Les nouvelles armes 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les nouvelles armes 1"

Transcription

1 Les nouvelles armes 1 Depuis un certain nombre de mois, les médias font état de "nouvelles armes", comme la bombe électromagnétique ou "bombe E", susceptible d'être utilisée lors d'une éventuelle opération contre l'irak. Il s'agit en fait de techniques fort anciennes (A.Sakharov 1952) qui ne sont que tout récemment venues aux oreilles du Grand Public et des journalistes. Le générateur à compression de flux qui équipe les bombes fait de la partie émergée d'un iceberg de progrès des techniques militaires qui s'appuie sur un domaine technoscientifique particulier : la magnétohydrodynamique ou "MHD", abandonnée en Europe en 1971 alors qu'elle était développée très activement, dans le plus grand secret, aux Etats-Unis et en Union Soviétique à partir de cette époque. Mais les Russes ont dû décrocher, faute de moyens financiers. Tout récemment, la Pravda a évoqué le fait que les Etats-Unis auraient développé une "aviation de l'espace", prolongement de "l'air Force", opérant à des altitudes se situant entre 35 Km et 250 Km d'altitude. Ceci place ces engins hors de portée des missiles sol-air qui ne peuvent atteindre leur cible au-delà de 100 Km d'altitude. Comme évoqués dans la Pravda, ces appareils fonctionnent sur des principes "totalement nouveaux" et ne sont pas de simples développements du fameux hypersonique "X-15". Lors d'un colloque international en Angleterre, en janvier 2001, consacré à la propulsion avancée j'ai pu recueillir les confidences de scientifiques américains ayant été personnellement impliqués dans ce type de programmes. J'ai rendu compte de ceci dans un ouvrage "OVNIS et armes secrètes américaines", à paraître le 2 janvier 2003 aux éditions Albin Michel. Tous ces engins tirent leurs performances de la MHD, abondamment utilisée, par exemple pour ralentir en le comprimant sans l'échauffer un flux d'air déboulant à Mach 12, ce qui permet de l'utiliser pour assurer la propulsion à l'aide de turboréacteurs conventionnels (engin Aurora). Cette même MHD permet d'accélérer les gaz en sortie de tuyère et d'obtenir ainsi un gain en vitesse d'éjection. Un pan de la MHD, peu connu mais ô combien important (et que je connais fort bien), l'effet Hall permet de créer des hautes tensions aux bords d'attaque des engins, cette technique permettant de la protéger du fort flux thermique à l'aide "d'un coussin de plasma", lequel assurerait au passage l'excellente

2 Les nouvelles armes 2 furtivité de ces engins. Aurora aurait effectué son premier vol à Groom Lake depuis D'aucuns pourraient évidemment qualifier ces assertions de "délire technologique". Je rappellerais au passage que je fus le premier Européen à voir de mes yeux les lasers au néodyme d'un térawatt, au Lawrence Livermore Laboratory, en Science et Vie, qui m'avait envoyé là-bas à l'occasion du bicentenaire de la révolution américaine ne crut pas à ces informations. Mon article fut réécrit par la journaliste scientifique Françoise Harroy-Mounin et les superbes photos en couleur que j'avais ramenées du LLL, considérées comme une mystification ne furent pas publiées, l'ensemble étant qualifié de "délire technologique". Au début des années quatre-vingt, même insuccès avec des thèmes comme l'hiner nucléaire et la guerre des étoiles. Lors d'un face à face radiophonique dans une émission animée par les journalistes de Beers et Crémieux le général Gallois, porte-parole des militaires français à l'époque déclara - Je suis heureux d'être face à Jean-Pierre Petit, car ses propos sont l'exemple même de la désinformation. Il faisait allusion à l'emploi d'armes à énergie dirigée et insistait sur l'inanité d'espérer toucher des cibles d'un mètre à mille kilomètres de distance, niant donc d'emblée le concept de guerre dans l'espace. Découvrant lors de l'émission la signification du mot "térawatt", qui signifie un million de mégawatt (les militaires français, à l'époque, ne pouvaient pas imaginer des puissances supérieures aux 2 mégawatts délivrés par les lasers à gaz carbonique) Gallois se reycla néanmoins très rapidement et rattrapa son retard en publiant, un peu plus d'un an plus tard "la Guerre des cent Secondes", chez Fayard. Mais, le jour de ce face à face, je subissais bien entendu les attaques d'une crise de "délire technologique". C'est à croire que le délire technologique d'aujourd'hui peut devenir le standard de demain, tout étant une question de temps. Guerre contre l'irak. L'arme secrète des États-Unis Un article d'air & Cosmos N 1855 du 6 septembre 2002 : prêt à utiliser la "bombe E" sur l'irak.

3 Les nouvelles armes 3 La réalité rejoint la fiction. L'arme à micro-ondes de forte puissance, la fameuse "bombe-e", figure désormais dans l'arsenal militaire américain. Menace ou propagande? L'Irak est en ligne de mire. L'Amérique fourbit ses armes. I'industrie de l'armement a 'bénéficié durant l'été de gros contrats comme celui passé à Raytheon pour la fourniture à l'us Air Force et à la Navy de kits de guidage supplémentaires pour bombes guidées laser Paveway II. Alors que Northrop Grumman accélère les cadences de livraison de ses UAV Global Hawk RQ-4A, General Atomics annonce, de son côté, avoir procédé avec succès aux premiers largages de mini drones à partir d'un RQ-1 Predator de série (cf p. 26). L'hypothèse d'un conflit avec l'irak stimule l'industrie de guerre américaine et la mise au point de nouvelles générations d armements. Géométrie variable Pour Washington, chaque conflit est pratiquement l'occasion d'expérimenter "sur le terrain" de nouveaux concepts. En 1999 les raids aériens sur l'ex-yougoslavie avaient révélé l'utilisation de bombes provoquant des courts-circuits sur les installations électriques. Dans l'indifférence presque générale, l'opération "Tempête du désert" avait permis de mesurer sur la route de Bassora les effets dévastateurs des terrifiantes bombes privatives d'oxygène. Comme en 1991, l'irak pourrait encore être le théâtre d'une nouvelle "grande première" de l'arsenal américain. Washington envisage en effet en cas de guerre d'utiliser "pour la première fois" (?) la fameuse "bombe E" ("E" pour électromagnétique). Le Proche-Orient serait dans ce cas pour l'arme micro-ondes de fortes puissances (HPM)) ce que Hiroshima fut à l'arme nucléaire : le - début d'une nouvelle ère. Celle d'une dissuasion stratégique à géométrie variable, puisque l'arme hyperfréquences (cf. A&C n 1842), en fonction de son type, peut privilégier soit les applications antimatières, soit les applications antipersonnelles. Dans le cas de "frappes préventives", Washington privilégierait sans doute la première application pour une destruction massive du potentiel électronique irakien par émission d'une puissante impulsion électromagnétique d'origine non nucléaire. Des armes frappées du "secret Défense" Cette possibilité requiert l'utilisation d'une génération d'armes dites "flash" (ou consommables) par opposition aux systèmes récurrents de seconde génération qui, eux, sont assimilables à des radars hyper puissants dépourvus de signal de

4 Les nouvelles armes 4 retour. Cette technologie de première génération, émettant dans la partie basse du spectre, est prévue pour être engagée soit à partir de missiles de croisière, soit à partir de drones largueurs de sous-drones consommables à capacité d'emport HPM. Ce second concept présente l'avantage de tirer le meilleur parti possible de l'efficacité de l'arme à énergie dirigée (DEW) utilisant les micro-ondes.\( Performances. Grâce à la précision de localisation submétrique du code militaire du signal GPS, il est en effet possible de délivrer l'énergie électromagnétique obtenue par l'explosion de cette charge de portée pour l'instant limitée à une zone d'un peu moins d'un kilomètre de rayon de létalité. Ce type de bombe "simple" qui, techniquement, offre peu de difficultés de réalisation mécanique ou électronique, a déjà fait l'objet d'essais de la part de l'us Air Force à partir d'un missile de croisière ALCM. Les Américains auraient du reste en développement une version de cette bombe HPM incluant un dispositif permettant de concentrer l'énergie dans un faisceau étroit dans l'axe du vecteur (drone ou missile). Cette directivité de l'arme est considérée par les spécialistes comme une percée technologique décisive. Traduite en termes de performances et d'efficacité opérationnelles, elle permet le choix d'une plus grande variété des cibles à détruire et débouche sur une augmentation de la distance de létalité du faisceau. Sur Stonn Shadow. Il semble en revanche peu probable que des systèmes HPM récurrents embarqués soient déjà disponibles, du moins opérationnellement. Mais des recherches sont activement menées par TRW et le Laboratoire US Air Force de Kirtland sur ce type d'armes. Les Britanniques qui mènent en coopération avec les Américains d'importants travaux sur les différents types d'armes HPM connus depuis plusieurs années. Londres a déjà procédé - sur au moins un polygone de tir américain - à des essais d'armes de première génération dimensionnées pour pouvoir être embarquées sur le drone BQM-145 de Northrop Grumman ou installées sur le missile de croisière Storm Shadow qui sera opérationnel dans la Royal Air Force dès En ce qui les concerne, les Britanniques semblent privilégier les HPM récurrents de seconde génération dont la mise au point définitive n'est pas attendue avant fin Invisibles. Qu'elles soient ou non considérées comme létales, ces armes ne sont pas à proprement parler des découvertes. Les spécialistes n'ignorent pas que les grandes puissances travaillent depuis de nombreuses années sur toutes sortes de systèmes offensifs basés sur

5 Les nouvelles armes 5 l'impulsion électromagnétique et l'énergie d g (cf. Air & Cosmos n 1764). Il suffit aujourd'hui de chercher sur Internet pour découvrir une abondante littérature. Cependant, au-delà de l'exposé technique des concepts, aucun document officiel représentant l'un ou l'autre de ces engins n'est jamais paru dans les médias. Ils demeurent des systèmes frappés, dans tous les états-majors, du fameux "secret Défense". Pourquoi? Parce que ces armes "invisibles" sont terrifiantes par la capacité de modulation de puissance de l'effet électromagnétique demandé selon la nature des cibles à traiter. Elles peuvent tout aussi bien brouiller que détruire l'ensemble des systèmes électroniques terrestres ou embarqués : ordinateurs, calculateurs, autodirecteurs, commandes de vol, etc. A moins d'être fortement protégés ou "durcis", il n'est pas d'armes modernes ou de sites qui soient totalement à l'abri de cette menace. Pour les êtres vivants, les effets d'une "bombe E" sont les mêmes que ceux d'un four à micro-ondes. Ils sont fonction de la puissance d'émission du faisceau (que multiplie le gain d'antenne) et proportionnels au carré de la fréquence de la source. C'est le changement de sens, plusieurs fois par seconde, du champ électrique des micro-ondes qui entraîne l'agitation des molécules d'eau composant les cellules humaines. D'où une élévation de température et un effet de "cuisson" plutôt que de brûlure. Interrogation. Aucune de ces nouvelles armes - d'origine non nucléaire -, qui risquent d'intégrer la panoplie des équipements offensifs plus vite que ne le prévoyaient les experts, ne font l'objet d'accords de contrôle en dehors d'échanges d'informations à très hauts niveaux entre quelques pays alliés. C'est une part non négligeable de leur dangerosité en marge des systèmes de dissuasion atomiques "classiques". Et, de toutes les armes à effet dirigé que sont les lasers de puissance, les faisceaux de particules chargées et les micro-ondes, ces derniers semblent les plus faciles à développer. Aussi terrible que puisse apparaître une telle éventualité, la menace que fait peser la bombe électromagnétique sur l'irak ouvre sur un avenir insondable celui des armes du troisième millénaire. Quelles sont aujourd'hui les capacités américaines en ce domaine? Nul ne peut répondre. Et la question se double d'interrogations plus fondamentales encore dans l'ignorance des concepts d'emploi échafaudés par Washington. SERGE BROSSELIN AVEC BERNARD BOMBEAU Schéma de principe d'une bombe E

6 Les nouvelles armes 6 Le principe de base d'une telle arme est de créer très rapidement un important champ électromagnétique dopé par, un pompage par explosif puis de le transmettre vers sa cible. Plusieurs techniques ont été étudiées pour fournir instantanément une très forte quantité d'énergie électrique, créer le puissant champ électromagnétique puis l'envoyer, par l'intermédiaire d'antennes, vers sa cible. \( Depuis la fin des années cinquante plusieurs laboratoires américains, dont celui de Los Alamos, travaillent sur des "générateurs de flux par compression" (FCG)` pompés par explosif. Un champ magnétique initial est produit par un ensemble de capacités se déchargeant dans un enroulement de fils de cuivre faisant le corps de la bombe et entourant un explosif. En détonnant, celui-ci "compresse" le champ magnétique et y transfère une grande partie de son énergie. Des énergies de plusieurs dizaines de mégajoules peuvent être obtenues en quelques dizaines de micro secondes avec des puissances qui se calculent en terawatts. Pour créer le champ magnétique initial; il convient d'injecter des courants de l'ordre du méga ampère, D'où des recherches sur certaïns types de capacités, la possibilité de mettre plusieurs FCG en série ou même des générateurs MHD-(magnéto hydroynamique) Quand à 1a transmission des micro-ondes, doit se faire par des guides d'ondes très spéciaux puis antennes adaptées à la gamme, do fréquence. D'où des recherches sur des antennes déployables en vol ou un système plus compact appelé "Vircator" (Virtual cathode oscillator). Très"directif, le; principe du Vircator consiste à générer à partir d' une cathode des électrons accélérés en faisceaux d'électrons puissants contre une anode en clinquant. En la traversant, ils forment une charge d'électrons qui oscillera à une fréquence micro-onde déterminée pouvant aussi générer des pics d'amplitudes très élevés. Antennes : éviter les claquages La mise au point des armes, hyperfréquences se heurte aussi à un certain nombre de difficultés que les experts surmontent une à une: La source d'énergie, la miniaturisation des systèmes l'isolation des porteurs terrestres ou aériens (avions et drones ainsi que la résistance. et la fiabilité des antennes émettrices. Les armes hyperfréquences et MFP, bien qu'en filiation directe des ondes radar-elles sont à ce titre régies par les, mêmes équations - posent en terme d'antenne des problèmes particulièrement :complexes. L'affaiblissement du signal en fonction de l'inverse du carré de la distance implique d'émettre en sortie d'antennes des puissances de faisceaux pouvant aller jusqu'à plusieurs dizaines à quelques milliers de gigas watts de puissance de crêtes. La contrainte

7 Les nouvelles armes 7 est alors d'éviter que ne se produise au niveau de la sortie d'antenne un claquage de l'air qui bloquerait alors toute propagation. Existe donc entre l'énergie rayonnée et les dimensions de l'antenne un rapport très précis. À valeur constante de ce dernier, la taille d'antenne, peut varier en fonction de sa forme et de sa technologie. En France, cinq types d'antennes sont plus particulièrement mies à contribution indique t-on à la DGA : les antennes plates ou paraboliques,les antennes à cornet, des antennes à architecture particulière, qui sont une composition de deux précédentes, et enfin une antenne dérivée de l'antenne radar à balayage électronique, qui a précédé la génération du radar. RBE-2 du Rafale. Actuellement, ajoute-t-on chez Thales, l'antenne est l'élément dimension des armes hyperfréquences.. Les chercheurs pensent pouvoir contourner cette difficulté en identifiant des formes d'ondes adaptées aux cibles à pénétrer. Un rapport pouvant aller de 1 à existe entre une bonne et une mauvaise pénétration. II est plus intéressant, au niveau des antennes, de jouer sur l'optimisation des capacités de pénétration que de doubler la puissance de l'onde en sortie d'émetteur, précise un responsable des. développements d'armes MFP en France Les sources hyper fréquences récurrentes en France Comme Ia Grande-Bretagne, la. Russie, la Suède, l'allemagne ou l'australie, la France travaille depuis la fin des années quatre vingt sur les armes à hyperfréquences: Le domaine fréquentiel couvert par ses travaux s'étend de 700 MHz à 40 GHz. Les technologies permettant d'obtenir des puissances de crêtes très élevées sont, directement dérivées de celles qui sont utilisées pour, l'étude de la fusion thermonucléaire. Les MFP,:.(ou micro-ondes. de fortes puissances) travaillant sur les fréquences plus hautes; les sources sont toutefois différentes. Les développements engagés depuis quelques années en France portent sur deux grandes familles d'émetteurs : tout d'abord les émetteurs ULB. - Ultra large Bande - (qui n'impliquent pas de passer par les tubes hyperfréquences classiques) dont le principe consiste à injecter, de très fortes variations de courant dans les antennes. Les systèmes basés sur le concept ULB utilisent la commutation optique pour la production des champs rayonnants, les très grandes puissances (plusieurs mégawatts de puissance de crêtes) pouvant être obtenues par la mise en réseau de plusieurs de ces systèmes. Ensuite les tubes hyperfréquence. Le fonctionnement de ces tubes (très différents des tubes classiques) s'appuie sur fera l'enchaînement des trois phases suivantes. Tout d'abord des générateurs hautes tensions de très grandes puissances (en France c'est la filière des générateurs de Marx et Tesla que l'on utilise) alimentent les tubes en question avec des faisceaux

8 Les nouvelles armes 8 d élections hautes énergies fortement concentrés (des dizaines dé gigawatts sont à ce stade atteints). Ces faisceaux subissent ensuite une phase de modulation et de mise en "paquets", puis transitent par des cavités de géométrie spéciale électromagnétique rayonnée par l'antenne. Les principes généraux des trois phases ici décrites sont communs aux différents types de générateurs MFP que sont les Vircator (transverses et longitudinaux), les BWO (Beam Wave Oscillator), le Klystron relativiste (ainsi désigné car les électrons y sont accélérés à des vitesses proches de celles de la lumière), les tubes Magnétron et le Milo (Magnetic Isolated Une Oscillator), Magnétron dépourvu de bobines magnétiques et où le faisceau est utilisé pour créer son propre champ. Seule varie; pour chacun d'eux, la façon, dont s'effectuent la modulation du faisceau et son extraction: Quant à la taille des tubes, elle peut varier entre 30 cm (pour un Magnétron) à un mètre pour un BWO.

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Ondes Pulsées - Mise en évidence

Ondes Pulsées - Mise en évidence Ondes Pulsées - Mise en évidence Ce document, sans aucune prétention technique, est un essai de mise en évidence basique des ondes pulsées. Le but est de montrer les ondes pulsées typiques connues actuellement

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R M.1177* TECHNIQUES À UTILISER POUR LA MESURE DES RAYONNEMENTS NON ESSENTIELS DES SYSTÈMES RADAR MARITIMES. (Question UIT-R 202/8)

RECOMMANDATION UIT-R M.1177* TECHNIQUES À UTILISER POUR LA MESURE DES RAYONNEMENTS NON ESSENTIELS DES SYSTÈMES RADAR MARITIMES. (Question UIT-R 202/8) Rec. UIT-R M.1177 1 RECOMMANDATION UIT-R M.1177* TECHNIQUES À UTILISER POUR LA MESURE DES RAYONNEMENTS NON ESSENTIELS DES SYSTÈMES RADAR MARITIMES (Question UIT-R 202/8) (1995) Rec. UIT-R M.1177 Résumé

Plus en détail

Les technologies Thales à bord du Rafale

Les technologies Thales à bord du Rafale Les technologies Thales à bord du Rafale Un avion de combat omnirôle Le Rafale est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Il offre des capacités multimission qui lui permettront de rester pleinement

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR

LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR LES SERVICES ET UTILISATION DU RADAR A partir du grade : et programme examen du grade et supérieurs 1. FONCTIONNEMENT DES RADAR : Les radars de contrôles aériens sont des instruments de télédétection utilisés

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi

Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi État de l Art Pôle I-Trans, le 20 septembre 2007 1 Sommaire Objectifs La Technologie Les applications existantes Annexe : compatibilité avec les solutions RFID 2

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Repérage de l artillerie par le son.

Repérage de l artillerie par le son. Repérage de l artillerie par le son. Le repérage par le son permet de situer avec précision une batterie ennemie, qu elle soit ou non bien dissimulée. Le son se propage avec une vitesse sensiblement constante,

Plus en détail

Le défi : L'avantage Videojet :

Le défi : L'avantage Videojet : Note d'application Impression-pose d'étiquettes Améliorez votre rendement : passez des applicateurs mécaniques à l'étiquetage Direct Apply TM Le défi : Au cours de ces 20 dernières années, les systèmes

Plus en détail

III. Transformation des vitesses

III. Transformation des vitesses 9 III Transformation des vitesses La transformation de Lorentz entraîne de profondes modifications des règles de cinématique: composition des vitesses, transformation des accélérations. 1. Règle de composition

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

MARS 2006. La mise en place d un réseau informatique facilite la communication interne d une entreprise. # #

MARS 2006. La mise en place d un réseau informatique facilite la communication interne d une entreprise. # # MARS 2006 La mise en place d un réseau informatique facilite la communication interne d une entreprise. L accessibilité aux informations dans et en dehors de l entreprise est le principal moteur de la

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE Vous avez dit satellite? Le satellite qui vous permet de regarder la télévision et d'écouter vos radios préférées s'appelle INTELSAT 701 Il sert de relais pour transmettre les programmes depuis les États

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS Thierry.Chapuis@cnes.fr 08/04/2014 1 EVOLUTION DU SYSTÈME GNSS 1995-2005 2005-2014 2014 GPS GNSS-1 GNSS-2 GLONASS Pas de garantie de service Dégradation

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Optez pour la fiabilité. Systemes ` intelligents de localisation des defauts de cable

Optez pour la fiabilité. Systemes ` intelligents de localisation des defauts de cable Optez pour la fiabilité Systemes ` intelligents de localisation des defauts de cable Savoir ce qu'il en est. Et ce que l'avenir nous reserve. Notre objectif : une qualite de reseau optimale a ` votre disposition

Plus en détail

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles 2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Witschi Electronic SA 08.05.2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Tous les appareils Witschi arborant le marquage CE satisfont

Plus en détail

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE 2014 EASYLUM ÉTEND SON OFFRE AVEC LE LIFI Notre savoir-faire concernant l éclairage LED est maitrisé, c est pourquoi nous intégrons dorénavant

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

FAQ: revo Monitoring System: rms

FAQ: revo Monitoring System: rms FAQ: revo Monitoring System: rms V161011fr 1.De quoi est composé le système rms?...1 2.Comment le rms prédit-il la durée de chaux restante?...3 3.Puis-je mettre à jour mon Shearwater actuel avec le rms?...3

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

ETUDE SCOOTER HYBRIDE PIAGGIO MP3 ( L hybridation(adtdelle(un(intérêt(sur(un(scooter(?(

ETUDE SCOOTER HYBRIDE PIAGGIO MP3 ( L hybridation(adtdelle(un(intérêt(sur(un(scooter(?( ETUDE SCOOTER HYBRIDE PIAGGIO MP3 ( L hybridation(adtdelle(un(intérêt(sur(un(scooter(?( PRESENTATION DU SCOOTER CHAPITRE 1 : LE CONTEXTE Le premier véhicule électrique, contrairement à ce que l on pourrait

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE ENREGISTREUR DE TEMPERATURE Jean-Pierre MANDON 2005 www.pictec.org Cet enregistreur de température a été réalisé dans le cadre de la construction d'un chauffe eau solaire. Il me permet d'enregistrer les

Plus en détail

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION Documentation technique DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION SEP du LPo N-J Cugnot 93 Neuilly/Marne LE CALCULATEUR Il est placé dans le boîtier à calculateurs, sur le passage de roue avant droit. Les

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Electricité et mise à la terre

Electricité et mise à la terre Electricité et mise à la terre... 2 Le bruit électrique... 2 Les décharges électrostatiques... 2 La mise à la terre du matériel informatique... 3 Le problème des terres multiples... 4 Les perturbations

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez.

TPE : La voiture solaire. Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. TPE : La voiture solaire Présentation de Matthys Frédéric, Soraya Himour et Sandra Thorez. Sommaire :.1) Le capteur solaire :.2) La voiture solaire :.3) Variation de température et la vitesse : Problématique

Plus en détail

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau

Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Variations dynamiques de la puissance consommée dans les centres de données et les salles réseau Par Jim Spitaels Livre blanc n 43 Révision n 2 Résumé de l étude Les besoins en puissance des centres de

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

BANC HYPERFREQUENCES

BANC HYPERFREQUENCES TP BANC HYPERFREQUENCES Objectifs : - Mettre en œuvre un détecteur dans le domaine des ondes centimétriques, - Mesurer une longueur d onde par création d ondes stationnaires, - Tracer une courbe de dispersion

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Unités de mesure de l énergie Septembre 2009

Unités de mesure de l énergie Septembre 2009 Unités de mesure de l énergie Septembre 2009 Lorsque l on parle d installation en Energies Renouvelables on entend parler d unités de mesure telles que les Volts, les Ampères, les kilovolts-ampères, les

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

LES COMMUNICATIONS. Sommaire. Les communication - DOCUMENT RESSOURCE

LES COMMUNICATIONS. Sommaire. Les communication - DOCUMENT RESSOURCE DOCUMENT RESSOURCE LES COMMUNICATIONS Equipe de travail : > Matthieu Le Guen > Jean-Paul Pruvost > Pascal Pujades Sous la direction de : > Michel Loisy Année 2007-2008 Sommaire Page 2 - Historique Page

Plus en détail

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs

MONTRANO. Système de surveillance continue pour transformateurs MONTRANO Système de surveillance continue pour transformateurs Surveillance conditionnelle pour transformateurs La connaissance de l'état diélectrique d'uneisolation est fondamentale Un amorçage du diélectrique

Plus en détail

Perturbation dans un Réseau

Perturbation dans un Réseau Perturbation dans un Réseau PLAN I. Introduction II. Synthèse de Fourrier d'une onde carrée III. Délai de propagation entre 2 hôtes (RTT) IV. Un bit dans le Média physique V. Atténuation, Réflexion, Le

Plus en détail