Douleur & Antalgiques / Analgésiques / AINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Douleur & Antalgiques / Analgésiques / AINS"

Transcription

1 Douleur & Antalgiques / Analgésiques / AINS V1.6/PF 1 Priorité nationale Sous-estimation, fatalité Prise en compte Organisation Évaluation Thérapeutiques + de possibilités Modification des règles V1.6/PF 2 V1.0/PF 1

2 Classification Typologie Excès nociception (stimulation R) Neurogènes (lésions voies) Mixtes Temporelle Aiguë Chronique V1.6/PF 3 Evaluation - Ex : EVA V1.6/PF 4 V1.0/PF 2

3 Evaluation - Ex : enfant V1.6/PF 5 MEDICAMENTS ANTALGIQUES / ANALGEGIQUES CLASSIFICATIONS V1.6/PF 6 V1.0/PF 3

4 Pharmacologique Non Opioïdes (niveau 1 - périphériques) Antalgique floctafénine Antipyrétique + Antalgique paracétamol, proparacétamol Antipyrétique + Antalgique + Antiinflammatoire AINS, aspirine V1.6/PF 7 Pharmacologique Opioïdes Faibles/Mineurs (niveau 2 - centraux) Agonistes purs Tramadol, tapentadol, dextropopoxyphène, codéine Forts/Majeurs (niveau 3 - centraux) Agonistes purs morphine, hydromorphone, oxycodone, fentanyl Agoniste partiel (effet plafond) buprénorphine Agoniste / Antagoniste nalbuphine Antagoniste naloxone V1.6/PF 8 V1.0/PF 4

5 Pharmacologique Co-antalgiques Douleurs aiguës Anesthésiques locaux (péridurale, PCEA, Emla ) MEOPA Douleurs neurogènes ADT tricyclique amitriptyline, imipramine, clomipramine Antiepileptiques carbamazépine, gabapentine, prégabaline AIS corticoïdes V1.6/PF 9 Classification OMS Niveau 1: douleurs intensité faible à modérée (Antalgiques périphériques) : Aspirine, AINS, paracétamol Niveau 2 : douleurs d emblée modérées à fortes et douleurs non soulagées par le palier 1 (Opioïdes faibles - centraux) : codéine, dihydrocodéine, dextropropoxyphène, tramadol, tapentadol +/- paracétamol +/-AINS V1.6/PF 10 V1.0/PF 5

6 Classification OMS Niveau 3 : douleurs d emblée violentes et/ou échec du niveau 2 (Opioïdes forts - centraux) Agonistes purs morphine, hydromorphone, oxycodone, fentanyl Agoniste partiel buprénorphine, Agoniste / Antagoniste nalbuphine V1.6/PF 11 Classification en fonction de l EVA De 0 à 4: antalgiques périphériques +/- AINS +/- co-antalgiques De 4 à 7 : analgésiques centraux faibles +/-AINS +/- co-antalgiques >7 : analgésiques centraux forts +/- AINS +/-co-antalgiques V1.6/PF 12 V1.0/PF 6

7 Classification IASP 2010 Antalgiques anti-nociceptifs Non opïoides (niveau 1) Opïoides (niveau 2-3) Anti-hyperalgésiques Antagonistes NDMA (ketamine) Antiépileptiques (gabapentine, pregabaline, lamotrigine) Nefopam Modulateurs des contrôles descendants inhibiteurs C1D Antidépresseurs tricycliques / ISRS Modulateurs de la transmission et de la sensibilisation périphériques Anesthésiques locaux Carbamazépine, oxcarbamazépine, topiramate Mixtes : analgésiques anti-nociceptifs et modulateurs des C1D Tramadol V1.6/PF 13 ANTALGIQUES NON OPIOIDES PERIPHERIQUES NIVEAU 1 V1.6/PF 14 V1.0/PF 7

8 Pharmacologie Action périphérique au niveau des lésions tissulaires Action antalgique limitée par action plafond Action antipyrétique et antiinflammatoire d intensité variable V1.6/PF 15 Acide acétylsalicylique / Aspirine Automédication +++ non dénué de risque = 1ère cause d hémorragies digestives iatrogènes en France Antalgique à posologie < 3g/j Anti-inflammatoire à posologie > 3g/j Administration Per os : nbx spécialités (seul ou en association) formes solubles dissolution rapide et complète : absorption ++ formes tamponnées (surtout effervescentes ) : amélioration de la tolérance digestive formes entériques : action prolongée diminution des prises Inj : (acétyl salicylate de lysine) Aspegic injectable action rapide et relativement durable V1.6/PF 16 V1.0/PF 8

9 Acide acétylsalicylique / Aspirine Déconseillé : goutte, métrorragies, ménorragies Précautions d emploi nombreuses régime désodé ATCD ulcère gastrique ou duodénal IR Asthme DIU Pas d utilisation enfant de moins de 10 ans Syndrome de reye Eviter pendant la grossesse (CI au 3ème trimestre) Imed AVK V1.6/PF 17 Paracétamol Mode action mal connu action directe sur prostaglandines (Anti COX) action sérotoninergique (Anti 5HT) nombreuses spécialités : DAFALGAN DOLIPRANE... Posologie maximale : 4 g/j prises espacées d au moins 4 h V1.6/PF 18 V1.0/PF 9

10 Propacétamol PRODAFALGAN 1 G et 2 G. Arrêt de fabrication 10/2002 (Now GNR) précurseur ou prodrogue du paracétamol hydrolysé dans l organisme par des estérases non spécifiques en paracétamol 1 g de propacétamol libère 500 mg de paracétamol actif Posologie : 1 à 2 g ttes les 4 à 6 h (Dmax : 8 g) V1.6/PF 19 Paracétamol PERFALGAN Paracétamol injectable prêt à l emploi en solution pour perfusion dosage 1 g adulte et 500 mg pédiatrique posologie adulte : 1 g x 4 /j posologie enfant : 15 mg/kg x 4/j NNé <10 j : 7,5 mg/kg x 4/j Commercialisé depuis septembre 2002 V1.6/PF 20 V1.0/PF 10

11 Paracétamol EI du paracétamol : hépatotoxicité : notamment si surdosage, même modéré, en cas d insuffisance hépatique ou chez l alcoolique chronique, chez sujets dénutris, enfant, personnes agées ATTENTION FORMES PEDIATRIQUES de 2,4 à 10% formes injectables (propacetamol): douleur à l injection nausées sensibilisation du personnel infirmier réalisant les administrations (déclarations de pharmacovigilance) V1.6/PF 21 ANALGESIQUES OPIOÏDES CENTRAUX NIVEAU 2 V1.6/PF 22 V1.0/PF 11

12 Dextropropoxyphène effet antalgique 10 fois < à la morphine associé au paracétamol différentes spécialités (DIANTALVIC, PROPOFAN ) posologie Remplacer par paracétamol seul 1 gélule 1 à 4 fois /j (max 6/j) Si échec passer au tramadol? effets secondaires mineurs aux doses thérapeutiques : somnolence nausées, constipation risque hypoglycémie chez les patients traités par hypoglycémiants, les personnes âgées et si insuffisance rénale V1.6/PF 23 Codéïne principal médicament du niveau 2 de l OMS durée action 5 h faible affinité pour les récepteurs mu : action après transformation en morphine au niveau hépatique d ou variabilité interindividuelle d activité et inefficacité chez certains sujets prescrite seule ou en association au paracétamol éviter si allaitement V1.6/PF 24 V1.0/PF 12

13 Dihydrocodéïne forme à libération prolongée comprimé à 60 mg administré en 2 prises /j efficacité antalgique de 12 h V1.6/PF 25 Codéïne en association avec paracétamol seul CODOLIPRANE DAFALGAN CODEINE,... avec paracétamol et autres PA nombreuses spécialités avec ibuprofène ANTARENE CODEINE V1.6/PF 26 V1.0/PF 13

14 Tramadol 3ème représentant des antalgiques opioïdes faibles mécanisme d action central et sérotoninergique administration orale ttes les 6 h avec formes immédiates dosées à 50 mg (gélules et comprimés ) administration orale ttes les 12 h avec formes LP comprimés CONTRAMAL cp,topalgic cp, ZAMUDOL gel forme injectable pour IV lente intérêt douleurs post opératoires intensité modérée à élevée V1.6/PF 27 Tramadol en association Association à doses fixes Tramadol (37,5mg) + paracétamol (325 mg) IXPRIM et ZALDIAR Indication dans les douleurs d intensité modérée à intense ne répondant pas aux antalgiques périphériques utilisés seuls Posologie 1 à 2 cp ttes les 4 à 6 h (max : 8/j ) Profil efficacité et effets indésirables similaire associations codéïne paracétamol V1.6/PF 28 V1.0/PF 14

15 Tapentadol (PALEXIA ) Opioïde proche du tramadol Pour douleurs chroniques ou aigues PO / LP EI = tramadol V1.6/PF 29 ANALGESIQUES OPIOÏDES CENTRAUX NIVEAU 3 V1.6/PF 30 V1.0/PF 15

16 Opioïdes Niveau 3 Morphine : médicament de référence Agit sur récepteurs opiacés endogènes au niveau de sites impliqués dans le contrôle de la douleur : moelle épinière, tronc cérébral, thalamus, système limbique Récepteurs : mu, kappa, delta, sigma contrôle de la douleur sous dépendance principalement des récepteurs mu V1.6/PF 31 Opioïdes Niveau 3 Action sur les récepteurs explique les différents effets des opioïdes analgésie euphorie, bien être dépression respiratoire myosis diminution du péristaltisme intestinal sédation V1.6/PF 32 V1.0/PF 16

17 Morphine 2 formes : chlorhydrate de morphine : formes injectables : dosages 10mg/1 ml, 20mg/1ml, 50mg/5ml, 100mg/10ml, 200mg/10ml, 400mg/10 ml formes orales liquides : préparations magistrales ou solutions commerciales dosages 10 et 20 mg délai action de 15 à 30 mn durée d action de 4 h ou solutions commerciales: Morphine sirop 5mg/5ml(aromatisé,amertume masquée,sans saccharose) V1.6/PF 33 Morphine sulfate de morphine : formes orales solides formes à libération immédiate (LI) 6 prises égales /24 h ttes les 4 h environ ; délai d action 20 à 60 mn ( libération «rapide» ) Sevredol comprimés sécables Actiskenan gélules Oramorph solution formes à libération prolongée (LP) 2 prise /24h Moscontin LP comprimés Skenan LP gélules libération prolongée 1 prise /24 h Kapanol LP gélules libération prolongée V1.6/PF 34 V1.0/PF 17

18 Morphine ATTENTION : les formes LP ne doivent pas être broyées Particularité de la forme gélule LP contient des granules de petit diamètre pouvant être administrées dans une sonde ( diamètre > 16 FG ) ou mélangées aux aliments : administration possible chez les patients ayant des difficultés de déglutition V1.6/PF 35 Morphine Posologies voie injectable adulte : 5 à 10 mg /inj SC ou 1 à 3 mg /inj IV ttes les 4 à 6 h - relais perfusion SC (0,5 mg/kg /j) ou IV(0,3 mg/kg /j) Enfant/personnes âgées : 0,3 mg/kg/j IV voie orale posologie initiale (adulte, enfant) : 1 mg /kg /j soit chez l adulte 50 à 60 mg /24 h (si IR ou sujet âgé ) adaptation posologique si inefficacité (appréciée après 8h pour formes LI, après 24 à 48h pour formes LP) 50 % de la dose / prise V1.6/PF 36 V1.0/PF 18

19 Morphine DOSE EQUI-ANALGESIQUE DE MORPHINE Voie orale Voie SC Voie IV Voie péridurale Voie intrathécale 1mg 1/2mg 1/3 à 1/4 mg 1/10 à 1/20 mg 1/50 à 1/200 mg V1.6/PF 37 Morphine Utilisation des formes à libération immédiate titration et l équilibration antalgique titration : recherche de la dose minimale efficace = dose qui soulage le patient de façon optimale prise en charge des douleurs aiguës sur fond de douleur chroniques (inter-doses) prévisibles (soins) ou spontanées (métastases) V1.6/PF 38 V1.0/PF 19

20 Morphine Utilisation des formes à libération prolongée en relais de la forme à libération immédiate lorsque la douleur est contrôlée dose de morphine LI répartie en 2 prises quotidiennes ou en 1 prise /24h en relais d un antalgique de niveau II en utilisant une table de conversion équianalgésique ex: 6 cp paracétamol /codéine = 180 mg de codéine = 30 mg de morphine : prescription de morphine LP 2x20 mg ou 1x40 mg V1.6/PF 39 Fentanyl patch : Durogesic / GNR Agoniste morphinique : analgésie 50 à 100 fois supérieure à la morphine Système transdermique ou patch : délivrance continue systémique assurant une durée d action prolongée de 72 h - dosages 12, 25, 50, 75, 100 mcg/h Délai d action de 24 h : nécessité de couverture antalgique par co- prescription de morphine libération immédiate V1.6/PF 40 V1.0/PF 20

21 Fentanyl patch : Durogesic / GNR Application sur le torse ou le bras et remplacement ttes les 72h sauf cas particulier Taux plasmatiques stables au bout de 6 j (2 éme patch) Choix de la posologie initiale : fonction d un tt antérieur par d autres morphiniques patient naïf : dosage 25 mcg/h puis adaptation posologique par palier de 25 µg / h patient déjà traité par morphine : tables de conversion (30-90 mg morphine /patch 25 µg /h) V1.6/PF 41 Fentanyl patch : Durogesic / GNR Variabilité inter et intra-individuelle Ne doit pas être utilisés chez des patients avec une douleur instable Effets indésirables similaires à la morphine (constipation moins fréquente dans les essais cliniques) possibilité intolérance locale Alternative à la morphine : voie orale impossible (nausées, vomissements, dysphagie) patients ayant une mauvaise observance patients ayant une intolérance à la morphine V1.6/PF 42 V1.0/PF 21

22 Fentanyl patch ATTENTION IATROGENIE DU PATCH Absorption augmentée avec Fièvre Couverture chauffante Exercice Confusion dosages Oubli de retrait et pose d un autre Découpe / fuite Fluconazole V1.6/PF 43 Fentanyl cp/sucette : Actiq Citrate de fentanyl Comprimé pour dispositif intra-buccal Voie d administration trans-muqueuse le cp est placé contre l intérieur d une des joues (entre joue et gencive ) et doit fondre en 15 mn passsage systémique rapide transmuqueux : 25% de la dose administrée - action en 5 à 10 mn ; 75% restant déglutis et absorbés au niveau gastrointestinal V1.6/PF 44 V1.0/PF 22

23 Fentanyl cp/sucette : Actiq V1.6/PF 45 Fentanyl cp/sucette : Actiq Indication traitement des accès douloureux paroxystiques, chez les patients recevant déjà un tt de fond morphinique, pour des douleurs chroniques d origine cancéreuse Réservé adulte et enfant > 15 ans AMM (03/2002) avec mise à disposition en ville depuis mai 2004 NB : dosage 200 µg disponible immédiatement / pour les dosages supérieurs prévoir délai commande grossiste ( 1 semaine ) V1.6/PF 46 V1.0/PF 23

24 Fentanyl cp/sucette : Actiq Posologie initiation : dose la plus faible = 200 µg - 2ème dose si analgésie insuffisante, 15 mn après fin de la 1ère dose si le traitement de plusieurs accès douloureux nécessite plus d une unité par accès, passage au dosage immédiatement supérieur quand dose efficace déterminée : pas plus de 4 unité/j V1.6/PF 47 Fentanyl cp/effervescent : Effentora New 2010 Biodisponibilité 47 % sucette vs. 65% effervescent Posologie initiation : dose la plus faible = 100 µg - 2ème dose si analgésie insuffisante, 30 mn après fin de la 1ère dose quand dose efficace déterminée : pour les accès suivants utiliser un seul cp à la dose efficace et au minimum 4 heures entre 2 accès V1.6/PF 48 V1.0/PF 24

25 Fentanyl cp/sublingual : Abstral New 2010 Biodisponibilité 47 % sucette vs. 70% effervescent Posologie initiation : dose la plus faible = 100 µg - 2ème dose si analgésie insuffisante, 30 mn après fin de la 1ère dose quand dose efficace déterminée : pour les accès suivants utiliser un seul cp à la dose efficace et au minimum 4 heures entre 2 accès V1.6/PF 49 Fentanyl cp ATTENTION PAS D EQUIVALENCE DE DOSE ENTRE Cp/Sucette Cp/Effervescent Cp/Sublingual IATROGENIE DU PATCH Absorption augmentée avec Fièvre Couverture chauffante Exercice Confusion dosages Oubli de retrait et pose d un autre Découpe / fuite Fluconazole V1.6/PF 50 V1.0/PF 25

26 Fentanyl inhalé : Instanyl / Pecfent* Indication Traitement des accès douloureux paroxystiques, chez les patients recevant déjà un tt de fond morphinique, pour des douleurs chroniques d origine cancéreuse Posologie 50 / 100* / 200 / 400* µg par inhalation Traitement d un accès = 50/100 µg par inhalation éventuellement renouvelé au bout de 10 minutes Pas plus de 4 accès / jour sinon augmenter dosage Place / peros? Pas plus efficace que per os Utile si nausées? CI Epistaxis Conditionnement peu sécurisé Pecfent > Instanyl = conditionnement secondaire sécurisé / compteur de doses Instanyl = conditionnement unidose à l hôpital (ville??) V1.6/PF 51 Fentanyl films buccaux : Breakyl Indication Traitement des accès douloureux paroxystiques, chez les patients recevant déjà un tt de fond morphinique, pour des douleurs chroniques d origine cancéreuse Posologie 200 / 400 / 600 / 800 / 1200 µg par film Titration : Débuter par 200 µg - si non soulagé traitement de secours et passer au dosage supérieur pour l accès suivant Pas plus de 4 accès / jour Place / peros? Pas plus efficace que per os Utile si nausées? CI Utilisation aisée? V1.6/PF 52 V1.0/PF 26

27 Hydromorphone : Sophidone LP Dérivé semi-synthétique de la morphine Indication si efficacité antalgique insuffisante de la morphine ou en cas d intolérance Concept de rotation des opioïdes utilisation d un autre opioïde en cas d efficacité insuffisante ou d intolérance à la morphine(tbles cognitifs,hallucinations, somnolence..) dues à une sensibilité individuelle particulière à la morphine hypothèse d une action sur d autres récepteurs et/ou d une diminution des métabolites de la morphine V1.6/PF 53 Hydromorphone : Sophidone LP Pharmacocinétique début d action en 2 h et durée d action de 12 h : 2 prises /24h Passage à l hydromorphone par simple adaptation posologique 1 mg hydromorphone pour 7,5 mg de morphine Exemple morphine LP 30 MG matin et soir : hydromorphone 4 mg matin et soir V1.6/PF 54 V1.0/PF 27

28 Oxycodone : Oxycontin / Oxynorm Agoniste pur de la morphine, voie orale : équi-analgésie morphine orale/oxycodone: 2/1(20 mg de morphine=10 mg oxycodone) Indication : douleur chronique d origine cancéreuse intense ou rebelle chez l adulte(>18 ans) 2 formes 4OXYCONTIN : comprimé pelliculé à libération prolongée (système Acrocontin ) Dose initiale recommandée :10 mg/12h si utilisation en première intention Si relais d un tt par morphine : calculer la dose à partir du rapport d équianalgésie V1.6/PF 55 Oxycodone : Oxycontin / Oxynorm 4OxyNorm : gélules libération immédiate dose journalière totale répartie en plusieurs doses équivalentes toutes les 3 à 4 h ou utilisation en complément en cas d accès douloureux non contrôlé par traitement de fond patient non prétraité par morphinique : débuter à 5 mg / prise patient prétraité par morphinique : calculer la dose à partir du rapport d équianalgésie Commercialisation 1/07/04 /disponible ville V1.6/PF 56 V1.0/PF 28

29 Buprénorphine : Temgesic Agoniste partiel de la morphine, présente un effet plafond Action Plus puissante que la morphine Délai d action court : 15 à 45 mn Efficacité prolongée : 6 à 12h Utilisation dans les douleurs intenses postopératoires et néoplasiques V1.6/PF 57 Buprénorphine : Temgesic 2 formes : voie injectable et sub linguale : sublinguale : cp à 0,2 mg à laisser fondre lentement sous la langue administration ttes les 12h au début puis si antalgie insuffisante ttes les 8h posologie : 200 à 400 µg ttes les 8h (effet plafond pour une dose de 1 mg soit 5 cp ttes les 8 h) injectable : ampoules à 0,3 mg pour voie IM, sous cutanée posologie : 4 à 6 µg /kg réservé aux hôpitaux V1.6/PF 58 V1.0/PF 29

30 Nalbuphine : Nubain analgésique puissant durée d action courte indications dans les douleurs aiguës post opératoires, néoplasiques, obstétricales ou IDM bonne tolérance hémodynamique et cardiaque durée d action trop courte pour utilisation dans les douleurs chroniques Posologie 10 à 20 mg par IV IM ou SC ttes les 3 à 6 h sans dépasser 160mg /j V1.6/PF 59 Delta9 THC sublingual Essais concluants pour douleurs SEP VIH Cancer AMM! SATIVEX 09/01/2014 Spray buccal AMM = SEP (réservé neurologues) V1.6/PF 60 V1.0/PF 30

31 OPIOÏDES Effets indésirables V1.6/PF 61 EI des Opioïdes Effets dose - dépendants nécessité d un ajustement strict de la posologie à l intensité de la douleur Variabilité individuelle, plus grande sensibilité des personnes âgées EI sujets à l accoutumance (sauf constipation et myosis) plus marqués en début de traitement, puis s estompent V1.6/PF 62 V1.0/PF 31

32 EI des Opioïdes Sensiblement identiques pour tous les opioïdes majeurs, aux doses équianalgésiques EI des opioïdes faibles sont qualitativement identiques mais moindres en intensité et en fréquence toxicité particulière du dextropropoxyphène : cardiotoxicité si surdosage et hypoglycémies V1.6/PF 63 EI des Opioïdes NAUSEES, VOMISSEMENTS apparaissent essentiellement en début de tt dans 40 % des cas environ Peuvent être induits ou aggravés par une constipation sévère Tt : Métoclopramide (PRIMPERAN 1 cp 3fs/j), Dompéridone(MOTILIUM 1 à 2 cp 3 fs / j), Halopéridol (HALDOL cp 5mg 1 cp 3fs/ j) V1.6/PF 64 V1.0/PF 32

33 EI des Opioïdes CONSTIPATION Prévention systématique par traitement laxatif Règles hygiéno-diététiques Surveiller quotidiennement Informer le patient pour qu elle ne soit pas à l origine d un arrêt de traitement NEW 2010 : Relistor Méthylnaltrexone SC Antagoniste morphinique qui ne franchit pas la BHE Réservé soins palliatifs/résistance laxatifs Décevant V1.6/PF 65 EI des Opioïdes SOMNOLENCE, SEDATION Essentiellement lors de la phase d adaptation du traitement Souvent récupération de la dette de sommeil Si persistance = signe de surdosage, potentialisation par traitements associés : adapter posologie si besoin changement d opioïde V1.6/PF 66 V1.0/PF 33

34 EI des Opioïdes AUTRES EFFETS PSYCHIQUES Angoisses,cauchemars Hallucinations Agitation, euphorie, dysphorie Confusion Rechercher une cause associée : prise de psychotrope concomitante, surdosage V1.6/PF 67 EI des Opioïdes AUTRES EFFETS INDESIRABLES Rétention urinaire (plus fréquente chez la personne âgée ) Dépression des centres de la toux Myosis Sueurs Prurit V1.6/PF 68 V1.0/PF 34

35 EI des Opioïdes La prescription correcte de morphine n entraîne Pas de dépression respiratoire Pas de dépendance Pas de sédation prolongée Pas d occlusion digestive V1.6/PF 69 Co-Antalgiques V1.6/PF 70 V1.0/PF 35

36 Co-Antalgiques Substances qui potentialisent l action des antalgiques ou qui améliorent le confort des patients en agissant électivement sur certains symptômes associés V1.6/PF 71 Co-Antalgiques / Inflammation Inflammation = Tumor / Rubor / Calor / Dolor Phase Vasculaire / Phase Cellulaire Classes thérapeutiques Stéroïdiens Glucocorticoïdes Non stéroïdiens Salycilés (aspirine) Arylcarboxiliques (diclofénac, ibuprofène, kétoprofène, ) Oxycams (pyroxicam, ) Coxibs (célécoxib) V1.6/PF 72 V1.0/PF 36

37 Co-Antalgiques / Inflammation V1.6/PF 73 Co-Antalgiques / Inflammation Gluco-corticoïdes Utilisation douleurs d origine inflammatoire +/- compression ou infiltration d organe Effets indésirables / Contre indication rétiention hydro-sodée / HTA gastrotoxicité «limitée» / UGD effet diabétogène / Diabète Immunosuppression / Infection Métabolisme Ca ++ / Grossesse métabolisme protéines effet dysphorique (en particulier sujet âgé) V1.6/PF 74 V1.0/PF 37

38 Co-Antalgiques / Inflammation Gluco-corticoïdes V1.6/PF 75 Co-Antalgiques / Inflammation Gluco-corticoïdes Conseil de prise PO = Matin +++ / IV/Local =cf indication Adjuvants Vit D / Ca ++ / IPP (?) Interactions Médicamentuses Fixation protéines ++ => AVK / Sulfamides hypoglycémiants Inducteurs enzymatiques => Barbyturiques / ATB / V1.6/PF 76 V1.0/PF 38

39 Co-Antalgiques / Inflammation Anti-Inflammatoires effets indésirables gastrotoxicité cardiovasculaire (++ coxibs, diclofenac, ibuprofène) atteintes cutanées atteintes rénales / hépatiques / hématologiques interactions entre-eux anticoagulants sulfamides hypoglycémiants lithium contre-indication grossesse / ulcère / allergie V1.6/PF 77 Co-Antalgiques / Autres Antidépresseurs et antiépileptiques : traitement des douleurs neurogènes (morphiniques inefficaces) Antidépresseurs : actifs sur la composante douloureuse permanente (brûlure) Anti-épileptiques : actifs sur la composante fulgurante paroxystique (décharge électrique) V1.6/PF 78 V1.0/PF 39

40 Antiépileptiques action pour la plupart par blocage des canaux sodiques (propagation de l influx nerveux) Tégrétol (carbamazépine), Neurontin (gabapentine) Rivotril (clonazépam) Assimilé Stup Réservé Neuros Lyrica (prégabaline) AMM dans les douleurs d origine neurogène EI : variables, Carbamazépine +++ (neurologiques, digestifs, hématologiques, hépatiques) Clonazépam: effets indésirables classiques des benzodiazépines Gabapentine : peu d EI Prégabaline : neurologiques & prise de poids ++ V1.6/PF 79 Antidépresseurs tricycliques : Laroxyl (amitriptyline) Anafranil (clomipramine) action par inhibition du recaptage et de la noradrénaline et/ou de la sérotonine posologie inférieure aux doses antidépressives, progressive ( en moyenne 50 à 150 mg/j ) effet retardé, dans les 15 j après le début du traitement (maximum dans les 4 à 6 semaines) EI : atropiniques, effets centraux, toxicité cardiaque majeure si surdosage V1.6/PF 80 V1.0/PF 40

41 Antidépresseurs sérotoninergiques Prozac (fluoxétine), Deroxat (paroxétine) Cymbalta (duloxétine) moins actifs mais intérêt en cas d intolérance aux ADT pas d AMM dans cette indication V1.6/PF 81 Biphosphonates traitement des métastases ostéolytiques dans les cancers du sein et de la prostate action par inhibition de la résorption osseuse rôle antalgique n est pas clairement démontré V1.6/PF 82 V1.0/PF 41

42 Capsaïcine Qutenza Patch «Anesthésique» local Pour douleurs neurogènes 1 Patch appliqué entre 30 et 60 minutes tous les 90 jours EI Brulures locales personnel et patient Protection manipulation Lésions neurologiques au long-cours? Si nécessité, en rester aux emplâtres de lidocaïne à 5 % (dispo ville)? V1.6/PF 83 Autres antispasmodiques Spasfon, Débridat, Viscéralgine : coliques intestinales, spasmes vésicaux calcitonine : algodystrophies, douleurs ostéoporotiques fracturaires vertébrales... V1.6/PF 84 V1.0/PF 42

43 Douleur & Antidouleur Conduite du traitement médicamenteux V1.6/PF 85 Grandes règles Approche individualisée Choix initial Intensité, origine, terrain Privilégier voies non invasives Titration / Variabilité inter-individuelle Optimiser chaque palier Associations préconisées 1+1 / 1+2 / 1+3 Associations proscrites 2+2 / 2+3 / 3+3 (hors ID) V1.6/PF 86 V1.0/PF 43

44 Grandes règles V1.6/PF 87 Grandes règles Aigu = Utilisation «à la demande» A éviter Chronique = protocole +/- Inter-Dose Tolérance Respecter la conscience +++ Tt inefficace? Avant modification de traitement, s assurer que : le traitement est administré régulièrement sur 24 h la fréquence des prises est conforme à la durée d action de l antalgique la dose maximale tolérée est atteinte Ne pas prolonger plus de 24 à 48 H un traitement à un palier qui s avère inefficace V1.6/PF 88 V1.0/PF 44

45 Grandes règles Intérêt des Inter-Doses Apport continu ou LP = fond Accès paroxystiques = formes rapides 10-15% dose LP journalière Toutes 4 à 6h Ré-évaluer dose «fond» selon V1.6/PF 89 Rotation des opioïdes Oxycodone Morphine Hydromorphone Fentanyl V1.6/PF 90 V1.0/PF 45

46 Equi-analgésie Palier 2 à dose max par jour Morphine (M) voie IV < morphine 60mg/j = dose morphine PO/ 3 Efferalgan codéine 6C/j moins efficace que 60 mg/j de morphine 300 mg Morphine IV = 900 mg /j morphine orale Morphine voie SC = dose morphine PO /2 Dose de l interdose morphine LI Dose Durogesic (mcg/h) = 1/6 à 1/10 morphine LP/j = dose morphine LP mg/j /2 Hydromorphone (H) : Sophidone M / H : 7,5 300 mg de morphine SC = 600 mg de morphine orale Actiskenan 30 mg pour Skenan 300 mg/j Durogesic 100 (mcg/h) = 200mg morphine LP /j 30 mg de morphine LP orale = 4 mg hydromorphone Oxycodone (O) : Oxycontin M /O = 2 60 mg de morphine LP orale = 30 mg d oxycodone V1.6/PF 91 Règles OMS et Cancer Le traitement des douleurs cancéreuses utilise en priorité les médicaments antalgiques, administrés par voie orale, à horaires fixes afin de prévenir la réapparition de la douleur. L'administration des antalgiques à la demande au moment des douleurs doit être abandonnée au profit d'une administration préventive. D après : Recommandations pour la prise en charge de la douleur du cancer chez l'adulte en médecine ambulatoire. ANDEM 1995 ; p. 11 et 39. V1.6/PF 92 V1.0/PF 46

47 Règles OMS et Cancer Palier III Palier II Antalgiques Opoïdes forts Palier I Antalgiques opoïdes faibles associés aux non opoïdes Douleurs intenses à très intenses Antalgiques non opoïdes Douleurs modérées à intenses Douleurs faibles à modérées V1.6/PF 93 Règles OMS et Cancer On passe à un médicament du palier suivant lorsque le médicament du palier précédent est devenu inefficace à posologie correcte. Cependant les douleurs intenses peuvent justifier d'emblée l'utilisation d'antalgiques opioïdes forts. Dans tous les cas, il ne faut pas s'attarder plus de 24 à 48 heures sur un palier qui s'avère inefficace. Le patient doit donc être vu de manière rapprochée tant que la douleur n'est pas contrôlée. L'association de médicaments non opioïdes à des opioïdes faibles ou forts potentialise l'effet antalgique. Les associations les plus utiles sont : paracétamol et codéine, AINS et codéine, AINS et morphine. Plusieurs spécialités associant codéine et paracétamol sont mal équilibrées (sous dosage, le plus souvent de la codéine). Il est recommandé d'utiliser les spécialités associant 500 mg de paracétamol et 30 mg de codéine par unité de prise. Les spécialités associant plus de deux principes actifs ont des inconvénients : efficacité de chaque composant impossible à évaluer rendant difficile l'adaptation des doses, risque accru d'interactions médicamenteuses et d'effets secondaires. V1.6/PF 94 V1.0/PF 47

48 Rappels réglementaires V1.6/PF 95 Paliers 1 & 2 Paracetamol, aspirine, ibuprofène Disponible auto-médication Vigilance +++ Paliers 2 Prescription uniquement Cas du dextropropoxyphène V1.6/PF 96 V1.0/PF 48

49 Paliers 3 Régime des stupéfiants Simplification Décret 5 Février 2007 Suppression carnet à souches pour approvisionnement Prescription = ordonnance sécurisée Inscription en toutes lettres Présentation = 3 jours V1.6/PF 97 Paliers 3 Fin des 7 ou 14 jours Règle des 28 jours = durée maximale sf arrêté Ex MORPHINE inj sans dispositif actif perfusion Durée des fractions indiquée Ex DUROGESIC 14 jours «délivrance une seule fois» Problème des chevauchements Ordonnancier unique Informatisation possible Copie ordonnance = 3 ans V1.6/PF 98 V1.0/PF 49

50 Paliers 3 Registre conservé 10 ans (non modifiable) Entrées / sorties «temps réel» Balance mensuelle Inventaire annuel Transport par le patient à l étranger Espace Schengen : ARS Hors Schengen : AFSSAPS Destruction en présence de confrères habilités Rôle du CROP Procédure V1.6/PF 99 V1.0/PF 50

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J.

Souffrance et douleur en fin de vie. Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Souffrance et douleur en fin de vie Dr Sophie Pugliese Unité de Soins Palliatifs Consultation douleurs chroniques Hôpital J. Ducuing Toulouse Notion de souffrance totale Différentes douleurs Les traitements

Plus en détail

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés

Les antalgiques. I. Définitions. II. Antalgiques de palier Paracétamol. 2. Aspirine et dérivés salicylés Les antalgiques I. Définitions Antalgique = diminue la perception des sensations douloureuses -> Antalgique périphérique : action symptomatique au niveau de la lésion -> Antalgique central : action sur

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie

Les traitements de la douleur. Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie Les traitements de la douleur Docteur Anne Rohan, EMASP Docteur Sophie Saizy-Callaert, Pharmacie Docteur Stéphanie Poullain-Termeau, Pharmacie 18 1 Plan Les traitements non médicamenteux La douleur neurogène

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

ANTALGIQUES DE PALIER III :

ANTALGIQUES DE PALIER III : ANTALGIQUES DE PALIER III : OXYCODONE, HYDROMORPHONE SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 Recommandations de l EAPC (European Association Paliative Care) : 1 «La Morphine

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de cinq ans par arrêté du 7 février 2000 (JO du 16 février

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs Gériatriques - Hôpital BRETONNEAU Hôpitaux Universitaires Paris

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 14.03.2007 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris LES 3 ETAPES PREALABLES 1. S ASSURER QUE LA PLAINTE EST DOULOUREUSE

Plus en détail

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU SUJET AGE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 21.03.2012 CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE INSUFFISANTE DE LA DOULEUR Pour le malade

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DE LA DOULEUR DU SUJET AGE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE d ONCO-GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Hôpital BRETONNEAU 17.12.2010 CONSEQUENCES

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques

Cas clinique. BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques Cas clinique BOZZOLO Eric Département d Evaluation et Traitement de la Douleur Pôle Neurosciences Cliniques CAS CLINIQUE Monsieur X, 60 ans, 60 kg Néoplasie ORL Traitée par chirurgie il y a 10 mois Métastases

Plus en détail

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP

Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu APHP Que faire quand la morphine est mal tolérée? Journée de la filière gériatrique nord 92 Février 2016 Dr Gabriel ABITBOL Equipe Mobile Douleur et Soins palliatifs GH Paris Centre Cochin Broca Hotel Dieu

Plus en détail

Cas clinique douleur aigue

Cas clinique douleur aigue Cas clinique douleur aigue Mr D. 60 ans Retraité, marié, 2 enfants. Ses antécédents comportent : - Lymphome avec autogreffe de moelle en mai 2007 21 février 2008, apparition éruptions avec douleurs intenses

Plus en détail

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE Marie-Dominique MOUILLEVOIS IDEL / IRD - Structure Douleur Chronique Hôpital Eugénie DU Douleur et Soins Palliatifs Master 2 Sciences cliniques en Soins

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1

Les Antalgiques. UE 2.11 Semestre 1 Compétence 4. RAULT Isabelle Janvier 2016 UE 2.11 Semestre 1 Les Antalgiques UE Compétence 4 Les Antalgiques Définitions Classifications de la douleur Les Antalgiques opioïdes Les Antalgiques opioïdes palier III La réglementation r des stupéfiants Moyen mnémotechnique

Plus en détail

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD

Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Les antalgiques Véronique FOURNIER Pharmacien CHLVO Membre du CLUD Formation CLUD - Mars 2008 1 Pourquoi? Connaître les antalgiques disponibles, Adapter la prescription à l intensité douloureuse, Corriger

Plus en détail

Antalgiques et médicaments stupéfiants

Antalgiques et médicaments stupéfiants Antalgiques et médicaments stupéfiants Douleur = expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle Douleur aigue = début soudain et durée limitée

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon N de version: 01 Date d'application:26052000 Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages Procédure N 003 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 26/05/00 Validation Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Plus en détail

Paliers Co-analgésie Effets indésirables

Paliers Co-analgésie Effets indésirables DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Séminaire Evaluation et traitement de la douleur LES ANTALGIQUES ET LEUR UTISATION Paliers Co-analgésie Effets indésirables Service d accompagnement et de soins

Plus en détail

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire

Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire DOSSIER Utilisation des traitements symptomatiques de la douleur du cancer en ambulatoire! M. Luu*, M.T. Gatt Le médecin généraliste est souvent sollicité par les malades cancéreux pour le soulagement

Plus en détail

Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol

Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol Une nouvelle classification d'antalgiques pour une meilleure efficacité. Les paliers de l'oms (1986) Tramadol Codéïne 2 +/- paracétamol Morphine Oxycodone Hydromorphone Fentanyl 3 Paracétamol AINS 1 Co

Plus en détail

DU Perfectionnement en Anesthésiologie

DU Perfectionnement en Anesthésiologie DU Perfectionnement en Anesthésiologie Module Pharmacologie Pharmacologie des analgésiques non morphiniques Classification des Antalgiques Selon le site d action principal (présumé) => antalgiques centraux

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC

LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC LES ANTALGIQUES PHARMACOLOGIE E.MONTAGNAC 1 LA DOULEUR La douleur est déclenchée par les terminaisons nerveuses périphériques appelées nocicepteurs lors de divers traumatismes (brûlure, piqûre ) jusqu

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 TOPALGIC 100 mg/ml, solution buvable Flacon de 10 ml Laboratoires THERAPLIX chlorhydrate de tramadol Liste I Date

Plus en détail

La douleur chronique est très fréquente chez les

La douleur chronique est très fréquente chez les 075-Douleur chronique 10/09/08 09:05 Page 75 Mise à La douleur chronique chez les aînés : Quel traitement pharmacologique utiliser? j our David Lussier, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence

Plus en détail

LES ANALGESIQUES. Dr Caroline Fonzo-Christe Assistance pharmaceutique DEFINITIONS (1) DOULEUR

LES ANALGESIQUES. Dr Caroline Fonzo-Christe Assistance pharmaceutique DEFINITIONS (1) DOULEUR LES ANALGESIQUES Dr Caroline Fonzo-Christe Assistance pharmaceutique DEFINITIONS (1) DOULEUR Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

Modes d action des médicaments

Modes d action des médicaments Modes d action des médicaments Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut

Plus en détail

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE

Douleur du cancer. - Le 08 Octobre Jean-Michel PELLAT GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Douleur du cancer - Le 08 Octobre 2013 - Jean-Michel PELLAT Centre d Evaluation et de Traitement de la Douleur GROUPE HOSPITALIER MUTUALISTE DE GRENOBLE Clinique d Alembert, Clinique des Eaux Claires,

Plus en détail

Pharmacologie des antalgiques périphériques

Pharmacologie des antalgiques périphériques Pharmacologie des antalgiques périphériques DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti Janvier 2016 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste-réanimateur DSF En préambule : Avant tout

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

Bon usage des antalgiques Education du patient douloureux

Bon usage des antalgiques Education du patient douloureux Bon usage des antalgiques Education du patient douloureux Dr Julien NIZARD Centre de Traitement de la Douleur et EA3826, CHU Nantes Définition de la Douleur International Association for the Study of Pain,

Plus en détail

Douleurs induites par les soins

Douleurs induites par les soins Douleurs induites par les soins Mademoiselle Lydie BRIANDET (infirmière) Madame Laurence GAULTIER (aide-soignante) Docteur Hervé MIGNOT Formation EHPAD CODESPA 36 Douleur : définition (IASP) «Expérience

Plus en détail

Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol. Anne Roussin

Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol. Anne Roussin Potentiel d'abus et de dépendance du tramadol Anne Roussin Classification des antalgiques Paliers de l OMS Palier II Codéine Tramadol Dextropropoxyphène Palier III Morphine Buprénorphine Fentanyl Oxycodone

Plus en détail

dans la prise en charge globale des patients douloureux DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti février 2017

dans la prise en charge globale des patients douloureux DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti février 2017 du bon usage des antalgiques dans la prise en charge globale des patients douloureux DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti février 2017 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste-réanimateur

Plus en détail

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Douleur : définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleurs postopératoires chez le sujet âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleur chez le PA: Principes généraux Obstacles diagnostiques, Obstacles d'ordre neuropsy, Obstacles thérapeutiques, Obstacles

Plus en détail

OXYCODONE. Augmentation de la consommation

OXYCODONE. Augmentation de la consommation OXYCODONE 1917 Augmentation de la consommation Opioïdes Traitements de choix des DL postopératoires et des DL cancéreuses nociceptives L oxycodone est devenue la 1 substance «illicite» aux USA Bien que

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse

La douleur due au Cancer. Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau Tarbes ICR Toulouse La douleur due au Cancer Dr Philippe Poulain Polyclinique de l Ormeau 65000 Tarbes ICR 31000 Toulouse Définition de la Douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un domage tissulaire

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

Les antalgiques. IFSI 1ère année ANGERS 2012

Les antalgiques. IFSI 1ère année ANGERS 2012 Les antalgiques IFSI 1ère année ANGERS 2012 1 Définition de la douleur «une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle ou encore à une sensation

Plus en détail

LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR :

LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR : LA DOULEUR EST INSUFFISAMMENT TRAITEE CHEZ LA PERSONNE AGEE CAR : Difficile à évaluer Méconnaissance par les médecins des thérapeutiques et de leur spécificité gériatrique La douleur est une urgence gériatrique

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

Traitement antalgique et prise en charge des effets secondaires

Traitement antalgique et prise en charge des effets secondaires Traitement antalgique et prise en charge des effets secondaires N. F E L L A H D É P A R T E M E N T D A N E S T H É S I E R É A N I M A T I O N C E N T R E P I E R R E E T M A R I E C U R I E A L G E

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN SITUATION D URGENCE Dr Sophie Pautex, PD Unité de soins palliatifs communautaire Service de médecine de premier recours Introduction La douleur est le motif de consultation

Plus en détail

Pharmacologie des Antidépresseurs

Pharmacologie des Antidépresseurs Pharmacologie des Antidépresseurs DU Prise en Charge de la Douleur Université de l Etat d Haïti février 2017 Dr Marie-Thérèse de Kergariou anesthésiste réanimateur DSF Le Plan Introduction 1/Classification

Plus en détail

Délai Action. Durée action. Posologie maxi par 24h. Délai d action. Durée d action. Posologie Par 24 h. Oxynorm. Abstral, Effentora, Instanyl

Délai Action. Durée action. Posologie maxi par 24h. Délai d action. Durée d action. Posologie Par 24 h. Oxynorm. Abstral, Effentora, Instanyl Délai Action Durée action Posologie maxi par 24h DAFALGAN 30 à 60mn 4à6h 3 à 4g PERFALGAN 15 à 30mn 4 à 6h 3 à 4g CONTRAMAL LI 20 à 60mn 4à6h 400 mg CONTRAMAL LP 40 mn 12 h 2 prises CONTRAMAL IV 10 à 20mn

Plus en détail

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl ACTIQ est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)* chez les patients âgés de 16 ans ou plus, ayant un cancer et recevant

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, en rapport avec une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en

La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, en rapport avec une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite en LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Dr Cédric BAUDET Pôle SOINS DE SUPPORT Équipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER 2007 Mise à jour 2013 DÉFINITIONS La douleur est une

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en Cancérologie. Hassen Mahfouf, Kamel Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger

Prise en charge de la douleur en Cancérologie. Hassen Mahfouf, Kamel Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Prise en charge de la douleur en Cancérologie Hassen Mahfouf, Kamel Bouzid Service Oncologie Médicale E.H.S Centre Pierre & Marie CURIE Alger Définition de la douleur Composante sensori-discriminative

Plus en détail

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 7eme Colloque Aquitain de Soins palliatifs et d Accompagnement 19 novembre 2016 Dr JUCHS Séverine, Gériatre Centre Hospitalier de Périgueux Ne déclare aucun conflit

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER USP EMD-SP CLUD-SP - SLD Hôpitaux Universitaires Paris Nord Val de Seine - Hôpital BRETONNEAU

Plus en détail

Introduction (1) «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à la douleur, présenteraient une analgésie totale

Introduction (1) «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à la douleur, présenteraient une analgésie totale Introduction (1) La douleur chez les patients ayant une maladie psychiatrique a été pendant longtemps négligée voire ignorée «Fausses croyances»: les patients «psy» ne souffrent pas, sont insensibles à

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. SAETD Alger 20 octobre 2016

Migraine : traitement de la crise. SAETD Alger 20 octobre 2016 Migraine : traitement de la crise SAETD Alger 20 octobre 2016 Recommandations ANAES Traitement médicamenteux Migraine: maladie sous-diagnostiquée 30 à 45% des migraineux n ont jamais consulté, ignorent

Plus en détail

AVIS. 23 mai Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31/12/2006 (JO du 08/05/2008)

AVIS. 23 mai Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31/12/2006 (JO du 08/05/2008) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31/12/2006 (JO du 08/05/2008) LAMALINE, gélule B/16 (CIP : 351 549-5) LAMALINE,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES Centre JEAN PERRIN PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ATTEINTS DE METASTASES OSSEUSES PRINCESSE FLORE ROYAT Avec le soutien du laboratoire 14 octobre 2010 Prise en charge médicamenteusem des douleurs des métastases

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

La «pompe à morphine» PCA et PCEA

La «pompe à morphine» PCA et PCEA La «pompe à morphine» PCA et PCEA OLIVIER ébastien IADE Centre Hospitalier de Carcassonne Octobre 2015 Définition La PCA (Patient Controlled Analgésia ou analgésie autocontrôlée par le patient): C est

Plus en détail

Recommandations ADER pour en Rhumatologie. CEDR juin 2004

Recommandations ADER pour en Rhumatologie. CEDR juin 2004 Recommandations ADER pour les anti-dépresseurs en Rhumatologie CEDR juin 2004 Indications et but du traitement 1. En raison de leurs propri En raison de leurs propriétés s antalgiques et antidépressives,

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE L EMLA Le saccharose MEOPA XYLOCAINE HYPNOVEL EMLA PROTOCOLE SACCHAROSE Prématuré à partir de 28SA 28jrs y compris intubés non sédatés 0,28 ml de sirop contenant 86.5%

Plus en détail

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE

LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE Définition de la douleur selon l IASP LES ANTALGIQUES EN GERIATRIE La douleur est une sensation désagréable et une expérience émotionnelle en lien à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou décrite

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Référence : CLUD 45 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 2016 Objet Ce protocole

Plus en détail

Chapitre 11 Item 132 UE 5 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses

Chapitre 11 Item 132 UE 5 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses Chapitre 11 Item 132 UE 5 Thérapeutiques antalgiques, médicamenteuses et non médicamenteuses I. Antalgiques antinociceptifs II. Antalgiques mixtes III. Antalgiques antidépresseurs IV. Antalgiques antihyperalgésiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 paracétamol, phosphate de codéine DAFALGAN CODEINE, comprimé effervescent sécable B/16 (CIP : 34009 333 167 7 8) DAFALGAN CODEINE, comprimé pelliculé

Plus en détail

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS

Les douleurs de mobilisation. Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Les douleurs de mobilisation Robert Thiffault Pharmacien, CHUS Quelques situations Marie Pte de 72 ans Pronostic de quelques jours Quelques moments de lucidité Douleur brève (gémissements) qui surviennent

Plus en détail

Dose max/j. Posologie par prise. orale 4g 0,5-1g. rectale 4g 600mg ou 1g

Dose max/j. Posologie par prise. orale 4g 0,5-1g. rectale 4g 600mg ou 1g !""# DCI Spécialités Voie DOLIPRANE 500mg gélule EFFERALGAN 500mg cp effervescent DOLIPRANE 1000mg sachet 4g 0,5-1g (8h si IR) 30-60' paracétamol DAFALGAN 600mg suppo DOLIPRANE 1g suppo rectale 4g 600mg

Plus en détail

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6 Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 16 novembre 1998 - (J.O. du 22 novembre 1998) TOPALGIC L.P.

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 Laboratoires THERABEL LUCIEN PHARMA

Plus en détail

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification

Analgésiques. ü Physiopathologie et classification ~ Réflexes ~ On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS. ~ On n associe pas 2 morphiniques. ~ Toujours prendre en charge la douleur +++ ü Physiopathologie et classification Il existe plusieurs types

Plus en détail

Subutex. Hélène Veyrat-Masson. Subutex (6/12/2010) 1

Subutex. Hélène Veyrat-Masson. Subutex (6/12/2010) 1 Subutex Hélène Veyrat-Masson Subutex (6/12/2010) 1 Définition Le subutex (buprénorphine) est un les personnes souhaitant ne plus consommer cette drogue. Différent du concept de sevrage. Subutex (6/12/2010)

Plus en détail

LA DOULEUR Pr. D. de BROUCKER

LA DOULEUR Pr. D. de BROUCKER DEFINITION : LA DOULEUR Pr. D. de BROUCKER Définition de l IASP :International Association for Study of Pain Douleur = expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire

Plus en détail

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR

Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR Les anti-épileptiques dans les douleurs rhumatologiques Les recommandations du CEDR P Vergne-Salle, O Mejjad, RM Javier, E Maheu, M Fallut, J Glowinski, P Bertin Cercle d Etude de la Douleur en Rhumatologie

Plus en détail

Les médicaments de la douleur

Les médicaments de la douleur Les médicaments de la douleur Nathalie ROUX, Infirmière Douleur Dr GUILLAUME Cyril Unité Mobile Douleur et Soins Palliatifs DU Soins Palliatifs 2015-2016 Introduction Douleur par excès de nociception :

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Molécules antalgiques en SSPI

Molécules antalgiques en SSPI Lieux de diffusion : SSPI, USC, blocs opératoires Rédacteurs : C Jolly (Médecin Anesthésiste) F Hibbert (Médecin Anesthésiste) M O Rorke (IADE) Chemin informatique Version n 1 Page 1/6 Personnes concernées

Plus en détail

DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE

DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE DOULEUR(S) CMD CAVALE BLANCHE HIA CLERMONT-TONNERRE 1 système pas trop compliqué UN PEU D ANATOMIE LE TRAITEMENT DE L INFORMATION DOULOUREUSE Comme toute information DEFINITION DE LA DOULEUR Expérience

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 30 mai 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades.

Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades. Prise en charge médicamenteuse des douleurs de la mucoviscidose Dr Brigitte Charron Unité douleur Necker Enfants Malades 12 mars 2015 Traitements médicamenteux 40% des enfants et 50% des adultes présentant

Plus en détail

Prise en charge des douleurs cancéreuses

Prise en charge des douleurs cancéreuses Épidémiologie et généralité Prise en charge des douleurs cancéreuses Dans le monde : 1 décès / 10 lié au cancer. En France : 278 000 nouveaux cas / an. En 20 ans: +63% de cancers et +20% de mortalité du

Plus en détail

La morphine à domicile

La morphine à domicile La morphine à domicile - Tourcoing: 03 décembre 2008 Lucie STRECK Jean-Pierre CORBINAU Objec&fs : Mon Pa'ent a décidé de mourir à domicile Prendre la dimension de la demande Evaluer l environnement Me8re

Plus en détail

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration Chapitre 9 Causes d échec d analgésie Insuffisance de prescription Contrôle de la douleur post-opératoire Insuffisance d administration Insuffisance d adaptation Réalité du problème Insuffisance d administration

Plus en détail