L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS!"

Transcription

1 A L OCCASION DE LA 9 ÈME JOURNÉE MONDIALE DES SOINS PALLIATIFS! VENDREDI 24 OCTOBRE 2014 ENS LYON! L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! UNE PLACE ORIGINALE DANS L ÉQUIPE DE SOINS! Cédric LEFEVRE! Art-thérapeute D.U.! USP Lyon-Sud! ART-THÉRAPIE?! PSYCHOTHÉRAPIE À SUPPORT ARTISTIQUE! Pas «psy», psychologue ou psychothérapeute! Verbalisation non indispensable! Pas de récupération analytique du contenu verbal! Pas d analyse ni d interprétation de l œuvre (thérapie non analyse)! Pas dans le champ des représentations mais dans le champ des ressentis et des émotions!

2 ART-THÉRAPIE?! ATELIER D ART EN MILIEU DE SOINS! L objectif final n est pas technique mais thérapeutique! Importance de l évaluation (auto-évaluation, items )! Proposition artistique individualisée en tenant compte de la problématique/souffrance du patient de ses goûts, son style et de ses attentes! Pas forcément d attente de production (contemplation possible )! ART ET THÉRAPIE?! Dès l antiquité, le beau est associé au bon : l activité artistique (musique, théâtre ) peut faire du bien L Art, même s il à des effets n est pas thérapeutique en soi (nombreux artistes «souffrants») L expression artistique d une difficulté peut être importante, mais cela n est pas suffisant pour soigner

3 L ART-THÉRAPIE?! Exploitation et valorisation des potentialités artistiques de l individu en souffrance dans une visée humanitaire et thérapeutique! L objectif thérapeutique principal est orienté vers l amélioration de la qualité de vie! Pourquoi en soins palliatifs :! contribue à la diminution des principaux symptômes! permet au patient de rompre un temps avec son «statut de malade» pour celui valorisant «d artiste»! QUELS OBJECTIFS EN SOINS PALLIATIFS ET COMMENT?! Réduction des symptômes : douleur, anxiété, fatigue! Comment? en favorisant le plaisir au travers d une activité artistique nécessitant une concentration +/- importante.! Amélioration de l estime de soi très affectée :! Renforcement de la confiance en soi : se reconnaître une capacité à agir efficacement et à se projeter de façon positive! Comment? en étant principalement dans le «faire» sécurisant et valorisant au travers d un projet artistique!

4 QUELS OBJECTIFS EN SOINS PALLIATIFS?! Renforcement de l amour de soi : se reconnaître une capacité à éprouver du plaisir à être (saveur existentielle)! Comment? en orientant la pratique vers le plaisir et vers une activité qui a du sens pour le patient.! Renforcement des capacités relationnelles et des liens avec les proches et les soignants! Comment? en travaillant à partir des arts-plastiques qui par définition laissent une trace à partir de laquelle une valorisation et une relation vont pouvoir s établir. Travail également avec les proches.! COMMENTAIRES D APRÈS SÉANCE! - «L atelier a été pour moi le déclencheur d envies, d envie d aller mieux et d arrêter de me morfondre, il y a encore de belle chose à faire»! - «Envie de peindre chez moi»! - «Alors je suis encore bonne à faire quelque chose!»! - «C est l un des seuls moments dans la semaine ou je peux faire quelque chose»! - «Je suis une artiste, une vraie»! - «J ai maintenant des projets pour mon retour à la maison»! - «Lorsque je suis ici, j oublie un temps ma maladie»!

5 L ART-THÉRAPIE A SA PLACE EN SOINS PALLIATIFS :! DES EFFETS SYMPTOMATIQUES QUANTIFIABLES! ETUDE CLINIQUE À L USP LYON-SUD! Objectif : confirmer l impact symptomatique de l artthérapie et évaluer son lien avec les auto-évaluations esthétiques du patient (BON, BIEN, BEAU : 3B )! Durée de la séance d Art-thérapie 1h! La technique artistique est choisie en concertation avec le patient (modelage, sculpture, peinture, photo, dessin)! 53 séances, 22 patients!! (m = 2,4 séances/patients)!

6 ETUDE CLINIQUE, L ÉVALUATION! The Edmonton Symptom Assessment System (ESAS) :! échelle validée d évaluation des symptômes en médecine palliative et oncologie! Nainis et al &! Rhondali et al. 2013! Effets NS! Effets NS! Effets NS! Effets NS! ETUDE CLINIQUE, L ÉVALUATION! auto-évaluation avant et après la séance +3B sens inverse! 0 10

7 PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉTUDE!! Diminution de la détresse globale 47%! Seul un patient (/22) au cours d une séance (/53) n a pas vu sa détresse!! Il n existe pas de différence significative sur la baisse de la détresse globale entre la première séance et les suivantes :! - biais d auto-évaluation faibles?! - intérêt thérapeutique d une séance unique! PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉTUDE!! Il n existe pas de différence significative entre la détresse avant séance de la 1 ère séance et les suivantes (pas d effet d anticipation?)!! Il n existe pas de différence significative entre homme et femme!

8 PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉTUDE! ESAS score 4-60%** -36%** 3-31% * - 48%** -53%** -58%** 2 1 avant apres 0 douleur anxiété mal être fatigue tristesse déprime PRINCIPAUX RÉSULTATS DE L ÉTUDE! Le plaisir ressenti pourrait en partie expliquer ces effets :! Il existe une corrélation significative entre la réduction de la détresse globale et l intensité du plaisir auto-évalué (BON).! La réduction de l anxiété est corrélée positivement à la satisfaction technique (BIEN) donc à la confiance en soi! Importance de la technique et du besoin de maîtrise! La réduction des ressentis douloureux est corrélée positivement à la satisfaction esthétique (BEAU)!

9 L ART-THÉRAPIE A SA PLACE EN SOINS PALLIATIFS :! ELLE PERMET DE ROMPRE UN MOMENT AVEC SON «STATUT DE MALADE» L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! Malade! Dépendant! «dans l attente»! Art-thérapie! Personne! Autonome! «dans le faire»! Passivité / soins (intrusifs, agressifs)! Prise en compte médicale du patient! Mise en avant des dysfonctionnements! Perte de contrôle et capacités qui déclinent! Acteur / soins (plaisir, désir)! Prise en compte globale et singulière de la personne! Mise en avant de ce qui fonctionne «partie saine»! Sentiment de maîtrise et nouvelles capacités!

10 L ART-THÉRAPIE EN SOINS PALLIATIFS! Retrouver son statut de personne avant d être «le patient», «le malade» ou «la maladie»! - Le patient se retrouve «artiste» avant d être le «malade»! - Une patiente qui accompagnant son enfant dans l atelier retrouve son statut de mère! - Un patient retrouve son statut d époux, avec sa femme ils participent ensemble à une réalisation commune! CONCLUSION! L art-thérapie au delà même des effets symptomatiques mesurables offre la possibilité au patient de développer son sentiment d exister, de ne pas être simplement vivant en sursis, en lui permettant à travers l expression artistique «d ajouter quelque-chose de soi au monde».!

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

L Art-thérapie. Céline MONNET Art-thérapeute Maison Médicale Jean XXIII. U n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r

L Art-thérapie. Céline MONNET Art-thérapeute Maison Médicale Jean XXIII. U n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r L Art-thérapie Céline MONNET Art-thérapeute Maison Médicale Jean XXIII U n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r Définition et originalité de l Art-thérapie Exploitation du

Plus en détail

L art-thérapieart-th. thérapie. Et le handicap

L art-thérapieart-th. thérapie. Et le handicap L art-thérapieart-th thérapie Et le handicap Pourquoi ART-THERAPIE «Nous savons depuis l antiquité que le phénomène artistique a le pouvoir d entrainer les hommes vers la beauté, qu il provoque des effets

Plus en détail

L Art-thérapie. Maison Médicale Jean XXIII. u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r

L Art-thérapie. Maison Médicale Jean XXIII. u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r L Art-thérapie Maison Médicale Jean XXIII u n e p r i s e e n s o i n a l t e r n a t i v e à l a d o u l e u r Définition et originalité de l Art-thérapie Exploitation du potentiel artistique dans une

Plus en détail

Soins de support. en cancérologie Un soutien pour une meilleure qualité de vie

Soins de support. en cancérologie Un soutien pour une meilleure qualité de vie SOINS SUPPORT SEPT 2016_Mise en page 1 27/09/2016 11:32 Page 1 Espace de Rencontres et d Information 01 41 70 86 66 Ouvert mardi et jeudi 8h30-13h 14h-17h Hall de l hôpital - sans rendez-vous L Espace

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ART-THÉRAPIE

PRÉSENTATION DE L ART-THÉRAPIE PRÉSENTATION DE L ART-THÉRAPIE ATELIER «ART 2 VIE!» Mercredi 12 septembre 2012 Etablissements de santé du Baugeois Vallée Site de Beaufort en Vallée Salle des Cyprès Présentation Dany Blanchin, Aide médico-psychologique

Plus en détail

Art-thérapie et Oncologie 17/04/14 Lyon

Art-thérapie et Oncologie 17/04/14 Lyon Art-thérapie et Oncologie 17/04/14 Lyon Cédric LEFEVRE Art-thérapeute, diplômé de la faculté de médecine de Grenoble Docteur en biologie Unité de Soins Palliatifs de l hôpital Lyon-Sud Les soins palliatifs

Plus en détail

Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques

Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques Apports de l expression corporelle et de l art-thérapie pour les patients atteints de maladies chroniques Prof. Alain Golay, C.Anzules,S Muller Hôpitaux Universitaires de Genève Alain.Golay@hcuge.ch www.hug-ge.ch/setmc

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée

L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Ludivine PRÉVÔT : Art-thérapeute Diplômée 06.63.94.51.85. Page 1 L art-thérapie peut améliorer la qualité de vie Alors que nous fêtions le 30 e anniversaire

Plus en détail

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Réseau régional de cancérologie Rencontre sur l art thérapie en oncologie 17 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

Communiqué de presse / sujet pratiques innovantes complémentaires dans la lutte contre la douleur

Communiqué de presse / sujet pratiques innovantes complémentaires dans la lutte contre la douleur QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. Communiqué de presse

Plus en détail

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud

Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE. Joël François Pons, Rive-Neuve Journée de formation continue Bénévoles Vaud Dr Mazzocato, PD MER SOINS PALLIATIFS DU SOMATIQUE À L ÉTHIQUE Joël François Pons, Rive-Neuve 2004 Journée de formation continue Bénévoles Vaud Crêt-Bérard, 9 octobre 2014 BÉNÉVOLES ET SP La place des

Plus en détail

Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? Les programmes proposés par le service d enseignement thérapeutique pour maladies chroniques

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Présentation pour la journée d études thématiques

Présentation pour la journée d études thématiques Présentation pour la journée d études thématiques Une démarche projet autour des soins palliatifs permet-elle d améliorer la qualité de vie au travail et de diminuer la souffrance des soignants? Etude

Plus en détail

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR

Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Intérêt des Art-thérapies pour les patients à profil complexe en Hôpital de jour SSR Élisabeth Damoiseau ( Musicothérapeute) Dr Florence Bonté ( Gériatre) Hôpital de Jour Psychogériatrique Centre Paris

Plus en détail

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière

Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière Prise en considération de la dimension psychologique du patient douloureux chronique : place de la consultation infirmière SIDIIEF - Genève 22 MAI 2012 Dominique GILLET Caterina REGIS Pascale THIBAUT Jean-Michel

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans).

Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). FORMATION INTERVENANTS EN ARTS-THERAPEUTIQUE Accompagnements des enfants (0 à 12 ans). Lieu : MURET (31600) A la THEARERIE EVEIL CREATIF / COGNITIF-SENSORIEL / EXPRESSION CORPORELLE / RELAXATION. Vous

Plus en détail

«Le trio : Enfer ou Paradis?»

«Le trio : Enfer ou Paradis?» «Le trio : Enfer ou Paradis?» Docteur Dominique Garrot Madame Anabella Rocha 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Introduction Etude : manque de communication entre l équipe et la famille

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 /

SOINS PALLIATIFS. I f s i c h u 0 9 / 1 2 / SOINS PALLIATIFS Expériences de soignants en usp I f s i c h u 0 9 / 1 2 / 2 0 1 4 L Unité de Soins Palliatifs : un mouroir? DEFINITION DES SOINS PALLIATIFS SOINS ACTIFS Délivrés dans une approche globale

Plus en détail

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012

L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE. Dr Philippe 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 L ANNONCE D UNE MAUVAISE NOUVELLE Dr Philippe COLOMBAT @FMC 36 La Gourmandine 18 octobre 2012 Les enjeux de l annonce «Annoncer à qqn qui n a pas envie de l entendre qqch qu on n a pas envie de lui dire»

Plus en détail

Projet sponsorisé par le FSE

Projet sponsorisé par le FSE Projet sponsorisé par le FSE Lieu de contrôle de la santé, stratégies d adaptation, qualité de vie et perception de la douleur avant et après une école du dos chez les lombalgiques chroniques Aurélie Duveau,

Plus en détail

LA SOCIO ESTHETIQUE EN SOINS PALLIATIFS

LA SOCIO ESTHETIQUE EN SOINS PALLIATIFS LA SOCIO ESTHETIQUE EN SOINS PALLIATIFS Delphine zadra, 40 ans, socio-esthéticienne depuis 7 ans, réside en région stéphanoise. - intervient actuellement à l USP des Charmettes de Lyon. -Intervenue pendant

Plus en détail

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique

La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique La thérapie familiale systémique dans la prise en charge de la douleur chronique R. Baraka, D.Benmoussa,Y.Taleb,H.Takirate,L.Mejrebe B. GRIENE Consultation douleur CPMC La douleur un phénomène universel

Plus en détail

APPORT DE LA PSYCHO-SOCIO-ESTHETIQUE DANS L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AUTISTES VIEILLISSANTES. Et si le «superflu» était nécessaire?

APPORT DE LA PSYCHO-SOCIO-ESTHETIQUE DANS L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AUTISTES VIEILLISSANTES. Et si le «superflu» était nécessaire? APPORT DE LA PSYCHO-SOCIO-ESTHETIQUE DANS L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AUTISTES VIEILLISSANTES Et si le «superflu» était nécessaire? Qu est ce que la psycho-socio-esthétique? Soin relationnel : Restauration

Plus en détail

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY EFFETS ATTENDUS DES TRT DANS LA BPCO DEFINITION ERS/ATS 2013 Se mettre d accord sur les mots la rééducation est

Plus en détail

L art thérapie. Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité

L art thérapie. Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité L art thérapie Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité Prise en charge non médicamenteuse développée au sein des EHPAD de Languedoc Mutualité

Plus en détail

Le catastrophisme. Une grande cause d échecs thérapeutiques?

Le catastrophisme. Une grande cause d échecs thérapeutiques? Le catastrophisme Une grande cause d échecs thérapeutiques? Exemple : les scores de catastrophisme restent très élevés chez un quart des patients en rémission sous biothérapies et autant dans les spondylarthrites

Plus en détail

L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie

L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie «Le SUJET comme matière, L ART comme support, 7 L EPANOUISSEMENT comme finalité» L art Thérapie en question : Qu est ce que l Art Thérapie - les bienfaits de l Art thérapie o Présentation de l association

Plus en détail

Le Soutien Social 54

Le Soutien Social 54 Le Soutien Social 54 Coping et soutien social Evénement négatif Amis, Époux, Proches,Organisations, Institutions, etc Entourage social Quotidien Confort Attention Estime Aide de qualité Bien être psychologique

Plus en détail

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE

Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Le refus de l animation GROUPEMENT DE COOPERATION SANITAIRE AMPLITUDE Quelques données 28% des PA en EHPAD participent régulièrement 35% n y participent jamais 50% des personnes dépendantes n y participent

Plus en détail

l artthérapie Le grand livre de Angela EVERS L auteure dresse avec talent le portrait de la profession. Riche. Artension Nouvelle édition

l artthérapie Le grand livre de Angela EVERS L auteure dresse avec talent le portrait de la profession. Riche. Artension Nouvelle édition Nouvelle édition Angela EVERS Le grand livre de l artthérapie L auteure dresse avec talent le portrait de la profession. Riche. Artension, 2010, 2013 ISBN : 978-2-212-55489-2 SOMMAIRE Préface... XIII Introduction

Plus en détail

Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014

Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014 Mise en place de l Espace du corps à Dessine-moi un mouton 14/11/2014 Corps et maladie chronique 2 Maladie chronique selon l OMS : «maladie ou affection de longue durée, qui évolue avec le temps et souvent

Plus en détail

Dr Niculescu Dan

Dr Niculescu Dan Dr Niculescu Dan dr.niculescudan@gmail.com Introduction Question 1: - Qu est-ce que la maladie bipolaire? Question 2: - Qu est-ce que la psychoéducation? Question 3: - Pourquoi un programme de psychoéducation

Plus en détail

ETATS LIMITES, PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE

ETATS LIMITES, PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE , PERVERSIONS ET PERSONNALITE PSYCHOPATHIQUE INTRODUCTION * Nosographie (classification) États limites, psychopathie - > troubles de la personnalité (groupe B) Perversions - > personnalité narcissique

Plus en détail

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU CANCER: COMMENT VIVRE AVEC UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS AU-DESSUS DE LA TÊTE? Aude Caplette-Gingras, Ph.D., psychologue spécialisée en oncologie, Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia,

Plus en détail

ACTUALITES. Art-thérapie ACTUALITES

ACTUALITES. Art-thérapie ACTUALITES ACTUALITES Art-thérapie AFRATAPEM - Ecole d Art-thérapie de Tours Titre «Art-thérapeute» niveau II délivré par l 'Afratapem enregistré dans le Répertoire National des Certifications Professionnelles par

Plus en détail

La relation soignant-soigné

La relation soignant-soigné La relation soignant-soigné UE 1.1 S1 Octobre 2010 C. DEBERGÉ PLAN 1. Intention pédagogique 2. Référentiel de compétences 3. Définition et réflexions 4. Une nécessaire relation pour rester humain 5. Une

Plus en détail

Introduction à la Thérapie Interpersonnelle

Introduction à la Thérapie Interpersonnelle Introduction à la Thérapie Interpersonnelle CREATIP 2005 Bases historiques de la Thérapie Interpersonnelle Début des années 70 : repose sur la constatation d un lien indéfectible entre la dépression

Plus en détail

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS 2016: «VOS MAINS SONT BELLES ET PRÉCIEUSES, PRENEZ EN SOIN»

JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS 2016: «VOS MAINS SONT BELLES ET PRÉCIEUSES, PRENEZ EN SOIN» JOURNÉE HYGIÈNE DES MAINS 2016: «VOS MAINS SONT BELLES ET PRÉCIEUSES, PRENEZ EN SOIN» Muriel Meissonnier, Socio-esthéticienne Elisabeth BERGUE, Cadre Hygiéniste 9 Décembre 2016 2 Contexte Chaque année,

Plus en détail

Précarité économique et Vulnérabilité psychosociale :

Précarité économique et Vulnérabilité psychosociale : Coïmbra 7 Décembre 2000 Précarité économique et Vulnérabilité psychosociale : comparaison franco-portugaise Prof. Doutor Pierre TAP Centro Europeu de Investigação sobre condutas e instituções (C.E.I.C.I

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE.

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Le travail de liaison, nos missions Détection des patients à risque de déclin fonctionnel.

Plus en détail

Les massages de confort : quels bénéfices pour les patients?

Les massages de confort : quels bénéfices pour les patients? Les massages de confort : quels bénéfices pour les patients? Monique BOEGLI Élisabeth CABOTTE Infirmières équipes mobiles antalgie et Soins Palliatifs Département APSI et Dép. Réhabilitation et Gériatrie

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE

Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme. PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE La Magie D un Rêve Par: Pierre Verret inf.m.sc.,csio Coresponsable du programme PROGRAMME de ZOOTHÉRAPIE EN ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE CENTRE MÈRE ENFANT DU CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC La Zoothérapie

Plus en détail

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur

R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur R.Baraka, B.Griene & l équipe de la Consultation Douleur La douleur est rattachée au corps elle est, comme chaque personne, unique aux contextes social, culturel, psychologique et à la personnalité de

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue

Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir. Patricia Plasier, Psychologue Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Patricia Plasier, Psychologue Introduction La maladie grave = événement potentiellement traumatique pour le malade et pour les proches La

Plus en détail

CONTEXTE. C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places

CONTEXTE. C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places 3 CONTEXTE C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places EMSP 17 ans d existence 16 professionnels répartis sur les 3 groupes hospitaliers médecins, cadre de santé, infirmières, psychologues,

Plus en détail

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE

SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE SOUFFRANCE PSYCHIQUE DOULEUR MORALE Pour faciliter la prise en charge des soins infirmiers en psychiatrie, il est indispensable de se questionner sur la douleur morale et la souffrance psychique qui existe

Plus en détail

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil

Document de référence. Comprendre et vivre le deuil Document de référence Comprendre et vivre le deuil Table des matières Introduction 2 Définition 2 Mythes 2 Étapes et symptômes 2 Différencier deuil et dépression 3 Comment surmonter un deuil 3 Quand le

Plus en détail

PROJET D ANIMATION ITINERANTE DE L ATELIER PEINTURE «DE LA COULEUR A L HORIZON»

PROJET D ANIMATION ITINERANTE DE L ATELIER PEINTURE «DE LA COULEUR A L HORIZON» PROJET D ANIMATION ITINERANTE DE L ATELIER PEINTURE «DE LA COULEUR A L HORIZON» 1. PRESENTATION A. Un atelier peinture pour le loisir L atelier peinture a été créé en 2003 par une éducatrice spécialisée

Plus en détail

SEXOLOGIE MÉDICALE CMCO

SEXOLOGIE MÉDICALE CMCO SEXUALITÉ ET COUPLE Eliane MARX Psychologue et sexologue Unité de Psycho-Oncologie Centre Paul Strauss, STRASBOURG SEXOLOGIE MÉDICALE CMCO 15 Janvier 2016 Le couple Pour la société = cellule de base, élément

Plus en détail

Score de qualité de vie : indicateurs

Score de qualité de vie : indicateurs Score de qualité de vie : indicateurs Carine SEGRESTAN - Bordeaux INTRODUCTION Notion "fourre-tout" Importance de l auto-évaluation par le patient de sa qualité de vie (QDV) "Dans la mesure où les perceptions

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS FACETS Mme Bernadette MERCIER Psychologue spécialisée en Neuropsychologie Réseau Rhône-Alpes SEP, Lyon Journée Rhônalpine d information sur la Sclérose en Plaques (SEP) pour les professionnels de santé

Plus en détail

TRAITEMENT DES DEPRESSIONS ET DES TROUBLES DE L ANXIETE A LA CLINIQUE GENEVOISE DE MONTANA

TRAITEMENT DES DEPRESSIONS ET DES TROUBLES DE L ANXIETE A LA CLINIQUE GENEVOISE DE MONTANA TRAITEMENT DES DEPRESSIONS ET DES TROUBLES DE L ANXIETE A LA CLINIQUE GENEVOISE DE MONTANA SOMMAIRE 1. Introduction Quelques chiffres 2. Les spécificités de la Clinique genevoise de Montana 3. Les thérapeutes

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats SECONDE VICTIME L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats Ossetroff Lucie Infirmière Anesthésiste CHP Saint Martin PLAN Introduction Répercussions - Etat de stress

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009. La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.) Martine HERRSCHER EMSPCA Octobre 2011 Définition : La sédation pour

Plus en détail

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1

Etude de dossier. Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Etude de dossier Katia M BAILARA Master 1 Psychologie clinique et psychopathologie 1 Plan Intérêt de l étude de cas Le recueil d informations Plan de l étude de cas Rédiger un compte rendu M. C, anamnèse

Plus en détail

La douleur des uns, la souffrance des autres

La douleur des uns, la souffrance des autres La douleur des uns, la souffrance des autres Dr Barbara Plehiers Médecin responsable des Soins palliatifs Hôpital Ambrois Paré, Mons Barbara.plehiers@hap.be A propos des douleurs induites hension de la

Plus en détail

Qualité et Fin de Vie

Qualité et Fin de Vie Qualité et Fin de Vie Établissement Hospitalier Sainte Marie Journées Internationales de la Qualité Hospitalière Cédric TCHENG, le 30 novembre 2010 L établissement Sainte Marie Depuis 1881, Œuvre d origine

Plus en détail

Critères de qualité des soins palliatifs. Services d Aides et Soins Extrahospitaliers

Critères de qualité des soins palliatifs. Services d Aides et Soins Extrahospitaliers Plateforme luxembourgeoise de soins palliatifs Critères de qualité des soins palliatifs Services d Aides et Soins Extrahospitaliers Contenu A B C D E F G H I J K L Le concept L anamnèse du client/résident

Plus en détail

PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION. F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012)

PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION. F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012) PENIBILITE, EPUISEMENT PROFESSIONNEL EN REANIMATION F. FRAISSE SNMRHP (Congrès CRHEUF 2012) 1 2 TRAVAIL : UNE CHARGE AFFECTIVE «Derrière le travail, il y a l affirmation de soi» NIETZCHE «Chacun travaille

Plus en détail

Le STRESS au travail Approche Clinique

Le STRESS au travail Approche Clinique Le STRESS au travail Approche Clinique Présenté par Pauline Hanique, psychologue clinicienne, EPSM Lille Metropole, doctorante en psychopathologie clinique et santé. Membre de l association PROMOCOM. phanique@epsm-lille-metropole.fr

Plus en détail

Projet du Centre Hospitalier Georges CLAUDINON «Des séances d art-thérapie en milieu hospitalier»

Projet du Centre Hospitalier Georges CLAUDINON «Des séances d art-thérapie en milieu hospitalier» Projet du Centre Hospitalier Georges CLAUDINON «Des séances d art-thérapie en milieu hospitalier» Région Rhône-Alpes Le porteur du projet Centre Hospitalier Georges CLAUDINON Service B2SSR Soins de suite

Plus en détail

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles

Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Repérage et évaluation de la douleur chez la personne autiste adulte à la Clinique des Campilles Journée de sensibilisation à l autisme Le 2 avril 2010 CH THUIR C Palix, G Szembel, H Guérin, JM Cabaup,

Plus en détail

Des soins de confort et de réconfort

Des soins de confort et de réconfort Des soins de confort et de réconfort Le Centre mère-enfant du CHU de Québec possède une vocation prioritaire en pédiatrie et en périnatalité. Il offre à la population l avantage d une expertise médicale

Plus en détail

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité.

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Réflexions et propositions du Groupe LISP de la SFAP Aude Le Divenah, Anne Claudon, Edouard Ferrand pour le Groupe de travail LISP

Plus en détail

Prise en charge du trouble de la personnalité borderline (ex-care)

Prise en charge du trouble de la personnalité borderline (ex-care) Prise en charge du trouble de la personnalité borderline (ex-care) De quoi s agit-il? Le trouble de la personnalité borderline se manifeste surtout dans les interactions de la personne avec autrui. Il

Plus en détail

Atelier Aqpamm. Le vécu des parents de personnes souffrant de schizophrénie.

Atelier Aqpamm. Le vécu des parents de personnes souffrant de schizophrénie. Atelier Aqpamm Le vécu des parents de personnes souffrant de schizophrénie. Soline Blondin Intervenante àl Aqpamm Étudiante au Doctorat en Psychologie Mercredi 9 Novembre 2011 Plan de l'atelier Qu'est

Plus en détail

PROGRAMME 11 & 12 NOVEMBRE CANNES (06) INSCRIPTION, RENSEIGNEMENTS : / tél.: //

PROGRAMME 11 & 12 NOVEMBRE CANNES (06) INSCRIPTION, RENSEIGNEMENTS : / tél.: // DE 9H00 À 18H30 11 & 12 NOVEMBRE - CANNES (06) LIEU DE FORMATION : A CONFIRMER - 06400 CANNES FORMATION OUVERTE À 12 PERSONNES L HÉBERGEMENT, LES REPAS, LES DÉPLACEMENTS SONT À LA CHARGE DE LA PERSONNE

Plus en détail

La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur

La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur La MUSICOTHERAPIE RECEPTIVE PERSONNALISEE et son utilisation au CHT NOUMEA: Traitement non médicamenteux de la Douleur Mme Maelle DENIAUD Dr Luc BRUN - Unité Douleur l.brun@cht.nc Dr Gaelle RIVIERE - Médecine

Plus en détail

YOGA et SANTE. YOGA : lien, union. L aspect santé du Yoga doit être dépouillé de tout ésotérisme et même de tout aspect philosophique ABR

YOGA et SANTE. YOGA : lien, union. L aspect santé du Yoga doit être dépouillé de tout ésotérisme et même de tout aspect philosophique ABR YOGA et SANTE YOGA : lien, union L aspect santé du Yoga doit être dépouillé de tout ésotérisme et même de tout aspect philosophique 1 Différents Types De Yoga Bacti Yoga Jnana Yoga Raja Yoga Kryia Yoga

Plus en détail

LA NEGOCIATION. UE 3.2 S3 Projets de soins. IFSI de Fort de France

LA NEGOCIATION. UE 3.2 S3 Projets de soins. IFSI de Fort de France LA NEGOCIATION IFI de Fort de France 9/13/2013 1 Le concept de négociation La négociation est la recherche d un accord, centrée sur des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables entre deux ou plusieurs

Plus en détail

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»?

Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? Appréhender le vécu psychologique du patient et de la famille : «la douleur a-t-elle un sens»? DU de Soins Palliatifs et d Accompagnement Décembre 2014 Philippe Ceccaldi, psychiatre, Unité 29, CHU Nena

Plus en détail

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP

Troubles psycho-comportementaux. comportementaux et SEP. Mme MERCIER Bernadette. Neuropsychologue. Réseau Rhône-Alpes SEP Mme MERCIER Bernadette Neuropsychologue Réseau Rhône-Alpes SEP Ecole de la SEP pour les professionnels de santé Lyon, samedi 25 mai 2013 Rare au début de la maladie 10 % cas dans SEP SP EUPHORIE Etat de

Plus en détail

TABAC ET SCHIZOPHRENIES : ACCOMPAGNEMENT AU SEVRAGE TABAGIQUE À L AIDE D UN MODULE PSYCHOÉDUCATIF

TABAC ET SCHIZOPHRENIES : ACCOMPAGNEMENT AU SEVRAGE TABAGIQUE À L AIDE D UN MODULE PSYCHOÉDUCATIF TABAC ET SCHIZOPHRENIES : ACCOMPAGNEMENT AU SEVRAGE TABAGIQUE À L AIDE D UN MODULE PSYCHOÉDUCATIF Les 7ème rencontres de Réh@b' 7 et 8 juin 2012 - Lyon Équipe Xavier GUILLERY, Médecin tabacologue Hélène

Plus en détail

LES GLISSEMENTS DE L ETAT, VIVRE ET FAIRE VIVRE UNE APPROCHE QUANTIQUE DE L HYPNOSE. M. THIERRY ZALIC, Psychologue clinicien RENNES 2016

LES GLISSEMENTS DE L ETAT, VIVRE ET FAIRE VIVRE UNE APPROCHE QUANTIQUE DE L HYPNOSE. M. THIERRY ZALIC, Psychologue clinicien RENNES 2016 LES GLISSEMENTS DE L ETAT, VIVRE ET FAIRE VIVRE UNE APPROCHE QUANTIQUE DE L HYPNOSE M. THIERRY ZALIC, Psychologue clinicien RENNES 2016!1 1. OBJECTIFS Bien au-delà d une première approche de la physique

Plus en détail

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD

Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Outil de soutien clinique et de formation pour les différents intervenants : Programme d approche palliative et de soins de fin de vie en CHSLD Présentation dans le cadre du 26 e congrès annuel du RSPQ

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

Méditation de la Quiétude Mentale & Pleine Conscience (MBSR/MBCT)

Méditation de la Quiétude Mentale & Pleine Conscience (MBSR/MBCT) Méditation de la Quiétude Mentale & Pleine Conscience (MBSR/MBCT) Une pause intérieure Séminaire Atelier découverte Stage Cours collectif ou à domicile Parcours sur site Retraite Développer de nouvelles

Plus en détail

Journée Scientifique de la Maison Michel-Sarrazin

Journée Scientifique de la Maison Michel-Sarrazin Journée Scientifique de la Maison Michel-Sarrazin Le vendredi 25 novembre 2016 Vers l amélioration des services et des soins de fin de vie : Adapter et implanter des programmes de soutien en milieu de

Plus en détail

DES SOIGNANTS. Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION

DES SOIGNANTS. Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION Meilleure prise en charge des symptômes : FORMATION Meilleur accompagnement des patients et de leurs proches : PRISE EN COMPTE DE LA SOUFFRANCE DES SOIGNANTS PHRC 2004 Etude des effets d un projet de service

Plus en détail

Développer son empathie

Développer son empathie Sarah Famery Développer son empathie, 2003, 2007 ISBN : 978-2-212-53833-5 Sommaire Introduction. L empathie au cœur des relations humaines....... 1 Un besoin croissant d empathie...........................

Plus en détail

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS

COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS COMPRENDRE ET LUTTER CONTRE LA DOULEUR DE CEUX QUI NE PEUVENT L EXPRIMER LES MAUX SANS LES MOTS LES PERSONNES QUI NE PEUVENT EXPRIMER LEUR DOULEUR? Personnes IMC, handicapés physiques ou mentales. Pathologies

Plus en détail

La nouvelle formation en Art-Thérapie de l INFIPP Mars 2013 Spécialisation, Pluridisciplinarité et Transversalité

La nouvelle formation en Art-Thérapie de l INFIPP Mars 2013 Spécialisation, Pluridisciplinarité et Transversalité La nouvelle formation en Art-Thérapie de l INFIPP Mars 2013 Spécialisation, Pluridisciplinarité et Transversalité Responsable pédagogique: Kerstin Eckstein Socle commun et spécialisation tout au long des

Plus en détail

HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE. Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016

HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE. Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016 HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016!1 1. OBJECTIFS Comment accompagner une personne à guérir de l habitude de fumer, en utilisant par le biais de l hypnose, ses propres

Plus en détail

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle

SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle SOPHROLOGIE et DOULEUR : une rencontre existentielle Dominique Raetz, Sophrologue Caycédienne-IDE, Master spécialiste, Bourg en Bresse Les Rencontre de l Adapei du Rhône «Moi aussi j ai le droit d avoir

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail