Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique"

Transcription

1 Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique Ursula Ackermann Cheffe du Service de la santé de la Ville de Berne Quintessence P Les activités de la médecine scolaire ont une grande importance pour la santé publique avec l épidémiologie, la promotion vaccinale, l enquête sur les tendances sanitaires et la collaboration à la promotion de la santé à l école. P En se focalisant sur des enfants avec leur besoins pédagogiques et médicaux spécifiques, elles ont en outre un côté sociocompensatoire basé sur le diagnostic précoce et le conseil individuel. P Le large accès à tous les intervenants scolaires et la collaboration interdisciplinaire avec d autres services parascolaires sont d importants facteurs de réussite. P Bases obligatoires des instances supérieures, possibilités de perfectionnement et simplification administrative font partie des conditions cadres encore à améliorer. Introduction Avec son accès illimité à l école, elle peut découvrir à temps les enfants et adolescents ayant des besoins particuliers dans les domaines sanitaire, social et pédagogique. Ce qui a toute son importance lorsque le milieu familial ne reconnaît pas et n évalue pas correctement le besoin d intervenir. Il est également judicieux de profiter une dernière fois de ce seul large accès aux prestations de prévoyance et de prévention pour les adolescents avant qu ils quittent l école obligatoire. La manière de voir des grands services de médecine scolaire tels que ceux des grandes villes peut être quelque peu différente de celle des services périphériques. Dans les centres urbains, avec leur très grand anonymat, le besoin de services de dépistage sanitaire est certainement plus grand. Mais au fond, les tâches sont les mêmes à quelques exceptions près et la différenciation entre grands services et services périphériques doit déterminer la quantité de l input de la m édecine scolaire et pas ses contenus. Un catalogue des prestations de la médecine scolaire moderne comporte les champs d action suivants: L auteure n a déclaré aucune obligation financière ni personnelle en rapport avec cet article. Le catalogue des tâches de la médecine scolaire s est constamment développé ces 100 dernières années et s est adapté aux mondes des enfants et adolescents qui ont fondamentalement changé, à leur situation et leurs perspectives sanitaires. Il n y a ainsi plus aucune maladie en Suisse secondaire à la famine ou à des conditions d habitation dangereuses pour la santé. Notre société multioptions par contre pose de hautes exigences à la formation, aux compétences sanitaires et à l auto-responsabilité pour la santé. Il y a de nombreuses personnes et familles qui sont dépassées que ce soit en raison de connaissances insuffisantes (ou du non-accès à ces connaissances), de la priorité de problèmes existentiels ou encore de l indigence. Ce qui provoque des lacunes éducationnelles, des comportements inadéquats avec mise en danger de la santé. Combler ces lacunes est souvent délégué à l école, ce qu elle ne peut faire de manière suffisante en plus de son principal mandat, mais elle essaie toujours de créer des conditions visant à promouvoir la santé et d encourager toujours plus les parents à participer à ces efforts. Elle a besoin pour ce faire d aide spécialisée. Le soutien de l école comme espace vital faisant la promotion de la santé est donc aussi une partie du spectre élargi de la médecine scolaire et se focalise actuellement davantage sur le développement des ressources de tous les intervenants scolaires. La notion d équilibre des chances de santé, socialement variables, par la médecine scolaire est restée jusqu ici. Dépistage précoce compensation sociale Avec l évolution de la société dont il a été question plus haut, les tâches sociocompensatoires sont de nouveau importantes. Dans son activité, le médecin scolaire rencontre les groupes cibles ayant des besoins particuliers là où ils se trouvent (obligatoirement). Le suivi scolaire de tous les enfants empêche que ces besoins soient exhibés, l examen isolé des cas à problèmes souvent demandé provoquant une réaction de défense des intéressés. L idéal est qu une visite de la classe et une discussion avec l enseignant précèdent l examen. Pour un bon dépistage précoce au jardin d enfant, il est important qu un parent ou un responsable soit présent lors de l examen pour pouvoir donner l anamnèse et recevoir des informations. Ce qui prolonge l examen, c est vrai, mais le rend plus efficace et supprime de longues demandes de renseignements par téléphone et secondes consultations. La connaissance des conditions scolaires permet une appréciation globale de la situation de l enfant examiné. Dépistage précoce ne veut pas seulement dire reconnaître à temps le besoin d intervenir ou de traiter mais ouvrir l accès à d autres mesures l une des très importantes fonctions de la médecine scolaire, qui n entreprend aucun traitement par elle-même. Il faut pour cela une bonne relation avec les centres spécialisés (pédiatres, services sociaux scolaires, conseils éducationnels, etc.) et de bonnes connaissances des Forum Med Suisse 2011;11(36):

2 Dépistage précoce signifie aussi: ouvrir l accès à des mesures complémentaires particularités culturelles et des besoins de chaque groupe cible. Le catalogue des examens de médecine scolaire donne actuellement plus de poids aux composantes psychosociales et fait ainsi de la discussion avec les personnes concernées un élément prioritaire de l examen. C est surtout aux adolescents que cette discussion donne l impression que leurs préoccupations et soucis sont pris au sérieux et crée de la sorte une base de confiance pour de futurs contacts en situation d urgence. Le dépistage précoce comprend les activités de médecine scolaire suivantes: Ecouter ou dépister les problèmes, motiver et conseiller (pour les ados les parents et avec leur autorisation les enseignants responsables). Analyse du besoin d offres de soutien et de traitement, transfert à des centres spécialisés extérieurs (si nécessaire avec accompagnement) et coordination des mesures. Ouvrir l accès à des offres de soutien pour améliorer les chances scolaires et à des mesures parascolaires en cas de maladie chronique ou de handicap. En cas de suspicion de grave danger, mettre en route les mesures de protection de l enfance. Les sujets typiques dans le domaine du dépistage précoce sont troubles du développement importants pour (l entrée à) l école (par ex. motricité, langage), alimentation et activité physique, troubles du sommeil, troubles comportementaux et dépressions, projets professionnels et aptitude sanitaire. Maltraitance infantile et abus sexuel sont devenus des sujets toujours plus fréquents d epuis une dizaine d années et exigent une attention particulière, de même qu une formation spécifique du personnel impliqué sur les droits et devoirs, la documentation et la protection des données. Information Bien que pas plus que les spécialistes du monde médical, les médecins scolaires ont un avantage en matière de connaissances, et donc l aptitude non seulement de communiquer simplement et correctement des interrelations sanitaires complexes, mais aussi d analyser les contenus de manière adéquate. Cette compétence leur permet de soutenir les enseignants dans la préparation d entretiens et de projets sur la santé, de leur épargner de longues recherches et d entretenir leur motivation à mettre en pratique un exposé sur la promotion de la santé. Et avec leur soutien, ils confèrent une plus grande importance auprès des parents aux sujets sanitaires traités à l école. Les activités de médecine scolaire en matière d information peuvent être: répondre aux questions sur la santé posées par le personnel et les autorités scolaires; distribuer du matériel d information et les adresses des centres/personnes spécialisés; collaborer aux séances d information scolaires pour les parents et à l entretien. Les sujets typiques de l information de la médecine scolaire sont: heures passées devant la TV et concentration, alimentation et performances scolaires, disposition scolaire, poids du sac d école, sport à l école en cas de chaleur et d excès d ozone, maintien à domicile des enfants malades, pharmacie de la course d école, nicotine et alcool, protection contre le VIH et les autres m aladies transmissibles. Du fait que l information à elle seule ne fait pas changer de comportement mais provoque tout au plus une sensibilisation, elle doit être combinée à des actions et mesures subséquentes. Il est donc parfaitement légitime qu avec le manque de temps la médecine scolaire périphérique ne participe qu à la sensibilisation et fasse intervenir les services spécialisés (par ex. sexopédagogie) pour la suite du soutien. Promotion de la santé à l école L école a un rôle important sur la santé à deux titres. Pour le premier, avec son mandat central d enseignement, elle a une influence sur le niveau de formation f utur et l appartenance à une couche sociale (et donc i ndirectement sur les chances de santé), et pour le second elle peut aussi influencer directement la santé en offrant un monde scolaire dans lequel la promotion de la santé peut être apprise et pratiquée pour ainsi dire chaque jour. Ces 15 dernières années, le mouvement de l école faisant la promotion de la santé s est certes introduit auprès du personnel scolaire engagé, mais pas encore dans de nombreuses têtes. Les nombreuses controverses sur les concepts et méthodes de promotion de la santé ne sont pas très utiles à ce propos, de même que les recoupements de programmes de contenu semblable (climat scolaire, école sans violence, école engagée, etc.). Et là où la promotion de la santé figure déjà dans le plan d enseignement, les ressources font parfois défaut, de même que la volonté de mise en pratique structurée, ce qui fait que la promotion de la santé à l école débouche sur des actions isolées qui frappent le public mais sont inefficaces. Cela peut effrayer des m édecins scolaires déjà très sollicités. Mais avec une méthode pragmatique, la participation de la médecine scolaire au développement de la conception promotion de la santé du monde scolaire peut avoir tout son sens et être réalisable, avec: conseil dans la conception d infrastructures pour la promotion de la santé (bâtiment scolaire et environnement); collaboration aux projets de promotion de la santé (par ex. sous forme de formation des enseignants); soutien de la médecine scolaire à la direction autonome de l école et promotion de la santé au poste de travail école (fonction de médecin du travail pour le personnel); soutien de l école dans le travail auprès des parents (le comportement sain à la maison doit appuyer les efforts de l école); Forum Med Suisse 2011;11(36):

3 Pourcentage des élèves de 8 e année avec 2 vaccinations contre la rougeole /01 01/02 02/03 03/04 04/05 05/06 06/07 07/08 08/09 lobbying pour une promotion continue de la santé (instances scolaires, politique communale). S il y a de gros obstacles, par ex. implémentation de l intégration, il vaut parfois la peine de siéger à la commission scolaire pour bien montrer le bénéfice pour la santé d un changement avec le poids de la compétence médicale ou influencer des décisions pouvant compromettre la santé avec des arguments professionnels. Les importants sujets de la promotion de la santé à l école sont: salles de gymnastique et incitation à l activité physique, salles d isolement pour travail de concentration, protection contre le bruit, sécurité, cantines scolaires offrant une nourriture saine, mauvaises conditions de travail et stress du personnel enseignant. Un sujet très populaire il y a 20 ans et qui menace de s effacer actuellement avec les grands changements de l école est la saine position assise. Mobilier non adapté aux âges, hauteurs de pupitres mal réglées, mauvaise distribution de places pour droitiers et gauchers, absence de pauses pour bouger et d alternatives aux sièges standards sont un bon champ d activité pour la médecine scolaire. Mesures épidémiologiques et d hygiène scolaire Ex-You/Alb/Turquie Autres Il y a bien sûr toujours la prévention des maladies transmissibles, mais avec leurs meilleurs traitements et/ou leurs incidences en diminution le temps qui lui est imparti s est rétréci. Par contre, celui consacré à l information professionnelle sur les nouveaux vaccins a plutôt augmenté. Les activités suivantes sont du domaine de l épidémiologie: promotion vaccinale (information sur les vaccins, motivation); contrôle vaccinal (enregistrement du status vaccinal ou des lacunes) et vaccinations (isolément ou action) ou recommander la vaccination par le médecin traitant; exécution de mesures ordonnées par le médecin cantonal visant à réduire la propagation de maladies 09/10 I/E/P Tous Suisse/Allemagne Figure 1 Réactions aux vaccinations par nation (chiffres du Service de la santé de la Ville de Berne). dangereuses (par ex. méningite), conseil aux instances scolaires et collaboration à la communication aux différents groupes cibles; contrôle de l hygiène du bâtiment scolaire. Les sujets d actualité sont ici surtout l amélioration de la compliance aux vaccins, le contrôle de l ancienne et la préparation à la prochaine pandémie de grippe, de même que la lutte contre les poux toujours actuelle. Pour les vaccinations, la médecine scolaire a surtout la promotion pour tâche, et ensuite le comblement des lacunes pour les groupes cibles non pris en charge par la médecine privée. Il ne s agit pas ici de convaincre les adversaires notoires des vaccins mais d informer et soutenir ceux qui ne reçoivent pas l information pour des questions de langue ou autres, ou ceux qui ont besoin d abaisser leur seuil pour le faire (par ex. par une offre sur place). Il faut également tenir compte des différentes attitudes des nationalités vis-à-vis des vaccins (fig. 1 x) et réfléchir comment et où quel groupe peut être le mieux atteint avec l offre de vaccins. La médecine scolaire se concentre avantageusement sur le comblement des lacunes vaccinales à la fin de l école obligatoire. Ces dernières années par ex., les a ctions vaccinales contre l hépatite et l HPV (Human Papilloma Virus) font leurs preuves dans les classes supérieures, avec l information de classes entières qui ne prend que peu de temps. Même s il faut toujours obtenir ensuite l aval des parents, la compliance vaccinale est nettement meilleure à cet âge. La pandémie de grippe 2009 a montré malgré sa bénignité que la communication de situations de crise p otentiellement dangereuses pour la santé est une tâche aussi délicate que difficile, qu il faut des améliorations pour l information donnée aux groupes cibles, dans les compétences pour sa diffusion et le financement des mesures de prévention. Il n a pas été étonnant à ce propos que les conditions d hygiène ne soient pas partout au top dans les écoles et que le lavage manuel doive de nouveau être plus exercé. C est un devoir pour la médecine scolaire de s engager pour qu il y ait une possibilité de se laver les mains dans chaque classe et en cas de pandémie de veiller à ce que les linges toujours humides, sources d infection (fig. 2 x), soient remplacés par des essuie-mains en papier même si cela implique une explication avec le concierge. Analyse des évolutions sanitaires et rédaction de rapports sur la santé De manière générale, en Suisse les données sur la santé des enfants et adolescents ne sont présentes que sporadiquement, les bases de la conception professionnelle de mesures et le contrôle de leur efficacité font défaut. Le travail de persuasion auprès des décideurs politiques sans données à ce sujet est beaucoup plus difficile et moins efficace. Les services des grandes villes saisissent déjà de modestes données et les services périphériques de médecine scolaire pourraient eux aussi le faire avec l aide professionnelle et financière d institutions plus haut placées. En plus des données solides (par ex. indice de masse corporelle ou Body Mass In- Forum Med Suisse 2011;11(36):

4 observation des tendances sanitaires (par âge, sexe ou nationalité) par prise d avis (adolescents, parents, enseignants); analyse des données de médecine scolaire obtenues; communication des résultats aux instances responsables; initiation de monitorings sur les sujets montrant un (nouveau) besoin d action et permettant aussi de contrôler les résultats à long terme des actions entreprises. Les sujets d actualité pour un monitoring et l analyse d un besoin d action chez les enfants et adolescents en âge de scolarité pourraient être: obésité (fig. 3 x), consommation de médias et toxicomanie, sortie d école sans place d apprentissage, dépressions et tendance suicidaire. Figure 2 Toilettes d un jardin d enfants (photo Service de la santé de la Ville de Berne). Proportion d obèses 20% 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 17,1% 3,3% 15,2% 3,0% 16,8% 14,6% 4,2% 15,8% 18,1% 2,7% 3,5% 3,9% 17,1% 3,4% 17,8% 4,1% 18,0% 4,3% 18,2% 3,7% Qu est-ce qui contribue à la réussite de l intervention de la médecine scolaire? La médecine scolaire dans son travail peut profiter de la proximité des écoles, de la bonne connaissance de ce qui s y passe et de la facilité d accès à l institution et au monde scolaires, avec tous ceux qui y travaillent. Le fait que l offre de la médecine scolaire fasse partie de l activité courante de l école et soit gratuite pour les parents facilite l accès à des groupes à risque socialement défavorisés. A condition que la continuité du personnel de la médecine scolaire soit plus ou moins garantie, le développement d enfants ayant des besoins scolaires particuliers peut être suivi pendant toute la scolarité avec toutes ses étapes. La relation avec d autres services p arascolaires permet des coopérations interdisciplinaires et le transfert de savoir-faire. La proximité de l administration communale en tant qu employeur, ou un siège à la commission scolaire, permet d avoir une influence sur la politique communale, ce qui peut améliorer les conditions scolaires importantes pour la santé. L accès de la médecine scolaire aux groupes cibles ouvre également des possibilités de participation. 0% 1998/ / /01 Excès pondéral et obésité 2001/ / / /05* dont obésité 2005/ / /08 tendance * Les chiffres 2004/05 ont été faussés par un biais de mesure ou de calcul indécelable et ont été exclus du calcul de la tendance Figure 3 Obésité des écoliers avec le temps (mesurée par le Service de la santé de la Ville de Berne). 2008/09 dex), d autres observations «molles» devraient être possibles, comme ce que disent les adolescents dans les discussions de médecine scolaire, pour avoir une image des besoins et des tendances évolutives. Ce qui serait dans l intérêt de la médecine scolaire, car son travail n est pas a priori bon mais doit être contrôlé quant à son besoin et à son action. Dans le domaine de la saisie de données de médecine scolaire, les activités suivantes (dans les conditions a ctuelles plutôt des services principaux) ont tout leur sens: Quelles conditions cadres doivent encore être améliorées? Il n y a pas de bases légales ni de cahier des charges uniformes aussi bien pour la médecine scolaire que pour la promotion de la santé à l école, et de ce fait jusqu à un certain point ni d obligation. Pour bien assumer la tâche d information, il faut que les instances supérieures mettent à disposition un matériel d information uniforme, actuel et traduit. A l ère de l Internet et avec le manque général de ressources, ce ne peut plus être du ressort de la médecine scolaire locale ni des communautés scolaires. Des déclarations communes et nationales dans de tels documents d information renforceraient l information de la médecine scolaire et empêcheraient que différentes opinions sur le même sujet éveillent l intérêt des médias. Au niveau supérieur, il faudrait que soit proposée une plate-forme de connaissances et une formation postgraduée spécifique Forum Med Suisse 2011;11(36):

5 Des déclarations communes et nationales renforceraient l information de la médecine scolaire aux médecins scolaires, qui augmente l attractivité de leur fonction et puisse également faciliter le recrutement de personnel médical adéquat. L activité de la médecine scolaire moderne est attractive et intéressante, mais parfois aussi administrativement désagréable. La facturation des vaccins notamment v arie d un canton à l autre, n est pas bien réglée et non seulement diminue la compliance des groupes cibles mais aussi la volonté de vacciner de la part des services médico-scolaires. Surmonter des positions irrationnelles et le désintérêt politique pour ce secteur de travail est un défi permanent. Mais avec l engagement n écessaire, les chances restent intactes de pouvoir faire quelque chose dans le monde de l école de même que dans les familles. Les contacts interdisciplinaires avec les services sociaux et de l éducation et les intrusions dans les salles des maîtres et les classes en font un travail très varié et jamais ennuyeux. Remerciements Je remercie le Dr Christian Hindermann, pédiatre à Aarau, d avoir bien voulu parcourir ce texte. Correspondance: Dr Ursula Ackermann Eigerstrasse 7 CH-3007 Bern Forum Med Suisse 2011;11(36):

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Années 2009/2010. En mouvement vers son équilibre! www.alimentationmouvementvs.ch. Un programme de Promotion Santé Valais (PSV)

Années 2009/2010. En mouvement vers son équilibre! www.alimentationmouvementvs.ch. Un programme de Promotion Santé Valais (PSV) Années 2009/2010 En mouvement vers son équilibre! www.alimentationmouvementvs.ch Un programme de Promotion Santé Valais (PSV) Le poids corporel sain, Quoi de nouveau depuis 2008? Depuis la parution de

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012 Résumé Programme National Alcool 2008 2012 Programme National Alcool 2008 2012 Genèse et contenu du PNA En 2005, le Conseil fédéral a chargé l Office fédéral de la santé publique (OFSP) de faire le point

Plus en détail

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS)

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS) Programmes d activités physiques s parascolaires pour les filles et les jeunes femmes POLITIQUE ET RECOMMANDATIONS DROIT D AUTEUR 2011 ACAFS Octobre 2011 Les fournisseurs de programmes d activités physiques

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

«Droit à disposer de son corps»

«Droit à disposer de son corps» CAHIER DES CHARGES Etudiant(e)s, Sexualité et Prévention Concours de création d outil pédagogique «Droit à disposer de son corps» PROJET : Mutualité Française Auvergne, la MGEN, la CPAM 63, le Service

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er octobre 2014) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes

Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées Cours de prévention des chutes Check-list 2014 Contexte Le projet Via Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées vise

Plus en détail

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001 Programme qualité de l association suisse des services d aide et de soins à domicile Projet 02 Octobre 2001 A propos de la consultation auprès des associations cantonales 24.10.2001-21.11.2001 1. Situation

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée

Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée Projet d aide à la formation continue dans le canton de Berne Révision totale de la loi sur l aide à la formation des adultes (LFA) Version abrégée Octobre 2003 Direction de l'instruction publique du canton

Plus en détail

Qu entend-on par dyslexie et discalculie? Et comment se manifestent-elles à l adolescence et à l âge adulte?

Qu entend-on par dyslexie et discalculie? Et comment se manifestent-elles à l adolescence et à l âge adulte? Aide-mémoire 204 Dyslexie et dyscalculie Cet aide-mémoire vise à présenter aux personnes concernées apprenti-e-s, formatrices / formateurs et parents les mesures d appui envisageables en cours de formation

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Marie-Claire Rey-Baeriswyl, professeure Karin Zürcher, collaboratrice scientifique Haute école

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST Version 1 - mai 2007 Etat de Fribourg Service du personnel et d'organisation rue Joseph-Piller 13 1700 Fribourg SUISSE

Plus en détail

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE GRETA OISE OCCIDENTALE Lycée Paul Langevin Dossier suivi par Evelyne LANGUIGNON Téléphone 03.44.12.14.90 Fax 03.44.12.14.99 Mél. elanguignon.greta@acamiens.fr www.gretabvs.com 3, avenue Montaigne 60000

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

http://www.animetcom.fr/

http://www.animetcom.fr/ http://www.animetcom.fr/ NOS DOMAINES DE FORMATION Education Populaire Sports Loisirs... 3 Petite Enfance Enfance Adolescence... 4 Social et Médico-Social... 5 Commercial et Centre de Profits... 6 Communication

Plus en détail

I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES. 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental

I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES. 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental II FONCTIONS DES INFIRMIERS DANS LES ECOLES ET LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES 1 Accueillir et

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine

Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Guide d aide à la recherche documentaire dans la pédagothèque de l Ireps Aquitaine Ce guide a pour objectif de vous aider dans la recherche documentaire de supports pédagogiques (outils et guides) dans

Plus en détail

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive (adoptée par le Comité des Ministres le 13 décembre 2006, lors de

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale. Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée

Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale. Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée Pour combattre la pauvreté et l exclusion sociale Stratégie de lutte contre la pauvreté CSIAS Version abrégée La présente publication est une version abrégée du rapport Pour combattre la pauvreté et l

Plus en détail

Formation du personnel de la santé: les défis pour la Confédération

Formation du personnel de la santé: les défis pour la Confédération Formation du personnel de la santé: les défis pour la Confédération forumsante.ch Stefan Spycher, vice-directeur de l OFSP Berne, le Sommaire Le rôle de la Confédération et les défis dans la formation

Plus en détail

741.522 Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession

741.522 Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession Ordonnance sur l admission des moniteurs de conduite et sur l exercice de leur profession (Ordonnance sur les moniteurs de conduite, OMCo) du 28 septembre 2007 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

Les parents, de grands observateurs

Les parents, de grands observateurs La dernière semaine du mois d août marque la rentrée des classes de près d un million d élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire au Québec. De ce nombre, environ 160 000 enfants ont des besoins

Plus en détail

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région

«Eval Mater» Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½. inscrits dans les écoles maternelles de la région Une dynamique régionale, des partenariats au travers de quelques outils Eval Mater : le bilan de santé des enfants âgés de 3 ans ½ à 4 ans ½ «Eval Mater» inscrits dans les écoles maternelles de la région

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles»

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles» Projet Institutionnel 2014-2019 Union Départementale des Associations Familiales «Maison pour les Familles» Adopté par l Assemblée Générale de l UDAF53 du 22 mai 2014 EDITO - SOMMAIRE L Union des Associations

Plus en détail

Les femmes **** **** Historique

Les femmes **** **** Historique Les femmes **** Historique Et les femmes? Statistiques Symptômes spécifiques aux femmes atteintes du VIH Biologie et liquides organiques Inégalité Connaissez les faits **** Historique Au début des années

Plus en détail

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 Procédure de qualification TRAVAUX PRATIQUES Assistant en pharmacie CFC / Directive Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 TRAVAIL PRATIQUE IMPOSÉ 1. INSTRUCTIONS (OBLIGATOIRES) 1.1. Répartition

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA JEUNESSE, LAUSANNE Secrétariat général OFFICE DES ECOLES EN SANTE

DEPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA JEUNESSE, LAUSANNE Secrétariat général OFFICE DES ECOLES EN SANTE DEPARTEMENT DE LA FORMATION ET DE LA JEUNESSE, LAUSANNE Secrétariat général OFFICE DES ECOLES EN SANTE En collaboration avec le Département de la santé et de l action sociale (Service de la santé publique)

Plus en détail

Procédure de consultation concernant la 6ème révision de l assurance-invalidité / deuxième train de mesures

Procédure de consultation concernant la 6ème révision de l assurance-invalidité / deuxième train de mesures RECOMMANDE Office fédéral des assurances sociales Domaine Assurance-invalidité Effingerstrasse 20 3003 Berne Berne, le 12 octobre 2010 Procédure de consultation concernant la 6ème révision de l assurance-invalidité

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

Élaboration du schéma régional de prévention : une approche territoriale et populationnelle

Élaboration du schéma régional de prévention : une approche territoriale et populationnelle Élaboration du schéma régional de prévention : une approche territoriale et populationnelle Une élaboration en trois phases successives dans une démarche partenariale 1- Analyser les caractéristiques des

Plus en détail

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4 Appendice A B C D E F G H Abréviations Définitions Bases légales Sites Internet intéressants Organisation de la santé et sécurité au travail Information et formation du personnel Participation Documentation

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

La santé, un avantage sur la concurrence

La santé, un avantage sur la concurrence Gestion de dans l entreprise La santé, un avantage sur la concurrence La motivation et de vos collaborateurs ne vont pas de soi et ne devraient pas être laissées au hasard. Investissez dès à présent dans

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation Les adolescentes et les adolescents face à l alcool Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation L alcool... un problème? Pour la plupart des adolescent-e-s, l alcool n est pas un problème,

Plus en détail

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT Les principes généraux figurant dans la Déclaration d Ottawa sont certes nécessaires pour assurer une

Plus en détail

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Introduction Le Cégep de Sherbrooke est un établissement d enseignement francophone dont la mission première est d œuvrer au développement

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

MAP relative à la médecine scolaire

MAP relative à la médecine scolaire 1 MAP relative à la médecine scolaire Analyse des derniers rapports* rendus sur la médecine (et / ou la santé) scolaire depuis 2011 au regard des 3 enjeux identifiés dans la fiche de cadrage de la MAP

Plus en détail

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES 05 46 27 96 96 Organisme de formation enregistré sous le n 541 701 203 17 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

Plus en détail

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 Pour un meilleur échange entre chercheuses et chercheurs en Suisse : Réseau Recherche en pédagogie spécialisée et banque de données de la recherche du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale Guide Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale 2 Utilisation du présent guide Le présent guide décrit des mesures et des possibilités d action déjà expérimentées. Les

Plus en détail

Programme national alimentation et activité physique 2008 2012 (PNAAP 2008 2012)

Programme national alimentation et activité physique 2008 2012 (PNAAP 2008 2012) Résumé Programme national alimentation et activité physique 2008 2012 (PNAAP 2008 2012) Programme national alimentation et activité physique 2008 2012 1 Défi Le Programme national alimentation et activité

Plus en détail

Contenu de l atelier

Contenu de l atelier Le stress Contenu de l atelier Stress et réactions au stress. Burnout : Définition. Qui peut être concerné? Processus de l épuisement et symptômes. Que faire en cas de constat ou soupçon d un burnout chez

Plus en détail

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 35 au Conseil communal

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 35 au Conseil communal COMMUNE D AVENCHES Municipalité Législature 2011-2016 Préavis municipal n 35 au Conseil communal «Gestion des archives de la commune d Avenches» Approuvé en séance de Municipalité le 27 août 2012 1 Monsieur

Plus en détail

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations 1 préambule L autisme est un trouble neuro-développemental

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou Communiqué de presse Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou De nombreuses personnes dépendantes de l alcool boivent pendant des années à leur place de travail sans que personne

Plus en détail

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions.

COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES. Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. COMMISSION SANTE DU PAYS DES TROIS VALLEES Mise en place en février 2007, en même temps que les autres commissions. Un objectif général : Répondre aux besoins en matière de santé pour les personnes âgées

Plus en détail

Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013

Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013 Offres du secteur Prévention d Addiction Suisse: exemples de projets en cours et de nouvelles idées de projets Etat en juin 2013 PROJETS EN COURS Enfants de familles touchées par l alcool Formation des

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes.

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Ces pistes s adressent aux responsables politiques et administratifs des communes, des cantons et de

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Directives relatives au placement time-out

Directives relatives au placement time-out Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) Office des personnes âgées et handicapées (OPAH) Directives relatives au placement time-out dans la prise en charge résidentielle des enfants

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Résumé Pour le PDC, la solidarité dans un Etat moderne signifie que ce dernier assume une responsabilité envers tous les êtres humains, qu ils soient

Plus en détail

Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour

Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour Lignes directrices de qualité de kibesuisse, la fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant (avant Accueil familial de jour Suisse FSAFJ) pour le placement d enfants institutionnalisé en famille

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

La prévention famille en Finistère

La prévention famille en Finistère ODPE du Finistère La prévention famille en Finistère Le soutien à la parentalité est une conception positive L ESSENTIEL de l accompagnement des familles : il s agit de soutenir les parents ressentant

Plus en détail

Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance

Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance POURQUOI IL EST JUDICIEUX D INVESTIR DANS L ENCOURAGEMENT PRECOCE Neuf arguments en faveur de la formation, de l accueil et de l éducation de la petite enfance Argumentaire destiné aux villes participant

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La formation professionnelle pour tous!

La formation professionnelle pour tous! La formation professionnelle pour tous! Exposé de la position d INSOS Suisse, soutenue par la Conférence des associations de parents de handicapés (CAPH) et par les conférences spécialisées de Curaviva

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

GSE. La gestion de la santé en entreprise (GSE) de SWICA.

GSE. La gestion de la santé en entreprise (GSE) de SWICA. La gestion de la santé en entreprise () de SWICA. : le complément idéal de vos solutions d assurance SWICA. Aves ses assurances-maladie et accidents, SWICA vous apporte un éventail étendu et complet d

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu

Carlo Diederich Directeur Santé&Spa. Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Carlo Diederich Directeur Santé&Spa Tél. + 352 23 666-801 / c.diederich@mondorf.lu Mondorf Healthcare at work Nouveau service destiné aux entreprises en collaboration avec les Services de Médecine du Travail

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Pour une école obligatoire forte

Pour une école obligatoire forte PDC suisse Pour une école obligatoire forte Dégager les potentiels de formation des enfants, encourager la performance et le respect et l épanouissement, exiger le respect de règles et de valeurs Document

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail