Modernité. La France et les Etats-Unis : moins une question de retard qu une question de pente

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modernité. La France et les Etats-Unis : moins une question de retard qu une question de pente"

Transcription

1 Modernité La France et les Etats-Unis : du modèle moins une question de retard qu une question de pente La «modernité alimentaire», incarnée par la mondialisation, alimente les débats et les peurs. Dé-structuration, dé-socialisation, dé-ritualisation, perte de nos repères et risque d uniformisation La société de consommation était à peine née, dans les années 1960, qu elle était déjà pointée du doigt. Dès cette époque, Joël et Stella de Rosnay mettaient en garde contre la malbouffe. Aujourd hui, c est une progression de l obésité à l américaine qui effraie. Menace ou fantasme? Le diagnostic ne fait pas l objet d un consensus parmi les spécialistes, ni dans le domaine des sciences sociales ni dans celui de la nutrition. Certes, les repas se simplifient, se prennent de plus en plus à l extérieur du domicile. Certes, la cuisine repose toujours sur les femmes et celles-ci, travaillant, ont davantage recours aux aliments et aux services offerts par l industrie agro-alimentaire, jusqu au prêt à manger Peut-on parler pour autant de «vagabondage alimentaire» ou de «déviance nutritionnelle»? Dans ces questions, la morale n est jamais loin, et la prudence s impose. On sait également qu en matière de qualité alimentaire, la définition et les attentes varient : il existe une culture latine et une culture anglo-saxonne. Pour mieux comprendre ces différences, un programme de recherche ambitieux de l Ocha a été mis en œuvre dans cinq pays européens et aux Etats-Unis. Dans un ouvrage paru début

2 Un Français à New York, un Américain en France : lunettes culturelles et ethnocentrismes croisés À New York, personne ne rentre chez soi au milieu de la journée : on mange sur place, soit dans les bureaux, tout en travaillant, soit dans les clubs, soit dans les cafeterias ( ) Dans les bouillons populaires, des milliers d êtres alignés dévorent, chapeau sur la tête, sur un seul rang comme français chez Odile Jacob, Claude Fischler et Estelle Masson en analysent les principaux résultats et constatent que la France et les Etats-Unis sont les pays les plus diamétralement opposés. Pour eux, cette différence est moins une question de retard à rattraper que nous serions fatalement voués à rattraper qu une question de pentes différentes. Dès lors, ne faudrait-il pas, autant que de s inquiéter de la modernité alimentaire, cultiver la modernité du modèle alimentaire français? à l étable, des nourritures d ailleurs fraîches et appétissantes, pour des prix inférieurs aux nôtres. Ils foncent sur leurs assiettes pleines de boules de viande ; derrière eux, on attend leur place. Cette observation que rapporte l écrivain-diplomate Paul Morand, en 1937, Claude Fischler et Estelle Masson la mettent en miroir avec celle de Daniel Lerner, sociologue américain, dans le cadre d une vaste enquête sur les Français réalisée en 1956 : Les Français ont tendance à être rigides dès qu il s agit de se nourrir. Les heures de repas [en français dans le texte], d une région à l autre, ne varient pratiquement pas alors que, pour beaucoup de non-français, manger tous les jours à la même heure ferait plutôt penser au zoo. On dévie très peu des règles définissant quel vin va avec quel plat et rares sont ceux qui s aventurent hors des règles établies «pour essayer quelque chose de différent». La notion de «repas bien composé» elle-même est une idée spécifiquement gauloise qui comporte certaines caractéristiques immuables. Pour Claude Fischler, c est le reflet (la «réflexion») de la description dans le regard de l Autre qui permet de diagnostiquer la différence. Dans ce jeu de miroirs, apparaît en creux l opposition nature/culture, animalité/humanité : ce qui est barbare pour le Français c est l absence de règles, l effacement de la socialité ; pour l Américain, c est le déni de l individu à travers la restriction de sa liberté. 7

3 Modernité du modèle français Alimentation, corps et santé : une recherche de l Ocha auprès de 7000 personnes dans 6 pays Chercher à établir les différences, les spécificités comme les points communs, tel était le projet de ce programme en 3 étapes, mené auprès de 7000 personnes sous la direction de Claude Fischler avec une équipe composée d Estelle Masson et de Christy Shields. La préoccupation sous-jacente était de faire progresser notre compréhension des questions de santé publique en identifiant des facteurs culturels qui pourraient contribuer à rendre compte des différences observées sur le plan de la santé et de l obésité. Pour Claude Fischler, il s agissait aussi de «s interroger une fois encore sur cette grande question : la nature de la culture, ses rapports aussi bien avec la sphère du biologique qu avec celle du social ; sa stabilité ou sa fragilité, sa stabilité et sa fragilité, sa transmissibilité et sa volatilité» Paradoxes français Manger Français, Européens et Américains face à l alimentation Un essai de Claude Fischler et Estelle Masson, complété par des textes d Eva Barlösius, Alan Beardsworth, Denise Bernuzzi de Sant Anna, Nicoletta Cavazza, Gervaise Debucquet, Emmanuel Dion, Mohamed Merdji, Laurence Ossipow, Emiko Ohnuki-Tierney, Jean-Pierre Poulain, Paul Rozin, Christy Shields-Argelès. Aux Editions Odile Jacob, avec l Ocha, 2008, 328 pages. Sommaire détaillé en ligne sur Que les Français mangent aussi gras que les Américains, aient des taux de cholestérol comparables et aient presque trois fois moins de mortalité coronarienne, tel était le premier paradoxe français constaté dans les années 1990, au moment où la simplicité frugale incarnée par la diète méditerranéenne était devenue le régime idéal officiel des Etats-Unis. Paradoxe et scandale éthique pour des sociétés puritaines que de voir le péché de gourmandise ainsi récompensé! Et voici qu on s avise d un second paradoxe : la France compte cinq fois moins d obèses que les Etats-Unis, et significativement moins que la plupart des autres pays développés y compris la Grèce et la Crète à l exception du Japon. Et les résultats de l enquête OBépi 2006 montrent pour les trois dernières années «une ébauche de ralentissement de l augmentation de l obésité». Autant il est nécessaire de comprendre pourquoi l obésité augmente dans tous les pays développés, autant il est nécessaire de comprendre pourquoi, jusqu à maintenant, elle augmente moins en France qu ailleurs. 8

4 Questions de méthode Critères de choix des pays La première difficulté dans les enquêtes comparatives étant celle de la langue, un des critères de choix des pays a été les langues parlées par l équipe de pilotage dont deux des membres ont participé à pratiquement tous les focus groups. Un autre principe était de travailler avec un chercheur associé dans chacun des pays. Les traductions ont fait l objet de concertation et vérification avec eux, elles ont été testées sur deux niveaux de compréhension : la formulation et ce qui faisait ou ne faisait pas sens. Les questionnaires ont tous été administrés par téléphone de Paris par des enquêteurs dont la langue natale était celle du pays enquêté. Détermination des étapes - Phase 1 : focus groups dans chaque pays, pilotés par Claude Fischler et Christy Shields et les chercheurs associés dans chacun des pays : Allemagne (Eva Barlösius), France (Mohamed Merdji), Grande-Bretagne (Alan Beardsworth), Italie (Nicoletta Cavazza), Suisse (Laurence Ossipow), USA (Paul Rozin) - Phase 2 : Enquête Ocha 1 qualitative/ quantitative (nombreuses questions ouvertes) auprès de 180 personnes environ par pays (un tiers de médecins, un tiers d enseignants,un tiers de «population générale»). - Phase 3 : Enquête Ocha 2 auprès d échantillons représentatifs de la population (900 personnes dans chacun des pays européens,1500 personnes aux USA). Style culturel de réponse : Italiens et Britanniques les plus opposés Note-t-on de la même manière dans les divers pays? Non, et c est pourquoi une analyse des notes attribuées par les personnes interrogées selon les pays a été réalisée a posteriori. Les différences les plus grandes ont été constatées entre les Italiens, qui n hésitent pas à donner des notes extrêmes, et les Britanniques qui émettent des jugements nuancés et notent de façon peu dispersée autour de la moyenne. Quelles en sont les conséquences? Au terme d une analyse détaillée, Emmanuel Dion estime que l impact du biais culturel reste limité et que, d une certaine façon, il fait partie intégrante des résultats d une enquête internationale et se mêle inextricablement à un certain nombre de différences réelles. Ce qu il faut parvenir à penser, c est bien l interaction des tendances et des contraintes en présence, la nature et l étendue des spécificités culturelles, leur vigueur et leur résilience, leur capacité à se perpétuer, leur rigidité ou au contraire leur plasticité, leur propension à se modifier en fonction du contexte matériel et économique ou à se désagréger définitivement sous l effet du marché planétaire. Claude Fischler et Estelle Masson in «Manger. Français, Européens et Américains face à l alimentation» 9

5 Modernité du modèle français Le mangeur rationnel qui se considère comme gestionnaire de sa santé et de sa longévité Le mangeur torturé et culpabilisé Le mangeur social et sociable attaché aux règles traditionnelles du repas et de la convivialité Le mangeur gourmand ou gourmet Le mangeur naturophile Portraits de mangeurs de part et d autre de l Atlantique Cinq portraits imaginaires et assez tranchés de mangeurs ont été soumis aux personnes interrogées lors de l enquête Ocha 2. Il leur était demandé dans quelle mesure elles se reconnaissaient (tout à fait, plutôt, plutôt pas, pas du tout) dans chacun de ces portraits. Le mangeur A est un mangeur «rationnel», qui se considère comme gestionnaire de sa santé et de sa longévité, il pense qu en suivant les avis des médecins, il pourra éviter ou retarder certaines maladies et rester en forme jusqu à un âge avancé. Le mangeur B est un mangeur social et sociable, attaché aux règles traditionnelles du repas et de la convivialité, il est content de se mettre à table pour partager le repas de midi avec ses collègues et celui du soir avec sa famille et ses amis, il déteste sauter un repas et être obligé de manger trop vite. Le mangeur C est un mangeur un peu torturé et culpabilisé, il souhaiterait mieux contrôler son appétit, ses envies et son poids, il envisage de changer ses habitudes alimentaires et de faire plus de sport. Il se juge faible de ne pas y parvenir et éprouve parfois un sentiment d échec. Le mangeur D est gourmand ou gourmet, il considère que manger est un des grands plaisirs de l existence, il parle fréquemment de cuisine et porte une grande attention à la qualité des produits qu il consomme. Le mangeur E est un mangeur «naturophile», il pense qu il faut absolument se protéger et protéger l environnement contre les pollutions, il mange surtout des produits bio ou naturels. Examinant comment se combinent les prises de position sur ces portraits avec les autres variables analysées, Claude Fischler et Estelle Masson constatent que si l on est «rationnel» (A), on est plus prédisposé à se reconnaître aussi dans le mangeur culpabilisé (C) et à affirmer une forme de naturophilie (E). Cette combinaison est très américaine, plutôt protestante et elle réunit paradoxalement beaucoup de personnes très croyantes mais aussi des athées. Ceux qui se reconnaissent le moins dans cette trilogie sont les Italiens. Les Français se reconnaissent davantage dans le mangeur convivial (B) et le gourmand gourmet (D), les Britanniques étant ceux qui s y reconnaissent le moins. Les plus nombreux à se reconnaitre dans le mangeur naturophile (E), volontiers suisses, se reconnaissent aussi dans le rationnel (A) et dans le gourmet (D) : on y retrouve sans doute des tenants d une alimentation saine et naturelle et des personnes en quête à la fois de santé et de goût. 10

6 Aliment et/ou médicament : un consensus culturel plutôt que scientifique La question de la continuité ou de la rupture entre aliment et médicament est particulièrement intéressante. Elle a été abordée, entre autres, à travers une question portant sur la fréquence de consommation de vitamines sous forme de compléments alimentaires. On pouvait s attendre, dans l enquête Ocha 1, à obtenir des réponses très proches des médecins des divers pays enquêtés par rapport aux deux autres groupes : enseignants et population générale. Surprise! Dans chacun des pays enquêtés, le savoir scientifique ne joue pas un rôle déterminant : les médecins ne se distinguent pas significativement de leurs concitoyens. Ceux qui déclarent prendre des suppléments vitaminiques tous les jours : - Aux Etats-Unis, plus de 50% des personnes interrogées, autant médecins que profanes, - En France et en Italie, quelques rares profanes mais pas un médecin, - En Allemagne et en Grande- Bretagne, davantage de nonmédecins que de médecins Ceux qui déclarent n en prendre jamais - En Italie, 70% des non-médecins et 73% des médecins, - En France, 60% des médecins et 60% des non-médecins, - En Allemagne, 40% des médecins et 40 % des non-médecins, - En Suisse, beaucoup plus de médecins (62%) que de non-médecins (43%). Pour Claude Fischler et Estelle Masson, plutôt qu une position scientifique commune aux médecins de tous les pays, ces résultats mettent en évidence une sorte de «pente» nationale, que suivent les ressortissants d un même ensemble culturel, médecins ou profanes. Pour eux, il existe bien, dans chaque pays étudié, un fonds commun culturel largement partagé. Mille et une bouches Cuisines et identités culturelles Sous la direction de Sophie Bessis, Editions Autrement, 1995, 182 pages. Textes en ligne sur Une thèse d anthropologie compare les systèmes alimentaires français et américain Cette thèse de Christy Shields-Argelès, sous la direction de Claude Fischler, à l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, éclaire les débats contemporains sur le lien entre l alimentation et la santé avec une approche transdisciplinaire. Elle tente de dépasser les clichés transatlantiques dans un cadre comparatif : il s agit de considérer notre relation à l alimentation sous ses formes à la fois universelles et culturellement spécifiques. La thèse s ouvre sur un examen de ce que ces deux pays modernes partagent : une forte agriculture, une anxiété croissante face à l assiette, une expérience de la mondialisation qui génère un désir de renforcer les identités locales et nationales. Le cœur de la thèse s efforce d identifier et d analyser les systèmes alimentaires dans les deux pays à partir des réponses données à des questions ouvertes posées dans le programme de recherche transculturelle de l Ocha. Elle soutient que ces systèmes, ainsi que la façon dont ils définissent des termes comme santé, goût ou plaisir, sont considérés comme évidents et universels dans les deux pays au point que même des travaux en sciences sociales, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, ne les questionnent pas, mais les renforcent plutôt. La chercheuse a suivi également les traces de couples franco-américains vivant des deux côtés de l Atlantique en se concentrant sur la vie des conjoint(e)s français(e)s vivant aux Etats-Unis et des conjoint(e)s américain(e)s vivant en France. Elle constate le rôle décisif de l environnement (familial, local et national) dans l expression et la reproduction des modèles alimentaires, et donc des pratiques et valeurs qui y sont associées. Cependant, l essor récent d un modèle culinaire aux USA et d un modèle nutritionnel en France conduit à s interroger sur l état actuel de ces modèles dans les deux pays et sur leur possible évolution future. 11

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Regard de l histoire 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE?

Regard de l histoire 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? Regard de l histoire SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? Réalisation : Service Éducation permanente Question Santé asbl Texte : Isabelle Dossogne/Question

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Des stands alimentaires! Résumé

Des stands alimentaires! Résumé Secondaire, collégial et grand public activité 5 Des stands alimentaires! Résumé À partir de l affiche Nos choix alimentaires à nous de jouer!, les élèves sont initiés au concept des 3N-J d ENvironnement

Plus en détail

Présentation des animations Aux Goûts du Jour

Présentation des animations Aux Goûts du Jour Présentation des animations Aux Goûts du Jour AUX GOÛTS DU JOUR est une association nationale d éducation alimentaire. Objectifs * Aider les enfants et les adultes à retrouver le plaisir de Bien manger.

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015 La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée Dossier de presse Création graphique : Musiconair Pendant 9 jours, les Chefs d Alsace et les Maîtres Restaurateurs d Alsace vous font découvrir

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS SERVICES

DÉCOUVREZ NOS SERVICES DÉCOUVREZ NOS SERVICES Cours de Cuisine Compétition Culinaire Cocktail Dînatoire Table du Chef Midi Corpo Boutique Pour réserver ou obtenir de l information supplémentaire : 514 750-6050 Cuisiner et bien

Plus en détail

Parmi les nombreuses expériences qui transforment

Parmi les nombreuses expériences qui transforment DES ÉTUDES À L ÉTRANGER Parmi les nombreuses expériences qui transforment votre curriculum vitae de petit franchouillard en celui de véritable citoyen du monde, le passage par un séjour d études est une

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS-

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- Novembre 2013 PROJET M1 COLLECTIF ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- CULTURELLES EXEMPLE D UNE ETUDE CROSS-CULTURELLE SUR LE THE RESUME DU MEMOIRE TROPHEE SYNTEC 2013 Catégorie : Master 1 collectif Participantes

Plus en détail

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS Mai 2013 Au sommaire de votre CNISAM infos N 8 Contexte... 2 Le rôle du CNISAM... 2 Les personnes âgées et la dénutrition... 2 Les causes

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires

Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires Contexte et enjeux autour du projet Mets & Mémoires Le vieillissement est une donnée intégrée à notre mode de gestion sociale de la population. Néanmoins, la dépendance apparaît comme un nouveau problème

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION RESTAURATION SCOLAIRE Chers parents, Nous souhaitons connaître votre avis sur la restauration scolaire de vos enfants. Cette enquête a pour but d évaluer votre degré de satisfaction

Plus en détail

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires-

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Par Nathalie Jobin, Dt.P., Ph.D. Nutritionniste, Extenso Vocabulaire Repas

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive.

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive. NUTRI-CULTURE LE texturant 100% végétal, compatible toutes cultures. Facile à mettre en œuvre et à utiliser pour préparer des textures modifiées (quelles que soient les facultés des convives). Il fond

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p.

Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p. UN CONCEPT NOVATEUR 2 Le Groupe Casino p. 4 Casino restauration p. 5 Notre organisation p. 6 L idée p. 8 Résultats de l étude clients p. 10 Le concept p. 12 A l heure des comptes p. 14 Mes notes p. 16

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

DEBAT PUBLIC SUR L ALIMENTATION ET DEMAIN QU EST-CE QU ON MANGE? --------------------- CARNET D ACTEURS DU CESER NORD-PAS DE CALAIS

DEBAT PUBLIC SUR L ALIMENTATION ET DEMAIN QU EST-CE QU ON MANGE? --------------------- CARNET D ACTEURS DU CESER NORD-PAS DE CALAIS DEBAT PUBLIC SUR L ALIMENTATION ET DEMAIN QU EST-CE QU ON MANGE? --------------------- CARNET D ACTEURS DU CESER NORD-PAS DE CALAIS VALIDEE PAR LE BUREAU DU CESER DU 04 JUIN 2014 ---------------------

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM)

ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM) ÉTUDE DE CAS L heure des choix a sonné pour les Résidences Enharmonie de l Office municipal d habitation de Montréal (OMHM) Léonard Dumas, D.B.A. Professeur de marketing, UQTR (Québec) Robert Laporte,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Malle documentaire alimentation L alimentation est l acte de nourrir et de se nourrir. Elle

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel.

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel. 2015 Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS Parce que les vacances, c est essentiel. Un outil innovant au service de vos politiques sociales Ce programme déployé par l ANCV depuis 2007 a

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Sondage auprès de 1500 Européens Novembre 2010. Nobody s Unpredictable

Sondage auprès de 1500 Européens Novembre 2010. Nobody s Unpredictable Sondage auprès de 1500 Européens Novembre 010 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Gleeden.com Echantillon : 1501 Européens mariés ou vivant en couple dont: - 500 Français - 500 Italiens - 501

Plus en détail

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public

Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Etat d esprit et pouvoir d achat des jeunes enseignants du public Juillet 2013 Etude réalisée par l institut OpinionWay pour la MAIF, conduite en ligne du 3 au 29 juillet 2013 auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

Règlement de Fonctionnement

Règlement de Fonctionnement FONDATION ROGUET Etablissement Public de Santé 58 rue Georges BOISSEAU 92110 CLICHY Règlement de Fonctionnement Accueil de Jour Secrétariat médical Accueil de Jour Téléphone : 01-41-40-46-42 Fax : 01-41-40-47-47

Plus en détail

Formation: BPH & PRE-REQUIS module 1. INFRES SARL Rue de la Papinerie Z.I. Roubaix Est 59390 LYS LEZ LANNOY Tél.: 03.20.999.888 Fax: 03.20.80.05.

Formation: BPH & PRE-REQUIS module 1. INFRES SARL Rue de la Papinerie Z.I. Roubaix Est 59390 LYS LEZ LANNOY Tél.: 03.20.999.888 Fax: 03.20.80.05. BPH & PRE-REQUIS module 1 Durée: 1 jour (soit 7 heures) Employeur/employé Tout personnel ayant une activité en restauration Cette formation est conçue de façon à s initier et à réactualiser ses connaissances

Plus en détail

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau

présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau présente Métro, boulot, dodo enquête sur la vie de bureau Septembre 2014 Avant-propos Avec la tertiarisation de l économie et des emplois, notre activité professionnelle se déroule de plus en plus souvent

Plus en détail

Sika ComfortFloor pour votre maison

Sika ComfortFloor pour votre maison Sika ComfortFloor pour votre maison LA PERFECTION N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PROCHE Vivre avec perfection Sika ComfortFloor à la maison Sika ComfortFloor est bien plus qu un revêtement de sol. C est également

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

FAMILLES ET PREVENTION SANTE

FAMILLES ET PREVENTION SANTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DES DEUX SEVRES FAMILLES ET PREVENTION SANTE ENQUETE 2013 - SYNTHESE Afin de donner les moyens à l Institution Familiale de "produire des données familiales", de les recueillir,

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Baromètre Santé & Société - Europ Assistance / CSA. 2013 : 7 ème vague du baromètre Principaux enseignements En octobre 2006,, le Groupe Europ Assistance et le Cercle Santé Société lançaient, avec l institut

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE

COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE COLLECTION 2013/2014 DOSSIER DE PRESSE DU FOIE GRAS TRADITIONNEL AU RAFFINEMENT ULTIME Afin de varier les plaisirs et sublimer toutes les entrées, Labeyrie confirme son savoir-faire en présentant une sélection

Plus en détail

La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM

La cuisine fait maison et sa relation avec le PEM La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM Sommaire 1. Le «fait maison» un phénomène de masse La cuisine "fait maison" - 2. Les motivations du «fait maison» 10 juin 3. Le plaisir de la cuisine

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse 8 septembre 2014 Raphaël Couderc Service de Presse GfK T +33 01 74 18 61 57 raphael.couderc@gfk.com Accessoires connectés : le suivi de l activité physique est une application incontournable.

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche

Table des matières Introduction Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l eau*de*roche Table des matières Introduction! *! Chapitre*1*:*De*la*matière*sérieuse! 1.1!Les!matériaux! 1.2!Solides,!liquides!et!gaz 1.3!Gaspiller!de!l énergie! 1.4!Le!carburant!du!corps! Chapitre*2*:*Clair*comme*de*l

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Je deviens un magicien dans ma cuisine

Je deviens un magicien dans ma cuisine Je deviens un magicien dans ma cuisine Dossier de presse Juin 2015 Késako Cuisiner de bons plats simplement et rapidement (en 20 minutes) à partir des aliments à votre disposition Une application gratuite

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Des cours de cuisine...chez nous, dans notre atelier? Des cours de cuisine...chez vous, dans votre cuisine?

Des cours de cuisine...chez nous, dans notre atelier? Des cours de cuisine...chez vous, dans votre cuisine? Des cours de cuisine chez nous, dans notre atelier? Des cours de cuisine chez vous, dans votre cuisine? Faire la cuisine plutôt que faire à manger parce que cuisiner c est vivre mieux. jardincuisine.com

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail