Docteur Laurent PELLETIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Docteur Laurent PELLETIER"

Transcription

1 Biologie Cellulaire Chapitre 2 : Méthodes d études en biologie cellulaire Docteur Laurent PELLETIER PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés.

2 Méthodes d études Cellule animale : µm Microscopie photonique 0,2 μm à 1 mm 1838 : Doctrine cellulaire de Schleiden et Schwann Microscopie électronique 1940 : 1-22 nm Fixation, colorations

3 Méthodes d étude Histologie Fixation Inclusion / Congélation (ultra-)microtome Coloration

4 DNA : Méthodes d étude 1944 O.T. Avery 1953 J.D. Watson & F.H.C. Crick Genetic code : M. Nirenberg & H.G. Khorana DNA cloning : 1972 P. Berg Hybridization : 1975 E.M. Southern Fast Sequencing : 1977 W. Gilbert & F. Sanger PCR : 1983 K. Mullis Historique Transgenesis : 1993 S. Spielberg Human genome sequenced : 2001

5 Méthodes d étude Génomes séquencés Organisme taille approx. (nbre gènes) H.influenzae C.jejuni Y.pestis E.coli S.cerevisiae C.elegans H.sapiens autres (souris, plasmodium, etc...)

6 Méthodes d étude Adipocyte Même génomeg Neurone Expression différente

7 Méthodes d étude Genome gènesg Transcriptome Proteome protéines Statique, connu Dynamique, dépendant du context, inconnu Dynamique, dépendant du context, inconnu

8 Etude des gènes Méthodes d étude Southern blot : ADN northern blot : ARN PCR : Polymerase Chain Reaction Puce d ADN Enzymes de restriction Clonage Séquençage

9 Méthodes d étude Les techniques de ciblage moléculaire Immuno-histochimie Immuno-fluorescence Hybridation In Situ

10 Méthodes d étude Les techniques de ciblage moléculaire Immuno-histochimie CD31

11 Méthodes d étude Les techniques de ciblage moléculaire Immuno-histochimie Colon - tissu normal Fort immuno-marquage nucléaire PCNA des cellules épithéliales (glandes). Marquage modéré dans les cellules musculaires.

12 Méthodes d étude Les techniques de ciblage moléculaire Immuno-fluorescence ICAM-2 2 (FITC) Actine α-sm (Cy5) Immunohistochemistry markers to distinguish between vascular smooth muscle and endothelial cells. A cryosection of mouse heart ventricle was simultaneously stained with FITC-conjugated smooth muscle α-actin antibody (A) and an antibody against the apical endothelial membrane protein, ICAM-2 (B). The secondary antibodies to detect ICAM-2 was Cy-5 conjugated donkey anti-rat (pseudo-colored red for clarity). Panel C is an overlay of the preceding two panels.

13 Méthodes d étude Les techniques de ciblage moléculaire Hybridation in situ (HIS) Section de cerveau de souris : Les points noirs indiquent l expression d un gène dans des régions spécifiques A cross-section through the

14 Méthodes d étude Immuno-histochimie, Immunofluorescence, FACS, Hybridation In Situ, Southern-blot, western blot, northern-blot même combat! Enzyme, fluorochrome Secondaire Sonde Cible

15 Southern blot Coloration BEt

16 Southern blot Transfert par capillarité puis par courant électrique.

17 Southern blot

18 Les puces d ADN Objectif : Comparer les cdna (gènes exprimés) de cellules normales et cancéreuses

19 Les puces d ADN Cellules normales Cellules cancéreuses GCAT GACT GACT TCAG CGTA CTGA ATGC AGTC Membrane + sondes

20 Les puces d ADN vert = normal rouge = cancer Rouge&vert = normal & cancer noir = pas d expression

21 Les puces d ADN

22 Les puces d ADN Principe généralg Analyse informatisée e du signal d'hybridation (Station de travail ) Obtention d'un profil d'expression de gènesg gène A gène B gène C gène D gène E gène F corrélation avec les données cliniques

23 FACS Cytométrie trie en flux (FACS FACS : Fluorescence Activated Cell Sorter)

24 FACS 4 N 4 N 2-44 N 2 N 2 N 4 N

25 FACS DNA Analysis Nombre de cellules Pic d aneuploïdie (DNA index 1.21) N 4 N Intensité de Fluorescence

26 FACS PMT 4 Flow cell Dichroic Filters PMT 1 Bandpass Filters PMT 2 Laser PMT 3 Purdue University Cytometry Laboratories, modified by R.F. Murphy

27 ELISA (Enzyme-Linked Immuno Sorbent Assay) Dosage d un anticorps Dosage d un antigène

28 ELISA

29 ELISA Enzymes Phosphatase alcaline Peroxydase (HRP) Substrats PNPP incolore (4-nitrophényl-phosphate) OPD + H 2 O 2 (orthophénylène diamine) Luminol + H 2 O 2 Produits Jaune Orange Luminescent ELISA anticorps anti-hiv GP120

30 Western blot Séparation & transfert des protéines + détection d protéine d intd intérêt = WB Electrophorèse en gel d acrylamided ou PAGE-SDS (PolyAcrylamide Gel Electrophoresis Sodium Dodecyl Sulfate) Coloration des protéines au bleu de Coomassie

31 Western blot Préparation et séparation s des protéines

32 Western blot Electro-transfert transfert sur nylon ou nitrocellulose

33 Western blot

34 Electrophorèse 2D SDS-PAGE (PM) IEF (pi)

35 Spectrométrie de masse N-Laser TOF-MS Detector Quantité relative Analyse d un d échantillon tumoral Masse (Da)

36 Spectrométrie de masse Tumeur A-1 Tumeur A-2 Tumeur A-3 Tumeur NA-1 Tumeur NA-2 Tumeur NA-3

37 Spectrométrie de masse Tumeur A-1 Tumeur A-2 Tumeur A-3 Tumeur NA-1 Tumeur NA-2 Tumeur NA-3 Echantillons Pics protéiques Tumeur A-1 Tumeur A-2 Tumeur A-3 Tumeur NA-1 Tumeur NA-2 Tumeur NA-3

38 Culture cellulaire Culture cellulaire 1907 : doctrine neuronale Explants tissulaires Cellules isolées Dissociation mécanique, enzymatique, EDTA Sélection EDTA : Acide éthylène diamine tétracétique

39 Sélection Marquage direct Culture cellulaire Marquage indirect

40 Culture primaire Culture cellulaire Culture secondaire Cellule unique (clonage) Culture secondaire Culture primaire : Population polymorphe de cellules Culture secondaire

41 Culture cellulaire Cellules Observation Hela Contraste Microscopie de phase à contraste de phase Vidéo-microscopie Contraste interférentiel

42 Culture cellulaire Observation Immunofluorescence Labelling of mitochondria, F-actin network, and nuclear DNA

43 Culture cellulaire Conditions de culture 37 C, ph, sels, CO 2 Milieu de culture Milieu de base +/-Sérum Facteurs de croissance Support

44 Culture cellulaire Immortalisation Les cellules non tumorales ont un nombre de divisions limité Croissance cellulaire

45 Culture cellulaire Immortalisation Introduction d un oncogène (SV 40, Myc) qui immortalise la cellule sans la rendre tumorale Cellules tumorales exple : He(nrietta) La(cks)

46 Culture cellulaire Cellule normale Cellule immortalisée Cellule transformée Divisions Ancrage, Fact. Croiss., Inhib. Contact. Cellules normales cellules cancéreuses

47 Culture cellulaire Intérêts Fondamental Diagnostique Thérapeutique

48 Culture cellulaire Mélanocytes tumoraux en culture

49 Culture de cellules de moelle osseuse humaine Culture cellulaire Ulex Europeaus Agglutinin-1 (UEA-1) Facteur de Von Willebrand (vwf) Collagène IV

50 Culture cellulaire Microscopie Electronique à Transmission (MET)

51 Culture cellulaire C B Actine α SM A vwf

52 Techniques d étude des fonctions cellulaires A Aspirating canula B Ultrasonic dissociation Dissociated tissues "human auto-culture medium" C D E

53 Méthodes d étude in vivo Greffes de cellules cellules souches cellules tumorales Transfert de gènes Souris transgéniques souris mucoviscidose souris prédisposées au cancer Souris Knock-out

54 Méthodes d étude in vivo Modèles de tumorigenèse Contrôle AE-941 Volume tumoral (cm 3 ) 60 Témoin Æ Temps (jours)

55 Méthodes d étude in vivo Transfert de gènes : Modifications expérimentales du patrimoine génétique Transfert de gènes in vitro ou in vivo Vecteurs viraux ou non viraux Une expérience heureuse ou malheureuse à l hôpital Necker?

56 Méthodes d étude in vivo

57 Méthodes d étude in vivo Transfert de gène Promoteur Profil d expression spatial et temporel cdna Gène d intérêt Intron AAAA Transgène <1kb to >200kb AAAA

58 Méthodes d étude in vivo Transfert de gène Promoteur 1- Ubiquitaire 2- Spécifique d un tissu (Cerveau, foie, muscle ) 3- Inductible (tétracycline, interféron...) cdna Gain de fonction - Gène sauvage -mutant Perte de fonction - dominant négatif -antisens

59 Méthodes d étude in vivo Gène rapporteur : Promoteur du gène X Gène X Promoteur du gène X Gène rapporteur - β galactosidase - Luciférase - GFP - autres. Aequorea victoria GFP : Green Fluorescent Protein

60 Méthodes d étude in vivo neurogenin 1

61 Méthodes d étude in vivo FVB/N-TgN(MMTVneu)202Mul Promoter: MMTV, mouse mammary tumor virus Gene : Erbb-2 (HER-2; HER2; Neu; Neu oncogene; c-erbb2; c- neu; neu protooncogene) Souris homozygotes viables et fertiles Pas de phénotype chez les mâles Expression du transgène détectable dans l épithélium mammaire normal, les glandes salivaires et le poumon. Tumeurs focales apparaissent autour de 4 mois

62 Méthodes d étude in vivo

63 Méthodes d étude in vivo Green Fluorescent Protein (GFP) Témoin 9.5 day embryos

64 Méthodes d étude in vivo GFP Témoin Adulte

65 Méthodes d étude in vivo

66 Méthodes d étude in vivo Cellules de moelle osseuse Transfert du gène GFP (rétrovirus) Cellules de moelle osseuse Cellules GFP

67 Méthodes d étude in vivo Cellules de moelle osseuse GFP Coupes de cervelet 4 semaines 15 semaines Souris irradiée léthalement? Cellules sanguines

68 Méthodes d étude in vivo Hémisphère témoin A Hémisphère lésé B 1 j Après lésion C D 14 j Après lésion

69 En bio cell : Problème A Il y a des QCM et des QCMproblèmes à l examen B Il y a toujours au moins 1 réponse exacte (1 à 5) C Chaque QCM vaut 1 à 3 point(s) D J ai 1 ; 0.5 ; 0.2 ; 0 point(s) si je fais 0 ; 1 ; 2 ; 3 erreur(s), respectivement E Y a plus qu à

70 Problème Concernant cette population cellulaire Cel0 : A - Le sérum permet la survie B - Le sérum permet la prolifération C - L EGF est indispensable à la survie D - Le plateau de croissance atteint à 96h de culture indique que les cellules ont conservé leur inhibition de contact E - Ces caractéristiques sont compatibles avec la croissance de cellules transformées EGF : Epermal Growth Factor

71 Problème A propos de cette expérience : A - L iodure de Propidium est un agent fluorescent qui se lie à l ADN et permet ainsi d en estimer la quantité B - Le premier pic (gauche) correspond aux cellules en phase G1 C - Le second pic (droite) correspond aux cellules en phase S D - Les cellules Cel2 prolifèrent plus que les cellules Cel1 E - La population Cel2 est aneuploïde

72 Problème Les cellules Cel5 et Cel6 sont transfectées avec un plasmide comprenant : - Le promoteur du gène EGF-R devant le gène codant la GFP et avec un second plasmide comprenant le gène codant la - BFP (protéine fluorescente bleue) sous le contrôle du promoteur du gène fos. Des cellules normales de même origine subissent les mêmes modifications. Inducteur X Pro-EGFR Pro-EGFR EGFR Inducteur Y Pro-Fos Pro-Fos Fos GFP BFP

73 Problème Pro-EGFR GFP Pro-EGFR EGFR Pro-Fos Fos Expression Induction Pro-Fos BFP Si activé EGF-R

74 Problème Auantité (unités arbitraires) GFP Cellules témoins Cel5 Cel6 BFP = EGF-R = Fos A propos de cette expérience : On mesure les quantités des deux protéines fluorescentes produites par les deux populations cellulaires. A - Les gènes GFP et BFP sont des gènes rapporteurs B - L expression de la GFP reflète celle du récepteur à l EGF C - L expression de la protéine BFP, comme celle de fos, est sous le contrôle de l activation de la voie de signalisation de EGF-R D - Le récepteur de l EGF est sur-exprimé dans les cellules Cel5 E - La voie de signalisation en aval de EGF-R est sur-activée dans les cellules Cel5 et Cel6

75 Exemple de thérapie génique Alain Fischer, Hôpital Necker, Paris Déficit Immunitaire Combiné Sévère lié à l X (DICS-X) Moelle osseuse : cellules précurseurs γc : sous-unité des R des IL-2, 4, 7, 9, 15 γc absente ou inopérante

76 Exemple de thérapie génique Alain Fischer, Hôpital Necker, Paris Déficit Immunitaire Combiné Sévère lié à l X (DICS-X) 10 patients de 1-9 mois Aspiration médullaire Selection des progéniteurs CD34+ Exposition à des vecteurs rétroviraux contenant le cdna de la chaîne γc Greffe des cellules

77 Exemple de thérapie génique Alain Fischer, Hôpital Necker, Paris Suivi précoce : T, NK Reconstitution normale du pool Réponses vaccinales normales 3 mois : Retour à la maison

78 Exemple de thérapie génique Alain Fischer, Hôpital Necker, Paris Science 17 th October 2003 Octobre 2002 : 2 patients développent une leucémie Vecteur rétroviral intégré dans ou à proximité de LMO2 Surexpression de LMO2

79 Exemple de thérapie génique Alain Fischer, Hôpital Necker, Paris Intégration aléatoire Des rétrovirus NON!!! Insertion dans la chromatine ouverte transcriptionnellement active

80 «L'ensemble de ce document relève des législations française et internationale sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction de tout ou partie sont réservés pour les textes ainsi que pour l'ensemble des documents iconographiques, photographiques, vidéos et sonores. Ce document est interdit à la vente ou à la location. Sa diffusion, duplication, mise à disposition du public (sous quelque forme ou support que ce soi), mise en réseau, partielles ou totales, sont strictement réservées à l université Joseph Fourier de Grenoble. L utilisation de ce document est strictement réservée à l usage privé des étudiants inscrits à l UFR de médecine de l université Joseph Fourier de Grenoble, et non destinée à une utilisation collective, gratuite ou payante.» Ce document a été réalisé par la cellule TICE Médecine de l Université Joseph Fourier Grenoble 1. PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés.

Chapitre 2 : Méthodes d études en biologie cellulaire. Docteur Laurent PELLETIER

Chapitre 2 : Méthodes d études en biologie cellulaire. Docteur Laurent PELLETIER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 2 : Méthodes d études en biologie cellulaire Docteur Laurent PELLETIER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Méthodes

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de

Plus en détail

Plan du cours «Biologie du développement»

Plan du cours «Biologie du développement» Plan du cours «Biologie du développement» Partie I : Notions de base de la biologie du développement. Définitions, les principales étapes de l embryogenèse Les facteurs moléculaires contrôlant les processus

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Rapport scientifique DEBRA France. Année 2013

Rapport scientifique DEBRA France. Année 2013 Rapport scientifique DEBRA France Année 2013 Pr. Alain Hovnanian Services de Génétique et de Dermatologie Coordinateur du projet Européen GENEGRAFT Centre de diagnostic des maladies génétiques cutanées

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES - LES TECHNIQUES DE FRACTIONNEMENT TISSULAIRE ET CELLULAIRE - LA CYTOMETRIE EN FLUX - LES CULTURES CELLULAIRES Professeur Jean CAMBAR Laboratoire de Biologie

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences

2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences 2D-Differential Differential Gel Electrophoresis & Applications en neurosciences Jean-Etienne Poirrier Centre de Neurobiologie Cellulaire et Moléculaire Centre de Recherches du Cyclotron Université de

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA

Dr Donatien MOUKASSA LES TECHNIQUES DE BIOLOGIE MOLECULAIRE APPLIQUEES EN CANCEROLOGIE HUMAINE Dr Donatien MOUKASSA Département d histo-embryologie et d anatomie pathologique, FSS, UMNG EPU, Fondation Congolaise en Recherche

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Introduction. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire 3D. L'architecture nucléaire 3D 06/11/2007

Introduction. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire. L'architecture nucléaire 3D. L'architecture nucléaire 3D 06/11/2007 Introduction Développement en imagerie biologique Problématique biologique Production des images Traitements et analyses Résultats biologiques Deux exemples Architecture nucléaire Cycle cellulaire 2 L'architecture

Plus en détail

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie

Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Enjeux de la biologie haut débit en oncologie Pascal BARBRY, CNRS, Sophia Antipolis o Les technologies haut-débit ont enrichi considérablement nos approches quantitatives en biologie. o Des applications

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Diagnostic biologique de la toxoplasmose

Diagnostic biologique de la toxoplasmose COURS DE COLLEGE DE MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique de la toxoplasmose 26 Janvier 2012 Faculté de Médecine de Sousse Principes des techniques utilisées dans le diagnostic

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

Dérivées et différentielles des fonctions de plusieurs variables

Dérivées et différentielles des fonctions de plusieurs variables UE4 : Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Analyse Chapitre 6 : Dérivées et différentielles des fonctions de plusieurs variables Christelle MELODELIMA Année

Plus en détail

Fonction réciproque. Christelle MELODELIMA. Chapitre 2 :

Fonction réciproque. Christelle MELODELIMA. Chapitre 2 : UE4 : Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Analyse Chapitre 2 : Fonction réciproque Christelle MELODELIMA Année universitaire 2011/2012 Université Joseph

Plus en détail

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE Organisé par l équipe pédagogique : Statistique bioinformatique du département IMATH Responsable de la formation : Pr. Jean-François Zagury Coordinateur des

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment 112 - Centre universitaire

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France

Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux. Pascal Brunou, David Bastien Partec France 1968 2008 Partec: l innovation en marche depuis 40 ans Principes des appareils de Cytométrie en Flux Pascal Brunou, David Bastien Partec France en Allemagne et partout dans le Monde Société basée à Münster

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Christelle REYNES EA 2415 Epidémiologie, Biostatistique et Santé Publique Université Montpellier 1. 8 Juin 2012

Christelle REYNES EA 2415 Epidémiologie, Biostatistique et Santé Publique Université Montpellier 1. 8 Juin 2012 Extraction et analyse des mesures haut-débit pour l identification de biomarqueurs : problèmes méthodologiques liés à la dimension et solutions envisagées EA 2415 Epidémiologie, Biostatistique et Santé

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

BIOLOGIE MOLECULAIRE

BIOLOGIE MOLECULAIRE BIOLOGIE MOLECULAIRE I. Eléments importants de la structure des génomes eucaryotes 1. Chromosomes et chromatines a) Caractéristiques générales d'un chromosome Les chromosomes des eucaryotes sont des grosses

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles

Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Thérapies ciblées : comment déterminer la cible? Myriam Remmelink, MD, PhD Service d Anatomie Pathologique, Bruxelles Introduction Le cancer du poumon est le responsable majeur du décès par cancer 1.4

Plus en détail

Anomalies chromosomiques

Anomalies chromosomiques Master bioinformatique, Université de Rouen Janvier 2013 Sylvain Mareschal [@etu.univ-rouen.fr] Anomalies chromosomiques Speicher & Carter (2005) Nat Rev Genet. Oct;6(10):782-92. The new cytogenetics:

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007

M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007 M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007 BIOLOGIE MOLECULAIRE EUCARYOTE (Sans document ni calculette ; durée 2h) Librement inspiré de Wang et al. CELL, 105, 851 862, 2001 et Cao et al. MOL CEL BIOL, 25, 364 376,

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité Médecine et Société Chapitre 4 : Protection sociale Partie 2 : L assurance maladie Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures

Filière BCPST BIOLOGIE. Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan. Durée : 6 heures 74.01B SESSION 2007 Filière BCPST BIOLOGIE Epreuve commune aux ENS de Paris, Lyon et Cachan Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et

Plus en détail

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA «Anexplo» Service Transgenèse Catalogue des prestations 04/01/12 - Page 1 sur 8 Présentation du service de Transgenèse Le service de Transgenèse

Plus en détail

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Aude Lamy Laboratoire de Génétique Somatique des Tumeurs CHU de Rouen Inserm U1079 Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen La médecine personalisée

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Tarification des plateformes de l'iric Mise à jour 11 juillet 2014

Tarification des plateformes de l'iric Mise à jour 11 juillet 2014 Tarification des plateformes de l'iric Mise à jour 11 juillet 2014 Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à manon.valiquette@umontreal.ca BIO-IMAGERIE - tarif horaire UdeM Confocal 65.00

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique

Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Les vaccins «anti cancers» : une manne pour l industrie pharmaceutique Le lancement du vaccin contre le cancer du col de l utérus, après celui de l hépatite B, a donné des ailes à la recherche sur les

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D. Module d Immunologie 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.Ait-Ali Annexe : Techniques utilisée en immunologie La majorité sont des

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Partie 1 : Introduction et variations internationales

Partie 1 : Introduction et variations internationales UE7 - Santé Société Humanité Economie de la santé Chapitre 3 : Organisation des systèmes de soins Partie 1 : Introduction et variations internationales Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail