MALAISES : CONDUITE À TENIR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MALAISES : CONDUITE À TENIR"

Transcription

1 Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 8 MALAISES : CONDUITE À TENIR L identification des principales parties du corps humain permet de décrire correctement avec un langage commun le lieu d une lésion, d une douleur ou de toute autre manifestation Un malaise est une SENSATION pénible traduisant un trouble du fonctionnement de l'organisme, sans que le sujet qui l'éprouve puisse en identifier obligatoirement l'origine. C est parfois l entourage du sujet qui constate ce trouble. Il traduit une défaillance, temporaire ou durable, d'une partie de l'organisme. Premières questions pour s orienter : que vous arrive-t-il? avez-vous mal? Si oui, où avez-vous mal?

2 Docteur Erik BOQUET Page 2 sur 8 1 RECHERCHER LES CIRCONSTANCES Les CIRCONSTANCES de survenue d un malaise peuvent orienter rapidement vers son origine: l effort doit toujours être une circonstance suspecte, le jeûne doit être recherché, l environnement dans lequel a lieu ce malaise doit être décrit: milieu clos ou aéré, température extérieure, exposition à des fumées ou vapeurs 2 RECHERCHER UNE DETRESSE VITALE Une détresse vitale immédiate visible (OBSTRUCTION DES VOIES AERIENNES ou HEMORRAGIE) étant exclue, le BILAN D URGENCE VITALE permet d évaluer : une DETRESSE NEUROLOGIQUE INCONSCIENCE PLS Dans notre cadre d étude, le sujet est conscient et il faudra rechercher: une PC, en faveur d un malaise grave, ou une anomalie de l orientation, une anomalie de la motricité. Une DETRESSE RESPIRATOIRE ou CIRCULATOIRE. RAPPELS : (RAPPELS : fréquence respiratoire normale de l adulte de 12 à 20, la respiration doit être silencieuse et facile, fréquence cardiaque normale de l adulte de 60 à 100, la coloration doit être normale avec absence de sueurs. 3 RECHERCHER UN MALAISE GRAVE En l absence d urgence vitale, le BILAN COMPLEMENTAIRE permet de rechercher : les PLAINTES du sujet qu il faut rapporter sans interprétation avec pour chacune d entre elles : o le facteur déclenchant, o les caractéristiques du trouble (type, localisation, intensité et durée), les ANTECEDENTS médicaux et traitements du sujet (MHTA) La GLYCEMIE CAPILLAIRE effectuée par le secouriste sera systématique dans le cadre de ce bilan.

3 Docteur Erik BOQUET Page 3 sur 8 4 LES CAUSES D UN MALAISE GRAVE La première des causes à rechercher est une 4A CAUSE CARDIAQUE (1 cause de mortalité en France) : douleur thoracique évocatrice d un INFARCTUS DU MYOCARDE et de son risque de FIBRILLATION VENTRICULAIRE o surtout chez l homme de la quarantaine avec des facteurs de risque (diabète, cholestérol, tabac, surpoids), o d autant plus que le sujet faisait un effort o et qu il a déjà des antécédents coronariens. DSA PRET + REPOS STRICT + O 2 + ASSISTANCE MEDICALE. fréquence cardiaque irrégulière évocatrice d un TROUBLE DU RYTHME cardiaque (SYNCOPE). Dans ce contexte, le bilan d urgence vitale doit rechercher : o une anomalie de la Pression Artérielle, o l existence de marbrures ou autres signes de détresse DETRESSE CIRCULATOIRE (voir cours sur le sujet) Cette priorité éliminée, une 4B HYPOGLYCEMIE doit être la seconde cause à rechercher : malaise agité avec pâleur et sueurs, surtout chez un sujet connu comme diabétique. Le bilan d urgence vitale fait le diagnostic avec le dosage de la GLYCEMIE CAPILLAIRE qui DOIT ETRE SYSTEMATIQUE (hypoglycémie si résultat en-dessous de 3,3 mmol/l soit 0,6 g/l). Ce n est pas une cause cardiaque ni une hypoglycémie, alors une 4C CAUSE NEUROLOGIQUE est à envisager : ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL avec trouble de la parole et/ou paralysie, ISCHEMIQUE dans 75 à 80% des cas, HEMORRAGIQUE dans 20 à 25% des cas. 100 à cas par an en France avec 25% de mortalité et 50% de séquelles. 3 cause de mortalité,1 CAUSE DE HANDICAP. Valeur d alerte +++ de l accident ischémique transitoire disparaissant en moins de 24 heures. C est le TDM ou mieux l IRM qui fera le diagnostic, de préférence dans les 3 heures.

4 Docteur Erik BOQUET Page 4 sur 8 5 LES CAUSES D UN MALAISE BENIN Le sujet ne présente pas de détresse vitale et il ne s agit pas d un malaise grave. Le plus grave des malaises bénins est 5A LA CRISE CONVULSIVE : principalement l EPILEPSIE dont la forme typique est la crise généralisée qui débute brutalement avec un cri et une chute puis se déroule en 3 phases : 1- phase tonique (contraction intense de tous les muscles avec apnée, cyanose, révulsion oculaire et morsure de langue), 2- phase clonique (secousses musculaires brusques, généralisées, synchrones), 3- phase résolutive (coma profond avec résolution musculaire généralisée, respiration stertoreuse, émission d'urines). Un état confusionnel succède au coma. La durée est de 5 à 10 minutes. L examen retrouve : o la morsure de langue, o la perte d urines, o d éventuelles contusions dues à la chute. les AUTRES CAUSES de convulsions sont : o soit intra-crâniennes (traumatisme, accident vasculaire ) o soit extra-crâniennes (hypoglycémie, coup de chaleur ). La principale complication immédiate est l apparition d un état de mal (3 crises successives sans retour à la normale entre les crises ou crise durant plus de 10 minutes) qui est une urgence (risques neurovégétatifs avec dépression respiratoire et décès dans 11 à 23% des cas). Les CONVULSIONS HYPERTHERMIQUES surviennent chez l enfant de 6 mois à 5 ans (5% des enfants de moins de 5 ans) avec une fièvre L évolution est habituellement bénigne avec état de mal exceptionnel, risque de récidive relativement faible (30%, plus élevé si la première crise a lieu avant 1 an) et risque ultérieur d épilepsie faible (de 1 à 2% en l absence d antécédent familial d épilepsie). 5B LA CRISE DE TETANIE La tétanie de l adulte ou SPASMOPHILIE est une manifestation somatique de l angoisse qui débute par des paresthésies des extrémités et de la région péribuccale puis continue par des contractions involontaires et incoercibles L intensité est variable, pouvant prendre l aspect d une crise de larmes ou de polypnée plus ou moins bruyante ou aller jusqu à la pseudo perte de connaissance qui n est jamais réelle. Elle dure de quelques minutes à plus d une heure mais ne comporte aucun risque. L examen retrouve : l absence de morsure de langue, l absence de perte d urines, l absence de contusions. Il existe une prédominance féminine et des facteurs favorisants (choc affectif, surmenage ).

5 Docteur Erik BOQUET Page 5 sur 8 5C MALAISE VAGAL (cause la plus fréquente!) Il s agit d une faiblesse généralisée avec sensation de perte de connaissance (lipothymie) ou vraie perte de connaissance. La phase d alerte se caractérise par des bâillements, une gêne épigastrique, des nausées, des troubles sensoriels (vision floue, bourdonnements d oreille, vertiges), des sueurs, une pâleur Puis la conscience est altérée plus ou moins profondément et plus ou moins longtemps (de quelques secondes à quelques minutes). L examen clinique ne retrouve aucune anomalie et le simple décubitus dorsal avec les membres inférieurs surélevés permet le retour à la normale. Ce type de malaise survient lors des douleurs importantes ou lors des émotions ATTENTION AU PIEGE : il peut aussi être secondaire à une pathologie grave (infarctus du myocarde, hypoglycémie ).

6 Docteur Erik BOQUET Page 6 sur 8 6 ATTENTION AU PIEGE (bis!) Le malaise traduit un trouble du fonctionnement de l organisme. Mais ce trouble peut être SECONDAIRE A UNE CAUSE EXTERIEURE : CAUSE TRAUMATOLOGIQUE et notamment un TC même ancien, CAUSE TOXIQUE et notamment au CO, CAUSE BIOLOGIQUE et notamment une pathologie contagieuse! Il faudra y penser devant une fièvre > 38 ou une toux et porter alors les EPI adaptés

7 Docteur Erik BOQUET Page 7 sur 8 7 CONDUITE A TENIR Si la victime présente une détresse vitale immédiatement visible désobstruction des voies aériennes, arrêt de l hémorragie Si la victime est inconsciente PLS Dans tous les autres cas MISE AU REPOS IMMEDIATE en position allongée sur le dos ou position demi-assise dans le cas d une gêne respiratoire. Il faut ensuite demander une ASSISTANCE MEDICALE en cas de malaise grave... A la demande de la victime ou du médecin régulateur du SAMU (15), aider la victime à prendre un médicament préalablement prescrit Une surveillance régulière est la règle : UN MALAISE EST GRAVE JUSQU'À PREUVE DU CONTRAIRE!

8 Docteur Erik BOQUET Page 8 sur 8 REFERENCES : FAIN, O. Malaise, perte de connaissance, crise comitiale chez l adulte Revue du praticien, mars 2009, vol. 59, p Revue du Praticien 2007 n 9 LABORIE, JM. Réanimation et urgences pré-hospitalières. 4ème éd. Frison-Roche ; CARLI, P., RIOU, B., TELION, C. Urgences médico-chirurgicales de l adulte. 2ème éd. Arnette ; Référentiel National Compétences de Sécurité civile Premiers Secours en Equipe 1 Ministère de l intérieur; janvier 2007.

6. Urgences potentielles

6. Urgences potentielles 6. Urgences potentielles Prise en charge des urgences potentielles Maladie Malaise Plaies Brûlures thermiques Traumatismes Femme enceinte Arrosage si nécessaire Maintien de tête si nécessaire et maintient

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

Origine des malaises et pertes de connaissance. Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans

Origine des malaises et pertes de connaissance. Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans Origine des malaises et pertes de connaissance Dr Guillaume AUCHERES Pôle des Métiers de l Urgence SAMU 45 SMUR Orléans CHR Orléans Plan 1. Définitions 2. Causes des malaises 3. Que faire devant un malaise?

Plus en détail

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH

Syncopes (malaises). Recommandations HAS Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH Syncopes (malaises). Recommandations HAS 2008 Docteur D. HONNART, SRAU, CHU de DIJON DH 2011-10 Définition Abandonner le terme peu spécifique de malaise (motif de recours) Pas de différence de gravité

Plus en détail

Malaises SIGNES DE GRAVITE

Malaises SIGNES DE GRAVITE Malaises SIGNES DE GRAVITE Formation GU HL SOULTZ Catherine HILSZ Définition du malaise et de la maladie Malaise : Sensation pénible traduisant un trouble du fonctionnement de l organisme, sans que le

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

Fiches réflexes SAV. Crises d'épilepsie. P: 2 P: 3 P: 4 P: 5 P: 6 P: 7 P: 8 P: 9

Fiches réflexes SAV. Crises d'épilepsie. P: 2 P: 3 P: 4 P: 5 P: 6 P: 7 P: 8 P: 9 Fiches réflexes SAV Accidents Vasculaires Cérébraux Crises d'épilepsie Infarctus Du Myocarde Angor Crise de tétanie / spasmophilie Hémorragies digestives Oedèmes Aigues du Poumon Insuffisants Respiratoires

Plus en détail

LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE

LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE Docteur Erik BOQUET Page 1 22/06/2008 LE BILAN D'UN BLESSE OU D'UN MALADE (Docteur Erik BOQUET) Le bilan d'un blessé ou d'un malade doit être effectué rapidement mais correctement, afin qu'après transmission

Plus en détail

Objectifs. Le bilan complémentaire pour un malaise

Objectifs. Le bilan complémentaire pour un malaise Le bilan complémentaire pour un malaise généralités interroger examiner Objectifs A la fin de cette partie, vous serez capable de connaitre les étapes du bilan complémentaire devant une victime qui présente

Plus en détail

LE COUP DE CHALEUR v Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 5 LE COUP DE CHALEUR

LE COUP DE CHALEUR v Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 5 LE COUP DE CHALEUR Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 5 LE COUP DE CHALEUR A distinguer du coup de chaleur classique (CCC) par excès de chaleur exogène survenant en dehors de tout effort en cas de température ambiante élevée

Plus en détail

Service de pédiatrie A

Service de pédiatrie A Service de pédiatrie A identité Mohammed Age: 11ans scolarisé ATCD: traumatisme crânien à l age de 8 ans Absence d ATCD familiaux de pathologies cardiaques, de diabète ou d HTA Histoire de la maladie Installation

Plus en détail

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance

Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance Conduite à tenir devant un malaise, une syncope, une perte de connaissance 2 chiffres 10 % des admissions en médecine d urgence L interrogatoire, l examen clinique, des examens paracliniques simples donnent

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

Bilans 1 - Bilan circonstanciel (bilan d ambiance ou d approche)

Bilans 1 - Bilan circonstanciel (bilan d ambiance ou d approche) Tableaux et fiches techniques ilans 1 - ilan circonstanciel (bilan d ambiance ou d approche) Il permet d apprécier la situation, d en évaluer les risques et de prendre les mesures adaptées, notamment en

Plus en détail

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Erik BOQUET Page 1 04/02/2008 LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX (Docteur Erik BOQUET) 1 RAPPELS Le tissu nerveux est formé de cellules appelées neurones qui ont la particularité de ne pas se reproduire

Plus en détail

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Les Rendez-Vous Formation du SCDV- CESU 85 JOUR 1 Programme de la première demi-journée 8h30 Accueil Présentation de la formation, des

Plus en détail

Arrêt cardio-respiratoire ou décès

Arrêt cardio-respiratoire ou décès Arrêt cardio-respiratoire ou décès ACR Récent = - la personne qui vient de s écrouler et qui ne respire plus - le nourrisson qui ne respire plus Décès non attendu et - Absence de raideur cadavérique -

Plus en détail

Apprendre à Porter Secours. Les gestes pratiques

Apprendre à Porter Secours. Les gestes pratiques Apprendre à Porter Secours Les gestes pratiques Un cadre commun : - Prévenir - Protéger - Alerter - Intervenir Définition Traumatismes (mécanisme de choc ou de chute) Traumatisme d un membre Traumatisme

Plus en détail

NOTION DE SECOURISME ET DE DETRESSE VITALE

NOTION DE SECOURISME ET DE DETRESSE VITALE FORMATION ÉDUCATEUR 2016-2017 ENCADRER EN SÉCURITÉ LES BASES DU 1 ER SECOURS ADAPTÉES À LA PRATIQUE DU RUGBY À XIII NOTION DE SECOURISME ET DE DETRESSE VITALE LES PRINCIPES DE BASE DE L ACTION DU SECOURISTE:

Plus en détail

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR,

Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Gestion des Convulsions chez l enfant et le nourrissons au SAMU 974 Présenté par Dr Nasser LAKEBAL Praticien hospitalier régulateur SAMU, SMUR, Urgences, CHU Félix Guyon QUELQUES CHIFFRES l Epilepsie :

Plus en détail

INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE

INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE Docteur Erik Erik BOQUET Page 1 11/10/2003 INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE (Docteur Erik BOQUET) 1 ORIGINE DU MONOXYDE DE CARBONE (CO), ÉPIDÉMIOLOGIE Le CO est un gaz incolore, inodore, non irritant

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux AVC. AVC: définitions 22/09/2011. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux : définitions L accident vasculaire cérébral () est un déficit neurologique de survenue soudaine

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux

Accidents vasculaires cérébraux. Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux Accidents vasculaires cérébraux Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire Hôpital St André CHU Bordeaux AVC Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications Thérapeutique

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE GENERALE

TRAUMATOLOGIE GENERALE Docteur Erik BOQUET Page 1 30/06/2008 TRAUMATOLOGIE GENERALE (Docteur Erik BOQUET) 1 TRAUMATISMES CRANIENS (TC) Devant un TC récent, il est important de reconnaître si le blessé doit être transporté rapidement

Plus en détail

LES TRAUMATISMES CRANIENS

LES TRAUMATISMES CRANIENS LES TRAUMATISMES CRANIENS Biblio: http://www.revuemedecine.com/recherche/resultat.phtml?recherche=traumatisme+cranien&x=0&y=0 AFMC Lagny Soirée du 10/05/2010 Intervenant Gaëlle MOUTON PARADOT Organisateur

Plus en détail

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE

APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE - 1 - APHORISMES 1 EN MEDECINE D'URGENCE A. Cardio-vasculaire 1. Toute douleur thoracique doit faire pratiquer un électrocardiogramme. 2. Toute douleur épigastrique doit faire pratiquer un électrocardiogramme.

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) L accident vasculaire cérébral, dit aussi «attaque cérébrale», est dû à une interruption brutale de l irrigation sanguine d une zone du cerveau. L interruption

Plus en détail

Présentation de l Unité d Enseignement 4.3 «soins d urgence» du semestre 4 et de ses modalités d évaluation

Présentation de l Unité d Enseignement 4.3 «soins d urgence» du semestre 4 et de ses modalités d évaluation Présentation de l Unité d Enseignement 4.3 «soins d urgence» du semestre 4 et de ses modalités d évaluation Objectifs de l UE: Hiérarchiser les urgences, mettre en œuvre des soins d urgence dans un environnement

Plus en détail

Procédure secouriste Prise en charge des hypoglycémies SERVICE DE SANTE ET DE SECOURS MEDICAL

Procédure secouriste Prise en charge des hypoglycémies SERVICE DE SANTE ET DE SECOURS MEDICAL Procédure secouriste Prise en charge des hypoglycémies SERVICE DE SANTE ET DE SECOURS MEDICAL Septembre 2014 1 Sommaire Signes de l hypoglycémie Quand mesurer la glycémie capillaire? Valeurs normales de

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 01/12/2006 Réf.: CMUB-019 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 019 Rédacteurs Dr FADOUL Minerva Date 01/12/2006 Validation Dr

Plus en détail

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008

Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau. V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Accident ischémique transitoire : un syndrome de menace pour le cerveau V LAUER, Unité Neuro-Vasculaire 25 Septembre 2008 Cas Clinique 1 Patiente de 42 ans Facteurs de risque : tabac, contraception orale,

Plus en détail

Liste des fiches techniques

Liste des fiches techniques Liste des fiches techniques 1 : Tableau d aide au diagnostic des manifestations cliniques précoces à l occasion d une vaccination 2 : Prise en charge d un malaise vagal 3 : Prise en charge d une manifestation

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

113 Douleur EVA

113 Douleur EVA AIRWAY 100 Arrêt cardio-respiratoire Absence de pouls carotidien BREATH DIFFICULTES RESPIRATOIRES 101 Détresse respiratoire aiguë 200 Difficulté respiratoire nette 201 Hémoptysie 300 Dyspnée modérée ou

Plus en détail

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé

LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE. Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé LE RISQUE CARDIO VASCULAIRE La survenue brutale d un accident ischémique est une éventualité possible même chez les personnes pratiquant une

Plus en détail

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro

Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Conduite à tenir devant une 1 ere crise chez un patient hospitalisé Pr Vincent Navarro Unité d épilepsie et ICM Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris, France Contexte Patient admis dans un département

Plus en détail

Nouveau document jm

Nouveau document jm Definition et classification Suivi des modifications Version Valable et définitif à partir du Modifié sans changement de version Description, remarques (rédigées par l auteur) Paraphe de l auteur (initiales)

Plus en détail

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet Signes de gravité? Interrogatoire: -du patient +++ -du témoin direct, ou indirect Examen clinique Traitement

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail

Les NOYADES. Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29

Les NOYADES. Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29 Dr LACOUR Jean-Marie SSSM 29 Définition: Pénétration de liquide dans les voies aériennes. Épidémiologie: 140 000 décès d s par an dans le monde En France: 4ème cause d accidentd 2ème cause de décès d s

Plus en détail

Contenu théorique. Généralités sur le bilan. Bilan d urgence vitale. Bilan complémentaire. Surveillance. Bilan circonstanciel

Contenu théorique. Généralités sur le bilan. Bilan d urgence vitale. Bilan complémentaire. Surveillance. Bilan circonstanciel Contenu théorique Généralités sur le bilan On entend par le terme bilan, la phase de recueil d informations permettant d évaluer une situation et l état d une ou plusieurs ou victimes. La réalisation d

Plus en détail

RIFA Plongée. Réaction et Intervention Face à un Accident de Plongée. FFESSM - Comité Départemental 25 - Saison 2011/2012

RIFA Plongée. Réaction et Intervention Face à un Accident de Plongée. FFESSM - Comité Départemental 25 - Saison 2011/2012 RIFA Plongée Réaction et Intervention Face à un Accident de Plongée FFESSM - Comité Départemental 25 - Saison 2011/2012 Philippe HÉLIAS - Responsable «secourisme» - MF2 n 1878 - Médecin FFESSM n 06-25-252

Plus en détail

CONTENU DE LA FORMATION PSE 1 (PREMIER SECOURS EN ÉQUIPE)

CONTENU DE LA FORMATION PSE 1 (PREMIER SECOURS EN ÉQUIPE) Sécurité Incendie.IDF 80, avenue du Général de Gaulle 91170 VIRY-CHÂTILLON 01.69.45.73.06/01.77.05.21.34 N de déclaration d activité : 11 9106776 91 Mail: securiteincendie.idf@gmail.com Site web : www.securiteincendie-idf.com

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un chauffard âgé de 21ans victime d un AVP a consulte aux urgences. L examen :victime en bon état de conscience. Pas d ATCD pathologique notable. Pas de prise médicamenteuse. Tension artérielle

Plus en détail

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI

L hypoglycémie. Docteur Brahim RAHFANI L hypoglycémie Docteur Brahim RAHFANI Définition L hypoglycémie c est diminution du taux de glucose dans le sang au-dessous des valeurs normales Une hypoglycémies définie par une glycémie inférieure à

Plus en détail

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil?

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Lorsque vous êtes atteint de SAHOS (syndrome d apnées hypopnées obstructives du sommeil), votre sommeil est caractérisé par des pauses respiratoires répétées

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S

Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Association pour la Formation des Médecins Libéraux D E T R E S S E S N E U R O L O G I Q U E S Le coma: généralités Définition: Perte prolongée de l état de conscience plus ou moins complète,difficilement

Plus en détail

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique?

Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Que doit faire le médecin du travail face à une douleur thoracique? Alexis descatha -Unité de pathologie Professionnelle Inserm U1018 -SAMU 92 -CHU Poincaré, Garches Colloque CŒUR ET TRAVAIL 30 septembre

Plus en détail

TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287)

TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287) TABLEAU D ANALYSE ET DE PLANIFICATION SANTÉ, ASSISTANCE ET SOINS INFIRMIERS (5287) 1 254-682 ASPECTS ÉTHIQUE ET LÉGAL DE LA PROFESSION (module 6) Durée : 30 heures Énoncé de la compétence : Se situer au

Plus en détail

Que faire en attendant l arrivée des secours? Numéro d appel d urgence UCL : / 112

Que faire en attendant l arrivée des secours? Numéro d appel d urgence UCL : / 112 PREMIERS SOINS Que faire en attendant l arrivée des secours? Numéro d appel d urgence UCL : Version : 01/2015 Table des matières Page Règles générales d intervention 2 AVC (accident vasculaire cérébral)

Plus en détail

LE TEST D INCLINAISOND (OU TILT-TEST) TEST)

LE TEST D INCLINAISOND (OU TILT-TEST) TEST) LE TEST D INCLINAISOND (OU TILT-TEST) TEST) Salhia KRADAOUI Christelle LAGUILLIER Marie Paule DESENCLOS CH ARRAS 19 Novembre 2005 INTRODUCTION les syncopes neuro-cardiogéniques : motif fréquent d admission

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

1. DOCUMENT A CONSERVER PAR LE MEDECIN EXAMINATEUR. Avez-vous déjà un dossier médical dans une autre structure, si oui laquelle :...

1. DOCUMENT A CONSERVER PAR LE MEDECIN EXAMINATEUR. Avez-vous déjà un dossier médical dans une autre structure, si oui laquelle :... Fiche d examen clinique pour la délivrance du Certificat d Absence de Contre-Indication CACI à la pratique du Sport LOISIR et en COMPETITION (tenir compte des contre-indications et recommandations de nos

Plus en détail

du 25 juin 2008 PROPOSITION RÉGIONALE DE MISE EN APPLICATION Lorraine urgence AG du 09 juin 2010

du 25 juin 2008 PROPOSITION RÉGIONALE DE MISE EN APPLICATION Lorraine urgence AG du 09 juin 2010 RÉFÉRENTIEL RENTIEL COMMUN du 25 juin 2008 PROPOSITION RÉGIONALE R DE MISE EN APPLICATION Lorraine urgence AG du 09 juin 2010 ORGANIGRAMME DE RÉGULATION R DES APPELS ET DE RÉPARTITION R DES MISSIONS Et

Plus en détail

SYNCOPE OU SYNCOPE VASO-VAGALE? QUELLE STRATEGIE DIAGNOSTIQUE? Maxime de Guillebon Service de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale PESSAC

SYNCOPE OU SYNCOPE VASO-VAGALE? QUELLE STRATEGIE DIAGNOSTIQUE? Maxime de Guillebon Service de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale PESSAC SYNCOPE OU SYNCOPE VASO-VAGALE? QUELLE STRATEGIE DIAGNOSTIQUE? Maxime de Guillebon Service de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale PESSAC SYNCOPE: DEFINITION Perte de connaissance soudaine et transitoire

Plus en détail

Accidents de décompression

Accidents de décompression Niveau 4 Léo Mare 20 mars 2011 Plan Principe 1 Principe 2 3 4 Objectifs du cours Connaissances, savoir-faire et savoir-être : aigu et chronique Commentaires et limites Facteurs favorisants Facteurs déclenchant

Plus en détail

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD

Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD Traumatisme crânien léger Recommandations SFMU (publiées 2012) Didier HONNART, Département de Médecine d Urgence SAMU-SMUR-SRAU-UHCD CHU de Dijon 2012 Le traumatisme crânien léger (TCL) Définitions multiples

Plus en détail

EMBOLIE PULMONAIRE (EP)

EMBOLIE PULMONAIRE (EP) EMBOLIE PULMONAIRE (EP) Dr Thanh CAO - HUU = OBSTRUCTION D UNE ou PLUSIEURS BRANCHES DE L ARTERE PULMONAIRE PAR UN OU DES THROMBUS pouvant aboutir à l INFARCTUS PULMONAIRE = AFFECTION UBIQUITAIRE dont

Plus en détail

L insuffisance cardiaque aigue définition

L insuffisance cardiaque aigue définition L insuffisance cardiaque aigue définition Apparition rapide ou aggravation des symptômes et/ou des signes d insuffisance cardiaque. survenant de novo ou décompensation d une insuffisance cardiaque chronique

Plus en détail

Annexe 8. Gestion des effets indésirables

Annexe 8. Gestion des effets indésirables Annexe 8 CDPS de Gestion des effets indésirables A l occasion d une vaccination A l occasion d un prélèvement sanguin Une séance de vaccination peut provoquer certaines manifestations cliniques : Malaise,

Plus en détail

Prise en charge d une douleur thoracique par un infirmier sapeurpompier. dans le Bas-Rhin

Prise en charge d une douleur thoracique par un infirmier sapeurpompier. dans le Bas-Rhin Prise en charge d une douleur thoracique par un infirmier sapeurpompier protocolé dans le Bas-Rhin SDIS 67 Infirmier Thierry HAUBTMANN Service de Santé et de Secours Médical MàJ : 27/01/2013 Le Service

Plus en détail

GUIDE MEDICAL PRATIQUE A

GUIDE MEDICAL PRATIQUE A Docteur Claude Thony GUIDE MEDICAL PRATIQUE A L USAGE DES PATIENTS SOUFFRANT D APNEES DU SOMMEIL Comment dépister le syndrome d apnées du sommeil? Éditions Chemins de tr@verse Pour ceux qui ronflent et

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION (ADD) Niveau 2

LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION (ADD) Niveau 2 LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION (ADD) Niveau 2 -L accident de décompression est l accident le plus grave de la plongée, ses conséquences sont tout aussi graves et souvent irréversibles. -Il est dû à la

Plus en détail

Diabetes Mellitus. Définition:

Diabetes Mellitus. Définition: Diabetes Mellitus Diabète sucré Définition: Le diabète dit sucré est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie, la glycémie étant la concentration de glucose

Plus en détail

Qu est-ce que l insuffisance cardiaque?

Qu est-ce que l insuffisance cardiaque? Qu est-ce que l insuffisance cardiaque? 1 C est une anomalie de la fonction cardiaque. Le cœur qui assure la propulsion du sang dans tout l organisme peut être atteint de différentes façons. Dans tous

Plus en détail

Ce que nous faisons devant un malaise. F Héran JL Sarrazin

Ce que nous faisons devant un malaise. F Héran JL Sarrazin Ce que nous faisons devant un malaise F Héran JL Sarrazin De quoi parlons nous? Terme vague, très employé par les patients Parler avec le patient PERTE DE CONNAISSANCE 1 Post-traumatique immédiate : rechercher

Plus en détail

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44

Noyade. Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Noyade Dr François JAVAUDIN Urgences SAMU 44 Définition OMS Insuffisance respiratoire résultant de la submersion (totalité du corps dans l eau) ou de l immersion (face de la victime) en milieu liquide

Plus en détail

10/05/09. «En quête» de vérité. Éléments scientifiques

10/05/09. «En quête» de vérité. Éléments scientifiques «En quête» de vérité 1 Éléments scientifiques 2 1 Atropa Belladonna La belladone (de bella donna, belle dame) est une plante extrêmement toxique. Symptômes de l intoxication : Troubles digestifs immédiats

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral

Accident Vasculaire Cérébral Accident Vasculaire Cérébral GIT 2011 Dr F. DOLVECK SAMU 92 1 Accidents vasculaires cérébraux AVC Définitions Physiologie Épidémiologie Objectif de prise en charge Identification de l AVC Organisation

Plus en détail

Dyspnées aux urgences

Dyspnées aux urgences Dyspnées aux urgences 1 Définition. 2 2 Signes de gravité. 2 2.1 Signes de gravité respiratoire. 2 2.2 Signes de gravité cardio-vasculaire. 2 2.3 Signes de gravité neurologiques. 2 3 Interrogatoire et

Plus en détail

L épilepsie. chez les plus de 60 ans

L épilepsie. chez les plus de 60 ans L épilepsie chez les plus de 60 ans Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est un trouble qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreuses

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AVC

LA PRISE EN CHARGE DES AVC LA PRISE EN CHARGE DES AVC PAR ALEXIA, SUREKA, ELIMANE ET MARUSCHKA POURQUOI S INTÉRESSER AUX AVC? - Pathologie négligée de la prévention primaire. - Problème important dans la société et d importance

Plus en détail

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E.

OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. LES ( T.C.E. ) ( T.C.E. ) OBJECTIFS: -Physiopathologie des T.C.E. -La surveillance clinique d un T.C.E. Dr. E.M. GUEYE Service de neurochirurgie C.H.U. de Limoges -Les différentes complications des T.C.E.

Plus en détail

Sémiologie des Etats de choc

Sémiologie des Etats de choc Sémiologie des Etats de choc Dr CHEN CHI SONG 12/11/2012 1 Introduction Urgence vitale Reconnaître Diagnostiquer étiologie Traiter 12/11/2012 2 Définition Etat de choc: survenue d une hypotension artérielle:

Plus en détail

L IDE en situation isolée devant une urgence :

L IDE en situation isolée devant une urgence : L IDE en situation isolée devant une urgence : Qu est il possible de faire? Médecin en Chef Aurélien RENARD Médecin principal Marc UNTEREINER Médecin en Chef Alain PUIDUPIN Service d accueil des urgences

Plus en détail

LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS)

LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS) LES CONDUITES A TENIR EN PREMIERE URGENCE (DANS LES SITUATIONS PARTICULIERES DE RISQUES MAJEURS) Fiche 10 CONSIGNES GENERALES Après avoir rejoint les lieux de mise en sûreté : utiliser la mallette de première

Plus en détail

Diagnostic biologique

Diagnostic biologique Diagnostic biologique Albuminémie: 35 g/l "normal, 30 à< 35 g/l "dénutrition modérée, < 30 g/l "dénutrition sévère. Pré albumine : 200 mg/l "normal < 200 mg/l "dénutrition. Facteurs favorisants Sociaux

Plus en détail

Accidents de plongée. Cours Niveau 2 PCCA

Accidents de plongée. Cours Niveau 2 PCCA Accidents de plongée Cours Niveau 2 PCCA Présentation Notre corps est une véritable machine à échanger des gaz par l intermédiaire de nos poumons et de notre sang. De la zone où il y a la plus forte concentration

Plus en détail

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que

Épilepsie. Crise simple État de mal épilep/que Épilepsie Crise simple État de mal épilep/que Épidémiologie Prévalence : 8,2/1000 Incidence : 50 à 60/100000 0.7 à 3.4 % des admissions sont dues à une crise d épilepsie 2/3 à épilep/que connu 1/3 à Première

Plus en détail

Référentiel de formation continue PSC1

Référentiel de formation continue PSC1 Référentiel de formation continue PSC1 Formation continue PSC 1 Durée : 4h max pour 10 candidats maximum Public concerné : personnels titulaires du PSC 1. PROGRAMME DE LA FORMATION Accueil Point sur les

Plus en détail

Hypoglycémie (en dehors du diabète)

Hypoglycémie (en dehors du diabète) Hypoglycémie (en dehors du diabète) Réponse physiologique à une baisse de la glycémie Inhibition de la sécrétion d insuline (- de 0,80 g/l) : baisse de l utilisation périphérique du glucose levée du frein

Plus en détail

Que sont les malaises de l'enfant? Comment se présentent les malaises habituellement? Les malaises vagaux sont de loin les plus fréquents

Que sont les malaises de l'enfant? Comment se présentent les malaises habituellement? Les malaises vagaux sont de loin les plus fréquents Corps du texte 1.Que sont les malaises de l'enfant? 2.Comment se présentent les malaises habituellement? 3.Les malaises vagaux sont de loin les plus fréquents 4.Comment s'expliquent les malaises vagaux?

Plus en détail

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan?

Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Syncope: Qui hospitaliser? Quel bilan? Jérémie BARRAUD Unité Rythmologie et Stimulation Cardiaque Service de Cardiologie, CHU NORD Aix-Marseille Université Définition - Epidémiologie Syncope = Perte de

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK

ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA MRC- DE-COATICOOK ORDONNANCE COLLECTIVE EXERCER UNE SURVEILLANCE CLINIQUE DE MONITORAGE DE LA CONDITION DES USAGERS DONT L ÉTAT DE SANTÉ

Plus en détail

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice

Prise en charge des AIT. Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Prise en charge des AIT Marie-Hélène MAHAGNE Unité Neuro Vasculaire CHU Nice Définition classique «Déficit neurologique focal d installation brutale, résolutif en moins de 24 heures, d origine vasculaire

Plus en détail

INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE

INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE Docteur Erik BOQUET Page 1 sur 5 INTOXICATION AU MONOXYDE DE CARBONE Le CO est un gaz incolore, inodore, insipide, non irritant et explosif en présence d'autres gaz. Sa densité est voisine de celle de

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 2

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 2 PARTIE 3 LES BILANS 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de réaliser et transmettre les bilans d une victime. Plus précisément, il s agit de : Réaliser et justifier un bilan circonstanciel.

Plus en détail

Docteur Erik BOQUET Page 1 11/10/2003 LES NOYADES. (Docteur Erik BOQUET) 1 DÉFINITION

Docteur Erik BOQUET Page 1 11/10/2003 LES NOYADES. (Docteur Erik BOQUET) 1 DÉFINITION Docteur Erik BOQUET Page 1 11/10/2003 LES NOYADES (Docteur Erik BOQUET) 1 DÉFINITION La noyade est une asphyxie due à l'inondation des voies aériennes par un liquide au décours d'une submersion. Elle est

Plus en détail

Secourisme. Sommaire. Chapitre 15 75

Secourisme. Sommaire. Chapitre 15 75 Secourisme Sommaire I. Introduction 76 II. Les risques propres à la pratique de la gymnastique 76 A. L inconscience 76 1. Situation 76 2. Conduites à tenir 76 3. Les causes de l inconscience 76 4. Risques

Plus en détail

Reconnaissance du caractère professionnel d un malaise

Reconnaissance du caractère professionnel d un malaise 1 LA CHARTE DES AT-MP FICHE AT Reconnaissance du caractère professionnel d un malaise CNAMTS DRP Charte AT-MP 1 mise à jour de 11/2013 2 Cette fiche pose des règles pratiques de gestion des dossiers de

Plus en détail

FORMATION DE LA FEDERATION FRANCAISE DE SAUVETAGE ET DE SECOURISME RELATIF À L UNITÉ D ENSEIGNEMENT PRÉVENTION ET SECOURS DU SPORT DE NIVEAU 1 (PSS1)

FORMATION DE LA FEDERATION FRANCAISE DE SAUVETAGE ET DE SECOURISME RELATIF À L UNITÉ D ENSEIGNEMENT PRÉVENTION ET SECOURS DU SPORT DE NIVEAU 1 (PSS1) FORMATION DE LA FEDERATION FRANCAISE DE SAUVETAGE ET DE SECOURISME RELATIF À L UNITÉ D ENSEIGNEMENT PRÉVENTION ET SECOURS DU SPORT DE NIVEAU 1 (PSS1) ASSOCIE À L UNITÉ D ENSEIGNEMENT PRÉVENTION ET SECOURS

Plus en détail

Syncopes et Malaises. Dol de Bretagne 30/09/09

Syncopes et Malaises. Dol de Bretagne 30/09/09 Syncopes et Malaises Dol de Bretagne 30/09/09 www.has-sante.fr Syncopes Syncope Perte de connaissance à début brutal, de durée généralement brève, spontanément résolutive, s accompagnant d une perte du

Plus en détail

NOYADES. Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES

NOYADES. Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES NOYADES Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES DEFINITION Beaucoup de confusion termes approximatifs (bleu/blanc/primaire/secondaire/hydrocution.) ILCOR : état résultant d'une insuffisance respiratoire provoquée

Plus en détail

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins

Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins 1 sur 6 Le portail des maladies rares et des médicaments orphelins Formes particulières : Syndrome d Andersen (forme particulière de syndrome du QT long congénital avec des tachycardies ventriculaires

Plus en détail

Gestes et soins d urgence

Gestes et soins d urgence Gestes et soins d urgence sur ou au bord du tatami D Dorgler; F Galtier; M Thirion Pour la Commission médicale FFAAA medecin.federal@aikido.com.fr Gestes d urgence: objectifs Prévenir Sauver une vie

Plus en détail