PROJET DE SERVICE Du Service Accompagnement, relais de jour «La Relaillience»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE SERVICE Du Service Accompagnement, relais de jour «La Relaillience»"

Transcription

1 2010 PROJET DE SERVICE Du Service Accompagnement, relais de jour «La Relaillience» 90 Rue Léo Ferré PETITE FORET Tél Fax Site :

2 I Objectifs généraux L accueil de jour se veut avant tout être une structure relais, un trait d union qui permet aux familles de «souffler un peu», en étant assurées que leur parent est momentanément accueilli dans un lieu spécialement habilité à le recevoir. En faveur des familles : - Permettre aux aidants familiaux de bénéficier de moments de répit pour se ressourcer afin de pouvoir maintenir une situation familiale (bientraitante, harmonieuse). - Accompagner les aidants familiaux à travers une démarche d aide, d écoute, de soutien par la mise en place de groupes de parole et de rencontres organisées en lien avec l équipe pluridisciplinaire. En faveur des personnes accueillies : - Permettre aux personnes souffrant de la maladie d Alzheimer de préserver ou restaurer un lien social, de rompre ainsi avec l isolement et la monotonie du quotidien. - Favoriser la stimulation des fonctions cognitives afin de préserver un potentiel d autonomie dans les gestes essentiels inhérents à la vie quotidienne. L habitat : S apparentant à un lieu de vie, il offre un cadre convivial, chaleureux, sécurisant et tolérant. L originalité de l architecture a été pensée de manière à offrir aux personnes âgées un environnement : - Repérant : La structuration de l espace est marquée par le choix des couleurs, des textures, des odeurs et par une signalétique adaptée en fonction de chaque activité. L utilisation d un tableau avec des photos et des pictogrammes devrait aider au repérage spatio temporel en indiquant le type d activité ou atelier proposé en fonction des professionnels et personne âgées présents. - Sécurisant : L accès au relais de jour est sécurisé par des serrures codées, le jardin extérieur est totalement clôs. L architecture permet une liberté de déambulation des personnes âgées. - Apaisant et favorisateur de bien-être : L architecture offre un vaste espace lumineux et coloré, dans les respect des techniques de soins non médicamenteuses, invitant au bien être et à la sérénité, favorisant à la fois la convivialité et offrant la possibilité de se retrouver dans des espaces plus intimes, pour se détendre, se relaxer, se reposer ou encore profiter d activités plus individualisées. II Projet de vie 2.1- Projet de vie individualisé Le Projet de Vie Individualisé comprend trois étapes : - le recueil d éléments concernant la personne âgée, l entrée en contact avec elle et sa famille - la réunion Projet de Vie Individualisé qui est pluridisciplinaire et qui aboutit à une proposition de projet et d objectifs

3 - la présentation et discussion de ce projet et de ces objectifs avec la personne âgée elle-même et/ou son représentant légal et sa famille Prise de contact avec et recueil d éléments auprès de la personne âgée Cette étape commence dès le début des démarches d accueil au relais de jour (Procédure d Evaluation dans le cadre de la pré-admission). Les premiers éléments, concernant l histoire de vie, la personnalité, peuvent déjà être recueillis. Les autres éléments sont recueillis par l ensemble des professionnels qui remplissent, avec la personne âgée (ou sa famille si besoin), le Recueil de Vie Les réunions Projet de Vie Individualisé La première réunion a lieu, avec l ensemble de l équipe pluridisciplinaire, dans le mois qui suit l entrée du résident à l accueil de jour. C est le Directeur de l établissement qui prononce l admission. La réunion s appuiera sur les bases : - du recueil de vie - des observations relatives au comportement, à l adaptation, à l humeur,, faites au quotidien - des éléments médicaux partiels. - de la fréquence et de la qualité des participations aux ateliers et animations - mais également des souhaits quant au projet de vie qui ont pu être émis à son entrée par le résident et/ou de son représentant légal et de sa famille Une proposition de projet est établie. Ce projet comprend des objectifs (qualité de vie, socialisation, ), euxmêmes déclinés en moyens, proposés par l équipe pluridisciplinaire dans le respect de la volonté de la personne accueillie. Ces moyens sont décrits et évaluables de façon objective, en précisant le but recherché (et observable), le délai de mise en place et d évaluation. L ensemble des éléments recueillis est synthétisé dans un document appelé Fiche Constat. Les objectifs du Projet de Vie Individualisé sont consignés dans le document Fiche objectifs, les moyens visant à la mise en œuvre des objectifs sont eux déclinés dans la Fiche Actions (détail des moyens). Lors des réunions suivantes, s adjoignent les documents Evaluation des actions et Evaluation des objectifs, permettant d évaluer et d acter le résultat des objectifs et moyens définis lors des réunions différentes Présentation et discussion du Projet de Vie individualisé avec la personne âgée et/ou son représentant légal et sa famille Le projet ainsi rédigé en réunion Projet de Vie Individualisé est présenté à la personne âgée, et/ou son représentant légal et sa famille, par un membre de l équipe pluridisciplinaire Aspects pratiques organisationnels Un dossier Projet de Vie Individualisé est constitué pour chaque personne âgée, comprenant : la Fiche Constat, la Fiche Objectifs, la Fiche Actions (détail des moyens), l Evaluation des Actions (moyens), et l Evaluation du PVI. Il comprend également chacun des dossiers antérieurs, datés. Le suivi effectif des objectifs et actions (moyens) définis lors des réunions, est assuré par un membre de l équipe Projet d accompagnement des personnes âgées Ateliers à visée thérapeutique 1. La notion de «Cadre Thérapeutique»

4 Il est important que les activités soient proposées dans un espace donné, selon un temps donné (jour, horaire, durée définis) La notion «espace-temps» doit être absolument respectée afin d être un repère stable pour le résident, déjà déstabilisé dans ses repères quotidiens par le fait même d être hors de chez lui. le Cadre a donc une fonction d ESPACE-CONTENANT,REPERE - C est un espace-lieu que le résident va repérer comme un endroit sécurisant où il va pouvoir s exprimer. - C est un espace-temps : déroulement de l atelier thérapeutique, de la préparation à la reprise de ce dernier. Le Cadre a une fonction SYMBOLIQUE De par : - les REGLES CONCRETES (durée, horaire, fréquence de l atelier) - l ESPACE (le local) - la TRAME DE LA RELATION (entre les résidents eux-mêmes mais aussi entre les résidents et les soignants) - la LIBRE EXPRESSION (permettre à chacun de pouvoir s exprimer tout en respectant l autre) - la DISCRETION Le Cadre a une fonction d ETAYAGE Il va prendre en compte l ensemble des interactions durant l atelier : - la préparation des ateliers - l accueil du résident qui se sait attendu, c est un temps pour lui - la mise en mots des réussites et des difficultés par l équipe - la présence de l équipe, son regard, sa manière d être 2. Les notions d atelier en groupe et de séances individuelles La notion de groupe est fondamentale dans le principe d accueil de jour puisque les résidents sont accueillis au sein d une collectivité. Dans le cadre des ateliers, il est possible de distinguer : - des ateliers fermés (dont le groupe est déterminé une fois pour toute sur une période donnée) - des ateliers semi-ouverts (dont une partie du groupe est déterminée) - des ateliers ouverts Le groupe propose un cadre restreint dans le cadre global (architectural et journalier). Il est comme un modèle réduit, sur un temps donné, de la vie quotidienne où chacun est en interaction avec les autres. Il a donc valeur de lieu d échange, de socialisation et d interaction relationnelle important De plus, il implique des règles inhérentes à sa constitution et à son organisation auxquelles le résident doit s accorder, construisant plus encore la notion de contenance du groupe, à la fois physiquement et symboliquement. A l intérieur de ce groupe, paroles et actions sont mêlées, mettant en jeu la personne dans sa globalité, avec et face aux autres, toujours accompagné d un membre de l équipe. La notion de «dynamique de groupe» peut faciliter l expression et porter chacun dans un effet miroir en général accepté puisque provenant de pairs. C est à l équipe de proposer et d accompagner chaque personne âgée au sein du groupe selon les besoins et les possibilités de ce dernier et en fonction de son projet de vie individualisé. Si l atelier de groupe n est pas en adéquation avec le projet de la personne âgée, dans ces cas là, il devient une séance individuelle.

5 Des séances individuelles peuvent donc aussi avoir lieu au sein du relais de jour. La relation duelle de ces séances peut sécuriser la personne âgée, lui permettre de diminuer certaines de ses angoisses et faciliter ainsi son expression et son bien-être. 3.Les objectifs thérapeutiques Les objectifs des ateliers ergothérapiques - Ce sont des activités : - de rééducation car l activité est un moyen pour rétablir l'usage d'un membre ou d'une fonction chez le résident. - De réadaptation car l activité est adaptée en fonction des capacités du résident et lui permet d apprendre à faire autrement (en utilisant ses capacités résiduelles). - De réinsertion sociale car l activité est un moyen de favoriser l autonomie et l indépendance. - L Activité : - est choisie en fonction des indications et contre indications médicales - doit être acceptée par le résident - doit être en accord avec ses possibilités physiques et intellectuelles Grâce à l Activité, le professionnel va s appuyer sur : - La position de travail (assis, debout) - Le plan de travail (haut, bas, incliné) - La durée de l activité - La complexité de l activité - La force - Le type de manipulation etc. Les objectifs des ateliers psychomoteurs Les objectifs psychomoteurs fondamentaux visent : -Un travail sur l adaptation tonico-émotionnelle et relationnelle de la personne accueillie en temps d atelier. -Un travail sur l adaptation tonico-émotionnelle du corps en situation de mouvement et de déplacement. -Une stimulation psychomotrice adaptée à l état d être du résident. -Une contribution à l accompagnement d inconforts voire de douleurs corporelles. Les séances et ateliers psychomoteurs s appuient sur trois approches qui sont : -l approche psychosensorielle (relaxations, touchers psychomoteurs, mobilisations passives ) -l approche expressive (verbalisation, mimes, expression plastique, expressivité corporelle ) -l approche perceptivo-motrice (stimulation sensori-motrice, mobilisations actives, parcours psychomoteurs, réveil corporel ) 4. Exemple d ateliers pouvant être proposés. Atelier à visée motrice dont le but principal est de mettre le corps en mouvement. Motricité fine ou globale. Exemple : atelier motricité atelier équilibre atelier «art plastique» atelier «réveil corporel et sensoriel» Atelier à visée cognitive dont le but principale est de faire stimuler les fonctions cognitives telles que la mémoire, l orientation spatio-temporelle Exemple : atelier mémoire atelier mimes atelier «pâtisserie»

6 Atelier à visée relaxante : Exemple : Atelier snoezelen Atelier balnéo Atelier relaxation-sophrologie Atelier esthétique Relaxation psychomotrice et toucher psychomoteur Ateliers à visée autonomisante : Exemple :cuisine thérapeutique jardin thérapeutique Il est important que pour chaque atelier thérapeutique, il y ait : - un projet d atelier thérapeutique en lien avec le projet de vie individualisé dans lequel est précisé : le lieu, la durée, les objectifs principaux de l atelier - une grille d évaluation de groupe afin de pouvoir en objectiver la pertinence ou pas. - une grille d évaluation individualisée Chaque support ou média utilisé en temps d atelier peut l être en séance individuelle Activités à caractère occupationnel Il s agit là d activités libres et spontanées qui s organiseront principalement autour de la vie quotidienne. Complémentaires des ateliers à vocation thérapeutique, ces activités feront l objet de projets ponctuels détaillés et évalués. Ces activités s appuieront sur le libre choix, en fonction des désirs et des besoins de chaque personne en corrélation avec les objectifs de chaque PVI. Les activités occupationnelles sont avant tout des activités socialisantes qui vont permettre de structurer la journée. Les principaux objectifs sont : - La socialisation - La stimulation des fonctions cognitives - La valorisation et l encouragement de l acte vers un sentiment d utilité - Le plaisir et le bien être - Le maintien du potentiel et du savoir faire Il est nécessaire pour le professionnel de toujours adapter, réadapter chaque exigence, en posant un cadre tolérant souple, rassurant, tenant compte des paramètres tels que le rythme, la fatigabilité, la désorientation spatio-temporelle, les difficultés de conceptualisation, de planification et de concentration. Enfin il semble nécessaire de veiller à ce que l environnement ambiant permette à chacun de vivre en réelle harmonie, tenant compte de l hypersyntonie *, caractéristique des personnes souffrants de la maladie d Alzheimer. * réceptivité émotionnelle forte qui vibre en fonction de chaque détail de l environnement ou par rapport à chaque émotion chez l autre Panel d activités proposées : 1. Revue de Presse Permettre l accès à l actualité quotidienne, s ouvrir au monde, se resituer dans la réalité, dans l espace et le temps.

7 S appuyant sur la presse nationale, régionale ou locale, cette activité permet en outre de favoriser les échanges, l écoute, le partage des impressions de chacun. 2. Activité cuisine Activité centrée sur les gestes simples, de la mise de table, à l épluchage d un légume, la confection d une sauce, ou encore le débarrassage de la table, la préparation du repas, le nettoyage, le rangement de la vaisselle, la réalisation d une pâtisserie pour le gouter. Cette activité permettra d utiliser et de mettre en valeur les capacités de chacun, d inciter à la prise d initiative, de responsabiliser, de s organiser et de préserver des gestes du quotidien. 3. Activité Jardin, Art floral L intérêt pour cette activité est de réactiver des sensations, odeurs, toucher, d observer, perception des couleurs, des textures, faire ressurgir des souvenirs, permettre de garder le contact avec le cycle de vie et le rythme des saisons. En partant d activités comme la préparation de jardinière fleurie, la réalisation d un jardin de senteurs (plantes aromatiques odorantes), semis, cueillette (bouquets de fleurs séchées), la personne âgée aura l occasion de manipuler la terre, les végétaux, de sentir, d apprécier les couleurs, les variétés et de faire des choix. 4. Jeux de sociétés, jeux de mémoire En partant de jeux de plateaux classiques et des jeux plus traditionnels, les jeux collectifs permettent de préserver des capacités comme compter, patienter, mobiliser l attention, faire appel à des connaissances de la culture générale, attendre son tour, respecter les règles.ils permettent aussi de revivre des moments antérieurs. 5. Activités manuelles Axées sur le quotidien, ces activités pourront être travaillées en fonction des temps forts de l année ou sur des thèmes choisis. Bricolage simple utilisant les techniques de découpage, collage, coloriage, peinture, craie grasse, modelage, sculpture, dessin, visant à produire des ouvrages qui pourront être éventuellement exposés ou gardés précieusement. 6. Soins du corps, esthétisme Il sera proposé pour chaque résident volontaire de pouvoir se coiffer, se maquiller, se raser, se parfumer. L objectif principal de cette activité reste centré sur la notion de plaisir et de bien être. Pour le résident ce sera l occasion de se réapproprier une image de soi valorisante. 7 Musicothérapie Il s agira d utiliser les effets de l audition ou de la réalisation musicale à des fins psychothérapeutiques. Le son et la musique sont utilisés comme médiateurs facilitateurs d expression et de communication. La musique va permettre de mobiliser son corps par le biais des vibrations et de la résonance. La personne âgée pourra par ce biais exprimer son vécu émotionnel et communiquer par les sons et les bruits et développer ainsi ses potentialités et sa créativité. La musique est un médiateur intéressant, support de l échange, l écoute et la rencontre avec l autre. 8 Cinéma, photographie

8 Projection de séquences courtes de grands classique du cinéma ou tout simplement se retrouver devant la télé, partager des émotions, évoquer des souvenirs, regarder des albums photos, se regarder L ouverture sur la cité Ouverture à et sur l extérieur,, appropriation de l environnement de d e proximité. La position géographique de la structure permet une proximité d un quartier animé par l école, les commerces, la bibliothèque et une résidence pour personnes âgées. Des sorties à visée thérapeutique peuvent être proposées, qu il s agisse de la stimulation de la marche ou de avec un projet plus intégré autour de la socialisation (sortie au marché, dans un but d achat des ingrédients pour l atelier cuisine de l après-midi ; sortie à la bibliothèque, pour un emprunt de livres, cassettes audio ou autres, consultation de documents dans un but plus intégré, ). On y intègre également les sorties à visée occupationnelle, comme des promenades plaisir dans le quartier, à la rencontre des passants du béguinage, ou promenades détente pour apaiser une agitation ou anxiété, L accueil de jour pôle gérontologique local Le relais de jour se veut un lieu de ressources par la mise en place de permanences ponctuelles du CLIC du Valenciennois, de l installation d une antenne de l Association France Alzheimer ou encore de la Fondation Médéric Alzheimer. Le relais de jour travaillera en synergie avec les autres structures du CIG par une mutualisation des moyens humains et matériels Les outils de communication et de transmission de l information Le Dossier Informatisé Outil indispensable pour l équipe pluridisciplinaire, il est le moyen de communication et de liaison où sont consignées les notes à caractère organisationnel et informatif. Dans un souci de respect de la confidentialité, les, notes et observations relatives à chaque résidant seront écrites sur un support informatisé et classées dans un dossier électronique unique. Le carnet de coordination Outil qui permet de faire le lien avec les familles afin de relater les temps forts de la journée et les éventuelles difficultés, les rendez vous, les infos utiles. Les transmissions Les horaires sont organisés de façon à inscrire les temps de transmissions dans l organisation du service. Il s agit d un temps de passation de l information mais également un temps d évaluation des comportements, des difficultés rencontrées Le projet de soins Le projet de soins est une démarche de dépistage et de prévention des risques liés à la maladie d Alzheimer et apparentés. Elle aura pour objectifs : -Le dépistage d une dénutrition : prise du poids, réalisation d un test de dépistage (MNA), à l admission et tous les 6 mois. Surveillance alimentaire et hydrique avec mise en place de fiche de surveillance en cas de dénutrition, repas adaptés (textures, aides techniques). -Evaluation de l autonomie (échelles ADL et IADL) à l admission et tous les 6 mois.

9 -Dépistage et évaluation de troubles comportementaux, le cas échéant (échelles NPI, inventaire apathie) Information de la famille et du médecin traitant en cas de risque avéré. III La Démarche d Accompagnement des Aidants Familiaux 3.1- Le rôle propre d accompagnement au quotidien des professionnels Cette démarche concerne l équipe du relais de jour : - le cadre de santé et le médecin coordonateur lors de la pré-admission, puis dans l échange normal de fonctionnement - l éducateur, avec les aides médico-psychologiques et les paramédicaux, dans la relation quotidienne avec l entourage des personne âgées, pour les familles qui conduisent et/ou viennent rechercher leur parent, via le carnet de transmission entre la structure et les familles - et le psychologue dans un rôle d écoute et de soutien, voire de conseil ponctuel. A noter que le planning du psychologue sera adaptable (avec celui des Godenettes) en fonction des demandes, besoins, contraintes et disponibilités des familles 3.2- Les groupes d échanges et réunions de formation/information Une réunion sera planifiée, en dehors des heures d accueil des résidents, pour permettre une rencontre et des échanges entre le personnel et les familles. Seront présents tous les membres du personnel du relais de jour. Ponctuellement, par exemple une fois tous les trois mois, cette réunion pourra proposer un thème précis, faisant l objet d une présentation par un professionnel (une demie heure), suivie d un débat, avec les aidants familiaux, sur ce thème. Ces derniers auront ainsi l occasion d échanger spécifiquement sur ce thème, que ce soit leur propre expérience, leurs difficultés à la maison, mais auront également la possibilité de profiter de l expérience, positive ou négative, des autres participants, mais aussi du personnel et des conseils des professionnels de l équipe. Les thèmes abordés pourront être la maladie d Alzheimer et apparentées, l accompagnement de personnes agitées (angoisse/anxiété, comportements d agitation pathologique, ). Une Journée particulière dans l année peut être organisée en invitant aidants/aidés pour partager un moment festif et convivial (kermesse, barbecue) IV L Evaluation L évaluation entre dans le cadre de l amélioration continue de la qualité du service. Elle rendra compte des actions menées en faveur des personnes âgées et des aidants familiaux. Il est donc nécessaire de prévoir une évaluation du Projet de Vie Individualisé, une évaluation des ateliers et activités proposés, une enquête de satisfaction de façon à répondre aux besoins réels des résidents et des aidants familiaux Evaluation du Projet de Vie Individualisé A l occasion des réunions de Projet de Vie Individualisé, sont définis des objectifs et des moyens (actions visant à la réalisation des objectifs). Ces éléments doivent faire l objet d une évaluation, dans le sens où il est nécessaire de faire le point, ponctuellement (a minima lors de la réunion suivante, mais éventuellement de façon anticipée), sur leur pertinence de ce qui a été mis en place. Dans le but de les valider, de les corriger et modifier, ou de les stopper. Pour ce faire, des outils spécifiques ont été construits, il s agit de la fiche d Evaluation des Objectifs et de la fiche d Evaluation des actions (moyens).

10 De même, la pertinence et la fonctionnalité de ces outils pourra faire l objet (dans un délai de 6 à 12 mois après le démarrage de l activité de la structure), d une évaluation Evaluation des ateliers et activités Elle se reposera principalement sur : le respect des valeurs, missions et objectifs énoncés précédemment la satisfaction des personnes accueillies et de leurs aidants (enquête de satisfaction). Les statistiques de fréquentation de l accueil de relais de jour permettront de mesurer le taux et la fréquence de l activité. Les retours et les échanges avec les aidés et les aidants quant à la pertinence du service rendu L évaluation s effectuera au regard des recommandations de bonnes pratiques pour l accompagnement des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer validées par l Agence Nationale de l Evaluation et de la Qualité des Etablissements et Services sociaux et médico-sociaux. Le cahier des charges de l accueil de jour (annexe 5 plan Alzheimer) La charte de l accueil de jour France Alzheimer V Formation Interne et Promotion de la Bientraitance Une fois tous les deux mois, une réunion d équipe pourra être consacrée, en alternance, à un thème de formation interne (thèmes intéressant la vie du service), ou à la promotion de la bientraitance La Formation Interne L ensemble du personnel sera formé à l accompagnement des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer, des maladies apparentées et des troubles du comportement associés Promotion de la Bientraitance Ces séances seront l occasion de revenir et prendre du recul sur des pratiques, actions, propos,, observés au sein de l équipe et nécessitant d être repris (une réflexion visant à construire un outil interne de constatation de situations critiques, comme exigé par les autorités de tutelles, notamment depuis la loi du 21 janvier 2002, devra être menée). Elles serviront également à engager des réflexions et prises de recul sur des situations types, qui seront alors critiquées en équipe. Elles feront enfin l objet d une réflexion de l ensemble de l équipe en vue de répertorier les situations à risque, auxquels les différents membres de l équipe pourraient être confrontés, et pouvant déboucher sur des comportements ou réactions maltraitances. L objectif majeur de ces actions sera de prévenir les situations de maltraitance, par anticipation et en agissant en amont. Mettre les salariés dans des conditions sereines, et réagir tout de suite, en équipe et en soutien, dès que l un des membres est ou se sent en difficulté.

Partageons. talents. nos. Projet Investir pour mieux soigner. Programme Santé

Partageons. talents. nos. Projet Investir pour mieux soigner. Programme Santé Partageons nos talents Projet Investir pour mieux soigner Programme Santé L IME Lino Ventura Quartier Humanicité, 3 rue Théodrore Monod, 59 160 Lomme L IME : ses missions L Institut médico-éducatif Lino

Plus en détail

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE Résidence de Pen Allé Rue de Général Penfentenyo 29750 LOCTUDY Tel : 02.98.87.92.10 Fax :02 98 87 89 85 penalle@fondation-masse-trevidy.com Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER

LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER LES PRISES EN CHARGE ALTERNATIVES AUX NEUROLEPTIQUES DANS LA MALADIE D ALZHEIMER Journée ARS «Qualité et efficience dans la prise en charge des personnes âgées et handicapées» 08/11/2012 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES

LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES LES APPROCHES THERAPEUTIQUES NON MEDICAMENTEUSES DE QUOI PARLE-T-ON? A l heure actuelle, la maladie d Alzheimer est une pathologie dont on ne guérit pas! Mais absence de traitement curatif ne veut pas

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY Présentation des fiches de poste 1. Secrétaire... page 2 2. Auxiliaire de soins... page 4 3. Aide cuisine...

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE Académies : Martinique Guadeloupe Session : ETABLISSEMENT... EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE NOM Prénom EVALUATION EN CENTRE Situation Pratique (45 min maximum) DATE. SITUATION SE DEROULANT

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

I. Cadre général... 2. A. L Association... 2. B. L histoire de la SSO de l Institut les Cent Arpents... 2. C. Son agrément... 3

I. Cadre général... 2. A. L Association... 2. B. L histoire de la SSO de l Institut les Cent Arpents... 2. C. Son agrément... 3 Table des matières I. Cadre général... 2 A. L Association... 2 B. L histoire de la SSO de l Institut les Cent Arpents... 2 C. Son agrément... 3 D. Son financement... 3 II. Les ressources... 4 A. Le personnel...

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 DOCUMENT DE TRAVAIL Anesm-MARS 2011 1 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile

Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile Santé et autonomie Mobilité et activités physiques Alimentation et rythmes alimentaires Communication et transmission 1 Sommaire Contexte et

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015

TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 TEMPS PÉRISCOLAIRES (TAP) SEPTEMBRE 2014 JUILLET 2015 Objectifs pédagogiques du PEDT Mettre l enfant au cœur du projet et favoriser son développement - Accorder une priorité au besoin de jouer, avec les

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress Formation Développement personnel M2S formation La confiance en soi Gestion du stress Gestion du temps et gestion du stress Gestion des tensions et des conflits Gestion des conflits et de l agressivité

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe.

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. BOUVET Rachel ANIMATION PASTORALE mars 2004 DENAIS Mélisa GOUGER Anne-Sophie Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. Introduction : Nous avons choisi ce thème car

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

GENER'ACTION Formation

GENER'ACTION Formation GENER'ACTION Formation Actions et formations dans le domaine de la gérontologie sociale GENER'ACTION Formation est une association loi 1901 à but non lucratif dont l'objet est de : Permettre de maintenir

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

Les 5 sens Maternelle et cycle 2

Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Les 5 sens Maternelle et cycle 2 Objectifs Exemples de visites Propositions d exploitation en arts visuels Service Educatif du Musée de Saint-Lô Dany Jeanne Pourquoi un projet sur les sens? L approche

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE

PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE PROJET PEDAGOGIQUE ENFANCE A/ LA STRUCTURE D ACCUEIL I La localisation II L Accueil de loisirs sans hébergement : LES LOULOUS DU PIC I La localisation L accueil de Loisirs se trouve dans la ville de Saint

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2010-2014 DE L E.H.P.A.D. «MARCEL CANTELAUBE»

PROJET D ETABLISSEMENT 2010-2014 DE L E.H.P.A.D. «MARCEL CANTELAUBE» PROJET D ETABLISSEMENT 2010-2014 DE L E.H.P.A.D. «MARCEL CANTELAUBE» 1/123 NOTE LIMINAIRE Le présent projet d établissement adopté par le Conseil d Administration de l E.H.P.A.D. «Marcel Cantelaube» le

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement FONDATION ROGUET Etablissement Public de Santé 58 rue Georges BOISSEAU 92110 CLICHY Règlement de Fonctionnement Accueil de Jour Secrétariat médical Accueil de Jour Téléphone : 01-41-40-46-42 Fax : 01-41-40-47-47

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

CCPQ. AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile, en maisons de repos, en maisons de repos et de soins) PROFIL DE QUALIFICATION 1/9

CCPQ. AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile, en maisons de repos, en maisons de repos et de soins) PROFIL DE QUALIFICATION 1/9 CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55.33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be SERVICES AUX PERSONNES AIDE AUX PERSONNES AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2014 Formations en image professionnelle, en efficacité relationnelle, en développement personnel 1 SOMMAIRE Image professionnelle Page 3 Valoriser son image et sa communication

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

Bienvenue chez vous! www.residences-valentin-hauy.com. Vivre en toute autonomie

Bienvenue chez vous! www.residences-valentin-hauy.com. Vivre en toute autonomie Vivre en toute autonomie www.avh.asso.fr L Association Valentin Haüy a été fondée en 1889 et reconnue d utilité publique en 1891. Elle a pour vocation d aider les aveugles et les malvoyants à sortir de

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Projet de Service du «Service de Soins Infirmiers à Domicile»

Projet de Service du «Service de Soins Infirmiers à Domicile» Projet de Service du «Service de Soins Infirmiers à Domicile» Par le S.I.V.O.M. DE TRITH-SAINT-LÉGER & ENVIRONS& ENVIRONS de Trith-Saint-Léger & Environs Rue Pierre Brossolette 59300 AULNOY LEZ VALENCIENNES

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES ET DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES INTERVENANTS DANS LES ECOLES, COLLEGES, LYCEES Août 2013 PREAMBULE L École est un lieu d

Plus en détail

BILAN NAP : 06/11/2014 Ecole chef lieu, Les Crues

BILAN NAP : 06/11/2014 Ecole chef lieu, Les Crues BILAN NAP : 06/11/2014 Ecole chef lieu, Les Crues Mise en place des NAP : Mai juin : Création des fiches d inscription, du règlement. Réflexion sur l organisation du service, des achats, recrutement. Aout

Plus en détail

Didactique des arts visuels :

Didactique des arts visuels : Didactique des arts visuels : Principes et grandes lignes Du coté des instructions officielles Les objectifs de l'éducation artistique et culturelle à l'école L éducation artistique et culturelle a pleinement

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture Les tests utilisés par les RH : le D5D et le Big Five Extraversion Agréabilité Stabilité émotionnelle Conscience Ouverture Renvoie à la quantité et à l intensité des relations avec l environnement, elle

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Guide pédagogique APPEL À PROJET 2015. Les 5 sens en éveil

Guide pédagogique APPEL À PROJET 2015. Les 5 sens en éveil Guide pédagogique APPEL À PROJET 2015 Les 5 sens Les 5 sens SOMMAIRE Edito 3 Le but de l appel à projet 4 Les intentions éducatives 4 Les critères d évaluation du projet 5 Le règlement 6 2 APPEL À PROJET

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail