle des serveurs x86 15 systèmes AIX, utilisés pour la gestion des sources COBOL via l'application PVCS et pour l'application NCTS (New Computerized Transit System) de Douane et accises 1 système Unix TRU64 de HP pour les tableaux de bord de gestion TBT 1 système Linux 7 systèmes Solaris qui font partie du dispositif départemental de messagerie et de calendrier

99 Détail des SE Les systèmes d exploitation des hôtes reliés au SAN sont les suivants : AIX 1 AIX AIX DEC UNIX 1 Linux 1 Autres (*) 14 Solaris 7 Solaris Solaris Solaris VMWARE 32 Windows 7 Windows Windows Server Windows XP 1 Total général 149 (*) Y compris systèmes GCOS8, BS2000 et Centricstor Schéma conceptuel de l architecture Le schéma conceptuel suivant représente l architecture de base initiale d ATLAS : Composants techniques Le schéma réel de l infrastructure figure au titre 2. Composants de l environnement de stockage On distingue les composants suivants dans l environnement de stockage : Switches et directors SAN (Brocade) Storage tier 1 (Symmetrix) high-end Storage tier 2 (Clarion) middle-tier Bandothèque robotisée (STK L700e) Logiciel de sauvegarde (Networker) + archivage Virtualisation des bandes (Centricstor) Stockage CAS (AL) (Centera) SAN et gestion du stockage (ECC) Chaque plate-forme est détaillée plus loin dans ce dossier

100 Schéma composants techniques des Schéma conceptuel l infrastructure DR de Voici le schéma conceptuel de la solution de disaster recovery : Pour les systèmes Symmetrix, on fait appel au mirroring SRDF synchrone. Mirrorview est utilisé pour les systèmes Clariion. Outre le mirroring au niveau des systèmes de disques, on utilise aussi la réplication sur hôte pour certains systèmes. Il s agit notamment des serveurs PC Backup (produit = Connected) et des serveurs d (produit = Lotus Domino version 8.0.2). Les systèmes et les scénarios de disaster recovery sont testés 2 x par an : - tests partiels au printemps pour les systèmes nouveaux ou profondément modifiés - test à grande échelle en novembre de chaque année

101 Réplication VMWare ESX via Le schéma suivant montre comment la réplication est utilisée dans l environnement de stockage pour supporter l infrastructure VMWare ESX. Via la fonctionnalité Vmotion, les serveurs virtuels de l infrastructure peuvent être déplacés entre les deux centres informatiques : Application Application Application Operating system Virtual Machine Operating system Virtual Machine Operating system Virtual Machine Virtual Infrastructure North Galaxy CR5 SAN >>SRDF >> SAN Monitoring (ESM) Le projet avait pour but de mettre en place une surveillance permanente des applications et des systèmes, afin de détecter et de traiter 24h sur 24 et 7 jours sur 7 les incidents frappant le matériel et les logiciels. Pendant la journée, cette supervision est confiée aux opérateurs du SPF Finances. La nuit, les jours fériés et le week-end, c'est un centre de surveillance à distance qui s'en charge. Dans le projet ESM, les composants suivants de la suite HP OpenView sont mis en œuvre : HP OpenView Network Node Manager (NNM) pour la surveillance des composants réseau HP OpenView Operations (OVOW) pour le contrôle du matériel, des systèmes d'exploitation et des logiciels HP OpenView Internet Services (OVIS) pour le contrôle de la disponibilité et des temps de réponse des applications HP OpenView Performance Insight (OVPI) pour les rapports de niveaux de service, l'analyse des tendances et les prévisions de capacité Cette surveillance centrale sert aussi à traiter les alarmes de l environnement de stockage

102 Intégration aux Les systèmes ESM formant l environnement commun pour la systèmes ESM surveillance des systèmes et pour le traitement des alarmes générées, dans le courant du projet ESM, on a procédé à l intégration de l environnement HP OpenView et de l environnement de stockage. Concrètement, cette intégration a revêtu les formes suivantes : 1. Intégration sur base SNMP entre l environnement ECC control center management et HP OpenView Operations 2. Intégration sur base SNMP des systèmes CentricStor 3. Intégration sur base SNMP des systèmes Networker 4. Intégration via logfile parsing des back-up logs EMC Networker Classes de stockage En vue d une utilisation efficace du stockage, on a défini plusieurs classes de stockage, chacune possédant des caractéristiques propres. Ces classes sont les suivantes : Utilisation efficace du stockage Dans la pratique, toutes les classes de stockage ne sont pas utilisées. Les classes effectivement utilisées sont : 1. classe 1 avec réplication synchrone entre les systèmes EMC Symmetrix via SRDF et les miroirs locaux via TimeFinder 2. classe 3 avec réplication synchrone entre les systèmes EMC Symmetrix via SRDF (sans BCV) 3. classe 4 sur EMC Symmetrix 4. classe 7 avec réplication synchrone entre les systèmes EMC Clariion via Mirrorview 5. classe 8 sur EMC Clariion ou sur EMC Symmetrix

103 2. Schéma technique de l infrastructure SAN

104 3. SAN fabrics, directors et switches Niveau général Le Storage Area Network de MINFIN se compose de deux fabrics identiques, pour des raisons de redondance. À quelques exceptions près, chaque hôte utilisant le SAN est relié au moins à un pad de chaque fabric. Les back-ups sont effectués via deux serveurs de back-ups (un à North Galaxy, l autre à Anderlecht) et quelques storage nodes. Outre leur liaison avec le SAN, les serveurs de back-up et les storage nodes possèdent chacun une liaison dédiée au trafic des back-ups. Produits Le SAN comporte les composants suivants : Pour des raisons de capacité, les Brocade directors ont été remplacés en 2008 par les Brocade directors. Les storage arrays DMX3000 ne sont plus utilisées. Elles ne figurent dans le tableau que pour des raisons d exhaustivité. Capacité utilisée Le tableau suivant contient les totaux pour les deux fabrics réunis :

105 North Galaxy par salle Dans le bâtiment North Galaxy, le centre informatique compte plusieurs salles. Les SAN Directors ou switches se trouvent seulement dans les salles CR1 et CR2. Vitesses de connexion Tous les switches présentent un débit de 4Gbps. Les ports Symmetrix sont à 2 Gbps et les ports Clariion à 4 Gbps. La majorité des serveurs possèdent des HBA 2 Gbps. Constatation : Avec les vitesses de liaison et les bandes passantes actuelles, il n y a pas de problème de débit. Via le logiciel de multipathing, les liaisons sont utilisées en mode actif-actif. Les storage boxes sont reliées au SAN par plusieurs liaisons SAN. Sur ce point, nous pouvons en conclure qu il n y a pas de raison de renforcer les capacités

106 Configuration SAN La figure 1 ci-dessous représente la configuration actuelle d un fabric. Les deux fabrics sont identiques. Évolution du SAN switching fabric La réalisation de cette évolution ne fait pas partie du présent cahier des charges

107 4. Systèmes de disques 1-tier et 2-tier et archivage Niveau général Dans le SAN, on utilise 2 types de disk arrays : Les disk arrays Symmetric pour les performances élevées Les disk arrays Clariion pour les volumes importants. Évolution de l utilisation de stockage Le tableau ci-dessous illustre l évolution du stockage installé. L espace de stockage connaît une croissance explosive. Ces dernières années, on a procédé à d importantes extensions de la capacité. On observe un pourcentage de croissance de +/- 50% par an pour l ensemble du stockage primaire Clariion et Symmetrix. De 65 To le 1/1/2006, les systèmes sont passés à 445 To le 1/1/2009. ATLAS: storage disk storage (raw - all storage systems) MByte storage 1/01/2005 1/01/2006 1/01/2007 1/01/2008 bestelbon 2008/9 uitbreiding Centera tijd (per 1/2 jaar) Inclusief: Symmetrix, Clariion, Centera (archivage) (ondermeer ook: SAN storage voor virtuele servers, archivering mail) Exclusief: Centricstor cache, tapes Détails par système Détails Symmetrix North Galaxy Les tableaux ci-dessous retracent l évolution par système de stockage. Attention : le unallocated volume comprend le stockage des mainframes

108 Détails Symmetrix disaster recovery site Détails Clariion North Galaxy Attention : le unallocated volume comprend le stockage des mainframes. Détails Clariion disaster recovery site

109 Graphique Voici la représentation graphique de la tendance : evolutie storage (installed) /01/ /06/2005 1/01/ /06/2006 1/01/ /06/2007 1/01/ /06/2008 bestelbon 2008/9 aantal GBtye bestelbon 2008/5 uitbreiding Centera Symm CR2 Symm CR5 Clariion CR2 Clariion CR5 Centera CR2 Centera CR5 Ces données englobent les volumes installés en ligne sur les systèmes Symmetrix, Clariion et Centera. Les volumes hors ligne et le cache disque du VTL CentricStor ne sont pas compris. Types de disques Les systèmes de stockage du SPF Finances comprennent surtout des disques FC à 10K t/m (Symmetrix et Clariion) et 15K t/m (Clariion). En principe, les storage arrays figurent déjà dans l utilisation des autres types de disques (y compris solid state). Le tableau suivant récapitule les disques traditionnels

110 5. Tape robots, back-up et bandes virtualisées Niveau général Dans l environnement de back-up, les composants suivants sont importants : - Tape robots STK-L700e avec drives LTO - CentricStor - Logiciel de back-up (EMC Networker) : version actuelle 7.4 Versions actuelles de Networker : - Serveur de back-up EDRSFABU : NetWorker 7.4A00 Power Edition/125 (version OEM FSC) sous le système d exploitation Solaris 9 - Serveur de backup ENGLFABU : NetWorker 7.4A00 Power Edition/101 (version OEM FSC) sous le système d exploitation Solaris 9 - Stratégies de back-up et d archivage Logiciel de backup Pour les back-ups, on utilise 3 systèmes : 1. Les mainframes ont leur propre logiciel de back-up 2. Les systèmes ouverts (Unix, Windows) utilisent le logiciel de back-up central Legato Networker 3. Les back-ups des machines virtuelles (VMWare) sont effectués à l aide de VMWare VCB. Systèmes agents Networker avec Plus de 250 systèmes sont sauvegardés à l aide du logiciel Networker : Tous les systèmes Solaris d ATLAS Les systèmes AIX de NCTS Tous les systèmes Windows (y compris les bureaux de conservation des hypothèques) L environnement de stockage Voici la liste détaillée par système d exploitation. Systèmes d exploitation clients pour Englfabu

111 Systèmes d exploitation clients pour Edrsfabu Storage nodes pour back-ups LAN-less Sur les systèmes qui nécessitent un débit important (en particulier les serveurs de fichiers et les serveurs de bases de données DB2), un storage node est installé. Ces systèmes sont reliés au SAN par 3 ou 4 HBA (host bus adaptors). Les storage nodes suivants sont opérationnels (voir aussi l architecture VCB) : Storage Node aegle alcyone coronis electre englfar1 englfar2 englfar3 englfar4 eudora gefipno1.scanfin.be nafipno1 nsrserverhost taygete tyche ambrosia

112 Licences Networker pour ENGLFABU Nom licence + nombre (source : EMC Legato NetWorker Reporting Utility V P5 28/5/2009) Autochanger Module, 64 slots/64 Dedicated Storage Nodes/46 DiskBackup Tier 1 NetWorker Client Connections/100 NetWorker for UNIX, Power Edition (10 clients par serveur)/1 server NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for Lotus, UNIX Client/1 NetWorker Module for Lotus, Windows Client/1 NetWorker Module for Lotus, Windows Client/1 NetWorker Module for Lotus, Windows Client/1 NetWorker Module for Microsoft SQL Server/9 NetWorker Module for Microsoft SQL Server/9 NetWorker Module for Microsoft SQL Server/9 NetWorker Module for Microsoft SQL Server/9 NetWorker Module for Oracle, UNIX Client/1 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 SharePoint Portal Server for Windows Silo, Unlimited Slots/32767 Silo, Unlimited Slots/32767 Silo, Unlimited Slots/

113 Licences Networker pour EDRSFABU Important Nom licence (source : EMC Legato NetWorker Reporting Utility V P5 28/5/2009) Autochanger Module, 64 slots/64 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 Dedicated Storage Nodes/46 NetWorker Client Connections/107 NetWorker for UNIX, Power Edition (10 clients par serveur)/1 server NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for DB2, UNIX Client/1 NetWorker Module for Lotus, UNIX Client/1 NetWorker Module for Lotus, Windows Client/1 NetWorker Module for Oracle, UNIX Client/1 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Remote Storage Nodes/21 Silo, Unlimited Slots/32767 La liste ci-dessus des produits et des intégrations révèle que le logiciel de back-up EMC Networker est intégré sous de très nombreux rapports avec les systèmes et les applications du SPF Finances. L implémentation mise en place ces dernières années constitue une base stable pour la gestion des systèmes

114 Quantité quotidienne de back-ups ENGLFABU Quantité quotidienne de back-ups EDRSFABU Volume de backup tous clients ENGLFABU

115 Volume de backup tous clients EDRSFABU VMWare VCB back-up Tout en s intégrant avec la solution de sauvegarde actuelle, VCB permet au SPF Finances de : - disposer d un backup LAN-free ; - sauvegarder les images des VM ; - sauvegarder les fichiers (complet et incrémentiel) des VM Windows ; - ne plus installer d agents Networker sur les VM. Architecture : - 1 serveur VCB par site (1 au FNG et 1 au DRS) ; - chaque serveur VCB sera un serveur physique ; - chaque serveur VCB aura accès aux LUN (datastores VMFS) contenant les VM de son site ; - les serveurs VCB seront configurés en tant que storage nodes dans Legato Networker (source : Types de lecteurs Fonctionnement de VCB : 1. Une tâche de sauvegarde est créée pour chaque machine virtuelle (qui doit être sauvegardée) et est envoyée vers le serveur VCB. 2. Le script de pre-backup prend un snapshot de la VM et monte celui-ci sur le serveur VCB. 3. Le back-up agent de Legato Networker, installé sur le serveur VCB, prend une sauvegarde de la VM (soit sous forme de fichiers, soit sous forme d image des disques virtuels). 4. Le script post-backup libère le snapshot et sort la VM du mode snapshot. Actuellement, les tape robots utilisent des lecteurs de bandes du type LTO-2. Les robots sont configurés en cross-over afin que chacun puisse en principe être le back-up de l autre

CAHIER DE CHARGES. Mise en place d un système documentaire pour le service d encadrement ICT docict

CAHIER DE CHARGES. Mise en place d un système documentaire pour le service d encadrement ICT docict Service Public Fédéral Finances Service d'encadrement ICT CAHIER DE CHARGES Mise en place d un système documentaire pour le service d encadrement ICT docict Date de la séance d'ouverture des offres : Le

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SPECIAL Outil BPM

CAHIER DES CHARGES SPECIAL Outil BPM CAHIER DES CHARGES SPECIAL Outil BPM Nouvelle version 04/08/2010: Modifications: - p8: schéma - p9: schéma - p22 : critères d attribution (indiquée en rouge) - p39 : référence Architecture Building Blocks

Plus en détail

Cahier des Charges. FedIAM SPF FIN

Cahier des Charges. FedIAM SPF FIN Cahier des Charges FedIAM SPF FIN Version 4.0 FR 24 juillet 2009 Date de la séance d ouverture des offres : le 17 septembre 2009 à 10 h. Dépôt des offres exclusivement auprès de : SPF Finances North Galaxy

Plus en détail

Date de la session d information : 11 août 2011 1

Date de la session d information : 11 août 2011 1 CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES: APPEL D OFFRES GÉNÉRAL POUR «PLATE-FORME DE SECURITE FIREWALL ET ANTIVIRUS STATIONS DE TRAVAIL SERVEURS» POUR LE COMPTE DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES III.1.1 Préambule

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES

Service Public Fédéral FINANCES Service Public Fédéral FINANCES CAHIER DES CHARGES Assistance à la production IT par profils spécialisés Services informatiques Version 1.7 du 06/07/2009 Date de la séance d ouverture des offres : 18 août

Plus en détail

Cahier des charges. Services de téléphonie. pour le compte du. Service Public Fédéral Finances. 20 août 2009 (Version modifiée)

Cahier des charges. Services de téléphonie. pour le compte du. Service Public Fédéral Finances. 20 août 2009 (Version modifiée) Cahier des charges Appel d offre général pour des Services de téléphonie convergents fixes mobiles autres pour le compte du Service Public Fédéral Finances 20 août 2009 (Version modifiée) Date de la séance

Plus en détail

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES FISCONET 2 APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : Le 22 octobre 2012 à 10h CSC-Fisconet-2-FR-09-10-2012 Page 1 sur 158 Table

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : DATACENTER MANAGEMENT TOOL

CAHIER DES CHARGES : DATACENTER MANAGEMENT TOOL CAHIER DES CHARGES : DATACENTER MANAGEMENT TOOL Date de la séance d'ouverture des offres : 06 septembre 2010 à 10 h Dépôt des offres exclusivement auprès de : Service d'encadrement ICT, cellule Marchés

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MODERNISATION DU TRANSFERT DE FICHIERS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL

CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MODERNISATION DU TRANSFERT DE FICHIERS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES MODERNISATION DU TRANSFERT DE FICHIERS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : 12 septembre 2011 à 10h P. 1 Table des matières

Plus en détail

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES PAPYRUS 2 Private Cloud Printing APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Version 19/10/2012 Modification : date d ouverture des offres 09/11/2012 Modification: annexe

Plus en détail

Service Public Fédéral Finances. Service d'encadrement ICT. CAHIER SPECIAL DES CHARGES n 6 «Formation informatique : trajets Cobol-Java 2»

Service Public Fédéral Finances. Service d'encadrement ICT. CAHIER SPECIAL DES CHARGES n 6 «Formation informatique : trajets Cobol-Java 2» Service Public Fédéral Finances Service d'encadrement ICT CAHIER SPECIAL DES CHARGES n 6 «Formation informatique : trajets Cobol-Java 2» Date de la séance d ouverture des offres : 15 juin 2009 Dépôt des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SPECIAL Datamining Tools

CAHIER DES CHARGES SPECIAL Datamining Tools CAHIER DES CHARGES SPECIAL Datamining Tools Date de la séance d'ouverture des offres : 7 septembre 2009 à 11 heures. Dépôt des offres exclusivement auprès de : SPF Finances Service d'encadrement ICT Attn.

Plus en détail

APPEL D'OFFRES OUVERT N 158

APPEL D'OFFRES OUVERT N 158 APPEL D'OFFRES OUVERT N 158 «Entretien et nettoyage des bâtiments de la Cour des comptes européenne» Procédure ouverte Cour des comptes européenne Décembre 2013 ANNEXE 3 DOSSIER D OFFRE DOSSIER D OFFRE

Plus en détail

APPEL D'OFFRES OUVERT

APPEL D'OFFRES OUVERT CAHIER SPÉCIAL DES CHARGES MARCHÉ PUBLIC DE FOURNITURES «CLIENT LIFECYCLE MANAGEMENT» APPEL D'OFFRES OUVERT Adaptations : - II.12.1 - III.3.1.1 - III.4.1.2 - III.4.2.1 - Bijlage A : Inventaire Date de

Plus en détail

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES SUPPORT SPECIALISE POUR L OPTIMISATION ET L EVALUATION DES PRODUITS MS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : Le 9 septembre

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES Fourniture des données de marchés financiers pour la salle des marchés de l Agence de la dette Ref : T/B.D.A.

CAHIER SPECIAL DES CHARGES Fourniture des données de marchés financiers pour la salle des marchés de l Agence de la dette Ref : T/B.D.A. CAHIER SPECIAL DES CHARGES Fourniture des données de marchés financiers pour la salle des marchés de l Agence de la dette Ref : T/B.D.A. 2006/01 Date de séance d ouverture des offres : 18 décembre 2006

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

Ministère des Finances. Secrétariat général CAHIER DES CHARGES CALL CENTER E - GOVERNEMENT

Ministère des Finances. Secrétariat général CAHIER DES CHARGES CALL CENTER E - GOVERNEMENT Ministère des Finances Secrétariat général CAHIER DES CHARGES CALL CENTER E - GOVERNEMENT 1 1 Première partie : Clauses administratives et contractuelles 1.1 Identification du marché 1.1.1 Pouvoir adjudicateur

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES

CAHIER SPECIAL DES CHARGES CAHIER SPECIAL DES CHARGES Conseil dans les domaines : risk, audit, compliance, information & communication technology, security, privacy forencics &security et juridique Date de la séance d ouverture

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505. Avis de marché. Fournitures

Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505. Avis de marché. Fournitures 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:369505-2013:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Logiciels de gestion de la relation clientèle 2013/S 213-369505 Avis de marché Fournitures

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES: PERFORMANCE TESTING CENTER (PTC) APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL

CAHIER SPECIAL DES CHARGES: PERFORMANCE TESTING CENTER (PTC) APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES: PERFORMANCE TESTING CENTER (PTC) APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : 6 septembre 2011 Page 1 Auteur de projet Nom: Service d'encadrement ICT Adresse:

Plus en détail

Modification du cahier spécial des charges : ajout de la section I.5 Durée du marché

Modification du cahier spécial des charges : ajout de la section I.5 Durée du marché CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES Drupal-as-a-service PROCÉDURE D APPEL D OFFRES GENERAL Pouvoir adjudicateur Service Public Fédéral Finances Auteur de projet Service d'encadrement ICT,

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES: WEB APPLICATION SECURITY V. 28/07/2011 APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL

CAHIER SPECIAL DES CHARGES: WEB APPLICATION SECURITY V. 28/07/2011 APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES: WEB APPLICATION SECURITY V. 28/07/2011 APPEL D'OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : 30 août 2011 à 11h. Page 1 Page 2 Auteur de projet Nom: Service d'encadrement

Plus en détail

Bld Roi Albert 2 Koning Albert 2 laan n 33/95 Localité/Ville: BRUSSEL / BRUXELLES Code postal: 1030. nathalie.orban@minfin.fed.be Fax: +32 25796801

Bld Roi Albert 2 Koning Albert 2 laan n 33/95 Localité/Ville: BRUSSEL / BRUXELLES Code postal: 1030. nathalie.orban@minfin.fed.be Fax: +32 25796801 1/ 14 BE001 20/09/2013 - Numéro BDA: 2013-520713 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Règlement de la consultation. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Date limite de remise des plis : 29/12/2014

Règlement de la consultation. Marché de prestations de services Marché Assurances. Commune de COUX. Date limite de remise des plis : 29/12/2014 Règlement de la consultation Marché de prestations de services Marché Assurances Commune de COUX Date limite de remise des plis : 29/12/2014 Heure limite : 12h00 Numéro du marché : 2014_002 RC-n 2014_002,

Plus en détail

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL

APPEL D OFFRES GÉNÉRAL CAHIER SPECIAL DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE SERVICES OUVERTURE À LA MOBILITÉ DES UTILISATEURS INTERNES ET EXTERNES APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Date de la séance d'ouverture des offres : le 3 octobre 2011 à

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES FOURNITURES ACQUISITION DE MOBILIER SCOLAIRE PROCÉDURE NÉGOCIÉE SANS PUBLICITÉ. Commune de Faimes

CAHIER SPECIAL DES CHARGES FOURNITURES ACQUISITION DE MOBILIER SCOLAIRE PROCÉDURE NÉGOCIÉE SANS PUBLICITÉ. Commune de Faimes CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES AYANT POUR OBJET ACQUISITION DE MOBILIER SCOLAIRE PROCÉDURE NÉGOCIÉE SANS PUBLICITÉ Pouvoir adjudicateur Commune de Faimes Auteur de projet Mme

Plus en détail

Cahier des charges S&L/AO/439/2015 1/48

Cahier des charges S&L/AO/439/2015 1/48 Cahier des charges S&L/AO/439/2015 1/48 APPEL D OFFRES OUVERT AYANT POUR OBJET - EN TRANCHE FERME : LA MISE EN PLACE D UN SYSTÈME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL EMAS POUR LE SIÈGE CENTRAL DU SPF FINANCES

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

Cahier spécial des charges :

Cahier spécial des charges : 1 Cahier spécial des charges : Appel d'offres ouvert ayant pour objet la mise à disposition, l installation, la maintenance et le support d un logiciel de valorisation de produits financiers pour le compte

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE SERVICES ASSURANCE DÉCENNALE DE L'ARCHITECTE ET DE L'ENTREPRENEUR APPEL D'OFFRES OUVERT

CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE SERVICES ASSURANCE DÉCENNALE DE L'ARCHITECTE ET DE L'ENTREPRENEUR APPEL D'OFFRES OUVERT CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE SERVICES AYANT POUR OBJET ASSURANCE DÉCENNALE DE L'ARCHITECTE ET DE L'ENTREPRENEUR APPEL D'OFFRES OUVERT Pouvoir adjudicateur Fonds du Logement de la Région

Plus en détail

Cahier spécial des charges:

Cahier spécial des charges: Cahier spécial des charges: Appel d offres ouvert pour le nettoyage des locaux et/ou des vitres dans divers bâtiments occupés par le SPF Finances (Antenne Logistique Anvers) Publication au niveau européen

Plus en détail

Bld Roi Albert 2 Koning Albert 2 laan n 33/95 Localité/Ville: BRUSSEL / BRUXELLES Code postal: 1030. nathalie.orban@minfin.fed.be Fax: +32 25796801

Bld Roi Albert 2 Koning Albert 2 laan n 33/95 Localité/Ville: BRUSSEL / BRUXELLES Code postal: 1030. nathalie.orban@minfin.fed.be Fax: +32 25796801 1/ 13 BE001 07/06/2013 - Numéro BDA: 2013-512181 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Projet «Maintenance DWH Gestion des risques»

Projet «Maintenance DWH Gestion des risques» SPF Finances Service d encadrement ICT Appel d offres général avec publicité Cahier des charges Règles et conditions relatives à la soumission des offres pour l exécution de la Maintenance du logiciel

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REGLEMENT DE LA CONSULTATION Marché public de Travaux 1- Identification du pouvoir adjudicateur Collectivité Adresse : Téléphone : 2- Objet du marché Lot n 1 - Lot unique Objet du marché Code (s) CPV n

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 septembre 2007 ;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 septembre 2007 ; 1 CSSS /07/155 DÉLIBÉRATION N 07/054 DU 2 OCTOBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L OFFICE NATIONAL DE SÉCURITÉ SOCIALE À L OFFICE WALLON DES DÉCHETS EN VUE

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Personne publique : commune de Valdeblore MAIRIE 06420 VALDEBLORE Objet de la consultation : EXTENSION RESTRUCTURATION ET COUVERTURE DE LA PISCINE MUNICIPALE

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Logiciels de protection antivirus 2014/S 146-262115. Avis de marché. Fournitures

Belgique-Bruxelles: Logiciels de protection antivirus 2014/S 146-262115. Avis de marché. Fournitures 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:262115-2014:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Logiciels de protection antivirus 2014/S 146-262115 Avis de marché Fournitures Directive

Plus en détail

Marché public : Candidature dans le cadre de l'appel d offres restreint pour la Modernisation de l'infrastructure informatique des conservations des

Marché public : Candidature dans le cadre de l'appel d offres restreint pour la Modernisation de l'infrastructure informatique des conservations des Marché public : Candidature dans le cadre de l'appel d offres restreint pour la Modernisation de l'infrastructure informatique des conservations des hypothèques. Marché public n S&L/AO/388/2014 Ouverture

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES Réf. Cellule Formation Gesfor2006 Acquisition et mise en œuvre d un logiciel de gestion des formations

CAHIER SPECIAL DES CHARGES Réf. Cellule Formation Gesfor2006 Acquisition et mise en œuvre d un logiciel de gestion des formations Boulevard du Roi Albert II, 33 Bte 95 1030 BRUXELLES CAHIER SPECIAL DES CHARGES Réf. Cellule Formation Gesfor2006 Acquisition et mise en œuvre d un logiciel de gestion des formations Changement de la date

Plus en détail

DEMANDE D OFFRE DE SERVICE

DEMANDE D OFFRE DE SERVICE Cahier spécial des charges DE/2013/DEV AND Partie A : Dispositions administratives et contractuelles. Contexte et finalité Technofutur TIC asbl créée en 1998, est labellisée Centre de compétence de la

Plus en détail

I.G.R.E.T.E.C. Boulevard Mayence,1 Localité/Ville: Charleroi Code postal: 6000

I.G.R.E.T.E.C. Boulevard Mayence,1 Localité/Ville: Charleroi Code postal: 6000 1/ 12 BE001 27/1/2012 - Numéro BDA: 2012-501818 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REGLEMENT DE LA CONSULTATION Pouvoir adjudicateur : ETAT - Préfecture de L Orne OBJET DU MARCHE : Fourniture et installation d un système de vidéo-surveillance au sein de la préfecture de l Orne Date et

Plus en détail

ERRATUM (2.1 Généralités pag.39) Publication au niveau européen Cahier spécial des charges n S&L/AO/380/2014

ERRATUM (2.1 Généralités pag.39) Publication au niveau européen Cahier spécial des charges n S&L/AO/380/2014 Cahier spécial des charges 1/79 S&L/AO/380/2014 Cahier spécial des charges: Appel d offres ouvert pour la maintenance de l application MODA qui comprend 5 composantes logicielles (Quintiq, Aïdoo ; application

Plus en détail

Marché de fournitures. Cahier spécial des Charges

Marché de fournitures. Cahier spécial des Charges AOG11019 - Appel d offres général avec publicité européenne Marché de fournitures Renouvellement des licences de produits "Unicenter" Cahier spécial des Charges ASBL GIAL VZW bd E. Jacqmainlaan 95 Bruxelles

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Logiciels et systèmes d'information 2014/S 198-349550. Avis de marché. Fournitures

Belgique-Bruxelles: Logiciels et systèmes d'information 2014/S 198-349550. Avis de marché. Fournitures 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:349550-2014:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Logiciels et systèmes d'information 2014/S 198-349550 Avis de marché Fournitures Directive

Plus en détail

Marché Public : ERRATUM (Pages : 27, 36)

Marché Public : ERRATUM (Pages : 27, 36) Marché Public : Appel d offres ouvert ayant pour objet la désignation d une agence de voyages chargée de la réservation et de l émission des billets de transport et de l hébergement des membres du personnel

Plus en détail

Cahier spécial des charges :

Cahier spécial des charges : Cahier des charges S&L/AO/389/2014 1/60 Cahier spécial des charges : Appel d'offres ouvert pour la maintenance hardware pour le SPF Finances. (S&L/AO/389/2014). Publication au niveau européen Cahier spécial

Plus en détail

B-Bruxelles: Travaux de construction 2011/S 137-227584 AVIS DE MARCHÉ. Travaux

B-Bruxelles: Travaux de construction 2011/S 137-227584 AVIS DE MARCHÉ. Travaux 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:227584-2011:text:fr:html B-Bruxelles: Travaux de construction 2011/S 137-227584 AVIS DE MARCHÉ Travaux SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES n 2015/SME/CC s-sdsl

CAHIER DES CHARGES n 2015/SME/CC s-sdsl Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) 35 Boulevard du Roi Albert II, 1030 Bruxelles Personne de contact: Pascal Vrancken (Fr) tél. : +32 (0)2 226 87 95 e-mail : pascal.vrancken@ibpt.be

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES PAR ADJUDICATION

MARCHE DE SERVICES PAR ADJUDICATION ECOLE RÉGIONALE D ADMINISTRATION PUBLIQUE 35, RUE CAPITAINE CRESPEL 1050 IXELLES MARCHE DE SERVICES PAR ADJUDICATION CAHIER SPECIAL DES CHARGES relatif à la location d une salle de cours en vue d y animer

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

SIVOM DES SAISIES CENTRE MULTI-ACTIVITES LES SAISIES

SIVOM DES SAISIES CENTRE MULTI-ACTIVITES LES SAISIES SIVOM DES SAISIES CENTRE MULTI-ACTIVITES LES SAISIES MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION OBJET du marché : Etudes de programmation pour la réalisation d'un centre multi-activités

Plus en détail

Société de Financement Complémentaire des Infrastructures

Société de Financement Complémentaire des Infrastructures Société de Financement Complémentaire des Infrastructures Cahier spécial des charges n SOF-15-STARK BIS Appel d offres ouvert pour la mise en œuvre d un système de traitement automatisé des redevances

Plus en détail

Service des Marchés Publics

Service des Marchés Publics Service des Marchés Publics MARCHE DE SERVICE 2010-43 CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES ET PARTICULIERES OBJET: MARCHE DE SERVICE DE TELECOMMUNICATIONS Pouvoir adjudicateur : Le pouvoir adjudicateur est

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX OPERATION : Réalisation d un écoquartier sur le site des Arpents DOSSIER N 14WTV005 MARCHE N LO 001-2015... MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION Pouvoir adjudicateur Commune de LES HERMITES

Plus en détail

Publication au niveau européen

Publication au niveau européen APPEL D OFFRES OUVERT POUR LA LIVRAISON, LA MISE EN SERVICE ET LA MAINTENANCE DE SCANNERS DE BAGAGES ET DE COLIS POUR LE COMPTE DE L ADMINISTRATION GENERALE DES DOUANES ET ACCISES Publication au niveau

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation MARCHÉ DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Réalisation d une enquête de satisfaction Perception de la qualité du service rendu dans l habitat social en Nord-Pas-de-Calais Règlement de la consultation Procédure

Plus en détail

Cahier spécial des charges :

Cahier spécial des charges : Cahier des charges THES-0762 1/86 Cahier spécial des charges : Appel d'offres ouvert pour le développement, la mise en production et le support au démarrage d'une application informatique dans le cadre

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHÉ DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) Constitution des dossiers d accessibilité Ad AP des ERP et IOP du territoire de la communauté de communes des Portes de l Ile de

Plus en détail

OBJET. Travaux de gardiennage, sécurité et de surveillance des locaux de l Agence Urbaine de Marrakech REGLEMENT DE LA CONSULTATION

OBJET. Travaux de gardiennage, sécurité et de surveillance des locaux de l Agence Urbaine de Marrakech REGLEMENT DE LA CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L URBANISME ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ----------- AGENCE URBAINE DE MARRAKECH APPEL D'OFFRES OUVERT SUR OFFRE DE PRIX N 01/2014 OBJET Travaux de gardiennage, sécurité

Plus en détail

Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014

Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA FORMATION DES CADRES *** UNIVERSITE HASSAN II DE CASABLANCA Présidence Sur offres de prix N 06FCUH2C/2014 OBJET

Plus en détail

B-Bruxelles: Électricité 2012/S 35-056242. Avis de marché. Fournitures

B-Bruxelles: Électricité 2012/S 35-056242. Avis de marché. Fournitures 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:56242-2012:text:fr:html B-Bruxelles: Électricité 2012/S 35-056242 Avis de marché Fournitures Directive 2004/18/CE Section I: Pouvoir

Plus en détail

1/ 14 BE001 14/01/2013 - Numéro BDA: 2013-500799 Formulaire standard 2 - FR Fourniture, mise en place et maintenance d'une solution ERP

1/ 14 BE001 14/01/2013 - Numéro BDA: 2013-500799 Formulaire standard 2 - FR Fourniture, mise en place et maintenance d'une solution ERP 1/ 14 BE001 14/01/2013 - Numéro BDA: 2013-500799 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Cahier des Charges Assistance IT lors de la convergence de FUP et ITIL

Cahier des Charges Assistance IT lors de la convergence de FUP et ITIL Cahier des Charges Assistance IT lors de la convergence de FUP et ITIL Services informatiques Date de la séance d ouverture des offres : 14/09/2009 à 10h00 Dépôt des offres uniquement auprès du : Service

Plus en détail

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS

LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS LES NOUVELLES CONTRAINTES EN MATIERE DE MARCHES PUBLICS I - PREAMBULE Jusqu à présent, la majorité des achats d équipements effectués par les services échappaient à la réglementation relative aux marchés

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Cahier spécial des charges n 2015/NON/LOG/01 Ouverture des offres : 2 juillet 2015 à 11h

Cahier spécial des charges n 2015/NON/LOG/01 Ouverture des offres : 2 juillet 2015 à 11h 1 Cahier spécial des charges n 2015/NON/LOG/01 Ouverture des offres : 2 juillet 2015 à 11h 2 TABLE DES MATIÈRES SPF Sécurité Sociale boulevard du Jardin Botanique 50 bte 145, 1000 Bruxelles CAHIER SPÉCIAL

Plus en détail

Smals-BB-001-021-2015@smals.be. Adresse du profil d acheteur (URL): https://enot.publicprocurement.be/enot-war/previewnotice.do?

Smals-BB-001-021-2015@smals.be. Adresse du profil d acheteur (URL): https://enot.publicprocurement.be/enot-war/previewnotice.do? 1/ 13 BE001 28/10/2015 - Numéro BDA: 2015-529646 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

RW-SpW-DGT2-DM-Direction de la Maintenance. Localité/Ville: Namur Code postal: 5000

RW-SpW-DGT2-DM-Direction de la Maintenance. Localité/Ville: Namur Code postal: 5000 1/ 13 BE001 10/08/2012 - Numéro BDA: 2012-518063 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 2 sur 8

SOMMAIRE. Page 2 sur 8 Rectorat de l académie de Grenoble DSI Division des Systèmes d Information 7, place Bir-Hakeim 38021 Grenoble Cedex REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHE N : 2012-09 OBJET : prestations de maintenance corrective

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION. Installation, location et maintenance de défibrillateurs semiautomatiques

REGLEMENT DE CONSULTATION. Installation, location et maintenance de défibrillateurs semiautomatiques MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE CENON 1 Avenue CARNOT 33151 CENON CEDEX REGLEMENT DE CONSULTATION Installation, location et maintenance de défibrillateurs semiautomatiques

Plus en détail

COMMUNE DE LE THILLAY 21, rue de Paris BP 814 LE THILLAY 95508 GONESSE Cedex

COMMUNE DE LE THILLAY 21, rue de Paris BP 814 LE THILLAY 95508 GONESSE Cedex DEPARTEMENT DU VAL D OISE COMMUNE DE LE THILLAY 21, rue de Paris BP 814 LE THILLAY 95508 GONESSE Cedex OBJET DU MARCHE Réfection partielle de l étanchéité sur la toiture terrasse du gymnase «Georges Delhalt»

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES SERVICES SERVICES D'INTÉRIM DE PERSONNEL INFIRMIER ET PARAMÉDICAL APPEL D OFFRES GÉNÉRAL (ACCORD-CADRE) CPAS de Charleroi

CAHIER SPECIAL DES CHARGES SERVICES SERVICES D'INTÉRIM DE PERSONNEL INFIRMIER ET PARAMÉDICAL APPEL D OFFRES GÉNÉRAL (ACCORD-CADRE) CPAS de Charleroi CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE SERVICES AYANT POUR OBJET SERVICES D'INTÉRIM DE PERSONNEL INFIRMIER ET PARAMÉDICAL APPEL D OFFRES GÉNÉRAL (ACCORD-CADRE) Pouvoir adjudicateur CPAS de Charleroi

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GUJAN-MESTRAS Direction Générale des Services Service Achats Marchés Place du Général De GAULLE 33470 GUJAN MESTRAS Tél: 05 57 52 57 52 FOURNITURE ET POSE D UN PLAFOND

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Logiciel de gestion des documents 2015/S 113-204388. Avis de marché. Fournitures

Belgique-Bruxelles: Logiciel de gestion des documents 2015/S 113-204388. Avis de marché. Fournitures 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:204388-2015:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Logiciel de gestion des documents 2015/S 113-204388 Avis de marché Fournitures Directive

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) COMMUNE DE VILLEMANDEUR Représentant du pouvoir adjudicateur Mairie de VILLEMANDEUR 1 bis, avenue de la Libération 45700 VILLEMANDEUR Mandataire

Plus en détail

Belgique-Bruxelles: Maintenance de matériel de réseau informatique 2015/S 027-045407. Avis de marché. Services

Belgique-Bruxelles: Maintenance de matériel de réseau informatique 2015/S 027-045407. Avis de marché. Services 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:45407-2015:text:fr:html Belgique-Bruxelles: Maintenance de matériel de réseau informatique 2015/S 027-045407 Avis de marché Services

Plus en détail

Société de Logements du Plateau, scrl Adresse postale: rue de l'yser, 200/002 Localité/Ville: ANS Code postal: 4430

Société de Logements du Plateau, scrl Adresse postale: rue de l'yser, 200/002 Localité/Ville: ANS Code postal: 4430 1/ 13 BE001 18/01/2011 - Numéro BDA: 2011-501063 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

TABLE DES MATIERES A. CLAUSES ADMINISTRATIVES 2

TABLE DES MATIERES A. CLAUSES ADMINISTRATIVES 2 Deuxième Partie TABLE DES MATIERES A. CLAUSES ADMINISTRATIVES 2 Pouvoir adjudicateur : 2 Objet du marché : 2 Mode de passation du marché : 2 Date et heure d ouverture des soumissions : 2 Mode de détermination

Plus en détail

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT Lot 2 Responsabilité civile Personne publique VILLE DE MONTRICHARD Pouvoir Adjudicateur VILLE DE MONTRICHARD Personne habilitée à fournir des

Plus en détail

Travaux de nettoyage des bâtiments intercommunaux Marché public n 04-2008

Travaux de nettoyage des bâtiments intercommunaux Marché public n 04-2008 1 Département de Seine et Marne Marché public n 04-2008 Date limite de dépôt des offres : 16/06/08 à 12 heures REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.) 2 SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DE LA CONSULTATION 2 ARTICLE 2

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION. MAPA 2012-06 SEPDE - DéGéOM

REGLEMENT DE CONSULTATION. MAPA 2012-06 SEPDE - DéGéOM Représenté par le Délégué général à l Outre-mer en exercice REGLEMENT DE CONSULTATION MAPA 2012-06 SEPDE - DéGéOM Etude des niveaux et des évolutions des loyers du secteur privé dans les cinq départements

Plus en détail

Réseaux Informatiques et Electriques Lot n 1 Réalisation d'un Câblage Informatique et Electrique Bureaux Parc des

Réseaux Informatiques et Electriques Lot n 1 Réalisation d'un Câblage Informatique et Electrique Bureaux Parc des AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune de La Valette du Var Madame Le Sénateur Maire Place Général De Gaulle - 83160 La Valette-du-Var marches.publics@lavalette83.fr

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce document par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles

Plus en détail

Chambre Régionale d'agriculture de Midi-Pyrénées - Consultation. le nettoyage des locaux. Règlement de consultation

Chambre Régionale d'agriculture de Midi-Pyrénées - Consultation. le nettoyage des locaux. Règlement de consultation Chambre Régionale d'agriculture de Midi-Pyrénées - Consultation pour le nettoyage des locaux Règlement de consultation Date limite de réception des offres : 13 décembre 2012 à 12 heures 1 I - Identification

Plus en détail

CAHIER SPECIAL DES CHARGES SERVICES FORMATION INFORMATIQUE ET HELPDESK POUR LE PERSONNEL DU CPAS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL.

CAHIER SPECIAL DES CHARGES SERVICES FORMATION INFORMATIQUE ET HELPDESK POUR LE PERSONNEL DU CPAS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL. CAHIER SPECIAL DES CHARGES DU MARCHE PUBLIC DE SERVICES AYANT POUR OBJET FORMATION INFORMATIQUE ET HELPDESK POUR LE PERSONNEL DU CPAS APPEL D OFFRES GÉNÉRAL Pouvoir adjudicateur CPAS de Bruxelles Auteur

Plus en détail

Consultation de marché du CDE: Instructions aux Soumissionnaires

Consultation de marché du CDE: Instructions aux Soumissionnaires Consultation de marché du CDE: Instructions aux Soumissionnaires Réf: PRG CAFE AIDCOM /RDC/001/2015 Fournitures à délivrer Calendrier i Formulaire SSP32 DATE HEURE* Date limite pour les demandes de clarification

Plus en détail

0 /0 0 4 0!"0 000 /0!00!2! 0 0/0!

0 /0 0 4 0!0 000 /0!00!2! 0 0/0! !" # $%%&' () * + % &&,* $& %& #! + % && $& -* &.! / ( 0 120 &* " * # $%%&' () * + % &&,* $& %. #! + % && $& -* * "3 0 + 0 /0 0 4 0!"0 000 /0!00!2! 0 0/0!!!" ' 0 &%%' 5 *, 60 *7 "3 0 &7!00 7 0!00 2 0 7*7!0

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication Ministère de la Culture et de la Communication Département de l'information et de la Communication REGLEMENT DE LA CONSULTATION Mise à disposition d une plateforme de veille sur Internet et d aide à l

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Cahier spécial des charges n S&L/AO/308/2012 Ouverture des offres : le 30/10/2012 à 14h30 ERRATUM : 1, 11, 13,14

Cahier spécial des charges n S&L/AO/308/2012 Ouverture des offres : le 30/10/2012 à 14h30 ERRATUM : 1, 11, 13,14 Cahier Spécial des charges : Marché passé par appel d offres général ayant pour objet : - en tranche ferme : la livraison, le montage, l installation et l entretien d un système centralisé d enregistrement

Plus en détail

1/ 12 BE001 23/01/2013 - Numéro BDA: 2013-501422 Formulaire standard 2 - FR Location de machines à café et fourniture de leurs consommables.

1/ 12 BE001 23/01/2013 - Numéro BDA: 2013-501422 Formulaire standard 2 - FR Location de machines à café et fourniture de leurs consommables. 1/ 12 BE001 23/01/2013 - Numéro BDA: 2013-501422 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

ACHAT D UN VEHICULE ELECTRIQUE

ACHAT D UN VEHICULE ELECTRIQUE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET SERVICES REGLEMENT DE LA CONSULTATION (Article 42 du code des marchés publics) COMMUNE DE CAZERES SUR GARONNE Objet de l'appel d'offres: PROGRAMME COMMUNAL D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes

Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes COMMUNE DE BAGNERES DE LUCHON 23 ALLEES D ETIGNY 31 110 BAGNERES DE LUCHON Fourniture d un véhicule utilitaire pour la blanchisserie des Thermes REGLEMENT DE CONSULTATION LOT 01 : Fourniture du véhicule

Plus en détail

directeur@logementsduplateau.be Fax: +32 42465782 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

directeur@logementsduplateau.be Fax: +32 42465782 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 12 BE001 8/10/2015 - Numéro BDA: 2015-527304 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Rue de l'ecluse,21 Localité/Ville: Charleroi Code postal: 6000. pa.avisdemarche@swl.be Fax: +32 71200284

Rue de l'ecluse,21 Localité/Ville: Charleroi Code postal: 6000. pa.avisdemarche@swl.be Fax: +32 71200284 1/ 14 BE001 08/06/2015 - Numéro BDA: 2015-514714 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 14/002 POUR UN MARCHÉ DE SERVICES AYANT POUR OBJET

CAHIER DES CHARGES N 14/002 POUR UN MARCHÉ DE SERVICES AYANT POUR OBJET CAHIER DES CHARGES N 14/002 POUR UN MARCHÉ DE SERVICES AYANT POUR OBJET La désignation d un partenaire pour l organisation d une formation IPI pour des agents immobiliers Demande d offre IPI Approuvée

Plus en détail