Suivi pérenne de l évolution du trait de côte à La Réunion vers une intégration dans le SOERE «trait de côte»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi pérenne de l évolution du trait de côte à La Réunion vers une intégration dans le SOERE «trait de côte»"

Transcription

1 Suivi pérenne de l évolution du trait de côte à La Réunion vers une intégration dans le SOERE «trait de côte» Objectif de la demande Ce projet s inscrit dans la perspective d une démarche qualité et de pérennisation des mesures des dynamiques des formations littorales effectuées depuis les années 90 sur les côtes réunionnaises. Dans le cadre d une collaboration avec l OSU-IUEM, cette demande vise à préparer l inscription du suivi du trait de côtes à La Réunion dans un système d observation et d expérimentation au long terme dédié à la recherche en environnement (SOERE). Les SOERE mettent en réseaux des observations et des systèmes d observation de l environnement déployés sur des sites différents. «Un SOERE peu être décrit comme un système organisé en réseau composé d un ensemble de dispositifs élémentaires d observation ou d expérimentation, «noeuds» du dispositif, portant sur le même objet ou partageant des paramètres observables et mesurables communs à tous les sites du réseau. L acquisition de ces paramètres, leur mesure, le traitement et l archivage des données sont effectués de manière sécurisée, pérenne et continue, à partir de chaque «noeud». Ces réseaux facilitent l accès aux données disponibles et rendent plus lisible les activités d observation de chaque structure. L Alliance nationale de recherche pour Environnement (AllEnvi) qui regroupe les grands organismes de recherche français est en charge de leur évaluation, leur structuration, leur labellisation et leur suivi s inscrit dans le cadre des stratégies nationales menées par le gouvernement français en application au Grenelle de l Environnement. Elle relève de la stratégie nationale de recherche et d innovation (SNRI). Un SOERE «trait de côte» a été labellisé en 2011 par l ALLEnvi. Il est actuellement porté par l UMR 6143 CNRS-Universités de Caen et de Rouen «Morphodynamique Continentale et Côtière» (M2C), OSU IUEM Université de Bretagne Occidentale Laboratoire Domaines Océaniques (LDO) UMR 6538 et l OSU OREME UMS 3282 CNRS. L objectif de cette demande est de préparer l intégration des mesures réalisées à la Réunion dans ce SOERE. 1- Description du SOERE «trait de côte» Actuel : 1.1/ Description de l activité en cours (extrait du document de demande de labellisation auprès d ALLENVI ( )) Il s agit d engager une stratégie de suivi de l évolution du littoral français par le biais de mesures réalisées à l aide d outils et de méthodes permettant de déterminer la position planimétrique et altimétrique du trait de côte en incluant ses domaines adjacents (avant-côte et zone arrièrelittorale). L objet «trait de côte» est défini comme l interface entre la terre et la mer, matérialisée sur le terrain par une limite morphologique nette comme une microfalaise dunaire ou une rupture de pente dont la cote altimétrique correspond au niveau des plus hautes eaux. Le trait de côte constitue de fait la frontière entre le domaine continental pouvant être utilisé/occupé de manière pérenne par l Homme et le domaine marin, en permanence ou périodiquement couvert et découvert par la marée. L étude du trait de côte, en perpétuel mouvement, nécessite de connaître la topographie à la

2 fois de la zone située immédiatement en arrière pouvant être érodée et l espace en avant de celui-ci, sujet également à des évolutions altimétriques marquées. L étude des mouvements du stock sédimentaire à la fois longitudinalement et transversalement au trait de côte est essentielle à la compréhension de sa dynamique. Cette analyse doit donc s étendre nécessairement aux domaines adjacents (plages et avant-côtes, systèmes dunaires contigus). Elle doit être nécessairement associée à des mesures hydrodynamiques fondamentales (marée et agitation) permettant d interpréter directement, ou indirectement à l aide de modèles numériques, les évolutions constatées sur tout le domaine étudié. 1.2/ Structure actuelle du système en réseau et observatoires élémentaires Le réseau tel que proposé à la labellisation auprès de l INSU en 2010 est structuré par façade à l échelle de la France métropolitaine. Il s appuie sur des Services d Observations considérés comme des observatoires élémentaires du SOERE et regroupant plusieurs sites-ateliers. Ce dispositif permet de couvrir les caractéristiques des différentes façades littorales françaises où des mesures de suivi de l évolution des côtes sont souvent engagées depuis de nombreuses années. Chaque site atelier est constitué de systèmes d observations locaux (SO) inscrits ou non dans un OSU. Ces SO font en parallèle une demande de labellisation via l INSU. Sur la façade Manche-Mer du Nord, le réseau s appuie sur le projet CLAREC (SO «DYnamique du trait de Côte SO-DYC labellisé INSU en janvier 2011). Sur la façade méditerranéenne le SO «Littoral Trait de côte» (SO-LTC) structure les différentes équipes impliquées dans l étude de la dynamique sédimentaire et du trait de côte. Sur la façade Atlantique, notamment en Bretagne, l IUEM de Brest et l Université de Bretagne Sud (UBS) s appuient sur le SO DYnamique MOrphosédimentaire et VULnérabilité (SO-DYMOVUL). Pour la zone atlantique Centre et Sud, l OSUNA dont les équipes travaillent sur les côtes de Vendée depuis plusieurs années intègrera le SOERE d ici deux ans, après avoir obtenu une labellisation en tant que SO. Le laboratoire EPOC de l Université de Bordeaux 1 est partie prenante dans le réseau au travers de ses activités d observations menées sur le littoral Aquitain, notamment de part et d autre de l embouchure du bassin d Arcachon. Les SO LTC et DYMOVUL ont déposé une demande de labellisation INSU en / Equipes impliquées en 2011 Laboratoires porteurs : UMR 6143 CNRS-Universités de Caen et de Rouen «Morphodynamique Continentale et Côtière» (M2C) 24 rue des tilleuls CAEN OSU - IUEM Université de Bretagne Occidentale Laboratoire Domaines Océaniques (LDO) UMR 6538 Place Copernic PLOUZANE OSU OREME UMS 3282 CNRS cc 60 Place Eugène Bataillon Montpellier cedex 5 Laboratoires impliqués : Laboratoire d Océanologie et de Géosciences (LOG) UMR CNRS 8187 Université du Littoral Côte d Opale 32 Ave Foch Wimereux Contact : Centre de Recherche en Environnements Côtiers Station Marine de Luc-sur-Mer 54 rue Charcot, Luc-sur-Mer Contact : Géosciences-Montpellier, UMR 5243 cc 60 Place Eugène Bataillon Montpellier cedex 5 Contact: Laboratoire UMR5110 CEFREM- Bat.U Université de Perpignan Via Domitia 52 av. Paul Alduy Perpignan Cedex 9 Tel : Contacts: CEREGE, UMR 6635 (Centre Européen de Recherche et d'enseignement des Géosciences de l'environnement) Université Paul Cézanne, CNRS Contact: LEGI-IMG Laboratoire des Ecoulements Géophysiques et industriels

3 BP Grenoble Cedex contact: LSEET Laboratoire de sondages électromagnétiques de l'environnement terrestre Université du Sud Toulon-Var BP 132, La Garde cedex Contact: ASM, UMR5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes; milieux, territoires, civilisations Contact: GMGL Géosciences Marines et Géomorphologie du Littoral Géoarchitecture EA 2219 Campus de Tohanic, C.R. Yves Coppens BP 573, Vannes Cedex Contacts : 1.4/ Equipes réunionnaise impliquée sur les mesures à la Réunion Laboratoire Géosciences Réunion UMR 7154 IPGP, UP 7, UR Université de la Réunion 15, Avenue René Cassin, BP Saint Denis messagerie cedex 9 Contact : UMR 228 ESPACE-DEV (IRD, UM2, UAG, UR) IRD Réunion - Université de la Réunion Campus Universitaire du Moufia BP 50172, Ste Clotilde cedex, La Réunion Contact : Laboratoire EPOC, Université Bordeaux 1 ; UMR CNRS 5805 avenue des Facultés, F TALENCE, FRANCE Contacts : SHOMDO/HOM/REC-CFuD/Sédimentologie 13, rue du Chatellier - CS BREST Cedex 2 Contact : Géomer - LETG - UMR 6554 Université de Bretagne Occidentale IUEM Place Nicolas Copernic PLOUZANE Contact : Vie Océane 16 avenue d'aquitaine Etang salé les Bains Contact : 1.4/ Chercheurs impliqués dans ce projet statut laboratoire JOIN Jean-Lambert Pr (coordinateur du projet) Laboratoire Géosciences Réunion UMR 7154 IPGP, UP 7, UR PENNOBER Gwenaëlle MC Hdr (resp. scientifique) UMR 228 ESPACE-DEV (IRD, UM2, UAG, UR) Stagaire M2 étudiant UMR 228 ESPACE-DEV (IRD, UM2, UAG, UR) TROADEC Roland Chercheur associé Laboratoire Géosciences Réunion UMR 7154 IPGP, UP 7, UR DELACOURT Christophe Pr (LDO) UMR 6538 SUANEZ Serge MC Géomer UMR 6554 DESCHAMPS Anne CR (CNRS) LDO UMR6538 ROUAN Mathias IR Géomer UMR 6554

4 2- Problématique Générale et spécifique du site atelier de La Réunion 2.1/ Problématique générale (Extrait du document de demande de labellisation auprès de l INSU ( )) La zone littorale constitue un espace à forts enjeux pour les années à venir, notamment compte-tenu des conséquences induites par le changement climatique (élévation du niveau de la mer, tempêtes plus intenses, voire plus fréquentes). En effet, les secteurs littoraux, particulièrement le trait de côte, sont des zones fortement évolutives avec des secteurs en érosion parfois de plusieurs mètres par an pour les côtes meubles. Ils devraient subir des assauts accrus de la mer lors des tempêtes amplifiant l intensité de l érosion et provoquant pour les zones basses des submersions dommageables pour les populations et l économie locale. Le suivi d indicateurs de la position du trait de côte par le biais de méthodes directes ou indirectes apparaît essentiel pour définir les espaces aménagés pouvant subir des dégâts du fait de l érosion (destruction de maisons, routes, infrastructures diverses, ) ou d une submersion de zones altimétriquement basses situées en arrière de cordon dunaire ou de digues de protection parfois anciennes et mal entretenues. Les effets de la tempête Xynthia sur les côtes de Vendée ont souligné que la vulnérabilité de la frange littorale métropolitaine et sa dangerosité, a été grandement sous estimée. Il ne faut pas oublier que depuis au moins deux siècles l Homme a largement construit sur le littoral, modifiant parfois de manière conséquente, à une échelle locale, les conditions hydrodynamiques (courants et vagues), perturbant les transports sédimentaires ce qui affecte inévitablement, dans des proportions variées, la position et l évolution du trait de côte. Apprécier le poids de ces interventions anthropiques par rapport aux stricts agents naturels constitue encore un enjeu majeur, nécessitant une réelle démarche scientifique, qui reste pour le moment difficile à cerner sans avoir des observations fines et récurrentes sur des sites-ateliers caractéristiques de secteurs côtiers. In fine, l objectif scientifique dépasse la connaissance des mécanismes régisseurs de la dynamique du trait de côte et doit permettre d appréhender son devenir en fournissant les données fondamentales pour déterminer l impact de l élévation du niveau de la mer et les conséquences des tempêtes potentiellement plus intenses sur les littoraux. En effet, les conséquences attendues du changement climatique sur les littoraux justifient pleinement un suivi accru, récurrent et pérenne de leurs évolutions. Il y a là une véritable demande sociétale de la part des riverains et des élus de la zone littorale qui s est récemment traduite, suite au Grenelle de la Mer, dans le Livre Bleu publié par le Secrétariat Général de la Mer avec une volonté affichée de mettre en place «une véritable stratégie nationale pour l érosion côtière». Le SOERE «Trait de côte» y contribuera. 2.2/ La Réunion L île de la Réunion possède 208 km de côtes dont 35 km de plages répartis entre les plages de sable basaltique (14km) et les plages de sable corallien (21 km). Ces dernières sont associées à la présence de complexes récifaux de types plate-forme ou frangeants. Les récifs de l île sont localisés sur la côte occidentale et s étendent de façon discontinue sur 25 km. Le 21 février 2007, un décret du ministère de l Ecologie et du Développement Durable (n ) créé la Réserve Naturelle Marine de La Réunion (RNMR) qui vise à la préservation de 20 km de barrière corallienne. Outre leur formidable richesse biologique, ces formations bioconstruites constituent une véritable barrière contre les houles océaniques Les récifs coralliens sont reconnus comme faisant partie des écosystèmes les plus riches de la planète mais également les plus sensibles aux changements globaux (impacts anthropiques

5 croissants, changements climatiques). De nombreuses études scientifiques ont permis de mettre en évidence la dégradation des récifs coralliens de La Réunion dès les années 80. Or une altération des formations récifales met en péril le rôle de protection des côtes en réduisant l impact des vagues à la côte. Il existe en outre un lien direct entre l état de santé du récif et le budget sédimentaire des plages situées en arrière du complexe récifal. En raison de la protection par la barrière récifale les plages ont un fonctionnement saisonnier moins marquées que les plages ouvertes mais l origine biodétritique des matériaux de plage lie directement la morphologie et la cinématique des plages aux changements globaux. Le recul des plages coralliennes est signalé à la Réunion dès les années 70. Mais c est seulement à partir de 1992 qu à la demande de la Cellule Locale de l'environnement (CLOE) que le LSTUR (aujourd hui Géosciences Réunion) s'est engagé dans le suivi morpho-sédimentaire des plages coralliennes. Des profils (transects) de plages ont été régulièrement réalisés jusqu'en 2004 puis de manière sporadique depuis de la disparition de la spécialité sédimentologie en géologie. L approche par transect s illustre par l acquisition de données altimétriques ou de dénivelés en fonction d une distance le long d un profil fixe. La méthodologie déployée localement a été définie au début des années 90 pour des problématiques spécifiques de recherche. C est une méthode simple basée sur l utilisation d une mire coulissante à niveau horizontal intégré. Elle permet de relever les dénivelés successifs d une radiale, par arpentage selon un pas de 1m, entre un point repère fixe en haute plage et la ligne de marée basse et selon un azimut défini. Ces levés de terrain offrent une précision verticale par point de l ordre de 1 cm mais ils nécessitent un respect scrupuleux de l azimut. En effet, un écart de quelques degrés de l azimut initial induirait un écart conséquent en bas de plage d autant plus important que la radiale serait longue. Cette technique simple à mettre en œuvre répondait a une demande spécifique d interventions rapides et répétées sur des linéaires de côte discontinus d accès compliqué et souvent démunis de géoréférencements établis. L intégration du réseau SOERE trait de côte impose aujourd hui d harmoniser ces mesures à l échelle nationale. Une réflexion doit en outre être menée sur l évolution des méthodes, sur l organisation des mesures entre un réseau exhaustif de mesures des plages de l ouest de l île qui devraient être poursuivi dans le cadre des activités de l Association vie Océane via un financement de la DEAL-Réunion et le suivi d un ou de sites ateliers. Ces sites ateliers doivent faire l objet de mesures normalisées de haute technicité (LIDAR terrestre, Scanner 3D, sondeur multifaiseaux) définis dans «un socle commun de mesures à réaliser sur l ensemble des littoraux français» tenant compte de la configuration de la côte. Un partenariat avec l OSU-IUEM permettra de bénéficier d un soutien technique pour des mesures de haute technicité (LIDAR terrestre, DGPS) et d avoir un socle commun de mesures à réaliser sur l ensemble des littoraux français. Il sera en outre alors possible d établir sur le moyen (4 ans) et long terme (10 ans) des comparaisons sur le comportement morphodynamique des littoraux suivis, notamment pour préciser l impact des changements climatiques sur ces espaces.

6 Résultat attendus L inscription d un site atelier dans le cadre d un SOERE impose de répondre aux contraintes de mesures demandées par le consortium afin de correspondre aux objectifs de suivi tout en tenant compte des spécificités de chaque site. Afin d approcher la cinématique côtière, il s agira, le long du trait de côte, d apprécier l évolution planimétrique soit vers la terre (érosion), soit vers la mer (accrétion) exprimée en mètre. Sur la période de temps considérée, cela se traduira par une vitesse négative (érosion), positive (accrétion) ou nulle (stabilité).» Ces mesures seront accompagnées de suivis des formations sédimentaires immergées au-delà de la DAR (dépression d arrière récif) dont la dynamique peu impacter celle du trait de côte. Un premier objectif de ce programme est cependant une compilation et une valorisation des études antérieurs (trait de côte, profil de plage, MNT) sur l ensemble des plages de la Réunion dans un système d information à travers la plateforme Maddog développée par le laboratoire Géomer. Elle permet des analyses diachroniques et un accès simplifiée à la donnée sous forme d images et de graphiques synthétiques. Souvent très évolutif à des échelles de temps très courts, le domaine intertidal et sa zone subtidale adjacente, méritent une attention toute particulière car leur évolution va fortement contraindre les actions hydrodynamiques, ce qui aura une incidence sur l évolution du trait de côte. L évolution de ces domaines doit également être envisagée sur le plan altimétrique et volumétrique. Sur le site de la Réunion 2 types de mesure pérenne seront mises en œuvre : - Des profils topographiques levés au DGPS des plages de l ouest de l île avec des levés encadrant les saisons houlographiques et les évènements marquant de fortes houles. - Des mesures 3D à très haute résolution spatiale réalisées avec scanner laser Terrestre. Ces mesures se focalisent sur le site atelier de l Ermitage (3 zones) ou première mission a été réalisée en Mai 2011 (figure 1 et 2). Dans le cadre de ce projet une nouvelle mission est programmée Ces 2 missions permettront d obtenir l évolution morphologique à très haute résolution spatiale de la plage des Brisants. Figure n 1 : Image acquise par laser 3D sur le récif de l Ermitage en avril 2011

7 Figure n 2 : Modèle d élévation (en valeurs relatives) calculé à partir des données acquises par laser 3D en 2011 sur le site de l Ermitage Les mesures effectuées seront analysées au regard des forçages climatiques et océanographiques. Le site des Brisants a été retenu pour ce dernier suivi en raison de sa position en «aval transit» dans le complexe sédimentaire défini par les plages du récif corallien de Saint-Gilles La Saline les Bains. La cinématique de ce secteur constitue un bon indicateur de la sédimentation locale donc de l état de santé du système face aux forçages météo-marin. Les suivis antérieurs ont révélé que cette plage, bien que conservant un profil convexe, est soumise à une forte mobilité dépendante à la fois d apports sédimentaires encore importants mais aussi de pertes sédimentaires conséquentes. Ces dernières semblent influencées par la présence de l ouvrage du port de Saint-Gilles les Bains construit dans les années 60. La plage des brisants constitue donc un site sentinelle pertinent à intégrer dans un réseau d observation. Les résultats de cette année d étude seront consultables en ligne sur la base de données Maddog et feront l objet d une publication dans une revue de rang A.

8 Budget Postes de dépenses Nb d'u.o. PU HT (en ) TOTAL HT (en ) Frais de personnels Indemnité stage Master (cout / mois) 5,0 437, ,00 fonctionnement divers (frais kilométriques, petit matériel, consommables) 800,00 mission Frais de mission (Métropole) , ,00 mission Frais de mission (Réunion) , ,00 mission Billets avion Brest-La Réunion , ,00 mission Billets avion AR La Réunion-Brest , ,00 Frais de Gestion (taux) ,50 TOTAL ,50

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral.

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral. SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION La gestion intégrée de la mer

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Francis MAUGARD, Loïc GOUGUET, David ROSEBERY - ONF La gestion des forêts littorales et des milieux dunaires associés constitue

Plus en détail

Prédiction long-terme et processus physiques court-terme des plages : application sur le site de Porsmilin

Prédiction long-terme et processus physiques court-terme des plages : application sur le site de Porsmilin et processus physiques court-terme des plages : application sur le site de Porsmilin France Floc h, Nicolas Le Dantec, Christophe Delacourt, Romain Cancouët, Klervi Hamon, Emmanuel Augereau, Marion Jaud,

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine Séminaire de restitution des études 2009-2010 - OHM bassin minier de Provence Aix-en-Provence, 25 juin 2010 Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 1 Table des matières 1. LA GESTION DE L OBSERVATOIRE LORS DE CETTE PREMIERE ANNEE 2013/2014 :...3 1.1 ANIMATION...3 1.2 COMMUNICATION...4 2. LES TRAVAUX DE L OBSERVATOIRE :

Plus en détail

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques

Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques Pédologie - Science des Sols Michel JAUZEIN, Professeur Université Henri Poincaré NANCY 1 Faculté des Sciences et Techniques L enseignement universitaire? La pédologie, science des sols? Une discipline

Plus en détail

Pour une gestion durable du trait de côte

Pour une gestion durable du trait de côte MEEDDM Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature Pour une gestion durable du trait de côte Frédéric RAOUT DGALN Bureau du littoral et du DPM naturel Ministère de l'écologie, de l'énergie,

Plus en détail

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte : vers la relocalisation des activités et des biens Ministère de l'écologie, du développement

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

MASTER SCIENCES POUR L ENVIRONNEMENT Parcours Géographie Appliquée à la Gestion des Littoraux

MASTER SCIENCES POUR L ENVIRONNEMENT Parcours Géographie Appliquée à la Gestion des Littoraux MASTER SCIENCES POUR L ENVIRONNEMENT Parcours Géographie Appliquée à la Gestion des Littoraux AMÉNAGER ET GÉRER LES ESPACES LITTORAUX Le Master SPE parcours Géographie Appliquée à la Gestion des Littoraux

Plus en détail

Université de La Rochelle

Université de La Rochelle Université de La Rochelle Sciences Humaines et Sociales MASTER Sciences pour l environnement Géographie appliquée à la gestion des littoraux Objectifs de la formation Connaissances dispensées Le master

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de l'environnement littoral et marin de l Université du Littoral Côte d Opale - ULCO Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

Observatoire de la Côte Aquitaine

Observatoire de la Côte Aquitaine Observatoire de la Côte Aquitaine Conférence Stratégie d'adaptation aux changements climatiques des estuaires et du domaine côtier en Aquitaine 18 mai 2015, Conseil Régional Observatoire de la Côte Aquitaine

Plus en détail

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE»

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020 Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» 1- Contexte et objet de l appel à projets La France, en tant que Partie

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17)

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17) Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Jérôme REVEL Laboratoire de Bordeaux Page 1/22 sommaire Introduction Analyse historique du trait de côte Analyse naturaliste

Plus en détail

Gouvernance de la mer et du littoral

Gouvernance de la mer et du littoral Séminaire «Gestion de l environnement marin et côtier» Gouvernance de la mer et du littoral 20 octobre 2011 Biarritz 1 La gestion intégrée de la mer et du littoral, promue par le travail du Grenelle de

Plus en détail

L OHM «Littoral méditerranéen»

L OHM «Littoral méditerranéen» Séminaire de lancement du Labex DRIIHM Paris, 12 avril 2013 L OHM «Littoral méditerranéen» Un outil de la recherche pour éclairer les défis écologiques et les enjeux sociaux de la maîtrise de l urbanisation

Plus en détail

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007

CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011. VARENIO Céline mardi 11 septembre 2007 La charte pour l environnement au niveau local : enjeux et rôles des actions de communication et de sensibilisation CHARTE COMMUNAUTAIRE POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 2006-2011 VARENIO

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Description Master General Management

Description Master General Management Description Master General Management L intérêt de ce master, qui s appuie sur un partenariat entre d un côté l école d ingénieur Polytech Annecy Chambéry et de l autre l Institut de Management de l Université

Plus en détail

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations Exemple du développement d un mode de gestion des risques côtiers adaptés à Ouvéa, îles

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Contrat de maintenance

Contrat de maintenance Contrat de maintenance Logiciel de web-conferencing «Via e-learning» dans les établissements membres de l UEB Nom et adresse de l organisme acheteur : Université européenne de Bretagne 5 Boulevard Laënnec

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseil et développement agricole de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Détermination des aléas submersions marines Secteur du Boulonnais. Jean Paul Ducatez

Détermination des aléas submersions marines Secteur du Boulonnais. Jean Paul Ducatez Détermination des aléas submersions marines Secteur du Boulonnais Jean Paul Ducatez Agenda Les sites étudiés - #5 Rappel sur le déroulement de l étude - #2 Un point sur les méthodes - #4 Franchissements

Plus en détail

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres

RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) Géographie, thème 4 - Gérer les espaces terrestres RISQUES MAJEURS ET SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE (SIG) NAÏMA PAGE, PROFESSEURE D HISTOIRE-GEOGRAPHIE LYCEE SAINT-EXUPERY MARSEILLE 15 e 1. Objectifs généraux de la séance Niveau Classe de seconde

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM

Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Utilisation de Moodle pour le tutorat de formation en environnement et aménagement Le cas du Campus numérique ENVAM Hélène Podvin Ingénieur pédagogique ENVAM CIRM-Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

L air un capital commun

L air un capital commun L air un capital commun devenez partenaire page 3 Édito Édito page 4 Nos missions, nos moyens page 5 Nos champs d action page 6 Concertation et partenariat surveillance dispositifs et protocoles page 7

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Guide d'établissement du budget

Guide d'établissement du budget Guide d'établissement du budget IRESEN 2015 SOMMAIRE Introduction... 2 Calcul du coût du projet... 2 Coût du Personnel... 3... 3... 3 Check-list... 3 Notes... 3 Coût des Équipements... 4... 4... 4 Check-list...

Plus en détail

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr

cete de l Est Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr cete de l Est ENVIRONNEMENT ET RISQUES Centre d Etudes Techniques de l Equipement de l Est www.cete-est.developpement-durable.gouv.fr Approches globales Contribuer par ses prestations à une perception

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 D.D.T.M de la Somme SOMMAIRE Les risques majeurs sur le littoral

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

MASTER GREEN Gouvernance des Risques Et de l ENvironnement

MASTER GREEN Gouvernance des Risques Et de l ENvironnement MASTER GREEN Gouvernance des Risques Et de l ENvironnement GREEN Master Pro Gouvernance des Risques Et de l ENvironnement PÔLE RISQUES NORMANDIE - CAEN Maison de la Recherche Le Grenelle de l environnement

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Date et heure limite de réception des offres : LUNDI 20 JUIN 2011 16h30

Date et heure limite de réception des offres : LUNDI 20 JUIN 2011 16h30 MARCHE PUBLIC DE SERVICES PRESTATION DE TRADUCTIONS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Pouvoir adjudicateur : Institut Atlantique d Aménagement du Territoire Poitou-Charentes 2, rue Marcel Doré

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées

Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Scenario pour un Observatoire de la biodiversité de Midi-Pyrénées Contexte La région Midi-Pyrénées bénéficie d un patrimoine naturel exceptionnel. Il faut toutefois constater un déficit de connaissance

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne,

Monsieur le directeur de l Agence française de développement, Messieurs les représentants de la délégation de l Union européenne, Premier comité de pilotage du projet de Gestion durable des zones côtières de la COI (GDZC-COI) Allocution du Secrétaire général de la Commission de l océan Indien, Jean Claude de l Estrac 1 er avril 2015,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master

Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi des diplômés de Master Bilan de la campagne de suivi menée en 27-28 auprès des diplômés de Master 24-25 Méthodologie Présentation des résultats Définition des indicateurs Quelques mots sur la méthodologie utilisée pour le suivi

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE PROGRAMME de COOPÉRATION VOLONTAIRE (PCV) - HAÏTI APPUI à la GOUVERNANCE, à l ÉDUCATION et au DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Le Programme de coopération volontaire (PCV) est géré par un consortium de quatre

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

Mise en œuvre du projet LABEX AE&CC Offres de service 5 ème Appel à candidature février 2013

Mise en œuvre du projet LABEX AE&CC Offres de service 5 ème Appel à candidature février 2013 Mise en œuvre du projet LABEX AE&CC Offres de service 5 ème Appel à candidature février 2013 Introduction Le projet AE&CC, porté par l Unité de Recherche «Architecture, Environnement et Cultures Constructives»

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Les Parcs naturels régionaux

Les Parcs naturels régionaux Les Parcs naturels régionaux Des collectivités territoriales engagées pour la préservation de la biodiversité Thierry MOUGEY - Fédération des PNR de France DÉFINITION D UN PARC NATUREL RÉGIONAL Peut être

Plus en détail

Définition. Caractéristiques

Définition. Caractéristiques REPENSER LA PRESENTATION DU BUDGET : UNE NOMENCLATURE STRATEGIQUE Le budget des collectivités de plus de 3 500 habitants peut être présenté par nature et par fonction. La nomenclature fonctionnelle permet

Plus en détail

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME Association Africaine des Centrales d Achats de Médicaments Essentiels 01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 91 75 Fax : 226 50 37 37 57 Contact@acame.org PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Accueil des touristes à vélo en Loire-Atlantique

Accueil des touristes à vélo en Loire-Atlantique FICHE TECHNIQUE Accueil des touristes à vélo en Loire-Atlantique PAGE 1/5 1. Présentation 1.1 Le tourisme à vélo, une pratique en plein essor > Votre établissement est situé à moins de 5 km d un grand

Plus en détail

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2

Projet de développement du module de gestion de PPEAO, version 2 Gestion et mise à jour d une base de données sur les Peuplements de poissons et la Pêche artisanale des Ecosystèmes estuariens, lagunaires ou continentaux d Afrique de l Ouest Projet de développement ECOUTIN

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention

REGION DES PAYS DE LA LOIRE. Fonds régional Santé publique. Règlement d intervention REGION DES PAYS DE LA LOIRE Fonds régional Santé publique Règlement d intervention 1 1- POLITIQUE RÉGIONALE DE SANTÉ ET FONDS RÉGIONAL SANTÉ PUBLIQUE La santé des Ligériens constitue l une des priorités

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des services à l'environnement de l Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - UVSQ Vague E 2015-2019

Plus en détail

CONDITIONS D'ATTRIBUTION DES CREDITS DE RECHERCHE

CONDITIONS D'ATTRIBUTION DES CREDITS DE RECHERCHE CONFERENCE DE COORDINATION DE NORMANDIE DE LA LIGUE CONTRE LE CANCER Comité du Calvados Comité de l Eure Comité de la Manche Comité de l Orne Comité de la Seine-Maritime CONSEIL SCIENTIFIQUE DE NORMANDIE

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Le ROL Réseau d Observation Littoral de la Corse

Le ROL Réseau d Observation Littoral de la Corse STARESO _ 5-8 Octobre 2009 Le ROL Réseau d Observation Littoral de la Corse Portigliolo, 14 octobre 2008 vendredi 31 août 2012 Les enjeux du ROL Connaître à l échelle de la Corse les variations des unités

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services financiers de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail