Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique"

Transcription

1 Médecine scolaire: trait d union entre médecine individuelle et santé publique Ursula Ackermann Cheffe du Service de la santé de la Ville de Berne Quintessence P Les activités de la médecine scolaire ont une grande importance pour la santé publique avec l épidémiologie, la promotion vaccinale, l enquête sur les tendances sanitaires et la collaboration à la promotion de la santé à l école. P En se focalisant sur des enfants avec leur besoins pédagogiques et médicaux spécifiques, elles ont en outre un côté sociocompensatoire basé sur le diagnostic précoce et le conseil individuel. P Le large accès à tous les intervenants scolaires et la collaboration interdisciplinaire avec d autres services parascolaires sont d importants facteurs de réussite. P Bases obligatoires des instances supérieures, possibilités de perfectionnement et simplification administrative font partie des conditions cadres encore à améliorer. Introduction Avec son accès illimité à l école, elle peut découvrir à temps les enfants et adolescents ayant des besoins particuliers dans les domaines sanitaire, social et pédagogique. Ce qui a toute son importance lorsque le milieu familial ne reconnaît pas et n évalue pas correctement le besoin d intervenir. Il est également judicieux de profiter une dernière fois de ce seul large accès aux prestations de prévoyance et de prévention pour les adolescents avant qu ils quittent l école obligatoire. La manière de voir des grands services de médecine scolaire tels que ceux des grandes villes peut être quelque peu différente de celle des services périphériques. Dans les centres urbains, avec leur très grand anonymat, le besoin de services de dépistage sanitaire est certainement plus grand. Mais au fond, les tâches sont les mêmes à quelques exceptions près et la différenciation entre grands services et services périphériques doit déterminer la quantité de l input de la m édecine scolaire et pas ses contenus. Un catalogue des prestations de la médecine scolaire moderne comporte les champs d action suivants: L auteure n a déclaré aucune obligation financière ni personnelle en rapport avec cet article. Le catalogue des tâches de la médecine scolaire s est constamment développé ces 100 dernières années et s est adapté aux mondes des enfants et adolescents qui ont fondamentalement changé, à leur situation et leurs perspectives sanitaires. Il n y a ainsi plus aucune maladie en Suisse secondaire à la famine ou à des conditions d habitation dangereuses pour la santé. Notre société multioptions par contre pose de hautes exigences à la formation, aux compétences sanitaires et à l auto-responsabilité pour la santé. Il y a de nombreuses personnes et familles qui sont dépassées que ce soit en raison de connaissances insuffisantes (ou du non-accès à ces connaissances), de la priorité de problèmes existentiels ou encore de l indigence. Ce qui provoque des lacunes éducationnelles, des comportements inadéquats avec mise en danger de la santé. Combler ces lacunes est souvent délégué à l école, ce qu elle ne peut faire de manière suffisante en plus de son principal mandat, mais elle essaie toujours de créer des conditions visant à promouvoir la santé et d encourager toujours plus les parents à participer à ces efforts. Elle a besoin pour ce faire d aide spécialisée. Le soutien de l école comme espace vital faisant la promotion de la santé est donc aussi une partie du spectre élargi de la médecine scolaire et se focalise actuellement davantage sur le développement des ressources de tous les intervenants scolaires. La notion d équilibre des chances de santé, socialement variables, par la médecine scolaire est restée jusqu ici. Dépistage précoce compensation sociale Avec l évolution de la société dont il a été question plus haut, les tâches sociocompensatoires sont de nouveau importantes. Dans son activité, le médecin scolaire rencontre les groupes cibles ayant des besoins particuliers là où ils se trouvent (obligatoirement). Le suivi scolaire de tous les enfants empêche que ces besoins soient exhibés, l examen isolé des cas à problèmes souvent demandé provoquant une réaction de défense des intéressés. L idéal est qu une visite de la classe et une discussion avec l enseignant précèdent l examen. Pour un bon dépistage précoce au jardin d enfant, il est important qu un parent ou un responsable soit présent lors de l examen pour pouvoir donner l anamnèse et recevoir des informations. Ce qui prolonge l examen, c est vrai, mais le rend plus efficace et supprime de longues demandes de renseignements par téléphone et secondes consultations. La connaissance des conditions scolaires permet une appréciation globale de la situation de l enfant examiné. Dépistage précoce ne veut pas seulement dire reconnaître à temps le besoin d intervenir ou de traiter mais ouvrir l accès à d autres mesures l une des très importantes fonctions de la médecine scolaire, qui n entreprend aucun traitement par elle-même. Il faut pour cela une bonne relation avec les centres spécialisés (pédiatres, services sociaux scolaires, conseils éducationnels, etc.) et de bonnes connaissances des Forum Med Suisse 2011;11(36):

2 Dépistage précoce signifie aussi: ouvrir l accès à des mesures complémentaires particularités culturelles et des besoins de chaque groupe cible. Le catalogue des examens de médecine scolaire donne actuellement plus de poids aux composantes psychosociales et fait ainsi de la discussion avec les personnes concernées un élément prioritaire de l examen. C est surtout aux adolescents que cette discussion donne l impression que leurs préoccupations et soucis sont pris au sérieux et crée de la sorte une base de confiance pour de futurs contacts en situation d urgence. Le dépistage précoce comprend les activités de médecine scolaire suivantes: Ecouter ou dépister les problèmes, motiver et conseiller (pour les ados les parents et avec leur autorisation les enseignants responsables). Analyse du besoin d offres de soutien et de traitement, transfert à des centres spécialisés extérieurs (si nécessaire avec accompagnement) et coordination des mesures. Ouvrir l accès à des offres de soutien pour améliorer les chances scolaires et à des mesures parascolaires en cas de maladie chronique ou de handicap. En cas de suspicion de grave danger, mettre en route les mesures de protection de l enfance. Les sujets typiques dans le domaine du dépistage précoce sont troubles du développement importants pour (l entrée à) l école (par ex. motricité, langage), alimentation et activité physique, troubles du sommeil, troubles comportementaux et dépressions, projets professionnels et aptitude sanitaire. Maltraitance infantile et abus sexuel sont devenus des sujets toujours plus fréquents d epuis une dizaine d années et exigent une attention particulière, de même qu une formation spécifique du personnel impliqué sur les droits et devoirs, la documentation et la protection des données. Information Bien que pas plus que les spécialistes du monde médical, les médecins scolaires ont un avantage en matière de connaissances, et donc l aptitude non seulement de communiquer simplement et correctement des interrelations sanitaires complexes, mais aussi d analyser les contenus de manière adéquate. Cette compétence leur permet de soutenir les enseignants dans la préparation d entretiens et de projets sur la santé, de leur épargner de longues recherches et d entretenir leur motivation à mettre en pratique un exposé sur la promotion de la santé. Et avec leur soutien, ils confèrent une plus grande importance auprès des parents aux sujets sanitaires traités à l école. Les activités de médecine scolaire en matière d information peuvent être: répondre aux questions sur la santé posées par le personnel et les autorités scolaires; distribuer du matériel d information et les adresses des centres/personnes spécialisés; collaborer aux séances d information scolaires pour les parents et à l entretien. Les sujets typiques de l information de la médecine scolaire sont: heures passées devant la TV et concentration, alimentation et performances scolaires, disposition scolaire, poids du sac d école, sport à l école en cas de chaleur et d excès d ozone, maintien à domicile des enfants malades, pharmacie de la course d école, nicotine et alcool, protection contre le VIH et les autres m aladies transmissibles. Du fait que l information à elle seule ne fait pas changer de comportement mais provoque tout au plus une sensibilisation, elle doit être combinée à des actions et mesures subséquentes. Il est donc parfaitement légitime qu avec le manque de temps la médecine scolaire périphérique ne participe qu à la sensibilisation et fasse intervenir les services spécialisés (par ex. sexopédagogie) pour la suite du soutien. Promotion de la santé à l école L école a un rôle important sur la santé à deux titres. Pour le premier, avec son mandat central d enseignement, elle a une influence sur le niveau de formation f utur et l appartenance à une couche sociale (et donc i ndirectement sur les chances de santé), et pour le second elle peut aussi influencer directement la santé en offrant un monde scolaire dans lequel la promotion de la santé peut être apprise et pratiquée pour ainsi dire chaque jour. Ces 15 dernières années, le mouvement de l école faisant la promotion de la santé s est certes introduit auprès du personnel scolaire engagé, mais pas encore dans de nombreuses têtes. Les nombreuses controverses sur les concepts et méthodes de promotion de la santé ne sont pas très utiles à ce propos, de même que les recoupements de programmes de contenu semblable (climat scolaire, école sans violence, école engagée, etc.). Et là où la promotion de la santé figure déjà dans le plan d enseignement, les ressources font parfois défaut, de même que la volonté de mise en pratique structurée, ce qui fait que la promotion de la santé à l école débouche sur des actions isolées qui frappent le public mais sont inefficaces. Cela peut effrayer des m édecins scolaires déjà très sollicités. Mais avec une méthode pragmatique, la participation de la médecine scolaire au développement de la conception promotion de la santé du monde scolaire peut avoir tout son sens et être réalisable, avec: conseil dans la conception d infrastructures pour la promotion de la santé (bâtiment scolaire et environnement); collaboration aux projets de promotion de la santé (par ex. sous forme de formation des enseignants); soutien de la médecine scolaire à la direction autonome de l école et promotion de la santé au poste de travail école (fonction de médecin du travail pour le personnel); soutien de l école dans le travail auprès des parents (le comportement sain à la maison doit appuyer les efforts de l école); Forum Med Suisse 2011;11(36):

3 Pourcentage des élèves de 8 e année avec 2 vaccinations contre la rougeole /01 01/02 02/03 03/04 04/05 05/06 06/07 07/08 08/09 lobbying pour une promotion continue de la santé (instances scolaires, politique communale). S il y a de gros obstacles, par ex. implémentation de l intégration, il vaut parfois la peine de siéger à la commission scolaire pour bien montrer le bénéfice pour la santé d un changement avec le poids de la compétence médicale ou influencer des décisions pouvant compromettre la santé avec des arguments professionnels. Les importants sujets de la promotion de la santé à l école sont: salles de gymnastique et incitation à l activité physique, salles d isolement pour travail de concentration, protection contre le bruit, sécurité, cantines scolaires offrant une nourriture saine, mauvaises conditions de travail et stress du personnel enseignant. Un sujet très populaire il y a 20 ans et qui menace de s effacer actuellement avec les grands changements de l école est la saine position assise. Mobilier non adapté aux âges, hauteurs de pupitres mal réglées, mauvaise distribution de places pour droitiers et gauchers, absence de pauses pour bouger et d alternatives aux sièges standards sont un bon champ d activité pour la médecine scolaire. Mesures épidémiologiques et d hygiène scolaire Ex-You/Alb/Turquie Autres Il y a bien sûr toujours la prévention des maladies transmissibles, mais avec leurs meilleurs traitements et/ou leurs incidences en diminution le temps qui lui est imparti s est rétréci. Par contre, celui consacré à l information professionnelle sur les nouveaux vaccins a plutôt augmenté. Les activités suivantes sont du domaine de l épidémiologie: promotion vaccinale (information sur les vaccins, motivation); contrôle vaccinal (enregistrement du status vaccinal ou des lacunes) et vaccinations (isolément ou action) ou recommander la vaccination par le médecin traitant; exécution de mesures ordonnées par le médecin cantonal visant à réduire la propagation de maladies 09/10 I/E/P Tous Suisse/Allemagne Figure 1 Réactions aux vaccinations par nation (chiffres du Service de la santé de la Ville de Berne). dangereuses (par ex. méningite), conseil aux instances scolaires et collaboration à la communication aux différents groupes cibles; contrôle de l hygiène du bâtiment scolaire. Les sujets d actualité sont ici surtout l amélioration de la compliance aux vaccins, le contrôle de l ancienne et la préparation à la prochaine pandémie de grippe, de même que la lutte contre les poux toujours actuelle. Pour les vaccinations, la médecine scolaire a surtout la promotion pour tâche, et ensuite le comblement des lacunes pour les groupes cibles non pris en charge par la médecine privée. Il ne s agit pas ici de convaincre les adversaires notoires des vaccins mais d informer et soutenir ceux qui ne reçoivent pas l information pour des questions de langue ou autres, ou ceux qui ont besoin d abaisser leur seuil pour le faire (par ex. par une offre sur place). Il faut également tenir compte des différentes attitudes des nationalités vis-à-vis des vaccins (fig. 1 x) et réfléchir comment et où quel groupe peut être le mieux atteint avec l offre de vaccins. La médecine scolaire se concentre avantageusement sur le comblement des lacunes vaccinales à la fin de l école obligatoire. Ces dernières années par ex., les a ctions vaccinales contre l hépatite et l HPV (Human Papilloma Virus) font leurs preuves dans les classes supérieures, avec l information de classes entières qui ne prend que peu de temps. Même s il faut toujours obtenir ensuite l aval des parents, la compliance vaccinale est nettement meilleure à cet âge. La pandémie de grippe 2009 a montré malgré sa bénignité que la communication de situations de crise p otentiellement dangereuses pour la santé est une tâche aussi délicate que difficile, qu il faut des améliorations pour l information donnée aux groupes cibles, dans les compétences pour sa diffusion et le financement des mesures de prévention. Il n a pas été étonnant à ce propos que les conditions d hygiène ne soient pas partout au top dans les écoles et que le lavage manuel doive de nouveau être plus exercé. C est un devoir pour la médecine scolaire de s engager pour qu il y ait une possibilité de se laver les mains dans chaque classe et en cas de pandémie de veiller à ce que les linges toujours humides, sources d infection (fig. 2 x), soient remplacés par des essuie-mains en papier même si cela implique une explication avec le concierge. Analyse des évolutions sanitaires et rédaction de rapports sur la santé De manière générale, en Suisse les données sur la santé des enfants et adolescents ne sont présentes que sporadiquement, les bases de la conception professionnelle de mesures et le contrôle de leur efficacité font défaut. Le travail de persuasion auprès des décideurs politiques sans données à ce sujet est beaucoup plus difficile et moins efficace. Les services des grandes villes saisissent déjà de modestes données et les services périphériques de médecine scolaire pourraient eux aussi le faire avec l aide professionnelle et financière d institutions plus haut placées. En plus des données solides (par ex. indice de masse corporelle ou Body Mass In- Forum Med Suisse 2011;11(36):

4 observation des tendances sanitaires (par âge, sexe ou nationalité) par prise d avis (adolescents, parents, enseignants); analyse des données de médecine scolaire obtenues; communication des résultats aux instances responsables; initiation de monitorings sur les sujets montrant un (nouveau) besoin d action et permettant aussi de contrôler les résultats à long terme des actions entreprises. Les sujets d actualité pour un monitoring et l analyse d un besoin d action chez les enfants et adolescents en âge de scolarité pourraient être: obésité (fig. 3 x), consommation de médias et toxicomanie, sortie d école sans place d apprentissage, dépressions et tendance suicidaire. Figure 2 Toilettes d un jardin d enfants (photo Service de la santé de la Ville de Berne). Proportion d obèses 20% 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 17,1% 3,3% 15,2% 3,0% 16,8% 14,6% 4,2% 15,8% 18,1% 2,7% 3,5% 3,9% 17,1% 3,4% 17,8% 4,1% 18,0% 4,3% 18,2% 3,7% Qu est-ce qui contribue à la réussite de l intervention de la médecine scolaire? La médecine scolaire dans son travail peut profiter de la proximité des écoles, de la bonne connaissance de ce qui s y passe et de la facilité d accès à l institution et au monde scolaires, avec tous ceux qui y travaillent. Le fait que l offre de la médecine scolaire fasse partie de l activité courante de l école et soit gratuite pour les parents facilite l accès à des groupes à risque socialement défavorisés. A condition que la continuité du personnel de la médecine scolaire soit plus ou moins garantie, le développement d enfants ayant des besoins scolaires particuliers peut être suivi pendant toute la scolarité avec toutes ses étapes. La relation avec d autres services p arascolaires permet des coopérations interdisciplinaires et le transfert de savoir-faire. La proximité de l administration communale en tant qu employeur, ou un siège à la commission scolaire, permet d avoir une influence sur la politique communale, ce qui peut améliorer les conditions scolaires importantes pour la santé. L accès de la médecine scolaire aux groupes cibles ouvre également des possibilités de participation. 0% 1998/ / /01 Excès pondéral et obésité 2001/ / / /05* dont obésité 2005/ / /08 tendance * Les chiffres 2004/05 ont été faussés par un biais de mesure ou de calcul indécelable et ont été exclus du calcul de la tendance Figure 3 Obésité des écoliers avec le temps (mesurée par le Service de la santé de la Ville de Berne). 2008/09 dex), d autres observations «molles» devraient être possibles, comme ce que disent les adolescents dans les discussions de médecine scolaire, pour avoir une image des besoins et des tendances évolutives. Ce qui serait dans l intérêt de la médecine scolaire, car son travail n est pas a priori bon mais doit être contrôlé quant à son besoin et à son action. Dans le domaine de la saisie de données de médecine scolaire, les activités suivantes (dans les conditions a ctuelles plutôt des services principaux) ont tout leur sens: Quelles conditions cadres doivent encore être améliorées? Il n y a pas de bases légales ni de cahier des charges uniformes aussi bien pour la médecine scolaire que pour la promotion de la santé à l école, et de ce fait jusqu à un certain point ni d obligation. Pour bien assumer la tâche d information, il faut que les instances supérieures mettent à disposition un matériel d information uniforme, actuel et traduit. A l ère de l Internet et avec le manque général de ressources, ce ne peut plus être du ressort de la médecine scolaire locale ni des communautés scolaires. Des déclarations communes et nationales dans de tels documents d information renforceraient l information de la médecine scolaire et empêcheraient que différentes opinions sur le même sujet éveillent l intérêt des médias. Au niveau supérieur, il faudrait que soit proposée une plate-forme de connaissances et une formation postgraduée spécifique Forum Med Suisse 2011;11(36):

5 Des déclarations communes et nationales renforceraient l information de la médecine scolaire aux médecins scolaires, qui augmente l attractivité de leur fonction et puisse également faciliter le recrutement de personnel médical adéquat. L activité de la médecine scolaire moderne est attractive et intéressante, mais parfois aussi administrativement désagréable. La facturation des vaccins notamment v arie d un canton à l autre, n est pas bien réglée et non seulement diminue la compliance des groupes cibles mais aussi la volonté de vacciner de la part des services médico-scolaires. Surmonter des positions irrationnelles et le désintérêt politique pour ce secteur de travail est un défi permanent. Mais avec l engagement n écessaire, les chances restent intactes de pouvoir faire quelque chose dans le monde de l école de même que dans les familles. Les contacts interdisciplinaires avec les services sociaux et de l éducation et les intrusions dans les salles des maîtres et les classes en font un travail très varié et jamais ennuyeux. Remerciements Je remercie le Dr Christian Hindermann, pédiatre à Aarau, d avoir bien voulu parcourir ce texte. Correspondance: Dr Ursula Ackermann Eigerstrasse 7 CH-3007 Bern Forum Med Suisse 2011;11(36):

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes.

Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Pistes pour le développement de la formation des parents à l intention des cantons et des communes. Ces pistes s adressent aux responsables politiques et administratifs des communes, des cantons et de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

La santé, un avantage sur la concurrence

La santé, un avantage sur la concurrence Gestion de dans l entreprise La santé, un avantage sur la concurrence La motivation et de vos collaborateurs ne vont pas de soi et ne devraient pas être laissées au hasard. Investissez dès à présent dans

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

Lutter contre la discrimination au travail : une attitude payante!

Lutter contre la discrimination au travail : une attitude payante! Lutter contre la discrimination au travail : une attitude payante! La discrimination au travail On parle de discrimination lorsqu une personne est marginalisée ou traitée moins bien que les autres en raison

Plus en détail

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS)

AU NOM DE: L Association canadienne pour l avancement des femmes, du sport et de l activité physique (ACAFS) Programmes d activités physiques s parascolaires pour les filles et les jeunes femmes POLITIQUE ET RECOMMANDATIONS DROIT D AUTEUR 2011 ACAFS Octobre 2011 Les fournisseurs de programmes d activités physiques

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation Les adolescentes et les adolescents face à l alcool Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation L alcool... un problème? Pour la plupart des adolescent-e-s, l alcool n est pas un problème,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012 Résumé Programme National Alcool 2008 2012 Programme National Alcool 2008 2012 Genèse et contenu du PNA En 2005, le Conseil fédéral a chargé l Office fédéral de la santé publique (OFSP) de faire le point

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations 460. Règlement du 0 décembre 0 sur le sport (RSport) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 juin 00 sur le sport (LSport) ; Sur la proposition de la Direction de l instruction publique,

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

Note d orientation 2009-2014

Note d orientation 2009-2014 Note d orientation 2009-2014 medias Ingrid Lieten Vice-Ministre-Présidente du Gouvernement flamand et Ministre flamande de l Innovation, des Investissements publics, des Médias et de la Lutte contre la

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Directives relatives au placement time-out

Directives relatives au placement time-out Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) Office des personnes âgées et handicapées (OPAH) Directives relatives au placement time-out dans la prise en charge résidentielle des enfants

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

A chacun son médecin de famille

A chacun son médecin de famille A chacun son médecin de famille Des médecins de famille pour la Suisse aujourd hui et demain www.fondation-medecins-famille.ch Médecins de famille et pédiatres en Suisse Toute personne, âgée ou jeune,

Plus en détail

Contenu de l atelier

Contenu de l atelier Le stress Contenu de l atelier Stress et réactions au stress. Burnout : Définition. Qui peut être concerné? Processus de l épuisement et symptômes. Que faire en cas de constat ou soupçon d un burnout chez

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie;

1 en ce qui concerne l ergonomie, la formation multidisciplinaire de base complétée par le module de spécialisation en ergonomie; Arrêté royal du 5 décembre 2003 relatif aux spécialisations des conseillers en prévention des services externes pour la prévention et la protection au travail (M.B. 22.12.2003) Modifié par: (1) arrêté

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

L école obligatoire dans le Canton de Zurich

L école obligatoire dans le Canton de Zurich Französisch L école obligatoire dans le Canton de Zurich Informations pour les parents Objectifs et idées directrices L école publique obligatoire du Canton de Zurich repose sur les valeurs fondamentales

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

L audit interne et la lutte contre la. corruption. Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances

L audit interne et la lutte contre la. corruption. Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances L audit interne et la lutte contre la 1 corruption Jean-Baptiste Carpentier Inspecteur Général des Finances 2 Qu est-ce que la corruption? L infraction de corruption est prévue par le code pénal Mais les

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non

Assistant(e) Administratif et Financier G4 Mbuji Mayi 4 Administration et Finances OIM Kinshasa, RDC SVN 2015-14-RDC Oui Non TERMES DE REFERNCES CANDIDATURES INTERNES&EXTERNES I. RENSEIGNEMENTS SUR LE POSTE Titre Grade Lieu d affectation Tranche d ancienneté Famille d emplois Unité administrative Numéro du poste Position Classifié

Plus en détail

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL

Circulaire 2014 05 PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX AU TRAVAIL Prévention des risques psychosociaux au travail dont LE STRESS, LA VIOLENCE et LE HARCÈLEMENT MORAL et SEXUEL PRINCIPE L employeur a une obligation légale de protéger chaque travailleur contre les risques

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 Procédure de qualification TRAVAUX PRATIQUES Assistant en pharmacie CFC / Directive Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 TRAVAIL PRATIQUE IMPOSÉ 1. INSTRUCTIONS (OBLIGATOIRES) 1.1. Répartition

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

L OSAV L OSAV L Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) est le centre de compétence de la Confédération dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la nutrition,

Plus en détail

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER?

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? ROLES DU MEDECIN DU TRAVAIL Assurer les visites médicales: Visites d embauche, Visites périodiques, Visites de reprise, Visites

Plus en détail

Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique

Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique 66 Tableau récapitulatif 1. Projet de budget programme par objectif stratégique US $ millions Afrique Amériques Asie du Sud-Est aux maladies transmissibles 624,9 37,2 212,4 2. Combattre le VIH/sida, la

Plus en détail

Le Stress-Tool pour les entreprises

Le Stress-Tool pour les entreprises En collaboration avec 03.0018. FR 10.2013 Le Stress-Tool pour les entreprises Reconnaître le stress diminuer les charges renforcer l organisation et le bien-être du personnel Informations sur S-Tool: www.s-tool.ch/fr

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques

Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques Préambule La présente charte tend à rassembler l essentiel des principes, valeurs et visions qui sont chères à la Société suisse de la sclérose en

Plus en détail

Remarques et conseils à propos du stage long 2

Remarques et conseils à propos du stage long 2 Remarques et conseils à propos du stage long 2 Zentrum für schulpraktische Studien: Stand April 2012 INSTITUT DE FORMATION DES MAÎTRES DE FRIBOURG Département pour la formation professionnelle scolaire

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

BETHONCOURT 2015 Validée en Commission le 23/04/2015 Validée en CT le 10/04/2015 CHARTE DES ATSEM DE LA COMMUNE DE BETHONCOURT

BETHONCOURT 2015 Validée en Commission le 23/04/2015 Validée en CT le 10/04/2015 CHARTE DES ATSEM DE LA COMMUNE DE BETHONCOURT CHARTE DES ATSEM DE LA COMMUNE DE BETHONCOURT 1 Pourquoi une Charte? Les Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles sont chargés de missions précises qui sont rappelées dans la présente charte

Plus en détail

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt)

sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Ordonnance du 6 mars 2012 Entrée en vigueur : 01.04.2012 sur l intégration des migrants et des migrantes et la prévention du racisme (OInt) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 24 mars

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17

Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Politique de la langue française 91.11.26.08 amendée 09.11.25.17 Introduction Le Cégep de Sherbrooke est un établissement d enseignement francophone dont la mission première est d œuvrer au développement

Plus en détail

Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle

Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle Exigences dans le domaine de la transmission de la culture informationnelle Contributors Dr. Philipp Stalder Hauptbibliothek Universität Zürich Chef du projet compétences en culture informationelle chez

Plus en détail

DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive

DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive DENTISTERIE COMMUNAUTAIRE Dr LEMDAOUI.M.C Maître de conférence A Epidémiologie et Médecine Préventive Depuis toujours, la pratique de la dentisterie traitement des maladies dentaires. Développement concept

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI

EVALUATION 360 MODE D EMPLOI EVALUATION 60 MODE D EMPLOI NARRATIF EVALUATION 60 Définition L entretien annuel d appréciation est la méthode la plus répandue actuellement. Or, une autre pratique se développe, il s agit de l évaluation

Plus en détail