Ludovic N KOSI Interne des hôpitaux de Paris

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ludovic N KOSI Interne des hôpitaux de Paris"

Transcription

1 Ludovic N KOSI Interne des hôpitaux de Paris Mercredi 13 novembre 2013

2

3 OBJ ET : étude pilote testant l efficacité de l eplenerone (un antagoniste du récepteur aux minéralocorticoïdes) dans le traitement de la CRSC chronique, sur la base de données expérimentales, suggérant que la CRSC pourrait provenir de l hyperactivation d un récepteur aux mineralocorticoïdes situé dans les vaisseaux choroïdiens.

4 MATERIEL ET METHODES : - Essai non randomisé, incluant 13 patients avec une CRSC depuis au moins 4 mois. -Traités par eplenerone PO 25 mg/j pendant 1 semaine, puis 50 mg/j pendant 1 ou 3 mois. - Critère de jugement princ : épaisseur maculaire OCT - Critères de jugement secondaires : modifications du DSR, AV, pourcentage d yeux ayant résolu le DSR pendant la période du traitement -Inclusion des patients entre janvier 2010 et avril 2012

5 RESULTATS: -Diminution de l épaisseur maculaire à 1 mois : 352 ± 139 mm Vs 246 ±113 mm (p =0.05) -Diminution de l épaisseur maculaire à 3 mois : 352 ± 139 mm Vs 189 ±99 mm (p =0.01). - Amélioration de l acuité visuelle (log MAR) : 0.52 ± 0.24 Vs 0.34 ±0.22 à 1 mois et 0.27 ±0.19 à 3 mois (p =0.001).

6 RESULTATS: -Diminution de la taille du DSR : 175 ±123 mm Vs 96 ± 97 mm à 1 mois et 36 ±55 mm à 3 mois. - Résorption totale du DSR chez 25% des patients à 1 mois, et 67% des patients à 3 mois. -Effets secondaires : 0 trouble ionique (K+, créat)

7 RESULTATS :

8 RESULTATS:

9 CONCLUSIONS: -Le traitement par eplenerone semble être efficace pour le traiter une CRSC chronique. - Des études randomisées controlées plus poussées sont nécessaires : - Pour confirmer ces données - Pour évaluer la dose necessaire - Pour évaluer la tolérance - Cette étude serait en cours A suivre!

10

11 OBJ ET : -Evaluer les résultats de la vitrectomie, par l AV et les complications per et postopératoires. - Sur des yeux myopes forts avec maculopathie tractionnelle à différents stades. - Evaluer également les conséquences du pelage de la limitante interne (MLI) sur l AV et les complications per et postopératoires.

12 MATERIEL ET METHODES : - Etude observationnelle monocentrique : analyse de dossiers médicaux concernant 71 yeux (64 patients), sept 98 à fev Inclusion : V3V pour maculopathie tractionnelle (MT), chez des myopes forts (<-8D; LA >26 mm). -MT en 3 groupes en fonction de l OCT préop : - 26 Retinoschisis maculaires sans décollement fovéolaire - 30 Décollements fovéolaires, avec ou sans retinoschisis - 15 Trous maculaires.

13 MATERIEL ET METHODES : -V3V avec ou sans pelage limitante interne - PKE +ICP si cataracte ou >55 ans. - Tamponnement par gaz ou silicone si trou maculaire ou déchirure rétinienne. -Suivi post op au moins 1 an (13 mois à 116 mois) - Acuité visuelle convertie en logmar pour être analysée

14 RESULTATS: - Groupes homogènes - L AV moyenne pré opératoire était de : / logmar - Était augmentée à 1 an : 0.49+/ logmar à 1 an (p =0.0021) - Était augmentée à la visite finale : / logmar (p =0.0002)

15 RESULTATS: - L AV était significativement meilleure à 1 an et à la visite finale, dans les groupes retinoschisis et décollement fovéolaire - L AV n était pas améliorée à 1 an, ni à la visite finale chez les trous maculaires.

16 RESULTATS: - L AV était significativement meilleure à la visite finale, dans le groupe retinoschisis, avec pelage de la limitante interne -L AV était significativement meilleure à 1 an et à la visite finale, dans le groupe décollement fovéolaire, avec pelage de la limitante interne.

17 RESULTATS: - L AV n était pas améliorée par le pelage de la limitante interne dans le groupe des trous maculaires.

18 RESULTATS: - Complications : décollement maculaire tractionnel plus fréquent dans le groupe sans pelage

19 CONCLUSIONS : - V3V augmente l AV dans les maculopathies tractionnelles du myope fort, pour les décollements fovéolaires et retinoschisis. - L AV est meilleure lorsque l on fait un pelage de la limitante interne dans les retinoschisis et decollements foveolaires - La complication principale est la récidive de la maculopathie tractionnelle, lorsque l on ne fait pas de pelage.

20

21 OBJ ET : - Comparer les résultats anatomiques et fonctionnels du décollement de rétine rhegmatogène primitif chez les myopes forts, selon le statut phaque ou pseudophaque.

22 MATERIEL ET METHODES : - Etude bicentrique prospective, incluant 191 yeux consécutifs (151 phaques et 40 pseudophaques) entre 2004 et Inclusion : décollement de rétine rhegmatogène chez un myope fort (LA >26 mm), sans ATCD de chirurgie vitreoretinienne, de trauma ni autre pathologie rétinienne. - Chirurgie du DR selon différent modes en fonction des caractéristiques de la déch

23 MATERIEL ET METHODES : - Suivi à 1 mois, 6 mois ou plus après chirurgie -Critères de jugement : - Taux de réapplication de la rétine à 6 mois - AV à 6 mois - Complications per op et post op

24 RESULTATS : - Les pseudophaques étaient plus âgés, avaient une moins bonne dilatation pupillaire, et moins de déchirures rétiniennes en pré opératoire. - Les pseudopaques ont eu plus souvent recours à une V3V - Les pseudophaques ont eu un plus grand taux de reapplication de la rétine à 6 mois (92% Vs 80.7%)

25 RESULTATS:

26 RESULTATS

27 RESULTATS

28 RESULTATS : - L analyse en régression logistique a montré qu il y avait 3 variables indépendantes significativement associées à une bonne acuité visuelle finale (>20/40): - L AV initiale >20/40, OR =0.19, p = La LA, OR =0.57, p= La V3V, OR =0.33, p=0.004

29 RESULTATS

30 CONCLUSIONS : -Le pronostic du DR n est pas en rapport avec le statut phaque ou pseudophaque, peu importe la technique - Bien que l anatomie des yeux myopes est particulières, les taux de succès de la chirurgie sont proches de ceux des yeux emmetropes (96% de succès) d après la littérature. - Le pronostic visuel semble plus lié à la myopie forte elle-même (LA, complications maculaires), et à l AV de départ

31

32 BUT : évaluer l incidence, l évolution, les caractéristiques cliniques, les possibles facteurs de risque ou préventifs, et les conséquences visuelles des récidives de MER.

33 MATERIEL ET METHODES : - Etude retrospective incluant 440 yeux (440 patients), ayant subi une vitrectomie pour MER. - Limitante pelée dans 266 cas avec vert d indocyanine et dans 45 cas avec brillant blue, et le reste sans colorant -Les cas de récidive de MER symptomatiques ont été réopérés. - Durée de suivi =3.5 +/- 1.7 ans

34 RESULTATS : - L incidence des récidives était de 5% - 2% des patients ont été réopérés (symptomatiques) - Parmi les récidives, 41% étaient symptomatiques, donc réopérés (soit 2% des patients au total). - Le pelage de la limitante interne était le seul facteur préventif de récidive significatif (OR =0.33, p=0.026) - L utilisation de colorants ne prévient pas la récidive de la MER

35 RESULTATS :

36 RESULTATS :

37 RESULTATS :

38 RESULTATS : - En cas de récidive, l absence de pelage MLI, 2 facteurs semblent être associés à une risque augmenté de récidive symptômatique (donc une réintervention) : - L existence d une MER sur l autre œil - La basse acuité visuelle préop

39 RESULTATS :

40 CONCLUSIONS : - Le pelage de la MLI réduit la probabilité de récidive, mais semble également améliorer le pronostic visuel des récidives de MER. - L utilisation de colorants ne réduit pas le taux de récidives, par rapport aux MLI pelées sans colorants

41

42 - - OBJ ET : Evaluer l apport de l OCT dans le diagnostic et la prise en charge des pathologies de l interface vitreomaculaire. Préciser les indications potentielles de la vitréolyse pharmacologique par

43 MATERIEL ET METHODES : -Analyse de la littérature concernant le diagnostic OCT et la prise en charge des pathologies de l interface vitréo-maculaire. - Confrontation aux résultats de l essai de phase 3 ayant permis l autorisation de l ocriplasmine dans le traitement de la traction vitréomaculaire symptomatique

44 RESULTATS: -Classification des pathologies de l interface vitréomaculaire : - DPV : phenomène physiologique lié à l âge. - Anomalies du DPV : macula, NO, base vitré. - Adhérence vitréo-maculaire et traction vitreomaculaire

45

46

47 Trou maculaire avec opercule : 2 coupes à 90 =>persistance TVM?

48 Membrane épimaculaire : implique des complications propres indépendamment de l existence d une TVM : plis maculaires, pseudo-trous.

49 -Données sur l efficacité de l ocriplasmine dans les TVM symptômatiques : - Fermeture des trous maculaires à J 28 apres 1 injection d ocriplasmine =40,6% (Vs 10,6% placebo). -Fermeture des TM en fonction de la taille à J 28 : 58.3% petits TM, 36.8% moyens TM et 0% larges TM -TVM ou TM isolé =34,7% de résolution Vs TVM ou TM +MEM =8,7%.

50 CONCLUSIONS : -Indications de l ocriplasmine paraît licite pour : - TM petits et moyens, en l absence de MEM - TVM symptomatique sans MEM - Mais pas assez de recul sur l ocriplasmine. - Etudes plus poussées?? ocriplasmine Vs chirurgie : efficacité/ morbidité.

Bibliographie. Salomé Egri Interne des hôpitaux de paris Service Pr SOUIED

Bibliographie. Salomé Egri Interne des hôpitaux de paris Service Pr SOUIED Bibliographie 03/02/2016 Salomé Egri Interne des hôpitaux de paris Service Pr SOUIED Contexte: enquête sur la fréquence l'évolution naturelle la nature histologique des couches hyperreflective sous l

Plus en détail

EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE 25/11/2010

EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE 25/11/2010 EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS ECHOGRAPHIE OCULAIRE SONDE DE 10 MHz VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE SEMIOLOGIE ECHOGRAPHIQUE DOCTEUR FRANCOIS PERRENOUD

Plus en détail

Programme commun d'évaluation des médicaments Sommaires clinique et pharmacoéconomique

Programme commun d'évaluation des médicaments Sommaires clinique et pharmacoéconomique Programme commun d'évaluation des médicaments Sommaires clinique et pharmacoéconomique Janvier 2014 Médicament ocriplasmine (Jetrea) (125 µg par injection intravitréenne) Indication Traitement de la traction

Plus en détail

ECOS OPTOMÉTRIE EXEMPLE DE CAS NON-INTERACTIF

ECOS OPTOMÉTRIE EXEMPLE DE CAS NON-INTERACTIF CAS EXEMPLE Évaluation de la Macula et de la Rétine (DISPONIBLE AU WWW.CEO-ECO.ORG) Voici un exemple de cas des ECOS des CEO-ECO qui est publié sur le site Web des CEO-ECO. ECOS OPTOMÉTRIE EXEMPLE DE CAS

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM OCRIPLASMINE (Jetrea Alcon Canada Inc.) Indication : traction vitréomaculaire symptomatique Recommandation : Le Comité canadien d expertise sur les médicaments (CCEM) recommande

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LATRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 TEGELINE 50mg/ml poudre et solvant pour solution pour perfusion Laboratoire

Plus en détail

Docteur Michel PUECH* * Hôpital des Quinze-Vingt, Paris et Explore Vision, Paris (Centre d Imagerie Ophtalmique)

Docteur Michel PUECH* * Hôpital des Quinze-Vingt, Paris et Explore Vision, Paris (Centre d Imagerie Ophtalmique) INTERET DE L UTILISATION D UN APPAREIL D ECHOGRAPHIE POLYVALENT Avec des sondes sectorielles de 10 et 20 MHz ainsi qu une linéaire à 50 MHz : AVISO (Quantel Medical) Docteur Michel PUECH* * Hôpital des

Plus en détail

Vasculopathie polypoidale. Aspect en ICG - «Hot spot» Aspect en OCT signe de la double ligne ( double layer sign)

Vasculopathie polypoidale. Aspect en ICG - «Hot spot» Aspect en OCT signe de la double ligne ( double layer sign) Vasculopathie polypoidale Lésions vasculaires sous l EP associées à un DEP séro-hémorragique Aspect en ICG - «Hot spot» - Branching vascular network (BVN) : Réseau choroidien anormal Avec dilatation vasculaire

Plus en détail

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA

DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA DECOLLEMENT DE RETINE DU MYOPE FORT PARTICULARITES CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES L. CHACHOUA INTRODUCTION: MF : modifications anat et physiol profondes du GO à l origine de DR rhegmatogènes caractérisés

Plus en détail

LA MACULA C EST QUOI?

LA MACULA C EST QUOI? Le médecin de famille et la DMLA : comment orienter les patients? Journée de Formation Médicale Continue Dr Leruez Stéphanie, PHC Ophtalmologie 29 janvier 2015 LA MACULA C EST QUOI? OCT Tomographie par

Plus en détail

Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption

Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption Objectif: évaluation de la corrélation entre la présence du «disruption pattern» dans la zone ellipsoïde ( EZ ) dans un groupe de patients atteints de DMLA et le développement d une atrophie géographique

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Centre hospito-universitaire Constantine Service d Ophtalmologie Dr M.Benlaribi LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Enseignement des externes 2015-2016 Dr. M.Benlaribi INTRODUCTION La rétinopathie diabétique :

Plus en détail

échographie dans les complications ophtalmologiques du diabète A propos de 20 cas

échographie dans les complications ophtalmologiques du diabète A propos de 20 cas Apport de l él échographie dans les complications ophtalmologiques du diabète A propos de 20 cas N.Mardhi,, N.El Benna, A.Bennani, A.Abdelouafi Service de Radiologie de l hôpital l 20Août t 1953 CHU Ibn

Plus en détail

Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Ianis Marcireau

Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Ianis Marcireau Opthalmology/ IOVS Juin 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Objectif : Evaluer l efficacité de l implant intra vitréen de fluocinolone

Plus en détail

Interne Kaouter Nagoudi Service ophtalmologie du Pr Eric Souied Centre hospitalier inter communal de Créteil Staff du 08/01/2014

Interne Kaouter Nagoudi Service ophtalmologie du Pr Eric Souied Centre hospitalier inter communal de Créteil Staff du 08/01/2014 Interne Kaouter Nagoudi Service ophtalmologie du Pr Eric Souied Centre hospitalier inter communal de Créteil Staff du 08/01/2014 But et méthodes Etudier au swept-source, les anomalies structurelles de

Plus en détail

Indications chirurgicales de la rétinopathie diabétique à l ère des anti-vegf. Jean François KOROBELNIK Bordeaux, France

Indications chirurgicales de la rétinopathie diabétique à l ère des anti-vegf. Jean François KOROBELNIK Bordeaux, France Indications chirurgicales de la rétinopathie diabétique à l ère des anti-vegf Jean François KOROBELNIK Bordeaux, France Financial disclosures: Consultant: Alcon, Alimera, Allergan, Bayer, Horus, Novartis,

Plus en détail

Complications oculaires du diabète. Dr K.Averous-Clinique Mutualiste de Pessac

Complications oculaires du diabète. Dr K.Averous-Clinique Mutualiste de Pessac Complications oculaires du diabète Dr K.Averous-Clinique Mutualiste de Pessac Complications oculaires du diabète Fragilité de l épithélium cornéen et de la conjonctive Complications réfractives (rééquilibration

Plus en détail

Revue de littérature du 26 février 2014

Revue de littérature du 26 février 2014 Revue de littérature du 26 février 2014 AJO/BJO/Ophtalmology Janvier Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil AJO janvier 2014 1Centre for Vision Research,

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU TROU MACULAIRE SANS POSITIONNEMENT

LA CHIRURGIE DU TROU MACULAIRE SANS POSITIONNEMENT LA CHIRURGIE DU TROU MACULAIRE SANS POSITIONNEMENT DEMOLS P., RASQUIN F. ET SCHROOYEN M. RESUME Bien que la chirurgie du trou maculaire montre de bons résultats avec tamponnement au gaz, le positionnement

Plus en détail

F. Behar-Cohen, J.-F. Le Rouic, D. Chauvaud ARTICLE ORIGINAL INTRODUCTION

F. Behar-Cohen, J.-F. Le Rouic, D. Chauvaud ARTICLE ORIGINAL INTRODUCTION J Fr. Ophtalmol., 1999; 22, 8, 853-858 Masson, Paris, 1999. ARTICLE ORIGINAL Résultats anatomiques comparés à long terme de décollements de rétine avec prolifération vitréo-rétinienne opérés avec ou sans

Plus en détail

LES LASERS EN OPHTALMOLOGIE

LES LASERS EN OPHTALMOLOGIE LES LASERS EN OPHTALMOLOGIE Dr Michaël NAOURI - Dermatologie, Lasers et Esthétique 94 Adresse du site : www.docvadis.fr/naouri Les lasers utilisés en ophtalmologie sont nombreux et très différents selon

Plus en détail

La Membrane Limitante Interne Anatomie, physiologie et pathologie

La Membrane Limitante Interne Anatomie, physiologie et pathologie La Membrane Limitante Interne Anatomie, physiologie et pathologie Frédéric BETIS Centre Hospitalier Princesse GRACE Monaco Topographie de la Vitré Rétine Interne CVP FN GG PI NI Tapisse la surface interne

Plus en détail

Ce processus de vieillissement débute dès la naissance mais son effet apparaît classiquement à la quarantaine.!

Ce processus de vieillissement débute dès la naissance mais son effet apparaît classiquement à la quarantaine.! PRESBYTIE Définition Gêne en vision de près provoquée par la diminution naturelle avec l âge de la capacité d accommodation du cristallin Ad de la mise au point en vision de près. Ce n est pas une maladie

Plus en détail

Participer à un. Fondation pour l Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques

Participer à un. Fondation pour l Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques Participer à un Essai clinique Qu est-ce qu un essai clinique? C est une étude scientifique menée chez des volontaires sains ou malades et qui permet d évaluer l efficacité et la tolérance d une méthode

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA Dr MEILLON Cyril Définition Maladie rétinienne (sélective de la macula) Dégénérative, chronique, évolutive et invalidante Après l âge de 50 ans Dégénérescence

Plus en détail

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE

THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE TARGETED-RELEASE BUDESONIDE VERSUS PLACEBO IN PATIENTS WITH IGA NEPHROPATHIE (NEFIGAN) : A double blind, randomised, placebo-controlled phase 2b trial THE LANCET, MARCH 2017 LEHOUX MELANIE La néphropathie

Plus en détail

RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID

RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID RESOLOR (Prucalopride) Afmc36 Villedieu-sur-Indre Jeudi 13 septembre 2012 Dr Georges EID 1 Action ubiquitaire de la sérotonine Vasoconstriction Inflammation Sensibilité Motricité 2 Prucalopride : Mode

Plus en détail

Trous maculaires. Revues générales Rétine. [ Le trou maculaire

Trous maculaires. Revues générales Rétine. [ Le trou maculaire Trous maculaires Résumé : Le diagnostic de trou maculaire, de faux trou ou de trou lamellaire repose essentiellement sur l OCT. La chirurgie des trous maculaires pleine épaisseur donne de meilleurs résultats

Plus en détail

JETREA (ocriplasmine) DOSSIER D INFORMATION POUR LES PATIENTS

JETREA (ocriplasmine) DOSSIER D INFORMATION POUR LES PATIENTS Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament JETREA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Objectif 1 L objet d un article médical scientifique

Objectif 1 L objet d un article médical scientifique Objectif 1 L objet d un article médical scientifique Objectif 1 : L objet d un article médical scientifique, parmi les suivants : évaluation d une procédure diagnostique, d un traitement, d un programme

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 6 novembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

OZURDEX MC Œdème maculaire consécutif à l occlusion de la veine centrale de la rétine FÉVRIER 2012

OZURDEX MC Œdème maculaire consécutif à l occlusion de la veine centrale de la rétine FÉVRIER 2012 OZURDEX MC Œdème maculaire consécutif à l occlusion de la veine centrale de la rétine FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Ozurdex Dénomination commune : Dexaméthasone Fabricant : Allergan Forme : Implant

Plus en détail

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS.

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Cas clinique Enfant de 5 ans Apnée du sommeil Cédulé pour Amygdalectomie Retard de croissance Difficultés

Plus en détail

1. ENFANT: cf pédiatrie 2. CONDITIONS GENERALES 3. CONDITIONS OPHTALMO 4. TRAUMATISME 5. CONDITIONS PSYCHOSOCIALES.

1. ENFANT: cf pédiatrie 2. CONDITIONS GENERALES 3. CONDITIONS OPHTALMO 4. TRAUMATISME 5. CONDITIONS PSYCHOSOCIALES. 1. ENFANT: cf pédiatrie 2. CONDITIONS GENERALES 3. CONDITIONS OPHTALMO 4. TRAUMATISME 5. CONDITIONS PSYCHOSOCIALES. 1. ANTICOAGULANTS: Pas d augmentation du risque hémorragique Pas d arret Contre-indication

Plus en détail

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Jean Gaudart jean.gaudart@univ-amu.fr Faculté de Médecine Aix-Marseille Université J Gaudart, LERTIM, Aix-Marseille Université 1 1. Introduction

Plus en détail

Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins

Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins Les morcellateurs hystéroscopiques: une nouvelle approche dans la prise en charge des polypes utérins Dr François STOLL Hôpitaux universitaires de Strasbourg - FRANCE Introduction Incidence élevée des

Plus en détail

Journée Nationale des Innovations Hospitalières

Journée Nationale des Innovations Hospitalières STIC 2004 : Évaluation Médico-Économique de la Technique de Ganglion Sentinelle comparée au Curage Ganglionnaire dans les Cancers du Sein opérables d Emblée Sandrine Baffert Économiste de la santé Institut

Plus en détail

LES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE LE POINT DE VUE DE L OPHTALMOLOGISTE

LES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE LE POINT DE VUE DE L OPHTALMOLOGISTE LES CHUTES DE LA PERSONNE AGEE LE POINT DE VUE DE L OPHTALMOLOGISTE INTRODUCTION Différentes causes sont possibles: Erreur Réfractive DMLA étendue Glaucomes Cataracte Décollement de Rétine Occlusions Veineuses

Plus en détail

Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM?

Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM? Peut-on corréler la présence d une radiculalgie à l asymétrie des muscles piriformes en TDM? J Bolivar, D Hoa, Y Thouvenin, I Millet, MP Baron, C Cyteval Service de radiologie et imagerie médicale Pr.

Plus en détail

DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge

DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge Le Droit de savoir afin d être mieux soigné DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge Un problème majeur de santé publique. Cette maladie est devenue la première cause de baisse sévère de la vision Fréquente

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age 08/05/12 La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Docteur Nicolas SALAUN Hôpital d Instruction des Armées Legouest 03 87 56 47 24 nicolas.salaun@santarm.fr Le Docteur Nicolas SALAUN n a aucun lien d intérêt

Plus en détail

Occlusion veineuse rétinienne : que dois-je savoir?

Occlusion veineuse rétinienne : que dois-je savoir? Occlusion veineuse rétinienne : que dois-je savoir? Cabinet médical Coespel Degrandi Falzon Adresse du site : www.docvadis.fr/cabinetmedical.coespel-degrandi-falzon Validé par le Comité Scientifique Ophtalmologie

Plus en détail

Œdème maculaire diabétique place de Ozurdex versus Lucentis. I Aknin, Golfe Juan

Œdème maculaire diabétique place de Ozurdex versus Lucentis. I Aknin, Golfe Juan Œdème maculaire diabétique place de Ozurdex versus Lucentis I Aknin, Golfe Juan Physiopathologie de l Œdème maculaire diabétique Hyperglycémie chronique Cascade métabolique complexe mediateurs Inflammatoires

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

Pharmacologie Introduction, principes thérapeutiques, classifications des médicaments

Pharmacologie Introduction, principes thérapeutiques, classifications des médicaments Pharmacologie Introduction, principes thérapeutiques, classifications des médicaments Vincent Lévy Centre d Investigations Cliniques et INSERM U717, Hôpital Saint Louis Introduction (1) Cl. Bernard : informations

Plus en détail

Typologie des études. M.Cucherat E.Vicaut. Etudes analytiques. Etudes descriptives. Etudes de cohorte. Etudes de cohorte

Typologie des études. M.Cucherat E.Vicaut. Etudes analytiques. Etudes descriptives. Etudes de cohorte. Etudes de cohorte Programme de Formation aux Biostatistiques Les différents types d études de recherche clinique M.Cucherat E.Vicaut Etudes descriptives Etudes transversales Etudes analytiques Etudes d'observation cohortes

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D UN SERVICE DE RETINE MEDICALE EN MILIEU AFRICAIN Expérience du BDOM

DEVELOPPEMENT D UN SERVICE DE RETINE MEDICALE EN MILIEU AFRICAIN Expérience du BDOM DEVELOPPEMENT D UN SERVICE DE RETINE MEDICALE EN MILIEU AFRICAIN Expérience du BDOM DR NGOYI BAMBI,DR STEFFI KNAPPE,DR KILANGALANGA,DRA.ZIVHOV,N.FICHTER PROF GUTHOFF SPECIALISTE EN OPHTALMOLOGIE,UNIKIN

Plus en détail

CAS 1. Croisé mâle de 5 ans Historique. Examen clinique A distance Boiterie modérée d appui permanente du membre thoracique droit

CAS 1. Croisé mâle de 5 ans Historique. Examen clinique A distance Boiterie modérée d appui permanente du membre thoracique droit Croisé mâle de 5 ans Historique Boiterie d appui du membre thoracique droit depuis 5 mois, plus marquée après l exercice AINS et repos pour 1 mois et légère amélioration mais boiterie persiste surtout

Plus en détail

Les risques opératoires de la cataracte

Les risques opératoires de la cataracte Les risques opératoires de la cataracte AOBEFFROI Adresse du site : www.docvadis.fr/aobeffroi Tout le monde sait et dit qu'aucune opération n'existe sans risque. Ci-après, vous pouvez lire le document

Plus en détail

Mise en place d études cliniques au Sud

Mise en place d études cliniques au Sud Mise en place d études cliniques au Sud EricOuattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 Eric.Ouattara@isped.u-bordeaux2.fr Plan 1. Etudes en recherche clinique : Epidémiologie descriptive Etudes observationnelles

Plus en détail

Les types d études en épidémiologie

Les types d études en épidémiologie Faculté de médecine Les types d études en épidémiologie Dr. L. ZEMOUR Maître assistant en épidémiologie et médecine préventive Site Web : www.semepehuo.com Email : semepehuo@gmail.com Toute étude est :

Plus en détail

RESUME ABSTRACT. zzzzzz

RESUME ABSTRACT. zzzzzz PRISE EN CHARGE DES DECOLLEMENTS DE RETINE RHEGMATOGENES SANS DECHIRURE VISIBLE: A PROPOS DE 50 CAS CHAKER N, MGHAIETH F, CHEBIL A, BOULADI M, EL MATRI L RESUME But: Evaluer les particularités cliniques

Plus en détail

Evaluation fonctionnelle dans la prise en charge pharmacologique des nystagmus pendulaires une étude contrôlée, randomisée, en ouvert

Evaluation fonctionnelle dans la prise en charge pharmacologique des nystagmus pendulaires une étude contrôlée, randomisée, en ouvert Evaluation fonctionnelle dans la prise en charge pharmacologique des nystagmus pendulaires une étude contrôlée, randomisée, en ouvert E. Nerrant 1, L. Abouaf 1, F. Pollet-Villard 1, S. Vukusic 2, A. Vighetto

Plus en détail

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux

Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux Modèle prédictif d Evolution des Accidents Vasculaires Cérébraux en IRM PHILIPS F. Schneider, S. Burnol, P. Garnier, P. Mismetti, D. Chéchin, FG. Barral CONTEXTE L Accident Vasculaire Cérébral Déficit

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Intérêt des angiographies à l'ère de l OCT. G Soubrane-Daguet, N Massamba, I Aknin, M Lehman

Intérêt des angiographies à l'ère de l OCT. G Soubrane-Daguet, N Massamba, I Aknin, M Lehman Intérêt des angiographies à l'ère de l OCT G Soubrane-Daguet, N Massamba, I Aknin, M Lehman Conflit d intérêt G Soubrane Bayer, Allergan, Théa, Biocodex N Massamba Novartis, Bayer I Aknin Théa, Edimark

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 11 janvier 2006 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 11 janvier 2006 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références : Fabricant : SANYRENE (Corpitolinol 60), huile pour effleurage Ceux proposés

Plus en détail

Cours d ophtalmologie

Cours d ophtalmologie Cours d ophtalmologie Institut de Formation en soins Infirmiers Docteur POMMIER Stephan Service d ophtalmologie Hôpital d Instruction des Armées LAVERAN MARSEILLE PLAN Rappel anatomique L examen ophtalmologique

Plus en détail

CATARACTES. Elodie Dumortier Interne d Ophtalmologie, service du Pr Rouland, CHRU Lille

CATARACTES. Elodie Dumortier Interne d Ophtalmologie, service du Pr Rouland, CHRU Lille CATARACTES Elodie Dumortier Interne d Ophtalmologie, service du Pr Rouland, CHRU Lille CRISTALLIN 2 Cornée Corps ciliaire Conjonctive Choroïde Rétine Sclérotique Vitré Iris Cristallin: Lentille biconvexe

Plus en détail

Dysharmonie isolée du clavier métatarsien Résultats du traitement chirurgical A propos d une série de 28 cas

Dysharmonie isolée du clavier métatarsien Résultats du traitement chirurgical A propos d une série de 28 cas Dysharmonie isolée du clavier métatarsien Résultats du traitement chirurgical A propos d une série de 28 cas VALENTIN, S ; GALOIS, L ; PORTOCARRERO, E YOUNES, M ; HOSSEINI, S ; MAINARD, D Service de Chirurgie

Plus en détail

Les «200 questions isolées QCM» incontournables Les fiches flash QCM essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en QCM

Les «200 questions isolées QCM» incontournables Les fiches flash QCM essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en QCM Les «200 questions isolées» incontournables Les fiches flash essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en DERNIER TOUR DFASM 3 200 QUESTIONS ISOLEES EN OPHTALMOLOGIE Elodie

Plus en détail

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Christine TEMPELAERE Pr Anract, Dr Babinet, Dr Biau, Dr Larousserie Samedi 18 octobre 2014 Introduction Localisation: 90% métaphyse des os longs

Plus en détail

LA RÉTINE : REVUE DES DISPOSITIFS MÉDICAUX

LA RÉTINE : REVUE DES DISPOSITIFS MÉDICAUX LA RÉTINE : REVUE DES DISPOSITIFS MÉDICAUX LE DINH Marie-Emma Pharmacien assistant CHU Bordeaux JOURNÉES NATIONALES EURO-PHARMAT BORDEAUX 2016 1 PATHOLOGIES DE LA RETINE : QUEL TRAITEMENT? Pathologies

Plus en détail

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM)

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin

Plus en détail

PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE

PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE EPP CH SUD-GIRONDE Dr Patricia Carey - Sonia Labouyerie - DIM PERTINENCE DES JOURNÉES D HOSPITALISATION EN CHIRURGIE TRAUMATOLOGIQUE

Plus en détail

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Analyse de Survie. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Analyse de Survie Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Place de L acide tranéxamique en traumatologie. G Marcotte PH Anesthésie Réanimation Réanimation chirurgicale Déchocage Pavillon G

Place de L acide tranéxamique en traumatologie. G Marcotte PH Anesthésie Réanimation Réanimation chirurgicale Déchocage Pavillon G Place de L acide tranéxamique en traumatologie G Marcotte PH Anesthésie Réanimation Réanimation chirurgicale Déchocage Pavillon G 1 Introduction Les antifibrinolytiques: une histoire ancienne: (Jpn Obstet

Plus en détail

rétine rétine Décollement de la rétine Chirurgie maculaire Jean-François Korobelnik Ramin Tadayoni Salomon Yves Cohen - Alain Gaudric

rétine rétine Décollement de la rétine Chirurgie maculaire Jean-François Korobelnik Ramin Tadayoni Salomon Yves Cohen - Alain Gaudric t 6 Salomon Yves Cohen - Alain Gaudric Jean-François Korobelnik Jean-François Korobelnik, Ophtalmologiste, Professeur des Universités, Praticien Hospitalier, Service d Ophtalmologie, Centre Hospitalier

Plus en détail

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX».

EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX». EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE CHIROPRATIQUE : LA TECHNIQUE COX DITE DE «FLEXION-DISTRACTION». par Karl VINCENT, D.C. Institut Franco-Europ Européen de Chiropratique 1ER CONGRÈS S NATIONAL DE LA SOFMMOO 08

Plus en détail

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation

Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Stratégie thérapeutique: schémas expérimentaux et évaluation Jean Gaudart jean.gaudart@univ-amu.fr Faculté de Médecine Aix-Marseille Université J Gaudart, LERTIM, Aix-Marseille Université 1 1. Introduction

Plus en détail

post-opératoireopératoire

post-opératoireopératoire Utilisation de la VNI en post-opératoireopératoire Claude-charles Balick-Weber Réanimation médicale CHU BORDEAUX D après Daprès la SRLF Indication i de VNI en POST-OPÉRATOIRE OPÉRATOIRE : En post-opératoire

Plus en détail

APNET Corrigé LCA Novembre 2011

APNET Corrigé LCA Novembre 2011 Corrigé LCA Novembre 2011 Principaux items testés : Module 11 ; Item 169 : l évaluation thérapeutique et les niveaux de preuve Module 9 ; Item 136 : Insuffisance veineuse chronique Question 1 comparer

Plus en détail

Chirurgie de la RDP et préservation maculaire

Chirurgie de la RDP et préservation maculaire Chirurgie de la RDP et préservation maculaire John Conrath François Devin, Christophe Morel, Bruno Morin Centre d Ophtalmologie Monticelli-Paradis, Marseille Congrès Sud Rétine, Ajaccio, Samedi 24 oct

Plus en détail

Enseignement d ophtalmologie

Enseignement d ophtalmologie Enseignement d ophtalmologie SÉMIOLOGIE OCULAIRE Rappel anatomique Examen clinique Interrogatoire Mesure de l acuité visuelle Examen du segment antérieur Gonioscopie Mesure de la pression oculaire Examen

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES. JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015

PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES. JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015 PROTHESE LP-ESP RESULTATS CLINIQUES ET RADIOLOGIQUES JP. RAKOVER JY. LAZENNEC O. RICART GECO 19 janvier 2015 Etude Evaluer l efficacité et la tolérance de la prothèse LP-ESP dans le traitement des lombalgies

Plus en détail

ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE

ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE ENSEIGNEMENT D OPHTALMOLOGIE DEUXIÈME CYCLE POLYCOPIÉ NATIONAL DU COLLÈGE DES OPHTALMOLOGISTES UNIVERSITAIRES DE FRANCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2004-2005 - 1 - Ce polycopié national est basé sur le nouveau

Plus en détail

K. NAYME, N. MOUSSALI, H. BELGADIR, N. ELBENNA, A. GHARBI, A. ABDELOUAFI Service de Radiologie de l Hôpital 20Aôut, CHU Ibn Rochd, Casablanca, MAROC

K. NAYME, N. MOUSSALI, H. BELGADIR, N. ELBENNA, A. GHARBI, A. ABDELOUAFI Service de Radiologie de l Hôpital 20Aôut, CHU Ibn Rochd, Casablanca, MAROC K. NAYME, N. MOUSSALI, H. BELGADIR, N. ELBENNA, A. GHARBI, A. ABDELOUAFI Service de Radiologie de l Hôpital 20Aôut, CHU Ibn Rochd, Casablanca, MAROC Introduction L endophtalmie est une infection intraoculaire

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES POUSSEES

LE TRAITEMENT DES POUSSEES LE TRAITEMENT DES POUSSEES Définition Apparition de nouveaux symptômes neurologiques, réapparition ou aggravation d anciens symptômes, de manière subaiguë, pendant plus de 24 heures, en l absence de fièvre

Plus en détail

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil

OSTEOME CHOROIDIEN. Dr Wilfried ROQUET. Centre Universitaire Ophtalmologique de Créteil Dr Wilfried ROQUET Presenté par Van Dyk en 1978 puis décrit simultanement en 1979 par Gass et William. La tumeur correspond à une ossification de la choroide avec des travées osseuses et des espaces caverneux

Plus en détail

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN Jacques Cosnes hopital St-Antoine & Université Paris VI 2015 Tabac & Crohn 1 Tabac, M de Crohn et qualité de vie - Rappel sur la M de Crohn - Effet

Plus en détail

INTÉRÊT DE L'ALR DANS LA GESTION DE LA DOULEUR POSTOPÉRATOIRE DU DÉCOLLEMENT DE RÉTINE

INTÉRÊT DE L'ALR DANS LA GESTION DE LA DOULEUR POSTOPÉRATOIRE DU DÉCOLLEMENT DE RÉTINE INTÉRÊT DE L'ALR DANS LA GESTION DE LA DOULEUR POSTOPÉRATOIRE DU DÉCOLLEMENT DE RÉTINE T.Boughenou, R.Mokretar kharoubi, A. Fassouli, F. Zine, Pr AEH. Benmati Pr M. TIAR Département d'anesthésie réanimation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 29 mars 2016 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux

Plus en détail

GRILLE OPTIMON EVALUANT LE RISQUE PATIENT DANS LES ETUDES DE RECHERCHE CLINIQUE INSTITUTIONNELLES

GRILLE OPTIMON EVALUANT LE RISQUE PATIENT DANS LES ETUDES DE RECHERCHE CLINIQUE INSTITUTIONNELLES GRILLE OPTIMON EVALUANT LE RISQUE PATIENT DANS LES ETUDES DE RECHERCHE CLINIQUE INSTITUTIONNELLES ETAPE I. DEFINITION DU OU DES THEMES DE L'ETUDE Essai clinique de médicament, radiothérapie, thérapie génique

Plus en détail

LASER RÉTINIEN OU PHOTOCOAGULATION À L ARGON

LASER RÉTINIEN OU PHOTOCOAGULATION À L ARGON LASER RÉTINIEN OU PHOTOCOAGULATION À L ARGON Si vous n êtes pas en mesure de vous présenter à votre rendez-vous, veuillez nous appeler au moins 24 heures à l avance au 450.419.6345. Si vous omettez de

Plus en détail

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017

Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 (( Revue littérature traitement PTI adulte Mai 2016-Mai 2017 Journée annuelle du centre de référence des cytopénies auto-immunes Créteil HM, 09/06/2017 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Institut d Hématologie

Plus en détail

Voici ce que vous devez savoir sur votre traitement par JETREA (ocriplasmine) 0,5 mg/0,2 ml, solution à diluer injectable

Voici ce que vous devez savoir sur votre traitement par JETREA (ocriplasmine) 0,5 mg/0,2 ml, solution à diluer injectable Voici ce que vous devez savoir sur votre traitement par JETREA (ocriplasmine) 0,5 mg/0,2 ml, solution à diluer injectable JETREA est utilisé pour traiter les adultes atteints d une maladie oculaire appelée

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires L.Debbah, H.Djedi CAC Annaba CIC Alger le 11/03/2017 Introduction Pathologie rare: -< 1% de tout les cancers dans le monde -

Plus en détail

DPV / Déchirure / DR rhegmatogène

DPV / Déchirure / DR rhegmatogène DPV / Déchirure / DR rhegmatogène / ttt barrage laser / ttt chirurgical Ttt chirurgical en semi-urgence Obturer la déchirure (empêche le passage du liquide) Cryothérapie Ab interno (vitrectomie) / ab externo

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Neuropathie optique d évolution progressive Excavation papillaire Altération du champ visuel FDR: hypertonie oculaire>21mmhg Glaucome primitif à

Neuropathie optique d évolution progressive Excavation papillaire Altération du champ visuel FDR: hypertonie oculaire>21mmhg Glaucome primitif à GLAUCOME CHRONIQUE Définition Neuropathie optique d évolution progressive Excavation papillaire Altération du champ visuel FDR: hypertonie oculaire>21mmhg Glaucome primitif à angle ouvert (le + fréquent)

Plus en détail

Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier

Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier Insérer ici le logo de votre institution Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier Pr Laurent

Plus en détail

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie Le dépistage du cancer de la prostate Pr. Vincent Ravery Urologie Hôpital Bichat - Paris Introduction 1. L espérance de vie augmente (INSEE, 1999) Tranches d âge EDV moyenne 60-64 19 65-69 16 70-74 12

Plus en détail

Bibliographie du 23/01/13 Croci-torti Aurélie Immunologie-rhumatologie clinique Service Pr Jorgensen

Bibliographie du 23/01/13 Croci-torti Aurélie Immunologie-rhumatologie clinique Service Pr Jorgensen Rituximab in the treatment of refractory adult and juvenile dermatomyositis and adult polymyositis : a randomized, placebo phase trial Arthritis & Rheumatism, Oct 2012, Chester and al. Bibliographie du

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 58 : Cataracte. Date de création du document 2010-2011. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 58 : Cataracte Date de création du document 2010-2011 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostic...1 1. 1 Circonstances de découvertes et signes fonctionnels...1 1. 2 Examen clinique... 1

Plus en détail

1. RAPPEL CONTEXTE ET OBJECTIFS

1. RAPPEL CONTEXTE ET OBJECTIFS 1. RAPPEL CONTEXTE ET OBJECTIFS Enquête sur le ressenti par le myope fort de la qualité de la prise en charge Pr Nicolas Leveziel CHU de Poitiers 2012 Ipsos. All rights reserved. Contains Ipsos' Confidential

Plus en détail