Diabète et sexualité féminine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diabète et sexualité féminine"

Transcription

1 Diabète et sexualité féminine Nurse Day, le 9 mai 2015 Dr PHILIPPE Marie-France Endocrinologie-Diabétologie GHdC, Hôpital Saint Joseph Gilly, Belgique

2 Introduction La sexualité féminine Epidémiologie de la DSF chez la diabétique Etiologie Diagnostic Traitement Conclusion

3 Dysfonction érectile = complication connue. 3X plus élevé par rapport à population générale! Marché énorme firmes pharmaceutiques. Virilité + Qualité de vie diabétique ET partenaire 1. Version féminine très peu abordée 2. «Dysfonction» sexuelle féminine obscur. XXe siècle: maîtrise de la reproduction Mais abord sexualité : discret. 1. BUYSSCHAERT Martin, Diabétologie clinique, Ed De Boeck, 2006, GRIMALDI André, Traité de Diabétologie, Ed. Médecines-Sciences Flammarion, Paris, 2005, PERLEMUTER L, SELAM J-L, COLLIN DE L HORTET G, Diabète et Maladies Métaboliques : Le panorama de la discipline, Cas cliniques commentés, Abrégés : Connaissances et Pratique, Ed.Masson, BUVAT J, LEMAIRE A, La sexualité de la femme diabétique, Diabetes and Metabolism 2001, 27(4 Pt2) : 3S67-3S75.

4 Prévalence DSF mineure? Questions orientées. Préoccupant car qualité de vie effets dévastateurs estime de soi et sur qualité relations de couple. Quelle est la relation entre diabète et dysfonction sexuelle féminine? Connaître mieux le problème, c est agir sur le bien être de la femme diabétique.

5 Qui est malade? Qui est en bonne santé? Si réalité : devoir du médecin. MOYNIHAN R, The making of a disease: female sexual dysfunction, BMJ 4 January 2003, 326: MOYNIHAN R, The marketing of a disease: female sexual dysfunction, Education and debate, BMJ 22 January 2005, 330:

6 Désir = mise en condition Arousal = lubrification et modification OG Plateau = congestion vasculaire Orgasme = contractions musculaires Résolution = modification OG HIRCH E, Physiologie de la fonction sexuelle féminine, Louvain Médical 2005, 124(10) : S275-S278.

7 Désordres du désir: manque d intérêt mais fluctuations normales. Troubles de la stimulation: Subjectif: sentiments mais lubrification ok. Génitale : sentiments ok mais lubrification. Combinés. Troubles orgasmiques. Dyspareunie, vaginisme. GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, 2006.

8 DSM IV : se réfère à une perturbation ou douleur dans les différentes phases du cycle de la réponse sexuelle féminine. Or la réponse sexuelle pas toujours un processus linéaire ou uniforme Distinguer les phases : parfois difficile. Troubles désir/arousal : réunis Dyspareunie et vaginisme : «trouble de la pénétration et douleurs» Durée : 6 mois Primaire ou acquis, corrélations médicales ou non (problèmes relationnels, vulnérabilité individuelle, religion,..) Highlights of Changes from DSM-IV-TR to DSM V.

9 LEWIS R, FUGL- MEYER K, BOSCH R, FUGL-MEYER A, LAUMANN E, LIZZA E, MARTIN- MORALES A, Epidemiology, Risk Factors Dysfunction, J. Sex. Med. 2004, 1(1):

10

11 Définitions uniformes universelles. Standardiser le diagnostic. Attention méthodologies différentes. Variabilité de prévalence. Diabète : prévalence 20-80%! Population générale : 40 à 45% femmes au moins un épisode (20 à 30% d hommes). MUNIYAPPA R, NORTON M, DUNN M, BANERJI M-A, Diabetes and Female Sexual Dysfunction: Moving Beyond Benign Neglect, Curr. Diab. Rep. 2005, 5:

12 - 240 Type : contrôles : 15%, F DT1: 27% Troubles de la stimulation et lubrification. - pas de corrélation avec -Âge -IMC -Durée diabète -HbA1C -Neuropathie, néphropathie ou rétinopathie - Mais lien nombre complications plaintes sexuelles. - Lien avec dépression : Homme : 22%, femmes : 27%

13 Revue littérature Pas de relation THS Etudes Âge Types (n) Wincze 1993 Enzlin 2002 T1: 27%-C:15% T1(7) Ctl 37(20-72) Erol (25-47) T2: 51%- C:0% Doruk 2005 Erol (39-50) Diab:55%-C:0% 41(21-64) T1:71%, T2:42%, C:38% Enzlin 2009 T1:35,4% T1(120) Ctl(180) T2(72) Ctl(60) T1(7) T2(23) Ctl(20) T1(21) T2(50) Ctl(56) Désir Stimul. Lubrif. Org. D+ Autre Particul. / Vascul. vaginale* Arch Sex Behav 1993, 22: % 9% 78% 20% 85% 82% 66% / 14%* 6% Diabetes Care 2002, 25 (4): / 38% 20% J. Sex. Mar. Ther. 2002, 28: / / / / Pléthysmo graphie. 14% 10% 49%* 0%³ 12% 6% 42% 20% Dépression Satisf. / Pas corrél. Sensibil. Int. J. Imp. Res. 2003, 15: %* 68%* 41% 57%* 38%* 28% Arch. Androl. 2005, 51: %* 38%* 39% 61% 46% 39% Pas de FR, ni rel. avec MNP. 43 T1(424) 57% 38% 47% 51% 21% 25% satisf Depression*, marital* Diabetes Care 2009, 32 (5): UKU,BDI, DAS,ADS, ATT, DQOL FSFI FSFI Biothésio. FSFI FSFI abrégé *P significatif Pas rel. HbA1C, IMC, durée ou nephrop.

14 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Wing ,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Versus contrôles de Rosen J Sex Marital Ther 2000 DSF Méthode Particul. 50% 193ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Effect of Intensive Lifestyle Intervention on sexual dysfunction in women with type2 diabetes. Diabetes care 36 : Mazzilli ans 49T1 24T2 45 contrl 51% 17% 9% FSFI 30 BMI HbA1C Mais DT2 à 7% et BMI à 24 Durée diabète T1: 17 ans, T 2: 7ans DT1 DSF +++ car complications neuro-vasc? Sexual dysfunction in diabetic women: prévalence and differences in type 1 and type 2 diabetes mellitus. Diab Metab Syndr Ob: Targets and Therapy 2015;8:

15 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc BUT Evaluer la fréquence de la DS dans un groupe de patientes diabétiques (25) au moyen d autoquestionnaires et de les comparer à un groupe contrôle. Analyse de la relation de la DS en fonction des caractéristiques cliniques des complications du diabète des facteurs d environnement psychologique.

16 FSFI = échelle de la d. sexuelle féminine 19 items dont six domaines (désir, stimulation, lubrification, orgasme, satisfaction et douleur). Un score total 26,5 signe une dysfonction sexuelle globale. BDI = degré de dépression 21 questions. > 16 : indication d une dépression clinique. LW = l entente maritale 15 questions. > 100 points : bonne relation, : difficultés relationnelles, < 80 : problèmes de couple. -SYMONDS T, BOOLELL M, QUIRK F, Development of a Questionnaire on Sexual Quality of Life in Women, J. Sex. Mar. Ther. 2005, 31: WIEGEL M, MESTON C, ROSEN R, The Female Sexual Function Index (FSFI): Cross-Validation and Development of Clinical Cutoff Scores, J. Sex. Mar. Ther 2005, 31: TER KUILE M, BRAUER M, LAAN E, The Female Sexual Function Index (FSFI) and the Female Sexual Distress Scale (FSDS): psychometric properties within a Dutch population, J. Sex. Mar. Ther 2006, 32: ROSEN R, BROWN C, HEIMAN J, LEIBLUM S, MESTON C, SHABSIGH R, FERGUSON D, D AGOSTINO R, The Female Sexual Function Index (FSFI): A Multidimensional Self-Report Instrument for Assessment of Female Sexual Function, J. Sex. Mar. Ther 2000, 26:

17 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc RESULTATS: Analyse des scores selon les sous-domaines évalués par le FSFI Domaines Diabétiques Contrôles p FSFI (moyenne)* FSFI (médiane) FSFI (moyenne)* FSFI (médiane) Désir 2,9±1,4 3,0 3,9±0,9 3,6 0,005 Stimulation 2,6±2,1 3,0 4,9±1,1 4,8 0,001 Lubrification 2,9±2,5 3,6 5,3±1,0 5,7 0,001 Orgasme 2,7±2,3 2,8 5,0±1,2 5,2 0,001 Satisfaction 3,5±1,9 4,0 5,2±1,1 5,6 0,001 Douleur 3,0±2,5 3,2 5,3±0,8 5,6 0,004 *Moyenne ± DS, valeur maximale normale = 6.

18 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc RESULTATS: Scores BDI et LW Scores Contrôles Diabétiques p BDI 6,0 4,7* 17,8 11,6 < 0,001 LW 115,2±26,6 90,5±36,2 0,013 * Moyenne ± DS Scores BDI et LW et dysfonction sexuelle DSF + ( 26,5) DSF (>26,5) p BDI 16,2 11,5* 8,6 8,6 0,006 LW ,007 * Moyenne ± DS

19 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc Conclusion : Prévalence très élevée : 76% = l une des plus élevée de littérature. Erol et coll. de 51% diabétiques de type 2, Enzlin : 27% T1. Mais - caractéristiques cliniques, - déséquilibre glycémique, - interrogatoire très ciblé - population contrôle.

20 L expérience aux Cliniques Universitaires Saint Luc Conclusion : Pas de corrélation avec l HbA1C Cependant aucune en normo glycémie : savoir si parfait ( 7%) se plaint ou non de dysfonction sexuelle. Dysfonction sexuelle et paramètres psychologiques BDI plus altéré chez les diabétiques que les contrôles et encore davantage en cas de dysfonction sexuelle. // LW

21 Multifactorielle : organique (locale ou générale), neurologique, endocrinologique, psychologique Médicaments. Neuropathie? Jensen 1986: 50 femmes diabétiques, 14 problèmes sexuels et ½ : disparition de leur plainte malgré NA ou PN sévère. Cité dans Diabetes and Metabolism 2001, 27(4 Pt2) : 3S67-3S75 Vasculaire? Pas de corrélation dans majorité études

22 GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, 2006.

23 Facteurs endocrinologiques Rôle incertain (phases folliculaires ou lutéales, œstrogènes, progestérone, androgènes ) Antidépresseurs IMAO, BZD Hypotenseurs Cimétidine, digoxine Hypolipémiants Œstrogènes (augmente SHBG) Pilule?? Si anti-androgène - GOLSTEIN I, M MESTON C, R DAVIS S, TRAISH A, Women s Sexual Function and Dysfunction: Study, Diagnosis and Treatment, Ed. Taylor and Francis, MUNIYAPPA R, NORTON M, DUNN M, BANERJI M-A, Diabetes and Female Sexual Dysfunction: Moving Beyond Benign Neglect, Curr. Diab. Rep. 2005, 5: LOPES P., POUDAT F.X., Manuel de Sexologie, Ed. Masson, BASSON R., Women s sexual dysfunction: revised and expanded definitions, CMAJ 2005, 172 (10): Centre Belge d Information Pharmacothérapeutique, Répertoire commenté des médicaments 2008 : 260.

24 Relation couple diabétique Aggravation cercle vicieux, peur de l échec, culpabilité et difficulté supplémentaire pour en parler. D où vient l œuf, d où vient la poule? «Le plus gros organe sexuel est le cerveau» Et ben Je n avais déjà pas grand-chose dans la tête Une approche psychologique essentielle

25 Aborder le sujet.. Orienter l interrogatoire élève prévalence. Ecoute attentive, climat de confiance. Or aborder vie sexuelle: pas habituel pour diabétologue.

26 Questionnaire: Vision multidimensionnelle. Auto-questionnaire. Limitation: manque aspect physiologique, étiologique, co-morbidités, compréhension difficile. Ne remplace pas l interrogatoire ni le contact avec clinicien. Interrogatoire oriente l examen clinique. -SYMONDS T, BOOLELL M, QUIRK F, Development of a Questionnaire on Sexual Quality of Life in Women, J. Sex. Mar. Ther. 2005, 31: WIEGEL M, MESTON C, ROSEN R, The Female Sexual Function Index (FSFI): Cross-Validation and Development of Clinical Cutoff Scores, J. Sex. Mar. Ther 2005, 31: TER KUILE M, BRAUER M, LAAN E, The Female Sexual Function Index (FSFI) and the Female Sexual Distress Scale (FSDS): psychometric properties within a Dutch population, J. Sex. Mar. Ther 2006, 32: ROSEN R, BROWN C, HEIMAN J, LEIBLUM S, MESTON C, SHABSIGH R, FERGUSON D, D AGOSTINO R, The Female Sexual Function Index (FSFI): A Multidimensional Self-Report Instrument for Assessment of Female Sexual Function, J. Sex. Mar. Ther 2000, 26:

27 Examens biologiques: Prise de sang classique: IR, IH, Hormonologie? Examens complémentaires: Pas en routine. Etude sensibilité : ex: Biothésiomètre. Etude flux vasculaire. Doppler TcpO² Photopléthysmographie: cellule photosensitive, évalue flux sanguin,utilisation limitée, interprétation résultats. IRM: coût, interprétation.

28 Corrélation avec BDI Lien avec le poids? Amélioration DSF chez femmes avec syndrome métabolique avec régime méditerranéen. (Esposito K et al, Mediterranean diet improves sexual function in women with the metabolic syndrome. Int J Impot Res 2007;19: ) Amélioration de la fonction sexuelle après chirurgie bariatrique. (Bond et al, Significant resolution of female sexual function after bariatric surgery. Surg Obes Relat Dis 2011;7:1-7)

29 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Méthode Particul. Wing 2013 DSF : 50% 61,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Versus contrôles de Rosen J Sex Marital Ther ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Diabetes care 36 : ère étude examinant les effets d un changement intensif de mode de vie : régime et activité physique avec perte de poids de 10% FSD baseline : ILI : 2X+ de rémission Ici prévalence 50% vs étude chirurgie bariatrique : 60% : DSF avec le poids? Biais : sexuellement «inactive» car DSF? «Active»? = pas de partenaire?

30 Revue littérature Etudes Âge Types (n) Wing ,4 ±6 375 T2 227 active Etude interventionnelle Baseline : BDI DSF Méthode 193ILI 182DSE FSFI 26,5 BMI 25 BDI Particul. Versus contrôles de Rosen DSF : 50% J Sex Marital Ther 2000 Diabetes care 36 : Etude Look AHEAD 2003 (5145p) Exclusion : >11% TA>16/10 TG>600 Autres paramètres non liés (durée diabète, contrôle glycémique, ) DSF prédispose à la dépression ou l inverse?? ILI : bénéfices sur la fonction sexuelle des femmes DT2 en surpoids ou obèses, particulièrement celles qui avaient DSF à la base.

31 Mettre en évidence, s y intéresser. Contrôle du diabète et FRCV. Intervention pharmacologique? Prise en charge psychologique. Kinésithérapie. Discussion multidisciplinaire.

32 La dysfonction sexuelle = une réalité! Sexualité chez la femme = complexe. Plainte non recherchée: Pourquoi? Peu mention dans traités. Or anomalie fréquente mais difficulté = aucune révélation spontanée.

33 Informer : Considérer ces plaintes, anomalies à rechercher à l interrogatoire. Plainte fréquente et pas de balise clinique ou biologique. Anamnèse donc déterminante dans le diagnostic. Origine pas élucidée.

34 La durée du diabète? Pas de lien avec HbA1C. Pas de relation avec les complications chroniques. Rôle de l environnement psychologique plus déterminant. Traitement multidisciplinaire avec, au centre, une approche psychologique. But = améliorer la qualité de vie.

35 Bon, nous avons retiré nos vêtements et je suis sur toi Combien de temps avant d arriver à l orgasme? Je ne sais pas mais j ai déjà mal à la tête!

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil.

Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. Hyperglycémie nocturne dans le diabète de type 2 associée au syndrome d apnée du sommeil. S.Fendri, D.Rose,S.Myambu,S.Jeanne,JDLalau Diab Res Clin Pract, Doi :10.1016/j.diabres.2010.09.O29 Relation SAS

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Barbara Broers Département de Médecine Communautaire Rencontre réseau genre, Infodrog 13/11/07 Plan de la présentation Concepts généraux Sexualité

Plus en détail

Diabète de type 1: Adultes et adolescents le même état bucco-dentaire?

Diabète de type 1: Adultes et adolescents le même état bucco-dentaire? Diabète de type 1: Adultes et adolescents le même état bucco-dentaire? 33 èmes Rencontres de diabétologie, Le Touquet, les 19 et 20 novembre 2010 TERNOIS M, STUCKENS C, ROUSSET MM. Introduction Une relation

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

L INFERTILITÉ ET SES TRAITEMENTS : QUELLES DIFFICULTÉS SEXUELLES ET CONJUGALES POUR LES COUPLES?

L INFERTILITÉ ET SES TRAITEMENTS : QUELLES DIFFICULTÉS SEXUELLES ET CONJUGALES POUR LES COUPLES? UNIVERSITÉ DE STRASBOURG ÉCOLE DE SAGES-FEMMES DE STRASBOURG ANNÉE UNIVERSITAIRE 2013-2014 L INFERTILITÉ ET SES TRAITEMENTS : QUELLES DIFFICULTÉS SEXUELLES ET CONJUGALES POUR LES COUPLES? DIPLÔME D ÉTAT

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Sexualité après Cancer Uro-Génital chez l Homme

Sexualité après Cancer Uro-Génital chez l Homme Sexualité après Cancer Uro-Génital chez l Homme Thierry Roumeguère Cliniques Universitaires de Bruxelles Hôpital Erasme Belgique Lyon le 15 novembre 2009 Sexualité et Oncologie 40-100% troubles de la sexualité

Plus en détail

Faut-il faire maigrir tout le monde?

Faut-il faire maigrir tout le monde? Faut-il faire maigrir tout le monde? Recommandations pour l évaluation et le traitement du surplus de poids Huguette Bélanger, md Plan de la présentation Définition Risques pour la santé Recommandations

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Le couple face au cancer du sein

Le couple face au cancer du sein The National Centres of Competence in Research (NCCR) are a research instrument of the Swiss National Science Foundation Le couple face au cancer du sein Impact de la perturbation de l image corporelle

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

L autosurveillance du diabète de type 2 non insulino-traité : Quels niveaux de preuves?

L autosurveillance du diabète de type 2 non insulino-traité : Quels niveaux de preuves? L autosurveillance du diabète de type 2 non insulino-traité : Quels niveaux de preuves? Pr Bruno GUERCI Service de Diabétologie & C.I.C.-INSERM Hôpital Jeanne d Arc - CHU de Nancy DELF, Symposium Roche

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 L avis de la Commission de la transparence adopté le 18 février 2015 a fait l objet d une audition le 18 mars 2015 VITAROS 300 µg, crème B/4 (CIP : 3400927543876)

Plus en détail

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Contexte (1) Années 60 : counseling et planification Années 90 : counseling et VIH Qu est-ce que le counseling

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)?

Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)? JPP 2014 Comment aborder le trouble de l identité de genre (dysphorie de genre)? Laetitia Martinerie & Anne Bargiacchi, Juliane Léger, Jean-Claude Carel, Marie-France Leheuzey Endocrinologie pédiatrique

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N Guy Fagherazzi, Epidémiologiste CESP Inserm U1018, Equipe «Mode de vie, gènes et santé» Twitter : @GFaghe Facteurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

International Encyclopedia of Rehabilitation

International Encyclopedia of Rehabilitation International Encyclopedia of Rehabilitation Copyright 2010 by the Center for International Rehabilitation Research Information and Exchange (CIRRIE). All rights reserved. No part of this publication may

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

23,1 % 13,8 % 1979 2004

23,1 % 13,8 % 1979 2004 L OBÉSITÉ et son traitement... Dr Pierre Y. Garneau MD, FRCS, FACS, FASMBS Chef du service de chirurgie général Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal Assistant professeur Université de Montréal Objectifs

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005

TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE. Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 TROUBLES ANXIEUX ET DEPRESSIFS ET DEPENDANCE TABAGIQUE Dr Philippe GUICHENEZ Tabacologue FMC le Chesnay le 26/11/2005 Depression et tabac COMMENT LE TABACOLOGUE EVALUE L ANXIETE ET LA DEPRESSION? J Perriot

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant La filière médicale Pr Paul Valensi Prévalence de l obésité par région et son évolution depuis 1997 ObEpi Relation

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 OXYGENE MEDICAL - AIR LIQUIDE Santé FRANCE Gaz pour inhalation, en Gaz pour inhalation, en évaporateur mobile Gaz pour

Plus en détail

Education thérapeutique ambulatoire : Jusqu où peut-on aller? F. Elgrably Hôtel-Dieu.PARIS.

Education thérapeutique ambulatoire : Jusqu où peut-on aller? F. Elgrably Hôtel-Dieu.PARIS. Education thérapeutique ambulatoire : Jusqu où peut-on aller? F. Elgrably Hôtel-Dieu.PARIS. L éducation thérapeutique (guide OMS 1998) L éducation est considérée thérapeutique, c est-à-dire produisant

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA

N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA Alger 16 Mai 2010 Introduction En plus des règles hygiéno-diététique et du traitement : L ASG fait partie de la prise en charge du diabète ASG permet:

Plus en détail

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H.

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H. Apport d un système d exceptions dans la mesure des indicateurs de la ROSP : Exemple des indicateurs concernant le diabète, l hypertension artérielle, les benzodiazépines et les statines 3 e journée recherche

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et sexualité 11 ème congrès de l ANP3SM- 12/06/2013 Xavier Preud homme, MD Duke University xavier.preudhomme@duke.edu Xavier Preud homme, MD Financial/Affiliations

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Un surpoids, une obésité

Un surpoids, une obésité Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un surpoids, une obésité Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire

Plus en détail

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Le diabète :une maladie générale qui implique la plupart des Professionnels

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

La sexualité des femmes atteintes de cancer du sein

La sexualité des femmes atteintes de cancer du sein La sexualité des femmes atteintes de cancer du sein Introduction 25% de nouveaux cas avant la ménopause, 15% des cas avant 45 ans le cancer du sein est le premier des cancers féminins avec 50 000 nouveaux

Plus en détail

faisaient moins de complications et étaient moins longtemps et moins souvent hospitalisés

faisaient moins de complications et étaient moins longtemps et moins souvent hospitalisés 2003 %59 404 %50.3 %62.6 المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Le diabète de type 2, maladie chronique en pleine expansion mondiale, pose un problème majeur de

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan

Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan Prise en charge du patient souffrant d obésité au Centre de Prévention et Réadaptation Cardiovasculaire Léopold Bellan MME BOUERI RANA, PSYCHOLOGUE - PSYCHOTHÉRAPEUTE DR COURTALHAC, MÉDECIN Parcours du

Plus en détail

Sexualité et VIH. Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris

Sexualité et VIH. Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris Sexualité et VIH Dr F.Lallemand Hôpital St Antoine-Paris Introduction 1 Forte prévalence de dysfonctionnements Davantage de données concernant les hommes homosexuels ou bisexuels Pauvreté des informations

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

d évaluation de la toux chez l enfant

d évaluation de la toux chez l enfant Validation d un questionnaire d évaluation de la toux chez l enfant Mémoire présenté par Caroline TROCCY Pour l obtention du diplôme de master(e) en kinésithérapie Promoteur: Monsieur G. Reychler Année

Plus en détail

L aidant principal, de A à Z

L aidant principal, de A à Z L aidant principal, de A à Z Basé sur des informations simples, ce livret a pour objectif de présenter le rôle de l aidant au cours de la maladie d Alzheimer, et le soutien dont il peut bénéficier pour

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives

La surveillance du diabète en France. Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives La surveillance du diabète en France Jumelage des données d enquête et des données médico-administratives Anne Fagot-Campagna, MD, PhD Epidémiologiste, endocrinologue Institut de Veille sanitaire, France

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes

Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis. Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Patrice Lopes CHU de Nantes Contraception/Stérilisation et désir sexuel : amis ou ennemis Sexualité au cours du cycle spontané : influence

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE

ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE ANALYSE BAROPODOMETRIQUE DE LA MARCHE Classement CCAM : 15.01.05 code : NKQP002 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél.

Plus en détail

Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale

Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale Méthodes d explorations de la fonction rénale Intérêt et limites des formules permettant d estimer la fonction rénale Bertrand DUSSOL Faculté de Médecine - Marseille Septembre 2010 Moyens pour évaluer

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique

Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Addictions sexuelles Approche clinique et thérapeutique Marthylle LAGADEC lagadecaddiction@gmail.com Hôpital Paul Brousse Service d Addictologie du Pr. Reynaud (Villejuif) Institut Fédératif des Addictions

Plus en détail

Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006

Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006 Non consommation de mariage et Vaginisme Dr Marie Hélène Colson ISSM / SFMS 17 Septembre 2006 Epidémiologie Le vaginisme, longtemps ignoré et passé sous silence 1970, Masters et Johnson : 29 cas en 11

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006 IUMSP Institut universitaire de médecine sociale et préventive Unité d évaluation des soins - UES EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Pour qui? Pourquoi? Comment? Une «révolution diététique» pour les patients et les soignants Actualités Thérapeutiques autour du diabète Journée du 9 mars Association Française

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot

Diabète gestationnel. Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Diabète gestationnel Prise en charge selon les recommandations de décembre 2010 Dr Cécile Brunet, Pr Pierre Boulot Deux risques, un progrès - Considérer que c est un «petit diabète» - En faire trop et

Plus en détail

FUITES D URINES. Introduction

FUITES D URINES. Introduction FUITES D URINES Introduction L incontinence urinaire est la perte non contrôlée des urines. En France, on estime qu environ 3 millions de femmes sont confrontées à ce problème. L incontinence reste un

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Maison d Enfants à Caractère Sanitaire SSR Pédiatrique

Maison d Enfants à Caractère Sanitaire SSR Pédiatrique Maison d Enfants à Caractère Sanitaire SSR Pédiatrique 54 chemin Saint Vincent - 73190 CHALLES LES EAUX Tél : 04 79 72 86 82 - Fax : 04 79 72 89 17 Mail : leparc@maison-le-parc.com Fiche Médicale de Pré-admission

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Enjeux dans le traitement de l anxiété en pratique générale

Enjeux dans le traitement de l anxiété en pratique générale Enjeux dans le traitement de l anxiété en pratique générale Dr. Med Danièle Lefebvre Prof Dr. Med. Guido Bondolfi Dialogue entre psychiatrie et médecine somatique Lausanne Jeudi 12 novembre 2015 Que de

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail