Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université"

Transcription

1 Séminaire UEsers du 12 décembre 2014 La libéralisation des SIEG et leur privatisation en Europe Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université 1

2 Sommaire 1. La notion de SIEG et son évolution 2. Le processus de libéralisation progressive des SIEG 3. Une conception téléologique de l ouverture à la concurrence qui a contrarié l évaluation des SIG 4. L analyse des résultats de la libéralisation sur critères institutionnels : diversité sectorielle et nécessité de contextualiser 5. Le nécessaire élargissement de l analyse d impact de la libéralisation aux missions et aux politiques publiques 6. Mettre en place des évaluations pluralistes, multicritères, prospectives et stratégiques 2

3 De la notion de Service d intérêt économique général Une notion européenne issue du traité de Rome, voulant se différencier du concept de service public Des «activités de service marchand remplissant des missions d intérêt général et soumises de ce fait par les Etats membres à des obligations spécifiques de service public» (Livre vert de 2003) : une définition en creux pour exercer des missions d intérêt général donnant lieu à des obligations de service public (dérogatoire/ concurrence) Les secteurs concernés au premier chef : poste et télécommunications, transports (aérien, ferroviaire, locaux), électricité, gaz, eau 3

4 à son usage et évolution dans l UE Des secteurs pour lesquels, dans un premier temps, l UE «laisse faire» les Etats membres : des monopoles publics sous contrôle d Etats qui sont d accord pour cela, une légitimation néoclassique du monopole naturel public (Allais), des fonctions de régulation macroéconomiques contracycliques de grande ampleur Après l Acte unique de 1986, une logique de libéralisation portée par l UE et la commission européenne dans la perspective d instaurer le marché unique de 1993 : une chasse aux aides nationales et aux dérogations à la concurrence, un contrôle tatillon sur les entreprises publiques réduisant fortement leur capacité à exercer des missions d intérêt général La question centrale de la compatibilité de l exercice de missions d intérêt général avec la concurrence : des jurisprudences de la CJCE (Corbeau 1993, Almelo 1994, Altmark 2003), autorisant de déroger à la concurrence puis des réglementations (paquets Monti-Kroes 2005 et Almunia 2012) limitant et précisant les aides d Etat autorisées Un élargissement de la notion de SIEG depuis 1996 et surtout le livre vert de 2003 aux activités non marchandes (SNEIG) introduisant les SSIG et le concept plus globalisant de SIG : une source potentielle d extension de la logique concurrentielle au activités pour l heure non marchandes 4

5 Le processus d ouverture à la concurrence Des libéralisations s opérant par des directives européennes successives adoptées secteur par secteur, à commencer par les télécommunications. Les télécommunications : après le livre vert de 1987, les directives de 1988 séparant opérateur et régulateur, de 1990 d ouverture à la concurrence de certains services à valeur ajoutée, de 1996 d ouverture totale des services et des infrastructures L énergie : directives de 1992, puis de 1996, ouvrant puis élargissant à la concurrence le marché de l électricité en 1999 ; la libéralisation est étendue au gaz en 2000 Le ferroviaire : livre blanc en 1996 sans rejeter un service public du rail pour le réseau ; directive de 1991 séparant gestionnaire d infrastructure et de transport en 2001, premier paquet ferroviaire d ouverture progressive à la concurrence, qui débute en 2005 par le fret pour s étendre aux voyageurs (en 2010 en France) Le postal : directives de 1997, 2002, 2006 libéralisant progressivement les services express, les colis, les lettres de plus de 350 g puis de 100g puis de 50g et pour finir de tout le courrier en

6 Une conception téléologique contrariant l évaluation des SIEG Par delà des évaluations sectorielles, des évaluations européennes horizontales des SIEG initiées au début de la décennie 2000 : évaluation de 2001; guide méthodologique de 2002 puis évaluations sur cette base de 2004 à 2006 Une démarche foncièrement auto-légitimatrice de la politique de l UE en 2001, moins nettement sur les rapports de 2004 à 2006 mais toujours réelle : une commission européenne juge et partie en matière d évaluation L enrayement du processus d évaluation suite aux débats européens sur les SIG et le traité constitutionnel européen : une volonté de maintenir le cap de la politique européenne de libéralisation Une finalité qui reste d actualité : construire étape par étape un marché concurrentiel en encadrant strictement les compensations pour missions d intérêt général (cf. les paquets Monti-Kroes puis Almunia) 6

7 Une ouverture à la concurrence plus lente et de moindre ampleur que souhaitée par la Commission Il ne faut pas confondre libéralisation au plan réglementaire et ouverture effective à la concurrence. Il existe des formes très différentes de mise en concurrence : sur le marché et pour le marché, par comparaison entre monopoles et entre entreprise, sur des périmètre d activité variable, sur des structures de marchés variables L ouverture à la concurrence sur le marché s effectue souvent en France tardivement et lentement : les transpostions des directives sont tardives et leur effets parfois limitées du fait notamment des transformations en profondeur que cela implique, des remises en cause et de l ancrage de la notion de service public, de conséquences non désirées (sociales, de maillage territorial ). La libéralisation est propice à la captation de rentes de situation sur le marché national, notamment par les opérateurs historiques disposant d une bonne image et souhaitant se déployer rapidement à l international avec l ouverture des marchés. 7

8 et la nécessité de contextualiser et de raisonner secteur par secteur Au regard des attendus européens, le processus de libéralisation est très différent d un secteur à l autre dans les conditions de sa mise en œuvre : - la révolution technologique des télécommunications, facteur d ouverture à la concurrence, de disparition du monopole naturel et de baisses de prix, mais aux résultats non transposables - Dans les chemins de fer, une ouverture limitée pour le fret, tardive pour le transport de voyageurs, suivie d une remise en cause de la désintégration verticale - Dans le secteur postal, une faible ouverture à la concurrence en particulier dans un cœur de métier en régression (la contrainte dite de participation) - Dans le secteur électrique, une ouverture des marchés limitée du fait de coûts d entrée élevés sur le marché et de faibles marges de manœuvre pour faire jouer la concurrence. 8

9 Le besoin d évaluer la capacité des SIG à s inscrire dans des missions de politique publique Au-delà des seuls attendus classiques de la libéralisation de l UE, il conviendrait aussi d évaluer les effets de la libéralisation : - sur la capacité des autorités publiques à impliquer activement les SIEG dans le cadre des missions d intérêt général : le contrôle des aides d Etat peut susciter une autolimitation, empêcher le déploiement de stratégies industrielles ou coopétitives - sur l aptitude des SIG à assumer des missions de service public du fait du tarissement des ressources publiques et de l impossibilité pour les opérateurs de pratiquer des subventions croisées. 9

10 Le besoin d évaluations pluralistes, multicritères, prospectives et stratégiques Comment évaluer les SIG pour leur conférer la plus meilleure utilité sociale? En conférant aux évaluations les caractéristiques d être : - participatives, impliquant les différentes parties prenantes - multicritères pour appréhender les performances classiques et les spécificités propres des SIG ainsi que leur capacité à répondre aux missions d intérêt général - source de diagnostic opérationnel et d aide à la réflexion stratégique et prospective sur l action publique. 10

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne SSIG, quelle définition? S ils sont le fruit de valeurs et de traditions propres à chaque pays, les services sociaux poursuivent tous,

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

SCOT du Pays de Saintonge Romane! 11 JUILLET 2014

SCOT du Pays de Saintonge Romane! 11 JUILLET 2014 11 JUILLET 2014 1 DÉROULEMENT Des temps de présentation Des tables-rondes Des débats Fin du séminaire : 16h45 2 3 Contenu et objectifs du SCOT Un SCOT, c est avant tout un projet de territoire à moyen

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université Séminaire UEsers du 12 décembre 2014 Université de Rouen Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université 1 Un programme financé dans le cadre d un

Plus en détail

9 ème Séminaire FRATEL

9 ème Séminaire FRATEL 9 ème Séminaire FRATEL 3 & 4 avril 2012 Le déploiement de la fibre optique Table ronde 2 Quelle mutualisation du génie civil et des infrastructures en France? Jérôme Coutant Membre du Collège de l ARCEP

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Carole Maczkovics carole.maczkovics@dlapiper.com Université de Liège 17 novembre 2009

Carole Maczkovics carole.maczkovics@dlapiper.com Université de Liège 17 novembre 2009 Carole Maczkovics carole.maczkovics@dlapiper.com Université de Liège 17 novembre 2009 ! "# #$ % & ' () Caractéristiques économiques du transport ferroviaire Offre multiservice (fret et voyageurs) => économies

Plus en détail

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc.

Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Démarche de privatisation des entreprises publiques Les étapes incontournables Gérard Verger, S.P.I.D. Verger Inc. Avril 1997 Figure 1. La privatisation des entreprises publiques (E.P.) Démarche générale

Plus en détail

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE

Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE Philippe DOLE Mission IGAS CEP 08 décembre 2013 PROJET DE CAHIER DES CHARGES DU CONSEIL EN EVOLUTION PROFESSIONNELLE 1. PREAMBULE ET PROPOSITIONS D ELEMENTS DE METHODE POUR LE DEPLOIEMENT DU CONSEIL EN

Plus en détail

5 ème Rapport de cohésion et Services d intérêt général

5 ème Rapport de cohésion et Services d intérêt général Pierre Bauby, chercheur au RAP 1 Position, le 21 Février 2011 5 ème Rapport de cohésion et Services d intérêt général Le 5 ème Rapport consacre un encadré (page 24) aux éléments nouveaux impliqués par

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS PARIS II

UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS PARIS II UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS PARIS II Année universitaire 2003-2004 Travaux dirigés Maîtrises juridiques DROIT PUBLIC DE L ÉCONOMIE I Cours de Madame Martine Lombard, Professeur Proposition de note de synthèse

Plus en détail

Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal

Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal Mai 2010 Définition, typologie et méthodologie d évaluation des avantages immatériels dans le cadre du service universel postal Synthèse des principaux résultats de l étude confiée au cabinet WIK-Consult

Plus en détail

Paris, le 04 JUILLET 2008

Paris, le 04 JUILLET 2008 DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES SOUS-DIRECTION DES FINANCES LOCALES ET DE L ACTION ÉCONOMIQUE BUREAU DES INTERVENTIONS ÉCONOMIQUES ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Paris, le 04 JUILLET 2008

Plus en détail

Chapitre 11: Créer les Structures commerciales des Chemins de Fer

Chapitre 11: Créer les Structures commerciales des Chemins de Fer 11 1 La Réforme : Manuel pour l Amélioration de la Performance du Secteur Ferroviaire Chapitre 11: Créer les Structures commerciales La Réforme : Manuel pour l Amélioration 11 Créer les Structures commerciales

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

DESCRIPTIF INDICATIF DES COURS. MASTER 1 ère année Spécialité Administration Territoriale

DESCRIPTIF INDICATIF DES COURS. MASTER 1 ère année Spécialité Administration Territoriale DESCRIPTIF INDICATIF DES COURS MASTER 1 ère année Spécialité Administration Territoriale 1 er Semestre UNITE 1 12 Droit de l urbanisme Il s agit de présenter l objet et les principes généraux de la planification

Plus en détail

La transition vers le numérique

La transition vers le numérique La transition vers le numérique Paul Champsaur Président de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) Le succès de l ouverture à la concurrence des réseaux de communications

Plus en détail

ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires

ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires Décision n 2013-014 du 9 juillet 2013 relative à la tenue des comptes séparés de l activité de gestion des gares de voyageurs par la SNCF L Autorité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................. 13 REMARQUE..................................................... 15 LISTE DES ABRÉVIATIONS..........................................

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

à la recherche d une troisième voie entre le tout marché et le tout subvention les apports des notions de service public et de SIEG

à la recherche d une troisième voie entre le tout marché et le tout subvention les apports des notions de service public et de SIEG La commande publique de formation : à la recherche d une troisième voie entre le tout marché et le tout subvention les apports des notions de service public et de SIEG Formation CNFPT Amiens - 2 juin 2009

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Schéma Directeur Accessibilité

Schéma Directeur Accessibilité Schéma Directeur Des services régionaux de transport de voyageurs - Deuxième concertation en Gironde - Contenu de la présentation Rappel des étapes antérieures sur le réseau ferroviaire (Maillage, référentiel

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Thème : Obligations de séparation comptable Lignes directrices Début : 22 juillet 2015 Fin : 18 septembre 2015 Contexte Le secteur ferroviaire est longtemps resté indissociable du

Plus en détail

La Poste (French Post)

La Poste (French Post) CIRIEC International Scientific Commission Public Services/Public Enterprises Research Project: The future of public enterprise CASE HISTORIES La Poste (French Post) Philippe BANCE & Nathalie REY CREAM

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION DIRECTION DU BUDGET

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION DIRECTION DU BUDGET Royaume du Maroc MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE II OBJECTIFS DE LA REFORME III AXES DE LA REFORME IV MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME V FACTEURS DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013

Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales. Synthèse. Paris, le 19 février 2013 Le Pacte Financier et Fiscal, outil au service du développement et des solidarités territoriales Synthèse Paris, le 19 février 2013 1 SOMMAIRE 1. Pourquoi mettre en place ou actualiser un Pacte Financier

Plus en détail

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française

Rencontres. Les enjeux de la diversification en Mutualité. Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française Rencontres Les enjeux de la diversification en Mutualité Emmanuel ROUX Directeur général Mutualité Française 2013 Les enjeux économiques et stratégiques de la diversification le 7 novembre Les enjeux de

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ET MANIFESTATIONS CULTURELLES www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : DROIT ET MANAGEMENT DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Parcours Management Public) www.managementpublic.univ-cezanne.fr

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Rapport sur la situation en matière de développement durable

Rapport sur la situation en matière de développement durable Rapport sur la situation en matière de développement durable des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre, de plus de 50 000 habitants Des pratiques différenciées & des évolutions méthodologiques

Plus en détail

Références Consultant : Eric Pradel

Références Consultant : Eric Pradel Références Consultant : Eric Pradel Stratégie 2004 Fournisseur de services internet, Maghreb 2004 Fournisseur de services internet, Maghreb 2004 Société de conseil en management Définition de la stratégie

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

Objet: Aide d Etat N 638/2005 France Aide à la création de la chaîne corse Via Stella

Objet: Aide d Etat N 638/2005 France Aide à la création de la chaîne corse Via Stella COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.III.2006 C (2006)806 final Objet: Aide d Etat N 638/2005 France Aide à la création de la chaîne corse Via Stella Monsieur le ministre, I. PROCEDURE : 1. Par courrier

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

TERA Analytics DECEMBRE 2009

TERA Analytics DECEMBRE 2009 Vers quel(s) coût(s) orienter le prix d un accès régulé? Une contribution au débat de méthode sur la régulation du prix de l accès à l électricité du parc nucléaire historique Antoine Fournier Directeur

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL

LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL LA REFORME DU SECTEUR DE L ELECTRICITE AU SENEGAL Mme Maïmouna SECK NDOYE Expert Economiste Commission de Régulation du Secteur de l Electricité 1 Plan de la présentation Aperçu sur le Sénégal Situation

Plus en détail

PIECE F : APPRECIATION SOMMAIRE DES DEPENSES

PIECE F : APPRECIATION SOMMAIRE DES DEPENSES Prolongement du tramway T3 à Porte d Asnières Direction de la Voirie et des Déplacements PIECE F : APPRECIATION SOMMAIRE DES DEPENSES Extension du tramway T3 Porte de la Chapelle Porte d Asnières 2 Préambule

Plus en détail

RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23)

RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23) RESPONSABLE D UNE UNITE DE TRANSPORT ET LOGISTIQUE (Enseignement week-end) (ACMS23) PUBLIC & PREREQUIS Personnes désirant acquérir, maintenir ou approfondir leurs connaissances sur le fonctionnement d

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES Marché unique, environnement législatif, législation verticale Produits pharmaceutiques et cosmétiques Bruxelles, le 22 janvier 2001 F4 LA REVISION

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Itinéraire DG/DGA Collectivités de 2000 à 20000 Habitants Délégation Grande couronne Île-de-France ITINÉRAIRES CODE ITINÉRAIRE I1B08 ITINÉRAIRE DE DIRECTION

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005

o 2 5 Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Rapport d activité 2005 o o 2 5 Rapport d activité 2005 s o m m a i r e 2 5 oor apport d activité 2005 Introduction 1 Les dates clés 2005 4 Les chiffres clés 2005 6 La Directive Nationale d Orientation 2005 9 La régulation concurrentielle

Plus en détail

Réunion des Partenaires Financiers pour Le Dixième Plan de Développement Tunis, le 2 juillet 2002

Réunion des Partenaires Financiers pour Le Dixième Plan de Développement Tunis, le 2 juillet 2002 Réunion des Partenaires Financiers pour Le Dixième Plan de Développement Tunis, le 2 juillet 2002 Evolution du rôle du secteur public dans le développement de la Tunisie Jean-Louis Sarbib Vice-Président

Plus en détail

Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe

Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe Rôle de l Agence Ferroviaire Européenne Valenciennes, 13 Septembre 2006 n 1 Airy Magnien Unité «évaluation économique» Sécurité & interopérabilité,

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités PASOC Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités L offre de renforcement des capacités du PASOC consiste d une part à mettre à la disposition des organisations qui en expriment

Plus en détail

Direction de La Poste Grand Public et du Développement Territorial. La présence postale dans les territoires. (France métropolitaine - DOM)

Direction de La Poste Grand Public et du Développement Territorial. La présence postale dans les territoires. (France métropolitaine - DOM) Direction de La Poste Grand Public et du Développement Territorial La présence postale dans les territoires (France métropolitaine - DOM) Sommaire La présence postale dans les territoires (France métropolitaine

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

SEMESTRE 3 (ANNEE 1) OPTION CADRES CULTURELS TERRITORIAUX (30 CREDITS 210 H D ENSEIGNEMENTS)

SEMESTRE 3 (ANNEE 1) OPTION CADRES CULTURELS TERRITORIAUX (30 CREDITS 210 H D ENSEIGNEMENTS) .. Diplôme de l Institut d Études Politiques de Grenoble valant grade de master Spécialité : «Direction de projets culturels» Option : «Cadres culturels territoriaux».. Responsable de la spécialité : Philippe

Plus en détail

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE

Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme. Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Monopole public vs ouverture à la concurrence entre maîtrise des rentes et préparation du long terme Master ENPC Séance n 4 Jean-Charles HOURCADE Le modèle calcul économique en question? Conventions, stabilisation

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CADRE GENERAL II DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES DU CDMT III DEMARCHE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU CDMT IV PERSPECTIVES 2 Le gouvernement a entrepris ces dernières

Plus en détail

PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL (PON) DU FONDS SOCIAL EUROPÉEN (FSE) POUR L EMPLOI ET L INCLUSION EN MÉTROPOLE 2014-2020

PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL (PON) DU FONDS SOCIAL EUROPÉEN (FSE) POUR L EMPLOI ET L INCLUSION EN MÉTROPOLE 2014-2020 UNION EUROPÉENNE PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL (PON) DU FONDS SOCIAL EUROPÉEN (FSE) POUR L EMPLOI ET L INCLUSION EN MÉTROPOLE 2014-2020 APPEL À PROJETS DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE LA MAYENNE «PLATEFORME

Plus en détail

184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 Conseil Régional du 04 novembre 2013 ----------- Annexe au rapport spécifique «Politique

Plus en détail

2. ANALYSE SECTORIELLE DES SERVICES D INTERET ECONOMIQUE GENERAL AU SENS DE LA DECISION DU 28 NOVEMBRE 2005 9

2. ANALYSE SECTORIELLE DES SERVICES D INTERET ECONOMIQUE GENERAL AU SENS DE LA DECISION DU 28 NOVEMBRE 2005 9 FRANCE Rapport sur les compensations de services d intérêt économique général : mise en œuvre de la décision de la Commission européenne du 28 novembre 2005 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION 1 1.1. Cadre

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Réunion GRISS PNL 29 mai 2013. «CRSAet Conférences de territoire: notre rôle dans la démocratie sanitaire»

Réunion GRISS PNL 29 mai 2013. «CRSAet Conférences de territoire: notre rôle dans la démocratie sanitaire» Réunion GRISS PNL 29 mai 2013 «CRSAet Conférences de territoire: notre rôle dans la démocratie sanitaire» 1 Introduction : Laure CHAREYRE Le GRISS PNL: finalités, historique Objectifs de la réunion 2 Le

Plus en détail

Poitou-Charentes Nature

Poitou-Charentes Nature Poitou-Charentes Nature 14 rue Jean Moulin 86240 FONTAINE LE COMTE Poitiers, le 6 juin 2012 Objet : Législatives 2012 et environnement Mesdames, Messieurs, Suite à votre courrier du 24 mai dernier, je

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Mobilisation du foncier Titrepublic en faveur du logement

Mobilisation du foncier Titrepublic en faveur du logement Mobilisation du foncier Titrepublic en faveur du logement Nouvelles modalités Premier bilan Séminaire Des directeurs de Coopératives HLM 31 janvier 2014 Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009 Le portage d infrastructuresd Les meilleures pratiques 7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Makhtar FALL makhtar.fall@itu.int RME/POL/BDT Union Internationale des Télécommunications International

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15.9.2010 SEC(2010) 1059 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT Document accompagnant le Proposition de RÈGLEMENT DU

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

Responsable CEA (Enseignement à distance) : Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences économique - Sciences Po Grenoble

Responsable CEA (Enseignement à distance) : Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences économique - Sciences Po Grenoble Responsable CEA (Enseignement à distance) : Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences économique - Sciences Po Grenoble Année universitaire 2015-2016 1 «Certificat d Etudes Administratives (CEA)»

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 53

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 53 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section H Division 53 53 ACTIVITÉS DE POSTE ET DE COURRIER Cette division comprend les activités de poste et de

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

Matières Appliquées Master 1

Matières Appliquées Master 1 Appliquées Master 1 SPÉCIALITÉ COMMERCE INTERNATIONAL Semestre 7 UE LA0C142X Droit des contrats du commerce international Circuits de distribution à l international Douanes Analyse d exploitation Marketing

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES Direction Recherche, innovation, enseignement supérieur Unité Développement Sous-direction de la recherche et de l innovation APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL

Plus en détail

Une solution intégrée pour votre projet de territoire

Une solution intégrée pour votre projet de territoire Une solution intégrée pour votre projet de territoire EXPERTISES / DIAGNOSTICS / PROSPECTIVE COMMUNICATION / STRATÉGIE FISCALE & FINANCIÈRE CONCERTATION / GOUVERNANCE / CONSEIL & AMO Moindre dynamique

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Communication et Commerce Spécialité «Ingénierie de l information et de la communication» Autorité responsable de la certification

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Notice relative à la réglementation des aides d Etat Programmation FSE 2014-2020

Notice relative à la réglementation des aides d Etat Programmation FSE 2014-2020 Notice relative à la réglementation des aides d Etat Programmation FSE 2014-2020 Cette notice ne concerne que les règles à appliquer lors de l octroi de subventions à des tiers. L article 107 du traité

Plus en détail

Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale

Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale 093-098 Lefebvre_093-098 Lefebvre 09/05/11 11:02 Page93 Le Groupe La Poste à la recherche d une performance globale DES TÉMOIGNAGES DE DIRIGEANTS D ENTREPRISE Moderniser sans se renier. C est en suivant

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1515214A Intitulé du texte : Projet d arrêté pris en application de l article R. 312-19 du code monétaire et financier Ministère à l origine de la

Plus en détail

Avis n 2014-024 du 27 novembre 2014 sur le projet de décret relatif aux missions et aux statuts de SNCF Réseau

Avis n 2014-024 du 27 novembre 2014 sur le projet de décret relatif aux missions et aux statuts de SNCF Réseau Avis n 2014-024 du 27 novembre 2014 sur le projet de décret relatif aux missions et aux statuts de SNCF Réseau L Autorité de régulation des activités ferroviaires, Vu la directive 2012/34/UE du Parlement

Plus en détail

La mobilité urbaine: Historique

La mobilité urbaine: Historique MOBILITE La mobilité urbaine: Historique En France, l évolution de la mobilité est due notamment à l essor r de la maison individuelle et au développement de la consommation: La vague de l exode rural

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1148 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste du 31 juillet 2013 relatif à l évolution de

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail