Comment assainir les capitaux propres de ma société?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment assainir les capitaux propres de ma société?"

Transcription

1 58. Comment assainir les capitaux propres de ma société? Si votre société subit des pertes récurrentes, sources de difficultés, vous aurez peutêtre à rechercher des moyens pour assainir la situation bilantielle de l entreprise. Attention à la perte de la moitié du capital! Dans les SA et les SARL, notamment, la loi sur les sociétés commerciales prévoit la consultation obligatoire des associés en cas de «perte de la moitié du capital social». Cette consultation a pour effet de statuer sur une dissolution éventuelle de la société. Si la dissolution est écartée (majorité des cas), la société dispose alors d un délai de deux ans pour régulariser sa situation, soit en reconstituant ses capitaux propres afin que le capital social en constitue au moins la moitié, soit, dans un premier temps, en diminuant son capital à hauteur de la somme des pertes non imputées sur des réserves, et éventuellement, dans un second temps, en l augmentant par un nouvel apport. Il existe différentes manières d assainir le bilan de la société, l objectif étant de lui apporter des moyens de financement nouveaux. Mais la question du choix entre ces méthodes doit aussi être analysée au regard du sort des déficits fiscaux, antérieurs à l opération : la société doit pouvoir conserver la possibilité de les imputer sur les bénéfices fiscaux ultérieurs. Première solution : l imputation des pertes sur le capital! Les associés peuvent réduire purement et simplement le capital en imputant sur ce dernier les pertes comptables. Au plan fiscal, ce système permet à la société de maintenir le report des déficits antérieurs à l opération, mais n apporte pas de moyen de financement nouveau. Une telle opération n a pas d incidence sur le montant global des capitaux propres, mais seulement sur leur composition. Deuxième solution : un abandon de créances! L opération, considérée comme constitutive d un abandon de créance, consiste à apurer les pertes comptables grâce aux comptes courants d associés. Dans ce cas, la variation d actif net (à hauteur des pertes imputées), constitutive d un bénéfice taxable, absorbe les déficits antérieurs reportables, qui ne sont donc plus susceptibles de report. En outre, au niveau des associés, personnes physiques, l opération s analyse comme une perte en capital, qui ne peut faire l objet d aucune déduction fiscale. 88 Vo t r e s o c i é t é au q u ot i d i e n e n 101 q u e s t i o n s-r é p o n s e s,

2 La solution! Le coup d accordéon! Il s agit d opérer une augmentation de capital (incorporation de créances, avance en compte courant, apport) suivie ou précédée d une réduction de capital par apurement des pertes antérieures. L ordre chronologique des opérations n a d importance que lorsque l apport est effectué partiellement ou totalement par des nouveaux associés. Le montant de l augmentation de capital doit être réfléchi : le capital (après augmentation puis apurement des pertes) ne doit pas être inférieur au montant minimum légal. Pour apurer la totalité des pertes antérieures, il est parfois nécessaire de réduire le capital à 0 (risque quand de nouveaux associés arrivent!). Il faut alors faire cette opération sous la condition suspensive d une augmentation de capital (pour le ramener au montant minimum légal). Quelles sont les incidences du coup d accordéon? Pour la société. Outre une possibilité de financement, cette technique est complètement neutre fiscalement : le résultat imposable n est pas affecté et la société conserve la possibilité d imputer sur ces bénéfices fiscaux ultérieurs le report déficitaire. Pour les associés (personnes physiques). Il y a également neutralité fiscale : aucune déduction fiscale possible à leur niveau. Retenez donc que le «coup d accordéon» consiste à augmenter le capital, puis à le réduire par apurement des pertes antérieures. Cela permet à la société de conserver le report des déficits antérieurs sur les bénéfices ultérieurs. Vo t r e s o c i é t é au q u ot i d i e n e n 101 q u e s t i o n s-r é p o n s e s, 89

3 59. Je déménage! Puis-je transférer le siège social de la SARL dans une autre région? Bien évidemment! Vous avez la possibilité de transférer le siège social de votre SARL dans une autre région, voire même dans un autre pays! Le transfert du siège de la société hors du département et des départements limitrophes doit résulter d une seule décision extraordinaire des associés, car il a pour effet de modifier une disposition de l acte constitutif. Si le siège était transféré à l étranger, il faudrait même une décision unanime des associés, car la société perdrait la nationalité française. Tant que le transfert de siège n est pas mentionné sur le K bis, la société doit s assurer du suivi de tous documents qui peuvent lui être adressés et du fait qu elle peut facilement être jointe à sa nouvelle adresse. 90 Vo t r e s o c i é t é au q u ot i d i e n e n 101 q u e s t i o n s-r é p o n s e s,

4 60. Une SCI peut-elle porter l immobilier d exploitation? Est-ce avantageux? Plutôt que de faire acheter le local professionnel par votre société, vous avez préféré créer une SCI. La SCI, dont vous êtes l un des associés, loue donc le local à la société. Quels sont les avantages liés à un tel montage? L objet de la SCI étant la gestion de votre patrimoine immobilier, les recettes vont être constituées, pour l essentiel, par les loyers réglés par vos différents locataires, en l occurrence ici, par votre société, qui déduira ces mêmes loyers de son résultat. Seuls les loyers réellement encaissés au cours de l année d imposition doivent être retenus. Concrètement, vous intégrez les arriérés, de même que les loyers perçus d avance, mais en aucune façon ceux échus mais impayés. Ces produits exceptionnels font suite à une vente d un immeuble appartenant à la SCI. La plus-value est égale à la différence entre le prix de cession du bien et son prix d acquisition. Vous pouvez aussi être taxé pour une plus-value dégagée à l occasion d un apport d immeuble réalisé au profit de la SCI, que ce soit à sa constitution ou ultérieurement. Le revenu imposable est égal à la différence entre les revenus perçus et le montant des frais et charges acquittés par la SCI. Deux possibilités s offrent à vous : le régime micro-foncier permet très simplement de pratiquer un abattement forfaitaire de 30 % censé couvrir l ensemble des charges de la propriété. Aucune autre dépense réelle n est alors déduite des recettes de la SCI ; le régime réel d imposition qui donne, quant à lui, la possibilité de déduire les dépenses engagées pour leur montant réel. Concrètement, si vous êtes placé sous le régime réel, vous pourrez déduire, notamment, les intérêts d emprunt, le montant des travaux dont l objet est le maintien ou la remise en état de l immeuble, les primes d assurances, les frais de gestion, la taxe foncière, les primes d assurances. Sachez que ce régime devient obligatoire dès lors que vos revenus, provenant des loyers perçus par la SCI, excèdent par an. Vo t r e s o c i é t é au q u ot i d i e n e n 101 q u e s t i o n s-r é p o n s e s, 91

5 Qui paie l impôt? Les associés de la SCI! Ce n est pas la SCI qui paie l impôt. Chaque associé est imposé sur la quote-part des bénéfices qui lui revient, en fonction de sa participation au capital de la SCI. Par ailleurs, si la SCI dégage un déficit, il est réparti entre les associés en proportion de leurs droits détenus dans le capital social, et il vient en déduction du revenu global de chacun. Cette déduction est limitée à par an. Les déficits fonciers résultant des emprunts ne peuvent être imputés sur le revenu global de l associé. Vous êtes soumis à différents taux d imposition selon la nature des recettes imposables, à savoir : le barème progressif de l impôt sur le revenu en ce qui concerne la taxation des revenus locatifs ; un taux de 19 %, pourcentage applicable au montant de la plus-value, augmenté des prélèvements sociaux. En pratique, vous isolez celui-ci de vos revenus locatifs «traditionnels» pour lui appliquer une fiscalité propre incluant des mesures d exonération spécifiques à compter du 1 er février 2012 : au-delà de la cinquième année de détention de l immeuble, la plus-value est diminuée d un abattement fixe : 2 % pour chaque année de détention au-delà de la cinquième ; 4 % pour chaque année de détention au-delà de la dix-septième ; 8 % pour chaque année de détention au-delà de la vingt-quatrième. Cet abattement s applique quelle que soit la nature de l immeuble (bâti ou non). Il se calcule par période de douze mois, en faisant abstraction des fractions d années. Le délai de détention court depuis la date d acquisition (soit, en principe, la date de l acte notarié pour les achats et les donations, et la date du décès pour les immeubles reçus en héritage) jusqu à la date de cession, constitutive du fait générateur de l imposition. Les plus-values réalisées sur des immeubles détenus depuis plus de trente ans se trouvent donc effacées par le jeu de l abattement! Par exemple, la plusvalue réalisée le 1 er juin 2012 est exonérée si l immeuble a été acquis avant le 1 er juin En créant une SCI plutôt que de faire acheter le local à votre société, vous vous constituez un patrimoine immobilier que vous mettez à l abri des créanciers de la société! 92 Vo t r e s o c i é t é au q u ot i d i e n e n 101 q u e s t i o n s-r é p o n s e s,

QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI?

QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI? INVESTMENT MANAGEMENT QUELLE EST LA FISCALITÉ DES SCPI? Les dispositions suivantes résument les conséquences fiscales applicables aux associés de sociétés civiles de placement immobilier SCPI et ne sont

Plus en détail

L impôt sur les sociétés : assiette, calcul, gestion des déficits fiscaux, (cours)

L impôt sur les sociétés : assiette, calcul, gestion des déficits fiscaux, (cours) L impôt sur les sociétés : assiette, calcul, gestion des déficits fiscaux, (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les particularités d assiette de l impôt sur les sociétés...

Plus en détail

Déclaration 2013 des sociétés civiles immobilières non soumises à l impôt sur les sociétés

Déclaration 2013 des sociétés civiles immobilières non soumises à l impôt sur les sociétés RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Déclaration à déposer avant le 1 er avril 2014 à la DIRECTION DES SERVICES FISCAUX FISCALITÉ DES PARTICULIERS 13, rue de la Somme BP D2-98848 NOUMEA CEDEX Tél. : 25.76.62 Cadre réservé

Plus en détail

Revenus de la location et détention immobilière. Click to edit Master subtitle style

Revenus de la location et détention immobilière. Click to edit Master subtitle style Revenus de la location et détention immobilière Click to edit Master subtitle style Point de cours: Revenus fonciers Les revenus fonciers sont les revenus que le contribuable tire de la location nue d

Plus en détail

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire du bâtiment par la Société d exploitation

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire du bâtiment par la Société d exploitation LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI Acquisition de l'usufruit temporaire du bâtiment par la Société d exploitation DOSSIER PATRIMONIAL SIMULATION SCI Paramètres de l étude Détail de l évaluation de l usufruit

Plus en détail

2.2. DU BON USAGE D UNE SOCIÉTÉ CIVILE IMMOBILIÈRE (SCI)

2.2. DU BON USAGE D UNE SOCIÉTÉ CIVILE IMMOBILIÈRE (SCI) plus-value est possible sous conditions (application de l article 151 septies du Code général des impôts voir chapitre 3). Les entreprises et sociétés relevant de l impôt sur le revenu qui réalisent depuis

Plus en détail

Cas pratique FER. Elle est mariée à Monsieur FER Roland qui exerce la profession d agent de maintenance à la Région.

Cas pratique FER. Elle est mariée à Monsieur FER Roland qui exerce la profession d agent de maintenance à la Région. Cas pratique FER Mme. FER Lucie est chef d entreprise. Elle détient 90% d une SARL TRIDENT assujettie à l impôt sur les sociétés et dont le siège est à MONTPELLIER. Elle en est la gérante. Elle est mariée

Plus en détail

Cas pratique : Famille CHAUDANSON

Cas pratique : Famille CHAUDANSON Cas pratique : Famille CHAUDANSON M. CHAUDANSON Philippe est chef d entreprise individuelle implantée à Teyran (Hérault). Marié, M. CHAUDANSON est père de trois enfants : Eric, dix-sept ans ; Marie, treize

Plus en détail

Votre client, client, footballer professionnel, est actuellement basé en Thaïlande. Nous comprenons qu il est résident fiscal thaïlandais.

Votre client, client, footballer professionnel, est actuellement basé en Thaïlande. Nous comprenons qu il est résident fiscal thaïlandais. CREATION D UNE SCI PAR UN RESIDENT FISCAL THAÏLANDAIS Situation de fait : Votre client, client, footballer professionnel, est actuellement basé en Thaïlande. Nous comprenons qu il est résident fiscal thaïlandais.

Plus en détail

LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES. Détermination des plus ou moins-values. Qualification de la plus-value et de la moinsvalue.

LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES. Détermination des plus ou moins-values. Qualification de la plus-value et de la moinsvalue. LES PLUS-VALUES ET LES MOINS-VALUES PROFESSIONNELLES Introduction Lors de la cession d une immobilisation inscrite à l actif d une entreprise (vente, donation, destruction, mise au rebut, ), cette dernière

Plus en détail

Aller dans la rubrique «particuliers» puis rubrique «vos préoccupations» puis rubrique «vivre hors de France».

Aller dans la rubrique «particuliers» puis rubrique «vos préoccupations» puis rubrique «vivre hors de France». FISCALITE DES RETRAITES FRANCAIS RESIDANT AU MAROC LES ADRESSES À RETENIR www.impots.gouv.fr Aller dans la rubrique «particuliers» puis rubrique «vos préoccupations» puis rubrique «vivre hors de France».

Plus en détail

La fiscalité de la cession

La fiscalité de la cession La fiscalité de la cession La fiscalité de la cession est un sujet en soi car elle varie fortement selon qu il s agit d une entreprise individuelle ou d une société, et suivant le régime fiscal adopté.

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2015-2016 SEFI-ARNAUD-FRANEL.COM La fiscalité des particuliers 2015-2016 QCM 25 questions-réponses Questions 1 - Le barème de l impôt sur le revenu comprend : 1 3 tranches ; 2 4 tranches

Plus en détail

TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012

TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012 TAX AND CHAT 2 OCTOBRE 2012 PROJET LOI DE FINANCES 2013 2 I. Fiscalité des entreprises Plafonnement de la déductibilité des intérêts d emprunt Modification du calcul de la quote-part de frais et charges

Plus en détail

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial.

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial. DIRECTION DE LA LÉGISLATION FISCALE SOUS-DIRECTION E - BUREAU E 2 TELEDOC 568 : C. Thébault : 89.223 : 89.690 N : 2006000771 FE 12/2006 PARIS, LE LA FISCALITE EN ALLEMAGNE I - L imposition des personnes

Plus en détail

LE DISPOSITIF «SCELLIER» POUR LES LOGEMENTS EN VEFA ET NEUFS

LE DISPOSITIF «SCELLIER» POUR LES LOGEMENTS EN VEFA ET NEUFS LE DISPOSITIF «SCELLIER» POUR LES LOGEMENTS EN VEFA ET NEUFS LE DISPOSITIF SCELLIER, C EST : Une réduction d impôt de 13 % à 32% du prix de revient de l investissement, pour les acquisitions en 2011. Une

Plus en détail

TD n 10 Les plus ou moins values

TD n 10 Les plus ou moins values TD n 10 Les plus ou moins values I Notions générales Les plus values et moins values professionnelles sont les profits et les pertes de caractère exceptionnel réalisées par les entreprises à l occasion

Plus en détail

Les plus-values et les moins-values professionnelles (cours)

Les plus-values et les moins-values professionnelles (cours) Les plus-values et les moins-values professionnelles (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - La détermination des plus ou moins-values... 4 Le fait générateur des plus

Plus en détail

NOTE DE SERVICE

NOTE DE SERVICE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours)

Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours) Les revenus distribués : distributions officielles et officieuses (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Les distributions officielles... 4 Le régime juridique et comptable

Plus en détail

Réunion HEC Patrimoine 9 mars 2009

Réunion HEC Patrimoine 9 mars 2009 Groupement HEC Patrimoine ACTUALITE FISCALE 2009 12, rue Lalo 75116 PARIS Tél.: 01 47 20 45 75 Fax: 01 47 20 45 39 c.scheer@scheer-avocats.com (direct) cabinet@scheer-avocats.com SOMMAIRE 1. Les nouvelles

Plus en détail

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009

GUIDE CFTC DES IMPÔTS 2009 IMPÔTS LEXIQUE A Abattement : Somme forfaitaire qui est déduite des revenus. Par exemple, les personnes âgées de plus de 65 ans ou invalides sous certaines conditions bénéficient d un abattement de 2 266

Plus en détail

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN N 2048_SM-IMM (07/2012) COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE DROITS IMMOBILIERS Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI SM, art.

Plus en détail

POURQUOI CONSTITUER UNE SCI POUR TRANSMETTRE?

POURQUOI CONSTITUER UNE SCI POUR TRANSMETTRE? POURQUOI CONSTITUER UNE SCI POUR TRANSMETTRE? De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière (SCI) peut être un excellent outil permettant

Plus en détail

I. Produits concernés définis par l'article 39 terdecies du code général des impôts (CGI)

I. Produits concernés définis par l'article 39 terdecies du code général des impôts (CGI) Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BNC-SECT-30-10-10-20120912 DGFIP BNC - Régimes sectoriels - Produits de

Plus en détail

Cas pratique de synthèse LONG

Cas pratique de synthèse LONG Cas pratique de synthèse LONG I. L impôt sur le revenu M. LONG Jean est chef d entreprise. Il détenait en début d année 60% d une SARL assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège social est situé

Plus en détail

CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON. Principales mesures intéressant le patrimoine

CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON. Principales mesures intéressant le patrimoine CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL PLAN FILLON Principales mesures intéressant le patrimoine Source : extrait du communiqué de presse PRINCIPALES MESURES DETAILLEES CI-APRES Contribution exceptionnelle

Plus en détail

GUIDE DECLARATIF MONUMENTS HISTORIQUES OU AGREES

GUIDE DECLARATIF MONUMENTS HISTORIQUES OU AGREES GUIDE DECLARATIF MONUMENTS HISTORIQUES OU AGREES Arnaud JAMIN - Cabinet FIDAL 10 mars 2006 IR 2005 La déclaration d ensemble des revenus 2005, et ses déclarations annexes, doit être déposée avant le 31

Plus en détail

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES

REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES REGIME FISCAL ET SOCIAL DES OPTIONS SUR TITRES - RESIDENTS FISCAUX FRANÇAIS PLANS QUALIFIES Le régime exposé ci-après est applicable aux seules options sur titres attribuées, par des sociétés françaises,

Plus en détail

COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES TROISIEME PARTIE : LES BNC ET REVENUS ASSIMILES. 1.Définition et caractéristiques

COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES TROISIEME PARTIE : LES BNC ET REVENUS ASSIMILES. 1.Définition et caractéristiques TROISIEME PARTIE : LES BNC ET REVENUS ASSIMILES 1.Définition et caractéristiques Il s agit des bénéfices des professions libérales 1, des charges et offices dont le titulaires 2 n ont pas la qualité de

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION DES REVENUS FONCIERS 2016 DÉCLAREZ EN TOUTE SIMPLICITÉ

GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION DES REVENUS FONCIERS 2016 DÉCLAREZ EN TOUTE SIMPLICITÉ GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION GUIDE D AIDE À LA DÉCLARATION DES REVENUS FONCIERS 2016 DÉCLAREZ EN TOUTE SIMPLICITÉ DÉCLAREZ EN TOUTE SIMPLICITÉ IMPRIMÉ FISCAL 2044 OU 2044 S? Votre déclaration de revenus

Plus en détail

EXONERATIONS POUR LE BAILLEUR (propriétaire foncier)

EXONERATIONS POUR LE BAILLEUR (propriétaire foncier) DIRECTION DES SERVICES FISCAUX EXONERATIONS POUR LE BAILLEUR (propriétaire foncier) Qui est concerné? Personne physique ou personne morale A l impôt sur le revenu ou l impôt sur les sociétés A. REVENUS

Plus en détail

DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 99ter/2 du 7 mars 2003 L.I.R. n 99ter/2 Objet: Loi du 30 juillet 2002 déterminant différentes mesures fiscales destinées

Plus en détail

Table des matières. Remerciements Préface Qu est-ce que «l impôt»? Partie I Les plus-values professionnelles... 9

Table des matières. Remerciements Préface Qu est-ce que «l impôt»? Partie I Les plus-values professionnelles... 9 Table des matières Table des matières Remerciements......................................... 5 Préface Qu est-ce que «l impôt»?................................. 7 Partie I Les plus-values professionnelles............................

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. 1 Le champ d application 19 Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La TVA 19 1 Le champ d application 19 Les assujettis et les redevables 19 Les opérations imposables 19 Les opérations exonérées 20 2 La territorialité

Plus en détail

Le Loueur en Meublé non Professionnel (LMNP)

Le Loueur en Meublé non Professionnel (LMNP) Suite de la parution du 9 septembre 206 Page /6 La location meublée non professionnelle n'est pas définie par la loi, seule la location meublée professionnelle («LMP») l'est. Ainsi, un loueur en meublé

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom Quatrième édition, 1998, 2001, 2004, 2008

Plus en détail

LES MONUMENTS HISTORIQUES. Défiscalisation 2015

LES MONUMENTS HISTORIQUES. Défiscalisation 2015 LES MONUMENTS HISTORIQUES Défiscalisation 2015 CONTRIBUABLES CONCERNES TYPE D AVANTAGE FISCAL ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION NECESSITE D UNE CONVENTION CONDITIONS A RESPECTER DISPOSITIF TROIS TYPES

Plus en détail

Le régime fiscal de l investissement immobilier

Le régime fiscal de l investissement immobilier Forum immobilier 19 Novembre 2015 Pierre Desenfans et Matthieu Possoz Le régime fiscal de l investissement immobilier Brussels London - www.liedekerke.com A la carte L investissement immobilier par une

Plus en détail

CONSIDÉRER L'ENVIRONNEMENT FISCAL FRANÇAIS LIVRE BLANC POUR LES ENTREPRENEURS

CONSIDÉRER L'ENVIRONNEMENT FISCAL FRANÇAIS LIVRE BLANC POUR LES ENTREPRENEURS CONSIDÉRER L'ENVIRONNEMENT FISCAL FRANÇAIS LIVRE BLANC POUR LES ENTREPRENEURS SOMMAIRE Les aspects fiscaux de l implantation...3 Les impôts considérés...4 La filiale ou la succursale étrangère...7 2 LES

Plus en détail

Platinium Gestion. Présentation des réformes fiscales Le 27/09/2017

Platinium Gestion. Présentation des réformes fiscales Le 27/09/2017 Platinium Gestion Présentation des réformes fiscales Le 27/09/2017 Nous avons le plaisir de vous présenter une note d analyse réalisée «à chaud» à la suite de la publication (mercredi 27 septembre) du

Plus en détail

Plan de l atelier. Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance

Plan de l atelier. Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance Plan de l atelier Le cabinet Axyne Finance Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance Les solutions d investissement immobilier : Panorama des dispositifs

Plus en détail

La fiscalité des particuliers

La fiscalité des particuliers KIT FISCALITÉ 2016-2017 SEFI-ARNAUD-FRANEL.COM La fiscalité des particuliers 2016-2017 QCM 25 questions-réponses Questions 1 - Le barème de l impôt sur le revenu comprend : 1 3 tranches ; 2 4 tranches

Plus en détail

PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU. Chapitre 21 : Les revenus de capitaux mobiliers

PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU. Chapitre 21 : Les revenus de capitaux mobiliers PARTIE 3 : IMPOT SUR LE REVENU Au programme : 1. Champ d application 2. Les dividendes et revenus assimilés 3. Les produits des placements à revenu fixe 4. Les charges déductibles des revenus mobiliers

Plus en détail

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9

Table des matières PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 Table des matières LISTE DES ABRÉVIATIONS... 7 INTRODUCTION... 9 PARTIE I ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE GÉNÉRALE DE L IMPÔT CHAPITRE I : LA NOTION D IMPÔT... 13 SECTION 1 : LA DÉFINITION JURIDIQUE DE L'IMPÔT...

Plus en détail

La sortie de l immobilier du bilan de l entreprise :

La sortie de l immobilier du bilan de l entreprise : La sortie de l immobilier du bilan de l entreprise : «L externalisation par réduction de capital» 6 mai 2017 Anticiper pour mieux se préparer à la revente La meilleure stratégie, c est l anticipation!

Plus en détail

VILLARCHIPEL - Vous avez rêvé d elle. - II) Informations complémentaires concernant notamment les déductions dans le cadre de la locations

VILLARCHIPEL - Vous avez rêvé d elle. - II) Informations complémentaires concernant notamment les déductions dans le cadre de la locations Girardin SOMMAIRE - I) Pour les particuliers - 1) Taux de défiscalisation en location dite «plafonnée» - 2)Taux de défiscalisation en louant sans restriction de loyer ou de revenus - II) Informations complémentaires

Plus en détail

Un prélèvement à la source pour les revenus salariaux

Un prélèvement à la source pour les revenus salariaux Prélèvement à la source : effectif en 2018! Sources : Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex Dernière vérification de la fiche : 06/01/2017 Dernière mise à jour de la fiche : 06/01/2017 Loi de

Plus en détail

3. Plus-values de cession de valeurs mobilières. 7. Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE)

3. Plus-values de cession de valeurs mobilières. 7. Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Janvier 2013 1 1. Impôt sur le revenu 2. Imposition des dividendes 3. Plus-values de cession de valeurs mobilières 4. Plus-values immobilières 5. Cession d usufruit temporaire 6. Impôt de Solidarité sur

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2006 (Dispositions fiscales)

Loi de finances rectificative pour 2006 (Dispositions fiscales) Loi de finances rectificative pour 2006 (Dispositions fiscales) Loi n 25-2006 du 19 juillet 2006 Art.2.- Pour compter du 1 er janvier 2006, les dispositions des articles 102 et 185 du Code Général des

Plus en détail

Impôt sur le revenu 2012

Impôt sur le revenu 2012 Impôt sur le revenu 2012 1. Le principe Si vous avez plus de 18 vous devez déclarer tous les ans votre revenue si vous remplissez certaines conditions : Votre foyer fiscal est situé en France, ou votre

Plus en détail

La déclaration d ISF en 2016, mode d emploi

La déclaration d ISF en 2016, mode d emploi La déclaration d ISF en 2016, mode d emploi Par Jacqueline Maillat, le 18/4/2016 à 11h22 Ne comptez pas sur le fisc pour calculer automatiquement votre ISF comme il le fait pour les taxes foncières et

Plus en détail

Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014

Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014 cerfa N 14968*02 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-TAB-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions de terrains à bâtir intervenues à compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne»

Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne» Modification des règles d imputation 1 Report des déficits des sociétés à l IS : «la nouvelle donne» Modification des règles d imputation 2 La deuxième loi de finances rectificative pour 2011 (Loi N 2011-1117

Plus en détail

DISPOSITION COMMUNE A L IMPOT SUR LES SOCIETES ET A L IMPOT SUR LE REVENU : LA COTISATION MINIMALE

DISPOSITION COMMUNE A L IMPOT SUR LES SOCIETES ET A L IMPOT SUR LE REVENU : LA COTISATION MINIMALE DISPOSITION COMMUNE A L IMPOT SUR LES SOCIETES ET A L IMPOT SUR LE REVENU : LA COTISATION MINIMALE En vertu des dispositions de l article 144 du C.G.I., la cotisation minimale est un minimum d imposition

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. Chapitre 1 La TVA 19. Présentation 3. 1 Le champ d application La territorialité 21

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises. Chapitre 1 La TVA 19. Présentation 3. 1 Le champ d application La territorialité 21 Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La TVA 19 1 Le champ d application 19 Les assujettis et les redevables 19 Les opérations imposables 19 Les opérations exonérées 20 2 La territorialité

Plus en détail

SOMMAIRE. Réforme fiscale : le particulier Nouveau barème IR Bouclier fiscal Donations successions

SOMMAIRE. Réforme fiscale : le particulier Nouveau barème IR Bouclier fiscal Donations successions SOMMAIRE Réforme fiscale : le particulier Nouveau barème IR Bouclier fiscal Donations successions Réforme fiscale : l'entreprise IFA Crédit d'impôt recherche Taxe professionnelle Dépréciation des titres

Plus en détail

DECLARATION (À établir en deux exemplaires) IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES Année : I Identification du contribuable, Chef de famille

DECLARATION (À établir en deux exemplaires) IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES Année : I Identification du contribuable, Chef de famille REPUBLIQUE GABONAISE MINISTERE DE L ECONOMIE, DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE ET DU TOURISME ---------------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS BP 37 / 45 Libreville Tel : 79.53.76 ou 79.53.77 ID 06 Date de réception

Plus en détail

1. L imposition des résultats

1. L imposition des résultats 1. L imposition des résultats de l entreprise ÿ Rappels de cours L entreprise ainsi nommée correspond à l entité économique. Il peut s agir d une entreprise individuelle comme d une société. L activité

Plus en détail

LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU

LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU SYNTHÈSE D EXPERTS du 6 janvier 2017 LE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE DE L'IMPÔT SUR LE REVENU 1 Revenus concernés et forme du prélèvement À la source... 2 1.1 Une retenue à la source effectuée par le débiteur

Plus en détail

CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23]

CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23] CHAPITRE 3 DÉDUCTIBILITÉ PARTIELLE DE LA CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) SUR CERTAINS REVENUS DU PATRIMOINE [DB 5B23] Références du document 5B23 Date du document 01/09/99 Annotations CHAPITRE 3

Plus en détail

LOI DE FINANCES 2004 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2003 (Seules les principales mesures ont été retenues) 1. PARTICULIERS 2.

LOI DE FINANCES 2004 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2003 (Seules les principales mesures ont été retenues) 1. PARTICULIERS 2. LOI DE FINANCES 2004 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2003 (Seules les principales mesures ont été retenues) 1. PARTICULIERS 2. ENTREPRISES 1. PARTICULIERS 1. AVOIR FISCAL 2. DEFICIT 3. DIVIDENDES 4. DONATIONS

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD

cerfa ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD cerfa N 12359*08 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2010 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE IMMOBILIERS TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DÉCLARATION DES SOCIÉTÉS IMMOBILIÈRES NON SOUMISES À L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DÉCLARATION DES SOCIÉTÉS IMMOBILIÈRES NON SOUMISES À L IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS 10338 * 15 Formulaire obligatoire Article 46 C de l annexe III au Code général des impôts Jours et heures de réception du service Adresse du service où il convient de renvoyer un exemplaire préidentifié

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale?

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? Le 8 octobre 2013 Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? 1. Fiscalité des entreprises Le Projet de Loi de Finances 2014 («PLF 2014»), présenté lors du Conseil des ministres du

Plus en détail

Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques

Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques Fiscalité - Déductibilité des intérêts générés par les comptes courants des associés personnes physiques Les intérêts servis aux associés ou actionnaires personnes physiques à raison des sommes qu ils

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC. Deuxième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC. Deuxième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SAVOIR VENDRE Deuxième édition Éditions d'organisation, 2003 De Particulier à Particulier, 2003 ISBN : 2-7081-2821-3

Plus en détail

DOSSIER PATRIMONIAL. Donation préalable avec réserve usufruit et remploi. Madame Paule COMTE et Monsieur Jean COMTE

DOSSIER PATRIMONIAL. Donation préalable avec réserve usufruit et remploi. Madame Paule COMTE et Monsieur Jean COMTE DOSSIER PATRIMONIAL Madame Paule COMTE et Monsieur Donation préalable avec réserve usufruit et remploi Etude réalisée le 02/01/2016 Situation arrêtée au 02/01/2016 Par votre Consultant Patrimonial : Marc

Plus en détail

La fiscalité des médecins: BNC et SELARL

La fiscalité des médecins: BNC et SELARL La fiscalité des médecins: BNC et SELARL Publié le 30 novembre 2016 - Dernière mise à jour le 30 novembre 2016 FICHE PRATIQUE Les bénéfices non commerciaux Les médecins qui exercent leur activité dans

Plus en détail

I - CHOIX DU REGIME FISCAL DE LA SOCIETE LORS DE L ACQUISITION D UN BIEN IMMOBILIER : AVANTAGES / INCONVENIENTS

I - CHOIX DU REGIME FISCAL DE LA SOCIETE LORS DE L ACQUISITION D UN BIEN IMMOBILIER : AVANTAGES / INCONVENIENTS Acquisition d un bien immobilier via une Société Civile Immobilière : comment combiner les avantages du régime fiscal des sociétés de personnes et des sociétés soumises à l impôt sur les sociétés, sans

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2014 N 2048-M-SD

cerfa ANNÉE 2014 N 2048-M-SD cerfa N 12358*09 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-M-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE

Plus en détail

PARTIE 3 : IMPOT SUR LES SOCIETES. Chapitre 17 : Les régimes d imposition des plus ou moins-values dans les sociétés soumises à l IS

PARTIE 3 : IMPOT SUR LES SOCIETES. Chapitre 17 : Les régimes d imposition des plus ou moins-values dans les sociétés soumises à l IS PARTIE 3 : IMPOT SUR LES SOCIETES Chapitre 17 : Les régimes d imposition des plus ou moins-values dans les sociétés soumises à l IS Au programme : 1. Principes 2. Les titres de participation 3. Les autres

Plus en détail

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)

Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 1 / 5 Contribution sociale généralisée (CSG) et Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) 19/05/2016 La CSG est un prélèvement de nature fiscale mais dont l objet est social, il s est substitué,

Plus en détail

TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. Tifawt.com

TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. Tifawt.com TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE Définition : Valeur Ajoutée Il convient cependant de distinguer cette valeur ajoutée fiscale de la valeur ajoutée économique La valeur ajoutée économique: c est l excédent des

Plus en détail

Newsimmo Février 2010

Newsimmo Février 2010 Newsimmo Février 2010 Le régime fiscal du loueur en meublé précisé BOI 4 F-3-09 du 30 juillet 2009 Le régime de la location meublée a été très largement modifié au cours du premier semestre 2009. Tout

Plus en détail

Comment bien déclarer vos revenus boursiers. Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence

Comment bien déclarer vos revenus boursiers. Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence Comment bien déclarer vos revenus boursiers Paris, Service actionnaires 04/04/2016 l Webconférence COMMENT BIEN DECLARER VOS REVENUS BOURSIERS? Didier Henriot Responsable Comptabilité et Fiscalité Titres

Plus en détail

Impôt sur le revenu. L. fin. 2011, adoptée le 15 déc. 2010, art CALCUL DE L IMPÔT

Impôt sur le revenu. L. fin. 2011, adoptée le 15 déc. 2010, art CALCUL DE L IMPÔT 6 CALCUL DE L IMPÔT Limitation de certains avantages fiscaux Études F-10 550, F-10 625, F-10 645, F-10 655, F-10 668, F-10 670, F-10 675, F-10 677, F-10 770, F-10 775, F-10 780, F-10 785, F-10 795, F-10

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2012 N 2048-IMM-SD

cerfa ANNÉE 2012 N 2048-IMM-SD cerfa N 12359*10 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2012 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE IMMOBILIERS TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION

Plus en détail

Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal

Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal Cas BILLBOQUET Exercice de Synthèse (PV, TVA immo, Enr) I. Enoncé 1) Monsieur Bill Monsieur Bill achète un terrain d'un montant de 10000,

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

Fiche technique particularités fiscales en Corse

Fiche technique particularités fiscales en Corse Fiche technique particularités fiscales en Corse Cette fiche de présentation et chacune des fiches techniques qui suivent ont été élaborées par la Direction des Services Fiscaux de Corse-du-sud pour être

Plus en détail

Un revenu catégoriel : les revenus de capitaux mobiliers (cours)

Un revenu catégoriel : les revenus de capitaux mobiliers (cours) Un revenu catégoriel : les revenus de capitaux mobiliers (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Définition des RCM... 4 Les revenus imposables... 4 Classification des RCM...

Plus en détail

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / /

SI PEUPLEMENT FORESTIER, PRÉCISER / / / / cerfa N 12359*12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2014 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip Formulaire à utiliser pour les cessions d immeubles ou de droits immobiliers autres que des terrains

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE. - Particuliers -

OPTIMISATION FISCALE. - Particuliers - OPTIMISATION FISCALE Aide-mémoire Fiscalité 2013 - Particuliers - Ce qu il faut retenir en matière de fiscalité de l impôt sur le revenu et de l impôt de solidarité sur la fortune. Abréviations utilisées

Plus en détail

DECLARATION (À établir en deux exemplaires) IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (ASSISTANTS TECHNIQUES) Année :

DECLARATION (À établir en deux exemplaires) IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (ASSISTANTS TECHNIQUES) Année : REPUBLIQUE GABONAISE MINISTERE DE L ECONOMIE, DU COMMERCE, DE L INDUSTRIE ET DU TOURISME ---------------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS BP 37 / 45 Libreville Tel : 79.53.76 ou 79.53.77 Date de réception

Plus en détail

INVESTISSEMENTS FRANCAIS AUX ETATS-UNIS À MIAMI

INVESTISSEMENTS FRANCAIS AUX ETATS-UNIS À MIAMI INVESTISSEMENTS FRANCAIS AUX ETATS-UNIS À MIAMI Aspects fiscaux français et franco-américains JANVIER 2010 Charles SCHEER - Myrtille PUYAU Cabinet Charles SCHEER Avocats fiscalistes 12, rue Lalo 75116

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003 CORRIGE. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003 CORRIGE. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises

SOMMAIRE PARTIE 1. La fiscalité des entreprises Présentation 3 PARTIE 1 La fiscalité des entreprises Chapitre 1 La fiscalité sur les actes juridiques des entreprises 19 1 Généralités sur les actes 19 2 Le coût de l enregistrement 20 Chapitre 2 Les impôts

Plus en détail

Séance du 9 juin 2017 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2017).

Séance du 9 juin 2017 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2017). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions.

Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions. Projet de Loi de Finances 2018 : Synthèse des principales dispositions. Le Gouvernement a présenté, ce mercredi 27 septembre 2017, le projet de Loi de Finances pour l année 2018. Nous attirons votre attention

Plus en détail

Sommaire. Livre 1 - Impôts directs et taxes assimilées...9. Titre 1 - Impôts sur le revenu...9

Sommaire. Livre 1 - Impôts directs et taxes assimilées...9. Titre 1 - Impôts sur le revenu...9 Sommaire CODE GENERAL DES IMPOTS...9 Livre 1 - Impôts directs et taxes assimilées...9 Titre 1 - Impôts sur le revenu...9 Chapitre 1 - Impôt sur les sociétés...9 Chapitre 2 - Impôt minimum forfaitaire sur

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Remplir également la page 2. Remplir également la page 3 : : : : :

Remplir également la page 2. Remplir également la page 3 : : : : : 12358*04 ANNEE 2009 2048MSD (012009) @internetdgfip DÉCLARATION DE PLUSVALUE SUR LES CESSIONS DE BIENS MEUBLES OU DE PARTS DE SOCIETES A PREPONDERANCE IMMOBILIERE Impôt sur le revenu afférent à la plusvalue

Plus en détail

IR Crédits d'impôt en faveur des bailleurs qui souscrivent des assurances contre les impayés de loyers

IR Crédits d'impôt en faveur des bailleurs qui souscrivent des assurances contre les impayés de loyers Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-320-20120912 DGFIP IR Crédits d'impôt en faveur des bailleurs qui

Plus en détail

LOI EN FAVEUR DES PME

LOI EN FAVEUR DES PME N 109 - FISCAL N 10 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 9 septembre 2005 LOI EN FAVEUR DES PME La loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises contient plusieurs mesures

Plus en détail

Résumé. L article 77 de la loi n du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 a :

Résumé. L article 77 de la loi n du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 a : Note commune n 3/2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54 du 30 décembre 2013, portant loi de finances pour l année 2014 relatives à la redevance de compensation exigible

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE Projet de loi de finances pour l année 2018

NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE Projet de loi de finances pour l année 2018 NEWSLETTER N 2 2 OCTOBRE 2017 Projet de loi de finances pour l année 2018 Le projet de loi de finances (PLF) pour 2018, officiellement présenté en conseil des ministres le 27 septembre dernier, prévoit

Plus en détail