Le traitement des patients insuffisants cardiaques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement des patients insuffisants cardiaques"

Transcription

1 Réadaptation cardiovasculaire et insuffisance cardiaque Cardiac rehabilitation in heart failure patients C. Monpere* Le traitement des patients insuffisants cardiaques (IC) connaît des progrès continus depuis plus de deux décennies : aux diurétiques et aux tonicardiaques digitaliques ont été ajoutés les bloqueurs des systèmes neuro-hormonaux, et plus récemment les apports technologiques tels les défibrillateurs implantables ou les resynchronisateurs ventriculaires. Alors que l entraînement physique régulier était depuis longtemps contre-indiqué, des études novatrices de faibles effectifs mais bien menées ont permis d affirmer l innocuité de l exercice chez les patients IC stabilisés, l amélioration de la symptomatologie et des capacités d effort, voire l amélioration de la morbi-mortalité, et ont ainsi favorisé son développement depuis les années La meilleure connaissance des mécanismes physiopathologiques de l insuffisance cardiaque et des effets de l exercice a permis de conforter le bien-fondé de cette prise en charge. De fait, les nouvelles recommandations 2008 de la Société européenne de cardiologie préconisent la réadaptation cardiaque au chapitre du traitement non pharmacologique de l insuffisance cardiaque, c est-à-dire l association de l éducation thérapeutique et d un programme de reconditionnement à l effort. L entraînement physique y est recommandé chez tous les insuffisants cardiaques stables, recommandation de classe I (intervention bénéfique, utile et efficace) et de niveau d évidence A (données dérivées d études cliniques randomisées ou de méta-analyses), sans être limité à des sousgroupes particuliers (étiologie, classe NYHA, fraction d éjection ventriculaire gauche ou traitement) [1]. Cet article sera plus particulièrement axé sur les modalités pratiques de la réadaptation cardiaque, sa place au sein de l arsenal thérapeutique de l insuffisance cardiaque, et ses effets sur la morbimortalité, notamment après la présentation des résultats de l étude HF-ACTION à l AHA Modalités pratiques Cadre législatif des services de soins de suite et de réadaptation prenant en charge les pathologies cardiovasculaires Les conditions de fonctionnement en France des services de soins de suite et de réadaptation spécialisés dans la prise en charge des affections cardiovasculaires, ont fait l objet de la promulgation d un décret, complété d une circulaire d application (2, 3). Ces textes serviront de cadre légal à nos tutelles pour valider les autorisations de fonctionnement de nos structures. Dans le cas de la réadaptation cardiaque, le rôle pivot du médecin cardiologue est rappelé : les services de réadaptation cardiaque (RC) doivent pouvoir prendre en charge des patients à risque élevé, dont les patients IC sévères, nécessitant comme compétence médicale obligatoire un cardiologue présent sur le site pendant les phases de réadaptation et une continuité des soins assurée par une garde ou une astreinte médicale. Une intervention médicale en urgence doit être possible à tout moment. La nécessité d une équipe pluridisciplinaire formée aux gestes d urgence et à la réadaptation cardiaque ainsi que la nature des locaux et des matériels nécessaires au reconditionnement à l effort et à la prise en charge des urgences sont également précisées. Le programme de réadaptation cardiaque Généralités La réadaptation cardiaque doit s adresser à des patients stabilisés en classes II et III de la NYHA en sachant qu un minimum de 20 séances est requis, 40 séances étant préconisées pour les patients les * CRCV Bois Gibert, Ballan Miré. La Lettre du Cardiologue n février

2 Points forts Mots-clés Réadaptation cardiaque Entraînement physique Insuffisance cardiaque chronique»» La réadaptation des patients insuffisants cardiaques reste sous-utilisée malgré ses effets bénéfiques sur la qualité de vie, les capacités d effort voire le pronostic, et cela sans effets délétères sur le remodelage ventriculaire.»» Le shear stress vasculaire induit par l exercice est sans doute à l origine des effets favorables constatés sur les systèmes neuro-hormonaux et vasculaire après entraînement. En outre, l éducation thérapeutique associée aux séances de reconditionnement à l effort permet l autogestion de sa maladie par le patient, ce qui permet une diminution du nombre et de la durée des réhospitalisations ainsi qu une réduction du coût de la maladie.»» La future épidémie d insuffisances cardiaques devra inciter les systèmes de santé à prendre des mesures innovantes pour la prise en charge de cette population croissante, en y faisant une large part à la réadaptation. Highlights Cardiac rehabilitation for heart failure patients is still underused despite its beneficial effects on quality of life, functional capacities or even prognosis, without any deleterious effect on left ventricular remodelling. Exercise-induced vascular shearstress is probably at the origin of the beneficial consequences of training on neuro-hormonal and vascular systems. Moreover, educational sessions on heart failure, together with exercise training, allow the patient the self-management of his disease, leading to a decrease in rehopitalisation number and length of stay, and therefore a reduction in medical cost. The on-going heart failure epidemic should prompt Health Services to promote innovating measures to manage this rapidly growing population, integrating widely cardiac rehabilitation. Keywords Cardiovascular rehabilitation Exercise training Chronic heart failure plus fragiles. Le programme de réadaptation est mené par une équipe pluridisciplinaire, requérant les compétences d un cardiologue, de kinésithérapeutes, d infirmières formées en éducation thérapeutique, de diététiciennes et, si possible, de psychologues. Ce programme associera reconditionnement à l effort et éducation thérapeutique centrée sur les aspects diététiques, l auto-gestion de la maladie (suivi régulier du poids, de la survenue d œdèmes, du degré de dyspnée, de la compliance au traitement, etc.) ainsi qu une prise en charge psychologique. Le reconditionnement à l effort sera prescrit à partir des données d évaluation fonctionnelle (au minimum une échocardiographie, une épreuve d effort avec mesure des paramètres respiratoires, des données coronarographiques en cas de cardiopathie ischémique) qui permettront, en sus des données cliniques, de stratifier le risque évolutif. La réadaptation est généralement initiée durant la première semaine en hospitalisation complète afin de vérifier la tolérance du reconditionnement à l effort, tout particulièrement chez les patients les plus âgés ou les plus fragiles. Si les conditions cliniques et géographiques le permettent, cette réadaptation pourra être continuée sur un mode ambulatoire avec renforcement des messages éducationnels et préparation au retour à domicile. L évaluation des capacités fonctionnelles et la prescription d un programme à faire à domicile seront réalisées à la fin de cette réadaptation. Le test d effort de sortie serait de plus un élément permettant de préciser le pronostic des patients : l absence d amélioration à l entraînement, c està-dire un gain en pourcentage de la valeur prédite du pic VO 2 inférieur à 6 %, multiplierait par 8 les risques d événements cardiovasculaires (décès, greffe cardiaque, hospitalisation pour insuffisance cardiaque) [4]. Entraînement en endurance Il est le pivot du reconditionnement à l effort. Ses modalités sont prescrites après test de tolérance à l effort limité par les symptômes, associé à une mesure des gaz respiratoires. L intensité se situe au niveau du premier seuil d adaptation ventilatoire, la durée selon la tolérance du patient variant de 10 à 30 minutes, à une fréquence de 3 à 7 fois par semaine. La progression doit être lente et individualisée, portant d abord sur la durée, puis la fréquence, et enfin l intensité. L entraînement à niveau fixe (en plateau ) a été comparé à l entraînement fractionné ou interval training. Ce dernier semble mieux toléré, plus ludique, présente des effets plus rapides liés vraisemblablement à une sollicitation plus importante de la périphérie et un moindre stress cardiovasculaire (5). Cet interval training semble réalisable chez les patients les plus âgés, avec des effets plus bénéfiques sur le pic de la consommation d oxygène, le remodelage ventriculaire gauche et la vasodilatation dépendante de l endothélium que l entraînement en plateau (6). Renforcement musculaire Outre la dyspnée et la fatigabilité à l effort, la diminution de la force musculaire, notamment des membres supérieurs, gêne la qualité de vie des patients IC. L association d un entraînement en endurance et de séances de résistance segmentaire douce (combinaison d exercices dynamiques et statiques) est préconisée (7). Cette association permet une amélioration de la force musculaire sans effets cliniques délétères ni détérioration de la fonction ventriculaire gauche, une amélioration des efforts sous-maximaux, ainsi que de la qualité de vie plus prononcée qu en cas d entraînement en endurance seul (8). Ces séances gymniques peuvent s effectuer sur appareils spécifiques de musculation de type banc de Koch ou à l aide de matériel gymnique simple tel que bandes élastiques ou bracelets lestés, plus faciles à utiliser à domicile. Le milieu aquatique peut également être utilisé chez des patients IC stabilisés, en effectuant des exercices lents en position debout, avec de l eau au niveau du thorax et à thermoneutralité (environ 32 C). Dans ces conditions, les effets combinés de la pression hydrostatique et de la réduction de la postcharge améliorent la fraction d éjection et les pressions de remplissage ventriculaire gauche, tout en s accompagnant d une sensation de bienêtre (9). Ces études réalisées sur de petits effectifs nécessitent d être étendues à des populations plus importantes (10). 22 La Lettre du Cardiologue n février 2009

3 Chez les patients les plus déconditionnés, l électromyostimulation représente une alternative intéressante, qui permet, sans sollicitation cardiovasculaire, une amélioration du métabolisme musculaire oxydatif, le développement des fibres de type I, et l augmentation des capacités d effort (pic VO 2, test de marche de 6 minutes) [11]. Enfin, parallèlement au reconditionnement à l effort, la prise en charge psychologique ne doit pas être oubliée chez ces patients angoissés par leur pathologie. Outre les effets favorables sur la qualité de vie, objectivés à partir d échelles spécifiques (Minnesota Living with Heart Failure Questionnaire), la gestion du stress, au travers de séances de relaxation ou de gymnastique douce (de type yoga et tai-chi) aurait des conséquences bénéfiques sur la qualité du sommeil (12), les capacités d effort ou les marqueurs de l inflammation : interleukine 6, CRPus, superoxyde dismutase extra-cellulaire (13). Ces aspects psychologiques de la prise en charge des patients IC représentent donc une voie complémentaire à l exercice très intéressante (tableau I). Cas particuliers des patients porteurs de défibrillateur implantable ou de resynchronisation En dépit d une amélioration des performances ventriculaires gauches, la resynchronisation n améliore pas ou peu le pic de consommation d oxygène. Ces faits ont motivé des études visant à évaluer les bénéfices d un entraînement physique chez ces patients. Une étude de R. Belardinelli (14) réalisée chez 52 patients porteurs d un défibrillateur associé ou non à une resynchronisation a retrouvé des effets bénéfiques sur les capacités d effort uniquement chez des patients réentraînés, une amélioration de la fraction d éjection chez les patients resynchronisés et entraînés, et une amélioration du pic de VO 2 ainsi qu une meilleure vasodilatation dépendante de l endothélium chez tous les patients entraînés. L autre fait non négligeable est l absence de survenue de troubles rythmiques dans ce groupe entraîné alors que dans le groupe contrôle, 8 patients ont reçu un choc approprié lié à une tachycardie ventriculaire (tableau II). Résultats de la réadaptation cardiaque des patients IC : impact sur le pronostic L entraînement physique chez le patient IC va modifier de façon bénéfique les réponses adaptatives de l organisme à la baisse du débit cardiaque, sans altérer le remodelage ventriculaire gauche (15). Ces effets sont ubiquitaires : effets musculaires : avec amélioration de l endurance, restructuration musculaire au profit des fibres lentes, accroissement du métabolisme oxydatif et diminution de l ergo réflexe ; effets vasculaires : amélioration de la vasodilatation dépendante de l endothélium, effets positifs sur l angiogenèse ; effets neuro-hormonaux : amélioration de l équilibre sympatho-vagal, de la variabilité sinusale, baisse des catécholamines circulantes et du BNP (tableau III). L origine de ces modifications physiopathologiques serait la conséquence du shear stress vasculaire lié à l augmentation du débit circulatoire induit par Tableau I. Exemples de programmes de réadaptation dans l insuffisance cardiaque. Classe III NYHA < 50 % VO 2 théorique ou pic VO 2 < 14 ml/mn/kg -1 Seuil ischémique ou arythmique 60 watts autonomie à la marche électromyostimulation résistance douce segmentaire vélo sans charge ou avec charge peu élevée Éducation thérapeutique Prise en charge psychologique Kinésithérapie respiratoire Si amélioration Classe II NYHA > 50 % VO 2 théorique ou pic VO 2 > 14 ml/mn/kg -1 Seuil ischémique ou arythmique > 60 watts endurance classique gymnastique globale au sol ou en milieu aquatique Tableau II. Effets de l entraînement après implantation d un défibrillateur ± resynchronisateur (14). Population FE Pic VO 2 avant après avant après Groupe Entraînement (8 semaines, 60 % pic VO 2 ) DAI n = ± 6 33 ± 7 14,9 ± 2,5 17,2 ± 2,6* DAI + RCT n = ± 5 42 ± 5* 14,6 ± 2,5 17,9 ± 2,3 * DAI n = ± 2,2 15,8 ± 2,2 Groupe Témoin TV 0 8 (p < 0,0001) DAI + RCT n = 10 15,5 ± 2 15,8 ± 2,1 DAI = défibrillateur automatique implantable ; FE = fraction d éjection ; RCT = resynchronisateur ; TV = tachycardie ventriculaire. * p < 0,001. La Lettre du Cardiologue n février

4 Réadaptation cardiovasculaire et insuffisance cardiaque Tableau III. Effets de la réadaptation cardiaque chez les patients IC. Exercice physique Effets musculaires Effets vasculaires (endothélium et vasodilatation) Effets neuro-hormonaux Variabilité sinusale Fréquence cardiaque stable BNP Angiogenèse, myocardiogenèse = (?) Éducation thérapeutique Amélioration de la compliance au traitement médicamenteux Identification des symptômes et adaptation de la prise en charge Amélioration de la qualité de vie Augmentation des capacités physiques (pic VO à 25 %) Économie de la santé (réductions des hospitalisations) Tableau IV. Taux d événements en analyse principale et après ajustement sur les facteurs pronostiques dans l étude HF-ACTION. Critères Hazard-ratio IC 95 p Principal : mortalité et hospitalisations toutes causes 0,93 0,84-1,02 0,13 Après ajustement 0,89 0,81-0,99 0,03 Secondaire : mortalité et hospitalisations de cause cardiovasculaire 0,92 0,83-1,03 0,14 Après ajustement 0,91 0,82-1,01 0,09 Secondaire : mortalité cardiovasculaire pour insuffisance cardiaque 0,87 0,75-1 0,06 Après ajustement 0,85 0,74-0,99 0,03 l exercice. Ces forces de cisaillement se comportent comme un mécano-transducteur à l origine notamment d une majoration de la synthèse de NO, aux effets favorables sur l agrégation plaquettaire, les phénomènes oxydatifs, la libération de facteurs de croissance tissulaire et la vasodilatation endothéliale (tableau III). Ces effets favorables de l entraînement chez les patients IC ont-ils une traduction en termes de morbi-mortalité? Une première réponse a été apportée par l étude Extra Match (16), métaanalyse regroupant 801 patients (406 dans le groupe contrôle et 395 dans le groupe exercice ) suivis en moyenne 705 jours après un entraînement d au moins 8 semaines. Cette méta-analyse retrouvait une baisse significative de la mortalité chez les patients entraînés (HR = 0,65 [IC 95 : 0,46-0,92] p < 0,015), ainsi que sur le critère combiné décès et réhospitalisation (HR = 0,72 [IC 95 : 0,56-0,93] p < 0,011). Ces effets étaient retrouvés quels que soient les sous-groupes considérés (âge, classe fonctionnelle NYHA, sexe, étiologie, fraction d éjection ventriculaire gauche, pic VO 2 initial). Néanmoins, cette méta-analyse ne regroupe que 9 études (à partir de 41 publications éligibles), avec une durée de suivi inférieure à un an pour 4 d entre elles : c est dans ce contexte que l étude prospective HF-ACTION (Heart Failure: A Controlled Trial Investigating Outcomes of exercise training) a été réalisée. Cette étude, présentée à l AHA 2008, devait répondre aux questions non résolues liées aux limites des méta-analyses sus-citées. En effet, il s agit du plus grand essai clinique randomisé visant à évaluer si la pratique régulière d un exercice physique améliore le pronostic et la qualité de vie des patients IC, lors d un suivi de trois années. Un total de patients IC (classes NYHA II à IV, âge moyen 59 ans, fraction d éjection < 35 %) ont été randomisés dans 82 centres (États-Unis, Canada et France) en 2 groupes : un groupe a reçu des soins dits usuels mais a bénéficié d un traitement médical optimal d éducation thérapeutique et de conseils de pratique d une activité physique régulière de 30 minutes par jour, avec appels téléphoniques de soutien tous les 3 mois ; l autre groupe a suivi en sus un programme d activité physique structuré comprenant 36 séances supervisées de 30 minutes, 3 fois par semaine. Au bout de 18 séances, les patients ont reçu un ergomètre. Il leur était conseillé de s entraîner 5 fois par semaine, pendant 40 minutes à domicile, à intensité modérée et fixée par le service. Les critères d évaluation comprenaient : en critère principal, l association mortalité toutes causes et hospitalisations toutes causes ; en critères secondaires, les décès et les hospitalisations de causes cardiovasculaires, les décès cardiovasculaires et les hospitalisations pour insuffisance cardiaque. De plus, étaient colligées les complications médicales toutes causes et la qualité de vie. Après un suivi moyen de 2,5 ans, les taux d événements concernant les critères principaux et secondaires n étaient pas significativement différents entre les deux groupes. Néanmoins, après ajustement sur certains facteurs pronostiques préspécifiés (étiologie de l insuffisance cardiaque, durée d exercice, fraction d éjection, échelle de dépression de Beck, antécédents familiaux) le critère composite primaire était réduit significativement de 11 %, et le critère composite secondaire de mortalité cardiovasculaire et hospitalisation pour insuffisance cardiaque de 15 % (tableau IV). En outre, le taux de complications médicales associant événements cardiovasculaires, chocs électriques, complications orthopédiques et fractures 24 La Lettre du Cardiologue n février 2009

5 était similaire dans ces deux groupes, ce qui montrait l innocuité de cet entraînement dans la population. La qualité de vie était notablement améliorée uniquement dans le groupe qui s entraînait. Comment interpréter ces résultats? Une conciusion hâtive et dangereuse pour nos patients serait de dire que les objectifs de l étude n ont pas été atteints et que l entraînement physique, s il est sans danger, ne fait qu améliorer la qualité de vie et non la morbi-mortalité. En fait, les investigateurs ont placé la barre très haut dans cette étude, notamment en raison du groupe témoin. Ce groupe contrôle bénéficiait d un traitement optimal, d une qualité rarement retrouvée dans les études antérieures : 95 % de patients suivaient un traitement d IEC ou d ARA II, 95 %, de bêtabloquants, 45 %, de spironolactone et près de la moitié des patients étaient appareillés par défibrillateur ou resynchronisateur. Tous avaient reçu une éducation thérapeutique, et notamment des conseils d activité physique régulière de 30 minutes par jour, avec coaching téléphonique régulier. En clair, peut-on réellement parler de groupe témoin? Cela n ajoute que plus de valeur aux résultats significatifs retrouvés après ajustement sur covariables préspécifiées en termes d amélioration de la morbi-mortalité dans le groupe entraîné. L autre enseignement de cette étude, qui confirme nos doutes et les difficultés à pratiquer la RC au quotidien, est l adhésion à long terme de modifications du style de vie, concernant notamment l activité physique : l objectif ambitieux de HF-ACTION était d atteindre 120 minutes d exercice par semaine, mais seuls 30 % des patients ont réussi. La durée médiane hebdomadaire d entraînement était de 74 minutes la première année, puis a chuté à 50 minutes, attestant de la difficulté à maintenir la motivation à long terme chez nos patients. La poursuite à long terme d une activité physique régulière est néanmoins indispensable, les effets bénéfiques du reconditionnement disparaissent rapidement dès la troisième semaine de sédentarité. Ces résultats en demi-teinte, en raison des biais sus-cités, supportent néanmoins l intérêt réel de l entraînement de cette population. Conclusion La RC, au travers d un reconditionnement à l effort personnalisé et d une éducation thérapeutique spécifique permet au patient IC d améliorer sa symptomatologie, sa qualité de vie et son pronostic vital. Le bénéfice médico-économique est réel, lié pour l essentiel à la diminution en nombre et en durée des réhospitalisations pour décompensation. Ces résultats favorables se retrouvent dans tous les sous-groupes, y compris ceux bénéficiant d un traitement médical optimal ou d un appareillage par défibrillateur ou resynchronisateur. La motivation à long terme reste le point délicat de cette prise en charge, et des suivis individualisés, notamment aidés par les nouvelles technologies en télémédecine, restent à développer. Références bibliographiques 1. ESC Guidelines for the diagnosis and treatment of acute and chronic heart failure Eur Heart J 2008;29: Décret n du 17 avril 2008 relatif aux conditions techniques de fonctionnement applicables à l activité de soins de suite cardiovasculaire de réadaptation. 3. Circulaire n DHOS/01/2008/305 du 3 octobre 2008 relative au décret n 2008/376 du 17 avril 2008 réglementant l activité de soins de suite de réadaptation. 4. Tabet JY, Meurin Ph, Beauvais F et al. Absence of exercise capacity improvement after exercise training program: a strong prognostic factor in patient with chronic heart failure. Circul Heart Failure 2008;1: Meyer K, Swaiblod M, Westbrook S et al. Effects of shortterm exercise training and activity restriction on functional capacity in patients with severe chronic congestive heart failure. Am J Cardiol 1996;78: Wisloff U, Stylen A, Loennechen JP et al. Superior cardiovascular effect of aerobic interval training versus moderate continuous training in heart failure patients: a randomized study. Circulation 2007;115: Remme WJ, Swedberg K. Recommandations pour le diagnostic et le traitement de l insuffisance cardiaque chronique. Groupe de travail pour le diagnostic et le traitement de l insuffisance cardiaque chronique. Société européenne de cardiologie. Arch Mal Cœur2002;95 (Suppl. II): Bechers PJ, Denollet J, Possemiers NM, Wuyts FL, Urints CJ, Conraads VM. Combined endurance resistance training versus endurance training in patients with chronic heart failure: a prospective randomized study. Eur Heart J 2008; 29: Cider A, Sueälv BG, Tang MS, Schaufelberger M, Andersson B. Immersion in warm water induces improvement in cardiac function in patients with HF. Eur Heart Fail 2006; 8(3): Meyer K, Leblanc MC. Aquatic therapies in patients with compromised left ventricular function and heart failure. Clin Invest Med 2008;31(2): Delay G, Kervio G, Verges B et al. Comparison of low frequency electrical myostimulation and conventional aerobic exercise training in patients with chronic heart failure. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2005;12(3): Yeh GY, Wayne PP, Phillips RS. T ai chi exercise in patients with chronic heart failure. Med Sport Sci 2008; 52: Pullen PR, Nagamia SH, Mehta PR et al. Effects of yoga on inflammation and exercise capacity in patients with chronic heart failure. J Cardiol Fail 2008;14(5): Belardinelli R, Capestro F, Misiani A, Scipione P, Georgiou D. Moderate exercise training improves functional capacity, quality of life and endothelium-dependant VD in chronic heart failure patient with cardioverter defibrillator and CRT. Eur J Cardiovasc Prev Rehabil 2006;13: Giannuzzi P, Temporelli PL, Corra U, Gattone M, Giordano A, Tavazzi L. Attenuation of unfavourable remodelling by exercise training in post infarction patients with left ventricular dysfunction: results of the exercise in left ventricular dysfunction (ELVD) trial. Circulation 1997;96: Extra Match Collaborative. Exercise training meta analysis of trials in patients with chronic heart failure (Extra Match). BMJ 2004;328:189. La Lettre du Cardiologue n février

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Le rapport de l INSERM [1] et les

Le rapport de l INSERM [1] et les Quelle fréquence cardiaque d entraînement? RÉSUMÉ : Le développement des cardiofréquence-mètres a permis d affiner les techniques d entraînement des sportifs, notamment d endurance. Un programme d entraînement

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Pr M. GALINIER Pôle Cardio Vasculaire et Métabolique CHU Rangueil, Toulouse France L insuffisance cardiaque en France, un

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

La réhabilitation respiratoire

La réhabilitation respiratoire La réhabilitation respiratoire Une expérience Rémoise Dr G.Bonnaud - Pneumologue Groupe Courlancy - Reims Bénéfices de la réhabilitation La prise en charge des patients BPCO dans un programme de Réhabilitation

Plus en détail

Heart Failure 2012 BELGRADE. Les points forts

Heart Failure 2012 BELGRADE. Les points forts Heart Failure 2012 BELGRADE Les points forts «Take home messages for practitioners» LES NOUVELLES GUIDELINES DE L ESC LE RENOUVEAU DU SYSTÈME NERVEUX AUTONOME QUELQUES NOUVEAUX MEDICAMENTS ACTIVITE PHYSIQUE

Plus en détail

Savoir positiver toutes ces actions

Savoir positiver toutes ces actions Réadaptation post infarctus du sportif J.C. Verdier Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour le 11 /07/2010 OBJECTIFS DE LA READAPTATION Objectifs médicaux Objectifs psychologiques Capacité physique

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail

Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Le patient coronarien, inquiétudes en médecine du travail Cœur et travail 26 09 2103 François Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1 INSERM UMR 1099 La vie post infarctus, quelle évolution! 15

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT

PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT PHYSIOPATHOLOGIE ET TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EN 2013 Demba LAM, Georges CLOATRE, Jean-Marie Donnadieu Service de Cardiologie du CMCK Samedi 9 mars 2013 Insuffisance cardiaque: définition

Plus en détail

Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques

Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques Activités physiques et sportives chez le patient cardiovasculaire, bénéfices et risques F. Carré Explorations Fonctionnelles Université Rennes 1-CHU Pontchaillou INSERM U 1099 Activité physique post infarctus,

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire?

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? M. Alexandre GOUY Enseignant en activités physiques adaptées Ecole de la SEP 25 avril 2015 Lyon Les activités physiques, le sport, quelles différences?

Plus en détail

La réadaptation cardiaque : bases physiologiques, effets bénéfiques, contre-indications Mots-Clés : Activité motrice.

La réadaptation cardiaque : bases physiologiques, effets bénéfiques, contre-indications Mots-Clés : Activité motrice. COMMUNICATION La réadaptation cardiaque : bases physiologiques, effets bénéfiques, contre-indications Mots-Clés : Activité motrice. Cardiopathies Cardiac rehabilitation: physiologic basis, beneficial effects

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE

ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE ATELIER TÉLÉCARDIOLOGIE Congrès EURO-PHARMAT - Octobre 2014 Introduction 2 Définition : La télécardiologie est une branche de la télémédecine. Elle permet de surveiller à distance le bon fonctionnement

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE. Mardi 5 juin 2012

RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE. Mardi 5 juin 2012 Centre de Prévention-Réadaptation Cardiovasculaires «Bois- Gibert» 37510 BALLAN MIRE Dr C. Monpère B. Papin Médecin Chef Directeur RECHERCHE ET INNOVATION MUTUALISTES EN SANTE : DE L IDEE A LA PRATIQUE

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Urgent- information de sécurité

Urgent- information de sécurité Urgent- information de sécurité Risque augmenté de décès cardiovasculaire chez les patients insuffisants cardiaques chroniques symptomatiques avec une fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) altérée,

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne.

Clinique universitaire de cardiologie. Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire. Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne. 10ISP 5.4 Clinique universitaire de cardiologie Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Inselspital Prévention et réhabilitation cardio-vasculaire Centre Cardio-vasculaire Suisse Berne CH-3010 Berne

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

L exercice chez le patient insuffisant cardiaque

L exercice chez le patient insuffisant cardiaque L exercice chez le patient insuffisant cardiaque Thierry Gaudet-Savard kinésiologue, M.Sc., Clinical Exercise Specialist American College of Sports Medicine Chargé d enseignement en médecine Département

Plus en détail

Lorsque le défibrillateur implantable est apparu, en 1981, peu de médecins

Lorsque le défibrillateur implantable est apparu, en 1981, peu de médecins D O S S I E R Défibrillateur implantable X. COPIE, O. PIOT Centre Cardiologique du Nord, SAINT-DENIS. Combien d années de vie supplémentaires peut vous offrir votre défibrillateur? Statistiquement, dans

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE

RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE RECOMMANDATIONS EUROPÉENNES CONCERNANT LA THÉRAPIE DE RESYNCHRONISATION CARDIAQUE S. Robinet (1), A. Delcour (2), P. Lancellotti (3) Résumé : La thérapie de resynchronisation cardiaque (CRT) est l une

Plus en détail

Sa Situation : Le Centre de RééR

Sa Situation : Le Centre de RééR Groupe AHNAC Centre LES HAUTOIS Service Cardiologie I. Présentation du Centre de Réadaptation R Fonctionnelle et Cardiaque «LES HAUTOIS» de OIGNIES Sa Situation : Le Centre de RééR ééducation «LES HAUTOIS»

Plus en détail

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle

Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH. Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Hervé HOOREMAN, Cardiologue, PH Aptitude Cardio Vasculaire à la conduite automobile professionnelle Statistiques 2005 1/3 des AT mortels sont des accidents de trajets Triple Aptitude Aptitude Technique

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes

Pertes de connaissance brèves de l adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes engendrer, des conséquences physiques engendrées par la chute et de l entourage familial (classe 1). Il est recommandé d évaluer l intérêt de mettre en place une téléalarme, surtout après une chute. 5.3

Plus en détail

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION JANVIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française

Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire. Mise à jour de la version française RECOMMANDATIONS Rédaction : E. Aliot Comité de rédaction : M. Chauvin, J.C. Daubert, R. Frank, G. Jondeau, J.F. Leclercq et J.Y. Le Heuzey Indications du défibrillateur automatique implantable ventriculaire.

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques

Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques Projet LIFE : Partenariat pour augmenter l activité physique chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques Fiche No 17 Myriam C. Morey, Carola Ekelund, Megan Pearson, Gail Crowley, Mathiew

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Transition ville hôpital

Transition ville hôpital Transition ville hôpital P Jourdain Unité thérapeutique d insuffisance cardiaque Département d éducation thérapeutique Université Paris Descartes, CH R Dubos Pontoise France Le patient Est sauvé Est sous

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

De la recherche au terrain

De la recherche au terrain Bienfaits de l activité physique sur la santé De la recherche au terrain Journée Régionale de Sport Santé Bien Être Rennes 17 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Éducation thérapeutique du patient insuffisant cardiaque

Éducation thérapeutique du patient insuffisant cardiaque DOSSIER «ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE» J Pharm Clin 2010 ; 29 (2) : 98-102 Éducation thérapeutique du patient insuffisant cardiaque Retour d expérience à l hôpital Antoine Béclère Patient education in heart

Plus en détail

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour

Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires et Affections respiratoires Livret de séjour CENTRE HOSPITALIER de BOURG-EN-BRESSE CS 90401 900 route de Paris 01012 BOURG-EN-BRESSE CEDEX 04 74 45 44 08 Hospitalisation à Temps Partiel Soins de Suite et Réadaptation Affections cardio-vasculaires

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE?

SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE? SOINS PALLIATIFS EN SOINS TERTIAIRES DE CARDIOLOGIE, EST-CE POSSIBLE? À la rencontre de nos diversités: vers des soins palliatifs pour tous 2e congrès international francophone de soins palliatifs 23e

Plus en détail

Perspectives thérapeutiques dans l insuffisance cardiaque

Perspectives thérapeutiques dans l insuffisance cardiaque Perspectives thérapeutiques dans l insuffisance cardiaque 2 e Journée genevoise sur l insuffisance cardiaque Mercredi 18 juin 2014 9h-16h30 Message L objectif de cette journée genevoise est d offrir une

Plus en détail

Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains. Carlo Diederich Directeur Santé

Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains. Carlo Diederich Directeur Santé Centre Thermal et de Santé Mondorf-les-Bains Carlo Diederich Directeur Santé Cures thermales Cures thermales pour rhumatismes avec rééducation (94% des cures) des voies respiratoires inférieures des voies

Plus en détail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail La décision d'aptitude après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé physique

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 03 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 03 octobre 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2007 (JO du 29 avril 2009) AVLOCARDYL 40 mg, comprimé sécable

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Titre : Attestation des interventions Hospitalisation. Tournus à l étage. Tournus à l étage. Nom :... Prénom :...

Titre : Attestation des interventions Hospitalisation. Tournus à l étage. Tournus à l étage. Nom :... Prénom :... Titre : Attestation des interventions Hospitalisation Tournus à l étage Validation par le superviseur Tournus à l étage Validation par le superviseur Validation : PV Page 1 sur 1 4_1_attestations-interventions-hospit_v2010-03-24.docx

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

Le congrès de l American College se transforme et fait

Le congrès de l American College se transforme et fait CONGRES American College of Cardiology P. JOURDAIN Unité Thérapeutique d Insuffisance Cardiaque, CH R. Dubos, PONTOISE. Insuffisance cardiaque Le congrès de l American College se transforme et fait de

Plus en détail

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels

Cardiologie. Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels Nomenclature de Cardiologie Rabat 11-13 octobre 2010 Drs Geneviève Haucotte, Antonine Wyffels 1 Cardiologie Types de prestations Prestataires Lieu de prestation Différents financements Spécificités Nouveautés

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

De l âge et Des Variables

De l âge et Des Variables Spécificités Cardiovasculaires du Senior à l exercice lexercice Mise à jour février 2011 J.C. VERDIER F. CARRE C.C.S. De l âge et Des Variables Le vieillissement est un processus Physiologique La variabilité

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Causes de décès des insuffisants cardiaques

Causes de décès des insuffisants cardiaques Traitement Électrique de la Défaillance Cardiaque CHUS Sherbrooke, 30 avril 2010 Félix AYALA-PAREDES. MD PhD Conflit d intérêt Rémunération et frais de voyage comme conférencier & consultant reçu de Medtronic,

Plus en détail

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque

Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque Traitement non médicamenteux de l insuffisance cardiaque C Decoene Praticien hospitalier CHRU LILLE Christophe.decoene@chru-lille.fr Introduction L insuffisance cardiaque est un syndrome clinique constitué

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER??

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? Dr Mathieu LEMERCIER OCTOBRE 2013 EPIDEMIOLOGIE LA SYNCOPE AFFECTE 3.5% POPULATION GENERALE RECIDIVE DANS 30% CAS 1 A 6% DES ADMISSIONS AUX URGENCES

Plus en détail