Diabète et sexualité féminine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diabète et sexualité féminine"

Transcription

1 Diabète et sexualité féminine Nurse Day, le 9 mai 2015 Dr PHILIPPE Marie-France Endocrinologie-Diabétologie GHdC, Hôpital Saint Joseph Gilly, Belgique

2 Introduction La sexualité féminine Epidémiologie de la DSF chez la diabétique Etiologie Diagnostic Traitement Conclusion

3 Dysfonction érectile = complication connue. 3X plus élevé par rapport à population générale! Marché énorme firmes pharmaceutiques. Virilité + Qualité de vie diabétique ET partenaire 1. Version féminine très peu abordée 2. «Dysfonction» sexuelle féminine obscur. XXe siècle: maîtrise de la reproduction Mais abord sexualité : discret. 1. BUYSSCHAERT Martin, Diabétologie clinique, Ed De Boeck, 2006, GRIMALDI André, Traité de Diabétologie, Ed. Médecines-Sciences Flammarion, Paris, 2005, PERLEMUTER L, SELAM J-L, COLLIN DE L HORTET G, Diabète et Maladies Métaboliques : Le panorama de la discipline, Cas cliniques commentés, Abrégés : Connaissances et Pratique, Ed.Masson, BUVAT J, LEMAIRE A, La sexualité de la femme diabétique, Diabetes and Metabolism 2001, 27(4 Pt2) : 3S67-3S75.

4 Prévalence DSF mineure? Questions orientées. Préoccupant car qualité de vie effets dévastateurs estime de soi et sur qualité relations de couple. Quelle est la relation entre diabète et dysfonction sexuelle féminine? Connaître mieux le problème, c est agir sur le bien être de la femme diabétique.

5 Qui est malade? Qui est en bonne santé? Si réalité : devoir du médecin. MOYNIHAN R, The making of a disease: female sexual dysfunction, BMJ 4 January 2003, 326: MOYNIHAN R, The marketing of a disease: female sexual dysfunction, Education and debate, BMJ 22 January 2005, 330:

6 Désir = mise en condition Arousal = lubrification et modification OG Plateau = congestion vasculaire Orgasme = contractions musculaires Résolution = modification OG HIRCH E, Physiologie de la fonction sexuelle féminine, Louvain Médical 2005, 124(10) : S275-S278.

7 Désordres du désir: manque d intérêt mais fluctuations normales. Troubles de la stimulation: Subjectif: sentiments mais lubrification ok. Génitale : sentiments ok mais lubrification. Combinés. Troubles orgasmiques. Dyspareunie, vaginisme. GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, 2006.

8 DSM IV : se réfère à une perturbation ou douleur dans les différentes phases du cycle de la réponse sexuelle féminine. Or la réponse sexuelle pas toujours un processus linéaire ou uniforme Distinguer les phases : parfois difficile. Troubles désir/arousal : réunis Dyspareunie et vaginisme : «trouble de la pénétration et douleurs» Durée : 6 mois Primaire ou acquis, corrélations médicales ou non (problèmes relationnels, vulnérabilité individuelle, religion,..) Highlights of Changes from DSM-IV-TR to DSM V.

9 LEWIS R, FUGL- MEYER K, BOSCH R, FUGL-MEYER A, LAUMANN E, LIZZA E, MARTIN- MORALES A, Epidemiology, Risk Factors Dysfunction, J. Sex. Med. 2004, 1(1):

10

11 Définitions uniformes universelles. Standardiser le diagnostic. Attention méthodologies différentes. Variabilité de prévalence. Diabète : prévalence 20-80%! Population générale : 40 à 45% femmes au moins un épisode (20 à 30% d hommes). MUNIYAPPA R, NORTON M, DUNN M, BANERJI M-A, Diabetes and Female Sexual Dysfunction: Moving Beyond Benign Neglect, Curr. Diab. Rep. 2005, 5:

12 - 240 Type : contrôles : 15%, F DT1: 27% Troubles de la stimulation et lubrification. - pas de corrélation avec -Âge -IMC -Durée diabète -HbA1C -Neuropathie, néphropathie ou rétinopathie - Mais lien nombre complications plaintes sexuelles. - Lien avec dépression : Homme : 22%, femmes : 27%

13 Revue littérature Pas de relation THS Etudes Âge Types (n) Wincze 1993 Enzlin 2002 T1: 27%-C:15% T1(7) Ctl 37(20-72) Erol (25-47) T2: 51%- C:0% Doruk 2005 Erol (39-50) Diab:55%-C:0% 41(21-64) T1:71%, T2:42%, C:38% Enzlin 2009 T1:35,4% T1(120) Ctl(180) T2(72) Ctl(60) T1(7) T2(23) Ctl(20) T1(21) T2(50) Ctl(56) Désir Stimul. Lubrif. Org. D+ Autre Particul. / Vascul. vaginale* Arch Sex Behav 1993, 22: % 9% 78% 20% 85% 82% 66% / 14%* 6% Diabetes Care 2002, 25 (4): / 38% 20% J. Sex. Mar. Ther. 2002, 28: / / / / Pléthysmo graphie. 14% 10% 49%* 0%³ 12% 6% 42% 20% Dépression Satisf. / Pas corrél. Sensibil. Int. J. Imp. Res. 2003, 15: %* 68%* 41% 57%* 38%* 28% Arch. Androl. 2005, 51: %* 38%* 39% 61% 46% 39% Pas de FR, ni rel. avec MNP. 43 T1(424) 57% 38% 47% 51% 21% 25% satisf Depression*, marital* Diabetes Care 2009, 32 (5): UKU,BDI, DAS,ADS, ATT, DQOL FSFI FSFI Biothésio. FSFI FSFI abrégé *P significatif Pas rel. HbA1C, IMC, durée ou nephrop.

14 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Wing ,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Versus contrôles de Rosen J Sex Marital Ther 2000 DSF Méthode Particul. 50% 193ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Effect of Intensive Lifestyle Intervention on sexual dysfunction in women with type2 diabetes. Diabetes care 36 : Mazzilli ans 49T1 24T2 45 contrl 51% 17% 9% FSFI 30 BMI HbA1C Mais DT2 à 7% et BMI à 24 Durée diabète T1: 17 ans, T 2: 7ans DT1 DSF +++ car complications neuro-vasc? Sexual dysfunction in diabetic women: prévalence and differences in type 1 and type 2 diabetes mellitus. Diab Metab Syndr Ob: Targets and Therapy 2015;8:

15 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc BUT Evaluer la fréquence de la DS dans un groupe de patientes diabétiques (25) au moyen d autoquestionnaires et de les comparer à un groupe contrôle. Analyse de la relation de la DS en fonction des caractéristiques cliniques des complications du diabète des facteurs d environnement psychologique.

16 FSFI = échelle de la d. sexuelle féminine 19 items dont six domaines (désir, stimulation, lubrification, orgasme, satisfaction et douleur). Un score total 26,5 signe une dysfonction sexuelle globale. BDI = degré de dépression 21 questions. > 16 : indication d une dépression clinique. LW = l entente maritale 15 questions. > 100 points : bonne relation, : difficultés relationnelles, < 80 : problèmes de couple. -SYMONDS T, BOOLELL M, QUIRK F, Development of a Questionnaire on Sexual Quality of Life in Women, J. Sex. Mar. Ther. 2005, 31: WIEGEL M, MESTON C, ROSEN R, The Female Sexual Function Index (FSFI): Cross-Validation and Development of Clinical Cutoff Scores, J. Sex. Mar. Ther 2005, 31: TER KUILE M, BRAUER M, LAAN E, The Female Sexual Function Index (FSFI) and the Female Sexual Distress Scale (FSDS): psychometric properties within a Dutch population, J. Sex. Mar. Ther 2006, 32: ROSEN R, BROWN C, HEIMAN J, LEIBLUM S, MESTON C, SHABSIGH R, FERGUSON D, D AGOSTINO R, The Female Sexual Function Index (FSFI): A Multidimensional Self-Report Instrument for Assessment of Female Sexual Function, J. Sex. Mar. Ther 2000, 26:

17 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc RESULTATS: Analyse des scores selon les sous-domaines évalués par le FSFI Domaines Diabétiques Contrôles p FSFI (moyenne)* FSFI (médiane) FSFI (moyenne)* FSFI (médiane) Désir 2,9±1,4 3,0 3,9±0,9 3,6 0,005 Stimulation 2,6±2,1 3,0 4,9±1,1 4,8 0,001 Lubrification 2,9±2,5 3,6 5,3±1,0 5,7 0,001 Orgasme 2,7±2,3 2,8 5,0±1,2 5,2 0,001 Satisfaction 3,5±1,9 4,0 5,2±1,1 5,6 0,001 Douleur 3,0±2,5 3,2 5,3±0,8 5,6 0,004 *Moyenne ± DS, valeur maximale normale = 6.

18 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc RESULTATS: Scores BDI et LW Scores Contrôles Diabétiques p BDI 6,0 4,7* 17,8 11,6 < 0,001 LW 115,2±26,6 90,5±36,2 0,013 * Moyenne ± DS Scores BDI et LW et dysfonction sexuelle DSF + ( 26,5) DSF (>26,5) p BDI 16,2 11,5* 8,6 8,6 0,006 LW ,007 * Moyenne ± DS

19 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc Conclusion : Prévalence très élevée : 76% = l une des plus élevée de littérature. Erol et coll. de 51% diabétiques de type 2, Enzlin : 27% T1. Mais - caractéristiques cliniques, - déséquilibre glycémique, - interrogatoire très ciblé - population contrôle.

20 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc Conclusion : Pas de corrélation avec l HbA1C Cependant aucune en normo glycémie : savoir si parfait ( 7%) se plaint ou non de dysfonction sexuelle. Dysfonction sexuelle et paramètres psychologiques BDI plus altéré chez les diabétiques que les contrôles et encore davantage en cas de dysfonction sexuelle. // LW

21 Multifactorielle : organique (locale ou générale), neurologique, endocrinologique, psychologique Médicaments. Neuropathie? Jensen 1986: 50 femmes diabétiques, 14 problèmes sexuels et ½ : disparition de leur plainte malgré NA ou PN sévère. Cité dans Diabetes and Metabolism 2001, 27(4 Pt2) : 3S67-3S75 Vasculaire? Pas de corrélation dans majorité études

22 GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, 2006.

23 Facteurs endocrinologiques Rôle incertain (phases folliculaires ou lutéales, œstrogènes, progestérone, androgènes ) Antidépresseurs IMAO, BZD Hypotenseurs Cimétidine, digoxine Hypolipémiants Œstrogènes (augmente SHBG) Pilule?? Si anti-androgène - GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, MUNIYAPPA R, NORTON M, DUNN M, BANERJI M-A, Diabetes and Female Sexual Dysfunction: Moving Beyond Benign Neglect, Curr. Diab. Rep. 2005, 5: LOPES P., POUDAT F.X., Manuel de Sexologie, Ed. Masson, BASSON R., Women s sexual dysfunction: revised and expanded definitions, CMAJ 2005, 172 (10): Centre Belge d Information Pharmacothérapeutique, Répertoire commenté des médicaments 2008 : 260.

24 Relation couple diabétique Aggravation cercle vicieux, peur de l échec, culpabilité et difficulté supplémentaire pour en parler. D où vient l œuf, d où vient la poule? «Le plus gros organe sexuel est le cerveau» Et ben Je n avais déjà pas grand-chose dans la tête Une approche psychologique essentielle

25 Aborder le sujet.. Orienter l interrogatoire élève prévalence. Ecoute attentive, climat de confiance. Or aborder vie sexuelle: pas habituel pour diabétologue.

26 Questionnaire: Vision multidimensionnelle. Auto-questionnaire. Limitation: manque aspect physiologique, étiologique, co-morbidités, compréhension difficile. Ne remplace pas l interrogatoire ni le contact avec clinicien. Interrogatoire oriente l examen clinique. -SYMONDS T, BOOLELL M, QUIRK F, Development of a Questionnaire on Sexual Quality of Life in Women, J. Sex. Mar. Ther. 2005, 31: WIEGEL M, MESTON C, ROSEN R, The Female Sexual Function Index (FSFI): Cross-Validation and Development of Clinical Cutoff Scores, J. Sex. Mar. Ther 2005, 31: TER KUILE M, BRAUER M, LAAN E, The Female Sexual Function Index (FSFI) and the Female Sexual Distress Scale (FSDS): psychometric properties within a Dutch population, J. Sex. Mar. Ther 2006, 32: ROSEN R, BROWN C, HEIMAN J, LEIBLUM S, MESTON C, SHABSIGH R, FERGUSON D, D AGOSTINO R, The Female Sexual Function Index (FSFI): A Multidimensional Self-Report Instrument for Assessment of Female Sexual Function, J. Sex. Mar. Ther 2000, 26:

27 Examens biologiques: Prise de sang classique: IR, IH, Hormonologie? Examens complémentaires: Pas en routine. Etude sensibilité : ex: Biothésiomètre. Etude flux vasculaire. Doppler TcpO² Photopléthysmographie: cellule photosensitive, évalue flux sanguin,utilisation limitée, interprétation résultats. IRM: coût, interprétation.

28 Corrélation avec BDI Lien avec le poids? Amélioration DSF chez femmes avec syndrome métabolique avec régime méditerranéen. (Esposito K et al, Mediterranean diet improves sexual function in women with the metabolic syndrome. Int J Impot Res 2007;19: ) Amélioration de la fonction sexuelle après chirurgie bariatrique. (Bond et al, Significant resolution of female sexual function after bariatric surgery. Surg Obes Relat Dis 2011;7:1-7)

29 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Méthode Particul. Wing 2013 DSF : 50% 61,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Versus contrôles de Rosen J Sex Marital Ther ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Diabetes care 36 : ère étude examinant les effets d un changement intensif de mode de vie : régime et activité physique avec perte de poids de 10% FSD baseline : ILI : 2X+ de rémission Ici prévalence 50% vs étude chirurgie bariatrique : 60% : DSF avec le poids? Biais : sexuellement «inactive» car DSF? «Active»? = pas de partenaire?

30 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Wing ,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Baseline : BDI DSF Méthode 193ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Particul. Versus contrôles de Rosen DSF : 50% J Sex Marital Ther 2000 Diabetes care 36 : Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Autres paramètres non liés (durée diabète, contrôle glycémique, ) DSF prédispose à la dépression ou l inverse?? ILI : bénéfices sur la fonction sexuelle des femmes DT2 en surpoids ou obèses, particulièrement celles qui avaient DSF à la base.

31 Mettre en évidence, s y intéresser. Contrôle du diabète et FRCV. Intervention pharmacologique? Prise en charge psychologique. Kinésithérapie. Discussion multidisciplinaire.

32 La dysfonction sexuelle = une réalité! Sexualité chez la femme = complexe. Plainte non recherchée: Pourquoi? Peu mention dans traités. Or anomalie fréquente mais difficulté = aucune révélation spontanée.

33 Informer : Considérer ces plaintes, anomalies à rechercher à l interrogatoire. Plainte fréquente et pas de balise clinique ou biologique. Anamnèse donc déterminante dans le diagnostic. Origine pas élucidée.

34 La durée du diabète? Pas de lien avec HbA1C. Pas de relation avec les complications chroniques. Rôle de l environnement psychologique plus déterminant. Traitement multidisciplinaire avec, au centre, une approche psychologique. But = améliorer la qualité de vie.

35 Bon, nous avons retiré nos vêtements et je suis sur toi Combien de temps avant d arriver à l orgasme? Je ne sais pas mais j ai déjà mal à la tête!

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

d évaluation de la toux chez l enfant

d évaluation de la toux chez l enfant Validation d un questionnaire d évaluation de la toux chez l enfant Mémoire présenté par Caroline TROCCY Pour l obtention du diplôme de master(e) en kinésithérapie Promoteur: Monsieur G. Reychler Année

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Sexualité et VIH. Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris

Sexualité et VIH. Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris Sexualité et VIH Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris Introduction 1 Forte prévalence de dysfonctionnements Davantage de données concernant les hommes homosexuels ou bisexuels Pauvreté des informations

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Sexualité au cours du cycle spontané : influence

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Chaque enfant ou adolescent souffrant

Chaque enfant ou adolescent souffrant Prise en charge de l obésité Synthèse La souffrance psychologique chez l enfant et l adolescent obèses Pascale Isnard Services de Psychopathologie de l enfant et de l adolescent Hôpital Bichat-Claude Bernard,

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006

Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006 Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006 Epidémiologie Le vaginisme, longtemps ignoré et passé sous silence 1970, Masters et Johnson : 29 cas en 11

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006 IUMSP Institut universitaire de médecine sociale et préventive Unité d évaluation des soins - UES EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Diabète et hypoglycémies

Diabète et hypoglycémies Diabète et hypoglycémies Docteur Karim LACHGAR Chef de service de diabétologie endocrinologie Hôpital Simone Veil Eaubonne Montmorency Karim.lachgar@ch-simoneveil.fr 15 e journée des associations du Val

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr

Introduction. La prévalence. Diagnostic. http://www.univadis.fr Le diagnostic du syndrome des jambes sans repos de l adulte Docteur Marie-Françoise VECCHIERINI Praticien au Centre du Sommeil et de la Vigilance - Hôtel-Dieu de Paris Introduction Le syndrome des jambes

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels Nouveautés en contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux Bénéfices additionnels B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Efficacité Safety Sécurité 1960 2009 1960 2009 1960 2009 1

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Quoi mesurer et comment?

Quoi mesurer et comment? 20.11.2014 La mesure de la fatigue: Brief Fatigue Inventory (BFI) Mendoza et al Questionnaire avec 10 items Functional assessment of cancer therapy scale (FACT) Cella et al Questionnaire avec 38 items

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires

Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Cancer du Sein: Parlons des Douleurs Séquellaires Dr Estelle Botton Algo-Cancérologue Mont Saint-Michel, 17 Avril 2013 Pourquoi en parler? 1 Parce qu elles sont, parfois (souvent?) Non évoquées, non entendues

Plus en détail

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus.

Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. Environ 14% de patients diabétiques souffrent de douleurs neuropathiques. (1) Mais 50% des diabétiques de type 2 sont méconnus. (2) S O M M A I R E 1. Le diabète A Qu est-ce que le diabète? B Comment

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France

Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France. Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Éléments sur l évolution et la représentation de la sexualité en France Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France 08/06/2013 1 Nouveau contexte de la sexualité Depuis les années 1960 : nombreux changements dans

Plus en détail

ASPSC. Livret d attestations pour l obtention du titre de ASPSC. «Psychologue sexologue clinicien ASPSC»

ASPSC. Livret d attestations pour l obtention du titre de ASPSC. «Psychologue sexologue clinicien ASPSC» ASPSC Association Suisse de Psychologues Sexologues Cliniciens ASPSC Secrétariat et Comité Mme IGLESIAS Yvonne Psychologue-Sexologue ASPSC 14 Rue Du-Roveray 1207 Genève yvonne.iglesias@sexo-psy.com www.aspsc-spvks.ch

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques CLINIQUE SAINT-JEAN Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques 1 Madame, Mademoiselle, Monsieur, Bienvenue au Centre du Diabète de la. Nous sommes un centre de traitement multidisciplinaire

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois 2. Elle est présente : 15 jours/mois pour les antalgiques non opioïdes (paracétamol, aspirine,

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Evaluation du fonctionnement addictif

Evaluation du fonctionnement addictif nnn CH. PERRENS Evaluation du fonctionnement addictif Formation à l Addiction Severity Index Dr Cécile Denis, PhD Pr. Marc Auriacombe, PU-PH Laboratoire de Psychiatrie, Université Victor Segalen Bordeaux

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter?

Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Fibrillation atriale cause de l accident vasculaire cérébral: comment la détecter? Paul Milliez, MD, PhD Service de Cardiologie CHU Cote de Nacre, Caen Définition arythmie emboligène. Arythmie caractérisée

Plus en détail

Fiche Médicale de demande d admission

Fiche Médicale de demande d admission Fiche Médicale de demande d admission A remplir par le Médecin de famille ou le pédiatre ou le Médecin RéPPOP Pour les médecins RéPPOP : les parties grisées, déjà renseignées sur PEPS, sont facultatives.

Plus en détail

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par :

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par : Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un diabète de type 2 Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire interactif

Plus en détail

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 !! Période entre la naissance et la sixième semaine. mais remaniements physiques

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône

Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Surveillance des troubles musculo-squelettiques dans les Bouches-du-Rhône Étude du syndrome du canal carpien opéré 2008-2009 Septembre 2011 F. Sillam 1,

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Les dysfonctions sexuelles chez la femme Dr jeanne Diaw sexologue andrologue Hôpital général de Grand Yoff, Dakar, Sénégal janediaw@hotmail.

Les dysfonctions sexuelles chez la femme Dr jeanne Diaw sexologue andrologue Hôpital général de Grand Yoff, Dakar, Sénégal janediaw@hotmail. Les dysfonctions sexuelles chez la femme Dr jeanne Diaw sexologue andrologue Hôpital général de Grand Yoff, Dakar, Sénégal janediaw@hotmail.com African Society for Sexual Medecine 15 17 décembre 2012 Dakar

Plus en détail

L obésité kg/m2) touche 14,5 %

L obésité kg/m2) touche 14,5 % Obésité-Fertilité- Grossesse Synthèse Obésité et reproduction : quels impacts de l obésité sur l axe gonadotrope et la fertilité? Julie Sarfati 1, Hélène Bry 1, Jacques Young 1, Sophie Christin-Maitre

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Master UP 6. Mention Santé Publique et Management de la Santé. Spécialité Pharmacologie Clinique. Construire une carrière dans l industrie

Master UP 6. Mention Santé Publique et Management de la Santé. Spécialité Pharmacologie Clinique. Construire une carrière dans l industrie Master UP 6 Mention Santé Publique et Management de la Santé Spécialité Pharmacologie Clinique Construire une carrière dans l industrie pharmaceutique Alain Leclerc, CTPartners 3 mars 2009 Your Executive

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail