«Instaurer un salaire minimum est une folie» Martin BRETTENTHALER NEW. Directeur général de Pavatex. article in English for the first time!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Instaurer un salaire minimum est une folie» Martin BRETTENTHALER NEW. Directeur général de Pavatex. article in English for the first time!"

Transcription

1 NEW article in English for the first time! Martin BRETTENTHALER Directeur général de Pavatex «Instaurer un salaire minimum est une folie» Photo de couverture : Alberto Celada N o 06 Mai-Juillet 2014

2 facebook.com/uniecomagazine Uniéco, une réflexion sur l'économie

3 ÉDITO MILO BOŽIC 03 Un serment d Hippocrate pour les trader? Milo Božic, Rédacteur en chef Photographe: Lara Vehovar D ordinaire, les gens manifestent pour réclamer plus d égalité, protester contre la violence ou encore dénoncer le racisme. Pourtant, aucune de ces raisons n a poussé Jérôme Kerviel à effectuer une marche un peu particulière en début d année. En effet, l'ancien trader de la Société Générale a relié Rome à Paris pour s insurger «contre la tyrannie des marchés», ceux-là mêmes où il spéculait sur les contrats à terme et indices boursiers Pour rappel, le Français a fait perdre 4,9 milliards d euros à son employeur et a été condamné le 19 mars dernier à trois ans de prison ferme, mais n aura pas à payer les dommages et intérêts records du même montant, volet qui fera l objet d un autre procès. Nous laissons la question du bien-fondé de sa repentance à l appréciation du lecteur. En revanche, l «affaire Kerviel» a surtout mis en exergue les risques liés à l utilisation des produits dérivés (contrats à terme, options, etc.) qui ont fait l objet d un développement exorbitant suite à l avènement du un plan théorique, les produits déri- de se prémunir contre différents types de risques inhérents à la plupart des l «évidence empirique» montre que l utilisation massive desdits produits contribue de manière très limitée à réduire les risques pour l «économie réelle» et constitue en fait un facteur d instabilité pour l ensemble de l économie. Dès lors, à l instar de ce que préconise le professeur Rossi 1 pour les économistes, ne faudrait-il pas exiger un serment d Hippocrate également pour les opérateurs de marché, commun» plutôt que de servir leur propre intérêt de court terme, visant détriment de la durabilité du système économique? L Hebdo SOMMAIRE Éditorial Un serment d Hippocrate pour les trader? Milo Božic 03 Interview Martin Brettenthaler, CEO de Pavatex. Thomas Bato et Jean-Stéphane Yerly 14 Professeurs Europe and economic theory. Heinrich Bortis Concurrence fiscale, chance ou menace? Mark Schelker et Simon Berset 04 Étudiants Delphine Conus et Marc-Olivier Grivel Les réseaux sociaux et le monde du travail. Jean-Stéphane Yerly 18 Sur le terrain Méthode agile, une gestion efficace du projet. Jean Hennebert Débat sur les salaires minimums. Anne Liechti 10 Pour rire La caricature économique. Simon Beuret 18

4 PROFESSEURS HEINRICH BORTIS Uniéco - photo: Alberto Celada Full Professor, holder of the Chair of Economic Theory and Economic History at the University of Fribourg. 04 EUROPE AND ECONOMIC THEORY Based on theoretical reasoning this article suggests that a radically new conception of Europe is required to get out of the present economic and political crisis situation. Neo-liberal Europe must give way to a social-liberal Europe. FACTS ARE SILENT, ONLY A THEORY MAKES THEM SPEAK This proposition is due to the German economist and Keynes, too. Theory is indeed fundamental to understand economic phenomena, most importantly value and price, distribution, and employment. no unique system of economic theory in the course of history: liberal neoclassical economics and social-liberal classical-keynesian political economy. Economics is derived from Adam the market at the centre and the state relegated to the competitive markets solve all the great economic full employment. Money and finance are, in principle, unimportant and international trade, based on the principle of comparative costs, greatly contributes to securing peace. Political economy puts the social process of pro- sents the material basis of society, carrying a political, legal, social and cultural superstructure. Money and finance play a crucial role, distribution is, posi- distributive justice, and the level of employment is governed by effective demand, implying that system-caused involuntary unemployment is possible. Effective demand increases as income distribution becomes more equal. Which theory is more plausible? Theoretical discussions and the occurrence of great crises strongly speak in favour of classical-keynesian political economy. HOPES AND DISAPPOINTMENTS IN EUROPE SINCE and its historic realisation, industrial-cum-finance capitalism, seemed definitely the only possibility classical-walrasian equilibrium economics and its Marshallian supply and demand developments became pensée unique in economic theory. This has shaped socio-economic institutions. Globalisation lead on to increasing technical progress, higher rates supply-oriented. These hopes have not materialised. Unemployment has increased considerably and income distribution has become markedly more unequal in Europe since the introduction of the Euro. Austerity poli- consequences are very serious. Poverty increases Precariat (Guy Standing). The situation is particularly dramatic in Greece. An eminent and most respected Greek economist, Maria Negreponti-Delivanis, speaks of socio-economic genocide. Globalisation and Europe seem to be a blind alley. The eminent classical-keynesian political economist Nicholas

5 05 unequal development levels of individual countries more inequality and higher involuntary unemployment, the social consequences ning of the middle- lative processes, compounded by Schumpeterian technological dynamism, that is, the ability to in- of the external development mechanism based on argued that the countries of Southern Europe as fact, these countries should become like Germany, - - dramatically increase. The external development closed system. THE WAY AHEAD: EUROPE AS A FAMILY OF NATION-STATES shape institutions and socio-economic policies;; moreover, the state must be given pre-eminence again through the rebuilding of states liberalism is the political philosophy underlying classical-keynesian political economy. The crucial feature of this doctrine is to conceive man as an essentially social being. This necessarily implies - - contrary: society and the state are indispensable, based on and through society. Based on society means that there must be preconditions or social foundations that have to be there if all social individuals are to be given the Europe needs a new type of economic theory, classical- Keynesian political economy to wit, to shape institutions and socio-economic policies. possibility to unfold their dispositions and to acquire capacities: full employment, fair distribution of incomes, a public education system, an appropriate legal system, a diversified and large set of cultural institutions. Through society signifies that the degree of perfection of the social individuals is enhanced through social activities: common aims are reached through cooperation and coordination as is the case in an enterprise, a football team or an And last but not least, society and the state form a social entity, made up of complementary institu- - may prosper. a very important implication regarding the conception of Europe. Liberalism and Socialism are uni- fined and unimportant, the EU being an excellent clearly bounded territory for each state. As a social entity, the nation or nationalities state is a complex and ethical aims, and the historical realisation of To be able to achieve high employment levels and an equitable distribution of incomes each country needs its own currency. structure of government expenditures, the taxation system and the distribution of incomes must be such that the institutional-technical system is, broadly, system-equilibrium of prices and quantities, such that effective demand is sufficient to buy full-employment output. This renders governing extremely complex. Hence the state should not be too large to be governable. The histo-

6 06 states admirably fulfil this prerequisite. important again. This is required because in a monetary production economy there is no be able to achieve high employment levels and an equitable distribution of incomes each country needs larger states, regional moneys may be required to pursue regional policies;; for example, in the United Kingdom, Scottish banks may issue pound notes at parity only. Hence the internal employment mecha- - the government expenditures and by household the population, determined, in turn, by income distribution. no restrictions on international trade. Exports and imports may be in equilibrium at any level. An ap- - Bancor and surplus countries to undertake efforts to bring about transfer real resources, financed by Bancor loans, to economically less developed countries. Keynes s Bancor system would easily allow for a Europe of solidarity: the richer countries would transfer real resources, financed by Bancor loans, to economically less developed countries. Europe organised along Keynesian social liberal Europe des patries, Adenauer and de Gaulle had in mind. Each country - ment prevailing in each European country. Si c était à refaire, je bâtirais l Europe sur la culture.

7 PROFESSEURS MARK SCHELKER ET SIMON BERSET 07 Uniéco - photo: Alberto Celada Mark Schelker Professeur associé. Titulaire de la Chaire de Finances Publiques de l Université de Fribourg. Uniéco - photo: Alberto Celada Simon Berset Doctorant et assistant à la Chaire de Finances Publiques de l Université de Fribourg. CONCURRENCE FISCALE, CHANCE OU MENACE? Que ce soit au niveau national ou international, le débat sur la concurrence fiscale s est récemment intensifié. Conséquence de la détérioration des finances de nombreux États, les discussions portent principalement sur les mesures visant à limiter ce phénomène jugé indésirable. Depuis plusieurs années maintenant, la concurrence fiscale fait l objet de discussions intenses tant sur le plan national qu international. La Suisse est directement concernée par cette si- l UE augmentent la pression sur la Suisse en vue d abolir les régimes fiscaux spéciaux. D un autre côté, le peuple suisse, via différentes initiatives populaires, s est prononcé à plusieurs reprises sur des mesures visant à limiter la concurrence fiscale, tant cantonale que communale. L initiative populaire pour des impôts équitables, soumise au peuple faitement cette tendance. Les opposants à la concurrence fiscale véhiculent l idée que cette compétition entre entités publiques, d une part, favorise le nivellement de la fiscalité (race to the bottom) et d autre part, tend à démanteler concurrence fiscale favorise certains cantons ou États au détriment d autres? Plus généralement, la concurrence représente-t-elle un danger pour nos sociétés? LES ENSEIGNEMENTS DE LA THÉORIE ÉCONOMIQUE Afin d apporter quelques éléments de réponse à ces questions fondamentales, il est d abord nécessaire de comprendre la nature de la dernière découle du fait que les individus, tout comme les entreprises, cherchent à tirer profit du meilleur compromis entre coûts et bénéfices, c est-à-dire entre les impôts qu ils paient et les biens et services publics mis à leur disposition seule fixation de leurs taux d imposition, les juridictions sont en concurrence sur le rapport quantité-prix et/ou qualité-prix du «panier» de services publics offert. Les agents économiques La théorie et surtout le bon sens prédit que les bases fiscales les plus aisées se tourneront vers les États pratiquant moins de redistribution. décidant de leur lieu de résidence en fonction les États, mis en concurrence, sont naturellement incités à offrir les meilleures prestations publiques au prix le plus bas. Du point de vue de la théorie économique, ce phénomène n est concurrence fiscale favorise l allocation optimale des ressources publiques, les autorités étant contraintes de satisfaire les préférences des citoyens en utilisant leurs ressources de manière efficace. Selon cet argument, la concurrence fiscale permettrait d aboutir non pas forcément à «moins d État», mais à «mieux d État». Le rôle du secteur public ne se limitant pas à la

8 l analyse doit tenir compte d autres aspects de la concurrence fiscale. En effet, une seconde fonction de l État réside dans la définition et la mise en place de mesures redistributives garantissant une certaine équité entre les individus d une société. Dans un contexte de concurrence fiscale, la littérature économique suggère qu il peut être difficile, pour une juridiction, de mener des politiques redistributives entre contribuables fortunés et très modestes. En supposant une forte cales les plus aisées se tourneront vers les États pratiquant moins de redistribution. De même, les personnes se trouvant dans les classes de revenus inférieurs auront une préférence pour les juridictions prônant des politiques plus redistributives. Théoriquement, cela signifie qu un État désirant mener des politiques de redistribution prend le risque d attirer massivement des bas revenus et, simultanément, de faire fuir les hauts revenus. La concurrence fiscale, renforcée par ce jeu de migrations, rend difficile la mise en place de mesures redistribu- remplir son rôle de redistribution des richesses? Avant de rechercher des alternatives, voyons si cette conclusion théorique s observe aussi clairement dans la réalité. LE CAS SUISSE Force est de constater que tous les États développés mènent d'importantes politiques redistributives quel que soit le degré de mobilité de leurs contribuables. La Suisse, bien qu elle combine une situation de concurrence entre échelons décentralisés (cantons et communes) et une grande mobilité des individus entre ces mêmes entités politiques, ne fait pas exception à cette règle. D ailleurs, en Suisse, des mesures redistributives sont prises non seulement au niveau des dépenses publiques, mais aussi dans les formules d imposition pratiquées par les cantons peu surprenante de prime abord, nous permet de mettre en évidence un argument théorique de première importance: en situation de concurrence fiscale, la fonction de redistribution des richesses doit être organisée et appliquée par les échelons étatiques supérieurs (dans le cas suisse, s explique du fait que, au sein d une juridiction plus étendue, les contribuables font face à des coûts de migration plus élevés, ce qui les rend moins mobiles. En admettant que déménager d un canton à l autre se révèle plus compliqué que changer de commune au sein d une même région, on comprend que l échelon cantonal est plus facilement en mesure de pratiquer des politiques redistributives. sions. Premièrement, la vision selon laquelle la concurrence fiscale provoque un nivellement de la fiscalité n est pas évidente. Deuxièmement, Sur le plan international, la position défendue par les grands États à fiscalité dite élevée regroupés au sein du G8, du G20 ou de l OCDE s apparente à celle d un cartel. le cas suisse met en évidence le rôle crucial que joue le cadre institutionnel. En Suisse, ce dernier permet de répartir les fonctions publiques entre les niveaux de gouvernement. La fonction de redistribution peut donc être placée entre les mains des échelons supérieurs. Finalement, on remarque que, même en présence d agents économiques relativement mobiles, il est possible de mettre en place des politiques de redistribution. Fort de ce constat, la concurrence fiscale les gouvernements à se conformer aux préférences de leurs citoyens au meilleur coût. 08

9 09 LE DÉBAT ACTUEL SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE Sur le plan international, la position défendue États cherchent à neutraliser la concurrence exercée par les gouvernements imposant leurs le ferait sur tout autre type de marché, le cartel a pour objectif la coordination des prix et ce, au détriment des consommateurs. Dans le cas présent, c est l harmonisation des taux d impôts qui est visée, et le contribuable qui en est la victime. L histoire ne s arrête cependant pas là. Quand bien même la pression exercée par ce cartel aboutit à une entente sur les taux d impôts, il y a fort à parier que la concurrence se focalise néanmoins sur d autres dimensions des régimes fiscaux. Même si le cartel s accorde sur les prix, ses membres sont incités à faire usage d autres d appliquer différents traitements fiscaux, selon les individus ou les entreprises que l État cherche à favoriser. La seule harmonisation des taux d impôts n empêche donc pas la course aux bases fiscales financièrement intéressantes et mobiles. La multiplication des exceptions et des déductions fiscales tolérées, les fameuses «niches fiscales», illustrent parfaitement notre propos. De surcroît, ce type de méthodes rend les systèmes d imposition compliqués et opaques, et ceci au détriment de la majorité des contribuables. moins efficiente économiquement, et même déloyale. Dans la réalité, la concurrence fiscale basée sur la différenciation des traitements est très largement acceptée. La Suisse a mis en place des régimes distinguant les sociétés de domicile, les sociétés mixtes et les holding. De leur ne sont pas en reste. A titre d exemple, de nombreux pays européens, parmi lesquels la ou le Royaume-Uni, pratiquent l imposition préférentielle des produits de licence (licence box troisième réforme de l imposition des entreprises va dans le sens des pratiques européennes. D un point de vue économique, ce développe- serait en effet préférable de s atteler à fixer des règles régissant la définition des bases fiscales et limitant les déductions et autres exceptions. La concurrence pourrait alors s opérer sur les prix, c est-à-dire sur les taux d impôts. Ainsi, les systèmes d imposition gagneraient en transparence, seraient économiquement plus efficients, et tendraient surtout à une moins grande discri- Partager les savoirs Gemeinsam Wissen schaffen Samedi Samstag Plateau de Pérolles, Fribourg Freiburg Inscription en ligne Anmeldung unter Main sponsor COURSE DU JUBILÉ125 JUBILÄUMSLAUF 10 km Co-sponsor Partner

10 SUR LE TERRAIN JEAN HENNEBERT Chargé de cours et lecteur au Département d Informatique de l Université de Fribourg. 10 MÉTHODE AGILE, UNE GESTION EFFICACE DU PROJET La complexité et l évolution rapide des technologies montrent les limites des méthodes traditionnelles de gestion de projet. Nous observons que les méthodes agiles prennent la relève dans nos entreprises, démontrant leur souplesse et une bonne adéquation par rapport aux contraintes des projets technologiques. Les méthodes classiques de gestion de projet tentent de découper le travail à réaliser en phases qui se succèdent l une à l autre selon le modèle de la cascade de spécification complète du produit à développer, d estimation et de planification, de modélisation, de réalisation, de tests, de déploiement et de mainte- moins adaptée aux nombreux changements qui marquent les projets à caractère innovant ou technologique: concurrence, technologies émergentes, ou encore évolution continue des besoins et attentes tion plus réactive et plus souple afin qu un projet se termine à la satisfaction de toutes les parties engagées. En réponse directe à ces besoins, les méthodes agiles connaissent actuellement une adoption croissante dans les entreprises technologiques, plus particulièrement dans le développement logiciel. Elles sont ancrées sur quatre valeurs fondamentales. LES BIENFAITS DE LA MÉTHODE AGILE L acceptation du changement comme paramètre inhérent au projet est une valeur fondamentale des méthodes agiles. Le changement n est plus considéré comme une source de problèmes mais comme une dimension inhérente au projet qui sera intégrée dans la méthodologie de gestion. La capacité de gérer le changement en cours de projet sera même perçue comme un avantage concurrentiel dans certaines situations. Répondre au changement implique une collaboration permanente avec le client. Le client n est plus quelqu un avec qui nous négocions des prestations à travers un contrat, il devient en quelque sorte un membre à part entière de l équipe du projet. L agilité valorise également l aboutissement à un produit fonctionnel qui est adéquat par rapport au marché et qui correspond aux attentes des clients. Le principe est de mettre en place, tout au long du développement, un mécanisme de feedback itératif avec les futurs utilisateurs du produit. Les fonctionnalités sont remises sur le plan de travail tant que la satisfaction n est pas atteinte. Dans cette optique, aucun compromis n est fait sur la qualité du produit, quitte à réduire, chemin faisant, la quantité des fonctionnalités offertes. Une autre dimension importante de l agilité est de favoriser, à travers un ensemble de pratiques, les interactions entre individus au sein de l équipe. Le verbal et le visuel sont privilégiés à travers des rencontres fréquentes où les membres de Scrum est un terme anglais qui signifie «mêlée» et qui s inspire du rugby où toute l équipe pousse le ballon (le projet) dans le but d avancer. Source: PierreSelim sur Wikimedia Commons.

11 l équipe se parlent, échangent et n ont pas peur de confronter leurs points de vue. LES PRATIQUES DE L AGILITÉ La dimension aléatoire liée à l acceptation du changement peut engendrer une évolution chaotique du projet. Les méthodes agiles, comme par exemple Scrum, compensent cela par des pratiques extrêmement rigoureuses. Le travail est découpé en «itérations» de durée fixe, typiquement de deux semaines. Une fois l itération démarrée, aucun changement n est permis, il doit se planifier pour l itération suivante. L itération est elle-même cadencée à travers des séances de planification, de coordination et de revue dont la durée et le contenu sont très codifiés. Par exemple, chaque journée commence par un stand up meeting, une séance limitée à 15 minutes où tout le monde est debout, et où l équipe se coordonne en répondant à trois questions en lien avec l état du travail. Les processus et les outils de reporting coûteux comme les rapports d activités et les procès-verbaux sont simplifiés pour laisser place aux échanges verbaux. L équipe est incitée à utiliser des «radiateurs d information» qui prennent la forme de tableaux de bord tapissant les murs de l espace de travail. Le but est de rendre transparentes les informations nécessaires à l organisation de l équipe et à l avancement vers le produit. L agilité vise également la simplification des rôles. Par exemple, Scrum identifie uniquement trois rôles à travers lesquels les responsabilités et tâches sont clairement définies. La taille de l équipe est aussi limitée, typiquement dynamique et de limiter le besoin de «protocoler» la communication. La création incrémentale du produit à travers des itérations courtes a également son lot d implications. Les équipes agiles favorisent le recrutement de profils généralistes plutôt que de spécialistes, et ce afin que le processus itératif ne soit jamais stoppé ou mis en danger par l absence ou la non-disponibilité d un membre de l équipe. Plus spécifique au développement logiciel, des outils et pratiques sont utilisés comme l automatisation des tests, l intégration continue ou encore la programmation en paire. L AVENIR DES MÉTHODES AGILES Les méthodes agiles sont maintenant bien présentes dans les industries suisses et plus spécifiquement dans - à travers des méthodes agiles. L adoption est plus élevée dans les pays anglo-saxons. La méthode la plus présente est Scrum pour laquelle des formations certifiées sont offertes. La méthode Scrum est également enseignée à travers certains cours dispensés Le client n est plus quelqu un avec qui nous négocions des prestations à travers un contrat, il devient en quelque sorte un membre à part entière de l équipe du projet. à l Université de Fribourg. La pratique de l agilité montre également ses limites dans certains contextes de projet. Nous voyons apparaître des évolutions de Scrum vers d autres paradigmes, comme par exemple Scrumban qui est une altération de Scrum incluant les principes de Kanban pour gérer les développements à flux tendu. D autres évolutions de Scrum sont également en train de se codifier, entre autre vers la gestion des grandes équipes avec les concepts Scrum of Scrums. Finalement, nous observons que certaines approches plus traditionnelles, comme par exemple Hermes, évoluent en permettant l inclusion de pro- 11 MANIFESTE POUR LE DÉVELOPPEMENT AGILE Nous valorisons: processus et les outils mentation exhaustive négociation contractuelle d un plan Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments, mais privilégions les premiers. Plus d infos sur

12 SUR LE TERRAIN ANNE LIECHTI 12 LES SALAIRES MINIMAUX, DÉBAT DU 6 MARS 2014 Les salaires minimaux, ou la nécessité, ou non, d un revenu équitable pour tous les travailleurs, les conséquences, tant positives que négatives, sur le marché du travail, et à plus large échelle sur notre économie, ou les positions divergentes sur le sujet des différents partis politiques suisses. Voilà autant d aspects abordés autour de cette thématique lors du débat du 6 mars dernier à l Auditoire Joseph Deiss de l Université de Fribourg. Uniéco et la Fachschaft de Droit, cet événement fut un franc succès, tant du point de vue des opinions et arguments échangés que du public nombreux d étudiants fribourgeois, qui au terme du débat n ont pas manqué de montrer leur vif intérêt par leurs questions, que la qualité des échanges et des arguments évidemment aussi aux personnalités présentes ce soir-là. Différents acteurs de la scène politique et économique fribourgeoise ont en effet très volontiers répondu présent pour se prêter au jeu du débat: Ursula Schneider- que Sergio Rossi, Professeur d économie à Weber, enseignant post-doctorant à l'université de Neuchâtel et spécialiste de l'économie du travail, puis modéré par Serge Gumy, rédacteur en chef adjoint de La Liberté, ce débat a en tous les cas permis aux nombreux étudiants présents ce soir-là de confronter les théories économiques assimilées durant leur cursus à une approche plus terre-à-terre, issue de la réalité du terrain. UNE COLLABORATION INTER-FACULTAIRE Forts de cette expérience et pleinement satisfaits de cette collaboration très fructueuse, l association Uniéco et la Fachschaft de Droit songent déjà à l organisation d un prochain débat, auquel ils espèrent encore une fois accueillir un public nombreux et intéressé. L association Uniéco profite de remercier l ensemble des participants à ce débat pour leur générosité et la qualité de leurs interventions, tout comme la Fachschaft de Droit pour son excellente collaboration. Un merci particulier aux nombreux étudiants présents à cet événement, dont l in- permis de créer des liens précieux, susceptibles d être valorisés dans la perspective de futurs événements.

13 13 Photos du débat: Alberto Celada. Vidéo du débat réalisée par Unicam: 1. Les participants ont joué le jeu du débat avec «fair-play». 2. Ursula Schneider-Schüttel, Conseillère nationale PS, Christian Levrat, Président du PS et Conseiller aux États et Sergio Rossi, Professeur d économie à l Université de Fribourg. 3. Dominique de Buman, Vice-Président du PDC et Conseiller national, Johanna Gapany, Vice-Présidente JLR, et Pierre Marchioni, Conseiller général UDC à la ville de Fribourg et Vice-Président de l'udc Fribourg-Ville. 4. Quelques 300 étudiants étaient présents ce soir-là à l Auditoire Joseph Deiss. 5. Questions, remarques: la parole au public au terme du débat! 6. Christian Levrat à l interview, au micro de Milo Božic, rédacteur en chef du magazine Uniéco. 7. L apéritif l occasion d échanger au terme du débat a clos cette soirée en beauté.

14 INTERVIEW THOMAS BATO ET JEAN-STÉPHANE YERLY 14 Martin BRETTENTHALER Directeur général de Pavatex BIO RAPIDE 1996 Université de Saint-Gall Licence en sciences économiques 1993 Stagiaire dans le domaine du conseil en stratégie auprès de McKinsey & Company (Düsseldorf) 1995 Stagiaire auprès de Goldman Sachs (Francfort) Consultant au Boston Consulting Group (Munich et Paris) Directeur des opérations du groupe HIAG (Bâle), spécialisé dans le bois 2004 aujourd'hui Directeur général et actionnaire de la société Pavatex, spécialisée dans les matériaux isolants pour le bâtiment INTRODUCTION Avril bat son plein après une longue pause hivernale. Les arbres qui longent la route menant à l entreprise Pavatex bourgeonnent au milieu du bourdonnement perpétuel de l usine du groupe Pavatex, nous accueille pour une et enrichi de ses nombreuses expériences professionnelles, ce solide entrepreneur de 43 ans nous raconte avec passion les différents aspects de son entreprise ainsi que son train de vie effréné, ponctué de voyages. Entre ses bureaux à Fribourg, à Zoug et en France et sa famille à

15 M. Brettenthaler, quel est votre parcours professionnel? J ai effectué mes études à l Université de Saint- Études Politiques (Sciences Po) de Paris. En parallèle de mes études, j ai eu l opportunité d effectuer plusieurs stages dans des entreprises comme McKinsey, Procter & Gamble et Goldman Sachs ouvert l esprit et donné l occasion de travailler avec des personnes brillantes et vraiment intéressantes. À la sortie de mes études, j ai poursuivi Boston Consulting Group, une entreprise spécialisée dans le conseil en stratégie. Comment êtes-vous arrivé chez Pavatex? En fait, je me prédestinais à une carrière dans la banque d affaires ou le conseil en stratégie. Toutefois, après avoir travaillé quelques années dans le conseil en stratégie, j ai ressenti le besoin de travailler dans un environnement plus ancré dans la réalité industrielle. J ai donc saisi l opportunité de tra- HIAG. Au sein de cette entreprise, je me suis vu confier la direction de l une de ses filiales, Pavatex. Puis, lorsque les propriétaires ont voulu se séparer de Pavatex, j ai réussi à rassembler les capitaux nécessaires pour réaliser un management buy-out avec un partenaire. crise. Néanmoins, les changements opérés dans la politique d économie d énergie ont permis un situation nous a permis d afficher une croissance des ventes intéressante depuis plusieurs années. Le renchérissement du franc suisse a- t-il eu un impact sur votre activité ces dernières années? Le renchérissement du franc a été catastrophique pour notre activité et nous en subissons aujourd hui encore les conséquences. Le renchérissement du franc a été catastrophique pour notre activité et nous en subissons aujourd hui encore les conséquences. Pour vous en franc suisse avant l'ouverture de notre troisième usine en France. De plus, l arrivée d importateurs étrangers en Suisse, venus profiter de ce franc fort, a conduit à une chute des prix 15 Pavatex, qu est-ce que c est? Pavatex est une entreprise leader sur le marché des isolants en fibres de bois de haute qualité pour l enveloppe des bâtiments. Nos produits Fribourg ainsi que la nouvelle usine en France, - des matériaux à forte valeur ajoutée. Nous commercialisons nos matériaux à travers le négoce de matériaux de construction. Un tiers de nos ventes est réalisé en Suisse, le reste principalement en millions de francs. Comment se porte le marché de la construction actuellement? De manière générale, le marché européen est en

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly

ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON. First Session of the Thirty-third Legislative Assembly LEGISLATIVE ASSEMBLY OF YUKON First Session of the Thirty-third Legislative Assembly ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE DU YUKON Première session de la trente-troisième Assemblée législative BILL NO. 46 ACT TO AMEND

Plus en détail

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT?

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT? C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Les entreprises suisses réussissent particulièrement bien en Chine En 2014, les ventes et les bénéfices des entreprises suisses actives en Chine connaissent une accélération

Plus en détail

Il faut empêcher un trou absurde de milliards de francs dans les impôts sur les entreprises

Il faut empêcher un trou absurde de milliards de francs dans les impôts sur les entreprises CON FÉRENCE D E P R E S S E D U 2 O CT O BR E 2 0 1 2 Daniel Lampart, premier secrétaire et économiste en chef de l USS Il faut empêcher un trou absurde de milliards de francs dans les impôts sur les entreprises

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises"

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises MARS 2012 11_INT_573 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises" Rappel Rappel de l'interpellation Le 11 mars 2012,

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat Sommaire exécutif Paul Gauthier Richard Guay Michel Magnan Fellow Invité, CIRANO Fellow, CIRANO Fellow, CIRANO ESG-UQÀM JMSB-Concordia Équipe de Direction

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez.

Be selective. Swiss Invest. En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Be selective. Swiss Invest En Suisse, votre capital évolue comme vous le souhaitez. Bienvenue en Suisse Depuis des décennies, la Suisse offre la stabilité et la sécurité auxquelles on aspire pour des

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Décembre 2015 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Réinventons la Proximité! L Agilité au service des! Startup innovantes!

Réinventons la Proximité! L Agilité au service des! Startup innovantes! Réinventons la Proximité! L Agilité au service des! Startup innovantes! Thomas Van de Velde http://www.webinage.fr Florent Garin http://www.docdoku.com David Brocard http://davidbrocard.org I - Le contexte

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/49/845/Add.1 9 mars 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS Quarante-neuvième session Point 113 de l ordre du jour GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Examen de

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Les multinationales et l arc lémanique, plus forts ensemble

Les multinationales et l arc lémanique, plus forts ensemble Les multinationales et l arc lémanique, plus forts ensemble Assemblée générale de l Union des Intérêts de la Place Financière (UIPF) La fiscalité des entreprises Frédérique Reeb-Landry, Présidente Groupement

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc

Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Transaction proposée entre Groupe TMX inc. et London Stock Exchange Group plc Position de la FCCQ dans le cadre de la consultation publique tenue par l Autorité des marchés financiers 29 juin 2011 555,

Plus en détail

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA NICOLAS TABAREAU

UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA NICOLAS TABAREAU COQHOTT UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES NICOLAS TABAREAU Le projet 2 The CoqHoTT project Design and implement a brand-new proof

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

POUR COMPRENDRE SUR QUOI ON VOTE: National OUVRE CETTE BROCHURE VOTATIONS DU

POUR COMPRENDRE SUR QUOI ON VOTE: National OUVRE CETTE BROCHURE VOTATIONS DU POUR COMPRENDRE SUR QUOI ON VOTE: OUVRE CETTE BROCHURE National VOTATIONS DU 30 NOVEMBRE 2014 Impressum Rédaction Alexandra Molinaro (responsable), Ariane Bahri, Alissa Bizzozero, Anita Ivanovski, Chantal

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors MLS - Local and Global Marketing Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors Teresa King Kinney CEO Miami Association of Realtors Miami Association of Realtors 40,000 Members

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L AGRÉGATION DES DONNÉES SUR LES RISQUES ET LA DIVULGATION DES RISQUES Février 2016 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Champ d application... 4 Prise d effet et processus de

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Export crops and food deficits. Cultures d exportation et déficits alimentaires

Export crops and food deficits. Cultures d exportation et déficits alimentaires Export crops and food deficits Cultures d exportation et déficits alimentaires Niek Koning Wageningen Univers ity Lessons to be learned from the EU Leçons à tirer de l UE The EU has always pursued food

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

Enquête de satisfaction client 2009

Enquête de satisfaction client 2009 Enquête de satisfaction client 2009 High Performance Sealing Technology Bienvenue au 3e rapport d enquête de Satisfaction client James Walker. En 2006 lorsque nous lancions notre 1ère enquête, les marchés

Plus en détail

BMO Assurance. Rentes immédiates à prime unique. Profitez de votre retraite. Nous prenons le risque pour vous éviter d avoir à le faire.

BMO Assurance. Rentes immédiates à prime unique. Profitez de votre retraite. Nous prenons le risque pour vous éviter d avoir à le faire. BMO Assurance Rentes immédiates à prime unique Profitez de votre retraite. Nous prenons le risque pour vous éviter d avoir à le faire. Les rentes de BMO MD Assurance pour avoir l esprit tranquille Êtes-vous

Plus en détail

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial

Développer des compétences pour mieux réussir à l international. Éditorial VOLUME 15 NUMÉRO 2Mai 201 5 Développer des compétences pour mieux réussir à l international Éditorial Dans un environnement d affaires caractérisé par une ouverture toujours plus grande des marchés internationaux

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave Au Manitoba, le revenu est réparti plus également que dans bien d autres provinces, particulièrement quant au revenu du marché (revenu tiré du

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes

Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes Modalités de recrutement par département, aux Lycées International Montebello, Lille et Henry Wallon, Valenciennes Les CHAIRS préparent et animent les débats lors de la conférence Ils travaillent à deux,

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ Le Centre de recherche sur la compétitivité de l Université de Fribourg

Plus en détail

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP?

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP? Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Politique Questionnaire concernant le projet de consultation

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?!

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?! Parce qu une image vaut mille mots, voici une série de photos de Gaza prises postérieurement au conflit de 2009, le «camp de concentration à ciel ouvert» comme l évoquent les médias. Attention, ces images

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Réseaux sociaux et recrutement : Quand, Pourquoi, Comment? présentation : Patrick Debray tél 079 212 27 80 info@dmd.ch

Réseaux sociaux et recrutement : Quand, Pourquoi, Comment? présentation : Patrick Debray tél 079 212 27 80 info@dmd.ch Réseaux sociaux et recrutement : Quand, Pourquoi, Comment? présentation : Patrick Debray tél 079 212 27 80 info@dmd.ch Les réseaux sociaux 2003 leur apparition 2010 leur essor quelques chiffres Réseaux

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

allégements fiscaux Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) création, implantation et développement d entreprises

allégements fiscaux Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) création, implantation et développement d entreprises Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) Ferring Pharmaceuticals Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises Mecaforma Flyer_stage valais.indd

Plus en détail

Projet Personnel et Professionnel.

Projet Personnel et Professionnel. IUT INFORMATION COMMUNICATION Projet Personnel et Professionnel. Interview d Alexandra Schwartzbrod Astou-Maryème YAO 17/12/2012 LE METIER DE JOURNALISTE. «Une école extraordinaire» Alexandra Schwartzbrod

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Le système de contrôle interne

Le système de contrôle interne Le système de contrôle interne Vendredi 27 février 2009 Muriel Sella Bassoli Titulaire du brevet d avocat Tax and Legal services Clémentine Largeteau Manager, Audit services 1 Les petits déjeuner des PME

Plus en détail

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME

Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Jean Goncalves 44 rue Paul Valery 75116 Paris Avocat à la Cour Tel : 01 45 02 08 03 Fax : 01 45 02 08 10 j.goncalves@artales-avocats.com FONDATIONS CAPITAL PRIVE PME Note pour les investisseurs résidents

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés THE LEGISLATIVE ASSEMBLY ACT (C.C.S.M. c. L110) Members' Salaries Regulation, amendment LOI SUR L'ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE (c. L110 de la C.P.L.M.) Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Tâches et Buts. Date D échéance. Tâche Buts Remarques. www.financiallywiseonheels.com

Tâches et Buts. Date D échéance. Tâche Buts Remarques. www.financiallywiseonheels.com Tâches et Buts Date D échéance Tâche Buts Remarques Objectifs Annuels Trafic Web Inscriptions Email Produits à vendre Services à vendre Suiveurs Pinterest Suiveurs Facebook Suiveurs Twitter Suiveurs YouTube

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 INTITULE

Plus en détail

Cas 2 Priorité prévoyance

Cas 2 Priorité prévoyance Solutions Examen oral Conseiller financier diplômé IAF Cas 2 Priorité prévoyance Examinateur principal - expert : Christian Andrik 23 octobre 2008 Temps de préparation : Examen oral : 45 minutes 30 minutes

Plus en détail

Outdoor I. Avec l inox Tolix innove 4 II. Ours 14. Outdoor I. With stainless steel Tolix is innovating 4 II. Colophon 14

Outdoor I. Avec l inox Tolix innove 4 II. Ours 14. Outdoor I. With stainless steel Tolix is innovating 4 II. Colophon 14 Made in France Outdoor I. Avec l inox Tolix innove 4 II. Ours 14 Outdoor I. With stainless steel Tolix is innovating 4 II. Colophon 14 2 3 I Avec l inox Tolix innove With stainless steel Tolix is innovating

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

VIENNE LONDRES MUNICH BERLIN ZURICH PARIS HONG KONG PEKIN MOSCOU ISTANBUL

VIENNE LONDRES MUNICH BERLIN ZURICH PARIS HONG KONG PEKIN MOSCOU ISTANBUL Enterprise Email Marketing Solutions & Services IMPLI PERT CATION INE N DÉLIV RABIL CE ITÉ W N E S Guide Pratique de l Emailing 2012 Conseils pratiques sur la meilleure façon de mettre en place des emails

Plus en détail

Introduction à la Sécurité Informatique

Introduction à la Sécurité Informatique Introduction à la Sécurité Informatique Hiver 2012 Louis Salvail A.A. 3369 Qu est-ce que la sécurité informatique? Espionnage de réseau Interception des paquets en route sur un réseau Ceci est facile puisqu

Plus en détail