XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE"

Transcription

1 XII - TRAITEMENT DES FACTEURS DE RISQUE ASSOCIES AU DIABÈTE La plupart des patients diabétiques décèderont d une complication cardiovasculaire. La moitié des diabétiques sont hypertendus, et plus de 30% des diabétiques sont dyslipidémiques. L'association de ces facteurs de risque au diabète majore les complications macroangiopathiques, mais aussi microangiopathiques. C'est dire l'importance qu'il faut attribuer à leur traitement. Enfin, chez ces patients à haut risque, il est particulièrement important d'éviter l'intoxication tabagique. 1 - HTA : Dans le diabète de type 2, l'insulinorésistance est le dénominateur commun de l'hta, de la dyslipidémie (augmentation des triglycérides, diminution du HDL Cholestérol, anomalies qualitatives des LDL) et de l'obésité androïde. Dans ces conditions, le traitement de l'insulinorésistance en elle-même fait partie des stratégies thérapeutiques à mettre en oeuvre face ces facteurs de risque. Chez le diabétique de type 1, l'hta est plutôt la conséquence d'une atteinte rénale : néphropathie diabétique, sténose de l'artère rénale... Mais il ne faut pas oublier l HTA liée à l âge Définition de l'hta chez le diabétique : L'Association Française de Diabétologie, prenant en compte les risques liés à une HTA, même modérée chez le diabétique, considère que dans cette population la pression artérielle normale est strictement inférieure à 140/80. Les Recommandations de l'afssaps/has, parues en 2007, proposent dans le DT2 de prescrire un ttt anti-hta lorsque la PA est 140/80 mmhg. Les chiffres tensionnels devront être abaissés en dessous de 130/80 mmhg Importance de la pression artérielle : L HTA est un facteur aggravant la rétinopathie, la néphropathie et la cardiopathie diabétique. Il existe une relation linéaire entre la pression artérielle et la mortalité cardio-vasculaire chez le patient diabétique comme chez le non-diabétique. Plusieurs études, dont l'ukpds, montrent l'importance d'un contrôle strict de la pression artérielle chez les diabétiques de type 2. Dans cette étude le contrôle strict de la TA permet, après 9 années de suivi, une diminution significative de la mortalité, des AVC et des complications microvasculaires. Chaque diminution de 10 mmhg de la PA entraîne : - une diminution de 10 % des évènements liés au diabète - une diminution de 17 % de la mortalité liée au diabète - une diminution de 13 % des infarctus du myocarde - une diminution de 20 % des AVC. Ces effets sont additifs à ceux du bon équilibre glycémique. Cette étude a également montré les difficultés du traitement anti-hypertenseur puisque pour obtenir un contrôle "correct" de la pression artérielle, plus de 30 % des patients devaient prendre au moins 3 traitements anti-hypertenseurs. 1-3) Moyens thérapeutiques : 1-3-1) Règles hygiéno-diététiques : Ce sont finalement les mêmes que le diabétique soit hypertendu ou non : - Réduction pondérale en cas d'obésité - Equilibre de la ration entre les différents nutriments

2 - Diminution des apports sodés. - Activité physique régulière en endurance (voir chapitre "traitement du diabète de type 2 ") 1-3-2)Bloqueurs du système réniçne-angiotensine : Inhibiteurs de l'enzyme de conversion : Ils sont efficaces et bien tolérés chez les diabétiques et n'interfèrent pas avec leur profil métabolique. Chez les patients présentant une insuffisance rénale, ils doivent être introduits à faible dose. La surveillance de la créatininémie et de la kaliémie est nécessaire quelques jours après le début du traitement. En cas de sténose des artères rénales, l'introduction des IEC expose au risque de chute brutale de la filtration glomérulaire et donc d'insuffisance rénale. Dans le diabète de type 1: Les IEC préviennent ou ralentissent l'évolution de la néphropathie diabétique, même en l'absence d'hta. Ils ont l'intérêt de faire régresser la microalbuminurie (stade de néphropathie débutante), la protéinurie et de freiner l'évolution vers l'insuffisance rénale terminale et la dialyse. Ils ralentissent aussi la progression de la rétinopathie. On a également démontré leur intérêt dans le post-infarctus. Dans le diabète de type 2 : L'étude HOPE, conclut que la prise de Ramipril chez des sujets à risque cardio-vasculaire, permet : - une diminution de la mortalité globale de 24 % - une diminution de la mortalité cardiovasculaire de 37 % - une diminution de 22% des infarctus du myocarde - une diminution de 33 % des AVC. Ces effets ne sont pas liés à la baisse de la PA, mais passent par un blocage du SRAA vasculaire. Des résultats favorables ont également été obtenus avec l association Perindopril/Indapamide chez des diabétiques de type 2 à haut risque cardio vasculaires. Comme dans le diabète de type 1, les IEC diminuent la microalbuminurie et freinent son évolution vers la protéinurie. Ils ont aussi une action favorable en post-infarctus et ils améliorent la sensibilité à l'insuline Sartans ou antagonistes des récepteurs de l angiotensine II : Plus étudiés dans le DT2 que dans le DT1 ils sont efficaces et encore mieux tolérés que les IEC, puisqu on observe moins de toux. Ils ont démontré leur action néphroprotectrice, faisant eux aussi régresser la microalbuminurie, ralentissant l évolution vers l insuffisance rénale terminale et la dialyse. Ils doivent être prescrits avec les mêmes précautions que les IEC et surveillés de la même façon ) Diurétiques : Les diurétiques ont prouvé leur efficacité dans l'hta systolique du diabétique et peuvent donc être utilisés, y compris en cas d'insuffisance rénale. On choisira, en première intention, les diurétiques thiazidiques. Leur utilisation nécessite une surveillance de la kaliémie ) Inhibiteurs calciques : Il sont efficaces dans le diabète et n'ont pas d'effets secondaires métaboliques. Leur tolérance dans le diabète est la même que chez les patients non diabétiques. Toutefois les dihydropyridines pourraient être délétères et augmenter la mortalité cardio-vasculaire. Ces données demandent à être vérifiées par des études plus larges, mais, en attendant, on préfèrera utiliser le Verapamil ou le Dilthiazem.

3 1-3-5) Béta-bloquants : Les réticences anciennes concernant l'utilisation des béta-bloquants dans le diabète sont maintenant levées, surtout pour les béta-bloquants cardio-sélectifs. Le diabète n'est plus une contre-indication aux bétabloquants qui ont démontré leur efficacité sur le contrôle tensionnel et la réduction de la morbidité cardiovasculaire en prévention secondaire. Leur tolérance médiocre est parfois un frein à leur utilisation ) Autres classes thérapeutiques : Les anti-hypertenseurs centraux et les alpha-bloquants sont peu utilisés chez les diabétiques du fait des effets secondaires (hypotension orthostatique) Indications : Dans le diabète de type 1,: Les IEC sont la classe thérapeutique de choix en première intention, en raison de leur caractère néphroprotecteur, a fortiori s'il existe déjà une atteinte rénale et quel que soit le stade de celle-ci. Si l'efficacité est insuffisante, l'association thérapeutique la plus logique est IEC + diurétique thiazidique. On peut également utiliser l'association IEC + inhibiteur calcique ou IEC + béta-bloquant cardio-sélectif, la place de cette dernière classe étant particulièrement justifiée chez les diabétiques coronariens. Dans le diabète de type 2 : Les Recommandations Afssaps, HAS de 2007 proposent d utiliser en première intention, une des 5 classes thérapeutiques suivantes: antagoniste des récepteurs de l angiotensine II, IEC, diurétiques thiazidiques, inhibiteurs calciques et béta-bloquants cardio-sélectifs. Pour atteindre l'objectif tensionnel (PA < 130/80 mmhg), il est souvent nécessaire d'associer 3 voire 4 classes thérapeutiques et tout médicamant antihypertenseur efficace et bien toléré peut être utilisé. Néanmoins, une HTA résistant à une association thérapeutique bien conduite doit faire se poser la question d'une HTA secondaire, sténose de l'artère rénale par exemple. L utilisation de faibles doses d Aspirine ( 75 mg/j) est recommandée chez le DT2 hypertendu en prévention primaire. 2 - DYSLIPIDÉMIE : Chez le diabétique de type 1 bien équilibré, il n'y a en général pas d'anomalie du cholestérol total et des triglycérides (sauf dyslipidémie indépendante associée, par exemple hypercholestérolémie familiale) ; on retrouve même souvent un HDL-Cholestérol à la limite supérieure de la normale. Par contre, en cas de mauvais équilibre, les triglycérides sont augmentés. Dans le diabète de type 2, on observe habituellement des triglycérides élevés et un HDL Cholestérol bas. A ces anomalies quantitatives, sont associées des anomalies qualitatives : VLDL et HDL enrichies en triglycérides, LDL petites et denses, quantifiées indirectement par le rapport ApoB/LDL cholestérol, et particulièrement athérogènes Moyens thérapeutiques : 2-1-1) Règles hygiéno-diététiques : - Correction du surpoids s'il existe - Alimentation équilibrée en insistant sur l'éviction de l'alcool en cas d'hypertriglycéridémie et sur les limites de l'apport en cholestérol (< à 300mg/jour) et en graisses saturées (< à 10% de l'apport calorique). - Activité physique régulière (endurance).

4 2-1-2) Equilibre glycémique : L'amélioration de l'équilibre du diabète peut améliorer considérablement l'équilibre lipidique ) Les statines ou inhibiteurs de l'hmg COA-réductase : Leur efficacité dans la prévention secondaire des accidents coronaires dans le post-infarctus a été démontrée dans la population générale, et avec encore plus d'ampleur chez les diabétiques. Ces produits sont extrêmement efficaces sur le cholestérol ; leur impact sur les triglycérides est beaucoup plus modéré et sera d'autant plus important que les triglycérides sont élevés. Ils peuvent être utilisés chez les insuffisants rénaux. Les effets secondaires sont essentiellement musculaires : crampes, augmentation des TGO, TGP, CPK, voire rhabdomyolyse. Citons la simvastatine (Zocor, Lodales), la pravastatine (Elisor, Vasten), la fluvastatine (Lescol, Fractal), l'atorvastatine (Tahor) et la rosivastatine (CRESTOR) ) Les fibrates : Du fait de leur action à la fois sur le cholestérol et sur les triglycérides, il sont séduisants en théorie dans le diabète. Néanmoins ils n ont pas réellement fait leurs preuves dans les essais cliniques, ne réussissant pas à diminuer les évènements CV ou la mortalité CV. Ce sont donc des médicaments de deuxième intention, réservées aux patients ne supportant aucune statine ou présentant un profil lipidique particulier : - Hypertriglycéridémie > 4 g/l - Hypertriglycéridémie exclusive : TG > 2 g/l avec LDL < 1 g/l. Ils sont contre-indiqués en cas d'insuffisance rénale. Citons le fénofibrate (Lipanthyl), le bézofibrate (Béfizal), le liprofibrate (Lipanor), le gemfibrozil (Lipur). Ils peuvent, eux aussi, être responsables de douleurs musculaires, voire de rhabdomyolyse ) L Ezetimibe (Ezetrol : Il inhibe sélectivement l absorption intestinale du cholestérol et est particulièrement efficace associé aux statines. Il n a pas encore prouvé son efficacité en terme de réduction d évènements, et devra être prescrit en deuxième intention, en cas de non obtention de l objectif en association avec la statine ou si cette dernière n est pas supportée. Il est habituellement bien supporté ) Les acides gras omega 3 (Omacor) : Ils diminuent la triglycéridémie, et peuvent également améliorer la réactivité plaquettaire et la viscosité sanguine. Peu d études sont disponibles chez les diabétiques. Ils peuvent toutefois être prescrits en prévention secondaire, après un infarctus du myocarde, si les TG restent élevés ) L acide nicotinique : Il augmente la concentration du HDL et fait baisser celles des TG et (peu) celle du LDL. Il n a pas encore fait sa preuve dans des études d intervention et, sa prescription est limitée par ses effets secondaires (flush) et le fait qu il puisse favoriser un déséquilibre glycémique )Autres classes thérapeutiques : Les résines, efficaces sur le cholestérol, ont tendance à augmenter les triglycérides. Elles sont donc en général contre-indiquées chez les diabétiques. La place des anti-oxydants (vitamine E) dans le diabète est à l'étude, mais 2 travaux récents n'ont pas montré que leur utilisation diminuait le risque cardiovasculaire.

5 2-3) Indications : La prescription d un hypolipémiant chez un diabétique ne doit pas être systématique, mais est conditionnée par son niveau de risque cardio-vasculaire. L'utilisation de statines est recommandée en première intention chez les patients dont le LDL est supérieur à l objectif proposé. Les Recommandations des sociétés savantes suggèrent de privilégier celles ayant une AMM dans cette indication (Simvastatine, Atorvastatine). Objectif : LDL < 1 g/ : Patient avec ATCD CV : - de maladie coronaire avérée - de maladie vasculaire avérée : AVC ischémique, artériopathie de stade II ou plus Patient sans ATCD CV, mais à haut risque CV : - avec atteinte rénale : albuminurie > 300 mg/j ou CCC < 60 ml/mn - DT2 évoluant depuis plus de 10 ans et au moins 2 FDR : Age : homme de 50 ans ou plus, femme de 60 ans ou plus, Antécédents familiaux de maladies coronaires précoces (infarctus du myocarde ou mort subite avant l âge de 55 ans chez le père ou chez un parent du premier degré de sexe masculin ; ou avant 65 ans chez la mère ou chez un parent féminin du premier degré) ; ATCD familiaux d AVC constitué avant 45 ans. Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans Hypertension artérielle permanente traitée ou non HDL-cholestérol <0.40 g/l Microalbuminurie > 30 mg/j Patient ayant un risque > 20 % de faire 1 événement coronarien dans les 10 ans Objectif : LDL < 1.9 g/l : DT2 évoluant depuis moins de 5 ans, sans complication microangiopathique, sans autre FdR additionnel. Objectif : LDL < 1.6 g/l : DT2 présentant au + 1 FdR additionnel au diabète Objectif : LDL < 1.3 g/l DT2 depuis moins de 10 ans et avec au moins 2 FdR additionnels au diabète Que faire si l objectif n est pas atteint en monothérapie? La place des associations reste du domaine du spécialiste, ormis l utilisation conjointe statines-ezétimibe ou l'association statines-oméga 3. L'association fibrates-statines est à manipuler avec précaution en raison d'un risque accru de toxicité musculaire (rhabdomyolyse). Le Gemfibrozil ne doit jamais être associé à une statine. Définition des anomalies du LDL-Cholestérol * justifiant une intervention médicamenteuse chez le patient diabétique de type 2 non compliqué (prévention secondaire exclue). Catégories de patients Objectif du LDL en g/l (mmol/l) Prévention primaire des DT2 de moins de 5 ans sans autre < 1,90 (4,9)

6 facteur de risque et sans microangiopathie Prévention primaire des diabétiques de type 2 ayant un autre facteur de risque Prévention primaire des DT2 de moins de 10 ans ayant au moins 2 autres facteurs de risque <1,60 (4,1) < 1,30 (3,4)

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour l ézétimibe dans l hypercholestérolémie? (Ezetrol [ézétimibe seul] ou Inegy [en association fixe à la simvastatine]) L ézétimibe est un inhibiteur de l absorption

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006

Traitement du diabète de type 2. Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Traitement du diabète de type 2 Actualisation des recommandations ANAES et AFSSAPS Novembre 2006 Objectifs idéaux du traitement du diabète de type 2 La prévention et le traitement de la microangiopathie

Plus en détail

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte

Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Hypertension artérielle essentielle chez l adulte Recommandations pour la pratique clinique HAS - Actualisation 2005 1 Hypertension artérielle 13,5 % actes médicaux 11 millions de personnes en France Prévalence

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux Néphropathie diabétique Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux plan Epidémiologie Histoire naturelle Diagnostic Histologie Complications Traitement Epidémiologie La néphropathie

Plus en détail

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies Dyslipidémies I) Classification de Frederickson Aspect du sérum à jeun Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type I Lactescent CM - 2,5g/l N LDL +++ 10% Opalescent VLDL + LDL Hypertriglycéridémie

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

41 - Les Normolipémiants

41 - Les Normolipémiants 1 Les Dyslipidémies 41 - Les Normolipémiants Elles consistent en une modification des concentration plasmatiques en lipides, TG et cholestérol suite à une augmentation des lipoprotéines porteuses. Classement

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2

Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Traitement Pharmacologique du Diabète de type 2 Des recommandations... aux données factuelles... Rémy Boussageon, Alain Moreau FORGENI @ Juin 2010 Ce document est protégé par la licence Creative Commons

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires.

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires. Chapitre 3 Item 220 UE 8 Dyslipidémies I. Diagnostic phénotypique II. Éliminer une cause d hyperlipidémie secondaire III. Diagnostic des hyperlipidémies primitives IV. Évaluation du risque cardiovasculaire

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé. Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides élevés. Taux bas de HDL cholestérol

Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé. Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides élevés. Taux bas de HDL cholestérol Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé Hypertriglycéridémie pure Dr Pierrick Campanini Service de Médecine de Premier Recours 27 juillet 2016 Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides

Plus en détail

Recommandations et références

Recommandations et références HTA février 98 15/04/04 12:16 Page 31 Diagnostic et traitement de l hypertension artérielle essentielle de l adulte de 20 à 80 ans Il existe une relation positive entre l élévation de la pression artérielle

Plus en détail

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION

Recommandations canadiennes le traitement de l hypertension artérielle RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION 2005 pour Recommandations canadiennes le traitement de RECOMMANDATIONS DE 2005 HYPERTENSION Mesure élevée de la TA prise en dehors du cabinet du médecin Visite 1 - Hypertension Mesure de la TA Historique

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 novembre 2002 TAHOR 80 mg, comprimé Boîte de 28 et 50 Laboratoires PFIZER Atorvastatine Liste I Date de l'amm : 9 octobre 2000

Plus en détail

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse)

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse) Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2007 ; 19, n 3 : 152-9 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.205.197 le 11/08/2017. Traitement médicamenteux du diabète de

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 COZAAR 50 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) COZAAR 100 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) Laboratoires

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU PATIENT HYPERTENDU ÂGÉ DE MOINS DE 65 ANS ET NON DIABÉTIQUE I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations

Plus en détail

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire

Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dyslipidémies Comment respecter les objectifs en prévention secondaire Dr Michel Issa-Sayegh Unité d Endocrinologie-Diabétologie et Maladies Métaboliques Clinique Médicale Plein Ciel Groupe Tzanck-Mougins

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Optimisation du traitement antihypertenseur

Optimisation du traitement antihypertenseur Optimisation du traitement antihypertenseur Rappel d éd études importantes Mode d action d des produits Bien fondé des associations Cas particuliers Les recommandations Hypertension Optimal Treatment International

Plus en détail

Les Dyslipidémies. Service de Diabétologie et Centre Clinico-Biologique de l'athérosclérose Hôpital Pasteur, CHU Nice

Les Dyslipidémies. Service de Diabétologie et Centre Clinico-Biologique de l'athérosclérose Hôpital Pasteur, CHU Nice Les Dyslipidémies Service de Diabétologie et Centre Clinico-Biologique de l'athérosclérose Hôpital Pasteur, CHU Nice Définition Anomalie du taux de lipides dans le sang Affections hétérogènes très fréquentes

Plus en détail

Les 10 commandements HTA

Les 10 commandements HTA Formation HTA-OASIS II Sous l égide de l EMST Touggourt le 07/01/2016 Les 10 commandements HTA Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES Page 1 de 8 MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES 1. PRINCIPAUX FAITS OMS 2015 Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes

Plus en détail

HTA du sujet jeune Actualités

HTA du sujet jeune Actualités HTA du sujet jeune Actualités Pr Alain FURBER UPRES EA 3860 et Service de Cardiologie CHU et Université d Angers Déclaration des Conflits d Intérêts de 2010 à 2014 Pr Alain FURBER Recherche/Etudes : Astra-Zeneca,

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMIION DE LA TRANPARENCE Avis 02 novembre 2005 ATACAND 4 mg, comprimé sécable B/28 ; B/98 ATACAND 8 mg, comprimé sécable B/28 ; B/98 ATACAND 16 mg, comprimé sécable B/28 ; B/98 ATACAND 32 mg, comprimé

Plus en détail

Introduction. Messages clés. Messages clés

Introduction. Messages clés. Messages clés Introduction Messages clés Messages clés Diagnostic / évaluation HTA = hypertension artérielle; MAPA = mesure ambulatoire de la pression artérielle; MPA = mesure de la pression artérielle; PA = pression

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NÉPHROLOGIE Repérage et prise en charge du patient adulte atteint de maladie rénale chronique Novembre 2005 I. PROMOTEURS Société de Néphrologie ; Haute Autorité

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation*

reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation* reco communes société francophone du diabète et société francophone de néphrologie dialyse et transplantation* Dr Maryse Pholséna, pour Réucare le 30/04/16 *Diabetes and Metabolism 37 (2011) S1-S25 Paulette

Plus en détail

Prise en charge HTA Synthése

Prise en charge HTA Synthése Formation HTA-OASIS II Sous l égide de l EMST Touggourt le 08 /01/2016 Prise en charge HTA Synthése Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook:

Plus en détail

Version du tuteur avec réponses

Version du tuteur avec réponses Version du tuteur avec réponses B-B cardiosélectif Inhibition de l activité sympathique : FC contractilité( PA) conduction AV Anti-angineux B-B non cardiosélectif Inhibition de l activité sympathique :

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES MODERES EN MEDECINE GENERALE EN FRANCHE COMTE Thèse de Médecine Générale Soutenue le 27 septembre 2012 Par Raphaël BARTIER Introduction

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé

Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé Hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé 1. PROMOTEUR : UFCV 2. SOURCES Référentiel hypertension artérielle sévère ou à risque cardio-vasculaire élevé : UFCV 2003 Référentiel

Plus en détail

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS

Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations de l HAS Prévention secondaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique cérébral transitoire. Recommandations 2007 2008 de l HAS Dr JF ALBUCHER Service de Neurologie Vasculaire (Pr F Chollet) CHU TOULOUSE

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9

ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 ECN INTERREGIONAL 2009 DOSSIER N 9 Mr X... âgé de 42 ans, présente à son domicile à 7h45 un malaise avec perte de connaissance brève, associée à une oppression thoracique avec douleur atypique, médio-thoracique,

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com

Connaitre ses chiffres. lyondellbasell.com Connaitre ses chiffres 1 Gérer Sa Santé? Connaitre Ses Chiffres! Des numéros et chiffres importants font partie de notre vie au quotidien... Mais connaissez-vous les chiffres liés à votre SANTE? Tension

Plus en détail

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi

Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi Prévention et traitement de la néphropathie chez le sujet diabétique de type 2 T. RICHARD Groupe d Epistémologie appliquée et de Clinique Rationnelle des Hôpitaux Publics du Pays de Charleroi GERHPAC CHU

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs Synthèse Mars 2013 Service de l évaluation économique et de la santé publique Service

Plus en détail

Hypercholestérolémies : traitement chez les adultes

Hypercholestérolémies : traitement chez les adultes Plusieurs interventions de prévention cardiovasculaire sont à mettre en œuvre chez les patients ayant une hypercholestérolémie : mesures hygiénodiététiques et éventuellement médicaments hypocholestérolémiants.

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis Novembre 2015 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 304 26 Novembre 2015 Titre I : Nom du médicament, DCI, dosage, forme pharmaceutique, présentation : PRIRIL 1.25 mg, Ramipril

Plus en détail

Les facteurs de risque coronariens

Les facteurs de risque coronariens Les facteurs de risque coronariens Les Grands Prés Ph Meurin Vascularisation du muscle cardiaque De quelle maladie parle-t-on? L Athérosclérose : Epaississement progressif des parois des artères : Coronaires

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Médicaments du système rénineangiotensine-aldostérone. en néphrologie. Dr Catherine Masset 21/10/2014

Médicaments du système rénineangiotensine-aldostérone. en néphrologie. Dr Catherine Masset 21/10/2014 Médicaments du système rénineangiotensine-aldostérone (SRAA) en néphrologie Dr Catherine Masset 21/10/2014 SRAA : rappel physiologique SRAA : rappel physiologique SRAA : rappel physiologique et cibles

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Le diabète de type 2 est précédé d une longue phase asymptomatique

Le diabète de type 2 est précédé d une longue phase asymptomatique Gestion des lipides dans le diabète de type 2 Jean Bergeron, M.D., FRCP Le diabète de type 2 est précédé d une longue phase asymptomatique qui passe souvent inaperçue, mais au cours de laquelle le corps

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Comprendre comment gérer sa santé avec un diabète de type 2 Octobre 2006 Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006)

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) INTRODUCTION Le 23 mai 2005, sur la base des résultats des études CHARM-Alternative et CHARM-Added, une extension

Plus en détail

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014

DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale. Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 DPC Prise en charge du risque cardiovasculaire du patient hypertendu en médecine générale Dr Walid Amara Dr Chantal Amoudry 2014 2011 Programme de la soirée : Présentation des participants: tour de table

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION. Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION. Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION Autorisation de Mise sur le Marché TRIATECKIT, comprimé sécable et RAMIKIT, comprimé sécable Juillet 2006 INTRODUCTION Une demande d AMM en Procédure Nationale pour TRIATEC

Plus en détail

Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013. Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS

Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013. Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS Faculté de médecine Département de pharmacie Module de pharmacologie spéciale 2012/2013 Dr. Guergouri F.Z HYPOLIPEMIANTS Métabolisme des lipoprotéines Les lipides (non solubles dans le plasma) circulent

Plus en détail

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Augmentation du risque d AVC X 2.5 Première cause d insuffisance rénale terminale (42% des cas)

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

HTA et automesure. Rapport d'étude. Phase I : Screening. Août Pr. Girerd - Hôpital de la Pitié, Service d'endocrinologie métabolisme

HTA et automesure. Rapport d'étude. Phase I : Screening. Août Pr. Girerd - Hôpital de la Pitié, Service d'endocrinologie métabolisme HTA et automesure Rapport d'étude Phase I : Screening Août 2004 Pr. Girerd - Hôpital de la Pitié, Service d'endocrinologie métabolisme Contacts TNS Sofres : Département Santé Michel Murino Séverine Ricard

Plus en détail

Recommandations afssaps 2005/ESH 2003: quels objectifs tensionnels?

Recommandations afssaps 2005/ESH 2003: quels objectifs tensionnels? Comment tenter d améliorer l efficacité du traitement de l HTA? M.A. BOUDJELLA Service de Médecine Interne Hôpital Bachir MENTOURI Kouba - Alger Recommandations afssaps 2005/ESH 2003: quels objectifs tensionnels?

Plus en détail

Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal

Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal Hypertension artérielle chez l insuffisant rénal Dr F. Debelle Service de Néphrologie - Dialyse Clinique Louis Caty Baudour Baudour 15 mars 2012 HTA et maladie rénale chronique Présent dans 80 à 85% des

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 129 : FACTEURS DE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE ET PREVENTION Objectifs pédagogiques terminaux : «expliquer les facteurs de risque cardio-vasculaire et leur impact pathologique», «expliquer les modalités

Plus en détail

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans.

CAS CLINIQUE 1. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu d activité physique. Son père, âgé de 70 ans, est traité pour diabète depuis 10 ans. CAS CLINIQUE 1 1) Mr Michel, 45 ans, magasinier, 86 kgs pour 1,76m, père de 2 enfants, vous consulte à la suite de la découverte d une glycosurie en médecine du travail. Il a pris 5kgs en 1 an. Il a peu

Plus en détail