Modernité. La France et les Etats-Unis : moins une question de retard qu une question de pente

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modernité. La France et les Etats-Unis : moins une question de retard qu une question de pente"

Transcription

1 Modernité La France et les Etats-Unis : du modèle moins une question de retard qu une question de pente La «modernité alimentaire», incarnée par la mondialisation, alimente les débats et les peurs. Dé-structuration, dé-socialisation, dé-ritualisation, perte de nos repères et risque d uniformisation La société de consommation était à peine née, dans les années 1960, qu elle était déjà pointée du doigt. Dès cette époque, Joël et Stella de Rosnay mettaient en garde contre la malbouffe. Aujourd hui, c est une progression de l obésité à l américaine qui effraie. Menace ou fantasme? Le diagnostic ne fait pas l objet d un consensus parmi les spécialistes, ni dans le domaine des sciences sociales ni dans celui de la nutrition. Certes, les repas se simplifient, se prennent de plus en plus à l extérieur du domicile. Certes, la cuisine repose toujours sur les femmes et celles-ci, travaillant, ont davantage recours aux aliments et aux services offerts par l industrie agro-alimentaire, jusqu au prêt à manger Peut-on parler pour autant de «vagabondage alimentaire» ou de «déviance nutritionnelle»? Dans ces questions, la morale n est jamais loin, et la prudence s impose. On sait également qu en matière de qualité alimentaire, la définition et les attentes varient : il existe une culture latine et une culture anglo-saxonne. Pour mieux comprendre ces différences, un programme de recherche ambitieux de l Ocha a été mis en œuvre dans cinq pays européens et aux Etats-Unis. Dans un ouvrage paru début

2 Un Français à New York, un Américain en France : lunettes culturelles et ethnocentrismes croisés À New York, personne ne rentre chez soi au milieu de la journée : on mange sur place, soit dans les bureaux, tout en travaillant, soit dans les clubs, soit dans les cafeterias ( ) Dans les bouillons populaires, des milliers d êtres alignés dévorent, chapeau sur la tête, sur un seul rang comme français chez Odile Jacob, Claude Fischler et Estelle Masson en analysent les principaux résultats et constatent que la France et les Etats-Unis sont les pays les plus diamétralement opposés. Pour eux, cette différence est moins une question de retard à rattraper que nous serions fatalement voués à rattraper qu une question de pentes différentes. Dès lors, ne faudrait-il pas, autant que de s inquiéter de la modernité alimentaire, cultiver la modernité du modèle alimentaire français? à l étable, des nourritures d ailleurs fraîches et appétissantes, pour des prix inférieurs aux nôtres. Ils foncent sur leurs assiettes pleines de boules de viande ; derrière eux, on attend leur place. Cette observation que rapporte l écrivain-diplomate Paul Morand, en 1937, Claude Fischler et Estelle Masson la mettent en miroir avec celle de Daniel Lerner, sociologue américain, dans le cadre d une vaste enquête sur les Français réalisée en 1956 : Les Français ont tendance à être rigides dès qu il s agit de se nourrir. Les heures de repas [en français dans le texte], d une région à l autre, ne varient pratiquement pas alors que, pour beaucoup de non-français, manger tous les jours à la même heure ferait plutôt penser au zoo. On dévie très peu des règles définissant quel vin va avec quel plat et rares sont ceux qui s aventurent hors des règles établies «pour essayer quelque chose de différent». La notion de «repas bien composé» elle-même est une idée spécifiquement gauloise qui comporte certaines caractéristiques immuables. Pour Claude Fischler, c est le reflet (la «réflexion») de la description dans le regard de l Autre qui permet de diagnostiquer la différence. Dans ce jeu de miroirs, apparaît en creux l opposition nature/culture, animalité/humanité : ce qui est barbare pour le Français c est l absence de règles, l effacement de la socialité ; pour l Américain, c est le déni de l individu à travers la restriction de sa liberté. 7

3 Modernité du modèle français Alimentation, corps et santé : une recherche de l Ocha auprès de 7000 personnes dans 6 pays Chercher à établir les différences, les spécificités comme les points communs, tel était le projet de ce programme en 3 étapes, mené auprès de 7000 personnes sous la direction de Claude Fischler avec une équipe composée d Estelle Masson et de Christy Shields. La préoccupation sous-jacente était de faire progresser notre compréhension des questions de santé publique en identifiant des facteurs culturels qui pourraient contribuer à rendre compte des différences observées sur le plan de la santé et de l obésité. Pour Claude Fischler, il s agissait aussi de «s interroger une fois encore sur cette grande question : la nature de la culture, ses rapports aussi bien avec la sphère du biologique qu avec celle du social ; sa stabilité ou sa fragilité, sa stabilité et sa fragilité, sa transmissibilité et sa volatilité» Paradoxes français Manger Français, Européens et Américains face à l alimentation Un essai de Claude Fischler et Estelle Masson, complété par des textes d Eva Barlösius, Alan Beardsworth, Denise Bernuzzi de Sant Anna, Nicoletta Cavazza, Gervaise Debucquet, Emmanuel Dion, Mohamed Merdji, Laurence Ossipow, Emiko Ohnuki-Tierney, Jean-Pierre Poulain, Paul Rozin, Christy Shields-Argelès. Aux Editions Odile Jacob, avec l Ocha, 2008, 328 pages. Sommaire détaillé en ligne sur Que les Français mangent aussi gras que les Américains, aient des taux de cholestérol comparables et aient presque trois fois moins de mortalité coronarienne, tel était le premier paradoxe français constaté dans les années 1990, au moment où la simplicité frugale incarnée par la diète méditerranéenne était devenue le régime idéal officiel des Etats-Unis. Paradoxe et scandale éthique pour des sociétés puritaines que de voir le péché de gourmandise ainsi récompensé! Et voici qu on s avise d un second paradoxe : la France compte cinq fois moins d obèses que les Etats-Unis, et significativement moins que la plupart des autres pays développés y compris la Grèce et la Crète à l exception du Japon. Et les résultats de l enquête OBépi 2006 montrent pour les trois dernières années «une ébauche de ralentissement de l augmentation de l obésité». Autant il est nécessaire de comprendre pourquoi l obésité augmente dans tous les pays développés, autant il est nécessaire de comprendre pourquoi, jusqu à maintenant, elle augmente moins en France qu ailleurs. 8

4 Questions de méthode Critères de choix des pays La première difficulté dans les enquêtes comparatives étant celle de la langue, un des critères de choix des pays a été les langues parlées par l équipe de pilotage dont deux des membres ont participé à pratiquement tous les focus groups. Un autre principe était de travailler avec un chercheur associé dans chacun des pays. Les traductions ont fait l objet de concertation et vérification avec eux, elles ont été testées sur deux niveaux de compréhension : la formulation et ce qui faisait ou ne faisait pas sens. Les questionnaires ont tous été administrés par téléphone de Paris par des enquêteurs dont la langue natale était celle du pays enquêté. Détermination des étapes - Phase 1 : focus groups dans chaque pays, pilotés par Claude Fischler et Christy Shields et les chercheurs associés dans chacun des pays : Allemagne (Eva Barlösius), France (Mohamed Merdji), Grande-Bretagne (Alan Beardsworth), Italie (Nicoletta Cavazza), Suisse (Laurence Ossipow), USA (Paul Rozin) - Phase 2 : Enquête Ocha 1 qualitative/ quantitative (nombreuses questions ouvertes) auprès de 180 personnes environ par pays (un tiers de médecins, un tiers d enseignants,un tiers de «population générale»). - Phase 3 : Enquête Ocha 2 auprès d échantillons représentatifs de la population (900 personnes dans chacun des pays européens,1500 personnes aux USA). Style culturel de réponse : Italiens et Britanniques les plus opposés Note-t-on de la même manière dans les divers pays? Non, et c est pourquoi une analyse des notes attribuées par les personnes interrogées selon les pays a été réalisée a posteriori. Les différences les plus grandes ont été constatées entre les Italiens, qui n hésitent pas à donner des notes extrêmes, et les Britanniques qui émettent des jugements nuancés et notent de façon peu dispersée autour de la moyenne. Quelles en sont les conséquences? Au terme d une analyse détaillée, Emmanuel Dion estime que l impact du biais culturel reste limité et que, d une certaine façon, il fait partie intégrante des résultats d une enquête internationale et se mêle inextricablement à un certain nombre de différences réelles. Ce qu il faut parvenir à penser, c est bien l interaction des tendances et des contraintes en présence, la nature et l étendue des spécificités culturelles, leur vigueur et leur résilience, leur capacité à se perpétuer, leur rigidité ou au contraire leur plasticité, leur propension à se modifier en fonction du contexte matériel et économique ou à se désagréger définitivement sous l effet du marché planétaire. Claude Fischler et Estelle Masson in «Manger. Français, Européens et Américains face à l alimentation» 9

5 Modernité du modèle français Le mangeur rationnel qui se considère comme gestionnaire de sa santé et de sa longévité Le mangeur torturé et culpabilisé Le mangeur social et sociable attaché aux règles traditionnelles du repas et de la convivialité Le mangeur gourmand ou gourmet Le mangeur naturophile Portraits de mangeurs de part et d autre de l Atlantique Cinq portraits imaginaires et assez tranchés de mangeurs ont été soumis aux personnes interrogées lors de l enquête Ocha 2. Il leur était demandé dans quelle mesure elles se reconnaissaient (tout à fait, plutôt, plutôt pas, pas du tout) dans chacun de ces portraits. Le mangeur A est un mangeur «rationnel», qui se considère comme gestionnaire de sa santé et de sa longévité, il pense qu en suivant les avis des médecins, il pourra éviter ou retarder certaines maladies et rester en forme jusqu à un âge avancé. Le mangeur B est un mangeur social et sociable, attaché aux règles traditionnelles du repas et de la convivialité, il est content de se mettre à table pour partager le repas de midi avec ses collègues et celui du soir avec sa famille et ses amis, il déteste sauter un repas et être obligé de manger trop vite. Le mangeur C est un mangeur un peu torturé et culpabilisé, il souhaiterait mieux contrôler son appétit, ses envies et son poids, il envisage de changer ses habitudes alimentaires et de faire plus de sport. Il se juge faible de ne pas y parvenir et éprouve parfois un sentiment d échec. Le mangeur D est gourmand ou gourmet, il considère que manger est un des grands plaisirs de l existence, il parle fréquemment de cuisine et porte une grande attention à la qualité des produits qu il consomme. Le mangeur E est un mangeur «naturophile», il pense qu il faut absolument se protéger et protéger l environnement contre les pollutions, il mange surtout des produits bio ou naturels. Examinant comment se combinent les prises de position sur ces portraits avec les autres variables analysées, Claude Fischler et Estelle Masson constatent que si l on est «rationnel» (A), on est plus prédisposé à se reconnaître aussi dans le mangeur culpabilisé (C) et à affirmer une forme de naturophilie (E). Cette combinaison est très américaine, plutôt protestante et elle réunit paradoxalement beaucoup de personnes très croyantes mais aussi des athées. Ceux qui se reconnaissent le moins dans cette trilogie sont les Italiens. Les Français se reconnaissent davantage dans le mangeur convivial (B) et le gourmand gourmet (D), les Britanniques étant ceux qui s y reconnaissent le moins. Les plus nombreux à se reconnaitre dans le mangeur naturophile (E), volontiers suisses, se reconnaissent aussi dans le rationnel (A) et dans le gourmet (D) : on y retrouve sans doute des tenants d une alimentation saine et naturelle et des personnes en quête à la fois de santé et de goût. 10

6 Aliment et/ou médicament : un consensus culturel plutôt que scientifique La question de la continuité ou de la rupture entre aliment et médicament est particulièrement intéressante. Elle a été abordée, entre autres, à travers une question portant sur la fréquence de consommation de vitamines sous forme de compléments alimentaires. On pouvait s attendre, dans l enquête Ocha 1, à obtenir des réponses très proches des médecins des divers pays enquêtés par rapport aux deux autres groupes : enseignants et population générale. Surprise! Dans chacun des pays enquêtés, le savoir scientifique ne joue pas un rôle déterminant : les médecins ne se distinguent pas significativement de leurs concitoyens. Ceux qui déclarent prendre des suppléments vitaminiques tous les jours : - Aux Etats-Unis, plus de 50% des personnes interrogées, autant médecins que profanes, - En France et en Italie, quelques rares profanes mais pas un médecin, - En Allemagne et en Grande- Bretagne, davantage de nonmédecins que de médecins Ceux qui déclarent n en prendre jamais - En Italie, 70% des non-médecins et 73% des médecins, - En France, 60% des médecins et 60% des non-médecins, - En Allemagne, 40% des médecins et 40 % des non-médecins, - En Suisse, beaucoup plus de médecins (62%) que de non-médecins (43%). Pour Claude Fischler et Estelle Masson, plutôt qu une position scientifique commune aux médecins de tous les pays, ces résultats mettent en évidence une sorte de «pente» nationale, que suivent les ressortissants d un même ensemble culturel, médecins ou profanes. Pour eux, il existe bien, dans chaque pays étudié, un fonds commun culturel largement partagé. Mille et une bouches Cuisines et identités culturelles Sous la direction de Sophie Bessis, Editions Autrement, 1995, 182 pages. Textes en ligne sur Une thèse d anthropologie compare les systèmes alimentaires français et américain Cette thèse de Christy Shields-Argelès, sous la direction de Claude Fischler, à l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, éclaire les débats contemporains sur le lien entre l alimentation et la santé avec une approche transdisciplinaire. Elle tente de dépasser les clichés transatlantiques dans un cadre comparatif : il s agit de considérer notre relation à l alimentation sous ses formes à la fois universelles et culturellement spécifiques. La thèse s ouvre sur un examen de ce que ces deux pays modernes partagent : une forte agriculture, une anxiété croissante face à l assiette, une expérience de la mondialisation qui génère un désir de renforcer les identités locales et nationales. Le cœur de la thèse s efforce d identifier et d analyser les systèmes alimentaires dans les deux pays à partir des réponses données à des questions ouvertes posées dans le programme de recherche transculturelle de l Ocha. Elle soutient que ces systèmes, ainsi que la façon dont ils définissent des termes comme santé, goût ou plaisir, sont considérés comme évidents et universels dans les deux pays au point que même des travaux en sciences sociales, que ce soit en France ou aux Etats-Unis, ne les questionnent pas, mais les renforcent plutôt. La chercheuse a suivi également les traces de couples franco-américains vivant des deux côtés de l Atlantique en se concentrant sur la vie des conjoint(e)s français(e)s vivant aux Etats-Unis et des conjoint(e)s américain(e)s vivant en France. Elle constate le rôle décisif de l environnement (familial, local et national) dans l expression et la reproduction des modèles alimentaires, et donc des pratiques et valeurs qui y sont associées. Cependant, l essor récent d un modèle culinaire aux USA et d un modèle nutritionnel en France conduit à s interroger sur l état actuel de ces modèles dans les deux pays et sur leur possible évolution future. 11

Table I ALLERGIES ET INTOLÉRANCES : L ÉNIGME SCIENTIFIQUE, LES DIMENSIONS DU PROBLÈME ET LES ASPECTS SOCIOCULTURELS

Table I ALLERGIES ET INTOLÉRANCES : L ÉNIGME SCIENTIFIQUE, LES DIMENSIONS DU PROBLÈME ET LES ASPECTS SOCIOCULTURELS Table L Ocha... 7 INTRODUCTION. Les alimentations particulières Claude Fischler... 9 Exiger ou transiger... 11 Don, hospitalité, partage... 13 Partage et commensalité... 14 Individualisation, automatisation...

Plus en détail

Le rapport au corps et au poids, les

Le rapport au corps et au poids, les Le rapport au corps et au poids, les Les normes esthétiques, médicales, pèsent lourd sur le désir de légèreté Déterminées au départ par la génétique, les morphologies des humains varient. Mais il en est

Plus en détail

---------------------------------------

--------------------------------------- NOTE DETAILLEE Le plaisir en temps de crise Sondage Harris Interactive pour la Fondation Nestlé Enquête réalisée en ligne du 04 au 11 septembre 2013 auprès d un échantillon de 956 individus représentatif

Plus en détail

français Le modèle alimentaire Eloge de la cuisine et du repas, du plaisir et de la convivialité

français Le modèle alimentaire Eloge de la cuisine et du repas, du plaisir et de la convivialité Le modèle alimentaire français Eloge de la cuisine et du repas, du plaisir et de la convivialité 30 Manger aujourd hui Jean-Pierre Poulain, Ocha / Privat, 2001, 236 pages Edition revue 2008 Plus simple,

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W

VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W La santé au bout de la fourchette Visio-Décembre.indd 1 8/12/06 10:41:12 L espérance de vie des Belges a augmenté depuis le siècle passé, ce qui est plutôt

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Stéphanie LABOJKA 16/05/2012 I OBJECTIFS Cette enquête a pour but d évaluer le comportement alimentaire

Plus en détail

LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER

LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER LES GRANDES TENDANCES DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES : - SNACKING - CONSOMMATION DE PAIN - PETIT-DÉJEUNER QUELLES OPPORTUNITÉS POUR LES BOULANGERIES-PÂTISSERIES? UNIVERS oulangerie 3 ÉTUDES À LA LOUPE

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Serbotel 2015 18-21 octobre 2015 Un programme dédié à la restauration collective

Serbotel 2015 18-21 octobre 2015 Un programme dédié à la restauration collective Communiqué de presse Juillet 2015 Serbotel 2015 18-21 octobre 2015 Un programme dédié à la restauration collective Avec plus de 400 exposants et 30 000 visiteurs attendus en octobre prochain, Serbotel

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Comment les Français gèrent-ils leur santé?

Comment les Français gèrent-ils leur santé? Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Comment les Français gèrent-ils leur santé? Baromètre Santé - 2ème édition 11 septembre 2007 Cadre de l'étude POURQUOI CETTE ETUDE? L enseigne Kiria a pour but de développer

Plus en détail

Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs

Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs DOSSIER DE CANDIDATURE Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs Tous les champs sont à renseigner. Date limite de renvoi des dossiers complétés : 3 octobre 2014 à minuit, par mail à l adresse

Plus en détail

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger»

Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» Résultat du questionnaire «Positionnement du Congrès des Suisses de l étranger» But du questionnaire Analyser le positionnement actuel du Congrès des Suisses de l étranger afin de savoir s il faut modifier

Plus en détail

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette

LES FORMATIONS 2015. Du bio pour tous dès la crèche. Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette LES FORMATIONS 2015 Du bio pour tous dès la crèche Le poisson en restauration collective : de la criée à l assiette Le bio et l alternatif pour plus de goût et de diversité La cuisine évolutive au service

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Regard de l histoire 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE?

Regard de l histoire 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? Regard de l histoire SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? 1 SE NOURRIR, ACTE INDIVIDUEL OU COMMUNAUTAIRE? Réalisation : Service Éducation permanente Question Santé asbl Texte : Isabelle Dossogne/Question

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT

SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT SENSIBILISER LES RETRAITÉS AU BÉNÉVOLAT GUIDE PRATIQUE À DESTINATION DES INTERVENANTS AUPRÈS DES RETRAITÉS Valoriser et sensibiliser au bénévolat Les personnes concernées Les outils à votre disposition

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Cours & Séjours de Cuisine

Cours & Séjours de Cuisine Ou comment préparer correctement et optimiser, chaque jour, des repas du petit déjeuner au diner en appliquant des techniques professionnelles. Objectif général : Acquérir les outils nécessaires pour assurer

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner!

Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Équilibre alimentaire : on a tous à y gagner! Tous concernés! De quoi s agit-il? Notre assiette est la première des médecines. En effet, manger sainement et équilibré contribue à prévenir les principales

Plus en détail

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Nous vous présentons quelques résultats issus de notre collecte de données auprès de 325 éducatrices qui a eu lieu lors du printemps 2010. Les objectifs de

Plus en détail

Résultats de l enquête consommateurs : Pour une promotion du sac à emporter en restauration traditionnelle

Résultats de l enquête consommateurs : Pour une promotion du sac à emporter en restauration traditionnelle Résultats de l enquête consommateurs : Pour une promotion du sac à emporter en restauration traditionnelle PRESENTATION La DRAAF Rhône-Alpes Le projet Méthodologie RESULTATS Vous Votre consommation en

Plus en détail

Découvrir les légumineuses

Découvrir les légumineuses Découvrir les légumineuses Les légumineuses sont des aliments du groupe alimentaire viandes et substituts. Elles sont très nourrissantes. Elles sont une bonne source de fibres, de vitamines, de minéraux

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Nutrition : quelles réalités en médecine générale?

Nutrition : quelles réalités en médecine générale? Nutrition : quelles réalités en médecine générale? 2 Les thèmes et témoignages de médecins mentionnés dans cette brochure sont issus des résultats d une enquête d opinion sur la nutrition. Elle a été réalisée

Plus en détail

Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde!

Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde! Le seul calorimètre 3D & à reconnaissance vocale au monde! www.kcalme.fr V6.0.0 L application élémentaire Qui remet le bon sens au menu Avez-vous une idée de nombre de calories qu ils ont mangé aujourd'hui?

Plus en détail

Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet "Manger sain: préférences, connaissances et comportements" Février

Plus en détail

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008)

POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) POLITIQUE POUR UNE SAINE ALIMENTATION ET UN MODE DE VIE PHYSIQUEMENT ACTIF (Adoptée le 12 décembre, 2008) 1. INTRODUCTION En octobre 2006, le gouvernement du Québec lançait son Plan d action gouvernemental

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION : (11_POS_236) - 2000 W

RAPPORT DE LA COMMISSION : (11_POS_236) - 2000 W MAI 2011 RC-POS (11_POS_236) RAPPORT DE LA COMMISSION chargée d'examiner l'objet suivant : (11_POS_236) Postulat Yves Ferrari et consorts - Une restauration à base d'aliments locaux et de saison... un

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

LES 10 ERREURS À NE PAS COMMETTRE POUR RETROUVER MINCEUR ET ÉNERGIE

LES 10 ERREURS À NE PAS COMMETTRE POUR RETROUVER MINCEUR ET ÉNERGIE LES 10 ERREURS À NE PAS COMMETTRE POUR RETROUVER MINCEUR ET ÉNERGIE www.naturacoach.com Livret offert Avertissement : Les informations contenues dans ce document sont à votre disposition à titre d information.

Plus en détail

Le multimédia à l école élémentaire

Le multimédia à l école élémentaire Le multimédia à l école élémentaire 1. Evolution de la problématique Notre interrogation initiale concernait la connaissance de l équipement des écoles et, plus particulièrement, des usages générés par

Plus en détail

Conseil de la restauration scolaire 16 janvier 2013 Compte-rendu

Conseil de la restauration scolaire 16 janvier 2013 Compte-rendu Conseil de la restauration scolaire 16 janvier 2013 Compte-rendu Nicolas NORDMAN, adjoint au Maire, chargé des affaires scolaires, périscolaire et de la Caisse des Ecoles Carlos DURAN, directeur de la

Plus en détail

Nutrition, territoires et entreprises: Retour d expérience chez Renault Dr Dominique Goby

Nutrition, territoires et entreprises: Retour d expérience chez Renault Dr Dominique Goby Dr Dominique Goby Pourquoi en entreprise? Par conviction Responsabilité«sociétale» L entreprise est un lieu de vie, pas seulement un lieu de travail Par intérêt bien compris Maintenir / améliorer l employabilité

Plus en détail

Santé des étudiants dans les Pays de la Loire Eléments d état des lieux

Santé des étudiants dans les Pays de la Loire Eléments d état des lieux Santé des étudiants dans les Pays de la Loire Eléments d état des lieux Colloque «Agir ensemble pour la santé des étudiants» Angers, 23 janvier 2015 Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

EN TRANSFERT D EXPERTISE 2015-2016

EN TRANSFERT D EXPERTISE 2015-2016 O F F R E D E S E R V I C E S EN TRANSFERT D EXPERTISE 2015-2016 Programmes Un trésor dans mon jardin Les aventuriers du goût UN TRÉSOR DANS MON JARDIN ET LES AVENTURIERS DU GOÛT MISSION Jeunes pousses

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

BEP MRCU N 1 : L adaptation de l offre aux clients et aux usagers N 1 : Le processus d achat Les besoins, les motivations et les freins d achat

BEP MRCU N 1 : L adaptation de l offre aux clients et aux usagers N 1 : Le processus d achat Les besoins, les motivations et les freins d achat Classe Thème Chapitre TP BEP MRCU N 1 : L adaptation de l offre aux clients et aux usagers N 1 : Le processus d achat Les besoins, les motivations et les freins d achat MISE EN SITUATION Votre entreprise

Plus en détail

Consommation alimentaire des Français

Consommation alimentaire des Français Intervention de l Afssa au colloque «La situation nutritionnelle en France en 2007» Paris, 12 décembre 2007 Consommation alimentaire des Français les premiers résultats d une enquête d intérêt général

Plus en détail

A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE)

A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE) A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE) L alimentation est un enjeu majeur de développement durable: il s'agit d'éradiquer la faim dans le monde, et de réorienter les pratiques agricoles

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

Equilibrium Cuisine (EC) est une façon de vivre, une attitude! Un état que nous aspirons à atteindre. C est un voyage, et non pas une destination.

Equilibrium Cuisine (EC) est une façon de vivre, une attitude! Un état que nous aspirons à atteindre. C est un voyage, et non pas une destination. Equilibrium Cuisine (EC) est une façon de vivre, une attitude! Un état que nous aspirons à atteindre. C est un voyage, et non pas une destination. Tout d'abord tout commence avec ce que vous mangez, et

Plus en détail

Le luxe ou la nécessité : nos pratiques alimentaires sont-elles compatibles avec le Développement Durable?

Le luxe ou la nécessité : nos pratiques alimentaires sont-elles compatibles avec le Développement Durable? Le luxe ou la nécessité : nos pratiques alimentaires sont-elles compatibles avec le Développement Durable? (Etablissement en Démarche de Développement Durable) Lycée Arthur VAROQUAUX TOMBLAINE (54) Année

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant.

5 5 en découvrant des recettes qui permettent de réaliser une cuisine minceur tout en se régalant. Introduction P erdre du poids... facile à dire, mais pas facile à faire. Et la tâche est encore plus ardue si on veut tout à la fois, c est-à-dire maigrir sans fatigue, sans carences, tout en gardant le

Plus en détail

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN Par le Dr Mourad BRAHIMI, médecin du travail au CMB Je vais vous parler aujourd hui de ce que nous devons manger tous les jours et en quelle quantité pour

Plus en détail

Des stands alimentaires! Résumé

Des stands alimentaires! Résumé Secondaire, collégial et grand public activité 5 Des stands alimentaires! Résumé À partir de l affiche Nos choix alimentaires à nous de jouer!, les élèves sont initiés au concept des 3N-J d ENvironnement

Plus en détail

Le secteur: Marché utile. Fabrice HILLAIREAU DGE Direction Générale des Entreprises

Le secteur: Marché utile. Fabrice HILLAIREAU DGE Direction Générale des Entreprises Le secteur: Marché utile Fabrice HILLAIREAU DGE Direction Générale des Entreprises Statistiques du tourisme : le suivi de la demande intérieure (SDT) L offre : suivi du parc et de la fréquentation des

Plus en détail

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel

M - Restauration. M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel M - M1 - Organisation et production M2 - Hygiène et sécurité alimentaire M3 - Distribution et service M4 - Équilibre nutritionnel Sous-domaine : M1 - Organisation et production R - 002 : du 28/04/ au 30/04/

Plus en détail

Questionnaire initial (avant évaluation)

Questionnaire initial (avant évaluation) Enquête Collège-Lycée QUESTIONNAIRE PROPOSE Questionnaire initial (avant évaluation) Age : Sexe :? M? F Poids : Taille : Sport pratiqué ( indiquer le niveau ) : 1 ) HYDRATATION DU SPORTIF Une bonne hydratation

Plus en détail

Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc

Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc 12 décembre 2012 Conjoncture de la consommation alimentaire Evolutions économiques

Plus en détail

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013

Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Comment prévenir la malnutrition en institution? Claudine Mertens, Diététicienne 2 octobre 2013 Plan 1. Différence malnutrition et dénutrition 2. Détecter le risque de malnutrition/dénutrition 3. Le rôle

Plus en détail

Et si le plaisir était toujours dans l assiette?

Et si le plaisir était toujours dans l assiette? Et si le plaisir était toujours dans l assiette? Isabelle l huillier (diététicienne) Jean-François Pinel (cuisinier) Clinique Saint Yves Rennes (35) 1. Présentation de l établissement 4. Perspectives d

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité

Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l obésité Enquête Ipsos / pour Septembre 2012 Fiche technique Sondage effectué pour : Doing Good Doing Well Echantillon

Plus en détail

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi»

Les effets de l expérimentation. «Cours le matin, sport l après-midi» note d. Année scolaire 2010-2011 11.31. «Cours le matin, sport l après-midi» note d informationdécembre 11.31 «Cours le matin, sport l après-midi» est un dispositif expérimental d aménagement du temps scolaire autour de la pratique sportive. Les élèves engagés dans cette expérimentation

Plus en détail

NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ

NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ NUTRIAWORK ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AGRÉÉ Action Santé & Bien-être Fruits & Formations La livraison de vos paniers de fruits frais bio au bureau éligible au cofinancement NutriAtWork

Plus en détail

Les Français et le bien-être : Quoi de neuf?

Les Français et le bien-être : Quoi de neuf? Communiqué de presse A Paris, le 27 juin 2013 Les Français et le bien-être : Quoi de neuf? Darty, spécialiste du petit électroménager dédié au bien-être, a toujours été soucieux d anticiper les besoins

Plus en détail

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle? «L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?» Philippe Cardon UR 1303 ALISS INRA Ivry I. Un questionnement général

Plus en détail

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec.

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Compte rendu Ouvrage recensé : Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Par Madeleine Pastinelli. (Québec, CELAT et Presses de l Université Laval, collection Intercultures,

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

ENQUETE FORMATIONS RESTAURATION COLLECTIVE

ENQUETE FORMATIONS RESTAURATION COLLECTIVE ENQUETE FORMATIONS RESTAURATION COLLECTIVE Pour répondre aux besoins des collectivités de Haute Gironde le Pays, en collaboration avec le Conseil Général de la Gironde et le CNFPT d Aquitaine, travaillent

Plus en détail

Tél. : 905-525-9140 poste 21783 Numéro sans frais : 1-888-925-2281 Courriel : pepso@mcmaster.ca Site web : pepso.ca. Madame,

Tél. : 905-525-9140 poste 21783 Numéro sans frais : 1-888-925-2281 Courriel : pepso@mcmaster.ca Site web : pepso.ca. Madame, Tél. : 905-525-9140 poste 21783 Numéro sans frais : 1-888-925-2281 Courriel : pepso@mcmaster.ca Site web : pepso.ca Madame, Nous sommes heureux de présenter, au Comité permanent des finances de la Chambre

Plus en détail

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS-

ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- Novembre 2013 PROJET M1 COLLECTIF ETUDES MARKETING ET OPINION CROSS- CULTURELLES EXEMPLE D UNE ETUDE CROSS-CULTURELLE SUR LE THE RESUME DU MEMOIRE TROPHEE SYNTEC 2013 Catégorie : Master 1 collectif Participantes

Plus en détail

BAROMETRE EUROPEEN sur les principaux débats de santé Résultats 2010 et évolutions observées depuis 2006. - Note de synthèse -

BAROMETRE EUROPEEN sur les principaux débats de santé Résultats 2010 et évolutions observées depuis 2006. - Note de synthèse - BAROMETRE EUROPEEN sur les principaux débats de santé Résultats 2010 et évolutions observées depuis 2006 - Note de synthèse - 1 Le Groupe Europ Assistance en partenariat avec le Cercle Santé Société a

Plus en détail

L Observatoire du Bien Vieillir en Europe Rapport 2015 5 ème édition

L Observatoire du Bien Vieillir en Europe Rapport 2015 5 ème édition L Observatoire du Bien Vieillir en Europe Rapport 2015 5 ème édition Vous souhaitez mieux comprendre les attentes des Baby-Boomers autour du Bien vieillir en Europe, Vous souhaitez connaître les territoires

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION

ENQUETE DE SATISFACTION ENQUETE DE SATISFACTION RESTAURATION SCOLAIRE Chers parents, Nous souhaitons connaître votre avis sur la restauration scolaire de vos enfants. Cette enquête a pour but d évaluer votre degré de satisfaction

Plus en détail

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive.

NUTRI-CULTURE NUTRI-CULTURE. Nutri-Culture, c est le même nombre de plats, les mêmes couleurs, saveurs avec des textures adaptées à chaque convive. NUTRI-CULTURE LE texturant 100% végétal, compatible toutes cultures. Facile à mettre en œuvre et à utiliser pour préparer des textures modifiées (quelles que soient les facultés des convives). Il fond

Plus en détail

Un cocon d idées originales pour vos réceptions privées ou professionnelles

Un cocon d idées originales pour vos réceptions privées ou professionnelles Une cantine chic pour amateurs de légumes frais cuisinés comme à la maison Un cocon d idées originales pour vos réceptions privées ou professionnelles dossier_de_presse.indd 1 14/11/09 11:35:17 Papillades,

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

DÉBAT RECHERCHE ACTION

DÉBAT RECHERCHE ACTION FOCUS SUR LES RÉALISATIONS 2013 DÉBAT RECHERCHE ACTION Depuis sa création, le Fonds français pour l alimentation et la santé (FFAS) a eu une activité soutenue, et l année 2013 ne fait pas exception. Guider

Plus en détail

PROGRAMME «NUTRITION, PREVENTION ET SANTE DES ENFANTS ET ADOLESCENTS EN AQUITAINE»

PROGRAMME «NUTRITION, PREVENTION ET SANTE DES ENFANTS ET ADOLESCENTS EN AQUITAINE» PROGRAMME «NUTRITION, PREVENTION ET SANTE DES ENFANTS ET ADOLESCENTS EN AQUITAINE» Réunion du Comité Départemental de Pilotage du 30 juin 2011 à la MSA à AGEN Présents Dr THIBAULT, Coordinatrice régionale

Plus en détail

Projet 3.3 Le petit déjeuner des élèves du collège

Projet 3.3 Le petit déjeuner des élèves du collège Projet 3.3 Le petit des élèves du collège Étapes Contenu Modularité Eléments travaillés et Valorisation Collecter, de manière anonyme (loi CNIL), les données auprès des élèves du niveau de scolarisation

Plus en détail

Synthèse de l étude prospective. Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France L OBSERVATOIRE

Synthèse de l étude prospective. Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France L OBSERVATOIRE L OBSERVATOIRE TOURISME, HÔTELLERIE, RESTAURATION ET ACTIVITÉS DE LOISIRS Synthèse de l étude prospective Les attentes des clientèles domestiques à l égard de l hôtellerie et la restauration en France

Plus en détail

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES

ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES ACCUEILS DE LOISIRS PERISCOLAIRES VILLE DE VALOGNES PROJET PEDAGOGIQUE Accueil des matins, midis et soirs, Temps d Activités Périscolaires (T.A.P.) - 1 - INDEX 1 Les objectifs permanents 1-1 Bien-être,

Plus en détail

Structure de formation Atelier Évosanté. Bravo! Vous avez fait le premier pas afin de vous remettre en forme et de prendre en charge votre santé.

Structure de formation Atelier Évosanté. Bravo! Vous avez fait le premier pas afin de vous remettre en forme et de prendre en charge votre santé. Structure de formation Atelier Évosanté Un voyage de mille kilomètres commence toujours par un premier pas. - Lao Tseu Bravo! Vous avez fait le premier pas afin de vous remettre en forme et de prendre

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS SERVICES

DÉCOUVREZ NOS SERVICES DÉCOUVREZ NOS SERVICES Cours de Cuisine Compétition Culinaire Cocktail Dînatoire Table du Chef Midi Corpo Boutique Pour réserver ou obtenir de l information supplémentaire : 514 750-6050 Cuisiner et bien

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598 Nations Unies A/57/598 Assemblée générale Distr. générale 12 novembre 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Cinquante-septième session Points 31, 32, 79, 84 c), 87, 88 et 89 de l ordre du

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS

LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS LA LETTRE DU CENTRE NATIONAL D INNOVATION SANTE AUTONOMIE ET METIERS Mai 2013 Au sommaire de votre CNISAM infos N 8 Contexte... 2 Le rôle du CNISAM... 2 Les personnes âgées et la dénutrition... 2 Les causes

Plus en détail

Les femmes et l entretien automobile

Les femmes et l entretien automobile Les femmes et l entretien automobile Contacts Presse : Mediabook Christine Pecastaing : 01 79 62 13 75 Mylène Ebrard : 01 79 62 13 73 christine.mediabook@leoburnett.fr/mylene.mediabook@leoburnett.fr CONTEXTE,

Plus en détail

APPLICATION DE LA MENTION «fait maison» EN RESTAURATION

APPLICATION DE LA MENTION «fait maison» EN RESTAURATION APPLICATION DE LA MENTION «fait maison» EN RESTAURATION dossier de presse 15 juillet 2014 www.economie.gouv.fr/fait-maison #faitmaison www.economie.gouv.fr/fait-maison 2 Édito L art de vivre à la française

Plus en détail

Présentation du plan régional pour la qualité de la restauration lycéenne adopté le 13 octobre 2011

Présentation du plan régional pour la qualité de la restauration lycéenne adopté le 13 octobre 2011 SEMINAIRE DES LYCEES ECORESPONSABLES 7 novembre 2011 Présentation du plan régional pour la qualité de la restauration lycéenne adopté le 13 octobre 2011 Rappel de la méthode Un groupe de travail composé

Plus en détail

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE

LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE Certificat n QUAL/2008/33149 du 15 décembre 2008 délivré par AFNOR CERTIFICATION LA FIDELISATION DE LA CLIENTELE DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE VOLET 1 : Analyse des comportements et attentes des consommateurs.

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail