ANALYSE DES TRAITS DE COTE HISTORIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DES TRAITS DE COTE HISTORIQUES"

Transcription

1 AALYSE DES TRAITS DE COTE HISTORIQUES DE BASSE-ORMADIE ROLP DREAL Basse-ormandie, 2014 Tous droits réservés Dans le cadre du développement des connaissances sur l'évolution du littoral bas-normand et en complément des données produites pour l'actualisation du catalogue sédimentologique français, le ROLP et la DREAL se sont associés pour numériser le trait de côte historique bas-normand et analyser ses évolutions. Les objectifs généraux du projet sont de disposer d un support numérique représentant les positions passées du trait de côte bas-normand ainsi que ses évolutions. Le projet s est articulé en quatre phases : Levé et qualification des traits de côte historiques des années 1977, 1982, , 2001 Inventaire des ouvrages (photo-interprétation essentiellement) Analyse des taux d évolution du trait de côte Valorisation cartographique Le travail s est appuyé sur : Le guide méthodologique du CETMEF «Levé du trait de côte à partir de photographies aériennes orthorectifiées», octobre 2012 Les levés des traits de côte de 1947 et 2010 effectués par le CEREMA dans le cadre de l actualisation du catalogue sédimentologique. Les indicateurs déterminés et levés lors de cette opération ont servi de référence pour le projet. Le levé des traits de côte historiques sur les sites du projet Living with a Changing Coast (LiCCo) par le Conservatoire du Littoral. Réalisés sur la base de la méthode CETMEF (avec une échelle de numérisation affinée au 1/1000), ces levés ont permis d'étalonner le travail de numérisation et de valider les résultats d analyse. Le levé des traits de côte réalisé dans le cadre du projet Observatoire du Littoral Bas-ormand (OLiBa) par le CREC sur certaines portions du littoral bas-normand. Bien qu'effectué avec une méthodologie différente du guide CETMEF, ces données ont permis de vérifier la qualité de la digitalisation et de valider les valeurs de tendance sur les secteurs communs.

2 La forte collaboration avec les équipes du CEREMA (Brest, Méditerranée et ormandie) et la définition de prescriptions communes, à savoir : l échelle de digitalisation des traits de côte au 1/2500 le choix des mêmes indicateurs de qualification du trait de côte l emploi de la même structure attributaire unique (conforme et lisible par MobiTC) la détermination d une ligne de référence dite ligne de base créée à partir de l ensemble des traits de côte digitalisés l analyse des traits de côte bruts fondée sur la méthode des transects (MobiTC) l analyse des taux de recul fondée sur une méthode statistique suivant le modèle de régression linéaire Démarche globale DIGITALISATIO DES TRAITS DE COTE HISTORIQUES ET DES OUVRAGES AALYSE DES TRAITS DE CÔTE BRUTS AALYSE TOPOLOGIQUE EREGISTREMET DES TRAITS DE CÔTE FIABLES - LOCALISATIO DES TRAITS DE COTE ABERRATS RELACE DE L AALYSE SUR L ESEMBLE DE LA BASE DE DOEES CORRIGEE COSOLIDATIO DE LA BASE DE DOEES CORRECTIOS GEOMETRIQUES AALYSE STATISTIQUE (WLS- RWLS) GEERATIO DES HISTOGRAMMES - APPROCHE QUATITATIVE COMPARAISOS LiCCo, SURCOTE, OLIBA... SECTORISATIO - DISCRETISATIO GEERATIO DU LIEAIRE - APPROCHE QUALITATIVE VALORISATIO REPRESETATIO ET PUBLICATIO DES DOEES Tableau 1 : Déroulement du projet

3 Digitalisation des traits de côte historiques Méthode La digitalisation des traits de côte historiques est réalisée par photo-interprétation. Des indicateurs sont déterminés par le CEREMA et identifiés visuellement par l opérateur afin d orienter la reconnaissance de la position des traits de côte sous SIG. Ils représentent généralement des lignes de référence particulières permettant d étudier et comparer l évolution d objets identiques à différentes dates et sur plusieurs types de supports (CETMEF, 2012). L objectif est donc simple : orienter la photo-interprétation de la position du trait de côte selon des indicateurs cohérents, afin de caractériser les grandes tendances historiques d évolution de ce dernier. Supports disponibles L analyse est menée à partir de la remise en perspective historique des orthophotographies IG ( , 2000, ) et ROLP (1982, 1977, 1947). Echelle d interprétation L ensemble de la phase de digitalisation est effectuée au 1/2500 e, selon les prescriptions du CEREMA. ous garantissons une précision à l échelle du 1/5000 e. Sauf indication contraire, toutes les représentations cartographiques présentées dans ce document sont à l échelle du 1/2500 e. Descriptif des contenus attributaires et informations sur les tracés La table type pour la restitution des traits de côte dits «naturels» décrit entre autres les indicateurs levés au cours de cette phase de numérisation.les ouvrages sont également identifiés et le type d aménagement est décrit.des champs communs aux deux tables sont renseignés : fournisseur, système de projection, support utilisé, observations des conditions de la mer, etc. Le tracé du trait de côte «naturel» s arrête lorsque démarre le tracé du trait de côte «artificiel». Dans le cas d ouvrages transversaux, le trait de côte naturel n en tient pas compte et ne fait pas l objet de modifications particulières (découpage). Le contenu et la description de ces tables sont décrits ci après.

4 om du champ Description Valeurs possibles - Correspondance des valeurs OBJECTID AEE1 FOURISSEUR Identifiant unique de l'objet Année Fournisseur de la donnée / 2010 (Manche), 2005 (Calvados), 2000, , 1982, 1977, 1947 CETE C, DREALB/ROLP MOA Maître d'ouvrage CETMEF, DREALB/ROLP PI Projection initiale L93 - Lambert 93 IDICATEUR Indicateurs 8 - Pied de dune 9 - Haut de falaise dunaire 11 - Limite côté mer de la végétation dunaire 13 - Limite de végétation (hors dune) 14 - Pied de falaise 15 - Haut de falaise 17 - Limite supérieure du schorre LEVE Type de levé UM - umérisation SUPPORT Référentiel utilisé 3 - Orthophotographies RESOLUTIO ECH_PDV ZOOM_UM COULEUR CODITIOS ERREUR DATE_PROD OM Résolution du référentiel Echelle de la prise de vue Echelle de digitalisation Radiométrie Etats de mer, conditions de la mer Erreur estimée par l'opérateur (m) Date de production om de l'opérateur 0,5 / /2500e ID - Indéterminé B - oir et blanc RVB - Couleurs 2 - on significatif 3 - Ridée ou belle 4 - Calme 5 - Peu agitée 10 / / Tableau 2 : Description de la table du trait de côte «naturel»

5 om du champ Description Valeurs possibles - Correspondance des valeurs OBJECTID Identifiant unique de l'objet / TYPE Type d'ouvrage 2 - Mur, mur de soutènement 3 - Perré 4 - Digue côtière 5 - Brise-lames 6 - Epi 8 - Jetée portuaire 9 - Quai 10 - Cale 11 - Accès, chemin, voie submersible 12 - Bâtiment, blockhaus, fortification 15 - Autre ORIETA Orientation de l'ouvrage 1 - Longitudinale 2 - Transversale A_APPAR Année d'observation la plus 2010 (Manche), 2005 (Calvados), 2000, ancienne 1992, 1982, 1977, 1947 A_DISP A2_VISIBLE Année où l'ouvrage n'est plus observé Année la plus récente où l'ouvrage est toujours visible 2011 (Manche), 2005 (Calvados), 2000, , 1982, 1977, (Manche), 2005 (Calvados), 2000, , 1982, 1977, 1947 FOURISSEUR Fournisseur de la donnée CETE C, DREALB/ROLP MOA Maître d'ouvrage CETMEF, DREALB/ROLP PI Projection initiale L93 - Lambert 93 LEVE Type de levé UM - umérisation SUPPORT Référentiel utilisé 3 - Orthophotographies RESOLUTIO Résolution du référentiel 0,5 ECH_PDV Echelle de la prise de vue / ZOOM_UM Echelle de digitalisation /2500e CODITIOS Etats de mer, conditions de 2 - Marée basse ou mer calme la mer 3 - Marée haute ou mer agitée DATE_PROD Date de production / OM om de l'opérateur / Tableau 3 : Description de la table du trait de côte «artificiel»

6 Précisions au sujet de l erreur estimée L erreur relative est estimée par l opérateur selon différents critères : la qualité des prises de vue (plus on s éloigne des prises de vue récente, plus les qualités radiométriques et géométriques sont fluctuantes), l influence de la saisonnalité (la «limite de végétation» est l indicateur le plus communément choisi pour identifier la position des traits de côte, il est également le plus sensible aux influences saisonnières), l interprétation de l opérateur de saisie (sur la précision du trait, le choix d un indicateur, ). ous définissons ainsi, au regard des documentations techniques et de l expérience de l opérateur, une erreur commune à toutes les séries de l ordre de 10m. La précision d un trait de côte varie donc de plus ou moins 5m de part et d autre de sa position digitalisée par l opérateur. Analyse des traits de côte La méthodologie développée au cours de cette phase analyse est fondée sur la méthode des transects. Une série de traces est déterminée à intervalles réguliers à la perpendiculaire d une ligne de référence (dite ligne de base). Chaque intersection entre traces et traits de côte est calculée et fait l objet d un traitement statistique suivant le modèle de régression linéaire. Le calcul des distances entre les points d intersection des transects et des traits de côte permet de matérialiser pour un même indicateur d état un taux d évolution de la frange côtière. La régression linéaire est considérée comme la meilleure méthode pour estimer des tendances évolutives sur du long terme (DOLA &al., 1991 ; FESTER & al., 1993).Ces valeurs sont restituées tousles 10 mètres sous la forme d histogrammes compilés. ous résumons notre démarche analytique page suivante.

7 1. Digitalisation des traits de côte historiques 2. Création de la ligne de base Ligne de base 1/2500 1/2500 Z1 - Calcul aux intersections 3. Définition des traces perpendiculaires Z1 Côté mer Z2 Côté terre Traces 1/250 1/2500 Trace n Z2 - Calcul aux intersections 4. Représentation en histogrammes Trace n + 1 Ligne de base TC 1947 Trace n + 2 TC /50 1/ Agrégation linéaire 1/2500

8 1. Digitalisation des traits de côte historiques (Voir 1.) 2. Création de la ligne de base La ligne de base est créée à partir de la position de l ensemble des traits de côtes historiques analysés. Elle se situe à la médiane de leurs positions extrêmes (des traits de côte 1947 et 2010 dans la plupart des cas). Elle sert de ligne de référence aux calculs d évolution. Processus de construction : définition d une enveloppe par triangulation, squelettisation grâce au diagramme de Voronoï, nettoyage par fusions successives. 3. Définition des traces Une série de traces sont générées à la perpendiculaire de la ligne de base. La distance entre chaque trace est de 10m. Z1. Zoom au 1/250 e sur une zone significative Z2. Zoom au 1/50 e - Détermination des points d intersections et calcul des distances le long de chaque trace au regard de la ligne de base Indicateurs statistiques mobilisés : Régression linéaire par la méthode des moindres carrés, sur l ensemble de la période d étude, pondération des positions des traits de côte suivant leurs incertitudes (Weighted least Square) (1) (1) + on prise en compte des traits de côte dont la position s écarte de plus ou moins l écart type (ReweightedWeighted Least Square) (2) La différence de RWLS (2) par WLS (1) nous permet d identifier spatialement (par topologie) les erreurs potentielles. Elles traduisent : soit une erreur d interprétation nécessitant une correction géométrique, soit une évolution non linéaire. Une sortie graphique est générée (ici pour la trace n+1) récapitulant l intégralité des indicateurs statistiques calculés à l intersection des traits de côtes étudiés le long de cette trace :

9 Figure 1: Sortie graphique pour une trace 4. Représentation en histogrammes des résultats om du champ Description OBJECTID Identifiant unique de l'objet / Valeurs possibles - Correspondance des valeurs nb_tdc ombre de traits de côte analysés 0 ; 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ; 6 duree Période au cours de laquelle est mesurée l'évolution / tdc_ancien Trait de côte le plus ancien analysé / tdc_actuel Trait de côte le plus récent analysé / incert_tau Estimation de l'incertitude (m/an) / amenagemen Présence d'un aménagement 0 - Absence 1 - Présence producteur om du producteur ROLP - DREALB date_prod Date de production / taux_qual Qualification de l'évolution de la bande côtière odata Accrétion forte Accrétion moyenne Accrétion faible Stabilité relative Erosion faible Erosion moyenne Erosion forte Figure 2 : Descriptif des contenus attributaires et informations sur les histogrammes

10 La représentation est caléesur la ligne de base. Aucune évolution n est calculée lorsque le trait de côte correspond à un ouvrage. 5. Agrégation linéaire L agrégation est calculée sur la moyenne pondérée des valeurs prises tous les 10 m rapportée au secteur homogène (secteurs évoluant strictement positivement ou strictement négativement) en fonction du nombre de traits de côte intersectés par tronçon. Cette méthode de représentation permet de restituerl information à l échelle régionale. Cette opération a été effectuée par jointure spatiale à partir des informations stockées dans les histogrammes. om du champ Description Valeurs possibles - Correspondance des valeurs OBJECTID Identifiant unique de l'objet / Moy_pond Taux moyen pondéré mesuré sur le secteur (m/an) / Avg_taux_quali Qualification de l'évolution odata Engraissement de plus d'1 m/an Engraissement de 0 à 1 m/an Erosion de 0 à 3 m/an Erosion de plus de 3 m/an producteur om du producteur DREALB/ROLP date_prod Date de production / Tableau 4: Descriptif des contenus attributaires et informations sur les histogrammes Synthèse des postulats énoncés La qualité géométrique des traits de côte est dépendante de la qualité géométrique et radiométrique des fonds matriciels considérés référentiels (sur la base du fond ortho le plus récent) L échelle de digitalisation est calée au 1/2500. La ligne de base est créée à partir de la position de l ensemble des traits de côte analysés. Elle se situe à la médiane des positions extrêmes ( ) et sert de ligne de référence aux calculs d évolution. Les traces non perpendiculaires au trait de côte impliquent un biais dans les distances (projection) : plus la ligne de base est parallèle au trait de côte, plus le profil sera perpendiculaire à ce dernier moins l erreur de projection sera significative. Les évolutions latérales des milieux ne sont pas traitées

11 L erreur relative (erreur de construction) introduite dans les calculs (variabilité des positions des traits de côte historiques) est estimée selon différents critères : o o la qualité des prises de vue (plus on s éloigne de prises de vue récente, plus les qualités radiométriques et géométriques sont fluctuantes) la saisonnalité des inventaires (l indicateur «limite de végétation» est le plus communément choisi pour indiquer la position des traits de côte et également le plus sensible aux influences saisonnières o l interprétation de l opérateur de saisie (sur la précision du trait, le choix d un indicateur ) Incertitude : prise en compte de l erreur dans le calcul, sur la base de 63 ans séparant les dates des traits de côte extrêmes. Les valeurs de tendance sont à relativiser sur la période donnée. L'apparition ou la disparition d'un aménagement joue un rôle dans la détermination des tendances évolutives. [Exemple : Un ouvrage est construit aux alentours de ous supposons donc que l'évolution du trait de côte se stabilise à partir de cette année. De fait, la mesure de l'évolution est prise entre 1947 et 1991, et concerne ainsi 3 traits de côte (1947, 1977, 1982). La tendance est donc calculée pour ce tronçon sur une période de 35 ans, avec une erreur 0,25 m/an (erreur globale estimée à 10m ramenée à la période). ] Le modèle mathématique considère une évolution supposée linéaire statistiquement et masque de fait la variabilité interannuelle. La tendance calculée pour chaque histogramme est dépendante des valeurs extrêmes observées sur les traits de côte historiques Le calcul de la tendance d'évolution des traits de côte historiques ne concerne pas toujours les six séries Une pondération est affectée à la valeur de tendance, en fonction du nombre de traits de côte qui intersectent les traces d un même secteur homogène. Cette valeur est ensuite projetée sur la classe d entité linéaire décrivant l évolution du littoral bas-normand de 1947 à 2010.

12 Limites La méthode développée est donc fondée sur le calcul d un taux d évolution par transect. Ces mesures de distances linéaires traduisent un mouvement unidimensionnel du rivage, fonction de l orientation du profil (de la trace). Elles pourraient être complétées par des calculs de bilans surfaciques qui offrent une vision de la cinématique littorale en deux dimensions (Faye, 2010). Ces méthodes, à une dimension puis à deux, permettent de proposer une estimation de l évolution historique et diachronique des traits de côte depuis Aujourd hui, les technologies laser (lidar) intègrent une troisième dimension, suggérant le calcul de volumes et précisant plus finement l évolution récente du littoral et de ses formes (dunes, falaises, etc.). Comment lire l histogramme? Définitions et précautions de lecture Tendance d évolution : l histogramme matérialise une valeur de tendance globale issue du résultat de la régression. Il se limite à indiquer la tendance moyenne relevée sur la période (selon le nombre de traits de côte intersectés par une trace) et en une trace. Incertitude : prise en compte de l erreur dans le calcul sur la base de 63 ans séparant les dates des traits de côte extrêmes, dans le cas où : o le nombre de traits de côte analysés couvre les six séries o et si un ouvrage n est pas apparu puis a disparu entre les dates extrêmes. ombre de traits de côte : permet de mesurer qualitativement l influence d un ouvrage. Si nb_tdc = 1, aucun calcul n est réalisé (impossible). Cela suggère souvent qu un ouvrage a été construit après 1947 (1977, date à partir de laquelle l ouvrage est visible sur l ortho), date correspondant au seul trait de côte disponible. Les histogrammes ne permettent pas de représenter la variabilité interannuelle. Il est donc très important de relativiser la représentation et les valeurs associées. Secteurs homogènes (polyligne à l échelle régionale) : la valeur calculée et affichée correspond à la mesure moyenne du taux de recul ou d accrétion à l échelle du secteur.

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17)

Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Phare de la Coubre (17) Évolution du trait de côte et conséquences sur les ouvrages maritimes: Application au Jérôme REVEL Laboratoire de Bordeaux Page 1/22 sommaire Introduction Analyse historique du trait de côte Analyse naturaliste

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE L. Valette & L. Frilleux Journée ESRI ENVIRONNEMENT Paris 8 juin 2010 Pourquoi le projet SYRAH? Commande Ministère Environnement

Plus en détail

Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert

Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert Expérimentation de l Observatoire Régional Midi-Pyrénées Intervenant : P Bezard-Falgas,Géomètre expert Président de la Commission Information géographique Les

Plus en détail

MODULE 3 Analyses thématiques

MODULE 3 Analyses thématiques MODULE 3 Analyses thématiques Ce module a pour objectif d approfondir les différents modes de représentation cartographique des données attributaires à l'aide de la gestion des styles. - la nouvelle symbologie

Plus en détail

Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte

Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte Vers la relocalisation des activités et des biens Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l'énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale

Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Jean Pierre THIBAULT / DREAL Aquitaine / Stratégie nationale Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte : vers la relocalisation des activités et des biens Ministère de l'écologie, du développement

Plus en détail

Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21

Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21 Elaboration d un Plan Local d Urbanisme / d un Agenda 21 Phase diagnostic Par : P. Mordelet, Université Toulouse 3 C. Aschan-Leygonie, Université Lyon 2 F. Boussama, Université Montpellier 1 C. Mathieu,

Plus en détail

A I La problématique d érosion à Lacanau. B Bilan de l expérimentation locale. > Site test de LACANAU. C Conclusion & perspectives.

A I La problématique d érosion à Lacanau. B Bilan de l expérimentation locale. > Site test de LACANAU. C Conclusion & perspectives. A I La problématique d érosion à Lacanau B Bilan de l expérimentation locale > Site test de LACANAU C Conclusion & perspectives Sommaire A La problématique d érosion à Lacanau / A / 1 Constat 1976 100

Plus en détail

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s

L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Guide méthodologique pour la construction d un bilan quantitatif et qualitatif des contrats de territoire. L a d é m a r c h e e t l e s o u t i l s p r o p o s é s Il est proposé de bâtir le bilan avec

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 D.D.T.M de la Somme SOMMAIRE Les risques majeurs sur le littoral

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages. et ses évolutions

Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages. et ses évolutions Réunion préfectorale du 7 décembre 2011 DREAL Languedoc Roussillon Réglementation en matière de prévention aux endommagements des ouvrages et ses évolutions Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Synthèse des travaux menés sur l observation de l évolution du trait de côte. Rapport final

Synthèse des travaux menés sur l observation de l évolution du trait de côte. Rapport final Synthèse des travaux menés sur l observation de l évolution du trait de côte Rapport final BRGM/RP-59396-FR janvier 2011 Synthèse des travaux menés sur l observation de l évolution du trait de côte Rapport

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

Pour une gestion durable du trait de côte

Pour une gestion durable du trait de côte MEEDDM Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature Pour une gestion durable du trait de côte Frédéric RAOUT DGALN Bureau du littoral et du DPM naturel Ministère de l'écologie, de l'énergie,

Plus en détail

Le Système d Information Routier

Le Système d Information Routier Le Système d Information Routier CONTEXTE DU PROJET : 2004 INSTITUTIONNEL : ACTE II DE LA DECENTRALISATION La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et Responsabilités locales a prévu dans le domaine

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Date: 19 Décembre 2014 Pays: TUNISIE Description de la mission: Conception d un Atlas relatif aux résultats et chiffres de l étude «Carte de la vulnérabilité du

Plus en détail

VIII.1 - PREREQUIS. VIII.1.1 - Un SIG Bocage en place

VIII.1 - PREREQUIS. VIII.1.1 - Un SIG Bocage en place OBJECTIF : Le guide méthodologique et les fiches «Référentiels cartographiques», «Photo-interprétation», «Structuration des données» ont fourni des clés pour saisir et décrire les éléments bocagers d une

Plus en détail

FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC

FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC DIR Centre Est Mâcon 22/10/07 1 La norme éclairage NF EN 13 201 Avant : Recommandations AFE : référence pour la profession Février 2005: Application de la norme Éclairage NF

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D

swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de topographie swisstopo swisstlm 3D Version 1.3 Publication 2015 Généralités sur swisstlm 3D Le modèle

Plus en détail

Territoire3D. Descriptif de contenu. Institut Géographique National. www.ign.fr. Date du Document : Mars 2011

Territoire3D. Descriptif de contenu. Institut Géographique National. www.ign.fr. Date du Document : Mars 2011 Territoire3D Descriptif de contenu Date du Document : Mars 2011 Institut Géographique National 73 avenue de Paris 94165 Saint-Mandé Cedex www.ign.fr Révision : Spécifications externes A 18/03/2011 Création

Plus en détail

L évolution du trait de côte : un bon indicateur de la dynamique sédimentaire de l avant côte? Le cas du Languedoc-Roussillon

L évolution du trait de côte : un bon indicateur de la dynamique sédimentaire de l avant côte? Le cas du Languedoc-Roussillon XIII èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Dunkerque, 2-4 juillet 2014 DOI:10.5150/jngcgc.2014.029 Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online L évolution

Plus en détail

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923

Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» Litto3D Finistère V. 20140923 Fichier README associé au produit «partie maritime fusionné» V. 20140923 Référence à consulter : Spécifications techniques Litto3D - v 1.0 (http://www.shom.fr/les-activites/projets/modelenumerique-terre-mer/applications-possibles/)

Plus en détail

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131

Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Couverture des terres - Dérivée des données AVHRR - Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO 19131 Révision : A Spécifications de contenu informationnel : Couverture

Plus en détail

Synthèse de référence des techniques de suivi du trait de côte

Synthèse de référence des techniques de suivi du trait de côte Synthèse de référence des techniques de suivi du trait de côte Rapport final BRGM/RP-60616-FR Novembre 2012 Synthèse de référence des techniques de suivi du trait de côte Rapport final BRGM/RP-60616-FR

Plus en détail

5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM

5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM 5.2. EVOLUTION DU TRAIT DE COTE SUR LES PHOTOGRAPHIES AERIENNES DE L'IGN ET LES CARTES ANCIENNES DU SHOM La digitalisation des traits de côte (pied de falaise) a été réalisée pour les cartes anciennes

Plus en détail

Guide de création d anaglyphes à partir de photographies aériennes. Direction des inventaires forestiers

Guide de création d anaglyphes à partir de photographies aériennes. Direction des inventaires forestiers Guide de création d anaglyphes à partir de photographies aériennes Direction des inventaires forestiers Ministère des Ressources naturelles Secteur des forêts Août 2013 ÉQUIPE DE RÉDACTION Antoine Lebœuf,

Plus en détail

Géométrie discrète Chapitre V

Géométrie discrète Chapitre V Géométrie discrète Chapitre V Introduction au traitement d'images Géométrie euclidienne : espace continu Géométrie discrète (GD) : espace discrétisé notamment en grille de pixels GD définition des objets

Plus en détail

Recrutement souhaité le plus tôt possible date limite de candidature : 27 avril 2014

Recrutement souhaité le plus tôt possible date limite de candidature : 27 avril 2014 FICHE DE POSTE Intitulé du poste : Chargé (e) de mission auprès du directeur de l administration générale et des finances «Administration fonctionnelle, cartographies et outils de pilotage» N VISIO poste

Plus en détail

Réunion du 16 septembre 2014

Réunion du 16 septembre 2014 Réunion du 16 septembre 2014 Présents Benoit GOURGAND Thierry SAFFROY Jacques BOUFFIER Emmanuel MAUGEAIS Sylvie GRAS Hélène DURAND Laure WATEAU Sophie FOULARD Thierry TOUZET Julien RAVENEL Pascal BARILLÉ

Plus en détail

Mercuriale des prix de réparation des OA

Mercuriale des prix de réparation des OA Centre d études et d expertises sur les risques l environnement, la mobilité et l aménagement Direction Territoriale Ouest Club Régional Ouvrages d Art Saumur, 24 septembre 2014 Mercuriale des prix de

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Séminaire sur les réseaux de suivis Mercredi 19 mars 2014 ; Beautour Benoît Marchadour (LPO Pays de la Loire) Plan de la présentation

Plus en détail

Cahier des Clauses techniquesparticulières

Cahier des Clauses techniquesparticulières ARCHES PUBLICS MAIRIE DE BASTIA Avenue Pierre Guidicelli 20410 BASTIA CEDEX MARCHE D ETUDES A MAITRISE D OUVRAGE EN VUE DE L ORIENTATION ET DU DEVELOPPEMENT DU SYTEME D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SERVICE

Plus en détail

Evaluation de l Aléa incendie de forêt

Evaluation de l Aléa incendie de forêt Evaluation de l Aléa incendie de forêt Secteur des Chartreuses du Boulou Note Méthodologique Février 2012 A partir de la méthodologie pour le diagnostic, l affichage et le traitement du risque d incendies

Plus en détail

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire SIG Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire Comment utiliser la directive Inspire à l échelle d un SIG historique pour en assurer la refonte? Claire Devaud

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Plateforme Nationale de Modélisation des inondations

Plateforme Nationale de Modélisation des inondations Plateforme Nationale de Modélisation des inondations Base de données nationales intégrant les nouvelles données LIDAR F. Pons, B. Bader CETE Méditerranée, CETMEF Maîtres d'ouvrage: MEEDDE/DGPR, IFSTTAR.

Plus en détail

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie

Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Logiciel Concerto Outil de connaissance de l accidentologie Un outil de la connaissance de l accidentologie Concerto est un applicatif SIG dédié à la connaissance de l accidentologie : Il est conçu pour

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

DESCRIPTION DE L APPLICATION GEOANALYSTE

DESCRIPTION DE L APPLICATION GEOANALYSTE CRENAM Centre de REcherches sur l'environnement et l'aménagement CNRS UMR5600 / Université Jean Monnet Saint Etienne Renaud.Mayoud (Renaud.Mayoud@univ-st-etienne.fr) Thierry.Joliveau (Thierry.Joliveau@univ-st-etienne.fr)

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020

Évaluation environnementale stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Évaluation stratégique du programme opérationnel INTERREG V Caraïbes 2014-2020 Note additive présentant les modifications apportées à la version du rapport environnemental intermédiaire ayant servi de

Plus en détail

Spécifications de contenu informationnel : Cartographie des risques d inondation des infrastructures d AAC en Saskatchewan

Spécifications de contenu informationnel : Cartographie des risques d inondation des infrastructures d AAC en Saskatchewan Cartographie des risques d inondation des infrastructures d AAC en Saskatchewan Spécifications de contenu informationnel produites conformément à la norme ISO Révision : A Spécifications de contenu informationnel

Plus en détail

Urbanisme et Standards Covadis

Urbanisme et Standards Covadis Urbanisme et Standards Covadis 12 Octobre 2012 Service Connaissance des Territoires et Prospective Unité SIG / Valorisation de données Sommaire 1/ les différents standards de la COVADIS du thème Urbanisme

Plus en détail

Activité par les élèves : Parallaxe : À quelle distance se trouve cette étoile?

Activité par les élèves : Parallaxe : À quelle distance se trouve cette étoile? SNC1D Étude de l Univers Activité par les élèves : Parallaxe : À quelle distance se trouve cette étoile? Sujets distance / unités astronomiques année-lumière parsec parallaxe Durée préparation : 5 min

Plus en détail

CST-RT021-part 3:2013

CST-RT021-part 3:2013 CST-RT021-part 3:2013 Annexe sur les transformations couleur Groupe de travail CST-RT-021-MFFW Nom Version Auteur Date de publication CST-RT021-part3:2013 1 François Helt 24 mars 2014 CST-RT021-MFFW 1.1

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre

Bases de Données. Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Bases de Données Le cas des BD relationnelles ouverture sur les BD relationnelles spatiales Séance 2 : Mise en oeuvre Synthèse : conception de BD langage de modélisation famille de SGBD SGBD Analyse du

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Mobilité du trait de côte et cartographie historique

Mobilité du trait de côte et cartographie historique Mobilité du trait de côte et cartographie historique 1 Frédéric POUGET Université de La Rochelle UMR 6250 LIENSS (Littoral Environnement et SociétéS) Colloque Les littoraux à l heure du changement climatique

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Cécile Haëck Nicolas Klein Rencontres SIG la Lettre 2009 Session «Le grand boom de la 3D» 1 En rubriques 1. Le

Plus en détail

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ PROCÉDURE A DESTINATION DES MAITRES D'OUVRAGE DES INVENTAIRES DE ZONES HUMIDES SUR LE FINISTÈRE MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ 2 Contexte Cette procédure est proposée par la CAMA et a fait l'objet

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

RAPPORT présenté par. Monsieur Alain COUSIN. Député de la Manche. Laurent Mignaux - Meddtl

RAPPORT présenté par. Monsieur Alain COUSIN. Député de la Manche. Laurent Mignaux - Meddtl Propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer, partagée entre l'état et les collectivités territoriales Laurent Mignaux - Meddtl

Plus en détail

Club utilisateurs Logiciels Chouette et Irys

Club utilisateurs Logiciels Chouette et Irys Club utilisateurs Logiciels Chouette et Irys 28 mai 2014 La Défense Agence française pour l information multimodale et la billettique - AFIMB Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Energie

Plus en détail

Excel VBA. La gestion sous. Techniques quantitatives de gestion. CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi

Excel VBA. La gestion sous. Techniques quantitatives de gestion. CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi C o l l e c t i o n F i n a n c e Chelali Herbadji La gestion sous Excel VBA et CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi Techniques quantitatives de gestion, 2012

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Le websig FFRandonnée :

Le websig FFRandonnée : Le websig FFRandonnée : un outil de référence dédié à la gestion des itinéraires de randonnée De nouvelles compétences à acquérir pour les bénévoles Outils ESRI utilisés : ArcGIS Desktop Standard ArcGIS

Plus en détail

Observatoires du Bruit. Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP

Observatoires du Bruit. Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP Observatoires du Bruit Import des données du Classement sonore : Utilisation de l'outil VSMAP SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 1. INTÉRÊT DE L'UTILISATION DE L'OUTIL VSMAP POUR LA MISE EN FORME DES DONNÉES DE CLASSEMENT

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 11 janvier 2012 Evolution des prix des services mobiles en France Evolutions 2006-2010 Synthèse L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes rend publics les résultats de l étude

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale

Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale Système d information géographique SavGIS 1.SavGIS Présentation générale www.savgis.org SavGIS Conception et architecture : Marc Souris Algorithmique et développement : Marc Souris Programmation : Marc

Plus en détail

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées

PRODIGE V3. Manuel utilisateurs. Consultation des métadonnées PRODIGE V3 Manuel utilisateurs Consultation des métadonnées Pour plus d'information sur le dispositif : à remplir par chaque site éventuellement 2 PRODIGE V3 : Consultation des métadonnées SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013

Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Comment mieux lutter contre la fraude à l assurance? Gestion de sinistres Odilon Audouin, le 4 avril 2013 Eléments de contexte Un coût significatif, une évolution des typologies Selon l ALFA (sur la base

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Fonctionnalités d un SIG : les 5 A. Les systèmes d information géographique peuvent être constitués pour répondre à différentes demandes.

Plus en détail

Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux

Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux Thème 3 : la sémiologie usages et renouveau Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux Françoise Bahoken Représenter sur une carte toute l information disponible dans une matrice de flux,

Plus en détail

Présentation de SynFolio

Présentation de SynFolio SynFolio v1.50 - mai 2015 1 sur 18 Présentation de SynFolio SynFolio fournit une vision complète et synthétique de l'évolution de son portefeuille boursier depuis sa création. Après avoir renseigné les

Plus en détail

ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE»

ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE» ESTIMATION DE LA POPULATION EN ZONE INONDABLE PAR LA METHODE DITE «INSEE» GUIDE PRATIQUE -1 - Estimation de la population en zone inondable par exploitation du recensement de la population Guide pratique

Plus en détail

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva

Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Proposition technique et financière pour Le raccordement Sur le réseau public de distribution électricité Raccordement de puissance < kva Numéro d affaire : Etablie entre : Vialis, Gestionnaire de Réseau

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

MEGA Application Portfolio Management. Guide d utilisation

MEGA Application Portfolio Management. Guide d utilisation MEGA Application Portfolio Management Guide d utilisation MEGA 2009 SP5 R7 2ème édition (novembre 2012) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis

Plus en détail

DEGRE DE FAISABILITE : Très simple, relativement rapide et sans grosses contraintes.

DEGRE DE FAISABILITE : Très simple, relativement rapide et sans grosses contraintes. PROTOCOLE «Terre-Nickel» «Opération simple de nettoyage à pieds des déchets sur le littoral terrestre» Rédigé par Michaël Rard Observatoire Marin de La Réunion (Mis à jour le 02/03/2013) OBJECTIFS : -

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

SUPPORT DE COURS ZWCAD+ 2014 NIVEAU 3D

SUPPORT DE COURS ZWCAD+ 2014 NIVEAU 3D ZWCAD+ NIVEAU 3D Copyright 2013 Tous droits réservés ZW France Page 1 SOMMAIRE 1. L INTERFACE RUBAN... 3 2. VISUALISER EN 3D... 4 3. VOIR et SE POSITIONNER EN 3D... 5 4. CREER LES OBJETS 3D DE BASE...

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

INSTRUCTION INTERNE POUR L ORGANISATION DE LA COMMANDE PUBLIQUE

INSTRUCTION INTERNE POUR L ORGANISATION DE LA COMMANDE PUBLIQUE 1 / 15 INSTRUCTION INTERNE POUR L ORGANISATION DE LA COMMANDE PUBLIQUE Mise à jour mars 2010 Sommaire Préambule. I Evaluation des besoins. I- 1 Fournitures. I- 2 Services et études. I- 3 Travaux. II Passation

Plus en détail

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE DOCUMENT N 2 : REGLES GENERALES ET PARTICULIERES Décembre 2007 SOMMAIRE ZPPAUP DE LEUCATE DOCUMENT 1 : LE DIAGNOSTIC

Plus en détail